Vous êtes sur la page 1sur 12

Rapport de stage

L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

AVANT PROPOS

INTRODUCTION

1. LA MISSION DE L'AUDITEUR FINANCIER

1.1 Emettre une opinion sur la qualité de l'information financière.

1.2 Détecter la fraude.

1.3 Améliorer la gestion

2. LA DEMARCHE GENERALE: Nature et déroulement

2.1 Nature de la démarche.

2.2 Déroulement de la mission.

3. CAS PRATIQUE: Société Commerciale " Section: Clients- ventes"

3.1 Evaluation du système de contrôle interne.

3.2 Contrôle des comptes

3.3 Conclusion.
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

INTRODUCTION

Toute entité économique est conduite à établir des comptes nécessaires au suivi de son
activité et destinés à lui permettre de "se rendre compte". Dans la mesure où cette information
est également due à des tiers (Associés, Etat, Personnel, Actionnaires présents ou
potentiels…), se pose le problème d'un avis sur les comptes présentés émis par un
professionnel avec l'indépendance de jugement indispensable; il s'agit en fait de l'audit
financier.

L'importance que revêt l'audit financier dans la vie professionnelle de l'expert comptable
nous met dans l'obligation de lui ,consacrer le présent rapport de stage.

Mon troisième rapport aura pour objet de présenter une démarche simple de l'audit financier,
j'ai choisi comme cas d'étude une société commerciale qui présentait certaines particularités
bien déterminées.

J'ai structuré ce thème comme suit:

 Mission de l'auditeur financier

 Démarche de l'audit financier

 Cas pratique : Une Société Commerciale

2
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

1 LA MISSION DE L'AUDITEUR FINANCIER

1.1 Emettre une opinion sur la qualité de l'information financière

L'appréciation de la qualité de l'information financière se fait à partir de quatre critères:

 La prudence: c'est à dire l'appréciation raisonnable des faits d'éviter le risque de transfert,
sur l'avenir, d'incertitudes présentes susceptibles de grever le patrimoine et les résultats de
l'entreprise;

 La régularité des compte: la conformité à la réglementation (textes législatifs,


réglementaires ou les règles fixées par la jurisprudence et les organisations
professionnels…)

 La sincérité des comptes: c'est à dire l'évaluation correcte des valeurs comptables ( à ne
pas confondre avec l'exactitude) et l'appréciation raisonnable des risques et des
dépréciations de la part des dirigeants de l'entreprise auditée;

 L'image fidèle: Analyse des résultats.

1.2 Détecter la fraude

Les obligations de l'auditeur en la matière procèdent uniquement de l'objectif fondamental de


vérification de régularité et de sincérité des comptes; la détection de la fraude est une
conséquence de cet objectif et en aucun cas une finalité spécifique;

Concrètement, l'auditeur doit révéler les fraudes que son action lui fait découvrir: il ne doit en
aucun cas aborder ses contrôles en présumant la mauvaise foi des différentes personnes
contribuant à l'élaboration des états financiers et ce, pour la raison suivante:

"Garder toujours de bonnes relations avec le client, afin d'obtenir le maximum d'informations
susceptibles de mettre en relief les points détectés".

Toutefois, quand l'auditeur rencontre des motifs à s'inquiéter, alors il doit tout faire pour
obtenir de la direction, les moyens de poursuivre ses investigations dans le sens de l'obtention
d'une conviction suffisante ou prévenir officiellement des risques encourus.

1.3 Améliorer la gestion

L'amélioration des procédures résulte de la mise en œuvre d'un audit mais elle n'est pas pour
autant l'objectif qui détermine l'action de l'auditeur : Le rôle de l'auditeur n'est pas d'apporter
un guide aux décisions du management de la société.

L'audit a normalement des aspects constructifs, du fait principalement de l'identification des


problèmes: le respect de son autonomie impose cependant qu'il dissocie le rôle de l'audit et le

3
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

rôle de conseil, particulièrement dans le cadre d'un mandat légal de Commissariat aux
Comptes où la non immixtion dans la gestion est explicitement prévu.

2 LA DEMARCHE GENERALE : Nature et déroulement

2.1 Nature de démarche

 Nécessité d'une bonne compréhension de l'entreprise;

 Nécessité de l'évaluation du contrôle interne;

 Nécessité de l'examen des comptes.

2.2 Déroulement de la démarche

2.2.1 Organiser les travaux à réaliser selon un découpage cohérent

En analysant les fondements de l'audit, nous constatons que la première action de


l'auditeur n'est pas d'examiner les comptes, mais au contraire de comprendre d'une
part la réalité des opérations qu'ils traduisent, et d'autre part l'organisation que s'est
donnée l'entreprise pour les mettre en œuvre. L'auditeur est donc amené à organiser
ses contrôles et diviser les états financiers en sous-ensembles à suivre.
Par exemple, il ne peut pas examiner séparément les comptes "Ventes" et les
comptes "Clients", mais d'une manière générale le processus de facturation.

2.2.2 Dérouler les étapes de la démarche:

La conviction ultime de l'auditeur ne s'acquiert pas de façon instantanée; elle est le


résultat d'une progression:

 Prise de connaissance générale de l'entreprise

- Travaux préliminaires;

- Premiers contacts avec l'entreprise.

 Evaluation du contrôle interne

- Saisie des procédures;

- Tests de conformité;

- Evaluation préliminaire du contrôle interne;


- Tests de permanence;

4
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

- Evaluation définitive du contrôle interne.

 Examen des comptes et des états financiers

- Adaptation du programme d'examen des comptes;

- Tests de validation et de cohérence;

- Achèvement de l'audit.

2.2.2.1 l'acquisition d'une connaissance générale de l'entreprise:

l'auditeur commence par se documenter sur le cas particulier que constitue


l'entreprise avant même d'intervenir sur place.

Après vient le rôle des premiers contacts avec l'entreprise:

- Entretiens avec les responsables : ces contacts revêtent une grande


importance, dans la mesure où ils conditionnent le plus souvent la nature des
rapports humains qui s'établissent entre l'auditeur et le management de la
société, et permettent d'autre part une rapide familiarisation avec les
principaux problèmes de la société;

- L'utilisation de la documentation interne;

- La visite des lieux.

2.2.2.2 L'examen et l'évaluation des procédures:

Les cinq étapes de cette démarche:

- La saisie des procédures: l'objectif en est de formaliser les procédures en


usage; ce travail s'effectue soit en prenant connaissance du manuel des
procédures de la société s'il en existe, soit en le faisant décrire par les
différentes personnes qui les mettent en œuvre;

- Les tests de conformité ou "tests de compréhension": il s'agit d'une


procédure d'audit dont l'objectif principal n'est pas de vérifier que la
procédure est bien appliquée mais d'en contrôler l'existence

Ces tests doivent permettre à l'auditeur de s'assurer qu'il a saisi


correctement le contrôle interne; ceci englobe diverses techniques de tests
comme l'enquête, l'observation, l'examen des documents et l'exécution à
nouveau des contrôles internes.

- L'évaluation préliminaire du contrôle interne:

5
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

L'étape consiste à dégager, à partir de la description des procédures, d'une


part les sécurités qui garantissent la bonne compréhension des opérations,
d'autre part, des défaillances qui font naître un risque d'erreur ou de fraude.
Il en résulte de faire ressortir les points forts et les points faibles.

- Les tests de permanence:

Ces tests visent de vérifier que les procédures correspondant aux points
forts "Théoriques" du système comptable font l'objet d'une application
constante. Ce sont des tests de plus grande ampleur que les tests de
conformité puisqu'ils doivent donner à l'auditeur la conviction que les
procédures contrôlées sont appliquées en permanence et sans défaillance.

- L'évaluation définitive du contrôle interne:

Au terme des tests de permanence, l'auditeur devient capable de déterminer


les faiblesses de fonctionnement qui découlent d'une mauvaise application
des points forts, en plus des faiblesses imputables à un défaut dans la
conception du système; il récapitule pour chaque module les constatations
effectuées complétées par des recommandations nécessaires pour améliorer
les procédures.

2.2.2.3 Examen des comptes et des états financiers:

- L'examen des comptes:

Lors du démarrage de la mission, l'auditeur ne connaît pas le détail des


travaux qu'il doit mener. Au contraire, après l'évaluation définitive du
contrôle interne, il dispose de conclusions qui lui permettent de déterminer
l'ampleur des travaux à mettre en œuvre;

Ainsi , les points forts du système justifieront certains allégements du


programme de son intervention ( pas d'exhaustivité ou de réalité des
enregistrements…) et, inversement,, les points faibles le conduit à le
renforcer, voire à le compléter, en mettant en œuvre des tests
complémentaires (tests de validation, tests de cohérence)

- L'achèvement de l'audit:

Arrivé à ce stade, il reste de faire la synthèse et la critique de l'ensemble de


ses travaux;

L'achèvement de l'audit comprend:

 La revue des options comptables prévues par l'entreprise;

6
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

 L'examen des événements post- clôture, prendre connaissance des


faits importants qui peuvent survenir après l'arrêté des comptes ( sujet
faisant l'objet de rapport de stage futur);

 La revue des dossiers de travail, en contrôlant que les travaux prévus


ont été mis en œuvre et qu'ils sont suffisants pour motiver l'opinion
de l'auditeur;

 L'émission de l'opinion, sur laquelle prend fin la démarche de


l'auditeur.

7
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

3 CAS PRATIQUE: SOCIETE COMMERCIALE

La société "XPS" a été créée en 1986 au capital de 1.000.000 MAD; son activité est la
commercialisation des micro-ordinateurs et des logiciels de toute nature (éducatifs,
jeux…) au niveau local et à l'export.

Nous avons été nommés par la société pour auditer les comptes de la société arrêtés au
31 Décembre 2000.

Je me limites, dans mon rapport de stage, à l'application des techniques d'audit à la


section "Clients –ventes".

3.1 Evaluation du système de contrôle interne:

Le contrôle interne est constitué par l'ensemble des mesures de contrôle que la
direction définit, applique et surveille, sous sa responsabilité, afin d'assurer la
protection du patrimoine de l'entreprise, la fiabilité des enregistrements comptables et
des comptes qui en découlent.

3.1.1 Objectifs:

L'objectif principal du contrôle interne de la section "Clients- ventes" est d'avoir


l'assurance raisonnable que:

 Tous les produits et créances ont été bien enregistrés (Exhaustivité des
enregistrements);

 Tous les produits et créances enregistrés sont bien acquis à l'entreprise (Réalité
des enregistrements);

 La coupure des produits est faite correctement (Coupure des enregistrements);

 Les soldes au bilan sont correctement évaluées;

 Les créances figurant au bilan sont recouvrables. (Evaluation des soldes).

L'évaluation du système de contrôle interne lié à la section "Clients- ventes" a été


effectué selon le processus suivant:

 Description détaillée de la procédure en vue de détecter ses forces et faiblesses;

 Les points faibles de la procédure sont signalés à la société et font l'objet d'un
test pour évaluer leur impact sur les états financiers;

8
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

 Vérification de l'existence et de l'efficacité des points forts ou test de conformité.


3.1.2 Travaux effectués

La description de la procédure liée à la section a été faite par le biais de l'utilisation


d'une grille de séparation des fonctions et d'un questionnaire de contrôle interne adapte
à l'activité de la société.

Les travaux ci- dessus nous ont permis de tirer une conclusion sur la fiabilité du
système de contrôle interne lié à la section "Clients– ventes".

la nature de cette conclusion conditionne l'étendue et le volume des travaux à effectuer


sur les comptes de la section.

3.1.3 Synthèse des travaux effectués:

Au terme de l'évaluation préliminaire du contrôle interne, nous avons pu relever les


points suivants:

3.1.3.1 Points faibles du système:

 Il n'y a pas de séquences numériques pour les factures et les avoirs et que le
montant des factures et des avoirs transmis à la comptabilité ne sont pas notés
par la service émetteur.

De plus, la comptabilité, de son côté, ne contrôle pas le nombre de factures et


d'avoirs enregistrés par rapport au nombre de factures et d'avoirs reçus; Ces
documents peuvent donc être égarés à tout moment sans que personne ne s'en
aperçoive (si le client ne règle pas en ce qui concerne les factures; si le client ne
réclame rien en ce qui concerne les avoirs).

 Les factures sont rédigées en même temps que les bons de livraisons et qu'elles
sont envoyées systématiquement. Or, dans certains cas, des ruptures de stock ou
des retards au niveau du magasin entraînent une livraison tardive.

Le fichier des "réclamations clients" confirme cette anomalie.

3.1.3.2 Points forts du système mis en place:

La procédure suivie concernant les arriérés apparaît satisfaisante sur le plan


théorique. En effet, le chef comptable passe en revue la balance mensuelle des
comptes clients dès qu'elle est sortie, afin d'identifier les arriérés. Un test de
conformité effectué sur la balance de Juillet devait confirmer l'existence de cette
procédure, qui se matérialise sur la balance par un visa;

9
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

Mais les tests de permanence en ont montré l'inefficacité: en l'absence de


balances regroupant les créances par antériorité, 10 Clients différents ont été
vérifiés dans les 6 balances de janvier à juin, soit 60 clients au total.

Pour 25 d'entre eux, nous avons relevé des créances vieilles de plus de 90 jours
(délai maximum fixé par la société). les recherches ont montré que seuls 10 de
ces 25 clients avaient été relancés. La détection des arriérés s'avère donc
déficiente: il en résulte un risque de sur estimation du compte clients.

3.1.4 Conclusion sur le système de contrôle:

Compte tenu de l'importance des points faibles relevés, il a fallu renforcer les
travaux de contrôle des comptes relatifs à certains points bien déterminés, afin
d'évaluer l'impact éventuel sur la fidélité des états financiers présentés.

3.2 Contrôle des comptes

3.2.1 Objectifs:

Le contrôle des comptes de la section a pour objectif de s'assurer que:

 Tous les produits sont comptabilisés;

 La séparation des exercices est correctement appréhendée;

 Les comptes clients sont constitués de ventes non recouvrées et appartiennent à


la société;

 Les avoirs et autres crédits sont justifiés et correctement calculés;

 Les provisions pour créances douteuses sont correctement évaluées et jugées


suffisantes.

3.2.2 Travaux effectués:

Avant de procéder au contrôle des comptes, il est d'usage d'établir une feuille de tête qui
présente une évolution des comptes clients et ventes par catégorie durant les deux exercices:

Variation en % Variation en valeurs MAD


Produits 31.12.01 31.12.00

Ventes 4.186,77 2.616,48 60,02 % 1.570,29

Créances 4.288,83 2.699,40 58,88 % 1.589,43

10
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

Les travaux de contrôle des comptes peuvent être répartis en trois catégories :

3.2.2.1 Points forts du système mis en place:

Les contrôles analytiques consistent à effectuer des revues analytique des comptes et des
comparaisons intersectorielles, des examens et observations de l'évolution des indicateurs et
des ratios afin d'analyser globalement, la cohérence des informations financières présentées.

Il s'agit en fait des travaux suivants:

 Comparaison avec des données extérieurs:

- L'évolution du chiffre d'affaires;

- Les ratios de rotations des comptes clients;

- Le pourcentage des créances douteuses.

 Vérification des écritures de centralisation relatives aux ventes en procédant au


rapprochement entre les journaux de ventes et les comptes de ventes;

 Examen général de la balance clients;

 La mise en œuvre des tests de cohérence:

- Etudier les variations du montant des créances d'un exercice sur l'autre, en relation
avec les variations du chiffre d'affaires;

- Comparer les ratios de rotation des comptes "clients" d'une année sur l'autre;

- Comparer la répartition des créances par date d'ancienneté d'un exercice à l'autre;

- Rapprocher entre la comptabilité et les informations extra comptables: Budgets et


prévisions et commercial.

3.2.2.2 Les tests de validation des soldes

 La circularisation des comptes clients: exploiter les confirmations afin de déceler des
désaccords qui se manifestent;

 La vérification sur pièces internes: pour les clients n'ayant pas donné suite à notre
demande de confirmation de solde;

 La vérification de l'évaluation de solde:

11
Rapport de stage
L'Audit Financier
Cycle d’Expertise Comptable ISCAE

- Analyser la provision constituée par la société;

- Analyser la balance âgée des créances.

3.2.3 Synthèse des travaux effectués

 La société n'a pas constaté les écarts de conversion pour actualiser ses créances à la
clôture des comptes au 31 décembre 2000.

 Le cumul des créances accordées à la société "SIKA" à fin décembre 2000 s'élève à 7.697
KMAD. Malgré l'ancienneté de cette créance et la situation de "SIKA" qui est en
cessation d'activité depuis l'exercice 1995, aucune provision pour dépréciation de ces
avances n'a été constituée par le service comptable de la société au 31 décembre 2000.

 Les produits d'exploitation de l'exercice 2000 ont été minorés d'environ 1.405 KMAD
suite à la non comptabilisation de 7 factures de ventes livrées à la dernière semaine de
l'exercice.

 Par ailleurs, et suite à l'exploitation des confirmations des clients, nous avons pu relever
un écart de 220 KMAD dû à la non comptabilisation par la société d'un avoir émis par elle
et comptabilisé chez le client "BATIMAP".

CONCLUSION

Sur la base des travaux effectués et compte tenu des constatations soulevées, les objectifs
d'audit suivants ne sont pas atteints:

 Exhaustivité;

 Exactitude;

 Réalité;

 Evaluation

Par conséquent, nous ne sommes pas en mesure de nous prononcer sur la réalité et
l’exhaustivité de la section « Clients- ventes » au 31 décembre 2000.

12