Vous êtes sur la page 1sur 16

LA GESTION DES BONS DE

TRESOR
Plan
Introduction

I- Bon de trésor : Définition, types et


mécanismes de fonctionnement

Section 1 : Définition et caractéristiques du bon de trésor

Section 2 : Types des bons du trésor

Section 3 : Mécanismes de fonctionnement du bon de


trésor

II- modalités de placement et évaluation du bon


de trésor

Section 1 : Adjudication du bon de trésor

Section 2 : Evaluation des bons du trésor

Section 3 : Imposition des bons du trésor

Conclusion

Introduction :

Un bon du trésor est un titre représentant une dette à


court terme de l'Etat. Les bons de trésor peuvent être

9
achetés par des particuliers (bons sur formule) ou par des
banques et autres institutions financières (bons en compte
courant ou certificat de trésorerie). Depuis 1948, les
banques sont obligées de détenir un pourcentage de
l'argent déposé auprès d'elles en bons du trésor. Cela
permet à l'Etat de couvrir une partie de ses besoins de
trésorerie. L'achat et la revente de bons du trésor, en
particulier par la banque centrale, est l'un des principaux
moyens de réguler la quantité d'argent sur le marché
monétaire

Dans notre présent essai on va s’intéresser en


premier lieu à la notion du bon du trésor, ces
caractéristiques, types et son mode de fonctionnement, et
dans un second lieu on va mettre la lumière sur ses
modalités de placement ainsi que son évaluation et son
imposition.

AXE I : Bon de trésor : Définition, types et


mécanismes de fonctionnement
Les bons du Trésor, comme les obligations,
représentent un titre de créance détenue par le prêteur
sur l’emprunteur. Plusieurs sortes de bons du Trésor
coexistent. Ils procurent une rémunération à leur
détenteur suivant certaines caractéristiques.

9
Section 1 : Définition et caractéristiques du bon de
trésor

1) Définition

Un bon du Trésor est un titre de créance représentatif d’un


emprunt dont l’émetteur est un Etat.
Le fait de détenir un bon du Trésor rend alors son
propriétaire (investisseur-épargnant) créancier de l’Etat.
De son côté, l’Etat s’engage à le rembourser à une
échéance déterminée et à verser un intérêt à son porteur.
En Bourse, les bons du Trésor sont négociables sur le
marché monétaire. Ils font partie de la catégorie des Titres
de créances négociables (TCN).
Les bons du Trésor sont communément définis comme étant des titres
d’Etat émis en représentation d’emprunts en vue de financer un déficit
budgétaire ou de drainer l’épargne monétaire des ménages et autres
agents économiques. Instruments couramment utilisés par le Trésor
public, les bons du Trésor sont négociables sur l’ensemble des banques
intervenant sur le marché monétaire.

Un bon du Trésor est un emprunt émis par l’État.


Eèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèè
Un bon du trésor est une créance négociable émise par le Trésor Public
et dont la durée de vie varie entre 4 semaines et 5 ans.

2) Caractéristiques du bon de trésor

Tout bon du trésor a des caractéristiques suivantes :


Le prix d’émission

C’est le prix à payer par le souscripteur au moment de


l’émission du bon. Il est fonction du prix déterminé à
l’issue de la mise aux enchères.

L’intérêt versé

Il s’agit du revenu du bon. Il est versé au créancier à une


date déterminée à l’avance. Le revenu versé est appelé «

9
coupon ». Son montant est obtenu en appliquant le taux
d’intérêt sur le nominal du bon (le nominal est toujours de
1DH).

Exemple:

Un bon du Trésor émis le 12 juin, valeur nominale 1


Dirham, verse un coupon annuel de 3%. L’investisseur qui
acquiert 500.000 Dirhams de nominal recevra durant
toute la durée de l’emprunt, 500.000 × 3% = 15.000
Dirhams d’intérêts, le 12 juin de chaque année.

Le prix de remboursement

Le bon du Trésor est remboursé à sa « valeur nominale »


qui peut être différente du prix d’acquisition, compte tenu
de son mode de placement par enchères. Le
remboursement intervient à la date d’échéance de
l’emprunt. Le remboursement d’un bon peut être
demandé avant son terme, avec un minimum de 3 mois
après sa souscription.

Section 2 : Types des bons du trésor

Deux types de bons existent sur le marché :

* les bons de caisse : Ces bons sont disponibles auprès


des banques ou de la Caisse d’Epargne (pour le bon
d’épargne). Cependant, il peut être avantageux de
fractionner les placement en plusieurs bons pour le cas où
on aura besoin de récupérer une partie des fonds avec le
terme établi (la pénalité de remboursement anticipé
portera uniquement sur le bon liquidé).

9
Le Bon de Caisse classique et le Bon d'Épargne :

Le bon de caisse classique et le bon d'épargne sont des formules de


placement à terme que vous pouvez souscrire auprès de votre banque ou
de votre Caisse d'Épargne. Certaines banques peuvent vous établir un bon
pour le montant de votre choix avec cependant un minimum (en général
1500 €). Si vous placez une somme importante, vous avez généralement
intérêt à fractionner votre placement en plusieurs bons pour le cas où
vous auriez besoin d'une partie des capitaux avant l'échéance. De cette
façon, la pénalité sur le taux ne s'appliquera qu'à la partie remboursée
avant l'échéance initialement prévue

* les bons à intérêt progressif (BIP) : tel le Bon du


trésor qui est une créance sur le Trésor Public à intérêts
progressifs (le taux d'intérêt augmente avec le temps). Il
doit être souscrit dans une agence du Trésor Public.
Les intérêts sont progressifs. Plus le bon est conservé longtemps, plus le
taux d'intérêt est élevé.

Trois types de bons du Trésor sont actuellement


disponibles :
- les obligations assimilables du Trésor (O.A.T.) de long
terme (dix ou trente ans) ;

OAT (Obligations Assimilables du Trésor)


Les Obligations Assimilables du Trésor sont des fonds d'Etat émis en
plusieurs tranches successives. Ces fonds constituent le support de
l'endettement à long terme de l'Etat. La maturité est comprise entre 7 et
30 ans. La plupart des OAT sont à taux fixe et remboursables à échéance.
Mais le Trésor émet aussi des obligations à taux variable (OAT TEC 10
indexées sur le taux de l'échéance constante à 10 ans) et des obligations
indexées sur l'inflation (OATi).

Eèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèè

Ce sont des titres d'obligation d'emprunt émis par l'Etat, d'une durée de 7
à 30 ans. On les appelle assimilables parce que dès qu'un nouvel emprunt
est émis il peut être assimilable à l'emprunt antérieur aux même taux,
mêmes échéances et mêmes modalités de remboursement. Comme les

9
obligations Assimilables du Trésor ne présentent aucun risque, l'OAT 10
ans est l'indicateur phare des emprunts à taux fixes.

- les bons du Trésor à taux fixe et à intérêt annuel (BTAN)


d'une durée de 2 ou 5 ans
Le Bon du Trésor à taux fixe et à intérêt annuel (BTAN)

Il est émis pour répondre aux besoins de financement à moyen


terme de l’Etat. Sa maturité est de 2 ou 5 ans. Il est émis par
adjudication, le troisième jeudi de chaque mois, dans le cadre d’un
calendrier semestriel publié à l’avance.
L’échéance des BTAN ainsi que la date de paiement du coupon sont
fixées au 12 du mois.
Eééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééé
Les Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt annuel (BTAN) sont émis
pour un endettement à moyen terme : 2 à 5 ans. L'échéance d'un
BTAN est fixée le 12 du mois.

- les bons du Trésor à taux fixe et intérêt précompté (BTF)


de moins d'un an.

Le Bon du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté (BTF)

Il est émis pour répondre aux besoins de financement à court terme de l’Etat. Sa
maturité est de 3, 6 ou 12 mois. Il est émis chaque lundi par adjudication, dans le
cadre d’un calendrier trimestriel publié à l’avance. Les intérêts sont dits « précomptés
» et sont versés le jour de l’acquisition du bon.

Les Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté (BTF) sont


l'instrument de gestion de la trésorerie de l'État, donc utilisés à court
terme, c'est-à-dire pour une durée inférieure à un an, généralement 3
ou 6 mois.

Section 3 : Mécanismes de fonctionnement du bon


de trésor

En souscrivant des bons du trésor des perceptions du


trésor, à la poste ou au sein des institutions financières, on
prête de l’argent à l’Etat pour plus en moins longue.

9
Les gouvernements émettent des bons du Trésor en très
grosses coupures. Les banques et les courtiers en valeurs
mobilières les fractionnent et les vendent ensuite aux
épargnants.
Lorsque vous achetez un bon du Trésor, vous le payez à un
prix inférieur à sa valeur nominale. Autrement dit, vous le
payez à un prix moindre que ce que vous en obtiendrez
lorsque le gouvernement vous le remboursera. Les bons
du Trésor sont généralement offerts à des échéances
variant d'un mois à un peu moins d'un an.
Supposons que vous achetez un bon du Trésor 1000 DH et
en obtenez 1 025 DH à son échéance, un an plus tard. Le
rendement correspond à un pourcentage du placement
initial, dans notre exemple, il serait de 2,5 % (25 DH sur
1000 DH).
Même si le rendement des bons du Trésor est un gain en
capital, du point de vue fiscal, il est considéré comme un
revenu d'intérêt, donc imposable à 100 %.

Rendement du bon de trésor :


Le rendement des bons du Trésor est généralement
inférieur à celui des placements à plus long terme.
Cependant, il s'agit d'un investissement idéal pour
l'épargnant qui ne peut se permettre de risquer son
argent.
Si vous pensez que le marché des actions ou celui des
obligations va s'effondrer, les bons du Trésor constituent
un bon refuge pour garder votre argent à l'abri pendant un
petit moment.

9
Les investisseurs qui disposent de liquidités importantes
préféreront généralement investir dans des bons du Trésor
plutôt que de laisser leur argent à la banque, car les
dépôts sur les comptes bancaires ne sont assurés que
pour 100 000 $ ≈ 820 000 DH.

Donc, les bons du trésor sont réputés constituer un


placement des plus sûrs, surtout lorsque leur échéance
est de trois mois ou moins. Si vous avez besoin de votre
argent avant l'échéance, vous pouvez toujours vendre vos
bons du Trésor, sur le marché, ouvert par l'intermédiaire
d'un courtier.

AXE II : modalités de placement et évaluation


du bon de trésor
La circulaire n°3/G/95 de Bank Al Maghreb relative à
l'adjudication des bons du trésor, a pour objet de fixer les
modalités d'application de l'arrêté du Ministre des
Finances du 23 janvier 1995 relatif à l'émission de bons du
Trésor par voie d'adjudication.
Le premier article de cette circulaire décide que toute
personne physique ou morale, résidente ou non résidente,
peut soumissionner aux adjudications des bons du Trésor.

Lors du présent chapitre on va se focaliser sur la méthode


d’adjudication, sur l’évaluation du bon du trésor et son
imposition.

Section 1 : Adjudication du bon de trésor

9
D’abord on va présenter deux types d’adjudication à
savoir l’adjudication à la hollandise et l’adjudication à la
française :

- Adjudication à la «hollandaise»:
Ce type d’adjudication correspond à une nouvelle
technique d’émission des emprunts d’Etats et des bons du
trésor. Il ne s’agit plus maintenant de céder ces titres à un
syndic bancaire chargé d’en garantir le placement
moyennant une commission. Les titres sont dorénavant
vendus aux plus offrants (les offres sont présentées sous
plis cachetés) lors d’une réunion organisée par le trésor où
siègent les établissements financiers qu’il a sélectionnés
et qui répondent à l’appellation de spécialistes en valeurs
du trésor (S.V.T) et correspondants en valeurs du trésor
(C.V.T). Voir à spécialistes en valeurs du trésor.
««««««««««««««««««««««««

Adjudication « à la hollandaise »
Théme : Finance

Technique d’émission des emprunts d’Etat et des bons du Trésor


utilisée en France depuis 1985. Les titres ne sont plus cédés à un
syndicat bancaire qui en garantit le placement moyennant une
commission. Ils sont vendus aux plus offrants lors d’une réunion
organisée par le Trésor avec une quinzaine d’établissements
financiers (principalement des Spécialistes en Valeurs du Trésor).
Les offres sont remises au Trésor et servies par ordre décroissant,
dans la limite des besoins préétablis.

‘’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’

L'adjudication à la hollandaise est une technique de vente au


cours de laquelle un bien est mis aux enchères à un prix plus élevé
que sa valeur et dont le prix est progressivement abaissé jusqu'à ce
qu'il trouve acheteur. Ce type d'enchères doit son nom à la méthode
utilisée par la bourse aux fleurs des Pays-Bas.

9
- Adjudication à la «française»:
Les adjudications organisées à la française, portent de
façon concomitante sur les offres de placements et les
demandes d’avances, assorties de propositions de taux
d’intérêt, dont la confrontation dégage un taux d’équilibre
auquel sont exécutés les soumissions retenues.
Les montants adjugés sont rémunérés de manière
identique, à hauteur du taux limite retenu (comme c’est le
cas pour le traitement des pensions à une semaine sur
appel d’offres).
L’émetteur retient les soumissions aux taux les moins
élevés jusqu’au total qu’il se propose de mettre en
adjudication. Le taux marginal retenu est le taux appliqué
à l’ensemble des soumissions servies.

Il existe deux types d'émissions par adjudication :

1. Adjudication à la Française : Après dépouillement des ordres d'achat, l'émetteur


fixe le prix minimum à partir duquel les ordres seront servis. Ainsi, les soumissions
retenues seront servies au même prix et pour le même montant.

2. Adjudication à la Hollandaise : L'émetteur sert les soumissionnaires qui ont


proposé les prix les plus élevés puis il descend dans l'échelle de prix jusqu'à ce que le
montant qu'il souhaite obtenir soit atteint. Cette technique se distingue de la première
du fait que le prix payé par les investisseurs n'est pas unique, mais il est égal au prix
qu'ils ont proposé lors des soumissions.

Il convient de distinguer aussi le type de marché dont on


cite :
Sur le marché primaire :

9
Les Bons du Trésor sont émis sur le marché primaire tous les
mardis par adjudication selon la technique dite « à la
hollandaise » qui diffère de la procédure « à la française » où
les montants adjugés sont rémunérés de manière identique,
à hauteur du taux limite retenu

Périodicité : Tous les mardis, pour les bons à 13, 26 et 52


semaines ; le deuxième et le dernier mardi de chaque mois,
pour les bons à 2, 5, 10, et 15 ans ; et enfin, le dernier mardi
de chaque trimestre pour les bons à 20 ans.

 Soumission : La BMCE, en tant qu’Intermédiaire en


Valeurs du Trésor, soumissionne pour son compte propre
et pour celui de ses clients.

 Valeur Ajoutée : Elle leur apporte des conseils de


qualité tant au niveau du choix des maturités qu’au
niveau du prix à proposer.

 Marché primaire :

 La participation à ce marché est limitée à certain


intervenant ainsi seul les banques à charte et les
courtiers en valeurs mobilières agrées comme
distributeurs initiaux sont autorisés à déposer des offres.

Sur le marché secondaire:

 Liquidité : le marché secondaire assure la liquidité


des titres et permet aux clients une négociabilité
permanente des Bons du Trésor.
 Compétitivité : Du fait de la richesse du portefeuille
détenu par la BMCE, la Salle des Marchés peut proposer à
tout moment un large choix de titres et de maturités aux
meilleures conditions du marché.
Avantages

9
 Une grande sécurité assurée par la garantie de la
signature de l’État.
 Des rendements réguliers connus à l’avance.
 Une négociabilité permanente assurée grâce à un
marché secondaire liquide et dynamique.
 Un large choix de maturité qui répond à tous les
horizons de placement.

 Marché secondaire :
 Ce marché, également connue sous le nom de
marché au comptant, s’est fortement développé depuis
quelques temps. En effet, seul une partie des titres
demeures la possession des acheteurs principaux. L’autre
partie est revendue sur le marché à des investisseurs
privés tel que les compagnies d’assurances, les fonds de
pension et autres institutions financières, tout comme les
investisseurs non institutionnels que sont les particuliers
et les entreprises non constituées en sociétés.

Section 2 : Evaluation des bons du trésor

Les bons du Trésor sont vendus à escompte. Le rendement


dont bénéficie l'investisseur correspond à la différence
entre le prix d'achat et la valeur nominale. Le taux de
rendement est calculé en divisant cette différence par le
prix d'achat et en exprimant le résultat obtenu sous la
forme d'un taux annuel, pour une année comptant 365
jours. Par exemple, un prix d'achat de 990,13 DH pour un
bon du Trésor à 91 jours d'une valeur nominale de 1 000
DH donnerait un taux de rendement annualisé de
4,00 p. 100, calculé de la façon suivante :

9
Au Canada, le prix ou cours des bons du Trésor est indiqué
par leur rendement, lequel est calculé comme suit :

Y = rendement indiqué

F = valeur nominale du bon

P = prix

t = nombre réel de jours à courir jusqu'à l'échéance

Le cours d'un bon du Trésor peut être déterminé en


réagençant l'équation qui précède pour calculer (F-P)/P
puis, pour un F donné, la valeur de P.

Section 3 : Fiscalité des bons du trésor

Pour les bons nominatifs émis depuis le 01/01/1995, le


taux du prélèvement libératoire est de 27%, prélèvements
sociaux inclus.

Pour les bons anonymes, le taux du prélèvement est de


71%, prélèvements sociaux inclus. Une taxe particulière
de 2% est en plus perçue sur la valeur du bon au moment
où le remboursement est demandé et ce, autant de fois
qu’il y a de 1er janvier entre la date d’émission et celle du
remboursement.

9
Les taux d’intérêt des bons du Trésor sont identiques dans
tous les établissements.

Les bons, anonymes ou non, peuvent être domiciliés dans


l’établissement ou vous les achetez. Ils sont enregistrés
sous leur numéro d’identification. Cela permet d’éviter
tout risque de vol ou de perte.

Vous pouvez faire opposition sur un bon perdu ou volé. S’il


est domicilié dans un établissement, vous serez
remboursé dans les 6 mois qui suivent l’opposition. Sinon,
vous devez attendre 5 ans à compter de sa date
d’échéance.

Fiscalité des bons du Trésor

Les coupons sont soumis à l’Impôt sur le revenu (IR) et aux prélèvements sociaux. Il
est possible d’opter pour le Prélèvement forfaitaire libératoire (PFL).

La valeur d’un portefeuille de bons du Trésor entre dans le calcul du patrimoine


soumis à l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

(((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((

Fiscalité

Bons anonymes : les intérêts font l'objet d'un prélèvement libératoire au


taux de 60 %, hors prélèvements sociaux. De plus, l'Impôt de Solidarité
sur la Fortune est appliqué d'office sur le montant du bon, au taux de 2 %
à chaque premier janvier. Ces 2 % sont calculés au prorata temporis pour
les placements effectués en cours d'année.

9
Bons nominatifs : les intérêts sont soumis à l'impôt sur le revenu et aux
prélèvements sociaux. Pour le régime applicable, vous avez le choix entre
deux possibilités :

- soit déclarer les intérêts avec l'ensemble de vos revenus ;

- soit opter pour le prélèvement libératoire de 29 % pour 2008,


prélèvements sociaux inclus (30,1% à compter du 1er janvier 2009).

Depuis quelques années, les placements en bons sont moins recherchés.


En effet, soit il s'agit d'un placement nominatif et les formules de SICAV
monétaires permettent d'obtenir sensiblement le même rendement avec
davantage de souplesse, soit il s'agit d'un placement anonyme et aussi
bien la fiscalité que l'application stricte par les banques de la
réglementation sur le blanchiment s'avèrent naturellement dissuasives.

Conclusion :
On constate donc de ce qui précède et à travers les
procédures d’adjudication qui met en concurrence tous les
établissements de crédit selon le principe des appels
d’offres, les bons de trésor est l’outil essentiel du
financement à court terme aussi bien pour l’Etat que pour
les entreprises ou les particuliers.

9
9

Vous aimerez peut-être aussi