Vous êtes sur la page 1sur 12

L’audit comptable & financier

CHAPITRE 3 : L’AUDIT & CONTROLE INTERNE :


QUEL APPORT POUR L’ENTREPRISE ?

Au cours de ces dernières années, l’augmentation des risques dans


l’économie et le développement des structures des entreprises – qui
devient plus complexe – nécessitent les organismes économiques de
disposer d’un certain nombre d’outils de pilotage et de plus en plus
efficaces. Des systèmes de contrôle interne sont mis en place afin de
détecter toute chose peut perturber la réalisation des objectifs fixés par
les dirigeants de ces organisations.
Dans ce chapitre, après avoir donnée une petite définition au
contrôle interne on va essayer de déterminer le rôle et la responsabilité
de chaque personne dans l’élaboration d’un système de contrôle
interne (Section 1), pour assurer l’efficacité de ce système il faut
l’audit, ce type d’audit est appelé audit interne (Section 2),à la fin de
cette mission l’auditeur interne doit rédiger un rapport de fin de
mission (Section 3).

Section 1 – Le contrôle interne : l’une des préoccupations de


l’audit interne
Les dirigeants des entreprises ont pour préoccupation de mieux
maîtriser les activités dont ils ont la responsabilité, c’est pour cela
qu’ils misent en place des systèmes de contrôle interne pour éviter et
limiter les aléas. Le contrôle interne est l’affaire de plusieurs
personnes interne et externe de l’entreprise.

Mémoire de fin d’études 2004/2005 42


L’audit comptable & financier

Dans l’élaboration d’un système de contrôle interne, chaque


personne a un rôle qui doit remplir pour que ce système soit plus
efficace.

1- Le contrôle interne : définition & objectifs


Le contrôle interne « est un processus mise en place par le conseil
d’administration, les dirigeants et le personnel d’une organisation
destinée à fournir une assurance quant à la réalisation des objectifs
suivants : la réalisation et l’optimisation des opérations, la fiabilité des
informations financières et la conformité aux lois et aux
réglementations en vigueur 43».
Donc, d’après cette définition, on peut dire que le contrôle interne
est un processus qui aide l’entreprise à réaliser ses objectifs
fondamentaux. Elle détermine ainsi les objectifs d’un système de
contrôle interne, ainsi un système ne peut garantir la réussite de
l’entreprise, il ne peut toutefois qu’aider cette organisation à arriver
au but fixe. En revanche un système ne peut transformer un manager
non compétent.
Certaines personnes attendent beaucoup plus du contrôle interne,
ainsi elles croient que ce contrôle peut garantir de manière certaine la
fiabilité des informations financières aux lois et réglementations en
vigueur, cette information est fausse car le système de contrôle interne
ne peut fournir qu’une assurance raisonnable (et non absolue) sur la
réalisation des objectifs.

43
COOPERS AND LYBRAND : la nouvelle pratique du contrôle interne. PAGE 24

Mémoire de fin d’études 2004/2005 43


L’audit comptable & financier

Bref,on peut dire que le contrôle interne est un processus qui


constitue un moyen d’arriver à ses fins et non pas une fin en soi, car il
peut que ce système ne s’applique pas d’une manière correcte et donc
il ne pourra pas donner des résultats acceptables.

2- Rôles & responsabilités du personnel


Le contrôle interne est l’affaire du, conseil d’administration du
management et des autres membres du personnel. C’est les individus
qui fixent les objectifs et mettent en place les mécanismes de contrôle,
chacun apporte l’expérience et les compétences techniques qui lui sont
propres.
Le management44 : le président –directeur général est
responsable en dernier ressort de système de contrôle interne, il
doit donner l’exemple en matière d’intégrité.
Dans une grande entreprise le PDG doit montrer la voie à suivre
au membre de son équipe de direction et de superviser la façon
dont ils travaillent, de leur part les membres de la direction ayant
la responsabilité de mise en place de norme et de procédure du
contrôle interne. Dans le cas des petites et moyennes entreprises,
ou le PDG et l’actionnaire principale exercent une influence plus
directe. En générale, dans une structure de responsabilité en
cascade chaque personne est le président-directeur général de
l’unité qui lui rattache.

44
COOPERS AND LYBRAND : la nouvelle pratique du contrôle interne. PAGE 18-19

Mémoire de fin d’études 2004/2005 44


L’audit comptable & financier

Le Conseil d’administration : a pour rôle de surveiller et guider


les dirigeants et d’apporter des conseils. Ce conseil est placé
pour identifier et corriger le problème.
Les auditeurs interne : en raison de leur position dans
l’organisation et de l’autorité dont ils disposent, les auditeurs
internes jouent un rôle important dans l’évaluation et le suivie du
fonctionnement du système de contrôle interne.
Les autres membre du personnel : tous les employés produisent
des informations utilisées par le système de contrôle interne,
ainsi tous les membres des personnel doivent informer leur
supérieurs de toute action illégale qui peut perturber
l’exploitation de l’entreprise.

3- Les éléments du contrôle interne


Le contrôle interne est composé de cinq éléments
interdépendants à savoir, l’environnement de contrôle, l’évaluation
des risques, les activités de contrôle, l’information et
communication et le pilotage.
Environnement de contrôle : il définie les conditions de
fonctionnement du contrôle interne, il détermine aussi le
niveau de sensibilisation du personnel au besoin de contrôle.
L’efficacité des procédures du contrôle interne est fonction de
« l’intégrité et de l’éthique » des dirigeants. Ces deux facteurs
sont très importants dans l’environnement du contrôle interne.

Mémoire de fin d’études 2004/2005 45


L’audit comptable & financier

Evaluation des risques : ici l’entreprise doit évaluer les


risques susceptibles de mettre en cause la réalisation des
objectifs et les maîtriser. Elle doit également instaurer des
mécanismes permettant d’identifier, analyser et gérer les
risques.
Activités de contrôle : peuvent se définir comme l’application
des normes et procédures qui contribuent à agrandir la mise
en œuvre des orientations émanent du management, ces
opérations ont comme objectif de s’assurer que les mesures
sont prise en vue de maîtriser les risques.
Information et communication : les systèmes d’information
produisent des données opérationnelles et financières qui
permettent (de gérer et contrôler l’activité). Ces données
doivent être circuler entre le personnel d’une manière précise
(c’est le rôle du système de communication).
Pilotage ; le système est soumis aussi à un contrôle. Pour cela,
il convient de mettre en place un système de pilotage. Le
pilotage comprend des contrôles réguliers effectués par le
management et le personnel d’encadrement.

Section 2 – L’audit interne : démarche & technique


L’audit interne est un examen direct du système du
contrôle interne. La définition retenu par IFACI45 est :
« L’audit interne est à l’intérieur d’une entreprise ou

45
IFACI : Institut Français Des Auditeurs Consultant Internes

Mémoire de fin d’études 2004/2005 46


L’audit comptable & financier

d’un organisme, une activité indépendante


d’application du contrôle des opérations, il est au
service de la direction….. C’est un contrôle qui a pour
fonction d’estimer et d’évaluer l’efficacité des autres
contrôles… » 46.

1- La mise en place d’une entité d’audit interne


Le choix du responsable d’un service d’audit interne est la
première étape dans la mise en œuvre de l’entité. Ce responsable
a comme tache de préparer la budget de fonctionnement,
d’organiser son secrétariat, interviewer et recruter ses premiers
collaborateurs, et de préparer une planification de mission
effectuées pendant la première année avec l’accord de son chef
hiérarchique.
Le responsable et ces collaborateurs qui constituent une
équipe mixte de l’audit interne doivent respecter les critères
suivants :
Une certaines connaissances et expérience vécues de
l’entreprise.
Des connaissances de l’évaluation des pratiques de gestion
et d’administration.
Une bonne appréciation des obligations légales de
l’entreprise dans son environnement.

46
LIONEL COLLINS ET GERARD VALIN : audit et contrôle interne : aspect financiers, opérationnels et
stratégiques. PAGE 23

Mémoire de fin d’études 2004/2005 47


L’audit comptable & financier

Pour chaque mission d’audit interne le responsable du service doit


établir une planification technique afin de s’assurer que son équipe
utilise les moyens les plus adaptés aux objectifs de la mission.
Les techniques utilisées par l’auditeur se rapportant aux phases
distinctes qui sont : la prise de connaissance du chantier et la
réalisation des travaux d’enquête et de vérification.

Prise de connaissance du chantier


Afin que l’auditeur, lors de sa mission, ne perde pas de temps
aux opérationnels sur le terrain, il faut qu’il prépare bien
l’orientation de son travail.
C’est pour cela que le responsable de service procèdera à
une collecte des données de base et à leur analyse. Ces données
doivent concerner principalement les organigrammes et les
descriptifs de postes, les informations comptables et statistiques
relatives aux activités faisant l’objet de l’étude, les manuelles
de procédures et autres instruction ayant trait aux opérations et
fonctions, et les entretiens avec les principaux chef de service.
C’est de la collection et l’analyse de ces informations que
l’auditeur peut élaborer une synthèse portant sur les risques
principaux à prévoir dans le domaine (risque d’erreurs ou de
fraudes par exemple) et une connaissance de « qui – fait- quoi
et comment » relative aux principaux circuits.

Mémoire de fin d’études 2004/2005 48


L’audit comptable & financier

Pour se faire le responsable du service peut utiliser un


certain nombre de techniques comme :
Préparation d’un diagramme de circuit faisant ressortir
distinctement les opérations, leurs responsables, leurs
enregistrements comptables…
Analyse financière et comptable des coûts et de la
rentabilité des activités.
Comparaison des informations fournies lors des entretiens
aux données reçues des autres sources citées.
Réalisation des travaux d’enquête et de vérification.

Après l’étape de préparation, le responsable tire des conclusions


qui sont très importantes pour l’élaboration de programme de travail,
il demande à ses collaborateurs de réaliser notamment :
L’examen physique qui permet de s’assurer que tous les
éléments inscrits dans l’actif sont vraiment réels.
La vérification sur documents, c'est-à-dire la comptabilisation.
Le contrôle arithmétique, pour s’assurer que les totaux sont
corrects sur un document ou dans un compte.
La comparaison des informations provenant de deux sources
indépendantes (par exemple, les informations tirées par le
collaborateur lors des entretiens avec les chefs et les
informations tirées lors de la vérification des documents).
Donc l’auditeur lors de sa mission doit utiliser ces techniques
pour atteindre l’objectif de l’audit.

Mémoire de fin d’études 2004/2005 49


L’audit comptable & financier

Par exemple, la vérification de l’existence et des stocks exige


non seulement un examen physique, mais une vérification sur
documents et un contrôle arithmétique au moins.

3- Suivi & évaluation des travaux d’audit


Le responsable du service d’audit interne doit s’assurer que la
mission se déroule d’une manière correcte. Il doit vérifier la
qualité technique des travaux effectués, le respect du programme
de travail dans son contenu et dans les délais fixés et le maintien
de bonne relation avec le service audité.
Qualité technique des travaux effectués
Les feuilles de travail sont classées dans un dossier (dossier
de travail) sur lequel l’auditeur va consigner le détail précis de
la nature et l’étendu des vérifications qu’il a effectuées. Il
incombe au responsable de service de contrôler ce dossier de
travail pour vérifier que les feuilles de travail sont correctement
remplies, claires, complètes, exhaustive et ne laissant aucune
question soulevée sans réponse.
Respect du programme de travail
Pour que la mission de l’audit sera efficace, il faut que les
auditeurs respectent le programme de travail qui leur est
assigné. Il a besoin de savoir qui a fait quoi et combien de
temps y’a été consacré.
« Dans les grandes structures d’audit interne ou les
missions peuvent être complexes, et ou le nombre de

Mémoire de fin d’études 2004/2005 50


L’audit comptable & financier

collaborateurs est important, il est nécessaire d’avoir un


système formel de rapport. Ces rapports sont remplies
rigoureusement par chaque collaborateur selon une fréquence
prédéterminé (hebdomadaire, bihebdomadaires…). Ce rapport
doit indiquer le nom, la période couverte par le rapport, le titre
et la référence de la mission, la section du programme, objet de
son travail et le nombre d’heures consacrées chaque jours à ce
travail.
Maintien des bonnes relations :
La collaboration des autres services de l’entreprise est une
condition nécessaire au bon fonctionnement du service d’audit
interne.

Section 3 – Rapport d’audit & recommandations


A la fin de chaque mission d’audit, il est nécessaire que
l’auditeur présente un rapport écrit.
La formulation de ce rapport est la dernière étape de la
mission d’audit. Il se base sur les feuilles de travail classées
dans le dossier de travail.
Ce rapport doit contenir : un ensemble d’informations
indiquant ce qui marche bien autant que ce qui marche mal, des
conclusions validées par les testes et les vérifications en fin de
recommandation portant sur des améliorations souhaitables et
possibles.

Mémoire de fin d’études 2004/2005 51


L’audit comptable & financier

Mais avant la rédaction de ce document il faut que le


responsable du service d’audit réuni ses collaborateurs et
cadres particulièrement concernés.
Cette réunion étudiera les éléments suivants :
La nature et les objectifs de la mission
Les faits révélés par les vérifications
Les conclusions des auditeurs à partir des faits (faiblesse
des contrôles par exemple)
Les conséquences sur la qualité de la gestion de
l’entreprise
Lors de cette réunion le responsable doit choisir la
meilleur façon qui peut transférer le message aux membres
de réunion par exemple utiliser des supports techniques –
informatiques. Avec écart, transparent avec rétroprojecteur
ou le simple papier board.
C’est après ces étapes que le responsable peut publier le
rapport définitif aussi rapidement que possible, ce rapport
est élaboré à l’attention des directeurs (le supérieur
hiérarchiquement).
En fin le rapport définitif doit contenir les éléments
suivants :
Présentation du lieu ou du service où a eu lieu la
mission, en s’appuyant sur des données sociales,
comptable et statistique (date de création, chiffre
d’affaire, nombre d’employés et de clients….)

Mémoire de fin d’études 2004/2005 52


L’audit comptable & financier

Rappel des objectifs et de la durée de la mission


d’audit.
Synthèse du rapport qui définie les éléments les plus
significatifs constatés lors de la mission, les
conséquences de leur existence et les
recommandations.
Liste des recommandations, comportant le nom ou la
fonction de la personne responsable de leur mise en
œuvre, ainsi que la date d’échéance de la réalisation.
Pour le service d’audit le rapport définitif fait partie de
se archives. Il sert également de moyen de contrôle
pour s’assurer que les recommandations sont mise en
œuvre.
Ce rapport peut aider des personnes externes de
l’entreprise, par exemple lors de la mission d’audit
comptable et financier le contrôle externe peut demander
une copie de ce document lors de l’étape d’appréciation
du contrôle interne.

Mémoire de fin d’études 2004/2005 53