Vous êtes sur la page 1sur 41

INSTITUT SUPERIEUR

DU GENIE APPLIQUE
3éme Année
Ingénierie des Systèmes Informatiques

Rapport de Mini-Projet

Mise en Œuvre d’une Solution VOIP


sous ‘ASTERISK’

Réalisé par :
Encadré par :
 Omar Ben Rahal
 Mohamed Sahmoudi  Mr. Baidi Mohamed
 Mustapha Ouezghar

Année Universitaire : 2014-2015


Rapport 2014-2015

Remerciements
Au terme de ce Mini-Projet, nous adressons nos sincères
remerciements à Monsieur Baidi, notre encadreur d’e
L’IGA, qui n'a pas cessé de nous encourager pendant la
durée du projet, et que grâce à eux ce modeste travail a
pu être réalisé et élaboré.

nous tenons à remercier également l’’administration


et les professeurs d’e L’IGA pour les moyens qu’ils ont
mis à notre disposition afin d’’élaborer ce travail.

Nous souhaitons exprimer enfin nos gratitudes et nos


vifs remerciements à tout ceux qui nous ont soutenu de
prés ou de loin et Nous leurs présentons notre profonds
respects.

VoIP Page | 2
Rapport 2014-2015

Dédicace

Nous dédions ce modeste travail à :

Nos chers parents qui nous ont assuré pendant cette


période avec leurs efforts pour que nous puissions arriver
au but que nous cherchons.

A tous nos amis sans exception, et nos collègues de la


filière de : Ingénierie des Systèmes Informatiques.

Enfin, que Tous ceux qui nous ont aidés d’une manière
ou d’une autre à la réalisation de ce travail.

VoIP Page | 3
Rapport 2014-2015

Introduction générale :

Depuis quelques années, la technologie VoIP commence à intéresser les entreprises, surtout
celles de service comme les centres d’appels. La migration des entreprises vers ce genre de
technologie n’est pas pour rien. Le but est principalement est de : minimiser le coût des
communications ; utiliser le même réseau pour offrir des services de données, de voix, et
d’images ; et simplifier les coûts de configuration et d’assistance.

Plusieurs fournisseurs offrent certaines solutions qui permettent aux entreprises de migrer vers le
monde IP. Des constructeurs de PABX tels que Nortel, Siemens, et Alcatel préfèrent la solution de
l’intégration progressive de la VoIP en ajoutant des cartes extensions IP.
Cette approche facilite l’adoption du téléphone IP surtout dans les grandes sociétés possédant
une plateforme classique et voulant bénéficier de la voix sur IP. Mais elle ne permet pas de
bénéficier de tous les services et la bonne intégration vers le monde des données.

Le développement des PABXs software, est la solution proposée par des fournisseurs tels que Cisco et
Asterisk. Cette approche permet de bénéficier d’une grande flexibilité, d’une très bonne intégration
au monde des données et de voix, et surtout d’un prix beaucoup plus intéressant.

Ce rapport se compose de trois chapitres. Le premier chapitre introduit la voix sur IP et ces éléments,
décrit et explique son architecture et ces protocoles, et énumère les majeurs points forts de cette
technologie ainsi que ses faiblesses.

Le deuxième chapitre s’intéresse à une étude détaillé du protocole SIP ainsi que les principes de
fonctionnement.

Le dernier chapitre du rapport s’intéresse à la mise en œuvre d’une solution de VoIP pour les
entreprises basée sur le serveur Asterisk et le client X-Lite. Les différents pré-requis et les
librairies nécessaires sont installés, et les paramètres essentiels sont définis et configurés.

VoIP Page | 4
Rapport 2014-2015

Table des Matières :


Introduction générale : ...................................................................................................................................... 4
Cahier de charge : ................................................................................................................................................ 8
1. Enonciation de la problématique : .............................................................................................................. 8
2. Travail demandé :........................................................................................................................................ 8
3. Plan élaboré : .............................................................................................................................................. 8
Chapitre 1: Etude générale de la voix sur IP

I. Introduction : ................................................................................................................................................ 10
II. Présentations de la voix sur IP: ..................................................................................................................... 10
1- Définitions : ............................................................................................................................................... 10
2- Principe de Fonctionnement: .................................................................................................................... 10
III. Avantages Et Inconvénients De La Téléphonie IP : ................................................................................... 12
1- Avantages: ............................................................................................................................................. 12
2- Inconvénients: ....................................................................................................................................... 13
IV. Types De Téléphonie Sur IP:...................................................................................................................... 14
V. Principaux Protocoles :.................................................................................................................................. 15
1- Le standard H.323: ............................................................................................................................ 15
2- Le protocole SIP :............................................................................................................................... 18
3- Les protocoles RTP & RTCP: .............................................................................................................. 18
4- Les protocoles MGCP/MEGACO : ...................................................................................................... 18
Chapitre 2: Etude Détaillé du Protocole SIP

I. Description générale du protocole SIP :........................................................................................................ 20


II. Fonctionnement:........................................................................................................................................... 20
III. Les requêtes SIP (messages) et ces réponses : ........................................................................................ 21
IV. Architecture de SIP :.................................................................................................................................. 22
V. L’adressage SIP : ............................................................................................................................................ 23
1. URI (Universel Ressource Identifier) : ....................................................................................................... 23
2. Format des adresses SIP :.......................................................................................................................... 23
VI. Différence H.323/SIP: ................................................................................................................................ 24
VII. Conclusion : ............................................................................................................................................... 24
Chapitre 3: Installation et Configuration d'une Solution de VoIP Basée sur l'outil ASTERISK

I. Introduction : ................................................................................................................................................ 26
1. Présentation : ............................................................................................................................................ 26
2. Historique : ................................................................................................................................................ 26
3. Fonctionnalités : ........................................................................................................................................ 26

VoIP Page | 5
Rapport 2014-2015

4. Architecture du réseau VoIP déployé : ..................................................................................................... 27


II. Installation d'Asterisk 11 : ............................................................................................................................. 27
1. Préparation des Pré-requis : ................................................................................................................. 28
2. Téléchargement des paquets et logiciels nécessaires à la compilation D’Asterisk : ............................ 29
3. Téléchargement des logiciels : .............................................................................................................. 29
4. Installation des logiciels : ...................................................................................................................... 30
5. Finalisation de l'installation : ................................................................................................................ 31
III. Commandes utiles : ................................................................................................................................... 31
IV. Configuration d’Asterisk :.......................................................................................................................... 32
1. Configuration général d’Asterisk (Sip.conf) : .................................................................................... 32
2. Création des utilisateurs (Users.conf) : ............................................................................................. 32
3. Configuration du Dialplan (Extensions.conf) :................................................................................... 34
4. Mise en place des boîtes vocales : .................................................................................................... 35
5. Configuration et mise en place du transfert d’appel : ...................................................................... 37
6. Configuration d’un Clients SIP :......................................................................................................... 38
V. Conclusion : ................................................................................................................................................... 39
Conclusion générale : ........................................................................................................................................ 40
ACRONYME: ........................................................................................................................................................ 41
BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................................................. 41

VoIP Page | 6
Rapport 2014-2015

Liste des figures

Figure 1 : Communication de PC à PC............................................................................................ 14


Figure 2 : Communication de PC è téléphone ............................................................................... 14
Figure 3 : Communication de téléphone à téléphone .................................................................. 15
Figure 4 : le standard H.323.............................................................................................................. 15
Figure 5 : Architecture Point à Point. .............................................................................................. 16
Figure 6 : Architecture Gatekeeper. ................................................................................................ 17
Figure 7 : Architecture Multipoints................................................................................................. 17
Figure 8 : mode point à point ........................................................................................................... 21
Figure 9 : mode diffusif ..................................................................................................................... 22
Figure 10 : Architecture de SIP ......................................................................................................... 23
Figure 11 : : Menu de « l’Autoconf» ................................................................................................ 31
Figure 12: Asterisk command line interface .................................................................................. 32
Figure 13 : Configuration du client X-lite ...................................................................................... 38

Liste des Tableaux :


Tableau 1 : Différence entre H323 et SIP ....................................................................................... 24
Tableau 2 : Liste de paquetages nécessaires pour compiler Asterisk et Libpri ..................... 28

VoIP Page | 7
Rapport 2014-2015

Cahier de charge :

1. Enonciation de la problématique :
Nous savons que les entreprises utilisent plusieurs machines et plusieurs téléphones pour pouvoir
communiquer. Cependant pour établir la connexion entre ces derniers, il faut trouver un moyen qui
facilite la tache et qui coute moins chère avec moins de pannes et qui se base sur la voix IP et la
fonctionnalité de cette dernière est de passer des appels vocaux dans un réseau local sans devoir
payer.

2. Travail demandé :
Ce travail a pour l’objectif de faire une étude des protocoles de VoIP et des architectures proposées ;
et la mise en œuvre d’une solution VoIP sécurisée basée sur des outils open source, précisément le
serveur Asterisk et les clients « X-Lite, 3CX Phone ».
Le serveur sur lequel l'installation sera faite aura un système d'exploitation Linux (CentOS6).

3. Plan élaboré :
Le plan que nous avons dressé se compose des démarches suivantes :

L’installation de CentOs6 et configuration de Base (paquets).


L’Installation du serveur Asterisk-11 .
Téléchargements et Installation des logiciels (DAHDI, LIBPRI, ASTERISK.)
Configuration d’Asterisk et création des comptes utilisateurs.
Installation et configuration des Soft-Phone et de serveur.

VoIP Page | 8
Rapport 2014-2015

Chapitre 1 :
Etude générale de
la voix sur IP

VoIP Page | 9
Rapport 2014-2015

I. Introduction :
La Voix sur IP (en anglais, Voice over IP ou VoIP) est le nom d'une nouvelle technologie de
télécommunication vocale en pleine émergence qui transforme la téléphonie .Cette technologie
marque un tournant dans le monde de la communication en permettant de transmettre de la voix sur
un réseau numérique et sur Internet.

C'est en 1996 que naquit la première version Voix sur IP, appelée H323.Depuis, la technologie Voix
sur IP a progresse a mesure que les entreprises découvraient ses avantages pour accroître la
productivité et l'efficacité de leurs réseaux.

L'objectif de la Voix sur IP est d'appliquer à la voix le même traitement que les autres types de
données circulant sur Internet. Grâce au protocole IP, des paquets de données, constitues de la voix
numérisée, y sont transportes. En effet, a force de transférer des fichiers d'information en temps de
plus en plus réel, les utilisateurs d'Internet en vinrent à transférer de la voix, en temps suffisamment
réel pour faire compétition au téléphone.

Dans cette banalisation des données voix, deux contraintes majeures sont présentes : transmettre ces
paquets dans le bon ordre et le faire dans un délai raisonnable.
La téléphonie IP et la téléphonie mobile, deux technologies appelées à se généraliser au cours des
prochaines années, auront un impact majeur sur la façon dont les gens communiquent, au bureau
comme à la maison.

L’objectif de ce chapitre est l’étude de cette technologie et de ses différents aspects. On parlera en
détail de l’architecture de la VoIP, ses éléments, son principe de fonctionnement et les principaux
avantages et inconvénients de la téléphonie IP.

II. Présentations de la voix sur IP:


1- Définitions :
VoIP signifie « Voice over Internet Protocol » . Comme son nom l'indique, la VoIP permet de
transmettre des sons (en particulier la voix) dans des paquets IP circulant sur Internet.
La VoIP peut utiliser du matériel d'accélération pour réaliser ce but et peut aussi être utilisée en
environnement de PC.

La téléphonie sur IP (en anglais, téléphonie over IP ou IP téléphonie) est un service de téléphonie
offert sur un réseau de télécommunications, public ou prive, utilisant principalement le protocole de
réseau IP. La téléphonie IP définit l'utilisation de liens "Internet" pour acheminer des appels
téléphoniques d’une personne à une autre. L'appel téléphonique de type IP diffère de la téléphonie
conventionnelle (RTC) dans l'encodage de la voix.

2- Principe de Fonctionnement:
Contrairement a la téléphonie classique, par commutation de circuits, qui repose exclusivement sur
un réseau téléphonique commuté, la technologie VoIP permet de téléphoner sur des réseaux
spécialises ou sans fil, y compris des réseaux informatiques. Ces nouveaux types de réseaux utilisent
des protocoles " commutation par paquets ". En plus des données vocales (voix numérisée), un paquet
comporte les adresses réseau de l'expéditeur et du destinataire. Les paquets VoIP sont transmis a
travers n'importe quel réseau compatible VoIP et peuvent être acheminés par des chemins différents :
la VoIP est donc inter opérable. Par la suite, une application se chargera de la transformation inverse
(des paquets vers la voix). " En termes plus simples, vous décrochez, composez, et l'appel passe par
Internet plutôt que par les canaux traditionnels. Sans parler des éventuelles fonctions comme le lien
entre la boite vocale et l'ordinateur ".

VoIP Page | 10
Rapport 2014-2015

En effet, toutes les informations à transmettre sur le réseau sont divisées en paquets de données.
Chaque paquet se compose :
 D'un en-tête indiquant sa source et sa destination.
 D'un numéro de séquence.
 D'un bloc de données.
 D'un code de vérification des erreurs.

Les routeurs et les serveurs acheminent ces paquets sur le réseau jusqu'a leur destination. Lorsque les
paquets arrivent à destination, le numéro de séquence permet de reclasser les paquets dans l'ordre
d'origine. A la différence de la téléphonie RTC qui dédie un circuit à un appel téléphonique, les
paquets de données partagent un circuit avec d'autres transmissions.

En effet, Bertrand Chauvet, Directeur du Business et développement international chez NetCentrex,


explique que la téléphonie sur circuit, comme le réseau téléphonique commute (RTC) classique," ...
consiste a ouvrir un canal de communication entre deux personnes et a réserver l'intégralité de cette
bande passante a ces deux interlocuteurs ... même si vous ne parlez pas, la bande passante est utilisée
et elle est perdue et ce, que ce soit en analogique ou en numérique ". Dans une téléphonie en mode "
paquets ", une session - et non une connexion - est établie entre deux usagers.

Selon les protocoles disponibles, la téléphonie basée sur réseau local utilise VoIP (Voice Over IP) ou le
mode ATM (Asynchrones Transfer Mode) pour transmettre des appels vocaux sur le réseau local. La
connexion au système téléphonique traditionnel est fournie par une passerelle RTPC (réseau
Téléphonique Public Commute) sur un serveur.

Les systèmes téléphoniques bases sur un réseau local sont utiles tant aux petites qu'aux grandes
organisations. L'emplacement physique des périphériques de téléphonie importe peu. En fait, un
système de téléphonie base sur un réseau local fonctionne parfaitement dans l'environnement d'une
entreprise ou des sites distants sont connectes au bureau principal via un réseau étendu (WAN). Les
ressources de téléphonie disponibles en un point spécifique peuvent être disponibles sur le réseau
étendu.

Par ailleurs, la téléphonie sur IP permet de combiner le téléphone et l'ordinateur, grâce a une
infrastructure intégrée basée sur le protocole Internet (IP). De cette façon, il est possible de traiter et
de transmettre sur la même infrastructure des communications de différents types, que ce soit de la
voix, des données, des images ou de la vidéo. Cette nouvelle technologie pourrait permettre à une
organisation de fusionner, sur un seul et même réseau, le réseau informatique et le réseau
téléphonique commuté. De plus, la téléphonie sur IP permet les fonctionnalités les plus populaires du
PABX traditionnel (Private Automatic Branch eXchange ou central téléphonique privé). Parmi celles-
ci, mentionnons entre autres :

 Renvoi d'appel (tous, sur occupation, sur non-réponse).


 Mise en attente d'appels.
 Affichage du numéro et du nom de l'appelant.
 Sonnerie distincte (appel interne vs externe).
 Indicateur de message en attente.
 Conférence et transfert.

VoIP Page | 11
Rapport 2014-2015

III. Avantages Et Inconvénients De La Téléphonie IP :


Il est facile de constater que les offres concernant la VoIP foisonnent. L‘industrie de La téléphonie se
trouve, aujourd'hui, plongée dans un nouveau paradigme Technologique.
Des solutions fonctionnelles existent et les bénéfices anticipés que nous présentent les différents
fournisseurs semblent fort alléchants. Mais des inconvénients se retrouvent également parmi ce lot de
bénéfices. Voici donc les principaux avantages et inconvénients repérés.
1- Avantages:
La VoIP offre plusieurs nouvelles possibilités aux opérateurs et aux utilisateurs qui bénéficient d‘un
réseau basé sur IP. Ses avantages les plus marqués sont les suivants :

o Flexibilité:
Les solutions de téléphonie sur IP sont conçues pour assumer une stratégie de migration à faible
risque à partir de l‘infrastructure existante. La transition de la solution actuelle vers la téléphonie sur
IP peut donc s'effectuer en douceur. De plus, la communication par Internet offre la gratuité des
communications intersites ainsi qu‘une facilité d‘intégration des sièges distants. Également, les
standards ouverts (interopérabilité) permettent de changer de prestataire et d‘interconnecter du
matériel de fournisseurs différents. La convergence facilite l‘intégration avec le système d‘information
et simplifie l‘infrastructure.

o Réduction des coûts:


La téléphonie sur IP exploite un réseau de données IP pour offrir des communications vocales sur un
réseau unique de voix et données. Cette convergence s‘accompagne des avantages liés à la réduction
des coûts d‘investissement, à la simplification des procédures d‘assistance et de configuration et à
l‘intégration accrue de filiales et de sites distants aux installations du réseau d‘entreprise. La
diminution des coûts est donc perçue non seulement sur les frais de communication, mais également
sur les dépenses opérationnelles (un seul réseau à gérer).
De plus, la téléphonie IP permet d‘utiliser et d‘intégrer les postes analogiques déjà en place, ainsi que
de réduire les coûts reliés aux frais interurbains. Par ailleurs, la mise en place de la téléphonie IP
permet de diminuer et même d‘éliminer les coûts et la complexité associés aux utilisateurs ayant à se
déplacer, car ceux-ci accèdent à tous les services du réseau partout où ils peuvent s‘y connecter.

o Simplification de la gestion des réseaux voix, données et vidéo:


En positionnant la voix comme une application supplémentaire du réseau IP, l‘entreprise ne va pas
uniquement substituer un transport opérateur RTC à un transport IP, mais va également simplifier la
gestion des trois réseaux (voix, données et vidéo) par ce seul transport.
La téléphonie IP permet ainsi de contrôler les réseaux de communication de données et de voix à
partir d‘une interface unique sur Internet.

o Amélioration de la productivité et du service à la clientèle:


Les applications et les services IP intégrés améliorent la productivité et le service à la clientèle. Les
bénéfices récurrents seront apportés par les gains de productivité liés à l‘utilisation de nouveaux
services et de nouvelles applications pour lesquels le déploiement est accéléré.
En effet, l'utilisation d'une infrastructure IP commune et d’interface standard ouverte permet de
développer et de déployer très rapidement des applications innovantes.

o L‘accessibilité :
Les utilisateurs accèdent à tous les services du réseau partout où ils peuvent s'y connecter notamment
par la substitution de postes, ce qui permet de maximiser les ressources et mieux les gérer afin de
réaliser des économies substantielles sur l‘administration et l‘infrastructure.

VoIP Page | 12
Rapport 2014-2015

En principe, les entreprises opérant des réseaux multi sites louent une liaison privée pour la voix et
une pour les données tout en conservant les connexions RTC d‘accès local. Les nouvelles offres VoIP
permettent, outre les accès RTC locaux, de souscrire uniquement au média VoIP intersites.
Il est ainsi très facile de constituer un centre d‘appels ou un centre de contacts
(multicanaux/multimédias) où la supervision se fait de façon centralisée.
2- Inconvénients:
Vendeurs et critiques présentent souvent une image très « rose » des centres de relations IP et de ses
bénéfices. Néanmoins, même si les bénéfices peuvent être significatifs, les gestionnaires des centres de
relations clientèle demeurent préoccupés par la rentabilité, l‘interopérabilité et la qualité sonore des
différentes solutions IP. « Faire basculer différents types de données sur un même réseau permet
avant tout de simplifier son administration. En particulier, le principe de la VoIP doit permettre de
faciliter le développement d'applications utilisant la voix et d'autres types de données.

Bien sûr, on imagine aisément les possibilités offertes par une application CRM qui gèrerait sur un
même réseau tous les canaux de la relation clientèle (hors mobiles). De plus, la téléphonie sur IP
utilise jusqu'à dix fois moins de bande passante que la téléphonie traditionnelle ».

En effet, lorsqu‘on parle de téléphonie IP, quelques problèmes restent à régler. Les principaux
inconvénients de la téléphonie IP sont les suivants:

o Fiabilité et qualité sonore:


Un des problèmes les plus importants de la téléphonie sur IP est la qualité de la retransmission qui
n'est pas encore optimale. En effet, des désagréments tels la qualité de la reproduction de la voix du
correspondant ainsi que le délai entre le moment où l'un des interlocuteurs parle et le moment où
l'autre entend peuvent être extrêmement problématiques dans le milieu professionnel.
De plus, il se peut que des morceaux de la conversation manquent (des paquets perdus pendant le
transfert) sans être en mesure de savoir si des paquets ont été perdus et à quel moment.

o Technologie émergente et constante évolution des normes:


La technologie IP n‘est pas encore mature : des nouveaux standards de téléphonie IP sont annoncés
presque à chaque mois. Cependant, même si des gros progrès ont été faits et qu‘elle est à présent
utilisable, la téléphonie IP demeure une technologie émergente sujette à de nombreuses évolutions
qui risquent d‘avoir des impacts à chaque fois sur le CRC.

o Dépendance de l‘infrastructure technologique et support administratif


exigeant:
Les centres de relations IP peuvent être particulièrement vulnérables en cas d‘improductivité de
l‘infrastructure. Par exemple, si la base de données n‘est pas disponible, les centres ne peuvent tout
simplement pas recevoir d‘appels. La convergence de la voix et des données dans un seul système
signifie que la stabilité du système devient plus importante que jamais et l‘organisation doit être
préparée à travailler avec efficience ou à encourir les conséquences.

Cette nouvelle technologie étant difficile à intégrer, le choix du partenaire devient déterminant afin
de permettre la maîtrise de l'installation après l'intégration. Il devient important pour toute
organisation, avant de s'y lancer, de considérer certains éléments selon leurs besoins spécifiques et
d‘éviter de le faire pour être à la mode.
Il faut prendre en considération que la qualité sonore sera différente (un peu comme quand les
cellulaires numériques sont arrivés) et que cette technologie dépend d'Internet (légers délais à
prévoir, pannes, etc.).

VoIP Page | 13
Rapport 2014-2015

IV. Types De Téléphonie Sur IP:


Si les deux correspondants possèdent un PC équipé en conséquence, avec des haut-parleurs et des
microphones (voir Fig.1). Ces derniers pourront communiquer s‘ils connaissent leurs adresses IP
respectives. De plus, ce mode de fonctionnement nécessite actuellement que les correspondants se
fixent un rendez-vous préalable sur Internet ou soient connectés en permanence et, bien sûr, qu'ils
utilisent des logiciels de Voix sur IP compatibles.

Dans un contexte d‘entreprise, on peut passer par un intranet ou par Internet.

Figure 1 : Communication de PC à PC
Si un correspondant utilisant un PC souhaite appeler une personne sur son téléphone, il doit passer
par un fournisseur de service sur Internet. Ce dernier met en place une passerelle, entre Internet et le
RTC (réseau téléphonique commuté), qui gérera les échanges de données.
Dans le sens inverse, le correspondant peut contacter la passerelle de son téléphone, il devra appeler
le numéro spécial d'une passerelle qui gérera l'établissement de la communication avec le réseau
Internet et le correspondant sur ce réseau pourvu, là aussi, qu'il soit au rendez-vous. (Voir Fig.2).

Figure 2 : Communication de PC è téléphone

VoIP Page | 14
Rapport 2014-2015

Si les deux correspondants possèdent un téléphone normal, ils devront chacun passé par une
passerelle. Ensuite, les deux passerelles communiquent entre elles par un réseau de type Internet. Les
deux passerelles dont dépendent les deux correspondants gèrent alors la communication, y compris
la signalisation avec le réseau téléphonique et les conversions à l'entrée et à la sortie du réseau IP (voir
Fig3).

Figure 3 : Communication de téléphone à téléphone

V. Principaux Protocoles :
Les premières technologies de VoIP imaginées étaient propriétaires et donc très différentes les unes
des autres. Mais un système qui est censé mettre des gens et des systèmes en relation exige une
certaine dose de standardisation. C'est pourquoi sont apparus des protocoles standards, comme le
H323 ou le SIP. Les principaux protocoles utilisés pour l'établissement de connexions en Voix sur IP
sont :
1- Le standard H.323:
L'utilisation d'un système de téléphonie sur IP induit indubitablement la présence de médias de
communication. Ces médias de communication proviennent
principalement de la parole mais peuvent également venir de la
vidéo. La normalisation de la signalisation et des commandes
permet de simplifier la gestion des médias. La dénomination
H.323 définit un ensemble de protocoles réseau qui sont mis en
œuvre au sein d'un équipement multimédia (soft phone ou IP
phone par exemple). Cet équipement doit porter la qualification
"compatible H.323". Ainsi, cet ensemble de protocoles,
également appelé codeur, doit être implémenté dans
l'équipement compatible H.323.

Ci après, un tableau synthétique regroupant les principaux


protocoles définit par H.323 :
Le diagramme ci-dessus (fig. 4) représente le standard H.323
minimaliste. On retrouve des codecs audio fondamentaux
comme G.711/722/728/729 mais également des protocoles tels
que H.225/245.

Figure 4
Le protocole H.225 est chargé d'établir, de contrôler et de terminer les sessions d'appel. Les
signalisations employées sont similaires à celles utilisées dans l'établissement des connexions RNIS.
Le protocole H.245 est un canal assurant le contrôle, ouvert dès le début de la communication, et qui
est chargé de négocier les codecs communs aux équipements multimédias. Ce protocole gère
également les flux issus des médias.
La norme G.711 est en réalité un codec de compression audio performant qui occupe une bande
passante de 64 Kbps.

VoIP Page | 15
Rapport 2014-2015

La G.729 fait également partie de la famille des codecs audio mais opère sur une bande passante de 8
Kbps. Cette dernière est très utilisée par les fournisseurs d'accès Internet pour le transport de la voix
sur les réseaux étendus WAN.
o Fonctionnement de H.323 :

Les divers protocoles définissant le standard H.323 servent à établir de la signalisation, négocier des
codecs et transporter l'information. Nous allons brièvement décrire l'intérêt de chacun :
La signalisation est la première étape réalisée lors d'un appel. L'appelant émet une demande de mise
en relation avec un destinataire. L'équipement de ce dernier peut alors indiquer que la ligne est libre
et que le téléphone peut donc sonner ou au contraire que la ligne est en cours d'utilisation.
La négociation est le processus permettant de s'accorder mutuellement sur la manière dont les
informations échangées vont être codées. Il faut que les équipements parlent le même langage pour se
comprendre, à l'image des protocoles qui définissent une "langue" de communication. Il est ainsi
décidé quel codec sera utilisé (meilleure qualité de son, meilleure occupation de la bande passante).
Le protocole H.245 traite cette négociation de codecs.
Le protocole RTP (Real time Transport Protocol) est chargé de transporter les données (la voix dans
notre contexte) pour assurer une diffusion quasi temps réel.
Les architectures H.323 peuvent bénéficier de diverses implémentations. Nous allons voir
l’architecture point à point, multipoint et Gatekeeper.
o Architecture point à point :
Dans cette architecture, la couche protocolaire est gérée par chaque client et l'ensemble du trafic ne
transite qu'entre l'émetteur et le destinataire.
Pour commencer un appel, l'adresse IP du destinataire est appelée. La phase de signalisation s'engage
alors et les protocoles associés envoient un message au destinataire en lui proposant d'établir la
connexion. L'identifiant H.323 est également envoyé pendant la phase de signalisation. Le
destinataire regarde son statu et deux réponses peuvent être envoyées à l'émetteur: libre ou occupé.
Lorsque le destinataire est prêt à recevoir l'appel, la phase de négociation des codecs débute et chaque
partie énumère les codecs disponibles afin de s'accorder sur un standard.
Enfin, la communication débute et les flux sont envoyés généralement en RTP. Lorsque les deux
parties terminent la communication, tous les sockets se ferment. Le schéma ci-après représente une
architecture point à point (Figure 5):

Figure 5 : Architecture Point à Point.

o Architecture GateKeeper :
Dans cette architecture, un nouvel élément entre en ligne de compte dans le processus de
signalisation : le gatekeeper. Il s'agit d'un dispositif assurant une translation adresse IP / numéro de
téléphone ainsi que toute la partie autorisation.

Les clients VoIP sont alors configurés pour s'enregistrer auprès du gatekeeper. Ainsi, lorsqu'ils se
connectent au réseau, ces derniers annoncent leur adresse IP et leur identifiant H.323 au gatekeeper.

Pour appeler, le client a besoin d'utiliser l'identifiant H.323 du destinataire et ainsi effectuer une
requête auprès du gatekeeper chargé d'autoriser ou non l'émetteur. Si le gatekeeper permet à

VoIP Page | 16
Rapport 2014-2015

l'émetteur d'appeler le destinataire, le gatekeeper contacte le destinataire pour connaître son statu.
Si le destinataire est prêt à recevoir un appel, son adresse IP est transmise à l'émetteur qui va pouvoir
établir la connexion. La communication s'effectue ensuite directement entre les clients et le gatekeeper
n'a plus aucun rôle à jouer.
La phase de négociation des codecs débute, à l'image d'une architecture point à point. Le gatekeeper
ré intervient lors de la fin de la communication. Le schéma ci-après résume l'architecture gatekeeper
(Figure 6) :

Figure 6 : Architecture Gatekeeper.

o Architecture multipoints :

Dans cette architecture, un nouvel élément prend place: le multipoint control unit ou MCU. Ce
dispositif permet de gérer plusieurs communications simultanées, très utiles pour les conférences
téléphonies. Il permet également d'assurer des services comme la diffusion d'une tonalité.

Lors de la mise en service du système VoIP, le multipoint control unit signale sa présence au
gatekeeper et lui fournit un certains nombres d'informations (nombre de clients simultanés possibles,
les débits possibles ainsi que l'identifiant H.323). Tout se passe ensuite comme dans l'architecture
gatekeeper. Les clients VoIP s'enregistrent auprès du gatekeeper.

Cette architecture est la plus recommandée et s'accompagne très souvent de passerelles vers le réseau
RTC ou vers d'autres réseaux téléphoniques privés. Le schéma ci-après représente une architecture
multipoints (figure 7):

Figure 7 : Architecture Multipoints

VoIP Page | 17
Rapport 2014-2015

2- Le protocole SIP :
La téléphonie sur IP se situe à la jonction de deux mondes : celui des télécoms et celui d’Internet. Le
premier a inventé de service, le second chercher à se l’approprier. Il était donc naturel que les
intervenants de ces deux mondes soient à l’origine de la conception du protocole de signalisation qui
en permet la gestion.
Côté télécoms, le protocole H.323 de l’UIT propose une architecture centralisée qui rappelle les
origines de la téléphonie traditionnelle. Côté Internet, le protocole SIP de l’IETF propose des
mécanismes très proches de ceux des protocoles en vigueur sur Internet.

3- Les protocoles RTP & RTCP:


Le protocole RTP (Real Time Transport Protocol) sert, comme nous avons dit plus haut, au transport
de l'information à proprement parler. Il assure le synchronisme des paquets lors de l'entrée sur le
réseau ainsi qu'au moment de la sortie. Ce protocole se situe au niveau transport du modèle de
référence afin de lutter contre les gènes du réseau.

RTP possède plusieurs fonctions et fournit des mécanismes de contrôle élaboré. Il permet tout
d'abord de réaliser un séquençement des paquets par le biais d'un système de numérotation. Grâce à
des paquets numérotés, il devient très facile d'identifier ceux qui ont été perdus lors de la
transmission (si un numéro est manquant dans la séquence, on sait alors qu'il y a eu perte). Cette
séquence de paquets est déterminante dans la reconstitution de la voix.

L'avantage de détecter la perte d'un paquet permet dans certains cas de reconstituer le paquet
manquant en réalisant une synthèse des paquets qui précèdent et succèdent. RTP effectue également
une identification du corps des paquets, afin de savoir ce que chaque paquet transporte. Ici aussi, en
cas de perte, on peut envisager une recomposition du message perdu. Identifier la source de la
transmission est également une fonction assurée par RTP.

Cependant, pour assurer ses fonctions, RTP se base sur un autre protocole, RTCP (Real-Time Control
Protocol), afin de transporter des informations complémentaires et nécessaires à la gestion d'une
session.
Ainsi, RTCP permet de gérer les rapports de qualité de service (QoS) renvoyés par le destinataire
d'une communication à l'émetteur afin de connaître le nombre de paquets perdus ainsi que d'autres
informations comme le temps nécessaire pour effectuer un aller-retour. En consultant ces rapports,
l'émetteur est alors capable de répondre à une contrainte de temps obligatoire, notamment en termes
de réduction de temps aller-retour, par le biais d'une meilleure compression afin de garantir la qualité
de service.

RTCP fournit également une meilleure synchronisation des médias, un mécanisme d'identification
(numéro de téléphone, nom d'un destinataire...) et de contrôle de session (arrivée ou départ d'une
personne au sein d'une conférence audio...). Ces informations sont envoyées de manière cyclique par
les utilisateurs en communication.

4- Les protocoles MGCP/MEGACO :


Le protocole MGCP (Media Gateway Control Protocol) est complémentaire à H.323 ou SIP et traite
des problèmes d'interconnexion avec le monde téléphonique. Dans une première approche, la
passerelle qui fait le lien entre le réseau téléphonique et le réseau de Voix sur IP est mise de côté et
toute l'information est intègre dans un contrôleur de passerelle. Ainsi, les services proposés sont
indépendants de la passerelle utilisée et de son constructeur.
Le protocole MEGACO/H248 définit les Echanges entre ces deux parties. Cette approche permet la
construction de terminaux simples et bons marchés.

VoIP Page | 18
Rapport 2014-2015

Chapitre 2 :
Etude Détaillé du
Protocole SIP

VoIP Page | 19
Rapport 2014-2015

I. Description générale du protocole SIP :


Le protocole SIP (Session Initiation Protocol) est un protocole normalisé et standardisé par
l'IETF (décrit par le RFC 3261qui rend obsolète le RFC 2543, et complété par le RFC 3265) qui a été
conçu pour établir, modifier et terminer des sessions multimédia. Il se charge de
l'authentification et de la localisation des multiples participants. Il se charge également de la
négociation sur les types de média utilisables par les différents participants en encapsulant des
messages SDP (Session Description Protocol). SIP ne transporte pas les données échangées
durant la session comme la voix ou la vidéo. SIP étant indépendant de la transmission des
données, tout type de données et de protocoles peut être utilisé pour cet échange. Cependant le
protocole RTP (Real-time Transport Protocol) assure le plus souvent les sessions audio et vidéo. SIP
remplace progressivement H323.

SIP est le standard ouvert de VoIP, interopérable, le plus étendu et vise à devenir le
standard des télécommunications multimédia (son, image, etc.). Skype par exemple, qui utilise un
format propriétaire, ne permet pas l'interopérabilité avec un autre réseau de voix sur IP et ne fournit
que des passerelles payantes vers la téléphonie standard. SIP n'est donc pas seulement destiné à
la VoIP mais pour de nombreuses autres applications telles que la visiophonie, la messagerie
instantanée, la réalité virtuelle ou même les jeux vidéo.

II. Fonctionnement:
SIP permet donc de mettre en place une communication. Pour cela avant que la connexion soit
établie, il se charge d’envoyer plusieurs paquets entre les postes afin de définir le début et la fin de la
conversation, son type, et sa composante (type d’encodage utilisé pour l’audio). Ces requêtes sont
répertoriées sous divers codes:
SIP intervient aux différentes phases de l'appel :
 Localisation du terminal correspondant,
 Analyse du profil et des ressources du destinataire,
 Négociation du type de média (voix, vidéo, données...) et des paramètres de communication,
 Disponibilité du correspondant, détermine si le poste appelé souhaite communiquer, et autorise
l'appelant à le contacter.
 Etablissement et suivi de l'appel, avertit les parties appelant et appelé de la demande
d'ouverture de session, gestion du transfert et de la fermeture des appels.
 Gestion de fonctions évoluées : cryptage, retour d'erreurs.

Voici les différents éléments intervenant dans l'ouverture de session :

 Suivant nature des échanges, choix des protocoles les mieux adaptés (Rsvp, Rtp, Rtcp, Sap,
Sdp).
 Détermination du nombre de sessions, comme par exemple, pour véhiculer de la vidéo, 2
sessions doivent être ouvertes (l'une pour l'image et l'autre pour la vidéo).
 Chaque utilisateur et sa machine est identifié par une adresse que l'on nomme Url SIP et qui se
présente comme une Url Mail to.
 Requête Uri permettant de localiser le proxy server auquel est rattachée la machine de l'appelé.
 Requête SIP, une fois le client (machine appelante) connecté à un serveur SIP distant, il peut
lui adresser une ou plusieurs requêtes SIP et recevoir une ou plusieurs réponses de ce serveur.
Les réponses contiennent certains champs identiques à ceux des requêtes, tels que : Call-ID,
Cseq, To et From.

VoIP Page | 20
Rapport 2014-2015

III. Les requêtes SIP (messages) et ces réponses :


Les échanges entre un terminal appelant et un terminal appelé se font par l'intermédiaire de requêtes :

1. Invite : Cette requête indique que l'application (ou utilisateur) correspondante à l'Url SIP
spécifié est invité à participer à une session. Le corps du message décrit cette session
(Par ex : média supportés par l’appelant). En cas de réponse favorable, l'invité doit spécifier
les médias qu'il supporte.
2. Ack : Cette requête permet de confirmer que le terminal appelant a bien reçu une réponse
définitive à une requête Invite.
3. Options : Un proxy server en mesure de contacter l'UAS (terminal) appelé, doit répondre à une
requête Options en précisant ses capacités à contacter le même terminal.
4. Bye : Cette requête est utilisée par le terminal de l'appelé à fin de signaler qu'il souhaite mettre
un terme à la session.
5. Cancel : Cette requête est envoyée par un terminal ou un proxy server à fin d'annuler une
requête non validée par une réponse finale comme, par exemple, si une machine ayant été
invitée à participer à une session, et ayant accepté l'invitation ne reçoit pas de requête Ack,
alors elle émet une requête Cancel.

 Les réponses de ces requêtes SIP:


Une réponse à une requête est caractérisée, par un code et un motif, appelés code d'état et raison
phrase respectivement. Un code d'état est un entier codé sur 3 bits indiquant un résultat à l'issue de la
réception d'une requête. Ce résultat est précisé par une phrase, texte based (UTF-8), expliquant le
motif du refus ou de l'acceptation de la requête. Le code d'état est donc destiné à l'automate gérant
l'établissement des sessions SIP et les motifs aux programmeurs. Il existe 6 classes de réponses et donc
de codes d'état, représentées par le premier bit :
— 1xx : Information - La requête a été reçue par le destinataire et continue à être traitée
(ex :180 = 'en train de sonner')
— 2xx : Succès (ex : 200 ='OK', 202='acceptée')
— 3xx : Redirection - Une autre action doit avoir lieue afin de valider la requête
— 4xx : Erreur du client - La requête contient une syntaxe fausse ou bien elle ne peut pas
être traitée par ce serveur (ex : 404 = 'Not found')
— 5xx : Erreur du serveur - Le serveur n’a pas réussi à traiter une requête qui semble être correcte.
— 6xx : Echec général, la requête ne peut être traitée par aucun serveur.

On distingue également 2 modes précis d’ouverture de sessions avec SIP que L’on va détailler :
- Mode Point à point : communication entre deux postes
- Mode diffusif : Plusieurs postes membre d’un serveur.

o Mode Point à point:


Le mode point à point est donc une communication simple entre deux sans passer par une
passerelle.

Figure 8 : mode point à point

VoIP Page | 21
Rapport 2014-2015

Pour ouvrir une session, un utilisateur émet une


invitation transportant un descripteur de session
permettant aux utilisateurs souhaitant communiquer de
s’accorder sur la comptabilité de leur média.
L’appelant et l’appelé doivent être identifiés via son
URL SIP qui est du même type qu’une URL mailto
(utilisateur@machine). Pour le mode point à point on
utilise donc l’adresse IP du poste à joindre dans le
logiciel de communication : sip:nom@adresseip.

Est utilisée par le terminal de l’appelé à fin de


signaler qu’il souhaite mettre un terme à la session.

o Mode diffusif:

Le mode diffusif, contrairement au mode point à


point, utilise une passerelle pour réaliser une
communication entre deux éléments. Les clients sont
enregistrés sur un serveur appelé M.C.U. qui va les
identifier par rapport à un numéro. Lorsqu’un client veut
appeler quelqu’un, il ne va donc plus utiliser l’adresse IP
mais sont identifiant. Figure 9 : mode diffusif

IV. Architecture de SIP :


Contrairement à H.323, largement fondé sur une architecture physique, le protocole SIP s’appuie
sur une architecture purement logicielle. L’architecture de SIP s’articule principalement autour des
cinq entités suivantes :

 Terminal utilisateur.
 Serveur d’enregistrement.
 Serveur de localisation.
 Serveur de redirection.
 Serveur proxy.

VoIP Page | 22
Rapport 2014-2015

Figure 10 : Architecture de SIP

On peut observer qu’il existe deux catégories de services : l’un fourni au niveau de l’utilisateur
par le terminal, l’autre fourni au niveau des serveurs du réseau. Ces derniers sont répartis en deux
classes : les serveurs de redirection et de proxy, qui facilitent le routage des messages de signalisation
et jouent le rôle d’intermédiaires, et les serveurs de localisations et d’enregistrement, qui ont pour
fonction d’enregistrer ou de déterminer la localisation des abonnées du réseau.

V. L’adressage SIP :
L’objectif de l’adressage est de localiser les utilisateurs dans un réseau. C’est une des étapes
indispensables pour permettre à un utilisateur d’en joindre un autre. Pour localiser des utilisateurs, il
faut pouvoir les identifier de manière univoque. SIP propose des moyens très performants pour
nommer les utilisateurs, grâce au concept d’URI, classique sur Internet.

1. URI (Universel Ressource Identifier) :


Un URI définit une syntaxe permettant de désigner de manière unique, formelle et normalisée
une ressource, qu’il s’agisse d’un document textuel, audio, vidéo ou plus généralement d’une entité
logique ou physique. Les URL (Universel Ressource Locator) que l’on manipule couramment dans
l’adressage Web pour joindre un site Internet, constituent un sous-ensemble des URI. Une URL se
contente d’apporter une localisation et non une définition de la ressource. Ainsi un même document
peut se trouver à deux emplacements différents, donc à deux URL différentes dans le réseau Internet,
alors qu’il fait référence à une même ressource.

2. Format des adresses SIP :


Tout utilisateur SIP dispose d’un identifiant unique. Cet identifiant constitue l’adresse de
l’utilisateur permettant de le localiser. Le format d’une adresse SIP se présente sous la forme :
SIP: identifiant [:mot_de_passe] @serveur [? paramètres] On distingue dans cette adresse
plusieurs parties :

 Le mot-clé SIP spécifie le protocole à utiliser pour la communication, il précise que ce qui va
suivre est l’adresse d’un utilisateur.

 La partie identifiant définit le nom ou le numéro de l’utilisateur. Cet identifiant est


Nécessairement unique pour désigner l’utilisateur de manière non ambigüe.

 La partie mot_de_passe est facultative. Le mot de passe peut être utile pour S’authentifier
auprès du serveur, notamment à des fins de facturation. De manière Générale, cette possibilité
offre le moyen de restreindre l’utilisation de certains services.

VoIP Page | 23
Rapport 2014-2015

 La partie serveur spécifie le serveur chargé du compte SIP. Le serveur est indiqué par Son
adresse IP ou par un nom qui sera résolu par DNS. C’est serveur qui sera contacté Pour joindre
l’abonné correspondant.

 La partie paramètres est facultative. Les paramètres permettent soit de modifier le


comportement par défaut, soit de spécifier des informations complémentaires.

Ce mécanisme d’adressage particulièrement souple permet de supporter la mobilité des Utilisateurs


et le monde Internet.

VI. Différence H.323/SIP:


SIP est un protocole jeune, contrairement à H.323 qui existe depuis un certain temps, il propose
plus d’option tout en restant plus léger et plus facile d’utilisation.

Tableau 1 : Différence entre H323 et SIP

o Résumé :

Indiscutablement le protocole H.323 possède une avance historique par rapport au protocole SIP.
Son interaction avec les réseaux téléphoniques RTC est parfaitement maîtrisée, alors qu’elle n’est pas
totalement spécifiée avec le protocole SIP. Globalement, H.323 est plus riche en termes de
fonctionnalités que SIP.

VII. Conclusion :
Comme on a pu le voir tout au long de ce chapitre, la VoIP est la solution la plus rentable pour
effectuer des conversations. Actuellement il est évident que la VoIP va continuer à évoluer.

La téléphonie IP est une bonne solution en matière d’intégration, fiabilité et de coût. On a vu que la
voix sur IP étant une nouvelle technologie de communication, elle n’a pas encore de standard unique.
Chaque standard possède ses propres caractéristiques pour garantir une bonne qualité de service. En
effet, le respect des contraintes temporelles est le facteur le plus important lors de transport de la voix.

VoIP Page | 24
Rapport 2014-2015

Chapitre 3:
Installation et
Configuration d’une
Solution de VoIP
basée sur l’outil
Asterisk

VoIP Page | 25
Rapport 2014-2015

I. Introduction :
Notre projet consiste donc à faire l’étude du maximum de fonctionnalités offertes par un PBX
Asterisk. Il s’agit ici de traiter uniquement les possibilités d’Asterisk dans le cadre d’une solution
VoIP dans un réseau local. Donc toute la partie concernant la connexion de l’IPBX avec le réseau
téléphonique classique n’est pas abordée.
1. Présentation :
Asterisk est un autocommutateur téléphonique privée (PABX) open source pour systèmes UNIX
originellement crée en 1999 par Mark Spencer fondateur de la société Digium. Asterisk est publié sous
licence GPL. Asterisk permet, entre autres, la messagerie vocale, les conférences, les files d'attente,
les agents d'appels, les musiques d'attente et les mises en garde d'appels ainsi que la distribution des
appels. Toutes ces fonctionnalités standards sont intégrées directement au logiciel. Asterisk
implémente les protocoles H.320, H.323 et SIP, ainsi qu'un protocole spécifique nommé IAX (Inter-
Asterisk eXchange).
Ce protocole IAX permet la communication entre deux serveurs Asterisk ainsi qu'entre client et
serveur Asterisk. Asterisk peut également jouer le rôle de « registrar » et passerelle avec les réseaux
publics (RTC, GSM, etc.).

2. Historique :
Asterisk est né en 1999, créé par un étudiant de l'université d'Auburn (États-Unis - Alabama). À la
recherche d'un commutateur téléphonique privé pour créer un centre de support technique sur Linux, il
est dissuadé par les tarifs trop élevés des solutions existantes, et décide de se créer son propre routeur
d'appels sous Linux : le PBX Asterisk. Quelques temps après, il crée la société Digium, fournisseur de
cartes FXO et FXS compatibles avec Asterisk.

3. Fonctionnalités :
D’un point de vue fonctionnalité, Asterisk permet tout ce que l’on peut attendre d’un PABX
moderne:
 La gestion des postes téléphonique sur IP locaux. Il peut s’agir de téléphones physiques mais
aussi logiciels (ou SoftPhone) comme Ekiga ou X-lite.
 Authentification, Boîtes vocales, transfert d’appel, Mise en attente, Appel par le nom, etc…

VoIP Page | 26
Rapport 2014-2015

4. Architecture du réseau VoIP déployé :

La figure montre l’architecture adoptée au cours de la configuration de la solution de VoIP à


base d’Asterisk :

- Machine serveur : Sur laquelle installé un système d’exploitation Linux Centos, et le


serveur de VoIP, « Asterisk ».

- Firewall : Un firewall software est installé dans la machine serveur pour limiter l’accès.

- Ordinateur avec un logiciel VoIP : une machine sur le quel installé un client X-Lite.

- Client SIP : un Smartphone sur le quel on a installé l’application CSipSimple.

- CSipSimple : une application destinée aux Smartphones équipées d’Android qui permet de
passer des appels téléphoniques par interne.

II. Installation d'Asterisk 11 :


Dans Cette Partie nous allons voir comment installer Asterisk sur une distribution Linux CentOS.
Avant d’installer Asterisk, il faut préparer le système sous lequel on installera notre serveur. Pour
cela, il faut installer tout d’abord les prérequis nécessaires.
Il y a deux façons d’installer Asterisk sur une distribution à base de Debian, la première via le
gestionnaire de paquet de Debian, la seconde en compilant directement la dernière
version d’Asterisk.

VoIP Page | 27
Rapport 2014-2015

1. Préparation des Pré-requis :


Mises à jour système en utilisant la commande suivant :

# Yum update

Les pré-requis nécessaires pour que l’installation du serveur Asterisk s’accomplit avec succès,
sont classés dans un tableau ci-dessous :

Tableau 2 : Liste de paquetages nécessaires pour compiler Asterisk et Libpri

Nom du paquetage Commande d’installation Note

GCC 3.x yum install –y gcc Nécessaire pour compiler zaptel,


libpri, et asterisk

Ncurses-devel yum install –y ncursesdevel Nécessaire pour menuselect

libtermcap-devel yum install –y libtermcap- Nécessaire pour asterisk


deve

KernelDevelopment Headers yum install –y kernel-devel Nécessaire pour compiler zaptel

KernelDevelopment Headers yum install –y kernel-smp- Nécessaire pour compiler zaptel


(SMP) devel

GCC C++ 3.x yum install –y gcc-c++ Nécessaire pour asterisk

OpenSSL (optionnel) yum install –y openssldevel Dépendance de OSP, IAX2


encryption, res_crypto (RSA key
support) Nécessaire pour asterisk

zlib-devel (optionnel) yum install –y zlibdevel Dépendance de DUNDi Nécessaire


pour asterisk

unixODBC;unixODBCdevel yum install –y unixODBC- Dépendance de func_odbc, cdr_odbc,


(optionnel) devel res_config_odbc, res_odbc,
ODBC_STORAGE

Libtool (optionnel; yum install –y libtool Dependence de ODBC-related


recommandé) modules

GNU make (version 3.80 ou yum install –y make Nécessaire pour compiler zaptel et
plus) asterisk

VoIP Page | 28
Rapport 2014-2015

2. Téléchargement des paquets et logiciels nécessaires à la


compilation D’Asterisk :
Je vous conseille également de désactiver SELinux .

o Installation des paquets :


Lancez un terminal et entrez les commandes suivantes :

# yum install make wget openssl-devel

# yum install ncurses-devel newt-devel libxml2-devel

# yum install kernel-devel # gcc gcc-c++ sqlite-devel

Nous devons maintenant installer le système avec tous les paquets nécessaires. La plupart des
systèmes Asterisk sont composées de trois packages principaux: le programme principal Asterisk, les
drivers de téléponie zapata (zaptel) et la librairie PRI (libpri). Il est recommandé d’installer ces trois
paquets bien que dans le cadre d’une utilisation purement basée VoIP, seul le premier paquet est
réellement essentiel.

Zaptel : est nécessaire pour tout hardware analogique ou digital, incluant le driver « ztdummy »
permettant de jouer le rôle d’horloge de référence (par exemple pour fournir une synchronisation
pour les applications de type « musique en attente »).

Libpri : permet l’utilisation d’interfaces PRI ISDN permettant ainsi de communiquer avec des réseaux
téléphoniques analogiques.

Un paquet additionnel « asterisk-sounds » est aussi recommandé. Depuis la version 1.4.0 d’Asterisk
(décembre 2006), plusieurs formats audio sont supportés tels que G.729 et GSM. Le serveur choisi le
format qui requiert le moins de CPU pour transcoder le fichier son.

Nous allons installer ces trois packages par soucis de simplicité (il est toujours possible de désactiver
les modules inutiles après l’installation).

Voici donc la démarche que nous avons suivie pour l’installation d’Asterisk 1.4 et des paquets
associés:
3. Téléchargement des logiciels :
On commence par se placer dans le répertoire suivant :

# cd /usr/src

Apres On télécharge les logiciels suivants :


 DAHDI :
#Wget http://downloads.asterisk.org/pub/telephony/dahdi
linuxcomplete/dahdi-linux-complete-current.tar.gz

 LIBPRI :
#Wget http://downloads.asterisk.org/pub/telephony/libpri/libpri-1.4-
current.tar.gz

VoIP Page | 29
Rapport 2014-2015

 Asterisk :
#wget http://downloads.asterisk.org/pub/telephony/asterisk/asterisk-
11-current.tar.gz

4. Installation des logiciels :


Avant de commencer On a besoin de décompresse les archives téléchargées on utilise la commande
tar :
#tar zxvf dahdi-linux-complete*

#tar zxvf libpri*

#tar zxvf asterisk*

Installation de DAHDI :
On utilise les commandes suivantes :
cd /usr/src/dahdi-linux-complete*

make && make install && make config

 Installation de LIBPRI :
Libpri est utilisé par les décideurs du multiplexage temporel (TDM) des appareils VoIP, mais même
s’il n’y a pas le matériel installé, il est conseillé de compiler et installer cette bibliothèque. Elle doit être
compilé et installé avant Asterisk, car elle sera détecté et utilisé lorsqu’Asterisk est compilé.
On utilise les commandes suivantes pour installer :
#cd /usr/src/libpri*

#Make && make install

 Installation d'Asterisk :
On utilise les commandes suivantes :
#cd /usr/src/asterisk*

Pour les distributions Linux CentOS 32 bits on Utilise les Commandes Suivant :
#./configure && make menuselect && make && make install

Pour les distributions Linux CentOS 64 bits on Utilise les commandes suivant :
#./configure --libdir=/usr/lib64 && make menuselect && make && make
install

En fait notre projet consistant à s’approprier le plus de fonctionnalités offertes par ce système, nous
allons installer tous les modules possibles. Ci-dessous l’aperçu du menu de « l’Autoconf » :

VoIP Page | 30
Rapport 2014-2015

Figure 11 : : Menu de « l’Autoconf»

Remarque :
La commande make menuselect va faire apparaître un écran qui va vous permettre de
personnaliser votre installation d’Asterisk.Alors, Nous allons en profiter pour installer les sons
français pour Asterisk au format µ-law.

Dans Core Sound Package nous allons cocher la case CORE-SOUNDS-FR-ULAW avec la touche
Espace puis appuyez sur Echap pour retourner à l’écran précédent.

Puis dans Music On Hold File Packages nous cochons MOH-OPSOUND-ULAW (Dechochez celui en
WAV), appuyez sur Echap et enfin nous allons dans dans Extras Sound Packages et nous cochons
EXTRA-SOUNDS-FR-ULAW.

Enfin on clique sur Echap et une fois à l’écran principal refaites Echap et appuye sur S pour
sauvegarder les changements.

5. Finalisation de l'installation :
On démarre les services suivants :

#Service dahdi Start

#Service asterisk Start

III. Commandes utiles :


Le serveur Asterisk permet d’interagir directement avec le système sans avoir à modifier les
fichiers de configuration avec la CLI « Interface de ligne de commande ». Nous utiliserons cette
interface uniquement pour afficher et vérifier la configuration et l’état des téléphones.
Cette CLI est exécutée en tapant la commande suivante :

VoIP Page | 31
Rapport 2014-2015

Pour se connecter à la CLI d'Asterisk : # asterisk –rvvv

Figure 12: Asterisk command line interface

Une fois connecté à Asterisk via la console, plusieurs commandes utiles, internes à la console
sont disponibles :
 « help » : liste des commandes et aide associée ;
 « reload » : recharge tous les fichiers de configurations ;
 « restart now » : relance complètement et immédiatement Asterisk ;
 « sip reload » : recharge le fichier sip.conf ;
 « sip show peers » : voir le status des peers SIP ;
 « sip show channels » : permet de voir les canaux actifs ;
 « sip set debug » : permet de voir les messages SIP qui passent par le serveur.
 « dialplan reload » : recharge le fichier extensions.conf ;
 « agent show » : voir le status des agents ;
 « agent logoff name » : déconnecter l’agent name ;
 « sip show users » : voir le status des utilisateurs SIP ;

IV. Configuration d’Asterisk :


Pour configurer notre serveur Asterisk nous allons modifier les fichiers suivants:
 Le fichier sip.conf : pour la configuration général d’Asterisk.
 Le fichier users.conf : pour la configuration des utilisateurs.
 Le fichier extensions.conf : pour la configuration du Dialplan.
C’est fichiers se trouvent dans le dossier /etc/asterisk

1. Configuration général d’Asterisk (Sip.conf) :

Nous allons commencer par éditer le fichier sip.conf qu va nous permettre pour l’instant de mettre les
sons par défauts en Français.

Recherchez la ligne : ;language=en Et remplacer la par : language=fr

A chaque fois que vous modifiez un fichier de conf il faut recharger ce fichier de configuration dans
Asterisk.
Dans la console d’Asterisk il vous suffit de taper la commande : reload cette commande permet de
recharger les fichiers de configurations d’Asterik sans redémarrer le serveur.

2. Création des utilisateurs (Users.conf) :


La configuration de nouveaux clients SIP se fait dans le fichier /etc/users.conf dans lequel on ajoute
une entrée pour chaque client.
Plusieurs options permettent de définir et de paramétrer un client :

VoIP Page | 32
Rapport 2014-2015

 type : Type de client (peer, user ou friend)


 username : Identifiant de l'utilisateur
 secret : Mot de passe de l'utilisateur
 host : Méthode pour trouver le client (dynamique, nom d'hôte ou adresse IP)
 callerid : Identité de l'utilisateur
 language : Langue par défaut pour l'utilisateur

Description des paramètres : Pour chacun des paramètres précédents, plusieurs valeurs sont
disponibles selon la configuration désirée.

Type :
 Peer : Client SIP auquel Asterisk pourra envoyer des appels
 user : Client SIP qui pourra passer des appels via Asterisk
 Friend : Client qui sera à la fois en mode 'peer' et 'user'

Host :
 dynamic : Le client s'enregistre auprès du serveur
 nom d'hôte : Nom d'hôte du client
 adresse IP : Adresse IP du client

Voici un exemple de fichier users.conf avec trois utilisateurs Omar , Simohamed et Mustapha avec
comme numéros respectifs le 6001 , 6002 et 6003 :

VoIP Page | 33
Rapport 2014-2015

Je vais expliquer ce que veut dire chaque ligne lors de la création d’un utlisateur:
 [6001] : Numéro SIP.
 type=friend : type d’objet SIP, friend = utilisateur.
 host=dynamic : Vous pouvez vous connecter a ce compte SIP a partir de n’importe quelle
adresse IP
 dtmfmode=rfc2833 : type de rfc utilisé.
 disallow=all : Désactivation de tous les codecs.
 allow=ulaw : Activation du codec ulaw.
 fullname = Omar Ben Rahal : Prénom et Nom de l’utilisateur (ce qui sera afficher sur le
téléphone lors d’un appel)
 username = Omar : Nom d’utilisateur
 secret=1234 : Mot de passe du compte SIP
 context = work : Contexte (on verra ça dans le fichier extensions.conf)

Dans ce fichier de configuration nous avons créer un template appelé (template) et ce template est
appelé pour la création des deux utilisateurs. Ce qui réduit la création d’un utilisateur à quatre lignes
au lieu de dix.
Une fois le fichier users.conf enregistré nous allons dans la console Asterisk, tapez reload en enfin
puis on tape la commande Sip show users.
les deux comptes utilisateurs que nous venons de creer devrait y apparaitre.

Nos utilisateurs sont créer, mais ils n’ont pas encore la possibilité de s’appeller.
Nous allons maintenant éditer le fichier extensions.conf qui permet de configurer le Dialplan.

3. Configuration du Dialplan (Extensions.conf) :


Sur ce fichier on va configurer le Dialplan :
Le Dialplan ou plan d’appel est le fichier de configuration d’Asterisk qui permet de configurer en
gros: « Que de passe-t’il si j’appelle tel numéros? »
Nous allons donc configurer Asterisk de tel sorte que l’utilisateur 6001 puisse appeler le numéro 6002.
Voici donc pour exemple mon fichier extensions.conf , Ce sont les trois dernières lignes qui vont
nous intéresser.

VoIP Page | 34
Rapport 2014-2015

Dans ces trois dernières lignes nous allons voir deux choses, les contextes et les extensions.
 [work] : est le contexte c’est une sorte de conteneur dans lequel les utilisateurs faisant partis
de ce contexte pourrons communiquer entre eux.
Lors de la création de nos deux utilisateurs nous avons spécifié le contexte work.
 exten => : déclare l’extension (on peut aussi simplement dire numéros)
 _6XXX : Prend les extensions (ou numéros) de 6000 a 6999 le « _ » permet d’utiliser des regex
 1 : Ordre de l’extension
 Dial : application qui va être utilisé
 SIP: Protocol qui va être utilisé
 ${EXTEN} : variable de l’extension composé, si on appelle le 6001 la variable ${EXTEN}
prendra comme valeur 6001
 20: temps d’attente avant de passer a l’étape suivante.

Donc la ligne exten => _6XXX,1,Dial(SIP/${EXTEN},20) se traduit par :


Quand on compose le numéro (par exemple) 6001, on appelle le numéro 6002 et si au bout de 20
secondes il n’y a pas de réponses on passe à la ligne du dessous.

Dans le cas du numéros 6001 la ligne devient comme ceci: exten => 6001,1,Dial(SIP/6001,20) , mais
l’avantage de la ligne précédente est qu’elle permet d’appeler les numéros de 6000 a 6999.

La seconde ligne: exten => _6XXX,2,Hangup() permet de raccrocher si il n’y a pas de réponses au
bout des 20 secondes.

Maintenant, vous pouvez enregistrer votre fichier extensions.conf et faire un reload dans la console
d’Asterisk.

4. Mise en place des boîtes vocales :

Les deux fichiers que nous allons éditer pour effectuer ceci sont les fichiers voicemail.conf et
extensions.conf se trouvant dans /etc/asterisk. On Commence par éditer le fichier
voicemail.conf .Voici le contenu de notre fichier :

Signification pour les trois dernières lignes:


 [work] : Contexte dans lequel se trouvent nos utilisateurs
 6001 => : Numéro de l’utilisateur
 1234 : Mot de passe pour accéder à la boite vocale
 Omar BenRahal: Prénom et nom de l’utilisateur
Maintenant nous allons éditer le fichier extensions.conf pour configurer deux choses:
Le fait que au bout d’un certain temps Asterisk bascule sur la boite vocale de l’utilisateur si celui-ci ne
répond pas.

VoIP Page | 35
Rapport 2014-2015

Création d’une extension pour créer le numéro qui servira à consulter la boite vocale.
Voici donc mon fichier extensions.conf modifié:

Alors nous sommes remplacés la ligne :

exten => _6XXX,2,Hangup()


Par celle-ci:

exten => _6XXX,2,VoiceMail(${EXTEN}@work)


Cette ligne permet donc de basculer sur la boîte vocale de l’utilisateur appellé s’il n’y a pas de
réponse au bout de 20 secondes.

Signification pour cette ligne:


 exten => : On déclare l’extension
 _1XXX : Toujours les numéros de 6000 à 6999
 2 : Priorité
 VoiceMail: On lance l’application Voicemail
 ${EXTEN}@work : On récupère la numéro mis en variable et on se connecte a la boite
vocale associé du contexte work (comme précisé dans le fichier voicemail.conf)

Nous avons aussi rajouté la ligne suivante:

exten => 600,1,VoiceMailMain(${CALLERID(num)}@work)


Cette ligne sera mettre en place un numéro pour que nos utilisateurs puissent consulter leurs boîtes
vocales.
 exten => : On déclare l’extension
 100 : On déclare le numéro 100 comme numéro de messagerie
 1 : Priorité
 VoiceMailMain : On appelle l’application VoiceMailMain.
 ${CALLERID(num)} : On récupère le numéros de l’utilisateur qui appelle pour se connecter
à sa boîte vocale
 @work : on est toujours dans le contexte work

A partir de maintenant, si vous faites un reload de votre serveur Asterisk vous pouvez déposer des
messages vocaux entre vos utilisateurs et faires en sortes qu’ils consultent leurs messagerie en
appelant le 600.
Comment On peut éliminer de ne pas taper de mots de passes pour consulter sa boîte vocale ?
Lorsqu’on appelle le 600 le robot demandé le mot de passe de la boîte vocale spécifié dans le fichier
voicemail.conf (1234), on a deux solutions pour que nos utilisateurs n’aient pas à taper un mot de
passe:

VoIP Page | 36
Rapport 2014-2015

Soit de ne spécifiez pas le mot de passe dans le fichier voicemail.conf.


- Exemple :
[Work]
6001 => ,Omar
6002 => ,Simohamed
6003 => ,Mustapha

Soit on rajoute l’option « s » dans la déclaration du numéro de boîte vocale:

exten => 600,1,VoiceMailMain(${CALLERID(num)}@work,s)

5. Configuration et mise en place du transfert d’appel :


Dans cette partie nous allons voir Les deux types de transfert d’appels et Le Parking Call (parcage
d’appel):
o types de transfert d’appels :

Transfert d’appel dit aveugle : est le fait de transféré un appel directement à une autre personne.
Transfert d’appel dit supervisé : est le fait d’appeler le destinataire du transfert avant de lui transférer
l’appel.

Exemple transfert aveugle:


 1 appel 2
 1 et 2 sont en communication
 2 transfert a 3 (transfert aveugle)
 1 et 3 sont en communication
 2 est raccroché

Exemple transfert supervisé :


 1 appel 2
 1 et 2 sont en communication
 2 appels 3 (transfert supervisé)
 1 est en attente
 2 et 3 sont en communication
 2 raccroche
 1 et 3 sont en communication

o Configuration et mise en place du transfert d’appel :


Dans le fichier features.conf se trouvant dans le répertoire /etc/asterisk, nous sommes modifier les
lignes suivantes :

;blindxfer => #1;


;atxfer => *2;
Ces lignes permettent de configurer une ou plusieurs touches pour transférer un appel.
Dans le fichier de configuration nous allons mis comme touches ## pour le transfert aveugle et **
pour le transfert supervisé, donc au final les lignes ressemblent à ceci :

blindxfer => ## ;
atxfer => ** ;

VoIP Page | 37
Rapport 2014-2015

Puis dans le fichier extensions.conf on rajoute l’option tT à l’application Dial()Donc la ligne:

exten => _1XXX,1,Dial(SIP/${EXTEN},20)

Devient :

exten => _1XXX,1,Dial(SIP/${EXTEN},20,tT)

Maintenant, après avoir fait un reload d’Asterisk nous pouvons au cours d’un appel appuyer sur les
touches ## pour un transfert aveugle ou ** pour un transfert supervisé, une voix dira « Transfert »
vous n’aurez qu’alors qu’à taper le numéro de téléphone de la personne à qui vous souhaitez
transférer l’appel
.
6. Configuration d’un Clients SIP :
Le client SIP (Soft Phone) permet de jouer le rôle d’un téléphone IP de manière logiciel. Il requière un
système de son (carte son, baffles, micro,...) pour l’utiliser. Ces clients permettent de remplacer des
téléphones IP matériels onéreux (1000, 2000DH). Beaucoup de client existe plus au moins évolue,
cependant certains sont des clients propriétaire et ne sont pas utilisables avec Asterisk.

o X-Lite :

X-Lite est un freeware, son utilisation est simple, il est disponible pour les différents systèmes
d’exploitation Windows, Mac and Linux sur le site de l’éditeur CounterPath.
Ce client est un des plus abouti en termes de fonctionnalités, de fiabilités et de
simplicité. Il permet la gestion de contacts et de groupes et fait également la messagerie
instantanée. Il fonctionne également sous Windows.

o Configuration du client X-lite en


protocole SIP :

Pour configurer le client X-Lite les utilisateurs


«6003 », « 6002 » et aussi « 6001 » doivent accéder
au menu « Sip Account Setting » puis de ce
menu vers le sous menu « Sip Account».

Dans la fenêtre qui s’ouvre, il suffit de remplir les


champs illustré suivant des deux utilisateurs :

L’utilisateur 6003:
 Identifiant affiché pour l’utilisateur
(Display Name) : Mustapha Ouzghar.
 Identifient servant a loguer l’utilisateur
(User Name) : 6003
 Mot de passe associé (User Name) : 1234
 Nom sous lequel l’autorisation d’accès est
possible (Authorization user) : 6003
 Nom de domaine (Domain) : 192.168.1.110
Figure 13 : Configuration du client X-lite

VoIP Page | 38
Rapport 2014-2015

Il est à noter qu’afin que l’authentification soit possible, ces valeurs doivent être conformes à
celles saisies dans le fichier sip.conf du serveur Asterisk.

Une fois la configuration est achevée, le soft-phone se connectera automatiquement au serveur et


s’enregistrera. Un message « Logged in » s’affichera, indiquant que les communications sont
désormais possibles. Sinon, un message d’erreur explique le motif qui a fait échouer le processus.

V. Conclusion :
Ouvert à tous, gratuit et simple d’utilisation. Asterisk a de quoi s’imposer. Ces vrais concurrents sont
plutôt les PBX Hardware. Qui sont chers mais performant et fiable. Les solutions libres peuvent
fournir les outils les plus performants et les mieux documentés sans procurer un même service
relationnel.

VoIP Page | 39
Rapport 2014-2015

Conclusion générale :

Ce projet nous a permis de mettre en pratique nos connaissances théoriques acquises en cours
d’Architecture des Réseaux – OSI et TCP/IP.

Nous nous sommes de ce fait, initier au travail collectif et avons acquis de multiples connaissances
tant dans la conception d'un réseau VoIP, que dans les multiples fonctionnalités avancées d'un
PABX logiciel. Nous avons de ce fait constaté que le logiciel libre Asterisk pouvait faire de
l’ombre aux gros centraux téléphoniques.

Ce projet a été une expérience fructueuse qui nous a permis de mieux s’approcher du milieu
professionnel. Cette expérience nous a permis de savoir comment gérer et optimiser le temps
dans le but d’en profiter au maximum.

VoIP Page | 40
Rapport 2014-2015

ACRONYME:
IP = Internet Protocol
GSM = Global System for Mobile Communications
HTTP = Hyper Text Transfer Protocol
IAX = Inter-Asterisk eXchange
ICMP = Internet Control Message Protocol
PABX = Private Automatic Branch eXchange
PBX = Private Branch eXchange
VoIP = Voice over Internet Protocol

RTC = Réseau Téléphonique de Commuté


RTCP = Real-time Transport Control Protocol
RTP = Real-Time Transport Protocol
SIP = Session Initiation Protocol
TCP = Transport Control Protocol
UAC = User Agent Client
UAS = User Agent Server
UDP = User Datagramme Protocol
URL = Uniform Resource Locator

BIBLIOGRAPHIE
http://www.sen-tr.fr
http://www.frameip.com/voip/
http://www.testeur-voip.com/technologie-voip-explication.php
http://www.voice-over-internet.info/fr/index.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Voix_sur_IP
http://ressources-info.fr/tutoriels-systemes/afficher/29/

VoIP Page | 41