Vous êtes sur la page 1sur 2

9

 –  CERTIFICATS  MEDICAUX  –  DECES  ET  LEGISLATION  –  PRELEVEMENTS  D’ORGANES  


CONTENU  DU  CERTIFICAT  MEDICAL  
 
! Etabli  à  la  demande  du  patient  et  remis  en  main  propre  
! Lisible  et  compréhensible  
! Identification  du  médecin  :  nom,  prénom,  adresse,  téléphone,  qualité,  numéro  d’inscription  à  l’ordre  
! Identification  du  patient  (en  cas  de  doute,  le  médecin  note  l’identité  alléguée  par  celui-­‐ci  :  «  me  déclarant  se  
nommer  …  »)  
! Description  précise  et  objective  des  faits  constatés  par  le  médecin,  date  de  l’examen/des  constatations  
! Faits  allégués  par  le  patient  :  au  conditionnel  ou  entre  guillemets  
! Mention  «  certificat  remis  en  main  propre  à  l’intéressé  pour  faire  valoir  ce  que  de  droit  »  
! Date,  lieu  de  la  rédaction  et  signature  du  médecin  

CERTIFICATS  MEDICAUX  OBLIGATOIRES  


 
Certificat  de  coups  et  blessures  
! Rédigé  à  la  demande  de  la  victime  ou  sur  réquisition  et  permettan  à  la  victime  d’apporter  la  preuve  du  préjudice  devant  le  tribunal  
! Description  précise  et  exhaustive  des  lésions  :  symptômes  signalés,  lésions  (nature,  localisation,  dimensions),  retentissement  fonctionnel,  
antécédents  médicaux  susceptibles  d’être  aggravés  par  les  blessures,  résultats  des  examens  complémentaires,  traitements  prescrits  
! Durée  d’ITTP  (Incapacité  Totale  de  Travail  Personnel)  :  durée  pendant  laquelle  la  victime  est  dans  l’incapacité  de  se  livrer  à  un  travail  
quelconque,  même  domestique  et  dans  les  gestes  élémentaires  de  la  vie  quotidienne  ≠  de  la  durée  d’arrêt  de  travail  
 
  Durée   Faits  qualifiés  de   Juridiction  compétente   Conséquences  
ITTP  
En  cas  de  coups  et   >  8jours   Délit   Tribunal  correctionnel   Amende  /  Prison  
blessures  volontaires   ≤  8  jours   Contravention   Tribunal  de  police   Amende  
En  cas  de  coups  et   >  3  mois   Délit   Tribunal  correctionnel   Amende  /  Prison  
blessures  involontaires   ≤  3  mois   Contravention   Tribunal  de  police   Amende  
 
Certificat  de  naissance  (date,  le  jour  de  naissance,  le  sexe  de  l’enfant)  
! Toute  naissance  doit  être  déclarée  dans  les  3  jours  suivant  l’accouchement  
! Certificat  «  né  vivant  et  viable  »  est  établi  pour  les  enfants  respirant,  nés  entre  22  et  28SA  et/ou  pesant  plus  de  500g  
ème ème ème
Certificat  de  santé  :  8 jour,  9  et  24  mois,  certificats  envoyés  dans  les  8  jours  au  médecin  du  service  de  PMI  du  département  
Certificats  liés  au  travail  
! Le  médecin  est  autorisé,  sauf  opposition  du  patient,  à  communiquer  au  médecin  conseil  de  l’organisme  de  sécurité  sociale  dont  il  dépend,  les  
renseignements  médicaux  strictement  indispensables  
! Maladie  professionnelle  et  accident  du  travail  :  cf.  item  109  
! Arrêt  de  travail  
o Le  patient  a  48H  pour  informer  son  employeur  et  sa  CPAM  
o Possibilité  de  recevoir  des  indemnités  journalières  après  un  délai  de  carence  de  3  jours,  pendant  une  durée  limitée  
er
o 3  volets  :  renseignements  médicaux  (uniquement  sur  2  1 ),  date  de  fin  en  toutes  lettres,  autorisations  ou  non  de  sorties  +  horaires  
 
Autres  certificats  médicaux  prévus  par  la  loi  :  certificats  de  déclaration  obligatoire  de  certaines  maladies,  certificat  de  décès,  certificat  pour  viol,  
certificat  d’IVG,  certificat  de  vaccinations  obligatoires,  certificat  et  maladie  mentale,  certificat  de  non  contre-­‐indication  à  la  pratique  d’activités  
physiques  et  sportives  
Certificats  non  prévus  par  la  loi  :  certificat  de  dispense  scolaire,  certificat  de  bonne  santé  apparente,  certificat  de  grossesse,  …  
 

REQUISITION  

! Procédure  par  laquelle  un  médecin  est  appelé  par  une  autorité  judiciaire  ou  une  autorité  administrative  pour  
Définition   «  procéder  à  des  constatations  ou  à  des  examens  techniques  scientifiques  qui  ne  peuvent  être  différés  »  
! Nominative  et  écrite  
! Obligation  de  répondre  à  une  réquisition  (refus  =  délit  puni  par  le  code  de  santé  publique)  
Caractère  
! Sauf  motif  légitime  :  inaptitude  physique  justifiée  et  constatée  (handicap  ou  invalidité),  incompétence  technique  
obligatoire  
avérée  dans  le  domaine  de  la  réquisition,  expertise  concernant  un  parent  ou  si  le  médecin  =  MT  du  patient  
! Apporter  une  expertise  à  une  question  bien  précise  (compatibilité  état  de  santé  avec  garde  à  vue,  alcoolémie,.)  
! Informer  le  patient  de  la  mission  
Missions   ! Ne  doit  révéler  que  les  éléments  directement  utiles  à  sa  mission  dans  le  respect  du  secret  médical  ;  se  limite  aux  faits  
constatés,  en  rapport  avec  la  question  posée  
! Certificat  remis  à  l’autorité  compétente  
! Pour  une  simple  constatation,  le  médecin  doit  obéir  à  la  réquisition  
Cas  du  MT  
! Pour  une  mission  d’expertise,  le  médecin  doit  la  refuser  
! Il  doit  remplir  la  fiche  B  du  formulaire  de  vérification  concernant  l’alcoolémie  comportant  l’examen  clinique  (pas  en  
Exemple   présence  de  l’agente  de  police)  et  les  modalités  de  prélèvement  sanguin  +  certificat  de  non-­‐admission  
alcoolémie   ! Matériel  de  prélèvement  fourni  par  la  police,  en  présence  de  l’agent  de  police,  remis  scellés  aux  autorités  
! Le  patient  peut  refuser  mais  assimilation  à  une  conduite  en  état  alcoolique  (niveau  délictuel)  
 
LEGISLATION  CONCERNANT  LES  PRELEVEMENTS  D’ORGANES  
 
Donneurs  décédés   Donneurs  vivants  
! Loi  de  bioéthique  du  29  juillet  1994   ! Loi  de  bioéthique  du  29  juillet  1994  
! Loi  de  bioéthique  du  06  août  2004   ! Loi  de  bioéthique  du  06  août  2004  
1/  Finalité  thérapeutique  ou  scientifique   1/  Finalité  thérapeutique  uniquement  
2/  Dans  les  établissements  de  santé  autorisés  par  le  Ministère  de  la   2/  Définition  des  donneurs  possibles  
Santé  sur  avis  de  l’Agence  de  biomédecine  afin  de  garantir  la  qualité   ! Père  ou  mère  du  patient  
des  pratiques  et  leur  transparence   ! Conjoint,  frères  et  sœurs,  fils  et  filles,  grands-­‐parents,  oncles  et  
3/  Mort  constatée  selon  les  critères  en  vigueur  (cf.)   tantes,  cousins  germains,  conjoint  du  père  ou  de  la  mère  
4/  Consentement  présumé  du  donneur,  non  inscrit  sur  le  registre   ! Toute  personne  apportant  la  preuve  d’une  vie  commune  d’au  
des  refus,  recueil  du  témoignage  des  proches  (si  mineur  ou  majeur   moins  deux  ans  avec  le  receveur  
sous  tutelle,  le  prélèvement  ne  peut  avoir  lieu  qu’à  la  condition  que   3/  Procédure  d’information  et  de  consentement  renforcée  
chacun  des  titulaires  de  l’autorité  parentale  ou  le  tuteur  y  consente   ! Prélèvement  non  effectué  si  risque  sérieux  pour  la  santé  ou  la  vie  
par  écrit)   ! Information  donneur  par  comité  d’expert  (risque  et  conséquences)  
5/  Anonymat  du  don  (la  famille  du  donneur  peut  toutefois  être   ! Donneur  donne  son  consentement  devant  le  président  du  TGI  
informée  des  résultats  des  greffes)   ! Incapables  majeurs  exclus  des  donneurs  vivants  potentiels  
6/  Gratuité  du  don   4/  Perte  de  l’anonymat  
7/  S’assurer  de  la  meilleure  restauration  du  corps    
8/  Information  des  proches  sur  les  prélèvements  effectués  
9/  Respect  règles  de  sécurité  sanitaire  :  éviction  des  donneurs  à  
risque  :  anamnèse,  clinique,  sérologies  (VBB,  VHC,  VIH,  ESB/CJ,  …)  
10/  Distribution  des  greffons  respectant  le  principe  d’équité  
11/  Déclaration  préalable  des  cas  à  l’Agence  de  biomédecine  
 
Etat  de  mort  encéphalique  
• Association  de  3  critères  cliniques  parmi  
o Coma  aréactif  avec  absence  totale  de  conscience  et  d’activité  motrice  spontanée  
o Disparition  des  réflexes  du  tronc  
o Absence  de  respiration  spontanée  
• Et  un  critère  paraclinique  parmi  
o 2  EEG  plats  et  aréactifs,  pendant  30  minutes,  à  4H  d’intervalle,  en  l’absence  de  sédation,  d’hypothermie  ou  d’intoxication  
o Angiographie  objectivant  l’absence  de  circulation  cérébrale  
 

LEGISLATION  CONCERNANT  LE  DECES  ET  L’INHUMATION  


 
! Destinée  à  l’officier  d’état  civil  et  permet  la  délivrance  du  permis  d’inhumer  
! 3  volets  :  mairie  lieu  de  la  chambre  funéraire,  gestionnaire  de  la  chambre  funéraire,  mairie  lieu  de  décès  
! Renseignements  :  commune  de  décès,  N-­‐P-­‐Age  et  domicile  du  défunt,  date  et  heure  de  la  mort,  la  mort  semble  
réelle  et  constante,  signature-­‐date-­‐cachet  du  médecin  
Autres  renseignements  
! Obstacle  médico-­‐légal  à  l’inhumation  :  morts  violentes  ou  suspectes  :  accidents  (sauf  si  responsabilités  
Partie  supérieure  
clairement  démontrées),  signes  de  crime  ou  délit,  suicide.  L’OEC  transmet  cette  information  au  Procureur  de  la  
ADMINISTRATIVE  ET  
République  qui  demandera  une  autopsie  médico-­‐légale  
NOMINATIVE  
! Obligation  de  mise  en  bière  immédiate  (mauvais  état  du  corps,  maladie  épidémique/contagieuse)  
o Cercueil  simple  :  peste,  hépatites  virales  sauf  VHA  confirmée,  SIDA,  rage,  mauvais  état  du  corps  
o Cercueil  hermétique  :  variole  et  autres  orthopoxviroses,  choléra,  charbon,  fièvres  hémorragiques  virales  
! Obstacle  au  don  du  corps  
! Prélèvement  en  vue  de  la  recherche  des  causes  du  décès  
! Présence  d’une  prothèse  fonctionnant  à  pile  devant  avoir  été  enlevée  avant  l’inhumation  ou  la  crémation  
! Destinée  au  médecin  inspecteur  de  santé  publique  de  la  DDASS  
Partie  inférieure   ! Intérêt  épidémiologique  pour  faire  des  statistiques  sur  les  causes  médicales  de  décès  (CépiDC)  
MEDICALE  ET   ! Partie  anonyme,  cachetée  par  le  médecin  
ANONYME   ! Renseignements  :  commune  du  décès,  date  de  décès,  date  de  naissance,  sexe,  causes  et  conditions  du  décès,  
spécificités  de  la  personne  décédée  (antécédents,  grossesse,  …),  accident  de  travail,  mort  délictueuse,  MP,  …  
 
NB  :  le  médecin  est  tenu  au  secret  médical,  même  après  le  décès  de  son  patient  
Le  médecin  n’a  pas  à  dévoiler  la  cause  médicale  du  décès  
 
 

Vous aimerez peut-être aussi