Vous êtes sur la page 1sur 15

El Watan ÉCONOMIE

Du lundi 26 juillet au dimanche 1er août 2010 Supplément hebdomadaire n°254 - GRATUIT - Email : suppeco@elwatan.com/Tél. - Fax : 021 65 58 66

BAISSE DU POUVOIR D’ACHAT À NOS LECTEURS


ET PÉRIODE DE GRANDES DÉPENSES Le supplément
El Watan Economie s’offre
une courte pause estivale
et vous donne rendez-vous
à la rentrée

ASSURANCES DES PERSONNES


UN MARCHÉ QUI PÈSE
4 MILLIARDS DE DOLLARS
LE SECTEUR DES ASSURANCES EN ALGÉRIE VIENT DE CONNAÎTRE UNE
AVANCÉE NOTABLE DANS SON AMBITION DE SE METTRE AU DIAPASON DU
MARCHÉ INTERNATIONAL. La Société algérienne d’assurance (SAA)
a en effet ouvert le bal sur les assurances des personnes en créant
une filiale qui sera consacrée exclusivement à cette activité.
Page 6

ACCORDS ENTRE L’EUROPE


ET LES PAYS D’ORIGINE DES
MIGRANTS
DES MILLIONS D’EUROS
D’AIDE AU
DEVELOPPEMEMENT
CONTRE DES
EXPULSIONS MASSIVES
À CE JOUR, AU MOINS 11 ACCORDS COMMUNAUTAIRES, DE NOM
BREUX ACCORDS BILATÉRAUX ET MÊME DES ACCORDS INFORMELS ont
été conclus entre l’Europe et des pays africains, source de flux
PHOTO : B. SOUHIL

migratoires, a indiqué Mounira Haddad, présidente de l’asso-


ciation algérienne Afad et représentante exclusive de l’Algérie
à la Cimade, une ONG qui milite pour les défense des droits
des migrants, demandeurs d’asile et réfugiés dans le monde.
Pages 7, 8 et 9

LES ALGÉRIENS DANS COMMENT EN FINIR AVEC LES INÉGALITÉS


ACCRUES DANS LA DISTRIBUTION
DU FONCIER

LA DÉPRIME
LES VACANCES D’ÉTÉ NE SONT PAS ENCORE TERMINÉES QUE LES ALGÉRIENS PENSENT DÉJÀ À LA RENTRÉE. Il est vrai qu’avec une saison
PLUS DE 40%
DES TERRES AGRICOLES
SANS TITRE DE PROPRIÉTÉ
estivale écourtée par un Ramadhan qui tombe en plein mois d’août, les ménages n’auront pas trop le temps de cogiter. En
tout cas, leur portefeuille sera bien là pour leur rappeler la cruauté du calendrier 2010. Lire en pages 2, 3 et 4

entreprises de presse LES CHRONIQUES


A la conquête d’un marché
PHOTO : B. SOUHIL

■ l’analyse d’el kadi ihsane


juteux contrôlé en grande Ce que nous raconte l’été horrible
partie par l’Etat d’Air Algérie P2 Bien que des réformes multidimensionnelles ont été

B ien qu’encore fortement soumis aux injonctions politico-


administratives, le secteur de la presse écrite constitue un
marché juteux de plus de 20 milliards de dinars, que se dispu-
menées durant la dernière décennie à coups de dizaines de
milliards de dollars, l’agriculture algérienne peine à trouver
son envol. Que ce soit en termes de protection des ressour-
tent une centaine de titres aussi bien publics que privés. Les ces naturelles (terres, eaux), de modernisation des équipe-
entreprises de presse en activité, toutes constituées en socié- ■ repères économiques de abdelhak lamiri ments, de renforcement de mode de structuration ou d’amé-
lioration de la ressource humaine, les différentes filières
tés par actions, tentent chacune en fonction de ses moyens et
de sa proximité avec l’Etat détenteur du plus gros de la Plans de relance et problématique agricoles demeurent lamentablement à la trîne même si au
niveau de la production, des avancées notables ont été
manne publicitaire et des sociétés d’impression d’accaparer
une part du marché. Page 12 de la jeunesse P5 enregistrées du point de vue quantitatif. Pages 10 et 11

PÉTROLE : LES COURS SOUS LES 80 DOLLARS P 15


2 DOSSIER El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010

A la veille de leur départ en vacances


Les patrons inquiets pour
la rentrée sociale
A la veille des grands départs en vacances, consulter et de s’enquérir de vos problè- changement d’activité avec option pour liquidités exigées ne sont pas toujours
les chefs d’entreprise n’ont pas la mine mes. Vous avez vu dans quelles difficultés l’import-import qui pose moins de pro- disponibles. Toutes nos importations ont
se débattent les entreprises industrielles blèmes», a-t-il ajouté non sans amertu- accusé des retards qui ont gravement
réjouie que devraient avoir ces «acharnés depuis l’obligation qui leur a été faite par me. affecté notre capacité d’offre. C’est en
du boulot» qui ont la chance de pouvoir la LFC 2009 d’utiliser le Credoc pour A. B., PDG d’une importante entreprise grande partie ce qui explique certaines
s’offrir quelques jours de repos, pour la importer leurs matières premières. Il n’y a publique de bâtiment, qui a, lui aussi, pénuries et la hausse des prix ayant
aucune raison pour que la LFC pour l’an- requis l’anonymat, estime être dans la affecté quelques articles électroménagers
plupart dans un havre touristique née 2010, dont la promulgation accuse même «galère» que ses collègues du sec- grand public.» Je suis très inquiet pour la
étranger. déjà pès d’un mois de retard, ne compli- teur privé. «On ne nous fait pas de rentrée en raison de l’insuffisance de ma
que encore davantage les choses». cadeaux lorsqu’il s’agit d’octroi de mar- trésorerie qui me contraindra à importer
l faut dire que l’année 2009 et celle qui chés publics, l’EPE étant soumise aux beaucoup moins. Le Credoc ne me donne
Par
Nordine Grim
I est en cours ont été très pénibles pour
les affaires en général et l’exercice des
activités productives en particulier.
LE CREDOC, UNE CATASTROPHE !
Ce pessimisme, étayé par toutes les mala-
dresses commises par les autorités politi-
mêmes obligations que toutes les autres
sociétés.
Quand nous obtenons un marché, nous
même pas la possibilité de faire jouer les
bonnes relations commerciales que j’ai
tissées avec mes fournisseurs pour payer à
La loi de finances complémentaire pour ques algériennes qui ont de tout temps sommes soumis au même titre que les terme les articles que je leur achète régu-
l’année 2009 a, en effet, gravement cham- géré sans partage ni concertation la autres, sinon plus, aux retards de paie- lièrement, a-t-il tenu à préciser.
boulé le climat des affaires déjà précaire machine économique, est malheureuse- ment des situations de travaux. Alors que Comme on le constate, le moral de nos
en le compliquant encore davantage, mais ment partagé par l’ensemble des opéra- nous détenons d’importantes créances sur chefs d’entreprise n’est pas au plus haut.
aussi et surtout, en provoquant une insta- teurs économiques, qu’ils soient publics les maîtres d’ouvrage, nous croulons sous Leur inquiétude, somme toute légitime,
bilité juridique très préjudiciable à l’éco- ou privés, qui se plaignent tous sans d’énormes découverts bancaires qui nous est le résultat de l’absence de concertation
nomie du pays. Cette habitude qu’ont les exception du manque de visibilité à court coûtent très cher et engloutissent nos mar- et de communication des autorités politi-
autorités politiques algériennes de condui- et moyen termes, de l’instabilité de l’envi- ges. Je suis très inquiet pour l’avenir de ques algériennes habituées à conduire
re l’économie à coups de lois de finances ronnement juridique et de la versatilité l’entreprise», conclut-il, quelque peu, sans partage la machine économique. De
dans lesquelles sont sournoisement glis- des décisions trop souvent connotées par désabusé. cette gestion en vase clos résultent des
sées des dispositions législatives concoc- des considérations politiques. «Je n’ai Aussi paradoxalement que cela puisse décisions inadaptées aux réalités du ter-
tées en vase clos pour déstabiliser les pratiquement rien investi en 2009 et au paraître, même les importateurs de pro- rain et, bien souvent, ruineuses pour les
entreprises, notamment celles de la sphère cours de cette année, car aucune décision duits prêts à la consommation ne sem- entreprises.
productive. susceptible de nous sécuriser n’a été prise blent pas être «dans leur peau» à la veille Considérant qu’elles ont droit à l’erreur,
C’est l’avis de O. R., patron d’une société durant toute cette période», nous apprend du départ en vacances. «Il est de plus en les autorités concernées ne prennent
de production d’articles scolaires installée M. L., propriétaire d’une usine de profilés plus périlleux d’engager des opérations de même pas la peine de réparer les préjudi-
dans la région de Blida, qui nous a affir- en aluminium, située dans la wilaya de commerce extérieur dans les conditions ces que les entreprises ont subis du fait de
mé, non sans inquiétude : «On ne sait pas Béjaïa. imposées par le Credoc imposé comme leurs décisions intempestives.
à quelle sauce on sera mangé par la loi de Le Credoc a été une catastrophe pour seul moyen de paiement par la LFC 2009, Le droit des affaires et la syndicalisation
finances complémentaire pour l’année notre unité économique qui a dû recourir affirme, I. H., un gros importateur d’arti- patronale, n’étant pas ancrés dans la
2010, dont on ne sait absolument rien mis à de nombreux arrêts de production pour cles électroménagers installé dans la culture entrepreneuriale algérienne, la
à part les quelques indiscrétions rappor- ruptures de stock. Je n’ai recruté aucun régions de Sétif. conduite sans partage de l’économie algé-
tées par les journaux. Trouvez-vous nor- employé de plus cette année et je crains «Les dossiers d’importations ne sont pas rienne par les seuls tenants du pouvoir a,
mal qu’on décide du sort de votre entre- que la prochaine rentrée soit celle des faciles à confectionner avec nos banquiers à l’évidence, encore de beaux jours devant
prise sans jamais prendre la peine de vous licenciements et, pourquoi pas, celle du qui n’ont pas la technicité requise et les elle. N. G.

Ce que nous raconte l’été horrible


analyse d’Air Algérie
D’EL KADI IHSANE

L
a crise estivale d’Air Algérie, d’une gravité sans Dans le transport aérien, les autorités pensaient gagner la Tunisie. Avantage collatéral des flux touristiques trans-
précédent, raconte en pointillé un certain regard quelques années en repoussant l’inévitable open-sky qui portés en low coast ? Pas seulement. Les Marocains et les
de l’Algérie officielle sur son pays. Le pavillon arrive à petits pas. Tunisiens ont décidé, il y a longtemps, de faire de leur
national s’est vu couper les ailes pour faire face Erreur. La concurrence est déjà largement installée et le diaspora un acteur économique domestique important.
au surplus de trafic saisonnier. Pas d’affrète- manque à gagner d’Air Algérie sur sa destination pre- Ils drainent leur épargne en implantant leur banque en
ments d’aéronefs en quantité nécessaire, pas de mainte- mière, l’Algérie, va aller en grandissant. Le gouvernement Europe, développent pour des formules dans l’immobi-
nance de sa flotte dans les délais imposés par le plan applique avec zèle sa feuille de route - la limitation des lier, encouragent leur rapatriement avec les IDE qu’ils
d’exploitation. La faute au management ? Sans doute importations par le crédit documentaire obligatoire - sur captent.
pas. une terre brûlée. Les parts de marché que peuvent rem- Le gouvernement algérien, à l’inverse du président de la
Wahid Bouabdellah, PDG de Air Algérie, a déjà assuré porter, Air France, Royal Air Maroc, Tunisair, Spanair, Aigle FAF, regarde sa diaspora comme un problème : elle ali-
correctement deux campagnes estivales en 2008 et 2009. Azur, Lufthansa et tous les autres entament la balance mente le marché parallèle des devises, stresse Air Algérie
Il l’a déclaré clairement à la radio : c’est la faute au crédit devise de la filière. Le «modèle » anti-importation de tous les étés et vote de moins en moins devant les caméras
documentaire intégral, que la LFC 2010 va reconduire. Ahmed Ouyahia n’a pas prévu ce calcul «complexe » à étrangères. Les officiels n’ont pas plus besoin des IDE que
Mais aussi à des intrusions - de la tutelle ? - qui ont inva- plus d’une variable ; perdre des devises en voulant en des émigrés. C’est le même message qu’ils envoient d’une
lidé des recours ordinaires à l’affrètement. «La suspicion économiser. certaine façon aux deux. Impossible compétitivité de l’en-
est partout», a déploré le PDG d’Air Algérie auquel per- La crise d’Air Algérie scande l’autopsie de l’entreprise treprise publique sous tutelle, dédain affiché pour la
sonne ne pourra faire le procès de n’être pas monté au publique. Mais elle dit aussi la relation des autorités algé- diaspora : en laissant Air Algérie sombrer dans un sous-
front pour briser le siège procédurier qui a plongé, en riennes à leur diaspora. Partout dans le monde émergent, dimensionnement de son offre de sièges opérationnels
quelques semaines, la compagnie nationale dans un les diasporas sont la locomotive de la croissance, du trans- durant le pic saisonnier, le gouvernement a étalé l’incurie
chaos affligeant. Bémol à son bilan, le fait qu’il ne soit pas fert de technologie et de la modernisation sociétale. Air algérienne dans tous les aéroports du monde desservi par
resté solidaire du monde de l’entreprise lorsqu’il a Algérie est souvent leur première interface avec le pays. la compagnie. Le Premier ministre s’est empressé de pren-
conduit, il y a trois mois, la fronde des «patrons publics» Or, l’impasse stratégique dans laquelle elle est maintenue, dre sa plume pour excommunier le cabinet conseil
quittant un FCE jugé trop crûment critique vis-à-vis de la a une conséquence bien plus néfaste. Elle maintient élevé Strategica pour une prétendue mise à disposition de
politique économique du gouvernement. Réda Hamiani le prix de la destination Algérie - duquel se rapprochent bases de données d’entreprises algériennes au profit
apparaît bien aujourd’hui pour un modéré devant la sor- les autres compagnies - et provoque un délitement de la d’étrangers. Un risible effet de manche comparé à ce qu’il
tie du PDG d’Air Algérie, dans la tourmente de l’urgence. relation des Algériens de l’émigration avec leur pays d’ori- faudrait faire pour éviter de mettre à disposition des
Le mirage d’un management compétitif dans l’entreprise gine. Les Algériens d’Europe se disent toujours frustrés de étrangers, le spectacle quotidien désormais de milliers
publique sous tutelle politique et administrative est pulvé- voir leurs frères maghrébins à revenus comparables visiter d’Algériens errants la nuit dans les aéroports des autres
risé. à bas prix, parfois plusieurs fois dans l’année, le Maroc et dans l’attente de l’avion du «rapatriement».
El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010 DOSSIER 3
Relèvement du pouvoir d’achat en Algérie
La répartition équitable
des richesses, d’abord
Les vacances d’été ne sont pas encore terminées que bal, les salaires restent donc «trop bas» et du téléphone. En 2006, l’Union générale ASSURER L’ÉQUITÉ
les Algériens pensent déjà à la rentrée. Il est vrai surtout «par rapport à l’inflation ressen- des travailleurs algériens (UGTA) a publié Qu’il soit l’otage de l’inflation, des bas
tie». Selon cet économiste, l’Algérien les résultats d’une étude effectuée entre de salaires ou de l’anarchie qui prévaut dans
qu’avec une saison estivale écourtée par un «paye pratiquement les mêmes prix que les 2003 à 2005 et consacrée au budget vital
Ramadan qui tombe en plein mois d’août, les le marché algérien, le problème du pouvoir
Français sans avoir le mêmes salaires qui d’une famille moyenne algérienne. Elle d’achat en Algérie semble répondre à
ménages n’auront pas trop le temps de cogiter. En sont chez nous dix fois moins élevés». Il avait estimé que pour combler les besoins d’autres considérations, qui dépassent le
tout cas, leur portefeuille sera bien là pour leur faut dire que les salaires ne sont pas les incompressibles d’une famille de sept per- cadre statistique ou économique. Le cher-
rappeler la cruauté du calendrier 2010. seuls à avoir été augmenté, puisque le taux sonnes, il fallait un budget de cheur du Cread que nous avons interrogé
d’inflation les a précédés et même accom- «24.790,85 DA en 2005, alors qu’il était de estime à ce propos que «quand on veut
pagnés. Pour notre interlocuteur, «les chif- 22.970,35 DA en 2003, soit une érosion du attaquer le sujet du pouvoir d’achat d’une
fres de l’ONS (office nationale des statisti- pouvoir d’achat de l’ordre 7,9% en trois manière franche, on débouche sur la ques-
Par omme c’est le cas depuis plusieurs ques) sous-estiment l’inflation». En réalité, ans». L’étude avait démontré que pour
Safia Berkouk
C années déjà, le pouvoir d’achat sera
à nouveau mis à rude épreuve, bien
que cette année a été marquée par une
«il y a l’inflation apparente telle qu’elle est
calculée par l’ONS à travers l’indice des
prix à la consommation (IPC) et qui est
l’alimentation qui constitue 53,5% du bud-
get familial, il fallait des dépenses men-
suelles de 13.260,50 DA. En 2010, une
tion de la gouvernance et de la redistribu-
tion des richesses». Le fait est qu’«il y a
une richesse en Algérie, mais elle est
concentrée entre les mains d’un groupe
augmentation du Salaire minimum garanti bien mesurée, et il y a l’inflation ressentie étude comparative sur le pouvoir d’achat social par rapport aux autres groupes
(SNMG) et des salaires dans le secteur par les gens chaque jour, qui est elle mal au Maghreb (publiée dans El Watan) réali- sociaux qui participent à la richesse natio-
privé et public. Est-ce pour autant suffisant mesurée». Ailleurs, on estime que l’indice sée par l’Intersyndicale de la Fonction nale». Une grosse partie de la population
pour relever le niveau d’un pouvoir d’achat du coût de la vie est plus proche de ce publique, avait démontré que le SNMG en se trouve «exclue de cette redistribution».
déjà sérieusement mis à mal par une infla- qu’on ressent chaque jour. Cet indicateur a Algérie ne couvre que 26% des besoins Le meilleur indicateur pour savoir si la
tion chronique. été inventé pour «couvrir le gap» entre minimums contre 32% pour les Marocains richesse est bien distribuée c’est de regar-
Pour certains experts, la réponse est claire- l’inflation apparente et celle qui est ressen- et 15% pour les Tunisiens. L’étude avait der comment se fait le partage de la valeur
ment négative. «Les augmentations concé- tie. «Mais en Algérie, il n’est pas calculé». conclu qu’il fallait porter le SNMG à ajoutée qui est crée par l’entreprise et qui
dées restent insuffisantes pour deux rai- Du coup, «quand on attaque le sujet du 38.000 dinars. Pour coller à la réalité du est partagée en trois parts, la première
sons : d’abord ce ne sont pas des augmen- pouvoir d’achat avec l’inflation telle qu’el- terrain, la centrale syndicale a entrepris de rémunère le salarié, la seconde le détenteur
tations, mais des rattrapages de ce qu’il le est mesurée par l’IPC, l’analyse de réactualiser l’étude de 2005. «Un groupe du capital et la troisième l’Etat à travers les
aurait fallu faire il y a 4 ou 5 ans. Ensuite, départ est biaisée». C’est pour cela, par de travail planche dessus. Nous faisons impôts. Selon ce chercheur, «la part de
quand on voit les niveaux de ces augmen- exemple, que les prix des fruits et légumes tout pour qu’elle soit achevée d’ici le l’Etat est à 12%, mais celle du salarié a
tations dans les textes d’application, elles qui «ont augmenté de 30% ou 40% au Ramadhan», nous a déclaré Rachid Aït Ali, diminué au profit de l’entrepreneur et cela
sont scindées en plusieurs tranches et éta- cours des deux ou trois dernières années chargé de la cellule de communication du explique en partie la richesse des nouveaux
lées dans le temps», nous explique un sont restés à ce niveau-là, mais dans l’IPC, secrétariat général de l’UGTA. Il s’agit de riches». Il est, estime-t-il «de la responsa-
chercheur du Cread (centre de recherche ça n’a pas été reflété». réaliser une étude qui prend en compte les bilité de l’Etat d’assurer l’équité pour
en économie appliquée et développement). nouvelles donnes du marché, tout en pre- garantir la paix sociale».
Par ailleurs, si on regarde le SNMG, «il SATISFAIRE LES BESOINS nant en considération les ajustements en
INCOMPRESSIBLES L’inégalité dans la redistribution des riches-
profite beaucoup plus à ceux dont les salai- matière de salaire apportés par le gouver- ses explique en un sens qu’on remarque
res sont indexés dessus et qui se portent Face au poids de l’inflation et des salaires nement. L‘UGTA considère que ce qui a beaucoup d’absentéisme dans les adminis-
déjà bien puisque ce sont surtout des toujours bas, les ménages ne savent plus à été fait en la matière «est bon, mais insuf- trations et les entreprises, «car les gens
cadres dirigeants. Pour le salarié moyen, le quel saint se vouer. Une mère de famille fisant, car on peut toujours faire mieux», émargent et prennent un autre travail en
salaire de poste a un lien avec le SNMG avoue avoir besoin d’au moins 5000 DA estime M. Aït Ali. Il considère que plus parallèle». Ils sont obligés de faire «des
qui est très mince voire inexistant. Pour la par semaine et plus de 20 000 DA par mois que les salaires, le véritable problème est ajustements». Pendant ce temps, c’est
plupart des gens, ils ne le remarquent pour subvenir aux «besoins essentielle- de «stabiliser le marché et de régulariser le l’Etat le grand perdant puisqu’il se retrou-
même pas. Le gain est d’à peine 250 ou ment alimentaires» de sa famille composée prix». Actuellement, «on ne maîtrise rien, ve à rémunérer un travail qui souvent
300 DA de plus dans les fiches de paie». de 5 personnes et cela sans prendre en car le marché est occupé par les affairistes «n’est pas fait», conclut-il. S. B.
Remis dans le contexte économique glo- compte les factures d’électricité, de l’eau et les spéculateurs».

Les vacances, une dépense luxueuse


Les trois premiers postes transport, le logement. parce qu’il n’y a pas
des dépenses chez les Selon lui, «tout a changé qu’une seule offre en la
ménages en Algérie vont en Algérie (les matière. Il y en a
à l’alimentation, habitudes, la culture, les plusieurs et elles sont
l’habillement et la santé, mentalités), sauf les diversifiées : pour les
selon les experts. Dans salaires, qui ont grand couches moyennes, les
ces conditions, la part besoin d’être revus, car vacances de luxe, etc.».
réservée aux loisirs en l’état actuel des Mais globalement, les
diminue et s’avère être choses, ils ne gens n’ont pas le réflexe
minime et le nombre permettent même pas pour ce genre de chose.
d’Algériens qui partent d’acheter des livres, ils D’ailleurs, ça se voit
en vacances se trouve a couvrent surtout les dans leur manière de
fortiori réduit. On estime dépenses faire. «Il y a plus d’un
que plus d’un million de d’alimentation», sauf, million qui vont passer
nos compatriotes peut-être pour «la leurs vacances en
visitent la Tunisie minorité qui travaille Tunisie, mais en
chaque année et on pour les majorité, ils préfèrent y
affirme que cette multinationales». aller seul, alors que cela
destination attire Si la majorité des gens leur coûterait moins cher
environ la moitié des n’a pas les moyens pour de partir en groupe dans
touristes algériens. partir en vacances, alors le cadre d’agences de
«Actuellement, la part «ils partent en week-end voyages par exemple».
des vacances dans les ou au bled, selon la Au final, les vacances,
budgets familiaux ne tradition». Car, il ne c’est considéré comme
représente rien du tout», faudrait pas croire que la «un problème de
explique Nacer Djabi, contrainte est société» qui est lié à la
sociologue. La raison est uniquement notion même de
avant tout d’ordre économique. Pour M. «congé» et quand on
PHOTO : B. SOUHIL

économique, car les Djabi, «c’est aussi une sait qu’il y a des gens
salaires sont encore de question d’habitude». qui disent ne pas avoir
type «socialistes» chez Les gens qui ont pris de congé «depuis 15
nous. L’Etat continue à l’habitude de partir en ans», ça veut tout dire.
prendre en charge, le vacances «le font encore S. B.
4 DOSSIER El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010

Erosion du pouvoir d’achat


Une notion à nuancer
L’appréciation de la situation du pouvoir pour arrondir les fins de mois, ce qui rela-
tivise, selon certains experts, la notion
d’achat en Algérie est loin de faire d’érosion du pourvoir d’achat. L’étude
l’unanimité parmi les experts. Si certains réalisée en 2007 et publiée par le FCE en
admettent qu’elle est en dégradation, 2009 sur la part de l’informel dans l’éco-
nomie nationale l’atteste assez bien. Elle a
d’autres soutiennent le contraire, s’appuyant en effet démontré que les revenus issus du
sur certains indicateurs comme la part des secteur informel totaliseraient 17% de
l’ensemble des revenus primaires nets des
revenus issus de l’informel, les signes ménages, alors que les revenus nets du
extérieurs de richesse ou encore l’évolution secteur informel se situeraient entre 300
des salaires par rapport à celui de l’inflation. milliards et 600 milliards de dinars. Ce
montant peut être assimilé à la valeur ajou-
tée du secteur informel et correspond à
13% du PIB hors hydrocarbures.
L’enquête a fait ressortir le fait que sur une
Par es études différentes menées par le population occupée totale de 8,25 millions
Safia Berkouk
D Forum des chefs d’entreprise ou
encore par l’institut national du tra-
vail permettent néanmoins de nuancer la
de personnes, le secteur informel occupait
1,78 million de personnes et l’emploi
informel représentait 32% de l’emploi
situation. total. 35% de l’emploi non agricole total
Ainsi, selon les résultats d’une enquête n’est pas déclaré à la sécurité sociale ainsi
réalisée par l’Institut national du travail en que 15% de l’emploi formel. Les secteurs
2006, «les salaires des Algériens auraient les plus concernés par l’informel sont ceux
connu une évolution de près de 73% sur la du bâtiment (34% environ de l’emploi
période allant de 1996 à 2002, avec un informel), le commerce (20%), le transport
salaire national brut moyen se situant à (6%) et l’artisanat (17%).
près de 23 000 DA en 2002».
Mais si le salaire moyen a évolué de près QUI PROFITE DE LA RICHESSE ?
de trois quart durant cette période, l’indice Quels que soient les avantages de l’infor-
des prix à la consommation a également mel, ils ne peuvent occulter ce qui est
progressé durant la même période, mais à considéré comme le véritable problème à
un degré moindre, gagnant, 20,9%, selon prendre en compte dans le traitement de la
les statistiques de l’Office national des question du pouvoir d’achat, à savoir la
statistiques (ONS). Dans une analyse répartition de la richesse entre les acteurs
consacrée au «Paradoxe de la consomma- qui sont à l’origine de sa création dans une
tion inégalitaire en Algérie» (publiée dans société. L’étude de 2006 du FCE renseigne
El Watan du 29 septembre 2009), le pro- dans ce sens sur les disparités qui existent
fesseur Ahmed Bouyacoub a observé qu’au dans ce domaine. Il en ressort qu’au fil des
cours de la décennie 1990-2000, l’indice années, la part réservée aux travailleurs a
des prix à la consommation a été multiplié progressivement fondu au profit des déten-
par plus de 4,5 fois, alors qu’entre 2000 et PHOTO : B. SOUHIL teurs de capitaux.
2008, l’inflation est «maîtrisée» avec une Ainsi, entre 1995 et 2004, la part de l’Etat
moyenne annuelle tournant autour de 3%. par rapport au PIB à travers les amortisse-
Par ailleurs, l’ONS indique que sur la ments et les impôts indirects dans le PIB
période de juin 2009 à juin 2010, le taux est restée stable, respectivement de l’ordre
d’inflation a atteint 5,4%, alors que l’indi- de 7% et 18% du PIB. En revanche, la part
ce des prix à la consommation durant le revenant à l’entreprise sous forme d’excé-
premier semestre 2010 a augmenté de richesse produite en Algérie «a triplé», deçà de l’accroissement du PIB par habi- dent net d’exploitation a augmenté de 10%
4,62%, essentiellement en raison de la tandis que la consommation finale indivi- tant estimé à 13,3% en moyenne par an sur la décennie à près de 3 380, représen-
hausse des prix des biens alimentaires, qui duelle des ménages, a plus que doublé. entre 1995 et 2004». Ainsi, le salaire tant 55% du PIB.
ont augmenté de 6,46% par rapport à la Cependant si l’on examine la part de cette moyen mensuel estimé à 22 128 DA en Durant la même, la masse salariale, esti-
même période de l’année 2009, dont les consommation dans le PIB et son évolu- 2004 ne représentait que 2,2 fois le SNMG, mée en 2004 à près de 1245 milliards de
produits agricoles frais (+6,12%) et les tion entre 1995 et 2004, on remarque alors qu’en 2000, il représentait 2,9 fois le dinars, ne représente que 20% du PIB
produits alimentaires industriels qu’elle a baissé passant d’une part de SNMG. contre 28% en 1995. L’enquête du forum
(+6,75%). 55,6% du PIB en 1995 à 38,5% en 2004. avait expliqué cette diminution à la fois de
Une autre étude publiée cette fois par le Par ailleurs, relève la même source, «l’ac- L’INFORMEL À LA RESCOUSSE la baisse de la part de la masse salariale des
FCE en 2006 et couvrant la période 1995- croissement du SNMG de 9,6% en moyen- Si les salaires évoluent plus rapidement branches productives passées de 15,6% du
2004 démontre que l’évolution de la ne par an dans la période 1995-2004 et que l’indice des prix à la consommation, PIB à 10,6% du PIB et à la baisse de la
consommation et des salaires augmentent celui des revenus des salariés de 10,2%, leur évolution est plus lente par rapport à masse salariale de l’administration passée
moins vite que l’accumulation des riches- tous secteurs confondus en moyenne par celle de la richesse du pays. Du coup, le au dessous de 10% du PIB en 2004 contre
ses. Selon cette étude, en dix ans, la an sur cette même période, sont bien en secteur informel représente un bon filon 12,7% en 1995. S. B.

Dr Nacer-Eddine Hammouda. Economiste, directeur de recherche au CREAD


«On ne peut pas dire qu’il y a eu réellement
une dégradation du pouvoir d’achat»
Propos recueillis Il y a eu des augmentations de salaire, une revalorisa- d’achat, alors que nous observons par exemple un riser les besoins d’une famille moyenne. Généralement, la
par tion des pensions de retraite, une hausse du SNMG et boom du marché des véhicules neufs en circulation ? moyenne était de sept personnes, mais les données récen-
Safia Berkouk on continue à parler d’érosion du pouvoir d’achat. Il s’agit là d’un des signes extérieurs de richesse et qui tes nous incitent à penser qu’elle est plus réduite et varie
Quels sont les indicateurs qui nous permettent de le n’est pas trompeur. Mais quid de la distribution des reve- entre quatre et cinq personnes.
soutenir ? nus en Algérie ? Quelle est la part des revenus informels La rationalité économique nous impose de lier la rémuné-
Le pouvoir d’achat d’un revenu (salarial ou autre) renvoie ? ration d’un travail à la productivité du travailleur indépen-
au système de prix relatifs en vigueur dans le contexte damment de sa situation familiale. Il appartient aux politi-
d’un pays. Dire qu’il y a érosion du pouvoir d’achat c’est Une étude de 2006 de l’UGTA a estimé à près de ques sociales donc de tenir compte de l’évolution tempo-
dire que l’indice général des prix à la consommation a 25 000 DA le revenu moyen pour une vie décente en relle des besoins de la famille du travailleur en fonction de
évolué plus rapidement que celui des revenus. Est ce le cas Algérie. Une autre étude parle d’un SNMG de 38 000 son cycle de vie.
en Algérie ? A travers les signes extérieurs de richesse de nécessaires pour un pouvoir d’achat. Que pensez-vous
la population (niveau de consommation, équipement des de ces estimations. Sur quelles bases doit-on se fonder Certains syndicalistes s’inquiètent de voir disparaître
ménages, conditions de logement,…) depuis l’indépen- pour définir le revenu qui doit permettre à un ménage la classe moyenne du fait de la baisse constante du
dance, on ne peut pas soutenir qu’il y a eu réellement une moyen de vivre décemment ? niveau de vie. Est-ce une crainte légitime, selon vous ?
dégradation du pouvoir d’achat, bien au contraire. Je n’ai pas eu accès à ces études, par contre ce que je peux Qu’entend-on par classe moyenne ? Ce que nous obser-
dire c’est qu’il y a souvent confusion entre SNMG et bud- vons est un phénomène de déclassement/reclassement des
N’est-il pas paradoxal de parler d’érosion du pouvoir get familial type (BFT). En effet, le BFT consiste à valo- catégories sociales. S. B.
El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010 CHRONIQUE 5
Par
Abdelhak Lamiri

REPÈRES Plans de relance


ÉCONOMIQUES et problématique de la jeunesse
- Amélioration du parc des infras- cations humaines ; de riposte des pouvoirs publics en
tructures économiques ; - Le chômage des jeunes reste direction des problèmes du pays,
- Création de nombreuses structu- élevé : alors que la moyenne avec focalisation sur la tranche
res sportives, culturelles et éduca- nationale est de 10,2%, le chôma- des jeunes.
tives qui seraient capables d’amé- ge des jeunes dépasse les 24% ;
RECOMMANDATIONS
liorer le quotidien des jeunes. - Emplois créés précaires : la plu-
part des emplois créés sont au Nous préconisons ce qui suit :
ASPECTS NÉGATIFS - Réorientation des ressources : la
niveau de chantiers temporaires.
- Croissance extensive non dura- Par conséquent, l’amélioration du plupart des économistes recom-

L
es pouvoirs publics ble : c’est la rente pétrolière qui chômage s’est surtout faite en mandent que l’on mette plus de
viennent de lancer un est massivement investi dans direction des emplois non dura- ressources dans l’offre. Nous
programme de déve- l’économie qui crée la croissance. bles ; avons 420 000 PME/PMI, alors
loppement ambitieux L’Etat injecte annuellement plus - La qualité de vie a peu changé : que nous devrions en avoir au
et coûteux. Pas moins de 17% du PIB dans l’économie. Si Même si le nombre d’infrastructu- minimum 1 200 000. Certaines
de 286 milliards de les prix pétroliers demeurent au res en direction des jeunes s’est peuvent contribuer à la substitu-
dollars vont être consacrés à la niveau de 65 à 75 dollars, l’Etat démultiplié, la faiblesse de leur tion à l’importation et d’autres
consolidation de la relance par les épuisera ses réserves en cinq ans. management et de leur commu- peuvent se développer dans les
travaux publics. L’emploi, surtout La croissance ne peut plus conti- nication fait que l’environnement TIC et autres technologies ;
au profit des jeunes, constitue un nuer. culturel, sportif et social s’est très - Développement qualitatif
objectif stratégique dans la - Le secteur international a plus peu amélioré pour cette frange humain : il faut s’attaquer au
démarche. profité : les importations sont pas- de la population : talon d’Achille de l’économie
On peut conclure que les efforts sées de moins 10 milliards de dol- - La corruption et la bureaucratie : algérienne : la qualité des ressour-
de l’Etat pour redresser l’écono- lars en 2000 à plus de 40 milliards l’injection massif de ressources ces humaines. Par conséquent, la
mie nationale, résoudre les désé- en 2009 : beaucoup de jeunes se publiques dans une économie priorité sera donnée à la forma-
quilibres sociaux et donner espoir sont reconvertis en «importateurs peu préparée à les gérer a induit tion de formateurs ;
aux jeunes sont colossaux. Nous non officiels» une démultiplication du problème - Une gouvernance rénovée : la
avons ici des actions les plus - La qualification humaine : la for- de la corruption, révélée par tous gouvernance actuelle est loin de
imposantes d’un point de vue mation est peu adaptée aux les classements internationaux satisfaire nos jeunes qui se consi-
comparatif international. Les plans besoins du marché. Les plans de indépendants. La bureaucratie est dèrent comme exclus de la scène
de relance des pays développés relance ont créé plus d’infrastruc- demeurée sclérosée et répond économique. La bonne gouver-
actuels destinés à juguler la crise tures à tous les niveau, mais ne se peu aux doléances des jeunes ; nance est un pré requis pour la
dépassent rarement les 1% du sont pas investis suffisamment - Projet fédérateur et absence solution de tout problème ;
PIB, annuellement. Les plans algé- dans l’amélioration qualitative et d’ambition : la croissance écono- - Micro entreprise et PME PMI :
riens excèdent les 19% du PIB l’adaptation aux besoins ; mique sans profondeur stratégi- les crédits alloués aux institutions
annuellement. Les expériences - Création d’entreprises : nous que n’a pas permis de doter la de création d’entreprises au profit
récentes des plans passés nous créons 70 entreprises par 100 000 jeunesse algérienne d’un espoir des jeunes représentent moins de
permettent de conclure qu’ils habitants par an. Les pays similai- de mieux être dans le futur. Elle 1% des crédits totaux. Par consé-
recèlent des aspects positifs et res arrivent à en constituer 350. n’a pas d’idéal. Plutôt elle déses- quent, il faut orienter plus de res-
négatifs. Les dispositifs sont insuffisants. père toujours quant à son futur ; sources avec plus d’expertise en
Plus de 50% des entreprises finan- - Communication en direction des direction de cette frange de la
ASPECTS POSITIFS
cées par l’Ansej (agence nationale jeunes : est plutôt épisodique et population ;
En ayant en vue notre problémati- de soutien à l’emploi des jeunes) - Meilleure écoute de la jeunesse :
que, nous allons analyser les sans stratégie ;
connaissent de sérieux problèmes. - La circulation des personnes tou- des canaux permanents d’écoute
aspects positifs et négatifs de la Il reste beaucoup à faire dans le de la jeunesse ne sont pas dispo-
stratégie de riposte du gouverne- domaine de création des entrepri- jours problématique : malgré de nibles ;
ment, par rapport aux problèmes ses au profit des jeunes ; nombreux accords signés, les res-
trictions drastiques imposées par - Communication plus judicieuse :
des jeunes. - Recherche et développement : une stratégie de communication
- Recul significatif du chômage : il Le pays consacre 0,3% du PIB à la les pays développés sapent le spécifiquement dédiée à la jeu-
est attendu que le taux sera moral de la jeunesse. Les mar-
recherche et développement afin chandises circulent de plus en nesse fait défaut ;
au- dessous de 10% à partir de d’intégrer les nouvelles techniques plus rapidement mais pas les per- - Exemplarité : on met rarement
2011. Même si plusieurs économis- (TIC) ; en valeur la réussite de certains
tes contestent les chiffres officiels, - Le marché informel continue de sonnes ; jeunes qui ont su concrétiser des
il n’en demeure pas moins que la progresser alors que sa taille est - Variabilité de la réglementation
économique : de l’avis des opéra- réalisations importantes ;
situation a évolué positivement ; importante. Les différentes études teurs économiques étrangers, la - Qualité de vie : tout en créant
- L’inflation reste «acceptable». le situent entre 17 et 30% du PIB ; réglementation concernant des des infrastructures pour la jeunes-
Cependant le chiffre de 2009 - Productivité : elle stagne dans se, il faut songer également à leur
(5,7%) commence à devenir pro- notre pays, alors qu’elle s’améliore dispositifs économiques évoluent management de sorte que l’envi-
blématique ; rapidement et avec peu de
dans le reste du monde. Nous concertation. ronnement des concernés se trou-
- Réduction de l’aggravation des devenons de moins en moins ve positivement affecté.
déficits sociaux dans tous les Voilà un échantillon de points
compétitifs. Ceci s’explique en forts et faiblesses de la stratégie A. L.
domaines ; partie, par la faiblesse des qualifi- PH. D. en sciences de gestion
6 PRODUITS & MARCHÉS El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010

Assurances des personnes


Un marché qui pèse 4 milliards
de dollars
Le secteur des assurances en Algérie vient de prochaines années une forte croissance, compagnies d’assurances algériennes et nous sommes au troisième rang, pour ne
connaître une avancée notable dans son ambition de de l’avis de nombreux professionnels étrangères affûtent déjà leurs armes pour pas dire dernier par rapport à nos voi-
qui estiment que c’est un marché prati- investir le marché algérien, selon M. sins, la Tunisie et le Maroc. A l’échelle
se mettre au diapason du marché international. La quement vierge où il y a une grande Latrous qui cite entre autres le français mondiale, nous sommes entre la 86e et
Société algérienne d’assurance (SAA) a en effet marge de manœuvre contrairement à la 88e place», a indiquéMostefa Douakh,
ouvert le bal sur les assurances des personnes en celui de l’automobile où les compagnies directeur général adjoint technique à la
créant une filiale qui sera consacrée exclusivement à d’assurances commencent à connaître Les compagnies SAA, élu président du conseil d’admi-
cette activité. des difficultés liés à l’augmentation du nistration de la nouvelle filiale. Un
nombre de sinistres. «Les assurances des d’assurances algériennes ne constat qui a déjà été dressé par le
personnes devraient, dans un avenir pro- Conseil national des assurances (CNA).
utre cette compagnie d’assuran- che, être un bon exemple de dynamisme
sont pas de taille pour faire L’assurance des personnes en Algérie ne
Par
Nora
Boudedja
O ces qui détient 34% du capital,
cette nouvelle société, Santé et
prévoyance compagnie d’assurances,
compte tenu du grand potentiel que ren-
ferme le marché algérien de l’assurance
de prévoyance, de santé et d’épargne,
cavalier seul. D’ailleurs,
c’est ce qui a poussé la SAA
contribue qu’à hauteur de 7% dans la
production globale du secteur, alors que
dans certains pays développés, ce taux
dont le capital est d’un milliard de estimé au bas mot à près de 4 milliards à s’associer avec la BADR et peut atteindre jusqu’à 50%. Cette bran-
dinars, compte comme actionnaires le de dollars», s’est enthousiasmé le prési- che recèle un grand potentiel, relève-t-
groupe mutualiste français, la Macif dent-directeur général de la SAA, la BDL pour bénéficier de on encore et peut soulager le système
(41%), la Banque de développement Latrous Amara, qui est également prési- national des assurances sociales et de la
local (15%) et la Banque de l’agriculture dent de l’Union algérienne des sociétés leurs réseaux et de la Macif retraite qui commence à s’enliser dans
et du développement rural (10%). Les d’assurance et de réassurance (UAR). pour profiter de son des difficultés financières.
représentants de ces entreprises se sont L’assurance des personnes a connu une
abstenus d’évoquer les produits qu’ils RATTRAPER LE RETARD expertise. croissance modérée de 7% en 2009,
envisagent de proposer à leurs clientèle Cette activité reste cependant méconnue toujours selon le CNA. L’un des experts
avant d’obtenir l’agrément de la Banque du grand public algérien. Les compa- Axa dont l’arrivée a été annoncée à plu- de cette organisation note qu’«avec une
d’Algérie. «Nous offrirons des produits gnies d’assurances vont devoir faire sieurs reprises. Le chemin reste très long part de 8% du chiffre d’affaires total du
innovateurs adaptés aux Algériens», a preuve de beaucoup d’ingéniosité pour cependant pour arriver ne serait-ce qu’au marché et une hausse de 6,8% par rap-
noté Iseli Roger, directeur général de la promouvoir ces nouveaux produits. La niveau de développement du marché port à la même période de l’année précé-
Macif. Les Algériens pourront ainsi SAA et leurs partenaires sont les précur- maghrébin. Les compagnies d’assuran- dente, les assurances de personnes n’ont
bénéficier de nouveaux produits dont ils seurs dans ce domaine, mais de nom- ces algériennes ne sont pas de taille pour contribué que pour 3,5% à la production
entendaient parler sur les chaînes de breux autres acteurs du secteur financier faire cavalier seul. D’ailleurs, c’est ce additionnelle du secteur». En 2008, le
télévisions satellitaires, mais qui étaient devraient leur emboîter le pas afin de se qui a poussé la SAA à s’associer avec la chiffre d’affaires global des assurances
inexistants sur le marché local. conformer à la réglementation, notam- BADR et la BDL pour bénéficier de des personnes n’a pas dépassé les 5,4
L’assurance des personnes est l’une des ment la loi 06-04 qui vise à encourager leurs réseaux et de la Macif pour profiter milliards de dinars, tous produits confon-
branches qui devrait connaître durant les la créations de telles entités. D’autres son expertise. «A l’échelle maghrébine, dus. N. B.

Douakh Mostefa. Président du CA de la société Santé et prévoyanc

«Le taux de pénétration de l’assurance


des personnes n’est que de 0,02%»
Propos recueillis Parlez-nous de l’entreprise qui vient d’être créée... sont modestes et on dit que l’assurance est le moyen gens ne s’intéressent pas à ce segment, mais avec l’ex-
par C’est une entreprise qui a été créée grâce à un partenariat d’épargne des pauvres. Une personne qui n’a pas les ternalisation, on doit mettre en place un réseau qui ne
Nora entre la SAA, la Macif, la BADR et la BDL. Elle est moyens de laisser à sa famille de l’épargne, peut acheter sera consacré qu’à cette activité.
Boudedja d’un capital d’un milliard de dinars détenu respective- un contrat pour un million de dinars de capital en cas de
ment à 41% par la Macif, 34% par la SAA, 15% par la décès en payant 3000 DA par an. Il paye donc une Et par rapport au marché régional…
BDL et 10% par la BADR. C’est une compagnie d’assu- somme modique, mais le capital protège sa famille. Il y A l’échelle maghrébine, nous sommes au troisième
rances destinée à faire dans l’assurance des personnes. Il a aura aussi la couverture des crédits bancaires. Nous rang, pour ne pas dire dernier par rapport à nos voisins,
faut savoir qu’il y a une loi qui a été promulguée en comptons mettre sur le marché des produits adaptés et la Tunisie et le Maroc. A l’échelle mondiale, nous som-
2006, la loi 06-04 qui a institué un agrément séparé pour accessibles à tout le monde en payant un prix raisonna- mes entre la 86e et la 88e place. L’importance du secteur
cette activité. Cette loi a fixé un délai de cinq ans pour ble. Nous aurons un rapport qualité/prix acceptable par des assurances dans une économie est mesurée par deux
que les compagnies d’assurances puissent externaliser la clientèle. critères : le taux de pénétration et la densité par habitant.
cette branche. Donc, cette filiale s’inscrit dans l’applica- Le taux de pénétration est le pourcentage de l’activité
tion de cette loi. La SAA avait externalisé cette activité Avez-vous fait au préalable une étude du marché ? d’assurance dans l’économie, c’est-à-dire par rapport au
en créant une filiale dont elle détenait 100% du capital. Nous avons une connaissance du marché, car nous pra- PIB. On a en Algérie un taux très bas. L’assurance des
Mais elle a jugé plus opportun de le faire en association tiquons déjà l’assurance des personnes. La SAA réalise personnes n’est que de 0,02% du PIB. La densité par
avec un assureur français qui a de l’expertise et le savoir- un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dinars. On est habitant est le niveau des dépenses en assurances des
faire et avec des banques pour profiter de leurs réseaux leader dans le domaine. Nous avons la part la plus élevée personnes par habitant. C’est le volume des primes
puisque la bancassurance est le mode de prédilection de du marché. En externalisant cette activité au lieu qu’elle divisé par le nombre d’habitants. En Algérie, c’est seu-
distribution de l’assurance des personnes. soit gérée à l’intérieur de la société avec toutes les lement 2 à 3 dollars, alors que dans certains pays, ce
contraintes des autres branches et en mettant à sa dispo- volume est entre 3000 et 4000 dollars par personne. La
Pourquoi avez-vous choisi la Macif ? sition un réseau de distribution plus dense et mieux société créée s’inscrit dans le cadre stratégique de déve-
La Macif a des similitudes avec la SAA. C’est une adapté, les actionnaires ambitionnent de développer lopper l’activité.
mutuelle qui cible exclusivement les particuliers et non davantage l’assurance des personnes aussi bien au profit
par exemple le risque industrie. Les deux compagnies de la société que de la clientèle. Le mode de gestion est La réforme financière qui a conduit à la création de
d’assurances ont des similitudes dans l’activité, les accentué totalement sur la satisfaction du client. C’est votre filiale devrait donc booster l’assurance des per-
objectifs et les perspectives. Il y a des points de conver- les clients qui font vivre les compagnies d’assurances. sonnes…
gence qui rapprochent de fait nos deux compagnies. Si on donne à cette société les moyens, elle va dévelop-
Pourquoi le marché de l’assurance des personnes est- per cette activité. Je pense que d’ici une année, on com-
Quelles sont vos ambitions avec cette nouvelle filiale il peu développé en Algérie ? muniquera des résultats plus encourageants.
? Les gens méconnaissent ce marché. Il y a un problème
Nous ambitionnons de développer l’assurance des per- de communication. Pour les compagnies d’assurances, Mais vous n’avez pas encore l’agrément...
sonnes au profit des Algériens et leur offrir la couverture c’est la multibranche qui rapporte avec des primes La création juridique est un préalable pour l’obtention de
la mieux adaptée : en santé, en complément de retraite, importantes qui couvrent les usines, etc., et sont impor- l’agrément. Nous espérons l’avoir le mois de septembre
en prévoyance en cas de décès. Les revenus des gens tantes comparativement à la prime de 3000 DA. Les prochain. N. B.
El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010 ENQUÊTE 7
Accord entre l’Europe et les pays d’origine des migrants
Des millions d’euros d’aide au développement
contre les explusions massives
A ce jour, au moins 11 accords communautaires, de
nombreux accords bilatéraux et même des accords
informels ont été conclus entre l’Europe et des pays
africains source de flux migratoires, a indiqué
Mounira Haddad, présidente de l’association
algérienne Afad et représentante exclusive de
l’Algérie à la Cimade, une ONG qui milite pour la
défense des droits des migrants, demandeurs d’asile
et réfugiés dans le monde.

Par aintes fois approché, indique-


N. Benouaret
M t-elle, notre pays a toujours émis
un niet catégorique à propos de

PHOTO : B. SOUHIL
son adhésion à ce qui s’apparente, aux
yeux de la présidente d’AFAD, à une
illustration d’imbrication dangereuse.
Et pour cause, les volets «migration
légale» et «aide au développement»
offrent à l’Europe la possibilité de faire
passer la pilule de ce qui constitue en fait chantes aides au développement. Et, d’Italie et de France, il y a quelques ment se jouent les négociations avec ses
l’enjeu réel des accords, à savoir l’aug- nombreux sont ceux qui ont mordu à mois, qualifie de glissement sémantique partenaires africains sur la base d’un
mentation du nombre d’expulsions l’hameçon, précise Mme Haddad, peu fortuit le basculement depuis 2008 pseudo postulat «gagnant-gagnant»
d’étrangers en situation irrégulière, esti- Puisque pas moins de sept accords bila- de la politique de codéveloppement dans lorsqu’elle affirme «sachant qu’il sont
me notre source. Tout comme les ceux téraux portant gestion concertée des flux les compétences du ministère de l’Immi- dans l’incapacité d’avoir les autorisa-
bilatéraux, les accords communautaires, migratoires et co-développement, ont gration français avec comme cadre insti- tions préalables à toutes actions bilatéra-
poursuit-elle, sont également liés à l’aide déjà été signées avec des pays africains. tutionnel le décret du 18 mars de la les de développement solidaires, c’est-à-
au développement. Sept autres accords devraient suivre d’ci même année. dire à destination des pays d’origine des
Dans les accords de coopération, il y 2011. Notre pays a compris à leur juste En effet, explique t-elle, dans les accords migrants -conformément aux nouveaux
existe une clause de réadmission ; les mesure les desseins inavoués de l’Euro- de gestion des flux migratoires si chers à amendements législatifs, les politiques
accords d’association euro-méditerra- pe et, contrairement à ses voisins afri- Paris, l’appellation codéveloppement a de l’immigration ont, dans l’opacité la
néens, ou les accords de coopération cains, il n’est heureusement pas tombé été remplacée par «développement soli- plus totale, revu à la baisse les engage-
avec les pays de l’Est à titre d’exemple. dans le piège. «L’Algérie a fait preuve de daire». Ce qui laisse entrevoir, ajoute-t- ments financiers de près de la moitié».
La partenaire de la Cimade d’où a éclaté beaucoup de vigilance, car certains pays elle, la volonté des politiques de l’immi- Ainsi, les aides au développement qui
le dernier scandale des visas français en semblent très attirés par ces accords qui gration français d’absorber l’ensemble étaient de l’ordre de 45 millions en 2007
Algérie a, par ailleurs, indiqué que de leur promettent des financements et des de l’aide publique au développement et sont passées actuellement à 23 millions
nouveaux accords sont développés par facilités de circulation, sans prendre en surtout de l’instrumentaliser au service d’euros, indique la même source. Un
l’UE avec de pays tiers, tels que les compte la situation de leurs ressortis- de la gestion concertée des flux migra- traitement de faveur a, toutefois, été
accords de partenariat et de mobilité où sants qui se trouvent en situation irrégu- toires. «Dans cette démarche où le béné- particulièrement consacré au pays de
le Cap-Vert et la Moldavie sont présen- lière en Europe», a souligné la militante fice mutuel et l’apport des migrants pour Ben Ali (Tunisie), car pour obtenir de
tés comme étant des projets pilotes. De pour les droits des migrants. le pays d’accueil sont rarement évoqués, lui la signature de l’accord, note Mme
par la politique restrictive en matière de Pour l’Europe, soutient-elle, le véritable le ministère de l’Immigration focalise Haddad, le ministère de l’Immigration
visas et la chasse effrénée lancée à l’en- enjeu des accords bilatéraux de gestion surtout son attention sur les transferts s’est engagé à hauteur de 30 millions
contre des migrants illégaux, la France concertée des flux migratoires réside d’épargne ainsi que sur les compétences d’euros étalés sur trois ans destinés au
entend servir de locomotive pour ses dans la possibilité d’expulser davantage et l’expérience que les migrants ont financement de projets de formation
voisins du vieux continent. L’Hexagone de migrants. Au même titre que ses pairs acquises dans le pays d’accueil, en vue professionnelle en plus de 10 millions
tente, en effet, d’appâter les pays «expor- de la Cimade, Mme Haddad qui a parti- d’inciter les retours», précise la prési- supplémentaires affectés à d’autres types
tateurs» de candidats à l’immigration cipé à une mission humanitaire à travers dente d’Afad. S’appuyant sur un récent de projets. N. B.
clandestine en leur proposant d’allé- quelques centres de rétention de harraga rapport de la Cimade, elle explique com-

Plus de 107 000 migrants légaux établis en Algérie fin 2009


L’Algérie, une destination de migrants
L’Algérie compte 1 495 118 ressortissants algériens immatriculés 2008 devant le comité pour la protection des droits de clandestin ; du droit syndical des travailleurs migrants ;
par ses services consulaires à travers le monde. Le nombre de tous les travailleurs migrants et des membres de leur des accords bilatéraux intéressant les migrations et des
famille, a indiqué Mounira Haddad, représentante de conventions bilatérales relatives aux questions de sécu-
migrants légalement établis en Algérie s’élève quant à lui à plus l’Algérie à la Cimade, ayant pris part à la rencontre de rité sociale ; des procédures d’expulsion ; de la protec-
de 107 000 personnes. Aussi, en moyenne 7000 migrants Genève. Cet organe relevant du Haut Commissariat des tion des biens des travailleurs migrants ; de la législa-
clandestins sont interpellés annuellement sur le territoire Nations unies aux droits de l’homme, précise t-elle, est tion applicable aux sorties illégales du territoire natio-
algérien. composé d’experts indépendants chargés de veiller à nal ; des migrants algériens de retour en Algérie ou
l’application par les Etats parties de la Convention encore de la traite de personnes.
internationale sur la protection des droits de tous les La militante pour la protection des droits des migrants,
Par nviron 70 000 migrants irréguliers ont été enre- travailleurs migrants et des membres de leur famille, en des demandeurs d’asile et des réfugiés auprès du Haut
N. Benouaret
E gistrés au cours de la dernière décennie. Le nom-
bre de personnes expulsées est estimé à quelque
20 000 au cours de la période allant de 2000 au premier
vigueur depuis mars 2003 et ratifiée par 20 Etats dont
l’Algérie (en novembre 2005). La délégation algérienne
alors présente - des représentants des ministères des
-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés
(UNHCR) a, en outre, souligné que si les experts du
comité onusien ont reconnu les efforts consentis par
semestre 2007. Le nombre des ressortissants étrangers Affaires étrangères ; de l’Intérieur et des Collectivités l’Algérie pour mettre sa législation en conformité avec
refoulés aux frontières durant la même période est éva- locales ; de la Justice ; du Travail, de l’Emploi et de la les dispositions de la Convention, ils lui ont, toutefois,
lué à 42 284, à savoir un total de 62 399 ressortissants Sécurité sociale, de la direction générale de la Sûreté recommandé de se pencher sur les mesures qu’elle
étrangers éloignés. Ce sont les chiffres clés et très signi- nationale ainsi que de la Mission permanente de l’Al- devra prendre pour lutter contre la prolifération des
ficatifs qu’a tenu à rappeler Idriss Jazaïry, représentant gérie auprès des Nations unies à Genève -, a eu à s’ex- réseaux de passeurs. Ces derniers sont à l’origine d’im-
permanent de l’Algérie auprès des Nations unies, lors pliquer sur des questions soulevées par les membres du portants flux migratoires subsahariens et asiatiques,
de l’examen en avril dernier, du rapport initial de notre comité. contre lesquels notre pays éprouve des difficultés à
pays sur les mesures prises conformément à la Il s’agit surtout du droit à l’éducation pour les enfants lutter seul. Car en raison de sa centralité géographique
Convention internationale sur la protection des droits des travailleurs migrants ; de la situation des enfants et de ses potentialités économiques, l’Algérie est pas-
de tous les travailleurs migrants et des membres de leur mineurs non accompagnés se trouvant en situation sée du statut de pays d’origine et de transit à celui de
famille. Le diplomate algérien devait discuter des irrégulière ; de la législation du travail applicable aux pays de destination des migrations tant légales qu’irré-
points forts du rapport déposé par notre pays le 3 juin travailleurs migrants et de la législation contre le travail gulières. N. B.
8 ENQUÊTE El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010 ENQUÊTE 9
Rim Otmani. Auteur de la première thèse de doctorat sur le phénomène Mounira Haddad. Présidente de l’association AFAD,
des harrag représentante exclusive de l’Algérie à la Cimade

«L’Algérie connaît de plus en plus «Nos jeunes pourraient supporter


de départs et de fuites de sa jeunesse» la misère si les richesses n’étaient pas
Rim Otmani est une jeune doctorante en sociologie à l'Ecole des hautes vation. C’est dans cette perspective, après avoir chercher à comprendre ou à faire comprendre ce
aussi inéquitablement réparties»
fait l’état des lieux des travaux, que j'ai choisi que l’immigration représente en soi pour cet indi-
études en sciences sociales (EHESS) à Paris, rattachée au Centre Maurice d’étudier le phénomène autrement que sous l’an- vidu ou pour ce groupe social, le contraste qui Propos recueillis par N. Benouaret
Halbwachs (CMH/EHESS/CNRS/ENS) et membre de l'équipe de recherche gle essentiellement politique sous lequel il a été peut exister entre des réalités sociales, qui vont
traité jusqu’alors par bon nombre de chercheurs. naturellement évoluer avec le temps, et l’image
sur les inégalités sociales (ERIS). Pour des raisons qu’elle affirme Les résultats de mes lectures et de mes réflexions figée ou transfigurée que l’immigré garde d’un Depuis son apparition, votre association suit
s'étendent à partir de l'histoire des migrations monde qu’il a quitté ainsi que l’image qu’il s’est de très prés le phénomène des harraga, à quoi
personnelles, Rim a choisi de pousser ses recherches sur les harraga. Un algériennes en France, jusqu'à l'exposé des théo- faite d’un monde qu’il va découvrir. D’autre part, imputez-vous la dimension de plus en plus
phénomène qui a particulièrement marqué les deux dernières années. ries sociologiques qui expliquent l'attrait de la comme nous le savons déjà, la migration, quelle inquiétante qu’il a prise surtout ces dernières
France et l’obsession du rêve européen. Notons que soit sa nature, entraîne le relâchement ou la années ?
Dans cet entretien qu’elle a bien voulu nous accorder lors de son passage à que l’émigration algérienne est une émigration rupture de certains liens sociaux, affectifs, profes- La migration est un phénomène vieux comme le
Annaba – ville départ des harraga et d’où elle est originaire -, dans le cadre exemplaire en ce qu’elle est la première en date sionnels, etc., ainsi que la perte de repères géo- monde, mais aujourd’hui face aux mutations
des grandes migrations coloniales. Toutefois, graphiques, sociaux et culturels. Cette même internationales, des mesures de plus en plus res-
de ses recherches, elle explique comment lui est venue l’idée de travailler étudier l’émigration-immigration des Algériens migration suscite par ailleurs une construction de trictives ont été mises en place. La première de
ces mesures restrictives est venue de l’Europe,
sur un thème qui, à l’exception de quelques contributions d’universitaires en France suppose par ailleurs un incessant travail nouvelles alliances et rapports à l'autre, une
car l’Europe veut créer une identité européenne
de terrain des deux côtés de la Méditerranée, tra- appropriation de nouveaux lieux physiques et
par voie de presse, n’a jamais suscité une quelconque étude approfondie vail qui a pour objet une population longuement symboliques. Une élaboration identitaire se pro- et exclure tous ceux qui ne sont pas pur souche ,
c'est-à-dire toutes les personnes qui ont un sou-
au double plan sociologique et économique, en Algérie ou ailleurs. marquée, qu’elle le veuille ou non, par une double file en permanence et questionne les appartenan-
bassement culturel différent des Européens est à
culture. D'ailleurs et paradoxalement, aujourd’hui ces. A cet égard, il faudrait comprendre, à travers
qu’elle a recouvré sa stabilité politique et écono- les témoignages, la démarche fondamentale de exclure de la société européenne, en faisant la
Propos recueillis par N. Benouaret mique, l’Algérie connaît de plus en plus de l’émigré, cette quête d’un monde imaginaire et chasse a l’étranger, l’Europe base sa politique sur
départs et de fuites de sa jeunesse. Dès lors, la cette rupture avec la société d’origine, la famille la peur justement de l’étranger qui apparaît aux
migration clandestine des jeunes en Algérie est et le monde qu’il a abandonné. Toutefois, l’inté- yeux de leur population, source de tensions, et
Comment avez-vous opté pour ce sensible tifique de mon pays. En étudiant les champs de la (re) devenue un objet d’études et de recherches gration sociale de ces derniers dans le pays d’ac- surtout de violence. Les négociations entres les
thème ? Est-ce un choix personnel ? sociologie des migrations, j’ai constaté qu’il fal- plus important qu’au début des années 1990, d'où cueil qui est la France doit être également appré- politiques européens de migrations avec les diri-
Le choix de mon thème de recherche est très per- lait aller plus loin dans les recherches en rapport mon profond intérêt. Le phénomène d’«el harga» hendée dans sa complexité économique, bien sûr, geants de différents pays du sud, pour faire de
sonnel et non imposé par mon directeur de thèse. avec les nouvelles politiques d’immigration qui est désormais un problème délicat auquel se trou- mais aussi culturelle, psychosociologique et ceux là les gendarmes de l’Europe sont en train
Il faut dire que c’est une continuité de ma recher- sont instaurées par l'Europe et particulièrement vent confrontées les Etats des deux côtés de la affective. En tentant de cerner les profils-types d’aller bon train et cela prend forme. L’UE est
che entamée en master 2 Recherche. Mon étude par le gouvernement français. Pour cela, j’ai Méditerranée. des nouvelles migrations et des nouveaux prête à aller très loin dans ces négociations pour
de la harga qui prend de plus en plus d’ampleur
s'intitulait : "La France face à l’immigration irré- trouvé intéressant d’explorer, à partir de l’histoi- migrants, leurs motivations et leurs attentes, leurs éradiquer le phénomène de l’immigration clan-
destine, beaucoup de pays de la rive sud de la
"Pour nos jeunes que tout quelles que soient les peines prononcées par la
gulière : les "sans-papiers" algériens entre l’ima- re, de la sociologie, de l’anthropologie et des Quelle est justement la problématique que trajectoires, leurs liens sociaux avec les deux justice à l’encontre de ceux qui tentent l’aventure
ginaire et le réel». La formation du master II sciences politiques le problème de l’immigration vous entendez développer à travers vos recher- sociétés - d’accueil et d’origine -, leur sentiment méditerranée cautionnent aujourd’hui la politi-
que européenne de gestion de l’immigration et de
le monde appelle harraga, le a aussi une autre raison qu’il faut à mon sens
recherche en «Sociologie et anthropologie des clandestine en France en restituant les trajectoi- ches ? d’appartenance aux deux milieux, leurs rapports à
savoirs et des normes» m’a ouvert de nouvelles res de cette immigration à partir du cas des L’objectif de cette étude est l'analyse des motiva- l’intégration au pays d’accueil… j'espère que l’externalisation des frontières depuis plus de 10
ans. Prenons l’exemple de la Libye , la majorité
désir de changer de pays et prendre en considération et ce sont surtout les
conditions de vie de ces jeunes au chômage, qui
perspectives de recherches. Algériens. tions de départ et de l'imaginaire de cette migra- cette étude va nous permettre de dévoiler les cau-
En effet, après plusieurs mois passés auprès des tion dans le pays d’origine donc en Algérie. C'est ses de l'émigration clandestine et de situer le des migrants sont refoulés par l’UE vers la d’aller voir ailleurs vivent dans des cités sans âme, du béton à n’en
plus finir, pas de verdure, pas d’eau, pas de loi-
«sans-papiers » algériens et des migrants algé- L’immigration clandestine ne cesse de poser le point de départ de mes investigations. De là, dysfonctionnement du phénomène migratoire Lybie dans des conditions désastreuses de viola-
riens en situation régulière (1re, 2e et 3e généra- problème pour les politiques européens. partir du pays d’origine ne signifie pas parler de entre les deux rives de la Méditerranée. En tions des droits de l’homme et des conventions est toujours présent, sirs. Je viens de faire un tour à Souk Ahras, à
Guelma, à Mila et Constantine, et j’ai vu des
tions), des associations et organismes militant Pouvez-vous nous en dire plus ? internationales d’après des rapports et des témoi-
pour la cause des "sans-papiers", le contact avec L’émigration a toujours été le centre d’intérêt de
l’émigré avant de discourir sur l’immigré, cela
veut dire que je vais m’intéresser au migrant clan-
somme, mon projet vise à étudier les causes de
l'émigration clandestine plutôt que ses consé- gnages récoltés par des ONG, le traité d’amitié les embarcations pistées jeunes complètement, perdus, sortis de l’univer-
signé entre la Lybie et l’Italie en 2009, porte sité, et au chômage, par groupes adossés à des
la réalité a suscité en moi le désir de poursuivre
des recherches approfondies, dans le cadre d’une
plusieurs chercheurs et politiques ces dernières
années. Phénomène social dont l’importance a
destin dans sa totalité, définir le groupe social
auquel appartient à l’origine cet individu, avec ses
quences en analysant les ressorts psychologiques
et sociaux du processus migratoire illégale et de justement sur la contention des flux migratoires. par les gardes-côtes sont murs hideux, décrépis, sous des arbres rachiti-
Depuis la Libye est devenue le principal et grand ques, sous un soleil de plomb, entourés de toutes
thèse de doctorat, afin d’apporter une petite
contribution pour l'avancement des connaissances
varié dans le temps et l’espace, la migration en
général et celle des jeunes en particulier est deve-
pratiques, ses comportements au quotidien, ses
certitudes et/ou ses doutes que l’émigration-im-
reconstituer les trajectoires des migrants depuis la
décision du départ du pays d'origine jusqu'à l'ins- gendarme de l’UE, et les autres pays du Maghreb quotidiennes" sortes de détritus, avec comme seul rêve, partir,
ne sont pas en reste. quitter l’Algérie, n’importe où, et qu’importe le
dans le domaine de la sociologie de migrations nue omniprésente dans les sociétés contemporai- migration va, probablement, l’obliger à se remet- tallation clandestine en France et l'élaboration de prix a payer. Ils disent ne rien attendre du pays,
notamment en ce qui concerne la recherche scien- nes. L’Algérie ne fait pas exception à cette obser- tre en cause, etc. Cela veut aussi dire que je vais stratégies de survie. N. B. façon de se meubler, dans la façon de manger, des politiques et même des gouvernants, un désa-
Aujourd’hui, il est établi que la multiplication
des expéditions vers l’inconnu auxquelles a dans la façon même de penser, nous sommes busement jamais autant égalé, ni autant exprimé.
recours la jeunesse a fortement décrédibilisé dans une uniformisation qui frôle la démence, et C’est effarant ! Malheureusement, ce constat a
le jeune se dit soit « je vais voir ailleurs au péril été maintes et maintes fois évoqué par les
Lutte contre l'immigration clandestine et partenariat économique le pouvoir aux yeux de la société, mais surtout
aux yeux de l’extérieur. Ceci, ne renseigne-t-il de ma vie, soit, je me choute a mort, soit je mets
une balle dans la tête. ». Rien, plus rien ne l’ac-
médias, les experts et les ONG sans qu’une
volonté politique ne soit sérieusement affichée
pas sur une volonté spontanée ou réactive de

Le cas italien porter le mal-vivre algérien sur la scène inter-


nationale ?
Pour nos jeunes que tout le monde appelle har-
croche au pays, où si peu il y a ici une responsa-
bilité des politiques qui n’ont rien apporté de
nouveau depuis plus de 20 ans, il n’y a pas eu
d’investissement en l’homme, rajouté à la cor-
pour faire un Etat des lieux et prendre des mesu-
res nécessaires en vue de redonner confiance à
leur pays à ces jeunes en plus de tout ce malaise
que vivent nos jeunes dans leur pays. L’UE, non
Depuis une quinzaine de jours, plusieurs mouvements de révolte ont italienne à Alger, en marge de son passage à Annaba, en juin 2009, pas raga, le désir de changer de pays et d’aller voir
éclaté dans les centres de rétention, notamment à Gradisca, Turin, Milan
Les dernières statistiques officielles fournies par moins de 1500 immigrants clandestins nationaux ont réussi à rejoindre ailleurs est toujours présent, les embarcations ruption qui fait rage dans tous les étages des contente d’avoir mis l’Algérie sous embargo
pistées par les gardes côtes sont quotidiennes et institutions. Ce qui ne donne pas à notre jeu- durant dix ans, pratique une restriction de plus en
et Brindisi. A l'origine de certains de ces mouvements de révolte, un
accord passé entre l'Italie, l'Algérie et la Tunisie qui facilite l'expulsion
un haut responsable de l’ambassade italienne à les côtes italiennes. Avec la coopération des autorités consulaires
algériennes en poste à Milan et à Rome, leur identification est assurée les présentations devant la justice aussi. Nos nesse l’envie de s’investir dans leur pays, car ils plus renforcée sur l’octroi des visas en direction
jeunes vivent une crise sociale, mais surtout une ont besoin de modèles intègres, travailleurs, de nos ressortissants, d’ailleurs il faudrait lire le
des Tunisiens et Algériens qui vivent sans titre de séjour en Italie, vient Alger, en marge de son passage à Annaba, en juin par les experts de deux centres spécialisés, Bari et Gorizia. Pour ce qui
crise morale, ils n’ont plus d’idéal. Leur idéal est sérieux, patriotes. Ailleurs, le monde bouge et rapport d’observation sur l’octroi des visas que
d’annoncer l’organisation internationale de défense des droits des est de la diaspora algérienne vivant en Italie, elle est estimée à 19 000
migrants, demandeurs d’asile et des réfugiés dans le monde. Suite à cet 2009, pas moins de 1500 immigrants clandestins résidents dont 1000 hommes d’affaires, soit 5% du nombre global des à présent utopique et pour l’atteindre, ils mettent change, alors que nous sommes dans une stagna-
tion ambiante générale mortifère et mortelle.
vient de publier la Cimade dans six pays
(Algérie, Maroc, Turquie, Sénégal, Mali et
accord, ajoute-elle, des mesures ont été prises pour organiser des immigrés nord-africains. Un nombre qualifié, par le diplomate italien - en péril leur vie. En tant qu’Algérienne, je suis
expulsions massives vers ces deux pays. Ceci se passe au moment où
nationaux ont réussi à rejoindre les côtes qui avait pris part une rencontre internationale à Annaba dédiée à la profondément meurtrie par ce qui se passe, et par Ukraine,), le rapport de la Cimade dresse un
les disparitions en mer qui endeuillent les Ali Bensaâd, un des spécialistes des questions véritable réquisitoire des pratiques de ces admi-
notre pays s’apprête à abriter le deuxième sommet algéro-italien prévu à italiennes. Avec la coopération des autorités Journée mondiale du réfugié -, de « très modeste » comparativement aux
familles, les mères surtout, qui subissent ce de migration, estime que même si nos gouver- nistrations méconnues et dévoile les grandes
Alger, en octobre prochain. A travers cet important rendez-vous, Alger et 400 000 Maghrébins recensés sur un total de 4 millions étrangers nants ont pris conscience de l’étendue de ce disparités existantes entre les différents consu-
Rome entendent renforcer la coopération et donner une nouvelle consulaires algériennes en poste à Milan et à résidents, soit 6,7% de la population italienne actuelle contre seulement drame en silence, car elles ne peuvent faire le
deuil de leurs enfants tant que les corps ne sont phénomène, ce qui les inquiète surtout, c’est lats, alors que les ministères concernés affirment
impulsion à leurs relations dans le domaine économique tout en 2% en 1999. Cette présence étrangère, avait-il déclaré, est d’un apport
abordant l’aspect humain (visas et contrôle de l’immigration
Rome, leur identification est assurée par les considérable au plan économique vu qu’à eux seuls, ces 4 millions pas récupérés. Même si les motivations qui que les harraga ont réussi à briser la logique que l’octroi des visas est en nette progression
poussent les jeunes à partir sont différentes, il est du «huis clos». Et, pour avoir réussi à casser d’année en année. Nos jeunes sont devenus des
clandestine). Un aspect autour duquel, l'Italie multiplie, depuis ces trois
dernières années, les pourparlers avec notre pays en vue d’une
experts de deux centres spécialisés, Bari et d’immigrés représentent 9% du produit intérieur brut (PIB) de l’Italie. Ce
pays, faut-il le souligner, compte 13 centres de rétention pour migrants clair que ce sont des jeunes qui ont envie d’aller les oppositions et à dévitaliser la société civile pestiférés et se sentent enfermés dans des cages,
voir ailleurs, ils veulent améliorer leur vie pour en alternant répression et débauchage permis sans aucune vision d’avenir, aller vers la violen-
coopération plus efficace à même de lui permettre de contenir l'afflux Gorizia. totalisant 1806 places en plus de trois nouveaux centres ouverts en 2009
certains, fuir des situations de conflits pour par la rente pétrolière, le pouvoir s’est installé ce, se droguer avec des drogues de plus en plus
d’immigrés clandestins en provenance d’Algérie qui souhaite, pour sa à Crotone, Brindisi et Lampedusa. Ce dernier (celui de Lampedusa), fait dans un face-à-face, sans intermédiaire et sans dures et remplir les prisons n’est plus une pers-
part, que « la présence italienne y soit plus durable et plus large avec une savoir Mounira Haddad, présidente d’AFAD (elle a participé, il y a des d’autres et jouir de plus de liberté pour la plus
part. Ils sont instruits, parabolés pour la majori- compromis, avec la société. Partagez-vous ce pective qui leur fait peur, tenter l’aventure au
participation active aux programmes de relance économique mois, à une mission de la Cimade dans certains centres italiens), a été point de vue ? péril de leur vie pour traverser la méditerranée,
algérienne». C’est, ainsi que, outre le celles relatives aux relations saisie par la Garde de Finance, car le site de construction est protégé en té, ils vivent à travers les réseaux d’internet et ils
s’identifient aux jeunes qui vivent dans d’autres Ce qu’il dit est une réalité amère et révoltante. Je reste leur seule alternative à un changement per-
économiques, de nouvelles mesures ayant trait au partenariat bilatéral les deux pays le 24 février 2000, en vigueur depuis 2007. Parmi ces tant que réserve naturelle. Vu l’importance des flux migratoires crois que nos jeunes pourraient supporter la sonnel et immédiat, ils n’ont qu’un souci en tête
dans le domaine de la lutte contre l’immigration clandestine sont en mesures, il est surtout question de l’organisation de patrouilles annuellement enregistrés, ajoute-t-elle, un budget de 223 millions pays où le rêve peut devenir réalité. Ils ont donc
un besoin immense de changement, un change- misère si, par ailleurs, le pays n’était pas aussi actuellement, surtout en ce beau temps, voir si la
cours de négociation entre les deux parties. Elles devront compléter et maritimes communes des deux côtés de la Méditerranée. Les dernières d’euros a été alloué, la même année (2009) pour la réalisation d’une riche et si les richesses n’étaient pas aussi inéqui- météo est propice et les garde-côtes moins vigi-
renforcer celles déjà prévues dans l’accord de réadmission signé entre statistiques officielles fournies par un haut responsable de l’ambassade dizaine de nouveaux établissements, un pour chaque région. N. B. ment qui n’intervient pas chez nous car tout le
monde ressemble a tout le monde, dans le com- tablement réparties et gérées sans étique morale, lants pour tenter l’aventure du départ quel qu’en
portement, dans la façon de se vêtir, dans la et détournées en toute impunité. Le phénomène soit le prix. N. B.
10 REPORTAGE El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010

Comment en finir avec les inégalités accrues dans


la distribution du foncier
Plus de 40% des terres
agricoles sans titre de propriété
Bien que des réformes multidimensionnelles ont été menées défis ? Globalement, au plan de la structuration du UNE AGRICULTURE SOUTENUE À HAUTEUR
durant la dernière décennie à coups de dizaines de milliards de monde agricole et rural, la situation du secteur fat res- DE 100 MILLIARDS DA/AN
sortir « un caractère très inégal de la distribution des Par ailleurs, dans un monde où la question de la sécu-
dollars, l’agriculture algérienne peine à trouver son envol. terres entre les exploitants», souligne M. Bessaoud qui rité alimentaire se pose avec acuité, une panoplie d’in-
relèvera que «plus de 70% des petites exploitations terrogations se pose quant à l’avenir de l’agriculture
avec une superficie comprise entre 0,1 et moins de 10 algérienne. Quelles sont les perspectives du monde
Montpellier ue ce soit en termes de protection des ressources
(France)
De notre envoyé
spécial
Q naturelles (terres, eaux), de modernisation des
équipements, de renforcement de mode de struc-
turation ou d’amélioration de la ressource humaine, les
hectares occupent 25,4% de la surface agricole utile
globale». En revanche, les grandes exploitations d’une
superficie égale ou supérieure à 50 ha et qui représen-
tent moins de 2% des exploitations, concentrent près de
rural, quelles solutions explorer pour réduire les inéga-
lités, améliorer la productivité des exploitations et
consolider le développement du secteur agroalimen-
taire ?
différentes filières agricoles demeurent lamentable- 23% de la SAU totale.
ment à la traîne même si au niveau de la production des Lesquelles questions qui mènent vers la confrontation
avancées notables ont été enregistrées du point de vue DES EXPLOITANTS VULNÉRABLES ET NON des politiques sectorielles menées cette dernière décen-
quantitatif. PROTÉGÉS PAR LA LOI nie à commencer par le PNDA, la politique du renou-
Ce sont entre autres points saillants que font ressortir veau rural et agricole mais aussi aux différentes lois
Dans cette dernière catégorie, les exploitations ayant promulguées ces dernières années à l’image de la loi
globalement les différentes études menées par les cen- des superficies dépassant les 100 ha et qui ne représen-
tres de recherche ces dernières années sur l’agriculture portant orientation agricole adoptée en 2008 afin
tent que 0,5 % du total des exploitations disposent de d’évaluer leur portée et, enfin faire le bilan des multi-
algérienne au niveau national ou international. Lors 11,7% des terres, celles de la classe supérieure à 200 ha
d’une conférence sur «les défis agricoles et alimen- ples actions menées dans le secteur. De prime abord, la
(0,1% du total des exploitations), accaparent 5,4% de la thèse développée par les chercheurs en question met en
taires en Méditerranée» présentés conjointement à superficie agricole utile. En conséquence, ces inégali-
l’occasion de l’université libre de la Méditerranée à exergue une agriculture (algérienne) fortement soute-
tés dans la distribution des terres ne sont pas sans nue et « appuyée par d’importants transferts publics
Montpellier au sud de la France au début juillet, par impact sur le développement et la mise en valeur des
Omar Bessaoud et Vincent Dollé, respectivement cher- d’une moyenne de 100 milliards de dinars par an desti-
potentialités du secteur de l’agriculture. En outre, «sur nés à soutenir l’achat d’intrants et des équipements
cheur algérien spécialiste des politiques agricoles et le plan juridique, et ceci est une spécificité qui relève
mondes ruraux et directeur de l’institut agronomique agricoles, subventionner les produits stratégiques dont
de l’histoire coloniale qui a marqué le paysage agraire les prix sont garantis (céréales et légumes secs, lait), à
méditerranéen (IAMM). Ils se sont penchés sur les de l’Algérie, le domaine privé de l’Etat concentre
mutations que subit le monde agricole dans la région réaliser des infrastructures agricoles, à accorder des
encore 30% des terres. La propriété privée titrée ne bonifications aux prêts agricoles et à financer le systè-
tout en se penchant sur le cas de l’agriculture algé- concerne que 12% des exploitations, alors que plus de
rienne. Ainsi, après un regard rétrospectif des différen- me de régulation des productions de base de large
54% des exploitants ne possèdent pas de titres de pro- consommation (Syrpalac)». En définitive, à travers sa
tes mesures menées par le gouvernement ces dix der- priété, ce qui représente 41% de la SAU du pays, et
nières années (depuis l’avènement du PNDA en 2000 démarche, certes le gouvernement confirme son enga-
40% sont dans l’indivision (4% de la SAU)», est-il gement pour le développement de l’agriculture, mais
jusqu’à l’adoption la semaine dernière de la nouvelle encore fait ressortir. Autant de caractéristiques donc qui
loi fixant les conditions de gestion des terres agricoles «les engagements financiers de l’Etat ne suffiront pas à
reflètent le manque de protection pour les agriculteurs surmonter les handicaps lourds qui pèsent sur l’agricul-
relevant du domaine privé de l’Etat), la question qui se et la vulnérabilité juridique d’une grande partie des
pose est de savoir si les réponses apportées aux attentes ture algérienne », est-il souligné dans cet exposé.
exploitations. Mohamed Naïli
des agriculteurs sont-elles réellement à la hauteur des

La protection des terres agricoles à l’ombre de la nouvelle loi foncière


Plus de 160 000 hectares détournés dont
10 000 dans la Mitidja
Que deviendront les terres agricoles détournées de élaborée par un groupe de chercheurs en période de 20 ans, 112 000 ha de terres changé carrément de vocation et servant
leur vocation initiale ? La question revient agronomie et présentée le mois dernier à seront distraits». d’assiettes foncières pour l’extension du
l’école nationale des sciences agronomi- Concernant les transactions illégales sur le tissu urbain. En 2007 seulement, les statis-
systématiquement dans les milieux des agriculteurs ques d’El Harrach (ex-ENA) estime à foncier agricole, une enquête menée en tiques élaborées font état de près de 9 400
chaque fois que le ministère de tutelle fait état de 10 000 hectares la surface totale des terres 2005 par les services du ministère révèle ha de terres agricoles détournées de leur
nouvelles mesures destinées à renforcer détournées dans la vallée de la Mitidja. que les wilayas des Hauts-Plateaux et de la vocation agricole au niveau de 2092 EAC
l’encadrement juridique du secteur. Cependant, un autre almanach mis au steppe, dont Tiaret et Sidi Bel Abbès en et EAI pour la réception de «projets d’uti-
point en 2008 par un autre groupe d’uni- tête, sont les plus touchées par les détour- lité publique». Sachant que ces terres sont
versitaires fait savoir que durant ces cinq nements, mais il est précisé que dans ces déjà répertoriées au chapitre du foncier
Par ’est ainsi que dans la conjoncture décennies d’indépendance près de 162 000 régions, les terres détournées gardent urbain, les services du ministère de l’Agri-
Mohamed
Naïli C actuelle avec l’adoption la semaine
dernière par les deux chambres du
Parlement du projet de loi fixant les condi-
hectares de terres agricoles à l’échelle
nationale ont été détournés de leur voca-
tion pour servir à d’autres usages.
généralement leur vocation agricole. En
revanche, dans les wilayas du Nord, notam-
ment Alger, Blida, Boumerdès et Oran, les
culture s’appuieront-ils sur le nouveau
texte de loi pour récupérer ces dizaines de
milliers d’hectares de terres agricoles
tion d’exploitation des terres agricoles Ces prélèvements sont essentiellement le terres objet de transactions litigieuses ont détournés ? M. N.
relevant du domaine privé de l’Etat et fait de décisions prises par des autorités
amendant la loi 19-87. administratives (commune, daïra, wilaya)
Même si la problématique de détourne- sur la base de projets d’utilité publique.
ment des terres fertiles agricoles s’est tou- Les plans directeurs d’aménagement
jours posée depuis l’indépendance, mais urbain (PDAU), élaborés au niveau des
durant ces deux dernières décennies, le wilayas sous la poussée de la tendance vers
phénomène s’est accentué à telle enseigne l’extension des villes ont contribué à rogner
que la vallée de la Mitidja a connu une sur les superficies agricoles. Cependant,
dilapidation généralisée depuis l’avène- «les services du ministère de l’Agriculture
ment des années 1990. Une récente étude estimaient qu’à partir de 2002 et sur une
El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010 REPORTAGE 11
Omar Bessaoud. Economiste-chercheur,CIHEAM-IAM
Montpellier
«La nouvelle loi risque de
reproduire le modèle colonial»
Propos recueillis Quelle lecture faites-vous de la nouvelle loi portant
par gestion des terres agricoles relevant du domaine
Mohamed privé de l’Etat ?
La nouvelle loi foncière innove sur au moins 6 aspects
Naïli
majeurs : un droit de concession sur une période de 40
ans est accordé au lieu et place du droit à la jouissance
perpétuelle (loi 87/19). Outre les exploitants conces-
sionnaires, peuvent aussi être bénéficiaires des exploi-
tants concessionnaires riverains en vue d’agrandir leurs
exploitations, des personnes ayant des capacités finan-
cières et/ou techniques et présentant des projets de
consolidation et de modernisation de l’exploitation
agricole. Le droit de concession confère un droit réel
immobilier susceptible d’hypothèque auprès des orga-
nismes de crédit. Le concessionnaire peut faire appel à
un investisseur national pour financer ses activités. La
possibilité ouverte pour un concessionnaire, pour favo-
riser le remembrement, d’acquérir plusieurs droits de
concession, dans le cas de la constitution d’une exploi-
tation d’un seul tenant et sans limite de superficie. Et,
enfin, le point relatif au principe de la transmission du
droit de concessionnaire aux héritiers en conformité
avec le droit de la famille. Maintenant, au-delà du droit
de concession accordé sur 40 ans et sur lequel l’assem-
blée nationale et d’autres institutions ou organisations
se sont focalisées, un aspect qui me paraît secondaire
sinon anecdotique, ce nouveau droit foncier traduit
dans le fond la promotion d’un modèle d’exploitation
agricole, à savoir celui de l’exploitation individuelle et
de l’entreprise agricole à caractère entrepreneurial. La
nature sociale des bénéficiaires est claire. Elle favorise
l’entrée dans le secteur de nouveaux acteurs : les déten-
teurs de capitaux et de moyens techniques soumis à
l’obligation de préserver la vocation agricole de la
concession, de conduire et non de travailler directement répartition des revenus très inégaux et à la question de dominantes des villes (Alger, Annaba, Constantine,
et personnellement l’exploitation. Cette loi, comme la pauvreté rurale ? Tlemcen, Mostaganem) ont toujours eu besoin de l’ar-
toute loi foncière, bouleversera radicalement l’ordre Le risque de la reproduction du modèle colonial porté rière-pays agricole pour prospérer. La plaine de la
social des campagnes algériennes. par cette loi est patent. Il ne suffit pas à des entrepre- Mitidja a été contrôlée par les dignitaires du régime
neurs nationaux de distribuer des salaires à des milliers Ottoman et il est inutile de revenir sur la Mitidja colo-
Mais concrètement, quel serait l’impact direct de d’ouvriers (la colonisation invoquait en permanence cet niale. L’imaginaire colonial en a fait le chef-d’œuvre et
cette loi sur le monde rural ? argument pour défendre son modèle) pour prétendre le symbole de la colonisation française. Les monopoles
C’est-à-dire, la loi nouvelle loi confirme l’orientation créer des richesses dans les campagnes ou assurer la sur l’exploitation des terres favoriseront certainement
initiée dès les années 1980 avec la loi de 83 portant sécurité alimentaire du pays. Ce sont les mêmes argu- des comportements spéculatifs. Avons-nous évalué les
accès à la propriété foncière agricole (APFA) et la loi ments qu’invoquait en permanence la colonisation pour fortunes accumulées par ceux qui occupaient villas,
d’orientation foncière (90-25). Elle vient consolider un défendre son modèle. Par rapport à la sécurité alimen- terrains, commerces et autres actifs immobiliers appar-
rapport de force développé depuis 1987, rapport de taire, les choix pour les bénéficiaires dotés des meilleu- tenant à l’Etat, et ceci à la suite de la mise en vente par
force favorable à une exploitation individuelle des ter- res terres et solides financièrement sont clairs : l’OPGI du parc de l’Etat ? Le marché immobilier, qui
res du domaine privé de l’Etat. Près d’un quart de siècle Approvisionner des villes en produits chers mais acces- demeure spéculatif faute de régulation, a été alimenté
de vide juridique après l’application de la loi de 1987, sibles aux classes aisées ou être le jardin des métropo- par la mise sur le marché d’une partie de ce patrimoine
10 ans de terrorisme et de retrait de l’Etat et plus d’une les étrangères. à des prix qui n’ont absolument rien à voir avec les prix
décennie sous ajustement structurel du secteur de d’acquisition. Il est fort à parier que l’environnement
l’agriculture ont favorisé des mouvements fonciers, des Ces nouvelles dispositions protègent-elles réellement profitera en priorité aux nouveaux entrants, sûrs de
transactions illégales et des modes d’accaparement au le foncier agricole afin d’éviter le détournement des prendre à l’avenir le contrôle des rentes agricoles. Ils
profit de nouvelles catégories de locataires de terres, terres comparativement à l’ancienne loi 19-87 ? seront les premiers à postuler ou à régulariser des situa-
d’intermédiaires, de cadres de l’Etat, de commerçants La ressource en terre est faible dans le pays et nous tions de fait auprès de l’office national des terres. Les
et généralement ce que l’on appelle des porteurs de savons que toutes les dispositions juridiques n’ont pas accords dits de partenariat entre concessionnaires et
capitaux. Ce sont ces acteurs qui entrent en force avec suffi pour préserver le patrimoine foncier agricole du investisseurs se multiplieront dans le court et moyen
cette loi quitte à légaliser des situations de non droit pays. L’Etat n’a jamais pu contrôler et empêcher les termes. Il est clair que cette loi fait entrer le pays dans
créées par la délivrance d’arrêtés d’attribution de wali détournements. Il est à parier que le processus enclen- l’ère de l’après-pétrole mais par des moyens détournés
au mépris même des dispositions législatives. Cette loi ché par cette nouvelle loi ne fera pas obstacle à des et pas en empruntant la meilleure voie. La rente fon-
pose fondamentalement la question du devenir des détournements, des accaparements de terres et à des cière privatisée prendra de plus en plus le relais de la
populations agricoles, (fils d’agriculteurs et de fellahs, dynamiques spéculatives désastreuses pour l’avenir. rente pétrolière, mais à long terme il n’est pas sûr que
de salariés agricoles saisonniers ou permanents, de Les statistiques des premières années de l’indépen- les circonstances climatiques ou naturelles, avec le
bénéficiaires de la loi 87/19 et de leurs descendants) dance évaluaient le stock des terres coloniales et celles réchauffement, l’épuisement des sols et des ressources
dotés de peu de ressources financières et confrontés à des caïds, bachagas et autres alliés du système colonial en eau pérennisent les processus.
des situations de non emploi ou de sous emploi. à près de 2,7 millions d’ha auxquels il faut ajouter les
terres publiques nationalisées dans le cadre de la loi de Peut-on considérer donc cette loi comme un échec
Donc c’est une loi défavorable aux populations agri- 1971, soit un stock de terres évalué approximativement annoncé ?
coles ? autour de 3,2 à 3, 4 millions ha. Il est question Vous savez, il était urgent de régler la question foncière
Effectivement. Il est important de rappeler que les aujourd’hui de 2,5 millions ha auquel il faut ajouter les mais les choix qui ont été faits conduisent malheureu-
actifs agricoles sont aujourd’hui en surnombre dans 300 000ha détenus par les fermes pilotes (soit 2,8 mil- sement à promouvoir un modèle libéral dont les dog-
nos campagnes : près de 4,5 millions d’actifs pour 8 lions ha). L’écart est considérable même si l’on venait à mes comme la libéralisation, la privatisation ou la pro-
millions d’hectares, et l’effectif continuera de progres- considérer les terres affectées aux infrastructures, à motion de la grande entreprise capitaliste ont été forte-
ser chaque année compte tenu de la structure démogra- l’urbanisation ou à des usages publics. ment ébranlés lors de la dernière crise alimentaire. Ce
phique du monde rural, d’une part, et d’une dynamique modèle dominant et promu depuis plus de vingt ans
économique peu robuste pour absorber la population A combien peut-on estimer les terres agricoles ayant dans le pays a été incapable de résoudre la question du
active dans les campagnes. Quel avenir envisager pour été détournées et quelles sont les régions les plus bien être des populations agricoles et rurales et d’assu-
les actifs agricoles en sous-emploi ? Quelles perspecti- touchées ? rer la sécurité alimentaire des nations. Il appartient à la
ves leur offrir en dehors d’emplois temporaires et pré- Pour les seules régions de Blida, de Boumerdès et d’Al- société globale, à ses représentants et à ses forces vives
caires et à part les migrations dans les villes déjà lour- ger, plus de 6300 ha ont été détournés entre 1988 et de repenser une voie nouvelle aptes à réaliser les pro-
dement asphyxiées ? Quelles solutions apporter à la 2006. L’histoire par ailleurs montre que les classes messes de l’indépendance nationale. M. N.
12 POINT DE VUE El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010

Entreprises de presse
A la conquête d’un marché juteux
contrôlé en grande partie par l’Etat
Bien qu’encore fortement soumis aux
injonctions politico-administratives, le
secteur de la presse écrite constitue un
marché juteux de plus de 20 milliards de
dinars, que se disputent une centaine de
titres aussi bien publics que privés.

es entreprises de presse en activité,


Par
Djamila
Fernane (*)
L toutes constituées en sociétés par
actions, tentent chacune en fonction
de ses moyens et de sa proximité avec
l’Etat détenteur du plus gros de la manne
publicitaire et des sociétés d’impression,
d’accaparer une part du marché. Les plus
ingénieux parmi les managers de la presse
privée, ont vite compris que l’avenir est
dans l’acquisition et l’intégration de l’en-
semble des moyens et fonctions nécessai-
res à l’exercice autonome de leur activité,
à commencer par la prise en charge de la
distribution, l’impression, l’approvision-
nement en papier et la prise en charge de la
publicité non étatique.

PHOTO : H. LYÈS
IMPÉRATIFS DE COMMERCIALITÉ
ET DE RÉSULTAT
Le secteur de la presse écrite composé
d’une cinquantaine d’entreprises publiques
et privées ayant pratiquement toutes le coût de revient. Il est alors pertinent de se qués ne reflètent pas les coûts réels de mais être considéré comme une valeur
statut de sociétés par actions ne devrait poser la question de savoir par quel mode fabrication. Les augmentions cycliques marchande susceptible de générer de légi-
selon toute logique être soumis qu’aux organisationnel et par quel processus de que contestent les éditeurs seraient le times profits, quand bien même, sa portée
impératifs de la commercialité et du résul- fabrication, certaines entreprises de presse résultat des hausses périodiques des salai- sociale, culturelle et éducative, devrait être
tat. Le basculement, au tout début des parviennent à confectionner leurs journaux res du personnel, mais aussi et surtout, des impérativement sauvegardée. Ce constat
années1990, des entreprises de presse de la à des coûts permettant de réaliser des mar- prix du papier en totalité importé. désormais établi, il reste à déterminer ce
sphère politique à la sphère marchande ges bénéficiaires. Le prix de vente actuel qui reste aux journaux comme marge de
avait conforté cette nouvelle démarche qui d’un journal inférieur, est-il bon de rappe- LE JOURNAL, UNE VALEUR manœuvre pour concilier les impératifs
ne durera malheureusement pas longtemps. ler, à celui d’une tasse de café ne rémunère, MARCHANDE économiques et financiers avec les objec-
Les autorités politiques seront en effet très en effet, même pas le coût des facteurs, ce Il en est de même pour la distribution que tifs sociaux et culturels.
vite tentées de reprendre en main ce sec- qui laisse supposer que ces marges, lors- bon nombre de journaux ont intégré au Dans la réalité du fonctionnement du sec-
teur sensible et fortement utile à l’exercice que elles existent, s’explique par d’autres rang de leurs activités courantes en prenant teur de la presse écrite algérienne, l’at-
du pouvoir, pour ne jamais plus le lâcher. raisons, parmi lesquelles les recettes publi- directement en charge cette fonction ou, teinte de ce faisceau d’objectifs n’est pas
Tous les titres et entreprises publics d’im- citaires et les aides de l’Etat sont, sans comme c’est souvent le cas, en la confiant évidente en raison de la persistance de
pression sont désormais sous tutelle de aucun doute, les plus déterminantes. Le à des sociétés filialisées. Le problème contraintes lourdes parmi lesquelles on
l’administration centrale qui les manage au constat du terrain permet d’affirmer que d’horaires de distribution se pose égale- peut citer : le recouvrement par les entre-
gré des injonctions émanant de diverses c’est sur les activités d’impression et de ment pour la vente de la presse algérienne prises de presse des créances détenues
franges du pouvoir. Le secteur de la presse distribution que les chefs d’entreprise de à l’étranger, particulièrement en France. auprès de l’annonceur (ANEP), le recou-
écrite se trouve de ce fait totalement déré- presse ont pour habitude d’agir pour main- En plus des retards dans le transport aérien, vrement des créances détenues par les
glé avec à la clé une profusion de titres tenir à un niveau acceptable l’écart entre les quotas de journaux exportés sont sou- sociétés d’impression auprès de nombreu-
aussi bien publics que privés, surendettés, les frais de production en constante aug- mis à des contrôles douaniers tatillons, qui ses entreprises de presse et le recouvre-
sans ancrage commercial et totalement mentation et les recettes des ventes en sta- affectent négativement la célérité de la ment par ces dernières de créances déte-
dépendant des recettes publicitaires et gnation et parfois même en régression.. Au distribution. Sachant qu’un titre a de forte nues par les sociétés de distribution. Ce
autres subsides généreusement versés par niveau de l’impression, force est de consta- chance de voir son taux d’invendus aug- sont ainsi des dizaines de milliards de
l’Etat. ter que la tendance perceptible depuis ces menter s’il n’est pas sur les étals des bura- dinars que ces entreprises ne parviennent
Les quelques titres indépendants, à l’instar cinq dernières années notamment dans les listes aux premières heures de la journée, pas à encaisser régulièrement causant ainsi
d’El Watan, El Khabar, Liberté, Le Soir secteur privé, est à l’acquisition de leurs certains titres ont de bonnes raisons de se de graves dysfonctionnements à leurs tré-
d’Algérie et autres qui ont refusé de s’ins- propres moyens d’impression, justifiée par plaindre des désagréments causés, aussi soreries.
crire dans cette logique de mise sous le souhait d’échapper au diktat des impri- bien à l’étranger, que dans certaines locali- Sur le terrain, il est par ailleurs loisible de
tutelle, ont pourtant apporté la preuve s’il meries publiques, mais aussi et surtout, par tés algériennes trop éloignées des lieux constater que la plupart des distributeurs
en fallait une, qu’il est possible de prospé- les économies substantielles que l’on peut d’impression. C’est le cas des villes de sud sous-traitants directs d’entreprises de pres-
rer sur ce segment de marché rentable et de tirer d’une meilleure maîtrise de la filière du pays et de nombreuses autres zones se ou de grandes messageries, réservent un
surcroît promis à un bel avenir eu égard à impression qui entrait à plus de 50% dans enclavées où les journaux ne parviennent traitement de faveur aux titres à forts tira-
l’évolution plutôt positive des paramètres la composition du prix de revient d’un qu’après plusieurs jours ou pas du tout, ges au détriment des titres plus modestes
suivants. Il y a, d’abord, le nombre de lec- journal. L’activité d’impression en Algérie faute de distributeurs qui redoutent cette qui n’arrivent pas à écouler leurs produits
teurs potentiels en constante évolution du était, en effet, caractérisée jusqu’à l’avène- activité soumise à de nombreux aléas, sur un territoire aussi vaste et fortement
fait de l’augmentation des effectifs scolari- ment des imprimeries privées dont El parmi lesquels, les longues distances à demandeur que l’Algérie. En résultent de
sés dans les nombreux centres d’enseigne- Watan et El Khabar sont les pionniers, par parcourir, l’irrégularité des liaisons aérien- nombreux journaux invendus qui bloquent
ment, universités et écoles de formation une mainmise totale du monopole de l’Etat nes et l’absence d’aides de l’Etat ne sont les perspectives de développement des
professionnelles que compte le pays. exercé par cinq sociétés publiques d’im- pas les moindres. Si l’apparition de sites nouveaux titres qui entament leur carrière
Il y a aussi et surtout, le marché publici- pression. Les coûts d’impression évoluent web a quelque peu permis à certains lec- avec des tirages modérés et de fortes per-
taire algérien déjà très important et, de proportionnellement en fonction des prix teurs de lire régulièrement les journaux, le tes financières pour les titres à tirages
surcroît, en constante croissance du fait de du papier et le nombre de tirage. Nous phénomène est encore trop récent et le intermédiaires.
l’activité prodigieuse générée par les pro- constatons que le tarif d’impression est lectorat « online » trop restreint pour palier L’absence de transparence dans le fonc-
grammes publics de développement et les multiplié par cinq entre 1990-1995 en pas- les insuffisances de la distribution classi- tionnement des imprimeries publiques
impératifs de concurrence. Dans ce mar- sant de 1.20 DA à 5.60DA. Il importe de que. Comme on le constate, le caractère constitue également un motif et, non des
ché publicitaire en forte expansion, chacun signaler que le tarif d’impression invaria- périssable des journaux diffusés, l’épar- moindres, de restriction au développement
des titres de presse se bat pour accaparer le ble quel que soit l’importance du tirage est pillement de la clientèle sur un très vaste harmonieux et équitable du secteur de la
maximum de cette manne financière, esti- le même pour tous les éditeurs. Un titre territoire et l’éloignement des centres presse. Le traitement différencié aux titres
mée à plus de 20 milliards de dinars par an, tirant à 185 000 exemplaires paiera, à titre d’impression, rendent particulièrement en matière de dettes selon leur importance
offerte par les nombreux opérateurs écono- d’exemple, le même prix que celui qui tire ardue la mise en place d’un système de et leur proximité du pouvoir, les horaires
miques et commerciaux en activité dans le à 50 000 exemplaires et moins. Les grands distribution efficient permettant de mettre de tirage avantageux ou pas qui leur sont
pays. journaux ne bénéficient donc pas, comme à la disposition des lecteurs, des journaux réservés selon ces mêmes critères pour-
Fixé par les pouvoirs publics à dix dinars il aurait été logique, des économies aux moments et aux endroits voulus. raient à ce titre être cités comme exem-
l’unité depuis juin 1995, force est de d’échelle qui devraient résulter de ces tira- Le constat communément partagé, aussi ples. D. F.
constater, que le journal est cédé sur le ges industriels. Cependant, selon les res- bien, par la presse publique que par la (*) Post-graduante en management.
marché algérien à un prix inférieur à son ponsables des imprimeries, les tarifs prati- presse privée, est que le journal doit désor- Université de Tizi Ouzou
El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010 AFRIQUE 13
Pour promouvoir son intégration régionale
L’Afrique mise sur le développement
des infrastructures
Pour promouvoir l’intégration régionale, un
programme de développement des
infrastructures en Afrique (PIDA) a
officiellement été lancé samedi dernier à
Kampala (Ouganda), en marge du 15e
Sommet de l’Union africaine.

I
Par l s’agit d’une initiative conjointe de la
Safia Berkouk Commission de l’Union africaine, du
secrétariat du Nepad et du Groupe de
la Banque africaine de développement
(BAD) qui à travers son département de
l’intégration régionale, est l’agence char-
gée d’exécution du PIDA.
Le lancement du PIDA intervient deux
jours après la publication des résultats
d’une étude diagnostique réalisée par la
Banque mondiale sur les infrastructures
nationales en Afrique. Elle a fait ressortir
que plus de la moitié des gains en matière
de croissance en Afrique est due aux
infrastructures, mais les réseaux d’infras-
tructures africains sont toujours à la traîne
par rapport à ceux d’autres pays en déve-
loppement et se caractérisent par un man-
que de connexions régionales. L’étude
montre aussi que le coût des services ration d’une analyse détaillée des diver- de dix-huit mois avec une conclusion différents niveaux pour recueillir des
d’infrastructures africains est deux fois ses options stratégiques à adopter pour prévue pour septembre 2011. Entre temps, informations et échanger des données sur
plus élevé qu’ailleurs et le développe- pouvoir atteindre l’objectif du PIDA. divers réunions et ateliers de consultation les secteurs clés. S. B.
ment de l’infrastructure énergétique seront organisés durant cette période à
constitue le plus gros défi du continent. DES INVESTISSEMENTS POUR 4
Selon, Amadou Oumarou, coordinateur SECTEURS PRIORITAIRES
du Programme pour la BAD, «le PIDA Les besoins financiers du programme ont
aura donc le mandat de fusionner toutes déjà été estimés à 11,391.527 dollars
les initiatives continentales portant sur les incluant le coût du panel d’experts, des Nigeria : Shell abandonne une partie
infrastructures en un seul programme ateliers sectoriels de consultation au
cohérent pour tout le continent. Il fusion- niveau régional et la mise en place d’une de ses champs pétrolifères
nera ainsi le programme d’action à court base de données d’infrastructures (finan-
terme du Nepad, le cadre stratégique à cée par l’UE). Les études sectorielles sont Le groupe anglo-néerlandais Shell va se séparer de certains de ses champs
moyen et long terme du Nepad et l’initia- financées par la BAD à hauteur de 25,6%, pétrolifères du sud du Nigeria, a indiqué vendredi dernier une source interne à
tive du plan directeur des infrastructures la Facilité africaine de l’eau à hauteur de l’entreprise, tout en assurant que cette décision n’était pas liée à la violence
de l’Union africaine». 24,6%, la Banque islamique de dévelop- récurrente dans cette région. Ces champs de pétrole produisent environ 50.000 barils
«Les leaders africains ont été unanimes à pement (BID) à hauteur de 23,3% et le de brut par jour, a rapporté l’AFP. L’entreprise n’a pas dévoilé le montant de la
appeler à une intégration régionale plus don Nepad-IPPF à hauteur de 26.5%. transaction. «Shell a décidé de vendre certains de ses sites du Delta, d’Edo et de
poussée en Afrique», rappelle le président Le PIDA aura à développer un program- Bayelsa», trois Etats du Delta du Niger, région riche en pétrole, a précisé la source
de la BAD, Donald Kaberuka. «Notre me d’investissement dans les infrastruc- sous couvert d’anonymat. Elle a ajouté que cette vente s’inscrivait dans le cadre du
rôle en tant qu’institution de développe- tures (court, moyen et long termes) fondé passage en revue normal du portefeuille de Shell et que la décision n’avait pas de
ment est de soutenir cette ambition affir- sur des priorités bien définies avec un rapport avec les attaques répétées menées par des groupes armés qui disent se
mée en leur proposant des étapes réalistes plan d’action pour son lancement. Il sera battre pour une distribution plus juste des revenus du pétrole. «La vente de certains
et réalisables pour atteindre cet objectif». le document principal d’orientation de site ne signifie pas que Shell se retire de la région. Le delta du Niger est notre base
Le secteur des infrastructures concentre à l’UA/Nepad en ce qui concerne les pro- opérationnelle et les zones dont nous nous retirons sont plutôt calmes», a-t-il dit.
lui seul plus de la moitié des opérations grammations, les politiques et les priori- Shell, le plus gros exploitant pétrolier du Nigeria, a produit en moyenne 529 000
de la Banque, dépassant les 6 milliards de tés d’investissement dans le transport, barils par jour l’an dernier, contre 850 000 barils en 2008. Au plus fort des attaques,
dollars en 2009. l’énergie, l’eau et les TIC entre 2011 et le Nigeria, 8e exportateur mondial de pétrole, a perdu en production jusqu’à un
Le PIDA propose un cadre stratégique et 2030. Il mettra également en place un million de barils par jour contre 2,6 millions de barils au pic de sa production. R. E.
un programme de développement des cadre d’engagement avec les partenaires
infrastructures à l’échelle régionale et du développement du continent africain,
continentale à l’horizon 2030 en couvrant qui sont disposés à apporter leur soutien Le Maroc, destination préférée
les secteurs des transports, de l’énergie, aux infrastructures à l’échelle régionale
des technologies de l’information et de la et continentale. Pour ne pas perdre de des IDE français
communication et les bassins transfronta- temps, la mise en vigueur des études sec-
liers. Pour cela, des études sectorielles torielles a été envisagée sur une période Le Maroc est la première destination des investissements directs (IDE) français dans
seront élaborées et aboutiront à la prépa-
la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) et sur le continent africain,
a fait savoir à Casablanca Dominique Bocquet chef du service économique à
l’ambassade de France à Rabat, cité par l’agence MAP. Ces investissements ont
Afrique du Sud : 1% de croissance en plus grâce enregistré un bon en avant de 40% et le nombre des implantations est passé de 529
en 2006 à 750 en 2009, a-t-il précisé lors de la présentation des résultats d’une
au Mondial enquête mondiale sur les investissements français à l’étranger diligentée entre le 1er
décembre 2009 et le printemps 2010.Les résultats de cette investigation révèlent
L’Afrique du Sud va enregistrer un point de croissance supplémentaire en 2010 grâce à la Coupe du également qu’au sein des pays émergents, tous continents confondus, le Maroc fait
monde de football, a annoncé le ministre des Finances jeudi dernier. «Nous avions prévu que le partie d’un trio de tête ou l’on retrouve également la Chine et l’Inde. En termes
Mondial ajoute un demi-point de croissance cette année», a rappelé Pravin Gordhan dans un discours d’implantation, la Chine occupe la première place dans ce trio avec 2195 filiales et
repris par l’AFP. «Mais en prenant en compte les dépenses pour construire les stades et les prises de participation suivie ex-æquo du Maroc et de l’Inde avec 750 implantations
infrastructures, on trouve que le PIB sera environ d’un point plus haut qu’il ne l’aurait été» sans la pour chaque pays. Si on prend en considération la «valeur des investissements
compétition, a-t-il ajouté. En janvier, le gouvernement avait prévu un taux de croissance du PIB de cumulés sur la durée» le Maroc vient en première position avec 8,1 milliards d’euros
2,3% en 2010, dont 0,5 point dû au Mondial. Aucune nouvelle évaluation n’a été donnée depuis. en 2008 contre 6,9 milliards euros pour la Chine (sans Hong Kong) et 1,9 milliard pour
L’Afrique du Sud a dépensé plus de quatre milliards d’euros pour préparer la grand-messe sportive. l’Inde. Et M. Bocquet de souligner qu’en pratique le stock IDE français au Maroc a
«Le tournoi a prouvé au reste du monde notre capacité à construire des infrastructures de grande triplé sur les quatre dernières années passant de 2,4 milliards d’euros en 2004 à 8,1
qualité dans les temps», a-t-il ajouté. Malgré les doutes exprimés par certains observateurs avant le milliards euros en 2008. En plus des 750 prises de participation/implantations, le
coup d’envoi, la Coupe du monde s’est déroulée sans accroc majeur dans les dix stades neufs ou Maroc abrite quelque 250 entreprises «ayant avec la France des liens de partenariat
rénovés. R.E. non capitalistiques ou fondées par des français résidents au Maroc» et le total des
1000 unités employant quelque 115 000 personnes. R. E.
14 MONDE El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010

Commerce mondial
Progression de 10% en 2010
Le commerce mondial devrait progresser de
10% ou plus en 2010, a indiqué
l’Organisation mondiale du commerce
(OMC). Ces prévisions optimistes confirment
la reprise après des mois de crise.

N
Par otre prévision pour le commerce
Nora mondial cette année est de +10%
en volume, après -12% en 2009»,
Boudedja a ainsi noté le directeur général de l’OMC,
Pascal Lamy, qui présentait à l’Exposi-
tion universelle de Shanghai le rapport
annuel de l’organisation. L’OMC a revu
ses prévisions à la hausse. En mars,
l’OMC tablait sur une croissance de
9,5%, précise l’AFP. Le commerce mon-
dial se remet peu à peu des graves pertur-
bations enregistrées l’année dernière.
Selon l’organisation, en 2009 la chute
avait été sans précédent depuis la Seconde
Guerre mondiale en raison de la crise et
d’une forte contraction de la demande
mondiale. Le grand géant asiatique la
Chine est à l’origine de cette relance
rapide. «La croissance du commerce fait
un rapide retour, surtout grâce au dyna- position (7,6%). Du côté des importa-
misme continu de la Chine et d’autres
pays», a observé M. Lamy dans un
teurs, les Etats-Unis arrivent en tête du Espagne : l’austérité contraint à geler plus
classement, en achetant 15,2% des res-
deuxième discours prononcé à l’Institut
pour le commerce international de
sources naturelles échangées en 2008. Le de 200 travaux d’infrastructures
Japon les suit (9,1%), puis la Chine
Shanghai. Le DG de l’OMC a indiqué (8,6%). Mais face au caractère épuisable La cure d’austérité imposée par le gouvernement socialiste espagnol dans les
qu’il est fort probable que la progression de certaines matières premières, les pays comptes publics va contraindre à geler ou annuler plus de 200 grands travaux
soit beaucoup plus importante que prévu. riches en ressources naturelles limitent d’infrastructures, a annoncé le ministre de l’Equipement et des Transports, José
Il a ainsi estimé que, sauf mauvaises sur- bien souvent les exportations par des Blanco. M. Blanco a précisé devant une commission parlementaire que la réduction du
prises, cette «dernière estimation (+10%) taxes et des restrictions quantitatives à budget de son ministère pour un montant total de 6,4 milliards d’euros pour 2010 et
pourrait même s’avérer être trop mino- l’exportation, note l’OMC. Ces taxes à 2011, allait entraîner le gel de 199 travaux, dont 112 concernant des routes et
rée». L’OMC s’est attardée dans son rap- l’exportation concernent ainsi 11% du autoroutes, et 87 concernant les chemins de fer. Ces 199 projets seront gelés pendant
port sur le commerce des ressources commerce des ressources naturelles, une durée variant d’un à quatre ans. Par ailleurs un total de 32 appels d’offres, déjà
naturelles qui selon elle, doit impérative- contre 5% du commerce des autres mar- attribués par l’Etat, seront purement et simplement annulés, pour être dans certains
ment faire l’objet d’une coopération chandises, selon le rapport. cas (12 projets) transformés en partenariats public-privé. Les centrales syndicales
accrue entre les Etats afin d’éviter de Les prix des matières premières s’envo- espagnoles UGC et CCOO ont proteste contre ces coupes, estimant qu’elles allaient
nouvelles tensions sur ces produits. «Je lent en raison de ces restrictions. Ces entraîner une perte de 100000 emplois qui auraient pu être créés à partir de
pense non seulement qu’il est possible de mesures ont des effets préjudiciables sur septembre si ces travaux avaient été lancés. L’Espagne compte quelque 4 millions de
trouver, dans les négociations, des com- les autres pays en influant sur les prix chômeurs, avec un taux de chômage d’environ 20%, record de la zone euro. R. E.
promis mutuellement avantageux englo- mondiaux et en affectant les profits entre
bant le commerce des ressources naturel- importateurs et exportateurs, regrette
les, mais aussi que le fait de ne pas traiter
ces questions serait une source de tension
l’OMC, qui recommande de prendre des Emirats arabes unis : Dubai World veut finaliser
mesures permettant de favoriser la conser-
croissante dans les relations commercia-
les internationales», relève M. Lamy,
vation de ces matières premières. M. la restructuration de sa dette
Lamy indique que sa «conclusion, qui ne
dans le rapport. surprendra personne, est que nous amé- Le groupe en difficulté Dubai World a annoncé qu’il entendait finaliser «dans les
En 2008, le commerce des ressources liorerions grandement nos chances d’en- prochains mois» la restructuration de sa dette de 23,5 milliards de dollars après en
naturelles représentait 3700 milliards de gager une action positive dans ce domaine avoir formellement informé les banques créancières lors d’une réunion dans la
dollars (2859 milliards d’euros), soit si nous parvenions à conclure rapidement matinée à Dubaï. «Les banques créancières ont désormais l’occasion d’examiner les
environ 24% du commerce mondial des le cycle de Doha». Le cycle de Doha, données fournies avant de faire savoir leur réponse à la proposition» qui leur a été
marchandises. Cette valeur a été multi- entamé au Qatar en 2001, doit mener à présentée, a ajouté le groupe dans un communiqué à l’issue d’une réunion
pliée par plus de six entre 1998 et 2008. une plus grande libéralisation du com- d’information. Au cours de la réunion, à laquelle étaient conviées 73 banques
La Russie est le premier pays exportateur merce international en baissant les droits créancières, Dubai World indique avoir «présenté formellement son plan de
de ressources naturelles, avec une part de de douane de milliers de produits. Les restructuration, déjà approuvé par le comité de coordination des banques, avec le
marché de 9,1% en 2008, dopée par la échéances fixées pour conclure les pour- soutien du gouvernement de Dubaï». Le comité de coordination des banques est
forte hausse des prix des carburants. parlers ont depuis été manquées à plu- formé de sept établissements auxquels le groupe doit 60 % de sa dette. Dubai World
L’Arabie Saoudite arrive en deuxième sieurs reprises. N. B. avait annoncé le 20 mai être parvenu à un accord de principe avec la plupart des
banques créancières pour une restructuration de sa dette de 23,5 milliards de
dollars. Le groupe avait proposé le 25 mars de rembourser l’intégralité de sa dette
sur huit ans, le gouvernement de Dubaï s’étant engagé à lui apporter une aide de 9,5
milliards de dollars destinée notamment à renflouer le géant immobilier Nakheel et à
Finances convertir en actions sa part de 8,9 milliards de dollars. R. E.
Les tests européens recalent 7 banques sur 91
Seules sept des 91 banques européennes soumises à des tests de résistance, censés vérifier leur Etats-Unis : le déficit budgétaire moins haut
solidité financière, ont été recalées vendredi dernier, un succès qui risque néanmoins de ne pas
impressionner les marchés. Il s’agit de l’allemande Hypo Real Estate, des caisses d’épargne
que prévu
espagnoles Diada, Cajasur, Espiga, Unnim et Banca Civica, ainsi que de la grecque ATE (Agricultural La Maison-Blanche a estimé vendredi dernier que le déficit budgétaire de l’Etat fédéral
bank of Grece). Ces établissements vont devoir lever des fonds pour renforcer leur solidité financière, américain devrait culminer moins haut qu’elle ne le prévoyait en février, mais que le
actuellement moindre que celles de leurs concurrents. Le comité des régulateurs européens a calculé recul du déficit dans les années suivantes devrait être plus lent qu’elle ne l’escomptait à
qu’il leur manquait au total 3,5 milliards d’euros pour atteindre le seuil minimum. Par comparaison, l’époque. Le déficit budgétaire devrait culminer à 1471 milliards de dollars pour l’exercice
10 des 19 banques américaines testées début 2009 n’avaient pu franchir l’obstacle. Ce décalage est 2009-2010, record absolu dans l’histoire américaine, selon la nouvelle estimation du
en grande partie explicable par le moment choisi pour effectuer ces tests, selon le gouverneur de la Bureau du budget de la Maison-Blanche (OMB). Cela correspondrait à 10% du PIB, alors
Banque de France Christian Noyer. Comme prévu, les établissements recalés sont concentrés dans que l’OMB tablait sur un déficit de 10,6% en février. En revanche, la décrue attendue pour
peu de pays - dont l’Allemagne et l’Espagne où les secteurs bancaires sont très éclatés -, avec l’exercice 2010-2011, qui commencera le 1er octobre, devrait être moins forte
beaucoup d’établissements publics régionaux durement frappés par la crise financière et qu’escomptée. L’OMB estime que le déficit atteindra cette année là 1.416 milliards de
économique. Quant à la Grèce, ses banques payent la tempête qui a frappé le pays depuis la fin dollars, soit grosso modo autant qu’en 2009, dernier record en date, et 150 milliards de
2009. Bien que très exposées en Europe de l’Est, les deux banques autrichiennes testées ont réussi plus que ce qui était prévu en février. Le solde négatif correspondrait cette année-là à
l’examen. R. E. 9,2% du PIB. Les nouvelles estimations de la Maison Blanche reflètent une vision plus
optimiste pour l’économie en 2010, qui se détériore pour les années suivantes.
El Watan ÉCONOMIE - Du 26 juillet au 1er août 2010 TABLEAU DE BORD 15
statistiques
■ Par rapport à la même période de l’année
dernière, les importations ont connu une baisse
see
E
de 5,82%.
E DE LA SEMAIN
LE CHIFFR

19,71
■ Les exportations durant le premier semestre La facture des importations
ont atteint 26,25 milliards de dollars en haussee déboursée par l’Algérie pour le
de 32,82% par rapport au premier semestre de
2009. premier semestre de 2010, selon
les chiffres du Centre national de
■ L’Algérie a réalisé entre janvier et juin 2010 unn
excédent de 6,53 milliards de dollars contre un l’informatique et des
déficit de 1,16 milliard de dollars durant la même statistiques.
période en 2009.

■ Les exportations hors hydrocarbures ne


représentent que 3% des exportations globales à
790 millions de dollars.

ars
■ La facture alimentaire a reculé de 11% durant
le premier semestre 2010 affichant 2,99 milliards milliards de doll
de dollars.

PRODUITS DE BASE
■ CAFÉ r sinon à leur affaiblissement, après les ■ SOJA (-) sur les conditions de travail dans les mines,
tensions de la fin de semaine dernière», ont «rendent difficile toute tentative
Les cours du café ont reculé la semaine observé les analystes. L’achat massif et la Contrairement au blé et au maïs, les prix du d’augmentation de la production», expliquait
dernière, sur un marché sans volume, en prise de livraison de 240 100 tonnes de cacao soja se sont plutôt stabilisés. Le contrat de un analyste. Et sans augmentation de
pleine baisse de régime saisonnière. Sur le (7% de la production mondiale) par le fonds graines de soja à échéance en novembre production du principal producteur mondial,
Liffe de Londres, le robusta pour livraison en spéculatif Armajaro, qui avait entraîné une s’échangeait à 9,86 dollars le boisseau. «l’offre de platine devrait peiner à suivre la
septembre valait 1724 dollars la tonne vers envolée des prix, a suscité les protestations demande dans les années à venir». Sur le
16H30 GMT. Sur le NYBoT-ICE US, l’arabica d’autres acteurs du secteur, qui ont volontiers ■ MÉTAUX DE BASE q London Platinium and Palladium Market,
pour livraison en septembre cotait 166,70 dénoncé un «accaparement du marché». Sur l’once de platine a fini à 1541 dollars vendredi.
cents la livre. le Liffe de Londres, la tonne de cacao pour Les prix des métaux de base échangés au L’once de palladium a terminé à 460 dollars.
livraison en septembre cotait 2302 livres London Metal Exchange se sont nettement
■ SUCRE q sterling à 16H30 GMT. Sur le NYBoT-ICE US, le ressaisis cette semaine, tirés par le cuivre, qui
■ MÉTAUX PRÉCIEUX
contrat pour livraison sur la même échéance a atteint son plus haut niveau depuis mi-mai
Les cours du sucre en revanche sont valait 2967 dollars la tonne. grâce à un regain de confiance des
Les métaux précieux ont terminé la semaine
nettement grimpés, montant même vendredi investisseurs sur la reprise de la demande
■ CÉRÉALES en légère progression, à la faveur d’un accès
jusqu’à 571 livres la tonne à Londres, son plus mondiale. Ils se sont trouvés confortés par un
de faiblesse du dollar.
haut niveau depuis le 10 mars, et jusqu’à relatif rebond des marchés boursiers, de bons
18,66 cents la livre à New York, un plus haut Les prix des céréales ont évolué en rang résultats d’entreprises aux Etats-Unis et des ■ OR q
depuis le 1er mars. «Les fondamentaux à dispersé au cours de la semaine écoulée sur chiffres encourageants sur la demande
court terme continuent de soutenir les cours, le marché à terme de Chicago sous l’influence mondiale de cuivre. Après un début de semaine fébrile, l’or s’est
reflétant le maintien de la demande et le notamment de la météo. «Deux facteurs sont en grande partie ensuite légèrement renforcé, alimenté par un
resserrement des approvisionnements, responsables de cette hausse: les réserves du accès de faiblesse du billet vert, avant de finir
exacerbé par des retards logistiques ■ BLÉ q London Metal Exchange (principal marché presque à l’équilibre. L’affaiblissement du
d’acheminement dans les ports du Brésil», dans le monde) continuent de chuter (...), et billet vert rend plus attractifs les achats de
expliquaient les experts. Alors que la Les prix du blé ont encore augmenté au cours l’on reçoit des nouvelles positives sur le front matières premières libellées en dollars pour
demande reste importante à l’approche du de la semaine écoulée, soutenus par les des entreprises du secteur», résument les les investisseurs munis d’autres devises.
mois du Ramadan - période où la inquiétudes persistantes liées à la météo en analystes. Cependant, «malgré quelques tentatives
consommation mondiale s’accroît de manière dehors des Etats-Unis, atteignant jeudi leur Sur le LME, une tonne de cuivre pour livraison (cette semaine), l’or a échoué à se réinstaller
significative et qui commencera vers le 10 plus haut niveau depuis 13 mois. «C’est dans trois mois valait 7030 dollars la tonne au-dessus de seuil psychologique de 1200
août, l’annonce de pluies de moussons 17% l’évaluation des pertes des cultures de blé en vendredi à 14h GMT, l’aluminium valait 2038 dollars l’once (cette semaine)», notaient les
plus faibles que la normale sur la semaine Russie qui préoccupe le marché depuis deux dollars la tonne, le plomb valait 1950 dollars analystes.
écoulée en Inde étaient également de nature à semaines», a indiqué un analyste. Le contrat la tonne, l’étain valait 18,789 dollars, le nickel En effet, la publication cette semaine d’une
faire monter les prix. de blé à échéance en septembre valait 6,01 valait 20,425 dollars la tonne et le zinc valait série de bons résultats trimestriels
dollars le boisseau (environ 25 kg) vendredi 1926 dollars. d’entreprise aux Etats-Unis a encouragé un
Sur le Liffe de Londres, la tonne de sucre dernier vers 15h05 GMT.
blanc pour livraison en octobre valait 555 retour de l’appétit pour les investissements
livres vers 16H30 GMT. Sur le NYBoT-ICE ■ MAIS r ■ PLATINE/PALLADIUM q
jugés plus risqués, comme les marchés
américain, la livre de sucre brut pour livraison d’actions, au détriment de valeurs refuges
en octobre valait 18,30 cents. De leur côté, les prix du maïs se sont repliés, comme le métal jaune. Sur le London Bullion
Les métaux du groupe platine ont fini la Market, l’once d’or a fini à 1190,50 dollars
le climat étant plutôt favorable aux semis en semaine dans le vert, le platine porté par des
■ CACAO r pleine croissance dans le Midwest (centre des vendredi au fixing du soir.
signes rassurants sur le secteur automobile
Etats-Unis). «Il fait chaud mais aussi humide.
Les cours de la fève brune se sont nettement C’est pour cela que les échanges sont très
mondial, alors que le palladium poursuivait sa ■ ARGENT r
repliés cette semaine, après avoir atteint la progression toujours soutenu par l’intérêt des
heurtés», a expliqué un analyste. Le contrat investisseurs. Sur le plan de la production,
semaine dernière leur plus haut niveau depuis de maïs pour livraison en décembre Les cours de l’argent ont fini en légère baisse
33 ans. «On assiste à une correction des prix, des tensions en Afrique du Sud, notamment à 18,17 dollars vendredi dernier.
s’établissait à 3,9050 dollars le boisseau.

PÉTROLE CHANGE
Les cours sous les 80 dollars L’euro rebondit face au dollar
Les prix du pétrole ont baissé vendredi dernier kilomètre heures, selon les services L’euro s’est finalement un peu repris vendredi en positive de la Bourse aux Etats-Unis», qui a
sous le seuil des 80 dollars, dans un marché météorologiques américains. Son passage fin de journée, après la publication des résultats encouragé les investisseurs à se défaire de leurs
marqué par une diminution des craintes sur la «pourrait affecter la production de brut et de des tests de résistance des grandes banques dollars, considérés comme une valeur refuge. Le
tempête tropicale Bonnie. Au milieu de l’après- produits raffinés de la région», ont relevé les européennes, qui ont recalé sept établissements et Comité des régulateurs européens (CEBS) a
midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour analystes. Les eaux et les côtes du golfe du ont été accueillis avec un certain scepticisme par le annoncé que sept des 91 grandes banques
livraison en septembre s’échangeait à 77,30 Mexique concentrent environ 30% des capacités marché. Vers 21h GMT, l’euro valait 1,2906 dollar européennes soumises aux tests avaient été
dollars, en baisse de 52 cents par rapport à la de pompage de brut et plus de 40% des contre 1,2886 dollar la veille. La monnaie recalées, ce qui signifie qu’elles devront lever des
clôture de la veille. A la même heure, le brut capacités de raffinage des Etats-Unis. «Si (la européenne s’est dans un premier temps fonds pour renforcer leur situation financière. Pour
léger texan (WTI) pour la même échéance cédait tempête) se transformait en ouragan important, il maintenue en légère baisse face au dollar après la satisfaire au minimum de fonds propres requis, il
58 cents à 78,72 dollars sur le New York faudrait s’attendre à voir la quasi totalité de la publication, à partir de 16h GMT, des résultats des manque 3,5 milliards d’euros à ces sept
Mercantile Exchange (Nymex), après avoir atteint production de pétrole et de gaz du golfe du tests de résistance des banques européennes. Elle établissements, selon le CEBS, qui chiffre à 67,2
vers 08H00 GMT son niveau le plus fort depuis le Mexique s’interrompre, parce qu’elle se dirige s’est un peu reprise en toute fin des échanges. «La milliards les pertes que subiraient les banques
5 mai, à 79,60 dollars. La dépression qui s’était tout droit vers la zone où sont situées les réaction initiale est en demi-teinte, il va falloir testées si on leur applique le scénario négatif
formée cette semaine dans les Bahamas est principales installations», a noté un expert attendre pour voir le marché digérer les tests un retenu. Par comparaison, 10 des 19 banques
devenue jeudi soir une tempête tropicale, pétrolier. R. E. peu plus », a jugé un analyste financier. Selon lui, américaines testées début 2009 n’avaient pu
baptisée Bonnie, et se dirigeait vendredi en «une grande partie du rebond (de l’euro) franchir l’obstacle.
direction du nord-ouest à une vitesse de 30 s’explique moins par les tests que par la clôture R. E.
El Watan ÉCONOMIE Du lundi 26 juillet au dimanche 1er août 2010