Vous êtes sur la page 1sur 2

Emile Zola

(1840-1902)

I – Sa vie civile :
Zola de mère française et de père vénitien, celui-ci meurt quand Zola n’a que
7 ans. Il passe son enfance à Aix-en-Provence (Plassans, dans ces œuvres).
Au collège, il devient ami avec Paul Cézanne (le futur peintre), il lui fera
découvrir des peintres Monet, Renoir et Manet.
En 1858, il déménage à Paris et échoue 2 fois le baccalauréat à cause du
français.
1862, il est naturalisé.
Cf IV
En 1898, Zola est condamné à un an de prison, pour cause d’avoir défendu
Dreyfus dans J’accuse. Il s’exile alors 11 mois à Londres.
Puis en 1904, Dreyfus est innocenté grâce à Zola, mais celui-ci est déjà mort
asphyxié par sa cheminée, depuis 1902.
En 1908, ses cendres sont transférées au Panthéon.

II – Sa vie sentimentale :
En 1870, il épouse Alexandrine Meley.
En 1888, il a une liaison avec Jeanne Rozerot (lingère de 20 ans, engagée par
sa femme). Il aura 2 enfants : Denise en 1889 et Jacques en 1891.

III – Sa vie socio-politique :


Pendant peu de temps, il a été employé de douanes.
En 1862, il entre à la librairie Hachette en tant qu’employé de bureau puis
chef de publicité, jusqu’en 1866. Il fréquente alors les milieux littéraires et en
1866 devient journaliste, il mène sa première grande campagne naturaliste en
défendant Manet (dont les toiles sont refusées au Salon).
Il est aussi engagé à gauche contre le Second Empire.

IV – Sa vie littéraire :
En 1864, il publie son premier livre : Conte à Ninon. Mais il n’aura pas de
succès.
En 1866, il publie ses premières chroniques dans la presse et devient
journaliste (avant d’écrire une œuvre, il se renseigne sur le sujet en allant sur
le terrain).
En 1867, il publie Thérèse Raquin (jouée au théâtre en 1873), son premier
livre reconnu, puis en 1868, il imagine les Rougon-Macquart (1870-1893 : 20
volumes).
Les Trois Villes est un cycle romanesque écrit entre 1893 et 1898 après Les
Rougon-Macquart. Ce sont Lourdes, Rome et Paris, dans lesquels Zola
s'interroge sur la place de la religion dans la société moderne, et la
confrontation entre bourgeoisie et monde ouvrier.
Les Quatre Évangiles est le dernier cycle romanesque conçu par Zola de 1898
à sa mort, seuls les trois premiers romans de la série : Fécondité, Travail et
Vérité ont été publiés. Justice, le dernier projet du romancier, n'a été
qu'ébauché.

Dans ces œuvres, il fait de longues descriptions très détaillées, il essaye de


donner au lecteur une vision réelle du monde, même s’il n’est pas forcément
très beau. C’est un romancier très noir, la plupart de ses œuvres se terminent
mal, mais ses thèmes sont principalement le monde ouvrier, le monde des
affaires, le petit peuple de Paris, la nature, le corps…
Il devient chef du naturalisme en 1876, et en 1879 il écrit en compagnie de
Maupassant et d’autres auteurs, Les Soirées de Médan, le manifeste du
naturalisme.
Il écrit l’article J’accuse dans le journal « L’Aurore » où il défend Dreyfus et
accuse le commandant Esterhazy, en 1898.
Zola est plus un auteur naturaliste que réaliste.
Sa carrière se partage entre ses romans dont la grande fresque des Rougon-
Macquart et ses essais et poèmes.

Bibliographie :
L’assomoir (1877, 7ème volume) qui lui permettra d’acheter une maison à
Médan.
Germinal (1885, 13ème volume).