Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 3 : Travail d’une force ; oscillateurs mécaniques

Intro : Pour déterminer un temps ou une durée, il faut se baser sur des phénomènes
réellement périodiques. Des systèmes qui oscillent peuvent convenir, si les oscillations se font
régulièrement et sans déperdition. Pour cela, il nous faut d’abord étudier le travail des forces.

I. Travail d’une force

1) Définition

Une force a pour effet la modification du mouvement d’un objet. Durant le déplacement de
l’objet d’un point A à un point B, la force aura eu un effet que l’on peut mesurer par son
travail : WAB(𝐹⃗ ) = 𝐹⃗ .𝐴𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ou WAB(𝐹⃗ ) = F.AB.cos() (W en joules J ; F en newton N et AB en mètres
m).

Suivant la valeur de , on aura différents cas. Si  < 90°, la force va dans le sens du mouvement
(travail moteur) et W > 0. Si  = 90°, la force n’a pas d’effet sur le mouvement et W = 0 (travail
nul). Enfin, si  > 90°, la force va dans le sens inverse au mouvement (travail résistant) et W <
0.
2) Exemples

- Travail du poids.

On a : WAB(P) = 𝑃⃗⃗.𝐴𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = m𝑔⃗.𝐴𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ . Force constante. Coordonnées de 𝑔⃗ : (0, 0, -g) donc : W =
mg(zB-zA) = mg (zA-zB).

- Travail d’une force électrostatique constante

⃗⃗⃗⃗⃗⃗
Entre les plaques d’un condensateur plan, par ex. On a : WAB(𝐹 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑒𝑙 ) = 𝐹𝑒𝑙 .𝐴𝐵 = q𝐸 .𝐴𝐵 = q.UAB…
Pas de démonstration…

- Travail d’une force de frottement

Lors d’un déplacement, le travail des frottements est toujours résistant. Pour un mouvement
rectiligne, on aura : WAB(𝑓⃗) = 𝑓⃗.𝐴𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = -f.AB. Schéma (𝑅⃗⃗ a un travail nul par contre…).
II. Evolution temporelle et aspect énergétique des oscillations

1) Forces conservatives ou non-conservatives

Lors d’une chute libre par exemple, on a évolution des deux types d’énergie mécanique : Ec et
Ep. Si on néglige les frottements, on a : Em = 0 et Em = Ec + Ep. Il y a transfert d’énergie par
l’intermédiaire du travail du poids : Ep = mgzB – mgzA = -WAB( 𝑃⃗⃗ ). Il s’agit d’une force
conservative : son travail ne dépend pas du chemin suivi ou de sa vitesse, mais juste de son
point de départ et de son point d’arrivée. Ep = -WAB(Fconservative). Comme Em constant mais Ec
et Epp variable, on a des transferts d’énergie mécanique entre énergie cinétique et potentielle
(chute libre par exemple, ou oscillations d’un pendule).

En présence de frottements par contre, Em ≠ 0. Les forces de frottement sont non
conservatives et Em = WAB(f) < 0. Dissipation d’énergie sous forme thermique.

2) Etude d’oscillateurs

Exemple du pendule : boule au bout d’un fil de masse négligeable devant celle de la boule
attaché à un point fixe. On l’écarte de la verticale, et on regarde l’évolution du système
librement.

Oscillations libres avec période T. On mesure l’angle (t). Pour des petits angles (<20°), on a
T = 2√𝑙/𝑔

Forces : poids du pendule, tension du fil (qui retient la masse), et éventuellement des
frottements fluides (air qui freine le pendule) ou solides (mécanisme du pendule).
Transferts d’énergie dans le cas d’un mouvement idéal sans frottement où l’énergie
mécanique se conserve, par l’intermédiaire du travail du poids.

Sinon, mouvement amorti (T : pseudo-période). L’énergie mécanique diminue :


Em = W(f) < 0.