Vous êtes sur la page 1sur 2

Guy de Maupassant

(1850-1893)

I – Sa vie civile :
Guy de Maupassant, né dans une famille de la noblesse récente, en
Normandie (qui va l’inspirer), et sous le mensonge (sa mère lui fait croire qu’il
est né dans le château de Miromesnil).
Il a un frère, durant leur jeunesse, ils assistent à de nombreuses disputes
violentes de leurs parents, puis de leur divorce. Il va vivre avec sa mère dans la
campagne, où il va apprendre à vivre et comprendre les paysans (il va
apprendre la patois). Un ami d’enfance de sa mère, Flaubert, va être pour lui
comme un père.
En 1870, il est mobilisé pour la guerre.
Son frère meurt fou, sa mère a de nombreuses crises nerveuses et lui, atteint
de la syphilis, a de nombreuses migraines, hallucinations, insomnies…

II – Sa vie sentimentale :
Il a beaucoup de maitresses et il est choyé par les femmes.

III – Sa vie socio-politique :


A 12 ans, en pension, il apprend le latin et les mathématiques.
Il va ensuite étudier le droit à Paris.
Pendant 8 ans, il va travailler en tant que petit fonctionnaire (inspiration),
dans le ministère de la Marine et celui de l’instruction publique. Il va devenir
journaliste puis écrivain.
Il a fait une carrière fulgurante, il vit bien (villa…) et va dans les grands salons
parisiens.

IV – Sa vie littéraire :
Guy de Maupassant a beaucoup été influencé par Flaubert, dans ses débuts il
lui a été d’une grande aide, il le corrigeait, il était le premier à lire ses récits.
Puis Maupassant va participer à son premier recueil de nouvelles avec Zola,
Les Soirées de Médan avec une nouvelle Boule de Suif son premier grand
succès, dans le mouvement du naturalisme (le manifeste).
Il a écrit surtout des romans, contes et nouvelles dans les mouvements du
réalisme et du naturalisme (des mouvements qui se suivent). Il retranscrivait
ce qu’il avait vécu, il décrivait des portraits réels de ses rencontres avec des
personnes… Pour ses descriptions, il a été marqué par la technique de
l’impressionnisme. Il écrivait sur les paysans normands, les petits
fonctionnaires, la nature humaine… Sa folie et son pessimisme sont très
marqué dans ses récits, il parle de peur, de double, de la mort, de la solitude.
Dans ses ouvrages, les classes sociales des personnages sont très diverses,
ainsi que la variété des narrateurs et des points de vus. Ses récits sont courts,
il utilise un vocabulaire et une syntaxe simple.
Ses principales œuvres sont Boule de Suif (1879), Les contes de la Bécasse, et
Une Vie (1883), Bel Ami (1885), Pierre et Jean (1888) et Le Horla : une
nouvelle fantastique en 1885.

Nouvelle
Roman