Vous êtes sur la page 1sur 5

REDACTION COMPLETE DU MEMOIRE DE MASTER THEATRE FRANÇAIS

Le XIXème siècle Français est la période de grands changements et bouleversements qui


ont un joué un rôle important sur toute la France plus précisément dans la vie littéraire
surtout dans le domaine théâtral. C’est ce qui permet au théâtre français d’occuper une
place importante, de susciter l’intérêt du public, des lecteurs et devient par la suite une
pratique sociale, une source de divertissement littéraire. Ce succès théâtral de l’époque
romantique n’est rien d’autre qu’une continuité du classicisme. Les précurseurs du drame
romantique que sont Victor Hugo et ses amis font revivre le XVIIème siècle qui a été la
période ou le théâtre est élevé au rang de noblesse, mais l’écriture théâtrale a été soumise à
des règles strictes. La tragédie et la comédie ainsi que tous les autres sous genres sont écrits
en vers et souvent même en Alexandrin. Il y aussi la règle des trois unités et les autres
éléments qui ont codifiés le théâtre classique. Ainsi, désireux de rendre le drame romantique
plus libre, les acteurs de ce renouveau théâtral ont jugé utiles d’écarter les règles classiques
afin de mieux l’exploiter. Alfred de Vigny, Alfred de Musset, Alexandre Dumas, Victor Hugo
ont fait une réécriture du théâtre classique et ont écarté toutes les mesures contraignantes
à ce théâtre. Dans Cromwell, Hugo donne la feuille de route de ce nouveau théâtre et
confirme cela dans ses œuvres tels que Hernani et RuyBlas, ou il convoque le comique et le
tragique classique et en faire une nouvelle écriture pour le compte du drame romantique
durant le XIXème siècle. Cette nouvelle forme d’écriture sera au cœur du XIXème siècle
théâtral français car elle constitue la préoccupation des précurseurs du drame romantique.

Le théâtre de Victor Hugo s’inscrit comme l’un des carcans de la scène littéraire française
tout d’abord parce qu’il s’inspire du fait historique. L’on le retrouve dans la préface de ses
deux œuvres RuyBlas et Hernani, c’est que nous dit Sylvain Ledda <<Dans Hernani, le soleil
dans la maison d’Autriche se lève ; dans RuyBlas il se couche>>, en d’autre mot le cadre
historique évoqué est ce qui fait la particularité du théâtre de Victor Hugo, le cadre espagnol
est représenté dans son œuvre dont les scène sont centrées sur une intrigue dramatique et
les thématiques traités tournent autour de la politique, en rapport avec l’état actuel de la
société .selon Victor Hugo dans sa préface de Cromwell <<le drame doit être radicalement
imprégné de cette couleur des temps ; elle doit en quelque sorte y être dans l’ air de façon
qu’ on ne s’ aperçoive qu’ en y entrant et qu’ en y sortant qu’ on a changé de siècle et d’
atmosphère>> ,nous retenons que le drame d’ Hugo s’ inscrit dans l’ histoire et dans le
temps ; à travers son théâtre il s’ est donné pour objectif de peindre la société C’est en ce
sens qu’Anne Ubersfeld dans son ouvrage Le Drame romantique nous dit<<Le premier
vouloir d’ un auteur au XIXème siècle, est de prendre en compte la transformation actuelle
de la société, pour la montrer par le moyen de la référence à des moments décisifs du
passé(avec) un double but : tenir la censure à distance et montrer les grandes forces qui
régissent l’histoire1>>. Nous en retenons que l’objectif premier d’un auteur ou d’un
écrivain , d’une époque est que son œuvre doit évoluer et connaitre les mêmes
changements de la société à laquelle il appartient. C’est ce qui a permis au théâtre d’Hugo
1
Anne Ubersfeld, Le drame romantique, Belin Sup Lettres 1993.
de s’élever sur la scène littéraire et de révolutionner le théâtre français en général, car il
s’inscrit dans l’ordre et suit l’évolution et le cours de l’histoire, il fait appel également au
mélodrame qui existe depuis le XVIIIème siècle dans son œuvre.

Ensuite, il nous présente des personnages confondus et vivants au sein de la société et


dont les statuts sociaux diffèrent qui vivent dans un même espace. Pour ce faire le théâtre
d’Hugo est un théâtre romantique qui se veut libre car il répond au besoin des lecteurs et
favoriser ainsi leurs réflexions, et leur permet de s’affranchir de toute contrainte qui entrave
la liberté, au niveau même de l’écriture classique instituée par Aristote à travers sa poétique.
Hugo et ses précurseurs élabore leurs théories qui commencent le rejet de la règle de
l’unité de lieu et de temps, sauf l’unité d’action n’est pas modifiée, la règle de la bienséance
et vraisemblance est contestée, il renouvelle ainsi la tragédie à travers le mélodrame et la
comédie par l’usage de la couleur locale, le mélange des genres tels le sublime et le
grotesque, le beau, et le laid, il opte ainsi pour l’Alexandrin qui l’une des écritures théâtrales.
Par son théâtre il se fait comme l’un des grands théoriciens du drame romantique et donne
les directives, ainsi que la mission assignée au drame romantique, prône la nouveauté,
présente un personnage romantique et tragique, reflète la société sur tous ses aspects en se
servant de l’histoire. Les moyens utilisés par Hugo n’est rien d’autre que la réécriture pour
redonner un visage au théâtre et c’est le cas des autres prédécesseurs du drame
romantique.

La réécriture en tant qu’une forme d’écriture théâtrale qui existe déjà est repris dans la
littérature Française du XIXème siècle car elle a joué un rôle important dans l’évolution du
théâtre, et pour cette raison que nous avons choisi ce sujet après maintes réflexion et
investigation de notre sujet qui s’intitule :<<Le XIXème siècle théâtral français : la réécriture
de la poétique tragico-comique du XVIIème siècle : cas de RuyBlas de Victor Hugo >> , car
l’élément clé qui fait l’objet de notre recherche et le champ d’étude est la réécriture, elle
est donc une notion qui s’étend dans tous les domaines, notre tâche est de l’appréhender et
de montrer les moyens par lesquelles elle utilisée dans la littérature française plus
précisément dans le domaine théâtral , de donner les raisons qui ont poussé Victor Hugo à
faire recours à la réécriture pour positionner le théâtre.

Pour mieux comprendre notre sujet nous allons procéder à une explication des mots ou
thèmes qui constituent notre sujet de recherche , nous commençons par :<< Le XIXème
siècle théâtral français >>, en ce sens nous pouvons dire du XIXème siècle théâtral français
que c’est la période qui a favorisé le succès du théâtre sur la scène littéraire, quant à la <<la
réécriture> > telle que définit par le Grand Robert comme <<l’action de réécrire un texte
pour en améliorer la forme ou l’adapter à d’autres, à certains lecteurs(…)>>. En d’autres
termes la 2réécriture est le fait de retravailler un texte qui a été déjà écrit en vue de
l’améliorer. Selon Jean Christophe Bailly << la réécriture est cette réalité qu’il exprime de
façon tellement poétique : chaque instant de de la littérature, en même temps qu’il est

2
Dictionnaire, Le petit Robert, 2017 Page 2149.
détachable appartient au temps du sens tout entier c’est chaque goutte de sens qui peut
être éprouvée séparément, a de sens et n’a son sens qu’étant rapportable à la totalité de
la pluie c’est (…) que chaque écho est entendu par un cœur invisible et que le chant de ce
cœur silencieusement sous tout vocable>> p18. La réécriture est l’une des formes
d’écritures utilisée le plus souvent dans le domaine théâtral par certains, elle s’inscrit
également selon les époques et périodes sous une nouvelle forme plus perfectionnée et
améliorer. En ce sens nous pouvons la définir comme << l’une des formes d’écriture que
l’on retrouve tout au long de l’histoire du théâtre dès les origines :(…)les mystères du
Moyen Age en sont des illustrations vivantes>>. La tragédie est selon Aristote
<<l’imitation d’une action de caractère élevé et complète d’une certaine étendue dans un
langage(…) émotions>>. En clair, la tragédie est une pièce théâtrale soumise aux règles et
soutenu dans un langage élevé, avec des personnages dans l’optique de susciter des
émotions. Enfin, la comédie est écrite en prose ou en vers dont les personnages sont des
comédiens modestes. Elle a donc pour finalité un dénouement heureux, elle relate
également la réalité en usant de la peinture satirique. En résumé, nous retenons suite à la
définition des thèmes clés de notre sujet de recherche que le XVIIème sera ramené au
XIXème siècle et réécrit sous une nouvelle forme par les précurseurs du dramatique
romantique tels que Victor Hugo et ses amis, ils vont donc décidé de réécrire le XVIIème
siècle en la libérant des contraintes classiques, la tragédie ainsi que la comédie sont utilisées,
les œuvres publiées à cette époque vont tourner autour de la réécriture. Ce qui fait la
particularité de l’écriture hugolienne, est qu’en tant poète, romancier et dramaturge c’est
qu’il fait appel à la philosophie, au lyrisme dans ses pièces théâtrales.

Après avoir expliqué les mots et thèmes qui constituent notre sujet de recherche,
nous pouvons nous interroger sur la place et l’utilité de la réécriture dans la littérature
française, alors plusieurs interrogations surviennent et entrent dans ce sens. Voici premier
problème qui est le centre de notre recherche et sur lequel porte notre corpus et notre
réflexion s’établit de la manière suivante, elle consiste donc à donner d’abord les raisons qui
ont engendré la réécriture de la poétique tragico-comique du XVIIème siècle dans le théâtre
français du XIXème siècle, plus précisément dans RuyBlas de Victor Hugo. Ensuite les
manifestations et enjeux de cette réécriture de la poétique tragico-comique dans le théâtre
français du XIXème siècle. Enfin leurs apports dans le théâtre français du XIXème siècle. A la
suite de ces différents problèmes posés nous avons élaborés des objectifs en rapport avec
corpus que nous voulons atteindre. Notre objectif premier est de montrer que le recours à la
réécriture de la poétique tragico-comique a été bénéfique dans le XIXème siècle théâtral
français. Notre second objectif se résume en fait que le recours à la réécriture de la poétique
tragico-comique du XVIIème renforce l’écriture théâtrale du XIXème siècle et de se
positionner dans le domaine littéraire. En outre, la réécriture de la poétique tragico-comique
a favorisé la naissance des autres formes d’écritures. Enfin les écrivains peuvent utiliser la
réécriture dans leurs écrits.
Suite aux objectifs que nous avons annoncés en amont , nos hypothèses vont nous
permettre de renchérir nos objectifs et par la suite présenter les insuffisances, ainsi nous
pouvons dire comme hypothèse principale que le recours à la réécriture de la poétique
tragico – comique du XVIIème siècle dans le XIXème siècle théâtral français a permis au
théâtre d’occuper une grande place dans le domaine littéraire. Elle a incité également les
écrivains de cette époque à user de la réécriture pour l’adapter à leurs œuvres. En outre, la
réécriture de la poétique tragico-comique du XVIIème siècle a occupé une place importante
dans la littérature française du XIXème siècle. Le XIXème siècle théâtral français a favorisé la
naissance de nouvelles formes d’écritures surtout dans le domaine théâtrale. Nonobstant
La réécriture de la poétique tragico-comique du XVIIème siècle qui a permis au théâtre
français de connaitre un succès présente également des limites.

Notre étude part des travaux déjà traités par certains critiques sur notre sujet de
recherche et dont nous les avons regroupés pour en faire synthèse. Nous pouvons retenir d’
Anne Ubersfeld , qu’elle présente Victor Hugo comme le génie du théâtre car il a fait
ramener le XVIIème siècle dans le XIXème siècle théâtral français plus précisément à travers
son œuvre RuyBLas, cependant les néo-classiques désapprouvent l’œuvre de Victor Hugo et
dont il la censure ils estiment que son œuvre ne correspond pas à l’idéologie du siècle car il a
lui-même créer sa propre idéologie propre qui ne correspond à l’idéologie du siècle et
condamnent l’œuvre qui est caractérisée par une subversion affirmée au niveau de son
écriture dramatique et qu’ il invente un code qui n’ est ni celui de la tragédie , ni celui du
drame bourgeois encore moins du mélodrame par l’utilisation simultanée du sublime et du
grotesque dans son œuvre et qui se perçoit également par le jeu des personnages , pour eux
le poète se détache du je lyrique, la destruction simultanée du" je" de l’autre . Ils
soutiennent à la suite Hugo ne pense qu’à se satisfaire et s’auto suffire lui-même. Sylvain
Ledda, quant à lui il met l’accent sur la mélancolie ou la nostalgie qui sont difficiles à
représentés, ce sont deux états intimes et qui se manifeste à l’origine de ce qui fut et fui
dans le passé qui traduit le refuge des âmes blessés dont la représentation dans le théâtre
requiert l’art de l’imitation et l’intériorisation et de la maitrise du jeu. Il s’inspire donc des
thématiques politiques, une intrigue historique soumise à la théorie d’Aristote à l’intérieur
duquel l’on perçoit l’invraisemblance de la représentation humaines les personnages
tournés vers leurs passés, il ajoute par-là que Victor Hugo à fait un travail de fond sur son
œuvre Ruyblas en d’autres il a modifié les codes tragiques et comiques tout en déployant un
style hautement poétique et lyrique. Par ailleurs Ledda souligne que le drame Hugolien
s’appuie sur les parodies et qu’il le situe dans un contexte historique, culturel. Scarron tout
comme Hugo s’ intéresse également au drame en s’ inspirant des écrits de Victor Hugo sur
lequel il construit une intrigue dans un cadre statut temporel sur les personnages en
utilisant l’ esthétique burlesque et met en évidence le grotesque et l’ intérêt qui relève de la
littérature. Dans son œuvre, Nerval établit un rapprochement entre les deux comédies celle
de Scarron et celle de Hugo dans le quatrième acte dans lequel fait usage d’un mélange de
genres, il utilise également la peinture pour rappeler l’Espagne, il utilise la grossièreté dans
le propos des personnages car il est l’incarnation vivante et une figure grotesque. Jules Janin
s’ est penché d’admiration au talent de Victor Hugo qui a du s’ imposer sur la scène littéraire
, il s’intéresse au drame de ce dernier plus particulièrement à son œuvre Ruy Blas, il a su
reconnaitre le caractère bouffon de jeu des personnages hideux, de scènes bouffonnes, de
plaisanterie de taverne il a également remarqué la présence des belles scènes c’ est en ce
sens qu’ il reconnait le talent d’ Hugo en faisant un rapprochement entre Hernani et Ruy
Blas. Il dénonce également dans une partie de l’acte la présence de la cocasserie des
situations, la vivacité de l’action et la truculence du langage.

Pour bien mener notre étude, nous allons présenter le corpus comme l’ensemble de
matériaux qui constitue un champ d’ étude , en ce sens nous pouvons dire que notre corpus
sera centrée sur deux parties extraites de notre œuvre, et ce sont ces deux parties qui
constitueront notre corpus et c’est sur lequel sera axée notre tâche. La première partie part
de la scène 3 de l’Acte I : Don César et RuyBlas<<Sur ma foi, je ne me trompais pas. C’est toi
RuyBlas ! (…) Le dehors te fait peur ? Si tu voyais dedans !>> cette partie relate des
retrouvailles de bon vieux RuyBlas et Don César amis suivi de la confession. Quant à la
deuxième elle part également de la scène 2 de l’Acte 3 :<< Bon appétit, messieurs ! (…)
marmite infâme !>>, RuyBlas vient surprendre les ministres en pleine manigance.

LA POETIQUE TRAGICO- COMIQUE AU XVIIEME SIECLE, LA POETIQUE TRAGICO COMIQUE


DU XVIIEME REECRITE DANS LE XIXEME SIECLE THEATRAL FRANÇAIS , LES ENJEUX DE LA
REECRITURE DE LAPOETIQUE TRAGICO – COMIQUE DANS LE THEATRE FRANÇAIS DU
XIXEME SIECLE