Vous êtes sur la page 1sur 85

Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Année académique 2019-2020

Support de Cours de comptabilité analytique première année

Chargé du cours : GBANMETON D Wilfried


Doctorant en sciences de gestion
Contacts : 97 49 21 24 /95 62 74 32

wilfrieddg@yahoo.com
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Objectifs spécifiques

L’objectif de ce cours est de donner aux étudiants les fondamentaux de la comptabilité


analytique de gestion afin de les amener, dans un premier temps, à comprendre les techniques
de base de cette discipline et, dans un second temps à comprendre son utilité dans l’entreprise,
les différents traitements jusqu’à la détermination du resutat analytique et la rentabilité de
chaque produit que promeut l’entreprise.

Stratégie pédagogique

Les différents thèmes abordés dans ce cours feront l’objet d’applications ce qui favorisera une
meilleure compréhension des techniques développées. Aussi, reviendra-t-il aux étudiants de
faire l’effort de lire les cours et surtout de s’entraîner en reprenant les applications traitées dans
ce cours et les exercices d’entrainement que nous avons mis dans ce support.

Programme
Chapitre 1 Etude analytique des coûts : Coûts complets
Chapitre 2 Evaluation des stocks
Chapitre 3 Evaluations des encours de production, sous-produits et les déchets
Chapitre 4 Les incorporations et la concordance du résultat
Chapitre 5 Imputation rationnelle des charges fixes
Chapitre 6 Analyse des écarts

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 2


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

CHAPITRE 1

ETUDE ANALYTIQUE DES COUTS : COUTS COMPLETS

GENERALITES SUR LA COMPTABILITE ANALYTIQUE DE GESTION (C.A.GE)

A- Historique

La comptabilité analytique de gestion s’est développée au cours du vingtième siècle.


Elle est seulement utilisée par quelques entreprises industrielles au début du siècle, avec des
objectifs limités. Elle a peu à peu pris l’ampleur à partir de la seconde guerre mondiale et cette
évolution s’est accélérée à chaque période de crise. Progressivement les problèmes de coûts
sont devenus prépondérants dans la prise de décision des entreprises.
Pendant très longtemps, la comptabilité générale constituait un instrument d’analyse du
patrimoine de l’entreprise, de détermination du résultat net et de preuves vis à vis des tiers. Le
résultat est déterminé de façon globale par comparaison des produits et des charges classés par
nature.
Cependant la comptabilité générale n’indique pas entre autre si le résultat obtenu est le
meilleur ou si les dépenses engagées sont rentables.
La C.A.GE partant d’une analyse plus fouillée des charges et des produits doit permettre de
connaître le coût et la rentabilité de chacune des branches de l’activité de l’entreprise de chacun
des biens ou services qu’elle produit.
Soulignons aujourd’hui que n’importe quelle organisation peut pratique la C.A.GE.

B- Définition
La comptabilité analytique de gestion (C.A.GE) est un système d’analyse et de traitement
autonome des données permettant de calculer les coûts et résultats analytiques de nature à
fournir des informations utiles à la gestion de l’entreprise. Sa finalité est la gestion et elle n’est
ni normalisée ni obligatoire. Sa mise en place est vivement recommandée eu égard aux liens
étroits qu’elle entretient avec la comptabilité générale.

C- Objectifs
La C.A.GE étant un mode de traitement des données ou informations dont les objectifs
essentiels sont les suivants :
 calculer les coûts des différentes fonctions assumées par l’entreprise ;
Exemple: Approvisionnement, Production, Distribution, Administration.
NB : On entend par fonction un ensemble d’actions concourant à un même but.
 déterminer les résultats par branches d’activités, par produits, etc.
 établir les prévisions de charges et de produits courants ;
 Interpréter les écarts entre les éléments prévisionnels et les éléments constatés ou réels.
L’analyse de ces écarts permet de prendre des mesures appropriées ou correctives si
nécessaires.
D- Notion de coûts et autres concepts liés

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 3


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

1-Notion de coût
Le concept de coût est incontestablement un des concepts les plus utilisés dans le langage
courant que dans le domaine des sciences économiques et de gestion.
Trois (03) éléments caractérisent un coût :
- son expression monétaire (chiffré) pour faciliter la prise de décision ;
- son objet (bien matériel, bien immatériel) ;
- ce qui provoque l’apparition du coût communément appelé en terme technique
‘’l’inducteur de coût’’.
Partant de ces trois (03) caractéristiques, on peut définir de façon générale le coût comme
étant l’expression chiffrée des ressources consommées pour réaliser un bien, offrir un
service à un stade donné.
2- Autres concepts
 Charges : c’est un élément de coût.
 Coût : c’est un ensemble de charges.
 Dépenses : c’est la sortie de fonds d’une caisse, d’une trésorerie en contrepartie d’un service
ou d’une activité.
 Frais : c’est un groupe de charges accessoires.
 Marge : c’est la différence entre un prix de vente et un coût.
 Résultat : c’est la différence entre un prix de vente et un coût de revient.
 Prix : c’est la valeur d’échange d’un bien sur le marché. Il concerne désormais
uniquement les relations de l’entreprise avec le milieu extérieur.
 Le coût complet traditionnel : c’est l’ensemble des charges obtenues à partir de la
comptabilité générale (sans ajustement ou ajout) supportées pour créer un produit.
 Le coût complet économique : c’est l’ensemble des charges ajustées de la comptabilité
générale pour tenir compte des conditions économiques particulières.
 Le coût partiel : c’est un coût calculé à un stade d’analyse donnée. C’est une partie des
charges supportées pour obtenir un produit.
 Le coût constaté ou coût réel ou historique : c’est un coût calculé après réalisation
des faits.
 Coût préétabli : c’est un coût calculé avant réalisation des faits afin d’effectuer des
prévisions.
E- Typologie des coûts
On distingue differents niveaux de coûts.
1- Le coût d’achat (CA)
Le coût d’achat est l’ensemble des charges supportées par une entreprise en raison de l’achat
des marchandises ou des matières premières. Il comprend:
 le prix d’achat net hors taxe : il ’s’agit du prix d’achat brut hors taxe diminué des rabais,
remises, ristournes ;
Prix d’achat net hors taxe = Dernier net commercial
 les frais accessories d’achat :
- les frais directs d’achat à caractère externe (frais de transport, frais de manutention,
assurance, les droits de douane, les taxes non récupérables, courtages, commissions,
transit, etc) ;

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 4


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- les frais indirects d’approvisionnement à caractère interne (frais de réception, frais


de contrôle, frais de stockage, frais de gardiennage, etc).
Coût d’achat direct
+ Prix d’achat net HT
+ frais directs d’achat
= Coût d’achat direct
Coût d’achat
+ Prix d’achat net HT
+ frais directs d’achat
= Coût d’achat direct
+ Frais indirects d’approvisionnement
= Coût d’achat

2- Le coût de production
Le coût de production est constitué par l’ensemble des charges supportées par l’entreprise en
raison de la fabrication des produits. Il s’applique aux produits finis et aux produits
intermédiaires et sont obtenues après les opérations de transformation.
Le coût de production est composé de charges directes et de charges indirectes.
Charges directes:
 coût des matières consommées;
 coût des produits intermediaries;
 coût de la main d’œuvre directe.
Charges indirectes:
 Amortissement, frais de gardiennage, électricité, etc.

+ Coût des matières utilisées ou consommées


+ Main d’œuvre directe (MOD)
+ Frais indirects de production
= Coût de production
Le coût de la main d’œuvre directe comprend la rémunératio n proprement dite des ouvriers.
On distingue:
- le temps de présence : c’est le temps rémunéré ;
- le temps de travail réel : c’est le temps de présence diminué des pauses ;
- le temps de production ou temps de marche : c’est le temps de travail réel diminué des
arrêts divers imprévus (panne, réglage, etc.). A partir de ces différents temps, on peut
calculer le taux de marche.
𝐓𝐞𝐦𝐩𝐬 𝐝𝐞 𝐦𝐚𝐫𝐜𝐡𝐞 𝐇𝐞𝐮𝐫𝐞 𝐦𝐚𝐜𝐡𝐢𝐧𝐞
Taux de marche = 𝐱 𝟏𝟎𝟎 = 𝐱 𝟏𝟎𝟎
𝐓𝐞𝐦𝐩𝐬 𝐝𝐞 𝐩𝐫é𝐬𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐇𝐞𝐮𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐌𝐎𝐃

3- Le coût de revient (CR)


Le coût de revient est constitué par l’ensemble des charges consommées par un produit au stade
final de son écoulement. Il est composé de coût de production des produits finis et vendus et
de coût de distribution (CPPFV), c’est –à-dire les coûts liés aux opérations de conclusion de
marché, à l’exécution de la vente et à l’écoulement du produit. Le coût de distribution

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 5


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

comprend entre autres: les frais de publicité, les frais d’emballages perdus, les frais de
commission sur vente, les frais d’administration, etc.

+ Coût de production des produits finis vendus


+ Coût de distribution direct
+ Coût de distribution indirect
= Coût de revient
Toutefois, selon la structure de l’entreprise et les besoins exprimés, on peut distinguer selon le
plan comptable SYSCOHADA :
 le coût complet : c’est une méthode de calcul qui permet la détermination des coûts
en tenant compte de toutes les charges qui le concernent.
 le coût partiel : c’est une méthode qui prend en compte seulement certaines dépenses
et d’autres telles que les charges fixes pour l’obtention du coût variable.

Remarques
 Les services après vente payés par les clients, services qui constituent un produit pour
l’entreprise enregistré dans le compte ‘’706’’ ou ‘’707’’ et les frais de port sur vente
engagés par l’entreprise mais à récupérer sur les clients ne font pas partir du coût de
distribution.
 Lorsque la section administration et finance est une section principale dont l’unité
d’œuvre est le coût de production des produits finis vendus par exemple, son coût est
incorporé au coût de revient des produits finis vendus comme le coût de distribution
proprement dit, ainsi, coût de revient = Coût de production des produits finis
vendus + Coût de distribution + Coût de la section d’administration et finance.

F-Traitements des charges : charges incorporables aux coûts (CIC)


Les charges prises en compte en C.A.GE sont appelées charges incorporables aux coûts. Elles
sont obtenues à partir des charges de la comptabilité générale (CCG) auxquelles l’on soustrait
les charges non incorporables, l’on ajoute les charges supplétives ou éléments supplétifs
incorporés, l’on ajoute ou l’on soustrait les différences d’incorporation.
1- Les charges non incorporables (CNI)
Ce sont les charges de la comptabilité générale qui ne sont pas prises en compte lors du calcul
des coûts en CAGE. Ce sont:
 les charges financières liées à un découvert bancaire ;
 les charges liées à une pénalité et amende fiscales ;
 les charges liées à un incendie ;
 les frais de transport payé et récupérable chez les clients ;
 les frais exceptionnels de recherche;
 les dotations aux amortissements des charges immobilisées ;
 les provisions pour litiges;
 les charges sur exercices antérieurs et pertes sur créances clients ;
 les dotations aux provisions pour pertes et provisions pour risques et charges HAO ;
 les valeurs comptables des cessions d’immobilisations ;
 Les primes d’assurance-vie contractées en faveur de l’entreprise ;

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 6


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 etc.
2- Les charges supplétives ou éléments supplétifs incorporés (CS)
Ce sont des charges inconnues de la comptabilité générale mais entrant dans le calcul des coûts
en C.A.GE. Ces charges sont :
 la rémunération théorique des capitaux propres ;
 la rémunération fictive du travail de l’exploitant.

3- Les charges de substitution (CSU)


Ce sont des charges qui sont, en C.A.GE substituées à celles que la comptabilité générale a
constaté pour des montants économiquement justifiés. Elles comprennent :
 les charges d’usage : charges substituées aux charges d’amortissement
Charge d’usage = Valeur d’usage /durée d’usage
Valeur d’usage : C’est le prix du bien sur le marché. On l’appelle également valeur actuelle.
Durée d’usage : C’est la durée d’utilisation prévue au moment de la détermination de la valeur
d’usage.
 les charges étalées : charges substituées aux charges de provision
Différence d’incorporation (DI) = Charges de substitutions (CSU) - Charges comptables
(CG)

Si CSU > CC, on a une différence d’incorporation positive : augmentation de coût.


Si CSU <CC, on a une différence d’incorporation négative : diminution de coût.

CIC = CCG – CNI + CS ± DI

4- Importance de la périodicité des calculs


La périodicité des calculs est généralement plus courte en C.A.GE qu’en comptabilité générale.
Elle peut être mensuelle, trimestrielle, bimestrielle, semestrielle et dépend de la durée du cycle
d’exploitation du produit. Elle conduit à déterminer le montant correspondant à la période de
calcul des coûts par une répartition de la charge annuelle.
Cette répartition est dite méthode d’abonnement des charges.

Application 1
L’entreprise « MADEY » met à votre disposition les éléments ci-après :
- les charges du dernier trimestre de l’exercice 2012 :
- 2.450.000 dont 200.000 relatif à la facture de téléphone de novembre.- décembre.
- dotation aux amortissements de l’exercice 2012 : 7.200.000.
Travail à faire :
Calculer le montant des charges à intégrer aux coûts de décembre 2012.
Réponse
Montant des charges intégrables aux coûts de décembre 2012 (M).
2.450 .000 −200 .000 200.000 7.200 .000
M= + + = 1.450.000
3 2 12

Application 2

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 7


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

A la fin du mois de Septembre N, Mr BIVO exploitant de l’entreprise familiale ‘’ BIVO et


Fils’’

vous communique les renseignements suivants :

 Total des charges mensuelles de la comptabilité générale : 1 440 000 dont 240 000 de charges
HAO.
 Rémunération annuelle de l’exploitant 5 760 000.
 Rémunération fictive des capitaux propres au taux conventionnel de 6% l’an (montant des capitaux
54 000 000).

Travail à faire :

Déterminer pour la période considérée le montant des charges incorporable en comptabilité analytique.

Résultats

Déterminons (CICAGE)

CICAGE = CCG – CNI + CS

Eléments Montants
Charges CG 1 440 000
CNI (240 000)
CS ( 5760 000/12 + 5 400 000 x 6/1 200) 750 000
CICAGE 1 950 000

Application 3

La C.A.GE de l’entreprise ‘’Pierre et Fils’’ fait apparaître un montant de charges incorporables


au coût de l’année N (un montant annuel) de 27 200 000.Ces charges ont été calculées à partir
des charges de la comptabilité générale (CG) en faisant les corrections nécessaires par :

 240 000 F de dotation aux amortissements des frais d’établissement en comptabilité


générale ;
 12 000 0000 F de capitaux propres dont le coût fictif a été évalué au taux de 8% l’an ;
 Rémunération fictive de l’exploitant prise en considération pour 20 000 F par mois.

Travail à faire :

Retrouver le montant des charges de la CG de l’année N.

Solution

Détermination de CCG

CICAGE = CG – CNI + CS

27 200 000 + CNI – CS = CCG

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 8


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

CCG = 27 200 000 + 240 000 -


CCG = 26 240 000
12 000 000 X 8 
  (20 000  12)
100 

Application 4
L’entreprise « SUNY » met à votre disposition les renseignements suivants relatifs à son exercice
2013.
- Matériel industriel : Valeur d’origine = 2.000.000
Taux d’amortissement = 12, 5%
Valeur d’usage = 1.800.000
Durée d’usage = 6 ans
- Provision pour grosse réparation
Valeur comptable = 800.000
Valeur économique = 760.000
Travail à faire:
Calculer:
1- la somme des charges comptables ;
2- la somme des charges incorporables aux coûts
Résultat
1- Charges comptables
2.000 .000 𝑋 12,5
- Matériel industriel : = 250.000
100
- Provision pour grosse réparation : 800 000
Charges comptables = 250.000 + 800 000
2- Les charges incorporables aux coûts (CIC)
1.800 .000
- Matériel industriel : 6
= 300.000
- Provision pour grosse reparation : 760000
CIC = 300.000 + 760000 = 1 060 000
Application 5

De la comptabilité de l’entreprise « NADO » on extrait les éléments ci-après pour le mois


d’avril 2012 :
- achat de matières premières 60 Kg (entièrement consommées à 1.500F/Kg) ;
- impôts et taxes 35.200 dont 5.200 d’amende pénale ;
- frais financiers et dotations aux amortissements 85.900 dont 3.000 de dotations aux
charges immobilisées et 900 d’amortissement dérogatoire ;
- charge de personnel (MOD) 300 heures à 210F l’heure.
Autre renseignement
Le capital social d’un montant de 3.600.000 est rémunéré à 6% l’an.
Travail à faire:
Déterminer:
1- le montant global des charges de comptabilité générale ;
2- le montant des charges non incorporables ;
3- le montant des charges supplétives ;
4- le montant des charges de la comptabilité générale incorporable aux coûts ;
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 9
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

5- la somme des charges incorporables aux coûts.


Résolution
1- Montant global des charges de la comptabilité générale (CCG)
CCG = (1.500 X 60) + 35.200 + 85.900 + (210 X 300)
CCG = 274.100
2- Montant des charges non incorporables (CNI)
CNI = 5.200 + 3.000 + 900 = 9.100
CNI = 9.100
3- Montant des charges supplétives (CS)
3.600.000 𝑋 6 𝑋 1
CS = = 18.000
1200
CS = 18.000
4- Montant des charges de la comptabilité générale incorporable aux coûts (CGIC)
CGIC = CCG – CNI
= 274.100 – 9.100
CGIC = 265.000
5- La somme des charges incorporables aux coûts (SCIC)
SCIC = CCIG + CS
= 265.000 + 18.000
SCIC = 283.000

5- Classification des charges incorporables


Les charges incorporables de la C.A.GE se répartissent en deux catégories : les charges directes
et les charges indirectes.
 Les charges directes :
Ce sont des charges qui concernent exclusivement une production ou une partie de l’entreprise.
Elles sont attribuées directement sans traitement préalable aux différents coûts (matières
premières, MOD, etc.…).
 Les charges indirectes :
Ce sont des charges qui ne peuvent pas être affectées directement à un coût particulier. Ceci
pour le fait qu’elles concernent l’ensemble de la production ou l’ensemble de l’entreprise. Il est
difficile de les imputer à tel ou tel produit (amortissement, électricité, etc.).
6- Répartition des charges indirectes
La répartition des charges indirectes se fait dans une entreprise à partir des divisions
spécialisées appelées sections ou centres d’analyse. La section est dite homogène lorsque son
activité est mesurable par une unité physique appelée unité d’œuvre :
Exemple: kg de matières achetées, Heure de MOD, heure machine.
Lorsque la mesure de l’activité d’un centre est exprimée en valeur monétaire (par exemple :
1000F d’achat), l’unité de mesure est appelée assiette ou taux de frais.

a- Classification des sections


 Les sections auxiliaires
Ce sont des sections dont l’essentiel de leur activité sert à d’autres sections ; exemple : section
Entretien, section Administration, section Energie, section Transport, section Gardiennage

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 10


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 Les sections principales


Ce sont des sections dont les charges sont imputées aux coûts de production et aux coûts de
revient des produits ; exemple : section approvisionnement, atelier, section distribution
b- Procédure de répartition
 Répartition primaire
C’est la répartition des charges indirectes entre toutes les sections auxiliaires comme principales
sans privilégier une section par rapport à une autre.
La répartition est faite suivant une proportion appelée clé de répartition.
 Répartition secondaire
Elle consiste à répartir les totaux primaires obtenus au niveau des sections auxiliaires sur les
sections principales.
NB : Après la répartition secondaire, les totaux secondaires des sections auxiliaires doivent
être nuls.
c- L e coût d’unité d’œuvre (CUO)
C’est le rapport du total secondaire (TS) d’une section au nombre d’unités d’œuvre (NUO)
mesurant l’activité de ladite section :
CUO = 𝑻𝑺/NUO

d- Les frais résiduels de section (FRS)


Ils proviennent des arrondis du coût d’unité d’œuvre.
FRS = (CUO arrondi × NUO) - TS
Si l’arrondi est fait par défaut, FRS <0 : diminution de coût.
Si l’arrondi est fait par excès, FRS > O : augmentation de coût.
NB : Les différences d’incorporation et les frais résiduels de sections seront utilisés
ultérieurement dans le tableau de concordance.
e- Prestation des sections auxiliaires
 Prestation unilatérale
Il ya prestation unilatérale lorsqu’une section auxiliaire fournit des prestations à une autre
section sans contrepartie.
 Prestation réciproque ou croisée
Il y a prestation réciproque ou croisée lorsque les sections auxiliaires se fournissent des
prestations avec contrepartie ou mutuellement .Un système d’équations est nécessaire pour le
calcul des montants desdites sections avant leur répartition.
Application
Les charges indirectes de l’entreprise « NOUROU » sont réparties dans les centres d’analyse
suivants les clés ci-après :
Centres auxiliaires Centres principaux
Eléments Montants
Entretien Energie Adm At1 At2 Distribution
Impôts & taxes 30.000 3 5 7 15 22 8
Comptes : 67 et 68 80.000 0,15 0,35 0,4 2 1,5 0,6
Rémunération des capitaux 20.000 2% 3% 5% 40% 50% -
Répartion secondaire
Entretien - - 10% 20% 40% 30%
Energie 7% - 5% 28% 25% 35%

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 11


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Adm. 1/12 13/120 - 0,5 0,25 7/120


Kg heure
Nature d’UO achet de 100 F
és MO de CAHT
Nombre d’UO 143, D 250
75 350

Travail à faire: Achever le tableau de répartition des charges indirectes (TRCI).


NB: Le CUO de l’atelier 2 est à arrondi au franc le plus proche.
Solution
Achevons le TRCI
Centres auxiliaires Centres principaux
Eléments Montants
Entretien Energie Adm Atelier 1 Atelier 2 Distribution
Impôts & taxes 30.000 1.500 2.500 3.500 7.500 11.000 4.000
67 et 68 80.000 2.400 5.600 6.400 32.000 24.000 9.600
Remu des KP 20.000 400 600 1.000 8.000 10.000 -
Totaux primaires 130.000 4.300 8.700 10.900 47.500 45.000 13.600
Répartition 2ndaire - - - - - - -
Entretien - (6.000) - 600 1.200 2.400 1.800
Energie - 700 (10.000) 500 2.800 2.500 3.500
Administration - 1.000 1.3000 (12.000 6.000 3.000 700
)
Totaux secondaires 130.000 0 0 0 57.500 52.900 19.600
Nature d’UO - - - - Kg acheté HMOD 100F de CA
Nombre d’UO - - - - 143,75 350 250
CUO - - - - 400 151 78,4
FRS - - - - - (50) -

Désignons par a, b et c les montants respectifs des sections auxiliaires entretien, énergie,
administration.
Tableau de prestation réciproque

Eléments Entretien Energie Administration


Totaux Primaire 4.300 8.700 10.900
Entretien - - 0,1a
Energie 0,07b - 0,05b
Administration 10c 13c -
120 120
Totaux a b c

Mise en équation
 1c
a  4300  0,07b  12 (1)

 13c
b  8700  (2)
 120
c  10900 0,1a  0,05b (3)


Après résolution du système d’équation on a : a = 6 000, b = 10 000 et c =12 000

7- Le schéma technique

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 12


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Encore appelée organigramme de production de l’entreprise ou processus de fabrication, ce


schéma décrit le processus de production de l’entreprise depuis l’acquisition des matières
premières jusqu’à la vente des produits finis avec ou sans stockage. Par convention,
 les achats sont matérialisés par des carrés pour le calcul de coût d’achat.
 les stockages par des cercles O ou par des triangles pour les calculs des coûts de sortie
de stocks.
 les sections par des bandes pour le calcul des coûts de production ou coût de revient.

Remarque :
Dans la confection d’un schéma technique les mots ou expressions à savoir : automatiquement,
immédiatement, directement, passer en continu, expressément, sans stockage intermédiaire,
produit fabriqué sur commande, au fur et à mesure permettent de faire abstraction d’un poste
de stockage.
NB :
 Les déchets obtenus et évacués sont matérialisés par des flèches.
 L’encours initial est représenté par une flèche entrant dans l’atelier et l’encours final par
une flèche sortant de l’atelier.

Application
L’entreprise « Amour blessé » est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de
deux produits K et L à partir de deux matières premières M et N achetées et stockées.

Le processus de fabrication est le suivant :

- la matière M passe dans l’atelier N°1 où elle est transformée en un produit intermédiaire
nommé «PS» qui passe en continu dans l’atelier 2.
- la matière N épurée dans l’atelier 2, avec l’adjonction du produit intermédiaire « PS »
dans des proportions différentes donne les produits K et L stockés avant d’être
commercialisés.

Travail à faire :

Faire le schéma technique de l’entreprise «Amour blessé ».

Solution
V
Présentons le schéma technique.
E
PS
K
M F N
At 1 At 2

L T

N E

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 13


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

CHAPITRE 2

EVALUATION DES STOCKS

Les stocks sont constitués de l’ensemble des biens qui interviennent dans le cycle d’exploitation
de l’entreprise. Il s’agit entre autres des marchandises, des matières premières, des fournitures
et matières consommables, les emballages commerciaux, produits en cours, les produits
intermédiaires, les produits finis et résiduels.

Les entrées et les sorties de stocks doivent être valorisées pour le calcul du coût de production
ou du coût de revient. Mais les difficultés résident au niveau des valeurs retenues à l’entrée et
à la sortie de ces biens. On distingue:

- les biens individualisés : ce sont des biens dont deux unités sont identifiables. Les
sorties de ces biens sont comptabilisées à leur valeur d’entrée ;
- les biens fongibles : ce sont des biens dont deux unités sont interchangeables.
Plusieurs méthodes permettent d’évaluer les quantités sorties de biens fongibles.
1- Evaluation des entrées
a- Cas des biens achetés par l’entreprise

Les biens achetés entrent en stock à leur coût d’achat (prix d’achat net augmenté des frais directs
et indirects d’achat).

b- Cas des produits fabriqués

L’entrée en stock se fait ici au coût de production (coût des matières premières consommées
augmenté des frais directs et indirects de fabrication).

2- Evaluation des sorties

Les méthodes de valorisation des sorties sont les mêmes que le bien sorti soit acheté ou fabriqué
par l’entreprise. Il existe plusieurs méthodes de valorisation des sorties que sont :


la méthode du coût unitaire moyen pondéré (CUMP) ou méthode de pondération ;

la méthode du premier entré premier sorti (PEPS) encore appelé FIFO (First in First
Out) ;
 la méthode du dernier entré premier sorti (DEPS) encore appelé LIFO (Last in First
Out).
 etc.
a- La méthode du coût unitaire moyen pondéré
 CUMP après chaque entrée

Le coût unitaire moyen pondéré est calculé et sert à valoriser toutes les sorties jusqu’à la prochaine
entrée.

CUMP = (Valeur du stock avant l’entrée + Valeur de l’entrée)/(Quantité du stock avant l’entrée + Quantité
entrée)

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 14


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Valeur du stock avant l’entrée = stock initial et Valeur de l’entrée = Achat

 CUMP sur les entrées avec cumul du stock initial

C’est la méthode préconisée par le SYSCOHADA. Le coût est calculé en tenant compte aussi
des entrées de la période et du stock initial.

CUMP = (Valeur du stock initial +Valeur des entrées ) / (Quantité du stock initial + Quantité
entrée)

Cette méthode est également appelée CUMP de fin de période avec cumul du stock initial.

c- La méthode FIFO

Cette méthode consiste à valoriser les sorties au coût unitaire des lots les plus anciens jusqu’à
l’épuisement du stock.

Remarque

Lorsque le coût d’acquisition évolue dans le temps, le montant des sorties de stock incorporé
au coût et la valeur du stock final dépendent de la méthode de valorisation choisie.

Ainsi la méthode FIFO contrairement à la celle de LIFO permet d’obtenir le coût de production
ou le coût de revient le plus bas en période d’inflation et le stock final au coût le plus élevé.

La méthode FIFO et celle du coût unitaire moyen pondéré sont celles préconisées par le
SYSCOHADA.

NB :

 A défaut de précision dans un exercice, on utilisera la méthode du coût unitaire moyen


pondéré de fin de période.
 Le stock final obtenu au niveau du compte d’inventaire permanent est un stock
théorique. Celui obtenu à la suite d’un inventaire extracomptable (inventaire physique
est le stock réel).
 Stock final réel (SFT)-Stock final théorique (SFT) = Différence d’Inventaire (DI).
 Si SFR >SFT, alors la Différence d’Inventaire est un surplus considéré comme un
produit à ajouter au niveau du tableau de concordance du résultat analytique dans la
colonne (+).
 Si SFR < SFT, alors la Différence d’inventaire est un manquant considéré comme une
perte venant réduire le résultat analytique au niveau du tableau de concordance dans la
colonne (-).

Application 1
L’entreprise « TCHOPIER’S » est spécialisée dans la fabrication d’un produit « K ». Les
mouvements de stock relatifs à ce produit pour le mois de Juin 2013 se présentent comme suit :
- 01/06 Stock initial 100 Kg à 10 F
- 04/06 Achat 50 Kg à 13 F
- 05/06 Vente 25 Kg
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 15
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- 12/06 Achat 75 Kg à 15 F
- 15/06 Vente 150 Kg
- 17/06 Achat 50 Kg à 11 F
- 22/06 Achat 25 Kg à 17 F
- 30/06 Vente 87,5 Kg

Travail à faire
Etablir selon le cas le compte d’inventaire permanent (CIP), ou l’inventaire permanent (IP) et
la fiche de stock du produit « K » suivant les méthodes d’évaluation ci-après :
1- CUMP de fin de période (CIP) ;
2- CUMP après chaque entrée inventaire permanent (IP) ;
3- FIFO (fiche de stock);
4- LIFO (IP).
Résolution
1- CUMP de fin de période compte d’inventaire permanent du produit K.

Dates Libellés Q Cu Monts Dates Libellés Q Cu Monts


01/06 Stock initial 100 10 1.000 05/06 Vente 25 12,5 312,5
04/06 Achat 50 13 650 15/06 Vente 150 12,5 1.875
12/06 Achat 75 15 1.125 30/06 Vente 87,5 12,5 1.093,75
17/06 Achat 50 11 550 Stock final 37,5 12,5 468,75
22/06 Achat 25 17 425
- TOTAUX 300 12,5 3.750 - - TOTAUX 300 12,5 3.750

2- Inventaire permanent (IP) du produit « K » méthode du CMP après chaque entrée

Dates Libellés Qté Cu Montants


01/06 Stock initial 100 10 1.000
04/06 Achat 50 13 650
04/06 Stock disponible 150 11 1.650
05/06 Vente (25) 11 (275)
05/06 Stock restant 125 11 1.375
12/06 Achat 75 15 1.125
12/06 Stock disponible 200 12,5 2.500
15/06 Vente (150) 12,5 (1.875)
15/06 Stock restant 50 12,5 625
17/06 Achat 50 11 550
22/06 Achat 25 17 425
22/06 Stock disponible 125 12,8 1.600
30/06 Vente (87,5) 12,8 (1.120)
30/06 Stock Final 37,5 12,8 480

3- Fiche de Stock de K (Méthode du FIFO)

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 16


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Entrées Sorties Stocks


Dates Libellés
Q Cu Monts Q Cu Mont Q Cu Monts
01/06 Stock initial 100 10 1.000 - - - 100 10 1.000
04/06 Achat 50 13 650 - - - 50 13 650
05/06 Vente - - - 25 10 250 75 10 750
12/06 Achat 75 15 1.125 - - - 50 13 650
75 15 1.125
15/06 Vente - - - 75 10 750
50 13 650
25 15 375 50 15 750
17/06 Achat 50 11 550 - - - 50 11 550
22/06 Achat 25 17 425 - - - 25 17 425
30/06 Vente 50 15 750
37,5 11 412,5 12,5 11 137,5
25 17 425
- - 300 - 3.750 261,5 3187,5 37,5 - 562,5

4- Inventaire permanent du produit K (méthode LIFO)

Dates Libellés Q Cu Montants


01/06 Stock initial 100 10 1.000
04/06 Achat 50 13 650
- Stock disponible 150 - 1.650
05/06 Vente (25) 13 (325)
- Stock restant 100 10 1.000
- - 25 13 325
12/06 Achat 75 15 1.125
- Stock disponible 200 - 2.450
15/06 Vente (75) 15 (1125)
- - (25) 13 (325)
- - (50) 10 (500)
- Stock restant 50 10 500
17/06 Achat 50 11 550
22/06 Achat 25 17 425
- Stock disponible 125 - 1.475
30/06 Vente (25) 17 (425)
- (50) 11 (550)
- (12,5) 10 (125)
- Stock Final 37,5 10 375

Application 2
L’entreprise «MADELPIE » commercialise un produit X à partir de la matière première M
sur laquelle elle vous fournit les informations suivantes :
 stock initial de matière première M: 30 kg à 2.000;
 facture N°A 298 relative aux achats de la matière M de la période
Brut 20 kg pour 19531,25 HT ; Remise 4% ; Escompte 4%, Port 1.250 HT et emballages
consignés 2.300 ;
 Consommation de la matière première M de la période 42,5 kg ;

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 17


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 Stock final 9 kg.


Travail à faire:
1- Présenter le décompte de la facture N°A 298.
2- Présentez le compte d’inventaire permanent de la matière première M.
Réponses
 Présentons la facture

Brut HT 19531,25
Remise 4% (781,25)
NC 18.750
Escompte 4% (750)
NF 18.000
Port 1.250
MHT 19 250
TVA 18% 3465
Emballages 2.300
NAP 21.550

 Coût d’achat de la matière M achetés

Eléments Q Cu Montants
PAN 20 18.750
Port 1.250
Coût d’achat 20 20.000

 L’inventaire permanent de M
Eléments Q Cu Montants Eléments Q Cu Montants
Stock initial 30 2.000 60.000 Vente 42,5 1.600 68.000
Achat 20 - 20.000 SFR 09 1.600 14.400
Difference d’inventaire (DI) (1,5) - (2.400)
Total 50 1.600 80.000 Total 50 1.600 80.000

Autre présentation
Inventaire permanent de M
Eléments Q Cu Montants
SI 30 20.000 60.000
Achat 20 1.000 20.000
Stock disponible 50 1.600 80.000
Vente (42,5) 1.600 (68.000)
SFT 7,5 1.600 12.000
SFR 9 1.600 14.400
DI 1,5 1.600 2.400

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 18


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Application 3
L’entreprise « DJIMAD » fabrique un produit P à partir d’une matière première M.
Pour le mois d’octobre 2013, elle vous fournit les informations suivantes :
 Matières premières M
Stock initial: 700 kg à 25 F
Achat: 300 kg à 30 F
Stock final: 146 kg
 Charge directe de production
Matières premières consommées: 850 kg
MOD: 50 h à 500F
 Atelier de production
Nature d’unité d’œuvre : kg de matières consommées et CUO : 60 F
Travail à faire : Calculez le coût de production des 25 unités de P fabriqués.

Résolution
 Inventaire Permanent de matières M
Eléments Q Cu Montants
SI 700 25 17.500
Achat 300 30 9.000
Stock disponible 1.000 26,5 26.500
Sortie (850) 26,5 (22.525)
SFT 150 26,5 3.975
SFR 146 26,5 3.869
DI (4) 26,5 (106)

 Coût de production des 25 P fabriqués


Eléments Q Cu Montants
Matières consommées 850 26,5 22.525
MOD 50 500 25.000
Charges indirectes 850 60 51.000
Coût de production 25 3941 98.525

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 19


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

CHAPITRE 3

EVALUATIONS DES ENCOURS DE PRODUCTION

SOUS-PRODUITS ET LES DECHETS

Le coût de production peut être influencé par un certain nombre d’éléments entre autres les
encours de fabrication, les sous - produits, les déchets et rebuts.

1- Les encours de production


a- Définition

Les éléments encours sont des biens ou services en voie de transformation à la clôture de
l’exercice. Ils représentent les produits inachevés ou non terminés à la fin de la période du calcul
des coûts. On distingue : l’encours initial (EI) et l’encours final (EF).

L’encours initial, c’est l’encours au début de la période et l’encours final est l’encours à la fin de la
période.

Les encours de production consomment généralement une partie des charges nécessaires à leur
production d’où l’intervention des degrés d’achèvement ou d’inachèvement.

Le degré d’achèvement est le rapport entre la consommation d’une unité encours et la


consommation d’une unité terminée.

Il est à rappeler que le degré d’achèvement d’une unité terminée est toujours 100%.

b- Evaluation des encours

Les encours peuvent être évalués globalement soit par rapport aux produits achevés soit en
tenant compte de degré d’achèvement du produit par rapport aux éléments constitutifs de son
coût de production (matières consommées, MOD, charges indirectes).

b-1 Evaluation par rapport aux produits achevés

L’encours, pour être évalué doit être converti en produit équivalent.

Quantité de l’encours
x degré d’achèvement (DA)
= Produit équivalent ou production équivalente à l’encours (PE)

PE = Quantité de l’encours x DA

Application

Au mois de décembre 2013 sur 400 articles produits, 50 sont inachevés mais sont achevés à
20%. Sachant que les charges de production du mois s’élèvent à 720.000, évaluer l’encours
final.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 20


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Réponses

 Production terminée = 400 – 50 = 350

PEEF = EF x DA ; PEEF = 50 X 20% et PEEF = 10

Production équivalente globale, c’est – à- dire le nombre d’unités de produit ayant nécessité
les 720.000F de charges pour la période. PE = 350 + 10 = 360

En d’autres termes, l’entreprise avec les 720.000 de charges supportées pour le mois dans la
fabrication de 350 unités achevés et 50 unités inachevées aurait pu consacrer ce même montant
à la fabrication de 360 unités complètement achevées.
𝟕𝟐𝟎𝟎𝟎𝟎 𝑿 𝟏𝟎
Valeur de l’encours final = = 20.000
𝟑𝟔𝟎

b-2- Evaluation des encours en tenant compte des éléments constitutifs du coût

Pour évoluer l’encours il faut au préalable déterminer les éléments constitutifs de son coût. Ce
travail est réalisé à l’aide d’un tableau appelé : le tableau d’équivalence.

Production équivalente/élément = Production terminée – (EI x DA) + (EF xDA)


𝐶𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝐺𝑙𝑜𝑏𝑎𝑙𝑒
Consommation unitaire = 𝑃𝑟𝑜𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 é𝑞𝑢𝑖𝑣𝑎𝑙𝑒𝑛𝑡𝑒

DA : degré d’achèvement

Application

L’entreprise industrielle « BIGNON » vous fournit les informations suivantes, relatives au


produit P qu’elle fabrique et commercialise courant mois de septembre 2013.
 Production terminée : 90 unités
 Encours initial : 10 unités à 800 F.
 Encours final: 20 unités.
Le degré d’achèvement des encours est consigné dans le tableau suivant :
Eléments Encours initial Encours final
Matières premières 60% 70%
Main d’œuvre directe 40% 50%
Frais de section 80% 50%
Achat de matières premières : 250 kg à 500F ; MOD 5 heures par unité de P à 60F l’heure.
Frais de section 8 unités d’œuvre par P à 45 F l’unité d’œuvre. Sachant qu’une unité de P
nécessite 1,5 kg de matières premières.
1- Evaluer l’encours final.
2- Calculer le coût de production des produits « P » achevés par deux méthodes.

Résultat

1- Evaluation de l’encours final


 Tableau d’équivalence des encours

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 21


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- EI + EF Consommations
Eléments PE
PT Q DA Equival. Q DA Equival. Unitaire Globale
Matière première 90 10 0,6 6 20 0,7 14 98 1,5 147
MOD 90 10 0,4 4 20 0,5 10 96 5 480
Frais de section 90 10 0,8 8 20 0,5 10 92 8 736
 Evaluation de l’EF

Eléments Q Cu Montants
Matières premières 1,5 X 14 = 21 500 10.500
MOD 5 X 10 = 50 60 3.000
CI 8 X 10 = 80 45 3.600
EF 20 855 17.100

NB

Lorsque pour une Période donnée, il existe des encours au début (EI) et à la fin (EF), le coût de
production des produits terminés est déterminé par la formule.

Coût de production des éléments terminés = Charges de la période + EI – EF

Ou bien

Coût de production des produits terminés = Coût de la production lancée terminée au cours
de la période + valeur de l’EI + Charges restantes pour achèvement de l’EI.

Production terminée (PT) = EI achevés + Production Lancée Terminée (PLT)

1e r Cas : Coût de production des P achevés

Eléments Q Cu Montants
Matières 1eres consommées 147 500 73.500
MOD 480 60 28.800
Frais de section 736 45 33.120
Charges de la période - - 135.420
+ EI 10 800 8.000
- EF (20) 855 (17.100)
Coût de production des PT 90 - 126.320

2ème Cas

 En quantité : PT = EI + PLT ; PLT = PL – EF PT = EI + PL – EF


 En valeur : PT = EI + Reste des charges pour achever l’EI + PLT
Tableau d’équivalence

+ EI + EF
Elements PLT PE C°U C°G
Q DI Eq Q DA Eq
Matières premières 80 10 0,4 4 20 0,7 14 98 1,5 147
MOD 80 10 0,6 6 20 0,5 10 96 5 480
CI 80 10 0,2 2 20 0,5 10 92 8 736

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 22


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

DI = Degré d’inachèvement = 1- degré d’achèvement (DA)


PT = EI + PLT PLT = PT – EI = 90 – 10 = 80

Coût de production des produits achevés


Elements Q Cu Montants
Encours Initiaux (EI) 10 800 8000
Reste des charges pour achever l’EI
Matières premières 1,5 x 4 = 6 500 3 000
MOD 5 x 6 = 30 60 1 800
Charges indirectes 8 x 2 = 16 45 720
Production lancée terminée
Matières premières 1,5 x 80 = 120 500 60 000
MOD 5 x 80 = 400 60 24 000
Charge indirectes 8 x 80 = 640 45 28 800
Coût de production des PT 90 126 320

Remarques
 Les encours ne sont pas des produits stockables. Il ne faut donc jamais les confondre
avec les sous-produits ou produits semi-finis qui eux sont des produits déjà achevés et par
conséquent peuvent faire l’objet d’un stockage.
 Les matières qui entrent dans le calcul d’un coût sont de deux catégories
 Les matières premières : ce sont des biens destinés à être incorporés directement aux
produits fabriqués. Les matières premières constituent donc les charges directes.
 Les matières consommables : ce sont des biens qui concourent à la fabrication ou
même à la distribution sans être incorporés au produit. Elles constituent souvent des
charges indirectes que l’on repartit entre les sections. Les matières
consommables n’apparaissent pas dans le calcul du coût de production ou de coût
de revient que lorsqu’elles sont considérées comme des charges directes.
Exemple :
Carburant, Electricité, Charbon utilisé comme combustible.
2- Les sous-produits
Le sous-produit est un produit secondaire obtenu au cours de la fabrication d’un produit
principal.
a- Evaluation de sous-produits
a-1- Cas de vent direct du sous-produit
Le prix de vente du sous-produit vient en diminution du coût de production ou de coût de
revient du produit principal.
a -2- Cas de vente du sous-produit après transformation complémentaire
Lorsque le sous-produit supporte des coûts spécifiques (coût de production supplémentaire et coût de
distribution).
On retranche d’abord ses coûts spécifiques et le bénéfice éventuel du prix de vente du sous-
produit pour obtenir son coût initial de production.
Ensuite, ce coût initial de production est retranché du coût de production globale de l’atelier
où sont obtenus le produit non transformé ou brute pour obtenir le coût de production du produit
principal. Ainsi on a :

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 23


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 Coût initial de production du sous-produit


+ Son prix de vente hors taxes
- Bénéfice
- Coût de distribution
- Frais de Transformation complémentaire
= Coût initial de production du sous-produit
 Formules

+ Coût initial de production du sous-produit


+ Frais de Transformation complémentaire
= Coût de production du sous-produit transformé
+ Coût de distribution
= Coût de revient du sous- produit vendu
+ Bénéfice
= Prix de vente hors taxes du sous-produit

 Coût de production du produit principal

+ Coût de production global de l’atelier de fabrication


- Coût initial de production du sous-produit vendu
= Coût de production du produit principal

a- 3 – Cas où l’entreprise utilise elle-même le sous- produit


Dans ce cas le sous - produit est évalué forfaitairement ou au prix du marché ou le prix auquel
on l’achèterait à l’extérieur.
Ce prix vient réduire le coût global de production de l’atelier pour donner le coût de production
du produit principal.
Application
La fabrication d’un produit «K» donne un sous produit « S ». Les dépenses du mois de juillet sont les
suivantes :
 Matières premières : 790.000
 Main d’œuvre directe : 512.000
 Charges indirectes: 585.000.
Il a été obtenu 7.000 unités de «K» et 6.500 unités de «S». Avant la vente, le sous- produit a
subi un traitement complémentaire pour lequel les dépenses engagées sont : MOD : 53.000 et
frais d’atelier : 78.000.
Le sous – produit est vendu à 40 F HT l’unité. Le bénéfice et les frais commerciaux représentent
20% du prix de vente HT.
Travail à faire : Déterminer le coût de production de «K» et celui de «S».
Solution
 Calcul du Coût initial de production de S
Elements Qté Cu Montants
Prix de vente HT 6 500 40 260 000
Bénéfice 6 500 8 (52 000)
Coût de production de S traité - - 208 000
Coût de transformation complémentaire - - -

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 24


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

MOD - - (53 000)


Frais d’atelier - - (78 000)
Coût initial de production - - 77 000

 Coût de production de K
Elements Qté Cu Montants
Matières premières 790 000
MOD 512 000
CI 585 000
Coût de production global de l’atelier de Fabrication 1 887 000
Coût de production de S (77 000)
Coût de production de K 1 810 000

3- Evaluation des déchets et rebuts


Un déchet est un résidu de fabrication obtenu en même temps que le produit principal. Les
déchets sont constitués généralement d’éléments de matières.
Le rebut est un produit fini ou semi-fini impropre à une utilisation (consommation) en raison
dans la plupart des cas d’un défaut de fabrication.
Il est inutile de calculer le coût de production d’un déchet ou d’un rebut sans valeur. Il convient
tout simplement, lorsqu’il en existe d’incorporer les frais de leur évacuation au coût du produit
fini récupérable ayant donné naissance à ces déchets et rebuts.
a- Cas des déchets et rebuts vendus en l’état
Le prix de vente est :
- soit soustraire de coût de production du produit ayant donné naissance à ces déchets et
rebuts (en cas général) ;
- soit considéré comme un bénéfice venant s’ajouter au résultat dû ou des produits dont
proviennent ces déchets et rebuts.
b- Cas des déchets et rebuts réutilisés par l’entreprise elle même
Les déchets et rebuts réutilisés par l’entreprise après traitement sont valorisés au coût du marché
soit à un prix forfaitairement diminué d’une décote représentant le frais de traitement et ou de
distribution. La valeur ainsi déterminée soustraite de coût de production du produit dont
proviennent ces déchets et rebuts.
Ensuite, on ajouté cette valeur au coût de production du bien utilisant ces déchets et rebuts.

Application
Une entreprise a fabriqué 18 000 unités du produit «TOWOBOLA» et obtenu au cours de
fabrication des déchets D1 , D2 , D3 et D4 .
 D1 est sans valeur mais les frais de son évacuation s’élèvent à 25 000.
 D2 est vendu à 22 800. Les frais de distribution représentent 10% du prix de vente.
 D3 peut être réutilisé dans la fabrication du produit « MM » pour 40 000 F.
 D4 sera réutilisé après traitement. Il est évalué au prix du marché à 70 000 et les frais de
traitement seront engagés pour 12 000.
L’ensemble des charges de fabrication est de 6 850 000.
Travail à faire :
Déterminer le coût de production unitaire du produit «TOWOBOLA». .

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 25


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Résultat
Calcul du coût de production de «TOWOBOLA»

Eléments Calculs Montants


Les charges de la Période 6 850 000
Frais d’évacuation D1 + 25 000
Coût de production de D 2 22 800 – 2 280 (20 520)
Frais de vente 22 800
Frais de distribution 22 800 x 0,1 = 2 280
Valeur de D 3 (40 000)
Coût de production de D 4 70 000 – 12 000 = 58 000 (58 000)
Prix de vente
Frais de Traitement
Coût de production de 18 000 unités de «TOWOBOLA» 6 756 480

6 756 480
Coût unitaire = = 375,36
18 000
4- Evaluation des commandes
La commande, une fois terminée doit être facturée et livrée. Une commande non facturée est
une commande en cours de fabrication.

+ Valeur des commandes en cours initial


+ Charges de la période
- Valeurs des commandes en cours finals
= Coût de production des commandes terminées

Application
Une entreprise qui travaille sur commande vous fournit les informations ci-après
 TRCI de Juin 2013
Eléments Atelier 1 Atelier 2 Atelier 3
Totaux secondaires 203 360 116 400 250 000
Nombre d’UO 6 200 3 000 10 000

Au début du mois les commandes N o 100, No 101, N o 102 étaient encours de fabrication.
Les deux premières ont été achevées le 30 Juin.
Les commandes No 102 et N o 103 mises en sentier le 20 Juin sont restées inachever.
Par ailleurs on vous donne les feuilles d’affection et d’imputation qui se présentent comment
suit :

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 26


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Commandes encours final


Eléments Commandes No 102 Commandes No 103
Q Cu Montants Q Cu Montants
En cours initial - - 57 744 - - -
Matières A - - 16 900 - - 14 000
Matières B - - 29 280 - - 1 220
Matières C - - 12 840 - - 2 100
Atelier 1 1 000 32,8 32 800 5 000 32,8 164 000
Atelier 2 800 38,8 31 040 500 38,8 19 400
Atelier 3 3 000 25 87 500 500 25 12 500
Coût de production - - 268 104 - - 213 220

No des Encours Coûts des matières incorporées Unites d’oeuvre


commandes initials Matière A Matière B Matière C At1 At2 At3
100 275 576 - 8 148 8 820 - 800 1 800
101 206 896 18 880 17 260 11 032 2 000 900 4 200
102 57 744 16 900 29 280 12 840 1 000 800 3 500
103 - 14 000 12 220 20 100 ? ? ?

Travail à faire
Déterminer :
1- le coût de production de chacune des commandes terminées ou non terminées ;
2- les charges de production du mois de Juin ;
3- le coût global des commandes achevées de deux (02) manières.
Résultat
1- Coût de production des commandes.
 Achevons d’abord le TRCI
Eléments At1 At2 At3
Totaux secondaires 203 360 116 400 250 000
Nombre UO 6 200 3 000 10 000
CUO 32,8 38,8 25

 Commandes Terminées
Commandes Terminées
Eléments Commandes No 100 Commandes No 101
Q Cu Montants Q Cu Montants
En cours initial - - 275 576 - - 206 896
Matières A - - - - - 18 880
Matières B - - 8 148 - - 17 260
Matières C - - 8 820 - - 11 032
Atelier 1 - - - 200 32,8 6 560
Atelier 2 800 38,8 31 040 900 38,8 34 920
Atelier 3 1 800 25 45 000 4 200 25 105 000
Coût de production - - 368 584 400 548

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 27


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 Commandes non terminées


2- Déterminons les charges de production du mois de Juin.
Eléments Calculs Montants
Matières A 18 880 + 16 900 + 14 000 49 780
Matières B 8 148 + 17 260 + 29 280 + 1 220 55 908
Matières C 8 820 + 11 032 + 12 840 + 2 100 34 792
Atelier 1 - 203 360
Atelier 2 - 116 400
Atelier 3 - 250 000
Total - 710 240

3- Calculons le coût global des commandes achevées


1ère manière
Eléments Montants
Commandes N 100o 368 584
Commandes No 101 400 584
Total 769 132

2è me manière

Eléments Montants
En cours initiaux
Commande N o 100 275 576
Commande N o 101 206 896
Commande N o 102 57 744
Charges de production de la période 710 240
Encours finals
Commandes N o 102 (268 104)
Commandes N o 103 (213 220)
Coût de production commandes achevées 769 132

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 28


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

CHAPITRE 4

LES INCORPORATIONS ET LA CONCORDANCE DU RESULTAT

On distingue le résultat analytique en comptabilité analytique de gestion et le résultat net en


comptabilité générale. Le résultat analytique sur un produit n’est rien d’autre que la différence
entre le prix de vente hors taxe et le coût de revient correspondant. On a :

+ Chiffre d’affaires hors taxe


- Coût de revient
= Résultat analytique

La somme des résultats de plusieurs types de produits est appelée le résultat analytique global.
Il est indispensable de contrôler périodiquement la concordance des deux résultats afin de
vérifier l’exactitude des données de la comptabilité analytique de gestion.
Le résultat analytique global doit être corrigé des différences d’incorporation (différence de
traitement comptable) pour être égal au résultat net de la comptabilité générale. Ces différences
d’incorporation sont :
- différence d’incorporation sur matières ;
- différence d’incorporation sur amortissements et provisions ;
- différence d’incorporation pour éléments supplétifs ;
- différence d’incorporation sur autres charges de la comptabilité générale ;
- différence d’incorporation sur produits de la comptabilité générale ;
- différence d’incorporation d’inventaire constatée ;
- différence d’incorporation sur coût d’unité d’œuvre et taux de frais.
Ainsi le résultat net de la comptabilité est donc :

+ Résultat analytique global


± Différence d’incorporation
= Résultat net

Le travail est réalisé à l’aide d’un tableau appelé : Le tableau de concordance

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 29


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Tableau de concordance
(+) Augmentation (−)Diminution
Eléments
ou crédit ou débit
Résultat global (Bénéfice) X -
Résultat global (Perte) - X
Charges supplétives X -
Charges non incorporables X
Différences d’inventaire - -
SFR > SFT Excédent X -
SFR < SFT Manquant - X
Différences de substitution sur amortissements et Provisions X X
Frais résiduels sur sections arrondis par défaut - X
Frais résiduel sur sections arrondis par excès X -
Produits non incorporés X -
Charges non incorporés - X
Résultat net de la comptabilité X X
Totaux T1 T2

Application
De la comptabilité analytique de l’entreprise «TCHIDJOUYAYA », on extrait les éléments
suivants :
 Mouvements des stocks
Stock Stock final Différence
Eléments Achats Ventes
Initial théorique d’inventaire
Matières premières 161 200 105 900 - 167 240 300 (Manquant)
Matières consommables 8 400 5 000 - 8 040 50 (Excédent)
Encours de X 10 000 - - 8 000 -
Encours de Y 14 000 - - 12 000 -
Produits finis X 58 000 - 110 000 66 000 80 (Manquant)
Produits finis Y 86 800 - 220 000 94 800 60 (Manquant)

 Charges indirectes 113.600 dont 4.000 de charges supplétives et 5 600 de matières


consommables.
 Main d’œuvre directe 100 000.
 Frais résiduels de section (Totaux secondaire > Montant incorporé) 110.
 Les résultats analytiques sont de 9 060 F sur le produit X et de 20 730 sur le produit Y.
Il a été enregistré en comptabilité générale des produits accessoires pour 600, des revenus
financiers 300, des dotations aux Amortissements des charges immobilisées pour 4 200 et des
charges relatives aux opérations exceptionnelles (HAO) 1 400.
La C.A.GE a substitué à une charge de 45 800 donnée par la comptabilité générale pour une
somme 44 900 qu’elle a incorporé aux coûts.
Travail à faire
1- Etablir le tableau de concordance des résultats.
2- Présenter pour contrôler le compte simplifie de résultats.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 30


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Résolution
1- Etablissons la concordance
Eléments (+ )Augmentation (− ) Diminution
Résultat analytique global 29 790 -
Charges supplétives 4 000 -
Charges non incorporables - 5 600
(4 200 + 1 400) - -
Différences d’inventaires - -
- Manquant (300 + 60 + 80) - 440
- Excédent 50
Différences sur amortissements et Provisions - 900
(44 900 – 45 800)
Frais résiduels de section - 110
Produits accessoires 600 -
Revenus financiers 300 -
Résultat de la comptabilité générale - 27 690

Totaux 34 740 34 740

2- Présentons le compte simplifié de résultat

Charges Montants Produits Montants


Achats de matières premières 105 900 Ventes de produits finis 330 000
∆ de matières consommables (5740) Variation de produits finis 11 860
Achats de matières consommables 5 000 Produits accessoires 600
∆ de stock de matières consommables 310 Revenus financiers 300
Autres charges par natures 109 600
Charges de personnel (MOD) 100 000
Résultat de la comptabilité générale 27 690
Total 342 760 Total 342 760

Calculs annexes
 Autres charges par nature = Somme des charges indirectes + CNI – CS – Matières
consommables considérées comme charges indirectes.
 Autres charges par nature = 113 600 + 5 600 – 4 000 – 5 600 = 109 600
 Variation de stock = SFR – SI
 Avec SFR = SFT – Excédent ou SFR = SFT – Manquant
 Lorsque la variation de stock > 0 alors on obtient un solde créditeur qui est un produit
pour l’entreprise.
 Lorsque la variation de stock < 0 alors on obtient un solde débiteur qui est une charge
pour l’entreprise.
Matières premières
SFR = 167 240 – 300 = 166 940 = SFR = 166 940
Variation de stock = 166 940 – 161 200
Variation de stock = 5 740
Matières consommables

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 31


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

SFR = 8 040 + 50 = 8090


Variation de stock = 8 090 – 8 400 = - 310
SFR = (66 000 + 94 800) – (80 + 60) = 160 660
Variation de stock des produits = (SFR – SI) + (EF – EI)
Variation de stock des produits = (160 660 – 144 800) + (20 000 – 24 000) = 11 860

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 32


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

CHAPITRE 5

LA METHODE DE L’IMPUTATION RATIONNELLE

La méthode de l’imputation rationnelle est une méthode de gestion qui analyse les
charges enregistrées par nature en comptabilité générale en les répartissant en charges fixes et
en charges variables. Elle étudie l’influence des charges fixes sur les coûts et résultats.
I- La variabilité des charges
A- Les charges fixes (CF) ou charges de structure
Ce sont des charges constantes ou relativement constantes quel que soit le niveau d’activité de
l’entreprise.
Exemple : Le loyer d’un local
NB : Les charges fixes varient par palier.
B- Les charges variables (CV)
Ce sont des charges proportionnelles à l’activité de l’entreprise.
Exemple : Matières premières, MOD
L’activité permet la production. Elle se mesure à l’unité d’œuvre. Pour une entreprise donnée,
un niveau normal d’activité est défini et correspond aux conditions normales d’exploitation. Ce
niveau normal est préétabli.

II- Principe de l’imputation rationnelle


A- L’influence de la variation d’activité sur les coûts unitaires
Activité
La production normale mensuelle de l’entreprise « DJIMADE » est de 600 unités de produit
K à 250 heures machines.
L’atelier de fabrication a fonctionné pendant 200 heures en juin et 275 heures en juillet. La
charge fixe mensuelle s’élève à 225 000, et les charges variables par unité d’œuvre (heures
machines) sont de 250F.
Travail à faire
Calculer le coût complet (global et unitaire) pour chacun des deux (02) mois.

Résolution

Eléments AR1 =200H/Machines AN= AR2 =275H/Machines


250H/Machines
Charges fixes 225 000 225 000 225 000
Charges variables 250 x 200 = 50 000 250 x 250 = 62500 250 x 275 = 68 750
Coûts complets 275 000 287 500 293 750
CUO 275 000
= 1375 1150 1068,18
200
CFU 1125 900 818,18
CVU 250 250 250
CUO = CFU + CVU
Remarque:

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 33


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Le coût unitaire complet de l’atelier diminue pendant que le niveau d’activité croît parce que le
même volume de charges fixes s’est vu imputer à un nombre plus important d’unités d’œuvre.
Pour éliminer l’influence de la variation d’activité sur les charges fixes afin de rendre les coûts
comparables dans le temps et de faire des prévisions, on pratique l’imputation rationnelle des
charges fixes.
B- L’imputation rationnelle des charges fixes
La méthode consiste à imputer au coût des charges fixes proportionnelles à l’activité. Les
charges fixes proportionnelles sont appelées charges fixes imputées aux coûts. Ainsi le coût
en imputation rationnelle est obtenu par la formule suivante :
Coût en imputation rationnelle ou coût rationnel = CF imputées + CV. Or
𝑨𝑹
CF imputées = CF réelles * 𝑨𝑵
Les charges fixes d’une section sont celles constatées en activité normale.
𝐴𝑅
Le rapport est appelé rapport d’activité. Son résultat est appelé coefficient d’imputation
𝐴𝑁
rationnel ou taux d’imputation rationnelle ou taux d’activité rationnelle.
L’activité normale est celle qui corresponde à l’utilisation optimale des moyens de production
compte tenu des différentes contraintes qui pèsent sur l’activité (contrainte commerciale,
technique et autres).
L’activité réelle est celle qui est effectivement constatée.

Application
Reprenons l’application précédente et déterminons pour chacun des deux (02) mois :
1- le coefficient d’imputation rationnel ;
2- les charges fixes imputées et le coût d’unité d’œuvre en imputation rationnelle.

Résultat

Eléments AR1 = 200H (Juin) AN = 250H AR2 = 275H (Juillet)


Coefficients en imputation rationnelle 200 250 275
= 0,8 =1 = 1,1
250 250 250
Charges fixes imputées 225 000 x 0, 8=180 000 225 000 247 500
Charges variables 250 x 200 = 50 000 62 500 275 x 200 = 68750
Coût rationnelle 230 000 287 500 316 250
230 000
CUO = 1150 1150 1150
200
180 000 900 900
CFU = 900
200
CVU 250 250 250

Remarque
Le coût unité d’œuvre en imputation rationnelle est stable et à la même valeur en activité
normale.
La méthode d’imputation rationnelle élimine donc l’incidence de la variation d’activité sur les
coûts.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 34


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

C- La différence d’imputation rationnelle (DIR) ou écart d’imputation


rationnel (EIR)
C’est la différence entre les charges fixes réelles de la section et les charges fixes imputées.
DIR = Coût rationnel - Coût complet
Coût complet = CFT + CVT ou DIR = CF imputées – CF réelles totales
On l’appelle également différence d’imputation ou différence sur niveau d’activité.
 Quand CFI < CFR, le CIR < 1 ; la différence d’imputation rationnelle CFI-CFR < 0
et s’appelle mali de sous – activité ou coût de chômage.
 Quand CFI > CFR, le CIR > 1 ; la différence d’imputation rationnelle CFI – CFR > 0 et
s’appelle boni de sur activité.
Application
Reprenons l’application précédente et déterminons pour chacun des deux (02) mois la
différence d’imputation rationnelle.
Solution
DIR = CFI – CFR
Juin
DIR = 180 000 – 225 000
DIR = - 45 000 (coût de chômage)
Juillet
DIR = CFI – CFR
= 247 500 – 225 000
= 22 500 (boni de sur activité)
II- Représentation graphique de DIR
Pour déterminer graphiquement la DIR, il suffit de représenter dans un repère orthonormé
portant en abscisse les activités et en ordonnée les coûts :
- la droite des coûts complets d’équation : Y = Cvu .X + CFT ;
- la droite des coûts en imputation (coûts rationnels) d’équation : Y = Cuo rationnel .X
Avec X = activité (normale ou réelle)

Application
Reprenons l’application précédente et représentons graphiquement les DIR
Résolution :
Equation de la droite des coûts complets
Y 1 = CVu.X + CFT ; Y1 = 250 X + 225 000
Equation de la droite des coûts rationnels
Y2 = CuoR.X ; Y2 = 1150X
Chaque vecteur représentant la DIR est portée par la verticale passant par l’activité réelle et
délimitée par les deux droites.
Chaque vecteur est orienté de la droite des coûts rationnels à la droite des coûts complets.
Tableau de Valeurs
AR1 AN AR2
X
200 250 275
Y1 275 000 287 500 293 750
Y2 230 000 287 500 316 250

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 35


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Y
Y2 = 1150x (coût rationnel)

Y1 = 250x +225 000

Bonis

300 000
275 000
250 000

200 000
Malis

50 000

50 100 150 200 250 275 X

AR1 AN AR2

III- Tableau de répartition en imputation rationnelle


Deux cas peuvent se présenter
1e r cas : Le niveau d’activité est uniforme pour toutes les sections
Dans ce cas le coefficient d’imputation rationnel est aussi uniforme et s’applique aux charges
fixes totales.
Application
L’entreprise « JP-JCO » comprend les sections suivantes :
Entretien, Central, Atelier 1 et Atelier 2 . Pour les mois de décembre 2013, les charges sont :
- matières consommables : 3 600 000 (charges variables)
- frais de personnel (charges fixes) : 4 800 000 et charges variables : 2 400 000
Les charges se répartissent comme peut

Matière consommables Frais de personnel


Entretien 600 000 10%
Centrale 1 200 000 20%
Atelier 1 960 000 40%
Atelier 2 840 000 30%
Les frais de la section d’entretien se répartissent à raison de 25% Atelier 1 et 75% à Atelier 2.
Ceux de la section centrale se répartissent de 3/8 à l’Atelier 1 et 5/8 à l’Atelier 2

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 36


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Travail à faire :
Présenter le TRCI sachant que toutes les sections ont fonctionné à 90% de leur activité normale.
Résolution
Présentons le TRCI
CFI = 4800 x 0,9 = 4320
En KF

Charges Sections DIR


CF Total - Malis
Eléments Total CV CFR Entretien Central At 1 At2
imputées imputé + Bonis
Matière consommable 3 600 3 600 - - 3 600 600 1 200 960 840 -
Frais de personnel 7 200 2 400 4 800 4 320 6 720 672 1 344 2 688 2 016 -480
Totaux primaires 10 800 6 000 4 800 4 200 10 320 1 272 2 544 3 648 2 856 - 480
Répartition secondaire
Entretien - - - (1 272) - 318 954
Central - - - - (2544) 954 1 590
Totaux Secondaires
- - - - 10 320 0 0 4920 5 400
après imputation
2e cas : Le niveau d’activité différent d’une section à une autre
Lors de la répartition primaire la colonne de chaque centre d’analyse est dédoublée en sous
section fixe et sous section variable destinées à recevoir respectivement la partie fixe et la partie
variable des charges indirectes.
Ensuite, on calcule les charges fixes imputées que l’on reporte dans la colonne des charges
variables.
Enfin, on procède à la répartition secondaire.
Application

Reprenons l’application précédente tout en considérant les niveaux d’activité ci-après


Resolution
Centres DIR
Eléments Montants -Malis
Entretien Central At1 At2
+Bonis
Total F V F V F V F V F V
Matières cons. 3 600 - 3 600 - 600 - 1 200 - 960 - 840 -
Frais de personnel 7 200 4 800 2 400 480 240 960 480 1920 960 1 440 720 -
TP avant IR 10 800 4 800 6 000 480 840 960 1 680 1920 1 920 1 440 1560 -
Coefficient IR - - - 0 ,8 - 0,6 - 0,9 - 1,2 -
CFI (384) 384 (576) 576 (1 728) 1 728 1 728 1 728 -
DIR - - - (96) - (384) (192) 288 (384)
TP après IR 10 416 - 1 224 2 256 3 648 3 288
Répartition secondaire
Entretien - - (1224) - 306 918
Central - - - (2256) 846 1410
TS après IR 10 416 0 0 4 800 5 616

Remarque
 Coût complet = Coût rationnel + Malis – Bonis

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 37


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 En cas de prestations réciproques, l’imputation rationnelle est généralement effectuée


dans les sections auxiliaires avant la répartition secondaire.

Exemple
L’entreprise « ANA » vous fournit un extrait de répartition du TRCI de ces charges indirectes ainsi qu’il
suit :
Sections auxiliaires
Administration Gardiennage
Eléments
F V F V
Totaux primaires 460 000 520 000 370 000 440 000
CIR 0,9 - 1,15 -
Répartition secondaire - - - -
Administration - - - 10%
Gardiennage 5% - - -

Travail à faire : Achever le TRCI

Résolution
TRCI
Sections auxiliaires
Eléments Administration Gardiennage
F V F V
TP avant IR 460 000 520 000 370 000 440 000
Coefficient IR 0,9 1,15
CFI (414 000) 414 000 (425 500) 425 500
DIR (46 000) 55 500
TP après IR 934 000 865 500
Répartition secondaire - -
Entretien (982 186) 98 219
Central 48 186 (963 719)
T.S 0 0

Tableau des prestations réciproques


Soient x, y les montants réels respectifs des centres Administration et gardiennage

Eléments Administration Gardiennage


TP 934 000 865 500
Administration - 0,1x
Gardiennage 0,05y -
Total x y

𝑥 = 934 000 + 0,05𝑦 (1)


{
𝑦 = 865 500 + 0,1𝑥 ( 2)
y = 865 500 + 0,1 (934 000+0,05y)

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 38


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

y = 865 500 + 93 400 + 0,005y


0,005y = 958 900
958 900
𝑦= 0,005
y = 963 718, 5919 ; y ≃ 963 719
x =934 000 + 0,05 (963 719)
x = 982 185,95 ; x ≃ 982 186

IV- Détermination du coefficient d’activité d’une section auxiliaire quelconque


Soit C le coefficient d’activité d’une section auxiliaire qui se repartit entre d’autres sections
suivants
Les clés k1 ;k2 ; k3 ……………et kn , si ces dernières (autres sections) ont pour coefficient
d’activité respectif C 1 ; C2 ; … Cn . Nous aurons :
C = C1 k1 + C2 k2 + …Cn kn
𝐧

𝐂 = ∑ 𝐂𝐢 𝐤𝐢
𝐢=𝟏
Application
Soit à déterminer le coefficient d’activité de la section gardiennage du tableau de répartition ci-
après :

Gardiennage Approvisionnement At1 At2


Elément
F V F V F V F V
TP après IR 15 000 22 000 13 000 12 500 40 000 38 000 16 800 25 200
Coefficient IR - - 0,8 - 1,15 - 0,98 -
Rép secondaire - - - - - - - -
Gardiennage - - - 15% - 50% - 35%
Réponse
Désignons par k le CIR de la section auxiliaire Gardiennage
k = (0,8 x 0, 15) + (1,15 x 0,5) + (0,98 x 0,35) ; k =1,038

V- Détermination du résultat de la comptabilité générale (CG) à partir du résultat


analytique avec imputation rationnelle
Connaissant le résultat rationnel (résultat analytique en imputation rationnelle), on peut d’abord
déterminer le résultat de la comptabilité analytique en coût complet
RA en coût complet = Résultat rationnel + Bonis – Malis
Coût complet = Coût rationnel - Bonis + Malis
Le résultat de la comptabilité générale sera ensuite déterminé à partir du résultat analytique
coûts complets au quel seront intégrées les autres différences d’incorporation
Tableau de concordance

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 39


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Eléments + -
Bénéfice x -
RA en Imputation {
Perte - x
Malis - x
Bonis x -
RA en coût complet x x
CNI - x
CS x -
Résultat de la CG
x x
T1 T2

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 40


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

CHAPITRE 6

LES COUTS PREETABLIS : ANALYSE DES ECARTS

Définition

Les coûts préétablis sont les coûts unitaires prévisionnels déterminés à partir des
conditions considérées comme normales, souhaitables.
1- Les différents coûts préétablis
On distingue:
 le coût standard : c’est un coût estimé sur la base d’une analyse technique et
économique dans les conditions normales d’exploitation. Le terme standard renvoie
à la notion de norme, c’est- à- dire de référence à un étalon.
 le coût budgété : c’est un coût calculé à l’avance pour certaine période à partir des
estimations contenues dans un budget d’exploitation ;
 le coût moyen prévisionnel : c’est un coût préétabli dont les éléments sont dégagés
des périodes comptables antérieures.

2- La fiche technique ou fiche du coût unitaire préétabli


Les éléments constitutifs du coût standard d’un produit sont :
- les standards techniques : la quantité de matières premières à utiliser, la masse horaire
de travail, le nombre d’unité d’œuvre à consommer ;
- les prix standards techniques : il s’agit du prix d’achat unitaire des matières du taux
horaire de travail et du coût d’unité d’œuvre du centre d’analyse concerné.
Ces différents éléments constitutifs de coût sont consignés sur une fiche appelée fiche
technique ou fiche du coût unitaire préétabli.
3- Calcul de l’écart global (EG)
Une production peut avoir deux coûts : le coût global réel (coût effectif) et le coût global
standard (coût global prévu) lorsqu’on se place dans les conditions normales d’exploitation.
Par convention tout écart s’obtient par la formule suivante :
EG = Coût global Réel (CGR) – Coût global Prévu (CGP)

Réalisations Prévisions

Les éléments de coût étant la matière première, la MOD et les frais de section, on peut
calculer l’écart global sur matière, sur MOD et sur frais de section ou charges indirectes.
Les calculs se font dans un tableau appelé : tableau comparatif des coûts.
NB : Le coût global préétabli est calculé par élément de la manière suivante :
 Matières première :
𝐐𝐍
CGP = QP * Cup avec 𝐐𝐏 = 𝐏𝐍 ∗ 𝐏𝐑
QP = quantité prévue, QN = quantité normale, PN = production normale
CGP = coût global prévu, Cup = Coût unitaire prévu

 Main d’oeuvre directe (MOD)


Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 41
Support de cours de comptabilité analytique de gestion
𝐓𝐍
CGP = TP * thp ; avec 𝐓𝐏 = 𝐏𝐍 ∗ 𝐏𝐑
TP : temps prévu, thp : taux horaire prévu, TN : temps normal,
 Charges indirectes
𝐀𝐍
CGP = AP * Cuop, avec 𝐀𝐏 = 𝐏𝐍 ∗ 𝐏𝐑
Cuop = Coût d’unité d’œuvre prévu, AP = activité prévue

Remarque
𝑸𝑵 𝑻𝑵 𝑨𝑵
, et représentent respectivement les consommations unitaires normales de
𝑷𝑵 𝑷𝑵 𝑷𝑵

matières, de MOD et des frais de section consignés sur la fiche technique.


S’agissant des coûts, un écart positif (+) est qualifié défavorable tandis qu’un écart
négatif est qualifié de favorable.
Application
La capacité normale de l’entreprise «TCHOPIER’S » est de 100 unités du produit P par
mois. Cette production se réalise dans les conditions normales suivantes:
 matière première : 125Kg à 40F ;
 main d’œuvre directe : 200 heures à 100F par heure ;
 frais de section : 150 unités d’œuvre à 160F l’unité d’œuvre.
A fin décembre il a été usiné 95 unités de P ayant nécessité :
 matière première : 123,5 Kg à 48F ;
 main d’œuvre directe : 202,35 heures à 120F ;
 frais de section 133 unités d’œuvres à 144F.
Travail à faire:
1- Présenter la fiche technique d’une unité de P.
2- Présenter le tableau comparatif des coûts.
Résolution
1- Fiche technique
Eléments Quantités Coûts unitaires Montants
Matière première 1,25 40 50
MOD 2 100 200
Charges indirectes 1,5 160 240
Coût de production 1 490 490

2- Tableau comparatif des coûts

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 42


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Coûts réels Coûts préétablis Ecarts


Eléments
Qté Cu Montants Qté Cu Montants (+) défav (-) favo
Matière première 123,5 48 5.928 1,25x95=118,75 40 4.750 1178 -
MOD 202,35 120 24.282 2x95=190 100 19.000 5282 -
Charges indirectes 133 144 19.152 1,5x95=142,5 160 22.800 - 3.648
Coût de production 95 - 49.362 95 - 46.550 6.460 3.648
Ecart global 2.812 (défav)
Remarque:
Lorsque la production comporte les encours de production, il est nécessaire de présenter
d’abord le tableau d’équivalence des encours.
Application
Une entreprise industrielle vous fournit les informations suivantes relatives à un produit P
Fiche technique d’une unité de P
Eléments Quantités Coût unitaire
Matière première 25 40
MOD 30 22
Charges indirectes 15 60
Réalisation de décembre 2010
 Production terminée : 90 unités de P.
 Encours initials : 10 unités de P.
 Encours finals : 12 unités de P.
Degré d’achèvement des encours
Eléments EI EF
Matière première 60% 40%
MOD 70% 80%
Charges indirectes 50% 50%

Consommation unitaire de décembre 2010


 Matières premières : 26 kg à 45F.
 MOD: 25 heures à 30F.
 Charges indirectes : 18 unités d’œuvre à 50F
Travail à faire :
Présenter le tableau comparatif des coûts
Résolution
Tableau d’équivalence
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 43
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- EI + EF
Eléments PT Qté DA Equiva Qté DA Equiva Pro. Eff CU CG
Matières premières 90 10 0,6 6 12 0,4 4,8 88,8 26 2308,8
MOD 90 10 0,7 7 12 0,8 9,6 92,6 25 2315
Charges indirectes 90 10 0 ,5 5 12 0,5 6 91 18 1638

Tableau de comparaison de coûts


Réalisations Prévisions Ecarts
Eléments Qté Cu Mont Qté Cu Mont +(defav) -(favo)
Matière première 2308,8 45 103896 25 x 88, 8=2220 40 88800 15.096 -
MOD 2315 30 69450 30 x 92, 6=2778 22 61116 8.334 -
Charges indirectes 1638 50 81900 15 x 91=1365 60 81900 0 -
Coût de production - 255.246 - 231.816 23.430
Ecart global 23.430

4- Analyse de l’écart global


Pour connaître les raisons de l’écart global, on procède à son analyse. En effet l’écart
s’explique par :
- soit par une variation des coûts unitaires ;
- soit par une variation des quantités ;
- soit par une variation simultanée des deux.
L’analyse de l’écart global varie selon que la charge est directe ou indirecte.
a- L’analyse de l’écart global sur charges directes
L’analyse peut être faite algébriquement ou graphiquement en deux ou trois sous écarts.
a-1- Analyse algébrique
 En deux sous - écarts
 Matières
EG = E/Q + E/C
E/Q : Ecart sur quantité, E/C : Ecart sur coût
 E / Q  (QR - QP) Cup

E/C  (Cur - Cup) QR

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 44


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 MOD
E/G = E/T + E/th, avec

E/T  ( TR - TP )thp

E/th  (thr - thp) TR
NB : Ecart sur coût (E/C) encore appelé écart sur prix (E/P)
 En trois sous-écarts
 EG/matières = E/Q+E/C+E/E ; avec
E / Q  (QR - QP)Cup

E/C  (Cur - Cup)QP
E/E  (QR - QP)(Cur - Cup)

 EG/MOD= E/T+E/th+E/E ; avec
E / T  (TR - TP)thp

E/th  ( thr - thp)TP
E/E  (TR - TP)(thr - thp)

a-2- Analyse graphique
Les écarts sont représentés :
 soit par des aires de rectangle dans un repère orthonormé portant en abscisse les
quantités ou temps et en ordonnées les coûts unitaires ou taux horaires ;
 soit par un graphique basé sur la notion de vecteur. Ici il convient de tracer dans un
repère orthonormé portant en abscisse les quantités et en ordonnée les coûts globaux.
La droite des coûts réels d’équation : Y = Cur *X
et la droite des coûts préétablis d’équation : Y = Cup*X où (X désigne la quantité ou
le temps)
Remarque
Chaque écart est représenté par un vecteur :
- le vecteur représentant l’écart sur quantité est toujours porté par la droite des coûts
préétablis et délimité par les verticales passant respectivement par la quantité réelle et
la quantité prévue. Ce vecteur est orienté de la verticale de la quantité prévue vers celle
de la quantité réelle ;
- le vecteur écart sur coût est porté par la verticale de la quantité réelle et délimitée par
les deux droites (droite des coûts réels et celle des coûts préétablis) il est orienté des
droites des coûts préétablis vers celle des coûts réels ;
- le vecteur écart global relie les deux vecteurs précédents sous la forme d’un triangle. Il
est orienté de la droite des coûts prévus vers celle des coûts réels.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 45


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Application
L’entreprise « MADEY» pratique la méthode des coûts préétablis vous fournit les informations
suivantes :
Consommations unitaires

Prévisions Réalisations
Eléments
Qté Cu Qté Cu
Matières premières 12 50 13 55
MOD 30 15 28 16
Production réelle = 80 unités de P.
Travail à faire :
1- Calculer l’écart global sur matière et l’analyser algébriquement en 2 sous- écarts puis
graphiquement sous forme de rectangle en 2 et 3 sous- écarts.
2- Calculer l’écart global sur MOD et l’analyser algébriquement en 3 sous-écarts.
3- Procéder à l’analyse vectorielle de l’’écart global sur MOD.
Résolution
1- Calcul et l’analyse de l’écart global sur matières.
- Calcul
EG/matières = Coût GR - Coût GP
= Cur * QR- Cup *QP
𝑄𝑁
Avec 𝑄𝑃 = 𝑃𝑁 ∗ 𝑃𝑅
QP =12 x 80 = 960
QR = 13 x 80 = 1040
EG/matières = (1040 x 55) – (960 x 50)
EG/matières = 9.200 (défavorable)
- Analyse en deux sous-écarts
E/G = E/Q + E/C
E/Q = (QR – QP) Cup
E/Q = (1040 – 960) 50
E/Q = 4.000 (défavorable)
E/C = (Cur –Cup) QR
E/C = (55-50) 1040
E/C = 5.200 (défavorable)
Vérification
E/Q + E/C = EG
4000 + 5200 = 9200 = EG
- Analyse en aire de rectangle en 2 sous-écarts

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 46


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Y
(Cu)

E/C
Cur 55
E/Q
Cup 50

0 960 1040 X Qté


QP QR
- En 3 sous-écarts
Y

E/C

E/E

Cur 55 E/Q

Cup 50

960 1040 X
QP QR Qté

EG/MOD = CGR – CGP


TN
= thr * TR – thp *TP, avec TP = ∗ PR
PN

TP = 30 x 80 ; TP = 2.400
TR = 28 * 80 = 2.240
EG/MOD = (16 x 2.240) - (15 x 2.400)
EG/MOD = - 160 (favorable)
Analyse en trois sous-écarts l’écart global sur MOD

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 47


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

EG/MOD = E/T – E/th + E/E


E/T = (TR-TP)*thp
= (2.240 - 2.400)*15
E/T = -2.400 (favorable)
E/th = (thr-thp)*TP
= (16-15)2400
E/th = 2.400 (défavorable)
E/E = (TR-TP) (thr-thp)
= (2.240 - 2.400) (16 - 15) ; E/E = -160 (favorable)
Equation de la droite
- Coûts réels : y1 =16x
- Coûts préétablis : y2 = 15x
y
y1 =16x
(CR)

y2 =15x
(CP)
36.000
EG
E/T

35.840
E/thE/th
e
33.600
eeEE

0 Temps
2.240 (TR) 2.400(TP) x

a-3- Cas de la méthode de l’épuisement des lots


Application
L’infrastructure de l’entreprise ANA a été conçue pour une production normale de 850 unités
de P avec 2.550 Kg de matières premières à 50 F le Kg. Au mois de juillet de 2013 la production
réelle est de 840 unités de P a nécessité une consommation de matières premières repartie
comme suit :
- 1er lot 500 Kg à 47,5F
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 48
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- 2e lot 400 Kg à 49,25F


- 3e lot 850 Kg à 51 F
- 4e lot 350 Kg à 40 F
Travail à faire :
Calculer l’écart global sur matières et l’analyser suivant la méthode FIFO.
Résolution
EG/matière = CGR-CGP
= Cur QR - Cup QP, avec
QN 2550
QP = PN xPR = 850 x 840
QP = 2.520 Kg
QR = 500+400+850+350 = 2.100 Kg
CGR = (500 x 47, 5) + (49,25 x 400) + (51 x 850) + (40 x 350)
CGR = 100.800
EG/matière = 100.800 – (50 x 2.520)
EG/matière = -25.200 (favorable)
Analyse de l’écart sur matière
EG/matière = E/Q + E/C
E/Q = (QR – QP) Cup
= (2.100 – 2.520) 50
E/Q = -21.000 (favorable)
E/C = E/C1 + E/C2 + E/C3 + E/C4
E/C1 = (CR1 -CP) QR1 = (47,5-50) 500
E/C1 = -1.250 (favorable)
E/C2 = (CR2 – CP) QR2 = (49,25-50) 400
E/C2 = -300 (favorable)
E/C3 = (CR3 – CP) QR3 = (51 – 50) 850
E/C3 = 850 (défavorable)
E/C4 = (CR4 – CP) QR4 = (40-50) 350
E/C4 = -3.500 (favorable)
E/C = -1.250-300+850-3.500
E/C = -4.200 (favorable)
Vérification
E/Q + E/C = -21.000- 4200
= -25.200 = EG (favorable)

a-4 Cas des heures supplémentaires et heures chômées


Application
La production normale de 50 unités de produits P nécessite 100 heures de travail à
40F/heures. Au mois de janvier 2012, la production réelle de 70 unités de P a nécessité 172
heures de travail décomposées comme suit :
- 28 heures supplémentaires à 25% ;
- 14 heures supplémentaires à 50 % ;
- 14 heures supplémentaires à 75% ;

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 49


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- 56 heures chômées et payées au taux normal ;


- 02 heures chômées non payées ;
- 02 heures chômées payées au taux minoré de 25% ;
- 56 heures régulières.
Le coût global réel (le salaire) étant de 5.820F pour le mois de janvier.
Travail à faire:
1- Calculer l’écart global sur MOD et l’analyser en deux sous-écarts
2- Décomposer :
a- l’écart sur temps en deux sous-écarts (écart sur temps productifs et écart sur temps
chômés c’est – à – dire temps improductifs) ;
b- L’écart sur taux horaire en écart sur taux horaire pour les heures supplémentaires,
les heures normales et les heures chômées.
Solution
1-
 Calcul de l’EG/MOD
EG/MOD = CGR-CGP
= thr * TR – thp * TP
100
Avec TP = ∗ 70 = 140 heures
50
EG = 5.820 – (40 x140)
EG = 220 (défavorable)
 Analyse
EG/MOD = E/T + E/th
E /T = (TR – TP) thp
NB : Temps réels = Temps rémunérés
TR = Temps global – heures chômées non payées, donc TR = 172 – 2 = 170
5.820
Ainsi thr =
170
E/T = (170 – 140) 40
E/T = 1.200 (défavorable)
E/th = (thr – thp) TR
5 .820
= ( 170 - 40) 170
E/th = -980 (favorable)
2- Décomposons:
a-
E/T = E/T Productifs + E/T chômés
T productifs = TR payés – heures chômées payées
= 170 – (56+2)
T Productif = 112 heures
E/T productif = (T productif – TP) thp
= (112 – 140) 40
E/T productif = -1.120 (favorable)
E/T chômés = (T chômé – 0) thp = 58 x 40
E/T chômés = 2.320 (défavorable)

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 50


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

b-
Soit x le taux horaire normal
5.820 = (170 – 28 – 14 – 14 -2) x + (28 * 1, 25) x + (14*1, 5) x + (14 * 1,75) x + (2 *0,75) x
= 112x + 35x + 21x 24,5x + 1,5x
5820 = 194x
5820
x= = 30F/ heure
194
E/thHS 25 % =(thHS 25% - Thp) HS 25%
= [(30 ∗ 1,25) − 40] 28
E/thHS 25% = -70 (favorable)
E/thHS 50% = [(𝟑𝟎 ∗ 𝟏, 𝟓) − 𝟒𝟎] 14 = 70 (défavorable)
E/thHS 75% = [(𝟑𝟎 ∗ 𝟏, 𝟕𝟓) − 𝟒𝟎] 14 = 175 (défavorable)
E/thChômé s = [(𝟑𝟎 ∗ 𝟎, 𝟕𝟓) − 𝟒𝟎] 2 = -35 (favorable)
E/thHN = (thHN – thp) HN
NB : Heures Normales (HN) = Ensemble des Heures payées au th normal désigné dans cette
application par x
Ici : HN = 170-28-14-14-2 = 112 heures ou HN = 56 + 56 = 112 heures
E/thHN = [𝟑𝟎 − 𝟒𝟎] 𝟏𝟏𝟐 = -1.120 (favorable)
Verification: E/th = E/thHS + E/thChômés + E/thHN
E/th = -70 + 70 + 175 – 35 – 1.120 = -980 (favorable)

b-Ecart sur charges indirectes


Il s’agit des écarts sur frais de section. Ceux-ci comprennent les charges variables et les
charges fixes. La présence des charges fixes a une double conséquence:
- au niveau du calcul des écarts, on utilise la notion de budget ;
- au niveau de l’analyse des écarts, on tient compte de l’influence des charges fixes sur
les coûts unitaires lorsque l’activité varie
5-Calcul du Coût d’unité d’œuvre préétabli
a- Budget du centre d’analyse
Pour une section donnée le budget permet de déterminer :
- la production, c’est-à-dire le nombre d’unités du produit fabriqué ;
- l’activité, c’est-à-dire le nombre d’unités d’œuvre utilisé.
b- Le budget flexible du centre d’analyse
C’est un budget établi pour n’importe quel niveau d’activité à partir du budget du centre
d’analyse.
Quel que soit le niveau d’activité, les charges fixes demeurent constantes dans le budget
flexible.
Par contre, le coût variable (CV) reste proportionnel à l’activité. Ainsi pour chaque niveau
d’activité le coût du centre est déterminé par la formule suivante du budget flexible
BF = Cvup* x + CFT, BF (x) = Cvup*x – CFT, BF (activité) = Cvup *x + CFT ; avec
𝐶𝑉𝑇
x = l’activité et Cvup = 𝐴𝑁
CVT (normale)
BF(production) = Cvup * x + CFT ; avec x = la production et Cvup = PN

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 51


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Application
Une entreprise industrielle vous fournit les renseignements suivants relatifs d’un produit P :
 production normale 50 unités en 1.000 heures (activité normale) ;
 les charges correspondantes sont de 250.000 dont 50 000 de charges fixes.
a- Calculer le budget flexible pour les niveaux d’activité ci-après 800 heures, 900 heures
et 1.100 heures.
b- Etablir le même budget en terme production
Résolution
a- Budget flexible en terme d’activité
Activités AN
AR1 : 800 AR2 : 900 1.000 AR3 :1100
Charges
CF 50 000 50 000 50 000 50 000
CV 160 000 180 000 200 000 220 000
Budget 210 000 230 000 250 000 270 000
Cuo 262,5 255,55 250 245,45
Cfu 62,5 55,56 50 45,45
Cvu 200 200 200 200

Equation du budget flexible : BF(x) = 200x + 50 000


b- Budget flexible en terme de production
Activités PN
PP1 = 40 PP2 = 45 50 PP3 = 55
Charges
CF 50 000 50 000 50 000 50 000
CV 160 000 180 000 200 000 220 000
Budget 210 000 230 000 250 000 270 000
Cuo 5250 5111,11 5000 4909,09
Cfu 1250 1111,11 1000 909,09
Cvu 4000 4000 4000 4000

AN AR AP
(Activité)

PN PP PR
(Production)
(Productio
𝑨𝑵 𝑨𝑹 𝑨𝑷
=
𝑷𝑵 𝑷𝑷 𝑷𝑹
AN AR PN x AR
= ⇒ = PP
PN PP AN
Cuon = Cfun + Cvun
Cuor = Cfur + Cvur
Cuo = Cfu + Cvu
Déterminons par interpolation le budget flexible pour une production prévue de 53 unités
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 52
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Détermination du budget flexible par interpolation


Solution
50 < 53 < 55
250 000 < BF < 270 000
55 – 50 → 270 000 – 250 000
53 – 50 → BF – 250 000
(BF – 250 000)(55 – 50) = (53 – 50)(270 000 – 250 000)
( 53−50) (270 000−250 000 )
BF – 250 000 = 55−50
BF = 250 000 + 12 000
BF =262.000
BF = Cuvp * x + CFT ou x désigne la production
Autre manière (par vérification): BF = (4000 x 53) + 50000 ; BF = 262 000

6-Calcul et analyse de l’écart global sur frais de section


a- Calcul
Charges indirectes
AN
EG = CGR – CGP = Cuor * AR – Cuop * AP où AP = PR
PN

b- Analyse
 En termes d’activité
L’analyse de l’écart global sur frais de section (FS) se fait toujours en trois sous-écarts
EG/FS = E/B + E/A + E/R
E/B = E/budget
E/A = E/activité
E/R = E/ rendement
 Ecart sur budget (E/B)
C’est la différence entre les frais réels (coût global réel de la section) et le budget établi pour
l’activité réelle.
E/B = CGR – BF(AR)
E/B = (Cuor x AR) – [(Cvup x AR) + CFT]
E/B = (Cvur – Cvup) AR
Démonstration
(Cvur + Cfur) AR – [(Cvup x AR + CFT)]
Cvur.AR + Cfur.AR – Cvup .AR – CFT
AR (Cvur – Cvup) = E/B
Cvur.AR + CFT – Cvup.AR – CFT d’où

 Ecart sur activité (E/A)


C’est la différence entre le budget de l’activité réelle et le coût préétabli de l’activité réelle.
E/A = BF(AR) – Cuop.AR
E/A = [Cvup.AR + CFT] – Cuop.AR
CVT CT
Ici , Cvup = normales et Cuop = normales , CT = coût total
AN AN
CFT
E/A = (AN – AR) Cfup , avec Cfup = AN

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 53


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Démonstration
On sait que E/A = CFT - Cfup x AR
= CFT - Cfup x AR
CFT
= CFT - x AR
AN
𝐴𝑅
= CFT (1- 𝐴𝑁 )
𝐴𝑅
= AN * Cfup (1- ) d’où E/A = (AN – AR) Cfup
𝐴𝑁

E/A = CFT (1 – CIR) où CIR est le coéfficient d’imputation rationnel.


 Ecart sur rendement (E/R)
Il est obtenu par la formule : E/R = Cuop.AR – Cuop.AP ; E/R = Cuop (AR-AP)
En somme l’écart global sur frais de section s’analyse suivant le graphique ci-après
CGR BF(AR) CP de l’AR CGP

Cuor. AR Cvup . AR + CFT Cuop.AR Cuop.AP

E/B E/A E/R


CP de l’AR : Coût prévu de l’activité réelle
 En termes de production
 E/B = CGR – BF(PP)
E/B = Cuor’* PP – [Cvup’ * PP + CFT]
CGR CVT
Ici Cuor’ = et Cvup’ =
PN PN

E/B = (Cvur’ – Cvup’) x PP


 E/A = (Cvup’ * PP + CFT) – Cuop’ * PP
CFT
E/A = (PN – PP) Cfup’ où Cfup ’= PN

 E/R = Cuop’ (PP – PR)


Application
Une entreprise qui pratique la méthode des coûts préétablis vous fournit les informations
Ci-après:
- Prévisions
Production normale 150 unités de P à fabriquer en 90 heures machines pour un coût global de
3.105F dont 1.350 de charges fixes.
- Réalisations
Au mois de décembre 2012, la production réelle de 165 unités de P à nécessité 91 heures
machines pour un coût global (frais de section) de 3.276.
Travail à faire:
1- Calculer l’écart global sur frais de section.
2- Analyser cet écart global :
a- en terme d’activité ;
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 54
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

b- en terme de production.
3- Analyser graphiquement de l’écart global sur frais de section :
a- par des aires de rectangle ;
b- Sous forme de vecteur.
Résolution
1- Calcul de l’EG/Charges indirectes
EG/CI = CGR – CGP
AN 90
EG/CI = Cuor .AR – Cuop.AP ; avec AP = PN xPR ; AP = 150 x165 ; AP = 99
CGN 3105
Cuop = = = 34,5
AN 90
EG/CI = 3276 – (34,5 x 99)
EG/CI = -139,5 (favorable)
2- Analyse de l’EG
a- En terme d’activité
EG/CI = E/B + E/A + E/R
3105−1350
Cvup = = 19,5
90
1350
Cfup = = 15
90
Cuop = Cvup + Cfup ; Cuop = 19,5 + 15 ; Cuop = 34,5
 E/B = CGR – BF(AR)
= Cuor.AR – [(Cvup.AR) + CFT]
E/B = 3276 – [(19,5 x 91) + 1350]
E/B = 3276 – 3124,5
E/B = 151,5 (défavorable)
 E/A = BF(AR) – Cuop.AR
= 3124,5 –(34,5 x 91)
= 3124,5 – 3139,5
E/A = -15 (favorable)
Ou E/A = (AN – AR) Cfup
= (90-91)15 = -15 (favorable)
 E/R = (AR – AP) Cuop
= (91-99) 34,5
E/R = -276 (favorable)
b. En terme de production
 E/B = (Cuor * PP) – [(Cvup * PP) + CFT]
CVT 3105−1350
Cvup = =
PN 150
1350
Cvup = 11,70 et Cfup = =9
150
Cuop = Cvup + Cfup = 20,7
AN AR PN
= ⇒ PP = AN x AR
PN PP
150 𝟏𝟑𝟔𝟓𝟎
PP = x91 ; PP =
90 𝟗𝟎

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 55


Support de cours de comptabilité analytique de gestion
13650
 E/B=3276 – [(11,7 x ) + 1350]
90
= 3276 – 3124,5
E/B = 151,5 (défavorable)
 E/A = BfPP – Cuop .PP
13650
= 3124,5 – (20,4 x )
90
=3124,5 – 3139,5
E/A = -15 (favorable)
Ou E/A = (PN – PP) Cfup
13650
= (150 - ) x9
90
E/A = -15 (favorable)
E/R = Cuop (PP – PR)
13650
= 20,7 ( - 165)
90
E/R = -276 (favorable)
7-Analyse graphique
a. Par des aires de rectangle
L’analyse est faite dans un repère orthonormé portant en abscisse les activités (AR et AP) et en
ordonnée les Cuo (Cuor, Cuop et Cuo budgeté). Dans ce repère orthonormé les écarts
s’obtiennent à l’aide des formules ci-après :
BF(AR)
E/B = (Cuor – Cuob) AR , avec Cuob =
AR
3276 3124,5
Ici Cuor = = 36 , Cuob = = 34,335164 ≃34,34
91 91
 E/A = (Cuob – Cuop) AR
 E/R = (AR – AP) Cuop
Y

Cuor 36 Légendes

E/B

Cuop 34,5 E/A

E/R

Cuob 34,34

0
91 99 x (activités)
AR AP

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 56


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

b. Analyse vectorielle
Pour réaliser l’analyse vectorielle de EG/CI, il suffit de représenter dans un repère orthonormé
la droite des coûts budgétés encore appelée droite de budget flexible d’équation
Y = Cvup * X + CFT et la droite des coûts préétablis d’équation Y= Cuop * X.
Sur l’axe des abscisses seront portées les activités et sur l’axe des ordonnées les coûts globaux.
On représente ensuite les écarts par des vecteurs.
 Le vecteur écart sur rendement (E/R)
(qui correspond à l’écart sur quantité (E/Q)) est toujours porté par la droite des coûts
préétablis et délimité par les verticales passant respectivement par l’activité réelle et l’activité
prévue. Ce vecteur est orienté de la verticale de l’activité prévue vers celle de l’activité réelle.
 Le vecteur écart sur activité (E/A)
Le vecteur E/A + le vecteur E/B sont tous portés par la verticale passant par l’activité réelle
puisque E/A + E/B correspondent à l’écart sur coût E/C.
Toutefois l’écart sur activité est toujours délimité par les deux droites (droite des coûts
budgétés et celle des coûts préétablis) et à pour sens la droite des coûts prévus vers celle des
coûts budgétés.
Par contre le vecteur E/B part toujours de la droite des coûts budgétés au point de
coordonnée (AR ; CGR)
NB :
Le point de coordonnée (AR ; CGR) n’appartient à aucune des deux droites tracées
 Le vecteur écart global E/G part toujours du point de coordonnée (AP ; CGP) au point
de (AR ; CGR) où il doit nécessairement rencontrer le vecteur E/B
Remarque :
La droite du budget flexible et celle des coûts préétablis se coupent toujours au point d’abscisse
x = Activité normale pour l’analyse en terme d’activité et x = Production normale dans une
analyse en terme de production.
Application (voir l’application précédente)
Equation :
- de la droite du BF : y1 = 19,5x 1.350
- de la droite des coûts préétablis y2 = 34,5x

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 57


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

y (coûts) Y2 =34,5x

E/R Y1 =19,5x+1350
E/G
3280,5
3276
3139,5 E/B
3124,5 E/A

3105

0
90 91 99 x (activités)
AN AR AP

Remarque
E/B = (Cvur – Cvup) AR
CVR 3276 −1350
Cvur = =
AR 91
1926
Cvur = 91
1926
E/B = ( − 19,5) 91
91
E/B = 151,5 (défavorable)
 Lorsqu’on veut analyser l’écart sur charges indirectes ; on doit décomposer la quantité
des charges indirectes (CI) en CV et CF

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 58


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Eléments Quantité Coût unitaire Montants


Matières

production
En termes
En termes
d’activité

de
MOD

CI CF = 5 8 40
{
CV = 5 2 10
Coût de production

PN
x AR = Production prévue (PP)
AN
8-Analyse de l’EG/ coût de production
Coûts Ecart
Eléments
Quantité Cu Montants Natures Montants Appréciation
Matières
Cur.QR Favorable
E/C x
Cup.QR ou défavorable
E/Q x
Cup.QP
EG/matières x
MOD
Thr.TR
E/th x
Thp.TR
E/T x
Thp.TP
EG/MOD
Charge indirecte
Cuor.AR
E/B
Cuo. budgeté x
Cuop.AR E/A
x
Cuop.AP
E/R
x
EG/CI
Coût de EG/Coût de
production production

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 59


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

EXERCICES

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 60


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Cas N°1

L’entreprise « ÇA Y EST » est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation du produit


«VIGBO» à partir de deux matières premières X et Y achetées et stockées.

Le processus de fabrication est le suivant :

- la matière X passe dans l’atelier N°1 où elle est transformée en un produit intermédiaire
nommé «VI» momentanément stocké.
- la matière Y épurée dans l’atelier 2, donne un sous-produit nommé «GBO» qui passe
en continu dans l’atelier N°3 où on combine 4 unités de «VI» avec 3 unités de «GBO»
pour obtenir le produit fini «VIGBO », stocké avant la distribution.

Travail à faire : Faire le schéma technique de l’entreprise « ÇA Y EST ».

Cas N°2

L’entreprise «TP» fabrique et vend un produit «TP» à partir de deux matières premières T et
P. Le processus de production est décrit comme suit :

- dans l’atelier A : à partir de la matière T, on obtient un produit semi-fini (PSF) qui passe
sans stockage intermédiaire dans l’atelier B.
- dans l’atelier B : à partir du produit semi-fini (PSF) et de l’adjonction de la matière P,
on obtient le produit fini «TP».

Travail à faire : Présenter le schéma technique.

Cas N°3

L’entreprise « HYPPO » fabrique deux produits A et B à partir de deux matières premières M


et N achetées et stockées.

La production s’effectue dans deux ateliers de la matière suivante :

 l’atelier 1, traite la matière M et fabrique le produit brut «PB».


 l’atelier 2, traite immédiatement le produit « PB » avec l’adjonction de la matière
N. Il y sort les produits A et B stockés avant la vente.

Travail à faire : Présenter l’organigramme de production.

Cas N°4

La société «ANA» fabrique et commerciale trois produits X, Y et Z à l’aide de deux matières


premières A et B dans deux ateliers distincts N°1 et N°2.

La production de ladite société est organisée en « Juste à temps » c’est-à-dire sans stockage des
achats et des productions.

Le processus de production est décrit comme suit :

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 61


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- les produits X et Y sont obtenus dans l’atelier N°1 à partir de la matière première A.
Dans cet atelier on obtient en même temps un sous produit «S» stockés.
- traitement du sous produit «S» avec adjonction de la matière B dans l’atelier N°2. Cette
opération permet d’obtenir le produit Z et des déchets vendus directement aux
vendeuses d’« atta et tévi ».

Travail à faire : Schématiser le processus de fabrication de l’entreprise « ANA ».

Cas N°5

Soit l’organigramme de produit suivant de l’entreprise « TCHOPIER’S ».

V
X
Atelier
Atelier E
3 3 T T
M
Atelier N
1
N T
Atelier
2 2
P P E
O

Travail à faire :

1- Donner les noms des produits fabriqués et vendus par l’entreprise «TCHOPIER’S».
2- Décrire le processus de production de l’entreprise «TCHOPIER’S».

Cas N°6

L’entreprise « AGONMEY - LEWOUILO » fabrique et commerciale deux produits A et B à


partir de deux matières premières X et Y.
Le processus de fabrication est le suivant :
- la matière première X est épurée dans l’atelier N°1 où sont obtenus des déchets D1
vendus aux éleveurs de porcs et des déchets D2 .
- la matière première X épurée passe directement dans l’atelier N°2 où avec adjonction
de la matière première Y donne un produit semi-fini « S » momentanément stocké.
Grâce à l’utilisation partielle du produit semi-fini « S » (le reste étant vendu), de la
matière première Y et des déchets D2 (il s’agit de la totalité des déchets D2 ), on obtient
au niveau de l’atelier 3 les produits A et B conditionnés dans des cartons achetés au fur
et à mesure des besoins.
Travail à faire :
Schématiser le processus de fabrication de l’entreprise « AGONMEY - LEWOUILO »

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 62


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Cas N°7

Déterminer les charges incorporables aux coûts de l’entreprise «MADEY» pour le mois de
Juin à l’aide des renseignements ci-après :
- achats du mois ……………………………………………9 280 000
- transport sur achats ………………………………………...283 000
- frais financiers annuels …………………………………..1 325 000
- dotation annuelle aux amortissements………………….. 1 200 000
- dotation annuelle aux provisions HAO……………………150 000
- autres charges bimestrielles 3 600 000 dont 1 000 000 de pertes
- rémunération annuelle de l’exploitant ……………………2 980 000
- les capitaux propres s’élèvent à 30 000 000 et sont rémunérés à 5%.

Cas N°8

De la comptabilité générale de l’entreprise « NOUDOFININ », on extrait les comptes suivants :


 Les comptes 60 à 67……………………….12.000.000 (annuel) ;
 Les comptes 68 …………………………..600.000 (semestriel).
Les capitaux propres s’élèvent à 36.000.000 et seront rémunérés aux taux bimensuel de 0,625%
et l’exploitant percevra bimestriellement 2 450 000/3.
Par ailleurs, la CAGE retient au amortissement linéaire sur 4 ans alors que 5 ans ont été
appliqués par la comptabilité.
Enfin, parmi les charges de la comptabilité générale, le quart ne concerne pas l’exploitation.
Travail à faire : Retrouver le montant trimestriel des charges incorporables.

Cas N°9

L’entreprise "ALSAZO " au capital de 108.000.000 F tient une comptabilité


analytique de gestion et calcule ses coûts tous les trois (03) mois.
Les charges par nature de la comptabilité générale pour le premier trimestre de
l’exercice N, s’élèvent à 23.538.000 et tiennent compte des éléments suivants :
 une dotation annuelle aux amortissements d’un montant de 2.880.000 relative à une
machine industrielle ;
 une dotation trimestrielle d’un matériel acquis en début d’année à 10.800.000 HT et
amortissable en linéaire sur cinq (05) ans. La CAGE retient un amortissement dégressif
compte tenu de sa dépréciation réelle. (Le matériel est dans sa quatrième année
d’utilisation) ;
 une dotation trimestrielle aux amortissements HAO d’un montant de 1.035.600.
Enfin, la rémunération semestrielle de l’exploitant est de 2.952.000 et les capitaux propres
seront rémunérés au taux bimestriel de 15 ‰.
Travail à faire :
1- Calculer le montant des charges incorporables aux coûts du premier trimestre de
l’année N.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 63


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

2- Déterminer le montant des charges directes puis achever le tableau de répartition des
charges indirectes (voir l’annexe).
Annexe : Tableau de répartition des charges indirectes
Sections auxiliaires Sections principales
Eléments Montants
Administration Matériel Entretien Atelier 1 Atelier 2 Ventes
Tot. Prim 18.000.000 2,5 1,5 1 1,5 2 1,5
Administration - - 250 ? 500 3 000 250
Matériel - ? - 200 100 125 100
Entretien -
300 ? - 700 600 400
Tot. Secondaire ? ? ? ? ? ? ?
Nature d’UO ………… Heure Unité Unité Unité
Heure ouvrier Kilomètre
machine produite produite vendue
Nombre d’UO ………… 4 500 600 2.400 800 1.000 1.600
Coût d’UO ………… ……………. ………… ………... ? ? ?

Cas N°10

Présenter le TRCI de l’entreprise « BIGNON » sachant que les ventes s’élèvent à 750 000.
Eléments Total Energie Entretien Atelier Vente
Matière consommable 400 000 5% 35% 40% 20%
Transport 1 600 000 - 4 km - 6 km
Autres charges 1 600 000 0,2 - 0,5 0,3
Charges de personnel 5 000 000 5% 5% 50% 40%
Dotation aux amortissements 3 000 000 25% 25% 25% 25%
Energie 2/5 ¼ 7/20
Entretien 50% 50%
Nature d’UO HMOD 100 F de vente
Nombre d’UO 16 000 ?

Cas N°11

On vous fournit le TRCI suivant de l’entreprise « APIPLIPI » :


Eléments Montant Transport Energie Approv Atelier A Atelier B Atelier C Vente
TP 18 507 000 1 ½ 3/2 5/2 3/2 2 1
Transport - - 10% 10% 20% 20% 25% 15%
Energie - 0,05 - 0,1 0,3 0,1 0,3 0,15

Travail à faire : Calculer les totaux secondaires.

Cas N°12

L’entreprise industrielle « TCHOPIER’S » au capital de 3.000 actions de 12.000 FCFA


fabrique et commercialise un produit W et un sous produit SP. La production est organisée de
la manière suivante :

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 64


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

L’atelier 1 traite les matières premières T et P pour donner un produit semi- finis (PSF)
momentanément stocké. Au cours du traitement des matières T et P, on obtient un déchet D
vendus aux éleveurs de porcs. L’atelier 2 reçoit le PSF et la matière première O pour donner le
produit W et un sous produit brut(SPB) directement drainé dans l’atelier spécial. L’atelier
spécial traite le SPB et la matière première M pour donner le SP commercialisable.
En vue de calculer les coûts pour le premier bimestre de l’année N, on vous fournit les
informations ci- après :
 les charges annuelles de la comptabilité générale s’élèvent à 124.923.804 y compris les
coûts de la consommation des emballages ; on précise aussi que ces charges
comprennent en outre :
 la dotation trimestrielle aux amortissements d’une machine industrielle de
876.000 ;
 la dotation bimestrielle d’un matériel et outillage acquis le 28 juillet N-4 pour
2.360.000 TTC amorti linéairement sur 60 mois ; sur lequel il est pratiqué un
amortissement dégressif sur la même durée en CA.GE pour tenir compte de la
dépréciation effective du matériel. La valeur résiduelle prévisionnelle du
matériel est de 80.000 ;
 la dotation aux provisions de sept (07) mois de 4.420.717 dont 2.740.717 de dotation
HAO ;
 le loyer bimestriel du magasin central de 480.000 que le comptable a enregistré
pour 840.000.
 la rémunération annuelle de l’exploitant est fixée à 2.400.000 et le capital est rémunéré
au taux semestriel de 6%.
Travail à faire:
1- Présenter le schéma technique de l’entreprise « TCHOPIER’S ».
2- Calculer le montant du capital social de l’entreprise « TCHOPIER’S ».
3- Calculer les charges incorporables aux coûts.

Cas N°13

A l’aide d’un tableau simple, répartir les éléments suivants en charges directes ou indirectes :
- matières incorporées aux produits fabriqués ;
- rémunérations versées au personnel de la direction générale ;
- amortissement d’un atelier où l’on fabrique l’unique produit P chromé ;
- primes d’assurance payées pour l’usine fabriquant les produits P, Q et S.

Cas N°14

Stagiaire à la société « REPARTY», les informations suivantes vous sont communiquées pour
la réalisation de la réparation des charges.
1- Les sections : administration, entretien, approvisionnement, atelier n°1, atelier n°2 et
distribution.
2- Les charges :

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 65


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 services extérieurs A : 6.000.000 réparti comme suit : 10% à administration, 15% à


entretien, 15% à approvisionnent, 15% à l’atelier n°1, 20% à l’atelier n°2 et le reste à
distribution ;
 services extérieurs B : 15.000.000 réparti comme suit : 2 à administration, 1 à entretien,
4 à approvisionnement, 3 à l’atelier n°1, 3 pour l’atelier n°2 et 2 pour distribution ;
 les autres charges : 40.000.000 réparti comme suit : 0,1 à administration, 0,2 à entretien,
0,2 à approvisionnement, 0,15 à atelier n°1, 0,15 à l’atelier n°2 et 0,2 à distribution.
3- Les clés de répartition :
 administration donne 25% à approvisionnement, 30% à l’atelier n°1, 20% à l’atelier
n°2 et 25% à distribution ;
 entretien donne 30% à approvisionnement, 15% à l’atelier n°1, 25% à l’atelier n°2
et le reste à distribution.
4- Les natures d’unités d’œuvre :
 approvisionnement : kilogramme de matières premières achetées ;
 atelier n°1 : heure machine ;
 atelier N°2 : heure main d’œuvre directe ;
 distribution: 200 F de vente.
5- Autres renseignements :
 achat de 4.000 kg de matières X à 150F et de 6.000 kg de matières Y à 200F ;
 HMOD : 1.200 heures pour l’atelier n°1 et 1.500 heures pour l’atelier n°2 ;
 Heures machines : 1.000 pour l’atelier n°1 et 2.000 pour l’atelier n°2 ;
 Ventes de la période : 15.000 produits à 600 F l’unité.
Travail à faire:
1- Calculer le montant des charges incorporables aux coûts.
2- Présentez le tableau de répartition des charges indirectes. Arrondir si possible les coûts
d’unité d’œuvre à l’unité la plus proche.
Cas N° 15
La société industrielle « GBETOHO » fabrique un produit Bobo à partir d’une matière X.
Au cours du mois de février N, les mouvements de stock de la matière X se présentent ainsi :
3- 02: Stock initial …………………………………….1 200 Kg à 500 F
6- 02: Achat ……………………………………………. 600 Kg à 200 F
8- 02: Consommation …………………………………………..300 Kg
9- 02: Achat …………………………………………… 900 Kg à 700 F
18- 02 : Consommation ……………………………………….1 800 Kg
25- 02 : Achat ……………………………………………600 Kg à 550 F
27- 02: Achat …………………………………………….300 Kg à 300 F
31- 02 : Consommation……………………………………………750 Kg
Travail à faire :
Etablir le compte d’inventaire permanent de la matière X suivant les méthodes d’évaluation
ci-après :
 Coût Moyen Unitaire Pondéré (CMUP)
 FIFO
 LIFO
NB : Le stock final réel est 445 Kg.
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 66
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Cas N°16

Les mouvements des matières premières de l’entreprise industrielle « MOTOMOTO » au


cours du mois de janvier N sont les suivants :
1/01/N stock 100 Kg à 5 F le Kg
5/01/N sortie 800 Kg à ?
10/01/N entrée 600 Kg à 6 F le Kg
25/01/N sortie 500 kg
28/01/N entrée 500 Kg à 8 F le Kg
Travail à faire : Présenter les fiches de stocks selon les méthodes :
a- du CUMP après chaque entrée ;
b- du CUMP avec calcul en fin de période ;
c- FIFO ;
d- LIFO.
Cas N°17

La société ‘ALSAZO’’ fabrique et commercialise les produits R et S dans les conditions


suivantes :
Atelier 1: Fabrication du produit semi-fini PSF à partir de la matière première M.
Atelier 2: Fabrication des produits R et S à partir du produit semi-fini PSF qui passe
directement dans cet atelier et de la matière première N.
Pour le mois de Janvier 2012, vous disposerez des renseignements suivants :

1°) Stocks au 01 Janvier 2012


- Matière M : 70 kg pour 2015
- Matière N : 125 kg pour 4080
- Produit R : 75 kg unités pour 23190
- Produit S : 40 kg unités pour 10760
2°) Achats du mois
- Matière M : 250 kg à 25 F le kg
- Matière N : 400 kg à 30 F le kg
3°) Main d’œuvre directe
- Atelier 1 : 1300 heures à 125 F l’heure.
- Atelier 2 : 200 heures dont 75 heures pour S. Taux horaire 150F
4°) Consommations du mois
- Matière M : 240 kg
- Matière N : 230 kg pour R et 200kg pour S.
5°) Charges indirectes
Tableau de répartition des charges indirectes.
Eléments Approvisionne ment Atelier 1 Atelier 2 Distribution
Totaux secondaires 1095 2820 2800 3720
Nature U.O 100F d’achat Heure-machine Heure de MOD 10F de vente
Nombre U.O ? 282 ? ?

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 67


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

6°) Production du Mois


 Produits PSF : 240 kg dont 150 kg consommés par R et le reste par S.
 Produits R : 200 unités
 Produits S : 125 unités
7°) Stocks réel au 31 Janvier
 Matière M : 78 kg
 Matière N : 98 kg
 Produits R : 126 unités
 Produits S : 30 unités

8°) Vente du Mois


 Produits R : 150 unités à 750F
 Produits S : 135 unités pour 42500F
Travail à faire :
1- Présente le schéma technique.
2- Achever le tableau de répartition des charges indirectes.
3- Calculer les différents coûts et résultats analytiques.
Cas N°18

La société Anonyme «AVIMADEMEY» est spécialisée dans la fabrication et la distribution


de deux produits : Succès (S) et Réussite (R) qui pèsent respectivement 0,007 tonne et 0,1
quintal. L’organisation de la production peut être ainsi décrite :
- l’atelier I : fabrique le produit (S) qui nécessite par unité 4 kg de matière ‘’Courage’’
(C) ; 3 kg de matière ‘’Travail’’ (T) et 1 heure 30 minutes de main d’œuvre directe ;
- l’atelier II : fabrique le produit (R) par association de matière ‘’Prudence’’ (P) au produit
(S).
Aucune perte de poids n’est à signaler dans les deux ateliers et la méthode du coût unitaire
moyen pondéré (CUMP) avec cumul du stock initial est utilisée pour valoriser les sorties. Les
informations tirées de la comptabilité du premier trimestre vous sont fournies en annexes.
ANNEXE 1 : Etat des stocks de matières premières
Eléments Stocks initiaux Achat du trimestre Stocks finals
Matière C 5.000 kg à 740 20.000 kg à 500 F le kg 1.020 kg
Matière T 5.000 kg à 733,2 14.000 kg à 700 F kg le kg 950 kg
Matière P 16.000 kg à 651 8.000 kg à 600 F le kg Néant

ANNEXE 2 : Etat des stocks de produits


Eléments Stocks initial Production Sortie Stocks finals
*Atelier II : 8.000 unités
Succès 9.200 unités pour 55.200.000 6.000 unités 1.392 unités
*Ventes : 5.800 unités
Réussite 4.200 unités pour 40.724.000 8.000 unités 11.500 unités 708 unités

ANNEXE 3: Autres informations


- Atelier I : le taux horaire est de 800 francs ;
- Atelier II : 1 heure 12 minutes par produit au taux horaire de 1.000 francs ;

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 68


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- Les commissions directes sur ventes s’élèvent à 10% du chiffre d’affaires ;


- Le prix de vente unitaire des produits (S) et (R) sont respectivement de 11.800 francs
TTC et 17.700 francs TTC ;
- TVA 18%.
ANNEXE 4 : Tableau de répartition des charges indirectes
Centres auxiliaires Centres principaux
Eléments
Entretien Energie Approvisionn. Atelier I Atelier II Distribution
Total primaire 465.000 287.500 1.835.500 1.150.000 4.123.500 7.687.500
Entretien - 1/8 1/8 1/4 3/8 1/8
Energie 1/10 - 2/10 3/10 3/10 1/10
Totaux secondaires - - ? ? ? ?
Nature U O - - 2.500F d’achat H/machine H/MOD Unités vendues
Nombre U O - - ? 3.450 ? ?
Travail à faire:
1- Présenter le schéma technique de l’entreprise.
2- Achever le tableau de répartition des charges indirecte (TRCI).
3- Calculer le coût d’achat et présenter l’inventaire permanent des matières.
4- Calculer les coûts de production des produits (S) et (R) et présenter l’inventaire
permanent de ces produits.
5- Calculer le coût de revient et le résultat analytique des produits (S) et (R)
6- Calculer le résultat analytique global.

Cas N°19

L’atelier d’usinage d’une entreprise de mécanique fabrique sur commande des pièces
métalliques de trois modèles différents A, B, C.
L’entreprise veut répartir entre les coûts de production des pièces A, B, C, les charges
indirectes (communes) estimées à 45.000 F proportionnellement aux charges de main
d’œuvre directes correspondant respectivement aux trois pièces : 40.000 ; 50.000 ; et
60.000.
Travail à faire
1- Déterminer les charges indirectes imputables à chaque pièce.
2- Calculer le coût complet de chaque commande de pièces livrées sur place à l’usine
sachant que les autres charges sont directes dont les matières premières consommées
80.000 F correspondant respectivement à 24.000 F, 36.800 F et 19.200 F.
3- La marge bénéficiaire de chaque commande est de 20% du coût de revient.
Déterminer le prix de vente de chaque commande.
4- Sachant que le prix unitaire de vente d’une pièce est fixé respectivement à 50 F, 60 F,
et 40 F, déterminer les quantités produites et vendues.
5- En supposant d’autre part que la répartition des charges indirectes totales est
proportionnelle non seulement aux mains d’œuvre mais également à des coefficients
d’équivalence fixés à 1 pour A, 1,5 pour B, et 2 pour C, déterminer le nouveau
coefficient de proportionnalité de répartition et les charges indirectes nouvelles à
imputer à chaque production.
NB : Retenir quatre chiffres après la virgule des calculs effectués au point 5.
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 69
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Cas N°20

Les renseignements obtenus du service de comptabilité de l’entreprise « PITHOREX »


spécialisée dans la fabrication des meubles de deux catégories (Catégories A, Catégories B)
dans le mois de Décembre sont les suivants :
- Résultat analytique du produit ‘’Meuble’’ Catégorie A est égal à 550.000 F (Bénéfice).
- Résultat analytique du produit ‘’Meuble ‘’ Catégorie B est égal à 125.000 F (perte).
- Charges non incorporables …………………………………………………….15.000 F
- Charges supplétives incorporées………………………………….…960.000 F (annuel)
- Frais résiduels de section ………………………………………………………….400 F
- Différence d’inventaire sur matière M1 ………………………………………...+1.050
F
- Différence d’inventaire sur matière M2 ………………………………………….– 750
F
- Produits d’exploitation non incorporables……………………………………… 900
F
- Charges HAO …………………………………………………………………….5.200
F
- Produits HAO …………………………………………………………………….7.000
F
Travail à faire :
Déterminer le résultat de la comptabilité analytique globale et celui de la comptabilité Générale
à l’aide d’un tableau de concordance.
Cas N°21

Une société d’électronique est spécialisée dans l’assemblage de circuits électroniques (C1 et
C2) à partir de 3 composants A, B et C achetés auprès d’un fournisseur.

Environ un tiers du chiffre d’affaires est réalisé par la vente du circuit C1 à un important
client du secteur de l’électroménager qui l’utilise dans les programmateurs de lave – vaisselle.

Les circuits C2 sont fabriqués et vendus à la commande à un grand nombre de clients de


divers secteurs industriels : fabriques de jouets, menuiseries industrielles, horlogers, etc.

On vous communique un document et des annexes suivants :

 Document

La nomenclature des composants utilisés pour la fabrication d’un circuit est la suivante :

Composants/circuits C1 C2 Prix Unitaire HT


A 1 1 25
B 1 2 50
C 1 45

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 70


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Ces composants passent dans un atelier d’assemblage dans lequel ils nécessitent les temps de
main d’œuvre suivants, en minutes :

Circuits C1 C2
Temps de main d’œuvre 15 mm 20 mm
Le coût horaire de la main d’œuvre directe, charges sociales comprises est évalué à 100 F.

Pour le premier semestre de l’année N, les charges indirectes sont actuellement réparties entre
trois centres d’analyse pour les montants suivants :

Centres Approvisionnement Assemblage Administration/Distribution


Total 202 500 F 1.200.000 F 480.000 F
Unité d’œuvre 1 F d’achat 1 minute de main 1 F de vente (1)
ou assiette de d’œuvre
frais
(1) La société travaillant à flux tendus, cette assiette de frais a été préférée au coût de
production des produits vendus normalement utilisé.

L’entreprise travaille en juste à temps, pour ses approvisionnements et pour ses livraisons à la
clientèle. Ainsi on peut négliger les problèmes de stockage.

Les ventes relatives à la période sont les suivantes :

Circuits C1 C2
Quantités vendues 10.000 7.500
Prix unitaires HT 180 F 400 F

 Annexe 1 : ACHATS DE COMPOSANTS (EN QUANTITE ET EN VALEUR)

C1 C2 Total
Composants Coût Coût Coût
Quantités Montant Quantité Montant Quantité Monta
unitaire unitaire unitaire
A
B
C
Total

 Annexe 2 : TEMPS ET COÛT DE MAIN D’ŒUVRE DIRECTE

C1 C2 Total
Temps Taux Temps Taux
Quantité Montant Quantité Montant Temps Monta
par unité horaire par unité horaire
mn Mn mn
heures heures h

 Annexe 3 : COÛT DES UNITES D’OEUVRE


Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 71
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Administration
Centres Approvisionnement Assemblage
distribution
Total
Unité d’œuvre ou 1minute de main
1F d’achat 1F de vente
assiette de frais d’œuvre
Nombre d’unité d’œuvre
Coût des unités d’œuvre

 Annexe 4 : COÛTS DE REVIENT ET RESULTAT- METHODES DES COÛTS


COMPLETS

C1 C2
Eléments Prix Prix Total
Quantité Montant Quantité Montant
unitaire unitaire
Prix d’achat
Frais d’approvisionnement
Main d’œuvre directe (min)
Assemblage
Coût de production
Administration/ Distribution
Coût de revient

Chiffre d’affaires

Résultat

% du Chiffre d’affaires

Travail à faire : A partir du document compléter les quatre (04) annexes

Cas N°22

La société industrielle « LAWE » fabrique et commercialise habituellement deux produits GX


et RX et accessoirement un produit X. Le processus de fabrication de ces produits peut être
résumé ainsi :
L’atelier n°1 transforme la matière première A en produit semi-finis X momentanément
stockés. Le produit semi-fini X est vendu en l’état ou utilisé dans les ateliers n°2 et n°3.
Le produit semi-fini X associé respectivement aux matières B et C, dans les ateliers n°2 et n°3,
permet d’obtenir les produits finis GX et RX.
La fabrication de RX donne naissance à des déchets (D) qui sont directement vendus.
En vue de calculer les coûts et les résultats, vous disposez des informations suivantes pour le
mois de juillet N :

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 72


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

1- Tableau de répartition des charges indirectes :

Centre Centre Centre atelier Centre atelier Centre de


Eléments
d’approvisionnement atelier n°1 n°2 n°3 distribution
Totaux de répartition
secondaire 2 880 000 7 200 000 26 730 000 32 220 000 14 089 200

2- Nature d’unité d’œuvre des centres :


Centre d’approvisionnement : 100F d’achats
Centre atelier n°1 : kg consommé
Centre atelier n°2 : Heure de main d’œuvre directe (MOD)
Centre atelier n°3 : Heure de main d’œuvre directe
Centre de distribution : 1 000 F de chiffre d’affaires TTC
La TVA est au taux de 18%
3- Achats du mois
Matière A: 15 000 kg à 240 F le kg ;
Matière B : 18 000 kg à 330F le kg ;
Matière C : 9 000 kg à 540 F le kg.
4- Consommation de matières premières et de produits semi-finis
 Matières premières
Atelier n°1 : Matière A: 14 400 kg
Atelier n°2 : Matière B: 10 800 kg
Atelier n°3 : Matière C: 12 060 kg
 Produits semi-finis
Produits semi-fini X : 15 300 unités dont 8 100 unités pour la fabrication de RX.
5- Production du mois
Produits semi-finis X : à déterminer
Une unité de X pèse 1,50 kg et les chutes inutiles de matières premières représentent 20% des
quantités utiles.
GX : 7 500 unités entièrement terminées et 600 unités encours de fabrication.
RX : 4 800 unités entièrement terminées.
D : 2 500 kg. Pour faciliter le calcul du coût de production des déchets, on retranchera de leur
prix de vente la marge bénéficiaire représentant 10% du prix de vente ainsi que les charges
indirectes de distribution relatives à ces déchets.
6- Ventes du mois

X : 2 000 unités à 2 500 F HT


GX : 10 000 unités à 15 000 F HT l’unité ;
RX : 5 000 unités à 28 000 FHT l’unité ;
D : 2 500 kg à 1 400 F HT.
7- Situation des stocks au début du mois

Matière A: 3 000 kg à 270 F le kg ;


Matière B : 6 000 kg à 432F le kg ;
Matière C : 10 000 kg à 670,8F le kg.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 73


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Produits semi-finis X : 12 000 unités à 1886,5 F ;


Produits finis GX : 3 000 unités pour 24 806 000 F ;
Produits finis RX : 700 unités pour 9 417 700 F.
8- Situation des stocks à la fin du mois
Matière A: 3 650 kg ;
Matière B : 13 200 kg ;
Matière C : 6 950 kg ;
Produits semi-finis X : 2.650 unités;
Produits finis GX : 500 unités;
Produits finis RX : 510 unités
9- En-cours de fabrication au début du mois
900 unités évaluées à 3 530 500.
10- Main d’œuvre directe
Atelier n°1 : 6 000 h à 593 F l’heure ;
Atelier n°2 : 8 910 h à 1.800F
Atelier n°3 : 4 500 h à 2 400 F
Travail à faire:
1- Présenter le schéma du processus de fabrication.
2- Achever le tableau de répartition des charges indirectes.
3- Calculer le coût d’achat des matières ainsi que les comptes d’inventaire permanent.
4- Déterminer le nombre de produits X fabriqués.
5- Calculer le coût de production des produits semi-finis X.
6- Présenter le compte d’inventaire permanent de X.
7- Présenter le tableau d’équivalence de GX.
8- Evaluer l’encours final de GX.
9- Calculer les coûts de production de GX.
10- Calculer le coût de production global au niveau de l’atelier n°3.
11- Calculer le coût de production des déchets.
12- Calculer le coût de production de RX.
13- Présenter les comptes d’inventaire permanent de GX et de RX.
14- Calculer le coût de revient ainsi que le résultat analytique pour X, GX et RX.
15- Présenter le tableau de concordance ainsi que le compte de résultat simplifié.
NB:
- Les stocks seront valorisés suivant la méthode du coût moyen pondéré (CMP) stock
initial inclus.
- Il n’y a pas d’encours de fabrication pour les produits X et RX.
- Il y a toujours des encours de fabrication de GX achevés à 100% en ce qui concerne la
matière B et le produit semi-fini X et 25% pour la main d’œuvre directe et les charges
indirectes
- On constate un manquant de 50 unités de X.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 74


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- Les charges non incorporables sont de 420 000 F tandis que les charges supplétives sont
de 350 000F.

Cas N° 23

La société industrielle « TCHOPIER’S » fabrique et commercialise deux produits TX et RX


et accessoirement un produit FX. Le processus de fabrication de ces produits se résume ainsi :
Deux matières premières A et B sont traitées dans l’atelier n°1 où elles perdent
respectivement 18,125% et 15% de leur poids pour donner le produit FX momentanément
stockés ; une unité de FX pèse 1,5 kg.
Le produit FX est vendu en l’état ou utilisé dans la fabrication de TX et RX après
adjonction de la matière C dans des proportions différentes dans l’atelier n°2.
En vue de calculer les coûts et les résultats vous disposez des informations suivantes
pour le mois de Novembre N.

1- Tableau de répartition des charges indirectes


Eléments Entretien Transport Approvisionnement Atelier n°1 Atelier n°2 Distribution
Totaux primaires 1.020.000 1.620.000 2.220.000 10.305.000 58.440.000 7.774.000

Entretien
-100% 15% 10% 30% 35% 10%
Transport
10% -100% 30% 15% 5% 40%
Heure de main 1 000F de
Nature d’unité Kg utile
100F d’achat d’œuvre directe chiffre
d’œuvre obtenu
(HMOD) d’affaire

2- Achat du mois
Matière A : 15 000 kg à 240F le kg
Matière B : 18 000 kg à 330F le kg
Matière C : 9 000 kg à 540F le kg

3- Consommation de matières et de produits


Atelier n°1 : Matière A : 14 400 kg ; matière B : 12 600 kg
Atelier n°2 : Matière C : 12 060 kg dont 7 560 kg pour la fabrication de RX
Produit FX : 15 300 unités dont 9 000 unités pour la fabrication de TX.
4- Production du mois
Produit FX: A déterminer
Produit TX: 9 000 unités entièrement terminées
Produit RX: 6 000 unités entièrement terminées
5- Charges de main d’œuvre directe (MOD)
Atelier n°1 : 6 000 heures à 1.593F l’heure
Atelier n°2 : 19 650 heures dont 7 500 heures pour la fabrication de TX.
Coût de l’heure: 1 800 F.
6- Ventes du mois
FX : 2 000 unités à 3000F l’unité

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 75


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

TX : 10 000 unités à 8 000F l’unité


RX: 5 000 unités à 12 000F l’unité
7- Situation des stocks au début du mois
Matière A : 3 000 kg à 270F le kg
Matière B : 6 000 kg à 432F le kg
Matière C : 10 000 kg pour 6 670 000F
Produit FX : 2 500 unités à 2 120 F l’unité
Produit TX : 3 000 unités à 6 825 F l’unité
Produit RX : 120 unités à 10 280 F l’unité
8- Autres informations
 Les stocks seront valorisés suivant la méthode du coût unitaire moyen pondéré.
 Il n’y a pas d’en-cours de fabrication pour les produits FX et TX.
 En-cours de fabrication des produits RX :
- En-cours initiaux : 600 unités évalués à 3 308 160 F.
- En-cours finals: 900 unités.
Le degré d’achèvement des en-cours est de 100% en ce qui concerne la matière C et le
produit FX et 25% pour la M.O.D et les charges indirectes.
Travail à faire:
1- Présenter le schéma du processus de fabrication.
2- Achever le tableau de répartition des charges indirectes.
3- Présenter tous les tableaux permettant de calculer le résultat analytique par produit.
Cas N°24

Les sections de l’entreprise « KEYNES » sont les suivantes :


Sections auxiliaires :
- Gestion du matériel
- Prestations connexes
Sections principales :
- Atelier A
-Atelier B
Les charges indirectes pour le mois de juin se repartissent de la façon suivante :
- Matières consommables : 300.000 F (variable)
- Charges de personnel : 400.000 F (variables)
200.000 F (Fixes)
Les matières consommables concernent :
- La gestion du matériel : 50.000 F
- Les prestations connexes : 100.000 F
- L’atelier A : 80.000 F
- L’atelier B : 70.000 F
Les charges de personnel se répartissent comme suit :
- 10% à la gestion du matériel
- 20% aux prestations connexes
- 40% à l’atelier A

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 76


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- 30% à l’atelier B
Les centres auxiliaires se répartissent de la manière suivante :
- Prestations connexes : 25% à l’atelier A et 75% à l’atelier B
- Gestion du matériel : 40% à l’atelier A et 60% à l’atelier B

Travail à faire :
Présenter le tableau de répartition des charges indirectes en imputation rationnelle.
1- Dans le cas d’une activité uniforme dans toutes les sections ; le coefficient
d’imputation rationnelle étant égal à 0,9.
2- Dans le cas d’une activité non uniforme dans toutes les sections, l’activité des sections
gestion du matériel, prestations connexes, Atelier A, Atelier B, se situant
respectivement à 80% , 60%, 80%, 120% de leur activité normale.
Cas N°25

L’entreprise «DOUGBË » fabrique un produit P à partir d’une matière N. Elle organise sa


production de la manière suivante :
- La matière N est usinée dans l’atelier n°1 entraînant des déchets qui représentent 15%
du poids utilement obtenu. Ces déchets sont vendus à 800 F le kg.
- La matière traitée passe dans l’atelier n°2 pour donner le produit P dont l’unité pèse 3
kg.
L’entreprise utilise la méthode de l’imputation rationnelle pour le calcul de ses coûts. Elle
vous fournit les informations ci-après pour le mois de Mai 2013 :
1- Etat des stocks au 01/05/2013 :
Matière N: 30 quintaux pour 2.869.500
Produit P: 700 unités pour 4.800.250
2- Etat des stocks au 31/05/2013 :
Matière N: 1.200kg
Produit P : 510 unités
3- Achats :
Matière N (à déterminer) à 600F le kg
4- Consommation du mois :
- Matière N : à déterminer
- Main d’œuvre directe (MOD)
Atelier n°1 : 1 heure sert à usiner 3 kg de matière et le taux horaire est à 700F
Atelier n°2 : 1.500 heures à 600F
5- Production du mois :
1.500 unités
6- Vente du mois :
(à déterminer) à 8.000 F l’unité
7- Charges indirectes :
- Entretien : 1.060.000 dont 620.000 de variable
- Force – Motrice : 1.340.000 dont 300.000 de fixe
- Approvisionnement : 100.000 de variable et 270.000 F de fixe
- Atelier n°1 : 1.113.500 dont 370.000 de charge fixe.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 77


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

- Atelier n°2 : 707.500 dont 137.500 de variable


- Vente : 825.000 dont 645.000 de variable
8- Répartition Secondaire :
Entretien Force – Motrice
- 20% à Force – Motrice - 10% à Entretien
- 30% à Atelier n°1 - 20% à Approvisionnement
- 30% à Atelier n°2 - 20% à Atelier n°1
- 10% à Approvisionnement - 25% à Atelier n°2
- 10% à Vente - 20% à Vente
Autres renseignements:
- Les secteurs auxiliaires ont pour coefficient d’imputation rationnelle : (CIR = 1)
- L’Activité normale des sections principales se présente comme suit :
Approvisionnement : 3.000kg de matière achetée.
Atelier n°1 : 1.437,5 heures de MOD
Atelier n°2 : 1.875 heures de MOD
Vente: 1.700 unités
- La rémunération des capitaux propres est de 6% l’an et dotation annuelle non
incorporable est de 180.000 sont à prendre en compte. Capitaux propres 90.000.000.
- Les coefficients d’imputation rationnelle des sections approvisionnements et vente
sont respectivement 1,15 et 1.
Travail à faire:
1- Achever le tableau de répartition des charges indirectes
2- Calculer les différents coûts et le résultat analytique du produit P.
3- Présenter le tableau de concordance et le compte simplifié de résultat.
Cas N°26

La société ‘’BIGNON’’ est une unité industrielle spécialisée dans la fabrication et la


commercialisation de deux produits CHIC et CHOC. Elle a adopté l’imputation rationnelle
comme méthode de calcul des coûts.
Chargé de l’organisation et de la tenue de la comptabilité analytique de gestion (CAGE),
votre chef comptable vous confie un certain nombre d’informations et vous demande, après
avoir présenté l’organigramme de production, achevé le tableau de répartition des charges
indirectes, et déterminé le nombre d’unités de PSF en cours au début et à la fin de la période,
de présenter, d’une part tous les tableaux utiles permettant de déterminer les coût et les résultats
analytiques (global et unitaire) et, d’autre part, de retrouver à partir du résultat de la comptabilité
analytiques global, le résultat de la comptabilité générale en présentant les soldes significatifs
de gestion et le tableau de concordance.

1- Processus de production
Le centre atelier n°1 transforme les matières premières M et N en produits semi finis
PSF momentanément stockés. Il existe toujours dans ce centre de production des en cours

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 78


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

achevés à hauteur de 75% tant en ce qui concerne les matières, la main d’œuvre directe que les
charges indirectes.
Dans le centre atelier n°2, l’adjonction de 4 kg de matière C à une unité de PSF permet
d’obtenir une unité de produit fini CHIC. Une unité de produit fini CHOC résulte de
l’association à une unité de PSF de 3 kg de matière S.

2- Situation des stocks au début du mois d’août


**Matières premières
M : 3000 kg à 2 490 F le kg
N : 6000 kg à 1 835 F le kg
C : 2000 kg à 1 350 F le kg
S : 1500 kg à 1 660 F le kg

**Produits
PSF : 3600unités à 30 255 F l’unité
En cours PSF : à évaluer
CHIC : 1 200 unités à 35 960 F l’unité
CHOC : 400 unités à 38 520 F l’unité

3- Achats de matières premières


M: 9 000 kg à 1 800 F le kg
N: 15 000 kg à 1 620 F le kg
C: 18 000 kg à 1 200 F le kg
S: 12 000 kg à 1 500 F le kg

4- Consommation de matières premières et de produits semi-finis


**Matières premières
M : 10 350 kg
une unité de produit semi-fini (PSF) entièrement achevée nécessite 2 kg de matière M
N : 20 700 kg
C : à déterminer
S : à déterminer
** produis semi-finis
4800 unités pour la fabrication du produit CHIC
3600 unités pour la fabrication du produit CHOC

5- Charges directes (main d’œuvre directe)

*Centre atelier N°1 : une unité de PSF entièrement terminée exige 3 heures de main
d’œuvre directe à 3 600 F l’heure.
Les en cours au début et à la fin du mois d’août ont nécessité pendant le mois
d’août N 2025 heures de main d’œuvre directe.
*Centre atelier N°2 : 7500 heures de main d’œuvre directe (dont 4 500 heures pour le
produit CHOC à 4 800 F l’heure).

6- Production du mois d’août

*Centre atelier N°1 : 5 400 unités sont entièrement achevées et entrées en magasin de
stockage. Les en cours au début et à la fin du mois d’août sont à déterminer et à évaluer.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 79


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

*Centre atelier N°2: Il n’existe aucun en cours dans cet atelier de production.

7- Ventes du mois d’août


CHIC : 5 700 unités à 45 800 F
CHOC : 3 900 unités à 50 250 F

8- Nature d’unité d’œuvre des centres principaux

Approvisionnement : un kg de matière achetée


Centre atelier n°1 : une unité équivalente de PSF
Centre atelier n°2 : une heure de main d’œuvre directe
Centre distribution : une unité vendue

Informations complémentaires
* Les charges indirectes sont réparties comme suit :
Transport…………………………………………..8.000.000F
Services extérieurs A et B……………………........9.000.000F
Impôts et taxes……………………………………12.000.000F
Autres charges……………………………………..5.000.000F
Charges de personnel……………………………..10.000.000F
Charges financières……..…………………………20.00..000F
Dotation aux amortissements d’exploitation……..30.740.000F
* Autres charges et produits enregistrés par la comptabilité générale :
Valeurs comptables des cessions d’immobilisations : 7.000.000F
Charges HAO……………………………………… 13.000.000F
Produits des cessions d’immobilisations…………… 5.500.000F
Produits accessoires………………….……………. 12.500.000F
Revenus financière.………………………………… 2.000.000F

Tableau de répartition des charges indirectes TRCI (en millier de francs)

Centres du Centre gestion Centre Centre atelier Centre atelier Centre


Eléments pers logistique approvision n°1 n°1 distribution
F V F V F V F V F V F V

TRP
3 000 6 960 1 800 5 820 4 800 6 630 9 000 20 610 7 200 13 770 6 000 9 150

CIR 1,08 - 1,1 - 0,9 - 1,2 - 0,9 - 1 -


Centre du
personnel -100% 10% 10% 30% 30% 20%

Centre
gestion -100% 15% 25% 35% 5%
20%
logistique

NB : Toutes les sorties de matières premières ou de produits seront valorisées au coût


moyen unitaire pondéré stock initial inclus.
Le coût de la main d’œuvre directe et celle indirecte sont constants.

Cas N°27

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 80


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

La société « TCHOPIER’S » est une unité industrielle spécialisée dans la fabrication et la


commercialisation de deux de deux produits T et P. Dans le cadre du calcul des coûts au cours de
l’année 2012, elle a adopté la méthode de l’imputation rationnelle. Le cycle d’exploitation de la société
est mensuel.
Le processus de fabrication des ces produits peut être résumé ainsi :
 Le centre atelier n° 1 transforme les matières X et Y en produits semi- finis (PSF)
momentanément stockés. Il existe toujours dans ce centre de production des encours achevés à
hauteur de ¾ tant en ce qui concerne les matières premières, la main d’œuvre directe que les
charges indirectes.
 Dans le centre atelier n° 2, l’adjonction de 4 kg de matière Z à une unité de PSF permet d’obtenir
une unité de produit fini T. Une unité de produit fini P résulte de l’association à une unité de
PSF et de 3 kg de la matière θ.
En tant que gestionnaire comptable, vous êtes consultés pour calculer les coûts et les résultats du mois
de septembre 2012.
A cet effet, vous disposez des informations suivantes :
1- Situation des stocks au 1 er septembre 2012
Matières premières Observations Produits finis Observations
X 3.000 kg à 2.490 PSF 3.600 unités à 30.255
Y 6.000 kg à 1.835 Encours de PSF A évaluer
Z 2.000 kg à 1.350 T 1.200 unités à 35.960
𝜃 1.500 kg à 1.660 P 400 unités à 38.520

2- Achats de matières premières du mois


X : 9.000 kg à 1.800 le kg
Y : 15.000 kg à 1.620 le kg
Z : 18.000 kg à 1.200 le kg
θ : 12.000 kg à 1.500 le kg
3- Consommation de matières premières et des produits semi –finis
 Matières premières :
 X : 10.350 kg. La norme de consommation est de 2 kg de X pour une
unité de PSF entièrement terminée ou achevée.
 Y : 20.700 kg
 Z : à déterminer
 θ : à déterminer
 Produits semi- finis:
 4.800 unités pour la fabrication de T.
 3.600 unités pour la fabrication de P.
4- Main d’œuvre directe
 Centre atelier n°1 : une unité de PSF entièrement terminée exige 3 heures de main d’œuvre
directe à 3.600 F l’heure. Les encours de début et de fin de période ont nécessité pendant le mois
de septembre 2012 ; 2.025 heures de main d’œuvre directe.
 Centre atelier n° 2 : 7.500 heures de main d’œuvre directe dont 4.500 heures pour le produit P
à 4.800 F l’heure.
5- Production du mois de septembre 2012
 Centre atelier n°1 : 5.400 unités sont entièrement achevées et entrées en magasin de stockage.
Les encoures au début et à la fin du mois de septembre 2012 sont à déterminer et à évaluer.
 Ventes du mois de septembre 2012

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 81


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

 T : 5.700 unités à 45.800


 P : 3.900 unités à 50.250
6- Tableau de répartition des charges indirectes
Coefficients d’imputation Charges
Sections Natures d’unité d’œuvre
rationnelle Fixes Variables
Administration 1 ,08 3.000.000 6.960.000 -
Transport 1,1 1.800.000 5.820.000 -
Approvisionnement 0,9 4.800.000 6.630.000 Un kilogramme de matière achetée
Atelier n°1 1,2 9.000.000 20.610.000 Une unité équivalente de PSF
Atelier n°2 0,9 7.200.000 13.770.000 Heure de main d’œuvre directe
Distribution 1 6.000.000 9.150.000 Une unité vendue

7- La répartition secondaire des deux centres auxiliaires


Transport 10%
Approvisionnement 10%
Atelier n°1 30%
Administration Atelier n°2 30%
Distribution 20%
Administration 20%
Approvisionnement 15%
Atelier n°1 25%
Transport Atelier n°2 35%
Distribution 5%
Travail à faire :
1- Présenter l’organigramme de production tout en indiquant les quantités.
2- Présenter le tableau de répartition des charges indirectes.
3- Déterminer le nombre d’unités de PSF encours au début et à la fin du mois de
septembre 2012.
4- Présenter tous les tableaux utiles permettant de déterminer les coûts et les résultats
pour le mois de septembre 2012.
5- Présenter le tableau de concordance puis vérifier la réponse par le compte simplifié de
résultat.
NB:
 Toutes les sorties de matières premières ou de produits seront valorisées au
coût moyen unitaire pondéré(CMUP), stock final inclus.
 Le coût de la main d’œuvre directe et celle indirecte est constant.

Cas N°28

L’entreprise « TCHOPIER’S » fabrique et vend deux produits PL1 et PL2 à partir de trois
(03) matières premières M, N et O traitées dans deux ateliers.

Les matières M et N sont transformées dans l’atelier 1 où la combinaison de 2,5 kg de M et 1


kg de N permet d’obtenir un sous-produit SF.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 82


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Le sous-produit SF passe, après stockage, dans l’atelier 2 où à chaque unité de SF on adjoint


soit 2kg de la matière O pour obtenir un produit PL1 soit 4kg de matière O pour obtenir un
produit PL2.

Vous disposez à l’annexe 1 des informations techniques, commerciales et financières relatives


au mois de Janvier 2010.

Travail à faire:

1- Présenter le schéma technique.


2- Présenter le tableau de répartition des charges indirectes.
3- Présenter les différents tableaux conduisant aux résultats analytiques sur les produits
PL1 et PL2. En déduire le résultat analytique global.
4- Quel serait ce résultat si l’entreprise pratiquait la méthode des coûts complets.
5- Présenter le tableau de concordance afin de retrouver le résultat de la comptabilité
générale.
6- Présenter le compte de résultat simplifié.
ANNEXE 1 : Renseignements concernant l’exploitation du mois de Janvier 2010
1- Etat des Stocks
Au 1er Janvier 2010 Au 31 Janvier 2010
Eléments Quantités Valeurs globales
Matières premières M 3.000 kg 600.000 2.450 kg
Matières première N 2.000 kg 318.000 4.000 kg
Matières première O 4.000 kg 684.000 4.700 kg
Produits SF 500 unités 690.000 700 unités
Encours SF 500 unités 338.000 1.000 unités
Produits PL 1 700 unités 2.100.000 750 unités
Produits PL 2 500 unités 1.587.000 250 unités

2- Achats du mois
 Matières premières M : 12.000 kg à 110 F
 Matières premières N : 6.200 kg à 160 F
 Matières premières O : 12.400 kg à 90 F
3- Charges de main d’œuvres directe
 Atelier 1 : ½ heures par produit SF ; taux horaire 1 200F
 Atelier 2 : 0,5 heures par produit PL 1 à 1 700F l’heure et 0,4 heure par produit PL
2 à 1 500 F l’heure.
4- Production du mois
 Atelier 1 : 4 500 unités de SF sont entièrement achevées dont les 500 encours
initiaux. De même 1 000 unités, sont encours au 31 Janvier 2010. Les degrés
d’achèvement sont les suivants :

ELEMENTS EI EF
Matières M 50% 15%
Matières N 80% 15%
Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 83
Support de cours de comptabilité analytique de gestion

MOD 74% 60%


CI ? ?
 Atelier 2 : 2 800 unités de PL1 et 1 500 unités de PL2 sont entièrement achevées.
5- Ventes du mois
- Produits PL 1 : 2 750 unités à 5 320 F
- Produits PL 2 : 1 750 unités à 4 500 F
6- Charges indirectes du mois

Eléments Entretien Transport Approvision. Atelier 1 Atelier 2 Distribution


Charges Fixes 325 000 225 000 420 000 740 000 640 000 550 000
Variables 321 750 450 000 710 000 1 095 000 788 000 1 130 000
Répartition Entretien -100% 60% 5% 15% 5% 15%
Secondaire Transport 10% 100% 15% 28% 32% 15%
Nature Kg Matières Heures de Heures de Unités
d’unité Achetées MOD MOD Vendues
d’œuvre
7- Autres renseignements
- Le tableau de répartition inclut 362 000 de charges supplétives.
- Il a été enregistré, au cours du mois, 24 000 de produits HAO et 78 050 de
charges HAO.
- La section Transport a connu une suractivité de 20%, la section
Approvisionnement une sous activité de 30% et la section Distribution a
fonctionné normalement.
- Les activités normales des centres Atelier 1 et Atelier 2 sont respectivement de
2 150 heures et 1 666,2/3 heures.
Cas N°29

La société ‘’ZOO’’ est spécialisée dans la fabrication du produit Q. A la fin du mois, il a


été fabriqué 5600 unités de produits Q dont 300 unités en cours de fabrication. Au début du
mois on rappelle que 200 produits étaient en-cours. La production de 5000 unités de Q en
période normale nécessite :
 Matière première X : 7500 kg à 800F le Kg
 Matière première Y : 6000 Kg à 500F le Kg
 Main d’œuvre directe : 9000 H à 1200 F l’heure
 Charge indirectes : 12.000.000 F pour une activité de 8000
heures - machines
Travail à faire
1- Présenter la fiche de coût unitaire mettant en équivalence la quantité, le coût unitaire et
le montant de chaque élément composant une unité de produit terminé.
2- Présenter le tableau de production constatée du mois en unités équivalentes terminées
tout en mettant en évidence la production terminée, les en-cours en produits équivalents
terminés.
3- Calculer les charges totales de la période de production, la valeur d’un encours (début,
fin)
Annexe : Stade d’avancement des en-cours

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 84


Support de cours de comptabilité analytique de gestion

Eléments Début Fin


Matière X 100% 100%
Matière Y 50% 50%
Main d’œuvre directe 75% 40%
Charges indirectes 60% 80%

Cas N°30

La société « AMANI » produit et vend des pots de yaourt pour un marché spécial.

Les services spécialisés de la société ont fait les prévisions pour le mois de décembre 2010.

- Production normale 6.000 pots de yaourt


- Matière lait : 3000 kg à 2500F le kg
- Matière sucre : 4500kg à 3.000F le kg
- Main d’œuvre directe : 3.600 heures à 4.000F l’heure
- Charges indirectes de l’atelier 18.900.000F dont charges fixes 8.505.000F pour une
activité de 3000 heures-machines

En réalité, à la fin du mois de Décembre 2010, il a été fabriqué 6.300 pots de yaourt ayant
occasionné :

- Matière lait : 3.240kgà 2.450F le kg


- Matière sucre 4.620kg à 2.950F le kg
- Main d’œuvre directe : 3860 heures à 4.250F l’heure
- Charges indirectes de l’atelier 19.926.000 pour une activité de 3.240 heures-machines.
TAF :
1- Présenter la fiche de coût unitaire préétabli.
2- Présenter le tableau comparatif des coûts en mettant en évidence les écarts.
3- Analyser :
a- L’écart global sur matière lait en deux sous écarts
b- L’écart global sur matière sucre en trois sous écarts
c- L’écart global sur MOD en deux sous écarts puis en trois sous écarts
d- L’écart global sur charges indirectes en trois sous écarts.

Dèkoundé Wilfried GBANMETON 97-49-21-24 / 95-62-74-32 85