Vous êtes sur la page 1sur 4

La France est-elle une démocratie semi-directe ?

Démocratie :

La démocratie est le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple
(principe de souveraineté), sans qu'il y ait de distinctions dues la naissance, la richesse, la
compétence... (principe d'égalité). En règle générale, les démocraties sont indirectes ou
représentatives, le pouvoir s'exerçant par l'intermédiaire de représentants désignés lors d'élections
au suffrage universel.

Démocratie directe :

La démocratie directe est l'une des formes premières de la démocratie dans laquelle le peuple
exerce directement le pouvoir politique,

Démocratie représentative :

La démocratie représentative, appelée aussi "démocratie délégative", est l'une des formes de
la démocratie dans laquelle les citoyens expriment leur volonté par l'intermédiaire de
représentants élus à qui ils délèguent leurs pouvoirs. Ces élus, qui représentent la volonté
générale, votent la loi et contrôlent éventuellement le gouvernement.

La démocratie représentative est critiquée sur le fait qu'elle dépossède le peuple souverain de son
pouvoir. La démocratie directe devient alors une alternative. Certains pays ont ainsi intégré des
éléments de démocratie directe dans leurs institutions pour que les citoyens soient davantage
impliqués dans les décisions politiques.

Exemples d'institutions ou de mécanismes qui relèvent de la démocratie directe ou semi directe :


- référendum,
- assemblées locales,
- initiatives populaires,
- pétitions...

La démocratie semi directe est une forme de démocratie qui combine à la fois des éléments de la
démocratie directe et de la démocratie représentative. On parle parfois de démocratie semi
représentative.

Comme dans une démocratie représentative, les citoyens élisent leurs représentants qu'ils
chargent d'établir les lois, mais ils peuvent aussi être amenés, lors de référendums à approuver ou
refuser des lois. C'est notamment le cas en France, mais surtout en Suisse où l'usage du
référendum est fréquent, à l'échelle cantonale ou nationale selon l'importance de la question.

"La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants ou
par la voie du référendum." (Article 3 de la Constitution de la France du 4 octobre
1958)

Dans certains cas les référendums peuvent être d'initiative populaire, c'est-à-dire à l'initiative des
citoyens, comme en Suisse ou en Italie. En France, le référendum d'initiative populaire n'existe
pas formellement. Il existe cependant un droit de pétition (Article 72-1 alinéa 1) et la possibilité
d'un référendum local à l'initiative de l'assemblée délibérante de la collectivité territoriale (article
72-1 alinéa 2).

Un autre mécanisme de la démocratie semi directe est le rappel (recall, en anglais) qui peut être
utilisé dans certains Etats des Etats-Unis. Il permet à un nombre suffisant de citoyens de réclamer
un référendum afin d'interrompre le mandat d'un élu ou d'un fonctionnaire. Ce fut le cas en 2003
pour Gray Davis, le gouverneur de Californie.

Referendum :

Un référendum est un vote direct de l'ensemble des électeurs d'un Etat ou d'une collectivité
locale qui se déterminent sur une proposition de nature législative ou constitutionnelle
l'initiative du pouvoir exécutif ou des citoyens, selon les modalités définies par la loi. Les choix
possibles étant oui ou non, le projet soumis au vote est soit accepté, soit rejeté. Le référendum
permet d'obtenir l'aval du peuple sur les grandes questions de société ou institutionnelles.
Correction TD4

France, démocratie ? Référence dans le texte constitutionnel : Article 1 « La France est une
République démocratique ». Article 3 : « La souveraineté nationale (renvoit à démocratie
représentative) appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du
référendum ». Article 4 : le pluralisme politique. Ajout dernier alinéa en 2008 sur partis et
groupements politiques. Article 2 alinéa 5.

→ Une démocratie qui s'exerce par ses représentants, multipartisme, souveraineté exercée par le
peuple.
Le peuple : définit par la Constitution et par la loi : nationaux, majeurs, de sexe : hommes et
femmes, jouissant de leur droits civils et politiques. Exclus : les enfants, les personnes qui sont
condamnées, ayant de ce fait perdu ces droits. Donc faire partie du peuple : pas un droit naturel.

La démocratie peut prendre plusieurs formes : directe ou représentative.


(1):Développé par Rousseau dans le Contrat social. Dit que la souveraineté appartient au peuple.
Csq : chacun doit participer à l'exercice du pouvoir. R. se rend compte de cette impossibilité, donc
prévoit de faire recours aux députés. Ces députés : Pour JJR, on peut élire des députés qui ne vont
pas représenter l'ensemble du peuple, mais des électeurs, qui dirigent les députés. La loi doit être
élaborée par le peuple.
Très difficile à mettre en place. Ce qui reste en Suisse : possibilité de révoquer les élus. Dans le
canton de Berne, il faut 12 000 électeurs.
Cette idée rejetée par la RF et les USA 1787. ? On disait que le peuple était inculte. Un
raisonnement logique, car risque. Une peur de donner le pouvoir au peuple;
Dans la c° USA, le principe démocratique est présent, pas en France. Manque le principe du
suffrage universel direct.
En France, des tentatives. Première 1791, 93 référendum pour les hommes (pas femmes), une
concrétisation vraiment en 1944 avec inclusion hommes et femmes.
Norvège 1913, Italie 1945, Suisse 1971...
SUD : principe attaché à la démocratie, qui peut prendre de multiples formes : représentative, semi-
directe. La C° française prévoit un recours au référendum. Pour autant une démocratie semi-directe?
Non : le peuple est exclu du déclenchement directe de ce référendum.

1ere référence : Article 11, et Article 89, Article 88-5, 72-1 2e alinéa, article 53 et 88-5.
Article 89 : permettre au peuple de participer à la révision consitutionnelle, mais uniquement le
pouvoir politique en place peut le déclencher.
Article 11 : une loi ordinaire. Jusqu'en 2008, réservé uniquement pour adopter une loi, déclenché
par pourvoir pol. 2008 : inscription possibilité : 1/5 des députés (environ 175) et 1/10 des électeurs
inscris sur liste électorale, soit 4 millions de personnes pour référendum abrogatif (abroger une loi).
Article 71 : le conseil constit compétence pour controler la question posée dans le référendum.

Article 72-1 :
compétence des collectivités en France : réglementaire. Référendum administratif.

88-5 : référendum relatif aux traités internationaux, qui permet de ratifier un traité international, ou
au niveau de l'UE.

→ Le peuple est toujours exclu du déclenchement de la procédure référendaire.

La formulation de l'article 72 pour le pouvoir local. Pas utilisé car le vote contre l'initiative peut être
interprété comme une sanction contre le pouvoir en place (cf référendum 69 De Gaulle). A partir de
de moment : hésitation des présidents. Que avec Mitterand Traité de Maastricht (1), Chirac (2 fois) :
réforme du quinquennat 70% d'absention donc pas majorité du peuple. Il faut donc voir de quelle
façon sont validés les résultats. 2004 : référendum traité de Lisbonne, pour C° pour l'Europe. Echec
mais le pouvoir est bien resté en place.

En Suisse : 100 000 habitants peuvent déclencher un référendum pour réviser la c°, adopter des lois.
Italie : Article 75 : pour abroger une loi, 50 000 électeurs. Permet des changements de société. Ex :
avant un référendum, pas de divorce, d'IVG. A permis de remplacer les représentants, dans
l'impossibilité de prendre décisions pour la société.

D'autres pays ont refusé la pratique du référendum : l'Allemagne. Peur : 1933 : réferendum qui a
permis au nationalistes de prendre le pouvoir.

La France, une démocratie représentative.


Représentants : députés et sénateurs, président, 1er ministre, gouvernement. Article 20 Constitution.
SUD : les représentants, une multitude de systèmes pour les élire.

2 types de scrutin : uninominal, des listes.


1:Le rapport entre l'électorat et l'élu est plus fort. Ex France : 577 circonscriptions. Dans la plupart
des cas, chacun connaît son député.
2:Au niveau européen. La liste des élus : contact avec électorat beaucoup moins fort.

Un scrutin majoritaire/proportionnel. (au niveau municipal)


1:A un tour : on vote pour le candidat dont on sait qu'il va gagner. Peut être utilisé aussi pour des
listes.
A deux tours : deux tours donc pas besoin de voter utile tout de suite. En France : plutôt ce système.
Le scrutin majoritaire favorise toujours les grands partis.
Ceux qui passent au deuxième tour : 12,5% des voix. Après : majorité relative (pas absolu 50+1)
Avantage : une majorité claire, permet à l'exécutif de s'appuyer sur une majorité forte. Pb : toutes les
opinions publiques ne sont pas représentés. Les tout petits partis : pas de députés.
Parti majoritaire : 15 sièges. Sur les 15 autres : répartis selon le pourcentage de voix. Exemple : (A:
45%, B 39%, C 16%) le parti A obtiendra encore 5 sièges).

Autre système : le système mixte (majoritaire/proportionnel), en Allemagne


Va permettre de représenter aussi les partis les plus petits. Le système commence être de moins en
moins adapté ex : un temps où A.Merkel devait composé avec une majorité qui n'était pas de son
parti.

Scrutin

Etat, formes d'état, constitution, contrôle de consitutionnalité, revision constitutionelle