Vous êtes sur la page 1sur 176

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE


UNIVERSITE DR TAHAR MOULAY DE SAIDA
FACULTE DE TECHNOLOGIE
DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL ET HYDRAULIQUE

MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME DE MASTER EN GENIE CIVIL


OPTION : STRUCTURE

THEME :

ETUDE D’UNE TOUR (S-SOL+ RDC+10

ETAGE) A USAGE MULTIPLE.

Présenté par :

Mr. ABDELDJEBBAR KHEIR EDDINE

Mr. TERCHOUN DHIYAEDDINE

Soutenu en Juin 2018, devant le jury composé de :

Mr.TOUIL B. Président
Melle.BENGUEDIAB S. Encadreur
Mr.REZGANI L. Examinateur
Melle.GHEFFIR M. Examinateur

Année Universitaire : 2017– 2018


Remerciements
‫الحمد هلل رب العالمين و الصالة و السالم على اشرف المرسلين‬

Toute notre gratitude, grâce et remerciement vont à dieu le tout puissant


qui nous a donné la force, la patience, le courage et la volonté pour élaborer ce travail.

C’est avec une profonde reconnaissance et considération particulière que nous


remercions notre promoteur Mm BENGUEDIAB S pour la sollicitude avec laquelle
il a suivi et guidé ce travail.

Nous remercions les membres de jury qui nous font l’honneur de présider et
d’examiner ce modeste travail.

Nos sincères remerciements à tous les membres d’ Université TAHAR


MOULAY -SAIDA pour leurs soutiens et leurs aides.

Toute notre gratitude va à tous les enseignants qui ont contribué à notre
formation.
Dédicace
Je dédie ce mémoire à : Mes parents.

Qui m’ont été d’un grand soutien autant matériel que moral et qui n’ont ménagé aucun effort
pour me venir en aide.

À tous mes frères et mes Sœurs. Qui eux aussi du plus petit au plus grand m’ont soutenu tout
au long du temps réservé à la conception de mon présent mémoire et qui m’ont souhaité
bonne chance et bonne réussite.

À toute l famille.

Je dédie également ce travail

À Mon encadreur Melle. BENGUEDIAB S .

À tous mes enseignants durant mon cycle d’étude universitaire.

À Tout mes chers amis .

À Tout mes collègues de la Protection Civile de willaya de SAIDA

À Tout mes collègues de promotion de génie civil sans exception, Et surtout promotion
GC

À tous ceux qui me sont chers…


‫ملخص‬
‫فيإ طار التحضير لمناقشة مذكرة التخرج قمنا بدراسة عمارة متعددة االستخدامات ذات بنية خرسانية متكونة من طابق تحت‬
‫ هذا اإلنجاز سيتم بناءه بوالية سيدي بلعباس المصنفة ضمن المنطقة الزلزالية ذات‬.‫االرض و طابق أرضي و عشر طوابق‬
. I‫الصنف‬

.‫إستقرارالبناية مضمون و محقق بواسطة عارضات ذاتية اإلستقرار والجدران المسلحة‬

‫إختيارمختلف العناصر المشكلة للبناية صممت طبقا للمعايير و القوانين المعمول بها في الجزائر‬
(RPA99V2003,BAEL91…)

RESUME
Dans le cadre de la préparation de la soutenance du projet du fin d’étude, on a étudié un
bâtiment constitué d’un RDC, S-SOL et dix étages à usage multiple .ce projet est implanté à
Sidi Bel Abbes qui est classé en zone I

La stabilisation du bâtiment est assuré par un système de portique auto stable plus des voiles
de contreventement.

Le choix des différents éléments constituants la structure est fait conformément aux
règlements utilisés actuellement en Algérie (RPA99V2003, BAEL91…).

ABSTRACT
As part of the preparation for the defense of the end of the study project , we studied a
building consists of a RDC, S-SOL 10 storiesfor multiple use .This project is located in Sidi
Bel Abbes which is classified as seismic zone I .

The stabilization of the building is provided by a system of stable self and bracing sails.

The choice of different constituent’s structure is in accordance with the regulation currently
used in Algeria (RPA99V2003, BAEL91…).
LISTE DES TABLEAUX

II-Pré dimensionnement des éléments :


Tableau II.1 : les charges G et Q de différents étages……………………………………………13

Tableau II.2 : Dégression en fonction du nombre d’étage (Q)………………………………14

Tableau II.3 : sections des poteaux de différents étages…………………………………………23

III-Etude des planchers:


Tableau III . 1 : les moments an appuis et en travée du type N1………………….29

Les Tableau des moments et des efforts tranchants :

Tableau III .2 : poutrelle de type N2 (etage corant)………………………32

Tableau III .3 :Poutrelle de type N2 (terrase) …………………………….32

Tableau III.4 : Poutrelle type N3 (etage courant) ……………………….33

Tableau III.5 : Poutrelle type N3 (etage terrase)…………………………34

Tableau III .6 : Poutrelle type N4 (etage corant)………………………….35

Tableau III .7 : Poutrelle type N4 (terrase)………………………………….36

Tableau III.8 : calcul du ferraillages……………………………………………………52

Tableau III.9 : vérification des contraintes à L’ELS………………………………….53

Tableau III.10 : calcul du ferraillages …………………………………………………55

Tableau III.11 : vérification des contraintes à L’ELS………………………………..57

IV -Calculs des éléments non structuraux :


Tableau IV-1 : charge permanente G de balcon……………………………………62

Tableau IV-2 : Charge concentrée F de balcon…………………………………..62


TableauIV.3 tableau de pré dimensionnement………………………………………….70

Tableau IV-4 résultats des chargements…………………………………………………90

Tableau IV.5. Détermination de la section théorique des aciers tendus…………..92

V-Etude sismique:
Tableau V .1 : Caractéristique des étages…………………………………………………………….100

Tableau V.2: Le déplacement relatif admissible suivant le sens x……………………….102


Tableau V.5: Le déplacement relatif admissible suivant le sens y………………………104

Tableau V-4. Vérification de l’effet P-∆(x-x)…………………………………………105

Tableau V-5. Vérification de l’effet P-∆(y-y)……………………………………….. 106

Tableau V-6 Vérification au renversement(x-x)………………………………………107

Tableau V-7 Vérification au renversement (y-y-)…………………………………….108

VI- Etude des éléments structuraux :


Tableau VI.1 : Les différentes combinaisons………………………………………………………109

Tableau VI.2 : Coefficients de sécurité et contraintes caractéristiques…………….110

Tableau VI.3: Tableaux des sollicitations pour les différentes poutres……………111

Tableau VI.4: Tableau récapitulatif des ferraillages des poutres…………………….116

Tableau VI.5: Tableaux des sollicitations pour les différents poteaux…………...120

Tableau VI.6: Tableaux de ferraillage des poteaux…………………………………………124


LISTE DES FIGURE
I-Généralités :

FigureI.1 :Évolution de la résistance du béton ...................................................4

Figure I.2 : Diagramme parabole - rectangle des Contraintes Déformations ...........5


Figure I.3 : Diagramme contrainte déformation du béton de calcul à l’ELS..............5
Figure I.4 : Diagramme rectangulaire simplifié..........................................................6
Figure I-5: Diagramme contraintes - déformations de l’acie....................................7

Figure I-6 : La règle des trois pivots...................................................................................8

II-Pré dimensionnement des éléments :

Figure II-1:Dimensions de la nervure.........................................................................11

Figure II.2 : La surface afférente du poteau centre (S-SOL)……………………………….…16

Figure II.3 : La surface afférente du poteau centre RDC …………………………..………….18

Figure II- 4 : Coupe de voile en plan……………………………………………………………………..24

III-Etude des planchers:


Figure III. 1. Schéma de ferraillage de la dalle de compression…………….……....26
Figure III-2 : Section d’une poutrelle……………………………………………..…………..………..26
Figure III : diagramme des moment fléchissant et de l’effort tranchant……...….30-31
Figure III.7 : schéma de ferraillage de poutrelle……………………………….……….46
Figure III.8 : schéma de ferraillage de dalle plein …………….……………………….57

IV Calculs des éléments non structuraux


Figure IV-1: Schéma statique et dimensions de l'acrotère………………………………58
Figure .IV.2 : Schéma de ferraillage de l'acrotère…………………………………….61
Figure IV.3 : schéma de ferraillage du balcon……………………………………………………...66
Figure IV-4 : Schéma d’un escalier……………………………………….…………………………….68
Figure IV-5 : Schéma statique de l’escalier…………………………….…………………………….69
Figure IV.6. Schéma de ferraillage de l’escalier type 1……………………………….79
Figure IV.7. Schéma de ferraillage de l’escalier type 2………….……………………79
Figure IV.8 : Ferraillage de la poutre paliiére…………….……………………………82
figure IV.9 : dimension de la dalle ……………………………..………………………..88
V-Etude sismique:
Figure V-1-spectre de réponse de calcul……………..………………………….…….100

Figure V-2 : mode de 1 translation suivant Y…………………………………………………….101

Figure V-3 : mode de 2 translation suivant X……………………………………………………101

Figure V-4 : mode de 3 rotation suivant Z…………………………………………….101

VI-Calculs des portique :


Figure VI.1. Ferraillage des poutres principal………………………………………117

Figure VI.2: Schéma de la zone nodale…………………………….…………………………….118

Figure.VI.3 :Ferraillage du poteau (50x50)…………………………………….…..124

Figure.VI.4 : schéma de ferraillage de voile………………………………………..132

VII-Etudes des INFRASTRUCTURES :


Fig. VII.1. Schéma statique d’un voile périphérique………………………………….134

Figure - Tableau VII -2 : Tableau récapitulatif des sections d’armatures……..…141

Figure VII -3 : Ancrage du Bâtiment………………………………………………..…142

Figure VII.4: verification 𝜎¯sol dans le robot 2014……………………………..143

Figure VII.5: Vue en plan illustrant les dimensions du panneau le plus sollicité..143

Figure VII.6.Ferraillage du radier sens xx…………………………………………….147

Figure VII.6 Ferraillage du radier sens y-y……………………………………………147

Figure VII.5: Schéma statique de débord……………………………………………...148

Fig.VI.8 :Ferraillage de la poutre de libage…………………………………………..152


SOMMAIRE
I-GENERALITES :
I.1 Introduction :…………………………………………………………………………………1
I.2 Présentation du projet :………………………………………………………………………1
I.3 Dimensions du bâtiment :……………………………………………………………………1
I.4 Différents éléments de la structure :…………………………………………………………1
I.4.1 Superstructure :………………………………………………………………………….1
I.4.2 Infrastructure :…………………………………………………………………………...2
I.5 Caractéristiques des matériaux :……………………………………………………………..3
I.5.1 Le béton :………………………………………………………………………………...3
I.5.2. Acier :……………………………………………………………………………………7

II-PRÉ DIMENSIONNEMENT DES ÉLÉMENTS :


II.1-Pré dimensionnement des Poutres :………………………………………………..………..9
II-1-1 Poutres principales :……………………………………………………………...……..9
II-1-2 poutres secondaires :…………………………………………………………………….9
II.1.3-résultat :………………………………………………………………………………...10
II.2- Pré dimensionnement Planchers:…………………………………………………………...10
II.2.1-Planchers à corps creux :…………………………………………………………….....10
II.2.3-Descente de charges des planchers :…………………………………………………….11
II.3-Pré dimensionnement des poteaux :………………………………………………………....13
II-3.1 Critère De Résistance :………………………………………………………………….15
II.4-Pré dimensionnement des voiles :……………………………………………………………23

III-ETUDE DES PLANCHERS:


III.1-Introduction :……………………………………………………………………………….25
III.2-Calcul du plancher à corps creux :…………………………………………………………25
III.2.1-Ferraillage de la dalle de compression :……………………………………………….25
III.2.2-Étude des poutrelles :………………………………………………………………....26
III.2.3-Les types des poutrelles :……………………………………………………………..27
III.2.4-Détermination des sollicitations :……………………………………………………..27
III.2.5-Exemple de calcul terrasses :……………………………………………………….....29
III.3-Ferraillage des poutrelles des étages Courant :…………………………………………..37
III.4-Ferraillage des poutrelles de Terrasse :…………………………………………………..41

IV- CALCULS DES ELEMENTS NON STRUCTURAUX :


IV.1-Etude de l'acrotère :……………………………………………………………………...58
IV.1.1-Définition :…………………………………………………………………………..58
IV-1.2-Calcul des sollicitations :……………………………………………………………58
IV .1.3-Calcul du ferraillage :……………………………………………………………....59
IV.2-Etude des balcons :………………………..……………………………………………..61
IV-2.1 Définitions…………………………………………………………………………..61
IV-2-2 Descente de charges………………………………………………………………..62
IV-2-3 Calcul des sollicitations:…………………………………………………………….63
IV -2-4 Vérification de la contrainte de cisaillement :………………………………………64
IV -2-5 Vérification de la flèche :……………………………………………………………64
IV-2-6 Le contre poids :…………………………………………………………………….66
IV.3.Etude des escaliers :……………………………………………………………..…..…….67
IV.3.1 Définition :...................................................................................................................67
IV.3.2 Description :………………………………………………………………….………..67
IV.3.3 Dimension des escaliers :…………………………………………………….………..68
IV.3.4 evaluation des charges ……………………………………………………….……….68
IV.3.5.Descentes des charges :……………………………………………………….…….....69
IV-3.6 Evaluation des moments :………………………………………………………………71
IV.3.7.Calcul du ferraillage :………………………………………………………….…….....71
IV.3.8-Vérification de la contrainte de cisaillement :………………………………………….74
iv-3.9 Evaluation des moments :…………………………………………………….…………75
IV.3.10.Calcul du ferraillage :…………………………………………………………………..76
iv.3.11-Vérification de la contrainte de cisaillement :…………………………….…………….78
iv.3.12-Ferraillage de la poutre palière :………………………………..………………………79
iv.4.vérification de la flèche…………………………………………………………………….83
IV.5.L’ascenseur…………………………………………………………..……………………83
IV.5.1.Généralités sur les ascenseurs :………………………………………….………………83
IV.5.2.DESCRIPTION DE L’ASCENSEUR :…………………..…………………………….84
IV.5.3.CARACTERISRIQUES DES ASCENSEURS :……………………………………......84
IV.5.4.ETUDE DE L’ASCENSEUR …………………………………...……………………..85
IV.5.5.CALCUL DES POIDS :………………………………………...………….…………..86
IV.5.6.Vérification de la dalle au poinçonnement :……………………………….……………88
IV.5.7.Evaluation des moments dus aux charges concentrées :…….……………….………….89
IV.5.8.conditions de non fragilité :………………………………………………….………….94
IV.5.9.Vérification aux contraintes tangente :……………….………………….……………..96

V-ETUDE SISMIQUE :
V.1-Definition :…………………………………………………………………………...……...97
V.2- Choix de la méthode de calcul:……………………………………………………………...97
V.3- Méthode d’analyse modale spectrale:………………………………………………...……..98
V-3-1-Principe………………………………………………………………………………..98
V-3-2-Domaine d’application :………………………………………………………………98
V.4- Préparation du fichier de données de( RPA99) :………………...…………..………….…..98
V.4.1-Coefficient d’accélération de zone : A………………………………..………………98
V.4.2-Pourcentage d’amortissement critique:ξ (٪)……………………………………………98
V.4.3-Facteur de correction d’amortissement:η……………………………………………….98
V.4.4-Périodes caractéristiques associées à la catégorie de site:………………………………98
3

V.4.5-Période fondamentale de la structure : T  CT . n ……………………………………..98


h 4

V-4.6-Coefficient de comportement globale de structure:……………….…………………….99


V-4.7-Facteur de qualité :…………………………………………………..…………………..99
V.4.8-Facteur d’amplification dynamique moyen : D……………………….…………………99
V.5- Calcul de l’effort forces sismiques à la base de la structure :...………………………….....102
V.6-vérification des déplacements :………………………………………………………………102
V .7- justification vis a vis de l’effet P- :…………………….…….……………………………104
V.8-vérification la stabilité au renversemen………………………………………………………106

VI-: ETUDE DES ÉLÉMENTS STRUCTURAUX :


VI .1-Définitions :………………………………………………………………………….......…109
VI .1.1-éléments structuraux :………………………………………………………………….109
VI .2-Ferraillage des portiques :…………………………………………………………………..109
VI .2.1-Combinaisons d’actions :………………………………………………………………109
VI .3-Ferraillage des poutres :…………………………………………………………………….110
VI .3.1-Evaluation des moments pour les différents types des poutres :………………..........111
VI.3.2.Calcul de ferraillage :………………………………………………………………112
VI.3.2.1-Vérification si les armatures transversales sont perpendiculaires à la ligne moyenne .114
VI.3.2.2-Diamètre des armatures transversales :…………………………………..………115
VI.3.2.3.Calcul de l'espacement des armatures transversales :…………………………….115
VI.4-Ferraillage des poteaux :………………………………………………………………..117
VI.4.1-Evaluation des sollicitations pour les poteaux :……………………………………119
VI.4.2-Cas n° 01 :……………………………………………………………………….....120
VI.4.3-Cas n° 02 :…………………………………………………………………………..122
VI.4.4-Cas n° 03 :…………………………………………………………………………..123
VI.4.5-L’espacement des armatures transversales des poteaux :……………………….......124
VI.4.6-Vérification de l’effort tranchant :……………………………………………….…125
VI.5-Voile de contreventement :……………………………………………………………..126
VI.5.1-Calcul horizontal:…………………………………………………………………..126
VI.5.2-Calcul vertical:……………………………………………………………………..129

VII-: ETUDE DES INFRASTRUCTURES:


VII.1- Introduction :……………………………………………………………..….….……….133
VII.2- Etude du mur voile périphérique :……………………………………….….….……….133
VII2.1. Définition :...………………………………………………………….….…………133
VII.2.2. Calcul des caractéristiques du sol :...…………………………………….…………133
VII.2.3.Calcul des charges:……………………………………………………………..134
VII.2.4. Calcul des sollicitations :...………………………………………………………...134
VII2.5. Calcul Ferraillage :………………………………………………………….………135
VII3. Etude de la fondation :...…………………………………………………………………139
VII.3.1.Introduction :…………………………………..…………………………………….139
VII3.2. Choix du type de fondation …………………………….…………………………...139
VII3.3.Etude de radier : ……………………………………..………………………………..139

CONCLUTION:…………………………………………..…………..153
CHAPITRE I :

Généralités
Chapitre I : Généralités

I.1 Introduction :
Pour n'importe quel projet de construction, il existe divers procédés de conception et de
réalisation selon les besoins et les capacités : construction en béton armé, en précontrainte,
charpente en bois ou charpente métallique.

Le béton armé est le matériau le plus utilisé dans le domaine de construction car il est conforme
aux règles techniques de construction et de calculs des structures, La construction des bâtiments
en béton armé a connu un développement rapide; l’homme doit toujours suivre le progrès et
apprendre les nouvelles techniques de construction pour améliorer le comportement des
structures des bâtiments.

Cependant, le comportement voulu nécessite une étude technique qui se présente un processus
de construction des ouvrages. Cette étude vise à mettre en application les connaissances
acquises durant les cinq années de formation d’ingénieur.

Dans le présent mémoire nous allons essayer d'appliquer toutes les connaissances acquises
durant notre cursus sur un projet réel. L'objectif principal sera de comprendre et de compléter
les informations déjà acquises dans le domaine de génie civil, ensuite viendra le second but qui
est de présenter un travail satisfaisant en vue d'obtenir le diplôme de master.

I.2 Présentation du projet :


Notre projet de fin d’étude consiste à dimensionner et à étudier un tour (R+10) +S-SOL à usage
multiple. Ce projet est située à sidi bel abbés qui est classée en zone de faible sismicité (zone I)
d’après le règlement parasismique Algérien (RPA 99 modifié 2003).

La stabilité du bâtiment est assurée par un système à contreventements mixte.

I.3 Dimensions du bâtiment :


Suivant la vue en plan, les dimensions de la structure sont :

- Longueur totale…..………………………………………36.90 m

- Largeur totale …………………………….....................22.10 m

-Hauteur du sous sol …………………………………..….3.06 m

-Hauteur du RDC ………………………………………..4.08 m

-Hauteur de l’étage courant………………………………..3.06 m

I.4 Différents éléments de la structure :


I.4.1 Superstructure :
I.4.1.1 Ossature :
La stabilité de la structure est assurée par un système structurel mixte en béton armé (portiques
et murs voile).

1
Chapitre I : Généralités
I.4.1.2 Planchers :
Pour notre structure les planchers sont réalisés en type :

•Plancher à corps creux

l.4.1.3 Escaliers : Ils permettent l’accès d’un niveau à autre et pour faciliter le déplacement
entre les étages.
I.4.1.4Terrasse : Inaccessible
I.4.1.5 Acrotère : La terrasse étant inaccessible, le dernier niveau est entouré d’un acrotère en
béton armé d’une hauteur de 60 cm.
I.4.1.6 Maçonnerie :
a)Les murs extérieurs sont réalisés en doubles parois en briques creuses de (15 cm ; 10 cm)
séparées par un vide de 5 cm.

b) Les murs intérieurs sont réalisés en simple cloison en brique creuse de 10 cm d’épaisseur

I.4.1.7 Revêtement :
•Enduit en plâtre pour les plafonds.

•Enduit en ciment pour les murs extérieurs et les cloisons.

• Revêtement à carrelage pour les planchers.

• Le plancher terrasse sera recouvert par une étanchéité multicouche imperméable évitantla
pénétration des eaux pluviales.

I.4.1.8 Isolation :
L’isolation acoustique est assurée par le vide de corps creux et la masse du plancher par contre
au niveau de murs extérieurs l’isolation est assurée par le vide d’air entre les deux parois qui
compose se dernier.

A noter que l’isolation thermique est assurée par les couches de liège pour le plancher terrasse.

I.4.2 Infrastructure :
I.4.2.1 Caractéristiques géotechniques du sol :
Dans notre étude on a considéré que le sol d'assise de la construction est un sol ferme selon le
rapport géotechnique du LTPO donc on adopte :

• la contrainte du sol :Ϭsol = 2 bars pour un ancrage 3.06m

• Le poids spécifique du sol : γ = 1,8 t/m3

• L’angle de frottement interne du sol : φ = 30°.

• La cohésion : C = 0(sol pulvérulent).

• Le site est de nature meuble donc S3

2
Chapitre I : Généralités

I.5 Caractéristiques des matériaux :


I.5.1 Le béton :
Le rôle fondamental du béton dans une structure est de reprendre les efforts de compression.

Les matériaux composant le béton:

On appelle béton un matériau constitué par un mélange de

Ciment :Le ciment joue le rôle d’un liant. Sa qualité et ses particularités dépendent des
proportions de calcaire et d’argile, ou de bauxite et de la température de cuisson du mélange.

Granulats :Les granulats comprennent les sables et les pierrailles :

Sables :Les sables sont constitués par des grains provenant de la désagrégation des roches. La
grosseur de ses grains est généralement inférieure à 5mm. Un bon sable contient des grains de
tout calibre, mais doit avoir d’avantage de gros grains que de petits.

Graviers :Elles sont constituées par des grains rocheux dont la grosseur est généralement
comprise entre 5 et 25 à30 mm

Elles doivent être dures, propres et non gélives. Elles peuvent être extraites du lit de rivière
(matériaux roulés) ou obtenues par concassage de roches dures (matériaux concassés).

La composition d’un mètre cube (1 m3) de béton ordinaire est de:

• 350 kg de ciment (CEM II/A-L 42.5 N).

• 400 l de sable (dg ≤ 5 mm).

• 800 l de gravillon (dg ≤ 25 mm).

• 175 l d’eau de gâchage.

La fabrication de béton est en fonction de l’importance du chantier, elle peut se forme soit par
une simple bétonnière de chantier, soit par l’installation d’une centrale à béton. La centrale à
béton est utilisée lorsque les volumes et les cadences deviennent élevés, et la durée de la
production sur un site donné est suffisamment longue.

I.5.1.1Résistances mécaniques du béton :


a) Résistance à la compression :

Le béton est défini du point de vue mécanique par sa résistance à la compression à 28 jours
notée f c 28 (Le béton tendu est négligé par hypothèse).

Cette caractéristique est déterminée en laboratoire par des essais de compression sur des
éprouvettes cylindriques normalisées (16cm de diamètre, 32cm de hauteur).

0,85 f c 28
• La contrainte caractéristique du béton à la compression bc = .
b  

3
Chapitre I : Généralités

Avec :  b = Coefficient de sécurité :

 b =1.5 situation normale.

 b =1.15 situation accidentelle.

 = 1 → La durée d'application des charges inférieure à 24 heures .

b) Résistance à la traction :

Cette dernière est notée ftj et elle est égale à :ftj= 0,6+0,06fcj ;ft28= 0,6+0, 06fc28.

Figure I.1 : Évolution de la résistance du béton à la traction ftj en fonction de celle à la compression fcj

c)Méthode de calcul :

La connaissance plus précise du comportement du matériau béton armé acquise à la suite de


nombreux essais effectués dans les différents pays à permit une modification profonde des
principes des méthodes de calcul et à conduit à la méthode de calcul aux états limites.

d) Définition des états limites :

Un ouvrage doit être conçue et calculé de manière à présenter durant toute sa durée
d’exploitation des sécurités appropriées vis-à-vis : Sa ruine totale ou partielle.

D’un comportement en service susceptible d’affecter gravement sa durabilité, son aspect, ou


encore le confort des usagers.

Les états limites sont classés en deux catégories :

• État limite ultime (ELU) :

Correspond à la perte d’équilibre Statique (basculement), rupture, flambement. C'est-à-dire :

-État limite ultime d’équilibre statique : non renversement de la structure.

4
Chapitre I : Généralités
-État limite ultime de résistance.

-État limite ultime de stabilité de forme : non flambement d’un poteau.

• État limite de service(ELS) :

Au-delà du quels ne sont plus satisfaites les conditions normales d’exploitation et durabilité
(ouvertures des fissures, déformation, excessives des éléments porteurs).

I.5.1.2 Déformation et contrainte de calcul :


a) État limite ultime de résistance :

Dans les calculs relatifs à l’état limite ultime de résistance on utilise pour le béton un
diagramme conventionnel dit parabole- rectangle, et dans certains cas par mesure de
simplification un diagramme rectangulaire.

a.1) Diagramme parabole rectangle(B.A.E.L91modifié99.P80) :

C’est un diagramme contraintes déformations du béton qui peut être utilisé dans le cas deE.L.U
(en compression 2 ‰ et 3.5‰)

Figure I.2 : Diagramme parabole - rectangle des Contraintes–Déformations du béton

b)État limite de service :


La contrainte limite de service en compression est donnée par la formule suivante :
𝜎𝑏𝑐 = 0,6 × 𝑓𝑐28 = 0,6 × 25 = 15𝑀𝑃𝑎.

Figure I.3 : Diagramme contrainte déformation du béton de calcul à l’ELS

5
Chapitre I : Généralités
b.1) Diagramme rectangulaire(B.A.E.L91modifié99.P81) :

Lorsque la section est partiellement comprimée, on peut utiliser un diagramme rectangulaire


simplifié.

Figure I.4 : Diagramme rectangulaire simplifié

I.5.1.3 Contrainte admissible de cisaillement :

 f 
- Fissuration préjudiciable :  ad = min  0,15 c 28 , 4 MPa  .
 b 
 0,2 f c 28 
- Fissuration peu nuisible : ad = min  , 5 MPa  .
 b 
Tu
Contrainte ultime de cisaillement :  u = .
b0  d

Avec :

Tu : Effort tranchant ; b0 : Largeur de la pièce ; d : Hauteur utile de la pièce.

La contrainte limite de cisaillement est limitée par : u  ad .

I.5.1.4 Module de déformation longitudinal du béton :


a) Module de déformation instantanée :

Sous des contraintes normales d'une durée d'application inférieure à 24h, le module de
déformation instantanée 𝑬𝒊𝒋 du béton âgé de j jour égal à :

3 3
𝐸𝑖𝑗 = 11000 √𝑓𝑐𝑗 = 11000 √25 = 32164,19 𝑀𝑃𝑎

b)-Module de déformation différée :

3 3
𝐸𝑣𝑗 = 3700 √𝑓𝑐𝑗 = 3700 √25 = 10818,86 𝑀𝑃𝑎

La déformation totale vaut environ trois fois la déformation instantanée

6
Chapitre I : Généralités
1.5.1.5 Coefficient de poisson :
Ce dernier représente le rapport entre les déformations longitudinales et les déformations
transversales et il est noté « υ ».

Le C.B.A93 donne deux valeurs pour ce coefficient selon les états limites.

υ = 0,2. Pour ELS. υ = 0. Pour ELU.

I.5.2. Acier :
L’acier est un alliage du fer et du carbone en faible pourcentage, leur rôle est de résister les
efforts de traction, de cisaillement et de torsion.

Les aciers pourbéton armé sont ceux de :

- Nuance douce pour 0,15 à 0,25% de carbone.


- Nuance mi- dure et dure pour 0,25 à 0,40% de carbone.
- Dans la pratique en utilisé les nuances d’acier suivantes :
- Acier naturel Fe E215 Fe E235
- Acier à haute adhérence Fe E400, Fe E500
- Treillis soudés de maille 150 x 150 mm² avec Φ = 3,5mm
- Le caractère mécanique servant de base aux justifications est la limite d’élasticité.
- Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est pris égale à : Es = 200 000 MPa.

Diagramme déformation contrainte de calcul:σs =f(ε‰)

Dans les calculs relatifs aux états limites, on introduit un coefficient de sécurité γs qui a les
valeurs suivantes :

γs = 1,15 ; Cas générale, on a 𝜎𝑠 = 348 𝑀𝑃𝑎


{
γs = 1,00 ; Cas accidentelles, on a 𝜎𝑠 = 400 𝑀𝑃𝑎

Pour notre cas on utilise des aciers FeE400.

s

fe
+
s
fe Allongement

- 10‰ E s . s
s
fe 10‰
Raccourcissement E s . s
fe

s

Figure I-5: Diagramme contraintes - déformations de l’acier.

7
Chapitre I : Généralités
I.5.2.2 Contraintes limites :
a- Contrainte à l’état limite ultime ELU :

σs= ƒe / γs.Avec :

-ƒe : limite d’élasticité garantie.


-γs : coefficient de sécurité de valeur :
1 situation accidentelle
1,5 situation normale.

b -Contrainte à l’état limite de service ELS :

La contrainte de traction des armatures est limité selon le cas des fissurations on distingue :
• Fissuration peut préjudiciable : pas de limite aucune vérification exigée.
2
( 
• Fissuration préjudiciable :  s = ξ = min  f e ; max 0,5. f e ;110  . f tj  .)
3 
• Fissuration très préjudiciable :  s = 0,8 ξ.
 =1 : pour les ronds lisses.
 =1,6 : pour les armatures à haute adhérence.
Diagramme des déformations limites de la section :
Règle des trois pivots :
Le problème consiste à trouver les positions limites du digramme des déformations d’une
section de sorte qu’aucune des déformations limites précédemment ne soit pas dépassée.
La section étant sollicitée, à l’ELU, selon les différentes types de sollicitations normales qui
sont : la traction pure, la traction excentrée, la flexion simple, la flexion composée, la
compression
pure.

0 2 ‰ 3,5 ‰  bc
d 0,167 d B
0,259 d
As
3h/7

d
Pivot B
h C

APivot A
As s
10 ‰
Pivot C
Figure I-6 : La règle des trois pivots.

8
CHAPITRE II :

Pré-dimensionnement

Des éléments
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

II.1-Pré dimensionnement des Poutres :

Selon le R.P.A. 99/2003, les dimensions des poutres doivent satisfaire les conditions
suivantes :
𝑏 ≥ 20 𝑐𝑚
ℎ ≥ 30 𝑐𝑚

≤ 4 𝑐𝑚
𝑏
Et selon le B.A.E.L. 91, le critère de rigidité :

𝐿 𝐿
≤ ℎ𝑡 ≤
15 10
0,3𝑑 ≤ 𝑏 ≤ 0,4𝑑
ℎ𝑡
≤3
𝑏
ht : hauteur de la poutre ; b : largeur de la poutre de portée entre axe de la poutre.

d : hauteur utile ; L : la plus grande portée.

II-1-1 Poutres principales :

Lmax= 530 cm
Celui des poutres principales, d’après le B.A.E.L 91 on a :

𝐿𝑚𝑎𝑥 = 530 𝑐𝑚 35.33 𝑐𝑚 ≤ ℎ𝑡 ≤ 53 𝑐𝑚 ; 𝑂𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 ℎ𝑡 = 45 𝑐𝑚



𝑑 = 0,9ℎ𝑡 10,8 𝑐𝑚 ≤ 𝑏 ≤ 14,4 𝑐𝑚 ; 𝑂𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝑏 = 40𝑐𝑚

D’après le R.P.A 99/2003, on a :

𝑏 = 40 𝑐𝑚 ≥ 20 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒
ℎ = 45 𝑐𝑚 ≥ 30 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒

= 1,125 ≤ 4 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒
𝑏

II-1-2 poutres secondaires :

Lmax = 460 cm.

Celui des poutres secondaire, d’après le B.A.E.L 91 on a :

𝐿𝑚𝑎𝑥 = 460 𝑐𝑚 30.66 𝑐𝑚 ≤ ℎ𝑡 ≤ 46𝑐𝑚 ; 𝑂𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 ℎ𝑡 = 40 𝑐𝑚



𝑑 = 0,9ℎ𝑡 10,8 𝑐𝑚 ≤ 𝑏 ≤ 14,4 𝑐𝑚 ; 𝑂𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝑏 = 40 𝑐𝑚

9
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

D’après le R.P.A 99/2003, on a :

𝑏 = 40 𝑐𝑚 ≥ 20 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒.
ℎ = 40 𝑐𝑚 ≥ 30 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒.

= 1 ≤ 4 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒.
𝑏

II.1.3-résultat :

-La section des Poutres principales est :(45x40).

-La section des Poutres secondaires est :(40x40).

II.2-Pré dimensionnement Planchers:

II.2.1-Planchers à corps creux :

Le plancher à corps creux est composé de poutrelles régulièrement espacées, et disposées


suivant la petite portée et des éléments creux (corps creux).

Le dimensionnement du plancher à corps creux est déterminé selon la condition de rigidité


suivante :
ℎ𝑡 𝐿 𝐿
≥ = ht ≥ (Article A6.8.424 BAEL91).
𝐿 22.5 22.5

(L) : la plus grande portée entre nus d’appuis de poutrelles.

L= 460 - 30 = 430 cm

ht: la hauteur totale du plancher.

430
ht   19,11  On prend ht = 20 cm
22,5
Avec :

h0= 4cm : épaisseur de la dalle de compression.

h= 16cm : épaisseur du corps creux.

Les poutrelles:
D’après les règles (BAEL91), la longueur de la dalle de compression sera calculée à partir de
la plus petite des valeurs suivantes de «b1».
b1≥ ( Ln –b0) / 2.
b1≥ L / 10. (A 4.1.3 du BAEL 91).
b1≥ (6 ÷ 8) h0.

10
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

Avec :
Ln : la distance entre axes de nervures ; Ln= 60 cm. L : La portée
entre nus d’appuis .h0: La hauteur de la nervure .b0 : Épaisseur de la nervure.

b0= (0,4 ÷ 0,6) h= (0,4 ÷0,6) 20 = (8 ÷ 12) cm ; On prend : b0 = 12 cm.

b1 : doit vérifier les conditions : b1 ≥ (60-12) / 2 ≥ 24 cm.

b1≥ 500 / 10 ≥ 50 cm.


b1 = (6 ÷ 8) .4 = (24 ÷32) cm.
b1= min (24 ; 50 ; 32) → on prend b1= 24cm.

b = 2 b1+ b0  b = 60 cm.

b1 b0 b1

Ln Ln

Figure II-1:Dimensions de la nervure.


II.2.2-Descente de charges des planchers :

a) Plancher terrasse inaccessible :


-Gravier roulé de Protection (4 cm) : 0.04 x 20 0,85 KN/m²

-Étanchéité multicouche (2 cm) : 0,13 KN/m²

-Forme de pente (10 cm) : 0.10 x 22 2,20 KN/m²

-Isolation thermique en liège (4 cm) 0,16 KN/m²

-Dalle à corps creux (16 + 4 cm) : 2,8 KN/m²

-Enduit de platre (2 cm) : 0,36 KN/m²

-Chappe flottante en asphalte (2,5cm) : 0,05 KN/m²

G = 6.55 KN/m²

Q = 1.00 KN/m²

11
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

b)-Planchers courants étage (habitation):


-Revêtement en Carrelage (2 cm) : 0,40 KN/m²

-Mortier de pose (2cm): 0,40 KN/m²

-Lit de Sable sous mortier (2 cm) : 0,36 KN/m²

-Plancher à corps creux (16+ 4 cm) : 2.8 KN/m²

-Enduit en plâtre / sous plafond (2cm) : 0,27 KN/m²

-Cloison en briques creuses(10cm) : 1,00 KN/m²

G = 5,23 KN/m²

Q = 1.5 KN/m²

c)- Charge permanente : dalle pleine


1-carrelage d’épaisseur =2cm…………………………………0.4 KN/m2
2-mortier de pose d’épaisseur =2cm ………………………….0.5 KN/m2
3-lit de sable d’épaisseur =3cm……………………………….0.54 KN/m2
4-plancher en dalle pleine d’épaisseur =15cm…………..…… 4 KN/m2
5-enduit de plâtre d’épaisseur =1.5cm …………………….0.15 KN/m2
G=5,59 KN/m2
-s-sol :Q=2,5 KN/m2

-Plancher R.D.C (commercial ) : Q = 5,00 KN/m²

12
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

II.3-Pré dimensionnement des poteaux :

Tableau II.1 : La charge permanente cumulée (G)

La charge G cumulée
Niveau G (KN/m²)
(KN/m²)

Terrasse 6,55 6,55

9 5,23 11,78

8 5,23 17,01

7 5,23 22,24

6 5,23 27,47

5 5,23 32,7

4 5,23 37,93

3 5,23 43,16

2 5,23 48,39

1 5,59 53,98

RDC 5,59 59,57

S_SOL 5,59 65.16

13
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

Application de la loi de dégression :

Tableau II.2 : Dégression en fonction du nombre d’étage (Q)

La charge Q
Niveau Q (KN/m²) La loi de dégression (KN/m²)
cumulée (KN/m²)

Terrasse 1 NQ0 = 1 1,00

09 1.5 NQ1 = Q0 + Q1 2,50

08 1.5 NQ2 = Q0 + 0,95(Q1 + Q2) 3,85

07 1.5 NQ3 = Q0 + 0,90(Q1 + Q2 + Q3) 5,05

06 1.5 NQ4 = Q0 + 0,85(Q1 + Q2 + Q3 + Q4) 6,10

05 1.5 NQ5 = Q0 + 0,80(Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + Q5) 7,00

04 1.5 NQ6 = Q0 + 0,75(Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + Q5+Q6) 7 ,75

03 1.5 NQ7 = Q0 + 0,714(Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + 8,497


Q5+Q6+Q7)

02 1.5 NQ8 = Q0 + 0,687(Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + 9,244


Q5+Q6+Q7+Q8)

01 5.00 NQ9 = Q0 + 0 ,667(Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + 12,33


Q5+Q6+Q7+Q8+Q9)

RDC 5.00 NQ10 = Q0 + 0 ,65(Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + 15,3


Q5+Q6+Q7+Q8+Q9+Q10)

S_SOL 2.5 NQ11 = Q0 + 0 ,636(Q1 + Q2 + Q3 + Q4 + 16,58


Q5+Q6+Q7+Q8+Q9+Q10+Q11)

Un poteau est un organe de structure d'un ouvrage sur lequel se concentrent de façon
ponctuelle les charges de la superstructure (par exemple via un réseau de poutres ou de dalles
d'un niveau supérieur) et par lequel ces charges se répartissent vers les infrastructures de cet
ouvrage.

14
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

Les dimensions des poteaux doivent :

1- Respecter les critères de résistance.

2- Vérifier les conditions de RPA 99.

3- Vérifier les conditions de flambement.

II-3.1 Critère De Résistance:Soit :

Nu : effort normal apporté par les différents niveaux ;

Nul = (1, 35 G+1,5 Q) Saff+1,35 (PPpp . Laff –pp.NPP + PSps. Laff – p s . Np s).

-Nul = (1, 35 G+1,5 Q) Saff+1,35 (PPpp . Laff –pp.NPP +PSps. Laff – p s . Np s)) ×1,15 pour les
poteaux de centres ;

-Nul = ((1, 35 G+1,5 Q) Saff+1,35 (PPpp . Laff –pp.NPP + PSps. Laff – p s . Np s)) ×1,1 pour les
poteaux de rives et angles.

Nplancher = (1,35 G+1,5 Q) Saff


Npoutres principale = 1,35. PPpp . Laff –pp.NPP
Npoutres secondaire = 1,35 PSps. Laff – ps . Nps
PPpp : poids propre de poutre principale ;Laff –pp: La longueur afférente de la poutre principale.
NPP : nombre des poutres principales ;PSps: poids propre de poutre secondaire.
Laff – p s : La longueur afférente de la poutre secondaire ;Nps : nombre des poutres secondaires.
a) Détermination de (a) :

𝑙𝘧 0.7𝘹𝑙₀ 𝐼 𝑏 × 𝑎3
𝜆= = ≤ 50 ; 𝑖 = ;𝐵 = 𝑎 × 𝑏 ;𝐼 =
𝑖 𝑖 𝐵 12

𝑏 × 𝑎3 𝑎2
𝑖= = = 0.289𝑎
12 × 𝑎 × 𝑏 12

𝑙𝑓 0.7𝑥𝑙 0
Donc on remplaçant par la valeur de i : 𝜆= = ≤ 50
0.289𝑎 0.289𝑎

Avec:

 : Élancement mécanique d’une pièce comprimée.

L f : Longueur de flambement =0,7 L0.

L0 : Hauteur libre de poteau

.i:Rayon de giration de la section droite du béton seule.

15
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

b) Détermination de (b) :

Selonle BAEL on a :
𝐵𝑟. 𝑓𝑐28 𝑓𝑒
𝑁𝑢 ≤ 𝛼 + 𝐴𝑠.
0,9. 𝛾𝑏 𝛾𝑠
2
Br : Section réduite du poteau ; Br=(a -2)(b-2) 𝑐𝑚

As : Section d’armature longitudinale ; As=0,7% Br ; Parce que Zone I

γ b : coefficient de sécurité du béton γ b =1,5 .

γs : coefficient de sécurité de l’acier γ s =1,15.

fe: nuance de l’acier. fe = 400 MPA.

α : Facteur réducteur de Nu, il est en fonction de λ ;

0.85
𝛼= 𝜆2
1 + 0.2 35

fc28=25 MPA ; fe=400 MPA ; γb=1,50 ; γs=1,15 ;

 Application numérique :

poteau de centre (S-SOL)

1-
2,30m
2.125m

2,65m 2,65m

Figure II.2 : La surface afférente du poteau centre (S-SOL)

La surface afférente de plancher :

𝑺𝒂𝒇𝒇 = 𝐿 × 𝑙 = 2,65 + 2,65 × 2,125 + 2,30 = 23,45 𝑚2 .

Nplancher = (1,35 G+1,5 Q) Saff =(1,35x65.16+1,5x16,58)x23,45=2646 KN.


Npoutres principale =1.35x0.45x0.40x5,3x12x25=386.37 KN.
Npoutres secondaire = 1,35 x0.40x0.40x4,425x12x25 =286.74 KN
Nu= (Nplancher+ Npoutres principale + Npoutres secondaire )×1,15.
=(2646+386.37+286.74)× 1,15 =3816.97 KN.

16
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

a) Détermination de « a » :

On a : L0 = 3.06 m ; Lf = 0,7 x 3.06 = 214.2cm.

𝐿𝑓 214.2 214.2
𝜆= = ≤ 50 → 𝑎 ≥ → 𝑎 ≥ 14.82𝑐𝑚.
𝑖 0.289𝑎 50 × 0.289
On prend : a = 50 cm →i=0.289𝘹50=14.45cm.

𝐿𝑓 214.2
𝜆= = = 14.82 < 50 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é.
𝑖 14.45

b) Détermination de « b » :
2
𝐵𝑟 = (50 − 2)(𝑏 − 2) = 48(𝑏 − 2) 𝑐𝑚
2
𝐴𝑠 = 0.7% × 𝐵𝑟 = 0,007 × 48 𝑏 – 2 = 0.336 𝑏 − 2 𝑐𝑚 0.7% 𝑐𝑎𝑟 𝑧𝑜𝑛𝑒 І

0.85 0.85
𝛼= 2 = = 0.82
𝜆 14.82 2
1 + 0.2 1 + 0.2
35 35

48 𝑏 − 2 25 0.336 𝑏 − 2 400
3816.97 ≤ 0.82 +
0.9 × 1.5 × 10 1.15 × 10

3981.88
3816.97 ≤ 0.82 𝑏 − 2 100.56 → 3816.97 ≤ 82.45𝑏 − 164.91 → 𝑏 ≥
82.45
= 48.29𝑐𝑚.

On prend b =50 cm.

c) Vérification des conditions du R.P.A 99/2003 (zone I)

𝑚𝑖𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 50 𝑐𝑚 > 25 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.

ℎ𝑒 306
𝑚𝑖 𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 50𝑐𝑚 > = = 15,3 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒.
20 20
1 𝑎
< ⇨ 0.25 < 1 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
4 𝑏

17
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

2-poteau de centre (RDC):

2,30m
2,125m

2.65 2.65

Figure II.3 : La surface afférente du poteau centre RDC

La surface afférente de plancher :

𝑺𝒂𝒇𝒇 = 𝐿 × 𝑙 = 2,65 + 2,65 × 2,125 + 2,30 = 23.45 𝑚2 .

Nplancher = (1,35 G+1,5 Q) Saff =(1,35x59.57+1,5x15.3)x23.45=2424.01 KN.


Npoutres principale =1.35x0.45x0.40x5,3x11x25=354.17 KN.
Npoutres secondaire = 1,35 x0.4x0.4x4,425x11x25 =262.84 KN
Nu= (Nplancher+ Npoutres principale + Npoutressecondaire ) ×1,15=(2424.01 +354.17 +262.84)× 1,15
=3497.173 KN.

a) Détermination de « a » :

On a : L0 = 4.08 m ; Lf = 0,7 x 408 = 285.6cm.

𝐿𝑓 285.6 285.6
𝜆= = ≤ 50 → 𝑎 ≥ → 𝑎 ≥ 19.76𝑐𝑚
𝑖 0.289𝑎 50 × 0.289
On prend : a =50 cm →i=0.289𝘹50=14.45cm

𝐿𝑓 285.6
𝜆= = = 19.76 < 50 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é.
𝑖 14.45
b) Détermination de « b » :
2
𝐵𝑟 = (50 − 2)(𝑏 − 2) = 48(𝑏 − 2) 𝑐𝑚
2
𝐴𝑠 = 0.7% × 𝐵𝑟 = 0,007 × 48 𝑏 – 2 = 0.336 𝑏 − 2 𝑐𝑚 0.7% 𝑐𝑎𝑟 𝑧𝑜𝑛𝑒 І

0.85 0.85
𝛼= 2 = = 0.79
𝜆 19.76 2
1 + 0.2 1 + 0.2
35 35

18
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

48 𝑏 − 2 25 0.336 𝑏 − 2 400
3497.173 ≤ 0.79 +
0.9 × 1.5 × 10 1.15 × 10

3656.053
3497.173 ≤ 0.79 𝑏 − 2 100.56 → 3497.173 ≤ 79.44𝑏 − 158.88 → 𝑏 ≥
79.44
= 46.02𝑐𝑚

On prend b =50 cm.

c) Vérification des conditions du R.P.A 99/2003 (zone I):

𝑚𝑖 𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 50 𝑐𝑚 > 25 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.

ℎ𝑒 408
𝑚𝑖𝑛 = 50𝑐𝑚 > = = 20.4𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒.
20 20
1 𝑎
< 𝑏 ⇨ 0.25 < 1 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.
4

3-poteau de centre (1ère):

La surface afférente de plancher :

𝑺𝒂𝒇𝒇 = 𝐿 × 𝑙 = 2,65 + 2,65 × 2,125 + 2,30 = 23.45 𝑚2 .

Nplancher = (1,35 G+1,5 Q) Saff =(1,35x53.98+1,5x12.33)x23.45=2142.57KN.


Npoutres principale =1.35x0.45x0.40x5,3x10x25=321.97 KN.
Npoutres secondaire = 1,35 x0.4x0.4x4,425x10x25 =238.95 KN
Nu= (Nplancher+ Npoutres principale + Npoutressecondaire ) ×1,15=(2142.57+321.97 +238.95)× 1,15
=3109.01 KN.
a) Détermination de « a » :

On a : L0 = 3.06 m ; Lf = 0,7 x 3.06 = 214.2cm.

𝐿𝑓 214.2 214.2
𝜆= = ≤ 50 → 𝑎 ≥ → 𝑎 ≥ 14.82𝑐𝑚.
𝑖 0.289𝑎 50 × 0.289
On prend : a = 50 cm →i=0.289𝘹50=14.45cm.

𝐿𝑓 214.2
𝜆= = = 14.82 < 50 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é.
𝑖 14.45
b) Détermination de « b » :
2
𝐵𝑟 = (50 − 2)(𝑏 − 2) = 48(𝑏 − 2) 𝑐𝑚
2
𝐴𝑠 = 0.7% × 𝐵𝑟 = 0,007 × 48 𝑏 – 2 = 0.336 𝑏 − 2 𝑐𝑚 0.7% 𝑐𝑎𝑟 𝑧𝑜𝑛𝑒 І

0.85 0.85
𝛼= 2 = = 0.82
𝜆 14.82 2
1 + 0.2 1 + 0.2
35 35

19
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

48 𝑏 − 2 25 0.336 𝑏 − 2 400
3109.01 ≤ 0.82 +
0.9 × 1.5 × 10 1.15 × 10

3273.92
3109.01 ≤ 0.82 𝑏 − 2 100.56 → 3109.01 ≤ 82.45𝑏 − 164.91 → 𝑏 ≥
82.45
= 39.70𝑐𝑚.

On prend b =50 cm.

c) Vérification des conditions du R.P.A 99/2003 (zone I)

𝑚𝑖𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 50 𝑐𝑚 > 25 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.

ℎ𝑒 306
𝑚𝑖 𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 50𝑐𝑚 > = = 15,3 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒.
20 20
1 𝑎
< ⇨ 0.25 < 1 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.
4 𝑏

4-poteau de centre (2 ème -3ème-4ème-5 ème ):

La surface afférente de plancher :

𝑺𝒂𝒇𝒇 = 𝐿 × 𝑙 = 2,65 + 2,65 × 2,30 + 2,30 = 23.45 𝑚2 .

Nplancher = (1,35 G+1,5 Q) Saff =(1,35x48.39+1,5x9.244)x23.45=1857.06KN.


Npoutres principale =1.35x0.45x0.4x5,3x9x25=289.77 KN.
Npoutres secondaire = 1,35 x0.4x0.4x4,425x9x25 =215.05 KN
Nu= (Nplancher+ Npoutres principale + Npoutressecondaire ) ×1,15=(1857.06+289.77 +215.05)× 1,15
=2716.16 KN.
a) Détermination de « a » :

On a : L0 = 3.06 m ; Lf = 0,7 x 3.06 = 214.2cm.

𝐿𝑓 214.2 214.2
𝜆= = ≤ 50 → 𝑎 ≥ → 𝑎 ≥ 14.82𝑐𝑚.
𝑖 0.289𝑎 50 × 0.289
On prend : a = 45 cm →i=0.289𝘹45=13.005cm.

𝐿𝑓 214.2
𝜆= = = 16.47 < 50 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é.
𝑖 13.005

b) Détermination de « b » :
2
𝐵𝑟 = (45 − 2)(𝑏 − 2) = 43(𝑏 − 2) 𝑐𝑚
2
𝐴𝑠 = 0.7% × 𝐵𝑟 = 0,007 × 43 𝑏 – 2 = 0.301 𝑏 − 2 𝑐𝑚 0.7% 𝑐𝑎𝑟 𝑧𝑜𝑛𝑒 І

20
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

0.85 0.85
𝛼= 2 = = 0.78
𝜆 16.47 2
1 + 0.2 1 + 0.2
35 35

43 𝑏 − 2 25 0.301 𝑏 − 2 400
2716.16 ≤ 0.78 +
0.9 × 1.5 × 10 1.15 × 10

2856.41
2716.16 ≤ 0.78 𝑏 − 2 90.08 → 2716.16 ≤ 70.26𝑏 − 140.25 → 𝑏 ≥
70.26
= 40.65𝑐𝑚.

On prend b =45 cm.

c) Vérification des conditions du R.P.A 99/2003 (zone I)

𝑚𝑖𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 45 𝑐𝑚 > 25 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.

ℎ𝑒 306
𝑚𝑖 𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 45𝑐𝑚 > = = 15,3 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒.
20 20
1 𝑎
< ⇨ 0.25 < 1 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.
4 𝑏

5-poteau de centre (6 ème -7ème-8ème-9ème- 10ème) :

La surface afférente de plancher :

𝑺𝒂𝒇𝒇 = 𝐿 × 𝑙 = 2,65 + 2,65 × 2,125 + 2,30 = 23.45 𝑚2 .

Nplancher = (1,35 G+1,5 Q) Saff =(1,35x27.47+1,5x6.10)x23.45=1084.19KN.


Npoutres principale =1.35x0.45x0.4x5,3x5x25=160.98 KN.
Npoutres secondaire = 1,35 x0.4x0.4x4,425x5x25 =119.47 KN
Nu= (Nplancher+ Npoutres principale + Npoutressecondaire ) ×1,15=(1084.19+160.98 +119.47)× 1,15
=1569.33 KN.
a) Détermination de « a » :

On a : L0 = 3.06 m ; Lf = 0,7 x 3.06 = 214.2cm.

𝐿𝑓 214.2 214.2
𝜆= = ≤ 50 → 𝑎 ≥ → 𝑎 ≥ 14.82𝑐𝑚.
𝑖 0.289𝑎 50 × 0.289
On prend : a = 40 cm →i=0.289𝘹40=11.56cm.

𝐿𝑓 214.2
𝜆= = = 18.52 < 50 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é.
𝑖 11.56

21
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

b) Détermination de « b » :
2
𝐵𝑟 = (40 − 2)(𝑏 − 2) = 38(𝑏 − 2) 𝑐𝑚
2
𝐴𝑠 = 0.7% × 𝐵𝑟 = 0,007 × 38 𝑏 – 2 = 0.266 𝑏 − 2 𝑐𝑚 0.7% 𝑐𝑎𝑟 𝑧𝑜𝑛𝑒 І

0.85 0.85
𝛼= 2 = = 0.80
𝜆 18.52 2
1 + 0.2 1 + 0.2
35 35

38 𝑏 − 2 25 0.266 𝑏 − 2 400
1569.33 ≤ 0.80 +
0.9 × 1.5 × 10 1.15 × 10

1728.57
1569.33 ≤ 0.80 𝑏 − 2 79.62 → 1569.33 ≤ 79.62𝑏 − 159.24 → 𝑏 ≥
79.62
= 21.71𝑐𝑚.

On prend b =40 cm.

c) Vérification des conditions du R.P.A 99/2003 (zone I)

𝑚𝑖𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 40 𝑐𝑚 > 25 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.

ℎ𝑒 306
𝑚𝑖 𝑛 𝑎 ; 𝑏 = 40𝑐𝑚 > = = 15,3 𝑐𝑚 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓é𝑒.
20 20
1 𝑎
< ⇨ 0.25 < 1 ; 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.
4 𝑏

22
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

Tableau II.3 : sections des poteaux de différents étages

Les types Les étages Section

Poteau S-SOL et RDC et 1ère (50x50)


de 2ème-3ème-4 ème-5ème (45x45)
Centre 6ème-7ème-8ème-9ème10ème (40x40)

Poteau S-SOL et RDC et 1ère (50x50)

de rive 2ème-3ème-4 ème-5ème (45x45)

6ème-7ème-8ème-9ème10ème (40x40)

Poteau S-SOL et RDC et 1ère (50x50)

d’angle 2ème-3ème-4 ème-5ème (45x45)

6ème-7ème-8ème-9ème10ème (40x40)

II.6-Pré dimensionnement des voiles :


Le pré dimensionnement des murs en béton armé est justifié par l’article
7.7.1 du RPA99/V03, les voiles servent d’une part à contreventer le bâtiment en
reprenant les efforts horizontaux (séisme et vent) et d’autre part de reprendre les
efforts verticaux (ça dépend de la conception).
D’après le RPA99 article 7.7.1«les éléments satisfaisants la condition (L ≥
4 e) » sont considérés comme des voiles.
Avec : L = Longueur du voile. , e : épaisseur du voile.
L’article 7.7.1 RPA99/V03 préconise une épaisseur minimale de 15 cm, de plus
l’épaisseur doit être déterminée en fonction de la hauteur libre d’étage he et des
conditions de rigidité aux extrémités comme indiquées à la figure ci- dessous :

23
Chapitre II : Pré dimensionnement des éléments

Figure II- 4 : Coupe de voile en plan

he /20 e
RDC S-SOL ET LES ETAGE COURANT
he(cm) 408 306
e(cm) 20.4 15.30

On adopte des mures voiles d’épaisseur e=25 cm pour le S-sol, RDC et


1er étage et e=20 cm pour les étages d’habitation

24
CHAPITRE III :

Etude des planchers


Chapitre III : Etude des planchers

III.1-Introduction :

Les planchers sont des éléments horizontaux qui s’appuient sur les éléments porteurs (poutres,
murs porteurs, …). Ils sont considérés comme des éléments infiniment rigides (éléments
indéformables).
Ils jouent plusieurs rôles dans la construction, à savoir :
 La résistance : ils doivent supporter leurs poids propre et les surcharges
d’exploitations appliquées sur eux ;
 L’isolation : ils isolent thermiquement et acoustiquement les différents étages.
Planchers à corps creux : qui est constitué par des poutrelles en béton armé sur lesquelles
reposent les hourdis en béton ; les poutrelles sont des poutres de section en T et disposées
suivant la petite portée et elles travaillent dans une seule direction.
D’après le pré dimensionnement déjà fait on a un plancher à corps creux de 20 cm de
hauteur dont :
Hauteur du corps creux = 16 cm
Epaisseur de la dalle de compression = 4 cm

III.2-Calcul du plancher à corps creux :

III.2.1-Ferraillage de la dalle de compression :

Pour le ferraillage de la dalle de compression, les conditions suivantes doivent être respectées
(BAEL91) :
1) L’hourdis doit avoir une épaisseur minimale de 4cm, et être armé d’un quadrillage de
barres (treillis soudés) dont les dimensions des mailles ne doivent pas dépasser :
 20cm pour les armatures perpendiculaires aux nervures.
 30cm pour les armatures parallèles aux nervures.
2) Si A  est la section des armatures perpendiculaires aux nervures en (cm2/ml) on doit
avoir :
- A  200 / f e : si l’entre axe des parallèles Ln  50cm.
- A  4.Ln / f e : si l’entre axe Ln est : 50Ln  80cm.
3) Si A // est la section des armatures parallèles aux nervures, alors : A // A/2 en cm2/ml.
a- Armatures perpendiculaires aux nervures :
50 cmLn = 60cm 80cm.
A  4.Ln / f e = (4  60) / 520 = 0,46 cm2.
f e : limite d’élasticité (treillis soudé)  6  f e 520 = MPa.
On prend : 5  6 /ml ; A= 1,41cm2/ml ;t = 20cm.

25
Chapitre III : Etude des planchers

b- Armatures parallèles aux nervures :


A // A/2 A//  1,41/2 = 0,7cm2/ml  56/ml.
A // = 1,41cm2/ml ; t = 20cm.
Donc on adopte un treillis soudé 6 de maille (200x200) mm2.

Figure III. 1. Schéma de ferraillage de la dalle de compression

60

III.2.2-Étude des poutrelles : 4


a)- Les dimensions :
ht = 20cm. 16
h0= 4 cm.
b0= 12 cm.
b = 60 cm.
24 12 20
Figure III-2 : Section d’une poutrelle.
b)- Évaluation des charges :
Les charges sur les poutrelles sont évaluées comme suit :
*-Terrasse :
E.L.U : 1,35 G  1,5 Q  0,60  1,35  6,55  1,5  1  0,60  6,20 KN ml.
E.L.S : G  Q 0,60  6,55  1 0,60  4,53 KN ml.
*-Étage courant :
E.L.U : 1,35 G  1,5 Q  0,60  1,35  5.23  1,5  1.5  0,60  5.58 KN ml.
E.L.S : G  Q 0,60  5.23  1,5 0,60  4.03 kN ml.

26
Chapitre III : Etude des planchers

III.2.3-Les types des poutrelles :

Type N1 :
4.45 4.25

Type N2 :
4.45 4.25 4.60

Type N3 :
4.20 4.45 4.25 4.60

Type N4 :

4.20 4.45 4.25 4.60 4.60

III.2.4-Détermination des sollicitations :


Calcul des planchers :
La structure à étudier étant une construction courante avec une surcharge modérée.
Q  5 KN/m²  Donc le type de plancher à adopter est un plancher à corps creux ; les
poutrelles sont continués et disposées suivant la petite portée travaillent dans un seul sens.
a) Méthode de calcul :
Le règlement BAEL 91 propose une méthode simplifier dite méthode forfaitaire ; cette
méthode n’est applicable que si les quatre « 04 » conditions suivantes sont remplies :
1) La charge d’exploitation est dite modérée c'est-à-dire Q  5 KN/m² ; 2 G 
 Les moments d’inertie des sections transversales sont les même dans les
différentes travées.
2) Les portées successives des travées sont dans un rapport compris entre :
li
0.8   1.25
l i 1

27
Chapitre III : Etude des planchers

3) Fissuration considérée comme non préjudiciable.


Pour les dalles calculées dans un seul sens ; les poutrelles et les poutres on peut évaluer les
valeurs max des moments en travées et sur les appuis a des fractions fixées forfaitairement de
la valeur maximale du moment fléchissant « M 0 » dans la travée indépendante de même
portée que la travée considérée et soumise au même charges.
 Appelant :
M 0 : Moment max de la travée indépendante.
M t : Moment max dans la travée étudiée.
M w : Moment sur l’appui de gauche de la travée.
M e : Moment sur l’appui de droite de la travée.
 : Le rapport de charges d’exploitation « Q » à la somme des charges
Q
permanentes « G » et les charges d’exploitation « Q » :  
QG
 Les valeurs prise pour « M t ; M w ; M e » doivent vérifier les conditions suivantes :
 M w  M e   1.2  0.3  
Travée de rive : M t  max max1  0.3 M 0 ;1.05 M 0   ;  M 0 
 2   2  
Travée intermédiaire :
 M  M e   1  0.3  
M t  max max1  0.3 M 0 ;1.05 M 0   w ;  M 0 
 2   2  
Les moments sur appuis doivent avoir les valeurs suivantes :
1) cas de 02 travées :
0.2M0 0.6M0 0.2M0

2) cas de 03 travées :
0.2M0 0.5M0 0.5M0 0.2M0

3) cas de plus de 03 travées :

0.2M0 0.5M0 0.4M0 0.4M0 0.5M0 0.2M0


 l 
Dans le cas où la 04éme conditions n’est pas remplie  i  0.8;1.25 la méthode
 l i 1 
forfaitaire reste applicable (forfaitaire modifiée).
 M w  M e ql
Tw  l

2
Efforts tranchants : 
T  M w  M e  ql
 e l 2

28
Chapitre III : Etude des planchers

Vérification des conditions de la méthode forfaitaire :


1) Fissuration peut préjudiciable……………………vérifiée
2) Poutre à inerties transversales constantes ……………… vérifiées
3) Charge d’exploitation modérée : Q  max2G;5 KN / m² 
li 4.2
4) 0.8   1.25 0.8   1.25 …………… vérifier
l i 1 4.45
Q  1.5 KN/m²; G  5.23 KN/m²
 Plancher (8étages) :   vérifiée
1.5  2  5.23  10.46KN/m²
Remarque :la méthode forfaitaire est

b- Méthode de calcul :
III.2.5 example de calcul du type N1 au niveau de l’etage courant

A’ L’ ELU :
1) Calcul des moments :
𝑄 1.5
α= 𝑄+𝐺 = 1.5+5.23 = 0.22

Tableau III . 1 : les moments an appuis et en travée du type N1

Travée 1-2 2-3


L(m) 4.45 4.25
M0=ql2/8 (KN.m) 13.81 12.59
Appui 1 2 3
Coefficient 0.2 0.6 0.2
forfaitaire
Ma(en appui) 2.76 8.28 2.51

Mt 9.20 8.02

29
Chapitre III : Etude des planchers

2) Calcul l’effort tranchant :


Pu=5.58 KN/mL

 M w  M e ql
Tw  l

2

T  M w  M e  ql
 e l 2

5.58∗4.45 2.76−8.28
T1 = + = 11.17KN
2 4.45
Travée 1 – 2
5.58∗4.45 2.76−8.28
T2=− + = - 13.65 KN
2 4.45

5.58∗4.25 8.28−2.51
T1 = + = 13.21KN
2 4.25
Travée 2 – 3
5.58∗4.25 8.28−2.51
T2= - + = - 10.49K
2 4.25

1)Diagramme des moments fléchissant et l’effort tranchants du étage courant

2.76 8.58 2.51 11.17 13.21


M T

9.20 8.2
13.65 10.49

Figure III . 3 : diagramme des moment fléchissant et de l’effort tranchant du étage


courant du type N 1 a l’ ELU

30
Chapitre III : Etude des planchers

A L’ELS :

1.99 5.98 1.81 8.07 9.54


M T

6.64 5.79
9.86 7.58

Figure III.4 : diagramme des moment fléchissant et de l’effort tranchant du étage


courant du type N1 a L’ELS

2) Diagrammes des moments et des efforts tranchants pour la terrasse :


(poutrelle type N1) a L’ELU

3.07 9.20 2.78 12.41 14.68

M T

9.20 8.54
15.17 11.66

Figure III .5 Diagrammes des moments et des efforts tranchants pour la terrasse
type N1 a l’ ELU

A l’ ELS

2.24 6.72 2.04 9.08 10.72


M T

7.16 7.23
11.08 8.52

Figure III. 6 Diagrammes des moments et des efforts tranchants pour la terrasse type
N2 a l’ELS

31
Chapitre III : Etude des planchers

Les Tableau des moments et des efforts tranchants


Détermination des sollicitation à L’ELU et L’ELS POUR les types N2, N3, N4

Tableau III .2 = poutrelle de type N2 (etage corant )

sollicitation à L’ELU sollicitation à L’EL


L(m)

Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN) Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN)

2.76 11.48 1.99 8.29


1
4.45

2 9.89 7.14
6.90 13.34 4.98 9.63

6.90 11.74 4.98 8.48


2
4.25

3 6.28 4.53
7.37 11.96 5.32 8.64

7.37 13.79 5.32 9.96


3
4.60

4 10.56 7.62
2.95 11.87 2.13 8.57

Tableau III .3.Poutrelle de type N2 (terrase)

sollicitation à L’ELU sollicitation à L’EL


L(m)

Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN) Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN)

3.06 12.75 2.24 9.32


1
4.45

2 10.17 7.72
7.67 14.83 5.60 10.83

7.67 13.05 5.60 9.53


2
4.25

3 6.60 4.82
8.19 13.29 5.99 9.71

8.19 15.32 5.99 11.20


3
4.60

4 11.29 8.25
3.27 13.19 2.39 9.63

32
Chapitre III : Etude des planchers

Tableau III.4 Poutrelle type N3 (etage courant)

sollicitation à L’ELU sollicitation à L’EL


L(m)

Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN) Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN)

2.46 10.66 1.77 7.69


1
4.20

2 8.43 6.009
6.90 12.77 4.98 9.22

6.90 12.72 4.98 9.19


2
4.45

3 8.51 9.14
5.52 12.80 3.98 8.74

5.52 11.42 3.98 8.24


3
4.25

4 6.97 5.003
7.37 12.29 5.32 8.87

7.37 13.79 5.32 9.96


4
4.6

10.56 7.62
5 2.95 11.87 2.13 8.75

33
Chapitre III : Etude des planchers

Tableau III.5 Poutrelle type N3 (etage terrase)


L(m) sollicitation à L’ELU sollicitation à L’ELS

Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN) Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN)

2.73 11.84 1.99 8.65


1
4.20

2 9.003 6.57
7.67 14.19 5.60 10.37

7.67 14.14 5.60 10.07


2
4.45

3 9.03 6.60
6.13 13.44 4.48 9.82

6.13 12.69 4.48 9.27


3
4.25

4 7.37 5.38
8.19 13.66 5.99 9.98

8.19 15.32 5.99 11.20


4
4.6

11.29 8.25
5 3.27 13.19 2.39 9.63

34
Chapitre III : Etude des planchers

Tableau III .6 Poutrelle type N4 (etage corant)

sollicitation à L’ELU sollicitation à L’EL


L(m)

Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN) Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN)

2.46 10.76 1.78 9.20


1
4.20

2 8.43 6.10
6.91 12.97 4.94 9.24

6.91 12.74 4.94 9.51


2
4.45

3 8.51 6.15
5.52 12.11 3.29 8.75

5.52 11.78 3.29 9.05


3
4.25

4 7.33 5.58
5.90 11.95 4.27 8.64

5.90 12.52 4.27 9.48


4
4.6

9.10 6.57
5 7.38 13.16 5.34 9.52

7.38 13.81 5.34 7.71


5
4.6

10.57 9.77
6 2.95 11.88 2.13 8.58

35
Chapitre III : Etude des planchers

Tableau III .7 Poutrelle type N4 (terrase)


L(m) sollicitation à L’ELU sollicitation à L’EL

Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN) Ma(KN.m) Mt(KN.m) T(KN)

2.73 11.85 1.99 8.64


1
4.20

2 9.004 6.57
7.67 14.20 5.60 10.37

7.67 14.75 5.60 10.33


2
4.45

3 9.61 6.60
6.14 13.46 4.48 9.82

6.14 13.08 4.48 9.55


3
4.25

4 8.19 5.87
6.56 13.28 4.19 9.69

6.56 13.69 4.19 10.15


4
4.6

9.66 7.05
5 8.20 14.80 5.99 10.67

8.20 15.34 5.99 11.20


5
4.6

11.30 8.25
6 3.28 13.80 2.39 9.63

Les moments fléchissant max :


* En travée :

M tu = 7,21KN.m.

M ts =5,19KN.m.

* En appui :

M au = - 10,92KN.m.

M as = - 7,86KN.m.

36
Chapitre III : Etude des planchers

III.3-Ferraillage des poutrelles des étages Courant :


Les armatures longitudinales : 60
Les moments fléchissant max : 4
En travée :

M tu = 10,57KN.m. 16
24
20

M ts =7,62KN.m.

En appui : 12
Section de calcul.
M au = 7,38KN.m.

M as = 5,34KN.m.

III.3.1-En travée :
a-ELU :

M tu  10,57 KN .m .

1)Vérification de l’étendue de la zone comprimée :


Soit :
Mt : moment fléchissant équilibré par la table de compression d’où :

 h 
M t   b .b.h0  d  0 .
 2
ft28 = 0,6+0,06 .fc28 = 0,6 + 0,06. 25 = 2,1 MP. Contrainte de résistance de traction à 28jours.

f c 28 25
d  0,9.h  0,9  18cm ;  b  0,85  0,85   14,17MPa.
b 1,5

 4
M t  14,17  60  418    10 3  54,41KN .m .
 2

M tu  M max t  la zone comprimée se trouve dans la table de compression.

 La section de calcul sera une section rectangulaire de dimensions b h cm2 .


2)Moment réduit : 60cm

M max 10,57.10 6
   0,038 . 20cm
 b .b.d 2 14,17.600.180 2

Section de calcul

37
Chapitre III : Etude des planchers

𝜇 ≤ 𝜇𝐿 = 392(𝑓𝑒 400)  Les armatures comprimées n’existent pas.

400
σs = ƒe / γs =  348MPa .
1,15

 
  1,25 1  1  2  0,048 .
  0,8.  0,8  0,048  0,038 .
 14,17
Acal   .b.d bc  0,038  60 18   1,67 cm 2 .
 su 348

3)Condition de non fragilité :(BAEL91)

f t 28 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23  60  18   1,30cm 2 .
fe 400
A  max  Acal ; Amin   A  1,67cm 2 .

Le choix : 3T12 A = 3.39cm2.

b-Vérification à E.L.S :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à
effectuer concernant  s .

- Section rectangulaire.

 1 f c 28
- Fissuration peut nuisible.    .
2 100

- Flexion simple.
- Acier FE 400.

Si cette inégalité est vérifiée, donc la vérification de  b n'est pas nécessaire :

Mu 10,57
Avec:      1,38.
M ser 7,62
1,38  1 25
h
  0,048   .
2 100

  0,048  0,44  Condition vérifié   b   b . b0


Donc les armatures calculer à ELU sont maintenues. Section de calcul en appui.

38
Chapitre III : Etude des planchers

III.3.2-En appui :
a-ELU :

M au  7,38KN .m .

1)Vérification de l’étendue de la zone comprimée :

M u a max  0  la table de compression se trouve dans la partie tendue et, puisque le béton
tendu est négligé dans le calcul, On néglige les ailettes [BAEL91].

 La section de calcul sera une section rectangulaire de dimensions b0  h  12  20 cm2.
2)Moment réduit :

M max 7,38.10 6
   0,133 .
 b .b.d 2 14,17.120.180 2

 
  1,25 1  1  2  0,179.
  0,8.  0,8  0,179  0,143
 14,17
Acal   .b.d bc  0,143  12  18   1,25cm 2 .
 su 348

3)Condition de non fragilité :(BAEL91)


f 2,1
Amin  0,23  b  d  t 28  0,23  12  18   0,26cm 2
fe 400
. Le choix : 2T12A = 2,26cm2
A  max  Acal ; Amin   A  1,25cm 2
b-Vérification à E.L.S :
La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à effectuer
concernant s .

 Vérification la contrainte du béton :


Ms-max = 5,34KN.m.

 Centre de gravité :
15.( As  As' )  b.(d . As  d ' . As' ) 
y= . 1   1.
b  7,5.( As  As' ) 2 

Avec :

As : la section des armatures tendue.= 1,57cm2 / ml.

As' : la section des armatures comprimée n’existe pas.

39
Chapitre III : Etude des planchers

15.2,26  12.18 
y= . 1   1  7,64cm.
12  7,5.2,26 

 Inertie :

I=
b. y 3
3
 15.As .( d  y ) 2
 As
'
.( y  d ' 2
)  
12.7,64 3
3
 15.2,26(18  7,64) 2   5422,24cm 2 .

Ms 5,34 10 6
K=   0,098 N / mm 3   b  K . y  0,098  7,64  10  7,48MPa
I 5422,24 10 4

σb= 7,48MPa ≤ σb = 0,6 .ƒc28 = 0,6  25 = 15 MPa condition vérifiée.


Donc les armatures calculées à ELU sont maintenues.

Vérification si les armatures transversales sont perpendiculaires à la ligne moyenne :


c-à-d  u  u

 f c 28 
 u   ad  min  0,2 ; 5 MPa  . Fissuration peu nuisible.
 b 

 ad  min 3,33 ;5 MPa   3,33MPa .


T max 13,8110 3
u    0,63MPa .
b0  d 120 180

 u  0,63MPa   ad  3,33 MPa  Condition vérifiée.


Donc les armatures transversales sont perpendiculaires à la ligne moyenne.

c-Diamètre des armatures transversales.

Le diamètre t des armatures d'âme doit être inférieur ou égal à la plus petite des trois
quantités suivantes :

h b 
t  min  ; L ; 0 .
 35 10 
Avec :

h : Hauteur totale de la poutrelle.

 L : Diamètre maximal des armatures longitudinales.

b0 : Largeur de l'âme de la nervure.

40
Chapitre III : Etude des planchers

t  min 0,57 ; 1,2 ; 1,2 .

On prend t  6 mm avec une nuance d'acier FeE235.

Le Choix : 2 6 At  0,56 cm 2

Calcul de l'espacement des armatures transversales


Soit t : l’espacement entre les armatures transversales.

0,9 At . f e .(sin   cos  ) 0,9  0,56  235  (1  0)


-  t1    118,44,6cm .
b0 . s .( u  0,3 f t 28 .K ) 12  1,15(0,63  0,3  2,1  1)

K= 1 : flexion simple.

-  t 2  min( 0,9d ; 40cm)  min( 0,9 18 ; 40cm)  min (16,2 ; 40cm) = 16,2cm.

At . f e 0,56  235
-  t3    27,41cm .
0,4 .b0 .sin  0,4 12 1

 t  min( t1 ; t 2 ; t 3 )   t  15cm .

III.4-Ferraillage des poutrelles de Terrasse :


Soit :
Mt : moment fléchissant équilibré par la table de compression.

Les moments fléchissant max :


En travée :

M tu = 11,30KN.m.

M ts =8,25KN.m.

En appui : 60

M au = 8,20KN.m. 4

M as = 5,99KN.m. 16 20
24
Ferraillage des poutrelles :

Les armatures longitudinales :


12
Section de calcul.

41
Chapitre III : Etude des planchers

III.4.1-En travée :

a-ELU : M t  11,30KN .m .
u

1)Vérification de l’étendue de la zone comprimée :


Soit :
Mt : moment fléchissant équilibré par la table de compression d’où :

 h 
M t   b .b.h0  d  0 .
 2
ft28 = 0,6+0,06 .fc28 = 0,6 + 0,06. 25 = 2,1 MP. Contrainte de résistance de traction à 28jours.

f c 28 25
d  0,9.h  0,9  20  18cm ;  b  0,85  0,85   14,17MPa.
b 1,5

 4
M t  14,17  60  418    10 3  54,41KN .m .
 2

M tu  M max t  la zone comprimée se trouve dans la table de compression.

 La section de calcul sera une section rectangulaire de dimensions b h cm2 .


2)Moment réduit : 65cm

M max 11,30.10 6
   0,041 . 20cm
 b .b.d 2 14,17.600.180 2

Section de calcul

  L  0,392 AcierFeE 400  Les armatures comprimées n’existent pas.

400
σs = ƒe / γs =  348MPa .
1,15

 
  1,25 1  1  2  0,052 .
  0,8.  0,8  0,052  0,041 .
 14,17
Acal   .b.d bc  0,041  60 18   1,80cm 2 .
 su 348

42
Chapitre III : Etude des planchers

3)Condition de non fragilité :(BAEL91)

f t 28 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23  60  18   1,30cm 2 .
fe 400
A  max  Acal ; Amin   A  1,80cm 2 .

Le choix : 3T12A = 3,39cm2.

III.4.2-Vérification à E.L.S :
La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à
effectuer concernant  s .

- Section rectangulaire.

 1 f c 28
- Fissuration peut nuisible.    .
2 100

- Flexion simple.
- Acier FE 400.

Si cette inégalité est vérifiée, donc la vérification de  b n'est pas nécessaire :


Avec :

Mu 11,30
    1,36.
M ser 8,25
1,36  1 25
  0,052   .
2 100

  0,052  0,43  Condition vérifier   b   b .

Donc les armatures calculé à ELU sont maintenues.

III.4.3-En appui : h
Section de calcul :

a-ELU : M a  8,20KN .m .
u
b0
1) Vérification de l’étendue de la zone comprimée : Section de calcul en appui.

M u a max  0  la table de compression se trouve dans la partie tendue et, puisque le béton
tendu est négligé dans le calcul, On néglige les ailettes [BAEL91].

43
Chapitre III : Etude des planchers

 La section de calcul sera une section rectangulaire de dimensions b0  h  12  20 cm2.
2)Moment réduit :

M max 8,20.10 6
   0,148 .
 b .b.d 2 14,17.120.180 2

 
  1,25 1  1  2  0,201.
  0,8.  0,8  0,201  0,160
 14,17
Acal   .b.d bc  0,160 12 18   1,40cm 2 .
 su 348

3)Condition de non fragilité :(BAEL91)

f t 28 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23  12  18   0,26cm 2
fe 400
A  max  Acal ; Amin   A  1,40. cm 2

Le choix : 2T12.

b-Vérification à E.L.S :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à effectuer
concernant s .

Vérification la contrainte du béton :


Ms-max = 5,99KN.m.

Centre de gravité :
15.( As  As' )  b.(d . As  d ' . As' ) 
y= . 1   1.
b  7,5.( As  As' ) 2 

Avec :

As : la section des armatures tendue.= 1,57cm2 / ml.

As' : la section des armatures comprimée n’existe pas.

15.2,26  12.18 
y= . 1   1  7,64cm.
12  7,5.2,26 

44
Chapitre III : Etude des planchers

Inertie :

I=
b. y 3
3

 15. As .(d  y)  As .( y  d ) 
2 ' ' 2

3

12.7,64 3
 
 15. 2,26(18  7,64) 2  5422,24cm 2 .

Ms 5,99 10 6
K=   0,110N / mm 3   b  K . y  0,110  7,64  10  8,40MPa
I 5422,24 10 4

σb= 8,40MPa ≤ σb = 0,6 .ƒc28 = 0,6  25 = 15 MPa condition vérifiée.


Donc les armatures calculées à ELU sont maintenues.

Vérification si les armatures transversales sont perpendiculaires à la ligne moyenne :


c-à-d  u  u

 f c 28 
 u   ad  min  0,15 ; 4MPa  . Fissuration préjudiciable
 b 

 ad  min 2,5 ;4 MPa   2,5MPa .

T max 15,34 x10 3


u    0,710MPa .
b0  d 120  180

 u  0,710MPa   ad  2,5 MPa  Condition vérifiée.

Donc les armatures transversales sont perpendiculaires à la ligne moyenne.

c-Diamètre des armatures transversale :

Le diamètre t des armatures d'âme doit être inférieur ou égal à la plus petite des trois
quantités suivantes :

h b 
t  min  ; L ; 0 .
 35 10 
Avec :

h : Hauteur totale de la poutrelle.

 L : Diamètre maximal des armatures longitudinales.

b0 : Largeur de l'âme de la nervure.

t  min 0,57 ; 1,2 ; 1,2.

On prend t  6 mm avec une nuance d'acier FeE235.

Le Choix : 2 6 At  0,56 cm 2 .

45
Chapitre III : Etude des planchers

d-Calcul de l'espacement des armatures transversales :

Soit t : l’espacement entre les armatures transversales.

0,9 At . f e .(sin   cos  ) 0,9  0,56  235  (1  0)


-  t1    112,15cm .
b0 . s .( u  0,3 f t 28 .K ) 12 1,15(0,710  0,3  2,11)

K= 1 : flexion simple.

-  t 2  min( 0,9d ; 40cm)  min( 0,9 18 ; 40cm) =min (16,2 ; 40 cm ) = 16,2cm.

At . f e 0,56  235
-  t3    27,42cm .
0,4 .b0 .sin  0,4 12 1

 t  min( t1 ; t 2 ; t 3 )   t  15cm .

Fig III.7 :chima de ferallage de poutell

e-Vérification de la flèche :
Cas ou’ la vérification de la flèche n’est pas indispensable.

h 1
1)  .
L 16

h 1 M t service
2)   .
L 10 M a service

46
Chapitre III : Etude des planchers

A 4,2
3)  .
b0  d fe

Avec :

L : La portée de la travée entre nus d'appui.


h : La hauteur totale de la section droite.
d : La hauteur utile de la section droite.

b0 : La largeur de la nervure.

M tservice : Le moment en travée maximal à ELS.

M aservice : Le moment en appui maximal à ELS.


A : La section des armatures tendue.
fe : La limite élastique de l'acier utilisé (en MPa).

f-Vérification des conditions :

1) h  20  0,0465  1  0,0625  condition non vérifiée.


L 430 16

Lorsque l’une des trois conditions précédentes pas vérifier  la vérification de la


flèche est indispensable.
La flèche sera calculée par la méthode de « l’inertie fissurée ».
On doit vérifier si :

ft = ( fg v – fji ) + ( fpi – fgi ) ftmax.

Avec :
(fg v – fji) : La flèche due aux charges permanentes.
(fpi – fgi) : La flèche due aux surcharges d’exploitation .

ft : la flèche totale .

ft max : la flèche admissible avec :


l 430
ft max=   0,86cm .
500 500

47
Chapitre III : Etude des planchers

1)Calcul les charges :Soient:


g : la charge permanente après mise en place des cloisons.
j : la charge permanente avant mise en place des cloisons.
P : la charge totale (P = g + charge d’exploitation).
g = j = 0,60. 6,55 = 3,93KN. m.
P = 0,60. (6,55 + 1) = 4,53 KN. m.

2)Calcul des moments fléchissant :

g .L2
j
4,3 2
-Mg = Mj = 0,80 x M0 = 0,8. = 0,8. 3,93. = 7,26KN.m.
8 8

4,3 2
-Mp = 0.80 xM0p = 0,8 . 4,53. = 8,37KN.m.
8
3)Calcul :  , 1 et 1 :

A 3,39
   0,015  1  100.  1,5 ; 1  1,5  1  0,041.
b0  d 12 18

4) Calcul des contraintes d’acier :

M
s  .
A  1  d

Mg 7,26  10 4
 sg   sj   2901,88MPa.
A  1  d 3,39  0,041  180
Mp 8,37  10 4
 sp    3345,56MPa.
A  1  d 3,39  0,041  180

5)Calcul les coefficients : µg et µp , i et v .

1,75  ft 28 1,75  2,1


µ=1- . µj = µg= 1 -  0,999 .
4     s  ft 28 4 1 ,5  2901,88  2,1

1,75  2,1 0,05 f c 28 0,05  2,1


 µp = 1 -  0,999 .i=   0,026
4 1,5  3345,56  2,1  b0   12 
2  3    2  3 .   1,5
 b  60 
.

48
Chapitre III : Etude des planchers

 v= 2 i = 0,010.
5


6)Calcul du moment d’inertie : I0
D’après B.A.E.L83 le moment d’inertie donner par la relation suivant :

 
2
 h02  h0 
b0 3
 3

I0= . V1  V2  b  b0 . h0   V1    15 A1 . V1  c1   A2 . V2  c2 
2 2

3 12  2 

Avec :

  B0  b0 .h  b  b0 .h0  15. A1  A2  .
2 2
V1= 1 .b0 . h  b  b0. . h  15. A1.c1  A2 .c2  et
B0  2 2 

B0 = (12 . 20 ) + (60 – 12 ) . 4 + (15 . 3,39 ) = 482,85cm2. A1 : n’existe pas.

 20 2 42 
 60  12.
1
V1 = .12   15  3,39  18  7,66cm. A2 : les armatures tendues.
482,85  2 2 

V2 = h - V1 = 20 – 7,66 = 12,34cm

I0=
 42  4 
 
2
12
 
. 7,66 3  12,34 3  60  12  4     7,66     15. 3,39  12,34  2  21157.63cm 4 .
2

3  12  2  

7)Calcul des moments d’inertie fictifs :If

I0 21157.63
 I fgv =   20948.35cm 4 .
1     g 1  0,010  0,999
I0 21157.63
 Ifgi = I fji =   20621,99cm 4 .

1  i   j  1  0,026  0,999
I0 21157.63
 I fpi =   20621,99cm 4 .
1  i   p 1  0,026  0,999
8)Calcul des flèches partielles :Soit :

Ei = 110003 f c 28  32164,2MPa .

Ev = 37003 f c 28  10818,86MPa .

Ei : module de déformation longitudinale instantanée.

49
Chapitre III : Etude des planchers

Ev : module de déformation longitudinale différée


fi : la flèche maximale sous chargement de faible durée d’application.
fv : la flèche maximale sous chargement de longue durée d’application.
fgi et fgv : les flèches dues aux « g ».
fji : la flèche due aux « j ».
fpi : la flèche due aux « p ».

M g . L2 7,26.10 6  4300 2
 fgv =   6,58mm .
9 . EV . I gv 9  10818,86  20948,35  10 4
M g . L2 7,26.10 6  4300 2
 fji = fgi =   2,24mm .
9 . E i I gi 9  32164,2  20621,99 10 4
M p . L2 8,37 10 6  4300 2
 fpi =   2,59mm .
9 . E i . I pi 9  32164,2  20621,99 10 4
9)Calcul de la flèche totale :

ft = (fgv – fji) + (fpi – fgi)= (6,58 – 2,24) + (2,59 – 2,24).

ft = 4,69mm ≤ ftmax = 4300  8,6mm la flèche est vérifiée.


500

III.4.4 PLANCHER EN DALLE PLEINE (S-SOL) :


Les dalles pleines sont des pièces minces et planes en béton avec armature
incorporée, cette dalle peut reposer sur deux, trois ou quatre appuis.

Dans notre ouvrage, on a rencontré un seul type de dalle il’ s’agit d’une dalle appuyée sur
quatre cotés.

a)Pré dimensionnement:
Le pré dimensionnement de la dalle se fait selon les trois conditions suivantes :

L L LX
e Pour dalle continue avec : 0,4  1
50 40 LY

L L LX
e Pour dalle continue avec :  0,4
50 30 LY

On a: Lx = 4,60m, ly =5,30m  0,106<e<0, 132 (m)


lX =4,60m
3 Condition d’isolation e> 15 cm
4 Sécurité en matière d’incendie
e = 7cm pour une heure de coupe feu
ly = 5,30m
50
Chapitre III : Etude des planchers

e = 11 cm pour deux heures de coupe feu

-On adopte e = 15cm

lx
= donc  = 0,86
ly

 =0.86  x = 0,0506

y = 0,6864

-La dalle travaille selon deux sens

Mx = x Pu I²x

My = y Mx
Les moments en travée : Mtx = 0,75 Mx
Mty = 0,75 My

Les moments sur appuis :


Ma = Ma (max) => Max = -0,5Mx
May = -0,5MY
- Pu = 11,3 kN/m

 Mx = 11,3. 0,0506. (4,60)²

 Mx = 12,09 kNm

 My = 0,6864. Mx  My = 8,29kN.m

Et les moments sur travée


Mtx = 0, 75 Mx = 0, 75. 12,09 = 9,06kN.m
Mty = 0, 75 My = 0, 75. 8,29 = 6,21 kN.m

51
Chapitre III : Etude des planchers

Les moments sur appuis :


Max = -0,5Mx = - 6,045 kN.m
May = -0,5MY = - 4,145 kNm

b) Le ferraillage :
On a :
b = 100cm; h=15cm; d=13,5cm ; fc28 = 25Mpa , fe = 400Mpa

-Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :

Tableau (III.8) calcul du ferraillages

M Acal (cm²) Armature As espacement


(kN.m) choisie (cm²)

Travée 9,06 1.97 6T8 3,02 16


sens x-x

Travée 6,21 1,34 6T6 1.7 16


sens y-y

Appui 6,045 1,30 6T6 1.7 16

c) Les vérifications :
On doit vérifier :

3 Lx
Asx (min)  0,8% ( ) ; δ= = 0,86
2 Ly

Asx  0,84 donc c’est vérifier

● Vérification de l’espacement :

3h = 45cm ; 33cm pour les charges réparties

St  min

2h = 30cm ; 22cm pour les charges concentrés

C’est vérifié

52
Chapitre III : Etude des planchers

● Vérification de l’effort tranchant :


T u   0,05
u  u f c28  1,25 MPa
bd
Pu * L x * L y
Sens x-x Tx   Tx  18,12kN
2L y  Lx

Pu * L x * L y
Sens y-y Ty   T y  17,32kN
3 * Ly

18,12 * 1000
 umax   0.134MPa =>  
1000 * 135
● vérification des contraintes :

Pour le béton :  b   b  f c28  15 MPa

Tableau (III.9) vérification des contraintes à L’ELS

max
Mser AS [cm2] y [cm] I [cm4] b b observation
[kNm] [MPa] [MPa]

Sens x-x 6,49 3,02 3,07 5892,43 3,38 15 vérifié

Sens y-y 4,45 1.7 2.38 3602.56 2,93 15

appuie 4,33 1.7 2.38 3602.56 2,86 15 vérifié

III.4.5 PLANCHER EN DALLE PLEINE (RDC ET 1ere etage)


Les dalles pleines sont des pièces minces et planes en béton avec armature
incorporée, cette dalle peut reposer sur deux, trois ou quatre appuis.

Dans notre ouvrage, on a rencontré un seul type de dalle il’ s’agit d’une dalle appuyée sur
quatre cotés.

53
Chapitre III : Etude des planchers

a)Pré dimensionnement:
Le pré dimensionnement de la dalle se fait selon les trois conditions suivantes :

L L LX
e Pour dalle continue avec : 0,4  1
50 40 LY

L L LX
e Pour dalle continue avec :  0,4
50 30 LY

lX =4,60m

On a: Lx = 4,60m, ly =5,30m  0,106<e<0, 132 (m)


ly = 5,30m
5 Condition d’isolation e> 15 cm
6 Sécurité en matière d’incendie
e = 7cm pour une heure de coupe feu
e = 11 cm pour deux heures de coupe feu

-On adopte e = 15cm

lx
= donc  = 0,86
ly

 =0.86  x = 0,0506

y = 0,6864

-La dalle travaille selon deux sens

Mx = x Pu I²x

My = y Mx

Les moments en travée : Mtx = 0,75 Mx


Mty = 0,75 My

54
Chapitre III : Etude des planchers

Les moments sur appuis :


Ma = Ma (max) => Max = -0,5Mx
May = -0,5MY
- Pu = 15,04 kN/m

 Mx = 15,04. 0,0506. (4,60)²

 Mx = 16,10 kNm

 My = 0,6864. Mx  My = 11,05kN.m
Et les moments sur travée
Mtx = 0, 75 Mx = 0, 75. 16,10 = 12,07kN.m
Mty = 0, 75 My = 0, 75. 11,05 = 8,28 kN.m

Les moments sur appuis :


Max = -0,5Mx = - 8,05 kN.m
May = -0,5MY = - 5,525 kNm

b) Le ferraillage :
On a :
b = 100cm; h=15cm; d=13,5cm ; fc28 = 25Mpa , fe = 400Mpa
-Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :

Tableau (III.10) calcul du ferraillages

M Acal (cm²) Armature As espacement


(kN.m) choisie (cm²)

Travée 12,07 2,64 6T8 3,02 16


sens x-x

Travée 8,28 1,80 6T8 3,02 16


sens y-y

Appui 8,05 1,75 6T8 3,02 16

55
Chapitre III : Etude des planchers

c) Les vérifications :
On doit vérifier :

3 Lx
Asx (min)  0,8% ( ) ; δ= = 0,86
2 Ly

Asx  0,84 donc c’est vérifier

● Vérification de l’espacement :

3h = 45cm ; 33cm pour les charges réparties

St  min

2h = 30cm ; 22cm pour les charges concentrés

C’est vérifié

● Vérification de l’effort tranchant :


T u   0,05
u  u f c28  1,25 MPa
bd
Pu * L x * L y
Sens x-x Tx   Tx  24,12kN
2L y  Lx

Pu * L x * L y
Sens y-y Ty   T y  23,06kN
3 * Ly

24,12 * 1000
 umax   0.178MPa =>  
1000 * 135

56
Chapitre III : Etude des planchers

Fig III.8 :chima de ferallage de dalle plein

● vérification des contraintes :

Pour le béton :  b   b  f c28  15 MPa

Tableau (III.11) vérification des contraintes à L’ELS

max
Mser AS [cm2] y [cm] I [cm4] b b Observation
[kNm] [MPa] [MPa]

Sens x-x 8,49 3,02 3,07 5892,43 4,42 15 Vérifié

Sens y-y 5,82 3,02 3,07 5892,43 3,03 15

appuie 5,66 3,02 3,07 5892,43 2,94 15 Vérifié

57
CHAPITRE IV :

Calculs des
éléments non
structuraux
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux

IV.1-Etude de l'acrotère
IV.1.1-Définition:
Elle est destinée à l’étanchéité et la protection. L'acrotère est assimilé à une console verticale
encastrée à sa base (poutres de plancher terrasse). Cette dernière est soumise à un effort
normal dû à son poids propre " WP " et à un moment dû à une force horizontale donnée par le
RPA99(article 6.2.3).

Fp  4  A  C p  Wp

Wp
Fp 10 10
cm 2
8

60 cm 60

Avec :
Figure IV-1: Schéma statique et dimensions de l'acrotère.
A  0,10 : Facteur d’accélération sismique obtenu par (tableau 4.1).

C p  0,8 : Facteur de force horizontale. (Tableau 6.1).

W p : Poids de l’élément en considération.

Fp  4  0,10  0,8 1,725  0,552KN .

IV-1.2-Calcul des sollicitations :


a-ELU :
M u  1,5  Fp  L  1,5  0,552  0,6  0,3312KN .m.

Nu  1,35  Wp  1,35  1,725  2,328KN .

b -ELS:
M s  Fp  L  0,552  0,6  0,3312KN .m.

N s  Wp  1,725KN .

58
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
IV .1.3-Calcul du ferraillage :
a-ELU :
M 0,3312
e u   0,14m  14cm .
Nu 2,328

h 0,1
e c   0,02  0,03m  Le centre de pression se trouve à l’extérieur des armatures
2 2
alors la section est partiellement comprimée (SPC) le calcul se fait à la flexion simple avec un
moment fictif :

 h 0,1
M uf  N u   e  d    2,328  (0,14  0,08  )  0,3957 KN .m.
 2 2
100
M uf 0,3957 10 6
   0,0044 A
 b  b  d 2 1000  80 2 14,17 .
10

Section de calcul.
  0,0044  l  0,093  Les armaturescomprimées n’existent pas.

  0,0044    0,0055 0.

 bc 14,17
ASfic    b  d   0,0044 100  8   0,14cm 2 / ml .
s 348

Nu 2,328 1000
AS  Asfic   0,14   0,073cm 2 / ml.
s 348 100

 Condition de non fragilité:


f 2,1
Amin= 0,23  b  d  t 28  0,23 100  8   0,966 cm ² / ml .
fe 400

A=max (As, A min ) = max (0,073 ; 0,966).


 20cm
A  0,966cm 2 / ml Le choi x : 5T 8 / ml e  2,51cm2 / ml.

Les armatures de répartition :


A 2,51
AR  s   0,62cm 2 / ml ; soit  8 , e =20cm.
4 4

b-ELS :

L’acrotère est exposé au intempéries la fissuration est donc préjudiciable.

59
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
-Vérification des contraintes :
1-la contrainte limite du béton :  b  0,6  f c 28  15MPa.

2-la contrainte limite de l’acier :  s  200MPa.

-Centre de gravité :
15 As  b  d  As   15  2,51  100  8  2,51  
y  1    1    1    1 .
b  7,5  As 2   100  7,5  2,512  

y  2,10cm .

-Inertie :

I
b  y3
3

 15 As d  y  
2

100  2,103
3

 15 2,518  2,10 .
2

I  1619,2965cm4 .

M ser 0,3312 10 5


K   K  20,45N / mm3 .
I 1619,2965


 bc  K  y  20,45 10  2,10  0,43MPa   bc  15MPa.
2


 su  15  K  d  y   15  20,45 10  80  21  180,98MPa   s  201,63MPa..
 2

 bc   bc
  Les armatures calculéesà ELU sont maintenues.
 s   s

 Vérification de la contrainte de cisaillement :


Tmax = 1,5  Fp  1,5  552  828N .

Tmax 828
u    0,010MPa .
b  d 1000  80

f c 28
 u = min( 0,15  ;4MPa )  2,5MPa .
b

u u. 
  Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.
Pas de reprise de bétonage.

60
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux

Fig.IV.2 : Schéma de ferraillage de l'acrotère

IV-2: Etude des balcons :

IV-2.1 Définitions:

Le balcon est un élément qui déborde de la structure ; il est considéré comme


console encastrée à l’extrémité dans la poutre de rive.
Le balcon est calculé comme console sollicitée par G, P, Q tel que :

G : Charge permanente (balcon) ;

Q : Surcharge d’exploitation ;

q : Charge concentrée du mur en brique de hauteur 1,20 et d épaisseur (e=15cm).

On a un seul type de balcons dans les différents étages L=1,30m.

61
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
IV-2-2 Descente de charges :

a- Charge permanente :

Tableau IV-1 : charge permanente G de balcon.

CHARGEMENTS Charge (KN/m2)

1 Revêtement en carrelage (2cm) 0,44

2 Mortier de ciment (2cm) 0,40

3 Lit de sable (2cm) 0,36

4 Dalle pleine (15cm) 3,75

5 Enduit en plâtre (2cm) 0,40

∑Gi 5,35

La charge permanente (charge répartie)  G×1m = 5,35×1 = 5,35 KN/ml.

b-Surcharge d’exploitation :

Q=3,5 KN/m² (balcon pour locaux à usage d’habitation)  Q×1m = 3,50×1 =3,50 KN/ml.

Charge du mur p: épaisseur 10cm.

Tableau IV-2 : Charge concentrée F de balcon.

CHARGEMENTS Charge (KN/m2)

1 Enduit extérieur (2cm) 0,36

2 Brique creuses (10cm) 0,90

3 Enduit en plâtre (2cm) 0,36

∑qi 1,62

La charge du mur (force concentrée)  q×h×1ml = 1,62×1,2×1 = 1,944

62
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
IV-2-3 Calcul des sollicitations :

 p  1.35G  1.5Q   (1,35  5,35  1,5  3,5)  1ml



 p  12,47 KN/ml
q  1,944 KN

 pl 2
M max  ql 
2
  M max  13,06 KN . m
M  1,944 1,30  12, 473  (1,30) 2

 max 2

12,47KN/ml 1,944 KN

1, 30m

 Calcul de ferraillage :

M max 13,06  10 3
  
b.d 2 . f bu 1  0,135  14,20
2

  u  0,050   l  0,392  AS  0


  1,25 1  1  2     0,064

z  d (1  0,4 )  z  0,131

M max 13,06  10 3 
p     10
4
  p  2,864 cm 2
z. s  0,131  348 

Condition de non fragilité :

Amin= 0,23b.d.ft28/fe= 0,23.100.13,5.2,1/400 = 1,63 cm2.

 p  2.864 cm 2 > Amin = 1,63 cm . CV


2

63
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
Le choix d’armature :

On adopte: 5T12 = 5,66 cm².

 Armature de répartition :
p 5,66
 rep    rep 
4 4

  rep  1,415 cm 2

2
 rep  1,415 cm 2 < Amin = 1,63 cm . on prend :  rep  1,63 cm 2

Le choix d’armature :

On adopte: 5T10 = 3,93 cm².

VI-2-4 Vérification de la contrainte de cisaillement :

Tmax=PL+ q=12 ,473 x1,30+1,944

Tmax= 18,15 KN.

Tmax 18,15  10 3
 max    max 
b.d 1  0,135

  max  0,134MPa

 0,2 f c 28 
;5MPa  = min 3,33MPa ; 5MPa 

  min 
 b 

   3,33 MPa

Donc :  max  0,134 MPa <   3,33 MPa  C.V

VI-2-5 Vérification de la flèche :

5.Pser .L4
f 
384.E V .I

64
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
 L 125
f   f = 0,52 cm
250 250

Evj  37003 f c28  37003 25

 Evj  10818,87 MPa

A- Centre de graviter :

i i 100  15  7,5  15  13,5  5,66


G  
Ai 100  15  15  5,66
V1 A
15
13,5
Donc : V1  7,82 cm  V2  7,18 cm d’
V2
100

 s  5T12  5,66 cm 2

B- Moment de l’inertie :

bV13 bV23
I   15 s d  V1 
2

3 3

100  7,82 100  7,18


3 3
I   15  5,66.13,5  7,82
2

3 3

 I  31017,68 cm 4

 Ps  G  Q   (5,35  3,5  1,62)  1ml





 Ps  10,47 KN/m


65
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
5  10,47  1,30  10 7
4
5. Pser . L4
F 
384. E V . I 384  10818,87  31017,68

 F  0,011 cm

F  0,011 cm  F  0,56 cm C.V

IV-2-6 Le contre poids :

1 Calcul longueur de contre poids :

A- Poids du balcon :
ep = 15cm

G1  L  e1   b  1ml

G1  1,30  0,15  1  25  G1  4,87 KN

B- Poids de contre balancement :


ep = 20cm

G2  e2   X    b  1ml  G2  0,20   X   25  1  G2  5 X

G2  60%  G1

2,92
 0,60  4,87  5 X  X  X  0,58m
5

C- Schéma de ferraillage :

5T10 5T12

5cm

15cm
5T10

1,30m 0,58m

Figure IV-3 : schéma de ferraillage du balcon.

66
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux

IV.3.Etude des escaliers


IV.3.1 Définition :
Les escaliers constituent le moyen le plus couramment employé dans la circulation verticale.
Ils sont disponibles, soit à titre de circulation principale, soit à titre de circulation de service
ou de secours. Il permet de changer les niveaux avec un minimum des efforts et un maximum
de sécurité.

Dans notre structure, nous avons un escalier à paillasse simple. Cet escalier est constitué de
deux volée et un palier de repos.

IV.3.2 Description :
L’escalier se compose généralement d’un certain nombre de marches qui définit la hauteur
d’étage .Elles peuvent être porteuses ou portée sur une paillasse.

 La paillasse :
Est une dalle en béton armé dont la pente correspond à celle de l’escalier. Elle repose
sur des appuis corçus a’ cet effet.

 Palier de repos :
On peut toujours équiper un escalier avec une petite dalle dite palierde repos. Elle
permet aux utilisateurs de se reposer.

 L’emmarchement :
la longueur d’une marche.
 Le giron :
g: la largeur d’une marche.
h : la hauteur d’une marche.

 Garde-corps
a pour rôle d’éviter les risques de chut.

67
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux

Giron

Contre marche Marche

Emmarchement
Paillasse

Figure IV-4 : Schéma d’un escalier.


.

IV.3.3 PREDIMENSIONEMENT DES ESCALIERS

 Les marches et les contre marches des étages sont obtenu à partir de la formule de
BLONDEL 59 ≤ g+2h≤ 66
-hauteur de la marche : h =17 cm

-largeur de la marche g = 30 cm

H
L  e L
20 ; L  sin
 Epaisseur de la paillasse : 2
30
Remarque :

On prend la même épaisseur pour la palliasse et le palier de repos

IV.3.4 EVALUATION DES CHARGES

Remarque
On distingue deux types d’escaliers

Escalier (1) :comporte deux paliers de repos,c’est Pour les étages ayant la hauteur

H =4,08m.

Escalier (2) :comporte un seul paliers de repos ,c’est Pour les étages ayant la hauteur

H =3,06m.

68
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux

1.4m

1.19 1.8m 4.6m

1.4m
1,4 1,8 1,4

Escalier (1)
3.6m

1.4m

1,53 1.8m 4.6m

1.4m
2,4 1,2

Escalier (2)
3.6m

ELU
q1u1.35*G1.5*Q1

qu1 1.35*G2 1.5*Q

ELS
q1s G1 Q

q2 s G2 Q

IV.3.5.Descentes des charges :


a- La paillasse :

 Charge permanente (G) :


 Revêtement horizontal. 1,04 KN /m².
 Revêtement vertical 0,58 KN /m².
e
 Poids propre de la paillasse (25  ) 4,49 KN /m².
cos 

69
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
 Enduit en ciment (1,5cm) 0,27 KN /m².
 Poids propre des marches (22  h/2) 1,87 KN /m².

b- Le palier :

-Charge permanente (G) :


 Carrelage+ sable + mortier de pose 1,04 KN /m².
 Poids propre du palier 3,75KN /m².
 Enduit en ciment (ep=1.5cm) 0,27 KN /m².
G=5,06 KN /m².

-Surcharge d’exploitation (P) :


Q  2,5KN / m.2

Tableau (IV.3) tableau de pré dimensionnement

Prédimensionnement Evaluation des charges Les résultas

H h g L e G Q
Escalier N ° q1u q2u q1s q2s
(m) (m) (m) (m) cm kN/m 2 kN/m2

N° 01 4,08 0.17 0.3 07 2,15 15 33,42 5.06 8.25 2.5 14.88 10.58 10.75 7.56

N° 02 3,06 0.17 0.3 09 2,84 15 32,21 5.06 8.19 2.5 14.80 10.58 10.69 7.56

 Vérification de condition pour la charge de calcul de type N°1 :


1-ELU :

q 14.88  10.58
  0,40  0,15 . q1
q min 10.58
q2 q2
2- ELS :

q 10.75  7.56
  0,42  0,15 . 1,4 1,8 1,4
q min 7.56

 Le calcul se fait par le schéma.

70
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
IV-3.6 Evaluation des moments :

Calcul à ELU :La charge équivalente :

4.6m.

q eq 
10.58  1.4  14.88  1,8  10.58  1.4  12.26KN . / ml.
1.4  1.8  1.4

 Moments fléchissant:Schéma de la charge équivalente


q eq  L2 12.26  4,6 2
M0    32.42 KN .m . 16.21 16.21
8 8

M t  0,85M 0  27.55KN .m (Moment en travée).


27.55
M a  0,5M 0  16.21KN .m (Moment en appui)
28.19
 Les efforts tranchants:

q  L 12.26  4,6
T   28.19 KN .
2 2

Calcul à ELS : 28.19


 La charge équivalente :

q eq 
7.56  1.4  10.75  1,8  7.56  1.4  8.80KN . / ml.
1.4  1.8  1,4
11.63 11.63

4.4

19.77
 Les moments fléchissant :
q eq  L2 9,54  4,6 2
M0    23.27 KN .m
8 8

M t  0,85M 0  19.77 KN .m (Moment en travée).

M a  0,5M 0  11.63KN .m (Moment en appui).

IV.3.7.Calcul du ferraillage :

Le calcul se fait pour une bande d’épaisseur de 15cm et 1m de largeur.

71
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
a-ELU :

En travée :

M t  27.55KN .m.

Mt 27.55  10 6
   0,106 .
b b d2 14,17  1000  135 2

   l  A' N’existepas.


  1,25 1  1  2     0,140

z  d (1  0,4 )  z  0,127

M max  27.55  10 3 
p     10
4
  p  6.23 cm 2
z. s  0,127  348 

Condition de non fragilité :

Amin= 0,23b.d.ft28/fe= 0,23.100.13,5.2,1/400 = 1,63 cm2.


2
 p  6.23 cm 2 > Amin = 1,63 cm . CV

Le choix d’armature :

On adopte: 7T12 = 7.92 cm². esp 15cm


 Armature de répartition :
p 7.92
 rep    rep 
4 4

  rep  1.98 cm 2

Le choix d’armature :

On adopte: 4T10 = 3,14 cm². esp 25cm

En appuis :

M a  16.21KN .m.

72
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
Ma 16.21  10 6
   0,062
b b d 2 14,17  1000  135 2

   l  A' N’existepas


  1,25 1  1  2     0,080

z  d (1  0,4 )  z  0,130

M max 16.21  10 3 
p     10
4
  p  3.58 cm 2
z. s  0,130  348 

Condition de non fragilité :

Amin= 0,23b.d.ft28/fe= 0,23.100.13,5.2,1/400 = 1,63 cm2.


2
 p  3.58 cm 2 > Amin = 1,63 cm . CV

Le choix d’armature :

On adopte: 5T12 = 5.65 cm². esp 20cm


 Armature de répartition :
p 5.65
 rep    rep 
4 4

  rep  1.41 cm 2

Le choix d’armature :

On adopte: 4T10 = 3,14 cm². esp 25cm

b- ELS :
En travée :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à
effectuer concernant  s .

- section rectangulaire.

 1 f c 28
- fissuration peu nuisible.   
2 100

- flexion simple.

- Acier feE 400 . .

73
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
M tu 27.55 1,39  1 25
 s
   = 1,39 ; α = 0,140    0,445   b   b .
M t 19.77 2 100

 Les armatures calculées à ELU sont maintenues.

En appuis :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à effectuer
concernant  s .

- section rectangulaire.

 1 f c 28
- fissuration peu nuisible.   
2 100

- flexion simple.

- Acier FE 400. .

M au 16.21 1,39  1 25
 s
   = 1,39;α = 0,080    0,445   b   b .
M a 11.63 2 100

 Les armatures calculées à ELU sont maintenues.

IV.3.8-Vérification de la contrainte de cisaillement :


T max 28.19  10 3
u    0,2088Mpa .
bd 1000  135

 
 u = min 0,2 c 28 ;5Mpa  3,33;5Mpa .
f
 b 

 =3,33Mpa.

u  u. 
  Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.
Pas de reprise de bétonage 

74
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
 Vérification de condition pour la charge de calcul de type N°2 :
1-ELU :

q 14.80  10.58
  0,39  0,15 . q1
q min 10.58 q2

2- ELS :

q 10.69  7.56
  0,41  0,15 . 2,4 1.2
q min 7.56

 Le calcul se fait par le schéma.

IV-3.9 Evaluation des moments :

Calcul à ELU :La charge équivalente :


q eq 
14.80  2.4  10.58  1,2  13.39KN . / ml.
2.4  1.2
3.6m.
 Moments fléchissant:Schéma de la charge équivalente
q eq  L2 13.39  3.6 2
M0    21.69 KN .m . 10.84 10.84
8 8

M t  0,85M 0  18.43KN .m (Moment en travée).


18.43
M a  0,5M 0  10.84KN .m (Moment en appui)
24.10
 Les efforts tranchants:
q  L 13.39  3.6
T   24.10 KN .
2 2

Calcul à ELS : 24.10


 La charge équivalente :

q eq 
10.69  2.4  7.56  1,2  9.64KN . / ml.
2.4  1.2
7.80 7.80

4.4
13.26
 Les moments fléchissant :
q eq  L2 9,64  3.6 2
M0    15.61KN .m
8 8

M t  0,85M 0  13.26KN .m (Moment en travée).

75
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
M a  0,5M 0  7.80KN .m (Moment en appui).

IV.3.10.Calcul du ferraillage :

Le calcul se fait pour une bande d’épaisseur de 15cm et 1m de largeur.

a-ELU :

En travée :

M t  18.43KN .m.

Mt 18.43  10 6
   0,071.
b b d2 14,17  1000  135 2

   l  A' N’existepas.


  1,25 1  1  2     0,092

z  d (1  0,4 )  z  0,130

M max 18.43  10 3 
p     10
4
  p  4.07cm 2
z. s  0,130  348 

Condition de non fragilité :

Amin= 0,23b.d.ft28/fe= 0,23.100.13,5.2,1/400 = 1,63 cm2.

 p  4.07 cm 2 > Amin = 1,63 cm . CV


2

Le choix d’armature :

On adopte: 5T12 = 5.65 cm². esp 20cm


 Armature de répartition :
p 5.65
 rep    rep 
4 4

  rep  1.41 cm 2

76
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
Le choix d’armature :

On adopte: 4T10 = 3,14 cm². esp 25cm

En appuis :

M a  16.21KN .m.

Ma 10.84  10 6
   0,041
b b d2 14,17  1000  135 2

   l  A' N’existepas


  1,25 1  1  2     0,052

z  d (1  0,4 )  z  0,132

M max 10.84  10 3 
p     10
4
  p  2.35 cm 2
z. s  0,132  348 

Condition de non fragilité :

Amin= 0,23b.d.ft28/fe= 0,23.100.13,5.2,1/400 = 1,63 cm2.

 p  2.35 cm 2 > Amin = 1,63 cm . CV


2

Le choix d’armature :

On adopte: 5T12 = 5.65 cm². esp 20cm


 Armature de répartition :
p 5.65
 rep    rep 
4 4

  rep  1.41 cm 2

Le choix d’armature :

On adopte: 4T10 = 3,14 cm². esp 25cm

77
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
c- ELS :
En travée :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à
effectuer concernant  s .

- section rectangulaire.

 1 f c 28
- fissuration peu nuisible.   
2 100

- flexion simple.

- Acier feE 400 . .

M tu 18.43 1,38  1 25
 s
   = 1,38 ; α = 0,092    0,44   b   b .
M t 13.26 2 100

 Les armatures calculées à ELU sont maintenues.

En appuis :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à effectuer
concernant  s .

- section rectangulaire.

 1 f c 28
- fissuration peu nuisible.   
2 100

- flexion simple.

- Acier FE 400. .

M au 10.84 1,38  1 25
 s
   = 1,38;α = 0,052    0,44   b   b .
M a 7.80 2 100

 Les armatures calculées à ELU sont maintenues.

IV.3.11-Vérification de la contrainte de cisaillement :


T max 24.10  10 3
u    0,178Mpa .
bd 1000  135

 
 u = min 0,2 c 28 ;5Mpa  3,33;5Mpa .
f
 b 

78
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
 =3,33Mpa.

u  u. 
  Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.
Pas de reprise de bétonage 

Figure IV.6. Schéma de ferraillage de l’escalier type 1

Figure IV.7. Schéma de ferraillage de l’escalier type 2

IV.3.12-Ferraillage de la poutre palière :


L 2,6
h   0,368m  36.8cm  P (40X45) q
12,5 12,5

qt  q (Poids propre) + R (paillasse).


4.6m.

79
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
q tu  1,35  0,4  0,45  25  28.19  34.26 KN / ml.
q ts  0,4  0,45  25  19,56  24.06 KN / ml.

 Les sollicitations : 45.30 45.30


1-ELU :

q eq  L2 34.26  4.6 2
Mu    90.61KN .m .
8 8 77.01
78.79
Mt=0.85Mu=77.01KN.m

Ma=0.5Mu=45.30KN.m

 Les efforts tranchants :


q  L 34.26  4.6
T   78.79 KN . 78.79
2 2

2-ELS :

q eq  L2 24.06  4.6 2
Mu    63.63KN .m .
8 8
31.81 31.81
Mt=0.85Mu=54.08KN.m

Ma=0.5Mu=31.81KN.m

54.08
 Les efforts tranchants : 55.33
q  L 24.06  4.6
T   55.33KN .
2 2

 Le ferraillage : 55.33
1-ELU :

En travée :

M t  77.01KN .m. ; d =40,5cm.

  0,082    0,107  z  0,38  Acal  5.82cm 2 .

Amin  1,63cm 2 .

As  max  Acal ; Amin   5.82cm 2 Le choix :3T16.

En appuis M a  45.30KN .m. ; d = 40.5cm.

80
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
  0,048    0,061  z  0,39  Acal  3.33cm 2 .

Amin  1,63cm 2 .

As  max  Acal ; Amin   3.33cm 2 Le choix :3T16.

2-ELS :

En travée :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification

à effectuer concernant  s .

- section rectangulaire.

 1 f c 28
- fissuration peu nuisible.   
2 100

- flexion simple.

- Acier FE 400. .

M tu 77.01 1,38  1 25
 s
   = 1,42 ; α = 0,107    0,46   b   b .
M t 54.08 2 100

 Les armatures calculées à ELU sont maintenues.

En appuis :

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à effectuer
concernant  s .

- section rectangulaire.

 1 f c 28
- fissuration peu nuisible.   
2 100

- flexion simple.

- Acier FE 400. .

M au 45.30 1,38  1 25
 s
   = 1,42 ; α = 0,061    0,46   b   b .
M a 31.81 2 100

 Les armatures calculées à ELU sont maintenues.

81
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
 Vérification la contrainte de cisaillement :
Tu 78.79  1000
u    0,43MPa.
bd 400  450

 =3,33Mpa (fissuration peu nuisible).

 u   u  Les armatures transversales sont perpendiculaires à la ligne moyenne.

 Diamètre des armatures transversales :


h b 450 400
t  min( ;l ; 0 ).  t  min( ;14; )  (12.85 ; 14 ; 40)mm.
35 10 35 10

t  8 mm .Le choix : 4 8 At  2 cm 2 .

 Calcul de l'espacement des armatures transversales :

Soit  t : l’espacement entre les armatures transversales.

0,9  2  235
-  t1   45.97cm.
40  1,15  0,43  0,3  2,1

-  t 2  min( 0,9.d ;40cm)  min (36.45 ; 40cm)=36.45cm.

2  235
-  t3   29.37cm .
0,4  40

 t  min( t1 ;  t 2 ;  t 3 )   t  15cm .

FigIV.8 : Ferraillage de la poutre paliiére

82
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
IV.4.VERIFICATION DE LA FLECHE

Si les trois (03) conditions suivantes sont vérifiées simultanément, il n’est pas nécessaire de
faire la vérification de la flèche.

h 1 45
   0,0978  0,0625 …………….. vérifiés
L 16 460

As 4,2 3,39
   0,0209 < 0,0105 ………….... vérifiée
bd f e 40  40,5

h  1  M t   0 ,0978  0,0849………………… vérifiée


L 10  M0 

IV.5.L’ascenseur
IV.5.1.Généralités sur les ascenseurs :

L’ascenseur est un appareil élévateur installé à demeure , desservant des niveaux définis
,comportant une cabine dont les dimensions et la constitution permettent manifestement
l’accès des personnes, se déplaçant au moins partiellement le long de guides verticaux dont
l’inclinaison par rapport à la verticale est inférieure à 15° .

On distingue les classes suivantes :

Classe I : ascenseurs destinés au transport des personnes .

Classe II :ascenseurs destinés principalement au transport des personnes et , accessoirement ,


des charge .ils différent des ascenseurs des classes I et III essentiellement par l’aménagement
intérieur de la cabine.

Classe III : ascenseurs destinés au transport des lits .

Classe IV :Ascenseurs destinés principalement au transport des charges qui sont généralement
accompagnées par des personnes .

83
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux

IV.5.2.DESCRIPTION DE L’ASCENSEUR :

Cabine :

Organe de l’ascenseur destiné à recevoir les personnes et les charges à transporter .

Gaine :

Volume dans lequel se déplacent la cabine , le contrepoids et le vérin hydraulique . ce volume


est matériellement délimité par le fond de la cuvette , les parois et le plafond.

Palier :

Aire d’accès à la cabine à chaque niveau de service .

Cuvette :

Partie de la gaine située en contre –bas du niveau d’arrêt inférieur desservi par la cabine .

Local des machines :

Local ou se trouvent la machine et son appareillage .

IV.5.3.CARACTERISRIQUES DES ASCENSEURS :


Charges nominales :

En kilogrammes : 320-400-630-800-1000-1250-1600-2000-2500.

Vitesses nominales :

En mètres par seconde : 0.4 -0.63-1-1.6-2.5(0.4 n’est applicable qu’aux ascenseurs


hydrauliques ; 1.6 et 2.5 ne sont applicables qu’aux ascenseurs électriques ).

84
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
CHOIX DE L’ASCENSEUR /

Un type de bâtiment quelconque peut recevoir des ascenseurs de classes différentes .

La figure suivante montre :

- Cabines pour les ascenseurs des classes I et II dimensions en millimètres .


- La classe I ascenseurs pour bâtiments a usage d’habitation .

Nombre de passagers :
Le nombre de passagers est le plus petit des nombres obtenus par la formule :

𝑐𝑕𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒
𝑛=
75
IV.5.4.ETUDE DE L’ASCENSEUR :
Généralement tout ascenseur est composé de ces trois composantes essentielles :
Le treuil de levage et sa poulie .
La cabine ou la benne .
Le contre poids .
La cabine et le contre poids sont aux extrémités du câble d’acier qui porte dans les gorges de
la poulie du treuil de levage et sa poulie .
La cabine ou la benne .
Le contre poids .
La cabine et le contre poids sont au extrémités du câble d’acier qui porte dans les gorges de
la poulie du treuil soit :
𝑝𝑚 : le poids de la cabine ,étrier , accessoires , câbles ,(poids mort ).
𝑄 : la charge en cabine.
𝑄
𝑝𝑝 : le poids du contre poids telle que : 𝑝𝑝 = 𝑝𝑚 +
2
Pour notre projet on a un ascenseur de la classe I , de type 630 de vitesse 1.60m/s.
Type 630, ascenseur de charge nominale 630 kg comportant une cabine de dimensions
moyennes permettant le transport des fauteuils roulants « normaux « pour handicapés , des
voiture d’enfants et des sapeur-pompiers (NEP 91-201) avec une surface utile maximale de
la cabine de 1.6 𝑚2 (NEP-82-201). Telle que ses dimensions selon (NEP-82-208) sont :
-largeur : 1.1 m
-profondeur : 1.4 m
-hauteur :2.2 m

85
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
IV.5.5.CALCUL DES POIDS :

-détermination de l’épaisseur de la dalle supportant l’ascenseur :

𝑙𝑥 𝑙𝑥 160 160
≤ 𝑕0 ≤ ⇒ ≤ 𝑕0 ≤
45 40 45 40
⇒ 3,55 ≤ 𝑕0 ≤ 4 𝑐𝑚

On adopte selon le RPA : 𝑕0 = 15 𝑐𝑚

La surface des parois :

s=(2×1,4+1,1)2,2=8,58 𝑚2

Poids des parois :

𝑀1 = 11,5 × 8,58 × 1,1 = 108,538 𝑘𝑔

Poids du plancher :

𝑆 = 1,4 × 1,1 = 1,54𝑚2 ; 𝑀2 = 110 × 1,54 = 169,4 𝑘𝑔

Poids du toit :

𝑆 = 1,4 × 1,1 = 1,54𝑚2 ; 𝑀 3 = 20 × 1,54 = 30,8 𝑘𝑔

Poids de l’arcade : 𝑀4 = 60 + (120 × 1,1) = 192 𝑘𝑔

Poids de parachute 𝑀5 = 40 𝑘𝑔

Poids des accessoires 𝑀6 = 80 𝑘𝑔

Poids des poulies de mouflage 𝑀7 = 2 × 30 = 60𝑘𝑔

Poids de la porte de cabine : 𝑀8 = 80 + 25 × 0,6 × 2,2 = 124 𝑘𝑔

𝑖=8
Le poids mort total est : 𝑝 = 𝑖=1 𝑝𝑖 = 804,74 𝑘𝑔

Le poids des câbles : d’après (NEP-82-210) la valeur minimale du coefficient de sécurité du


câble 𝐶𝑠 dans le cas de treuil adhérence avec 03 câble sou plus est fixée à 12 et impose un

86
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
𝐷
rapport (D : diamètre de poulie et d : diamètre du câble ) d’où moins de 40 , qu’elle que
𝑑
soit le nombre des torons .
𝐷
Prenons 𝑑 = 45 𝑒𝑡 𝐷 = 500 𝑚𝑚 ⇒ 𝑑 = 11,2 𝑚𝑚

On a 𝐶𝑝 = 𝐶𝑠 𝑀

𝐶𝑟 : 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑠é𝑐𝑢𝑟𝑖𝑡é 𝑑𝑢 𝑐â𝑏𝑙𝑒 .

𝐶𝑠 = 𝑞𝑢𝑜𝑡𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑕𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑟𝑢𝑝𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑛𝑎𝑝𝑝𝑒 𝑑𝑢 𝑐â𝑏𝑙𝑒

M : charge statique nominale portée par la nappe .

𝑀 = 𝑄 + 𝑃 + 𝑀𝑔 avec 𝑀𝑔 :poids du câble .

Négligeons pour le moment 𝑀𝑔 devant (Q+P)( 𝑀𝑔 < (𝑄 + 𝑃))

⇒ 𝐶𝑟 = 𝐶𝑠 𝑀 = 𝐶𝑠 𝑄 + 𝐺 =12(630+804,74)=17246,9 kg

C’est la charge de rupture effective elle doit être devisée par le coefficient de câblage qu’est
17216 ,9
de 0,85 ⇒ 𝐶𝑟 = = 20255 𝑘𝑔
0,85

La charge de rupture pour « n » câble est : 𝐶𝑟 = 𝐶𝑟(1𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒 ) × 𝑚 × 𝑛

m :nombre des câbles

n :type de mouflage (2brins,3 brins…)

pour un câble de d=1,1mm et 2 on à : 𝐶𝑟 = 6323 𝑘𝑔

𝐶𝑟 20255,2
𝑛= = = 1,6 𝑠𝑜𝑖𝑡 02 𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒𝑠 .
𝐶𝑟 1𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒 × 𝑚 6323 × 2

Poids des câbles est 𝑀𝑔 = 𝑚 × 𝑛 × 𝑙

m :masse linéaire du câble m=0,396

l :longueur du câble l=36.78m

n :nombre des câbles :n=2

𝑀𝑔 = 𝑚 × 𝑛 × 𝑙 = 0,392 × 2 × 36.78 = 28.83 𝑘𝑔

Verification de 𝐶𝑟 → 𝐶𝑟 = 6323 × 2,2 × 0,85 = 21498,2 𝑘𝑔


21498,2
D’où : 𝐶𝑟 = = 14,68 > 12 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
630+804,74+28.83

𝑄 630
-le contre poids : 𝑃𝑝 = 𝑃𝑚 + 2 = 804,74 + = 1119,74 𝑘𝑔
2

87
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
-poids de (treuil+le moteur)𝑀10 = 1200 𝑘𝑔

- la charge permanente totale : G=804,74+1200+28.83=2033,57 kg

-la charge totale ultime : 𝑞𝑢 = 1,35𝐺 + 1.5𝑄 = 3690,31 𝑘𝑔

IV.5.6.Vérification de la dalle au poinçonnement :

-selon le BAEL la condition de non poinçonnement à vérifier est :


𝑓𝑐28
𝑞𝑢 ≤ 0,045𝑢𝑐 . 𝑕0 . 𝛾𝑏
45°
h/2
Avec :
h/2
𝑞𝑢 = 𝑐𝑕𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙 à 𝑙 ′ 𝐸. 𝐿. 𝑈
7,5
𝑕0 : 𝐸𝑝𝑎𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 . 7,5 10

figure IV.9 : dimension de la dalle

𝑢𝑐 : 𝑝é𝑟𝑖𝑚é𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑜𝑢𝑟 𝑎𝑢 𝑛𝑖𝑣𝑒𝑎𝑢 𝑑𝑢 𝑓𝑒𝑢𝑖𝑙𝑙𝑒 𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛 .

La charge concentrée 𝑞0 est appliquée sur un carré de (10×10)𝑐𝑚2

Matériaux : 𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑝𝑎

Géométrie :

a=10cm

𝑕0 = 15 𝑐𝑚

𝑢𝑐 = 2 𝑈 + 𝑉

𝑈 = 𝑎 + 𝑕0 = 10 + 15 = 25 𝑐𝑚

𝑉 = 𝑏 + 𝑕0 = 10 + 15 = 25 𝑐𝑚

𝑢𝑐 = 2 25 + 25 = 100𝑐𝑚

𝑓𝑐28 25 × 10
⇒ 0,045. 𝑢𝑐 . 𝑕0. = 0,045 × 100 × 15 × = 11250 𝑘𝑔 > 𝑞0 = 922.58𝑘𝑔
𝛾𝑏 1,5

Donc il n’ya pas de risque de poinçonnement à la dalle .

88
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
IV.5.7.Evaluation des moments dus aux charges concentrées :

On admet que la force concentrée appliquée a une dalle agit uniformément sur une aire
(s=u.v) situe à la mi-hauteur de celle –ci .

Pour calculer le moment au centre de la dalle on utilise les abaques de PIGEAUD qui nous
donne 𝑀1 , 𝑀2

Lx

V=0,26

V=0,20 Ly

V=0 ,26

U=0,26 U=0,20 U=0,26


5
La force concentrée est 𝑞0 = 922,58 𝑘𝑔

1)effet de rectangle (1) :


𝑈1 1.16
= = 0.39
𝐿𝑥 1.8

𝑉1 1.26
= = 0.35
𝐿𝑦 2

2) effet de rectangle (2) :

𝑈2 0.64
= = 0.39
𝐿𝑥 1.8

𝑉2 1.26
= = 0.1
𝐿𝑦 2

89
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
3) effet de rectangle (3) :

𝑈3 1.16
= = 0.11
𝐿𝑥 1.8

𝑉4 0.74
= = 0.35
𝐿𝑦 2

4) effet de rectangle (4) :

𝑈4 0.64
= = 0.11
𝐿𝑥 1.8

𝑉4 0.74
= = 0.1
𝐿𝑦 2

Les moment suivant les deux directions :

𝑀𝑥 = 𝑝 𝑀1 + 𝑀2 (v=0 à l’ELU)

𝑀𝑦 = 𝑝 𝑀2 + 𝑣. 𝑀1

𝑀𝑥 = 𝑃𝑀1
⇒ 𝑀 = 𝑃𝑀
𝑦 2

𝑞𝑢 922.58
𝑃 = 𝑃’. 𝑆 𝑒𝑡 𝑃′ = = = 14821.28 𝑑𝑎𝑁 ∕ 𝑚2
𝑈. 𝑉 0.25 × 0.25

Les résultats sons au tableau suivant :

Tableau IV-4 résultats des chargements

Etat de 𝑈 𝑉 𝑀1 𝑀2 Surface P’(kn) P(KN) 𝑀𝑥 𝑀𝑌


chargement 𝐿𝑥 𝐿𝑥
𝑚2 KN.M KN.M

1 0.36 0.35 0.12 0.104 1.46 148.12 72.35 8.783 7.549

2 0.39 0.10 0.13 0.136 0.80 148.12 20.738 2.696 2.82

3 0.11 0.35 0.18 0.141 0.85 148.12 20.738 3.919 2.924

4 0.11 0.10 0.23 0.208 0.47 148.12 5.92 1.392 1.232

90
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
 Les moments des aux charge concentrées :
Mxt 1 = Mx1 − Mx2 − Mx3 + Mx4 = 3.56KN. m

Myt 1 = My1 − My2 − My3 + Mx4 = 3.037 KN. m

 Moment des aux charges reparties (poids propre ) :


Chargement :

Poids propre : 0,15 × 25 × 1 = 3,74𝐾𝑁 ∕ 𝑚

Charge d’exploitation : 𝑄 = 1 𝐾𝑁 ∕ 𝑚

Charge ultime : 1,35𝐺 + 1,5𝑄 = 6,563 𝐾𝑁/𝑚

 Sollicitation :
𝑙𝑥 1.80
𝛼= = = 0,90 > 0,4 ⇒ 𝑙𝑎 𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑟𝑡𝑒 𝑠𝑒𝑙𝑜𝑛 𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑢𝑥 𝑑𝑖𝑟𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛
𝑙𝑦 2

𝑀𝑥2 = 𝜇𝑥 𝑞𝑙𝑥2 ; 𝑀𝑦2 = 𝜇𝑦 𝑀𝑥2

𝜇𝑥 = 0,0456
𝛼 = 0,86 ⇒ 𝜇 = 0,7834
𝑦

𝑀𝑥2 = 0,82 𝐾𝑁. 𝑚

𝑀𝑦2 = 0,58𝐾𝑁. 𝑚

 Les moment appliqués à la dalle :


𝑀𝑜𝑥 = 𝑀𝑥𝑡1 + 𝑀𝑥𝑡2 = 3,56 + 0,82 = 4,38 𝐾𝑁. 𝑚

𝑀𝑜𝑦 = 𝑀𝑦𝑡 1 + 𝑀𝑦𝑡 2 = 3,037 + 0,58 = 3,61𝐾𝑁. 𝑚

 Moment retenus :
Sens (x) :

En travée : 𝑀𝑡 = 0,75 𝑀𝑜𝑥 = 3,28 𝑘𝑛. 𝑚

En appuis : 𝑀𝑎 = 0,5 𝑀𝑜𝑥 = 2,13 𝑘𝑛. 𝑚

91
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
Sens (y) :

En travée : 𝑀𝑡 = 0,75 𝑀𝑜𝑦 = 2,70 𝑘𝑛. 𝑚

En appuis : 𝑀𝑡 = 0,5 𝑀𝑜𝑦 = 1,80 𝑘𝑛. 𝑚

Ferraillage : le ferraillage se fait sur une bande de « 1m » de largeur et on prend le moment en


travée le sens « x » comme exemple de calcul :

Tableau IV.5. Détermination de la section théorique des aciers tendus

Données

Géométrie Largeur de la poutre b= 1.00 m

Hauteur de la section h= 0.15 m

Hauteur utile des aciers tendus d= 0.135 m

Hauteur utile des aciers comprimés c= 0.015 m

Matériau Contrainte de l’acier utilisé 𝑓𝑒 400 Mpa

Contrainte du béton a 28 j 𝑓𝑐28 25 Mpa

Conditions de fissurations Peu préjudiciable

 Sens X-X :
E.L.U

En travée :

Mt=3,28 KN.m d=13,5 cm


−3
𝑀𝑢 3,28. 10
𝜇= = = 0,012
𝑏. 𝑑 . 𝑓𝑏𝑢 1. (0,135)2 . 14,17
2

𝜀𝑏𝑐 3,5
𝜇𝑙 = 0,8𝛼𝑙 1 − 0,4𝛼𝑙 = 0,392 ; 𝛼𝑙 = = = 0,67 𝑜 𝑜𝑜
𝜀𝑏𝑐 + 𝜀𝑙 3,5 + 1,74
𝑓𝑒
𝜀𝑙 = = 1,74 𝑜 𝑜𝑜
𝜎𝑠 . 𝐸𝑠

𝜇 = 0,012 < 𝜇𝑙 = 0,392 𝑝𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑚é𝑒


A ‘=0.

92
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
 Calcul des paramètres caractéristiques de la section
Coefficient de la fibre neutre :

∝= 𝟏, 𝟐𝟓(𝟏 − 𝟏 − 𝟐𝝁 ⇒∝= 𝟎, 𝟎𝟏𝟓

𝒛 = 𝒅 𝟏 − 𝟎, 𝟒 ×∝

𝒛 = 𝟎, 𝟎𝟖 𝟏 − 𝟎, 𝟒 × 𝟎, 𝟎𝟏𝟓 = 𝟎, 𝟎𝟕𝟗𝒎

𝑴𝒕
𝑨 =
𝒛. 𝝈𝒔

𝟑, 𝟐𝟖. 𝟏𝟎−𝟑
𝑨 = × 𝟏𝟎𝟒 = 𝟏, 𝟏𝟗𝒄𝒎𝟐 ∕ 𝒎𝒍
𝟎, 𝟎𝟕𝟗 × 𝟑𝟒𝟕, 𝟖𝟐

 conditions de non fragilité :


f t 28 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23.100.13,5.  1,63cm 2 / ml
fe 400

𝐴𝑚𝑖𝑛 = max 𝐴𝑐𝑎𝑙 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 1,63cm2 ∕ ml

Donc on adopte 3T10=2,36 cm2 ∕ ml

 En appuis :
Ma=2,19 KN.m d=13,5 cm
−3
𝑀𝑢 2,19. 10
𝜇= = = 0,0081
𝑏. 𝑑 2 . 𝑓𝑏𝑢 1. (0,135)2 . 14,17

𝜀𝑏𝑐 3,5
𝜇𝑙 = 0,8𝛼𝑙 1 − 0,4𝛼𝑙 = 0,392 ; 𝛼𝑙 = =
𝜀𝑏𝑐 + 𝜀𝑙 3,5 + 1,74
= 0,67 𝑜 𝑜𝑜
𝑓𝑒
𝜀𝑙 = = 1,74 𝑜 𝑜𝑜
𝜎 . 𝐸𝑠
𝑠

𝜇 = 0,0081 < 𝜇𝑙 = 0,392 𝑝𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑚é𝑒


A ‘=0.

93
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
 Calcul des paramètres caractéristiques de la section :
Coefficient de la fibre neutre :

∝= 𝟏, 𝟐𝟓(𝟏 − 𝟏 − 𝟐𝝁 ⇒∝= 𝟎, 𝟎𝟏𝟎

𝒛 = 𝒅 𝟏 − 𝟎, 𝟒 ×∝

𝒛 = 𝟎, 𝟎𝟖 𝟏 − 𝟎, 𝟒 × 𝟎, 𝟎𝟏𝟎 = 𝟎, 𝟎𝟕𝟗𝒎

𝑴𝒕
𝑨 = 𝒛.𝝈
𝒔

𝟐, 𝟏𝟗. 𝟏𝟎−𝟑
𝑨 = × 𝟏𝟎𝟒 = 𝟎, 𝟕𝟗𝒄𝒎𝟐 ∕ 𝒎𝒍
𝟎, 𝟎𝟕𝟗 × 𝟑𝟒𝟕, 𝟖𝟐

IV.5.8.conditions de non fragilité :


f t 28 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23.100.13,5.  1,63cm 2 / ml
fe 400

𝐴𝑚𝑖𝑛 = max 𝐴𝑐𝑎𝑙 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 1,63cm2 ∕ ml

Choix : 3T10=2,36 cm2 ∕ ml

 Sens y-y :
E.L.U :

Mt=2,70 KN.m d=13,5 cm


−3
𝑀𝑢 2,70. 10
𝜇= = = 0,010
𝑏. 𝑑 . 𝑓𝑏𝑢 1. (0,135)2 . 14,17
2

𝜀𝑏𝑐 3,5
𝜇𝑙 = 0,8𝛼𝑙 1 − 0,4𝛼𝑙 = 0,392 ; 𝛼𝑙 = = = 0,67 𝑜 𝑜𝑜
𝜀𝑏𝑐 + 𝜀𝑙 3,5 + 1,74
𝑓𝑒
𝜀𝑙 = = 1,74 𝑜 𝑜𝑜
𝜎𝑠 . 𝐸𝑠

𝜇 = 0,010 < 𝜇𝑙 = 0,392 𝑝𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑚é𝑒


A ‘=0.

Calcul des paramètres caractéristiques de la section

Coefficient de la fibre neutre :

∝= 𝟏, 𝟐𝟓(𝟏 − 𝟏 − 𝟐𝝁 ⇒∝= 𝟎, 𝟎𝟏𝟐

94
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
𝒛 = 𝒅 𝟏 − 𝟎, 𝟒 ×∝

𝒛 = 𝟎, 𝟎𝟖 𝟏 − 𝟎, 𝟒 × 𝟎, 𝟎𝟏𝟐 = 𝟎, 𝟎𝟕𝟗𝒎

𝑴𝒕
𝑨 =
𝒛. 𝝈𝒔

𝟐, 𝟕𝟎. 𝟏𝟎−𝟑
𝑨 = × 𝟏𝟎𝟒 = 𝟎, 𝟗𝟖𝒄𝒎𝟐 ∕ 𝒎𝒍
𝟎, 𝟎𝟕𝟗 × 𝟑𝟒𝟕, 𝟖𝟐

 conditions de non fragilité :

f t 28 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23.100.13,5.  1,63cm 2 / ml
fe 400

𝐴𝑚𝑖𝑛 = max 𝐴𝑐𝑎𝑙 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 1,63cm2 ∕ ml

Choix : 3T10=2,36 cm2 ∕ ml

EN Appui :

Ma=1,80 KN.m d=13,5 cm


−3
𝑀𝑎 1,80. 10
𝜇= = = 0,0069
𝑏. 𝑑 2 . 𝑓𝑏𝑢 1. (0,135)2 . 14,17
𝜀𝑏𝑐 3,5
𝜇𝑙 = 0,8𝛼𝑙 1 − 0,4𝛼𝑙 = 0,392 ; 𝛼𝑙 = = = 0,67 𝑜 𝑜𝑜
𝜀𝑏𝑐 + 𝜀𝑙 3,5 + 1,74
𝑓𝑒
𝜀𝑙 = = 1,74 𝑜 𝑜𝑜
𝜎𝑠 . 𝐸𝑠

𝜇 = 0,0069 < 𝜇𝑙 = 0,392 𝑝𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑎𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑚é𝑒


A ‘=0.

Calcul des paramètres caractéristiques de la section

Coefficient de la fibre neutre :

∝= 𝟏, 𝟐𝟓(𝟏 − 𝟏 − 𝟐𝝁 ⇒∝= 𝟎, 𝟎𝟎𝟖𝟔

𝒛 = 𝒅 𝟏 − 𝟎, 𝟒 ×∝

𝒛 = 𝟎, 𝟎𝟖 𝟏 − 𝟎, 𝟒 × 𝟎, 𝟎𝟎𝟖𝟔 = 𝟎, 𝟎𝟕𝟗𝒎

95
Chapitre IV : Calculs des éléments non structuraux
𝑴𝒕
𝑨 =
𝒛. 𝝈𝒔

𝟏, 𝟖𝟎. 𝟏𝟎−𝟑
𝑨 = × 𝟏𝟎𝟒 = 𝟎, 𝟔𝟓𝒄𝒎𝟐 ∕ 𝒎𝒍
𝟎, 𝟎𝟕𝟗 × 𝟑𝟒𝟕, 𝟖𝟐

 conditions de non fragilité :

f t 28 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23.100.13,5.  1,63cm 2 / ml
fe 400

𝐴𝑚𝑖𝑛 = max 𝐴𝑐𝑎𝑙 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 1,63cm2 ∕ ml

Choix : 3T10=2,36 cm2 ∕ ml

IV.5.9.Vérification aux contraintes tangente :

1)-sous charge concentrée :

𝒑𝒖 𝒑𝒖 𝟗𝟐𝟐, 𝟓𝟖
𝑽𝒂 = 𝑽𝒃 = = = = 𝟏𝟐, 𝟑𝟎 𝑲𝑵
𝟐𝒂 + 𝒃 𝟑𝒂 𝟑 × 𝟎, 𝟐𝟓
2)-sous charge répartie :
𝒒𝒍𝒙 𝟏 𝟔, 𝟓𝟔𝟑. 𝟏, 𝟔𝟎 𝟏
𝑽𝒙 = . 𝜶= . 𝟎.𝟖𝟖 = 𝟑, 𝟔𝟕 𝑲𝑵
𝟐 𝟏+ 𝟐 𝟏+
𝟐 𝟐
𝒒𝒍𝒙 𝟔, 𝟓𝟔𝟑 × 𝟏, 𝟔𝟎
𝒗𝒀 = ≤ 𝒗𝒔 ⇒ 𝒗𝒚 = = 𝟑, 𝟓𝟎𝒌𝒏 < 3,67 𝑘𝑛
𝟑 𝟑
Total :

-sens x : 𝑉𝑢𝑥 = 𝑉𝑎 + 𝑉𝑥 =12.30+3,67=15,97 KN

𝑉𝑈 15,97. 10−3 25
𝜏𝑢 = = = 0,118𝑀𝑃𝐴 ≤ 0,07 = 1,167 𝑀𝑝𝑎 … 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
𝑏. 𝑑 1 .0,135 1,5

- sens y : 𝑉𝑢𝑦 = 𝑉𝑏 + 𝑉𝑦 =12.30+3,50=15,8 KN

𝑈 𝑉 15,8.10 −3 25
𝜏𝑢 = 𝑏.𝑑 = = 0,117𝑀𝑃𝐴 ≤ 0,07 1,5 = 1,167 𝑀𝑝𝑎….vérifiée
1 .0,135

Remarque : selon le BAEL 91 (a-5.2.23) : si l’épaisseur de la dalle est : 𝑕0 < 15 𝑐𝑚 . il est


inutile de vérifier les contraintes parce qu’elles sont faibles .

96
CHAPITRE V :

Etude sismique
ChapitreV : Etude sismique

V.1-Definition:

Un séisme est une libération brutale de l’énergie potentielle accumulée dans les roches par
le jeu des mouvements relatifs des différentes parties de l’écorce terrestre. Lorsque les
contraintes dépassent un certain seuil, une rupture d’équilibre se produit et donne naissance
aux ondes sismiques qui se propagent dans toutes les directions et atteignent la surface du sol.

Ces mouvements du sol excitent les ouvrages par déplacement de leurs appuis et sont plus ou
moins amplifiés dans la structure. Le niveau d’amplification dépend essentiellement de la
période de la structure et de la nature du sol.

Ceci implique de faire une étude parasismique pour essayer de mettre en exergue le
comportement dynamique de l’ouvrage.

V-2-Choix de la méthode de calcul :

L’étude sismique à pour but de calculer les forces sismiques ; ce calcul peut être mené par les
trois méthodes qui sont :

- la méthode statique équivalente.

- la méthode d’analyse modale spectrale.

- la méthode d’analyse dynamique par accélérogrammes

Le choix de la méthode de calcul dépend des conditions d'application de chacune d'elle. Dans
notre cas, D’après le RPA 99 / version 2003, notre structure est implantée et classée dans la
zone de faible sismicité I groupe d’usage 2.

Le calcul se fait avec la méthode dynamique spectacle du fait que notre Tour ne répond pas
aux critères (4.1.2.b) exigés par le RPA 99 / version 2003, quand à l'application de la
méthode statique équivalente

La hauteur de la structure : H = 34.68 m > 23 m

Donc nous avons utilisé une méthode dynamique (méthode d’analyse modale spectrale)
en utilisant un logiciel de calcule des structures Auto desk Robot Structural Analysis
Professional 2014.

97
ChapitreV : Etude sismique
V-3-Méthode d’analyse modale spectrale :

V-3-1-Principe :

Par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le maximum des effets
engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées par un spectre de réponse de
calcul. Ces effets sont par la suite combinés pour obtenir la réponse de la structure.

V-3-2-Domaine d’application :

La méthode dynamique est une méthode générale et plus particulièrement quand la méthode
statique équivalente n’est pas appliquée.

V.4-Préparation du fichier de données de( RPA99):


Les différents coefficients de calcul :

V.4.1-Coefficient d’accélération de zone : A


Zone sismique : I

Groupe d’usage 2  A  0,1 (RPA99 tableau4.1).

V.4.2-Pourcentage d’amortissement critique:ξ (٪)


ξ = 7٪ (RPA99tableau 4.2).

V.4.3-Facteur de correction d’amortissement:η


7
η= 2    =
7
 0,88  0,7  condition vérifiée. (RPA99 P 14).
9

V.4.4-Périodes caractéristiques associées à la catégorie de site:

T1=0,15  (RPA99Tableau 4.7)

Site (3) T2=0,40

3
hn 4
V.4.5-Période fondamentale de la structure : T  CT .
Avec :

hn : la hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la construction jusqu’au dernier niveau.

CT : Coefficient, fonction du système de contreventement, du type de remplissage et donnée


par le (RPA99tableau4.6).

CT = 0,050 ; hn = 34.68m

98
ChapitreV : Etude sismique
3
.  T  0,050 x34.68 4 = 0,71 S T = 0,71 S.

On peut égalment utiliser aussi la formule :

T= 0.09hN/ L soit hN = 34.68 m

Selon X-X : LX = 36.90 m  TX = 0.51 s


Selon Y-Y : LY = 22.10 m  TY = 0.66 s

V-4.6-Coefficient de comportement globale de structure:


R = 3,5 (portiques auto stable avec remplissage en maçonnerie rigide)

(RPA99Tableau 4.3).

V-4.7-Facteur de qualité :
5
Q La valeur de ‘Q’ est déterminé par la formule :Q=1+  Pq5
1

Q = 1 + (0 + 0 + 0+ 0 + 0,05 + 0,1) Q = 1,15.

V.4.8-Facteur d’amplification dynamique moyen : D


Il est en fonction de la catégorie du site, du facteur de correction d’amortissement « η » et de
la période fondamentale de la structure « T ».

2,5𝜂 0 ≤ 𝑇 ≤ 𝑇2
2
𝑇2 3
2,5𝜂 𝑇2 ≤ 𝑇 ≤ 3 𝑠
𝐷= 𝑇
2 5
𝑇2 3 3 3
2,5𝜂 𝑇 ≤3𝑠
3 𝑇
2
𝑇2 3
Pour notre cas : D= 2,5𝜂
𝑇

Dx =1.87
Dy =1.57

99
ChapitreV : Etude sismique

Figure V-1-speectre de réponse de calcul

Tableau V-1- :caractéristiques dynamiques de la structure outo stable

mode période Facteur de participation massique


UX % UY %
1 0.78 0.42 64.30

2 0.75 69.09 64.70

3 0.56 69.47 64.70

4 0.20 88.84 64.71

5 0.20 88.84 64.73

6 0.19 88.84 86.27

7 0.14 88.84 86.32

8 0.13 88.88 86.33

9 0.10 95.77 86.33

10 0.09 95.77 94.69

T dynamique (max)=0,78 s <T RPAx 1,3=0,92 s Condition vérifier

100
ChapitreV : Etude sismique

Figure V-2 :mode de 2 translation suivant X

Figure V-3 :mode de 1 translation suivant Y

Figure V-4 :modede 3 rotation suivant Z

101
ChapitreV : Etude sismique

V .5-Calcul de l’effort forces sismiques à la base de la structure:


𝐴×𝐷×𝑄 0,1 × 1.87 × 1,15
𝑉𝑥 = ×𝑊 = × 71803.8 = 4411.83 𝐾𝑁
𝑅 3,5
𝐴×𝐷×𝑄 0,1 × 1.57 × 1,15
𝑉𝑦 = ×𝑊 = × 71803.8 = 3704.05 𝐾𝑁
𝑅 3,5

On doit vérifier que la résultante des forces sismiques à la base 𝑉𝑡 obtenue par combinaison
des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante de la force sismique
déterminée par la méthode statique équivalente.

-Sens longitudinale :

𝑉𝑥 𝑑𝑦𝑛𝑎𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 = 3791.95𝐾𝑁 > 80%𝑉𝑅𝑝𝑎 = 3529.46 𝐾𝑁 Condition vérifier

-Sens transversal :

𝑉𝑦 𝑑𝑦𝑛𝑎𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 = 3568.54𝐾𝑁 > 80%𝑉𝑅𝑝𝑎 = 2963.24𝐾𝑁 Condition vérifier

V.6-vérification des déplacements :


Sous l’action des forces horizontales, la structure subira des déformations horizontales. Pour
éviter l’augmentation des contraintes dans les systèmes de contreventement, les déplacements
doivent être calculés pour chaque élément de contreventement, les déplacements relatifs
latéraux d’un étage par rapport aux étages qui lui sont adjacents ne doivent pas dépasser 1%
de la hauteur de l’étage.

𝛥𝑘 = 𝛿𝑘 − 𝛿𝑘−1 ≤ 𝛿𝑘 𝑎𝑣𝑒𝑐 ∶ 𝛿𝑘 = 𝑅𝛿𝑒𝑘 (RPA-99).

 R : Coefficient de comportement ; R =3,5


 𝛿𝑒𝑘 : Déplacement du aux forces sismiques 𝐹𝑖 (y compris l’effort de torsion)
 𝛿𝑘 : Déplacement admissible (égale à 1%he)
 Le déplacement relatif au niveau « K » par rapport au niveau « K-1 » est égal à :
 K   K   K 1

Les deux tableaux suivants résument les déplacements relatifs aux différents niveaux dans les
deux sens, longitudinal et transversal. Le déplacement horizontal à chaque niveau « K » de

Le déplacement relatif admissible :

 r ad  1 % . he. Avec he=3.06m pour les étages courant et 1erétage et he= 4.08 pour RDC.

102
ChapitreV : Etude sismique

Tableau V.2: Le déplacement relatif admissible suivant le sens x

Niveaux  eK (m)  K   K   K 1  K  R. eK  r ad  1 % . he. Condition

10 0.05 0,005 0.0175 0.0306 C.V

9 0.045 0.005 0.0175 0.0306 C.V


8 0.040 0.005 0.0175 0.0306 C.V
7 0.035 0.005 0.0175 0.0306 C.V

6 0.030 0.005 0.0175 0.0306 C.V

5 0.025 0.005 0.0175 0.0306 C.V

4 0.020 0.005 0.0175 0.0306 C.V

3 0.015 0.005 0.0175 0.0306 C.V

2 0.011 0.004 0.014 0.0306 C.V


1 0.007 0.004 0.014 0.0306 C.V
RDC 0.003 0.003 0.0105 0.0408 C.V

103
ChapitreV : Etude sismique

Tableau V.3: Le déplacement relatif admissible suivant le sens y.

 eK (m)  r ad  1 % .
Niveaux  K   K   K 1  K  R. eK Condition
he.

10 0.055 0.006 0.021 0.0306 C.V


9 0.049 0.006 0.021 0.0306 C.V
8 0.043 0.006 0.021 0.0306 C.V
7 0.037 0.006 0.021 0.0306 C.V
6 0.031 0.006 0.021 0.0306 C.V
5 0.025 0.006 0.021 0.0306 C.V
4 0.020 0.005 0.0175 0.0306 C.V
3 0.015 0.005 0.0175 0.0306 C.V
2 0.010 0.004 0.014 0.0306 C.V
1 0.006 0.003 0.0105 0.0306 C.V
RDC 0.003 0.003 0.007 0.0408 C.V

V .7. JUSTIFICATION VIS A VIS DE L’EFFET P-


Les effets du 2° ordre (ou effet P-) peuvent être négligés dans le cas des bâtiments si la
condition suivante est satisfaite à tous les niveaux :

= Pk  k / Vk hk  0.10

Pk : poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au dessus du


niveau « k »,
n

Vk : effort tranchant d’étage au niveau "k" : Vk   Fi


ik

k : déplacement relatif du niveau « k » par rapport au niveau « k-1 »

hk : hauteur de l’étage « k »

 Si 0,10 < k  0,20, les effets P- peuvent être pris en compte de manière
approximative en amplifiant les effets de l’action sismique calculés au moyen d’une
analyse élastique du 1° ordre par le facteur 1/(1- k).

104
ChapitreV : Etude sismique

 Si k > 0,20, la structure est potentiellement instable et doit être redimensionnée.


SENS X-X

Tableau V-4. Vérification de l’effet P-∆(x-x)

k  0.10
Niveau Pk (KN) k (m) Vk (KN) Hk (m) k

10 6663.4 0.005 782.88 3.06 0.01112 Ok

9 12582.3 0.005 1368.89 3.06 0.01501 Ok

8 18488.7 0.005 1830.41 3.06 0.0165 Ok

7 24395.1 0.005 2207.74 3.06 0.01805 Ok

6 30301.5 0.005 2533.73 3.06 0.01954 Ok

5 36344.6 0.005 2824.23 3.06 0.02102 Ok

4 42387.7 0.005 3077.53 3.06 0.02250 Ok

3 48430.8 0.005 3291.89 3.06 0.00443 Ok

2 54539 0.004 3470.77 3.06 0.02403 Ok

1 62913.1 0.004 3666.90 3.06 0.02242 Ok


RDC 71803.8 0.003 3790.24 4.08 0.0139 Ok

105
ChapitreV : Etude sismique
SENS Y-Y

Tableau V-5. Vérification de l’effet P-∆(y-y)

k  0.10
Niveau Pk (KN) k (m) Vk (KN) Hk (m) k

10 6663.4 0.006 782.88 3.06 0.01668 Ok


9 12582.3 0.006 1360.05 3.06 0.01813 Ok
8 18488.7 0.006 1778.33 3.06 0.02038 Ok
7 24395.1 0.006 2113.28 3.06 0.02263 Ok
6 30301.5 0.006 2405.95 3.06 0.02469 Ok
5 36344.6 0.006 2669.11 3.06 0.02669 Ok
4 42387.7 0.005 2898.13 3.06 0.02389 Ok
3 48430.8 0.005 3093.85 3.06 0.02557 Ok
2 54539 0.004 3261.51 3.06 0.02185 Ok
1 62913.1 0.003 3449.16 3.06 0.01788 Ok
RDC 71803.8 0.003 3566.72 4.08 0.01480 Ok

V.8 Vérification de la stabilité au renversement :


Chaque structure doit être calculée à fin de résister aux efforts de renversement qui peuvent
être causées par les efforts sismiques.
A chaque niveau, l’augmentation du moment de renversement calculée à l’étage considéré
doit être distribuée au différent élément de ce niveau, cette distribution peut se faire dans la
même proportion que celle des efforts tranchants.
Si la condition suivante est satisfaite ; il n’y a pas de risque de renversement.

moment stabilisan t
 FS
moment de renversement

Avec :
Fs : étant le coefficient de sécurité, Fs = 1.5
- suivant (x) : M Stab  Wi . X Gi

- suivant (y) : M Stab  Wi .YGi

106
ChapitreV : Etude sismique
Avec :
XG , YG : les coordonnées de centre de géométrie des plancher de la structure.
Wi : la masse du plancher dans chaque niveau.
n
Le moment de renversement est causé par l’action sismique : M R   hi Fi
i 1

Avec :

Fi : la force distribuée en hauteur.


hi : la hauteur de l’étage par rapport à la base.

SENS X-X

Tableau V-6 Vérification au renversement(x-x)

Niveau Fi (kn) hi (m) Wi (kn) XG (m) Fixhi WixXG

10 782.34 34.68 6663.4 19.46 27150.2784 129536.496

9 586.01 31.62 5918.9 19.51 18529.6362 115359.361

8 461.52 28.56 5906.4 19.46 13181.0112 114938.544

7 377.33 25.5 5906.4 19.46 9621.915 114938.544

6 325.99 22.44 5906.4 19.46 7315.2156 114938.544

5 290.5 19.38 6043.1 19.46 5629.89 117598.726

4 253.3 16.32 6043.1 19.46 4133.856 117598.726

3 214.36 13.26 6043.1 19.46 2842.4136 117598.726

2 178.88 10.2 6108.2 19.49 1824.576 119109.9

1 196.13 7.14 8374.1 19.28 1400.3682 161620.13

RDC 123.34 4.08 8890.7 19.19 503.2272 171057.068

W . X i Gi  1394294.77

h F
i 1
i i  92132.3874

107
ChapitreV : Etude sismique
moment stabilisan t
 15.13  FS  1.5.......CV
moment de renversement

SENS Y-Y

Tableau V-7 Vérification au renversement (y-y-)

Niveau Fi (kn) hi (m) Wi (kn) YG (m) Fixhi WixYG

10 798.47 34.68 6663.4 11.88 27690.9396 69632.53

9 561.58 31.62 5918.9 11.90 17757.1596 62266.828

8 418.28 28.56 5906.4 10.67 11946.0768 62076.264

7 334.95 25.5 5906.4 10.62 8541.225 62076.264

6 291.67 22.44 5906.4 10.62 6567.5148 62076.264

5 263.16 19.38 6043.1 10.62 5100.0408 63512.981

4 229.02 16.32 6043.1 10.63 3737.6064 63512.981

3 195.72 13.26 6043.1 10.63 2595.2472 63512.981

2 167.66 10.2 6108.2 10.63 1710.132 64441.51

1 187.65 7.14 8374.1 10.64 1339.821 100070.495

RDC 117.56 4.08 8890.7 10.61 479.6448 105977.144

n
M Stab  Wi .YGi  779156.242 M R   hi Fi  87465.408
i 1

moment stabilisan t
 8.90  FS  1.5........CV
moment de renversement

108
CHAPITRE VI :

ETUDE DES
ELEMENTS
STRUCTURAUX
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux

VI .1-Définitions:
VI .1.1-éléments structuraux :
Sont des éléments porteurs qui constituent l’ensemble du bâtiment et qui reçoivent la totalité des
charges horizontales et verticales, en les transmettant par l’intermédiaire des fondations jusqu’au sol
qui est considéré comme un absorbant des charges.

-Portiques :
C’est un assemblage de poteaux et poutres.

a- Poutres :

Ce sont des éléments horizontaux en béton armé, leur rôle est de résister aux charges transmises par
les planchers et de le transmettre à leur tour aux poteaux, leur mode de sollicitation est la flexion
simple.

b- Poteaux :

Ce sont des éléments porteurs verticales en béton armé, leur rôle est de résister aux efforts horizontaux
(vent, séisme, ….), et aux efforts amenés par les poutres, en les transmettent aux fondations .Ils sont
sollicités en flexion composé ou compression simple.

VI .2-Ferraillage des portiques :


VI .2.1-Combinaisons d’actions :
Les combinaisons d’actions sismiques et les actions due aux charges spécifiées doivent satisfaire
les conditions de RPA 99 et BAEL 91.

Tableau VI.1: Les différentes combinaisons.

Combinaisons fondamentales
Combinaisons accidentelles
ELS ELU
Poutres G +P 1 ,35G +1,5Q G+Q± E ; 0,8G ± E
Poteaux G +P 1,35G +1,5Q G +Q± E ; 0,8G ± E
BAEL 91 BAEL 91 RPA 99

109
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
Avec :

G : charges permanentes.

Q : charges d’exploitations.

E : effet de séisme.

Les efforts ont été calculés en tenant compte de ces combinaisons à l’aide de logiciel Robo

VI .3-Ferraillage des poutres :

Tableau VI.2 : Coefficients de sécurité et contraintes caractéristiques

b s f bu (MPa) fc28 (MPa)  s (MPa)


Situation durable1,35G + 1,5Q 1,5 1,15 14.17 25 348
Situation accidentelle 1,15 1,00 18.48 25 400

La section d’armatures imposées par RPA99 :

1-Armatures longitudinales :

Amin = 0,5 % de la section de béton.

Amax= 4 % en zone courante.

Amax = 6 % en zone de recouvrement.

-La longueur minimale de recouvrement est de :


40.  en zone I et II.

50.  en zone III.

2- Armatures transversales :

At = 0,003. S. b.

Avec:

b : la largeur de la section.

S : espacement des armatures transversales.

-D’après RPA 99 :
S =min  ;12.l  . Dans la zone nodale.
h
4 

110
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
Avec:

 l : le plus diamètre des armatures longitudinal

h
S . En dehors delà zone nodale. ;h : la hauteur de la section.
2

VI .3.1-Evaluation des moments pour les différents types des poutres :

-Types des poutres :


On distingue les types des poutres suivantes :

-Poutre principale : PP (40 x 45) cm²

-Poutre secondaire : PS (40 x40)cm².

Tableau VI.3: Tableaux des sollicitations pour les différentes poutres

Moment en travée (KN.m) Moment en appuis (KN.m) Tmax


(KN)
Les niveaux M ut M st
t
M acc M ua M sa a
M acc
38,29 27,23 41,52 65,55 33,61 71,29 105,54
Terrasse
PP

34,28 23,93 79,52 50,84 32,25 83,25 208,02


E. courants

30,04 20,59 75,07 77,61 54,61 115,7 352,88


RDC

25,82 18,18 37,65 47,05 46,87 75,33 103,16


Terrasse

19,24 13,58 61,16 45,72 36,07 72,65 99,91


PS

E. courants

21,15 14,42 57,08 62,65 43,07 93,84 195,1


RDC

.Méthode de calcul :

Dans le cas général les poutres sont sollicitées par un moment de flexion et un effort normal et un effort
tranchant, par conséquent le calcul doit se faire en flexion composée, mais l’effort normal dans les
poutres est très faible donc on fait le calcul en flexion simple.

Les sections des armatures seront déterminées sous les sollicitations du 1er et du 2ème genre.

Sp2 = 0,8G ± E
1er genre : Sp1 = 1,35G + 1,5Q ⟹ Mu ;2ème genre : ⟹ Macc
Sp2 = G + Q ± E

111
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux

M acc
Si < 1,15 ⟹ on détermine les armatures sous Sp1
Mu

M acc
> 1,15 ⟹ On détermine les armatures sous Sp2
Mu

VI.3.2.Calcul de ferraillage :
Prenons la poutre principale (terrasse) de section (40 x 45) cm2 comme

exemple de calcul.
45 cm
-Evaluation des moments :
a-En travée :
M ut  38.29KN .m M st  27.23KN .m M acc
t
 41.52KN .m
40 cm
M
. Mscc = 1, O8 < 1,15. 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑙𝑒 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙 𝑠𝑒 𝑓𝑎𝑖𝑡 𝑠𝑜𝑢𝑠 Sp1
u

1-ELU:

M ut  38,29KN .m .

𝑀𝑈 38 29 × 103
𝜇= = . = 0,041 < µ L  0,392 → 𝐴′ = 0
𝑏 × 𝑑 2 × 𝜎𝑏𝑐 40X40,52 × 14,17

 Les armatures comprimées n’existent pas.

 = 1,25(1- 1 - 2   ) = 0,052 ; 𝛽 = 1 − 0,4𝛼.=0,979

𝑀𝑢 38.29 x 10 3
.𝐴𝑐𝑎𝑙 = = =2,78𝑐𝑚2
𝜎𝑠 ×𝛽 ×𝑑 348 x0,979x40,5

Donc on prend : 4T12

Ce qui nous donne A = 4,52cm² / ml

-Condition de non fragilité :


f tj 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23  40  40,5   1,95cm 2
fe 400

-Les armatures minimales imposées par RPA99 sont :


40  45
ARPA  0,5 %. b.h = 0,5.  9cm 2 .
100

As  max( Acal ; Amin ; ARPA )  9cm 2 .

112
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
Le choix : (3T14+3T14). As  9.24cm 2 .

2-ELS:

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à effectuer
concernant  s .

- section rectangulaire. .

 1 f c 28
- fissuration peu nuisible.   
2 100

- flexion simple.

- Acier FE 400.

M u 38.29
Si cette inégalité est vérifiée, donc la vérification de  b n'est pas nécessaire :     1,40
M s 27.23

1,40  1 25
  0,052    0,45 Condition vérifiée   b   b .
2 100

Donc les armatures calculées à ELU sont maintenues.

b-En appuis :
M ua  65,55KN .m M sa  33,61KN .m M acc
a
 71,29KN .m .

M scc
. = 1,08 < 1,15. Donc le calcul se fait sous Sp1
Mu

1-ELU :

M ua  65,55KN .m ..
𝑀𝑠𝑝1 65,55 × 103
𝜇= = = 0,070 < 𝜇1 → 𝐴′ = 0
𝑏 × 𝑑² × 𝜎𝑏𝑐 40 × 40,5² × 14,17
Les armatures comprimées n’existent pas.

. = 1,25(1- 1 - 2   ) = 0,090 ; 𝛽 = 1 − 0,4𝛼.=0,964

𝑀𝑢 65,55 x 103
𝐴𝑐𝑎𝑙 = = = 4,82 𝑐𝑚2
𝜎𝑠 × 𝛽 × 𝑑 348 x0,964x40,5

Donc on prend : 4T14 ce qui nous donne A = 6,16 cm² / ml

f tj 2,1
Amin  0,23  b  d   0,23  40  40,5   1,95cm 2 .
fe 400

113
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux

40  45
ARPA  0,5 %. b.h = 0,5.  9cm 2 .
100

As  max( Acal ; Amin ; ARPA )  9cm 2 .

Le choix :(3T14+3T14). As  9.24cm 2 .

2-ELS:

La fissuration est considérée comme peu nuisible, donc il n'y a aucune vérification à effectuer
concernant  s .

- section rectangulaire. .

-fissuration peu nuisible.

 1 f c 28
- flexion simple.   
2 100

- Acier FE 400 .

M u 65,55
Si cette inégalité est vérifiée, donc la vérification de  b n'est pas nécessaire :     1,95
M s 33,61

1,95  1 25
  0,090    0,725 Condition vérifiée   b   b .
2 100

Donc les armatures calculées à ELU sont maintenues.

VI.3.2.1-Vérification si les armatures transversales sont perpendiculaires à la ligne moyenne :


c- à- dτu≤  ad .

 f c 28 
 u   ad  min  0,15 ; 4 MPa  . Fissuration préjudiciable.
 b 

 ad  min 2,5 ;4MPa   2,5MPa .

T max 105,54  10 3
u    0,65MPa .
b0  d 400  405

 u  0,72MPa   ad  2,5 MPa  Condition vérifiée.

Donc les armatures transversales sont perpendiculaires à la ligne moyenne.

114
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
VI.3.2.2-Diamètre des armatures transversales :

 h b 
 t  min  ;  L ; 0   t  min 1,28 ; 8,01 ; 4 .
 35 10 

On prend : t  8 mm avec une nuance d'acier FeE400.

Le choix : 4  8  Atcal  2.01cm 2 .

VI.3.2.3.Calcul de l'espacement des armatures transversales :


1- D’après BAEL 91 :

Soit  t : l’espacement entre les armatures transversales.

0,9 At . f e .(sin   cos  ) 0,9  2.01  400  (1  0)


-  t1    78,65cm ; K= 1 -flexion simple
b0 . s .( u  0.3 f t 28 .K ) 40  1,15  (0,65  0,3  2,1  1)

-  t 2  min( 0,9.d ;40cm)  min( 0,9  40,5;40cm)  min (36,45 ; 40 cm) = 36,45cm.

At . f e 2  400
-  t3    50cm .
0,4  b0 . sin  0,4  40  1

 t  min( t1 ;  t 2 ;  t 3 )   t  15cm .

2- D’après RPA 99 :

  45 
S  min  4 ;14,4   11,25cm  S  11cm. Pour : h=45cm.
  
*-Dans la zone nodale : 
S  min  40 ;14,4   10cm  S  7cm. Pour h=40cm.
  4 

 45
S  2  22,5cm
*-Dans la zone courant :  S =15cm
S  40  20cm
 2

-Armatures transversales imposées par RPA99 :


At = 0,003. S. b = 0,003. 15. 40 = 1,8 cm2 .

-La longueur minimale de recouvrement :


L rec = 40. 1,2 = 48 cm. Zone I. Pour :  = 1,2cm.

L rec = 40. 1,4 = 56 cm. Zone I. Pour :  = 1,4cm

115
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux

Tableau VI.4: Tableau récapitulatif des ferraillages des poutres.

Travée
M A cal
Le choix

A RPA(cm2)

A adoptée
Amin(cm2)
2
(KN.m) (cm )
Section
Niveau

(cm2)
Type

Appui (cm2)

Travée 38,29 2,78 9 3T14+3T14=9,24


Terrasse

1, 95
40x45

9
Appui 65,55 4,82 9 3T14+3T14=9,24

Travée 79,52 5,84 9 3T14+3T14=9,24


Poutres principales

1,95
40x45

9
E– C

Appui 83,25 6,12 9 3T14+3T14=9,24

Travée 75,07 5,50 9 3T14+3T14=9,24


1,95
+S-sol

40x45

9
RDC

Appui 115,7 8,64 9 3T14+3T14=9,24

Travée 37,65 3,06 8 3T14+3T12=8,01


Terrasse

1 ,73
40x40

Appui 75,33 6,35 8 3T14+3T12=8,01

Travée 61,96 5,11 8 3T14+3T12=8,01


1 ,73
40x40

8
E–C

Appui 72,65 6,11 8 3T14+3T12=8,01


P- secondaires

Travée 57,08 4,70 8 3T14+3T12=8,01


1 ,73
+S-sol

8
RDC

40x40

Appui 93,84 7,53 8 3T14+3T12=8,01

116
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux

Figure VI.1. Ferraillage des poutres principal

VI.4-Ferraillage des poteaux :


La section d’armatures imposées par RPA99 :

1-Armatures longitudinales :

Amin = 7 % de la section de béton en zone I.

Amin= 8 % en zone II.

Amin = 9 % en zone III.

Amax = 4 % en zone courante.

Amax = 6 % en zone de recouvrement.

 Le diamètre minimum est de 12mm.


 La longueur minimale des recouvrements est de :
40.  en zone I et II. 50.  en zone III.

 La distance entre les barres verticales dans une face du poteau ne doit pas dépasser :

25 cm en zone I et II.

117
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
20 cm en zone III.

Les jonctions par recouvrement doivent être faites si possible, à l’extérieur des zones nodales (zone
critique).

La zone nodale est constituée par le nœud poutre-poteau proprement dit et les extrémités des barre qui
y concourent..

poteau
poutre

h
l  2h

Figure VI.2.: Schéma de la zone nodale.

Les longueurs à prendre en compte pour chaque barre sont données dans le la figure :

he
h  max ( ; b1 ; h1 ; 60 cm) .
6

b1= h1= 40cm. La section de poteau.

he = 4,08m

408
h   max ( ; 40 ; 40 ; 60 cm) .
6

h  = 60cm.

l  2h = 60 cm ; pour h = 30cm.

l  2h = 90 cm ; pour h = 45cm.

118
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
2- Armatures transversales :

Les armatures transversales des poteaux sont calculées à l’aide de la formule (RPA99) :

At  a  Vu

t h1  fe

Avec :

Vu : l’effort tranchant de calcul.0

h1 : hauteur totale de la section brute.

fe : contrainte limite élastique de l’acier d’armatures transversale.

a = 2,5 Si λg≥ 5.

3,75 Si λg ≤ 5.

 Lf Lf 
λg : est l’élancement géométrique du poteau.=  ou .
 a b 

t : l’espacement des armatures transversales :

t  min 10.l ;115cm  en zone I et II.


Dans la zone nodale : 
t  10cm. en zone III.

t   15.l
 en zone I et II.
Dans la zone courante :   b1 h1 
t   min  2 ; 2 ;10l 
en zone III.
  

-la quantité d’armatures transversales minimale est donnée comme suit:

Si - λg  5 0,3 %.

Si - λg  3 0,8 %.

Si – 3 <λg < 5 interpoler entre les valeurs limites précédentes.

119
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
VI.4.1-Evaluation des sollicitations pour les poteaux :

Tableau VI.5: Tableaux des sollicitations pour les différents poteaux.

50x50 45X45 40X40


Nu
Mu Nu Mu Nu Mu

1731,31 121,97 1209,29 71,18 645,05 36,75


max, corr
N M
0,8G ± E
G +Q±E
ELU

925.63 85.21 607.16 64.76 328.08 46,89


Nmin,Mcorr
86,92
max, corr 1125.53 94.13 822.40 394,94 73.91
M N
1217,86 85,84 856,8 63,85 458,11 26,09
ELS Nmax,Mcorr

-Calcul de ferraillage :
Pour poteaux (50x50) :

VI.4.2-Cas 𝒏˳ 𝟎𝟏
Nmax = 1731.31KN ; Mcorr = 121.97KN.m.

1)l’excentricité totale de calcul :

et= e1 + ea + e2.

M u 121.97
e0=   0,070m .
N u 1731.31

ea = max 2cm;
L   408 
  max 2cm;   max 2cm;1,63cm  2cm.
 250   250 

3.L3f
e2 = (2   . ) ; L f  2,85m ;et   2. et
10000.h

  d-(h/2)=0,45-(0,50/2)=0,20

3  2,85 3
e2 = (2  (2  0,20))  0,033m .
10000  0,50

et= e1 + ea + e2.=(0,070+0.02+0,033) = 0,123m.

120
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux

2)-L’effort de compression centré maximal supporté par le béton :

Nb max = b .h .fbc = 500 x 500 x 18,48 = 4620000N.

3)-Coefficient de remplissage 1 :

Nu 1731.31  10 3
1    0.37
N b max 4620000

1  0,81 et 1 < 2/3  on calcul e NC ?

eNC    h ;
1  9  12  
;  :L’excentricité critique relative.
4  (3  9  12  1 )

1  9  12  0,37
  0,153.
4  (3  9  12  0,37 )

e NC  0,153  0,50  0,076 .

e NC  0.076m  et  0,123m  La section est partiellement comprimée.

On calcul les armatures de la section étudiée soumise à une flexion simple de moment fictif : M ufictif .

M ufictif  N u . e  d   = 1731.31  0.123  0,45  0,25  559.21KN .m.


 h
 2

M ufictif 58,0110 6
   0,389   l  0,392.
b  d 2   bc 450  405 2 14,17

 Les armatures comprimées n’existent pas.

  0,66   0,52

 bc 14,17
A fictf   .b.d .  0,52  50  45   47.64cm 2
 su 348

-La section réelle d’aciers tendus vaut :


N 1731.31  10 3
As  Asfictif  u  47.64   2,11cm 2 .
 su 348  100

On prend alors comme section As la section minimale imposée par la condition suivante:

121
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
 b.h f 
As  Max ,0,23  b  d  t 28   Max2,5;2,71cm 2 .
1000 fe 
 As  2,71m 2 .

VI.4.3-Cas 𝒏˳ 𝟎𝟐
Nmin=825.63KN ; Mcorr=85.21KN.m

M corr 85.21
e1 =   0,103 ; ea = 0,02m ; e2 = 0,033
N min 825.63

et = e1+ ea+ e2 = 0,103+0,02+0,033 = 0.156m.

825.63  10 3
Nb max =4620000N.  1   0,18.
4620000N

1  0,81 et 1 < 2/3  on calcul e NC ?

eNC    h ;
1  9  12  
;  :L’excentricité critique relative.
4  (3  9  12  1 )

1  9  12  0,18
  0,160.
4  (3  9  12  0,18 )

e NC    h  0.160  0,50  0.08m.

e NC  0.08m  et  0.156m  La section est partiellement comprimée.

On calcul les armatures de la section étudiée soumise à une flexion simple de moment fictif : M ufictif .

M ufictif  N u . e  d   = 825.63  0.156  0,45  0,25  293.92KN .m.


 h
 2

M ufictif 293.92 10 6


   0,204   l  0,392.
b  d 2   bc 500  450 2 14,17

 Les armatures comprimées n’existent pas.

  0,288   0,230

 bc 14,17
A fictf   .b.d .  0,230  50  45   21.07cm 2
 su 348

122
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
-La section réelle d’aciers tendus vaut :
N 825.63  10 3
As  Asfictif  u  21.07   2,655cm 2 .
 su 348  100

On prend alors comme section As la section minimale imposée par la condition suivante:

 b.h f 
As  Max ,0,23  b  d  t 28   Max2,5;2,71cm 2 .
1000 fe 
 As  2,71m 2 .

VI.4.4-Cas 𝒏˳ 𝟎𝟑:
M max = 1125.53KN.m ; Ncorr=94.13KN.

e1 = 0,083m ; ea = 0,02 m ; e2 = 0,033

et = e1+ ea+ e2 = 0,083+0,02+0,033 = 0,136m.

2
Nb max =4620000N  1  0,24  0,81 et 1     0,158.
3

e NC    h  0,158  0,50  0,079m.  et  0.136.  La section est partiellement comprimée.

On calcul les armatures de la section étudiée soumise à une flexion simple de moment fictif : M ufictif .

M ufictif  N u . e  d   = 1125,53.0,136  0,45  0,25  378.17 KN .m.


 h
 2

  0,263   l  0,392  Les armatures comprimées n’existent pas.

  0,389 ;   0,311

 bc 18,48
A fuctif   .b.d .  0,311  50  45.  32.32cm 2 .
 su 400

Nu 1125.53  10 3
As  Asfictif   32.32   4,18cm 2 .
 su 400  100

 b.h f 
As  Max ,0,23  b  d  t 28   Max2,5;2,71cm 2 .  As  2,71cm 2 .
1000 fe 

ARPA = 0,007  b.h = 0,007  502 = 17.5cm2.

Ast  Max( As1 ; As2 ; As3 ; ARPA )  17.5cm 2 .

123
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
Tableau VI.6: Tableaux de ferraillage des poteaux.

Niveaux Types AS (RPA)(cm2) Le choix(cm2)

S-SOL+RDC+1er étage 50x50 17.5 6T16+4T14=18,22

3èm + 4èm + 5èm+6èm 45x45 14.17 6T16+2T12=14,32

7èm + 8èm + 9èm+10èm 40x40 11.2 6T14+2T12=11,5

Fig.VI.3 :Ferraillage du poteau (50x50)

VI.4.5-L’espacement des armatures transversales des poteaux :

Zone sismique I

1-Dans la zone nodale :

t ≤ min(10.1,4 ; 115cm)=14cm.

t≤ 14cm. on prend : t=10cm.

2-Dans la zone courante :

t’≤ 15 . 1,4 = 21cm. on prend : t’=15cm.

-L’espacement des armatures longitudinales des poteaux :


Pour les sections rectangulaires (a ≤ b) la distance maximale « C » de deux barres voisines doit
respecter :

124
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
C  a  10;40cm  C  50  10;40cm  C  40cm.

-La section des armatures transversales des poteaux :


D’après la relation suivante :

At  a  Vu   Vu  t
  At  a . (IV-1)
t h1  fe h1  fe

a- L’élancement géométrique λg :
L f 2,85
g    5,7  5   a  2,5.
a 0,50

b- L’effort tranchant max Vu :


Vu=78.92,KN.m

c- L’espacement des armatures transversales t :

t=10cm

d- Contrainte limite élastique de l’acier d’armatures transversale fe :

f e  400MPa. .

e- Hauteur totale de la section brute h1 :

h1= 500 mm.

En remplace (Vu,h1,fe,t,  a ) dans (IV-1) :

2,5  78,92  10 3  100


 At   167,91mm 2  1,679cm 2 .
500  235

Soit :  8 .

-Le choix : 4 8  At  2,01cm 2 .

VI.4.6-Vérification de l’effort tranchant :


T max 78,92  10 3
u    0,35Mpa. .
bd 500  450

 
;5Mpa   2,66 ; 5MPa .  Fissuration peu nuisible.
f c 28
 u = min 0,2
 b 

 =2,66Mpa.

u u. 
  Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.
Pas de reprise de bétonage 

125
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
VI.5-Voile de contreventement :
Pour le calcul des sections des voiles en flexion composée, on procédera de la manière suivante :

1- détermination de la sollicitation suivante le sens considéré.


2- lorsque l’effort normale est un effort de compression, il est nécessaire de vérifier l’état limite de
stabilité de forme de la pièce (voile) à laquelle appartient la section étudiée ; c'est-à-dire les sections
soumises à la flexion composée avec un effort normale de compression, doit être justifiée en
flambement quand l’élancement est limité.

VI.5.1-Calcul horizontal:
a-ELU:
Nmax =99,16KN. Mcorr = 1,02KN.m.

1)-L’excentricité totale de calcul :

et= e1 + ea + e2.

Mu 1,02
e1=   0,0102m .
N u 99,16

 L   408 
ea = max 2cm;   max 2cm;   max 2cm;1,63cm  2cm.
 250   250 

3.L3f
e2 = (2   .) . L f  0,7  L  0,7  4,08  2,85m. et   2.
10000.h

 Mu   1,02 
et   101    101    1,70 .
 1,5M ser   1,5.0,82 

3  2,85 3
e2 = (2  (2  1,70))  0,187m
10000  0,20

et= e1 + ea + e2.=(0,0102+0,02+0,187) = 0,217m.

2)-L’effort de compression centré maximal supporté par le béton :

Nb max = b .h .fbc = 1000 x 200 x 14,17 = 2834000N.

3)-Coefficient de remplissage: 1 :

Nu 99,16  10 3
1    0,034
N b max 2834000

1  0,81 et 1 < 2/3  on calcul e NC ?

eNC    h

126
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
1  9  12  
 ;  :l’excentricité critique relative.
4  (3  9  12  1 )

1  9  12  0,034
  0,165 . e NC  0,165  0,20  0,033 .
4  (3  9  12  0,034 )

et  0,217  e NC  0,033  La section est partiellement comprimée.

E.L.U peut ne pas être atteint donc on calcul la section à la flexion simple sous un moment fictif
suivant :

Mu fictif  M u  N u  (d  h / 2)  1,02  99,16  (0,180  0,20 / 2)  8,95 KN .m .

Mu 8,95  10 6
 fictif    0,019   lim ite  0,391 .
fictif

b  (d )²  f bc 1000  180²  14,17

 Les armatures comprimées n’existent pas.

  0,015

f bc 14,17
AS  u  b  d   0,015  1000  180   1,10 cm² .
 su
fictif
348

Nu 99,16  10 3
AS  AS   1,10  10 2  ( ) . AS  174.9cm 2  0 .1
 su
fictif
348

 Selon B.A.E.L 91 modifier 99 :

bh f 100  20 2,1


Amin  max ( ; 0,23  b  d  t 28 ) . Amin  max ( ; 0,23 100 18  ).
1000 fe 1000 400

Amin  2,17 cm² .Le choix : 5T12 ,esp 15cm.

b-ELS:
Ns = 72,31KN. ; Ms = 0,82KN.m.

Ms 0,82 h 0,2 h 0,20


es    0,0113m ;   0,033m. ;   0,05m .
N s 72,31 6 6 4 4

h
e s  0,0113m   0,033m  La section est entièrement comprimée.
6

127
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
Calcule l’aire de la section homogène totale :

S = b.h +15.(As + As' ) .

S = (20x100)+15.(5,65) = 2084,75cm2.

La position du centre de gravité résistant qui est située à une distance XG au – dessus du centre de
gravité géométrique :

h   h  20 
As' .  d    As . d   5,65.18  
2   2  2 
X G  15   15   0,325cm.
b.h  15.( As  As' ) 2084,75

Inertie de la section homogène :

b.h 3  ' h 
2
 h 
2

I  b.h. X G  15 As .  d   X G   As . d   X G  .
2

12   2   2  

100  20 3
I  (100  20  0,325 2 )  155,65.(18  10  0,325)  72751,56cm 4 .
2

12

Les contraintes dans le béton valent  sup sur la fibre supérieure et  inf sur la fibre inférieure :

h 
N s .(e s  X G ).  X G 
N 2  72,3110 3 72,3110 3.(11,3  3,25).(100  3,25)
 sup  s   
S I 2084,75 10 2 72751,56 10 4
 sup  0,60MPa.

h 
N s .(e s  X G ).  X G 
N 2  72,31  10 3 72,31  10 3.(11,3  3,25).(100  3,25)
 inf  s   
S I 2084,75  10 2 72751,56  10 4
 inf  0,26MPa.

 sup  0 Et  inf  0  la section est effectivement entièrement comprimée.

max (  sup ;  inf )  0,60MPa.   bc  15MPa.

Donc les armatures calculées à ELU sont maintenues.

128
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux

VI.5.2-Calcul vertical:
a-ELU:
Nmax = 495,8KN. Mcorr = 1,47KN.m.

1)-l’excentricité totale de calcul :

Mu 1,47
et= e1 + ea + e2.e1=   0,0029m .
N u 495,8

3.L3f  L   408 
ea = (2   .) max 2cm;   max 2cm;   max 2cm;1,63cm  2cm.
10000.h  250   250 

M permanente 1,47
e2 = . L f  0,7  L  0,7  4,08  2,85m. et   2. et     0,55 .
M perma  M exp loitation 1,18  1,47

3  2,85 3
e2 = (2  (2  0,55))  0,11m .
10000  0,20

et= e1 + ea + e2.=(0,0029+0,02+0,11) = 0,132m.

2)-L’effort de compression centré maximal supporté par le béton :

Nb max = b. h .fbc= 1000 x 200 x 14,17 = 2834000N.

3)-Coefficient de remplissage: 1 :

Nu 495,8  10 3
1    0,174
N b max 2834000

1  0,81 Et 1 < 2/3  on calcul e NC ?

eNC    h

1  9  12  
 ;  :l’excentricité critique relative.
4  (3  9  12  1 )

1  9  12  0,174
  0,161 .
4  (3  9  12  0,174 )

e NC  0,161  0,20  0,032 .

et  0,132  e NC  0,032  La section est partiellement comprimée.

129
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
E.L.U peut ne pas être atteint donc on calcul la section à la flexion simple sous un moment fictif
suivant :

Mu fictif  M u  N u  (d  h / 2)  0,47  495,8  (0,180  0,20 / 2)  40,13 KN .m .

Mu 40,13  10 6
 fictif    0,087   lim ite  0,391.
fictif

b  (d )²  f bc 1000  180²  14,17

 Les armaturescomprimées n’existent pas

  0,090

f bc 14,17
AS  u  b  d   0,090  1000  180   6,59 cm ² .
 su
fictif
348

Nu 495,8  10 3
AS  AS   6,59  10 2  ( ).
 su
fictif
348

AS  765,71cm 2  0 .1

 Selon B.A.E.L 91 modifier 99 :


bh f
Amin  max ( ; 0,23  b  d  t 28 )
1000 fe

100  20 2,1
Amin  max ( ; 0,23  100  18  )
1000 400

Amin  2,17 cm² . Le choix : 5T12 , esp 15cm.

b-ELS:
Ns = 361,56KN. ; Ms = 1,18KN.m.

Ms 1,18 h 0,20 h 0,20


es    0,0032m ;   0,033m. ;   0,05m
N s 361,56 6 6 4 4

h
e s  0,0032m   0,033m  La section est entièrement comprimée.Calcule l’aire de la section
6
homogène totale :

S=b.h+15. (A+ As' ) S= (20x100) +15. (5,65)=2084,75cm2.

La position du centre de gravité résistant qui est située à une distance XG au – dessus du centre de
gravité géométrique :

h   h  20 
As' .  d    As . d   5,65.18  
2   2  2 
X G  15   15   0,325cm.
b.h  15.( As  As' ) 2084,75

130
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux
Inertie de la section homogène :

b.h 3  ' h 
2
 h 
2

I  b.h. X G  15 As .  d   X G   As . d   X G  .
2

12   2   2  
100  20 3
I  (100  20  0,325 2 )  155,65.(18  10  0,325)  72751,56cm 4 .
2

12

Les contraintes dans le béton valent  sup sur la fibre supérieure et  inf sur la fibre inférieure :

h 
N s .(e s  X G ).  X G 
Ns 2  361,56  10
3
361,56  10 3.(3,2  3,25).(100  3,25)
 sup    
S I 2084,75  10 2 72751,56  10 4
 sup  1,73MPa.
h 
N s .(e s  X G ).  X G 
Ns 2  361,56  10
3
361,56  10 3.(3,2  3,25).(100  3,25)
 inf    
S I 2084,75  10 2 72120,06  10 4
 inf  1,73MPa.

 sup  0 Et  inf  0  la section est effectivement entièrement comprimée.

max (  sup ;  inf )  1,73MPa.   bc  15MPa.

Donc les armatures calculées à ELU sont maintenues.

131
ChapitreVI : Etude des éléments structuraux

Fig.VI.4 : schéma de ferraillage de voile.

132
CHAPITRE VII :

ETUDE DES

INFRASTRUCTURES
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

VII.1.Introduction :
Le sous-sol est constitué des voiles périphériques et des fondations : ce sont des éléments de
résistance de l’infrastructure qui doivent être capables de reprendre toutes les charges
provenant de la superstructure et de les transmettes au bon sol.
L’infrastructure doit constituer un ensemble rigide capable de remplir les fonctions
suivantes :
 Réaliser l’encastrement de la structure dans le terrain.
 Assurer la liaison avec le sol et répartir les efforts.
 Limiter les tassements différentiels jusqu'à une valeur acceptable
 Jouer un rôle d’appuis.
VII.2. Etude du mur voile périphérique :
VII.2.1. Définition :
Le voile périphérique fonctionne comme un mur de soutènement chargé en une surface, ou
bien en d’autres termes est une caisse rigide assurant l’encastrement de la structure et la
résistance contre la poussée des terres.
D'après RPA99version 2003 le voile périphérique doit avoir les caractéristiques
minimales suivantes:
 Epaisseur ≥ 15 cm.
 Les armatures sont constituées de deux nappes.
 Le pourcentage minimum des armatures est de 0.10% dans les deux sens (horizontal et
vertical)
 Un recouvrement de 40∅ pour les renforcements des angles.
Il voile est calculé comme une dalle supposée uniformément chargée par la poussée des
terres.
VII.2.2. Calcul des caractéristiques du sol :

Le voile périphérique est sollicité en flexion simple selon le livre (Albert Fuentes).
On étudiera le panneau le plus défavorable, de dimension (5.30 × 2.61) m².
Les contraintes engendrées par la surcharge et la poussée des terres qui sont notées : 𝑃1 et
𝑃2 sont exprimées comme suit :
𝑃1 = 𝐾𝑎 × Q
𝑄: 𝐿𝑎 𝑠𝑢𝑟𝑐𝑕𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑑 ′ 𝑒𝑥𝑝𝑙𝑜𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 = 5 𝐾𝑁/𝑚3 .
Avec :
𝐾𝑎 = 𝐾𝑞 : Coefficient de poussée des terres.
𝜋 ∅ 180 30
𝐾𝑞 = tg²( - ) =tg²( - )
4 2 4 2
⇒𝐾𝑞 = 0.33
𝑃1 = 0.33 × 5 ⇒𝑃1 = 1.65 KN/m²

𝑃2 = 𝐾𝑎 × 𝛾 × H

3
Avec : γ: poids volumique des terres = 18𝐾𝑁/𝑚 .
𝐻: La hauteur de mur.

133
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

𝑃2 = 0.33 × 18 × 2.61
⇒𝑃2 = 15.50 KN/m²

Voile périphérique
20 cm

Pousse des terres

2.61 Q
m

Dalle de radier

Fig. VII.1. Schéma statique d’un voile périphérique.

VII.2.3. Calcul des charges:


 A l’ELU:

𝑞𝑢 = (1.35G + 1.5Q).b = (1.35𝑃1 + 1.5𝑃2 ) × 1 = 25.47 KN/ml

 A l’ELS:

𝑞𝑢 = (G + Q) = (𝑃1 + 𝑃2 ) × 1 = 17.15 KN/ml

VII.2.4. Calcul des sollicitations:


𝐿𝑥 2.61 m
𝛼= ⇒ 𝛼= = 0.49> 0.4  Donc la dalle est portée sur deux sens.
𝐿𝑦 5.30 m

D’après l’annexe E3 de BAEL 91 page 66 le calcul se fait sous les sollicitations suivantes

 A l’ELU :
 Moments au centre :
𝑀0𝑥 = µ𝑥 . 𝑝𝑢 . 𝐿𝑥 ² 𝑀0𝑥 = 0.0966 × 25.47 × 2.61² = 16.76 𝐾𝑁. 𝑚.

𝑀0𝑦 = µ𝑦 . 𝑀0𝑦 𝑀0𝑦 = 0.2500 × 16.76 = 4.19 𝐾𝑁. 𝑚.

134
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

 Moments en appuis :

𝑀𝑎 𝑥 = 0.5𝑀0𝑥 𝑀𝑎 𝑥 = 8.38 𝐾𝑁. 𝑚.



𝑀𝑎 𝑦 = 0.5𝑀0𝑦 𝑀𝑎 𝑦 = 2.09 𝐾𝑁. 𝑚.
 Moments en travée :
𝑀𝑡𝑥 = 0.75𝑀0𝑥 𝑀𝑡𝑥 = 12.57 𝐾𝑁. 𝑚.

𝑀𝑡𝑦 = 0.75𝑀0𝑦 𝑀𝑡𝑦 = 3.14 𝐾𝑁. 𝑚.
 A l’ELS :
 Moments au centre :
𝑀0𝑥 = µ𝑥 . 𝑝𝑢 . 𝐿𝑥 ² 𝑀0𝑥 = 0.1000 × 17.15 × 2.61² = 11.68 𝐾𝑁. 𝑚.

𝑀0𝑦 = µ𝑦 . 𝑀0𝑥 𝑀0𝑦 = 0.3671 × 11.68 = 4.28 𝐾𝑁. 𝑚.
 Moment en appuis :
𝑀𝑎 𝑥 = 0.5𝑀0𝑥 Ma x = 5.84 𝐾𝑁. 𝑚.

𝑀𝑎 𝑦 = 0.5𝑀0𝑦 Ma y = 2.14 𝐾𝑁. 𝑚.
 Moment en travée :
𝑀𝑡𝑥 = 0.75𝑀0𝑥 𝑀𝑡𝑥 = 8.76 𝐾𝑁. 𝑚.

𝑀𝑡𝑦 = 0.75𝑀0𝑦 𝑀𝑡 𝑦 = 3.21 𝐾𝑁. 𝑚.

Moment (KN.m)

En travée En appuie

ELU ELS ELU ELS

SENS X-X 12.57 8.76 8.38 5.84

SENSY-Y 3.14 3.21 2.09 2.14

Tableau VII -1 :Récapitulatif des moments fléchissants.


VII.2.5. Calcul Ferraillage :
 Section minimale d’armatures : (BAEL 91 P 211)
Selon que l’on utilisera des fils de diamètre supérieur ou inférieur à 6 mm, les sections
minimales d’armatures dans les deux sens valent : ∅ ≥6 mm.
 Sens y :𝐴𝑦 𝑚𝑖𝑛 = 8𝑕0 = 8 × 0.2 = 1,6 cm2/ml
(3 − 𝛼) (3 − 0.49)
 Sens x :𝐴𝑥 𝑚𝑖𝑛 = × 𝐴𝑦 𝑚𝑖𝑛 = × 1.6 = 2.008 cm2/ml.
2 2

135
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

Remarque :selonC.B.A.93 dans le sens de la petite portée, ces valeurs doivent être majorées
de 20 % :
𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 𝑥 = 2.008 cm²/ml 𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 𝑦 = 1.6cm2/m.

 ELU :
1) Sens x-x :
a) En travée :𝑀𝑡 = 12.57 KN.m.
 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :
Pour les armatures longitudinales, on utilise des aciers à haute adhérence (H.A) de nuance
FeE400.
Avec : 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 (BAEL91 page120)
On calcule le moment réduit µ :
𝑀𝑡 12.57 × 10 −3
µ= = = 0.027
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑 ² 14.17 × 1 × 0.18²

µ = 0.027 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒Section sans armatures comprimées.


𝛽𝑢 = 1- (1 − 2µ) = 0.027
𝛽 𝑢 .𝑑 .𝑏 .𝑓 𝑏𝑐 0.027 × 18 × 100 × 14.17
𝐴cal = = = 1.97 cm².
𝜎𝑠 348
 Choix des barres :
𝐴𝑠 = max(𝐴cal ,𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 2.008 cm²/ml ⇒ 4T10 = 3.14 cm²/ml.
e = 25cm.
b) En appui :Ma = 8.38 KN.m
 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :
𝑀𝑎 8.38 × 10 −3
µ= = = 0.0182
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑 ² 14.17 × 1 × 0.18²

µ = 0.0182 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒Section sans armatures comprimées.

𝛽𝑢 = 1- (1 − 2µ) = 0.0183
𝛽 𝑢 .𝑑 .𝑏 .𝑓 𝑏𝑐 0.0183 × 18 × 100 × 14.17
𝐴cal = = = 1.34 cm².
𝜎𝑠 348
 Choix des barres :
𝐴𝑠 = max (𝐴𝑐𝑎𝑙 ,𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 2.008 cm²/ml. ⇒ 4T10 = 3.14 cm²/ml.
e = 25cm.

136
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

2) Sens y-y :
a) En travée :𝑀𝑡 = 3.14 KN.m.
 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :
𝑀𝑡 3.14 × 10 −3
µ= = = 0.0068
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑 ² 14.17 × 1 × 0.18²

µ = 0.0068 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒Section sans armatures comprimées.

𝛽𝑢 = 1- (1 − 2µ) = 0.00682
𝛽 𝑢 .𝑑 .𝑏 .𝑓 𝑏𝑐 0.00682 × 18 × 100 × 14.17
𝐴cal = = = 0.33 cm²
𝜎𝑠 348
 Choix des barres :
𝐴𝑠 = max(𝐴𝑐𝑎𝑙 ,𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 1.60 cm²/ml ⇒ 4T10 = 3.14 cm²/ml.
e = 25cm.
b) En appui :Ma = 2.09 KN.m
𝑀𝑎 2.09 × 10 −3
µ= = = 0.00455
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑 ² 14.17 × 1 × 0.18²

µ = 0.00455<𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒Section sans armatures comprimées.

𝛽𝑢 = 1- (1 − 2µ) = 0.00456
𝛽 𝑢 .𝑑 .𝑏 .𝑓 𝑏𝑐 0.00456 × 18 × 100 × 14.17
𝐴cal = = = 0.33 cm²
𝜎𝑠 348
 Choix des barres :
𝐴𝑠 = max(𝐴𝑐𝑎𝑙 ,𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 1.6 cm²/ml. ⇒ 4T10 = 3.14 cm²/ml.
e = 25cm.

Tableau 7-2 : Tableau récapitulatif des sections d’armatures.

SENS X-X SENS Y-Y

En travée En appuis En travée En appuis

3,14 cm² 3,14 cm² 3,14 cm² 3.14 cm²

4T10 4T10 4T10 4T10

137
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

 Vérification à l’E.L.S :
1) Sens x-x :
Fissuration peu nuisible Aucune vérification pour 𝜎𝑠 (𝜎𝑠 ≤ 𝜎¯𝑠 )
Flexion simple
𝛾−1 𝑓𝑐
Acier FeE400 si : 𝛼 ≤ 2 + 28 ⇒ 𝜎𝑏 <𝜎¯𝑏
100
= 0.6𝑓𝑐28
Section rectangulaire

α = 1.25 (1 − √1 – 2 µ) α = 0.0337
⇒ (BAEL91 P 119).
β = 1 – 0.4 α β = 0.986
𝑀𝑡𝑢
𝛾=
𝑀𝑡𝑠
a) En travée :
𝑀𝑡𝑢 = 12.57 KN.m 𝑀𝑡𝑠 = 8.76 KN.m

12.57
𝛾= = 1.43
8.76
1.43 −1 25
𝛼 = 0.0337 ≤ + = 0.465........................................................................CV.
2 100
Donc les armatures calculées à l’ELU conviennent pour l’ELS.
b) En appui :
𝑀𝑎𝑢 = 8.38 KN.m 𝑀𝑎𝑠 = 5.84 KN.m
8.38
𝛾= = 1.73
5.84

1.73 −1 25
𝛼 = 0.0337 ≤ + = 0.615..........................................................................CV.
2 100
Donc les armatures calculées à L’E.L.U conviennent pour l’E.L.S.
2) Sens y-y :
a) En travée :
𝑀𝑡𝑢 = 3.14KN.m𝑀𝑡𝑠 = 3.21KN.m
3.14
𝛾= = 0.97
3.21
0.97 −1 25
𝛼 = 0.0085 ≤ + = 0.235..........................................................................CV.
2 100
Donc les armatures calculées à L’E.L.U conviennent pour L’E.L.S.
b) En appui :
𝑀𝑎𝑢 = 2.09KN.m𝑀𝑎𝑠 = 2.14 KN.m
2.09
𝛾= = 0.97
2.14
0.97 − 1 25
𝛼 = 0.0085 ≤ + = 0.235...........................................................................CV.
2 100
Donc les armatures calculées à L’E.L.U conviennent pour L’E.L.S.

138
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

VII.3. Etude de la fondation:

VII.3.1.Introduction :
Les éléments de fondations ont pour objet de transmettre au sol les efforts apportés par les
éléments de la structure (poteau, voiles, mur ….).
Cette transmission peut être directement (cas des semelles reposant sur le sol comme le cas
des radiers) ou être assurée par l’intermédiaire d’autres organes (par exemple, cas des
semelles sur pieux).
Le choix de type de fondation dépend de :

 Type d’ouvrage à construire.


 La nature et l’homogénéité du bon sol.
 La capacité portante du terrain de fondation.
 La raison économique.
 La facilité de réalisation.
VII.3.2. Choix du type de fondation :

Le choix du type de fondation se fait suivant trois paramètres :


 La nature et le poids de la superstructure.
 La qualité et la quantité des charges appliquées sur la construction.
 La qualité du sol de fondation.

Nous proposons en premier cas des semelles isolées puis des semelles filantes pour cela, nous
allons procéder à une vérification telle que :

VII.3.3.Etude de radier :
a) Pré-dimensionnement :
 Radier et nervure:

Le radier fonctionne comme un plancher renversé, dont les appuis sont constitués par
des murs de l’ossature, soumis à la réduction du sol agissant du bas vers le haut d’une manière
uniforme (radier supposé infiniment rigide), son épaisseur doit satisfaire les conditions
suivantes :

 Condition forfaitaire ;
 Condition de rigidité ;
 Condition de non poinçonnent.
1) Condition forfaitaire :

𝐿 𝐿
≤ 𝑕1 ≤
8 5

Avec : L : La plus grande portée entre deux poteaux = 5.30 m.

139
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

66.25cm 𝑕1  106cm

2) Condition de rigidité :

𝜋
On utilise un radier rigide: L  .𝐿𝑒 …………………………..(1)
2

4×𝐸×𝐼
Ou:𝐿𝑒 : Longueur élastique donnée = 4. 𝐾× 𝑏
…………………… 2

K : Coefficient de rigidité du sol = 40 MN/𝑚3 (HENRY Thonier).


Avec : E : Module de déformation = 3,2 × 104 MPa.
3
𝑏×𝑕
I : Inertie du radier = … … … … . (3).
12

Et : b:Largeur du radier.

Introduisons les expressions (2) et (3) dans (1),Il en résulte :

3 3𝐾 2𝐿 4
𝑕2 ≥ .( )
𝐸 𝜋

3 3 × 40 × 106 2 × 5.30 4
𝑕2 ≥ .( )
3.2 × 104 × 109 𝜋

𝑕2 ≥ 78.6cm
3) Epaisseur du radier {la nervure la dalle} :

- L’épaisseur 𝑕𝑛 de la nervure doit satisfaire la condition suivante :

𝐿𝑚𝑎𝑥
𝑕𝑛 ≥
10
Avec : 𝐿𝑚𝑎𝑥 : Distance maximale entre deux files successives = 5.30 m.
530
Alors : 𝑕𝑛 ≥ = 53 cm
10

- L’épaisseur 𝑕𝑑 de la dalle doit satisfaire la condition suivante :


𝐿𝑚𝑎𝑥
𝑕𝑑 ≥ 20

530
Alors : 𝑕𝑑 ≥ = 26.5 cm
20

 1ere proposition : (𝑕𝑛 = 80 cm ;𝑕𝑑 = 30 cm)

140
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

Ces valeurs ne vérifient pas la contrainte du sol ⇒Donc on augmente les valeurs de 𝑕𝑛 , 𝑕𝑑

 2eme proposition : ( 𝑕𝑛 = 80 cm , 𝑕𝑑 = 40 cm)

Ces valeurs ne vérifient pas la contrainte du sol ⇒ Donc on augmente les valeurs de 𝑕𝑛 , 𝑕𝑑

 3eme proposition:
Le choix : «𝑕𝑛 = 80 cm, 𝑕𝑑 = 50cm »
3) Vérification au poinçonnement : {BAEL 91/A.5.2.42} :

La condition non poinçonnement est vérifié si :


𝑓𝑐 28
𝑄𝑢 ≤ 0.045 × 𝑈𝑐 × h × 𝛾𝑏
Avec :

- 𝑓𝑐28 = 25 MPa ;𝛾𝑏 = 1.5


𝑈𝑐 = [(𝑢0 + 𝑣0 ) × 2] × 4 = [(u + h + v + h) × 2 = (u + v) × 4
⇒𝑈𝑐 = (50 + 80) × 4 = 520 cm
- Charge limite :

25 × 10 3
𝑄𝑢 𝑙 =0.045 × 5.2 × 0.5 ×
1.5
⇒𝑄𝑢 𝑙 = 1950 KN
𝑄𝑢 = 1366.17 KN≤ 𝑄𝑢 𝑙 = 1950 KN………………..CV.
 Débordement:

𝑕𝑛
D ≥ max , 25 cm
2
⇒On adopte : D = 1,30 m.

Détermination des sollicitations :

0,30m
0,8m
0,50m

Figure - Tableau VII -2 : Tableau récapitulatif des sections


d’armatures.

1 :Schéma du Radier.

 Vérification de l’effet de sous- pression:

On doit vérifier que sous l’effet de sous pression hydrostatique, le bâtiment ne se soulève pas.

141
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

- Poids du bâtiment :

P> 1.5 × S ×𝛾 × Z
3.06m
Bâtiment

Figure VII -3 : Ancrage du


𝑆 : 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑢 𝑟𝑎𝑑𝑖𝑒𝑟. Bâtiment.
Avec: 𝛾 : 𝑚𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑑𝑢 𝑏â𝑡𝑖𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒 𝑠𝑜𝑙.

𝑍 ∶ 𝐿 𝑎𝑛𝑐𝑟𝑟𝑎𝑔𝑒𝑑𝑢𝑏𝑎𝑡𝑖𝑚𝑒𝑛𝑡 = 3.06 + 1.2 = 4.26 𝑚.

1.5 × S × 𝛾 × Z =1,5 × 815.49 × 10 × 4.26=52109.81 KN

⇒P= 87153.4 KN> 52103.81 ⇒Donc le bâtiment ne se soulève pas.

- Les armatures transversales sont  à la ligne moyenne de la poutre.


- La disposition des armatures transversales sont inclinés à 45°de la ligne moyenne de la
poutre.

 Vérification de la contrainte du sol :

D’après le rapport géotechnique, on a un taux de travail du sol «𝜎¯sol = 2 bars


La condition qu’on doit vérifier est la suivante : 𝜎b ≤ 𝜎¯sol
- 𝜎𝑏1 = 𝑧𝑚𝑎𝑥 × K
Avec :
𝑧𝑚𝑎𝑥 : Déplacement maximum « Uz» à obtenu par le Robot 2014.
⇒𝑧𝑚𝑎𝑥 = 4 × 10−3 m
K: le coefficient de Ballast « coefficient de la raideur du sol » :
 K = 0.5kg/cm3 → pour un très mauvais sol.
 K = 4 kg/cm3 → pour un sol de densité moyenne.
 K = 12 kg/cm3 → pour un très bon sol.
⇒ On prend : K = 4 kg/𝑐𝑚3
⇒𝜎𝑏1 = 0.004 × 400 = 1.6 bar < 𝜎¯sol = 2 bar………………………………CV.
𝐹𝑍
- 𝜎𝑏2 =
𝑆𝑟
Avec :
𝐹𝑍 : Réaction total de la structure à obtenu par robot 2014.
⇒𝐹𝑍 = 109601.86 KN.
𝑆𝑟 : Surface du radier.
⇒𝑆𝑟 = 815.49m².

142
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES
109601.86
⇒𝜎𝑏2 = = 1.34 bar < 𝜎¯sol = 2 bar………………………………CV.
815.49

Figure VII.4: verification 𝜎¯sol dans le robot 2014

b) Calcul de ferraillage :
A. Ferraillage du radier :
Le panneau sera calculé comme simplement appuis sur ses quatre cotés et sur une bande de
1m de largeur, la fissuration est considérée comme préjudiciable, puis on procédera à la
vérification des moments isostatiques en travées et sur appuis.

L
Y

L
Figure VII.5: Vue en plan illustrant
X les dimensions du panneau le plus sollicité.

143
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

 Calcul des sollicitations :


D’après l’annexe E3 de BAEL 91 page 66 le calcul se fait sous les sollicitations
suivantes :
 A l’ELU :

1) Sens x-x :
a) En travée :𝑀𝑡 = 324.65 KN.m.
 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :
Pour les armatures longitudinales, on utilise des aciers à haute adhérence (H.A) de nuance
FeE400.
Avec : 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 (BAEL91 page120)
On calcule le moment réduit µ :
𝑀𝑡 324.65 × 10 −3
µ= = = 0.113
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑² 14.17 × 1 × 0.45²

µ = 0.113 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒ Section sans armatures comprimées.

𝛼 = 1.25 (1 - (1 − 2𝜇) = 0.15


𝛽 = 1 – 0.4𝛼 = 0.94
𝑀𝑡 𝑢 324.65 × 10 −3
𝐴cal = = 400 = 22.06 cm².
𝛽 .𝑑.𝜎𝑠 0.94 × 0.45 ×
1.15

b) En appui :𝑀𝑎 = 495.83 KN.m.


 Vérification de l’existence des armatures comprimées A:
Pour les armatures longitudinales, on utilise des aciers à haute adhérence (H.A) de nuance
FeE400.
Avec : 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 (BAEL91 page120)
On calcule le moment réduit µ :
𝑀𝑡 495.83 × 10 −3
µ= = = 0.172
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑² 14.17 × 1 × 0.45²

µ = 0.172 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒ Section sans armatures comprimées.

𝛼 = 1.25 (1 - (1 − 2𝜇) = 0.23


𝛽 = 1 – 0.4𝛼 = 0.908
𝑀𝑡 𝑢 495.83 × 10 −3
𝐴cal = = 400 = 34.87 cm².
𝛽 .𝑑.𝜎𝑠 0.908 × 0.45 ×
1.15

2) Sens y-y :
a) En travée:𝑀𝑡 = 342.63 KN.m.
 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :
Pour les armatures longitudinales, on utilise des aciers à haute adhérence (H.A) de nuance
FeE400.

144
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

Avec : 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 (BAEL91 page120)


On calcule le moment réduit µ :
𝑀𝑡 342.63 × 10 −3
µ= = = 0.119
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑² 14.17 × 1 × 0.45²

µ = 0.119 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒ Section sans armatures comprimées.

𝛼 = 1.25 (1 - (1 − 2𝜇) = 0.158


𝛽 = 1 – 0.4𝛼 = 0.936
𝑀𝑡 𝑢 342.63 × 10 −3
𝐴cal = = 400 = 23.38 cm².
𝛽 .𝑑.𝜎𝑠 0.936 × 0.45 ×
1.15

b) En appui:𝑀𝑡 = 441.23 KN.m.


 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :
Pour les armatures longitudinales, on utilise des aciers à haute adhérence (H.A) de nuance
FeE400.
Avec : 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 (BAEL91 page120)
On calcule le moment réduit µ :
𝑀𝑡 441.23 × 10 −3
µ= = = 0.153
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑² 14.17 × 1 × 0.45²

µ = 0.153 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒ Section sans armatures comprimées.

𝛼 = 1.25 (1 - (1 − 2𝜇) = 0.20


𝛽 = 1 – 0.4𝛼 = 0.92
𝑀𝑡 𝑢 441.23 × 10 −3
𝐴cal = = 400 = 30.64 cm²
𝛽 .𝑑.𝜎𝑠 0.92 × 0.45 ×
1.15
 Les sections minimales :
𝑓𝑡 28 2.1
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0.23 × b × d × = 0.23 × 1 × 0.45 × 400 = 5.43 cm²
400
 Calcul d’espacement selon le BAEL.99 :
𝑆𝑡 ≤min (3h , 33 cm) = min(150 , 33) = 33 cm
On prend 𝑆𝑡 = 20 cm pour les deux nappes et suivant les deux directions…..

145
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

Tableau VII.3: Choix des armatures

Moment 𝑨𝒔𝒄𝒂𝒍 𝑨𝒔𝒎𝒊𝒏 Choix 𝑨𝒔𝒂𝒅𝒐𝒑 𝑆𝑡


[KN.m] [cm²] [cm²] [ml] [cm²] [cm]
Sens En travée 324.65 22.06 5.34 11T16 22.12 10
(x-x) En appui 495.83 34.87 5.34 6T25+2T20 35.73 14
Sens En travée 342.63 23.38 5.34 8T20 25.13 7
(y-y) En appui 441.23 30.64 5.34 10T20 31.42 10

Le choix des armatures est récapitulé dans le tableau ci-dessous :


.
 Vérification à ELS (fissuration peu préjudiciable) :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏𝑐 = .y
𝐼
On vérifie que : 𝜎𝑏𝑐 ≤ 𝜎¯𝑏𝑐 0.6 𝑓𝑐28 = 0.6 × 25 = 15 MPa
 Position de l’axe neutre :
(𝐴 𝑠 +𝐴′ 𝑠 𝑏.(𝑑 .𝐴 𝑠 +𝑑 ′ .𝐴 ′ 𝑠 )
y = 15. [ 1+ − 1]
𝑏 7.5(𝐴 𝑠 + 𝐴′ 𝑠 )²

(35.73) 100.(45 35.73)


y = 15. [ 1+ − 1] ⇒ y = 17.24 cm
100 7.5(35.73)²

 Inertie :
𝑏.𝑦 3
I= + 15[𝐴 .(d – y)² + (d – d’)²]
𝑠
3
100 × 17.24 3
I= + 15[35.73.(45 – 17.24)² ⇒ I = 583813.55 𝑐𝑚4
3
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 359 KN.m
359
𝜎𝑏𝑐 = [ × 17.24] × 103 = 10.6 MPa
583813 .55
𝜎𝑏𝑐 = 10.6 MPa < 𝜎¯𝑏𝑐 = 15 MPa………………………..CV.
- Pour l’acier aucune limitation car fissuration est peu préjudiciable.
 Vérification au cisaillement :

On doit vérifier que :


𝑓𝑐 28
𝜏𝑢 ≤ 𝜏𝑎𝑑𝑚 = min 0.2 , 5 𝑀𝑃𝑎 = 3.33.MPa
𝛾𝑏
Avec :𝑇𝑚𝑎𝑥 = 868.42 KN
𝑇𝑢 868.42× 10 −3
𝜏𝑢 = =
𝑏.𝑑 1 ×0.45
⇒𝜏𝑢 = 1.92MPa < 𝜏¯𝑢 = 3.33 MPa………………………….CV.
Remarque :
Pour des raisons constructives il faut ajouter des chaises entre les deux nappes, dans le
but de supporter la nappe supérieure par rapport à la nappe inferieure. Les chaises sont des
armatures sous forme bateau.

146
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

 Schéma de ferraillage
Sens x-x

Figure VII.6.Ferraillage du radier sens xx

Sens y-y

Figure VII.7. Ferraillage du radier sens y-y

147
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

B. Calcul de débord :
Le débord est considéré comme une console encastrée, d’une longueur de 1 m et
d’épaisseur h = 50 cm.

1m
Figure VII.8: Schéma statique de débord.
 Calcul de ferraillage :
𝑀𝑢 = 514.5 KN.m.

 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :


Pour les armatures longitudinales, on utilise des aciers à haute adhérence (H.A) de nuance
FeE400.
Avec : 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 (BAEL91 page120)
On calcule le moment réduit µ :
𝑀𝑡 514.5 × 10 −3
µ= = = 0.179
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑 ² 14.17 × 1 × 0.45²

µ = 0.179 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒ Section sans armatures comprimées.

𝛼 = 1.25 (1 - (1 − 2𝜇) = 0.248


𝛽 = 1 – 0.4𝛼 = 0.900
𝑀𝑡 𝑢 514.5 × 10 −3
𝐴cal = = 400 = 36.50 cm².
𝛽 .𝑑.𝜎𝑠 0.900× 0.45 ×
1.15

 Armatures de répartitions 𝑨𝒓 :
𝐴𝑠 36.50
𝐴𝑟 = =
4 4
⇒𝐴𝑟 = 9.12cm²
 Section minimale :
𝑓𝑡 28 2.1
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0.23 × b × d × = 0.23 × 1 × 0.45 × = 5.43 cm²
400 400
 Choix d’armature :
Le ferraillage sera calcul pour une bonde de 1m.
On prend : 5T25+4T20 ⇒𝐴𝑠 = 37.11 cm² : Pour les armatures longitudinales et de
répartitions.
 Vérification à ELS (fissuration peu préjudiciable)
 Position de l’axe neutre :
(𝐴 𝑠 +𝐴′ 𝑠 𝑏.(𝑑 .𝐴 𝑠 +𝑑 ′ .𝐴 ′ 𝑠 )
y = 15. [ 1+ − 1]
𝑏 7.5(𝐴 𝑠 + 𝐴′ 𝑠 )²

(37.11) 100.(45 .37.11)


y = 15. [ 1+ − 1] ⇒ y = 17.49 cm
100 7.5(37.11)²

148
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

 Inertie I  :
𝑏.𝑦 3
I= + 15[𝐴𝑠 .(d – y)² + (d – d’)²]
3
100 × 17.493
 I= + 15[37.11.(45 – 17.49)² ⇒ I = 599612.534 𝑐𝑚4
3
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 548.24 KN.m
395.49
𝜎𝑏𝑐 = [ × 17.49] × 103 = 11.5 MPa
599612.534
 𝜎𝑏𝑐 = 11.5 MPa < 𝜎¯𝑏𝑐 = 15 MPa………………………..CV.

- Pour l’acier aucune limitation car fissuration est peu préjudiciable.

 Vérification d’effort tranchant :


On doit vérifier que :
𝑓𝑐 28
𝜏𝑢 ≤ 𝜏𝑎𝑑𝑚 = min 0.2 , 5 𝑀𝑃𝑎 =3.33MPa
𝛾𝑏
Avec :𝑇𝑚𝑎𝑥 = KN
𝑢 𝑇 1293.65 × 10 −3
𝜏𝑢 = 𝑏.𝑑 = 1 × 0.45
⇒𝜏𝑢 = 2.87 MPa < 𝜏¯𝑢 = 3.33 MPa………………….CV.
C. Calcul de la poutre de libage (nervure) :
La nervure comme le cas des poutres dans les dalles sont supportées une charge
sous forme trapèze pour 𝐿𝑦 (la grande portée) et triangle pour 𝐿𝑥 (la petite portée).Pour
notre cas on prend la poutre la plus sollicité.
 Ferraillage de la poutre :
1) En travée :𝑀𝑡 = 166.42 KN.m.
 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :
Pour les armatures longitudinales, on utilise des aciers à haute adhérence (H.A) de
nuance FeE400.
Avec : 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 (BAEL91 page120)
On calcule le moment réduit µ :
𝑀𝑡 166.42 × 10 −3
µ= = = 0.045
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑² 14.17 × 0.5 ×0.72²

µ = 0.045 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒ Section sans armatures comprimées.

𝛼 = 1.25 (1 - (1 − 2𝜇) = 0.057


𝛽 = 1 – 0.4𝛼 = 0.97
𝑀𝑡 𝑢 166.42 × 10 −3
𝐴cal = = 400 = 6.85 cm².
𝛽 .𝑑.𝜎𝑠 0.97 ×0.72 ×
1.15

2) En appui :𝑀𝑡 = 180.27 KN.m.

149
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

 Vérification de l’existence des armatures comprimées A :


Pour les armatures longitudinales, on utilise des aciers à haute adhérence (H.A) de nuance
FeE400.
Avec : 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 (BAEL91 page120)
On calcule le moment réduit µ :
𝑀𝑡 180.27 × 10 −3
µ= = = 0.049
𝜎 𝑏 × 𝑏 × 𝑑² 14.17 × 0.5 × 072²

µ = 0.049 <𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.392 ⇒ Section sans armatures comprimées.

𝛼 = 1.25 (1 - (1 − 2𝜇) = 0.062


𝛽 = 1 – 0.4𝛼 = 0.97
𝑀𝑡 𝑢 180.27× 10 −3
𝐴cal = = 400 = 7.41 cm²
𝛽 .𝑑.𝜎𝑠 0.97 × 0.72 ×
1.15
 La section minimale :
𝑓𝑡 28 2.1
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0.23 × b × d × = 0.23 × 0.5 × 0.72 × = 4.34 cm²
400 400
 Choix d’armatures :
 En travée :

𝐴𝑠 = max(𝐴cal ,𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 6.85 cm²/ml ⇒ 4T16 = 8.04 cm²/ml.


 En appui :
𝐴𝑠 = max(𝐴cal ,𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 7.41 cm²/ml ⇒ 4T16 = 8.04 cm²/ml.

Remarque :
Dans le cas où la hauteur de la poutre 𝑕𝑎 ≥ 2(180 – 0.1𝑓𝑒 ) = 280 ≥ 80 cm
Il faut ajouter les armatures de peau parallèle à l’axe neutre, leur section d’au moins de
3cm²/m de longueur de paroi perpendiculaire à leur direction. Donc on prend 2T14.
 Vérification à ELS (fissuration peu préjudiciable) :
 Position de l’axe neutre :
(𝐴𝑠 +𝐴′ 𝑠 𝑏.(𝑑.𝐴𝑠 +𝑑 ′ .𝐴′ 𝑠 )
y = 15. [ 1+ − 1]
𝑏 7.5(𝐴𝑠 + 𝐴′ 𝑠 )²

(8.04) 50.(72 .8.04)


y = 15. [ 1+ − 1] ⇒ y = 16.38 cm
50 7.5(8.04)²

 Inertie:
𝑏.𝑦 3
I= + 15[𝐴𝑠 .(d – y)² + (d – d’)²]
3
50 × 16.38 3
I= + 15[8.04.(72 – 16.38)² ⇒ I = 446333.38𝑐𝑚4
3
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 130.31KN.m
130.31
𝜎𝑏𝑐 = [446333 .38 ×16.38] × 103 = 4.78 MPa
⇒𝜎𝑏𝑐 = 4.78 MPa < 𝜎¯𝑏𝑐 = 15 MPa………………………..CV.
- Pour l’acier aucune limitation car fissuration est peu préjudiciable.

150
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

 Vérification au cisaillement :

On doit vérifier que :


𝑓𝑐 28
𝜏𝑢 ≤ 𝜏𝑎𝑑𝑚 = min 0.2 , 5 𝑀𝑃𝑎 = 3.33MPa
𝛾𝑏
Avec : 𝑇𝑚𝑎𝑥 =387.77 KN
𝑢𝑇 387.77 × 10 −3
𝜏𝑢 = 𝑏.𝑑 = 0.5× 0.72
⇒𝜏𝑢 = 1.07 MPa < 𝜏¯𝑢 = 3.33 MPa………………….CV.
 Diamètre des armatures transversales :

Le diamètre ∅𝑡 des armatures d'âme doit être égal au minimum des trois quantités
suivantes:
𝑕 𝑏0
∅𝑡 ≤ min ( , , ∅𝐿𝑚𝑖𝑛 ) (BAEL 91 p 196)
35 10

h: Hauteur totale de la poutrelle.


Avec : ∅𝐿 : Diamètre maximale des armatures longitudinales.
𝑏0 : Largeur de l′ âme de la nervure.
∅𝑡 ≤min (22.85 ; 50 ; 16) = 16 mm
 L’espacement :
𝑆𝑡 = min(0.9d , 40 cm) = min(64.8; 40) = 40 cm
On prend : 𝑆𝑡 = 33 cm
 Selon BAEL.91 :
𝑕
𝑆𝑡 ≤min( ; 12∅𝑙 )
4
80
𝑆𝑡 ≤min( ; 12 × 1.6) = 19.2 cm
4
On prend : 𝑆𝑡 = 19.2 cm
 Recouvrement des barres longitudinales :
𝐿𝑟 = 40∅ = 𝐿𝑟 = 40 × 1.6
⇒𝐿𝑟 = 64 cm
 Longueur de scellement droit :
∅.𝑓𝑒 1.6 × 400
𝐿𝑠 = =
4.𝜏¯𝑢 4×3.33
⇒𝐿𝑠 = 48.04 cm

151
CHAPITRE VII: ETUDE DES INFRASTRUCTURES

Fig.VII.9 :Ferraillage de la poutre de libage

152
CONCLUSION
CONCLUSION
L’élaboration de ce travail a été très bénéfique du point qu’elle nous a fait exploiter
nos connaissances requises pendant notre formation tout le long des années d’études passées à
l’université, et du point d’avoir utilisé des logiciels tels que le :Robot , Autocad.

Dans ce travail on a commencé par mettre les hypothèses de calcul et le pré


dimensionnement de la structure. Nous avons calculé ensuite les éléments secondaires
(escaliers, plancher, acrotère) et vérifié les résultats vis à vis de l’action du séisme. Lors de
l’étude dynamique et sismique par la suite, l’utilisation, l’exploitation ainsi que la
compréhension des Règles Parasismiques Algériennes ont été acquises et nous ont permis de
lever beaucoup d’ambiguïtés et de comprendre beaucoup de phénomènes. Nous nous sommes
intéressés de près à l’étude de sol du site qui recevra le projet. Cette partie nous a été très
bénéfique car nous avons confronté nos connaissances théoriques en mécanique des sols à la
réalité.

Enfin on peut dire que cette étude a pu atteindre son but espéré car elle nous a
approché du domaine de nos études et des difficultés et les problèmes qu’on peut les
rencontré dans la vie professionnelle.

153
annexe
Bibliographie

REGLEMENT

• Règles Parasismiques Algériennes RPA99/version2003.

• Règles de Conception et de Calcul des Structures en Béton Armé CBA 93

• Règles de Calcul de Béton Armé Aux Etats Limites BAEL91.

•Règles de Calcul de Béton Armé DTR BC 2.2

LOGICIELS

• Logiciel Auto desk Robot Structural Analysais Professional 2014.

• WORD 2007

• AUTO CAD 2014.