Vous êtes sur la page 1sur 13

PNQ

Monsieur le Président

Avant de répondre à la question, permettez-moi de situer le contexte

international de cette crise à la fois sanitaire et économique.

Depuis le début de cette année, nous sommes confrontés à une

urgence sanitaire provoquée par la propagation du Covid-19 qui aura

des conséquences profondes sur l’économie.

Nous faisons face à un double choc, d’une part de l’offre et, d’autre

part, un choc de la demande. Aucun pays ne sera épargné.

A travers le monde, les banques centrales interviennent pour

préserver la stabilité financière et soutenir l’économie.

Depuis le début du mois de mars, la FED est intervenue à deux

reprises et a ramené ce dimanche le taux directeur à 0% afin de

rassurer les acteurs économiques et les marchés financiers.

1
L'abaissement des taux, permet de baisser le coût du crédit, et ainsi

de stimuler l’économie lors d'une crise classique.

Mais cette crise est tout, sauf classique. Elle est inédite, car le

modèle économique que nous avons connu et construit depuis des

décennies est menacé.

La globalisation, comme nous l’avons connu, est en quarantaine.

L’économie globale est en quarantaine.

L’OCDE prévoit un impact négatif allant de 0,5 à 1,5 points de PIB sur

la croissance mondiale.

L’ancien chef économiste du FMI, Kenneth Rogoff, va encore plus

loin, et évoque la possibilité d'une nouvelle récession mondiale, qui

pourrait être très différente de celles apparues dans le passé.

Au niveau local, nos estimations nous donnent un impact négatif

allant de 1 à 6,5 points de PIB, toutes choses égales par ailleurs.


2
Nous constatons que la crise est devenue systémique, nécessitant

des mesures exceptionnelles et immédiates.

Monsieur le Président, le Plan de soutien que j’ai présenté vendredi

dernier, a pour objectif principal de venir en aide aux opérateurs

dans diverses filières, incluant les PME, en vue de minimiser l’impact

économique négatif du COVID-19.

Concernant la partie (a) de la question, le plan de soutien intervient à

deux niveaux :

D’une part, un appui au niveau macroéconomique et d’autre part un

appui sectoriel.

3
Le plan de soutien mobilisera un montant total de Rs 9 milliards, soit

Rs 8 milliards provenant des institutions publiques, principalement

de la Banque de Maurice et de la State Investment Corporation.

Les Rs 1 milliard restant proviendront du Consolidated Fund par une

réallocation des fonds.

(i) Au niveau de la Banque de Maurice :

● Il y aura un montant de Rs 5 milliards qui sera

contrôlé par un comité technique d’allocation des

fonds et qui sera déployé à travers les banques

commerciales. Le taux d’intérêt est fixé à 2,5%,

incluant un moratoire de six mois sur le

remboursement du capital et des intérêts.

4
Ces prêts serviront à subvenir aux besoins de trésorerie et

de fonds de roulement des opérateurs touchés par

les effets économiques du COVID-19 dans les divers

secteurs d’activité, incluant les PME.

● En sus de ce montant de Rs 5 milliards, l’autorité

monétaire a réduit le cash reserve ratio de 9% à 8%,

soit une baisse de 1%. Cette baisse va libérer des

fonds à hauteur de Rs 4,3 milliards. Ces Rs 4,3

milliards seront crédités sur un compte spécial à la

Banque de Maurice pour financer les divers secteurs

économiques touchés par cette crise sanitaire.

(ii) La Bank of Mauritius 2020 Savings Bond

La Banque de Maurice lancera le 2020 Savings Bond à l’intention

des particuliers et des organisations non gouvernementales à

5
vocation non-lucrative. Ces obligations (Saving Bond) sont assorties

d’un taux d’intérêt annuel de 2,5% payable chaque semestre.

Les Saving Bonds auront une maturité de deux ans et seront émis

jusqu’à ce que le montant de Rs 5 milliards soit entièrement

atteint.

(iii) Au niveau de la SIC, il y aura La SIC Equity Participation

Scheme. Ce plan aidera les entreprises à surmonter leurs

difficultés financières. Un montant de Rs 2,7 milliards sera

mobilisé par le biais d’émission de redeemable preference

shares (d’actions privilégiées rachetables).

De cette somme de Rs 2,7 milliards, un montant de Rs 2,3

milliards sera alloué au Equity Participation Scheme de la

SIC, et une somme de Rs 400 miilions au Investment

Support Programme (ISP).

6
Sous le programme ISP, les plans suivants seront mis en

oeuvre pour aider les entreprises les plus vulnérables, en

particulier les PME et les mid-market enterprises, pour

moderniser leurs outils de production et financer leurs

besoins en fonds de roulement (working capital)

● Au sujet du Enterprise Modernisation Scheme

(EMS), le taux d’intérêts passe de 3,5% à 2,5%.

● Le taux d’intérêt sous le SME Factoring

Scheme et sous le LEMS passe de 3,9% à

2,5%.

● La SIC opère le SME Equity Fund et le

taux de rendement minimal requis sera

réduit de 6% à 3%.

IV Pour la DBM, il y aura un Revolving Credit Fund de Rs 200

millions pour soulager les problèmes de trésorerie des

7
micro-entreprises dont le chiffre d’affaires ne dépassent pas

les Rs 10 millions.

Cette facilité sera disponible jusqu’au 31 décembre 2020.

Les avances, dans le cadre de cette facilité, seront exonérées

d’intérêt si les remboursements sont effectués dans un délai

de neuf mois.

(V) Double déduction fiscale sur l’investissement

Les entreprises affectées par le COVID-19 auront droit à une

double déduction fiscale sur les investissements consentis

dans les équipements (plant and machinery) pour la période

du 1 mars au 30 juin 2020. Il est estimé que cette mesure

coutera à l’Etat la somme de Rs 30 millions.

Monsieur le Président, je vais maintenant aborder les

interventions sectorielles préconisées dans le Plan de

soutien.

8
Le secteur touristique

(i) La suspension du Passenger Fee sur les billets d’avion

jusqu’au 31 juillet 2020. Cette mesure coutera un montant

de Rs 60 millions à l’Etat.

(ii)La boutique du Mauritius Duty Free Paradise à l’aéroport va

proposer une remise de 15% sur tous les achats par les

touristes jusqu’au 31 juillet. Le Customs Tariff Act and Excise

Duty Act sera amendé pour permettre l’achat de trois litres

de spiritueux au lieu de deux. Ces deux mesures couteront à

la Mauritius Duty Free Paradise un montant de Rs 50

millions.

(iii) Le Environment Protection Fee de 0,85% qui frappe le

chiffre d’affaires des hôtels, des pensions de famille et des

résidences touristes sera suspendu jusqu’au 31 juillet 2020.

Cette mesure coutera Rs 60 millions à l’Etat.

9
(iv) Le Training Levy applicable aux opérateurs du secteur du

tourisme sera réduit de 1% à 0,5% pour la période du 1 avril

au 30 juin 2020. Cette mesure coutera Rs 50 millions au

HRDC .

(v) Air Mauritius poursuit sa stratégie de tarifs promotionnels

pour attirer les touristes. Ces remises sur les tarifs vont

jusqu’au 50%. Le cout de ces remises dépendra du nombre

de touristes. Les estimations préliminaires sont chiffrées à Rs

300 millions.

Les hôtels feront également des efforts de leur côté. Ils

proposeront des remises de 15% à 35% destinées aux

touristes.

10
Au niveau du secteur manufacturier et commercial, le Plan de

soutien comprend les mesures suivantes :

(i) Suspension des frais portuaires imposés par la Mauritius Ports

Authority et la Cargo Handling Corporation Ltd pour toutes les

exportations. Cette mesure coutera à la MPA et la Cargo

Handling Corporation la somme de Rs 200 millions

(ii) Extension du Freight Rebate Scheme sur les exportations vers

l’Afrique du Sud et Tamatave. Cette mesure coutera à l’Etat Rs

50 millions

(iii) Extension du Speed to Market Scheme Scheme pour les

exportations vers l’Afrique du Sud, le Japon, l’Australie, le

Canada et le Moyen-Orient. Cette mesure coutera à l’Etat Rs

100 millions.

Sur le plan de la production agricole, une somme de Rs 100 millions

sera allouée pour encourager la production vivrière locale.

11
Monsieur le Président,

En ce qui concerne les sommes disponibles pour l’année financière

2019-2020, du montant voté de Rs 121 milliards, nous disposons de

Rs 40 milliards jusqu’à la fin de l’année financière.

Au cas où ce montant ne serait pas suffisant, nous pouvons avoir

recours à l’Estimates of Supplementary Expenditure (ESE), selon les

dispositions de la Constitution. Cela a été utilisé régulièrement dans

le passé sous différents régimes.

Concernant la partie b (i) de la question, une somme de Rs 208

millions a été allouée pour l’expansion du plan d’urgence en réponse

à cette crise sanitaire.

Pour la partie b(ii), nous avons un fonds de Rs 450 millions dans le

Workfare Programme qui pourrait servir à soutenir les employés qui

se retrouveraient en chômage technique.

12
Mise en oeuvre et contrôle du Plan de soutien

Un Implementation and Monitoring Committee est constitué sous la

présidence du Secrétaire financier et comprend des représentants à

la fois du secteur public et du secteur privé.

13

Vous aimerez peut-être aussi