Vous êtes sur la page 1sur 2

ANALYSE GRANULOMETRIQUE

INTRODUCTION
La granulométrie est la répartition en poids des grains du sol suivant leur dimension.

Dans le cadre de notre formation en génie civil il est essentiel voire primordiale de maitriser tous les
types de matériaux utilisés dans la construction en vue d’une construction de qualité exceptionnelle.
La maitrise d’un matériau résulte d’une connaissance parfaite de celui en connaissant les différents
diamètres qui le constituent ainsi que son comportement pour son utilisation. Dès lors on a eu à faire
au cours d’un travaux pratique au laboratoire une analyse granulométrique complète d’un matériau
qu’est le sable de dune en faisant un tamisage à sec.

BUT DE L’ESSAI
L’analyse granulométrique du sol consiste à déterminer les proportions des diverses classes de
grosseur des particules. Elle permet aussi l’étude de la répartition des éléments du sol afin de les
répartir en différentes classes selon leurs diamètres. La granulométrie est scindée en deux parties : le
tamisage à sec pour les éléments de diamètres supérieurs à 80µm et la granulométrie par
sédimentation ou sédimentométrie pour les particules de diamètres inférieurs à 80µm. Pour réaliser
la sédimentométrie on fait sécher le tamisât à 80µm, on prélève ensuite une proportion du tamisât
pour faire la sédimentation. Le tamis d’excrément est le tamis de 80µm et la masse sèche utilisée
pour la sédimentation est de 80g(m=80g).

Les classes sont définies à partir d’un diamètre minimal et maximal comme l’indique le tableau des
classes granulométriques suivante.

Dénomination des classes granulométriques et limites

Dénomination Argile Limons Fins Limons Sables fins Sables


en 5 classes Grossiers grossiers
Limites de tailles <2 2 à 20 20 à 50 50 à 200 200 à 2000
en µm

PARAMETRE OBTENU ET SON INTERET DANS LA


CARACTERISTION DES SOLS
L’analyse permet de caractériser le sol et de comprendre son fonctionnement en comportement
physique, en rétention d’eau utile et en risques de pertes par lessivage.

DEVELOPPEMENT
MODE OPERATOIRE
La masse de l’échantillon est supérieure ou égale à 0.2Dmax (m (kg) > Dmax)

Dmax c’est l’ouverture de tamis qui laisse passer 95% de la masse de l’échantillon

On fait sécher l’échantillon du sol pour connaitre sa masse initiale.


On effectue un premier lavage au tamis de 5mm, ensuite un deuxième lavage à 80µm, puis on le met
au four pour qu’il sèche et on réalise un tamisage à sec sur les éléments supérieurs à 80µm.

Le tamisage à sec se réalise en posant l’échantillon sec sur le tamis de 5mm superposé au tamis de
3.15 ;2 ;1.25 ;1 ;0.5 ;0.4 ;0.315 ;0.2 et 0.08 déjà pesés par ordre décroissant puis criblés et en pesant
chaque tamis afin d’obtenir la masse de l’échantillon qui s’y trouve en faisant Mech= masse tamis
avec échantillon – masse tamis. Connaissant la masse de chaque tamis on a son refus on peut ainsi
déterminer son refus cumulé puis son pourcentage cumulé et enfin le pourcentage de passant.

D(mm) Refus partiel (g) Refus cumulé(g) Masse initiale(g) Refus cumulé(%) Tamisat (%)
5 0 0 0 100
3,15 0,06 0,06 0,024 99,976
2 0,34 0,4 0,160 99,840
1,25 0,97 1,37 0,548 99,452
1 1,22 2,59 1,036 98,964
250,07
0,5 11,09 13,68 5,470 94,530
0,4 10,19 23,87 9,545 90,455
0,315 21,89 45,76 18,299 81,701
0,2 63,39 109,15 43,648 56,352
0,03 102,75 211,9 84,736 15,264

Avec ce tableau on a pu tracer la courbe granulométrique en faisant le %Tamisât en fonction du


logarithme des tamis. Delà on peut calculer le Cc et le Cu ; Cu=D60/D10 et Cc=(D30) ²/(D10*D60).

Cc= coefficient de courbure ; Cu= coefficient d’uniformité

D10= diamètre effectif des particules correspondant à 10%

D60= diamètre effectif des particules correspondant à 60%

D30= diamètre effectif des particules correspondant à 30%

D’après la courbe D10=0% ce qui implique que Cc et Cu sont nuls.

CONCLUSION
A la fin de cet essai on a pu constater que la granulométrie est très serrée.

Le coefficient de courbure est nul ce qui indique l’absence de certains diamètres entre les diamètres
effectifs D10 et D60.

On peut alors conclure que la granulométrie est male graduée.

En conclusion générale la granulométrie ne permet pas une identification complète d’un matériau
d’où l’analyse n’est pas concluante.