Vous êtes sur la page 1sur 38

Université Chouaib Doukkali

Ecole Nationale des Sciences Appliquées


El jadida

Électromagnétisme
2AP
A. Boutahar
2016-2017
boutahar.fsac@gmail.com
Table des matières
CHAPITRE 1 ......................................................................................................................................... 5
PHÉNOMÈNES D’INDUCTION ÉLECTROMAGNÉTIQUE ............................................................. 5
1. Introduction ..................................................................................................................................... 6
2. Le phénomène d’induction électromagnétique................................................................................ 6
2.1 Loi de Lenz.................................................................................................................................... 6
2.2 Loi de Faraday ............................................................................................................................... 8
3. Circuit fixe dans un champ magnétique non permanent ................................................................. 8
3. 1. Relation de Maxwell-Faraday ..................................................................................................... 8
3. 2. Champ électromoteur de Neumann ............................................................................................. 9
3. 3. Exemple d’application (Spire soumis à un champ magnétique variable).................................. 10
4. Circuit mobile dans un champ permanent ..................................................................................... 10
4.1 Champ électromoteur de Lorentz ................................................................................................ 10
4.2 Exemple d’application: les rails de Laplace ................................................................................ 10
5. Cas général .................................................................................................................................... 11
6. Phénomène d’auto-induction ......................................................................................................... 11
6. 1. Définition du phénomène .......................................................................................................... 11
6. 2. Force électromotrice d’auto-induction ...................................................................................... 12
6. 3. Exemple d’application ............................................................................................................... 12
7. Induction mutuelle ......................................................................................................................... 13
7. 1. Définition du phénomène .......................................................................................................... 13
7. 2. Le flux magnétique total à travers un circuit ............................................................................. 14
7. 3. Exemple d’application (Retour sur l’exemple du paragraphe 3.3) ............................................ 14
8. Énergie magnétique ....................................................................................................................... 14
8. 1. Cas d’un circuit ......................................................................................................................... 14
8. 2. Cas de deux circuits ................................................................................................................... 16
8. 3. Exemple d’application ............................................................................................................... 16
CHAPITRE 2 ........................................................................................................................................ 17
LES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUE ............................................................................................ 17
1. Introduction ................................................................................................................................... 17
2. La source du champ électromagnétique ........................................................................................ 18
2.1 Densité volumique de charge ...................................................................................................... 18
a) Définition .................................................................................................................................. 18
b) Expression ................................................................................................................................. 18

A. Boutahar Page 2
2.2 Vecteur densité de courant .......................................................................................................... 18
a) Définition .................................................................................................................................. 18
b) Expression ................................................................................................................................. 19
3. Intensité de courant traversant une surface.................................................................................... 19
4. La loi de conservation de charge ................................................................................................... 20
4.1 Equation de conservation de charge ............................................................................................ 20
4.2 Cas du régime stationnaire .......................................................................................................... 21
5. Champ électromagnétique, équation de Maxwell ......................................................................... 21
5.1 Définition du champ électromagnétique................................................................................ 21
5.2 Equation de Maxwell............................................................................................................. 21
5.3 Remarques ............................................................................................................................. 22
5.4 Comptabilité des équations de Maxwell avec la loi de conservation de la charge ................ 22
6. Forme intégrale des équations de Maxwell ................................................................................... 23
6.1 Théorème de Gauss ............................................................................................................... 23
6.2 Flux du champ magnétique ................................................................................................... 23
6.3 Loi de Faraday ....................................................................................................................... 24
6.4 Théorème d’Ampère généralisé .................................................................................................. 24
7. Potentiel vecteur et potentiel scalaire ............................................................................................ 25
7.1 Existence des potentiels............................................................................................................... 25
7.2 Indétermination des potentiels ..................................................................................................... 26
7.3 Equation de potentiels en jauge de Lorentz ................................................................................. 27
a) Équation de A ........................................................................................................................ 27
b) Équation de V ........................................................................................................................ 28
7.4 Les potentiels retardés ................................................................................................................. 29
8. Champs stationnaire ...................................................................................................................... 30
8.1 Equation de Maxwell en régime stationnaire ........................................................................ 30
a) Théorème d’Ampère.............................................................................................................. 30
b) Conservation du flux magnétique .......................................................................................... 31
9. Approximation des régimes quasi-stationnaires ............................................................................ 31
9.1 Cadre de l’ARQS................................................................................................................... 31
9.2 Le potentiel et le champ électromagnétique dans le cadre de l’ARQP ................................. 31
9.3 Les équations de Maxwell dans le cadre de l’ARQP ............................................................ 33
9.4 Equation de conservation de charge dans le cadre de l’ARQP ............................................. 33
10. Equation de propagation des champs électromagnétique .......................................................... 33

A. Boutahar Page 3
a) Le champ électrique : ................................................................................................................ 33
b) Champ magnétique .................................................................................................................... 34
11. Energie électromagnétique ........................................................................................................ 35
11.1 Puissance cédée par le champ électromagnétique à la matière.............................................. 35
11.2 Densité volumique d’énergie électromagnétique et vecteur de poynting .............................. 35
a) Définition............................................................................................................................... 35
b) Bilan d’énergie électromagnétique ........................................................................................ 36
c) Expression de la densité volumique d’énergie et du vecteur de Poynting ............................ 37

A. Boutahar Page 4
CHAPITRE 1
PHÉNOMÈNES D’INDUCTION ÉLECTROMAGNÉTIQUE

A. Boutahar Page 5
1. Introduction
 En électrostatique, la présence de charges électriques immobiles créer un champ
électrique
 En magnétostatique, un courant électrique circulant dans un conducteur créer un champ
magnétique (Expérience d’Orsted montrant que l’aiguille aimantée d’une boussole dévie au
voisinage d’un fil conducteur parcouru par un courant)

Que deviennent ces propriétés lorsque les caractéristiques des sources (charges, courants, position
des éléments matériels définissant le système) produisant ces champs, deviennent des fonctions du
temps ?
Trois nouveaux phénomènes doivent être pris en compte :

 le phénomène d’induction électromagnétique


 le phénomène de propagation
 le phénomène d’accumulation de charges
En (1830-1831), le physicien américain Joseph Henry et le physicien anglais Michael Faraday
ont chacun mené des expériences parallèles qui ont montré l’apparition d’un champ
électromoteur (Em) et d’une force électromotrice (e) dans un circuit fermé soumis à un flux
magnétique variable, cette variation de flux peut être obtenue soit lorsqu’un circuit fixe est
soumis à un champ magnétique variable dans le temps, soit lorsqu’un champ magnétique
invariable est appliqué à un conducteur mobile, rigide ou déformable.
Dans le cas d’un circuit ouvert, cette force électromotrice d’induction est mise en évidence
par l’apparition d’une différence de potentiel aux bornes du circuit.
Dans le cas d’un circuit fermé, elle est mise en évidence par l’apparition d’un courant induit
Ce sont ces phénomènes que l’on regroupe sous le terme d’induction électromagnétique.
Ces études ont montré aussi qu’en régime variable, on ne pouvait pas dissocier champ électrique
et champ magnétique et on conduit au concept du champ électromagnétique
(E, B), formalisé par James Maxwell dans les années 1860.
2. Le phénomène d’induction électromagnétique
2.1 Loi de Lenz
Soit un circuit fermé C, placé dans un champ magnétique. Il y a apparition d’un courant « induit
» dans C lorsque le flux magnétique dans le circuit varie au cours du temps.
Rappelons la relation permettant de calculer le flux magnétique à travers une surface S :


 B  dS

On peut obtenir un flux magnétique variable dans les quatre cas suivants :

A. Boutahar Page 6
 Cas de Neumann : le champ magnétique varie au cours du temps (Figure. 1)
 Cas de Lorentz : le circuit C se déplace dans le champ B constant et c’est la surface S qui varie au
cours du temps (Figure. 2)
 En laissant les deux éléments fixes et en alimentant la bobine par un courant variable (Figure. 3)
 Dans des dispositifs où l’on produit le déplacement d’un conducteur (Figure. 4)

Figure. 1 Déplacement de la source de Figure. 2 Déplacement d’un circuit fermé


champ magnétique par rapport au circuit dans un champ magnétique constant
fermé

Figure. 3 Alimentation de la bobine par un Figure. 4 Déplacement d’un conducteur


courant variable dans un champ magnétique (Rail de Laplace)

Le circuit dans lequel apparait le phénomène d’induction est appelé l’induit


Les sources des champs magnétiques appelés inducteur

Loi de Lenz
La création d’un courant induit est toujours liée à une variation dans le temps du flux
magnétique à travers le circuit.
La loi de Lenz indique que le sens du courant induit est tel qu’il tend à s’opposeraux
causes qui lui ont donné naissance.
Ainsi le champ magnétique induit (créer par le courant induit) tend à s’opposer à la
variation de flux magnétique qui a créé le courant induit.

A. Boutahar Page 7
Exemple

Figure. 5 : Vérification de la loi de Lenz


2.2 Loi de Faraday

Loi de Faraday
La force électromotrice (e(v)) induite dans un circuit est égale à l’opposé de la dérivée
par rapport au temps (t(s)) du flux magnétique (Φ(wb)) « à travers le circuit » :

e  
d
dt avec


S
BdS

Remarques :

 Cette relation ne peut s’appliquer qu’à un circuit fermé. En effet, pour un circuit
ouvert, il est impossible de définir le flux magnétique Φ embrassé par le circuit
 Plus la variation du flux est rapide (dΦ/dt grand), plus la f.e.m. est élevée.
3. Circuit fixe dans un champ magnétique non permanent
3. 1. Relation de Maxwell-Faraday
Soit un circuit fermé immobile © dans un champ magnétique variable B(M,t).
L’apparition d’un courant induit i(t) dans ce circuit, par suite du phénomène d’induction
ne peut s’expliquer que par l’apparition au sein du conducteur d’une force
électromotrice e(t) donc par l’existence d’un champ électrique induit Ei(t) (Champ
électromoteur Em). L’ensemble (E(t),B(t)) constitue le champ électromagnétique
régnant dans l’espace considéré.
Notons immédiatement qu’à la différence d’un champ d’origine électrostatique, sa
circulation le long d’un contour fermé n’est pas nulle.

A. Boutahar Page 8
d    
   
d B
e Ei  dl    rotEi  dS    B  dS    dS
dt dt    s t 
s s  

(Où S est une surface s’appuyant sur C)


Remarque : On a pu intervertir les opérations de la dérivation temporelle et
d’intégration spatiale, car les coordonnées de (S) sont indépendantes du temps, le circuit
étant fixe.
Il vient :

B
rotEi   ; ce champ induit se superpose éventuellement à un champ
t

électrostatique Est tel que rot (Est )=0. Le champ total E : E  Est  Ei satisfera
l’équation de Maxwell Faraday :

B
rotE  
t

3. 2. Champ électromoteur de Neumann


On a toujours :

 rot A   A    A 


B  rot A  rotE      rot    rot  
t t t

D’où :
  A 
rot E  0
t 
 
Ainsi la grandeur :
 
E  A 
 t  est à circulation conservative et dérive donc un potentielle scalaire V telle
 
que :

 
 E   A    gradV  E   gradV   A
 t  t
 
Le couple (V ,A) est appelé potentiel électromagnétique. En régime variable, V et A
sont indissociables (en électrostatique, cette relation se réduit à E = −gradV pour le
champ dit électrostatique).

A. Boutahar Page 9
A
Et comme : E  Es  Ei  Ei   ; Es   gradV
t
A
Le champ de Neumann est sous la forme de : Ei  
t

3. 3. Exemple d’application (Spire soumis à un champ magnétique variable)


Un solénoïde infini est parcouru par une intensité I(t) imposé par un générateur de
courant. Il comporte N spires circulaires de rayon a par unité de longueur L. Une spire
conductrice de rayon b>a et de résistance R entoure ce solénoïde.

a) Pourquoi ce courant induit existe-t-il ?


b) Par raisons de symétries et d’invariances montrer que :
A(M,t)=A(r,t) eθ
c) Déterminer A(M,t)
d) Déterminer l’expression de la force électromotrice e
e) Déduire l’expression de courant induit i(t)

4. Circuit mobile dans un champ permanent


4.1 Champ électromoteur de Lorentz
Considérons un circuit filiforme fermé et rigide qui se déplace à la présence d’un champ
magnétique permanent B dans le référentiel ®. Chaque tube élémentaire de courant
constitue un circuit fermé © à l’intérieur de ce circuit. Si V est la vitesse de déplacement
des porteurs de charge dans le conducteur et q leur charge, ceux-ci sont soumis à la force
magnétique:

Fm  q(V  B)

La quantité (V ∧ B) qui a la dimension d’un champ électrique, est appelée champ


électromoteur Em ou bien champ de Lorentz:

Em  V  B
La force électromotrice induite sur © est donnée par :

e
 V  B   dl



4.2 Exemple d’application: les rails de Laplace


Considérons une tige conductrice parallèle à l’axe (Oy), de longueur a se déplaçant
dans un champ magnétique B0=B0 ez à la vitesse V=Vex. Cette tige reste constamment

A. Boutahar Page 10
en contact électrique avec des rails conducteurs, parallèle à (Ox) et distant de a, sur
laquelle glisse parfaitement. Les deux rails sont reliés par un fil sans résistance.
a) Analyser qualitativement le phénomène observé
b) Déterminer le sens de courant induit dans la tige
c) Calculer la force électromotrice induite e
d) Déterminer l’intensité du courant induit i(t)
e) Donner le schéma électrique équivalent du circuit
f) Etablir l’équation du mouvement de la tige. Conclure

5. Cas général
Lorsqu’on superpose les différentes causes de variation du flux (déplacement du circuit,
champs magnétique non permanent), on obtient :
 A 
e
 
 t

 V  B   dl


Remarque :
 A 
 
La grandeur  t  V  B  est appelée « champ électromoteur Em ».
 

6. Phénomène d’auto-induction
6. 1. Définition du phénomène
On appelle phénomènes d’auto-induction (ou de self-induction), des phénomènes
d’induction créés dans un circuit par une variation de l’intensité du courant I(t) qui
traverse le circuit lui-même.
Soit un circuit © fermé, rigide et filiforme parcouru par un courant I (t).

I crée un champ magnétique propre de © noté Bp (la Loi de Biot et Savard) :


0 I dl  PM
Bp 
4 PM 3

Notons Φp le flux propre de ( C ) :

p 
 B p  dS

On pose : p  LI

A. Boutahar Page 11
Le facteur L est caractéristique du circuit, il ne dépend que des paramètres
géométriques du circuit. On l’appelle inductance propre du circuit. L’unité S.I.
d’inductance propre est le Henry (H).

Les conventions de signe habituelles adoptées pour i et Φp, à propos de la loi de Faraday-
Lenz, ont déjà conduit à dire qu’un courant de sens positif (I > 0) envoyait dans le circuit
un flux positif (Φp > 0) : Φp et I sont de même signe et par conséquent :

L>0

6. 2. Force électromotrice d’auto-induction


Les variations temporelle de flux magnétique propre Φp de circuit © à travers le circuit
lui-même engendrant une f.e.m propre ep de circuit telle que :
d p d (L  I )
ep   
dt dt

dI
Comme L est constant on a alors : e p  L
dt

On prend par exemple comme sens positif de parcours sur le circuit, le sens même du
courant I à l’instant t considéré (I > 0)
 Si I augmente, dI/dt > 0, ep < 0 : la force électromotrice d’induction joue le rôle
d’une force contre-électromotrice s’opposant à la f.e.m. du générateur qui débite le
courant.
 Si I diminue, dI/dt < 0, ep > 0 : la f.e.m. d’induction s’ajoute à la f.e.m. du
générateur présent dans le circuit
 Si I est constant : e = 0

6. 3. Exemple d’application
Considérons un solénoïde très long d’axe (Oz), comportant N spires par unité de
longueur ces spires sont circulaires de rayon a et parcourue par un courant i(t). Le champ
magnétique crée par le solénoïde est nul à l’extérieur de celui-ci et vaut.
a) Trouver le champ magnétique propre crée par le solénoïde
b) Déterminer le flux du champ magnétique propre à travers une des spires du
solénoïde
c) Déterminer le flux du champ magnétique propre à travers
une portion de solénoïde de longueur L
d) Déterminer l’inductance propre de cette portion de
solénoïde
e) Déterminer la f.e.m propre (auto-induite) dans le solénoïde

A. Boutahar Page 12
7. Induction mutuelle
7. 1. Définition du phénomène
Soit deux circuits filiformes rigides parcourus par deux courants respectifs i1 et i2, sur
laquelle s’appuient respectivement des surfaces S1 et S2. On notera B1 le champ
magnétique créé par (C1) et B2 celui qui a créé par (C2), A1 et A2 seront les potentiel-
vecteurs correspondants. Φp1 et Φp2 sont respectivement les flux propres à travers (C1)
et (C2). Enfin, Φ2/1 et Φ1/2 sont respectivement les flux magnétique envoyé par (C2) à
travers (C1) et par (C1) à travers (C2).
Nous avons alors :

 p1 
 B1  dS1

 p2 
 B2  dS2

 21 
 B2  dS1 
 rotA2  dS1 

(C1 )
A2 ( P1)  d l1


0 I 2 d l2 ( P2 )
A2 ( P1) 
4 P1P2
(C2 )

 
 

   
0 I 2  d l2 ( P2 )   I d l2 ( P2 )d l1( P1)
 21    d l1( P1)  0 2
4 P1P2 4 P1P2
 
(C1 )  (C2 )  (C1 ) (C2 )

 
0 I 2 d l2d l1
 21   M 21I 2
4 P1P2
(C1 ) (C2 )
De même on montre que :

 
0 I1 d l2d l1
12   M12I1
4 P1P2
(C1 ) (C2 )
On constate que :

A. Boutahar Page 13
 
0 d l2d l1
M12  M 21  M 
4 P1P2 : Formule de Neumann
(C1 ) (C2 )
Le coefficient M est appelé inductance mutuelle des deux circuits en Henry (H). Ce
coefficient algébrique ne dépend que de la forme, de la disposition relative des circuits.
Enfin, lorsque les deux circuits sont rigides, dans ce cas M est constant.
7. 2. Le flux magnétique total à travers un circuit

Le flux magnétique Φ totale dans (C1) et (C2) s’écrit donc :

 1   p1   21  L1I1  MI 2
 2   p 2   12  L2 I 2  MI1

La f.e.m. d’induction totale dans (C2) et (C1) est donc :

dI1 dI2
e1   L1 M
dt dt
dI2 dI
e2   L2 M 1
dt dt

Remarques :
 M représente donc les phénomènes d’induction mutuelle, alors que les coefficients L
représentent les phénomènes d’auto-induction.
 On introduit parfois la grandeur :
M
k
L1L2
appelée coefficient de couplage des circuits (C1) et (C2). Si k = 1 le couplage est
parfait, si k ≈ 1 le couplage est dit serré, si k ≈ 0 le couplage est dit lâche.
7. 3. Exemple d’application (Retour sur l’exemple du paragraphe 3.3)
a) Quelle est l’inductance mutuelle entre le solénoïde et la spire ?
b) Déterminer Le flux magnétique Φ1 totale dans la spire
c) Déterminer Le flux magnétique Φ2 totale dans le solénoïde
d) Déduire La f.e.m. d’induction totale e1 dans la spire

8. Énergie magnétique
8. 1. Cas d’un circuit
Considérons un circuit constitué par une bobine d’inductance L en série avec une Resistance ® et un
interrupteur (K). L’ensemble est alimenté par générateur un courant continu I et une tension E
(Figure 6).

A. Boutahar Page 14
Figure. 6 : Bobine en série avec R et interrupteur K.
A t=0s, on ferme l’interrupteur :
di
E  RI  L
dt

EIdt  RI 2 dt  Lidi
 LI 2 
 (t ) 
 2 
t t  
 LI 2 

t 0
EIdt 

t 0
RI 2 dt 

 LI 2
 
d 
 2




 (t  0) 
 2 
 
t t

 
LI 2
EIdt  RI 2 dt 
2
t 0 t 0

L’énergie fournie par le générateur entre t=0s et t est : 


t 0
EIdt

L’énergie électrique reçue par R entre t=0s et t est : 


t 0
RI 2 dt

LI 2
L’énergie magnétique propre de la bobine est : 2

Généralisation :
L’énergie magnétique propre d’une distribution de courant ayant une inductance L est :


1 1 2
Em  LI 2  B(M ) d (M )
2 20

A. Boutahar Page 15

1 2
L B( M ) d ( M )
0 I 2
1 1
Em  I ( LI )  I P
2 2

Le flux total à travers le circuit C


8. 2. Cas de deux circuits
Considérons deux circuits (C1) et (C2) parcouru par deux courants respectifs i1 et i2 (figure. 7)

Figure. 7 : Induction mutuelle


L’énergie mutuelle répartie dans les deux circuits (C1) et (C2) peut s’écrire :

I11  I1L1I1  MI2  I 2 2  I 2L2 I 2  MI1


1 1 1 1
Em1  E m2 
2 2 2 2
L’énergie totale emmagasinée par les deux circuits sera :

1 1
Em  Em1  Em2  L1I12  L2I 22  MI1I 2
2 2
8. 3. Exemple d’application

A. Boutahar Page 16
CHAPITRE 2
LES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUE

1. Introduction

A. Boutahar Page 17
Dans ce chapitre, nous nous intéressons aux phénomènes électromagnétiques dépendant
du temps. L’expérience montre qu’il faut alors considérer une entité physique appelée
champ électromagnétique composée d’un champ électrique et un champ magnétique
définis de manière analogue aux champs électrostatique et magnétostatique mais
indissociablement liés entre eux.
2. La source du champ électromagnétique
La source du champ électromagnétique est un ensemble de charges en mouvement.
Dans le cadre d’une description macroscopique nous la définissons par deux champs :
la densité volumique de charge (ρ (M, t)) et le vecteur densité de courants J (M, t).
2.1 Densité volumique de charge
a) Définition
La densité volumique de charge (ρ (M, t)) décrit la répartition des charges dans l’espace
à un instant donné. Elle se définit ainsi : La charge contenue dans un volume
élémentaire dτM autour du point M à l’instant t est :
dq(M,t)=ρ(M,t) dτM
b) Expression
Le nombre de porteurs de charges libres mobiles N contenues dans un volume
dτi peut s’écrire : dNi=ni(M,t) dτM
Où ni(M,t) est la densité de charges en M.
Et comme dq(M,t)=∑ qi dNi
dq(M,t)=∑ qi ni(M,t) dτM
Or dq(M,t)=∑ ρi(M,t) dτM
Ainsi la densité volumique de charge peut s’écrire alors :
ρi(M,t)= qi ni(M,t)

2.2 Vecteur densité de courant


a) Définition
Le vecteur densité de courant J (M, t) décrit le mouvement d’ensemble des charges.
Elle est définie de la manière suivante : La charge électrique d2q(M,t) traversant une
surface élémentaire orientée dSM autour d’un point M entre les instants t et t+dt est :
d2q(M,t)= J (M, t) . dSM dt

A. Boutahar Page 18
b) Expression
Notons Vi la vitesse des de charges contenues dans dτM

Figure. 1 : Flux de charge à travers une surface élémentaire

dτM= dSM . dz(t)= dSM dz(t) cosθ= dSM Vidt cosθ= dSM . Vi dt

Nous avons alors : dq(M,t)= ρ(M,t) dτM

dq(M,t)= ρ(M,t) dSM . Vi dt

dq(M,t)= (ρ Vi ) (M,t) .dSM dt

dq(M,t)= (∑(ρi Vi ) (M,t) ) dSM . dt

Nous trouvons donc l’expression la densité de courant :

J(M,t)= ∑(ρi Vi ) (M,t) =(∑(niqi Vi ) (M,t)

J(M,t)= ρ V (M,t) et ρ=nq

La somme porte sur tous les types de particules chargées présentes mais seules les
particules mobiles interviennent.

3. Intensité de courant traversant une surface

L’intensité I traversant une surface est le début de charge à travers cette surface,
c'est-à-dire la charge qui la traverse pendant une certaine durée devisée par cette
durée.

A. Boutahar Page 19
Dans le cas de la surface élémentaire dSM , l’intensité élémentaire est :
dI=(d2q/dt)=j(M, t) dSM

Ainsi, l’intensité traversant une surface S à l’instant t est :

I=dq/dt=∫∫ j(M, t). dSM

4. La loi de conservation de charge

Un des postulats de l’électromagnétisme est la loi de conservation de charge électrique :


la charge électrique d’un système isolé est constante. Nous allons établir l’équation
locale qui exprime cette propriété.

4.1 Equation de conservation de charge


Effectuons le bilan de charge d’un volume V quelconque, fixe et indéformable, à
l’intérieur du milieu où existent des charges électrique. La charge contenue dans ce
volume à l’instant t est : Q(t)= ∫∫∫ρ(M,t) dτM

Et à l’instant t+dt est : Q(t+dt)= ∫∫∫ρ(M,t+dt) dτM

Ella a donc varié la quantité : dQ= Q(t+dt)- Q(t)

= ∫∫∫(ρ(M,t+dt)-ρ(M,t) ) dτM

= ∫∫∫(∂ρ(M,t)/∂t) dτM dt

Entre les instants t et t+dt, la charge électrique sortant de ce volume est par définition
du vecteur densité de courant électrique :

δQsortant=∫∫ j(M, t). dSM dt

La conservation de la charge électrique du volume V s’écrit : dQ=- δQsortant

Soit, en simplifiant par dt : ∫∫∫(∂ρ(M,t)/∂t) dτM +∫∫ j(M, t). dSM =0

En utilisant le théorème d’Ostrogradski, nous obtenons :

∫∫∫(∂ρ(M,t)/∂t) dτM +∫∫∫ div j(M, t). dτM =0 ie ∫∫∫(∂ρ(M,t)/∂t) + div j(M, t)). dτM =0

A. Boutahar Page 20
Cette équation étant valable quel que soit le volume V, nous en déduisons l’équation
locale de conservation de la charge électrique : ∂ρ(M,t)/∂t + div j(M, t)=0
Conclusion : La charge électrique d'un système isolé est un invariant.
Considérons un matériau conducteur de conductivité γ (γ= 107 S/m) homogène seul dans
l'univers. Établir l'évolution temporelle de ρ et conclure.

4.2 Cas du régime stationnaire


On régime stationnaire (permanent) la densité volumique de charge et le vecteur densité
de courant ne dépendent pas du temps. L’équation de la conservation de charge s’écrit :
div j(M, t)=0

Ainsi le vecteur densité de courant est un champ à flux conservatif. Donc :

 I=Cste à travers toute section d’un tube de courant


 I=Cste à travers toute surface s’appuyant sur un contour C

5. Champ électromagnétique, équation de Maxwell


5.1 Définition du champ électromagnétique

Le champ électromagnétique est définit par son action sur une charge ponctuelle q. Dans
un référentiel Ɍ où cette particule se trouve au point M à l’instant t animée à la vitesse
V / Ɍ (t), la force de Lorentz qu’il subit de la part du champ électromagnétique est donnée
par l’expression suivante :

FL=q ( E/ Ɍ (M, t)+V/ Ɍ (t)˄B/ Ɍ (M, t))

Cette relation définit le champ électromagnétique ( E/ Ɍ (M, t), B/ Ɍ (M, t)) au point M,
à l’instant t, dans le référentiel Ɍ.

5.2 Equation de Maxwell


Le champ électromagnétique ( E/ Ɍ (M, t), B/ Ɍ (M, t)) vérifie les quatre équations de
Maxwell, qui constitue le postulat de base du cours d’électromagnétisme :

div E ( M , t ) 
0
Equation de Maxwell-Gauss

divB  0
Equation de Maxwell-flux

A. Boutahar Page 21
 B( M , t )
rot E ( M , t )  
t
Equation de Maxwell-Faraday

  E (M , t ) 
rotB( M , t )  0  J ( M , t )   0 
 t 
Equation de Maxwell-Ampére
Les constantes ε0 et μ0 sont respectivement la permittivité diélectrique et la perméabilité
magnétique du vide du vide. (μ0 ε0 c2=1, c=3 108 m/s : la célérité de lumière)
Dans ces équations, ρ(M,t) et j(M,t) représentent la densité volumique de charge et le
vecteur densité de courant électrique au point M à l’instant t. Ces équations sont tout à
fait générales et valables dans tous les milieux.
5.3 Remarques
Les équations de Maxwell sont des équations linéaires, le principe de superposition
s’applique donc au champ électromagnétique.
L’ensemble d’une densité volumique de charge ρ(M,t), et d’une densité surfacique de
courant j(M,t) constitue la source du champ électromagnétique (E(M,t),B(M,t)).
5.4 Comptabilité des équations de Maxwell avec la loi de conservation de la charge

Calculons la divergence de l’équation de Maxwell –Ampére :

  E (M , t ) 
rot B( M , t )  0  J ( M , t )   0 
 t 

  E (M , t ) 
div(rot B( M , t ))  0 div  J ( M , t )   0 
 t 

div(rot (a( M )))  0


rot ( grad ( f ))  0

A. Boutahar Page 22
 E (M , t ) (divE (M , t ))
divJ (M , t )   0 div( )  divJ (M , t )   0 ( )0
t t
 ( M , t )
divJ ( M , t )  0
t
Nous retrouvons l’équation de conservation de la charge. Les équations de Maxwell sont
bien compatibles avec la loi de conservation de la charge électrique.

6. Forme intégrale des équations de Maxwell

Nous pouvons associer à chaque équation de Maxwell une équation intégrée qui est sa
forme intégrale. La méthode utilise les théorèmes de Stokes et d’Ostrgradski.

6.1 Théorème de Gauss


divE ( M , t ) 
0
1
 divE (M , t ).d M  0   (M , t ).d M

Nous obtenons ainsi la forme intégrale de l’équation de Maxwell-Gauss qui le théorème de


Stoks en régime variable :

Qint (t )
 E ( M ; t ).d S 
0
Ou S est une surface quelconque. Cette relation peut s’écrire de manière abrégée en
notant ϕE(t) le flux du champ électrique et Qint(t) la charge contenue à l’intérieur de la
surface.

Qint (t )
 E (t ) 
0
Le théorème de Gauss qui a été vu en première année pour le champ électrostatique est
donc valable aussi pour un champ électrique variable.

6.2 Flux du champ magnétique


L’équation de Maxwell-flux, divB(M,t)=0, peut s’écrire, en utilisant le théorème
d’Ostrogradski :

A. Boutahar Page 23
 B(M , t ).d S M 0

Ou encore en notant ϕB(t) le flux du champ magnétique à travers la surface S (fermé) :

ϕB(t)=0

L’équation de Maxwell-flux nous indique que le champ magnétique est un champ à flux
conservatif. Cette propriété qui a été vue en première année pour le champ
magnétostatique est donc encore vraie pour un champ magnétique variable.

6.3 Loi de Faraday


Pour obtenir la forme intégrale de l’équation de Maxwell-Faraday qui porte sur le
rotationnel du champ électrique, on utilise le théorème de Stokes.

 E(M , t ).dl (M )   rot E (M , t ).d S M

 B( M , t )
 E ( M , t ).dl ( M )   
t
.d S M

d
 E ( M , t ).dl ( M )  
dt 
( B( M , t ).d S M )

Cette relation est la loi de Faraday qui la forme intégrale de l’équation de Maxwell-
Faraday. Nous pouvons l’écrire de manière abrégée en notant CE(t) la circulation de E
et ϕB(t).

dB (t )
CE (t )  
dt
Cette relation signifie notamment qu’en régime variable, le champ électrique n’est
pas à circulation conservative.

6.4 Théorème d’Ampère généralisé

Pour obtenir la forme intégrale de l’équation de Maxwell-Ampère qui porte sur le


rotationnel du champ magnétique, on utilise le théorème de Stokes.

A. Boutahar Page 24
 E (M , t )
 B( M , t ).dl ( M )  0  J ( M , t ).d S M  0 0 
t
.d S M

d
 B( M , t ).dl ( M )  0  J ( M , t ).d S M  0 0
dt 
( E ( M , t ).d S M )

Cette relation est le théorème d’Ampère généralisé qui la forme intégrale de l’équation
de Maxwell-Ampère.
Nous pouvons écrire de manière abrégée le théorème d’Ampère généralisé en notant
CB(t) la circulation de B, ϕE(t) le flux de E et IS l’intensité traversant la surface.

d  E (t )
CB (t )  0 ( Is   0 )
dt
7. Potentiel vecteur et potentiel scalaire
7.1 Existence des potentiels
L’équation de Maxwell-flux, divB(M,t)=0, indique que le champ magnétique est à flux
conservatif. Or les champs à flux conservatif sont exactement les champs de rotationnel.
Il existe donc un champ de vecteur A(M,t) tel que :

B( M , t )  rot A( M , t )

 B( M , t )
rot E ( M , t )  
t

 rot A( M , t )
rot E ( M , t )  
t

 A( M , t )
rot E ( M , t )  rot ( )
t

 A( M , t )
rot ( E ( M , t )  )0
t

A. Boutahar Page 25
Le champ E+∂A/∂t est à circulation nul, c’est un champ à circulation conservative. Donc
il existe un champ scalaire V(M,t) tel que :

 A( M , t )
E (M , t )  )   gradV ( M , t )
t
 A( M , t )
E ( M , t )   gradV ( M , t ) 
t
Cette dernière équation est tout à fait en accord avec le fait qu’en régime variable le
champ électrique n’est pas à circulation conservative : ce n’est pas un champ de gradient.

En conclusion, nous retiendrons que :


Au champ électromagnétique (E(M,t), B(M,t)), on peut associer un couple
(V(M,t), A(M,t)) tel que :

B( M , t )  rot A( M , t )
 A( M , t )
E ( M , t )   gradV ( M , t ) 
t

7.2 Indétermination des potentiels

Les potentiels A et V ne sont pas unique. En effet, si (A0,V0) est un couple de potentiels
associé au champ électromagnétique (E, B), le champ de vecteurs A0=A+grad ρ(M,t) ou
ρ(M,t) est un champ scalaire quelconque vérifiant aussi la relation B=rot A(M,t). Le
potentiel vecteur A0=A+grad ρ(M,t) convient donc également.
D’autre part,

 A0 ( M , t )
E ( M , t )   gradV0 ( M , t ) 
t

 A( M , t )  grad ( M , t )
E ( M , t )   gradV0 ( M , t )  
t t

 ( M , t )  A( M , t )
E ( M , t )   grad (V0 ( M , t )  )
t t

A. Boutahar Page 26
 A( M , t )
E ( M , t )   gradV ( M , t ) 
t

Si l’on pose
 ( M , t )
V ( M , t )  V0 ( M , t )  )
t
Finalement le couple de potentiels (A=A0+grad ρ (M,t)), V=V0+∂ρ/∂t convient aussi,
ρ (M,t) .
On appuie sur la non unicité des potentiels, on impose la condition de jauge de
Lorentz. Dans le vide :

V ( M , t )
div A( M , t )  0 0 )0
t
1 V ( M , t )
div A( M , t )  )0
C2 t
En régime statique div A(M,t)=0 Jauge de Coulomb

7.3 Equation de potentiels en jauge de Lorentz

a) Équation de A

rotrot A( M , t )  graddiv A( M , t )   A
rot B( M , t )  graddiv A( M , t )   A
 E (M , t )
0 J ( M , t )  0 0  graddiv A( M , t )   A
t
  A( M , t )
0 J ( M , t )  0 0 ( gradV ( M , t )  )  graddiv A( M , t )   A
t t

 2 A( M , t ) V ( M , t )
 A  0 0 )    J ( M , t )    grad  graddiv A(M , t )
t 2 t
0 0 0

1  2 A( M , t ) 1 V ( M , t )
A 2 )    J ( M , t )  grad ( div A( M , t )  )
t 2 t
0 0
C C2

A. Boutahar Page 27
Condition de jauge Lorentz implique que :

1  2 A( M , t )
A 2 )   0 J ( M , t )
C t 2
Équation de Poisson de A

En dehors de distribution J(M,t)=0

1  2 A( M , t )
A 2 )0
C t 2
Équation de d’Alembert de A

b) Équation de V


divE ( M , t ) 
0
 A( M , t ) 
div( gradV ( M , t )  )
t 0
 A( M , t ) 
V  div 
t 0
1 V 2 ( M , t )   A( M , t ) 1 V 2 ( M , t )
V  2   div  2
C t 2 0 t C t 2

1 V 2 ( M , t )  1 V ( M , t ) 
V  2  ( div A( M , t )  ) 
C t 2 t C2 t 0

1 V 2 ( M , t ) 
V  2  
C t 2 0
Équation de Poisson de V

En dehors de distribution de charge ρ(M,t)=0

A. Boutahar Page 28
1 V 2 ( M , t )
V  2 0
C t 2
Équation de d’Alembert de V

7.4 Les potentiels retardés

1  2 A( M , t )
A 2 )   0 J ( M , t )
C t 2
1 V 2 ( M , t ) 
V  2  
C t 2 0
On admet alors, pour une distribution de charges et de courants finie, la solution dite des
potentiels retardés :

PM
1
 ( P, t  )
V (M , t ) 
4 0  PM
C d
P

PM
J ( P, t  )
0
A( M , t ) 
4  PM
C d
P

D’après ces formules, les densités volumiques de charge et de courant existant en un


point P à l’instant t ont un effet au point M uniquement à l’instant retardé t+(PM/C). Le
temps (PM/C) correspond au temps nécessaire pour qu’une onde électromagnétique se
propage sur la distance PM dans le vide.

Pour les équations des potentiels, il y’a d’autre solution dite des potentiels avancés :

PM
1
 ( P, t 
)
4 0 
V (M , t )  C d P
PM
PM
J ( P, t  )
0
4 
A( M , t )  C d P
PM
Ces potentiels ne sont pas retenu car les effets ne peut pas procéder les causes.
A. Boutahar Page 29
8. Champs stationnaire

Nous allons considérer dans ce paragraphe le régime stationnaire où aucun champ ne


dépend du temps.

8.1 Equation de Maxwell en régime stationnaire

Les équations de Maxwell deviennent :


divE ( M , t ) 
0
Equation de Maxwell-Gauss

divB  0
Equation de Maxwell-flux

rot E ( M , t )  0
Equation de Maxwell-Faraday

rotB(M , t )  0 J (M , t )
Equation de Maxwell-Ampère

a) Théorème d’Ampère

En utilisant le théorème de Stokes, nous pouvons écrire pour tout contour fermé orienté
C:
CB   B( p).dl P   rotB(M ).d S (M )
Où S est une surface s’appuyant sur C.
CB   B( p).dl P   0 J (M ).d S (M )  0  J (M ).d S (M )
CB  0 I enlacé

A. Boutahar Page 30
b) Conservation du flux magnétique

La loi de conservation du flux magnétique est équivalente à l’équation de


Maxwell-flux.
D’après le théorème de Stokes, la circulation de A le long d’un contour fermé est
égale au flux de B à travers une surface S s’appuyant sur ce contour. En effet :

CA   A( p).dl P   rot A.d S (M )   B(M ).d S (M )   B (t )


La formule précédente montre clairement que le flux du champ magnétique est le même
à travers toutes les surfaces s’appuyant sur le contour C.

9. Approximation des régimes quasi-stationnaires

Nous nous plaçons dans le cadre de l’approximation de régime stationnaire ou


permanent.

9.1 Cadre de l’ARQS


L’ARQS consiste à négliger le temps de propagation ZP=PM/c devant tout temps
caractéristique de l’évolution temporelle de la distribution ZC ; ZP<< ZC ie PM<<c ZC.
Si l’évolution temporelle est périodique de période T, dans l’ARQS PM<<CT, PM<<λ0

Avec λ0 est la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant T (longueur d’onde
dans le vide).

Par exemple en pratique, Pour une fréquence de 1MHz, la longueur d’onde est
λ=C/f=300m, donc il faut choisir D<<300m pour être dans l’ARQP.

9.2 Le potentiel et le champ électromagnétique dans le cadre de l’ARQP


Dans le cadre de l’ARQP on néglige Zp (Zp tend vers 0). Donc :

1  ( P, t )
V (M , t ) 
4 0  PM
d P

0 J ( P, t )
A( M , t ) 
4  PM
d P

A. Boutahar Page 31
Le champ magnétique dans l’ARQP :

B( M , t )  rot A( M , t )

0 J ( P, t )
B( M , t ) 
4  rot M ( PM
)d P

J ( P, t ) 1 1
rot ( ) rot J ( P, t )  grad ( )  J ( P, t )
PM PM PM

J ( P, t ) 1
rot ( )  grad ( )  J ( P, t )
PM PM

0 J ( P, t )  PM
B( M , t ) 
4  PM 3
d P

La Loi de Biot et Savart reste valable dans le cadre de l’ARQP.

Le champ électrique dans l’ARQP

 A( M , t )
E ( M , t )   gradV ( M , t ) 
t

1  ( P, t )  A( M , t )
E (M , t )  
4 0  grad M ( PM
)d P 
t

1 1  A( M , t )
E (M , t )  
4 0   ( P, t ) grad M ( PM
) d P 
t

A. Boutahar Page 32
1  ( P, t ) PM  A( M , t )
E (M , t ) 
4 0  PM
)d P 
t

La loi de Coulomb ne reste plus valable dans le cadre de l’ARQP à cause de la présence
d’un deuxième terme.

9.3 Les équations de Maxwell dans le cadre de l’ARQP


Dans le cadre de l’ARQP, les équations de Maxwell :


divE ( M , t ) 
0
Equation de Maxwell-Gauss

divB  0
Equation de Maxwell-flux
 B( M , t )
rot E ( M , t )  
t
Equation de Maxwell-Faraday
rotB(M , t )  0 J (M , t )
Equation de Maxwell-Ampére

9.4 Equation de conservation de charge dans le cadre de l’ARQP


L’équation de Maxwell Gauss dans l’ARQP :

rotB(M , t )  0 J (M , t )

div(rotB(M , t ))  0 divJ (M , t )

divJ (M , t )  0
Equation locale de conservation de charge
Le vecteur J est donc à flux conservatif, comme en régime stationnaire. Les lois de
l’électrocinétique sont valables dans l’ARQP.
10.Equation de propagation des champs électromagnétique
a) Le champ électrique :

A. Boutahar Page 33
rotrot E (M , t )  graddivE (M , t )   E

 B( M , t )  (M , t )
rot ( )  grad  E
t 0

  (M , t )
 (rot B( M , t ))  grad  E
t 0

  E (M , t )  (M , t )
 ( 0 J  0 0 )  grad  E
t t 0

1  2 E(M , t )  (M , t )  J (M , t )
E  2 )  grad  
C t 2 0 0
t

Equation de propagation de E

En dehors de distribution de charge et de courant :

1  2 E (M , t )
E  2 )0
C t 2

Equation de d’Alembert de E

b) Champ magnétique

rotrot B( M , t )  graddivB( M , t )   B

 E (M , t )
rot ( 0 J  0 0 )   B
t

1  2 B( M , t )
B  2   0 rot ( J ( M , t ))
C t 2
Equation de propagation de B

A. Boutahar Page 34
En dehors de distribution de courant :

1  2 B( M , t )
B  2 0
C t 2

Equation de d’Alembert de B

11.Energie électromagnétique

11.1 Puissance cédée par le champ électromagnétique à la matière


Le champ électromagnétique en agissant sur les particules chargées constituant la
matière peut lui communiquer de l’énergie. Nous allons calculer la puissance volumique
PV(M,t) cédée par le champ à la matière. Un porteur de charge q1, animé de la vitesse
V1, subit la force de Lorentz :

f 1  q1 ( E  V1  B)

La puissance de cette force est :

P1  f 1.V1  q1 E.V 1
Si le milieu comporte n1 porteurs de charges par unité de volume :

dP  (n1d ) P1  n1q1V 1.Ed  1V 1.Ed  J .Ed

La puissance volumique cédée par le champ électromagnétique à la matière est donc :

dP
PV ( M , t )   J ( M , t ).E ( M , t )
d

11.2 Densité volumique d’énergie électromagnétique et vecteur de poynting


a) Définition

Le champ électromagnétique qui est capable de céder de l’énergie à la matière possède


une énergie qui nous appelons énergie électromagnétique.

A. Boutahar Page 35
La répartition de l’énergie électromagnétique dans l’espace est donnée par la densité
volumique d’énergie électromagnétique notée uem(M,t) telle que l’énergie
électromagnétique contenu dans un volume dZM autour de M à l’instant t est :

dU em ( M , t )  uem ( M , t ).d M

De plus, cette énergie est susceptible de se déplacer. Nous décrivons le déplacement


d’énergie par le vecteur densité de courant d’énergie qui est plus fréquemment appelé
vecteur de poynting et noté π(M,t). Ce vecteur est tel que l’énergie électromagnétique
traversant la surface dSM entre t et t+dt est :

d 2U em (M , t )   ( M , t ).d SM dt

Ou encore tel que la puissance électromagnétique traversant la surface dSM à l’instant t


est :

d 2U em ( M , t )
dP    ( M , t ).d S M
dt

b) Bilan d’énergie électromagnétique

Considérons un volume V quelconque, fixe et indéformable. L’énergie


électromagnétique contenue dans ce volume à l’instant t est :

U em (t )   uem ( M , t ).d M

Elle varie dans le temps, ce qui s’explique par deux points :

 L’énergie l’électromagnétique se déplace à travers la surface S ;


Psort an t    ( P, t ).d S
PS
P  

 Il y a une perte d’énergie électromagnétique à l’intérieur de V.

PPerdue   PV ( M , t )d M   ( J .E )( M , t )d M


M V M V

Le bilan électromagnétique du volume V s’écrit :

A. Boutahar Page 36
dU em
  Psort an t  Pperdue
dt
Soit de manière explicite :

d
dt 
( uem ( M , t )d M   div ( M , t )d M    ( J .E )( M , t )d M
M V M V

uem ( M , t )
(  d M   div ( M , t )d M   ( J .E )( M , t )d M
 M V M V

uem ( M , t )
 div ( M , t )  ( J .E )( M , t )
t
Equation local de Poynting

Cette équation est analogique à l’équation traduisant la conservation de la charge


électrique.

c) Expression de la densité volumique d’énergie et du vecteur de Poynting


L’équation de Maxwell-Ampére permet d’exprimer j sous la forme :

1 E
J rot B   0
0 t
1 E
J .E  (rot B).E   0 .E
0 t
1 E
PV  (rot B).E   0 .E
0 t
Or, Nous savons que
div( E  B)  B.rot E  E.rot B
Donc:

A. Boutahar Page 37
B
rot B.E  B.rot E  div( E  B)   B.  div( E  B)
t

1 B EB E
PV   B.  div( )   0 E.
0 t 0 t
2
EB  0 E2 B
div( ) (  )   J .E
0 t 2 2 0

uem ( M , t )
div ( M , t )   ( J .E )( M , t )
t
Ainsi:
2 2
EB  E B
 (M , t )  ; uem ( M , t )  0 
0 2 2 0

A. Boutahar Page 38

Vous aimerez peut-être aussi