Vous êtes sur la page 1sur 3

I.T.P.

M TanTan

DEMARRAGE DES MOTEURS DIESEL

I. GENERALITES

1- Conditions à réaliser :
Pour qu’un moteur diesel démarre, il faut créer les conditions d’allumage dans l’un
des cylindres au moins :
 Quantité d’air frais suffisante dans le cylindre ;
 Température de l’air à la fin de compression supérieure ou égale à la tempér-
ature d’auto-allumage du combustible ;
 Injection du combustible pulvérisé.

Les moteurs doivent donc être équipés d’un dispositif de démarrage qui fournirait au
moteur l’énergie suffisante pour que :
 La température de l’air dans l’un des cylindres, au moins, dépasse la tempér-
ature d’auto-allumage au moment de l’injection ;
 La vitesse de rotation soit suffisante pour que le système d’injection puisse
assurer une pulvérisation correcte.

2- Les facteurs qui influent sur le démarrage :

 Rapport volumétrique de compression pc/p0 (avec pc : pression de fin de


compression et p0 : pression d’aspiration) ;
 Température initiale de l’air ;
 Importance des fuites calorifiques ;
 Etanchéité de la chambre de compression.

3- Les dispositifs qui facilitent le démarrage :

 Réchauffage de la chambre de combustion (bougies de préchauffage) ;


 Réchauffage de l’air de suralimentation ;
 Préchauffage des enveloppes des cylindres par une circulation d’eau chaude ;
 Injection d’un combustible à faible température d’auto inflammation dans la
tubulure d’admission d’air au moment de démarrage (start-pilote).

Moteurs Diesels 1 Démarrage des


MD
I.T.P.M TanTan

II. PROCEDES DE DEMARRAGE

1- Démarrage à la main :

Ce procédé est utilisé sur les moteurs de petite puissance. Le moteur utilise l’énergie
donnée au volant lorsqu’il atteint une vitesse suffisante.

2- Utilisation d’un moteur auxiliaire :

Ce moteur auxiliaire, que l’on embraye sur une couronne dentée généralement
portée par le volant, peut être électrique ou pneumatique.
Ce moteur entraîne l’attelage jusqu’à ce qu’un ou deux cylindres soient allumés.

A bord des navires, les moteurs de démarrage utilisés sont :


 Des moteurs pneumatiques (07 bars < pression < 10 bars) ;
 Des moteurs électriques (de tension U= 24 v).

3- Démarrage à l’air comprimé :

De l’air comprimé est introduit dans le cylindre, transformant le moteur diesel en un


moteur à air comprimé pendant la période de démarrage.
Le moteur franchit la période de démarrage lorsqu’il y’à auto-allumage du combu-
stible injecté.

III. DEMARRAGE A L’AIR COMPRIME 

1- Généralités :

Les moteurs de cylindrée unitaire (1) supérieure à 05 litres, sont démarrés par l’air
comprimé.
L’air comprimé est fournit par un compresseur d’air entraîné par un moteur
électrique, ou peut être attelé au moteur diesel.
L’air est stocké dans des bouteilles à une pression de 30 bars.

Attention : L’utilisation d’oxygène sous pression expose le personnel à des acci-


dents mortels.

Moteurs Diesels 2 Démarrage des


MD
I.T.P.M TanTan

2- Principe d’un circuit de lancement :

Le circuit comprend :
 Deux bouteilles d’air de lancement (A) (P°= 30 bars) ;
 Un ou deux compresseurs à air (G) ;
 Un dispositif de sécurité (B) qui empêche le lancement du moteur si le vireur
est embrayé ;
 Un détendeur (H) (30/7 bars) ;
 Une soupape de distribution (C), commandée par le levier de lancement
manuel. Il permet d’alimenter en air le distributeur d’air de lancement (D), et
d’assurer l’ouverture de la soupape automatique de lancement (E) ;
 Une soupape automatique de lancement (E), qui distribue l’air sur toutes les
soupapes de lancement ;
 Un distributeur d’air (D), composé des soupapes de distribution, appelées
aussi « clapets pilotes », ou d’un disque rotatif de distribution. Son rôle est de
permettre l’ouverture des soupapes de lancement (F) pour admettre l’air dans
le cylindre uniquement lors de la phase de détente de chaque cylindre.

Moteurs Diesels 3 Démarrage des


MD

Vous aimerez peut-être aussi