Vous êtes sur la page 1sur 5

POLITIQUE

• Le régime politique marocain : Monarchie

• Monarchie constitutionnelle

• Régime parlementaire

• État unitaire

• Maroc/Gouvernement

• Liberté de presse

• Liberté de religion

• Démocratie et élections

• Cohabitation pacifique entre les différentes ethnies et religions

• CONCLUSION: le MAROC est un pays stable.

• MAROC est un pays en voie de développement (83% des responsables sondés ne considèrent
pas le Maroc comme un pays émergent, 74,5% le qualifient de pays en voie de
développement et seulement, 8,5% trouvent que le pays du Soleil couchant n’est ni un pays
émergent ni en voie de développement.)

• Politique fiscale : réformes fiscales portant sur la TVA induisant l’augmentation des prix

SOCIO-CULTUREL

ETHNIES : Arabes-Berbères -Juifs -Maure

• LANGUES OFFICIELLES : Français et Arabe

• Religion au Maroc

• Islam au Maroc (> 95 %)

• Christianisme au Maroc (1,1 %)

• Histoire des Juifs au Maroc, Juifs marocains

• Bouddhisme au Maroc (en) (0,01 %)

• Les déficits structurels pesants, influencent le secteur de l’éducation et de la formation


professionnelle.
• Le problème de mixité sociale : en effet le développement des effectifs au sein de
l’enseignement privé interpelle sur la fracture sociale que peut engendrer un système
d’enseignement à plusieurs vitesses et peut constituer une menace pour la cohésion sociale

• Hausse des effectifs inscrits dans le secteur de la formation professionnelle

• La hausse permanente de la population carcérale dont 40% en détention provisoire.

• La hausse des mouvements de grèves dans le secteur privé (154) soit 178 289 journées de
grèves.

• La lutte contre la criminalité soit 541 140 arrestations.

ECONOMIE

• Les principaux secteurs économiques

 Le secteur agricole : 12,3% de valeur ajoutée au PIB

 Le secteur industriel : 25,9% de valeur ajoutée au PIB

 Secteur du service : 49,5% de valeur ajoutée au PIB

• La stabilité macroéconomique et un faible niveau d’inflation.


• Le PIB est estimé à 120 milliards de dollars
• Le ralentissement de la croissance du PIB suite à la sècheresse de 2016
• La création de 86 000 emplois nets en 2017, au lieu d’une perte de 37 000 emplois
un an auparavant
• Le taux de chômage a atteint 10,2% à fin 2017
• Alerte sur la croissance : CORONAVIRUS ET LA SECHERESSE (, le tourisme,
le transport aérien ainsi que l’événementiel seront les premiers secteurs affectés.)

TECHNOLOGIE

• L’inauguration de la première usine de fabrication de fibres optiques d’Afrique


et du Moyen-Orient à TANGER.
• Le pays occupe la 1ère place en matière de croissance du secteur technologique
dans la région Afrique-Moyen-Orient avec 10%
• Le taux d’équipement des ménages en téléphonie fixe est en baisse avec moins
d’un ménage sur quatre qui en est équipé en 2017 (19,7%).
• Montée du commerce électronique via les applications mobiles
• Paiement par carte bancaire
• Dell Technologies s’engage à booster l’évolution des TIC au Maroc
• Perception erronée de la technologie 4.0 :  en effet, le 4.0 rime avec l’introduction
de nouvelles technologies dans les processus de production (39,8% des sondés
admettent que la transformation 4.0 est un projet d’entreprise en cours (30,8%
de TPME), 52,4% déclarent ne pas avoir les compétences ou les expertises
nécessaires pour l’adopter).

ECOLOGIE
• Une progression énergétique conforme aux objectifs fixés
• Nouvelle stratégie mise en œuvre, stratégie nationale de développement durable
(SNDD)en perspective pour l’année 2030
 7 enjeux majeurs :
Consolider la gouvernance du développement durable, réussir la transition vers une économie
verte, améliorer la gestion et valoriser des ressources naturelles et la conservation de la
biodiversité, Accélérer la mise en œuvre de la politique nationale de lutte de contre le changement
climatique, accorder une vigilance particulière aux territoires sensibles, promouvoir le
développement humain et réduire les inégalités sociales et territoriales, promouvoir une politique
de développement durable

DEMOGRAPHIE

• Population estimée à 36 603 537 habitants soit 49% d’hommes et 51% de


femmes.
• Taux de croissance de 1,1% par an soit 1105 naissances par jour.

NATUREL

• Les conditions climatiques défavorables et à la conjoncture internationale


avec le coronavirus.
• Pour la deuxième année consécutive, le MAROC enregistre un déficit de
pluviométrie.

LOGISTIQUE ET INFRASTRUCTURES

• La progression du fret aérien de 25% en 2017


• Renforcement de la flotte marocaine : un nouvel appareil le B767 Freighter
dispose d’une capacité de 45 tonnes composée de 56 appareils, dont 11 gros
porteurs.
• Lancement du produit Cargo Outsize dédié au transport des expéditions hors
gabarit.
• Le réseau routier de 60000KM et réseau ferroviaire de plus de 2200KM).

ANALYSE DE LA DEMANDE

• La RAM, compagnie aérienne nationale du Maroc, transporte plus de 6 millions de


passagers à une fréquence annuelle. Ses achats totalisent près de 500 marchés par an, pour
un budget annuel de 7 milliards MAD (soit près de 650 millions d’euros)

• Dont 60% de touristes et 25% de MRE.

• Sexe : tous les âges

ANALYSE DE L’OFFRE

• ROYAL AIR MAROC est un marché de monopole

• Délai de paiement : au comptant


• Canaux de distribution : agence et vente en ligne

• Principaux fournisseurs : JAGGAER, la plus importante entreprise indépendante de


Solutions de Spend Management au monde.

• En outre elle possède 1 500 autres fournisseurs, 200 utilisateurs et 400 contrats repris
concernant la plateforme RAM E-SOURCING.

CONCURRENTS

• Au niveau interne dans le secteur du FRET terrestre

• ONCF

• CTM

• Principaux leaders en AFRIQUE sont

• ETHIOPIAN’S AIRLINE :  la flotte actuelle est de 110 avions, et qui fait l'acquisition de 65
appareils supplémentaires.

• AIR ALGERIE

• Et à l’internationale :

• AIR ARABIA La concurrence s’avère rude ! Air Arabia, une compagnie émiratie, établie à
Sharjah, s’installe au Maroc et décide de renforcer son réseau intérieur. La RAM a déjà
perdu sur l’international 25% de sa part de marché.

SYNTHESE

L’économie marocaine reste solide et repose principalement sur les exportations, le dynamisme
de l’investissement privé et le tourisme. La croissance du PIB a toutefois ralenti depuis 2014 et a
atteint 2,7% en 2019. Ce ralentissement est principalement dû à la volatilité du secteur agricole et
une croissance faible du secteur tertiaire. Cependant, la croissance hors activités agricoles était de
3,4% en 2019, ce qui dynamise l’économie grâce à la bonne performance des phosphates, des
produits chimiques et du textile.

Pour sa part l’effet coronavirus risque de peser lourdement sur les activités notamment celle de
l’aviation civile, car pour des mesures de prévention sanitaire, cette dernière devra cesser ses
activités pendant une certaine période, les pertes et le manque à gagner seront considérables ; Et
ceux même si la facture énergétique va s’alléger en raison de la baisse des cours du pétrole. Le
récent renforcement de la flotte marocaine au vu de cet incident n’a pas été bénéfique vu que les
nouveaux appareils acquis n’ont pas jusqu’à lors été utilisés. Néanmoins l’Afrique restera le
continent le moins touché face cette pandémie qui conduira le monde tout droit à une récession.