Vous êtes sur la page 1sur 21

Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

CHAPITRE 6: VERIFICATION DE LA STABILITE DE LA POUTRE ET


Chapitre 03 CALCUL DES DEFORMATIONS

6.1. Introduction
Une fois la section des poutres principales est déterminée puis vérifiée, on passe à l’étape de vérifier
la stabilité de la poutre entière et les déformations sous l’effet des charges et surcharges appliquées.
6.2. Contraintes de cisaillement 
L’effort tranchant est repris entièrement par l’âme de la section mixte, on doit donc vérifier la
conditionξ < ξ́ , afin qu’il n’y ait pas un éventuel cisaillement :

ξ́=0,6× σ e =0,6 × 3600=2160 kg /cm2


On a :
T max
ξ max =
h× e
h : La hauteur de l’âme =165cm
e : L’épaisseur de l’âme =1,6 cm
La section de l’âme est constante ¿ 165 ×1,6=264 cm 2

Section
0 1 2 3 4 5 6 7
T(kg) 155,419 148,642 129,586 110,52 91,472 72,302 53,246 33,987
9
kg 588,708 563,038 490,856 418,67 346,485 273,871 201,689 128,739
ξ( 2)
cm 0

Dans tous les cas nous avons ¿ ξ́=2610 kg /cm 2 , il n’y a pas de risque de cisaillement pour la
poutre , même en section d’appui.
6.3. Vérification au voilement de l’âme de la poutre 
L’âme de la poutre est par définition une plaque de dimension (a×b) avec a= α.b et d’épaisseurs e.
Cette plaque est délimitée par les semelles d’une part et les raidisseurs verticaux (entretoises)
d’autre part.

Page 1
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

La flexion pure provoque au niveau de la plaque (la tôle) les contraintes de compression dans la
partie supérieure et des contraintes de traction dans la partie inferieur.
La vérification de la stabilité au voilement de l’âme de la poutre se fera conformément a l’article
18.3 figurant dans le journal officiel du fascicule 61 titre (V) qui stipule : la vérification de la stabilité
au voilement se fera sur chaque panneau de l’âme (supposés articulés sur les bords ) délimités par la
semelle supérieure , la semelle inferieure et les entretoises . On vérifiera donc pour chaque panneau
la condition suivante et ceci à mi distance.
σ 2 ξ
σ ξ ( )
( Sσ ¿ ) + ¿ ≤ 1

1,8 siψ =1
Avec : Sσ =¿
{
1,4+0,4 ψ si−1 ≤ψ ≤1
1 si ψ ≤−1
ξ ¿ et σ ¿ Étant les contraintes critiques de voilement, elles sont données par les formules de Ciolina :
π2E e 2
σ ¿=K σ ×σ e = 2
×( ) Kσ
12(1−V ) b
¿ π2 E e 2
ξ =K τ × σ e = ×( ) K τ
12(1−V 2) b
E : module d’élasticité de l’acier =21 ×10 5 t/m2
V : coefficient de poisson, pris égal a 0,3 pour l’acier
ψ=σ /σ ' avec : σ : contrainte de traction.
ψ : Est definit par suit  : σ ' : Contrainte de compression.

Flexion Flexion composée

π2 E e 2 3,142 ×2,1 ×106 1,6 2 kg


σ= 2
12(1−υ ) b
= () 2
12(1−0,3 ) 165 ( )
=178,290 2 .
cm
Les valeurs de k ξ , k σ peuvent être déterminé en utilisant les abaques de KLOPPEL et SHEER
déterminé suivant les formules tirées à partir de la théorie des abaques en fonction de :
a σt
α= ψ=
b σc
Compression
alors :¿

Page 2
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

Pour le cisaillement :
4
α ≥ 1 alors K ξ =5,34+
α2
5,34
α <1 alors K ξ =4+
α2
b. Contrainte au niveau de chaque panneau 
L’entretoise est décomposée en 7 parties égales comme suit :

P1 P2 P3 P4 P5 P7
6,48m
4,98m 4,98m 4,98m 4,98m 4,98m 4,98m 4,98m

34,90 m
Le moment fléchissant et l’effort tranchant ont été déjà calculés au niveau des sections 1,3,5 et 7
correspondant aux milieux des panneaux 1,3,5 et 7.
S1 S3 S5 S7
kg 563,038 418,670 273,871 128,739
ξ( 2)
cm
kg 999,355 1785,342 2247,615 2359,973
σ s( 2 )
cm
kg 851,202 1802,267 1792,285 1839,854
σi( 2 )
cm Panneau Panneau7
Panneau3 Panneau 5
On 1 doit
Vérifier a (m) 4,98 4,98 4,98 4,98 la
b (m) 1,65 1,65 1,65 1,65 condition :
e (m) 1,6 1,6 1,6 1,6
Par α= a/b 3,018 3,018 3,018 3,018 symétrie
on a : Kξ 5,779 5,779 5,779 5,779
π2 E e 2
178,290 178,290 178,290 178,290
-
(1)
2
12(1−υ ) b () Panneau
est
1030,338 1030,338 1030,338 1030,338 identique
ξ∗¿ K ξ ×σ e
au panneau
(4) ξ 563,038 418,670 273,871 128,739 du point
de 2 vue charge
ξ 0,299 0,165 0,071 0,016
et ( ) géométrie.
ξ¿
- Panneau
σs -991,37 -1785,342 -2247,615 -2359,973
(2) est
σi 825,564 1802,267 1792,285 1839,854 identique
au panneau
σi -0,780
(5). ψ= -0,833 -1,009 -0,797
σs
Les différents
Sα 1,067 1 1,081 1,088
éléments de calculs
Kα 19,793 23,9 18,980 18,606
sont consignés
dans le 3528,894 4261,131 3383,944 3317,264 tableau ci-
σ ¿= Kα×σ e
après .
0,090 0,175 0,515 0,600
Sσ σ 2
( ) avec σ .=σ s
σ¿ Page 3

σ 2 ξ 0,568 0,824 0,781


( )( )
Sσ ¿ + ¿ ≤ 1
σ ξ
0,900
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

Conclusion 
Dans chaque panneau on a :
σ 2 ξ
( )( )

σ¿
+ ¿ ≤ 1  Condition de voilement est vérifiée.
ξ
6.4. 5.5.3. Calcul des déformations de la poutre 
6.4.1. Calcul de la flèche maximale 
Le calcul se fait en considérant les efforts répartis, non pondérés et non majorés poutre PRS soumise
au différents cas de charges.
6.4.1.1. Charge permanente
Pour une charge uniformément répartie, la flèche maximale est donnée par la formule est donnée
par la formule suivante :
M max ×l 2
f max = à mi− port é e .
9,6 E I
Ou :
EI : Rigidité à la flexion.
I =I ∞=3697180,323 cm 4
M max =q ׿ ¿
D’où :
M max ×l 2 342,641× 34902 ×10 5
f max = = =5,600 cm .
9,6 E I 9,6 ×2,1 ×106 ×3697180,323
f cp=ψ × f max =0,25 ×5,600=1,400 cm
6.4.1.2. b. Complément de charge permanentes
I =I 18=7606475,743 cm4 .
M max =4,035 ׿ ¿
D’où :
153,583 ×34902 ×105
f max = =1,220 cm
9,6 × 2,1× 106 × 7606475,743

Page 4
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

f Ccp =ψ × f max =0,25 ×1,220=0,305 cm


6.4.1.3. Surcharge A(l)
Pour Trois voies chargées :
I =I 6=10352528,323 cm4 .
M max =9,464 ׿ ¿
D’où :
360,226 ×34902 ×105
f max = =2,102 cm
9,6 × 2,1× 106 × 10352528,323
f Al=ψ × f max=0,25× 2,102=0,525 cm
6.4.1.4. Surcharge sur trottoirs 
a) Un trottoir chargé :
M max =0,15 ׿ ¿
D’où :
5,709 ×34902 ×105
f max = =0,033 cm
9,6 × 2,1× 106 × 10352528,323
f Al=ψ × f max=0,776× 0,033=0,026 cm
6.4.1.5. Système Bc  R
12t 12t 6t 12t 12t 6t

8,675m 1,5 4,5 1,5 4,5 9,725m

1,725 1,725 1,725


L=34,90 m
Pour les différentes positions du convoi nous avons remarqué précédemment que M max est obtenue
avec le 3eme essieu, la section dangereuse étant situé à 1,725 cm de l’axe de symetrie de la poutre,
par conséquent la flèche maximale sera celle obtenue dans cette position de convoi.
La méthode de calcul consiste à déterminer la flèche à mi-travée qui est une flèche totale pour
chaque essieu. En suite par principe de superposition on fait la somme de toutes les flèches
élémentaires, en tenant compte des coefficients de répartition transversale. Dans le cas d’une charge
ponctuelle, la flèche à mi-travée est donnée ainsi :

( L2 )= 48P×EaI (3 L −4 a ).
0< x <a : f x= 2 2

L P ×b
a< x < L :f ( x= )= 2 2
(3 L −4 b ).
2 48 E I
a) 1er essieu de 12 t
a= 8,675m x=17,45m

Page 5
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

I =I 6=10352528,323 cm4 .
12× 103 × 8,675 ×102 2 2
f max = 6
( 3× 3490 −4 ×867,5 )=0,302 cm .
48× 2,1× 10 ×10352528,323
b) 2eme essieu de 12 t
a= 10,175 m , x=17,45m
I =I 6=10352528,323 cm 4 .
12 ×103 ×10,175 ×102 2 2
f max = (3× 3490 −4 ×1017,5 )=0,356 cm
48× 2,1× 106 ×10352528,500
c) 3eme Essieu de 6 t
a= 14,675 m x=17,45m
I =I 6=10352528,500 cm4 .
6 ×103 ×14,675 ×102 2 2
f max = 6
(3× 3490 −4 ×1467,5 )=0,223 cm .
48× 2,1× 10 ×10352528,500
d) 4 eme Essieu de 6 t
a= 9,725 m x=17,45m
I =I 6=10352528,500 cm4 .
6 ×103 ×9,725 ×10 2
f max = 6
( 3 ×3490 2−4 × 972,52 )=0,164 cm .
48× 2,1× 10 ×10352528,500
e) 5eme Essieu de 12 t
a= 14,225 m x=17,45m
I =I 6=10352528,500 cm4 .
12 ×103 ×14,225 ×102 2 2
f max = 6
(3× 3490 −4 ×1422,5 )=0,455 cm.
48× 2,1× 10 ×10352528,500
f) 6 emeEssieu de 12 t
a= 15,725 m x=17,45m
I =I 6=10352528,500 cm 4 .
12 ×103 ×15,725 ×102
f max = 6
( 3 ×3490 2−4 × 1572,52 )=0,480 cm
48× 2,1× 10 ×10352528,500
La flèche selon le nombre de files considéré est alors :
1) Flèche due à une file 
f 1 f = ( 0,302+ 0,356+0,223+0,164 +0,455+0,480 ) ×1,2 ×0,572=1,359 cm.
2) Flèche due à deux files 
f 2 f = ( 0,302+ 0,356+0,223+0,164 +0,455+0,480 ) ×1,1 ×0,477=1,039 cm.
3) Flèche due à trois files 

Page 6
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

f 2 f = ( 0,302+ 0,356+0,223+0,164 +0,455+0,480 ) ×0,95 × 0,436=0,820 cm .


6.4.1.6. Système Bt 

16t R 16t

0,337 1,013
17,112 16,43
er 5
a) 1 essieu de 12 t
a= 17,112 m x=17,45m
I =I 6=10352528,500 cm4 .
16 × 103 × 17,112× 102
f max = 6
( 3 ×3490 2−4 × 1711,22 )=0,645 cm .
48× 2,1× 10 ×10352528,500
b) 2é me Essieu de 12 t
a= 16,437 m , x=17,45m
I =I 6=10352528,500 cm 4 .
16 ×103 ×16,437 ×102 2 2
f max = 6
( 3× 3490 −4 ×1643,7 )=0,643 cm .
48× 2,1× 10 ×10352528,500
La flèche selon le nombre de files considéré est alors :
1) Flèche due à un tandem 
f 1 f = ( 0,645+ 0,643 ) × 0,553=0,712cm .
2) Flèche due à deux tandems 
f 2 f = ( 0,645+ 0,633 ) × 0,440=0.562cm .
6.4.1.7. Système Mc120 

L
a 6,1m a a 6,1m a
f 1 max=(f 2max −f 3 max . ) ×ψ .

Dans notre cas : a= 14,40 m, L = 34,90, I =I 6


D’après l’RDM, la flèche en (2) est donnée par la formule suivante :
4
5 P L4 5 18,033× 10× ( 3490 )
f 2 max= = =16,023 cm
384 EI 384 2,1 106 ×10352528,500
L’expression de la flèche en 3 :

Page 7
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

A mi-travée on a :
18,033× 10× 14,402 × 104
f 3 max= 6
( 3 ( 3490 )2−2 ( 1440 )2 )=11,597 cm
48× 2,1× 10 × 10352528,500
f max =( f 2 max −f 3 max ) ×ψ =( 16,023−11,597 ) × 0,443=1,961 cm

Page 8
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

6.4.1.8. convoie D240 

a 18,6 a L a 18,6 a

f 1 max=(f 2max −f 3 max. )×ψ .


Dans notre cas : a= 8,15 m , L = 34,90m , I =I 6
La flèche en (2) :
4
5 P L4 5 12,903× 10× ( 3490 )
f 2 max= = =11,465 cm
384 EI 384 2,1 106 ×10352528,500
La flèche en( 3) :
A mi-travée on a :
12,903 ×10 × 8152
f 3 max= 6
( 3 ( 3490 )2−2 ( 815 )2 ) =2,887 cm
48× 2,1× 10 × 10352528,500
f max =( f 2 max −f 3 max ) ×ψ 1=( 11,465−2,887 ) ×0,364=3,122 cm
6.4.1.9. Différence de température 
L’action de l’écart de température se traduit par un moment de flexion dont la valeur est :
C=F × Z Avec F=∑ Eb × B .
F=3 ×10−4 ×140000 ×8360=351120 kg

Z : Bras de levier (distance entre le centre de gravité de la section mixte et celui de la section du
béton).
Z=Z =b15=66,688 cm ⇒ c=351120 × 66,688=234,155 t . m .
La flèche est donnée par la formule :
I 15=8055085,314 c m4
L2 3490 2 ×105
f =c × =234,155× =2,107 cm
8. E . I 8× 2,1× 106 × 8055085,314
La flèche totale que subit la poutre :
f max =( f cp +f ccp + f t + f D )=¿ (1,400+ 0,305+ 3,122 + 2,107 )= 6,934 cm .
L 3600
La flèche admissible : f a= = =12cm .
300 300
Donc on a :
f max < f a ⇒ condition v é rifié
Remarque 

Page 9
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

En ouvrage d’art il n’y a pas réellement une flèche admissible cependant on peut comparer f maxà
L
f a= , f étant admise du point de vue théorique.
300 max
6.4.2. Calcul et vérification des rotations 
Le calcul se fait en considérant les efforts repartis non majorés et non pondérés, on calcul une
rotation fictive de l’ensemble du pont en considérant la rigidité à la flexion d’une seul poutre , puis
on fait intervenir le coefficient de répartition pour aboutir à la rotation réelle que peut subir la
section d’appui d’hune poutre .
6.4.2.1. Charge permanente
I =I ∞=3256497,551 cm 4 .
q l3 9,002× 10 ×34903
θ= = =0,0233 rd
24 EI 24 ×2,1 ×106 ×3256497,551
la rotation répartie est donc :
θ p =θ ×ψ=2,33 ×10−2 × 0,25=5,825 ×10−3 rd .
6.4.2.2. complément de charge permanente
I =I 18=6420508,157 cm4.
q l3 4,035 ×10 ×34903 −3
θ= = =5,3 × 10 rd
24 EI 24 ×2,1 ×106 ×6420508,157
La rotation répartie est donc :
θ p =θ ×ψ=5,3 ×10−3 × 0,25=1,325 ×10−3 rd .
6.4.2.3. Surcharge A(l) 
I =I 6=8467426,858 cm4
q l3 9,464 ×10 ×34903 −3
θ= = 6
=9,427× 10 rd .
24 EI 24 ×2,1 ×10 ×8467426,858
La rotation répartie est donc :
θ p =θ ×ψ=9,427 × 10−3 ×0,25=2,357 ×10−3 rd .
6.4.2.4. Surcharge du trottoir 
 1 trottoir chargé :
q l3 0,15 ×10 ×34903 −4
θ= = 6
=1,494 × 10 rd
24 EI 24 ×2,1 ×10 ×8467426,858
La rotation répartie est donc :
θ p =θ ×ψ=1,494 × 10−4 × 0,776=1,159 ×10−4 rd .
6.4.2.5. Système Bc 
Il est jugé utile de rappeler que pour une charge concentrée la rotation est donnée par la formule :
p ×a
θc = ∑ ( 1−a )( 2 l−a )
6 EI P

Page 10
a

L
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

8,675 1,5 4,5 4,5 1,5 4,5 9,725

12× 867,5
θc 1 = ( 3490−867,5 )( 2 ×3490−867,5 )
6 ×2,1 ×3490 ×106 × 8467426,858
−3
θc 1=1,560 ×10 rd
12× 1017,5
θc 2 = ( 3490−1017,5 ) ( 2 ×3490−1017,5 )
6 ×2,1 ×3490 ×10 6 × 8467426,858
θc 2=1,686 ×10−3 r
6 ×1467,5
θc 3 = ( 3490−1467,5 )( 2 ×3490−1467,5 )
6 ×2,1 ×3490 ×10 6 × 8467426,858
θc 3=0,918× 10−3 rd
6 × 972,5
θc 4 = ( 3490−972,5 ) ( 2× 3490−972,5 )
6× 2,1× 3490× 106 ×8467426,858
θc 4 =0,827 ×10−3 rd
12× 1422,5
θc 5 = ( 3490−1422,5 )( 2 ×3490−1422,5 )
6 ×2,1 ×3490 ×10 6 × 8467426,858
θc 5=1,836 × 10−3 rd
12× 1572,5
θc 6 = ( 3490−1572,5 )( 2 ×3490−1572,5 )
6 ×2,1 ×3240 ×10 6 × 8467426,858
θc 6=1,832 ×10−3 rd
θ BC =8,659 ×10−3
La rotation répartie est donc :
1 file :  θ p =8,659 ×10−3 ×0,572 ×1,2=5,943× 10−3 rd .
2 files : θ p =8,659 ×10−3 ×0,477 × 1,1× 2=9,087 ×10−3 rd
3 files : θ p =8,659 ×10−3 ×0,436 × 0,95× 3=10,760 ×10−3 rd
6.4.2.6. Système Bt  16 16t

Page 11
L
16,775 1,35 16,775
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

16 × 1677,5
θc 1 = ( 3490−1677,5 ) ( 2× 3490−1677,5 )
6 ×2,1 ×3490 ×106 × 8467426,858
θ1=2,401×10−3 rd
θc 2=θ 1=2,401× 10−3 rd
θ Bt=4,802× 10−3
La rotation répartie est donc :
1 Tandem: θ p =4,802 ×10−3 ×0,553 × 1=2,655 ×10−3 rd .
2 Tandems : θ p =4,802 ×10−3 ×0,440 × 2=4,226 × 10−3 rd
6.4.2.7. Système Mc120

14,40 6,1 14,40

p ×10 3
θ= ( l + 4 a3−6 × a2 × l )
24 E I
18,033 ×10
θ= 6
( 34903 + 4 ×14403 −6 ×14402 × 3490 )
24 2,1×10 × 8467426,858
θ=4,655 ×10−3rd
La rotation répartie est donc :
θ p =4,655 ×0,443 ×10−3=2,062 ×10−3 rd
6.4.2.8. Convoi D240

8,15 18,6 8,15

p ×10 3
θ= ( l + 4 a3−6 × a2 × l )
24 E I
12,903 ×10
θ= 6
( 34903 + 4 ×8153 −6 ×815 2 ×3490 )
24 2,1×10 × 8467426,858
θ=0,930 ×10−2rd
La rotation répartie est donc :
θ p =0,930 ×10−2 ×0,364=3,385 ×10−3 rd
6.4.2.9. Effet de L’écart de température 

Page 12
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

C ×L 234,155× 3490
θ= = =2,877 ×10−3 rd
2. E . I 2× 21× 6763881,958
la rotation totale que subit la poutre  est alors :
θ=θCp +θ Ccp +θt +θ D
θ=5,825× 10−3 +5,3 ×10−3+2,877 × 10−3 +3,385 ×10−3
θ=17,387 ×10−3 rd .
6.5. Vérification au déversement  de la poutre
Pour le cas du déversement en flexion simple et selon le fascicule V, il est justifié que la contrainte
due a la flexion présente une sécurité par rapport à la contrainte critique de déversement calculée à
partir du moment critique de déversement, si σ f* est la contrainte critique de déversement, en
admet que la sécurité est obtenue si la contrainte σ f due aà la flexion satisfaite à la condition
suivante :
σf ≤f ¿
Avec : f ( σ ¿f )=σ e ¿
Le moment critique de déversement est donnée par la formule :

¿ m 1 m2
M = √ E × I Y × G× J
L
Ou :
L : la porté de la pièce fléchée = 4,98 m (longueur de panneau).
b : Hauteur de la pièce (b=1,71 m a mi-porté).
I Y : moment d’inertie transversal par rapport à un axe G y (situé dans le plan de flexion.)
J : Moment d’inertie de torsion de la pièce.
E et G : module d’élasticité longitudinal et transversal.
Avec :
1
G= E.
2(1+ γ )
γ : (Coefficient de poisson) = 0,3.
1,5× 603 3 ×80 3 165× 1,63 2,5 ×60 3 4
I y= + + + =200056,324 cm
12 12 12 12
2,1 ×10 6 kg 5 kg
G= =807692,308 2 =8,007 × 10
2(1+0,3) cm cm2
D’où :
1
J= ( 2,53 × 60+165 ×1,63 +33 × 80+1,53 × 60 )=1325,28cm4
3
On pose :
4 G ×J I 4 ×8,077 × 105 × 1325,28 498 2
2
a=
E×Iy b ()
=
2,1× 106 × 200056,324 171 ( )
=0,0864

a=0,294
La Contrainte de flexion due au poids propre de l’acier est :

Page 13
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

kg
P Acier =ρacier × A Acier =7850 ×0,05775=453,338 =0,4533 t /ml
ml
0,453× 34,92
M p=1,35 =93,109 t . ml
8
M M 93,109 ×10 5 kg
σ p= = = =268,572 2
W I∞ 34668,107 cm
VS
On suppose que la charge due au poids propre de la poutre est uniformément répartie sur toute la
longueur de cette dernière et appliquée au niveau du CDG, dans ce cas le moment critique de
déversement est donnée par :

¿ m 1 m2 ❑
M = √ E × I Y ×G × J
L
Dans notre cas : m1 =3,59
m2=❑√ 1+ ¿ ¿
3,59 ×10,729
M ¿= √ 2,1 ×106 ×200056,324 × 8,077 ×105 ×1325,28=16401,705t . m
4,98
M ¿ M ¿ 16401,705 ×105 kg
σ p¿= = = =47310,645 2
W I∞ 34668,107 cm
VS
Remarque 
Pour la vérification de notre poutre au déversement rendant le lançage, il suffit de calculer le
moment max en considérant la demi- longueur comme étant une console c'est-à-dire :
l 2
G( )
2 G L2
M= =
2 8
C’est le même moment que sous le poids propre de la poutre d’où le déversement est
automatiquement vérifié. En service il n’y a pas le risque de déversement car la semelle supérieure
de la poutre est connecté à la dalle par des organes d’attaches se qui constitue un contreventement
très rigide qui permet de prémunir notre section contre toute risque de déversement.
6.6. Vérification des joints boulonnés sur la poutre 
Comme tenue des difficultés rencontrées pendant la construction d’un pont, particulièrement le
transport des éléments préfabriqués, les dimensions des tôles d’acier disponibles sur le marché, il
n’est pas possible de préfabriqué des éléments de très grande longueur, ca se pose donc des
problèmes d’assemblage dans le chantier. Cet assemblage est réalisé par des joints boulonnés qui
doivent satisfaire aux conditions de résistance de la poutre.
Les boulons qu’on va utiliser serons du type HR 10/9 n, de diamètre 30 mm.
Les surfaces à serrer seront brossées à la brosse métallique.
L’effort admissible par boulon est donné par la formule suivante :
F=0,8 × Ω× σ e × φ ( article 29.11 titre Vdu ccp).
Ω : La section du boulon.

Page 14
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

σ e :Limite d’élasticité du métal constituant le boulon.


φ ≔0,3 : coefficient de frottement de la surface de contact.
Etant donné que nous sommes en présence d’un double frottement (3 pièces à assembler) .
La force admissible par boulon est :
F=2 ×0,8 × Ω× σ e × φ
2 kg
Boulon HR 10/9 ⇒ Ω=561 mm , σ e =90 2
=9000 kg/cm2
mm
F=2 ×0,8 ×561 ×90 × 0,3=24235,2 kg
 Semelle supérieure 
On va prévoir des couvre joints de 600 ×15 mm2 supérieurement et 2 couvre joints de
220 ×15 mm2 Inférieurement.
6.6.1. Contrainte de cisaillement à la distance x=7 m
6.6.1.1.Charge permanente 

T =9,002 ×17,45−9,002× 7=94,071t


6.6.1.2.Charges permanentes complémentaires
T =4,035 × 17,45−4,035 × 7=42,0166 t
6.6.1.3.Système Bc 
Nous n’étudions que le système Bc étant donné qu’il est le plus défavorable pour toutes les sections

Y 1 27,90
= Y1=0,799
1 34,9

Y1 Y2 Y3 Y4 Y5 Y6
0,799 0,604 0,501 0,398 0,355 0,261

T =12 × ( 0.799+0.604 +0.398+0.355 ) +6 × ( 0.501+ 0.261 )=30,444 t .ml


1 file : T =30,444 ×1.2=36,533 t . ml
2 files :T =30,444 ×1.1 ×2=66,977 t . ml

Page 15
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

3 files :T =30,444 × 0,95× 3=86,765 t .ml


6.6.1.4.Trottoir 
x=7 m
27,9
y= =0,799
34,9 y
( 0,779× 27,9 )
T= 0,15=1,63 t
2
7m 26,9 m
27

L’effort tranchant réparti, majoré et pondérés est résumé dans le tableau suivant :
6.6.1.5.Tableau récapitulatif 
Charges ψ δ α T(t)
Cp 0,25 / 1,35 31,749
Ccp 0,25 / 1,35 14,181
Convoi MBc 0,436 1,101 1,6 66,640
trottoir 1 trott 0,776 / 1,6 2,024
2 trott 0,25 / 1,6 0,652
T=Ccp+cp+Mbc+2trott=113,222 t
La Contrainte de cisaillement max est alors :
T max 113,222 2
ξ= = =428,871 kg /cm
h . e 165× 1,6
6.6.2. Contrainte de flexion au droit des joints à la distance x=7 m
6.6.2.1.Charge permanente 
7
M =9,002 × (34,9−7 ) =879,045 t . m
2
6.6.2.2.Charges permanentes complémentaires
7
m=4,035× ( 34,9−7 )=394,018 t . m
2
6.6.2.3.Système Bc 

y 27,9
= y=5,596
7 34,9

Page 16
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

Y Y2 Y1 Y3 Y4 Y5
5,596 4,796 1,199 4,894 4,593 3,690

M =∑ pi ×Yi
M =12 × ( 1,199+ 4,894+ 4,593 )+ 6 × ( 4,796+ 3,690 )=179,148 t . m
1 file : M =179,148 ×1.2=214,978t . m
2 files : M =179,148 ×1.1 ×2=394,126t . m
3 files : M =179,148 ×0,95 × 3=510,572 t . m
6.6.2.4.Trottoir 
x=7 m

M ( x )=0,15× ( 72 )× (34,9−7 ) =14,647 t . m


6.6.3. Récapitulation des Sollicitations
6.6.3.1. effort tranchant
Charges ψ δ αT(t)
Cp 0,25 / 1,35 296,777
Ccp 0,25 / 1,35 132,981
systeme Bc 0,436 1,101 1,6 392,149
trottoir 1 trott 0,776 / 1,6 18,186
2 trott 0,25 / 1,6 5,859
6.6.3.2. Contrainte de flexion 
M×VS M×Vi
σ S= σ i=
I I
kg kg
Charges η M (t . m) σ s ( 2
) σi( 2 )
cm cm
Cp ∞ 296,777 -889,621 673,324
Ccp 18 132,981 -109,624 245,585
∆T 15 204,008 -652,323 123,573
System
Bc 6 410,335 -118,132 712,964

∑σ 1755,44
/ / -1769,7 6
On constate que :
kg kg
σ S <¿ σ ec=2400 2 et
σ i <¿ σ et=2700 2
cm cm
kg
La contrainte de compression σ S à 7 m et de 1769,7 de la même méthode que la contrainte
cm2
de flexion.
La section de la semelle supérieure (600×25)  :

Page 17
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

Ω=60 ×2,5=150 cm2


F ' =1769,7× 150=265455 kg
n : Nombre de boulons nécessaires.
F ' 265455
n= = =10,95
F 24235,2
soit : n=12 boulons
δ p : Pince longitudinale.
2 d ≤ δ p ≤ 2,5 d
δ t :Pince transversale.
1,5 d ≤δ t ≤ 2,5 d
d : diamètre des trous .
δ 1 :entre axe de 2 boulons hor
δ=
{
δ 2 :entre axe de 2 boulons ver
3 d ≤ δ. ≤ 5 d D=30 mm
δ p=70 60< δ p <75
δ t=60 45< δ t <75
δ 2=140 105<δ 2 <150
δ 1=δ 2=140 105<100<150
Donc :
b=2 ×60+3 ×140=540 mm=54 cm.

a-a
15 mm
60 cm 25 mm
15 mm

16 mm
δ t=¿

54 cm

6.7.Vérification des couvres joints 


6.7.1. Supérieur 
Ω1=600× 15=9000 mm 2

Page 18
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

F ' 265455
F 2= = =132727,5 kg .
2 2
132727,5
δ c= =1474,75< 2400 kg/cm2
90
6.7.2. Inférieur 
Ω 1=220× 15=3300 mm2
F ' 265455
F 2= = =66363,75 kg .
4 4
66363,75 kg
δ c= =2011,023<2400
33 cm2
La section de la semelle inferieur (800×30) :
Notons que pour une section soumise à la traction, la section prise en compte dans les calculs de la
section nette.
S=800× 30=24000 mm 2
δ i=1755,446 kg /cm2
F ' =1755,446× 240= 421307,04kg
F=24235,2 kg
F ' 421307,04
n= = =17,38 on prend 18 boulon s
F 24235,2
Section des trous :9 ×30 ×30= 8100mm2.
Section nette : 24000 – 8100 = 15900mm2 .
Vérification des contraintes sur la section nette :
421307,04
δ= =2649,730<2700 kg/cm2
159
On prend :
δ p=75 mm
δ t=70 mm
δ 2=145 mm
800−70.2
δ 1=74,4 mm → δ 2= =82,5 mm
8
δ 2=82,5 mm → b=2 ×75+145 × 8=1310 mm

80 cm 16 mm
330 mm

15 mm
30 mm
Page 19
15 mm
15 mm
a-a
a
131 cm

Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

7. Vérification des couvre joints


En se référant à la figure (ci-dessus) nous remarquons que la section (a-a) est la plus sollicitée,
Les efforts seront calculés conformément aux règles (Fascicule 61titre V) pour la formule :
F∗¿ F a+ 0,6 Fb
¿
Avec : F =5 /8 F ’
5 3
F ¿= ×F’+ F’×0,6 = 0,85F’
8 8
3
F b= F’
8

0,85 F ’=0,85 × 421307,04=358110,984 kg


a. Couvre joints inferieur 
Section brut : 800 ×15=12000 mm ²
Section des trous(30 ×18)×8=4320 mm ²
Section nette :12000−4320=7680 mm ²
358110,984
F ' 1= =179055,492 kg
2
F ' 1 179055,492
δ 1= = =2331,457< δ c=2700kg/cm²
Ω 76,80
b. Couvre joint supérieurs 
Section brute :330 ×15=4950 mm ²
Section des trous :3 ×18 ×30=1620 mm ²
Section nette :4950−1620=3330mm ²
F 2 179055,492/2
δ 2= = =¿ 2688,521 < δ c=2700kg/cm²
Ω2 33,3
c. Vérification de l’âme 
Ω=1650× 16=26400 mm ² ,σ = 450,1kg/cm²
F ’=450,1.264=118826,4 kg
F=19543,7 kg
118826,4
n= =4,903 soit 6 boulons
24235,2
δ p=60 mm a=600mm

Page 20
Chapitre 6 : vérification de la stabilité de la poutre et calcul des déformations

δ 1=120 mm
δ 2=140 mm b=240mm
δ t=50 mm
Epaisseur de la plaque :e=10 mm
Section brute :1650 ×16=26400 mm ²
Section des trous : 5×30 × 10=1500 mm ²
Section nette :26400−1500=24900 mm ²
F 2 118826,4
σ 2= = =¿ 477,214< σ =2160kg/cm²
Ω2 249
 Vérification de la pression diamétrale 
T
≤ 4 σ e, cas de boulons HR
d.e
Avec : T  effort de boulons =24235,2 kg
D=30+ 1=31 mm , e=10 mm
Alors :
19543,7
σ= =6304,419<4.3600 kg /cm ²
3,1.1
Donc : l’assemblage par boulons ne représente aucun risque de rupture.

Page 21

Vous aimerez peut-être aussi