Vous êtes sur la page 1sur 3

Corrigé

 sujet  1  :  Histoire-­‐Géographie  –  Voie  technologique  


 
Première  partie  :  questions  (10  points)  
1. Deux   droits   au   choix   parmi   la   liste   suivante  :   liberté,   égalité   en   droits,   propriété,   sûreté,   résistance   à  
l’oppression,  présomption  d’innocence,  souveraineté  de  la  nation.  
 
2. Réponse  c  :  principe  selon  lequel  le  pouvoir  suprême  est  détenu  par  les  citoyens  constituant  la  nation.  
 
3. Pour   que   la   Révolution   puisse   continuer,   il   faut   se   débarrasser   des   «  ennemis   extérieurs  »,   c’est-­‐à-­‐dire   les  
armées  étrangères  des  monarchies  européennes,  et  des  «  ennemis  intérieurs  »,  c’est-­‐à-­‐dire  des  Vendéens  et  
des  partisans  des  Girondins.  
 
4. «  Aujourd’hui  50%  de  la  population  mondiale  vit  en  ville  »  :  Faux  (le  pourcentage  actuel  est  autour  de  55%).  
«  La  part  de  la  population  urbaine  dans  le  monde  ne  cesse  de  progresser  »  :  Vrai.  
«  Une  métropole  compte  au  moins  dix  millions  d’habitants  »  :  Faux.  
 
5. Choix   d’une   mégalopole   parmi   les   3   suivantes  :   mégalopole   nord-­‐américaine   ou   Mégalopolis,   mégalopole  
japonaise  ou  archipel  mégalopolitain  asiatique,  mégalopole  européenne.  
Choix   d’une   métropole   de   rang   mondial   parmi   les   4   suivants   :   New   York,   Londres,   Paris,   Tokyo.   Il   existe  
d’autres  métropoles  de  rang  mondial  mais  leur  importance  est  moindre  :  Hong  Kong,  Los  Angeles,  Singapour,  
Chicago,  Séoul,  Toronto.  Puis  San  Francisco,  Boston,  Mexico   ,  São  Paulo,  Buenos  Aires  ;  Bruxelles,  Francfort,  
Milan,  Madrid,  Moscou  et  Osaka,  Beijing,  Shanghai,  Kuala  Lumpur,  Mumbai.    
Attention  au  choix  des  figurés,  à  leur  localisation  et  à  la  nomenclature  !  

Tokyo  
Mégalopole  japonaise  
Mégalopolis  

New  York  
Londres  
Mégalopole  
Paris   européenne  

 
Deuxième  partie  :  analyse  de  documents  (10  points)  
 
Attention,  un  seul  sujet  doit  être  traité  !  
 
Sujet  d’étude  1  :  les  espaces  périurbains  en  France  (métropolitaine  et  ultramarine)  
 
1. On  distingue  deux  périodes  entre  1989  et  aujourd’hui.  De  1989  à  1999,  les  campagnes  se  dépeuplent  avec  
une   perte   moyenne   de   «  17  000   habitants   par   an  ».   Mais   à   partir   des   années   2000,   «  la   tendance   s’est  
inversée  ».  Aujourd’hui,  c’est  quelques  100  000  Français  qui  «  quittent  la  ville  pour  s’installer  au  vert  »,  à  la  
campagne.  
 
2. Les   nouveaux   habitants   des   campagnes   sont   attirés   par   «  une   meilleure   qualité   de   vie  »,   le   «  contact   avec   la  
nature  »   ou   «  la   proximité   avec   la   population   rurale  ».   C’est   aussi   «  l’occasion   d’un   nouveau   départ  
professionnel  »,  de  «  transformer  leur  quotidien  »  et  peut-­‐être  de  «  retrouver  ses  racines  familiales  et/ou  de  
vivre  dans  une  région  que  l’on  aime  ».  

3. Les   espaces   ruraux   témoignent   d’une   multifonctionnalité   par   le   développement   des   services   de   proximité  
(commerce   de   détails,   activités   financières   et   immobilières),   par   les   emplois   industriels,   par   l’essor   de  
l’agriculture  bio,  par  le  télétravail  ou  encore  par  la  double  activité.  

4. Certains  espaces  ruraux  demeurent  attractifs  car  ils  offrent  généralement  une  meilleure  qualité  de  vie,  plus  
proche  de  la  nature,  tout  en  ayant  des  opportunités  professionnelles  comme  les  activités  liées  aux  services  
de   proximité   ou   le   télétravail.   Mais   cette   attractivité   engendre   aussi   des   conséquences   sur   les   mobilités,  
qu’elles   soient   dans   le   cadre   professionnel   avec   les   liaisons   ville-­‐campagne   ou   personnel   pour   «  conserver  
certains  repères  »  de  la  vie  citadine.  

Sujet  d’étude  2  :  l’agrotourisme  en  France  (métropolitaine  et  ultramarine)  


1. Les   trois   atouts   permettant   à   l’agrotourisme   de   se   développer   dans   les   territoires   d’outre-­‐mer   sont   la  
biodiversité   liée   à   la   zone   tropicale,   les   sites   inscrits   au   patrimoine   de   l’humanité   et   les   produits   originaux  
comme  le  rhum  ou  la  canne  à  sucre.  
 
2. Les   informations   portées   sur   l’affiche   ne   concernent   qu’une   catégorie   d’acteurs   des   espaces   ruraux  :   ceux  
qui  produisent,  transforment  leur  production,  la  commercialisent  en  direct  et  accueillent  les  touristes  dans  
leur  ferme.  

3.  Au  choix,  cinq  mises  en  relation  affiche-­‐texte  :  

Respecter  leur  terroir   «  Le  lien  fondamental  entre  l'agriculture  et  le  tourisme  
c'est   la   mobilité   douce   »,   «  petit   sous-­‐bois   avec   des  
lianes  ».  
Cultiver  leur  terre   «  Dans   un   petit   sous-­‐bois   avec   des   lianes,   les   touristes  
Produire  et  élever  sur  leur  ferme   peuvent   toucher   les   gousses,   ensuite   ils   voient   la  
transformation  ».  
Transformer  leur  production   «  le   rhum   aux   Antilles,   les   plantes   aromatiques   et  
médicinales  ou  encore  la  canne  à  la  Réunion  ».  
Commercialiser  en  direct   «  projet  de  développement  collectif  du  spiritourisme  ».  
Accueillir  sur  leur  ferme   «  Nous   avons   les   atouts   en   gastronomie,   on   sait  
accueillir,  on  est  au  top  »,  «  parcours  pédagogique  ».  
Conseiller  et  prendre  plaisir  à  présenter  le  fruit  de  leur   «  La   coopérative   réunionnaise   Provanille   a   ainsi   créé   un  
travail   parcours   pédagogique   pour   présenter   la   culture   de   la  
vanille  ».  
 

4. Afin   de   se   distinguer   des   autres   régions   des   Caraïbes   pour   attirer   les   touristes,   certains   misent   sur   le  
tourisme  culturel  pour  faire  découvrir  des  produits  locaux  comme  le  rhum  :  «  on  n'a  pas  de  différences  sur  
les   plages   par   rapport   aux   autres   territoires   de   la   Caraïbe,   alors   l'idée   c'est   de   rendre   notre   territoire   plus  
attractif  et  donner  une  alternative  au  tourisme  balnéaire  ».  
L’agrotourisme  demande  une  grande  disponibilité  de  la  part  des  agriculteurs  afin  de  présenter  leur  ferme,  
leur   produit   et   leur   savoir-­‐faire  :   «   pour   faire   de   l'agrotourisme,   il   faut   une   forte   volonté   de   partage   des  
exploitants  agricoles  ».