Vous êtes sur la page 1sur 3

Corrigé

 sujet  3  :  Histoire-­‐Géographie  –  Voie  technologique  


 
Première  partie  :  Questions  (10  points)  
1. Pour   cette   question,   plusieurs   choix   sont   possibles  :   Robespierre   (la   Terreur)   et   Napoléon  
Bonaparte/Napoléon   Ier   (Code   civil,   lycées,   préfets…)   semblent   les   plus   évidents.   Il   est   possible   aussi   de  
rajouter   des   ensembles   de   personnes   comme   le   peuple   de   Paris   (prise   de   la   Bastille),   les   sans-­‐culottes  
(fervents  partisans  de  la  République,  les  «  enragés  »)  ou  les  membres  de  la  Garde  nationale  («  gardiens  de  la  
Constitution  »   mais   aussi   outil   répressif   de   l’Assemblée   nationale).   En   tant   qu’acteur   de   la   période  
révolutionnaire,  Louis  XVI  (signature  de  la  Constitution  mais  fuite  et  arrestation  à  Varennes)  peut  à  juste  titre  
être  cité.  
 
2. Le   Congrès   de   Vienne   (1815)   réunit   les   puissances   victorieuses   contre   Napoléon   Ier   pour   rétablir   la   paix   et  
l’ordre   monarchique   en   Europe.   Il   y   a   donc   la   volonté   de   ne   faire   de   la   période   révolutionnaire   qu’une  
parenthèse  dans  l’histoire.  
 
3. Choix   de   trois   caractéristiques   d’une   métropole   mondiale   parmi   la   liste   suivante  :   forte   concentration  
démographique,   des   activités   économiques   et   des   fonctions   de   commandement,   et   forte   influence   à  
l’échelle  mondiale.  
 
4. En   1950,   30   %   de   la   population   mondiale   vivait   en   ville.   Aujourd’hui   cette   part   représente   55   %   et   elle  
pourrait  atteindre  70  %  en  2050.  
 
5. La   difficulté   ici   est   de   saisir   les   attentes   du   correcteur.   Le   terme   de   «  métropole   mondiale  »   désigne-­‐t-­‐il  
uniquement  les  villes  mondiales,  c’est-­‐à-­‐dire  les  métropoles  concentrant  tous  les  atouts  de  la  puissance  et  
du   rayonnement   comme   New   York,   Tokyo,   Londres   et   Paris  ?   Ou   faut-­‐il   élargir   ce   groupe   aux   métropoles  
ayant   une   influence   majeure   sur   la   planète   sans   avoir   tous   les   atouts   cités   précédemment  ?   Auquel   cas,  
Shanghai,  Singapour  ou  Los  Angeles  peuvent  être  incluses  par  exemple.  La  même  difficulté  se  pose  pour  les  
métropoles   régionales,   faut-­‐il   entendre   le   terme   de   région   dans   le   cadre   national   ou   dans   celui   d’un  
continent  ?  Les  choix  des  métropoles  figurant  sur  le  planisphère  visent  à  ne  prendre  aucun  risque  vis-­‐à-­‐vis  du  
correcteur,  d’autres  possibilités  sont  donc  permises.    

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Deuxième  partie  :  analyse  de  documents  (10  points)  
 
Attention,  un  seul  sujet  doit  être  traité  !  
 

Sujet  1  :  10  août  1792,  la  chute  de  la  monarchie  et  le  basculement  vers  une  république  
révolutionnaire  
1. L’événement  relaté  dans  le  texte  est  la  prise  des  Tuileries  le  10  août  1792.  
 
2. À  cette  date,  la  France  est  une  monarchie  constitutionnelle.  Le  roi  est  toujours  présent  mais  depuis  sa  fuite  
et   son   arrestation   à   Varennes,   le   peuple   de   Paris   n’a   plus   confiance   en   lui.   Les   sans-­‐culottes   aspirent   à  
renverser  la  monarchie  et  à  instaurer  une  république.  
 
3. Les   différents   acteurs   de   la   journée   sont   le   peuple,   les   fédérés,   les   gardes   suisses,   la   famille   royale   et  
l’Assemblée  nationale.  Les  confrontations  ont  lieu  au  palais  des  Tuileries,  aux  Champs-­‐Élysées,  sur  la  place  
de  Grèce  et  un  peu  partout  dans  Paris  («  on  poursuit  les  malveillants  de  toutes  parts  »).  
 
4. La   violence   se   manifeste   par   l’utilisation   de   pièces   d’artillerie   («  canons  »),   d’armes   («  baïonnettes  »,  
«  piques  »).   On   exécute   d’une   balle   dans   la   tête   les   gardes   suisses   («  on   leur   a   brûlé   la   cervelle  »),   «  la   Grève  
est   couverte   de   morts  et   les   têtes   ont   été   promenées   au   bout   de   plusieurs   piques  ».   On   saccage   les   Tuileries  
et  on  détruit  les  symboles  royaux  comme  «  les  statues  de  bronze  ».  
 
5. La   prise   des   Tuileries   marque   la   fin   de   la   monarchie.   La   Première   République   est   proclamée   le   21   septembre  
1792.  La  mort  de  Louis  XVI  le  21  janvier  1793  provoque  la  révolte  des  Chouans  et  des  Vendéens  ainsi  qu’une  
coalition   des   monarchies   européennes.   Afin   de   rétablir   l’ordre   et   de   repousser   les   armées   étrangères,  
Robespierre  instaure  la  Terreur.  
 
 

Sujet  2  :  Les  puissances  européennes  contre  Napoléon  :  la  bataille  de  Waterloo  
1. L’auteur   de   la   lettre   se   situe   dans   le   camp   de   la   coalition,   c’est-­‐à-­‐dire   contre   l’armée   française.   En   effet,  
l’auteur  parle  de  celle-­‐ci  en  employant  le  terme  «  d’ennemi  »,  et  Napoléon  est  surnommé  «  l’usurpateur  ».  
 
2. La   position   de   Waterloo   est   stratégique   car   elle   permet   aux   Britanniques   de   «  couvrir   Bruxelles  »   en  
attendant  les  Prussiens,  puis  les  renforts  autrichiens  et  russes,  afin  de  vaincre  définitivement  Napoléon.  Pour  
ce  dernier,  il  est  impératif  de  battre  séparément  les  Britanniques  et   les  Prussiens  pour  remporter  la  victoire  :  
«  toutes  ses  attaques  se  dirigèrent  contre  notre  centre  ».  
 
3. «  feu   effroyable   de   la   mousqueterie  »,   «  immense   artillerie  »,   «  plus   de   100   pièces   d’artillerie   qui  
vomissaient   une   nuée   de   bombes   et   de   boulets  »,   «  sanglante  »,   «  presque   tous   les   officiers   de   son   Etat-­‐
major   ont   été   atteints  »,   «  forces   considérables  »,   «  ce   qui   restait   de   la   Garde   impériale   était   maintenant  
conduit  au  sacrifice  »,  «  prise  de  300  pièces  d’artillerie  »,  «  7  000  prisonniers  ».  
 
4. La   défaite   de   Waterloo   entraîne   dans   les   semaines   qui   suivent   le   déplacement   des   armées   coalisées   vers  
Paris   («  Ainsi   donc,   dans   le   court   espace   de   3   semaines,   la   France   fut   traversée   du   nord   au   siège   de   son  
Gouvernement   par   une   armée   victorieuse  »).   Des   combats   ont   lieu   tout   au   long   de   la   route  :   pour   la  
première   fois   depuis   longtemps,   la   guerre   est   présente   sur   le   sol   français   et   non   plus   dans   le   reste   de  
l’Europe.  Les  conséquences  de  la  guerre  ont  donc  changé  de  camps  :  la  politique  de  conquête  de  Napoléon  
avait   entraîné   la   guerre   en   Europe,   sa   défaite   à   Waterloo   inverse   donc   les   choses   («  Nation   française   fit  
l’expérience  de  ces  calamités  inséparables  de  la  guerre,  dont  elle  avait  si  longtemps  accablé  les  habitants  des  
autres  États  de  l’Europe  »).