Vous êtes sur la page 1sur 110

C.R.E.A.T.E.U.R.

Réalisation d'un centre commercial


sur le site de la Réserve - Commune
de Sainte Marie
ETUDE HYDRAULIQUE ET DEFINITION DES OUVRAGES

RAPPORT DEFINITIF

Ville & Transport


LA REUNION
121 boulevard Jean Jaurès
CS 31005
97404 SAINT-DENIS CEDEX
Tel. : 02 62 90 96 00
Fax : 02 62 90 96 01

DATE : SEPT 2016 REF : 4 70 1875 ARTELIA, L’union de Coteba et Sogreah


C Dépôt PC 04/2017 TRa Che Che

B Modification bassins rétention 09/2016 TRa Che CHe

A Version initiale 07/2015 TRa Che CHe


INDICE OBJET DE LA MODIFICATION DATE VISA EMETTEUR RELECTURE APPROBATION
C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

SOMMAIRE
1. PREAMBULE __________________________________________________________________ 1
1.1. CONTEXTE ET OBJECTIFS ____________________________________________________ 1
1.2. LOCALISATION _____________________________________________________________ 1
1.3. CONTEXTE REGLEMENTAIRE - PPRI ___________________________________________ 3
2. ETAT INITIAL _________________________________________________________________ 5
2.1. CONTEXTE _________________________________________________________________ 5
2.2. RECONNAISSANCE DE SITE __________________________________________________ 5
2.2.1. En amont de la zone d’étude ___________________________________________________ 5
2.2.2. Sur la parcelle d’étude ________________________________________________________ 9
2.2.3. A l’aval de la zone d’étude ____________________________________________________ 10
2.3. BASSINS VERSANTS ________________________________________________________ 13
3. PROJET _____________________________________________________________________ 15
4. HYDROLOGIE DE LA ZONE DE PROJET ____________________________________ 16
4.1. DONNEES METEOROLOGIQUES ______________________________________________ 16
4.2. DETERMINATION DES DEBITS CARACTERISTIQUES ____________________________ 16
4.3. RESULTATS _______________________________________________________________ 17
4.3.1. Débits des bassins versants amont ____________________________________________ 17
4.3.2. Débits de la zone de projet ___________________________________________________ 17

5. AMENAGEMENTS ET GESTION DES EAUX PLUVIALES A L’ETAT PROJET 18


5.1. RESEAU DE COLLECTE DES EAUX PLUVIALES _________________________________ 18
5.1.1. Norme NF EN 752-2 _________________________________________________________ 18
5.1.2. Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales ___________________________________ 19
5.2. DIMENSIONNEMENT DES BASSINS DE RETENTION _____________________________ 19
5.3. DIMENSIONNEMENT DE L’OUVRAGE DE TRAVERSEE DE LA RAVINE A BARDEAUX _ 23

Annexe 1 Plan de masse de l’opération « La Réserve » _________ 24

Annexe 2 Protection et endiguement des ravines situées au


droit du futur centre commercial La Réserve – ETUDE
PREALABLE DE FAISABILITE – FEV 2016 – Artelia _________________ 25

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 A


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

TABLEAUX
TABL. 1 - DETERMINATION DES ALEAS EN FONCTION DES HAUTEURS D’EAU ET DE LA VITESSE ______________________ 3
TABL. 2 - CARACTERISTIQUES DES BASSINS VERSANTS _______________________________________________________ 13
TABL. 3 - COEFFICIENTS DE MONTANA FOURNIS ______________________________________________________________ 16
TABL. 4 - COEFFICIENT DE RUISSELLEMENT POUR LES ESPACES VERTS ________________________________________ 17
TABL. 5 - DEBITS GENERES PAR LES BV AMONT POUR DIFFERENTES PERIODES DE RETOUR _______________________ 17
TABL. 6 - DEBITS GENERES PAR LE SSBV1 POUR DIFFERENTES PERIODES DE RETOUR ___________________________ 17
TABL. 7 - DEBITS GENERES PAR LE SSBV2 POUR DIFFERENTES PERIODES DE RETOUR ___________________________ 17
TABL. 8 - DIMENSIONNEMENT RESEAU EAUX PLUVIALES _______________________________________________________ 18
TABL. 9 - DIMENSIONNEMENT GLOBAL SSBV 1 ________________________________________________________________ 20
TABL. 10 - DIMENSIONNEMENT GLOBAL SSBV 2 ________________________________________________________________ 20
TABL. 11 - DIMENSIONS DES ORIFICES DE FUITE ET DE SURVERSE _______________________________________________ 21
TABL. 12 - DIMENSIONS DES SEPARATEURS A HYDROCARBURES ________________________________________________ 21

FIGURES
FIG. 1. IMPLANTATION DE LA ZONE D’ETUDE ________________________________________________________________ 2
FIG. 2. ZONAGE PPRI _____________________________________________________________________________________ 4
FIG. 3. FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE EN AMONT DES PARCELLES _________________________________________ 8
FIG. 4. ECOULEMENT AU SEIN DE LA PARCELLE ____________________________________________________________ 11
FIG. 5. LOCALISATION DES PHOTOGRAPHIES DE LA ZONE D’ETUDE ___________________________________________ 12
FIG. 6. DELIMITATION DES SOUS-BASSINS VERSANTS DE LA ZONE D’ETUDE ____________________________________ 14
FIG. 7. PLAN DE DIMENSIONNEMENT DU RESEAU ___________________________________________________________ 22

PHOTOGRAPHIES
PHOTO.-1. OUVRAGE HYDRAULIQUE SOUS RN2 AU SUD-OUEST DE LA ZE __________________________________________ 6
PHOTO.-2. OUVRAGE HYDRAULIQUE SOUS RN2 DE LA RAVINE A BARDEAUX ________________________________________ 6
PHOTO.-3. OUVRAGE HYDRAULIQUE SOUS RN2 DE LA RAVINE LA RESERVE AU SUD-EST DE LA ZE ____________________ 7
PHOTO.-4. PHOTOGRAPHIE DE LA ZONE D’ETUDE VEGETALISEE (DEPUIS LA RN2002) ________________________________ 9
PHOTO.-5. DALOT PRESENT SOUS LA RUE NOËL TESSIER _______________________________________________________ 10

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 B


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

1. PREAMBULE

1.1. CONTEXTE ET OBJECTIFS


La société SCCV MARESA IMMO envisage la construction d’un centre commercial sur le site de la
2
Réserve sur la commune de Sainte Marie. Il sera composé d’un hyper de surface 12 510 m , d’une
galerie marchande et de parkings dont la capacité totale est de 637 places environ.
Dans le cadre de cette opération, le bureau d’études C.R.E.A.T.E.U.R., en charge de la partie
VRD, a sollicité ARTELIA pour la réalisation d’une étude hydraulique sur les points suivants :

 Analyse et diagnostic du fonctionnement hydraulique de la zone d’étude à l’état initial ;

 Dimensionnement de l’ouvrage situé au-dessus de la ravine à Bardeaux (détermination de la


section) ;

 Définition et dimensionnement du réseau d’eaux pluviales et des volumes de rétention à mettre


en œuvre.

C’est l’objet du présent rapport.

1.2. LOCALISATION
L’opération se situe sur la commune de Sainte-Marie au lieu-dit « La Réserve » entre le quartier
des Gaspards à l’ouest et de La Convenance à l’est.

La zone concernée par ce projet se situe sur les parcelles BN 144, 146, 148, 120, 124, 147, 158,
160 et 182.

La localisation précise de la parcelle est présentée en page suivante.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 1


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 1. Implantation de la zone d’étude

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 2


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

1.3. CONTEXTE REGLEMENTAIRE - PPRI


Le Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles (PPR), ici en termes d'inondation et de
mouvement de terrain, dont l'élaboration est de la compétence de l'Etat, est en cours de
réalisation.

Il consiste à faire un état de la connaissance de l'aléa et de la connaissance de la vulnérabilité


(présence d'enjeux notamment en termes de bâti). Le croisement de ces données permet d'établir
le risque pour lequel des prescriptions réglementaires sont fixées.

La zone du projet est en partie concernée par un aléa inondation fort selon le PPR multirisques
prescrit le 15 avril 2009. La Fig. 2 présente le zonage PPRi sur la parcelle.

Il est notamment rappelé que « Tous travaux, remblais, constructions, installations et activités, de
quelque nature qu’ils soient sont interdits en zone R1 (aléa fort) sauf ceux destinés à réduire les
conséquences des différents risques recensés ».

Les niveaux d'aléa « inondation » prévus dans le PPRi sont les suivants :

Tabl. 1 - Détermination des aléas en fonction des hauteurs d’eau et de la


vitesse

Vitesse V < 0,5 m/s 0,5 < V < et 1m/s V > 1m/s
Hauteur

H > 1m FORT R1 FORT R1 FORT R1

0,5 m< H < 1m MOYEN B2 MOYEN B2 FORT R1

H < 0,5 m FAIBLE B3 MOYEN B2 FORT R1

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 3


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

OH3

OH2

OH1

Fig. 2. Zonage PPRi

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 4


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

2. ETAT INITIAL
L’objectif de ce chapitre est de définir les débits interférant avec la zone d’étude pour différentes
périodes de retour.

2.1. CONTEXTE
La zone d’étude, par sa situation, est contrainte par l’ancienne et la nouvelle RN 2 ainsi que par 2
ravines sur ses parties est et ouest, la plus importante étant la ravine à Bardeaux à l’ouest.

2.2. RECONNAISSANCE DE SITE


Les prises de vue effectuées et utilisées dans cette partie sont localisées sur la Fig. 5 en page 12.

2.2.1. En amont de la zone d’étude

L’amont de la zone d’étude est majoritairement caractérisé par des surfaces à vocation agricole
ainsi que par des zones résidentielles dans une moindre mesure.

Trois ravines/thalwegs marqués sont présents et interfèrent avec la zone de projets. La ravine
principale interférant est la ravine à Bardeaux.

Ces 3 thalwegs traversent la RN2 via 3 ouvrages hydrauliques prévus à cet effet :

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 5


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

 OH 1 (sud-ouest) :

2m

3.5m

Photo.-1. Ouvrage hydraulique sous RN2 au sud-ouest de la ZE

 OH 2 (Ravine à Bardeaux) :

2,7m
9m

Photo.-2. Ouvrage hydraulique sous RN2 de la ravine à Bardeaux

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 6


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

 OH 3 (sud-est – Ravine La Réserve) :

2,4m

3,7m

Photo.-3. Ouvrage hydraulique sous RN2 de la ravine La Réserve au sud-est de la ZE

La figure suivante décrit le fonctionnement hydraulique en amont de la zone d’étude.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 7


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 3. Fonctionnement hydraulique en amont des parcelles

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 8


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

2.2.2. Sur la parcelle d’étude

La zone d’étude étant contrainte par la nouvelle RN 2 sur sa partie sud, elle est « isolée » des eaux
de ruissellement provenant de l’amont.

La zone d’étude étant actuellement végétalisée, il est difficile de juger de sa topographie sur site.
La topographie LITTO3D permet toutefois de constater que :

 75% des eaux ruissellent vers la ravine à Bardeaux à l’ouest de la ZE ;

 Le reste rejoint le thalweg de la Ravine La Réserve à l’est de la ZE.

Photo.-4. Photographie de la zone d’étude végétalisée (depuis la RN2002)

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 9


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

2.2.3. A l’aval de la zone d’étude

Le lit de la ravine à Bardeaux se poursuit hors de la zone d’étude via un dalot sous la Rue Noël
Tessier.

Photo.-5. Dalot présent sous la Rue Noël Tessier

De la même manière pour le thalweg à l’est, un ouvrage hydraulique sous la RN2002 permet
d’évacuer les eaux de la ZE.

Une représentation des écoulements sur la zone d’étude se trouve en page suivante.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 10


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Rue Noël Tessier

OH3

OH2

OH1

Fig. 4. Ecoulement au sein de la parcelle

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 11


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 5. Localisation des photographies de la zone d’étude

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 12


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

2.3. BASSINS VERSANTS


La visite de terrain, ainsi que l’analyse de la topographie du site, ont permis de délimiter des
bassins versants qui interfèrent avec la zone d’étude.

Ces bassins versants sont présentés sur la figure en page suivante.

Les différentes caractéristiques des bassins versants se trouvent dans le tableau suivant :

Tabl. 2 - Caractéristiques des bassins versants

Altitude Altitude Pente Plus Long Trajet


Superficie Imperméabilisation
amont aval moyenne Hydraulique
[ha] [%]
[mNGR] [mNGR] [%] [m]

BV Rav. À Bardeaux 326.8 525 48 7.8% 6 130 3%

BV Rav. La Réserve 92.4 247 49 5.3% 3 750 10%

Zone de projet

ssBV 1 5.8 53 33 4.4% 450 0%

ssBV 2 1.7 52 42 4.9% 190 0%

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 13


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 6. Délimitation des sous-bassins versants de la zone d’étude

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 14


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

3. PROJET
Le centre commercial de La Réserve sera composé :
2
 d’un hyper de surface 12 510 m ;

 d’une galerie marchande ;

 de parkings sur 2 niveaux dont la capacité totale est de 637 places environ.

Le projet prévoit deux accès au centre commercial :


er
 Un 1 accès depuis la RN2002 ;
nd
 Un 2 accès depuis le quartier de La Découverte avec la construction d’une voirie avec le
franchissement de la ravine Bardeaux.

Le plan de masse ci-dessous de l’opération se trouve également en Annexe 1.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 15


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

4. HYDROLOGIE DE LA ZONE DE PROJET

4.1. DONNEES METEOROLOGIQUES


Le Guide sur les Modalités de Gestion des Eaux Pluviales à la Réunion, réalisé par la DEAL en
2012, a été utilisé pour déterminer les données pluviométriques régionalisés.

Selon la carte du zonage pluviométrique simplifié, les parcelles d’étude se trouvent en zone 1 et 2
et les coefficients de Montana retenus pour une pluie décennale horaire sont donc :

Tabl. 3 - Coefficients de Montana fournis

Zone Coefficient A Coefficient B

Zone d’étude 1 60 0,33

Bassins versants 1 et 2 (à partir de 100


60 et 72 0,33
amont mNGR)

Les coefficients pour d’autres périodes de retour sont calculés selon une loi de Gumbel :
-0,33
i(d,T) = i(1h,10ans) * [0,186 * ln (T) + 0,572] * d

Avec :

 d la durée de la pluie en h correspondant au temps de concentration (d’après le guide de


la DEAL) ;

 T la période de retour en année.

4.2. DETERMINATION DES DEBITS CARACTERISTIQUES


Au vu de la nature des bassins versants étudiés sur la zone de projet, notamment en termes de
superficie, d’occupation du sol et de pente des bassins versants, la détermination des débits de
projet est réalisée au moyen de la formule rationnelle :

𝐶∗𝑖∗𝐴
𝑄=
3,6

Où :

 Q = débit en m³/s ;

 C = coefficient de ruissellement du bassin versant ;

 i = intensité pluviométrique relative au temps de concentration du bassin, exprimée en


mm/h ;

 A = superficie du bassin en km².

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 16


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Les coefficients de ruissellement pour les espaces naturels pris en compte pour déterminer les
débits sont les suivants (source GEDC – terrain naturel) :

Tabl. 4 - Coefficient de ruissellement pour les espaces verts

Temps de retour 2 ans 5 ans 10 ans 20 ans 50 ans 100 ans

Cruissellement 0,30 0,40 0,60 0,65 0,75 0,80

Pour les surfaces de voiries et les habitations, le coefficient de ruissellement est égal à 0,9.

4.3. RESULTATS

4.3.1. Débits des bassins versants amont

Les débits générés par les bassins versants amont pour différentes période de retour sont les
suivants :

Tabl. 5 - Débits générés par les BV amont pour différentes périodes de retour

3 3 3 3 3
Q2 [m /s] Q5 [m /s] Q10 [m /s] Q20 [m /s] Q100 [m /s]

BV Rav. À Bardeaux 16.3 26.4 44.5 54.3 83.9


BV Rav. La Réserve 5.7 8.8 14.2 17.1 26.0

4.3.2. Débits de la zone de projet

Les débits générés par les sous-bassins versant de la zone d’étude à l’état initial et l’état aménagé
pour différentes période de retour sont les suivants :

Tabl. 6 - Débits générés par le ssBV1 pour différentes périodes de retour

3 3 3 3 3 3
Q2 [m /s] Q5 [m /s] Q10 [m /s] Q20 [m /s] Q30 [m /s] Q100 [m /s]

Etat initial 0.38 0.64 1.10 1.34 1.78 2.09


Etat aménagé 0.93 1.21 1.51 1.73 2.07 2.32
Différence 0.55 0.57 0.41 0.39 0.29 0.23
Augmentation % 143% 90% 38% 29% 17% 11%

Tabl. 7 - Débits générés par le ssBV2 pour différentes périodes de retour

3 3 3 3 3 3
Q2 [m /s] Q5 [m /s] Q10 [m /s] Q20 [m /s] Q30 [m /s] Q100 [m /s]

Etat initial 0.13 0.22 0.38 0.47 0.62 0.73


Etat aménagé 0.38 0.48 0.57 0.64 0.75 0.84
Différence 0.24 0.25 0.18 0.17 0.13 0.10
Augmentation % 180% 114% 47% 37% 21% 14%

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 17


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

5. AMENAGEMENTS ET GESTION DES EAUX


PLUVIALES A L’ETAT PROJET
Les ouvrages à mettre en place sont de 2 types :

 Mise en place d’un réseau d’eaux pluviales qui collectera les eaux de ruissellement provenant
des voies de circulation et des parcelles privées ;

 Création d’ouvrages de rétention / infiltration sous les voies piétonnes pour stocker le volume
nécessaire afin de respecter le règlement qui stipule qu’on ne peut pas rejeter plus que le débit
de la parcelle à l’état initial ;

 Création d’une voirie avec franchissement de la ravine Bardeaux.

5.1. RESEAU DE COLLECTE DES EAUX PLUVIALES


Pour rappel, à l’état initial, la répartition des écoulements sur la zone de projet est la suivante :

 75% des eaux ruissellent vers la ravine à Bardeaux à l’ouest de la ZE ;

 Le reste rejoint le thalweg de la Ravine La Réserve à l’est de la ZE.

Le réseau de collecte de l’opération a été réalisé de façon à respecter la répartition de l’état


initial.

5.1.1. Norme NF EN 752-2

La norme européenne NF EN 752-2 définit les objectifs de dimensionnement des réseaux


d’évacuation d’eaux pluviales à mettre en œuvre dans le cadre de ce projet. Elle est synthétisée
dans le tableau suivant :

Tabl. 8 - Dimensionnement réseau eaux pluviales

Etant donné son implantation (zone commerciale), le projet sera dimensionné pour une fréquence
de mise en charge de 2 ans et une fréquence d’inondation de 30 ans.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 18


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

5.1.2. Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales

Les réseaux d’eaux pluviales ont été dimensionnés par la méthode de Manning Strickler :
2⁄ 1⁄
𝑄 = 𝐾𝑆 ∗ 𝑆 ∗ 𝑅ℎ 3 ∗𝑖 2

Où :
3
 Q = débit (m /s) ;
1/3 -1
 Ks = Coeff. Strickler (rugosité en m s ) ;

 S = section mouillée (m²) ;

 Rh = Rayon hydraulique (m) ;

 i = pente moyenne minimum (m/m).

Ainsi, cette étude permet de déterminer le débit transitant à l’aval de la zone d’étude puis le
diamètre de la conduite nécessaire au transit (en fonction de la pente retenue).

La pente retenue pour les canalisations est de 0,8% pour éviter les vitesses d’écoulement trop
importantes risquant de détériorer les conduites.

Les résultats sont présentés en Fig. 7 page 22.

5.2. DIMENSIONNEMENT DES BASSINS DE RETENTION


Des bassins de rétention devront être mis en place pour pallier à l’augmentation des débits induit
par le projet.

Pour le dimensionnement des ouvrages de rétention nous utiliserons la méthode dite « des
pluies ». Cette méthode permet de dimensionner les bassins de rétention en fonction de la pluie la
plus défavorable, pour une période de retour donnée, en fonction des caractéristiques du bassin
versant associé.

Pour une pluie de durée t et un débit de fuite Qf, le volume à stocker est :

𝑉(𝑡) = 𝑘1 ∗ 𝐶 ∗ 𝐴 ∗ ℎ − 𝑘2 ∗ 𝑄𝑓 ∗ 𝑡

Avec :

 A la superficie du bassin versant ;

 C le coefficient de ruissellement ;

 ℎ = 𝑎 ∗ 𝑡 1−𝑏 la hauteur précipitée, fonction des coefficients de Montana a et b ;

 𝑘1 et 𝑘2 les coefficients d’homogénéisation des unités.

Les ouvrages de rétention sont dimensionnés sur la base d’une crue de période de retour 30 ans.
Ainsi, les périodes de retour 2, 5, 10, 20 et 30 ans sont étudiées. La période de retour la plus
pessimiste pour le volume des fossés est retenue.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 19


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Les résultats sont présentés dans le tableau suivant :

Tabl. 9 - Dimensionnement global ssBV 1

PARAMETRE GLOBAUX T= 2 ANS T= 5 ANS T= 10 ANS T= 20 ANS T=30ANS


3
Débit de fuite (m /s) 0.38 0.64 1.10 1.34 1.78
Surface (ha) 5.8
Coefficient de ruissellement 0.71 0.74 0.81 0.82 0.85
3
Volume utile (m ) 494 656 425 434 327

Tabl. 10 - Dimensionnement global ssBV 2

PARAMETRE GLOBAUX T= 2 ANS T= 5 ANS T= 10 ANS T= 20 ANS T=30ANS


3
Débit de fuite (m /s) 0.13 0.22 0.38 0.47 0.62
Surface (ha) 1.7
Coefficient de ruissellement 0.81 0.83 0.86 0.86 0.88
3
Volume utile (m ) 150 184 103 102 73

La période de retour de 5 ans est dimensionnante pour le volume des ouvrages d’infiltration-
3
rétention. Le volume minimum de rétention à mettre en œuvre est donc de 840 m .

Il est prévu de mettre en place 3 bassins de rétention :


3
 Un bassin de rétention de 184 m avant rejet dans la ravine La Réserve ;
3 3
 Deux bassins de rétention (au nord-ouest de 231 m et au sud-ouest de 425 m ) avant rejet
dans la ravine à Bardeaux, les volumes étant répartis de façon proportionnelle à la surface
reprise.

Les orifices de fuite de forme rectangulaire ont été déterminés par la formule de Poncelet pour la
crue dimensionnante d’une période de retour 5 ans :

2∗𝑔∗𝐻
𝑄 =𝜇∗𝑒∗𝐿∗√ 𝜇∗𝑒
1+
𝐻
3
Avec : Q = débit [m /s] ;
μ = 0.7 = coefficient de débit ;
e = hauteur de l’orifice [m] ;
L = largeur de l’orifice [m] ;
H = hauteur d’eau [m].

Les dimensions des orifices de fuite ont été calculées pour une hauteur d’eau de 1m. Une
modification de cette hauteur modifiera leurs dimensions.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 20


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Les dimensions de la surverse sont déterminées par la formule de Bélanger pour un débit de crue
de retour 30 ans :
𝑄
𝐼= 3
𝜇 ∗ √2 ∗ 𝑔 ∗ ℎ ⁄2
Avec : I = Longueur de la surverse [m]
3
Q = débit [m /s] ;
μ = 0.3 = coefficient de débit ;
h = hauteur de la surverse [m].

Les résultats sont regroupés dans le tableau ci-dessous :

Tabl. 11 - Dimensions des orifices de fuite et de surverse

Débit de fuite Dimension de Débit de surverse Dimension de


3 3
T= 5 ans m /s l’orifice de fuite T= 30 ans m /s la surverse

ssBV1 nord-ouest 0.22 28*28cm 0.40 1.5*0.34m

ssBV1 sud-est 0.41 39*39cm 0.74 2*0.42m

ssBV2 0.22 28*28cm 0.40 1.5*0.34m

Le projet prévoit, en prévention des pollutions chroniques, le raccordement des nouveaux réseaux
pluviaux créés à 3 nouveaux séparateurs à hydrocarbures placés en aval des bassins de rétention.
Le dimensionnement du séparateur à hydrocarbures a été réalisé avec la formule suivante :
𝑑é𝑏𝑖𝑡 𝑠é𝑝𝑎𝑟𝑎𝑡𝑒𝑢𝑟 = 𝑄1 𝑚𝑜𝑖𝑠 = 0,12 ∗ 𝑄10

Chaque séparateur s’accompagnera d’un by-pass pour les débits d’une période de retour
supérieure à 30 ans.

Les résultats sont regroupés dans le tableau ci-dessous :

Tabl. 12 - Dimensions des séparateurs à hydrocarbures

Débit séparateur à hydrocarbures


l/s

ssBV1 nord-ouest 46

ssBV1 sud-est 85

ssBV2 46

Il est également prévu la mise en place d’enrochements au droit du rejet dans les ravines
pour ne pas détériorer les berges et limiter le risque d’érosion. En effet, alors que les
écoulements sur la ZE se faisaient de manière diffuse à l’état initial, ils se retrouvent
concentrés à l’état aménagé.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 21


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 7. Plan de dimensionnement du réseau

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 22


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ou vrages
RAPPORT DEFINITIF

5.3. DIMENSIONNEMENT DE L’OUVRAGE DE TRAVERSEE DE LA


RAVINE A BARDEAUX
Dans le cadre de l’aménagement de la voirie d’accès au centre commercial, il est prévu de franchir
la ravine à Bardeaux.

L’étude en annexe 2 précise les différents aménagements envisageables pour cette traversée. Le
choix s’est porté sur un ouvrage métallique de longueur 12 mètres et de hauteur 3 mètres. Cet
ouvrage permet d’évacuer une crue de période de retour 100 ans sans débordement. Cet
ouvrage possède une débitance supérieure aux ouvrages préconisés au paragraphe 3.3.1.2.2. du
rapport présenté en annexe 2.

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 23


C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

ANNEXE 1
PLAN DE MASSE DE L’OPERATION « LA
RESERVE »

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 24


CENTRE COMMERCIAL - MARESA

APPUI FIXE

APPUI MOBILE
A GRAIN
38 SIDR
NG .50/
MARESA

5.09
R

5.35

5.20
MAITRISE D'OUVRAGE MAITRISE D'OEUVRE 2% 47.39

2%
45.54 2%

ARCHITECTE Mandataire : 13 bis, rue des Briquetiers 45.37


45.54

1.60
31700 BLAGNAC

2.20
ATELIER REC Fax : 05.34.36.12.87
paragraphe 3.3.1.2.1 du rapport ARTELIA

3.00
paragraphe 3.3.1.2.2 du rapport ARTELIA

SCCV MARESA BE Structure : 16.00


Voile Gabion
97410 SAINT PIERRE 4.00
Gabion fusible

MASCAREIGNES BESM
42.16

30 avenue de la croix du Sud


42.16

BE VRD : ZI 4 5.00 2.00 16.40 2.00 5.00

CREATEUR 97410
OUVRAGE

Adresse :
- 12.50 2.00

2 rue de Bordeaux 8 rue Jean Rodier 3.00 3.17 3.17 3.17


1.50
PIETON

Zone industrielle Port Sud BE Environnement: BP34012 47.54


CYCLES VOIE VOIE VOIE

SOCOTEC

1.18
97 420 LE PORT 31028 TOULOUSE Cedex 4 47.27
47.39
47.52
47.71 47.74
47.59

46.59

ECONOMISTE de la construction (lots 4 rue de la Marquise de Villeneuve


ESQ

1.20
46.54

architecturaux) d'Arifat
ALAYRAC 31200 TOULOUSE 44.81 44.86

APD
42.34
42.01
4.09

ASSISTANT MAITRISE
D'OUVRAGE
ORGANISMES DE CONTROLE PC 26.8
6

5.00 15.00 5.00

BATICONCEPT
BC :
VERITAS
BP 366-Parc 2000
PRO 41
NG .46/
R
Fu
97829 LE PORT Cedex tur
ron
dp
DET

41.7
Adresse : oin

6
RA
41
NG .60/ t
SU CCO
69.3
7 R
R E RD
XIS EM
TA ENT
NT
26160 PONT DE BARRET
OPC 41
NG .70/
R 42
NG .00
R
41

DOE ve
nan
ts
du
niv
e
NG .85
R

au
0

CB

17
Ga

.94
21/03/2017 rde
co
rps
ht
35
.90 o
18.19
29.02
1.1
0m LO
Date 15.27 T
Projet 15.4
5
RA 1C

LI
VIN

MI
E

T
.10

E
Ga

1
ht rde

DE
4

ht
15
.1
RA 1.1 co
0m rp

s
s
VIN

orp
PCM-2b 29

PR
.02

ec
Indice : E

rd

ES
1/1000

Ga
CREA 14-313 PCM RES

0m

RAUR
S
AT
1.1

CC EX
m
ht

O IS
I
.10

ON

RD TA
14

ps

1
.7

cor
SS

ht
8

Emetteur Affaire Phase Type Zone Echelle Date d'indice Info

EMNT
Pa

s
rde
r

orp
52 king
SH

EN
Ga

ec

T
pla pu

rd
ce b

Ga
LOT s e lic
1A lec 33
.3
8
LOT
1C
13.7

ON
3

TATI
Co
ur

PRES
sd
es
erv
ice
18.59

E DE
0m
rps ht 1.1

LIMIT
Garde co

Axe 4

51
.6
2
Garde co

10m
rps ht 1.1 Point
0m de vu

ht 1.
sur la e
ravine

corps
Voie cy
clable

Garde
AXE OA 50 75
7. 3.

AXE VOIRIE

75
3.

LI
MI

00
4.
T E

55
3.
DE
00
4.

55

PR
3.

43
LEGENDE . 48

ES
TA
CB

SH

TI
RESEAU EP o

SS

ON
CANIVEAU A GRILLE RESEAU EU

55
3.
REGARD EP LO 50
36.4

2.

REGARD EU T
4

DESCENTE EP 1C
RA
SEPARATEUR VIN
E
EXUTOIRE
10m

RESEAU EU A TRAITER
ht 1.

BASSIN DE RENTENTION Pa
rki
corps

43
41 ng p

.0
0
0 p ub
Garde

+ la lic
+1 10 P ces
15.2

2f M
6

am R

55
3.
ille Pa
s rk
pu ing
27.1
7 bli -4.9
c 5m

80
pla 7.
36
ce -3.1

22.49 s 8m
0m
.1
t1
sh

6
15.6
rp
co

55
e

3.
rd
Ga

00
Pa

4.
pe rking

55
1

3.
3.3
1
rso

00
4.
nn
13 el
7p
lac
es

Pa
rk Ra
rps ht 1.
10m vin ing
Garde co eE
st
66
Parking 63 places pla
ce

85
+ 1PMR s

.30
48.05

Parking 33 places
Mur de soutene
22.22 ment
30.55 28.77
20.19
24.86
29.47
ement
de souten
Garde co

Mur
19.6
7
14.83
rps ht 1.1

15.26 20.80
0m

4
30.0 41.52
ces
13
.6
ing 21 pla 2x2 voies
Park
6

rps ht 1.1
0m RN2
Garde co
0
40.6
21.66

73.03

4
24.5
C.R.E.A.T.E.U.R.
Réalisation d'un centre commercial sur le site de la Réserve - Commune de Sainte
Marie
Etude hydraulique et définition des ouvrages
RAPPORT DEFINITIF

ANNEXE 2
PROTECTION ET ENDIGUEMENT DES
RAVINES SITUEES AU DROIT DU FUTUR
CENTRE COMMERCIAL LA RESERVE –
ETUDE PREALABLE DE FAISABILITE –
FEV 2016 – ARTELIA

/ 4 70 1875 / SEPT 2016 25


S.C.C.V. MARESA

Protection et endiguement des


ravines situées au droit du futur
centre commercial La Réserve
ETUDE PREALABLE DE FAISABILITE

RAPPORT DEFINITIF

Ville & Transport


LA REUNION
121 boulevard Jean Jaurès
CS 31005
97404 SAINT-DENIS CEDEX
Tel. : 02 62 90 96 00
Fax : 02 62 90 96 01

DATE : FEV 2016 REF : 4 70 1912


A Version initiale 02/2016 TRa SGz CHe
INDICE OBJET DE LA MODIFICATION DATE VISA EMETTEUR RELECTURE APPROBATION
S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

SOMMAIRE
1. PREAMBULE __________________________________________________________________ 1
1.1. CONTEXTE ET OBJECTIFS ____________________________________________________ 1
1.2. LOCALISATION _____________________________________________________________ 1
2. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ________________________________________________ 3
2.1. SAR / SMVM 2011 ____________________________________________________________ 3
2.1.1. SAR 2011 ___________________________________________________________________ 3
2.1.2. SMVM 2011 _________________________________________________________________ 4
2.2. PLAN LOCAL D’URBANISME (PLU) _____________________________________________ 8
2.3. PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS________________________________ 8
3. DEFINITION SOMMAIRE DES AMENAGEMENTS ___________________________ 12
3.1. METHODOLOGIE ___________________________________________________________ 12
3.2. PROFILS EN TRAVERS ______________________________________________________ 12
3.3. DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES HYDRAULIQUES __________________________ 15
3.3.1. Ravine à Bardeaux __________________________________________________________ 15
3.3.1.1. DALOT DE 4,5*7M ____________________________________________________________ 15
3.3.1.2. SOLUTIONS ALTERNATIVES ___________________________________________________ 18
3.3.2. Ravine La Réserve __________________________________________________________ 20
3.4. PROTECTION DES BERGES ET DES OUVRAGES ________________________________ 21
3.4.1. Ravine à Bardeaux __________________________________________________________ 21
3.4.1.1. NOUVEL OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT ______________________________________ 21
3.4.1.2. OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT EXISTANT RUE NOEL TESSIER ___________________ 22
3.4.2. Ravine La Réserve __________________________________________________________ 24
3.5. ESTIMATION FINANCIERE ___________________________________________________ 25
3.5.1. Ravine à Bardeaux __________________________________________________________ 25
3.5.2. Ravine La Réserve __________________________________________________________ 25

Annexe 1 Réglement du PPR de St-Leu associé aux zones R2 et


B2u __________________________________________________________ 26

Annexe 2 Protection et endiguement des ravines situées au


droit du futur centre commercial La Réserve – Etat Inital _________ 27

/ 4 70 1912 / FEV 2016 A


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

TABLEAUX
TABL. 1 - PRESCRIPTIONS SPECIFIQUES PAR GRAND TYPE DE PROJET ___________________________________________ 6
TABL. 2 - DETERMINATION DES ALEAS EN FONCTION DES HAUTEURS D’EAU ET DE LA VITESSE ______________________ 8

FIGURES
FIG. 1. IMPLANTATION DE LA ZONE D’ETUDE ________________________________________________________________ 2
FIG. 2. SCHEMA D’AMENAGEMENT REGIONAL _______________________________________________________________ 7
FIG. 3. EXTRAIT DU PPR – ALEA INONDATION _______________________________________________________________ 10
FIG. 4. EXTRAIT DU PPR – ALEA MOUVEMENT DE TERRAIN ___________________________________________________ 11
FIG. 5. PROFILS EN TRAVERS DE LA RAVINE A BARDEAUX ___________________________________________________ 13
FIG. 6. PROFILS EN TRAVERS DE LA RAVINE LA RESERVE ____________________________________________________ 14
FIG. 7. COUPE DU FUTUR DALOT SUR LA RAVINE A BARDEAUX _______________________________________________ 15
FIG. 8. PROFILS EN LONG DE LA RAVINE A BARDEAUX EN Q100 _______________________________________________ 16
FIG. 9. IMPLANTATION DU DALOT ET DU PARKING ___________________________________________________________ 17
FIG. 10. COUPE DE PRINCIPE DU DALOT ____________________________________________________________________ 20
FIG. 11. SCHEMA DE PRINCIPE DE PROTECTION DE L’OUVRAGE DE TRAVERSEE _________________________________ 21
FIG. 12. SCHEMAS DE PRINCIPE DE PROTECTION DU TALUS __________________________________________________ 22
FIG. 13. SCHEMA DE PRINCIPE DE PROTECTION DE L’OUVRAGE DE TRAVERSEE RUE N. TESSIER __________________ 23
FIG. 14. SCHEMA DE PRINCIPE D’UNE FOSSE DE DISSIPATION _________________________________________________ 24
FIG. 15. SCHEMA DE PRINCIPE DE PROTECTION DU TALUS PAR ENROCHEMENTS ________________________________ 24
FIG. 16. LOCALISATION DES AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES SUR LA RAVINE LA RESERVE ______________________ 25

/ 4 70 1912 / FEV 2016 B


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

1. PREAMBULE

1.1. CONTEXTE ET OBJECTIFS


La société SCCV MARESA IMMO envisage la construction d’un centre commercial sur le site de la
Réserve sur la commune de Sainte Marie. Ce centre commercial est contraint par la présence de
deux ravines.
La S.C.C.V. MARESA a sollicité ARTELIA pour la réalisation d’une étude préalable de faisabilité
pour la protection et l’endiguement des ravines Bardeaux et La Réserve situées au droit du futur
centre commercial.

C’est l’objet du présent rapport.

1.2. LOCALISATION
L’opération se situe sur la commune de Sainte-Marie au lieu-dit « La Réserve » entre le quartier
des Gaspards à l’ouest et de La Convenance à l’est.

La zone concernée par ce projet se situe sur les parcelles BN 144, 146, 148, 120, 124, 147, 158,
160 et 182.

La localisation précise de la zone d’étude est présentée en page suivante.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 1


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 1. Implantation de la zone d’étude

/ 4 70 1912 / FEV 2016 2


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

2. CONTEXTE REGLEMENTAIRE

2.1. SAR / SMVM 2011

2.1.1. SAR 2011


Le Schéma d'Aménagement Régional de la Réunion actuellement en vigueur a été approuvé en
novembre 2011 par décret pris en Conseil d'Etat (décret n°2011-1609 du 22/11/2011).
Il répond à quatre objectifs :
 Répondre aux besoins d’une population croissante et protéger les espaces agricoles et
naturels ;
 Renforcer la cohésion de la société réunionnaise dans un contexte de plus en plus urbain ;
 Renforcer le dynamisme économique dans un territoire solidaire ;
 Sécuriser le fonctionnement du territoire en anticipant les changements climatiques.

Au regard de la carte de destination générale des sols du SAR 2011 (cf. Fig. 2 page 7), le projet se
situe en « Espace urbain à densifier », et en « Espace de continuité écologique » (ravine à
Bardeaux).

Les « espaces urbains à densifier » sont concernés par la prescription n° 5 du SAR :

/ 4 70 1912 / FEV 2016 3


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Les « Espaces de continuité écologique » sont concernés par la prescription n°2 du SAR :

Il est donc nécessaire de conserver une continuité écologique au droit de la Ravine à Bardeaux. Le
projet ne prévoyant pas d’endiguer la ravine, il reste donc globalement conforme au SAR
2011.

2.1.2. SMVM 2011

Le projet est également localisé à l’intérieur du périmètre du SMVM (Schéma de Mise en Valeur de
la Mer), chapitre indépendant du SAR.

Prescriptions générales et communes à tous les projets inscrits dans le SMVM :

Tous les projets proposés dans le SMVM ont été évalués selon des critères à la fois
environnementaux, économiques et sociaux, en cohérence avec les orientations du SAR.

L’évaluation environnementale du SMVM menée en parallèle de la démarche de projet de territoire


appliquée au périmètre du SMVM a permis d’apprécier la pertinence des projets vis-à-vis des
enjeux environnementaux et des objectifs du SAR. Ils ont ainsi été adaptés, le cas échéant, ou
accompagnés de mesures réductrices visant à atténuer les éventuels effets dommageables des
projets sur l’environnement.

Dans la plupart des cas, les projets ne sont pas assez avancés pour connaître précisément les
incidences. Les enjeux environnementaux affectés sont néanmoins prévisibles selon la nature des
projets ce qui permet de préciser les points particuliers sur lesquels les futures études d’impact
devront être vigilantes et devront contenir les mesures correctrices.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 4


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Le SMVM définit des prescriptions spéciales s’appliquant à tous les types de projets: c’est le cas
des conditions d’implantation, de la gestion des eaux pluviales et de l’insertion paysagère, dont les
principes généraux sont détaillés ci-dessous.

Conditions d’implantation des projets

Tous les projets inscrits au chapitre individualisé valant SMVM et ceux réalisés dans son périmètre
devront justifier leur implantation au regard des principes d’évitement et de réduction des impacts
vis-à-vis des fonctions écologiques essentielles et paysagères en se basant sur une analyse des
fonctions écologiques des espaces occupés par le projet et des alternatives envisageables.

Si le projet est implanté en espace de fonction essentielle pour les continuités écologiques, ces
fonctions cartographiées au moyen d’inventaires précis, devront être préservées ou restaurées
après travaux.

Gestion des eaux pluviales

Chaque projet doit intégrer dans son parti d’aménagement les principes de maîtrise des impacts du
ruissellement des eaux pluviales visant les objectifs généraux de maîtrise des eaux pluviales
suivants:

 Non aggravation du risque d’inondation en aval (réduction des surfaces imperméabilisées,


stockage...).

 Non augmentation des volumes d’eau douce apportés aux milieux marins de forte
sensibilité écologique.

 Réduction des pollutions rejetées dans les milieux aquatiques marins ou continentaux de
forte sensibilité écologique, dans les nappes stratégiques et dans les zones d’influence
des points de captage pour l’eau potable.

Les projets prendront en compte une échelle de bassins versants adaptée aux enjeux et les
différents documents existants (schéma directeur des eaux pluviales). Les moyens retenus pour
limiter les flux ruisselés devront être justifiés : réduction des surfaces imperméabilisées,
augmentation des temps de transfert par des aménagements favorisant la rétention des eaux de
pluies dès leur arrivée au sol (noues, infiltrations partielles, toitures végétalisées, stockage en toit
terrasse...). Il devra être prévu de traiter les pollutions pluviales.

Insertion paysagère

L’insertion paysagère prendra en compte les composantes paysagères du site pour définir les
principes d’insertion paysagère du projet. Ces principes se référeront aux chartes paysagères,
lorsqu’elles sont en place à l’échelle communale ou intercommunale.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 5


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Deux grandes orientations peuvent être retenues. La première consiste à limiter l’impact visuel des
ouvrages, en choisissant des implantations peu visibles des principaux points de vue (écrans
végétaux, limitation des hauteurs et/ou leur emprise au sol, ouvrages enterrés ou semis
enterrés...). La seconde option est celle d’un traitement architectural mettant en valeur la qualité
architecturale des ouvrages qui deviennent alors une composante du paysage.

Pour les projets situés sur les espaces naturels de protection forte, les principes d’intégration
devront être retenus. Les ouvrages et équipements implantés sur ces espaces seront enterrés ou
masqués, sauf justification et démonstration d’une solution de moindre impact.

Le tableau pages suivantes détaille, par grand type de projet, les prescriptions complémentaires à
celles du SAR, proposées pour optimiser le parti d’aménagement (conception et localisation des
projets) vis-à-vis de ces enjeux.
Tabl. 1 - Prescriptions spécifiques par grand type de projet

Type de projet Prescriptions Préconisations


Préservation de la biodiversité
- Choix de la zone la moins riche au Préservation de la biodiversité
plan de la biodiversité afin d’éviter la - Éclairages publics prenant en compte
destruction d’habitats naturels. les enjeux liés à l’avifaune.
- Contribution au plan de gestion des
Paysages
espaces naturels si perte de
- Implantation en continuité des
biodiversité.
espaces urbains de référence et
préférentiellement dans les espaces Risques naturels
mités. - Maintien des axes d’écoulements
Risques naturels préférentiels, zones de stockage
- Implantation hors zones d’aléa fort. compensant les volumes occupés par
- En cas d’implantation en zone d’aléa les ouvrages, gestion des eaux
modéré tolérée, respect des pluviales en conséquence et adaptée à
prescriptions PPRi de non aggravation la sensibilité et à la vulnérabilité du
du risque. milieu récepteur.
Projets
d’extension Pollutions
Ressources
d’urbanisation - Mise en place de dispositifs de
- Intégrer, à l’échelle du bassin, les
multifonctionnelle collecte et de traitement des eaux impacts des projets sur les ressources
usées dimensionnés en fonction de la
en eau.
densité de population accueillie et de - L’installation de dispositifs
la sensibilité du milieu exutoire. d’exploitation des énergies
- L’opération doit permettre de réduire renouvelables (panneaux solaires...)
les rejets existants dans les zones de permettant des économies d’énergie.
forte sensibilité écologique.
Ressources
- Mise en adéquation du programme en
fonction des ressources en eau
disponibles.
-Tenir compte du Schéma
Départemental des Carrières et
l’exploitation préalable des ressources
en matériaux le cas échéant.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 6


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 2. Schéma d’Aménagement Régional

/ 4 70 1912 / FEV 2016 7


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

2.2. PLAN LOCAL D’URBANISME (PLU)


La commune de Sainte Marie est dotée d’un Plan Local d’Urbanisme approuvé.

Le PLU divise le territoire en zones urbaines (U), en zones à urbanisées (AU), en zones agricoles
(A et Ad) et en zones naturelles et forestières (N). Toutes ces zones ont un règlement associé. De
plus, il sectorise les Espaces Boisés Classés (EBC) et les Espaces Réservés (ER).

La zone du projet se situe en zone AUer1 et AUer2 pour la majeure partie de la parcelle ainsi
qu’en zone N et EBC pour la Ravine à Bardeaux.

En secteur AUer1 et AUer2, sont autorisés les établissements industriels, techniques, les activités
artisanales, tertiaires, ainsi que les constructions à usage d'habitation à condition qu'elles soient
nécessaires au gardiennage ou à la surveillance des établissements (maximum 50m² de surface
de plancher). Les équipements d’infrastructures indispensables à la réalisation de l’opération, qu’ils
soient internes ou externes à celle-ci, seront pris en charge par l’opérateur. Les surfaces
commerciales sont autorisées dans la limite de 75% en AUer1 et 50% en AUer2 d’emprise au
sol par rapport à la surface des terrains de la zone concernée.

Il est à noter que tout défrichement est interdit en zone EBC. Il est toutefois autorisé l’entretien
et la réparation des berges d’un cours d’eau sans modifier significativement le lit
(recalibrage,…).

Un échange devra toutefois être fait avec les services de la DEAL afin de valider ce principe.
En cas de défrichement dans la Ravine à Bardeaux, une demande d’autorisation de
défrichement devra être faite auprès de l’ONF.

2.3. PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS


Le Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles (PPR), ici en termes d'inondation et de
mouvement de terrain, dont l'élaboration est de la compétence de l'Etat, est en cours de révision.

Il consiste à faire un état de la connaissance de l'aléa et de la connaissance de la vulnérabilité


(présence d'enjeux notamment en termes de bâti). Le croisement de ces données permet d'établir
le risque pour lequel des prescriptions réglementaires sont fixées.

La zone du projet est en partie concernée par un aléa inondation fort selon le PPR multirisques
prescrit le 15 avril 2009. La Fig. 3 présente le zonage PPRi sur la zone de projet.

Il est notamment rappelé que « Tous travaux, remblais, constructions, installations et activités, de
quelque nature qu’ils soient sont interdits en zone R1 (aléa fort) sauf ceux destinés à réduire les
conséquences des différents risques recensés ».

Les niveaux d'aléa « inondation » prévus dans le PPRi sont les suivants :

Tabl. 2 - Détermination des aléas en fonction des hauteurs d’eau et de la


vitesse

Vitesse
V < 0,5 m/s 0,5 < V < et 1m/s V > 1m/s
Hauteur
H > 1m FORT R1 FORT R1 FORT R1

0,5 m< H < 1m MOYEN B2 MOYEN B2 FORT R1

H < 0,5 m FAIBLE B3 MOYEN B2 FORT R1

Les ravines à Bardeaux et La Réserve sont concernées par ce zonage PPRi.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 8


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

La zone d’étude est également concernée par un aléa mouvement de terrain faible à élevé. Le lit
mineur de la ravine à Bardeaux est en aléa élevé, son lit majeur en aléa modéré et le reste de la
parcelle en aléa faible à modéré. Bien que le PPR soit en phase de « porter à connaissance »
depuis le 16/09/2013, un PPR déjà approuvé peut donner quelques transcriptions réglementaires
qui pourront s’appliquer à Sainte-Marie. Les éléments suivants proviennent du PPR de Saint-Leu,
approuvé en septembre 2015.

Les niveaux d'aléa prévus dans le PPR sont les suivants :

Dispositions applicables en zone rouge R1 : Le zonage R1 est déterminé par les zones les plus
fortement exposés à un aléa.
Ces zones correspondent aux secteurs les plus fortement exposées aux conséquences des
différents phénomènes de mouvement de terrain et/ou inondation et sur lesquelles les principes
généraux sont :
 L’interdiction des nouvelles constructions ;
 La non-augmentation de la population exposée ;
 La non-aggravation des risques.

Dispositions applicables en zone rouge R2 : Les zones R2 sont des zones inconstructibles
concernées par un aléa mouvement de terrain moyen et par un aléa inondation moyen ou nul.
Elles sont situées en dehors des secteurs urbains à enjeux.
Les principes généraux qui s’appliquent sur cette zone sont les suivants :
 Permettre le maintien des activités et constructions existantes ;
 Ne pas aggraver l’exposition aux risques et l’intensité des aléas ;
 Garantir les conditions d’écoulement des eaux.

Dispositions applicables en zone rouge B2u : Les zones B2u sont les zones soumises à
prescription concernées par un aléa mouvement de terrain moyen et par un aléa inondation moyen
ou nul dans les secteurs urbanisés à enjeux sécurisables.
Les principes généraux qui s’appliquent sur cette zone sont les suivants :
 Permettre une densification de l’habitat ou l’ouverture de nouvelles opérations
d’aménagement ;
 Ne pas aggraver les risques et les conditions d’écoulement.

L’intégralité du règlement se trouve en Annexe 1.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 9


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 3. Extrait du PPR – Aléa inondation

/ 4 70 1912 / FEV 2016 10


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 4. Extrait du PPR – Aléa mouvement de terrain

/ 4 70 1912 / FEV 2016 11


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

3. DEFINITION SOMMAIRE DES AMENAGEMENTS

3.1. METHODOLOGIE
Les hauteurs d’eau et vitesses attendues sur la zone d’étude pour une crue de période de retour
100 ans (référence PPRi) ont été déterminées par un modèle mathématique réalisé sous HEC-
RAS. Ce logiciel présente l’avantage de gérer finement les écoulements torrentiels. En outre, HEC-
RAS permet l’intégration de tous les ouvrages hydrauliques tels que ponts, seuils, déversoir
latéraux, etc.

Une précédente étude à l’état actuel a également été réalisée par Artelia et se trouve en Annexe 2.

3.2. PROFILS EN TRAVERS


La ravine à Bardeaux et la ravine La Réserve ont tout d’abord été modélisées à l’aide de profils en
travers issus du relevé topographique de la zone d’étude.

D’autres profils intermédiaires ont ensuite été interpolés pour affiner le modèle.

Certains de ces profils sont présentés sur la figure page suivante.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 12


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 5. Profils en travers de la Ravine à Bardeaux

P5

Pont

P4

P3

P2

P1

/ 4 70 1912 / FEV 2016 13


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 6. Profils en travers de la Ravine La Réserve

P3

P2

P1
/ 4 70 1912 / FEV 2016 14
S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

3.3. DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES HYDRAULIQUES


Dans le cadre de l’aménagement de la voirie d’accès au centre commercial, le MOA a initié la mise
en œuvre d’un cadre béton rectangulaire 7*4m coulé en place pour le franchissement de la ravine
à Bardeaux.

La localisation de ce futur ouvrage hydraulique est présentée sur la figure suivante.

Quartier Parcelle
de la de projet
réserve

Emplacement du
futur Ouvrage

3.3.1. Ravine à Bardeaux

3.3.1.1. DALOT DE 4,5*7M

Le futur ouvrage de traversée de la Ravine à Bardeaux a été ajouté à la modélisation afin de


déterminer ses impacts sur les conditions d’écoulements (hauteurs d’eau et vitesses).

Fig. 7. Coupe du futur dalot sur la Ravine à Bardeaux

Il est présenté en page suivante les profils en long avec la ligne d’eau et la hauteur de charge.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 15


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Projet
d’OA

OA Rue N. Amont
Tessier Futur OA
45.86 mNGR

P1

P3

P2

Fig. 8. Profils en long de la Ravine à Bardeaux en Q100

/ 4 70 1912 / FEV 2016 16


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

On constate, en première approche que :

 Le futur dalot contraint les écoulements de la Ravine à Bardeaux (concentration des


écoulements dans le lit mineur) , ce qui se traduit par un exhaussement de la ligne d’eau
(45.86 mNGR contre 43.78 mNGR à l’état actuel) ;

 La ravine ne déborde pas en crue centennale même avec cet exhaussement ;

 La dimension du dalot permet de transiter une crue centennale sans débordement.

Toutefois, au regard des plans de projet fournis, un décaissement important sera opéré
pour réaliser le parking souterrain. La voirie reliant le quartier de la Réserve au parking
souterrain sera penté vers ce dernier et impliquera un premier point bas au niveau de la route à
44.89 mNGR et un second au niveau de l’entrée du parking à 43.06 mNGR (Cf. figure suivante).

Il en résulte donc que le dalot initialement prévu ne sera pas suffisant pour éviter un
débordement vers le projet, il y a donc nécessité d’augmenter sa section hydraulique pour
abaisser la ligne d’eau en amont de l’ouvrage.

43.06 mNGR 44.89 mNGR

46.55 mNGR

Fig. 9. Implantation du dalot et du parking

/ 4 70 1912 / FEV 2016 17


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

3.3.1.2. SOLUTIONS ALTERNATIVES

3.3.1.2.1. Dalot de 4,5*12m

Cette première solution consiste à conserver la hauteur du dalot tout en augmentant sa


largeur à 12m au lieu de 7. Cette solution permet d’abaisser la ligne d’eau à 44.60 mNGR et donc
d’écarter le risque de surverse vers le parking souterrain.

44.60 mNGR

/ 4 70 1912 / FEV 2016 18


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

3.3.1.2.2. 4 dalots de 3*4m

Une autre solution consiste à mettre plusieurs dalots de moindre taille en parallèle. Dans notre cas,
4 dalots de 3m de hauteur par 4m de largeur permettent d’abaisser la ligne d’eau à 44.07
mNGR. Cette solution permet une plus grande transparence hydraulique de l’ouvrage en facilitant
le transit des eaux circulant dans le lit majeur.

44.07 mNGR

/ 4 70 1912 / FEV 2016 19


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

3.3.2. Ravine La Réserve

Deux solutions sont possibles pour améliorer les conditions d’écoulement de la ravine :

 Solution 1 : Entretien régulier du lit de la ravine pour améliorer les écoulements. Ceci
reviendrait donc à élaguer les arbres et arbustes présents dans le lit de la ravine et
d’entretenir les berges par une coupe régulière de la végétation.

 Solution 2 : Mise en place d’un dalot dimensionné pour une crue centennale entre la
RN2 et la RN2002. Cette solution est celle privilégiée dans le cadre de ce projet.

Pour rappel de l’état initial (Annexe


2), étant le sous-dimensionnement
constaté de l’ouvrage hydraulique
sous la RN2002, un large
débordement de fait sur la zone
d’étude.

Il est donc à noter que quel que


soit la solution choisie, une reprise
de l’ouvrage sous la RN2002 est
primordiale pour supprimer ces Tracé futur
débordements. envisagé
Tracé actuel

Ainsi, la modélisation a été réalisée avec un dalot de 5m de large pour 1,6m de haut et 145m de
longueur entre la RN2 et la RN2002. Une chambre de raccordement sera mis en place entre le
futur dalot de forme rectangulaire et celui circulaire déjà présent sous la RN2. Sa conception
précise sera à définir en phase ultérieure.

Fig. 10. Coupe de principe du dalot

/ 4 70 1912 / FEV 2016 20


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

3.4. PROTECTION DES BERGES ET DES OUVRAGES

3.4.1. Ravine à Bardeaux

3.4.1.1. NOUVEL OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT

La mise en place d’un ouvrage dans le lit d’un cours d’eau a pour effet de contraindre les
écoulements et par conséquent d’augmenter la vitesse des écoulements au droit de ce dernier.
Dans l’optique de protéger le lit, des enrochements libres pourront donc être disposés en amont et
aval immédiat de l’ouvrage.

De la même manière, pour éviter une entrée / sortie trop brusque des écoulements dans l’ouvrage,
un entonnement sera mis en place en amont et aval de ce dernier pour diriger les écoulements.

Fig. 11. Schéma de principe de protection de l’ouvrage de traversée

Concernant le lit de la ravine, le


projet prévoit la création d’un
chemin piétonnier le long de la
ravine. Au regard de la
topographie du chemin, ce dernier
pourra en partie être submergé
sur son tracé. Ainsi, pour éviter de
fragiliser les berges, un talus à 2/1
sera à privilégier avec la mise en Chemin piéton
place d’une végétation adéquate
permettant de stabiliser les
berges.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 21


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Dans les extrados de la ravine (extérieur de la courbe du méandre), un matelas de gabions pourra
être mis en place dans le talus pour rigidifier encore plus la berge. Toutefois, étant donné les
vitesses mis en jeu (de l’ordre de 2,5 m/s), cette protection minérale ne semble pas indispensable
si la berge est correctement végétalisée.

Il conviendra que la conservation de la végétation en place sur les berges permettra une
stabilisation pérenne des talus et que, dans le cas d’un remaniement des berges, une re-
végétalisation permettra une stabilisation durable.

Fig. 12. Schémas de principe de protection du talus

3.4.1.2. OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT EXISTANT RUE NOEL TESSIER

Dans le cadre de l’aménagement de la voirie d’accès au centre commercial, il est prévu un


élargissement d’environ 7m de la largeur de la voirie. La longueur du dalot passerait donc de 15m
à 22m.

A l’instar de l’ouvrage de franchissement prévu, pour éviter une entrée / sortie trop brusque des
écoulements dans l’ouvrage, un entonnement sera mis en place en amont de ce dernier pour
diriger les écoulements.

La mise en place de l’extension du dalot nécessitera un recalibrage du lit et des berges de la


ravine qui inclura un défrichement. Ainsi, pour éviter de fragiliser les berges, une re-végétalisation
(hors entonnement) après les travaux permettra de stabiliser durablement les berges.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 22


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 13. Schéma de principe de protection de l’ouvrage de traversée Rue N. Tessier

/ 4 70 1912 / FEV 2016 23


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

3.4.2. Ravine La Réserve

Le projet prévoyant dans les cas de reprendre et d’augmenter la capacité de l’ouvrage hydraulique
existant sous la RN2002, la vitesse des écoulements va inévitablement augmenter (la vitesse en
sortie du dalot serait alors très largement supérieure à 3 m/s en crue centennale). Cette vitesse
importante nécessite donc de mettre en place une protection en sortie du dalot pour éviter toute
érosion excessive.

Cette protection pourra se matérialiser par :

 La création d’une fosse de dissipation d’énergie en sortie du dalot afin de casser la vitesse
d’écoulement. A noter que les berges seront également enrochées pour assurer la stabilité
(enrochements libres ou liés selon la pente du talus).

Longueur à définir

Fig. 14. Schéma de principe d’une fosse de dissipation

 La mise en place d’enrochements libres dans le fond du lit et sur une partie de la berge sur
une longueur totale d’environ 5m en aval de la fosse. Pour éviter tout départ de particules
fines et donc une déstabilisation de la berge, un géotextile devra être disposé sous les
enrochements de la berge.
Mur de protection des
habitations

Fig. 15. Schéma de principe de protection du talus par enrochements

La localisation de ces aménagements se trouve sur la figure page suivante.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 24


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Enrochement du lit

Fosse de dissipation
d’énergie

Tracé futur
envisagé
Tracé actuel

Fig. 16. Localisation des aménagements hydrauliques sur la Ravine La Réserve

3.5. ESTIMATION FINANCIERE

3.5.1. Ravine à Bardeaux

En considérant la mise en place d’un ouvrage hydraulique constitué de 4 dalots de 4*3m sur 13m
avec les protections associées, l’estimation faite est de 700 k€.

Cette estimation devra être affinée en phase ultérieure, une fois l’étude géotechnique faite
et la nature des sols connue.

3.5.2. Ravine La Réserve

En considérant la mise en place d’un dalot de 5*1,6m pour 145m de longueur avec les protections
amont et aval associées, l’estimation faite est de 1,1 M€.

En considérant le remplacement de l’ouvrage hydraulique sous la RN2002 par un dalot de 5*1,6m


pour 55m de longueur avec les protections amont et aval associées, l’estimation faite est alors
de 450 k€.

Cette estimation devra être affinée en phase ultérieure, une fois l’étude géotechnique faite
et la nature des sols connue.

/ 4 70 1912 / FEV 2016 25


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

ANNEXE 1
REGLEMENT DU PPR DE ST-LEU ASSOCIE
AUX ZONES R2 ET B2U

/ 4 70 1912 / FEV 2016 26


PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

6. DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE ROUGE R2

Les zones R2 sont des zones inconstructibles concernées par un aléa mouvement de terrain moyen
et par un aléa inondation moyen ou nul. Elles sont situées eb dehors des secterus urbains à enjeux
sécurisables.

Le zonage rouge R2 concerne des zones moins fortement exposées aux conséquences des différents
phénomènes naturels étudiés.

MOUVEMENTS DE TERRAIN

Moyen
Transcription réglementaire
Très élevé Modéré
aléa/enjeux Secteurs
Autres Nul
élevé urbains à Faible
secteurs
enjeux
INONDATION

fort R1 R1 R1 R1 R1

moyen R1 R2 B2u B2 B2

nul R1 R2 B2u

Les principes généraux qui s’appliquent sur cette zone sont les suivants :

• permettre le maintien des activités et constructions existantes ;

• ne pas aggraver l’exposition aux risques et l’intensité des aléas ;

• garantir les conditions d’écoulement des eaux.

Certaines règles sont valables dans l’ensemble des zones R2 et d’autres, plus spécifiques à un aléa
inondation, ne s’appliqueront que dans certains sous-secteurs.

Cote de référence : c’est le niveau atteint par une crue centennale en zone inondable. À défaut d’être
connue, la cote de référence se situe à 1 m au-dessus du terrain naturel en zone R2 pour les secteurs
situés en aléa inondation moyen. Des études appropriées pourront définir la cote de référence à la
parcelle.

Comme indiqué au chapitre 3.4, cinq annexes sont adossées au présent règlement pour mieux
appréhender les règles définies ci-dessous.

6.1. SONT INTERDITS


De façon générale les travaux conduisant à augmenter le nombre de logements ou de
personnes exposées aux risques.

Plus précisément sont interdits tous travaux, remblais, dépôts, déblais, constructions,
installations et activités, de quelque nature qu’ils soient sauf ceux expressément autorisés au
paragraphe 6.2.

Et notamment :

BRGM/RP-64141-FR 24
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

Travaux et aménagements :

• les remblais et dépôts de tout volume ;

• tous travaux pouvant entraîner des rejets d’eau et infiltrations dans les sols.

Constructions et ouvrages :

Dans l’ensemble des zones R2

• toutes les constructions nouvelles ;

• la création ou l’extension des établissements sensibles, en particulier les établissements recevant


du public (ERP) ;

• la création ou l’aménagement de sous-sol ;

• le changement de destination des constructions existantes allant dans le sens d’une augmentation
de la vulnérabilité.

En plus, dans les zones R2 concernées par un aléa inondation

• la création ou l’aménagement de stationnements souterrains.

Activités de loisirs :

• le stationnement de caravanes habitées, ainsi que le stationnement nocturne de camping-cars ;

• la création ou l’extension de terrain de camping ;

• la création ou l’extension d’habitations légères de loisir.

Clôtures et plantations :

Dans les zones R2 concernées par un aléa inondation

• les clôtures pleines (murets, murs, etc.).

Stockage de produits et de matériaux :

Dans les zones R2 concernées par un aléa inondation

• le stockage de matériaux ou de produits flottants (pneus, bois et meubles, automobiles et produits


de récupérations, etc.), dans le cadre réglementaire en vigueur et au-dessous de la cote de
référence.

6.2.SONT AUTORISÉS
Sous réserve qu’ils n’accroissent pas les risques et leurs effets, qu’ils ne provoquent pas de
nouveau risque et de ne pas augmenter le nombre de personnes exposées et la vulnérabilité
des biens et activités existants.

Travaux et aménagements

• les travaux, ouvrages et aménagements destinés à réduire les conséquences des différents
risques recensés (travaux de protections de berges, murs de soutènements, etc.) afin notamment
de protéger des zones déjà construites ou aménagées, sous réserve de mener une étude

25 BRGM/RP-64141-FR
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

technique préalable qui précisera les conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible
avec l’aléa considéré et ce sans préjudice du droit des tiers ;

• les aménagements liés à la desserte collective de parcelles à condition de démontrer la non-


aggravation des risques naturels en menant une étude technique préalable qui précisera les
conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible avec l’aléa considéré et ce sans
préjudice du droit des tiers ;

• les déblais qui constituent une mesure compensatoire ou améliorent l’écoulement ou le stockage
des eaux (bassin d’orage, bassin d’infiltration par exemple) sous réserve d’une étude technique
préalable qui précisera les conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible avec l’aléa
considéré et ce sans préjudice du droit des tiers ;

• les carrières dans le respect des réglementations en vigueur (notamment réglementation ICPE),
sous réserve qu’une étude d’impact intègre la gestion des risques ;

• les talus et soutènements d’une hauteur n’excédant pas hors sol 2 m ou justifiés par une étude
géotechnique de dimensionnement si leurs hauteurs dépassent hors sol les 2 m qui précisera les
conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible avec l’aléa considéré et ce sans
préjudice du droit des tiers.

Constructions et ouvrages :

Dans l’ensemble des zones R2

• les travaux d’entretien, de réparation et de gestion courante des constructions et des installations
implantées antérieurement à la publication du présent plan (notamment les aménagements
intérieurs, les traitements et ravalements de façade, les modifications d’aspect extérieur, les
réfections et réparations de toitures). Les travaux autorisés devront se faire à emprise au sol au
plus égale à l’emprise initiale ;

• les travaux strictement nécessaires à la mise en sécurité des constructions recevant du public et
ceux destinés à améliorer l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite si aucune solution de
délocalisation n’existe (la justification devra être apportée au moment de la demande) ;

• les reconstructions de biens sinistrés en application de l’article L.111-3 du code de l’urbanisme,


sauf en cas de sinistre dû à un des aléas naturel objet du PPR, ainsi que les constructions
qualifiées d’insalubre, autres que celles d’établissements sensibles, sous les conditions suivantes :

• qu’il n’y ait pas d’augmentation de l’emprise au sol et que ce soit sur la même unité
foncière ;

• qu’il n’y ait pas d’augmentation du nombre de logements ;

• que la construction ait été régulièrement édifiée ;

• qu’une attestation établie par l’architecte du projet ou par un expert soit fournie,
exigée en application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme, afin de
s’assurer de la réalisation d’une étude technique préalable et de la conformité du
projet avec ses prescriptions ;

• que dans les zones inondables :


– le premier niveau habitable des bâtiments d’habitation soit situé au-dessus de la
cote de référence ;
– le premier niveau fonctionnel des bâtiments d’activités soit situé au-dessus de la
cote de référence.

• les travaux d’extension limitée au sol des habitations existantes, des activités et des commerces
existants, sous réserve de ne pas augmenter le nombre de personnes exposées, cette extension
étant au maximum de 20 m² de surface habitable ou de plancher, quel que soit le nombre de
demandes d’autorisation pour une même unité foncière à compter de la date d’approbation du

BRGM/RP-64141-FR 26
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

PPR. Le pétitionnaire devra justifier à l’occasion de sa demande par tout moyen possible,
l’absence d’extension réalisée depuis cette date ;

• l’extension par surélévation visant uniquement à la mise en sécurité des bâtiments existants à
vocation de logement ou d’hébergement, sous condition de requalification du rez-de-chaussée
dans une optique de réduction de la vulnérabilité des personnes (création d’une zone refuge), et ce
sans augmentation de la capacité d’hébergement, sous réserve de réaliser une étude technique
préalable afin de déterminer les conditions de réalisation des constructions projetées.
Au moment du dépôt du permis de construire ou d’aménager une attestation établie par l’architecte
du projet ou un expert sera fournie, exigée en application de l’article R.431-16 du code de
l’urbanisme, afin de s’assurer de la réalisation de cette étude préalable et de la conformité du
projet avec ses prescriptions. ;
• l’extension par surélévation visant uniquement à la mise en sécurité des bâtiments existants à
vocation de commerces et d’activités (création d’une zone de stockage hors d’eau), sous réserve
de réaliser une étude technique préalable afin de déterminer les conditions de réalisation des
constructions projetées. Au moment du dépôt du permis de construire ou d’aménager, une
attestation établie par l’architecte du projet ou un expert sera fournie, exigée en application de
l’article R.431-16 du code de l’urbanisme afin de s’assurer de la réalisation d’une étude
technique préalable et de la conformité du projet avec ses prescriptions. ;

• l’aménagement de stationnements individuels liés à un logement existant, sous réserve de ne pas


empêcher le libre écoulement des eaux ;

• la construction des annexes (locaux secondaires non attenants au bâtiment principal, constituant
des dépendances destinées à un usage autre que l’habitation) dans la limite de 20 m² de surface
au sol, quel que soit le nombre de demandes d’autorisation pour une même unité foncière à
compter de la date d’approbation du PPR, sous réserve de la réalisation d’une étude technique
préalable qui précisera les conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible avec l’aléa
considéré. Si la zone est concernée par un aléa d’inondation, cette construction devra être faite au-
dessus de la cote de référence ;

• les systèmes d’épuration autonomes individuels sont autorisés sous réserve de la réalisation d’une
étude de faisabilité. En application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme, une attestation
établie par l’architecte du projet ou un expert certifiant la réalisation de cette étude, traitant
notamment de l’infiltration vis-à-vis des aléas mouvements de terrain, est exigée afin de s’assurer
de la réalisation de cette étude et de la conformité du projet avec ses prescriptions ;

• les piscines à condition de démontrer la non-aggravation des risques naturels, sous réserve de
mener une étude technique préalable qui précisera les conditions dans lesquelles le projet sera
rendu compatible avec l’aléa considéré. Cette étude devra traiter des questions de stabilité de la
zone concernée avant et après travaux, ainsi que du recueil et du rejet des effluents vers des
exutoires adaptés et existants. Les piscines construites au niveau du terrain naturel devront
disposer d’un balisage permanent afin d’assurer dans les zones concernées par un aléa inondation
la sécurité des personnes et des services de secours ;

• les changements de destination allant dans le sens d’une diminution de la vulnérabilité, donc sans
création de logements supplémentaires ;

• les constructions et installations nécessaires à l’exploitation agricole, sous réserve de réaliser une
étude technique préalable afin de déterminer les conditions de réalisation des constructions
projetées. Au moment du dépôt du permis de construire ou d’aménager une attestation établie par
l’architecte du projet ou un expert sera exigée en application de l’article R.431-16 du code de
l’urbanisme afin de s’assurer de la réalisation de cette étude préalable et de la conformité du
projet avec ses prescriptions. En zone d’aléa inondation, le projet devra se faire au-dessus de la
cote de référence, sauf pour les stationnements d’engins agricoles autorisés au niveau du terrain
naturel ;

• la création ou l’aménagement de stationnements collectifs implantés : soit au-dessus de la cote de


référence si présence d’un aléa inondation moyen et sous réserve d’une étude technique préalable
permettant de déterminer les conditions de réalisation, d’utilisation et l’absence d’incidence
hydraulique pour les tiers ; soit au niveau du terrain naturel si absence d’aléa inondation.

27 BRGM/RP-64141-FR
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

En plus, dans les zones R2 non concernées par un aléa inondation


• la création ou l’aménagement de stationnements souterrains collectifs, sous réserve de la
réalisation d’une étude de stabilité. En application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme,
une attestation établie par l’architecte du projet ou un expert certifiant la réalisation de cette étude,
traitant notamment de la stabilité géotechnique, est exigée afin de s’assurer de la réalisation de
cette étude et de la conformité du projet avec ses prescriptions.

Activités de loisirs :

• les espaces verts, sous réserve que toutes les dispositions techniques relatives à la nature du ou
des risques soient prises dès la conception. En outre des panneaux d’information et de
signalisation sur les risques destinés au public seront apposés ;

• les équipements légers de loisir et de plein air (kiosques, sanitaires publics), les installations à
vocation sportive et les aménagements associés sans occupation permanente et dans la limite de
20 m² d’emprise au sol, sous réserve de la réalisation d’une étude technique préalable visant à
adapter le projet à l’aléa considéré et sous réserve également de la mise en place d’une
information à l’attention des futurs utilisateurs sur l’existence de risques naturels et indiquant les
mesures de prévention et de sauvegarde à respecter (par exemple, site interdit en cas d’alerte
orange cyclonique ou d’alerte « fortes pluies »).

Clôtures et plantations :

• les clôtures réalisées dans les règles de construction et, lorsqu’elles sont soumises à l’aléa
inondation, ajourées de façon à assurer une transparence hydraulique.

Stockage de produits et de matériaux :

Dans l’ensemble des zones R2

• les centres de gestion des déchets et des produits polluants ou dangereux (centre de tris, centre
de transit, déchetteries, centre de stockage, centre de traitement, etc.) sous réserve d’une étude
technique préalable. Une attestation sera établie par l’architecte du projet ou un expert, exigée en
application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme, afin de s’assurer de la réalisation de
cette étude préalable et de la conformité du projet avec ses prescriptions ;

En plus, dans les zones R2 concernées par un aléa inondation

• le stockage de matériaux ou de produits flottants (pneus, bois et meubles, automobiles et produits


de récupérations…) et au-dessus de la cote de référence.

Équipements et infrastructures publiques :

• les travaux d’infrastructures, réseaux techniques (eau, assainissement, électricité,


télécommunication…), locaux techniques et installations nécessaires au fonctionnement des
services publics ou des services destinés au public, notamment les travaux de desserte routière ou
piétonne, l’implantation de mobilier urbain à condition d’être ancré dans le sol, les travaux de
création de transport en commun en site propre, sous réserve que le maître d’ouvrage prenne les
dispositions appropriées aux risques et en avertisse le public par une signalisation efficace ;

• les réservoirs d’adduction en eau potable sous réserve d’une étude technique préalable
garantissant une surcharge acceptable du massif de sol, notamment dans les zones de recul de la
crête de rempart. Une attestation sera établie par l’architecte du projet ou par un expert, exigée en
application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme, afin de s’assurer de la réalisation de
cette étude préalable et de la conformité du projet avec ses prescriptions ;

• l’installation d’unités de production d’énergie renouvelable, sous réserve du respect de la prise en


compte des prescriptions d’une étude technique préalable associée à une étude d’impact exigée
réglementairement par le code de l’environnement, dont l’objectif est de minimiser l’impact du
projet sur les différents aléas ;

BRGM/RP-64141-FR 28
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

• les stations d’épuration, dont les ouvrages sont implantés au-dessus de la cote de référence dans
les zones concernées par un aléa inondation, si cette implantation correspond à un optimum au
regard des critères techniques, financiers et réglementaires et sous réserve que toutes les
dispositions techniques relatives à la nature du ou des risques soient prises dès la conception.

6.3.PRESCRIPTIONS RELATIVES AUX RÈGLES DE CONSTRUCTION


Tout aménagement ou toute réparation sur les constructions existantes devront être réalisés
selon les prescriptions suivantes :

• les menuiseries, portes, fenêtres ainsi que tous les vantaux situés sous la cote de référence
devront être constitués soit avec des matériaux insensibles à l’eau, soit avec des matériaux
convenablement traités ;

• les revêtements des sols et des murs, les protections thermiques et/ou phoniques situés sous la
cote de référence devront être constitués avec des matériaux insensibles à l’eau ;

• les réseaux techniques (eau, gaz, électricité) situés au rez-de-chaussée (sauf alimentation étanche
de pompe submersible) devront être dotés de dispositifs de mise hors circuit automatique ou
rétablis au-dessus de la cote de référence. Un dispositif manuel est également admis en cas
d’occupation permanente des locaux. La mise hors circuit devra être effective en cas de montée
des eaux ;

• les équipements électriques, électroniques, micromécaniques et les appareils électroménagers


devront être mis hors d’eau ou équipés de dispositifs d’étanchéité (ou mis en place dans des
locaux étanches et résistants aux écoulements de crue) ;

• les citernes, cuves et fosses devront être enterrées ou lestées ou surélevées pour résister à la crue
de référence. L’orifice de remplissage devra être situé au-dessus de la cote de référence. Les
évents devront être situés au moins à deux mètres au-dessus du terrain naturel ;

Les constructions et ouvrages futurs autorisés devront être réalisés selon les prescriptions
suivantes :

• les eaux de ruissellement et les eaux de toiture devront être collectées et évacuées par
l’intermédiaire de réseaux étanches jusqu’à un exutoire approprié et protégé contre l’érosion
régressive ;

• un dispositif de collecte des eaux de ruissellement (caniveaux, fossés…) sera mis en place en
sommet de talus pour empêcher la percolation des eaux directement dans les talus ;

• les équipements électriques, électroniques, micromécaniques et les appareils électroménagers


devront être mis hors d’eau ou équipés de dispositifs d’étanchéité (ou mis en place dans des
locaux étanches et résistants aux écoulements de crue) ;

• toutes les constructions et installations doivent être fondées dans le sol de façon à résister à des
affouillements, tassements ou érosions localisés ;

• les constructeurs devront prendre toutes les mesures nécessaires pour que les constructions et
ouvrages résistent aux forces exercées par les écoulements ;

• tous les massifs de fondations doivent être arasés au niveau du terrain naturel ;

• les citernes, cuves et fosses devront être enterrées ou lestées ou surélevées pour résister à la crue
de référence. L’orifice de remplissage et l’évent devront être situés au-dessus de la cote de
référence ;

• pour les travaux de construction autorisés dans la zone, de type infrastructures routières, ouvrages
hydrauliques et de soutènements ou d’utilité publique, une étude technique préalable sera
obligatoire. Réalisée par un homme de l’art, elle sera destinée à préciser les risques et la stabilité

29 BRGM/RP-64141-FR
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

des ouvrages projetés. Les profondeurs de fondations, la conception des soutènements et la


maîtrise des eaux seront notamment précisés par cette étude ;

• les talus et soutènements d’une hauteur supérieure à 2 m ne seront autorisés que s’ils ont fait
l’objet d’une étude géotechnique de dimensionnement avec calcul de stabilité, et d’un contrôle
technique en cours d’exécution. Lorsqu’ils ont pour but de protéger des habitations existantes ou à
venir, ils doivent être édifiés par un maître d’ouvrage structuré et pérenne ;

• tous les projets de sécurisation devront faire l’objet d’une étude portant sur l’ensemble du bassin
de risques et de la zone urbanisée ou à urbaniser à protéger et devront être construits selon les
règles de l’art, tout particulièrement en respectant les dispositions données par le cahier des
charges joint en annexe. Ils devront être réalisés par un maître d’ouvrage structuré et pérenne.

Spécifiquement pour les zones concernées par un aléa de type « glissements de terrain » ou
« érosion et ravinement » :

• les remblais et terrassements ne devront pas accroître le risque d’instabilité et seront adaptés à la
nature du sous-sol ;

• lors de travaux de terrassements, tous les talus d’une hauteur excédant 2 m seront protégés des
instabilités par tous moyens appropriés (végétalisation, parement, ouvrages de soutènement…) ;

• tous les ouvrages de soutènement devront être construits selon les règles de l’art, tout
particulièrement en respectant les dispositions suivantes : drainage amont (matériaux drainant et
barbacanes), encastrement suffisant de la fondation dans des terrains non remaniés, densité de
ferraillage adaptée, etc. ;

• la mise en place des ouvrages de soutènement devra être effective le plus rapidement possible
après terrassement, et en tout état de cause avant l’arrivée de la période cyclonique suivante. Pour
les ouvrages d’une hauteur supérieure à 2 m, ils auront fait au préalable l’objet d’une étude
géotechnique de dimensionnement avec calcul de stabilité (mission G2 au sens de la norme
NFP94-500 de novembre 2013) et un contrôle technique en cours d’exécution sera réalisé (mission
G3 et G4 au sens de la norme de la NFP94-500 de novembre 2013) ;

• dans le cas de déboisement en dehors de l’emprise des constructions, une protection anti-érosive
(végétalisation, parement, etc.) sera mise en place.

Spécifiquement pour les zones concernées par un aléa de type « chutes de blocs » :

• tous les ouvrages de sécurisation prévus devront avoir fait l’objet d’étude technique préalable
conformément à l’annexe 2 du présent règlement ;

• les éléments dangereux sur l’emprise du projet tels que les blocs rocheux susceptibles de se
mettre en mouvement lors de l’aménagement, seront éliminés ou stabilisés.

• les prescriptions concernant la stabilité des talus et des blocs rocheux s’appliquent également aux
voies d’accès à la parcelle.

BRGM/RP-64141-FR 30
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

7. DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE BLEUE B2U

Les zones B2u sont les zones soumises à prescription concernées par un aléa mouvement de terrain
moyen et par un aléa inondation moyen ou nul dans les secteurs urbanisés à enjeux sécurisables.
Ces secteurs sont définis par application des critères en matière d’aménagement et de sécurité
disponibles en annexe 4 au présent règlement.

MOUVEMENTS DE TERRAIN

Moyen
Transcription réglementaire
Très élevé Modéré
aléa/enjeux Secteurs
Autres Nul
élevé urbains à Faible
secteurs
enjeux
INONDATION

fort R1 R1 R1 R1 R1

moyen R1 R2 B2u B2 B2

nul R1 R2 B2u

Les principes généraux qui s’appliquent sur cette zone sont les suivants :

• permettre une densification de l’habitat ou l’ouverture de nouvelles opérations d’aménagement ;

• ne pas aggraver les risques et les conditions d’écoulement.

Certaines règles sont valables dans l’ensemble des zones B2u et d’autres, plus spécifiques à un aléa
inondation, ne s’appliqueront que dans certains sous-secteurs.

Cote de référence : c’est le niveau atteint par une crue centennale en zone inondable. À défaut d’être
connue, la cote de référence se situe à 1 m au-dessus du terrain naturel en zone B2u pour les
secteurs situés en aléa inondation moyen. Des études appropriées pourront définir la cote de
référence à la parcelle.

Comme indiqué au chapitre 3.4, cinq annexes sont adossées au présent règlement pour mieux
appréhender les règles définies ci-dessous.

7.1 SONT INTERDITS


De façon générale, sont interdits les travaux conduisant à augmenter la sensibilité des terrains
aux risques naturels et la vulnérabilité des constructions existantes.

Et notamment :

Travaux et aménagements :

Dans les zones B2u concernées par un aléa inondation

• les remblais, non nécessaires à la mise hors d’eau d’une construction nouvelle, et les dépôts.

Constructions et ouvrages :

BRGM/RP-64141-FR 32
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

Dans les zones B2u concernées par un aléa inondation

• la création ou l’aménagement de sous-sol pour les constructions individuelles ;

• la création ou l’aménagement de stationnements souterrains collectifs.

Activités de loisirs :

Dans l’ensemble des zones B2u

• la création de terrain de camping ;

Dans les zones B2u concernées par un aléa inondation

• le stationnement de caravanes habitées, ainsi que le stationnement nocturne de camping-cars ;

• la création ou l’extension d’habitations légères de loisir implantées au-dessus de la cote de


référence.

Clôtures et plantations :

Dans les zones B2u concernées par un aléa inondation

• les clôtures pleines (murets, murs, etc.).

Stockage de produits et de matériaux :

Dans les zones B2u concernées par un aléa inondation

• le stockage de matériaux ou de produits flottants (pneus, bois et meubles, automobiles et produits


de récupérations, etc.), au-dessous de la cote de référence.

7.2 SONT AUTORISÉS


Sous réserve qu’ils n’accroissent pas les risques et leurs effets, qu’ils ne provoquent pas de
nouveau risque et de ne pas augmenter la vulnérabilité des biens et activités existants.

Travaux et aménagements :

Dans l’ensemble des zones B2u

• les travaux, ouvrages et aménagements destinés à réduire les conséquences des différents
risques recensés (travaux de protections de berges, murs de soutènements, etc.) afin notamment
de protéger des zones déjà construites ou aménagées, sous réserve de mener une étude
technique préalable qui précisera les conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible
avec l’aléa considéré et ce sans préjudice du droit des tiers ;

• les aménagements liés à la desserte collective de parcelles à condition de démontrer la non-


aggravation des risques naturels en menant une étude technique préalable qui précisera les
conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible avec l’aléa considéré et ce sans
préjudice du droit des tiers ;

• les carrières dans le respect des réglementations en vigueur (notamment réglementation ICPE),
sous réserve qu’une étude d’impact intègre la gestion des risques ;

• les talus et soutènements d’une hauteur n’excédant pas hors sol 2 m ou justifiés par une étude
géotechnique de dimensionnement si leurs hauteurs dépassent hors sol les 2 m qui précisera les
conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible avec l’aléa considéré et ce sans
préjudice du droit des tiers.

33 BRGM/RP-64141-FR
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

• Les rejets d’eau à condition qu’ils soient dirigés vers des exutoires adaptés et existants.

En plus, dans les zones B2u concernées par un aléa inondation

• les déblais qui constituent une mesure compensatoire ou améliorent l’écoulement ou le stockage
des eaux (bassin d’orage, bassin d’infiltration par exemple) sous réserve d’une étude technique
préalable qui précisera les conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible avec l’aléa
considéré et ce sans préjudice du droit des tiers ;

• les remblais limités à l’emprise d’une construction nouvelle, visant à mettre hors d’eau cette
construction, sous réserve de prise en compte de toutes les dispositions techniques adaptées au
caractère inondable du secteur (résistance à l’érosion et à la submersion du remblai envisagé) et
ce sans préjudice du droit des tiers.

En plus, dans les zones B2u non concernées par un aléa inondation

• les remblais et les dépôts sous condition de mener une étude géotechnique préalable qui précisera
les conditions dans lesquelles le projet sera rendu compatible avec l’aléa considéré.

Constructions et ouvrages :

• les travaux d’entretien, de réparation et de gestion courante des constructions et des installations
implantées antérieurement à la publication du présent plan, notamment les aménagements
intérieurs, les traitements et ravalements de façade, les modifications d’aspect extérieur, les
réfections et réparations de toitures ;

• les constructions et extensions nouvelles au sol à usage d’habitations, de locaux d’activités et de


commerces sous réserve de réaliser une étude technique préalable afin de déterminer les
conditions de réalisation des constructions projetées. Au moment du dépôt de la demande, une
attestation établie par l’architecte du projet ou un expert sera exigée en application de l’article
R.431-16 du code de l’urbanisme afin de s’assurer de la réalisation de cette étude préalable et
de la conformité du projet avec ses prescriptions. En zone d’aléa inondation, le projet devra se
faire au-dessus de la cote de référence ;

• les démolitions-reconstructions en respectant les règles applicables aux constructions nouvelles ;

• les extensions par surélévation des habitations et des hébergements sous réserve de réaliser une
étude technique préalable afin de déterminer les conditions de réalisation des constructions
projetées. Au moment du dépôt du permis de construire ou d’aménager une attestation établie par
un architecte ou un expert sera exigée en application de l’article R.431-16 du code de
l’urbanisme afin de s’assurer de la réalisation de cette étude préalable et la conformité du projet
avec ses prescriptions ;

• les extensions par surélévation des commerces et activités sous réserve de réaliser une étude
technique préalable afin de déterminer les conditions de réalisation des constructions projetées.
Une attestation établie par l’architecte du projet ou un expert sera exigée en application de
l’article R.431-16 du code de l’urbanisme afin de s’assurer de la réalisation de cette étude
préalable et la conformité du projet avec ses prescriptions ;

• la création et l’extension des établissements sensibles, en particulier les établissements recevant


du public (ERP), à la condition de s’implanter au-dessus de la cote de référence pour les zones
concernées par un aléa inondation et sous réserve de réaliser une étude technique préalable afin
de déterminer les conditions de réalisation des constructions projetées. Une attestation établie par
l’architecte du projet ou un expert sera exigée en application de l’article R.431-16 du code de
l’urbanisme afin de s’assurer de la réalisation de cette étude préalable et la conformité du projet
avec ses prescriptions ;

• la construction des annexes (locaux secondaires non attenants au bâtiment principal, constituant
des dépendances destinées à un usage autre que l’habitation), sous réserve de la réalisation d’une
étude technique préalable qui précisera les conditions dans lesquelles le projet sera rendu
compatible avec l’aléa considéré. Si la zone est concernée par un aléa d’inondation, cette
construction devra être faite au-dessus de la cote de référence ;

BRGM/RP-64141-FR 34
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

• les opérations d’aménagement au sens du code de l’urbanisme sous réserve de réaliser une étude
technique préalable afin de déterminer les conditions de réalisation des aménagements projetés.
Au moment du dépôt du permis d’aménager une attestation établie par l’architecte du projet ou un
expert sera exigée en application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme afin de s’assurer
de la réalisation de cette étude préalable et la conformité du projet avec ses prescriptions. Pour les
opérations d’aménagement de type ZAC l’étude d’impact du dossier de création de la ZAC devra
intégrer un volet risques naturels qui explicitera les contraintes liées aux différents aléas et
précisera les mesures de sécurisation nécessaires. Le programme des équipements publics joint
au dossier de création de la ZAC devra comprendre les travaux et ouvrages de protections
nécessaires à la sécurisation de la zone ;

• l’aménagement de stationnements individuels liés à un logement existant, sous réserve de ne pas


empêcher le libre écoulement des eaux ;

• les piscines à condition de démontrer la non-aggravation des risques naturels, sous réserve de
mener une étude technique préalable qui précisera les conditions dans lesquelles le projet sera
rendu compatible avec l’aléa considéré. Cette étude devra traiter des questions de stabilité de la
zone concernée avant et après travaux, ainsi que du recueil et du rejet des effluents vers des
exutoires adaptés et existants. Les piscines construites au niveau du terrain naturel devront
disposer d’un balisage permanent afin d’assurer dans les zones concernées par un aléa inondation
la sécurité des personnes et des services de secours ;

• les systèmes d’épuration autonomes individuels sont autorisés sous réserve de la réalisation d’une
étude de faisabilité. Une attestation établie par l’architecte du projet ou un expert sera exigée en
application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme, afin de s’assurer de la réalisation de
cette étude préalable traitant notamment de l’infiltration vis-à-vis des aléas mouvements de terrain,
et de la conformité du projet avec ses prescriptions ;

• les constructions et installations nécessaires à l’exploitation agricole, sous réserve de réaliser une
étude technique préalable afin de déterminer les conditions de réalisation des constructions
projetées. Au moment du dépôt du permis de construire ou d’aménager une attestation établie par
l’architecte du projet ou un expert sera exigée en application de l’article R.431-16 du code de
l’urbanisme afin de s’assurer de la réalisation de cette étude préalable et de la conformité du
projet avec ses prescriptions. En zone d’aléa inondation, le projet devra se faire au-dessus de la
cote de référence, sauf pour les stationnements d’engins agricoles autorisés au niveau du terrain
naturel ;

• la création ou l’aménagement de stationnements collectifs implantés : soit au-dessus de la cote de


référence si présence d’un aléa inondation moyen et sous réserve d’une étude technique préalable
permettant de déterminer les conditions de réalisation, d’utilisation et l’absence d’incidence
hydraulique pour les tiers ; soit au niveau du terrain naturel si absence d’aléa inondation.

En plus, dans les zones B2u non concernées par un aléa inondation

• la création ou l’aménagement de stationnements souterrains et de sous-sols, sous réserve de


garantir une stabilité géotechnique, afin d’assurer une sécurité totale pour les biens et les
personnes. Pour cela une étude préalable permettant de déterminer les conditions de réalisation et
d’utilisation est exigée. En application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme une
attestation établie par l’architecte du projet ou un expert certifiant la réalisation de cette étude est
exigée lors du dépôt du dossier de demande d’autorisation.

Activités de loisirs :

• les espaces verts, sous réserve que toutes les dispositions techniques relatives à la nature du ou
des risques soient prises dès la conception. En outre des panneaux d’information et de
signalisation sur les risques destinés au public seront apposés ;

• les équipements légers de loisir et de plein air (kiosques, sanitaires publics), les installations à
vocation sportive et les aménagements associés, sous réserve de la réalisation d’une étude
technique préalable visant à adapter le projet à l’aléa considéré et sous réserve également de la
mise en place d’une information à l’usage des futurs utilisateurs sur l’existence de risques naturels
et indiquant les mesures de prévention et de sauvegarde à respecter (par exemple, site interdit en
cas d’alerte orange cyclonique ou d’alerte « fortes pluies »). Au moment du dépôt du permis, une

35 BRGM/RP-64141-FR
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

attestation établie par l’architecte du projet ou un expert sera exigée en application de l’article
R.431-16 du code de l’urbanisme ;

• les habitations légères de loisirs implantées au-dessus de la côte de référence si le terrain est
concerné par un aléa inondation.

Clôtures et plantations :

• les clôtures réalisées dans les règles de construction et, lorsqu’elles sont soumises à l’aléa
inondation, ajourées de façon à assurer une transparence hydraulique.

Stockage de produits et de matériaux :

• les centres de gestion des déchets et des produits polluants ou dangereux (centre de tri, centre de
transit, déchetterie, centre de stockage, centre de traitement, etc.) sous réserve d’une étude
technique préalable. Une attestation sera établie par l’architecte du projet ou un expert, exigée en
application de l’article R.431-16 du code de l’urbanisme, afin de s’assurer la réalisation de cette
étude préalable et de la conformité du projet avec ses prescriptions.

Dans les zones B2u concernées par un aléa inondation

• le stockage de matériaux ou de produits flottants (pneus, bois et meubles, automobiles et produits


de récupérations, etc.), dans le cadre réglementaire en vigueur et au-dessus de la cote de
référence.

Équipements et infrastructures publiques :

• les travaux d’infrastructures, réseaux techniques (eau, assainissement, électricité,


télécommunication…), locaux techniques et installations nécessaires au fonctionnement des
services publics ou des services destinés au public, notamment les travaux de desserte routière ou
piétonne, l’implantation de mobilier urbain à condition d’être ancré dans le sol, les travaux de
création de transport en commun en site propre, sous réserve que le maître d’ouvrage prenne les
dispositions appropriées aux risques et en avertisse le public par une signalisation efficace ;

• l’installation d’unités de production d’énergie renouvelable, sous réserve du respect de la prise en


compte des prescriptions d’une étude technique préalable associée à une étude d’impact exigée
réglementairement par le code de l’environnement, dont l’objectif est de minimiser l’impact du
projet sur les différents aléas ;
• les stations d’épuration, dont les ouvrages sont implantés au-dessus de la cote de référence dans
les zones concernées par un aléa inondation, si cette implantation correspond à un optimum au
regard des critères techniques, financiers et réglementaires et sous réserve que toutes les
dispositions techniques relatives à la nature du ou des risques soient prises dès la conception.

7.3 PRESCRIPTIONS RELATIVES AUX RÈGLES DE CONSTRUCTION


Tout aménagement ou toute réparation sur les constructions existantes devront être réalisés
selon les prescriptions suivantes :

• les menuiseries, portes, fenêtres ainsi que tous les vantaux situés sous la cote de référence
devront être constitués soit avec des matériaux insensibles à l’eau, soit avec des matériaux
convenablement traités ;

• les revêtements des sols et des murs, les protections thermiques et/ou phoniques situés sous la
cote de référence devront être constitués avec des matériaux insensibles à l’eau ;

• les réseaux techniques (eau, gaz, électricité) situés au rez-de-chaussée (sauf alimentation étanche
de pompe submersible) devront être dotés de dispositifs de mise hors circuit automatique ou
rétablis au-dessus de la cote de référence. Un dispositif manuel est également admis en cas

BRGM/RP-64141-FR 36
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

d’occupation permanente des locaux. La mise hors circuit devra être effective en cas de montée
des eaux ;

• les équipements électriques, électroniques, micromécaniques et les appareils électroménagers


devront être placés, au-dessus de la cote de référence (ou mis en place dans des locaux étanches
et résistants) ;

• les citernes, cuves et fosses devront être enterrées ou lestées ou surélevées pour résister à la crue
de référence. L’orifice de remplissage devra être situé au-dessus du sous la cote de référence. Les
évents devront être situés au moins à deux mètres au-dessus du terrain naturel ;

Les constructions et ouvrages futurs autorisés devront être réalisés selon les prescriptions
suivantes :

• les eaux de ruissellement et les eaux de toiture devront être collectées et évacuées par
l’intermédiaire de réseaux étanches jusqu’à un exutoire approprié et protégé contre l’érosion
régressive ;

• un dispositif de collecte des eaux de ruissellement (caniveaux, fossés…) sera mis en place en
sommet de talus pour empêcher la percolation des eaux directement dans les talus ;

• les équipements électriques, électroniques, micromécaniques et les appareils électroménagers


devront être mis hors d’eau ou équipés de dispositifs d’étanchéité (ou mis en place dans des
locaux étanches et résistants aux écoulements de crue) ;

• toutes les constructions et installations doivent être fondées dans le sol de façon à résister à des
affouillements, tassements ou érosions localisés ;

• les constructeurs devront prendre toutes les mesures nécessaires pour que les constructions et
ouvrages résistent aux forces exercées par les écoulements ;

• tous les massifs de fondations doivent être arasés au niveau du terrain naturel ;

• les citernes, cuves et fosses devront être enterrées ou lestées ou surélevées pour résister à la crue
de référence. L’orifice de remplissage devra être situé deux mètres au-dessus du terrain naturel ;

• pour les travaux de construction autorisés dans la zone, de type infrastructures routières, ouvrages
hydrauliques et de soutènements ou d’utilité publique, une étude technique préalable sera
obligatoire. Réalisée par un homme de l’art, elle sera destinée à préciser les risques et la stabilité
des ouvrages projetés. Les profondeurs de fondations, la conception des soutènements et la
maîtrise des eaux seront notamment précisés par cette étude ;

• les talus et soutènements d’une hauteur supérieure à 2 m ne seront autorisés que s’ils ont fait
l’objet d’une étude géotechnique de dimensionnement avec calcul de stabilité, et d’un contrôle
technique en cours d’exécution. Lorsqu’ils ont pour but de protéger des habitations existantes ou à
venir, ils doivent être édifiés par un maître d’ouvrage structuré et pérenne ;

• tous les projets de sécurisation devront faire l’objet d’une étude portant sur l’ensemble du bassin
de risques et de la zone urbanisée ou à urbaniser à protéger et devront être construits selon les
règles de l’art, tout particulièrement en respectant les dispositions données par le cahier des
charges joint en annexe. Ils devront être réalisés par un maître d’ouvrage structuré et pérenne.

Spécifiquement pour les zones concernées par un aléa de type « glissements de terrain » ou
« érosion et ravinement » :

• les remblais et terrassements ne devront pas accroître le risque d’instabilité et seront adaptés à la
nature du sous-sol ;

• lors de travaux de terrassements, tous les talus d’une hauteur excédant 2 m seront protégés des
instabilités par tous moyens appropriés (végétalisation, parement, ouvrages de soutènement…) ;

37 BRGM/RP-64141-FR
PPR de Saint-Leu Règlement Septembre 2015

• tous les ouvrages de soutènement devront être construits selon les règles de l’art, tout
particulièrement en respectant les dispositions suivantes : drainage amont (matériaux drainant et
barbacanes), encastrement suffisant de la fondation dans des terrains non remaniés, densité de
ferraillage adaptée, etc. ;

• la mise en place des ouvrages de soutènement devra être effective le plus rapidement possible
après terrassement, et en tout état de cause avant l’arrivée de la période cyclonique suivante. Pour
les ouvrages d’une hauteur supérieure à 2 m, ils auront au préalable fait l’objet d’une étude
géotechnique de dimensionnement avec calcul de stabilité (mission G2 au sens de la norme
NFP94-500 de novembre 2013) et un contrôle technique en cours d’exécution sera réalisé (mission
G3 et G4 au sens de la norme de la NFP94-500 de novembre 2013) ;

• dans le cas de déboisement en dehors de l’emprise des constructions, une protection anti-érosive
(végétalisation, parement, etc.) sera mise en place.

Spécifiquement pour les zones concernées par un aléa de type « chutes de blocs » :

• tous les ouvrages de pièges à blocs devront être construits selon les règles de l’art, tout
particulièrement en respectant les dispositions données par le cahier des charges joint en annexe ;

• les éléments dangereux sur l’emprise du projet tels que les blocs rocheux susceptibles de se
mettre en mouvement lors de l’aménagement, seront éliminés ou stabilisés.

• Les prescriptions concernant la stabilité des talus et des blocs rocheux s’appliquent également aux
voies d’accès à la parcelle.

BRGM/RP-64141-FR 38
S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

ANNEXE 2
PROTECTION ET ENDIGUEMENT DES
RAVINES SITUEES AU DROIT DU FUTUR
CENTRE COMMERCIAL LA RESERVE – ETAT
INITAL

/ 4 70 1912 / FEV 2016 27


S.C.C.V. MARESA

Protection et endiguement des


ravines situées au droit du futur
centre commercial La Réserve
ETUDE PREALABLE DE FAISABILITE

RAPPORT DEFINITIF

Ville & Transport


LA REUNION
121 boulevard Jean Jaurès
CS 31005
97404 SAINT-DENIS CEDEX
Tel. : 02 62 90 96 00
Fax : 02 62 90 96 01

DATE : NOV 2015 REF : 4 70 1912


A Version initiale 11/2015 TRa SGz CHe
INDICE OBJET DE LA MODIFICATION DATE VISA EMETTEUR RELECTURE APPROBATION
S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

SOMMAIRE
1. PREAMBULE __________________________________________________________________ 1
1.1. CONTEXTE ET OBJECTIFS ____________________________________________________ 1
1.2. LOCALISATION _____________________________________________________________ 1
1.3. CONTEXTE REGLEMENTAIRE - PPRI ___________________________________________ 3
2. ETAT INITIAL _________________________________________________________________ 5
2.1. CONTEXTE _________________________________________________________________ 5
2.2. RECONNAISSANCE DE SITE __________________________________________________ 5
2.2.1. En amont de la zone d’étude ___________________________________________________ 5
2.2.2. Au droit de la zone d’étude ____________________________________________________ 9
2.2.2.1. RAVINE A BARDEAUX __________________________________________________________ 9
2.2.2.2. RAVINE LA RESERVE _________________________________________________________ 10
2.2.3. A l’aval de la zone d’étude ____________________________________________________ 11
2.2.3.1. RAVINE A BARDEAUX _________________________________________________________ 11
2.2.3.2. RAVINE LA RESERVE _________________________________________________________ 13
2.3. BASSINS VERSANTS ________________________________________________________ 16
3. ANALYSE HYDROLOGIQUE _________________________________________________ 18
3.1. DONNEES METEOROLOGIQUES ______________________________________________ 18
3.2. DETERMINATION DES DEBITS CARACTERISTIQUES ____________________________ 18
3.3. RESULTATS _______________________________________________________________ 19
4. ANALYSE HYDRAULIQUE ETAT ACTUEL __________________________________ 20
4.1. METHODOLOGIE ___________________________________________________________ 20
4.2. PROFILS EN TRAVERS ______________________________________________________ 20
4.3. ZONE INONDABLE __________________________________________________________ 23
4.4. CONCLUSION ______________________________________________________________ 28

Annexe 1 Zone d’inondation avec cotes Q100 ____________________ 29

/ 4 70 1912 / NOV 2015 A


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

TABLEAUX
TABL. 1 - DETERMINATION DES ALEAS EN FONCTION DES HAUTEURS D’EAU ET DE LA VITESSE ______________________ 3
TABL. 2 - CARACTERISTIQUES DES BASSINS VERSANTS _______________________________________________________ 16
TABL. 3 - COEFFICIENTS DE MONTANA FOURNIS ______________________________________________________________ 18
TABL. 4 - COEFFICIENT DE RUISSELLEMENT POUR LES ESPACES VERTS ________________________________________ 19
TABL. 5 - DEBITS GENERES PAR LES BV AMONT POUR DIFFERENTES PERIODES DE RETOUR _______________________ 19

FIGURES
FIG. 1. IMPLANTATION DE LA ZONE D’ETUDE ________________________________________________________________ 2
FIG. 2. ZONAGE PPRI _____________________________________________________________________________________ 4
FIG. 3. FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE EN AMONT DES PARCELLES _________________________________________ 8
FIG. 4. ECOULEMENT AU SEIN DE LA PARCELLE ____________________________________________________________ 14
FIG. 5. LOCALISATION DES PHOTOGRAPHIES DE LA ZONE D’ETUDE ___________________________________________ 15
FIG. 6. DELIMITATION DES SOUS-BASSINS VERSANTS DE LA ZONE D’ETUDE ____________________________________ 17
FIG. 7. PROFILS EN TRAVERS DE LA RAVINE A BARDEAUX ___________________________________________________ 21
FIG. 8. PROFILS EN TRAVERS DE LA RAVINE LA RESERVE ____________________________________________________ 22
FIG. 9. PROFILS EN LONG DE LA RAVINE A BARDEAUX EN Q100 ________________________________________________ 24
FIG. 10. PROFILS EN LONG DE LA RAVINE LA RESERVE EN Q100 ________________________________________________ 25
FIG. 11. EMPRISE DE L’INONDATION Q100 DE LA RAVINE A BARDEAUX ___________________________________________ 26
FIG. 12. EMPRISE DE L’INONDATION Q100 DE LA RAVINE LA RESERVE____________________________________________ 27

PHOTOGRAPHIES
PHOTO.-1. OUVRAGE HYDRAULIQUE SOUS RN2 AU SUD-OUEST DE LA ZE __________________________________________ 6
PHOTO.-2. OUVRAGE HYDRAULIQUE SOUS RN2 DE LA RAVINE A BARDEAUX ________________________________________ 6
PHOTO.-3. OUVRAGE HYDRAULIQUE SOUS RN2 DE LA RAVINE LA RESERVE AU SUD-EST DE LA ZE ____________________ 7
PHOTO.-4. LIT MARQUE AVEC BERGES ABRUPTES EN AMONT DE LA RUE NOËL TESSIER _____________________________ 9
PHOTO.-5. ZONE DE DIVAGATION DE LA RAVINE A BARDEAUX____________________________________________________ 10
PHOTO.-6. LIT DE LA RAVINE LA RESERVE _____________________________________________________________________ 10
PHOTO.-7. DALOT PRESENT SOUS LA RUE NOËL TESSIER _______________________________________________________ 11
PHOTO.-8. FOSSE PRESENTE EN AVAL DU DALOT ______________________________________________________________ 12
PHOTO.-9. EXUTOIRE 2*Ø1000 SOUS LA RN2002 ________________________________________________________________ 13
PHOTO.-10. RAVINE LA RESERVE CANALISE VIA UN CHENAL BETONNE__________________________________________ 13

/ 4 70 1912 / NOV 2015 B


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

1. PREAMBULE

1.1. CONTEXTE ET OBJECTIFS


La société SCCV MARESA IMMO envisage la construction d’un centre commercial sur le site de la
Réserve sur la commune de Sainte Marie. Dans le cadre de cette opération, il est prévu la création
d’une voie de desserte dédiée, en parallèle de la voirie existante, Rue Noël Tessier.
La S.C.C.V. MARESA a sollicité ARTELIA pour la réalisation d’une étude préalable de faisabilité
pour la protection et l’endiguement des ravines Bardeaux et La Réserve situées au droit du futur
centre commercial.

C’est l’objet du présent rapport.

1.2. LOCALISATION
L’opération se situe sur la commune de Sainte-Marie au lieu-dit « La Réserve » entre le quartier
des Gaspards à l’ouest et de La Convenance à l’est.

La zone concernée par ce projet se situe sur les parcelles BN 144, 146, 148, 120, 124, 147, 158,
160 et 182.

La localisation précise de la zone d’étude est présentée en page suivante.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 1


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 1. Implantation de la zone d’étude

/ 4 70 1912 / NOV 2015 2


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabil ité
RAPPORT DEFINITIF

1.3. CONTEXTE REGLEMENTAIRE - PPRI


Le Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles (PPR), ici en termes d'inondation et de
mouvement de terrain, dont l'élaboration est de la compétence de l'Etat, est en cours de révision.

Il consiste à faire un état de la connaissance de l'aléa et de la connaissance de la vulnérabilité


(présence d'enjeux notamment en termes de bâti). Le croisement de ces données permet d'établir
le risque pour lequel des prescriptions réglementaires sont fixées.

La zone du projet est en partie concernée par un aléa inondation fort selon le PPR multirisques
prescrit le 15 avril 2009. La Fig. 2 présente le zonage PPRi sur la zone de projet.

Il est notamment rappelé que « Tous travaux, remblais, constructions, installations et activités, de
quelque nature qu’ils soient sont interdits en zone R1 (aléa fort) sauf ceux destinés à réduire les
conséquences des différents risques recensés ».

Les niveaux d'aléa « inondation » prévus dans le PPRi sont les suivants :

Tabl. 1 - Détermination des aléas en fonction des hauteurs d’eau et de la


vitesse

Vitesse V < 0,5 m/s 0,5 < V < et 1m/s V > 1m/s
Hauteur

H > 1m FORT R1 FORT R1 FORT R1

0,5 m< H < 1m MOYEN B2 MOYEN B2 FORT R1

H < 0,5 m FAIBLE B3 MOYEN B2 FORT R1

Les ravines à Bardeaux et La Réserve sont concernées par ce zonage PPRi.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 3


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Ouvrage de
franchissement étudié

OH2

OH1

Fig. 2. Zonage PPRi

/ 4 70 1912 / NOV 2015 4


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

2. ETAT INITIAL
L’objectif de ce chapitre est de définir les débits transitant sous l’ouvrage de franchissement de
la Ravine Bardeaux, Rue Noël Tessier, pour différentes périodes de retour.

2.1. CONTEXTE
La zone d’étude, par sa situation, est contrainte par l’ancienne et la nouvelle RN 2 ainsi que par 2
ravines sur ses parties est et ouest, la plus importante étant la ravine à Bardeaux à l’ouest.

2.2. RECONNAISSANCE DE SITE


Les prises de vue effectuées et utilisées dans cette partie sont localisées sur la Fig. 5 en page 15.

2.2.1. En amont de la zone d’étude

L’amont de la zone d’étude est majoritairement caractérisé par des surfaces à vocation agricole
ainsi que par des zones résidentielles dans une moindre mesure.

Trois ravines/thalwegs marqués sont présents et interfèrent avec la zone de projet. La ravine
principale interférant est la ravine à Bardeaux. Il est à noter que le thalweg franchissant la RN2 via
l’OH1 est un affluent de la Ravine à Bardeaux

Ces 3 thalwegs traversent la RN2 via 3 ouvrages hydrauliques prévus à cet effet.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 5


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

 OH 1 (sud-ouest) :

2m

3.5m

Photo.-1. Ouvrage hydraulique sous RN2 au sud-ouest de la ZE

 OH 2 (Ravine à Bardeaux) :

2,7m
9m

Photo.-2. Ouvrage hydraulique sous RN2 de la ravine à Bardeaux

/ 4 70 1912 / NOV 2015 6


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

 OH 3 (sud-est – Ravine La Réserve) :

2,4m

3,7m

Photo.-3. Ouvrage hydraulique sous RN2 de la ravine La Réserve au sud-est de la ZE

La figure page suivante décrit le fonctionnement hydraulique en amont de la zone d’étude.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 7


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Ravine La
Réserve

Ravine
affluente

Ravine à
Bardeaux

Fig. 3. Fonctionnement hydraulique en amont des parcelles

/ 4 70 1912 / NOV 2015 8


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

2.2.2. Au droit de la zone d’étude

2.2.2.1. RAVINE A BARDEAUX

La ravine à Bardeaux est entièrement végétalisée et présente un caractère sinueux entre la RN2 et
la Rue Noël Tessier.

Son lit est marqué avec des berges abruptes à proximité des exutoires de la RN2 et de la Rue
Noël Tessier.

Lit de la
Ravine

Photo.-4. Lit marqué avec berges abruptes en amont de la Rue Noël Tessier

Sur le reste de son profil, la ravine présente une zone de divagation importante caractérisée par un
lit diffus, large avec des berges moins abruptes.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 9


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Lit de la
Ravine

Photo.-5. Zone de divagation de la Ravine à Bardeaux

2.2.2.2. RAVINE LA RESERVE

La ravine La Réserve est entièrement végétalisée entre la RN2 et la RN2002. Son lit marqué est
profond d’environ 1,25m et large d’environ 6m.

6m

Lit de la
Ravine
1,25m

1,5m
Photo.-6. Lit de la Ravine La Réserve

/ 4 70 1912 / NOV 2015 10


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

2.2.3. A l’aval de la zone d’étude

2.2.3.1. RAVINE A BARDEAUX

Le lit de la ravine à Bardeaux se poursuit via un dalot sous la Rue Noël Tessier. Cet ouvrage de
franchissement de 4*5m fait 15m de longueur.

4m

5m

15m

Photo.-7. Dalot présent sous la Rue Noël Tessier

On note la présence de 2 conduites en encorbellement en amont de l’ouvrage ainsi que la


présence d’une fosse creusée liée à l’érosion à son aval. Cette fosse, profonde d’environ 2m, est
large de 15m et longue de 13m environ. Elle se trouve sur la photographie suivante.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 11


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

>2m

Photo.-8. Fosse présente en aval du dalot

/ 4 70 1912 / NOV 2015 12


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

2.2.3.2. RAVINE LA RESERVE

Le lit de la ravine La Réserve se poursuit, quant à elle, via 2 buses Ø1000 sous la RN2002 en aval
desquelles un coude marqué est observé.

Photo.-9. Exutoire 2*Ø1000 sous la RN2002

Son lit est ensuite canalisé dans un chenal bétonné en contrebas d’habitations.

Photo.-10. Ravine La Réserve canalisé via un chenal bétonné

Une représentation des écoulements sur la zone d’étude se trouve en page suivante.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 13


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Rue Noël Tessier

OH2

OH1

Fig. 4. Ecoulement au sein de la parcelle

/ 4 70 1912 / NOV 2015 14


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 5. Localisation des photographies de la zone d’étude

/ 4 70 1912 / NOV 2015 15


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

2.3. BASSINS VERSANTS


La visite de terrain, ainsi que l’analyse de la topographie du site, ont permis de délimiter des
bassins versants qui interfèrent avec la zone d’étude.

Ces bassins versants sont présentés sur la figure en page suivante.

La zone du futur centre commercial étant actuellement végétalisée, il est difficile de juger de sa
topographie sur site. La topographie LITTO3D permet toutefois de constater que :

 75% des eaux ruissellent vers la ravine à Bardeaux à l’ouest de la ZE ;

 Le reste rejoint le thalweg de la Ravine La Réserve à l’est de la ZE.

Les différentes caractéristiques des bassins versants se trouvent dans le tableau suivant :

Tabl. 2 - Caractéristiques des bassins versants

Altitude Altitude Pente Plus Long Trajet


Superficie Imperméabilisation
amont aval moyenne Hydraulique
[ha] [%]
[mNGR] [mNGR] [%] [m]

BV Rav. À Bardeaux 326.8 525 48 7.8% 6 130 3%

BV Rav. La Réserve 92.4 247 49 5.3% 3 750 10%

Zone de projet

ssBV 1 5.6 53 33 4.4% 450 0%

ssBV 2 2.0 52 42 4.9% 190 0%

/ 4 70 1912 / NOV 2015 16


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 6. Délimitation des sous-bassins versants de la zone d’étude

/ 4 70 1912 / NOV 2015 17


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

3. ANALYSE HYDROLOGIQUE

3.1. DONNEES METEOROLOGIQUES


Le Guide sur les Modalités de Gestion des Eaux Pluviales à la Réunion, réalisé par la DEAL en
2012, a été utilisé pour déterminer les données pluviométriques régionalisées.

Selon la carte du zonage pluviométrique simplifié, les BV se trouvent en zones 1 et 2 et les


coefficients de Montana retenus pour une pluie décennale horaire sont donc :

Tabl. 3 - Coefficients de Montana fournis

Zone Coefficient A Coefficient B

Zone d’étude 1 60 0,33

Bassins versants 1 et 2 (à partir de 100


60 et 72 0,33
amont mNGR)

Les coefficients pour d’autres périodes de retour sont calculés selon une loi de Gumbel :
-0,33
i(d,T) = i(1h,10ans) * [0,186 * ln (T) + 0,572] * d

Avec :

 d la durée de la pluie en h correspondant au temps de concentration (d’après le guide de


la DEAL) ;

 T la période de retour en année.

3.2. DETERMINATION DES DEBITS CARACTERISTIQUES


Au vu de la nature des bassins versants étudiés sur la zone de projet, notamment en termes de
superficie, d’occupation du sol et de pente des bassins versants, la détermination des débits de
projet est réalisée au moyen de la formule rationnelle :

Où :

 Q = débit en m³/s ;

 C = coefficient de ruissellement du bassin versant ;

 i = intensité pluviométrique relative au temps de concentration du bassin, exprimée en


mm/h ;

 A = superficie du bassin en km².

/ 4 70 1912 / NOV 2015 18


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Les coefficients de ruissellement pour les espaces naturels pris en compte pour déterminer les
débits sont les suivants (source GEDC – terrain naturel) :

Tabl. 4 - Coefficient de ruissellement pour les espaces verts

Temps de retour 2 ans 5 ans 10 ans 20 ans 50 ans 100 ans

Cruissellement 0,30 0,40 0,60 0,65 0,75 0,80

Pour les surfaces de voiries et les habitations, le coefficient de ruissellement est égal à 0,9.

3.3. RESULTATS
Les débits générés par les bassins versants amont pour différentes période de retour sont les
suivants :
Tabl. 5 - Débits générés par les BV amont pour différentes périodes de retour

3 3 3 3 3
Q2 [m /s] Q5 [m /s] Q10 [m /s] Q20 [m /s] Q100 [m /s]

BV Rav. À Bardeaux 16 26 45 54 84
BV Rav. La Réserve 6 9 14 17 26

/ 4 70 1912 / NOV 2015 19


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

4. ANALYSE HYDRAULIQUE ETAT ACTUEL

4.1. METHODOLOGIE
Les hauteurs d’eau et vitesses attendues sur la zone d’étude pour un temps de retour de 100 ans
(référence PPRi) ont été déterminées par un modèle mathématique réalisé sous HEC-RAS. Ce
logiciel présente l’avantage de gérer finement les écoulements torrentiels. En outre, HEC-RAS
permet l’intégration de tous les ouvrages hydrauliques tels que ponts, seuils, déversoir latéraux,
etc.

4.2. PROFILS EN TRAVERS


La ravine à Bardeaux et la ravine La Réserve ont tout d’abord été modélisées à l’aide de profils en
travers issus du relevé topographique de la zone d’étude.

D’autres profils intermédiaires ont ensuite été interpolés pour affiner le modèle.

Certains de ces profils sont présentés sur la figure page suivante.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 20


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 7. Profils en travers de la Ravine à Bardeaux

P5

Pont

P4

P3

P2

P1

/ 4 70 1912 / NOV 2015 21


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

Fig. 8. Profils en travers de la Ravine La Réserve

P3

P2

P1
/ 4 70 1912 / NOV 2015 22
S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

4.3. ZONE INONDABLE


Suite à la modélisation, l’emprise de la zone inondable pour la crue centennale, crue de référence
utilisée dans le zonage PPRi, a pu être déterminée puis reportée sur un fond de plan
topographique.

Sont présentés pages suivantes :


 Les profils en long avec la ligne d’eau et la hauteur de charge ;
 L’emprise de la zone inondable pour la crue centennale ainsi que la superposition avec le
zonage PPRi.

Sont présentés en Annexe 1, la zone inondable avec les principaux profils et les cotes de niveau
d’eau Q100 associées.

Remarques : La modélisation a été réalisée pour différentes période de retour et il est à


noter que :

 Sur la zone d’étude, les écoulements en Q100 de la Ravine à Bardeaux restent confinés dans
l’emprise de son lit mineur et n’impliquent pas de débordement immédiat en rive droite ou
gauche ;

 En revanche, la Ravine à Bardeaux déborde sur la Rue Noël Tessier à partir d’une crue de
période de retour 50 ans ;

 Pour la ravine La Réserve, Il y a débordement sur la RN2002 à partir d’une crue de période de
retour 2 ans à cause des deux buses Ø1000 très largement sous-dimensionnées ;

 Par ailleurs, selon la topographie issue de la LITTO3D et utilisée dans la modélisation, il


semble qu’il n’y ait pas de débordement en rive droite de la ravine La Réserve. Toutefois, cette
topographie ne prend pas en compte le nouvel aménagement qui a été construit en parcelle
adjacente. Le remaniement de cette dernière peut impliquer un débordement en rive droite de
la ravine.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 23


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

P3

P1

P4

P2

Fig. 9. Profils en long de la Ravine à Bardeaux en Q100

/ 4 70 1912 / NOV 2015 24


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

P3

Fig. 10. Profils en long de la Ravine La Réserve en Q100

/ 4 70 1912 / NOV 2015 25


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

PPRi

Fig. 11. Emprise de l’inondation Q100 de la Ravine à Bardeaux

/ 4 70 1912 / NOV 2015 26


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

PPRi

Fig. 12. Emprise de l’inondation Q100 de la Ravine La Réserve

/ 4 70 1912 / NOV 2015 27


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

4.4. CONCLUSION
En première approche, il peut être fait comme constat que :

 Pour la Ravine à Bardeaux :


 Il n’y a pas de débordement hors du lit mineur de la ravine jusqu’à un évènement Q100 ;
 Il semble nécessaire de conserver le lit actuel de la ravine et notamment ses
méandres et sa zone de divagation. En effet, la préservation de la zone de divagation
des crues observée entre les profils P1 et P3 joue un rôle de régulation des débits vis-à-vis
des zones urbanisées en aval.

 Pour la Ravine La Réserve :


 Le sous-dimensionnement des buses sous la RN2002 entraine un débordement sur la
zone d’étude et implique une augmentation de la hauteur d’eau à l’amont immédiat de la
RN2002 ;
 Dans le cas d’un busage de la ravine entre la RN2 et la RN2002, il y aura nécessité à
augmenter la capacité des 2 buses Ø1000.

 Pour les 2 ravines :


 Le zonage PPRi n’est pas exactement équivalent au zonage déterminé par modélisation.
Cet écart peut être dû à la différence de topographie utilisée ; le modèle étant basé sur un
relevé topographique de terrain plus précis et le PPRi étant réalisé sur une échelle plus
importante.

/ 4 70 1912 / NOV 2015 28


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

ANNEXE 1
ZONE D’INONDATION AVEC COTES Q100

/ 4 70 1912 / NOV 2015 29


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
32.73 RAPPORT DEFINITIF
mNGR

37.85
mNGR

40.51
mNGR 43.43
mNGR

45.21
mNGR

48.02
mNGR

/ 4 70 1912 / NOV 2015 30


S.C.C.V. MARESA
Protection et endiguement des ravines situées au droit du futur centre commercial La
Réserve
Etude préalable de faisabilité
RAPPORT DEFINITIF

44.01
mNGR

44.94
mNGR

45.95
mNGR

/ 4 70 1912 / NOV 2015 31