Vous êtes sur la page 1sur 18

LES DIFFERENTS PLANCHERS

1. FONCTIONS:

1.1. Stabilité mécanique :

Les planchers sont calculés pour supporter les charges et les transmettre aux éléments porteurs sur
les lesquels ils reposent (poutres, murs, terres plein). Ils participent également au contreventement de
la structure.

1.2. Sécurité incendie : (

En matière de protection incendie, on distingue 3 notions :

- la résistance mécanique appelée stabilité au feu, Cf. Chapitre : Sécurité incendie)


- l’étanchéité aux flammes appelée pare flammes,
- l’isolation thermique appelée coupe-feu.

Les éléments de structures des constructions sont classés suivant leur résistance au feu, en fonction
de leurs capacités à conserver leur rôle mécanique et à protéger les personnes.

1.3. Isolation thermique :

Une isolation thermique est réalisée essentiellement pour les planchers en contact avec l’extérieur ou
les locaux non chauffés.
L’isolant pourra être intégré au plancher ou rapporté une fois le plancher réalisé.

G.MEBARKI | Séquence 4
1.4. Isolation phonique : (Cf. Chapitre : Acoustique)

On distingue deux types de bruits :

- les bruits aériens : ils se transmettent dans l’air et leur transmission par une paroi satisfait à la
loi de masse, plus un matériau et lourd, plus il isole du bruit aérien.

- les bruits d’impacts : ils se transmettent par les éléments de construction et sont minimisés par
désolidarisation du revêtement de sol de la structure (planchers flottants) ou utilisation d’un
revêtement de sol absorbant (moquette).

Bruit d’impact

Bruit aérien

1.5. Equipements techniques :

Le plancher permet de dissimuler les canalisations d’eau, de gaz et les câbles électriques. Il est aussi
possible de réaliser des planchers chauffants, par mise en place dans la dalle avant coulage, d’un
circuit de canalisation (alimenté par eau chaude). Ce système est plus souvent incorporé dans une
chape effectuée par la suite au dessus du plancher.

G.MEBARKI | Séquence 4
2. LES PLANCHERS:

Il existe plusieurs méthodes de réalisation des planchers. On choisit le type et la méthode de


réalisation d’un plancher en fonction de critères :

- de conception : portée entre appuis et structure porteuse,

- écologiques : utilisation de matériaux correspondant à une démarche Haute Qualité


Environnementale,

- économiques : matériel d’entreprise à rentabiliser (coffrages outils, préfabrication, moyens de


levage…),

- de nature de chantier : planning, manque de place…

Quel que soit le type de plancher, il fait l’objet de plans de réalisation (plans de coffrage, de pose, de
calepinage, de ferraillage…) sur lesquels sont indiqués tous les renseignements utiles à sa réalisation
sur chantier, dont entre autre :

- les structures porteuses,


- les dimensions des coffrages à réaliser,
- les définitions géométriques des éléments préfabriqués et leur positionnement,
- les épaisseurs de dalles à couler,
- les conditions d’étaiement,
- le ferraillage principal et/ou complémentaire (chaînage, chapeaux, renforts de trémies) à
mettre en place.

2.1. Les planchers béton :

 Dalle pleine en Béton Armé (voir fiche page 4)

 Dalle béton armé avec prédalles (voir fiche page 5)

 Dalle poutrelles et entrevous (voir fiche page 6)

 Dalle alvéolée précontrainte (voir fiche page 7)

 Dalle mixte béton – acier (voir fiche 8)

G.MEBARKI | Séquence 4
DALLE PLEINE B.A.

Utilisation : Bâtiment courant.


Portée jusqu'à 10 m.
Descriptif : Plancher en béton armé, coulé en place sur toute son épaisseur (entre 15 et 30
cm).
Système coffrant : coffrage bois traditionnel (peau, raidisseurs secondaires et
principaux) ou panneaux coffrants métalliques.
Coupe type

Épaisseur courante : 180 à 250 mm il faut h>portée/30 Dalle de compression

Treillis soudé

Panneau de CTB-X

Raidisseurs secondaires
et primaires

Système d'étaiement
(tours, étais)

Phasage sur - mise en place de l'étaiement : tours, étais


chantier : - mise en place du système coffrant (avec réglage de la hauteur et huilage de la
peau coffrante)
- mise en place des armatures : treillis soudés, chapeaux, chevêtres pour trémies
- coffrages de rives
- bétonnage puis serrage du béton
- période de prise et de durcissement
- décoffrage et désétaiement

Préfabrication : Aucun élément béton n'est préfabriqué

Matériel : Sur chantier important, moyen de levage pour matériel d'étaiement et transport du
béton
Avantages Inconvénients
- dalle de taille et de forme quelconque - consommateur de temps de réalisation
- reprise de bétonnage possible (réalisation en - consommateur en matériel d'étaiement et de
plusieurs fois) coffrage
- peu demandeur en capacité de levage
- pas de contrainte liée à la préfabrication (liaisons
entre éléments)

G.MEBARKI | Séquence 4
DALLE B.A. AVEC PRÉDALLES

Utilisation : Immeuble courant.


Portée de 5 à 7 m pour celles en béton armé, jusqu'à 10 m pour celles en béton
précontraint.

Descriptif : Plancher constitué de prédalles préfabriquées et comprenant les aciers de


résistance.
Les prédalles servent de coffrage pour le bétonnage de la dalle de compression
coulée en place.
Coupe type

Dalle de compression

Prédalle Béton armé


ou béton précontraint

Lisse bois et étaiement


Épaisseur courante : prédalle e = 50 à 80 mm
Dalle de compression (> 2 e) : 120 à 200 mm
Prévoir une file d’étais tous les 25 e (e en cm)

Phasage sur - pose des prédalles sur lisse (fixée sur appui) ou directement sur appui porteur
(2cm sur béton, 4cm sur maçonnerie) en utilisant un palonnier :
chantier : - mise en place de l'étaiement : files d'étais
- mise en place des armatures complémentaires : chapeaux (treillis soudés)
- coffrages de rives
- bétonnage puis serrage du béton
- période de prise et de durcissement
- désétaiement

Préfabrication : Les prédalles sont en béton armé ou précontraint.


La préfabrication peut être foraine (sur chantier) ou réalisée en usine (obligatoire
pour les prédalles précontraintes par fils adhérents).

Matériel : Grue et palonnier (réduction des efforts de flexion lors de la manutention)

Avantages Inconvénients
- temps de mise en œuvre réduit (pas de coffrage) - présence de joints (entre prédalles)
- éléments irréguliers facilement réalisables - si préfabrication en usine : la largeur est limitée
par le gabarit routier 5
- si préfabrication foraine : il faut prévoir une aire de
fabrication
- portée relativement limitée pour celles en béton
armé
- demande un moyen de levage de forte capacité

G.MEBARKI | Séquence 4
DALLE POUTRELLES ET ENTREVOUS

Utilisation : Maison individuelle.


Collectif R+3 maximum.

Descriptif : Plancher constitué de poutrelles en béton armé ou précontraint et d'entrevous (en


béton, terre cuite ou polystyrène) servant de coffrage perdu pour la dalle de
compression coulée en place.
Les entrevous peuvent éventuellement participer à la résistance : ils sont en
béton, ont une hauteur plus importante et possèdent une partie supérieure
renforcée. Dans ce cas la dalle de béton ne sert que de clavetage et n'est coulée
qu'entre les entrevous.
Coupe type

Dalle de compression

Treillis soudé
(non fissuration)

Poutrelle béton

Entrevous

Épaisseur courante : entrevous 160 mm


Dalle de compression 40 mm Lisse bois et étaiement
Entraxes des poutrelles : 600 mm

Phasage sur - pose des poutrelles sur lisse (fixée sur appui) ou directement sur appui porteur
chantier : (2cm sur béton, 5cm sur maçonnerie)
- pose des entrevous d'extrémités de poutrelles pour régler l'entraxe entre
poutrelles
- étaiement
- pose des entrevous intermédiaires
- mise en place des armatures complémentaires (treillis soudés et chapeaux)
- coffrages ponctuels traditionnels
- bétonnage et serrage du béton
- période de prise et de durcissement
- désétaiement
Préfabrication : Les poutrelles et les entrevous sont préfabriqués de façon industrielle en usine.
Les éléments sont standards.

Matériel : Pas de moyen de levage particulier.

Avantages Inconvénients
- souplesse de mise en œuvre - portée limitée
- éléments manuportables - sous face à enduire
- étaiement limité
- réservations aisées

G.MEBARKI | Séquence 4
DALLES ALVEOLÉES PRÉCONTRAINTES

Utilisation : Bâtiments tertiaires, industriels (planchers comportant peu de réservations)


Portée de 6 à 16 m.
Descriptif : Plancher constitué d'éléments alvéolés préfabriqués en béton précontraint, de
faible largeur, et éventuellement d'une dalle de compression coulée en place de
faible épaisseur (4cm).
Coupe type
Béton de clavetage et éventuellement
Dalle alvéolée
dalle de compression

Ferraillage

Épaisseur courante : totale 120 à 320 mm.


Dalle alvéolée largeur 60 cm à 1,2 m
appui 4 cm sur béton armé

Phasage sur - pose des éléments


- coffrages ponctuels de rives
chantier : - bétonnage des clavetages et éventuellement de la dalle
- période de prise et de durcissement
Préfabrication : Dalles alvéolées
Les réservations inférieures à 30cm sont réalisées dans la dalle à la réalisation
(Les réservations supérieures à 30cm font l'objet de la réalisation d'un chevêtre
réalisé sur chantier)
Matériel : Manutention par moyen de levage adapté : palonnier et pinces

Le poids de ces éléments est élevé et peut être dimensionnant pour la grue.

Avantages Inconvénients
- préfabrication en usine - coût élevé
- portée jusqu'à 16m sans acier complémentaire et - problème des fixations ultérieures
sans dalle de compression - joints très nombreux
- en général pas d'étaiement - levage de forte puissance
- cadence de pose élevée - trame plus ou moins imposée
- percements limités

G.MEBARKI | Séquence 4
DALLE MIXTE BÉTON ACIER
(PLANCHER COLLABORANT)

Utilisation : Bâtiment tertiaire, généralement à structure porteuse en acier ou bois (lamellé


collé).
Portée de 5 à 12 m.
Descriptif : Plancher mixte béton-acier constitué de bacs acier en tôle mince servant de
coffrage perdu et collaborant à la résistance mécanique (armature), et d'une dalle
de compression en béton coulée en place.
Coupe type

Dalle de compression

Treillis soudé
(non fissuration)

Bac acier collaborant

Épaisseur courante : 180 à 250 mm Lisse bois et étaiement


Largeur des bacs aciers : 150 à 170 cm

Phasage sur - pose des bacs aciers


- étaiement
chantier :
- mise en place des armatures complémentaires (treillis soudés et chapeaux)
- coulage de la dalle de compression

Préfabrication : Bacs aciers (éléments standards)


Les trémies sont découpées sur chantier

Matériel : Pas de moyen particulier

Avantages Inconvénients
- bacs aciers manuportables - peu isolant
- rapidité de mise en place des bacs - tenue au feu respectée si mise en place
- facilité de mise en place de suspentes pour faux- d'armatures spécifiques sans contact avec les bacs,
plafond ou d'un faux-plafond coupe-feu, ou d'un revêtement
coupe-feu (peinture intumescente ou plâtre)
- intervention de deux lots : charpente métallique
puis gros œuvre

G.MEBARKI | Séquence 4
9

G.MEBARKI | Séquence 4
PLANCHER EN BOIS MASSIF

Utilisation : Maison individuelle et petits immeubles.


Portée 5 à 8 m.
Descriptif : Plancher en bois massif composé de planches posées sur chant et jointives
assemblées par clouage ou par collage.
Schématisation

Coupe de principe

Dimensionnement : La hauteur des planches est choisie en fonction :


- de la portée et des charges du plancher,
- des exigences en matière de feu,
- des exigences en matière d’acoustique.
Epaisseur des planches : 24 à 45 mm,
Epaisseur du plancher : 12 à 22 cm,
Largeur des panneaux ; 1,20 m (produits préfabriqués).
Avantages Inconvénients
- utilisation de bois de qualité inférieure, - sensibilité aux variations hygrométriques,
- grandes portées (faible épaisseur), - difficulté de passage des fluides,
- bon comportement acoustique, thermique et au feu. - prix plus élevé.

10

G.MEBARKI | Séquence 4
PLANCHER PAR SOLIVAGE

Utilisation : Maison individuelle et petits immeubles.


Portée 3 à 5 m.
Descriptif : Plancher comprenant une ossature composée de poutres, de solives et de
chevêtres (éléments en bois massif ou en lamellé-collé).
Schématisation

Dimensionnement : La section et l’espacement des solives sont choisis en fonction :


- de la portée et des charges du plancher,
- de l’épaisseur du platelage,
- des exigences en matière de feu,
- éventuellement du plafond.
Section des solives :
- largeur : de 50 à 75 mm,
- hauteur : de 150 à 250 mm.

Avantages Inconvénients
- système léger, - épaisseur importante du plancher pour les portées
- flexibilité de forme et de façonnage, supérieure à 4 m,
11
- facilité de passage des fluides, - faible portée pour les éléments de surface ou de
- prix compétitif. sous face.

G.MEBARKI | Séquence 4
PLANCHER CAISSONS

Utilisation : Maison individuelle et petits immeubles.


Portée 5 à 7 m.
Descriptif : Plancher réalisé à partir de planches aboutés et collées en caisson, ces panneaux
sont assemblés par doubles rainures et languettes. Ils peuvent incorporer une
isolation par mousse thermodurcissable ou par fibres végétales ou minérales.
Schématisation

En plancher horizontal

En toiture

Dimensionnement : Proportion : E = L/35

Avantages Inconvénients
- produits industriels, - difficulté de passage des fluides,
- grandes portées, - prix plus élevé.
- bon comportement acoustique et thermique. 12

G.MEBARKI | Séquence 4
PLANCHER MIXTE BOIS BETON

Utilisation : Bâtiment à grandes portées.


Portée 11 à 18 m.
Descriptif : Plancher mixte bois-béton constitué d’une structure en planches pour reprendre
les efforts de traction et d’un remplissage en béton pour la compression.
Schématisation

Dimensionnement : Partie bois en planches : 18 à 21 cm de hauteur,


Dalle béton à faible rapport E/C avec adjuvants (plastifiants) d’une épaisseur
d’environ 6 cm.

Avantages Inconvénients
- bon comportement acoustique et phonique, - interface charpentier maçon critique,
- adapté au neuf et à la réhabilitation. - prix plus élevé.

13

G.MEBARKI | Séquence 4
2.3. Particularités liées à la réalisation de planchers :

2.3.1. Les trémies :


Sur tous type de planchers, il sera nécessaire de réaliser des percements
aménagés dans la dalle appelés « trémies » pour le passage d’escaliers,
d’ascenseurs, de gaines et de réseaux.
Lorsque celle-ci est de section importante, il sera nécessaire de renforcer le
plancher sur le pourtour de la trémie en utilisant des méthodes adaptées au
type de planchers utilisé (renfort de ferraillage dans un plancher béton,
réalisation de chevêtre, etc…).

Exemple de réalisation de trémies pour des planchers béton :

Dalle pleine B.A. Dalle poutrelles et entrevous

Exemple de réalisation de trémies pour des planchers bois :

Planchers en bois massif Planchers par solivage

14

G.MEBARKI | Séquence 4
2.3.2. Les chaînages :
A partir du moment où la structure porteuse verticale sera réalisée en béton ou
en maçonnerie de petits éléments, il est obligatoire de prévoir un chaînage
horizontal afin de rigidifier la construction en tête de murs (quelque soit la
nature du plancher).

Il est nécessairement continu et ceinture la construction à chaque niveau et à


chaque intersection plancher/mur (porteur et refend).

Les chaînages sont des cages d’armatures de faible diamètre (8 ou 10 mm)


préfabriquées disposées sur les murs et mécaniquement reliées entre elles par
recouvrement des barres.

Des règles de ferraillage sont à respecter particulièrement aux angles pour


éviter les poussées aux vides, source de fissuration du béton.

15

G.MEBARKI | Séquence 4
3. LES DALLAGES:

Un dallage est une dalle de béton s’appuyant de manière continue sur le sol par
l’intermédiaire d’une forme réalisée avec des granulats compactés.

Le dallage peut prendre appui sur les murs de soubassement et de refend (solution à
envisager si on craint des tassements ultérieurs du sol support du dallage malgré le
compactage).

Dallage désolidarisé des murs Dallage prenant appui sur les murs

La réalisation du dallage comprend :


- la réalisation d’une forme d’assise drainante (hérisson) homogène et
compacte réalisé en tout venant (cailloux+graviers+sable), en grave stabilisée
(sable+gravier) ou en grave ciment (grave+3 à 5% de ciment),
- la pose d’une couche d’étanchéité (film polyéthylène <200 µm),
- la réalisation du corps de dallage constitué d’une dalle béton avec nappe
de treillis soudé et d’une chape support de revêtement de sol.

Exercice : A partir des données ci-dessus, dessiner la coupe de principe d’un


dallage.

16

G.MEBARKI | Séquence 4
Il est possible de réaliser des dallages avec couche d’isolation thermique. L’isolation
horizontale (qui doit être incompressible) aura une largeur minimale de 1.50 m.

Le dallage comprend plusieurs coupures, appelées joints :

- les joints de retrait : disposés de


manière à délimiter des panneaux : la
diagonale ne doit pas dépasser 7,00
m en extérieur ou 8,50 m en intérieur.
Ils doivent réaliser une coupure
franche sur au moins le ¼ de la
hauteur de la dalle.

- les joints de dilatation : ils coupent la dalle et le treillis soudé entièrement. Il


en faut un tous les 25,00 m maximum.

- les joints de désolidarisation : ils


permettent éventuellement de
désolidariser la dalle des éléments
porteurs verticaux. Ils doivent avoir une
épaisseur de 10 mm et contenir un
produit souple.

- les joints de construction : ils


résultent des possibilités de dressage du
béton. Ils coupent la dalle entièrement
17
sans couper le treillis soudé.

G.MEBARKI | Séquence 4
18

G.MEBARKI | Séquence 4