Vous êtes sur la page 1sur 2

Pontificia Universidad Javeriana

Lina Ardila
Le Horla

Le Horla est une nouvelle fantastique d’horreur qu’a été publié en 1887 et écrit par
Guy de Manupassant. Il est un écrivain français, il né 5 août 1850 à Dieppe,
France et mort à Paris en 1895. Cet homme s’est spécialisé dans la narration,
publiant plus de 200 histoires. Pour commencer, le horla nous raconte l’histoire
d’un homme avec beaucoup d’argent, qui est visité par l’étrange présence qui
l’appellerait comment le horla. Tout au long de cela historie apparaissent quelques
personnages secondaires qui donnent une direction à cette histoire, ils le sont; sa
cousine et essaie d’aider le protagoniste en lui apportant tout son soutien et son
amour. Le docteur Parant qui diagnostique chez l’homme des troubles de la
personnalité et de la folie, et qui le met sous traitement. Enfin, les domestiques qui
s’impliquent dans des événements qui auront des conséquences fatales.

Le thème principal de ce texte est la folie. Dans ce roman le protagoniste a une


folie et au fur et à mesure il se laisse emporter par ses pensées pleines de
questions et de folies. De plus, la peur, la dépression et la solitude sont les
principaux déclencheurs qui donnent vie à Le Horla à travers l’histoire, car au fil
des jours, elle prend plus de vie; par exemple, le protagoniste nous dit que le Horla
aime le lait et l’eau lui parle même et dit son nom. D’un autre côté, le temps et
l’espace prennent une place très importante dans l’histoire car ils nous emmènent
dehors, c’est là que le narrateur a une personnalité sérieuse et normale, et l’autre,
qui est dehors, où le narrateur a une autre personnalité que l’emmène vous aimez
au-delà de la peur de l’obsession de savoir qui il est et pourquoi l’horla le poursuit.
Enfin, le temps prend une place importante puisqu’il est compté comme un journal
qui court du 8 mai et se termine le 10 septembre, 4 mois.

« Elle était vide ! Elle était vide completement ! D’abord, je n’y compris rien ; puis,
tout á coup, je dus m’asseoir , ou plutot , que je tombai sur une chaise ! » ( pag
15) . Á partir de cette phrase, le texte peut être analysé d'une manière spécifique
parce que c'est le moment où l'homme commence involontairement à donner vie
au le horla. Il considère même que c'est un sentiment terrible, mais que cela donne
un peu de mystère de savoir qui est le Horla car il ne comprend rien de ce qui lui
arrive à cause de son sentiment de peur. D'un autre côté, « Á toute heure, á toute
occasion, elle pensait á cela, piquait son mari d’un reproche, le cinglait d’une
injure, le faisait seul coupable, le rendait seul responsable de la perte de cet argebt
qu’elle aurait possédé » il n'y a qu'un seul degré de responsabilité et peut-être que
c'est un seul, propre esprit qui vous amène à penser à un monde réel ou en
dehors de celui-ci.

Pour conclure, c’est une histoire que le protagoniste est le narrateur lui-même
nous amène à penser et à imaginer toutes les imaginations que le protagoniste
avait pour son changement de personnalité. Cependant, le narrateur croyait
vraiment tout ce qui s’était passé, les choses étranges qui lui étaient arrivées, mais
au fond de découvrir que la folie était portée par un imaginaire et de faire
différentes actions pour affecter ses lecteurs mystérieuse de le horla qui était
imaginaire et le suicide l’emporte.