Vous êtes sur la page 1sur 9

L’entretien 

L’entretien
- L’entretien est une technique de collecte
d’informations orales, un événement de parole qui
se produit dans une situation d’interaction sociale
entre un enquêteur et un enquêté (sauf dans le cas
de l’entretien collectif)
    
      
- La situation d’enquête conditionne à la fois la
réalisation de
l’entretien et l’interprétation du matériau recueilli

• L’entretien est une méthode opératoire : l’intérêt


pour l’usage de l’entretien repose sur la
reconnaissance progressive de ce que la technique
d’enquête fait émerger

• Le temps passé à écouter les individus autorise


principalement une connaissance des opinions et
des représentations sociales qu’ils construisent
L’entretien (suite)

● L’entretien est une technique


exploratoire : entretien directif ou semi-
directif (mené en s’abstenant de poser
trop de questions pré-rédigées) peut
déboucher sur l’extraction des
principales catégories de pensée de
l’enquêté, voire sur les éléments clefs de
sa biographie ou sur l’élaboration de
récits de vie plus ou moins exhaustifs
L’entretien (suite)
• C’est un outil adapté à la connaissance des
motivations
individuelles ou du sens que les acteurs
attribuent à leurs
pratiques.
• Au cours de l’entretien, l’enquêteur s’efforce
d’aider l’individu interrogé à expliciter ce qui,
pour lui, n’existe qu’à l’état d’implicite
• Il s’agit, dans l’entretien, d’inviter les acteurs
sociaux à une
sorte d’auto-analyse
• Les discours produits en situation d’entretien ont
vocation à être enregistrés
• Il ne faut enregistrer quelqu’un à son insu car
une enquête par entretiens repose en premier
lieu sur le consentement des enquêtés
• La garantie de l’anonymat est essentielle car c’est
en respectant l’anonymat des personnes
Le guide d’entretien

● Une enquête par entretien non directif


se prépare en réalisant un guide
d’entretien
● Celui-ci peut être plus ou moins
structuré, long et précis
● Il comporte la liste des thèmes que
l’enquêteur souhaite aborder
● Les thèmes sont classés dans un ordre
qui pourrait être celui du déroulement
de l’entretien
● Le guide peut être affiné au terme des
quelques entretiens exploratoires, même
La réalisation de l’enquête

La réalisation d’une enquête par entretiens implique deux


éléments :

● D’abord une procédure d’accès aux enquêtés, c’est-à-dire


la capacité à construire, en fonction des objectifs, un
échantillon d’individus qui accepte de participer à
l’enquête (informateurs)

● Ensuite, une certaine maîtrise des conditions


d’élaboration des matériaux sur lequel repose le travail
théorique et ainsi une analyse de la relation entre
enquêteurs et enquêtés.

L’accès aux enquêtés : il est à priori possible d’utiliser des


fichiers déjà constitués (liste d’un établissement scolaire,
liste électorale, liste d’abonnés…) pour y sélectionner des
informations, ou de proposer la participation à une
enquête à des individus rencontrés, et sollicités dans le
cadre de relations de face à face (porte à porte,
fréquentations d’un campus universitaire pour
La réalisation de l’enquête
(suite)  
La taille de l’échantillon peut dépendre de plusieurs
facteurs :

● D’abord la présence ou non d’autres matériaux empiriques


(varier les sources)

● Ensuite, des critères plus ou moins arbitraires visant à


imposer un nombre minimum d’entretiens à partir de la
pratique d’enquête (30, 40 ou 50 entretiens sont considérés
nécessaires)

● Enfin, et surtout d’une sensation de saturation éprouvée


par l’enquêteur lorsque les entretiens qu’il mène
n’aboutissent qu’à la collecte d’informations redondantes
avec celles déjà consignées. Il est alors temps de passer au
travail d’analyse ou à la phase d’écriture selon la
démarche de recherche adoptée.
La relation enquêteur / enquêtés

Les problèmes méthodologiques sont multiples :


● Le lieu d’entretien : il conditionne le contenu des
discours produits. Le site du lieu de travail pour
les travailleurs est peu approprié à
l’investigation sociologique (contrôle des propos)

● Il est indispensable d’établir la relation la plus


égalitaire possible entre l’enquêteur et l’enquêté.
L’enquêteur doit viser à mettre en confiance les
individus interrogés.

● Le chercheur devrait s’abstenir de formuler tout


jugement ou d’apporter la contradiction. Par
contre, il doit avoir des questions de relance.
L’entretien collectif
● Un entretien est considéré comme collectif lorsqu’un ou
plusieurs enquêteurs interrogent un petit groupe de
personnes (au moins deux) qui peuvent être liés par des
liens d’interconnaissance ou ne point se connaître.

Deux principaux éléments plaident en faveur de


l’entretien collectif :

● D’abord, le fait qu’au cours de la démarche s’opère


progressivement un transfert du pouvoir de l’enquêteur
vers le groupe : à plusieurs, les personnes interrogées
acquièrent une influence sur la définition de thèmes et
autres questions pertinentes, alors que ce rôle leur aurait
plus probablement échappé dans le cadre d’un entretien
individuel.

● L’entretien collectif serait particulièrement adapté à


l’analyse de processus sociaux, tandis que l’entretien
individuel permettrait d’approfondir l’analyse des
trajectoires individuelles (taille du corpus= groupe de 5 à
10 personnes) pour observer le plus finement possible un