Vous êtes sur la page 1sur 7

Le elearning de 2030

« L’e-learning du futur ressemblera à un jeu vidéo »1

Contexte

Évoquer le sujet du e-learning ne s'avère pas être une chose aisée. En effet, la formation à
distance a divisé, et divise encore, les experts comme les praticiens tant sur les pratiques que
sur les perspectives. A l'avenir, le niveau de performance économique et sociale des sociétés
sera déterminé, en grande partie par la façon dont les citoyens pourront exploiter les
potentialités de ces nouvelles technologies. Donc la réalisation de certains objectifs suppose et
dépend de l'implication forte de tous les acteurs engagés dans le processus d'éducation et de
formation. Le elearning s'adresse aux défis dans ces domaines et vise à adapter les systèmes
d'éducation et de formation aux besoins de la société de la connaissance.

Cette évolution nous conduira nécessairement à des changements de mentalités et de


comportements tant sur les apprenants que sur les formateurs. « Un des principes les plus
nécessaires à une réforme (de l'éducation), c'est redonner l'initiative et la responsabilité à celui
qui apprend ou à celui qui l'aide à apprendre. »2

La génération numérique

Une nouvelle génération d'apprenants est entrain de prendre le terrain. Ils ont su très tôt
manipuler une souris, utiliser un ordinateur. L'informatique a été intégrée dans leur quotidien
scolaire. Le développement de l'administration en ligne, l'implication des grandes entreprises
sur Internet, puis dans les univers virtuels, la convergence des médias : tous ces facteurs ont
contribué à imprégner l'existence de cette génération par les nouvelles technologies. Ces
pratiques deviennent à la fois naturelles et indispensables pour s'informer et communiquer dans
le monde moderne. Pour la génération numérique, il ne s'agit ni de découvrir, ni de s'adapter.
1
Propos de Pascal El Grably, directeur associé chez Crossknowledge, groupe spécialisé dans le développement
des compétences managériales par les NTIC
2
Ivan Illich, Une société sans école, Seuil, 1971.
Les téléphones, les GPS, les ordinateurs ont toujours été là, sous une forme ou une autre.
Discuter par messagerie instantanée n'est pas plus étrange qu'une conversation téléphonique ou
qu'une entrevue en chair et en os. C'est simplement un autre moyen, une autre façon de faire,
qui implique une relation sensiblement différente.

Un formateur et des contenus de qualité indispensables

En transformant les échanges du savoir, le rôle du formateur apparaît alors comme essentiel.
Comment loin de se voir remplacer par du virtuel, peut-il, en s'appuyant sur des facteurs
inébranlables, réussir avec plus d'aisance sa mission d'enseigner ? L'intégration du e-learning
ne peut réussir qu'en dépassant de nombreux freins subjectifs comme objectifs. Quels sont les
facteurs clés d'une réussite ? Quels sont les leviers pour le formateur et les établissements ? Il
est, par exemple, évident que, quels que soient les équipements, les vitesses de connexion et
l'ergonomie des interfaces d'apprentissage, certains facteurs, tels que la qualité et la fiabilité du
contenu, restent des valeurs clés de réussite. Il est important de rappeler que les technologies de
l'information et de la communication ne font pas l'apprentissage, en soulignant toutefois qu'ils
sont en train de bouleverser les rapports enseignants-enseignés et enseignés-enseignés.
Effectivement, les modes de communication sont le reflet d'une façon de fonctionner, de vivre.
Même si beaucoup s'accordent sur le fait que réfléchir à un apprentissage toujours meilleur ne
peut être qu'une bonne chose, l'e-learning se heurte aussi aux massives craintes que suscite
Internet.

Comment maîtriser la diffusion de l'information et assurer sa fiabilité ? Si tout le monde peut


discuter et commenter un savoir diffusé, où se trouve la place du maître responsable ? Il n'est
pas seulement question de transmission de supports pédagogiques car les technologies de
l'information et de la communication actuelle bouleversent tous les cadres habituels de la
formation.

L'enseignant a pour habitude de donner son cours à un groupe donné, à une heure donnée
dans un lieu donné. L'e-learning abolit toutes ces limites. En ouvrant sa classe sur internet, les
frontières se modifient. Une maîtrise doit être obligatoirement mise de coté car les limites
comme les frontières sont troubles (limites de la classe ? du temps ? de la durée ? de la
géographie ?). D'autres points restent en suspend pour assurer la réussite du passage au e-
learning. Une appropriation des outils apparaît comme primordiale pour ne pas aggraver la
fracture numérique. De plus, les équipements devront assurer une égalité aux accès.
Il ne s'agit pas seulement de poster des contenus pédagogiques sur un réseau comme dans une
boîte aux lettres. C'est un véritable travail qui engage donc des droits et des devoirs.

Les prospectives

Les nouveaux statuts des acteurs de l’elearning

Les enseignants

Métier artisanal et solitaire, l'enseignant se considère comme seul responsable de son cours.
L’elearning pourra modifier cet état de fait pour mettre à profit la mutualisation des
connaissances entre enseignants-chercheurs d'une même discipline. Des wikis évolués privés
seront disponibles, afin de produire à plusieurs des cours complets, clairs et en permanence
actualisés. Il s'agit pour les enseignants de gagner du temps sur l'élaboration des cours, afin de
se consacrer exclusivement à la diffusion de leur savoir auprès des étudiants, à la correction des
examens finaux et à la recherche, qui est le plus grand bénéficiaire de cette nouvelle
organisation. Des réseaux d'enseignants par disciplines se créeront, augmentant l'interaction
entre les chercheurs, ainsi que le développement et l'échange des idées. Les enseignants
pourront tenir leurs cours magistraux dans des amphithéâtres en 3D, et des assistants
techniques mettent à disposition ces cours dispensés à heures fixes sous toutes les formes
numériques possibles : vidéo, audio, diaporamas, ou e-book, récupérables par flux rss et
podcast par tous les étudiants.

Les tuteurs

Chargés de l'animation des cours, ils disposeront d'une double compétence : compétence
pédagogique spécialisée dans l'enseignement à distance tout d'abord, mais également
compétence dans un domaine particulier des connaissances. Ils pourront effectuer une veille
dans leur domaine de prédilection et participer aux congrès, aux séminaires et à toutes les
manifestations organisées dans leur discipline. Ces animateurs auront pour mission de stimuler
l'apprentissage des étudiants : En établissant avec eux les objectifs des unités d'apprentissages,
et seront des porteurs d'idées et correcteurs pour la réalisation de mini projets ou de travaux
d'apprentissage. Ils pourront être enfin chargés de l'accompagnement des étudiants, qu’il s’agit
de la compréhension du cours des enseignants chercheurs ou de la réalisation des travaux.

Les étudiants
Les étudiants deviendront des véritables acteurs de leur formation : en effet, ils participeront
désormais à l'élaboration de leur parcours personnalisé, et posséder également une plus grande
liberté d'initiatives dans la réalisation de leurs travaux pratiques avec la possibilité d'intégrer
l'apprentissage virtuel à une réalité concrète, professionnelle, sur internet ou localement. Ainsi,
les apprenants pourront en coordination avec leurs tuteurs, proposer des projets, les prendre en
main et leurs donner une vie publique ou professionnelle si cela est possible. Dans certaines
disciplines, notamment dans les sciences, les étudiants, regroupés par unité d'enseignement et
par localité, disposent d'accès aux matériels des laboratoires des universités locales.

Ces nouvelles dispositions deviendront rapidement populaires, et génèreront un engouement


important pour l'apprentissage à distance.

E-learning en 2030

Les enseignants pourront utiliser les technologies 3D très évoluées lors des visioconférences
pour expliquer un cours, ou pour un professeur qui suivra les évolutions du travail d'un
stagiaire dans un monde de nomades, une méthode très pratique pour casser les barrières de la
solitude et de la communauté individualiste qui seront établies à cause de l'e-learning. Il est
important de signaler qu'avec toutes ces nouvelles technologies, dont le but est de faciliter la
vie quotidienne des citoyens, le contact avec les personnes sera remarquablement réduit, et ce
sont ces mêmes technologies qui devront résoudre ces problèmes engendrés.

Types d’enseignements possibles

L’enseignement à la carte : il s'agit de permettre aux adultes ou aux jeunes en formation


d'accéder à tout moment et en tout lieu à un ou plusieurs modules d'apprentissage
indépendants. Ces formations peuvent être validées sur une durée de temps modulable, elles
seront disponibles sous plusieurs formats au choix (textes, audio, vidéo, diaporama...) et
accessibles via différents supports (ordinateurs, téléphones portables, pda, télévisions
bracelets...) ;
L’enseignement dans des univers virtuels en 3 dimensions : Des établissements pourront
s'inspirer des mondes virtuels en 3D et des multiples expériences d'enseignements réalisées
dans ces univers permanents pour créer des établissements de formation en trois dimensions sur
Internet.

La plupart des étudiants connaissent déjà le fonctionnement des interfaces en trois dimensions
pour avoir pratiqué, à plus ou moins forte échelle, les jeux en ligne dans des univers persistants.
Ils ne sont donc pas véritablement désorientés par ces environnements, qui ont l'avantage d'être
immersifs et de recréer, par l'interaction, un lien social inexistant dans les formations à
distance. L'établissement virtuel, comportera des salles de cours, des amphithéâtres où se
dérouleront les séminaires avec des professionnels.

La relation interpersonnelle

Souciant des impacts conséquents des technologies du futur sur la vie sociale des individus,
les chercheurs opteront pour une nouvelle solution qui favorisera le contact avec les objets et
les personnes en utilisant la conductivité naturelle du corps humain comme mode de transport
de données. Ce seront des puces d'accès spéciaux qui transmettront leur identifiant à des
capteurs placés sur les poignées de porte ou sur le sol.

Cette solution favorisera la relation Homme-Machine, mais qu'en sera-t-il de la relation


interpersonnelle ?!

Pour répondre au besoin du contact humain appauvri, la technologie prévoira la création d'un
téléphone mobile qui, muni d'un émetteur, enverra un signal via le corps humain. Nous
pourrons donc nous échanger nos coordonnées ou d'autres informations, grâce à ces appareils,
rien qu'en nous serrant les mains. Cette technologie, utilisée pour améliorer le e-learning,
pourra servir considérablement pour créer un contact humain dans une communauté virtuelle
d'une même ville.

La mobilité numérique

Apprendre ses cours lors d'un déplacement dans le métro sera une banalité, ce sera l'ère des
nomades, aucune perte de temps, le cours pourra être suivi partout grâce au nouveau
compagnon numérique qui se situera entre le téléphone portable et l'ordinateur, l'appareil par
lequel il sera possible de se procurer des cours sous tout type de support (audio, vidéos, etc.)
avec la possibilité de se connecter via internet au serveur local de la formation, ce qui
permettra, même quand la personne n'est pas chez elle, de suivre les cours en instantané, dans
le bus ou dans le métro, avec les nouvelles bornes Wifi et la volonté des communes de franchir
le cap vers de nouvelles découvertes, l'accès à internet sans fil sera généralisé partout dans
toutes les villes, même dans les endroits les plus cachés. C'est l'imbrication du virtuel,
l'immatériel et d'internet avec la réalité de la vie quotidienne.

Et avec l'apparition des nouveaux objets communicants, l'e-learning pourra s'ouvrir à


l'univers des plus jeunes, cela pourra ressembler à un objet sous la forme d'un petit animal ou
d'un héros des dessins animés, afin d'être attractif aux yeux des enfants, qui apprendra en vocal
aux petits leurs cours quand les écoles seront inaccessibles pour causes naturelles ou
administratives ou quand l'e-learning deviendra l'atout de l'enseignement.

Connexion satellite

Quand le web sera autour de nous en permanence, Seulement, un incident chez le fournisseur
d'accès à internet pourra engendrer de sérieux dégâts, qui pourront aller jusqu'à l'arrêt relatif de
la croissance économique du pays. Pour éviter ces drames, la solution pourra être le VSAT
(Very small aperture terminal) comme mode d'interconnexion en cas de panne, VSAT signifie
un terminal à très petite ouverture, il s'agit d'une technique de communication par satellite,
grâce à une antenne parabolique, le transfert des données se subira aucune perte, aucune
coupure de connexion n'est probable sauf en cassant la parabole ou le satellite.

Conclusion

Le temps des univers séparés se termine. Le temps du continu, du lien permanent (voire de
l’hyperlien) est en train d’advenir. La séparation entre la formation initiale et la formation tout
au long de la vie perd progressivement son sens, même si les résistances sont encore fortes.

Quelques pistes pour que l’école puisse prendre en compte l’univers du elearning du futur :
- Il est important que la culture enseignante intègre non seulement la maîtrise
technique des TIC mais surtout une représentation suffisamment claire des
processus fondamentaux à l’œuvre dans les TIC, quelque soit leur milieu d’usage.

- Qu’au-delà des moyens les concepteurs des programmes d’enseignement et les


responsables de l’éducation définissent les finalités des TIC à l’école en terme
d’action et de prospection et pas seulement d’adaptation à une réalité existante mais
souvent morcelée dans le quotidien.

- Que les élèves aient la possibilité de choisir, dans le quotidien de la classe, les
moments et les formes d’accès aux TIC chaque fois qu’ils en sentent le besoin en
regard des objectifs que leur fixent les enseignants. Que l’environnement scolaire
soit incitatif, sans être contraignant, et qu’il permette la banalisation de l’outil pour
promouvoir la pertinence des usages.

- Qu’une pédagogie renouvelée mette à profit la présence d’outils en réseau avec


l’ensemble de la planète pour permettre aux élèves de construire progressivement et
dans le respect de leur altérité non seulement des connaissances mais aussi
l’ensemble des ressources qui constituent les compétences nécessaires tout au long
de la vie

- Que l’occasion fournie par le nouveau spectacle du monde offert par les écrans soit
l’occasion d’interactions au sein des classes, d’échanges structurants, de co-
construction entre pairs et avec les enseignants et que le processus et la vérification
permettent aux élèves de dépasser les opinions, les impressions, les ressentis pour
accéder à une dignité du savoir