Vous êtes sur la page 1sur 10

Département : Génie Mécanique Classe :……..

Devoir de maison Octobre 2019 Année Universitaire : 2019/2020 Semestre : 1


Enseignants : Mr. B. Ben Fathallah
Matière : Technologie des chaines de production
Coefficient : 2, Durée : 1H30, Nombre de pages: 8
Documents non autorisés, calculatrices autorisées. /A répondre directement sur les pages de 1/8 à 8/8.

MISE EN SITUATION D’UNE CHAINE ET UNITE DE DISTRIBUTION D’EAU


Le boîtier est un élément de l’ensemble raccord rotatif destiné à équiper une unité de
distribution d’eau minérale.

Unité de distribution d’eau Raccord rotatif virtuel


Mise en situation :
Un montage de bridage permet d’assurer la mise et le maintien en position des boîtiers des raccords
tournants pour l’ensemble des opérations (perçages, taraudages et lamages radiaux). Ce montage est
constitué de :
- Un bras articulé fixé sur le montage qui vient en appui sur la pièce.
- Une bride à nez rétractable fixée sur le montage.
L’ensemble est monté sur un plateau tournant d’un centre d’usinage 4 axes.
L’alimentation hydraulique se fait par les tuyaux flexibles.

Pièce à brider Bras articulé Bride à nez


rétractable

Montage de Alimentation
bridage Hydraulique
par flexibles

Plateau tournant
d’un centre
d’usinage 4 axes
horizontal.

Page 1/10
La société GIRARD TRANSMISSIONS SA (filiale de LEROY SOMMER, société
EMERSON) à Lescar (à proximité de Pau, 64) est spécialisée dans la mécanique de précision. Elle
développe, essentiellement, des réducteurs ou des motoréducteurs roue et vis sans fin de précision.
Pour assurer une part importante et régulière de sa production de vis sans fin (ébauche et ½ finition)
un poste de travail est équipé d’un portique et d’un bras manipulateur (Sté SEPRO). La finition des
vis sans fin est réalisée en rectification.
A l’origine le bras manipulateur a été conçu pour des pièces cylindriques de 20 mm (mini.) à 85
mm (maxi.) de diamètre. Malgré plusieurs jeux différents de pinces les préhenseurs qui équipent
actuellement le bras manipulateur ne sont pas capables d’opérer sur des pièces d’un diamètre
inférieur à 20 mm. Pour répondre à ces nouvelles spécifications, un porte-préhenseurs modulaire a
été conçu pour s’adapter au bras manipulateur.
Prévention des risques et normes de sécurité (2 points)
a) Le tableau suivant illustre quelques types de normes appliquées selon l’utilisation
correspondante. Enoncer, en complétant le document suivant, les 3 types de normes de sécurité
selon la colonne adéquate.

Type A : ……………….… Type B : ……………….… Type C : ……………….…


……………….… ……………….… ……………….…
EN 292-1 et –2 : Sécurité des EN 60204-1 : Equipement électrique EN 201 : presses à injecter les
machines, notions fondamentales des machines plastiques et le caoutchouc
EN 1050 : Appréciation du risque EN 418 : Equipement d’arrêt d’urgence Pr EN 692 : presses mécaniques
EN 954-1 : Partie des commandes relative à la sécurité (traitement des AU, capteurs de sécu, relais de
sécurité…)
EN 294 : distances de sécurité pour la protection des membres supérieurs …
b) Enoncer 2 équipements de sécurité sur des machines-outils :
1) ………………………………………………………
2) ………………………………………………………
I. Génération des surfaces usinées : Outil – conditions de coupe – pièce (points)
A. Générer des surfaces tournées (5 points)

Ces objectifs contradictoires ne peuvent être atteints que si l’entreprise met en place une
stratégie de production prenant en compte (fig. 2.1) :
 la qualité,
 la flexibilité,
 les délais de production,
 les coûts.

Page 2/10
Ces objectifs sont interdépendants.
Compléter ce schéma par ce qui convient.

Figure 2 Amélioration de la stratégie de production


Produits finis, pièces détachées, fournitures de bureau,…
 les besoins dépendants : ils sont générés par les besoins indépendants et sont calculés à partir de la
décomposition des produits finis en sous-ensembles, pièces, matières.

Figure 3.1 Nomenclature : besoins indépendants, dépendants

De nombreuses entreprises modernes, très performantes et compétitives, pratiquent une méthode


de distribution qui consiste à ne faire entrer une marchandise dans une aire de fabrication que
dans l'heure qui précède son utilisation effective.

Dans cette configuration le schéma suivant présente des anomalies qui influent directement
sur la production pouvez-vous les citer, peut-être une, deux ou plus remplir ce que vous
constatez :
- …………………………………………………………
- …………………………………………………………..
- …………………………………………………………
- …………………………………………………………..
- ……………………………………………….
Page 3/10
La figure suivante est choisie pour remédiant les défauts et les anomalies dans la première
configuration. Le même atelier, après le retrait de tous les objets superflus. Pensez-vous que
l'efficacité s'en trouvera accrue ? Et la qualité ? L'impression faite sur les visiteurs ne sera-t-elle
pas meilleure ?

……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………

Page 4/10
Types d’implantation

On rencontre plusieurs dispositions pour répondre aux exigences de la production et productivité on


rencontre plusieurs type d’implantations : l’implantation en sections homogènes, l’implantation
en lignes de fabrication, l’implantation en cellules de fabrication, … ;

Pour chaque type, choisir l’implantation correspondante:

1- ……….…………………………

On rassemble les machines ayant les mêmes


techniques de fabrication ou même fonction.

2- ……………………………….

Les machines sont implantées


de telle sorte que la matière
passe toujours dans le même
sens, sans retour en arrière.

3-
Constituant des sous-ateliers de
production spécialisés pour réali-
ser partiellement ou entièrement
des pièces d'une ou plusieurs
familles de pièces. On utilise
aussi le terme d’îlot de production.

B. Les coûts de production : temps unitaire et temps minimal


Page 5/10
Soit à déterminer les vitesses de coupe maximale

a) une production maximale en quantité,


b) une production au coût minimal..., pour l’opération de chariotage réalisée dans les
conditions suivantes :

sur tour à commande numérique dont le coût Cm1 a été calculé et est égal à 150 DT.

Rappels des données : matière C 45 ; production N = 5000 pièces ; D = 100 ;


Lc = 150 f = 0,6 et a = 5.
Les autres données sont les suivantes :
 Coûts : Aaf = 60 F (Aaf - taux de la section d’affûtage par heure) ; Po = 60 F (Po - prix global de l’outil
neuf) ; Ap = 80 F (Ap - taux global d’exploitation de la section préparation, frais généraux et main-
d’œuvre).
 Temps : Ts = 60 min ; Tm = 0,5 min ; Trm=0,1 min; Taf=10min; Tmo=1 min
 Nombre d’utilisation : nu = 11.

Les valeurs indicatives des conditions de coupe en tournage, permettent de calculer la valeur
expérimentale de la constante de Taylor, soit :

CVT
1/ K 
 130  420 ,2  278

Production maximale en quantité.


V
3Production au coût minimale.
V 
La figure 1 montre la variation du temps en fonction de la vitesse de coupe.
La figure 2 montre la variation du coût en fonction de la vitesse de coupe.

Expliquer chacune des configuration :


……………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………..
Page 6/10
……………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………

C. Les temps d’exécution. Les simogrammes

Le travail à deux machines est couramment appliqué : un seul ouvrier conduisant 2 tours à
copier, 2 tours automatiques à décolleter dans la barre, 2 machines à rectifier Centerless à
l’enfilade, etc. , ce qui permet d’approcher de l’utilisation ouvrière à 100 % sous réserve qu’elle
comprenne les repos compensateurs normalement accordés à l’ouvrier : D, P, M et A.

Pour une organisation à n machines de périodes et de cycles identiques dont les simogrammes
sont très allongés (c’est le cas des machines à tailler les dentures d’engrenages, cannelures et
dentelures) il faut pouvoir placer dans le Tr d’une machine, (n -1) fois la somme des Tm et Ttm,
ainsi que n fois le temps de passage d’où l’expression :

Page 7/10
a) A partir du simogramme 1 – b et c, calculer le temps bi manuel, le temps manuel et le temps
sur une machine : Tm : temps manuel, Tt : temps technologique, Ttm : temps techno manuel, Tr :
temps résiduel et Tz: temps masqué. L’échelle l’unité c’est la seconde (s). Chaque cycle doit
comporter un temps résiduel : Tr supérieur à la somme des temps humains : Tm et technico-humains Ttm.

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

b) Vérifier sur le graphique 2, les temps correspondants :

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

c) TEMPS DE COUPE EN BROCHAGE (fig. 4).

Tt : temps réel de coupe en minutes


Lb : course aller de la broche en mm
Page 8/10
V : vitesse de coupe en m/min

- Calculer le temps technologiqueTt pour une pièce, sachant que L = 35 mm, V=20m/mn
…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

- Calculer le temps pour 100 pièces et représenter le simogramme selon la configuration 2.

…………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

Page 9/10
Page 1/8