Vous êtes sur la page 1sur 172

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA


RECHERCHE SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE D’ORAN ES-SENIA

FACULTE DES SCIENCES


DEPARTEMENT D’INFORMATIQUE

MEMOIRE
Présenté par
Monsieur GHALEM Mohamed Rafik

Pour obtenir le diplôme de


MAGISTER
Spécialité : INFORMATIQUE
Option : INFORMATIQUE ET AUTOMATIQUE

Intitulé :

SYSTEME D’AIDE A LA DECISION EN


AMENAGEMENT DU TERRITOIRE :
APPROCHE DU TRI MULTICRITERE,
INTEGRALE DE CHOQUET ET SIG

Soutenue le : à la salle de conférences de la Faculté des Sciences.


Devant les membres de jury :

Monsieur Benhamamouch D. M.C. à l’Université d’Oran, Es-Sénia, Algérie


(Président)
Monsieur Beldjilali B. Professeur à l’Université d’Oran, Es-Sénia, Algérie
(Rapporteur)
Madame Hamdadou D. C.C. à l’Université d’Oran, Es-Sénia, Algérie
(Rapporteur)
Monsieur Benyettou A. Professeur à l’Université d’Oran, USTO, Algérie
(Examinateur)
Madame Taghzout N. C.C. à l’Université d’Oran, Es-Sénia, Algérie
(Examinateur)
Remerciements

Je tiens tout d’abord à exprimer ma profonde gratitude à Monsieur BELDJILALI B.,


Professeur à l’université d‘Oran Es-Sénia et encadreur de ce mémoire.

Je le remercie pour ses conseils pertinents et pour m’avoir accueilli au sein de la


post-graduation « Informatique et Automatique » qu’il dirige avec compétence .

Je tiens également à remercier Madame Hamdadou D. C.C. à l’Université d’Oran


Es-Sénia et co-encadreur de ce mémoire pour son aide précieuse et ses conseils qui ont
énormément contribué à la réalisation de ce travail.

Mes plus sincères remerciements s’adressent à Monsieur Benhamamouch D. M.C. à


l’Université d’Oran Es-Sénia qui m’a fait l’honneur de présider le jury de soutenance de
ce mémoire.

Mes plus vifs remerciements iront à Monsieur Benyettou A. Professeur à


l’Université d’Oran USTO et Madame Taghzout N. C.C. à l’Université d’Oran Es-
Sénia, d’avoir de faire partie de ce jury.

Un grand merci s’adresse à :

• Mes parents et ma famille,

• Mes amis.

iii
Résumé

Dans ce mémoire, nous avons élaboré le modèle décisionnel ADMAT (Aide à la


Décision Multicritère en Aménagement du Territoire) qui intègre un SIG permettant de
décrire le territoire et les méthodes de tri multicritère comme outils d’analyse.

Ce modèle élabore un diagnostic concerté du territoire et permet de résoudre deux


problématiques en aménagement du territoire :

- La problématique qui consiste à la recherche d’une surface satisfaisant au mieux


certains critères,

- La problématique qui consiste à la conception d’un réseau de polygones où


chaque polygone détermine le type de l’utilisation du sol.

Ces deux problématiques sont résolues en utilisant respectivement les deux méthodes
multicritère de tri : le tri ordinal et le tri nominal.

La problématique de tri consiste à formuler le problème en terme d’affectation


d’objets à des classes prédéfinies, le tri est ordinal si les classes sont complètement
ordonnées, et est nominal dans le cas contraire.

La plupart des méthodes de tri multicritère d’aide à la décision sont basées sur une
procédure d’agrégation. Les opérateurs d’agrégation utilisés la plupart du temps doivent
satisfaire à l’hypothèse d’indépendance. Néanmoins, rares sont les cas où une hypothèse
aussi forte est vérifiée, nous parlons alors d’interaction entre critères.

L’originalité de notre travail est l’utilisation en aménagement du territoire de


méthodes de tri multicritère basées sur l’introduction de concepts de mesures floues,
mesures monotones, non-additives permettant de représenter la subjectivité humaine, et
de l’intégrale floue.

Plus précisément, nous avons utilisé l’intégrale de Choquet comme opérateur


d’agrégation des préférences du décideur permettant de prendre en compte l’interaction

iv
parmi les critères (synergie et redondance parmi les critères). Nous avons aussi présenté
un modèle utilisant un problème de satisfaction de contraintes, basé sur un ensemble
d’exemples, qui permet d’identifier la mesure floue.

v
Abstarct

In this memoir, we worked out the decisional model ADMAT (Aide à la Décision
Multicritère en Aménagement du Territoire) which integrates a SIG making it possible
to describe the territory and the methods of multicriterion sorting as tools for analysis.

This model works out a concerted diagnosis of the territory and makes it possible to
solve two problematics in regional planning:

- The problematics which consist in the search of a surface satisfying certain


criteria as well as possible,

- The problematics which consist with the network’s design of polygons where
each polygon determine the type of the land use.

These two problematics are resolved by using respectively the two multicriterion
methods of sorting: ordinal sorting and nominal sorting.

The problematics of sorting consist in formulating the problem in term of assignment


of objects to preset classes, the sorting is ordinal if the classes are completely ordered,
and is nominal in the contrary case.

Most of the methods of multicriterion sorting of decision-making aid are based on a


procedure of aggregation. The operators of aggregation used most of the time must
satisfy the assumption of independence. Nevertheless, rare are the cases where such a
strong assumption is checked, we speak then about interaction between criteria.

The originality of our work is the use in regional planning multicriterion sorting
methods based on the introduction of concepts of fuzzy measures, monotonous
measuremes, not-additives making it possible to represent human subjectivity, and of
the fuzzy integral.

More precisely, we used the integral of Choquet as operator of aggregation of the


preferences of the decision maker allowing to take into account the interaction among

vi
the criteria (synergy and redundancy among the criteria). We also presented a model
using a problem of constraints satisfaction, based on a set of samples, which makes it
possible to identify fuzzy measurement.

vii
Table des Matières

Table des Matières

Introduction ............................................................................................................................... 1
Problématique et contribution ................................................................................................ 6
Plan de la thèse........................................................................................................................ 7

I Méthodologie MultiCritère d’Aide à la décision et problématique du tri...................10


1 Introduction ........................................................................................................................10
2 Décision, processus de décision, MMCAD .....................................................................10
3 Les étapes d’un processus décisionnel .............................................................................12
3.1 Définition et formulation du problème......................................................................12
3.1.1 Les acteurs ...........................................................................................................12
3.1.2 Les actions ...........................................................................................................13
3.1.3 Problématiques d’aide à la décision...................................................................15
3.1.4 Critère et famille cohérente de critères ..............................................................20
3.2 Modélisation des préférences.....................................................................................22
3.2.1 Structures de préférences classiques .....................................................................25
3.2.1.1 La structure de préordre complet et d’ordre complet.....................................25
3.2.1.2 La structure de quasi-ordre (parfois appelé semi-ordre)................................26
3.2.1.3 La structure d’ordre d’intervalle .....................................................................27
3.2.1.4 La structure de pseudo ordre ...........................................................................28
3.3 Les méthodes multicritères d’aide à la décision .......................................................30
3.3.1 Méthodes par agrégation complète ....................................................................31
3.3.2 Méthodes par agrégation partielle ......................................................................31
3.3.3 Méthodes par agrégation locale..........................................................................33
3.4 Recommandations ......................................................................................................34

viii
Table des Matières

4 Problématique du tri (P. ) .................................................................................................34


4.1 Différentes phases de la problématique du tri .........................................................34
5 Conclusion.........................................................................................................................36

II Mesures floues et intégrale de Choquet...........................................................................39


1 Introduction ........................................................................................................................39
2 Critères interactifs ..............................................................................................................40
2.1 Corrélation ..................................................................................................................41
2.2 Interchangeabilité .......................................................................................................43
2.3 Dépendance préférentielle..........................................................................................44
3 L’intégrale de Choquet ......................................................................................................46
3.1 L’utilisation des mesures floues ................................................................................46
3.2 Définition et approche intuitive .................................................................................47
4 Propriétés de l’intégrale de Choquet.................................................................................51
5 Additivité d’ordre k de la mesure et intégrale floue ........................................................51
6 La détermination de la mesure floue ................................................................................53
7 Conclusion..........................................................................................................................60

III Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet ...........................................63


1 Introduction ........................................................................................................................63
1.1 Le tri ordinal ...............................................................................................................63
2 L’approche de surclassement de synthèse........................................................................64

2.1 Les concepts de base utilisés pour construire S ......................................................65


2.1.1 Le pouvoir discriminant d’un critère considéré dans la famille de critères F 65
2.1.2 La nature du concept utilisé : concordance et discordance...............................66
2.1.3 La nature des informations inter-critères ...........................................................66
2.1.4 La force des arguments requis ............................................................................66
2.2 La relation de surclassement de synthèse fondée sur l’intégrale floue ..................67

ix
Table des Matières

2.2.1 La concordance....................................................................................................68
2.2.2 La discordance.....................................................................................................71
2.2.3 L’indice de crédibilité de surclassement............................................................72
2.3 Les propriétés de la relation de surclassement flou..................................................74
3 La méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet............................................74
3.1 La modélisation des catégories ..................................................................................75
3.2 La procédure d’affectation .........................................................................................75
3.2.1 Hypothèses du problème ....................................................................................75
3.2.2 Propriétés fondamentales de la méthode du tri ordinal ....................................76
4 Conclusion..........................................................................................................................78

IV Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet ..........................................81


1 Introduction .........................................................................................................................81
2 Procédure d’affectation floue dans la problématique du tri nominal ..............................81
2.1 Données et notations...................................................................................................82
2.2 Les paramètres de la procédure d’affectation ...........................................................83
2.2.1 Les coefficients d’importance des critères.........................................................83
2.2.2 Les Seuils de discrimination...............................................................................83
2.3 Calcul de l’indice d’indifférence partiel....................................................................85
2.4 Relation d’indifférence globale basée sur le principe de concordance ...................86
2.4.1 L’indice de concordance .....................................................................................86
2.5 Calcul de la relation d’indifférence de synthèse.......................................................87
2.5.1 L’indice de discordance ......................................................................................88
2.5.2 L’indice de discordance global...........................................................................89
2.5.3 Construction de la relation d’indifférence de synthèse.....................................90
3 Affectation des actions aux différentes catégories...........................................................91
4 Les propriétés de l’indice d’indifférence global..........................................................93
5 Conclusion..........................................................................................................................94

x
Table des Matières

V Conception et Mise en oeuvre ...........................................................................................96


1 Introduction ........................................................................................................................96
2 Objectifs du modèle décisionnel (ADMAT)....................................................................96
3 Systèmes d’Information Géographique............................................................................97
3.1 Les données du SIG....................................................................................................98
3.1.1 Les données attributaires.....................................................................................98
3.1.2 Les objets géographiques....................................................................................99
3.1.3 Les métadonnées ...............................................................................................102
3.2 Les fonctionnalités des SIG .....................................................................................103
3.3 Quelques exemples de questions auxquelles un SIG peut répondre .....................104
3.4 Les logiciels SIG .....................................................................................................105
4 Définir la problématique : Qui décide de quoi et comment? ........................................107
4.1 Les problématiques considérées ..............................................................................108
4.2 Les acteurs et leur rôle..............................................................................................109
4.2.1 L’homme d’étude ..............................................................................................109
4.2.2 Le décideur ........................................................................................................110
5 La description du modèle ADMAT ...............................................................................111
6 Les phases de la procédure d’utilisation de ADMAT ...................................................114
6.1 La structuration du modèle...........................................................................................114
6.1.1 Identifier les acteurs ..........................................................................................116
6.1.2 Identifier les critères..........................................................................................117
6.1.3 Identifier les actions ..........................................................................................121
6.2 Exploitation du modèle ............................................................................................121
7 Les Classes associées aux deux méthode de tri .............................................................123
7.1 La classe associée au tri ordinal...............................................................................123
7.2 La classe associée au tri nominal.............................................................................124
8 Conclusion........................................................................................................................125

xi
Table des Matières

Conclusion et perspectives ...................................................................................................127

Annexes ..................................................................................................................................130
A Algorithmes de tri multicritère...........................................................................................131
1 L’algorithme de tri ordinal fondé sur l’intégrale de Choquet .......................................131
2 L’algorithme de tri nominal fondé sur l’intégrale de Choquet .....................................134
B Le contrôle ActiveX MapX ................................................................................................138
1 Vue d’ensemble des fonctionnalités de MapX .............................................................138

Glossaire .................................................................................................................................141

Bibliographie..........................................................................................................................155

xii
Liste des figures
1.1 La problématique de choix (P. ) ........................................................................... 16
1.2 La problématique de tri (P. ) ................................................................................ 17
1.3 La problématique du rangement (P. ).................................................................... 19
1.4 Le modèle d’un pseudo-critère.............................................................................. 30
1.5 Processus MCAD ................................................................................................. 36
3.1 Représentation graphique de l’indice de concordance partiel pour un critère g j∈ F

....................................................................................................................... 68
3.2 Représentation graphique de l’indice de discordance partiel pour un critère g j∈ F 72

4.1 Présentation des zones de comparaison définies par les seuils d’indifférence ........ 85
4.2 Représentation graphique de l’indice d’indifférence partie.................................... 86
4.3 Représentation graphique de l’indice de discordance partie................................... 89
5.1 Structuration de l’information géographique : une base de données géographique est
un ensemble de couches........................................................................................ 99
5.2 Mode vectoriel.................................................................................................... 100
5.3 Mode raster ........................................................................................................ 101
5.4 Présentation des fonctionnalités de MapX........................................................... 106
5.5 Le modèle décisionnel ........................................................................................ 113
5.6 Phases et étapes de la procédure proposée pour l’évaluation environnementale... 115
5.7 Procédure de structuration du modèle ................................................................. 120
5.8 Procédure d’utilisation du modèle....................................................................... 122

Liste des tableaux


1.1 Modélisation des quatre situations fondamentales de préférence : comparaison de
deux actions a, b sur la base des vecteurs g(a ) et g(b ) .......................................... 24
1.2 Structures de préférences (où la relation d’incomparabilité est vide) ..................... 29
2.1 Problème de choix d’une voiture........................................................................... 45
2.2 Problème de l’évaluation des étudiants ................................................................. 58

xiii
Introduction
générale
Introduction générale

Introduction

Depuis très longtemps, l’homme recherche à prendre appui sur l’abstraction, le


raisonnement hypothético-déductif pour guider et justifier ses actes. Peu après la
seconde guerre mondiale, nous avons vu apparaître et se multiplier des organismes
d’études dont la fonction était d’analyser et de préparer des décisions de toutes sortes.
Les entreprises, les administrations se sont ensuite dotées progressivement de cellules,
de services ayant une mission d’aide à la décision, souvent appelés services de
Recherche Opérationnelle, et rassemblant des spécialistes venus de diverses disciplines.

Les procédures d’aide à la décision issues de la recherche opérationnelle sont


habituellement conçues pour mettre en évidence, eu égard à un critère préalablement
défini, une solution optimale au sein d’un ensemble de solutions possibles également
préalablement définies. Ces procédures ont connu une grande réussite dans les
problèmes qu’il est possible d’isoler du processus de gestion du système (exemple : choix
du mélange optimal pour des rations alimentaires destinées au bétail), mais s’avèrent mal
adaptées dans les décisions de gestion que nous ne pouvons isoler de leur contexte
(exemple : le tracé d’une autoroute) , en particulier lorsque la décision concerne un
système ouvert, qui intègre des dimensions de natures différentes par exemple :
économique ( optimisation de coût, de production ) ou sociale (acceptation d’un groupe,
impact sur la santé, etc.. ) [Joe 97].

Ce constat dû à la reconnaissance de la complexité des processus de décision, des


rationalités multiples qui s’y côtoient, des conflits qui s’y déroulent et des
transformations qui s’y opèrent ne peut que faire douter de la possibilité de toujours
prouver qu’une décision est ou non la meilleure : meilleure pour qui ? selon quels
critères ? à quel moment ? etc..

1
Introduction générale

Selon Roy [Roy et Bou 93], il y a un arbitraire certain à vouloir justifier l’aide à la
décision en postulant l’existence d’une "vérité" (optimum) vers laquelle l’homme
d’étude1 devrait tendre. Aucune démarche objective fondée sur la seule raison ne peut
démontrer l’optimalité ni même le bien-fondé d’un système de valeurs ou d’un mode
d’anticipation de l’avenir.

L’influence de la personnalité des acteurs impliqués dans un processus de décision


échappe à l’analyste scientifique par beaucoup d’autres aspects, notamment par :

- les projets à long terme dont ils sont porteurs,

- leur capacité à concevoir des possibles et à en évaluer les conséquences, à


remettre en question certaines de leurs convictions ainsi qu’à ébranler celles
d’autrui,

- leur aptitude à agir sur les perceptions et représentations du réel, la façon dont ils
ressentent et lèvent certaines ambiguïtés,

- leur habilité à créer des situations plus ou moins difficilement réversible, etc.

Cette sensibilité de la décision à des facteurs extérieurs explique sa composante


subjective. Le professeur Slowinsky2 a parfaitement exprimé le contenu subjectif de
toute décision : « un problème multicritère n a pas de solution, si on n apporte pas une
information supplémentaire qui est la préférence du décideur ».

L’absence d’optimum dans certaines problématiques a été abordée formellement par


Roy [Roy 81]. Il explique que l’existence d’une solution optimale est conditionnée par
trois contraintes :

- Globalité : chaque solution envisagée doit être exclusive de toutes les autres,

1
L’homme d’étude est celui qui prend en charge l’aide à la décision.
2
Actes de séminaire à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Cité par [Joe 97].

2
Introduction générale

- Stabilité : l’ensemble des solutions considérées doit être fixé une fois pour
toutes,

- Transitivité complète : les solutions doivent être ordonnées de façon


incontestable de la plus mauvaise à la meilleure (transitivité des préférences du
décideur).

Dans les problèmes complexes, il est évident que ces contraintes sont extrêmement
restrictives et rarement vérifiables dans la réalité.

En effet, la première contrainte présume que toutes les solutions potentielles


comprennent tous les aspects de la question et sont mutuellement exclusives.

Or elles sont souvent complémentaires, fragmentaires et rarement globales.

Concernant la seconde contrainte, nous avons vu qu’il est quasiment impossible et


même pénalisant, de conserver un ensemble d’actions (solutions possibles) exhaustif et
permanent pendant tout le processus de décision, car les processus de décision
concernant la gestion du territoire sont lents et durant toute la durée de la procédure, des
événements extérieurs influent sur le projet et parfois le modifie.

La troisième contrainte relative à l’existence d’un optimum concerne les préférences


du décideur entre les différentes actions. Celles-ci doivent nécessairement être
complètement transitives. La transitivité des préférences du décideur est probablement
la condition la plus contraignante de l’optimisation. Roy [Roy et Bou 93] explique que
les préférences des décideurs sont souvent floues, incomplètement formulées et non
transitives3. De plus, elles ont tendance à évoluer au cours du processus de décision.

Le territoire dans lequel nous vivons constitue le cadre de toutes nos activités
sociales, économiques, culturelles, etc…

3
voir l’article de Ben Mena [Men 00] pour un contre exemple de la transivité des préférences du
décideur.

3
Introduction générale

Son étendue limitée nous impose de l’utiliser de façon mesurée et rationnelle. Ceci
implique que nous devrions avoir en permanence une vue exhaustive sur l’état du
territoire, de même que sur les processus qui s’y déroulent.

Suite à l’évolution (économique et sociale) constante autour des centres urbains et


périurbains ces dernières années, les usagers expriment des besoins et des attentes
toujours grandissant vis à vis du développement et du bien être des villes. Ainsi, de
l’évolution de l’urbanisation, se pose la question de sa maîtrise et de sa gestion.

Dans de nombreux travaux tels que [Bou et al 00] et [Top et al 00], la réflexion a
porté principalement sur la conception et l’organisation de bases de données
géographiques facilitant la consultation par l’ensemble des usagers potentiels.

L’impact de l’informatisation des données géographiques ne devrait pourtant pas


s’arrêter là, une deuxième phase devrait la succéder, celle visant la conception
d’approches méthodologiques qui exploitent complètement la richesse des informations
spatiales et qui réalisent un développement durable du territoire. En termes généraux,
ces nouvelles approches peuvent concerner, par exemple, la simulation, la gestion des
risques naturels, les études de localisation d’une infrastructure, les études d’impacts,
etc.. Parmi ces approches, nous citons celles utilisées dans les travaux de :

- [Ben et Bng 00] qui présente une nouvelle méthodologie de diagnostic permettant
de classifier les conduites des réseaux d’assainissement urbains selon leur degré
de vulnérabilité face aux risques hydraulique et structural et représente également
une base de connaissance actualisable sur ces réseaux, dans le but d’évaluer les
performances des réseaux d’assainissement.

- [Bou et Hen 00] qui présente quelques axes de développement d’outils d’aide à
la décision dans les moyennes collectivités à partir de système d’information
géographique pour répondre aux problèmes de la gestion des eaux.

Cependant, l’aménagement du territoire est confronté à une augmentation de la


complexité de la gestion du sol. Cette discipline est aujourd’hui amenée à concilier un

4
Introduction générale

nombre croissant d’objectifs, souvent divergents, défendus par des acteurs motivés
utilisant toutes les voies administratives et juridiques pour parvenir à leur fin [Jeo 97].

L’utilisation de nouveaux outils et méthodes de traitements d’information ne peut se


faire sans bouleverser la pratique professionnelle. Ces modifications devraient toucher
les praticiens, car de nouvelles compétences sont attendues, mais aussi les structures et
l’organisation du travail. Cette remise en question est évidemment difficile à accepter et
les résistances sont inévitables.

Toutefois, cette évolution peut être facilitée si ses propositions méthodologiques se


mettent véritablement au service des personnes qui les sollicitent. Il est donc important
que cette réflexion ne se restreigne pas aux aspects techniques, mais qu’elle permette à
chaque acteur de se situer dans la procédure proposée. En conséquence, ces propositions
méthodologiques doivent s’adapter aux particularités de chaque contexte et être
capables de prendre en compte le point de vue des différents acteurs sur la
problématique.

Ces arguments et ces objectifs, incitent à utiliser les Systèmes d’Information


Géographiques (SIG) pour décrire le territoire et les Méthodes de Classification
MultiCritères (MCMC) comme outil d’aide à la décision.

Les SIG ont de nombreux avantages. Tout d’abord, la manipulation d’un important
volume de données aide à considérer le problème avec toute sa complexité, sans
procéder à des simplifications qui peuvent être hasardeuses. Ensuite, les fonctions
d’analyse spatiale des SIG assurent une précision satisfaisante pour l’évaluation des
distances, des pentes et d’autres informations géométriques ou géomorphologiques. Or,
ces informations sont, en général, à la base de l’évaluation de nombreux critères.
Finalement, l’utilisation du SIG permet de considérer globalement l’ensemble des
variantes disponibles dans la région d’étude [Joe 95].

Les MCMC permettent de fournir au décideur des conseils et des recommandations.


Elles ne cherchent pas à donner une décision optimale du fait des conflits et des
transformations qui interviennent pendant le déroulement de la procédure de décision,

5
Introduction générale

mais elles fournissent plutôt une décision appropriée résultant d’une action de
compromis. De plus, elles permettent d’impliquer le décideur dans la phase de la
construction du modèle afin qu’il puisse y intégrer ses préférences (élaboration d’un
diagnostic concerté du territoire [Joe 97]).

Les méthodes de classification multicritère utilisent uniquement des comparaisons


entre l’action à affecter et les objets de référence des classes. Cette comparaison se fait
par le biais d’un modèle relationnel de préférence. Ainsi ces méthodes évitent le recours
à des distances et permettent d’utiliser des critères quantitatifs et/ou qualitatifs. De plus
elles permettent d’éviter les problèmes rencontrés lorsque les données sont exprimées
dans des unités différentes. Ces avantages constituent une autre raison qui nous a
motivé à utiliser ces méthodes.

Problématique et contribution
Dans ce travail, nous élaborons un modèle décisionnel multicritère qui intègre un SIG
permettant de décrire le territoire et les méthodes de tri multicritère comme outils
d’analyse. Ce modèle traite deux problématiques en aménagement du territoire : la
problématique qui consiste à la recherche d’une surface satisfaisant au mieux certains
critères et la problématique qui consiste à la conception d’un réseau de polygones où
chaque polygone détermine le type de l’utilisation du sol.

Ces deux problématiques sont résolues en utilisant respectivement les deux méthodes
multicritère de tri : le tri ordinal et le tri nominal.

La problématique de tri consiste à formuler le problème en terme d’affectation


d’objets à des classes prédéfinies, le tri est ordinal si les classes sont complètement
ordonnées, et est nominal dans le cas contraire.

Parmi les méthodes de classification multicritères d’aide à la décision développées


pour résoudre ce type de problématique nous pouvons mentionner : la Segmentation
Trichotomique [Mos et Roy 77], Electre TRI [Roy et Bou 93], PROAFTN [Bel 00] et
les méthodes de filtrage basées sur la concordance et la non-discordance [Per 98], etc..

6
Introduction générale

Toutes ces méthodes utilisent la moyenne arithmétique pondérée pour agréger


l’information caractérisant les préférences du décideur sur l’ensemble des critères, ceci
suppose que les critères sont préférentiellement indépendants. Or dans la réalité et
surtout dans un domaine aussi complexe que l’aménagement du territoire, les critères
interagissent et l’hypothèse d’indépendance préférentielle est rarement vérifiée.

Ce constat, nous a amené à utiliser l’intégrale de Choquet discret [Mar 99a] comme
opérateur d’agrégation dans les deux méthodes de tri. Cet opérateur a pour objectif
d’améliorer la puissance de l’analyse multicritère en généralisant la moyenne
arithmétique pondérée par la prise en compte de l’interaction entre les critères.

Plan de la thèse
Cette thèse s’articule autour de cinq chapitres. Les paragraphes suivants résument
chaque chapitre.

Chapitre 1 : Méthodologie MultiCritère d Aide à la décision


(MMCAD) et problématique du tri

Ce chapitre introduit les notions et les concepts de base de l’aide multicritère à la


décision utilisés. Il présente, notamment, les structures de préférences générales et les
différentes méthodologies utilisées dans le processus décisionnel.

Chapitre 2 : Mesures floues et intégrale de Choquet

Ce chapitre traite le phénomène d’interaction parmi les critères. Il introduit les mesures
floues comme outils de modélisation des poids des critères et l’intégrale de Choquet
comme opérateur d’agrégation dans les méthodes multicritères d’aide à la décision.

Chapitre 3 : Méthode de tri ordinal basée sur l intégrale de Choquet

Dans ce chapitre, nous proposons une procédure de tri ordinal (cas où les catégories
sont ordonnées). Cette procédure a la particularité de prendre en compte l’interaction
parmi les critères.

7
Introduction générale

Chapitre 4 : Méthode de tri nominal basée sur l intégrale de


Choquet

Dans ce chapitre, nous proposons une procédure de tri nominal (cas où les catégories
ne sont pas ordonnées) visant à aider le décideur dans le choix d’une ou des classes les
plus possibles à l’affectation d’une action. Cette procédure a aussi la particularité de
prendre en compte l’interaction parmi les critères.

Chapitre 5 : Conception et Mise en uvre

Dans ce chapitre, nous élaborons un processus décisionnel interactif et multicritère


(ADMAT) basé sur les deux approches de tri (nominal et ordinal) et traitant deux
problématiques (des plus utilisées) en aménagement du territoire :

- Problèmatique 1 : Localisation d’un site satisfaisant au mieux un ensemble de


critères.

- Problèmatique 2 : Elaboration d’un plan d’affectation du sol.

8
Chapitre I
MMCAD et problématique du tri

Méthodologie MultiCritère d’Aide à la décision


(MMCAD) et problématique du tri

1 Introduction

Dans ce chapitre, nous visons à définir quelques notions et concepts de base nécessaires
pour mieux cerner notre domaine de recherche.

Tout d’abord, nous présentons une définition de l’aide à la décision. Ensuite, nous
décrivons les étapes d’un processus décisionnel :

1. La définition et la formulation du problème ;

2. La modélisation des préférences ;

3. Le choix et l’exécution de la méthode MCAD appropriée;

4. L’élaboration de la recommandation ;

Enfin, nous introduisons la problématique de tri.

2 Décision, processus de décision, MMCAD

Une décision est le fait d’un individu isolé (le "décideur") exerçant librement un choix
entre plusieurs possibilités d’actions à un moment donné dans le temps. Celle-ci est aussi
souvent la résultante d’interactions entre de multiples acteurs (cf. 2.1) au cours d’un
processus de décision, même si, en dernier ressort, la responsabilité d’une décision incombe
à un individu clairement identifié [Roy et Bou 93].

10
MMCAD et problématique du tri

La dynamique du processus de décision est jalonnée de temps forts où sont arrêtées de


multiples options conditionnant ce que sera la décision globale. Celle-ci apparaîtra alors
comme la synthèse des diverses options prises au cours du processus et l’acte de choix final
n’englobe qu’une faible partie de ce qui fait réellement la décision.

Nous admettrons donc que le concept de décision est difficilement séparable de celui du
processus de décision dans la mesure où c’est l’ensemble des temps forts dans le
déroulement de ce processus qui détermine la décision globale [Roy et Bou 93].

Dans ce contexte, décider ou, de façon plus large, intervenir dans un processus de
décision n’est qu’exceptionnellement trouver une solution à un problème. C’est, le plus
souvent, imaginer des compromis, faire accepter un arbitrage dans une situation de conflit.
Transformer un conflit en un problème, c’est laisser croire qu’il existe une solution, c’est-à-
dire une réponse que tous les acteurs doivent reconnaître comme juste [Roy et Bou 93].

En général, un arbitrage ne peut éliminer une part d’arbitraire, un compromis, une part
de rapport de force. L’analyse multicritère et les procédures qui en dérivent peuvent
contribuer à réduire cette part et à la faire accepter [Roy et Bou 93].

Roy [Roy et Bou 93] suggère la définition suivante de cette discipline : « l aide à la
décision est l activité de celui qui, prenant appui sur des modèles clairement explicités
mais non nécessairement complètement formalisés, aide à obtenir des éléments de réponse
aux questions que se pose un intervenant dans un processus de décision, éléments
concourant à éclairer la décision et normalement à recommander, ou simplement à
favoriser, un comportement de nature à accroître la cohérence entre l évolution du
processus d une part, les objectifs et le système de valeurs au service desquels cet
intervenant se trouve placé d autre part».

11
MMCAD et problématique du tri

L’analyse multicritère a pour objet de fournir au décideur des conseils et des


recommandations. Elle ne cherche pas à donner une décision optimale du fait des conflits et
des transformations qui interviennent pendant le déroulement de la procédure de décision.
Mais elle fournit plutôt une décision appropriée résultant d’une action de compromis [Roy
et Bou 93].

3 Les étapes d’un processus décisionnel

3.1 Définition et formulation du problème

Un problème bien structuré est un problème semi-résolu. La définition et la formulation


d’un problème de prise de décision commence par sa structuration. « La structuration d un
problème est un processus visant à raisonner une issue, identifier les objectifs, buts,
acteurs, actions, incertitudes, et ainsi de suite »[Bel et Ste 02].

Dans les paragraphes suivants, nous introduisons les concepts les plus importants qui
interviennent dans cette phase du processus de décision.

3.1.1 Les acteurs

Selon Roy [Roy 85] « un individu ou un groupe d individus est acteur d un processus de
décision si, par son système de valeurs, que ce soit au premier degré du fait des intentions
de cet individu ou groupe d individus ou au second degré par la manière dont il fait
intervenir ceux d autres individus, il influence directement ou indirectement la décision. De
plus, pour qu un groupe d individus soit identifié comme un seul et même acteur, il faut
que, relativement au processus, les systèmes de valeurs, systèmes informationnels et
réseaux relationnels des divers membres du groupe n aient pas à être différenciés ».

12
MMCAD et problématique du tri

Parmi les divers acteurs, les intervenants sont ceux qui, de par leur intervention,
conditionnent directement la décision en fonction du système de valeurs dont ils sont
porteurs [Roy et Bou 93].

A leur côté figurent tous ceux (administrés, contribuables, etc..) qui, de façon
normalement passive, subissent les conséquences de la décision. Laquelle est seulement
censée tenir compte de leurs préférences. Nous appellerons cette catégorie d’acteurs les
agis [Roy et Bou 93].

Le décideur est l’intervenant dans le processus de décision que les modèles mis en
uvre cherchent à éclairer.

L’Homme d’étude est celui qui prend en charge l’aide à la décision. Mettant en uvre
des modèles dans le cadre d’un processus de décision, il contribue à l’orienter et à le
transformer [Roy et Bou 93].

3.1.2 Les actions

Selon la nature des problèmes, les actions, appartenant à un ensemble dénoté par A ,
peuvent se présenter de diverses manières :

- sites pour une localisation,

- plans d’aménagement, projets d’investissements,

- réponses à un appel d’offres, etc..

Définition 1.1 Une action a est la représentation d’une éventuelle contribution à la


décision globale susceptible, eu égard à l’état d’avancement du processus de décision,

13
MMCAD et problématique du tri

d’être envisagée de façon autonome et de servir de point d’application à l’aide à la décision


(ce point d’application pouvant suffire à caractériser a ) [Roy 85].

Le concept d’action, de par sa définition, n’incorpore aucune idée de faisabilité ou de


réalisme, il sera utile d’introduire les distinctions suivantes [Roy et Bou 93]:

L’action réelle correspondant à un projet complètement élaboré susceptible d’être mis à


exécution, nous serons souvent amenés à considérer, dans l’aide à la décision les actions
fictives.

L’action fictive ou imaginaire est considérée soit comme une action idéalisée pour
connaître la réaction du décideur, soit comme un objet de référence (ou prototype) dans les
problèmes de classification multicritère, les actions fictives peuvent être réalistes ou non
réalistes.

L’action réaliste correspond à un projet dont la mise à exécution peut être


raisonnablement envisagée. A l’opposé, l’action irréaliste peut, par exemple, correspondre
à la satisfaction d’objectifs incompatibles tout en constituant un bon support de discussion
et de raisonnement.

Ainsi, cette notion de "possible" est introduite avec l’idée d’action potentielle.

Une action potentielle est une action réelle ou fictive provisoirement jugée réaliste par
un acteur au moins ou présumée telle par l’homme d’étude en vue de l’aide à la décision.

L’ensemble des actions potentielles peut être défini de deux manières :

14
MMCAD et problématique du tri

En extension, c’est-à-dire par énumération de ses éléments, ceci n’est possible que dans le
cas où A serait fini et de cardinal relativement faible. Dans cette forme, l’ensemble A est
représenté par une liste {a1, a2,..., an } d’actions potentielles.

En compréhension, A est défini par un système de contraintes, dans le cas où A est infini
k
ou de cardinal très élevé. Il est alors représenté par un sous-ensemble de R où chaque
action est définie par un vecteur (x1, x2,..., xk ) .

Lorsque l’ensemble A est défini a priori sans modification durant le processus, nous
dirons qu’il est stable. Dans le cas contraire, nous dirons qu’il est évolutif.

Remarquons aussi que l’ensemble A est globalisé dans le cas où chaque élément de A est
exclusive de toutes les autres et il sera fragmenté dans le cas où les résultats du processus
de décision correspondent à des regroupements convenables d’éléments de A.

Remarque :

Dans les deux problématiques en aménagement du territoire que nous traiterons, les actions
potentielles correspondent aux zones homogènes (unités de surfaces qui sont cohérentes et
homogènes quelle que soit la problématique) définis dans la région d’étude. Cet ensemble
d’action est fini car la région d’étude a une surface limitée et que l’ensemble des zones
homogènes est dénombrable.

3.1.3 Problématiques d’aide à la décision

Roy [Roy et Bou 93] [Roy 85] identifie quatre problématiques de référence :

a) Problématique du choix : la problématique du choix P. consiste à poser le problème


en termes de choix d’une seule "meilleure" action, c’est-à-dire à orienter l’investigation

15
MMCAD et problématique du tri

vers la mise en évidence d’un sous ensemble de A aussi restreint que possible, conçu
pour éclairer directement le décideur sur ce que doit être l’issue du prochain temps fort et
ce compte-tenu du caractère éventuellement révisable et/ou transitoire de A; cette
problématique prépare une forme de recommandation ou de simple participation visant :

- soit à indiquer avec un maximum de précision et de rigueur une décision à


préconiser ;

- soit à proposer l’adoption d’une méthodologie fondée sur une procédure de sélection
(d’une meilleure action) convenant à une éventuelle utilisation répétitive et/ou
automatisée.

Un exemple typique de cette problématique est le choix d’un projet d’investissement.

regroupe les meilleures


A’
actions de A

Fig. 1 La problématique de choix (P. )

ELECTRE I, ELECTRE IS [Roy et Bou 93] sont des méthodes de cette problématique.

b) Problématique du tri : la problématique du tri P. consiste à poser le problème en


termes de tri des actions par catégories, celles-ci étant conçues relativement à la suite à
donner aux actions qu’elles sont destinées à recevoir, c’est-à-dire à orienter l’investigation
vers la mise en évidence d’une affectation des actions de A à ces catégories en fonction de
normes portant sur la valeur intrinsèque de ces actions et ce, compte tenu du caractère

16
MMCAD et problématique du tri

révisable et/ou transitoire de A ; cette problématique prépare une forme de recommandation


ou de simple participation visant :

- soit à préconiser l’acceptation ou le rejet pour certaines actions, d’autres pouvant


donner lieu à des recommandations plus complexes compte tenu de la conception
des catégories ;

- soit à proposer l’adoption d’une méthodologie fondée sur une procédure


d’affectation à des catégories de toutes les actions convenant à une éventuelle
utilisation répétitive et/ou automatisée.

A Procédure d affectation

C1

C2

Ci

Cn
Fig. 2 La problématique de tri (P. )

Selon la structure du problème nous distinguons deux types de tri [Roy et Bou 93] :

§ Dans les cas où les catégories sont ordonnées et sont caractérisées par une séquence
d’actions de référence limite.

Chacune des catégories est représentée par deux familles d’actions de référence, une
inférieure (constituant la borne inférieure) et une supérieure (constituant la borne
supérieure).

17
MMCAD et problématique du tri

Cette classe de problématique est connue sous le nom de la "problématique du tri


ordinal" (ou "segmentation multicritère").

§ Dans les cas où les catégories ne sont pas ordonnées et sont caractérisées par une ou
plusieurs actions types (actions de référence centrale ou prototypes). Cette classe de
problématique est connue sous le nom de la "problématique du tri nominal" (ou
"discrimination multicritère").

ELECTRE TRI [Roy et Bou 93], Segmentation Trichotomique [Mos et Roy 77] (tri
ordinal), PROAFTN [Bel 00] (tri nominal) sont des méthodes de cette problématique.

Exemples

Parmi les exemples de problèmes traités par ces deux types de tri, nous citons les deux
problématiques d’aménagement du territoire traitées dans notre processus décisionnel.

Dans les chapitres 3 et 4, nous illustrons en détail ces deux types de tri utilisés comme
outils d’analyse par notre modèle décisionnel développé dans le chapitre 5.

c) Problématique du rangement : la problématique du rangement P. consiste à poser le


problème en termes de rangement des actions de A ou de certaines d’entre elles, c’est-à-dire
à orienter l’investigation vers la mise en évidence d’un classement défini sur un sous-
ensemble de A conçu en vue de discriminer les actions se présentant comme "suffisamment
satisfaisantes" en fonction d’un modèle de préférence et ce compte tenu du caractère
révisable et/ou transitoire de A ; cette problématique prépare une forme de recommandation
ou de simple participation visant :

- soit à indiquer un ordre partiel ou complet portant sur des classes regroupant des
actions jugées équivalentes ;

18
MMCAD et problématique du tri

- soit à proposer l’adoption d’une méthodologie fondée sur une procédure de


classement (de tout ou partie de A) convenant à une éventuelle utilisation répétitive
et/ou automatisée.

Rangement des actions

A A1

A2

Ai

Aj

An

Fig. 3 La problématique du rangement (P. )

PROMETHEE I et II et ELECTRE II, III, IV [Roy et Bou 93] sont des méthodes de
cette problématique.

Les problèmes de compétition qui rangent les actions des bonnes aux mauvaises sont des
exemples typiques de cette problématique.

d) Problématique de la description : la problématique de la description P. consiste à


poser le problème en termes limités à une description des actions de A et/ou de leurs
conséquences, c’est-à-dire à orienter l’investigation vers la mise en évidence
d’informations relatives aux actions potentielles conçues en vue d’aider directement le
décideur à les découvrir, à les comprendre, à les jauger et ce compte tenu du caractère
révisable et/ou transitoire de A ; cette problématique prépare une forme de recommandation
ou de simple participation visant :

19
MMCAD et problématique du tri

- soit à présenter une description systématique et formalisée des actions et de leurs


conséquences qualitatives ou quantitatives ;

- soit à proposer l’adoption d’une méthodologie fondée sur une procédure cognitive
convenant à une éventuelle utilisation répétitive et/ou automatisée.

3.1.4 Critère et famille cohérente de critères

Définition 1.2: Un critère est une fonction g, définie dans A, prenant ses valeurs dans un
ensemble totalement ordonné et représentant les préférences du décideur selon un certain
point de vue [Vin 92].

g : A a X tel que X est un ensemble ordonné.

La comparaison de deux actions a, b selon un point de vue (ou un axe de signification)


modélisé par le critère g, résulte de la comparaison de deux valeurs g(a), g(b).

Lorsqu’un problème considère plusieurs critères F ={g1,..., gn } ≡ {1,.., n}/ n≥1 , la notation
deviendra : g(a )={g1(a ),..., g n(a )}/ n≥1 , où F est appelée une famille de critères.

L’évaluation de l’action a selon le critère j est notée par g j(a ) (performance ou score de

a sur le critère j ).

La construction de la famille F de critères est une étape délicate du processus


décisionnel, car elle constitue un système de référence fondamental à partir duquel nous
souhaitons pouvoir représenter, bâtir, discuter, modifier, des préférences globales.

20
MMCAD et problématique du tri

Roy et Bouyssou [Roy et Bou 93] imposent certains axiomes sur F pour que la
cohérence entre ce que l’on sait ou ce que l’on veut au niveau des préférences globales et ce
que la famille F amène logiquement à inférer à ce niveau soit garantie. Ces axiomes sont :

§ Axiome d’exhaustivité

Une famille F de n critères est dite exhaustive si deux actions a et b sont telles que
∀j∈F g j(a )= g j(b ) alors il est impossible de différencier a et b dans un modèle de

préférences globales fondé sur F. La situation où a P b ou b P a (P relation de


préférence) peut s’expliquer par des anomalies dans la définition de certains critères
ou l’oubli d’un axe de signification important pouvant appartenir à F.

∀j∈F , g j(a ) = g j (b ) ⇒ a¬Pb ou b¬Pa

§ Axiome de cohésion

Cet axiome vise à cerner le minimum de cohésion qui doit exister entre le rôle
dévolu localement à n’importe quel critère gj au niveau des préférences restreintes à
son axe de signification et le rôle dévolu au même critère gj une fois immergé dans
F au niveau des préférences globales. C-à-d, si pour deux actions indifférentes a et
b, nous améliorons la performance de a sur un critère (les autres restent inchangés)
et/ou nous dégradons certains performances de b (les autres restent inchangés), alors
ceci implique que l’action a est au moins aussi bonne que l’action b.

§ Axiome de non redondance

Cette troisième et dernière exigence traduit un souci d’économie. Elle consiste à


interdire, dans F, la présence de critères "superflus" [Roy et Bou 93]. Ainsi F ne
comporte aucun critère redondant dans le sens où le retrait de n’importe quel critère

21
MMCAD et problématique du tri

de F définit une famille qui met en défaut l’un au moins des axiomes d’exhaustivité
et de cohésion.

3.2 Modélisation des préférences

Les MMCAD se basent sur la comparaison des actions potentielles, soit entre elles ou avec
des actions de références. Cette comparaison prend appui sur les valeurs et les préférences
d’un ou plusieurs acteurs dans un processus de décision.

Par conséquent, un système relationnel de préférences (s.r.p.) est défini par un ensemble
de relations1 binaires. Nous rappelons ici quelques structures remarquables de ces relations
ayant un intérêt particulier en modélisation des préférences [Roy et Bou 93] [Bou et al 03].

Soit R une relation binaire sur un ensemble A. La relation binaire (A, R) est dite :

- Réflexive si ∀a∈A, aRa ;

- Irréflexive si ∀a∈A, a¬Ra ;

- Symétrique si ∀a, b∈ A, aRb ⇒ bRa ;

- Asymétrique si ∀a, b∈ A, aRb ⇒ b¬Ra ;

- Antisymétrique si ∀a, b∈ A, aRb et bRa ⇒ a = b ;

- Transitive si ∀a,b, c ∈ A, aRb et bRc ⇒ aRc ;

1
Une relation binaire R sur un ensemble A est un sous ensemble du produit cartésien AxA, nous noterons
fréquemment aRb au lieu de (a, b )∈R et a¬Rb au lieu de (a, b )∉R

22
MMCAD et problématique du tri

- Négativement transitive si ∀a, b, c ∈ A, a¬Rb et b¬Rc ⇒ a¬Rc ;

- Ferrers si ∀a, b, c, d ∈ A, aRb et cRd ⇒ aRd ou cRb ;

- Quasi-transitive si ∀a, b, c, d ∈ A, aRb et bRc ⇒ aRd ou dRc ;

- Complète si ∀a, b∈ A, aRb et /ou bRa ;

- Relation d’équivalence si R est réflexive, symétrique et transitive ;

- Ordre faible si R est asymétrique et négativement transitive ;

- Ordre strict si R est asymétrique et transitive.

Les relations R1, R2,.., Ri constituent un système relationnel de préférences (s. r. p.) sur A si :

- Elles sont exhaustives : pour une paire d’actions quelconques, une au moins est
vérifiée.

- Elles sont mutuellement exclusives : pour une paire d’actions quelconques, deux
relations distinctes ne sont jamais vérifiées en même temps.

Dans la modélisation des préférences Roy [Roy et Bou 93] propose quatre situations
fondamentales incompatibles de préférence : l’indifférence, la préférence stricte, la
préférence faible et l’incomparabilité. Ces situations sont représentées par les relations
binaires illustrées dans le tableau 1.1.

23
MMCAD et problématique du tri

Situation Définition Relation

Les deux actions sont indifférentes en ce sens qu’il existe des


raisons claires et positives d’équivalence. I : relation
g(a )= g(b) ,
Indifférence Exemple : symétrique et
l’égalité pouvant n’être
réflexive.
qu’approximative pour certaines composantes.
L’une des deux actions (nous savons laquelle) est strictement
préférée à l’autre. P : relation
Préférence
stricte Exemple : g j(a )= g j (b) ∀ j ≠ k, g k (a ) − g k (b ) révélateur d’une asymétrique
et irréflexive.
différence significative.
L’une des deux actions (nous savons laquelle) est non
strictement préférée à l’autre sans que nous pouvons dire si
l’autre est strictement préférée ou indifférente car aucune des Q : relation
Préférence deux situations précédentes ne s’impose. asymétrique
faible Exemple : g j(a )= g j (b) ∀ j ≠ k, g k (a ) − g k (b ) ni suffisamment et irréflexive.
faible pour justifier l’indifférence, ni suffisamment fort pour
justifier la préférence stricte.
Les deux actions sont non comparables en ce sens qu’aucune
des trois situations précédentes ne s’impose. R : relation
Incomparabilité Exemple : g (a ) > g (b ) pour j =1,...., p, g (b) > g (a ) pour symétrique et
j j j j
irréflexive.
j = p+1,....,n la plupart des écarts étant significatifs.
Tableau 1.1 Modélisation des quatre situations fondamentales de préférence : comparaison de deux
actions a, b sur la base des vecteurs g(a ) et g(b ) .

Les relations {I, P,Q, R} ne sont pas nécessairement transitives.

Le système relationnel de préférences {I, P, Q, R} peut être construit par une relation S tel
que la partie symétrique de S correspond à I et la partie asymétrique de S correspond à P
ou à Q. La relation S, appelée relation de surclassement, correspond à l’existence de raisons
claires et positives qui justifient soit une préférence stricte, soit une préférence faible en
faveur de l’une (identifiée) des deux actions ou soit une indifférence entre les deux mais
sans qu’aucune séparation significative ne soit établie entre ces trois situations. Nous
pouvons aussi dire que l’action a surclasse l’action b (a S b) si et seulement si (ssi) a est au
moins aussi bon que b et qu’il n’y a pas de raisons refusant cette assertion. Par définition S
réflexive mais non nécessairement transitive.

24
MMCAD et problématique du tri

Ainsi, en terme de la relation S nous avons :

aSb ⇒ (a P b) ou (a Q b ) ou (a I b)

(a S b) et (b S a) ⇔ aI b

(a S b) et ¬(b S a ) ⇔ (a P b)ou (a Q b)

¬(a S b ) et ¬(b S a ) ⇒ (a R b )

3.2.1 Structures de préférences classiques

Dans cette section, nous présentons une brève introduction de certaines structures de
préférences 2. Nous renvoyons le lecteur intéressé à plus de détails aux références [Roy et
Bou 93] [Bou et al 03].

3.2.1.1 La structure de préordre complet et d’ordre complet

Définition 1.3 : Une structure de préférence {P, I } sur A est une structure de préordre
complet ssi il existe une fonction g : A → ℜ telle que, [Bou et al 03]

∀a, b ∈ A a P b ⇔ g(a ) > g(b )


 a I b ⇔ g(a ) = g(b )

La structure de préordre complet correspond à la notion intuitive de classement avec


possibilité d’ex æquo. Dans cette structure, la relation S = {P, I }est complète et transitive.
La relation d’indifférence I est une relation d’équivalence et la relation P est un ordre strict.

2
Nous appelons structure de préférence sur A la donnée d’une relation binaire réflexive S dans A.

25
MMCAD et problématique du tri

Un préordre complet {P, I } où I n’est vérifiée qu’entre deux actions identiques est appelé un
ordre complet, ce qui correspond à la notion intuitive de classement sans possibilité d’ex-
æquo.

Il est facile de montrer qu’imposer la transitivité de I conduit souvent à une modélisation


des préférences peu réaliste (voir le célèbre exemple des tasses de café [Luc 56][Bou et al
03]). Ceci justifie l’introduction des structures présentées par la suite.

3.2.1.2 La structure de quasi-ordre (parfois appelé semi-ordre)

Cette structure à été introduite par Luce [Luc 56] :

Définition 1.4 : Une structure de préférence {P, I } sur A est une structure de quasi-ordre ssi
il existe une fonction g : A → ℜ telle que,

 a P b ⇔ g(a ) > g(b ) + q


∀a, b ∈ A 
a I b ⇔ g(a ) − g(b ) ≤ q

q désignant une constante non négative appelée seuil d’indifférence.

Dans un quasi-ordre, la relation S = {P, I }est complète, de Ferrers et quasi-transitive. En


plus :

- I est symétrique,

- P reste asymétrique et transitive,

- P est de Ferrers,

- P est quasi-transitive,

26
MMCAD et problématique du tri

- P . I . P ⊂ P , (le produit R1 .R2 est défini par : a R1 . R2 b ssi ∃c∈ A: a R1 c et c R2 b )

- P. P . I ⊂ P ,

- I. P.P⊂ P,

- P2 ∩ I 2 ={ } .

3.2.1.3 La structure d’ordre d’intervalle

Dans une structure d’ordre d’intervalle, nous utilisons un modèle de seuil variable.
L’évaluation d’une action n’est pas représentée par des valeurs mais par des intervalles.

Définition 1.5 : Une structure de préférence {P, I } sur A est une structure d’ordre

d’intervalle ssi il existe une fonction g : A → ℜ et une fonction q : ℜ → ℜ+ telles que,

 a P b ⇔ g(a ) > g(b ) + q(g(b))


∀a, b ∈ A a I b ⇔  g(a ) ≤ g(b ) + q(g(b )) , q est appelée seuil d’indifférence.
  g(b ) ≤ g(a ) + q(g(a ))

Dans un ordre d’intervalle, la relation S = {P, I }est complète et de Ferrers. En plus :

- I est symétrique,

- P reste asymétrique et transitive,

- P est de Ferrers,

- P. I . P ⊂ P .

27
MMCAD et problématique du tri

Il est facile de montrer qu’un préordre complet est un quasi-ordre à un seuil


d’indifférence nul. De même, un quasi-ordre est un ordre d’intervalle à seuil constant.

3.2.1.4 La structure de pseudo ordre

Cette structure plus complexe correspond intuitivement à un quasi-ordre {P, I } où nous


insérons, de manière adéquate, la relation Q. Cette insertion correspond, pour la
modélisation des préférences, à celle de la préférence faible (Q) entre l’indifférence (I) et la
préférence stricte (P).Ainsi, nous évitons le passage brusque d’une situation d’indifférence
à une situation de préférence stricte [Roy et Bou 93].

Définition 1.6 [BOU et al 03]: Une structure de préférence {P, I , Q}sur A est une structure

de pseudo-ordre ssi il existe une fonction g : A → ℜ , une fonction q : ℜ → ℜ+ et une

fonction p : ℜ → ℜ+ telles que,

a Pb ⇔ g(a) > g(b) + p(g(b))


∀a,b∈Aa I b ⇔  g((a)) ≤ g((b)) + q((g((b))))

g b ≤ g a +q g a
 a Qb ⇔g(b) + p(g(b)) ≥ g(a) > g(b) + q(g(b))

q (respectivement p) est appelée seuil d’indifférence (respectivement seuil de


préférence).

Le tableau 1.2 résume les structures de préférences introduites précédemment. Dans ce


tableau, la relation d’incomparabilité est vide. Nous pouvons généraliser les structures de
préférences pour faire apparaître d’éventuelles situations d’incompatibilité.

Nous parlons alors d’ordre partiel, préordre partiel, quasi-ordre partiel, ordre d’intervalle
partiel et de pseudo-ordre partiel.

28
Structure de
I P Q R
préférence

Ordre aIb ⇔ a ≡ b a P b ⇔ g(a ) > g(b ) {} {}


complet
I est limité aux paires identiques. P est un ordre strict.

Préordre a I b ⇔ g(a ) = g(b ) a P b ⇔ g(a ) > g(b ) {} {}


complet
I est une relation d’équivalence. P est un ordre faible.

Quasi-ordre a I b ⇔ g(a ) − g(b ) ≤ q a P b ⇔ g(a ) > g(b ) + q {} {}


29

Modèle à un
seuil

a I b ⇔  g(a ) ≤ g(b ) + q(g(b ))


Ordre a P b ⇔ g(a ) > g(b) + q(g(b)) {} {}
d’intervalle  g(b ) ≤ g(a ) + q(g(a ))

Modèle à seuil
variable

a I b ⇔  g((a)) ≤ g((b)) + q((g((b ))))


Pseudo-ordre a P b ⇔ g(a ) > g(b ) + p(g(b )) aQb ⇔ {}
g b ≤ g a + q g a g(b ) + p( g(b )) ≥ g(a ) > g(b ) + q(g(b ))
Modèle à deux
seuils

Tableau 1.2 Structures de préférences (où la relation d’incomparabilité est vide).


MMCAD et problématique du tri

Selon la structure de préférence un critère sera appelé :

Critère Structure de préférence

Vrai-critère Structure de préordre complet

Quasi-critère Structure de quasi-ordre

Intervalle-critère Structure d’ordre d’intervalle

Pseudo-critère Structure de pseudo-ordre

La figure 1.4 illustre le modèle d’un pseudo-critère.

bSa
aSb

a>b b>a

aPb aQb aIb bQa bPa

g(a)-p g(a)-q g(a) g(a)+q g(a)+p g(b)


Fig. 1.4 le modèle d’un pseudo-critère

3.3 Les méthodes multicritères d’aide à la décision

Il est possible de classifier les méthodes multicritères selon les formes d’agrégation des
critères. Roy [Roy 85] a proposé trois classes de méthodes : méthodes par agrégation
complète, par agrégation partielle et par agrégation locale. Dans ce qui suit, nous
introduisons ces méthodes [Roy 85].

30
MMCAD et problématique du tri

3.3.1 Méthodes par agrégation complète

Cette approche consiste à prendre appui sur une règle apportant une réponse synthétique
exhaustive et définitive au problème de l'agrégation des performances. Elle prend la forme
d'un critère unique de synthèse agrégeant les n critères de la famille par le biais d'une
fonction d'agrégation U en posant : g(a) = U(g1(a), g 2(a), ..., g n(a)).

Elle conduit donc à des s.r.p. ayant des propriétés remarquables de transitivité et
excluant l'incomparabilité (préordre complet, quasi-ordre, pseudo-ordre).

Parmi les méthodes de cette approche nous pouvons citer : MAUT (Multiple Attribute
Utility Theory) [Fis 70] et UTA (UTilité Additives) [Jac et Sis 82].

Voici quelques cas concrets d’application de ces méthodes au domaine de


l’environnement:

- Une extension de MAUT fut utilisée pour aider les négociations entre États des
Etats-Unis pour choisir la politique à adopter pour le problème des pluies acides
[Ana 87].

- De même, la théorie de l’utilité multiattribut fut envisagée dans le cadre de la


construction de standards pour la qualité de l’air ambiant [Kee et Oze 82].

- [Lat et Wat 82] utilisèrent encore MAUT pour la gestion de déchets nucléaires.

3.3.2 Méthodes par agrégation partielle

Cette approche consiste à prendre appui sur une règle apportant une réponse synthétique,
exhaustive et définitive au problème de l'agrégation des performances. Elle prend la forme
d'un ensemble de conditions conduisant à accepter ou à rejeter un surclassement au niveau

31
MMCAD et problématique du tri

global. Cette approche vise à caractériser les surclassements qu'il est possible d'établir de
façon suffisamment solide. Elle conduit à des s.r.p. acceptant l'incomparabilité et n'ayant
pas nécessairement des propriétés remarquables de transitivité.

Parmi les méthodes de cette approche nous pouvons citer : la famille de méthodes
ELECTRE [Roy et Bou 93] et la Segmentation Trichotomique [Mos et Roy 77].

Voici quelques applications environnementales de ces méthodes :

- La méthode Electre II a été utilisée par Maystre et De Heer [May et Hee 85] pour
établir un ordre de préférence parmi 14 stratégies face à 5 critères, en vue de lutter
contre l’eutrophisation du Lac de Joux (Suisse).

- [Mac 87] classa 23 unités politico-administratives face à 12 critères grâce à Electre


IV. Cela lui permit de définir des priorités politiques de protection de
l’environnement dans le Bade-Wurtemberg (Allemagne).

- Electre III fut utilisée par [Dio 88] afin de classer 8 politiques de gestion des déchets
urbains de Dakar (Sénégal).

- [Ser 91] aida les communes de la région Provence, Alpes, Côte d’Azur à déceler les
postes, dans leur budget de fonctionnement, dont la dépense d’énergie était
manifestement trop forte. Il utilisa pour cela une méthode de tri trichotomique, basée
sur les surclassements et mise au point par [Mos et Roy 77].

- [Avi et Sau 94] ont intégré des critères environnementaux aux traditionnels critères
techniques et économiques afin de choisir parmi six scénarios d’équipement en
lignes électriques au Québec, quels seraient les meilleurs. Ils utilisèrent pour cela
Electre III.

32
MMCAD et problématique du tri

3.3.3 Méthodes par agrégation locale

Dans cette approche, il n'est pas question de chercher à expliciter une règle apportant une
réponse synthétique exhaustive et définitive au problème de l'agrégation des performances.
L'agrégation ne procède plus de l'explicitation d'une règle, même partielle ou provisoire,
mais d'une séquence de jugements que formule le décideur ou d'autres acteurs. Les
jugements émis n'ont qu'une portée locale en ce sens qu'ils ne mettent en jeu soit qu'une
seule action et son voisinage dans l'espace des performances, soit un très petit nombre
d'actions qu'il paraît judicieux et pertinent de chercher à comparer parce qu'elles sont
voisines.

Parmi les méthodes de cette approche nous pouvons citer : PLM (programation linéaire
multicritère) et STEM [Men 00].

Voici quelques applications environnementales de ces méthodes :

- Un modèle fondé sur la PLM fut utilisé par [Coh et al 80] en vue de trouver la
meilleure localisation d’une centrale électrique.

- [Ell 88] se servit aussi de la PLM pour résoudre un problème relatif au contrôle des
pluies acides.

- Une variante de la méthode STEM permit à [Glo et Mar 87] de résoudre un


problème lié à l’aménagement du territoire.

- Enfin, la PLM intervint encore dans la gestion de réserves d’animaux sauvages en


Afrique, lors d’une étude de [Jor et Ped 88].

33
MMCAD et problématique du tri

3.4 Recommandations

La dernière étape du processus décisionnel est l’analyse des résultats du modèle MCAD.
Cette analyse permet de développer des recommandations par la prise en compte de
l’ensemble de données et d’hypothèses utilisées dans la construction du modèle.

4 Problématique du tri (P. )

Le décideur est parfois confronté à des problèmes de classement. Dans ce cas, l’homme
d’étude peut opter pour la problématique du tri. Cette dernière, consiste à poser le problème
en terme d’affectation de chaque action de A (ou d’une action isolée) à une ou plusieurs
catégories (minimum deux). Ceci se fait à travers un examen de la valeur intrinsèque de
l’action en se référant à des normes préétablies. Le tri est ordinal si les classes sont
complètement ordonnées, et est nominal dans le cas contraire.

Dans le cas où l’action ne vérifie pas les normes ou les règles d’affectation, elle sera
affectée à une classe à part connue sous l’appellation “classe corbeille”. En plus, une action
peut être affectée à plusieurs classes ; nous parlons alors d’une “multi-affectation”.

4.1 Différentes phases de la problématique du tri

En général, pour résoudre les problèmes de tri, nous suivons les deux phases suivantes :

Phase I : Modélisation de catégories

Les catégories sont conçues pour recevoir des actions potentielles, conformes aux
normes d’affectation (nous entendons par norme d’affectation les actions de référence
et la procédure d’affectation). Cette phase est distinguée par deux étapes l’une de
structuration et l’autre de validation :

34
MMCAD et problématique du tri

Etape I : Structuration

Dans cette étape les différentes actions de référence ainsi que leurs paramètres (critères,
seuils, coefficients d’importance,...) sont tirés à partir des connaissances disponibles au
préalable (formées d’un ensemble d’exemples et/ou un ensemble de règles logiques) et
généralement donnée par le décideur.

Etape II : Validation

Il s’agit de valider ou inférer les paramètres trouvés dans l’étape précédente à travers les
exemples d’affectation donnés par le décideur. Pour cela, nous utilisons l’une des deux
techniques suivantes :

Technique directe : elle consiste à inférer directement les paramètres à travers un


ensemble d’exemples d’affectation avec l’intervention du décideur.

Technique indirecte [Mou et Slo 96]: elle consiste à ajuster les paramètres sans
l’intervention directe du décideur. Cette technique nécessite un effort cognitif beaucoup
plus faible que la première. Nous demandons seulement au décideur une information
globale (étape de structuration), puis nous utilisons une méthode automatique qui
détermine directement les paramètres optimaux, en minimisant les erreurs
d’affectation. Cette méthode automatique utilise des procédures d’inférence.

Phase II : Affectation

Après la détermination des normes d’affectation, nous procédons à l’affectation des


nouvelles actions aux différentes catégories. Ces normes diffèrent selon le type de tri.

Dans un tri ordinal, nous affectons une action à une catégorie si elle est entre les
frontières de cette catégorie.

35
MMCAD et problématique du tri

Dans le cas d’un tri nominal, une action est affectée à une catégorie si elle est similaire à
au moins une action de référence de cette catégorie.

Processus MCDA

Définition et formulation du problème

- Acteurs,
- Actions,
- Famille de critères,
- Problématiques MCAD.

Modélisation des performances


Construction de la matrice de performances et les valeurs
subjectives du décideur

Modèle MCDA
Choix du modèle multicritère

Construction de la recommandation

Décision
Fig. 1.5 Processus MCAD

5 Conclusion
Nous avons présenté dans ce chapitre les étapes du processus de décision dans le cadre de
l’aide à la décision multicritère. La figure 1.5 résume ces étapes.

36
MMCAD et problématique du tri

Dans les méthodes multicritères, l’indépendance (au sens des préférences) entre les
critères est une condition nécessaire pour la validation de ces méthodes mais dans beaucoup
de situations les critères interagissent entre eux et cette condition n’est pas vérifiée.

Dans le chapitre qui suit, nous étudierons en détail ce point de vue et nous introduirons
une solution à ce problème.

37
Chapitre II
Mesures floues et intégrale de Choquet

Mesures floues et intégrale de Choquet

1 Introduction
Un des aspects significatifs dans les problèmes d’agrégation est la prise en compte de
l’importance des critères considérés, laquelle est modélisée par l’utilisation de poids.

Par conséquent, il est nécessaire d’utiliser des fonctions ou des opérateurs d’agrégation
pondérés durant la phase d’agrégation. Jusqu’à récemment, les opérateurs d’agrégation les
plus utilisés étaient les moyennes arithmétiques pondérées, c’est-à-dire des opérateurs de la
forme :

M w(x ) = ∑ wi xi / x∈[0 , 1]n, ∑i wi = 1 et wi ≥0, ∀ i ∈ N


n
(2.1)
i =1

Avec N ={1,....,n}l’ensemble des n indices représentant les critères et wi le poids ou


l’importance du critère i (pour alléger les notations, nous écrivons critère i au lieu de
critère d’indice i ).

Malheureusement, ces opérateurs sont incapables de modéliser une quelconque


interaction parmi les critères, puisque ils conduisent à l’indépendance préférentielle
mutuelle (voir section 2.3) parmi les critères qui expriment l’indépendance des critères.

Ainsi, dans les problèmes décisionnels, les phénomènes complexes d’interaction parmi
les critères (tel que la relation entre la qualité d’un produit et son prix) doivent être pris en
compte par les méthodes d’agrégation et essentiellement dans le processus de détermination
des poids.

39
Mesures floues et intégrale de Choquet

Dans ce chapitre, nous traitons le problème d’agrégation des critères interactifs. Nous
introduisons les mesures floues et l’intégrale floue.

Nous verrons par la suite que les mesures floues permettent de définir un poids sur
chaque sous-ensemble de critères et que l’intégrale floue, plus spécifiquement l’intégrale
de Choquet [Mar 99a], est un opérateur d’agrégation pondéré capable de considérer
l’interaction parmi les critères.

Avant d’étudier les mesures floues et l’intégrale de Choquet, il est utile de détailler les
phénomènes d’interactions parmi les critères.

Dans la section suivante, nous présentons trois types de dépendance: la corrélation,


l’interchangeabilité et la dépendance préférentielle.

2 Critères interactifs

Pour bien comprendre les phénomènes d’interaction parmi les critères et comment les
mesures floues permettent de modéliser cette interaction, il est nécessaire de donner une
définition de la mesure floue.

Définition 2.1 [Bou et al 03]:Une mesure floue sur N est une fonction d’ensemble

v : 2 →[0,1] qui est monotone, i.e. v(S ) ≤ v(T ) chaque fois que S ⊆ T ( S , T ⊆ N ).et vérifie
N

les conditions limites v({ })= 0 et v(N )=1 .

Pour chaque sous-ensemble S de critères, v(S ) est interprété comme étant le poids ou
coefficient d’importance relatif à S .

40
Mesures floues et intégrale de Choquet

2.1 Corrélation

Définition 2.2 [Adm et al 98] : Nous appelons coefficient de corrélation de x et y ( x , y


deux caractères quantitatifs mesurés sur m individus) , et nous notons, la quantité :
cx y
cx y = 1 ∑(xi − x )( yi − y ) et sx = 1 ∑(xi − x ) /
m m
rx y =
2
telles que x,y
sx s y m i =1 m i =1

désignent les moyennes empiriques de x et y .

Le coefficient de corrélation est un nombre réel, compris entre -1 et 1. Dans le cas où


des valeurs élevées sur la variable x entraînent souvent des valeurs élevées sur y , la
corrélation entre ces deux variables est positive. Dans le cas où des valeurs élevées sur la
variable x entraînent souvent des valeurs bas sur y , la corrélation rx y est négative. Un

coefficient de corrélation nul ou proche de 0 signifie qu'il n'y a pas de relation linéaire
entre x et y .

Deux critères i,j ∈ N sont positivement corrélés si nous pouvons observer une
corrélation positive entre les scores (performances) partiels relatifs à i et ceux relatifs à j.

Exemple 2.1 [Mar 02] : Considérons le problème de l’évaluation d’étudiants par rapport à
trois cours de mathématiques (critères): statistique, probabilité et algèbre. Les deux
premiers critères sont clairement corrélés puisque, habituellement, les étudiants qui sont
bons en statistique sont également bons en probabilité, et vice versa. Ainsi, ces deux
critères présentent un certain degré de redondance.

Supposons qu’une moyenne arithmétique pondérée soit utilisée pour évaluer les
étudiants et supposons aussi que le troisième critère soit plus important que les deux
premiers, de telle sorte que les poids soient par exemple 0.3, 0.3, 0.4, respectivement.

41
Mesures floues et intégrale de Choquet

Puisque les deux premiers critères se recouvrent quelque peu, l’évaluation globale sera
surestimée (respectivement sous-estimée) pour les étudiants qui sont bons (respectivement
mauvais) en statistique et/ou en probabilité.

Ce phénomène indésirable peut être facilement surmonté en utilisant une mesure floue
convenable v et l’intégrale de Choquet Cv. Une corrélation positive entre les critères i et j
doit alors être modélisée par l’inégalité suivante:

v(ij) < v(i) + v(j) (2.2)

qui exprime une interaction négative ou une synergie négative entre i et j (l’importance
de la paire {i, j} est moins élevée que lorsque les critères sont considérées séparément).
Plus exactement, si i et j sont positivement corrélés alors la contribution marginale de j à
chaque combinaison de critères contenant i est strictement inférieure à la contribution
marginale de j à cette même combinaison mais où i est exclu, c’est-à-dire:

v(T ∪ ij) − v(T ∪ i) < v(T ∪ j) − v(T ) / T ⊆ N /ij . (2.3)

En cas d’égalité, les critères i et j ne sont pas corrélés.

Supposons maintenant que i et j soient négativement corrélés : des scores partiels


élevés sur i entraînent souvent des scores partiels bas sur j, et vice versa. Dans ce cas, la
satisfaction simultanée des deux critères est plutôt rare et les actions qui présentent un tel
profil de satisfaction devraient être favorisées (par exemple, des étudiants bons à la fois en
droit et en algèbre). Ainsi, une corrélation négative entre les critères i et j doit être
modélisée par l’inégalité suivante:

v(ij) > v(i) + v(j). (2.4)

42
Mesures floues et intégrale de Choquet

qui exprime une interaction positive ou une synergie positive entre i et j


(l’importance de la paire {i, j} est plus grande que lorsque les critères sont considérées
séparément). Ces deux critères présentent alors un certain degré d’opposition ou de
complémentarité. Ici encore, une modélisation correcte de la corrélation entre i et j
nécessite la prise en compte des autres combinaisons. Nous écrivons alors :

v(T ∪ ij) − v(T ∪ i) > v(T ∪ j) − v(T ) / T ⊆ N /ij . (2.5)

2.2 Interchangeabilité

Un autre type de dépendance est celui de l’interchangeabilité entre les critères.


Considérons encore deux critères i, j ∈ N, et supposons que le décideur demande que la
satisfaction d’un seul critère produise presque le même effet que la satisfaction des deux.

Exemple 2.2 [Mar 02] : il est important que les étudiants soient bons dans les
matières scientifiques ou littéraires. S’ils sont bons dans les deux directions, c’est à peine
plus satisfaisant.

Bien sûr, un tel comportement ne peut être exprimé par une moyenne
arithmétique pondérée. Ici, l’importance de la paire {i, j} est proche de l’importance des
critères i et j, même en présence des autres critères. Cette condition peut être facilement
exprimée par une mesure floue v telle que :

v(T ) <  v(T ∪ i)  ≈ v(T ∪ij ) / T ⊆ N /ij . (2.6)


v(T ∪ j)

Dans ce cas, nous observons que les critères i et j sont presque substitutifs ou
interchangeables. Dans le cas extrême de l’égalité, ils peuvent même être confondus.
Alternativement, le décideur peut demander que la satisfaction d’un seul critère
produise très peu d’effet par rapport à la satisfaction des deux. Nous parlons alors de
complémentarité, qui est modélisée par une mesure floue v telle que :

43
Mesures floues et intégrale de Choquet

v(T ) ≈  v(T ∪ i)  < v(T ∪ ij) / T ⊆ N /ij . (2.7)


v(T ∪ j)

Notons que, contrairement aux phénomènes de corrélation, l’interchangeabilité et la


complémentarité entre critères ne peuvent être détectées en observant la table des scores.
Elles représentent simplement l’opinion du décideur sur l’importance relative des critères,
indépendamment des scores partiels obtenus par les actions sur ces critères.

2.3 Dépendance préférentielle

Le dernier type de dépendance que nous présentons est la dépendance préférentielle, et


son opposée, l’indépendance préférentielle, bien connues en théorie de l’utilité
multiattributs [Men 00].

Supposons que les préférences sur A (l’ensemble des actions) du décideur soient
connues et exprimées par un préordre complet ≥ .

Définition 2.3 Le sous-ensemble S de critères est dit préférentiellement indépendant de


N / S si, pour tout x, x’ , y, z ∈ En (E est un intervalle réel ), nous avons :

xS y ≥ x’S y ⇔ xS z ≥ x’S z. / xSy = ∑ xiei + ∑ y e ,eS vecteur caractéristique de S.


i i
i∈S i∈N / S

L’ensemble tout entier N des critères est dit mutuellement préférentiellement


indépendant si S est préférentiellement indépendant de N / S pour chaque S ⊆ N .

En termes simples, la préférence de xS y sur x’S y n’est pas influencée par la partie
commune y.

44
Mesures floues et intégrale de Choquet

Exemple 2.3 [Mar 99b] : Soit le problème du choix entre quatre voitures (représentants
l’ensemble des actions ) évaluées sur trois critères : prix, consommation et confort
(représentants la famille de critères).

Prix Consommation Confort


Voiture 1 500.000 DA 10 L/100 km Très bon
Voiture 2 500.000 DA 9 L/100 km Bon
Voiture 3 1.000.000 DA 10 L/100 km Très bon
Voiture 4 1.000.000 DA 9 L/100 km Bon

Tableau 2.1 : problème de choix d’une voiture


Supposons que le consommateur (décideur) a les préférences suivantes :

voiture 2 f voiture 1 et voiture 3 f voiture 4.

Ceci s’explique par le fait que le consommateur accorde plus d’importance au confort
qu’à la consommation, lorsque le prix de la voiture est élevé. Dans ce cas, la consommation
et le confort sont préférentiellement dépendants du prix.

Si nous utilisons une moyenne arithmétique pondérée, pour agréger les préférences du

décideur, de la forme M (x)= ∑wi xi ( w1,w2,w3 sont respectivement les coefficients


3

i =1

d’importance des critères prix, consommation et confort) , nous constatons la contradiction


suivante :

voiture 2 f voiture 1 ⇒ w2 > w3

voiture 3 f voiture 4 ⇒ w2 > w3

Ainsi, l’utilisation de la moyenne arithmétique pondérée n’est pas appropriée dans le cas
où il existe une dépendance préférentielle entre les critères. Par contre, l’intégrale de

45
Mesures floues et intégrale de Choquet

Choquet est capable, dans ce cas, de représenter les préférences exprimées par le décideur
(voir [Mar 99b] pour plus de détails).

3 L’intégrale de Choquet

Dans cette section, nous essayons de présenter l’intégrale de Choquet d’une manière
intuitive. De plus, nous proposons une caractérisation axiomatique de cet opérateur.

3.1 L’utilisation des mesures floues

Comme nous l’avons mentionné dans les deux premières sections, les mesures floues sont
capables de modéliser la dépendance entre les critères dans beaucoup de situations, quelque
soit la nature de la dépendance. En fait, ces mesures floues ont été proposées par Sugeno en
1974 [Sug 74] pour généraliser les mesures additives. Il semble maintenant acquis que
l’additivité des fonctions d’ensemble n’est pas toujours une propriété requise dans les
situations réelles, particulièrement en présence de raisonnements humains. Pour pouvoir
exprimer la subjectivité humaine, Sugeno a proposé de remplacer la propriété d’additivité
par une propriété plus faible: la croissance, et il a appelé ces mesures croissantes non
additives mesures floues. Rappelons-en la définition dans le cas discret.

Une mesure floue sur N est une fonction d’ensemble v : 2 →[0,1] qui est monotone, i.e.
N

v(S ) ≤ v(T ) chaque fois que S ⊆ T ( S , T ⊆ N ) et vérifie les conditions limites v({ })= 0 et

v(N )=1 .

Par la suite, l’ensemble de toutes les mesures floues sur N sera dénoté FN .

Pour tout S ⊆ N , v(S) peut être interprété comme le poids ou coefficients


d’importance de la combinaison S de critères, ou mieux encore, son importance ou
pouvoir de prendre seule la décision (sans les autres critères). La croissance signifie alors

46
Mesures floues et intégrale de Choquet

que l’importance d’une combinaison ne peut diminuer lorsque nous lui ajoutons un
élément. Evidemment, v(N ) est égal à 1 par convention.

Remarque : Nous supposerons toujours que les poids sont des valeurs numériques définies
sur une échelle cardinale. En particulier, des expressions comme v(S )+ v(T ) ou
v(T ∪i ) − v(T ) peuvent toujours être interprétées. Une mesure floue v ∈ FN est dite
additive si v(S ∪ T ) = v(S) + v(T ) chaque fois que S T = {}. Dans ce cas, il suffit de
définir les n coefficients (poids) v(1), . . . , v(n) pour définir la mesure complètement.

Lorsque la mesure floue n’est pas additive, certains critères interagissent. En revenant à
l’exemple de la section 2.1, nous voyons que, puisque statistique (St) et probabilité (Pr) se
recouvrent, le poids des deux cours pris ensemble devrait être inférieur à la somme des
poids pris séparément:

v(St, Pr) < v(St) + v(Pr). (2.8)

3.2 Définition et approche intuitive

Le concept d’intégrale de Choquet a été d’abord introduit en théorie des capacités


[Cho 53]. Son utilisation comme intégrale (floue) par rapport à une mesure floue a ensuite
été proposée par Murofushi et Sugeno [Mur et Sug 89].

Définition 2.4 : Soit v ∈ FN . L’intégrale de Choquet de la fonction x : N IR par


rapport à v est défini par :

Cv(x)= ∑ x(i ) [v(A(i)) − v(A(i−1))]


n

i=1

47
Mesures floues et intégrale de Choquet

où (.) indique une permutation de N telle que x(1) ≤ K ≤ x(n ). . De plus,

A(i ) = { (i ), K , (n ) }, et A(n −1) = { }.

Exemple 2.4 : si x3 x1 x2 , nous avons :

Cv (x1 , x2 , x3 ) = x3 [v(3, 1, 2) v(1, 2)]


+ x1 [v(1, 2) v(2)]
+ x2 v(2).

L’intégrale de Choquet présente un certain lien avec celle de Lebesgue [Bou et al


03] (moyenne arithmétique pondérée) puisque les deux coïncident lorsque la mesure est
additive:

n
Cv(x) = ∑v(i)xi . (2.9)
i =1

Dans ce sens, l’intégrale de Choquet est une généralisation de celle de Lebesgue.

Passons à présent à une présentation intuitive de l’intégrale de Choquet. Etant


donné v ∈ FN , nous recherchons en fait un opérateur d’agrégation convenable Mv :
IRn IR qui généralise la moyenne arithmétique pondérée dans le sens qu’il s’identifie
à cette dernière dès que v est additif.

D’abord, nous observons que toute mesure floue v ∈ FN peut s’exprimer d’une
manière unique comme:

v(S ) = ∑w(T) S⊆N . (2.10)


T ⊆S

48
Mesures floues et intégrale de Choquet

où w(T) ∈ IR pour chaque T ∈ N. En combinatoire, w, vu comme une fonction


d’ensemble sur N, est appelé la transformée de Möbius de v. Elle est donnée par [Mar 02]:

s −t
w(S ) = ∑(−1) v(T) S⊆N . (2.11)
T ⊆S

où s = |S| et t = |T |.

N’importe quel ensemble de 2 coefficients {w(T ), T ⊆ N } ne peut être considéré comme


n

une représentation de Möbius de la mesure floue v , car ces coefficients doivent assurer les
conditions des limites et de monotonicité. En terme de la représentation de Möbius, ces
conditions sont représentées de la manière suivante :

w({ }) = 0, ∑ w(T ) =1,


 T ⊆N
 . (2.12)
∑ w
T :∈T ⊆ S(T ) ≥ 0 , ∀ S ⊆ N, ∀ i ∈S.

n s n −1
Ces conditions enferment deux équations et ∑ s Cn = n 2 inéquations.
s =1

Exemple 2.5 : Nous avons w({}) = 0 et w(i) = v(i) pour tout i ∈ N. Pour une paire de
critères i, j ∈ N, w(ij) représente la différence entre le poids de la paire {i, j} et la somme
des poids de i et de j:

w(ij) = v(ij) [v(i) + v(j)]. (2.13)

Cette différence est positive (respectivement négative) en cas d’interaction positive


(respectivement négative). Elle est nulle si i et j s’additionnent sans présenter
d’interaction. Ainsi, w(ij) reflète quelque peu le degré d’interaction entre i et j.

49
Mesures floues et intégrale de Choquet

Nous pouvons aussi observer que si v est additif alors w(S)=0 pour tous les sous-
ensembles S ⊆ N tels que s 2.

Dans ce cas, l’opérateur d’agrégation doit nécessairement être la moyenne


arithmétique pondérée:

M v( x ) = ∑v(i)xi = ∑w(i)xi . (2.14)


i⊂ N i⊂ N

Lorsque v n’est pas additif, nous devons prendre en compte l’interaction parmi les
critères. Nous pouvons alors partir de la moyenne arithmétique pondérée, qui est une
expression linéaire, et lui ajouter des termes du "second ordre" faisant intervenir les
coefficients correcteurs w(ij), ensuite des termes du troisième ordre, etc.. Nous obtenons
alors :

M v (x ) = ∑w(i)xi + ∑ w(ij)[xi ∧ x j] +.......... . (2.15)


i⊂ N {i, j}⊆ N

c’est-à-dire :

M v (x ) = ∑w(T) ∧ xi ( ∧ désigne le minimum). (2.16)


T⊆N i ⊂T

Cette expression n’est rien d’autre que celle de l’intégrale de Choquet C v en termes de
la représentation de Möbius (voir [Mar 99a] pour plus de détails).

4 Propriétés de l’intégrale de Choquet

L’intégrale de Choquet Cv est une fonction monotone croissante définie de [0, 1]n dans
[0, 1] et qui a les propriétés suivantes :

50
Mesures floues et intégrale de Choquet

1. Les bornes : cette propriété définie la borne supérieure et la borne inférieur de Cv.

Cv(0,....0) = 0 Cv(1,....1) =1

2. L’Idempotence : Cv(a,......, a ) = a .

3. Continuité : La fonction Cv est continue sur ses variables. Ainsi, cette fonction ne
présente aucune variation brute dûe aux petites variations de ses arguments.

n
4. Décomposabilité : N’importe quel sous-ensemble des éléments de x∈R peut être
remplacé par la valeur de son agrégation partielle sans changer la valeur de
l’agrégation globale.

Cv(x1,..., xk, xk +1,..., xn) = Cv(x,..., x, xk +1,..., xn) / x = Cv(x1,..., xk )

5 Additivité d’ordre k de la mesure et intégrale floue

Dans les problèmes décisionnels comportant n critères, pour pouvoir prendre en compte
l’interaction parmi les critères dans la modélisation des préférences du décideur, nous
n
avons besoin de définir 2 coefficients (où chaque coefficient correspond au poids d’un
sous-ensemble de N ) représentants la mesure floue v .

Le décideur ne peut pas fournir la totalité des informations permettant d’identifier ces
coefficients. Dans les meilleures cas, il peut deviner l’importance de chaque critère ou
chaque paire de critères.

Afin de résoudre ce problème, Grabish [Gra 97] a proposé le concept de l’additivité


d’ordre k de la mesure floue.

51
Mesures floues et intégrale de Choquet

Définition 2.5 [Gra 97] : Une mesure floue v définie dans N est dite additive d’ordre k, si
la fonction booléenne qui correspond à cette mesure est un polynôme multilinéaire d’ordre
k. c’est-à-dire : que la transformée de Möbius de v , w(T )= 0 pour tout T tel que T > k et

qu’il existe au moins un sous-ensemble T de N comportant exactement k éléments tel


que w(T ) ≠ 0 .

Ainsi, pour une additivité d’ordre 2 de la mesure floue, nous avons :

v(i )= w(i), ∀i∈N , (2.17)


v(ij )= w(i )+ w( j )+ w(ij ), {i, j }⊆ N . (2.18)

En terme de la représentation de Möbius, les conditions limites et la monotonicité sont


formulées de la manière suivante :

w({ })= 0,
 w + w(ij )=1,
i∈∑N i {i, j∑
}⊆ N
 . (2.19)
w(i)≥ 0, ∀i∈N,
w(i) + ∑ w(ij ) ≥ 0, ∀i∈N, ∀S ⊆ N −{}
i.
 j∈S

L’intégrale de Choquet par rapport à une mesure d’addivité d’ordre 2 (un modèle
d’ordre 2 de l’intégrale de Choquet) devient :

Cv(g ) = ∑w(i)gi + ∑ w(ij)[gi ∧ g j ], ∀ g∈ℜ .


n
(2.20)
i⊂ N {i , j}⊆ N

Dans ce modèle d’ordre 2, l’intégrale de Choquet permet de modéliser l’interaction

parmi les critères en utilisant que n + Cn = n (n+1)/ 2 coefficients pour définir la mesure
2

floue.

Les méthodes de tri utilisées dans ce mémoire sont basées sur ce modèle.

52
Mesures floues et intégrale de Choquet

6 La détermination de la mesure floue


Dans cette section, nous analyserons le problème de l’identification des coefficients
d’importance des critères w j / j∈F et des indices d’interaction parmi les critères

wij / ij ≡{i, j∈F } .

Marichal et Roubens [Mar 99b] ont proposé un modèle, qui détermine une mesure floue
d’ordre 2 (2-ordre), fondé sur une approche de satisfaction de contraintes. Ce modèle est
basé sur un quasi-ordre partiel dans l’ensemble d’actions A et sur certaines considérations
sémantiques autour des critères. Ces dernières concernent :

§ L’importance des critères : Dans ce cas, nous définissons un préordre partiel dans
F représentant un rangement partiel des coefficients d’importance
v( j ) = w( j ) / j∈F .

§ L’interaction parmi les critères : Dans ce cas, nous définissons un préordre partiel
dans l’ensemble des paires de critères représentant un rangement partiel des indices
d’interaction parmi les critères wij .

En plus, Nous définissons le signe de chaque indice d’interaction wij / {i, j∈F }

représentant une synergie positive (respectivement négative), si wij > 0

(respectivement wij < 0 ) ou une indépendance entre les critères i et j , si wij = 0 .

Ce modèle suppose qu’un expert ou un décideur est capable de fournir des informations
sur l’importance relative de chaque critère et sur le type de l’interaction parmi ces critères.
Dans des applications pratiques, le décideur peut fournir ces informations plus facilement
que s’il évaluer directement la mesure floue v . Mais il est important que l’homme d’étude

53
Mesures floues et intégrale de Choquet

parvienne à poser au décideur les bonnes questions qui permettront à ce dernier d’identifier
cette mesure.

Formellement, les données d’entrées de ce problème sont illustrées comme suit :

§ L’ensemble des actions A ={a1,...,an } ;

§ La famille de critères F ={g1,..., g n } ;

§ La table des performances g j (ai ) et g(ai ) (le décideur associé a chaque action ai

les performances g j (ai ) de chaque critère g j et la performance globale g(ai ) ) ;

§ Un quasi-ordre partiel ≥ A dans A (un rangement partiel des actions selon leurs
performances globales) ;

§ Un préordre partiel ≥F dans F (un rangement partiel des critères selon leurs
coefficients d’importance) ;

§ Un préordre partiel ≥P dans l’ensemble des paires de critères P (un rangement


partiel des paires de critères selon leurs indices d’interaction) ;

§ Le signe de certains indices d’interaction wij : >0, = 0 ou < 0 représentant une

synergie positive, une indépendance ou une redondance entre les critères i et j .

Toutes ces données peuvent être formulées en terme d’équations ou d’inéquations


linéaires en fonction de la représentation de Möbius de la mesure floue v . Ainsi, la
détermination de cette mesure floue consiste à résoudre un problème de satisfaction de
contraintes.

54
Mesures floues et intégrale de Choquet

Notons que les inéquations strictes peuvent être converties en inéquations larges par
l’introduction d’une variable positive ε . Cette conversion est illustrée par la proposition
suivante :

Proposition 4.1 : x∈ℜn est une solution du système linéaire

∑ n
a x ≤ b , i =1,..., p,
 j =1 ij j i
n
 ∑ cij x j < di, i =1,..., q,
 j =1

si est seulement s’il existe ε >0 tel que :

 ∑ n
a x ≤ b , i =1,..., p,
 j =1 ij j i
n
 ∑ cij x j ≤ di −ε, i =1,..., q,
 j =1

En particulier, une solution existe si est seulement si le programme linéaire suivant

maximise z =ε
 ∑ n
a x ≤ b , i =1,..., p,
 j =1 ij j i
n
 ∑ cij x j ≤ di −ε, i =1,..., q,
 j =1

a une solution optimale x*∈ℜn avec une valeur optimale ε *>0 . Dans ce cas, x* est une
solution du premier système.

Le problème de satisfaction de contraintes linéaires est défini de la manière suivante :

55
Mesures floues et intégrale de Choquet

Maximise z = ε
 C(a)− C(b) ≥ δ + ε si a f A b
  Un quasi-ordre partiel avec le seuil δ
 −δ ≤ C(a)− C(b) ≤ δ si a ~ A b 
 wi − w j ≥ ε si i f F j 
  Un rangement des critères selon leurs coefficients d'importance
 wi = w j si i ~ F j 

 wij − wk l ≥ ε si ij f P k l 
  Un rangement des paire de critères selon leurs indices d'interaction
 wij = wk l si ij ~ P k l 
 wij ≥ε (respectivement ≤ ε) si wij > 0(respectivement wij < 0)
  Signe de certains indices d'interaction
 wij = 0 sinon wij = 0 

 ∑ wi + ∑ wij =1 
 i∈F {i, j∈F } 
 
wi ≥0 ∀i∈F  Conditions des limites et de motonocité

 wi + ∑ wij ≥0 ∀i∈F, ∀T ⊆F −{} i
j∈T 

 
 C(a )= ∑ wi gi(a )+ ∑ wij [gi(a ) ∧ g j (a)] ∀ a∈ A Définition de Cv
 i∈F {i, j∈F } 

Le modèle de Marichal et Roubens [Mar 99b] représente l’information concernant


l’importance des critères par un préordre partiel dans F . Cette information est "pauvre" car
le fait de donner un rangement partiel dans F selon l’importance des critères
w j / j∈F n’identifie pas d’une manière précise les coefficients d’importance des critères w j .

Par exemple, si F ={1,2, 3} et que le décideur a proposé un rangement tel que w2 < w1 < w3 ,

nous aurons les solutions w(0.25,0.15,0.6) et w(0.1,0.05,0.85) qui satisfont les préférences
du décideur mais qui sont très différentes. Par conséquent, en plus du préordre partiel dans
F , nous ajoutons au modèle de Marichal et Roubens [Mar 99b] les intervalles
[w ,w ] / j∈F qui définissent les limites de w . Le problème de satisfaction de contraintes

j
+
j j

deviendra :

56
Mesures floues et intégrale de Choquet

Maximise z = ε

 C(a )− C(b) ≥ δ + ε si a f A b
  Un quasi-ordre partiel avec le seuil δ
 −δ ≤ C(a )− C(b) ≤ δ si a ~ A b 

 wi − w j ≥ ε si i f F j 
  Un rangement des critères selon leurs coefficients d'importance
wi = w j si i ~ F j 

 wij − wk l ≥ ε si ij f P k l 
  Un rangement des paire de critères selon leurs indices d'interaction
 wij = wk l si ij ~ P k l 

 wij ≥ε (respectivement ≤ ε) si wij > 0(respectivement wij < 0)
  Signe de certains indices d'interaction
 wij = 0 sinon wij = 0 

 ∑ wi + ∑ wij =1 
i∈F {i, j∈F } 
 
 wi ≥0 ∀i∈F  Conditions des limites et de motonocité
 wi + ∑ wij ≥0 ∀i∈F, ∀T ⊆ F −{} i
 j∈T 




w j ≤ wj ≤ wj
+
}
∀ j∈F Les limites de w j
 
 C(a)= ∑ wi gi(a )+ ∑ wij [gi(a) ∧ g j (a )] ∀ a∈ A Définition de Cv
 i∈F {i, j∈F } 

Ce modèle est plus déterministe dans l’identification de la mesure floue v que le modèle
proposé par Marichal et Roubens [Mar 99b].

Par la suite, nous présenterons un exemple de détermination d’une mesure floue et de


l’intégrale de Choquet associée à cette mesure en utilisant le modèle étudié dans cette
section

Exemple 2.6 : Considérons le problème de l’évaluation des étudiants d’un institut de


mathématiques sur trois matières : l’Algèbre Linéaire (critère Al ), le Calcul (critère Ca ) et
les statistiques (critère Ca ).

57
Mesures floues et intégrale de Choquet

Supposons que l’institut est orienté vers les statistiques et que le décideur suggère un
rangement partiel sur les poids des critères de la manière suivante :

St f N  Al / N ={Al, Ca, St} .


Ca

Le tableau suivant, illustre l’évaluations de trois étudiants a, b, c (les notes sont


multipliées par 20 ) :

L’évaluation globale
Etudiant Al Ca St
(Moyenne arithmétique pondérée)
a 12 12 19 15
b 16 16 15 15.57143
c 19 19 12 16
Tableau 2.2 : problème de l’évaluation des étudiants
Le décideur raisonne de la manière suivante :

Si un étudiant est excellent en statistique (note supérieur a 18) alors il est excellent
quelque soit les notes sur les autre matières. Par contre, s’il n’est pas excellent en
statistiques alors il est nécessaire de prendre en compte ses notes dans les autres matières
(utiliser la moyenne arithmétique pondérée pour calculer sa note globale).

Par conséquent, le décideur propose un rangement sur l’ensemble A={a,b,c} de la


manière suivante : a f A c f A b .

L’utilisation de la moyenne arithmétique pondérée comme opérateur d’agrégation ne


peut pas modéliser les préférence du décideur car si nous prenons respectivement
w1, w2 et w3 comme les coefficients d’importance des critères Al, Ca et St .

Les préférences du décideur conduisent à la contradiction suivante :

58
Mesures floues et intégrale de Choquet

a f A c ⇔ w1 + w2 − w3 < 0
a f A b ⇔ w1 + w2 − w3 > 0

Par contre, si nous prenons en compte l’interaction parmi les critères, le décideur
observe une corrélation négative pour les deux paires w(St, Ca )< 0 et w(St, Al )< 0 .

Toutes ces données sont formalisées par un programme linéaire de la manière


suivante ( N = {1, 2,3}≡{Al, Ca, St} ) :

Maximise z = ε
−0.35 w(1) − 0.35 w(2) + 0.35 w(3) − 0.35 w(12) ≥ δ + ε (a f N c)
0.15 w(1) + 0.15 w(2) − 0.35 w(3) + 0.35 w(12) ≥ δ + ε (c f N b)

w(1) + w(2 ) + wa(3) + w(12) + w(13) + w(23) =1

w(i ) ≥ 0 i ∈N
w(i ) + w(ij ) ≥ 0 i, j ∈N

w(i ) + w(ij ) + w(ik ) ≥ 0 i , j , k ∈N

En utilisant le "solveur" Lp-Solve et pour une valeur δ = 0.025 la solution est :

§ Fonction objective : ε = 0.055769

§ Les indices d’interaction w(i ) :

Al Ca St
w(i ) 0.7135 0.0557 1
§ Les indices d’interaction w(ij ) :

Ca St
Al 0 -0.7135
Ca -0.05577

59
Mesures floues et intégrale de Choquet

§ L’évaluation globale C = Cv :

a b c
C()
. 0.95 0.7885 0.8692
20 C()
. 19 15.77 17.384

7 Conclusion

Nous avons vu précédemment, qu’un des aspects significatifs dans les problèmes
d’agrégation est la prise en compte de l’importance des critères considérés, laquelle est
modélisée par l’utilisation de poids.

Par conséquent, il est nécessaire d’utiliser des opérateurs d’agrégation pondérés durant
la phase d’agrégation. Jusqu’à récemment, les opérateurs d’agrégation les plus utilisés
étaient les moyennes arithmétiques pondérées, Malheureusement, ces opérateurs sont
incapables de modéliser une quelconque interaction parmi les critères, puisqu’ils
conduisent à l’indépendance préférentielle mutuelle parmi les critères qui exprime
l’indépendance des critères.

C’est pour cette raison que nous avons opté pour l’utilisation l’intégrale de Choquet
comme opérateur d’agrégation dans les méthodes multicritères d’aide à la décision, plus
précisément, les deux méthodes de tri : le tri ordinal et le tri nominal.

L’intégrale de Choquet associe une mesure floue. Cette mesure doit être déterminée.
Ainsi, nous avons présenté un modèle, qui identifie cette mesure, basé sur le modèle
proposé par Marichal et Roubens [Mar 99b] mais qui est plus déterministe.

Dans les chapitre 3 et 4, nous introduisons en détail ces deux méthodes de tri qui
permettront de prendre en considération l’interaction parmi les critères.

60
Chapitre III
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

Méthode de tri ordinal basée


sur l’intégrale de Choquet

1 Introduction
Il existe plusieurs situations dans lesquelles le décideur vise à grouper des alternatives
(solutions possibles), objets ou actions dans des catégories ou classes homogènes.

Selon la structure du problème, les catégories peuvent être ordonnées ou non


ordonnées. Dans ce chapitre, nous présentons le cas où les catégories sont
complètement ordonnées. Il est connu dans la MMCAD sous le nom de la
problématique du tri ordinal.

Le cas où il est difficile d’établir un ordre entre les catégories est la problématique
de tri nominal.

1.1 Le tri ordinal


La problématique de tri ordinal consiste à poser le problème en terme d’affectation de
chaque action de l’ensemble A (ou d’une action isolée) à une catégorie sachant que les
catégories sont caractérisées par une séquence d’actions de référence limites
constituant les frontières inter-catégories. Chaque catégorie est limitée par deux familles
d’actions de référence, une inférieure (constituant la borne inférieure) et une supérieure
(constituant la borne supérieure). La règle d’affectation est formulée de la manière
suivante : toute action qui est jugée comme étant entre les deux frontières d’une
catégorie, doit être affectée à la catégorie en question.

Les méthodes MCAD, citées dans la section 1.3.1.3-b, développées pour résoudre ce
type de problème ne prennent pas en considération le concept d’interaction parmi les
critères introduit dans le chapitre II. Elles supposent que les critères sont
préférentiellement indépendants. Mais dans un domaine aussi complexe que
l’aménagement du territoire, les critères interagissent et l’hypothèse d’indépendance
préférentielle est rarement vérifiée. Ceci, nous a amené à utiliser une méthode de tri

63
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

basée sur l’intégrale floue [Mar 99a], fondée sur l’approche de surclassement de
synthèse (ou relation de surclassement) et qui peut être considérée comme une
extension de la méthode ELECTRE TRI [Roy et Bou 93].

Nous avons aussi modifié cette méthode pour la rendre plus déterministe dans le
calcul des c fficients d’importance et des indices d’interaction parmi les critères.

Dans ce chapitre, nous présenterons quelques concepts de base nécessaires à la


construction de la relation de surclassement qui permettra d’introduire la méthode de tri
utilisée dans notre travail.

2 L’approche de surclassement de synthèse


Cette approche repose sur un modèle de préférences qui accepte les situations
d’incomparabilité entre les actions et n’impose aucune propriété de transitivité. La
définition de la relation de surclassement est la suivante :

Définition 3.1 [Roy et Bou 93] : Une relation de surclassement est une relation binaire
S définie dans A tel que a S b si, selon les préférences du décideur et selon la qualité
de l’évaluation des actions et de la nature du problème, il y a suffisamment d’arguments
pour décider que a est au moins aussi bon que b et qu’il n’existe pas de raisons
essentielles pour refuser cette proposition.

La construction d’une relation de surclassement S entre deux actions a et b de A


( a S b ) est fondée sur des conditions reposants sur deux principes :

§ Le principe de la majorité (ou la condition de concordance C (a , b ) ) : ce


principe assure qu’une majorité suffisamment importante soit favorable à la
proposition a S b .

§ Le principe du respect de la minorité (ou la condition de


discordance d(a,b) ) : ce principe assure que parmi la minorité des critères qui
s’oppose à la proposition a S b , aucun d’eux ne mette son veto.

64
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

La formule logique 3.1 représente ces deux principes :

a S b≡(IC (a,b )∧ ¬Id (a,b)) (3.1)

Où :

 1 si la majorité des critères sont


I C (a,b ) =  concordant s avec la propositio n a S b
 0 sinon

 1 si parmi les critères qui s'opposent à la propositio n


I d (a ,b ) =  a S b, au moins l'un d'eux mette son veto
 0 sinon

Et ∧, ¬ représentent respectivement le et logique et le non logique.

La procédure d’affectation de la méthode de tri ordinal utilisée dans notre travail est
fondée sur la relation de surclassement S .

2.1 Les concepts de base utilisés pour construire S


Nous pouvons résumer les principaux facteurs qui influencent la proposition a S b
comme suit :

2.1.1 Le pouvoir discriminant d’un critère considéré dans la famille de critères F

Le pouvoir discriminant d’un critère g j de F est modélisé par le seuil d’indifférence

q j et le seuil de préférence p j .

Le seuil d’indifférence q j est l’écart de préférence maximal g j (a ) − g j (b ) entre

deux actions a et b pour qu’elles soient considérées indifférentes. Le seuil de


préférence p j est l’écart de préférence minimal g j (a ) − g j (b ) entre deux actions a et

b pour que a soit préféré à b .

65
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

2.1.2 La nature du concept utilisé : concordance et discordance

L’approche de surclassement de synthèse est fondée sur ces deux principes. La


concordance permet de mesurer si la majorité des critères est en accord avec la
proposition a S b , alors que la discordance représente l’intensité de la contrariété à ne
pas dépasser vis-à-vis de cette affirmation.

2.1.3 La nature des informations inter-critères

Dans la définition de S , les informations inter-critères sont représentées par les


paramètres suivants :

§ Le coefficient d’importance w j qui exprime l’importance relative du critère

g j et qui sert à apprécier l’importance de la coalition de critères concordante

avec la proposition a S b .

§ Le seuil de veto se définit comme la plus petite valeur de la différence


g j (b ) − g j (a ) sur un critère discordant1 avec a S b qui, dès lors qu’elle est

dépassée, interdit l’acceptabilité du surclassement a S b , même si les autres


critères ( F − { j}) sont concordants avec a S b [Roy et Bou 93].

2.1.4 La force des arguments requis

La relation de surclassement de synthèse S définie dans A permet de modéliser les


préférences du décideur. Cette modélisation ne porte que sur la part des préférences que
nous sommes en mesure d’asseoir avec une objectivité et une sécurité jugées suffisantes
(utiliser des arguments suffisamment forts pour accepter a S b ). En d’autre terme, S
doit être vue comme un enrichissement de la relation de dominance ∆ F définie par :

a ∆ F b ssi g j (a ) ≥ g j (b ) ∀ j ∈ F (3.2)

Où au moins une de ces inéquations est stricte.

1
Un critère j est discordant avec la proposition a S b , si la proposition b Pj a (préférence stricte selon j) est
vérifiée.

66
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

2.2 La relation de surclassement de synthèse fondée sur l’intégrale


floue
Dans le cadre de la modélisation des préférences du décideur, nous pouvons être plus au
moins exigent (prendre plus ou moins de risque) pour accepter le surclassement de b
par a , d’où le concept de surclassement de synthèse flou (la relation S définie dans 3.1
est une relation de surclassement de synthèse nette).

La relation de surclassement flou S peut être caractérisée par la définition d’un


degré de crédibilité de surclassement σ , associant à tout couple (a,b ) un nombre

σ (a,b) : σ étend un critère destiné à repérer la plus au moins grande crédibilité du


surclassement de b par a . De façon plus précise, le degré de crédibilité doit posséder
les propriétés suivantes [Mos et Roy 77] :

1. Les actions a et b n’interviennent dans le calcul de σ (a,b) que par les seuls

vecteurs de performance g(a ) et g(b ) (le mode de calcul pouvant dépendre des
caractéristiques des différents critères de F , notamment de divers seuils).
Autrement dit :

2. σ (a,b )= σ [g(a ), g(b )]

3. σ (a,b) est d’autant plus grand que la fiabilité du surclassement de b par a est
plus grande, donc en particulier : σ (a,b) est une fonction non décroissante de

g j(a ) ∀ j et non croissante de g j(b) ∀ j .

4. σ (a,b ) = 1 traduit un surclassement certain de b par a , alors que σ (a,b ) = 0


traduit un non surclassement certain de b par a . Il s’enduit que : 0 ≤ σ (a,b ) ≤ 1 .

Nous avons vu précédemment que la définition de la relation de surclassement S


entre deux actions a et b est fondée sur la règle de concordance et de non discordance.
Les paragraphes suivants illustrent les principes intervenants dans la construction de S .

67
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

2.2.1 La concordance

Le principe de concordance C (a , b ) assure que la majorité des critères soit favorable


avec la proposition a S b .

Un critère g j∈ F est dit concordant avec la proposition a S b si l’action a est au

moins aussi bonne que b selon le critère g j et nous notons a S j b .

Définition 3.2 : Soit (a,b)∈ A2 et soit la famille de critères F = {g1, g2, ..., g n}. ∀ g j∈ F ,

l’indice de concordance partiel avec la proposition a S j b est une relation binaire floue

définie par :

c j : A× A → [0 ,1]
(a ,b ) → c j(a ,b ) =
{ }
p j (b) − min g j (b ) − g j (a ), p j (b ) (3.3)
{
p j (b) − min g j (b ) − g j(a ), q j (b )}
Pour chaque critère g j donné, l’indice de concordance partiel est calculé sur la base

d’une fonction linéaire par morceaux déterminés par deux seuils.

Si la différence g j(b) − g j (a ) entre les actions comparées est inférieure au seuil

d’indifférence la concordance est égale à 1 pour ce critère. Si cette différence est


supérieure au seuil de préférence la concordance partielle est nulle et finalement, si elle
est comprise entre les deux seuils, la concordance partielle varie proportionnellement
entre 0 et 1.

c j (a ,b )

0 g j (a )
g j (b )− p j (b )
g j (b )− q j (b ) g j (b )
Fig. 3.1 : Représentation graphique de l’indice de
concordance partiel pour un critère g j ∈ F

68
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

La figure 3.1 donne une représentation graphique de l’indice de concordance partiel


pour un critère g j∈ F .

L’indice de concordance partiel c j (a,b) indique le degré de validité du surclassement

de b par a selon le critère g j ( a S j b ).

L’indice de concordance C (a , b ) (ou l’indice de concordance global) est calculé par


agrégation des indices de concordance partiels. Pour introduire cet indice, nous
présentons la définition d’une fonction d’agrégation.

Définition 3.3 : Une fonction ou opérateur d’agrégation M est une fonction monotone
croissante.

M : [0 ,1 ]n → [0 ,1 ] (3.4)

Telle que, M (0, 0,...,0) = 0 et M (1,1,...,1) = 1 .

L’opérateur M est (i =1..n, x(x1,.., xn )) :

§ conjonctif si M ( x ) ≤ min xi pour tout x∈ [0 ,1] n ,

§ disjonctif si max xi ≤ M (x ) pour tout x∈ [0 ,1] n ,

§ interne (ou opérateur de compromis) si min xi ≤ M (x ) ≤ max xi pour

tout x∈ [0 ,1] n .

Définition 3.4 : L’indice de concordance global C (a , b ) est une relation floue définie

dans A , mesurant pour chaque paire (a,b )∈ A× A , en tenant compte de l’information


inter-critères, le degré de force ou d’importance de la majorité de critères favorable à la
proposition a S b .

C(a,b) = M (c1, c2,...,cn ) (3.5)

69
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

Les opérateurs d’agrégation les plus communs sont les opérateurs internes. La
relation de concordance globale C (a , b ) est calculée sur la base des indices de
concordance partiels et des informations inter-critères.

La plupart des méthodes de surclassement (ELECTRE [Roy et Bou 93] ainsi que des
méthodes de filtrage [Per 92], PROAFTN [Bel 00] ) utilisent la moyenne arithmétique
pondérée comme opérateur d’agrégation.

 n
( )

C(x ) = φ −1 ∑ w j × φ x j  (3.6)
 j =1 

( )
Généralement, la fonction φ est choisie telle que φ x j = x j . Ainsi l’indice de

concordance global est calculé de la manière suivante :

C (a,b) = ∑ w j c j (a,b)
n
(3.7)
j =1

n
Où w j représente l’importance relative du critère g j tel que ∑ w j = 1 .
j =1

Ce type d’opérateur d’agrégation additif conduit à l’indépendance mutuelle entre les


critères. Cependant, nous avons montré dans le chapitre II qu’il existe plusieurs
situations où les critères interagissent entre eux (synergie positive ou négative et la
dépendance préférentielle ) et que l’opérateur d’agrégation nommé intégrale de Choquet
(voir section 3.2 du chapitre II) est le plus approprié dans ce cas.

Cv(c(1)(a,b),...,c(n )(a,b )) = ∑c( j )(a,b ) [v(A( j ) ) − v(A( j −1) )]


n
(3.8)
j =1

où (.) indique une permutation de N telle que c(1) ≤ K ≤ c(n ). . De plus,

A( j ) = { ( j ), K , (n) }, et A(n −1) = { }.

Cet opérateur possède de bonnes propriétés d’agrégation. Il est continu, non


décroissant, interne et peut être considéré comme une moyenne arithmétique pondérée
si la mesure floue associée à cette intégrale est additive.

70
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

Dans notre travail, nous considérons le cas où la mesure floue de l’intégrale de


Choquet est d’ordre 2 (2-ordre). Il permet de modéliser l’interaction parmi les critères
d’une manière simple ( w(T )= 0 ∀ T ≥ 2,T ⊂ F ).

L’indice de concordance globale C (a , b ) devient :

C (a, b) = ∑ w j c j(a, b ) +
j∈F
( )
∑ wij ci(a, b ) ∧ c j (a, b)
{i, j ∈ F}
(3.9)

Où : ∑ w j + ∑ wij = 1 (3.10)
j∈F {i, j ∈ F}

wj : exprime l’importance relative du critère g j et wij représente le degré

d’interaction entre les deux critères gi et g j .

2.2.2 La discordance

La condition de discordance d(a,b) assure que parmi la minorité des critères qui
s’opposent à la proposition a S b , aucun d’eux ne mette son veto.

Définition 3.5 : Soit (a,b)∈ A2 et soit la famille de critères F = {g1, g2, ..., g n}.

∀ g j∈ F , l’indice de discordance partiel avec la proposition a S j b est une relation

binaire floue définie par :

d j : A× A → [0 ,1]
 g j(b) − g j (a ) − p j (b)
(a ,b) → d j(a ,b) = min 1, max0, v j (b) − p j(b) 
(3.11)
  

L’indice de discordance du critère g j vise à appréhender le fait que ce critère est

plus au moins discordant avec la proposition a S b [Roy et Bou 93].

Pour chaque critère g j donné, l’indice de discordance partiel d j (a,b) est nul, si la

différence g j(b) − g j (a ) est inférieure au seuil de préférence, puis elle croît linéairement

jusqu’au seuil de veto, valeur à partir de laquelle la discordance est égale à 1.

71
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

La figure 3.2 donne une représentation graphique de l’indice de discordance partiel pour
un critère g j∈ F .

d j (a ,b )

0 g j (a )
g j (b )− p j (b ) g j (b )
g j (b )− v j (b )
Fig. 3.2 : Représentation graphique de l’indice de
discordance partiel pour un critère g j ∈ F

2.2.3 L’indice de crédibilité de surclassement

L’indice de crédibilité de surclassement σ (a,b) représente le degré de fiabilité du


surclassement de b par a . Sa définition prend appui [Roy et Bou 93] :

§ d’une part sur un indice de concordance global C(a,b) ;

§ d’autre part sur des indices de discordances partiels d j (a,b) définis pour chaque

critère g j ∈F .

L’indice de crédibilité σ (a,b) de la proposition a S b est alors défini par :

1 − d (a,b )
σ (a,b ) = C(a,b) ∏ 1 − C(a,b ) / D ={j∈F / d j(a,b) > C(a,b )}
j
(3.12)
j∈ D

Dans [Roy et Bou 93], Roy a proposé quelques principes qui, si nous les acceptons,
permettent de justifier la formule (3.12) :

1. En l’absence de critères discordants, l’indice de concordance C(a,b) est choisi


comme indice de crédibilité.

72
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

2. En présence d’un quelconque critère discordant mettant son veto au


surclassement a S b , nous posons σ (a,b ) = 0 .

3. En présence d’un seul critère discordant g j ne mettant pas son veto à a S b ,

nous considérons que le niveau de crédibilité de cette affirmation demeure égale


à C(a,b) si d j (a,b) ≤ C(a,b) (le niveau de discordance est ici jugé insuffisant eu

égard à celui de la concordance pour affecter la crédibilité de a S b ) et que ce

1 − d j (a,b)
, si d j (a,b) > C(a,b ) .
1 − C(a,b)
niveau de crédibilité est réduit, dans le rapport

4. Dans tous les cas, l’apparition d’un critère g k discordant et tel que

dk (a,b ) > C(a,b) n’a pas d’autre effet sur la crédibilité du surclassement que

celui pris en compte par la variation de C(a,b) .

5. Dans tous les cas, lorsque le niveau d’un critère g k discordant franchit la

valeur C(a,b) , la crédibilité du surclassement s’en trouve réduite dans un rapport


1 − dk (a,b )
1 − C(a,b)
égale à .

Une fois que la relation de surclassement flou S est construite il est intéressant
d’introduire la relation de surclassement net (non flou) S définie par :

a S b ⇔ σ (a,b ) ≥ λ (3.13)

λ : s’interprète comme un seuil (valeur de coupe) généralement choisi proche de 1


et en tous cas au moins égal à 1/ 2 . Le surclassement selon S λ a donc lieu dés que le
degré de crédibilité a atteint ce seuil [Mos et Roy 77].

La valeur de λ doit être supérieure à 0.5 , pour satisfaire le principe de la majorité


qui assure que la majorité des critères est favorable à la proposition a S b .

73
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

2.3 Les propriétés de la relation de surclassement flou


La relation de surclassement flou σ vérifie les propriétés suivantes [Bel 00]:

§ Indépendance : Le calcul de σ (a,b) ne fait intervenir que les actions a et b et


ceci à travers leurs vecteurs de performance ;

§ Unanimité : ∀ g j ∈{1,..., n} g j(a ) ≥ g j (b) − q j (b) ⇒ σ (a,b ) = 1 et

∀ g j ∈{1,..., n} g j (a ) ≤ g j (b ) − p j (b ) ⇒ σ (a,b) = 0 ;

§ ∀ (a,b )∈ A× A, σ (a,b) ≤ C(a,b ) ;

§ ∀ g j ∈{1,..., n} C j (a,b) > C j(c,b ) ⇒ σ (a,b ) > σ (c,b)

§ Respect du droit de veto d’un critère :


∃ g j ∈{1,..., n} / g j (b ) − g j (a ) > v j(b) ⇒ σ (a,b ) = 0 ;

§ Agrégation avec un opérateur interne :


min{c1(a,b),...,cn(a,b )} ≤ C(a,b ) ≤ max{c1(a,b ),...,cn(a,b)} .

Tel que a,b,c∈ A .

3 La méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet


La méthode de tri ordinal introduite dans cette section est fondée sur la relation de
surclassement que nous avons présentée dans la première partie de ce chapitre. Cette
méthode permet d’affecter l’action a∈ A à une catégorie Ch de l’ensemble de

catégories ordonnées {
C = C1,....,C p } tout en tenant compte des phénomènes

d’interaction parmi les critères.

Cette méthode de tri ordinal est réalisée en deux phases : la modélisation des
catégories et la procédure d’affectation.

74
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

3.1 La modélisation des catégories


Nous notons par C = C1,....,C p { } l’ensemble des catégories considéré dans la

problématique du tri. Les limites entre les catégories consécutives sont représentées par
{ }
l’ensemble des profils de références limites B = b0 , b1,....,bp . Le profil de référence (ou

action de référence) bh est la borne supérieure de Ch et la borne inférieure de Ch+1 . Les

profils de références b0 et bp peuvent être des actions fictives tels que :

∀a∈ A , a f b0 et bp f a . (3.14)

Où : a f b ⇔ a S b et non(b S a ) / a,b∈ A .

3.2 La procédure d’affectation


Une procédure d’affectation prend appui sur un modèle de préférences non pas pour
comparer les actions de A entre elles mais pour les comparer à des normes (profils de
référence limites appartenant à B ) qui servent à définir les conditions que doivent
remplir les performances g1(a ),....,g n(a ) pour que l’action a soit affectée en catégorie

C1, C2,... ou C p . Par la suite, nous exposerons les hypothèses du problème.

3.2.1 Hypothèses du problème [Roy et Bou 93]

§ Hypothèse 1 : Les catégories sont ordonnées et notées Ch , h = 1,...., p ; C1 est la

catégorie la plus basse et C p est la catégorie la plus haute.

§ Hypothèse 2 : Pour délimiter les catégories, nous introduisons p +1 profils de


référence bh / g(bh) = (g1(bh ),...,gn(bh )), h = 0,...., p vérifiant, ∀ g j ∈F, a∈ A :

g j (b0 ) < g j(a ),

g j (bh−1 ) ≤ g j (bh ), (3.15)

( )
g j (a ) < g j bp .

75
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

En outre, pour au moins une valeur de g j , g j (bh−1) ≠ g j (bh ) ; le profil bh doit

servir de référence pour limiter en bas la catégorie Ch+1 (d’où son nom de profil

bas de Ch+1 ) et en haut la catégorie Ch (d’où son nom de profil haut de Ch ).

Conformément à la conception de ces profils et sur la base d’une relation de


surclassement S , nous posons :

a f bh −1 et bh f a ⇒ a∈ Ch . (3.16)

§ Hypothèse 3 : La catégorie Ch ( h = 1,...., p ) est fermée en bas par l’action de

référence bh−1 , autrement dit : [a S bh−1 et bh−1 S a] ⇒ a∈Ch . (3.17)

3.2.2 Propriétés fondamentales de la méthode du tri ordinal [Roy et Bou 93]

§ Unicité : chaque action est affectée à une et une seule des catégories
ordonnées C1,....,C p .

§ Indépendance : La catégorie à laquelle une action a est affectée est


indépendante de la manière dont les autres actions sont affectées aux diverses
catégories.

§ Conformité aux profils limites : Les catégories sont délimitées à partir de


profils limites conformément à l’hypothèse 2. L’affectation de toute action doit
être conforme à (3.16) et aussi que les catégories sont soit fermées en bas, soit
fermées en haut2 (hypothèse 3).

§ Monotonicité : Si b ∆ F a ( a ,b∈ A ), alors b doit être affectée à une catégorie

C y et a à une catégorie Cx telles que y ≥ x .

2
La catégorie Ch ( h = 1,...., p ) est fermée en haut par l’action de référence bh , autrement dit :

[a S bh et bh S a] ⇒ a ∈ Ch

76
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

§ Homogénéité : Toutes les actions a vérifiant les conditions suivantes doivent


être affectées à la même catégorie Ch avec x ≤ h ≤ y :

a S bx −1, Non(bx−1 S a ),bx Ra ,

( )
by S a, Non a S by , a Rby −1 .

§ Stabilité : si nous réduisons d’une unité le nombre des catégories en supprimant


l’action de référence bh , l’affectation des actions précédemment affectées aux

catégories autres que Ch et Ch+1 n’est pas modifiée. Les actions primitivement

affectées à l’une de ces deux catégories se trouvent, après suppression de bh ,

affectées dans la catégorie délimitée par les actions de référence bh−1 , bh+1 .

Les procédures d’affectation proposées dans ce paragraphe se basent sur l’approche


de surclassement de synthèse.

a) Procédure conjonctive

Pour pouvoir affecter une action a de A à une catégorie, il est nécessaire que l’action
a surclasse l’action de référence basse de la catégorie. Ceci se fait en commençant par
comparer l’action a à la plus haute action de référence bp . Ensuite nous descendons

échelon par échelon jusqu’à trouver la bonne catégorie.

Procédure :

1. Comparer successivement a et bh avec h variant de p à 0 ;

2. Soit bx la première action de référence telle que a S bx ;

3. Affecter a à la catégorie Cx +1 .

77
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

b) Procédure disjonctive

Pour pouvoir affecter une action a à une catégorie, il est nécessaire que l’action de
référence haute soit préférée à l’action a . Ici en commence par la première action de
référence b0 (avec a S b0 ) puis en grimpe les échelons.

Procédure :

4. Comparer successivement a et bh avec h variant de 0 à p ;

5. Soit by la première action de référence telle que by f a ;

6. Affecter l’action a à la catégorie C y .

Résultat 3.1 [Roy et Bou 93]: Considérons une famille d’actions de référence conçues
conformément aux hypothèses citées ci-dessus et une relation de surclassement S
vérifiant (3.14). Alors :

1. Les procédures d’affectation conjonctive et disjonctive vérifient les propriétés


d’unicité, d’indépendance, de monotonicité, d’homogénéité et de stabilité.

2. Les procédures affectation conjonctive et disjonctive vérifient la propriété de


conformité au profil si et seulement si la condition de compatibilité des données
suivante est satisfaite pour toute action a∈A :

a I bh ⇒ Non(a I bh+1 ) pour h = 1,2,...., p −2. (3.18)

4 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté la méthode de tri ordinal fondée sur l’intégrale de
Choquet. L’avantage de cette méthode est sa capacité de prendre en compte les
phénomènes d’interaction parmi les critères (synergie positive ou négative et la
dépendance préférentielle) dans la procédure d’agrégation des préférences du décideur.

78
Méthode de tri ordinal basée sur l’intégrale de Choquet

Cette méthode de tri est fondée sur une approche de surclassement de synthèse. Elle
repose sur un modèle de préférences acceptant les situations d’incomparabilité entre les
actions et n’imposant aucune propriété de transitivité.

Nous avons aussi exposé les principes de base utilisés dans la construction de la
relation de surclassement de synthèse S qui est l’outil de base intervenant dans la
construction de la procédure d’affectation d’une action a de A à une catégorie Ch.

L’algorithme du tri ordinal basé sur l’intégrale de Choquet est présenté dans
l’annexe A.

Dans le chapitre 4, nous introduirons de la même manière, la méthode de tri nominal


fondée sur l’intégrale de Choquet.

79
Chapitre IV
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

Méthode de tri nominal basée


sur l’intégrale de Choquet

1 Introduction

Dans ce chapitre nous allons présenter la procédure de tri nominal. Elle consiste à poser
le problème en terme d’affectation de chaque action de l’ensemble A (ou d’une action
isolée) à une catégorie sachant que les catégories sont caractérisées par une ensemble
d’actions de référence centrales ou prototypes. La règle d’affectation est formulée de la
manière suivante : toute action qui est jugée indifférente à au moins une action de référence
d’une catégorie, peut être affectée à la catégorie en question.

2 Procédure d’affectation floue dans la problématique du


tri nominal

Cette procédure est caractérisée par les trois étapes suivantes [Bel 00]:

Etape 1 : Modélisation des préférences partielles

Elle consiste à élaborer à partir d’un tableau de performances, un profil de relations binaires
<Hj>j=1...n. Ce profil permet de rendre compte des préférences partielles selon chaque
critère de la famille F. Dans cette étape les relations seront modélisées par des sous-
ensembles flous afin de prendre en compte l’imperfection de l’information qui affecte les
évaluations des actions.

Etape 2 : Agrégation multicritère en un système relationnel de synthèse

Elle consiste à dégager sur la base des profils <Hj> j=1...n et d’un ensemble de paramètres
(seuils de veto et coefficients d’importance) un modèle relationnel global sous la forme de
relations globales.

81
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

Pour cela nous déterminerons des opérateurs d’agrégation M définis comme suit:

H(a, b) = M(H1(a, b), H2(a, b), ..., Hn(a, b), y) / a,b ∈ A. (4.1)

Où y représente un ensemble de paramètres utilisés pour déterminer la relation H.

Etape 3 : Exploitation de système relationnel de préférence

Dans cette étape une procédure d’affectation est élaborée en utilisant les relations globales
déterminées dans l’étape 2.

Avant de présenter la méthode nous préciserons quelles sont les données et les notations
utilisées dans cette procédure.

2.1 Données et notations


A : l’ensemble des actions potentielles à affecter aux différentes catégories.

W : l’ensemble de k catégories ou classes / W ={C1, C2, ..., Ck}.

Bh : l’ensemble des actions de référence centrale de la hème catégorie avec Bh ={b ih /


i=1,...,Lh et h = 1,...,k} et bih représente la ième action de référence centrale de la hème
catégorie.

k
B : l’ensemble de toutes les actions de référence centrale / B = U Bh.
h =1

 : l’ensemble des actions de A et de B /  = A ∪ B.

Chaque action de  est entièrement définie par ses performances évaluées sur une
famille cohérente de critères F = {g 1, g2, ..., g n} :

Pour h =1,…, k et i = 1,…, Lh nous avons:

∀ a ∈ A, g(a) = (g1(a), g 2(a), ..., g n(a)) ;

82
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

∀ bih ∈ Bh, g(b ih)= (g1(b ih), g2(b ih), ..., g n(bih)).

Pour chaque critère nous définissons une échelle notée Ej. Cette dernière est un sous-
ensemble de l’ensemble des nombres réels R (Ej ⊆ R) et ses éléments correspondent aux
valeurs que peuvent prendre les performances des actions de  sur le critère gj.

2.2 Les paramètres de la procédure d’affectation


2.2.1 Les coefficients d’importance des critères

Compte tenu de l’aspect nominal des catégories, nous introduisons un nombre positif wjh
pour déterminer l’importance du critère gj. Ce nombre représente l’importance intrinsèque
relative que le décideur attache au critère g j de la catégorie Ch indépendamment des autres
catégories. Nous sommes donc devant une matrice de poids Wn,k où chaque composante wjh
n
(j = 1, ..., n ; h = 1, ..., k) est normalisée, c’est-à-dire wjh ≥ 0 et ∑j =1
wjh = 1pour h = 1,..., k.

Nous supposons que les wjh sont évalués sur une échelle absolue [0,1] avec les
conventions suivantes:

- wjh = 0 signifie que le critère g j n’est pas pertinent pour l’affectation de l’action a à
la catégorie Ch.

- wjh = 1 signifie que le critère gj est le seul critère pertinent pour l’affectation de a à
la catégorie Ch (ce qui signifie que les actions de référence de la catégorie Ch sont
définie par un seul critère).

2.2.2 Les Seuils de discrimination

Dans la pratique, les performances des actions de référence centrales sont généralement
données sous forme d’intervalles. Ainsi, pour chaque critère g j, nous associons à chaque
action de référence centrale bih l’intervalle [S 1j(bih),S2j(bih)] avec : S1j(bih) ≤ S2j(b ih).

Par conséquent, la règle d’affectation peut se formuler ainsi :

83
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

Si [(a I b 1h) et/ou (a I b2h)……… et/ou (a I bh )] alors a ∈ Ch. (4.2)


Lh

L’indice d’indifférence global est déterminé par agrégation des indices d’indifférence
partiels. Chacun de ces indices indique si l’action a est indifférente ou non à l’action de
référence bih selon le critère gj. Cet indice est donné comme suit :

a Ij bih ⇔ g j(a) ∈ [S1j(b ih),S2j(b ih)] (4.3)

La façon la plus simple de vérifier la proposition (4.3) est de poser :

- Si S1j(bih) ≤ gj(a) ≤ S2j(bih), alors l’action a est indifférente à l’action de référence b ih


selon le critère gj.

- Sinon l’action a n’est pas indifférente à l’action de référence b ih selon le critère g j.

Notons que, si au départ l’évaluation de l’action a est égale à S1j(bih) ou S2j(bih), alors
l’action a sera donc indifférente à l’action de référence bih selon la règle (4.3).

Cependant, vu l’imperfection de l’information et la part arbitraire qui affectent les


évaluations des actions, nous pourrons bien évaluer l’action a sur le critère gj par rapport à
une performance S1j(bih) - e1 ou S2j(bih) + e2 où e1 et e2 sont deux nombres réels positifs qui
prennent des valeurs très petites.

Dans ce cas, l’application de la règle (4.3) conduirait à transformer une situation


d’indifférence en situation de non-indifférence entre l’action a et l’action de référence b ih
selon le critère gj malgré le fait que cette variation est insignifiante.

Afin de remédier à cet inconvénient, nous introduisons deux seuils de discrimination


d+j(bih) ≥ 0 et d -j(bih) ≥ 0 ; qui correspondent respectivement aux deux fonctions de S 1j(bih)
et de S2j(b ih).

Formellement, l’utilisation des deux seuils de discrimination permet d’obtenir trois


situations comparatives des actions a et b ih selon un critère.

84
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

- Si S1j(b ih) ≤ gj(a) ≤ S2j(b ih), alors a est nettement indifférente bih.

- Si [gj(a) ≤ S1j(b ih) – d-j(bih) ] ou [gj(a) ≥ S2j(bih) + dj+(bih)], alors a n’est pas
indifférente à bih.

- Si [S 1j(bih) - dj-(bih) < g j(a) < S1j(b ih) ou [ S2(bih) < gj(a) < S2j(bih) + d j+(b ih)], alors
nous avons une indifférence faible entre a et bih.

La figure 4.1 illustre les situations de comparaison précédentes .

Non Indifférence Indifférence Indifférence Non


indifférence fiable forte fiable indifférence

( ) ( )
h −
S j bi − d j bi
1 h
( )
1
S j bi
h 2
S j bi( ) h 2
() ( )
h
S j bi + d j bi
+ h

Fig. 4.1: Présentation des zones de comparaison définies par les seuils
d’indifférence

2.3 Calcul de l’indice d’indifférence partiel


En se basant sur les seuils de discrimination donnés ci-dessus, nous définissons l’indice
d’indifférence partiel Cj(a, bih) qui traduit le degré de validité ou de crédibilité des trois
situations précédentes de la manière suivante:

1

si ( ) h
( )
S j bi ≤ g j (a ) ≤ S j bi
1 2 h

( ) ( )
 g j(a) + d −j bih − S1j bih
S (b )− d (b ) < g (a ) < S (b )
− h

( )
1 h 1 h
 − h
si j i j i j j i

( ) 
C j a,bi = 
h d j bi
( ) ( )
 S j bi + d j bi − g j (a )
2 h + h
( ) ( ) ( )
S j bi < g j(a ) < S j bi + d j bi
+

( )
2 h 2 h h
 + h
si
 d j bi
g (a ) ≤ S (b )− d (b ) ou g (a ) ≥ S (b )+ d (b )
 1 h − h 2 h + h
0 si j j i j i j j i j i

85
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

La figure 4.2 définie une représentation graphique de l’indice d’indifférence partiel.

(
C j a , bi
h
)
1

g j (a )

1
( ) ( )
h
S j bi − d j bi
− h 1
( )
h
S j bi
2
S j bi( )
h
( ) ( ) +
S j bi + d j bi
2 h h

Fig. 4.2: Représentation graphique de l’indice d’indifférence partiel

2.4 Relation d’indifférence globale basée sur le principe de concordance


Dans le paragraphe précédent, nous avons déterminé n relations d’indifférence partielles
floues Cj : AxB → [0,1], j = 1, ..., n.

Chaque relation représente le degré de crédibilité de la situation suivante :

« L'action a est indifférente à l’action de référence b ih selon le critère g j ».

Ces n relations permettent de déterminer le degré de crédibilité global, associé à la relation


d’indifférence I en se basant sur les principes de concordance et de discordance [Bel 00].

2.4.1 L’indice de concordance

Définition 4.1 [Bel 00] : Une relation binaire floue CI définie sur  est nommée relation de
concordance globale associée à la relation I s’il existe une fonction d’agrégation M définie
sur [0,1]n à valeurs dans [0,1] vérifiant :

- M est une fonction croissante;

- M(0, 0, …, 0) = 0, M(1, 1, …, 1) = 1;

- ∀ (a, bih) ∈ AxB, CI(a, bih) = M(C1(a, bih), C2(a, bih), ..., Cn(a, bih)).

86
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

Pour le calcul de l’indice d’indifférence global, notre démarche peut être décrite comme
suit :

Principe

Pour calculer CI(a, bih), nous devons choisir un opérateur d’agrégation M qui vérifie les
propriétés données par la définition 4.1 et qui réalise un compromis entre les relations
d’indifférence partielles et la relation d’indifférence globale. Parmi ces opérateurs, nous
trouvons l’intégrale de Choquet qui est donnée comme suit :

( ( ) h
( )) h n
CI c(1) a,bi ,...,c(n ) a,bi = ∑c( j ) a,bi
j =1
( ) [v(A( )) − v(A(
h
j j −1) )]

où (.) indique une permutation de N telle que c(1) ≤ K ≤ c(n ). . De plus,

A( j ) = { ( j ), K , (n ) }, et A(n −1) = { }.

Ou : ( )
CI a,bi =
h

j∈F
h
( )
w j c j a,bi +
h

{j,k ∈ F}
k
( ( ) ( ))
w jk c j a, bi ∧ ck a, bi
h h

∑ wj + ∑
h
w jk = 1
h
avec
j∈F {j, k ∈ F}

h h
w j : exprime l’importance relative du critère g j et w jk représente le degré d’interaction

entre les deux critères g j et gk .

2.5 Calcul de la relation d’indifférence de synthèse


La relation d’indifférence de synthèse est fondée sur la règle de concordance et de non-
discordance. Le principe général de cette règle est le suivant :

87
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

Lorsqu’une action a est jugée indifférente avec une action de référence bih selon une
majorité suffisamment importante de critères «principe majoritaire » et qu’il n’existe aucun
critère qui met son veto contre l’affirmation “a est indifférente à b ih ” (principe du respect
des minorités), alors l’action a est indifférente à l’action de référence b ih.

2.5.1 L’indice de discordance

Nous allons introduire l’indice de discordance partiel Dj(a,b ih) :

Définition 4.2 [Bel 00] : Un critère est en discordance avec l’indifférence entre l’action a et
l’action de référence bih si ce critère n’est pas en concordance avec cette même
indifférence. C’est-à-dire Cj(a, bih) = 0, autrement dit :

( ) h
C j a,bi = 0 ⇔
2
( ) ( )
h h
( ) ( )
g j (a ) ≥ S j bi + d j bi ou g j (a ) ≤ S j bi − d j bi .
+ 1 h − h

Par définition, nous appellerons seuil de veto à droite vj+(b ih) (resp. seuil de veto à
gauche vj-(bih)) pour le critère gj la valeur minimum de la différence g j(a) -S2j(b ih) (resp.
S1j(b ih) -gj(a)) qui est considérée comme étant incompatible avec la proposition a I b ih.

Les seuils de veto vj+(bih) et vj-(bih) doivent vérifier les conditions de cohésion suivantes :


( ) ( ) et v (b )≥ d (b ) .
∀ j ∈{1,..., n}, v j bi ≥ d j bi
h − h + h
j i
+ h
j i

D’après ce qui précède, il découle que

2
( ) ( )
h h 1
( ) ( )
g j (a ) ≥ S j bi + v j bi ou g j (a ) ≤ S j bi − v j bi ⇒ Non a I bi
+ h − h
( ) h

L’indice de discordance Dj(a, bih) du critère gj vise à appréhender le fait que ce critère
est plus ou moins discordant avec la proposition a I bih. Cette discordance est maximum
(Dj(a, b ih) = 1) lorsque le critère gj met son veto à l’indifférence. Elle est minimum
(Dj(a,bih) = 0) lorsque le critère n’est pas en discordance avec l’indifférence. Si le critère gj
est en discordance (Cj(a,bih) = 0) avec l’indifférence mais qu’il ne met pas son veto à

88
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

l’indifférence, alors nous aurons : 0<Dj(a,bih)<1, qui représente les zones intermédiaires
entre la discordance et la non-discordance.

L’indice de discordance est formulé comme suit :

( ) = d (b )− max{{S (b )− (g ()a),v ((b ))}}


g j (a )− max g j (a ), S j bi − d j bi
1 h − h
− h
Dj a, bi − h 1 h − h
j i j i j j i

g (a ) − min{g (a ), S (b )+ d (b )}
D (a, b ) =
2 h + h
+

− d (b )+ max{−S (b )+ g (a ), v (b )}
h j j j i j i
j i + h 2 h + h
j i j i j j i

L’indice de discordance partiel est donné par :

( ) ( ) ( ) −
D j a, bi = D j a, bi ∪ D j a, bi
h h + h

D (a, b ) = max{D (a, b ), D (a, b )}


+ h − h + h
j i j i j i

La figure 4.3 définie une représentation graphique de l’indice de discordance partiel.

( h
D j a , bi )
D

j
(a , bi
h
) D
+
j
(
a , bi
h
)
1

g j (a )

1
( ) ( )
S j bi − v j bi
h − h
( ) ( )
h −
S j bi − d j bi
1 h
( )
1
S j bi
h
( ) S (b )+ d (b ) S (b )+ v (b )
2
S j bi
h 2 h
j i
+ h
j i
2
j i
h +
j i
h

Fig. 4.3: Représentation graphique de l’indice de discordance partiel

2.5.2 L’indice de discordance global

L’indice de discordance global DI(a, bih) est défini comme suit :

89
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

Définition 4.3 [Bel 00] : Une relation DI définie sur AxB est appelée relation de
discordance globale avec la relation I, s’il existe une fonction d’agrégation h définie sur
[0,1]n à valeurs dans [0,1] et vérifiant les points suivants :

1. h est une fonction croissante;

2. h(0,..., 0) = 0 ;

3. h(x1,..., xn ) = 1 ⇔ ∃ i / xi =1 ;

4. ( ) h
( ) ( ( )
h h
∀ a,bi ∈ AxB, DI a, bi = h D1 a, bi ,..., Dn a, bi . ( ))h

La famille de critères F est jugée discordante avec la proposition: « a est sensiblement


équivalente ou indifférente à l’action de référence bih » dès qu’un critère est totalement
discordant avec cette affirmation (proposition 3). DI(a, bih) reflète l’existence d’un critère
qui met son veto contre l’affirmation a I bih.

Ainsi, pour déterminer l’indice de discordance global DI(a, bih), nous utilisons un
opérateur de compromis pour lequel la valeur un est absorbante :

( ) n
(
DI a, bi = 1 − ∏ 1 − D j a, bi .
h

j =1
( )
h

2.5.3 Construction de la relation d’indifférence de synthèse

Nous construisons la relation binaire floue synthétique d’indifférence notée I à partir d’une
agrégation des indices de concordance tout en assurant la condition de la non discordance
selon la formule suivante :

I(a, bih) = J(C1(a, bih), C2(a, bih), ..., Cn(a, bih)), (D1(a, bih), ..., Dn(a, bih))),

Où J est une fonction croissante des n premiers arguments et décroissante des n derniers
arguments, avec : j(0, 0, ..., 0, 1, 1, ..., 1) = 0 ; j(1, 1, ..., 1, 0, 0, ..., 0) = 1.

90
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

La construction de la relation d’indifférence I(a, bih) doit satisfaire les principes suivants :

1. Si l’action a est indifférente à l’action de référence bih sur tous les critères de F,
alors cette famille F est concordante avec l’affirmation a I b ih, et nous aurons :

I(a, bih) = CI(a, bih).

2. L’action a est indifférente à l’action de référence bih si la famille F est en


concordance avec cette affirmation et si aucun critère de F n’est discordant avec
cette affirmation.

3. Lorsqu’un critère discordant gk met son veto à la proposition a I b ih, le degré de


crédibilité I(a,b ih) devient nul.

∃ gk ∈ F, Dk(a, bih) = 1 ⇒ I(a, bih) = 0.

A partir de ces trois principes, la relation d’indifférence globale sera définie comme suit :

Définition 4.4 [Bel 00] : Nous appellerons « relation d’indifférence globale » une relation
binaire floue définie sur AxB et obtenue à partir de l’indice de concordance global CI et à
partir de l’indice de discordance global DI en posant :

1 − D I ( a ,bi )
h
I ( a ,bi ) = C I ( a ,bi ) . ∏
h h
h .
j∈F 1 − C I ( a ,bi )

{
Avec F = j ∈ F / D j ( a , b ih ) > C I ( a , b ih ) . }
3 Affectation des actions aux différentes catégories
L’affectation des actions aux différentes catégories se fait de la manière suivante [Bel 00]:

Les catégories sont représentées par un ensemble d’actions de référence centrale Bh avec
Bh={bih ∈ Ch / i = 1, ..., Lh }, ∀h=1..k .

91
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

La règle d’affectation est donnée comme suit :

h
Si (a I b1h et/ou a I b 2h et/ou ... et/ou a I bLh ), alors a ∈ Ch .

Pour affecter l’action a à la catégorie correspondante, il faut suivre les étapes suivantes :

1. Calculer l’indice d’indifférence global entre l’action a et toutes les actions de


référence centrales bih de la catégorie Ch : I(a, b ih) avec i variant de 1 à Lh et h
variant de 1 à k.

2. Calculer le degré d’appartenance de l’action a à la catégorie Ch : l’action a est


affectée à la catégorie Ch si elle est indifférente à au moins une action de référence
de Ch. Le degré d’appartenance de l’action a à la catégorie Ch d(a, Ch) est déterminé
par l’une des deux règles suivantes :

- La règle pessimiste : Le degré d’appartenance de l’action a à la catégorie


h
Ch est égal au minimum des indices d’indifférence de la classe C :

( ) h
{ ( ) ( )}
d a, C = min I a, b1 ,...., I a, bLh .
h h

- La règle optimiste : Le degré d’appartenance de l’action a à la catégorie Ch


h
est égal au maximum des indices d’indifférence de la classe C :

( ) h
{ ( ) ( )}
d a, C = max I a,b1 ,...., I a, bLh .
h h

3. Finalement, l’action a peut être affectée à la classe C / h =1,..., k dont le degré


h

d’appartenance de a à cette classe est maximal et supérieur à la valeur de coupe1 λ

1
Ce paramètre assure que l’action comparée avec les profils d’une catégorie satisfait le principe de majorité,
(ie, la majorité des critères favorise l’appartenance de l’action à la catégorie)

92
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

/ λ ≥ ½. S’il n’y pas un degré d’appartenance d a,C ( ) qui satisfait cette hypothèse,
h

J J
alors l’action a sera affectée à la "classe corbeille" C / C ∉W .

( ) h
{ ( ) ( )}
d a, C = max d a,C ,...., d a,C
1 k

d (a, C )≥ λ . h
a ∈C ⇔
h

sinon a ∈ C J

4 Les propriétés de l’indice d’indifférence global


Cet indice I vérifie les propriétés suivantes [Bel 00]:

§ Indépendance : Le calcul de I a,bi ( ) ne fait intervenir que les actions a et b


h
i
h
et
ceci à travers leurs vecteurs de performances ;

§ ( ) h
( ) ( )
Unanimité : ∀ g j ∈{1,..., n} S j bi ≤ g j (a ) ≤ S j bi ⇒ I a,bi = 1 et
1 2 h h

∀ g j ∈{1,..., n} g (a ) ≤ S (b ) − d (b )ou g (a ) ≥ S (b ) + d (b ) ⇒ I (a,b )= 0 ;


1 h − h 2 h + h h
j j i j i j j i j i i

§ ( ) h
( ) ( ) h
∀ a,bi ∈ A×B, I a,bi ≤ CI a,bi ;
h

§ Respect du droit de veto d’un critère :


1
( )
h
( )
h 2
( ) ( ) ( )
∃ g j ∈{1,..., n} / S j bi − g j(a ) > v j bi ou g j(a ) − S j bi > v j bi ⇒ I a,bi = 0 ;
− h + h h

§ Agrégation avec un opérateur interne :

{ ( ) ( )} ≤ C (a,b )≤ max{C (a,b ),...,C (a,b )}.


h
min C1 a,bi ,...,Cn a,bi
h
I i
h
1 i
h
n i
h

Tel que a,b∈ AxB .

93
Méthode de tri nominal basée sur l’intégrale de Choquet

5 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté une méthode de tri nominal fondée sur l’intégrale de
Choquet. L’avantage de cette méthode est sa capacité de prendre en compte les
phénomènes d’interaction parmi les critères dans la procédure d’agrégation des préférences
du décideur.

L’algorithme du tri nominal basé sur l’intégrale de Choquet est présenté dans
l’annexe A.

Dans le chapitre suivant, nous présenterons en détail la conception du système d’aide à


la décision proposée ainsi que la mise en oeuvre des différentes méthodes de tri étudiées
dans ce mémoire dans le contexte de l’aménagement du territoire.

94
Chapitre V
Conception et Mise en oeuvre

Conception et Mise en oeuvre

1 Introduction
Une démarche d'aide à la décision consiste à utiliser un modèle pour "reproduire" la
problématique et les préférences du décideur. La notion de modèle décisionnel (ou modèle
d'aide à la décision) met en évidence la distance qui sépare la problématique réelle et la
représentation simplifiée utilisée pour aider le décideur [Pic 96].

De plus, la notion de modèle évoque la subjectivité de la démarche d'aide à la décision.

En effet, les décisions en aménagement du territoire s'appuient toujours sur une


représentation (modélisation du territoire) au travers de cartes ou de SIG reflétant un point
de vue sur ses composantes.

Par ailleurs, il est impossible de considérer toutes les actions potentielles et tous les
critères qui peuvent influencer la décision. Certains éléments du système sont donc
négligés. Nous pouvons aussi constater que les méthodes d'analyse multicritères ne
reproduisent pas parfaitement les préférences du décideur, car ces dernières sont sûrement
plus complexes que leur expression au travers des paramètres subjectifs (seuil
d’indifférence, de préférence, de veto, ..) utilisés en analyse multicritère [Joe 97].

2 Objectifs du modèle décisionnel (ADMAT)


Le modèle décisionnel noté ADMAT (Aide à la Décision Multicritère en Aménagement du
Territoire) proposé dans ce mémoire est inspiré du modèle MEDUSAT (Méthode d’Aide à
la Décision par Utilisation de SIG pour l’Aménagement du Territoire) [Joe 97]. Le modèle
ADMAT permet de traiter deux problématiques en aménagement du territoire :

- la problématique qui consiste à la recherche d’une surface satisfaisant au mieux


certains critères,

96
Conception et Mise en oeuvre

- la problématique qui consiste à la réalisation de carte d’adéquation du territoire.

Le modèle ADMAT utilise un SIG pour décrire le territoire et les méthodes de tri
multicritère fondées sur l’intégrale de Choquet comme outils d’analyse (classification) qui
prennent en compte l’interaction parmi les critères. Il :

1. Est basé sur un principe d'analyse d’alternatives (actions),

2. Offre aux acteurs des moyens pour exprimer leurs préférences,

3. Offre des espaces et des thèmes de négociation.

Dans la section suivante, nous introduisons les SIG pour montrer leurs apports dans
notre application. Ensuite, nous précisons les problématiques considérées et les profils des
acteurs concernés par ce modèle d'aide à la décision.

Une fois le contexte d'application précisé, nous abordons sa description. Finalement,


nous présentons la procédure d'utilisation du modèle ADMAT. Cette procédure s'inspire de
la procédure proposée par [Pic 96] pour les évaluations environnementales. Elle opère en
trois étapes: la structuration du modèle, l'exploitation du modèle et la concrétisation des
résultats.

3 Systèmes d’Information Géographique


Selon le pays, plusieurs termes désignent un Système d’Information Géographique : SIG
(France), Geographic Information System (GIS, USA), Système d’Information à Référence
Spatiale (SIRS, Canada).

Définition 5.1 : Un SIG est un ensemble informatique constitué de hardware, software et


de méthodes destiné à assurer la saisie, l’exploitation, l’analyse et la représentation de
données géoréférencées pour résoudre un problème de planification et de gestion [Col 02].

97
Conception et Mise en oeuvre

3.1 Les données du SIG


Les données peuvent être de quatre types différents selon la géométrie qui leur est associée
[The 96]:

§ Les données descriptives (ou attributaires) qui renvoient l'ensemble des attributs
descriptifs des objets et des phénomènes existants à l'exception de la forme et de la
localisation (données sans géométrie),

§ Les données géométriques qui renvoient la forme et la localisation des objets ou


des phénomènes existants,

§ Les données graphiques qui renvoient les paramètres d'affichage des objets (type
de trait, couleur...),

§ Les métadonnées associées, c'est à dire les données sur les données (date
d'acquisition, nom du propriétaire, méthodes d'acquisition...).

3.1.1 Les données attributaires

Il s'agit essentiellement de variables décrivant un objet géographique, par exemple :


dénomination d'une route, type d'un bâtiment, nombre d'habitants d'un immeuble, débit d'un
cours d'eau, tension d'une ligne de transport d'énergie, type d'arbres dans un verger, etc.

Ces données n’ont pas de géométrie propre, et ne peuvent pas être représentées
directement. Elles sont toutefois dotées d’une dimension géométrique dans la mesure où
elles sont reliées à un objet parfaitement repéré. Le lien peut être une adresse postale par
exemple ou une relation vers un objet localisé. La population d’une commune est par
exemple liée à l’entité administrative représentant la commune et décrite par ses limites
[Col 92].

98
Conception et Mise en oeuvre

Données attributaires
Données spatiales
Représentation du réel + organisées en base de
organisées en couches
données

Habitat

Elevage

Végétation

Hydrographie

Routes

Topographie

Fig 5.1 Structuration de l’information géographique : une base de


données géographique est un ensemble de couches

3.1.2 Les objets géographiques

Le système d’information géographique est basé sur une description (représentation)


synthétique du territoire. Les données spatiales (objets géographiques) sont organisés en
couches et les données attributaires sont structurées en base de données. Généralement, une
couche fait référence à un thème : par exemple, sur la figure 5.1, la couche des eaux
superficielles (hydrographie) référence l'ensemble des rivières.

Dans un SIG, deux modes de représentations de l’information géographique sont


disponibles [Col 92]:

99
Conception et Mise en oeuvre

Fig. 5.2 : Mode vectoriel

Mode vectoriel (format vecteur): Les limites des objets spatiaux sont décrites à travers
leurs constituants élémentaires, à savoir les points, les lignes et les lignes de polygones
(polylignes). Chaque objet spatial est doté d'un identifiant qui permet de le relier à une table
alphanumérique (attributaire) ( voir figure 5.2).

Les points

Ils définissent des localisations d'éléments séparés pour des phénomènes géographiques
trop petits pour être représentés par des lignes ou des surfaces qui n'ont pas de surface
réelle comme les points côtés.

Les lignes

Les lignes représentent les formes des objets géographiques trop étroits pour être décrits par
des surfaces (ex : rue ou rivière) ou des objets linéaires qui ont une longueur mais n’ont pas
de surface comme les courbes de niveau.

100
Conception et Mise en oeuvre

Les polygones

Ils représentent la forme et la localisation des objets homogènes comme des pays, des
parcelles, des types de sols..

Mode matriciel (format raster) : La réalité est décomposée en une grille régulière et
rectangulaire, organisée en lignes et en colonnes, chaque maille de cette grille ayant une
intensité de gris ou une couleur. La juxtaposition des points recrée l'apparence visuelle du
plan et de chaque information. Une forêt sera "représentée" par un ensemble de points
d'intensité identique (voir figure 5.3).

Figure 5.3 : Mode raster

Exemples de données raster

§ Une orthophotographie est une image obtenue par numérisation d’un cliché aérien
argentique (ou, maintenant, prise de vue numérique),

§ Un scan est une image scannée à partir d'une carte papier. Les plus connus sont la
série des Scan 25, 100 et 250 issus des cartes 1:25000, 1:100000 et 1:250000 de
l'IGN de France (Institut de géographie national ).

101
Conception et Mise en oeuvre

3.1.3 Les métadonnées

Les données que manipule un SIG sont issues de sources diverses. Une organisation qui se
dote d'un tel système doit maîtriser ces sources, de façon à s'assurer [The 96]:

§ qu'elle représente bien l'ensemble des couches de données disponibles dans


l'organisation,

§ qu'elle peut se fier aux résultats obtenus lors de leur utilisation,

§ qu'elle maîtrise la gestion interne,

§ qu'elle maîtrise les coûts d'acquisition et de mise à jour,

§ qu'elle est en mesure, dans le cas échéant, de fournir tout ou une partie de ses
données à des tiers, en donnant une visibilité suffisante sur la qualité de la
fourniture.

Pour toutes ces raisons, une source de données géographiques ne se limite pas
uniquement à son contenu attributaire et géographique, mais est accompagnée
d'informations caractérisant la source elle-même, soit encore des données sur les
données ou mieux encore des métadonnées.

Quelques exemples de métadonnées (parmi beaucoup d'autres) [The 96]:

§ Description générale :

- description et nature des données,

- système de projection et étendue géographique,

- organisme producteur.

102
Conception et Mise en oeuvre

§ Qualité des données :

- date de saisie ou de validité : si une donnée est ancienne par rapport aux
évolutions des entités qu'elle représente, nous pouvons toujours la faire
intervenir dans des calculs, mais les résultats seront à interpréter avec prudence,

- précision de la saisie : croiser des données de qualité centimétrique avec des


données de qualité hectométrique ne donne jamais de résultat que d'une
précision hectométrique.

§ Gestion interne :

- Responsable et localisation,

- Date d’acquisition,

- Fréquence de mise à jour,

- Date de dernière mise à jour.

3.2 Les fonctionnalités des SIG


Les systèmes d’information géographique assurent des fonctionnalités regroupées en cinq
familles (sous le terme des "5A") :

§ Archivage : structuration et stockage de l’information géographique sous forme


numérique.

§ Acquisition : intégration et échange de données. (Import-Export).

§ Abstraction : modélisation du réel selon une certaine vision du monde.

§ Analyse : analyse spatiale (calculs liés à la géométrie des objets, croisement de


données thématiques…)

103
Conception et Mise en oeuvre

Les outils d’analyse :

- Requêtes sémantiques (sur les attributs des objets),

- Requêtes géométriques ou spatiales,

- Cartes thématiques (appréhension visuelle du terrain et du problème traité).

§ Affichage : représentation et mise en forme, notamment sous forme cartographique


avec la notion d’ergonomie et de convivialité.

3.3 Quelques exemples de questions auxquelles un SIG peut répondre


- Quel est l'état des routes sur une commune?

- Qu'est-ce qui a changé depuis 1952?

- Quelles sont les parcelles concernées par une inondation éventuelle?

- Quelles sont les zones sensibles en cas d'avalanches ou de glissement de terrain?

- Quel est le chemin le plus rapide pour aller de la caserne des pompiers à l'incendie?

- Que se passe-t-il si une substance toxique se déverse à tel endroit?

- Où implanter des postes de surveillance d'incendie de forêt?

- Trouver les zones favorables à la culture du riz?

- Comment évolue la déforestation en Amazonie?

- Rechercher des sites propices à la culture des algues sur la côte atlantique?

104
Conception et Mise en oeuvre

3.4 Les logiciels SIG 1


Parmi les logiciels des plus utilisés dans les Systèmes d'Information Géographiques, nous
pouvons citer :

Logiciels libres

- GeoTools : Un toolkit SIG libre développé en Java qui implémente les spécifications
de Open Geospatial Consortium;

- GRASS GIS : (version actuelle 6.0) Logiciel de SIG libre, il est aussi connu pour
avoir été le plus gros projet géomatique OpenSource. Il regroupe des fonctionnalités
raster (en particulier des modules classiques de traitement et d'analyse d'images de
télédétection) ainsi que des fonctionnalités vecteurs (rappelons que GRASS est un
SIG à base topologique). Disponible pour Linux, Mac OS X, Unix et Windows(avec
Cygwin) ;

- LandSerf : Un SIG libre développé en Java ;

- MapServer : Logiciel libre de publication de carte sur Internet. Il peut être utilisé
pour réaliser des applications Web, mais également pour publier des services Web
conformes aux recommandations de l'Open Geospatial Consortium (WMS, WFS,
WCS) ;

- QGis est un logiciel de cartographie basé sur la bibliothèque Qt. Il est disponible
sous Linux (KDE), Mac OS X, ou Windows. Entre autres choses, il permet la
visualisation "à la volée" des couches de données comme des shapefiles ainsi que
leur modification. Il permet notamment l'élaboration de fichiers destinés à être
publiés sur MapServer ;

1
Voir l’url www.opengis.org pour plus de détails

105
Conception et Mise en oeuvre

- PostGIS est une extension pour le SGBD libre PostgreSQL, qui permet de faire des
requêtes spatiales.

Fig. 5.4 : Présentation des


fonctionnalités de MapX

Commerciaux

- ArcGIS (ArcInfo, ArcView,...) d’ESRI ;

- MapInfo distribué en France par Acxiom ;

- AutoCAD Map 3D, Civil 3D d’AutoDesk;

- GeoMap GIS : SIG Métiers s'appuyant sur l'environnement Autodesk (AutoCAD,


Autodesk Map, Autodesk MapGuide, ...) ;

106
Conception et Mise en oeuvre

- Editop de Sirap ;

- GeoConcept, de la société homonyme ;

- Géomédia de Intergraph.

Dans notre travail, nous avons utilisé le logiciel MapX qui est un contrôle Active X
développé par MapInfo. Ce contrôle offre toutes les fonctionnalités de base nécessaires à
l’implémentation de notre modèle décisionnel. (voir figure 5.4 pour illustrer ce contrôle).

MapX est un ensemble d’interfaces utilisant la bibliothèque MFC (Microsoft Fundation


Classes). Par conséquent, nous avons implémenté notre application sous l’environnement
de programmation Visual C++ (version 6.0) de Microsoft.

4 Définir la problématique : Qui décide de quoi et comment?


L’aménagement du territoire est l’art ou la technique (plutôt que la science) de disposer
avec ordre, à travers l’espace d’un pays et dans une vision prospective, les hommes et leurs
activité, les équipements et les moyens de communication qu’il peuvent utiliser, en prenant
en compte les contraintes naturelles, humaines et économiques, voire stratégiques [Jac 04].

La politique d’aménagement s’attache au développement (et stratégie), à la réduction


des disparités régionales (équité territoriale). Les missions de l’aménagement du territoire
sont par exemple : L’évolution de l’armature urbaine, développement et protection des
zones rurales, planification et priorité dans le développement des réseaux d’infrastructures,
implantation des grands équipements structurants, aménagement des régions touristiques
(espaces convoités et fragiles : montagne et littoral, ..)[Jac 04].

Ainsi, il est évident que dans le domaine de l'aménagement du territoire les types de
décisions et les contextes sont illimités. En conséquence, notre modèle se focalisera sur
certaines problématiques en aménagement du territoire.

107
Conception et Mise en oeuvre

4.1 Les problématiques considérées


Joerin [Joe 97] distingue trois niveaux de décisions (management). Tout d'abord, le niveau
stratégique vise à déterminer les grandes missions, les politiques générales, ainsi que les
objectifs poursuivis. Ensuite, le niveau administratif ou de gestion qui consiste à répartir de
manière rationnelle les ressources à disposition. Finalement, le niveau opérationnel est lié
aux processus concrets de travail nécessaires à la réalisation des missions. Ces trois niveaux
peuvent être illustrés en aménagement du territoire, par la réalisation de plan directeur pour
le niveau stratégique, un changement de zones d'affectation pour le niveau de gestion et la
mise à l'enquête lors d'une demande de permis de construire pour le niveau opérationnel.

Dans le contexte de cette recherche, les problématiques considérées se situent au niveau


de la gestion. Concrètement, les problématiques considérées ont un lien direct avec la
dimension spatiale du territoire (l'utilisation de SIG).

Joerin [Joe 97] distingue cinq types de problématiques d'aménagement qui bénéficient
de l'apport des SIG.

1. La recherche d'une surface satisfaisant au mieux certains critères : Il s'agit, par


exemple, de la localisation d'une infrastructure tels qu'un bâtiment administratif, une
usine, une station d'épuration etc..

2. La recherche de plusieurs surfaces : Le projet SAGATELE [Che et al 94] a abordé


une problématique de ce type, où les surfaces devaient accueillir des ouvrages de
lutte contre l'érosion. Dans ce cas, en plus de la localisation de ces surfaces, la
problématique peut aussi concerner leur nombre, leur ordre de réalisation ou leur
combinaison si toutes les surfaces ne sont pas destinées à la même utilisation.

3. La recherche d'un tracé reliant deux points : Ce tracé pourrait être celui d'une ligne
électrique, d'une route, d'une conduite d'eau etc. Ces problématiques considèrent
non seulement la localisation du tracé mais aussi la forme du tronçon.

108
Conception et Mise en oeuvre

4. La conception d'un réseau linéaire devant relier plusieurs points : Ce réseau peut,
cette fois aussi, être un réseau électrique, routier, d'approvisionnement en eau etc.
La forme du réseau, le nombre de n uds et de tronçons doivent être pris en compte.

5. La conception d'un réseau de polygones (ensemble de polygones contigus) : Cette


problématique est rencontrée, par exemple, lors de la conception de plans de zones,
où l'ensemble d'un région est découpée par des polygones (mutuellement exclusifs)
qui définissent le type d'utilisation du sol autorisé. L'objectif ne se limite pas à
attribuer à chaque endroit la meilleure utilisation du sol, il faut aussi considérer le
voisinage des zones et l'organisation globale du plan proposé.

La démarche proposée dans ce travail se réfère aux :

§ problématiques du premier type, c'est-à-dire celles qui concernent la localisation


d’une surface satisfaisant au mieux certains critères.

§ problématiques du cinquième type, c'est-à-dire celles qui concernent la conception


d’un réseau de polygone (réalisation d’une carte d’adéquation du territoire).

4.2 Les acteurs et leur rôle


L’un des objectifs de notre démarche de gestion en aménagement est d’offrir aux acteurs
concernés des espaces et des thèmes de négociation permettant un développement durable
du territoire. Pour cela, nous essayons, dans ce qui suit, de préciser la définition de
l’homme d’étude et du décideur.

4.2.1 L’homme d’étude

L'Homme d'étude ou l'analyste, est l'individu ou le groupe d'individus qui prend en charge
l'aide à la décision en utilisant des modèles (d'aide à la décision) plus ou moins formalisés
[May et al 94]. L'Homme d'étude est à distinguer, d'une part, des négociateurs qui sont
mandatés par un décideur pour faire valoir leur position et d'autre part, des médiateurs qui

109
Conception et Mise en oeuvre

aident les décideurs (ou les négociateurs) à rechercher un compromis. La tâche de l'Homme
d'étude est d'accompagner les acteurs dans la démarche d'aide à la décision. Il doit en
particulier contribuer à identifier tous les acteurs, puis leur proposer un modèle d'aide à la
décision et finalement exploiter ce modèle pour proposer une ou plusieurs suggestions.
L'Homme d'étude peut être aidé dans son travail par des experts de différentes disciplines.
Il est probable, par exemple, que des experts tels que des chimistes, des biologistes ou des
urbanistes, contribuent à l'évaluation des impacts des variantes. Ces experts, au contraire de
l'Homme d'étude, peuvent se contenter d'une vision partielle de la problématique [Jeo 97].

L'objectif de l'Homme d'étude est de se tenir au service des décideurs en veillant à les
influencer le moins possible dans leurs choix. Cet objectif de neutralité est une règle de
conduite et non une condition. Il faut en effet admettre qu'une neutralité totale est
impossible [Roy 75]. Le résultat de l'aide à la décision pourrait donc changer en changeant
d'Homme d'étude.

4.2.2 Le décideur

Le décideur est défini comme étant la personne à qui s'adresse l'aide à la décision ou l'entité
qui apprécie le "possible" et les finalités, exprime les préférences et est censée les faire
prévaloir dans l'évolution du processus [May et al 94]. Cependant, dans le domaine de
l'aménagement du territoire, cette définition du décideur peut être précisée.

Lorsque la décision passe par un processus de négociation, plusieurs groupes sont


impliqués, et chaque groupe a pour objectif d'influencer la décision vers le respect de ses
propres valeurs. Par conséquent, le décideur n'est pas un acteur indépendant. Même s'il est
libre dans sa décision, les droits de recours et d'opposition attribués à d'autres acteurs
pourraient empêcher la réalisation de ses choix. Ainsi, les accords et les négociations
fréquemment nécessaires pour aboutir à un résultat concret, ont pour conséquence de
répartir, au moins partiellement, la responsabilité de la décision sur l'ensemble des acteurs
concernés. Pour cette raison, il semble préférable, dans le contexte de l'aménagement du
territoire, de considérer que le décideur est un ensemble complexe d'acteurs (regroupant les

110
Conception et Mise en oeuvre

intervenants et les agis). Ce point de vue devrait favoriser l'émergence de démarches d'aide
à la décision qui constituent un support à la négociation et à l'ouverture des procédures [Joe
97].

5 La description du modèle ADMAT [Gha et al 96]


Le modèle décisionnel ADMAT illustré sur la figure 5.5 intègre un modèle du territoire et
des outils d’analyse multicritère.

Le couple SIG et modèle de simulation constitue un modèle permettant de décrire le


territoire (modèle du territoire).

Le modèle du territoire est le support des procédures de l’analyse spatiale. Ainsi lorsque
les décideurs parviennent à identifier des actions et des critères, ces procédures d’analyse
spatiale permettent de donner aux différentes actions, une valeur (performance) pour
chaque critère.

Les procédures d'analyse spatiale peuvent concerner l'évaluation de temps de parcours,


des durées d'ensoleillement, des risques de pollution etc.. L’ensemble des actions et de
leurs performances pour chaque critère constitue la « matrice d`évaluation » (ou tableau des
performances).

Dans ce modèle, cette matrice est gérée par le SIG. Les actions sont rattachées à des
lieux et la matrice d`évaluation peut donc être représentée sous forme de carte. Le lien entre
les actions et le territoire est maintenu tout au long de la procédure. Cette particularité
constitue un avantage, car elle permet, à tout moment, de situer les variantes (actions) dans
leur environnement.

L’analyse des différentes actions est ensuite réalisée par l’utilisation d’une méthode de
tri multicritère (ordinal ou nominal) qui permet de générer une ou plusieurs propositions.

111
Conception et Mise en oeuvre

Problématique 1: Pour traiter la problématique qui consiste à la recherche d’une surface


satisfaisant au mieux certains critères, il suffit d’appliquer un tri ordinal (la procédure est
présenté dans le chapitre III ) sur l’ensemble des actions appartenant à un région sur la carte
tel que le nombre des catégories est égale à trois. La catégorie basse A1 constituée par des
actions décrétées trop mauvaises, la catégorie A3 regroupant les actions décrétées
suffisamment bonnes (les actions qui définissent le site recherché) et la catégorie A2
contenant les actions qui ne peuvent pas être classées ni dans A1, ni dans A3.

Les actions de A2 facilitent la tâche de la détermination des limites du site recherché (un
sous ensemble des actions de A2 peut être vu comme les actions moyennes qui entourent le
site, ce qui permet au décideur, s’il rencontre des contraintes de limites, de modifier les
limites du site recherché dans la zone constituée par ces actions moyennes de A2). Le
décideur peut jouer sur les bornes de chaque catégorie pour bien cerner le site recherché.

Problématique 2: En ce qui concerne la problématique qui consiste à la conception d’un


réseau de polygones où chaque polygone détermine le type de l’utilisation du sol, le
décideur peut choisir les différents type d’utilisation du sol, ensuite il définit pour chaque
type d’utilisation du sol un ensemble de prototypes. Il suffit par la suite, d’appliquer un tri
nominal (la procédure est présenté dans le chapitre IV), qui permettra d’affecter chaque
action à un type d’utilisation du sol.

Les acteurs contribuent de manière fondamentale à la génération d’une proposition


(solution acceptable) en fixant des paramètres subjectifs. Ils peuvent, ainsi, exprimer leurs
points de vue et intentions sur l'aménagement envisagé. Le modèle ADMAT propose que
les acteurs impliqués dans la décision soient liés entre eux par des relations de négociation.
Ces négociations peuvent porter, soit directement sur les propositions résultant du tri
multicritère, soit sur les paramètres subjectifs énoncés au cours de l'analyse des actions.
Nous pouvons, par exemple, demander à chaque acteur de fixer ses propres paramètres
subjectifs pour obtenir une proposition par acteur.

112
Conception et Mise en oeuvre

Etant donné le caractère spatial des problématiques concernées par ce modèle, ces
propositions auront généralement la forme d'une carte. La superposition des différentes
cartes établies pour chaque acteur peut donc contribuer à l'émergence d'un consensus.
Ainsi, les conflits de valeurs entre acteurs pourront parfois évoluer vers une négociation
plus concrète et directement liée au territoire [Joe 97].

Les acteurs ont la possibilité, ou le devoir, de s'exprimer sur tous les aspects du modèle
décisionnel. (Ce fait est illustré sur la figure 5.5 par les flèches grises qui symbolisent la
maîtrise de la subjectivité). En effet, la représentation du territoire au travers de la base de
données et des modèles de simulation doit être compatible avec leur perception de la
problématique.

Un acteur sensible à la protection de la flore doit, par exemple, s'assurer que les espèces
décrites dans la base de données sont bien celles qu'il compte protéger. Par ailleurs, les
opérations d'analyse spatiale qui exploitent cette base de données et ces modèles doivent,
elles aussi, être conformes aux enjeux défendus. Les acteurs peuvent, entre autres, se
prononcer sur le degré de précision de ces évaluations [Joe 97].

5.5

113
Conception et Mise en oeuvre

6 Les phases de la procédure d’utilisation de ADMAT


Pictet [Pic 96] propose une démarche d’aide à la décision adaptée au domaine de
l’environnement. Elle comprend trois phases principales (voir figure 5.6):

La structuration du modèle, l’exploitation du modèle et la concrétisation des résultats.

La phase de structuration du modèle a pour objectif l’identification du problème et les


choix fondamentaux sur la manière de l’aborder.

La phase d’exploitation du modèle est la partie la plus analytique du processus d’étude


[Pic 96]. Ses objectifs sont l’évaluation des critères, puis l’agrégation de ces informations
(préférences) par analyse multicritère (tri ordinal ou nominal).

La concrétisation des résultats vise essentiellement l’acceptation sociale du résultat.


Cependant, elle comprend aussi la mise en uvre de la décision et le contrôle de cette mise
en uvre, si par exemple la décision est de nature politique. Cette phase dépasse le cadre de
cette recherche qui se centre sur les aspects liés au traitement d’information.

6.1 La structuration du modèle


La structuration du modèle comprend trois étapes. La première est la formulation du
problème ou des valeurs. Une formulation de la problématique contribue à identifier les
acteurs qui devront être impliqués et elle permet de déterminer le type de la problématique
(alpha, bêta, gamma ou delta) ce qui contribue à choisir la méthode d'analyse multicritère.

La seconde étape est la structuration de la procédure. Son but est de déterminer le mode
d'intégration des différentes dimensions de la problématique (technique, économique,
environnemental). Le modèle ADMAT adopte une approche intégrée (agrégation des
performances). Autrement dit, les dimensions économiques sociales et environnementales
sont considérées ensembles et non de manière séquentielle ou parallèle.

114
Conception et Mise en oeuvre

Formulation du problème et

Structuration du
des valeurs

modèle Structuration de la procédure

Structuration du modèle

Analyse de l’état actuel et


modélisation des conséquences

Evaluation des performances


Exploitation du

Agrégation
modèle

Analyse de la robustesse et
résultats

Agrégation

Décision globale
Concrétisation des
résultats

Mise en oeuvre

Contrôle

Fig. 5.6 : Phases et étapes de la procédure proposée pour l’évaluation environnementale [Pic 96]

115
Conception et Mise en oeuvre

La troisième étape de la phase de structuration a pour objectif la structuration du modèle


de décision, Elle comprend tout d'abord la structuration des objectifs, des limites et de la
précision du système considéré (territoire).

La conception d'une base de données géographique contribue à fixer ces limites, en


donnant une forme concrète à la description du système considéré. Chaque acteur peut donc
consulter cette base de données et confronter cette représentation du territoire avec sa
propre perception. La présentation des données sous forme cartographique facilite cette
analyse. Par exemple, l'écologiste contrôlera, lui, que les biotopes sont décrits
correctement.

La structuration du modèle comprend aussi la structuration des critères, ainsi que la


structuration des actions [Joe 97]. Par la suite, nous présenterons quelques approches
permettant d’identifier les acteurs, les critères et les actions.

6.1.1 Identifier les acteurs

L’identification de tous les acteurs impliqués dans une problématique décisionnelle est une
opération importante. Pour cela, Martel [Mar et Rou 93] a proposé une approche permettant
de classifier les différents acteurs impliqués dans un processus décisionnel. La distinction
des différents acteurs se base sur deux critères (voir tableau 5.1) :

1. leur lien avec le problème,

2. leur niveau de participation.

Cette méthode de classification intègre évidement aussi le décideur et l'Homme d'étude.


Le décideur participe directement et il est affecté par le problème (c'est un acteur
traditionnel), l'Homme d'étude influence le problème, mais n'est pas affecté (c'est un
fiduciaire).

116
Conception et Mise en oeuvre

Pour prendre quelques exemples dans le contexte de l'aménagement du territoire, les


associations de défense de l'environnement sont souvent des acteurs concernés et actifs.
Dans la catégorie des acteurs concernés et passifs, nous pouvons trouver, par exemple, les
voisins d'un aménagement qui ne s'intéressent pas au projet. Martel [Mar et Rou 93] illustre
ce type d'acteurs par les générations futures.

Participent Ne participent pas


directement directement
Influence le problème Fiduciaires Invisibles

Affectés par le problème Concernés et actifs Concernés mais passifs

Affectés et influencent le problème Traditionnels Derrière les rideaux


Tableau 5.1 : Cadre d'analyse des acteurs [Mar et Rou 93].

Il faut noter que le rôle d'un acteur peut évoluer au cours d'un processus de décision. En
reprenant l'exemple des voisins d’un aménagement, ceux-ci peuvent devenir des acteurs
invisibles s'ils n'utilisent pas leur droit d'opposition lors de la mise à l'enquête ou, à
l'opposé, devenir des acteurs concernés et actifs s'ils le font [Joe 97].

6.1.2 Identifier les critères

La phase d’identification des critères appartient à la structuration du modèle est réalisée en


deux étapes. La première consiste à dresser une liste de critères, appelés ici facteurs pour
éviter la confusion avec les critères définitifs. Cette étape ne considère ni les moyens à
disposition (données, méthodes etc.) ni la dimension de la région d’étude.

La liste des facteurs doit être évidement aussi complète que possible. Pour cela, les
facteurs sont séparés en quatre catégories, en considérant deux points de vue (voir tableau
5.2). Le premier point de vue fait la distinction entre les facteurs uniquement déterminés
par le site lui-même et les facteurs déterminés par la relation entre le site et son
environnement. Le deuxième point de vue fait la différence entre les facteurs naturels et les

117
Conception et Mise en oeuvre

facteurs anthropiques. Ainsi, une réflexion successive sur chaque catégorie permet de
structurer l’élaboration de la liste des facteurs [Joe 97].

Facteurs Liés au site Liés au voisinage

Pentes, Climat, Pédologie, Proximité à un milieu naturel, Proximité à un


Naturels
Géologie, Faune, Flore etc. plan d'eau etc.
Statut Juridique, Plan d'affectation, Transports, Electricité, Activité économique,
Anthropiques plan de quartier, surface Emploi, Enseignement, Activité Industrielle, plan
disponible, pollution etc. directeur etc.
Tableau 5.2: Catégories des facteurs, avec quelques exemples.

Il s'agit, ensuite, de fixer les limites physiques (spatiales) et la précision du système


considéré. Concrètement, vis-à-vis de l'utilisation d'un SIG, cette étape comprend la
délimitation de la région d'étude et le choix d'une échelle de travail. Cette délimitation
spatiale permet d'établir la liste des données à disposition, puis d'informer les décideurs sur
les coûts d'acquisition (en temps ou en argent).

La détermination des critères considère donc la liste initiale des facteurs, la dimension
de la région d'étude et les données à disposition. En effet, tous les facteurs ne sont pas
pertinents à toutes les échelles de travail. De plus, si aucune information n'est à disposition
pour décrire certains facteurs ou si le coût d'acquisition de cette information est
disproportionné avec les enjeux de la décision, le décideur peut se résoudre à ne pas les
prendre en compte.

Ce passage entre la liste des facteurs et la liste des critères ne consiste pas seulement à
éliminer les facteurs jugés négligeables ou non déterminants. Il arrive que plusieurs facteurs
soient regroupés dans un critère (agrégation sémantique). Cette situation se présente
lorsque ces facteurs sont de même nature et que leur distinction implique un niveau de
détail inadapté. Par exemple, la température, le brouillard et l'ensoleillement peuvent être
rassemblés dans un critère climatique (voir le tableau 5.3 pour plus d’exemples).

118
Conception et Mise en oeuvre

Critères Facteurs associés


Nuisances Pollutions Atmosphériques, Odeurs.
Bruit Autoroutes routes, Chemins de fer
Eaux souterraines, Plan Sectoriel: sites et contraintes naturelles, paysages à
Impacts
protéger, Forêts, Inv. Cant. des biotopes, Inv. Cant. des prairies maigres.
Géotechnique et
Glissements de terrain.
risques naturels
Equipements Distance aux équipements : gaz, électricité, eaux, routes de desserte.
Climat Ensoleillement, brouillard, température.

Contraintes Réserves naturelles, sites contaminés, routes et autoroutes, train.


Tableau 5.3 : Liste des facteurs associés à chaque critère [Joe 97].

NUISANCES BRUIT IMPACTS GEOTECHNIQUE EQUIPEMENT ACCESSIBIL CLIMAT


1,00 0,68 0 1 816 8 0,92
1,00 0,45 0 1 1249 9 0,91
1,00 0,69 0 1 1165 9 0,89
1,00 0,48 0 1 1518 9 0,92
1,00 0,92 0 1 1356 9 0,89
1,00 1,00 0 1 1434 8 0,75
1,00 0,97 0 1 1490 10 0,83
1,00 1,00 0 1 1556 8 0,70
1,00 0,98 0 1 1758 10 0,70
1,00 0,12 0 3 2196 13 0,80
1,00 0,95 0 6 1487 9 0,80
0,64 0,81 0 6 2083 10 0,78
1,00 0,99 0 6 1625 10 0,71
1,00 1,00 0 6 1623 6 0,75
1,00 0,96 0 6 1626 9 0,82

Tableau 5.4 : Matrice d’évaluation liée à la région d’étude tirée de [Joe 97].

119
Conception et Mise en oeuvre

Formulation du
problème

Facteurs

Délimitation de la
région d’étude
Echelle, Base de
résolution données
Choix des critères et
agrégation sémantique

Critères Méthodes
d’évaluation

Fig. 5.7 : Procédure de structuration du modèle.


La délimitation de la région d’étude influe sur le choix des critères et des
méthodes d’évaluation de ces derniers (un critère qui présente des valeurs presque
identiques dans toute la région d’étude n’est plus important). En conséquence, il
est nécessaire de procéder à quelles itérations entre la délimitation de la région
d’étude et le choix des critères et les méthodes d’évaluation de ces derniers

La détermination de la région d'étude et de l'échelle de travail influe sur le choix des


méthodes d'évaluation des critères. A l'échelle d'un canton, il est par exemple inutile de
calculer des distances en centimètres. En conséquence, la nature des évaluations
(quantitative ou qualitative), les simplifications acceptables et, le cas échéant, les limites
des mesures sont déterminées en se référant à cette échelle de travail [Joe 97].

Les deux étapes précédentes sont illustrées par la figure 5.7.

120
Conception et Mise en oeuvre

6.1.3 Identifier les actions

Une action potentielle est "une action réelle ou fictive provisoirement jugée réaliste par un
acteur au moins ou présumée telle par l’Homme d'étude en vue de l'aide à la décision" [Roy
85]. La détermination de l'ensemble des actions est une étape très sensible de toute
démarche d'aide à la décision. En particulier, lorsque la méthode d'analyse multicritère
procède par agrégation partielle, il est très important que l'ensemble des actions soit aussi
complet que possible, car sa modification en cours de procédure implique généralement la
répétition de l'analyse multicritère .

Cette condition théorique de l'exhaustivité de l'ensemble des actions est contrebalancée


par la difficulté technique à gérer la description, puis la comparaison d'un grand nombre
d'actions. Dans la plupart des problématiques d'aménagement du territoire, il est nécessaire
de choisir une procédure d'identification des actions potentielles qui assure une certaine
complétude, tout en maintenant un nombre d'actions "raisonnables".

Pour les problématiques qui concernent la localisation d'une surface unique ou la


réalisation d’un plan d’affectation du sol (voir la section 5.3.1), il est facile de déterminer
un ensemble d’actions raisonnable et aussi complet que possible [Joe 97].

En effet, il est presque toujours possible de délimiter une région concernant notre
problématique. Ainsi, compte tenu que cette région est constituée d'une ou plusieurs
polygones fermés, le nombre d'actions est limité, même s'il est très grand.

Dans notre travail, l’ensemble des actions est représenté par les pixels de la carte
appartenant à la région d’étude.

6.2 Exploitation du modèle


La phase d'exploitation du modèle a pour but d'appréhender le comportement du système
considéré. L'utilisation de modèles de simulation, de procédures d'analyse spatiale, ainsi
que de méthodes d'analyse multicritère s'insère dans cette étape.

121
Conception et Mise en oeuvre

Où Construire

Délimitation de la
Région d’étude

Choix des critères et des


méthodes d’évaluation

Méthode Critères effectifs


d’évaluation

Evaluation des critères

Cartes des Critères

Matrice d’évaluation

Analyse Multicritère
Tri ordinal ou tri nominal

Cartes résultats

Propositions
satisfaisantes

Oui Non

Décision

Fig. 5.8 : Procédure d’utilisation du modèle ADMAT

122
Conception et Mise en oeuvre

L'analyse spatiale permet d’évaluer les critères et les méthodes de tri multicritère qui
classifient les actions dans des catégories. Ces deux formes d'analyse ont déjà été décrites
dans ce chapitre pour l'analyse spatiale, et au chapitre 3 et 4 pour l'analyse multicritère.

La procédure d’utilisation du modèle ADMAT permettant de traiter les deux


problématiques considérées dans ce travail est illustrée par la figure 5.8.

7 Les Classes associées aux deux méthode de tri


7.1 La classe associée au tri ordinal
class COrdinalTri : public CObject
{public:
DECLARE_SERIAL(COrdinalTri)
COrdinalTri();
virtual ~COrdinalTri();
// Attributes
public:
int nb_criteres; // le nombre des critères
int active_layer; // la couche active
CStringList layers_names; // les chemin des fichiers .tab
représentants les couches
CElements criteres ; // la famille de critères
CClass classes ; // les classes
CActions actions_ref; // les actions de références
CActions actions; // les actions de A
CContrainte contrainte; // les contraintes du
programme linéaire
lprec lp; // le solver
// Operations

123
Conception et Mise en oeuvre

public:
int init();
int Execute();
void ClearAll();
virtual void Serialize( CArchive& ar );
};

7.2 La classe associée au tri nominal


class CNominalTri : public CObject
{
public:
DECLARE_SERIAL(CNominalTri)
CNominalTri();
virtual ~CNominalTri();
// Attributes
public:
int nb_criteres; // le nombre des critères
int active_layer; // la couche active
CStringList layers_names; // les chemin des fichiers .tab
représentants les couches
CElements criteres ; // la famille de critères
CClass classes ; // les classes
CActions actions_ref; // les actions de références
CActions actions; // les actions de A
Ccontrainte* contrainte; // les contraintes du
programme linéaire
lprec *lp; // le solver
// Operations
public:

124
Conception et Mise en oeuvre

int init();
int Execute();
void ClearAll();
virtual void Serialize( CArchive& ar );
};

8 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté le modèle décisionnel ADMAT qui intègre un SIG et
des outils d’analyse multicritère. Le SIG représente le territoire et permet de générer la
matrice d’évaluation qui évalue toutes les actions de A sur chaque critère de la famille de
critères.

Cette matrice d’évaluation est utilisée par les méthodes de tri multicritère (ordinal et
nominal) pour permettre de résoudre les deux problématiques considérées dans ce travail de
thèse :

- La problématique qui consiste à la recherche d’une surface satisfaisant au mieux


certains critères,

- La problématique qui consiste à la conception d’un réseau de polygones où chaque


polygone détermine le type de l’utilisation du sol.

Les deux méthodes de tri (ordinal et nominal) sont fondées sur l’intégrale de Choquet
permettant de prendre en compte les phénomènes d’interaction parmi les critères (synergie
positive ou négative et la dépendance préférentielle) dans la procédure d’agrégation des
préférences du décideur.

125
Conclusion et
perspectives
Conclusion et perspectives

Conclusion et perspectives

Dans ce mémoire, nous avons élaboré le modèle décisionnel ADMAT qui intègre un
SIG permettant de décrire le territoire et les méthodes de tri multicritère comme outils
d’analyse.

Ce modèle élabore un diagnostic concerté du territoire et permet de résoudre deux


problématiques en aménagement du territoire :

- La problématique qui consiste à la recherche d’une surface satisfaisant au mieux


certains critères,

- La problématique qui consiste à la conception d’un réseau de polygones où


chaque polygone détermine le type de l’utilisation du sol.

Après une description générale des étapes du processus de décision dans le cadre de
l’Aide à la Décision MultiCritère (ADMC), nous avons présenté deux problématiques
de tri : le tri ordinal et le tri nominal qui permettent de résoudre, respectivement, les
deux problématiques en aménagement de territoire citées ci-dessous.

La problématique de tri consiste à formuler le problème en terme d’affectation


d’actions (alternatives ou objets) évaluées sur plusieurs critères à des catégories
prédéfinies.

La particularité de notre approche pour traiter ces deux problématiques est de ne pas
supposer l’indépendance préférentielle entre les critères, indispensable dans la plupart
des méthodes de tri multicritère citées dans la littérature.

L’originalité de notre travail est l’utilisation en aménagement du territoire de


méthodes de tri multicritère basées sur l’introduction des concepts de mesures floues et
de l’intégrale floue.

Plus précisément, nous avons utilisé l’intégrale de Choquet comme opérateur


d’agrégation des préférences du décideur permettant de prendre en compte l’interaction

127
Conclusion et perspectives

parmi les critères (synergie et redondance parmi les critères). Nous avons aussi présenté
un modèle utilisant un problème de satisfaction de contraintes, basé sur un ensemble
d’exemples, qui permet d’identifier la mesure floue.

Dans la méthode de tri ordinal, basée sur l’intégrale de Choquet, introduite dans le
chapitre 3, les catégories sont ordonnées et chaque catégorie partage une action de
référence centrale limite.

Cette méthode est fondée sur une approche de surclassement de synthèse et peut être
considérée comme une extension de la méthode ELECTER TRI. La règle d’affectation
d’une action à une catégorie est formulée de la manière suivante : toute action qui est
jugée comme étant entre les deux frontières (actions de référence limite) d’une catégorie,
doit être affectée à la catégorie en question.

Dans le chapitre 4, nous avons introduit une méthode de tri nominal basé sur l’intégrale
de Choquet. Dans cette méthode, les catégories ne sont pas ordonnées et chaque
catégorie est définie par un ensemble d’actions de référence centrale ou profils. La règle
d’affectation d’une action à une catégorie est formulée de la manière suivante : toute
action dont le degré d’appartenance est maximal doit être affectée à la catégorie qui
maximise ce degré.

Dans le chapitre 5, nous avons présenté le modèle ADMAT et sa procédure


d’utilisation.

Perspectives
Nous pensons qu’il serait intéressant de valoriser ce travail en proposant des
perspectives futures:

§ Utiliser un logiciel SIG plus performant que le contrôle MapX comme GRASS
qui offre plus de fonctionnalités (modèle de simulation, format site, ..) et qui a
l’avantage d’être Open Source ne nécessitant pas une licence payante pour
l’utiliser. Alors que , MapX nécessite une licence payante ;

128
Conclusion et perspectives

§ Elaborer d’autres méthodes dans le cadre de l’ADMC basé sur l’intégrale de


Choquet et qui peuvent être utilisées dans des problématiques de choix ou de
rangement permettant ainsi de résoudre les trois autres problématiques de
l’aménagement du territoire :

1. La recherche de plusieurs surfaces : Le projet SAGATELE [CHE et al 94] a


abordé une problématique de ce type, où les surfaces devaient accueillir des
ouvrages de lutte contre l'érosion. Dans ce cas, en plus de la localisation de
ces surfaces, la problématique peut aussi concerner leur nombre, leur ordre
de réalisation ou leur combinaison si toutes les surfaces ne sont pas destinées
à la même utilisation.

2. La recherche d'un tracé reliant deux points : Ce tracé pourrait être celui d'une
ligne électrique, d'une route, d'une conduite d'eau etc. Ces problématiques
considèrent non seulement la localisation du tracé mais aussi la forme du
tronçon ;

3. La conception d'un réseau linéaire devant relier plusieurs points : Ce réseau


peut, cette fois aussi, être un réseau électrique, routier, d'approvisionnement
en eau etc. La forme du réseau, le nombre de n uds et de tronçons doivent
être pris en compte.

129
Annexes
Annexe A

Annexe A

Algorithmes de tri multicritère

Dans cet annexe, nous présentons les deux algorithmes de tri multicritère :

§ L’algorithme de tri ordinal,

§ L’algorithme de tri nominal.

1 L’algorithme de tri ordinal fondé sur


l’intégrale de Choquet
Données :
A = {a1,....,am} // l’ensemble des actions à trier,
C = {C1,....,C p } // les catégories ordonnées considérées,

B = {b0,....,a p } // l’ensemble des actions de référence limite,

A, B // sont évalués sur l’ensemble de critères F = {g1,...., g n},


q j (bh ), p j (bh ),v j (bh ) // sont, respectivement, les seuils
//d’indifférence, de préférence et de veto,
λ // valeur de coupe.
Début
pour i de 1 à m faire
pour h de 0 à p faire
pour j de 1 à n faire
// Calcul de l’indice de concordance partiel
p j (bh ) − min{g j (bh ) − g j (ai ), p j (bh )}
c j (ai ,bh ) =
p j (bh ) − min{g j (bh ) − g j(ai ), q j (bh )}
;

// Calcul de l’indice de discordance partiel

  g j (bh ) − g j (ai ) − p j(bh )


d j (ai , bh ) = min 1, max0,  ;
  v j (bh ) − p j (bh ) 
finfaire

131
Annexe A

// Calcul de l’indice de concordance global

C (ai , bh ) = ∑ w j c j (ai , bh ) + ∑ w jk (c j (ai , bh ) ∧ ck (ai , bh )) ;


j∈F {j,k ∈ F}

// Calcul de l’indice de crédibilité


1 − d j (ai ,bh )
σ (ai ,bh ) = C(ai ,bh ) ∏
j∈ F \ d j (ai ,bh )>C(ai ,bh ) 1 − C(ai ,bh )
;

finfaire
finfaire
fin.
// Procédure d affectation
Procédure conjonctive
début
pour i de 1 à m faire
pour h de p à 0 faire

si σ (ai ,bh )≥ λ ( ai S bh ) alors break ;


finfaire
Affecter ai à la catégorie Ch+1 ;
finfaire
fin;
Procédure disjonctive
début
pour i de 1 à m faire
pour h de 0 à p faire

si σ (bh ,ai )≥ λ et σ (ai ,bh )< λ ( bh f ai ) alors break ;


finfaire
Affecter ai à la catégorie Ch ;
finfaire
fin;
La détermination des coefficients d’importance et des indices d’interaction parmi les
critères se fait par la résolution du programme linéaire suivant :

132
Annexe A

Maximise z = ε
wi − wj ≥ ε si i f F j 
  Un rangementdes critèresselonleurscoefficients d'importance
wi = wj si i ~F j 

 wij − wk l ≥ ε si ij f P kl  Un rangementdes paire de critèresselonleursindicesd'interaction
 wij = wk l 
si ij ~P kl 

 wij ≥ε (respectivement≤ ε) si wij >0(respectivementwij <0)
  Signede certainsindicesd'interaction
 wij =0 sinonwij = 0 

 ∑ wi + ∑ wij =1 
 i∈F {i, j∈F } 
 
 wi ≥0 ∀i∈F  Conditionsdes limiteset de motonocité
 wi + ∑ wij ≥0 ∀i∈F, ∀T ⊆F −{} i
 j∈T 
 −
 wj ≤ wj ≤ wj

+
}∀ j∈F Les limitesde wj
 ∑ wici(ar ,bh )+ ∑ wij [ci(ar ,bh ) ∧ c j (ar ,bh )]<λ 
 i∈F {i, j∈F } 
∀a ∈A (ensembled'exemples),ar → Ch
 ∑ wici(ar ,bh−1 )+ ∑ wij [ci(ar ,bh−1 ) ∧ c j(ar ,bh−1 )]≥ λ  r 1
 i∈F {i, j∈F }

133
Annexe A

2 L’algorithme de tri nominal fondé sur


l’intégrale de Choquet
Données :
A = {a1,....,am} // l’ensemble des actions à trier,

{
C = C ,....,C
1
} // les catégories ordonnées considérées,
k

B = {b |h =1,...,k et p =1,..., L } // l’ensemble des actions de référence


h h
p h

// centrale de la hème catégorie,


h
B = Uh=1B
k
// l’ensemble de toutes les actions de

// référence centrale,
A, B sont évalués sur l’ensemble de critères F = {g1,...., g n},

( ) ( ) ( ) ( ) // sont, respectivement, les seuils de
h + h
d j bk , d j bk , v j bk , v j bk
− h + h

// discrimination et de veto de chaque profil


// et de chaque critère,
h
wi // le coefficient d’importance du critère gi dans
h
//la catégorie C ,
h
wij // l’indice d’interaction entre les critères gi et g j dans
h
//la catégorie C ,
λ // valeur de coupe.
Début
pour i de 1 à m faire
pour h de 1 à k faire
pour p de 1 à Lh faire
pour j de 1 à n faire
// Calcul de l’indice de similarité partiel
1
( ) ( )
h
( ) alors
si S j bp − d j bp ≤ g j (ai )≤ S j bp
− h 1 h

g (a )− S (b )+ d (b )
C (a ,b ) =
1 h − h

d (b )
h j i j p j p
j i p ; − h
j p

134
Annexe A

sinon si S j bp < g j (ai )≤ S j bp


1
( ) h 2
( ) h
alors

( )
C j ai ,bp = 1 ;
h

( ) ( ) ( )
sinon si S j bp < g j(ai )≤ S j bp + d j bp
2 h 2 h + h
alors

S (b )− g (a )+ d (b )
C (a ,b ) =
2 h + h

d (b )
h j p j i j p
j i p ; + h
j p

sinon

( )
C j ai ,bp = 0 ;
h

// Calcul de l’indice de discordance

( ) ( ) 1 h
( ) ( ) alors
si S j bp − v j bp ≤ g j(ai )≤ S j bp − d j bp
− h 1 h − h

S (b )− g (a )− d (b )
D (a ,b ) =
1 h − h

v (b )− d (b )
h j p j i j p
j i p ; − h − h
j p j p

sinon si S (b )− d (b )< g (a )≤ S (b )+ d (b ) alors


1 h − h 2 h + h
j p j p j i j p j p

D (a ,b ) = 0 ;
h
j i p

sinon si S (b )+ d (b )< g (a )≤ S (b )+v (b ) alors


2 h + h 2 h + h
j p j p j i j p j p

g (a )− S (b )− d (b )
D (a ,b ) =
2 h + h

v (b )− d (b )
h j i j p j p
j i p ; + h + h
j p j p

sinon

( )
D j ai , bp =1 ;
h

finfaire
// Calcul de l’indice de similarité global

( ) h
I ai , bp = ∑
j∈F
h
( )
w j C j ai , bp +
h

{j,k ∈ F}
h
( ( ) ( )) ;
w jk C j ai , bp ∧ C j ai ,bp
h h

// Calcul du degré d’appartenance d’une


// action à chaque catégorie

( )= I( ) ∏
( )
1 − D j ai ,bp
h

) 1 − I (a ,b )
h h
d ai ,bp ai ,bp ;
( ) (
h
h h
j∈ F \ D j ai ,b p > I ai ,b p i p

finfaire
// Calcul de l’indice de crédibilité

135
Annexe A

( h
) {( ) ( h
d ai ,C = min d ai ,b1 ,...,d ai ,bLh ;
h
)}
finfaire
fin.
// Procédure d affectation
Procédure Affectation
début

( ) {( ) (
d ai ,C = max d ai ,C ,..., d ai ,C
h 1 k
)};
(
si d ai ,C ≥ λ alors
h
)
ai → C
h

sinon

ai → C
J
(affectation de ai à la classe corbeille)
fin;
La détermination des coefficients d’importance et des indices d’interaction parmi les
critères se fait par la résolution du programme linéaire suivant :
Maximise z = ε
wi − wj ≥ ε si i f F j 
  Un rangementdes critèresselon leurscoefficients d'importance
wi = wj si i ~F j 

 wij − wk l ≥ ε si ij f P kl  Un rangementdes paire de critèresselon leursindicesd'interaction
 wij = wk l 
si ij ~P kl 

 wij ≥ε (respectivement≤ ε) si wij >0(respectivementwij <0)
  Signede certainsindicesd'interaction
 wij =0 sinonwij = 0 

 ∑ wi + ∑ wij =1 
 i∈F {i, j∈F } 
 w ≥0 
 i ∀i∈F  Conditionsdes limiteset de motonocité
 wi + ∑ wij ≥0 ∀i∈F, ∀T ⊆F −{} i
 j∈T 
 −
 wj ≤ wj ≤ wj
+
}
∀ j∈F Les limitesde wj

 w C a ,bh +

 i∈F
( )
i i r p ∑
{i, j∈F }
[ ( ) ( )]
h h 
wij Ci ar ,bp ∧ C j ar ,bp ≥ λ  ∀ar∈A1(ensembled'exemples),ar → C

h

136
Annexe B

Annexe B

Le contrôle ActiveX MapX

MapInfo MapX est un composant OCX robuste qui est facilement intégrable dans des
applications par les outils de développement standards. Entant qu’OCX, MapInfo MapX
offre une réelle interopérabilité OLE (Object Linking and Embedding), permettant
d’intégrer des fonctionnalités cartographiques à des applications.

1 Vue d’ensemble des fonctionnalités de MapX [Map 02]


Avec MapX, nous pouvons analyser et visualiser un ensemble de données, créer ou
éditer les objets d’une carte et présenter visiblement les résultats sur une carte.
Les fonctionnalités principales de MapX sont :

§ Analyse thématique : Analyser les valeurs associées à une carte. Les objets de
la carte peuvent être colorés en fonction de ces valeurs (classes, valeurs
individuelles), ou des objets thématiques peuvent être créés pour afficher ces
valeurs. Vous pouvez créer des analyses thématiques à une seule variable
(classes, valeurs individuelles, densité de points, symboles proportionnels) ou
des analyses thématiques à plusieurs variables (graphiques à secteurs ou à
barres).

§ Incorporation de données : Une carte peut incorporer des données du


conteneur attaché à MapX et qui peut être une source de données ODBC,
OLEdata, RDO ou DAO [Map 02].

§ Les annotations fournissent une orientation à des données spécifiques et


rendent une carte plus instructive en ajoutant de texte, des symboles et des
étiquettes.

§ Contrôle des couches : La boîte de dialogue Contrôle des Couches affiche la


liste des couches qui composent la fenêtre carte active et indique si chacune

138
Annexe B

d'elles est visible, modifiable, sélectable ou affectée d'un seuil de zoom. L'ordre
des couches dans la boîte de dialogue Contrôle des Couches est identique à
l'ordre des couches dans la fenêtre Carte. Par exemple, quand les couches de
régions sont placées sous des couches de points, les points demeurent visibles.

§ Les images rasters : inclure une image raster ajoute à une carte un fond
attrayant et détaillé.

§ Etiquetage Automatique : Ajoute des étiquettes à une carte automatiquement.


Les étiquettes sont sauvegardées dans le document représentant la carte.

§ Les sélections : MapX fournit différents dispositifs de sélection tels que les
outils permettant de sélectionner des objets de la carte dans un rayon, un
rectangle ou un polygone spécifique.

§ FeatureFactory : l'objet de la classe FeatureFactory permet de créer, combiner


ou effacer un objet point, ligne ou région.

§ Editer une carte : MapX permet d'ajouter, modifier ou supprimer des objets sur
la carte.

§ Les projections et les systèmes de coordonnées : avec un support complet de


systèmes de coordonnées et de projections, MapX permet l’affichage et le
traitement des données X-Y qui peuvent avoir des objets graphiques associés
(données cartographiables).

§ La connectivité à des serveurs de données spatiales distants : MapX peut se


connecter à des serveurs de données spatiales tels que Oracle Spatiale et
MapInfo SpatialWare.

139
Glossaire
Glossaire

Glossaire

Chaque fois que la définition d'un terme utilise un autre terme du glossaire [Roy 00],
celui-ci est mis en italiques lors de sa première utilisation.

Acteur

Terme très général désignant tout individu, corps constitué ou collectivité susceptible de
jouer un rôle quelconque, directement ou indirectement, dans le déroulement du
processus de décision.

Action (potentielle)

Terme générique utilisé surtout dans la théorie pour désigner ce qui constitue l'objet de
la décision ou ce sur quoi porte l'aide à la décision. En pratique, ce terme peut être
remplacé, selon les cas, par scénario, plan, programme, projet, proposition, variante,
dossier, opération, investissement, solution, ...

Le concept d'action n'incorpore, a priori, aucune idée de faisabilité, autrement dit de


possibilité de mise à exécution de ce que recouvre l'action. Une action est qualifiée de
potentielle lorsqu'elle est regardée comme pouvant être mise à exécution ou simplement
digne d'intérêt en vue de l'aide à la décision. Une action potentielle peut donc être
fictive.

Alternative

Terme souvent utilisé à la place de celui d'action lorsque la modélisation est telle que
deux actions potentielles (distinctes) ne peuvent en aucun cas être mises à exécution
conjointement. Cette mutuelle exclusion provient d'une conception de l'action qui
appréhende l'objet de la décision ou ce sur quoi porte l'aide à la décision d'une manière
globale. A l'opposé, on trouve une conception dite fragmentaire dans laquelle plusieurs
actions potentielles peuvent être mises à exécution conjointement.

141
Glossaire

Axe de signification (d'un critère)

Dimension sous-jacente à laquelle le critère fait référence, autrement dit qui donne sens
à la comparaison de deux performances quelconques selon ce critère.

Conséquence

Ce terme sert à désigner tout effet, tout attribut inhérent à ou découlant de la mise à
exécution éventuelle d'une quelconque action potentielle et devant être pris en
considération pour éclairer la décision. Un effet ou un attribut doit être pris en
considération dès l'instant où il interfère avec les objectifs ou avec le système de valeurs
d'un acteur en tant qu'élément primaire pouvant influencer la manière dont celui-ci
conçoit, modifie ou argumente ses préférences.

Contrainte

Condition imposée à une action pour qu'elle appartienne à l'ensemble des actions
potentielles auxquelles on s'intéresse à un moment donné du processus de décision.

En programmation mathématique, les actions potentielles auxquelles on s'intéresse


correspondent traditionnellement aux seules actions réalisables. Il s'ensuit que le terme
contrainte prend, dans ce cas, un sens plus restrictif.

Critère

Outil construit pour évaluer et comparer des actions potentielles selon un point de vue
bien défini.

L'évaluation d'une action selon un critère peut faire intervenir des règles de calcul
plus ou moins complexes, une enquête plus ou moins lourde ou encore l'opinion d'un ou
plusieurs experts. Quelle que soit la procédure utilisée, il s'agit de prendre en compte les
effets et attributs pertinents selon le point de vue considéré. Pour ce faire, il est souvent
commode de passer par l'intermédiaire d'un ou plusieurs indicateurs.

142
Glossaire

L'évaluation d'une action selon un critère se concrétise par sa performance qui la


positionne sur une échelle de préférence. Deux actions se comparent selon le point de
vue considéré comme se comparent leurs performances.

L'instrument d'évaluation et de comparaison que constitue un critère et, a fortiori, une


famille cohérente de critères vise avant tout à apporter, aux diverses parties prenantes
engagées dans le processus de décision, des éléments d'appréciation susceptibles de
favoriser concertation et débats. Il est donc nécessaire que la famille cohérente de
critères retenue soit jugée légitime (exigence d'adhésion) par chacune des parties
prenantes et que ces dernières comprennent (exigence de compréhension) la manière
dont leurs préoccupations sont traduites dans le tableau des performances. Cette bonne
compréhension suppose en particulier que les termes dans lesquels la performance est
formulée pour chacun des critères (unité si l'échelle est quantitative, description de
l'échelon si l'échelle est qualitative, ...) soient facilement intelligibles pour les diverses
parties prenantes et pas seulement pour les initiés.

Ces performances ne se présentent pas nécessairement toutes comme l'approximation


d'une réalité objective que le critère aurait pour objet d'appréhender au mieux. Celui-ci
peut en effet parfois être conçu pour rendre compte d'aspects subjectifs. Lorsque la
réalité à appréhender est très complexe, la quête d'une bonne approximation risque de
conduire à des raffinements illusoires. Ceux-ci peuvent de surcroît obscurcir la
compréhension et le débat. Ils favorisent également les "coups de pouce" pour aller dans
un sens souhaité. L'absence d'assises objectives pour asseoir la valeur réelle d'une
performance selon certains points de vue ne doit pas conduire à éliminer ces derniers, en
particulier si les acteurs conçoivent, modifient et argumentent leurs préférences grâce à
eux. De la même façon, le caractère subjectif de certains effets ou attributs ne constitue
qu'exceptionnellement un argument valable pour en réduire la pertinence et la portée.

Un critère, pour pouvoir être accepté par toutes les parties prenantes, ne devrait pas
faire intervenir, d'une façon qui serait déterminante, des aspects du système de valeurs
que certaines d'entre elles seraient amenées à rejeter. Ceci implique en particulier que le
sens de variation de la préférence le long de l'échelle ne prête pas à contestation. En

143
Glossaire

revanche, cela n'exclut pas d'importantes divergences entre les parties prenantes quant à
l'importance relative qu'il convient d'accorder à chaque critère : tel critère, important
pour les unes, pourra être jugé d'aucun intérêt pour d'autres (cf. rubrique "Importance
relative des critères").

Échelle (de préférence)

Ensemble d'éléments, appelés échelons, rangés selon un ordre complet ; chaque échelon
est caractérisé soit par un nombre, soit par un énoncé verbal ; il sert à traduire
l'évaluation d'une action en prenant en compte des effets et attributs clairement précisés
; relativement à ceux-ci et toutes autres choses égales par ailleurs, le rangement des
échelons reflète le sens de variation de la préférence vis-à-vis des situations qu'ils
servent à caractériser. Une échelle peut être :

1. Seulement ordinale : l'écart qui sépare deux échelons n'a pas de signification
claire en termes d'écarts de préférence ; c'est notamment le cas avec :

- une échelle verbale lorsque rien ne permet d'affirmer que les couples
d'échelons consécutifs successifs reflètent des écarts de préférence égaux
tout le long de l'échelle ;

- une échelle numérique lorsque rien ne permet d'affirmer qu'une différence


fixée entre deux échelons reflète un écart de préférence invariant lorsqu'on
déplace le couple d'échelons considérés le long de l'échelle.

On parle d'échelle qualitative pour se référer à ce type d'échelle.

2. Quantitative : échelle numérique dont les échelons sont définis par référence à
une unité clairement identifiée de façon à donner sens d'une part à l'absence de
quantité (échelon 0) et, d'autre part, au rapport entre deux échelons quelconques
comme étant égal au rapport des nombres qui les caractérisent, chacun d'eux
pouvant s'interpréter comme l'addition d'un nombre donné (entier ou
fractionnaire) d'unités de la quantité considérée.

144
Glossaire

3. Intermédiaire entre les deux cas extrêmes ci-dessus ; c'est notamment le cas
avec:

- les échelles dites d'intervalle : le rapport des nombres qui caractérisent deux
échelons peut ne pas être signifiant mais celui entre les différences des
nombres associés à deux couples d'échelons distincts l'est (exemple :
évaluation d'une température en degrés Celsius ou Fahrenheit ; au contraire,
le taux de rentabilité immédiat d'une action et, a fortiori, son taux de
rentabilité interne peut difficilement être regardé comme étant évalué sur une
échelle d'intervalle) ;

- les échelles à propos desquelles on peut définir un préordre complet sur


l'ensemble des couples d'échelons.

On se réfère à ce type intermédiaire en parlant d'échelle numérique non quantitative


ou d'échelle discrète (cas d'un nombre fini d'échelons).

L'écart entre deux échelons suffisamment rapprochés peut être jugé non significatif
pour différencier deux actions. Cela tient au fait que la procédure utilisée pour
positionner ces actions selon le critère considéré sur l'un et l'autre échelon apparaît
comme insuffisamment précise (eu égard à la complexité de la réalité en cause) ou
fiable (compte tenu notamment d'incertitudes sur l'avenir) pour être probante d'une
différence indéniable entre les actions. Le concept de seuil de discrimination permet de
modéliser cet état de choses. Il permet de travailler avec l'information disponible sans
chercher à l'appauvrir par des procédures d'arrondi ou par la définition de classes dans le
souci de ne pas faire apparaître des écarts non significatifs. Rappelons que ces dernières
pratiques produisent de fâcheux effets de bord.

Efficace (action)

Une action a est efficace dans un ensemble A selon une famille F de critères si toute
autre action de A qui est meilleure que a selon un critère au moins s'avère être moins
bonne que a selon un autre critère au moins. L'action a est par conséquent efficace si et

145
Glossaire

seulement si il n'existe, dans A, aucune action qui soit au moins aussi bonne que a sur
tous les critères de F et strictement meilleure sur l'un au moins d'entre eux.

Famille cohérente de critères

Famille de n (> 1) critères qui satisfait aux trois exigences suivantes :

1. Exhaustivité : Aucun argument, acceptable par l'ensemble des parties prenantes,


ne peut être avancé pour justifier la préférence en faveur d'une action a vis-à-vis
d'une action b lorsque a et b ont la même performance avec chacun des critères
de la famille.

2. Cohésion : Les parties prenantes sont unanimes pour reconnaître qu'une action a
ne peut être que préférée à une action b dès l'instant où la performance de a est
significativement meilleure que celle de b avec l'un des critères de poids non
nul, les performances de a et de b étant les mêmes avec chacun des autres n – 1
critères.

3. Non redondance : L'une des deux exigences ci-dessus est mise en défaut dès
l'instant où l'on supprime l'un des critères de la famille.

Remarque : Aucune des exigences ci-dessus n'implique que les critères d'une famille
cohérente soient indépendants. L'indépendance peut cependant paraître souhaitable
et être recherchée. Encore faut-il préciser le type d'indépendance ainsi visé. Le
concept d'indépendance est complexe et l'analyse multicritère a permis de mettre en
évidence des distinctions importantes (indépendance structurelle, indépendance au
sens des préférences, indépendance au sens des dispersions, ...).

Dans bien des cas, la famille cohérente de critères a pour but initial d'apporter des
éléments de jugement à chaque partie prenante aptes à faciliter la concertation et le
débat. Pour ce faire, la famille de critères doit répondre à deux exigences
supplémentaires :

4. Compréhension : la signification de chaque performance apparaît


suffisamment intelligible à chaque partie prenante.

146
Glossaire

5. Adhésion : l'ensemble des n performances apparaît à chaque partie prenante


approprié pour appréhender les principales conclusions pertinentes.

Importance relative des critères

C'est là une notion complexe qui concerne la différenciation des rôles qu'une partie
prenante souhaite voir jouer aux différents critères dans l'élaboration et l'argumentation
des préférences globales. Cette notion renvoie par conséquent au système de valeurs de
la partie prenante considérée.

Pour cerner cette idée d'importance relative, on a souvent recours à la métaphore des
poids. Plus le poids d'un critère est élevé et plus ce critère joue un rôle important dans la
formation des préférences globales. Cette métaphore est fréquemment trompeuse. La
façon dont les poids opèrent dépend de la logique qui est à l’ uvre dans la procédure
d'agrégation multicritère. C'est ainsi que, dans les logiques compensatoires de type
somme pondérée, l'attribution d'une valeur numérique plus grande au poids du critère g
qu'à celui du critère h ne signifie pas que l'importance du critère g soit supérieure à celle
du critère h.

Puisque la notion d'importance relative des critères n'a de sens que relativement à
une partie prenante dont elle reflète le système de valeurs, elle est nécessairement
affectée d'une part de subjectivité. Ceci rend illusoire, dans la plupart des cas, toute
quête d'une valeur parfaitement objective de chaque action de même que celle d'une
procédure permettant de comparer objectivement n'importe quelle action à n'importe
quelle autre. Cette impossibilité ne provient pas de l'analyse multicritère. Elle existe tout
autant, mais de façon souvent plus cachée (et même masquée sous des apparences
trompeuses d'objectivité), dans toute analyse monocritère. L'unique critère a en effet
pour but d'évaluer, dans une unité commune, les effets et les attributs hétérogènes que
les différents critères d'une analyse multicritère ont précisément pour objet de structurer
pour pouvoir les appréhender par catégories relativement homogènes.

Ainsi, l'analyse coût-bénéfice ,par exemple, procède à une pondération plus ou moins
implicite en utilisant des techniques de monétarisation qui font référence à des marchés

147
Glossaire

plus ou moins factices. Les poids ainsi définis le sont par référence à une théorie
économico-mathématique fort élégante. Les valeurs qui leur sont ainsi attribuées
reflètent la subjectivité de ceux qui croient en la pertinence de cette théorie pour guider
les décisions. D'autres sont pourtant fondés à en refuser la légitimité. La théorie repose
en effet sur des hypothèses peu réalistes et elle s'avère falsifiée dans bon nombre de
contextes décisionnels. En outre, certains effets ou attributs échappent à ce mode de
comptabilisation. Les modèles de préférences révélées, tout comme les techniques de
préférences déclarées ou d'évaluations contingentes, ont certes montré leur intérêt (cf.
Gauthier et Thibault, 1993 ; Perez, 1996 ; Point et Desaigues, 1993 [Roy 00]) mais aussi
leurs limites. Enfin, la nature totalement compensatoire de la logique d'agrégation sur
laquelle l'importance relative des critères est conçue dans ce type d'approche peut être
jugée d'autant moins appropriée pour fonder des comparaisons que de nombreux termes
du bilan sont chiffrés avec une part d'arbitraire importante. L'analyse monocritère
(contrairement à l'analyse multicritère) se prête mal à une prise en compte systématique
des marges d'imprécision, d'incertitude et/ou d'indétermination.

Dans une analyse multicritère, la famille cohérente de critères ne préjuge d'aucune


logique d'agrégation ni ne privilégie le système de valeurs d'une partie prenante
quelconque. Elle doit constituer un cadre pour structurer la concertation et le débat. Ce
cadre cherche à laisser toute sa place aux aspects subjectifs les plus fondamentaux afin
de permettre la confrontation de rationalités différentes.

Indicateur

Instrument qui synthétise, en termes qualitatifs ou quantitatifs, certaines informations


destinées à asseoir un jugement sur une action relativement à certaines de ses
caractéristiques, attributs ou effets (conséquences) pouvant découler de sa mise à
exécution. Un indicateur peut conduire à associer à une action :

- soit une simple modalité (radiale, rocade, tangentielle, ...) ;

- soit un nombre (longueur, surface, coût, ...).

148
Glossaire

L'ensemble des modalités ou valeurs possibles ne doit pas être nécessairement conçu
pour être une échelle de préférence. Si cet ensemble constitue une telle échelle,
l'indicateur peut être pris comme critère. Plusieurs indicateurs peuvent également être
synthétisés pour définir un critère embrassant un point de vue plus vaste.

Modèle

Un modèle est un schéma qui, pour un champ de questions, est pris comme
représentation abstraite d'une classe de phénomènes plus ou moins habilement dégagés
de leur contexte par un observateur pour servir de support à l'investigation et/ou à la
communication.

Un modèle n'est pas nécessairement une description simplifiée de la réalité. Il peut


proposer, à des fins d'investigation ou de communication, une représentation des
phénomènes en question qui repose sur des hypothèses fort peu réalistes. Du fait qu'il
est contingent à un champ de questions, un modèle est davantage une caricature de la
réalité qu'une photographie appauvrie ou approximative de celle-ci.

Niveau d’aspiration

Echelon qui marque, sur l'échelle d'un critère, un niveau de performance qui, s'il est
atteint par une action selon ce critère, traduit une satisfaction suffisante, c'est-à-dire telle
que toute amélioration sur cette échelle est jugée non significative d'un réel
accroissement de satisfaction.

Niveau de rejet

Echelon qui marque, sur l'échelle d'un critère, un niveau de performance qui, s'il n'est
pas atteint par une action selon ce critère, justifie le rejet de cette action quelles que
puissent être ses performances selon les autres critères.

Optimum (action)

Une action a est un optimum dans un ensemble A selon un critère g si toute autre action
de A est moins bonne que ou indifférente à a selon ce critère, autrement dit s'il n'existe
aucune action a’ de A dont la performance g(a’) soit meilleure que g(a).

149
Glossaire

Partie prenante

Tout individu, corps constitué ou collectivité susceptible de prendre part effectivement


(éventuellement par l'intermédiaire d'un mandataire) dans le déroulement du processus
de décision avec l'intention de l'influencer en fonction des objectifs dont il est porteur
ou de ses propres enjeux.

Ce terme est aussi utilisé comme équivalent français du terme anglais "steholder".
Cette acception est alors plus large que la précédente. Elle désigne en effet tout individu
ou groupe d'individus qui a un intérêt conscient ou inconscient dans le contexte
décisionnel, autrement dit, tout porteur d'enjeux dans un sens très large. Avec cette
acception, les générations futures peuvent être une partie prenante. Il en va de même de
beaucoup d'autres acteurs, y compris de l'équipe d'étude pour certains auteurs.

Perfermence

La performance d'une action selon un critère est l'échelon de l'échelle associée au critère
sur lequel l'action est positionnée.

Poids (d'un critère)

Cette métaphore est souvent trompeuse. Certes, plus est grande la valeur attribuée au
poids d'un critère et plus déterminant sera le rôle joué par ce critère dans la PAMC
quelle qu'elle soit. Mais le fait que cette valeur du poids soit plus élevée pour un critère
g que pour un critère h ne peut s'interpréter comme : le critère g est plus important que
le critère h. Il en est toutefois ainsi lorsque la valeur du poids ne dépend pas des unités
dans lesquelles sont évaluées les performances des critères. Cela suppose en particulier
que, dans la PAMC, on ne multiplie à aucun moment la valeur d'un poids par celle d'une
performance (ce qui est notamment le cas lorsque on procède à des calculs de somme
pondérée).

150
Glossaire

Point de vue

Classe d'effets ou d'attributs relevant d'un même objectif ou d'un même type de
préoccupations jugés pertinents par l'une des parties prenantes au moins pour évaluer et
comparer les actions.

Un point de vue se définit de façon verbale par une phrase ou quelques mots-clés. Il
peut embrasser une classe de préoccupations plus ou moins large : angle plus ou moins
ouvert sous lequel une action est examinée. La famille des points de vue structurants
doit constituer un cadre clair permettant d'appréhender l'ensemble des effets et attributs
jugés pertinents. Les points de vue structurants doivent être peu nombreux. Il est de ce
fait souvent nécessaire d'identifier des points de vue plus restreints pour concevoir les
critères (un même point de vue structurant pouvant ainsi donner naissance à plusieurs
critères).

Problématique

Façon dont l'aide à la décision est envisagée, autrement dit manière de formuler un
problème en vue d'aboutir à des résultats jugés appropriés pour éclairer la décision. Ces
résultats peuvent prendre des formes variées, notamment :

- sélection de quelques actions (procédure de choix) ;

- affectation de chaque action à une catégorie appartenant à un ensemble de


catégories prédéfinies (procédure de tri) ;

- rangement des actions selon un préordre complet ou partiel (procédure de


classement) ;

- voire tout simplement un tableau de performances accompagné de quelques


informations complémentaires (niveaux d'aspiration, de rejet, seuils de
discrimination, ...).

151
Glossaire

C'est essentiellement la façon de concevoir l'AD en fonction d'une bonne insertion de


l'équipe d'étude dans le processus de décision qui doit orienter le choix de la
problématique.

Procédure d’agrégation multicritère (PAMC)

Procédure qui permet de comparer deux actions quelconques d'un ensemble A d'actions
en prenant en compte (de façon globale) les performances de chacune d'elles selon tous
les critères d'une famille donnée.

Recommandation

Assertion (non nécessairement exempte de subjectivité) conçue à partir d'un ensemble


de résultats reposant sur divers jeux de données et/ou hypothèses de travail.

Résultat

Ce à quoi une procédure aboutit lorsqu'elle est appliquée à un jeu de données dans le
cadre d'une hypothèse de travail précise.

Seuils (de dispersion et de discrimination)

Concept ayant pour objet de prendre en compte, pour chaque critère, soit l'imprécision
de certaines données ayant trait à des faits passés ou présents, soit l'incertitude qui
affecte notre connaissance de l'avenir, soit encore nos difficultés à appréhender des
attributs ou effets très complexes.

Les seuils de dispersion traduisent des écarts plausibles par excès et par défaut qui
peuvent affecter l'évaluation d'une conséquence ou d'une performance. Ils permettent de
faire intervenir dans le raisonnement non seulement une valeur probable mais aussi une
valeur optimiste et une valeur pessimiste.

Les seuils de discrimination servent plus spécifiquement à modéliser le fait que


l'écart entre les performances associées à deux actions peut être (relativement au critère
considéré et toutes choses égales par ailleurs) :

- probant d'une préférence en faveur de l'une des actions (seuil dit de préférence) ;

152
Glossaire

- compatible avec l'indifférence entre ces actions (seuil dit d'indifférence).

Ces seuils peuvent être constants le long de l'échelle ou, au contraire, variables. Dans
ce dernier cas, il importe de faire une distinction entre seuils directs et seuils inverses.

Tableau de performances

Tableau à double entrée comportant les actions en tête de lignes et les critères en tête de
colonnes : à la croisée de la ligne i et de la colonne j figure la performance gj(ai) de
l'action ai selon le critère gj.

Il importe de clairement rappeler en accompagnement de l'intitulé de chaque critère :

- l'échelle qui lui est associée et le sens de variation de la préférence ;

- les valeurs, s'il y a lieu, des niveaux de rejet et d'aspiration ainsi que celles des
seuils de discrimination.

153
Bibliographie
Bibliographie

Bibliographie

[Adm et al 98] Admane O., Ky Hoang et Ouakli N., 1998. Statistique (Cours et
exercices), Office des publications universitaires, Alger.

[Ana 87] Anandalingam G., 1987. A multiple criteria decision analytic


approch for evaluating acid rain policy choises. Eur. J. Res.,
29,336-352.

[Avi et Sau 94] d’Avignon G., Sauvageau M., 1994. L’aide multicritère à la
décision : un cas d’intègration de critères techniques, économiques
et environnementaux à Hydro-Québec, Document de travail 94-39.
CREADO, Faculté des Sciences de l’administration, Univ. de
Laval, Québec, Canada, 17 p.

[Bel 00] Belacel N., 2000. Multicriteria assignment method


PROAFTH :Methodology and medical application, European
Journal of Operational Research, 125, 1, 176-184.

[Bel et Ste 02] BeltonV., Stewart T., 2002. Multiple Criteria Decision Analysis.
Kluwer Academic Publishers, USA.

[Ben et Bgm 00] Bennis S., Bengassem J., 2000. Système d’aide au diagnostic des
réseaux d’assainissement urbains, Decision Making in Urban and
Civil Engineering,1,83-91.

[Bou et al 03] Bouyssou D., Vincke Ph. et all, 2003. Concepts et Méthodes pour
l’aide à la décision, Hermès, Paris.

[Bou et al 00] Boulemia C., Top G., Henry E. et Pecqueur O., 2000. Eléments de
proposition à la mise en place d’une base de données urbaines dans
une collectivité locale, Congrès de l’AUGC, Lyon, 27 et 28 juin
2000, 8 p.

155
Bibliographie

[Bou et Hen 00] Boulemia C., Henry E., Top G. et Feddal D., 2000. Etude de
faisabilité d’un projet de système d’information géographique pour
une moyenne collectivité locale. Méthodologie et application à la
Communauté de Communes du Béthunois, Conférence
internationale sur le géoengineering, Alger,11-13 juin 2000, 8 p.

[Che 94 et al] Chevallier J.-J., Thomson K. P.B., Pouliot J., 1994. International
Research Cooperation – A Winning Combination : the
SAGATELE Project. The Canadian Conference On Gis. Ottawa :
Surveys, Mapping and Remote Sensing, Natural Resources Canada,
1, 264-271.

[Cho 53] Choquet G., 1953. Theory of capacities, Annales de l’institut


Fourier, 5, 131-295.

[Coh et al 80] Cohon JL., Revelle CS., Current J., Eagles T., Eberhard R., Church
R., 1980. Application of multiobjective facility location model to
power pla siting in a six-state region of the US. Comput. Oper.
Res., 7, 107-123.

[Col 92] Collet C., 1992, Système d’information géographique en mode


image, collection Gérer l’environnement, Presses Polytechniques
Universitaires Romandes, CH-1015 Lausanne.

[Dio 88] Diop O., 1988. Contribution à l’étude de la gestion des déchets
solides de Dacar : Analyse systémique et aide à la décision. Th. de
doc. N°757, DGR-EPFL, Lausanne, Suisse, 292 p.

[Ell 88] Ellis JH., 1988. Multiobjective mathematical programming models


for acid rain control , Eur. J. Res., 35, 365-377.

[Fis 70] Fishburn PC., 1970. Utility theory for decision-making. New-
York : Wiley.

[Gha et al 06] Ghalem M. R., 2006. Methods of Multicriteria Aid for decisions in
toun and country planning, The 4th International Multiconference

156
Bibliographie

on Computer Science and Information Technology, Applied


Science Private University, Aman, Jordan.

[Glo et Mar 87] Glover F., Martinson F., 1987. Multiple-use land planning and
conflict by multiple objective linear programming. Eur. J. Oper.
Res., 28, 343-350.

[Gra 97] Grabish M., 1997. k-order additivité discrete fuzzy measure and
their representation. Pattern Recongintion Letters, 92, 167-189.

[Jac et Sis 82] Jacquet-Lagreze E., Siskos J., 1982. Assessing a set of additive
utility functions for multicriteria decision making, the UTA
method. Eur. J. Res., 10, 2, 151-164.

[Jac 04] Macquat J., 2004. Qu’est-ce que l’espace ?, CEAT.

[Joe 95] Joerin F., 1995. Méthode multicritère d’aide à la décision et SIG
pour la recherche d’un site. Revue Internationale de Géomatique, 1,
5, 37-51.

[Joe 97] Joerin F., 1997. Décider sur le territoire : Proposition d’une
approche par l’utilisation de SIG et de méthodes d’analyse
multicritère, Th. Doct. Ecol. Polytec. Feder. De Lausanne. no 1755,
268p.

[Jor et Ped 88] Jordi KC., Peddie D., 1988. A wildlife management problem : A
case study in multiple-objective linear programming. J. Oper. Res.
Soc., 39, 1011-1020.

[Ham et Rud 68] P.L. Hammer, S. Rudeanu,1968. Boolean methods in operations


research and related areas, Springer, Berlin.

[Kee et Oze 82] Keeney R., Ozernoy V., 1982. An illustrative analysis of ambient
carbon monoxide standards. J. Oper. Res. Soc., 33, 365-375.

[Lat et Wat 82] Lathrop W., Watson S., 1982. Decision analysis for the evaluation
of risk in nuclear waste management. J. Oper. Res. Soc., 33, 407-
418.

157
Bibliographie

[Luc 56] Luce R.D., 1956. Semi-orders and a theory of utility


discrimination, Econometrica 24,178-191.

[Mac 87] Macris H., 1987. Application d’Electre IV à l’étude de la qualité de


l’environnement. Projet hors département pour mathématiciens.
Lausanne, Suisse : Institut de Génie de l’Environnement, Ecole
Polytechnique Fédérale de Lausanne, 51p.

[Mar et Rou 93] Martel J. M. Rousseau A., 1993. Cadre de référence d’une
démarche multicritère de gestion intégrée des ressources en milieu
forestier, Projet de développement de la gestion intégrée des
ressources, document technique 93/11, Université Laval, Québec.

[Mar 99a] Marichal J.-L., 1999. Agregation operators for multicreteria


decision aid, Th. Doct. Univ. De Liege. 258p.

[Mar 99b] Marichal J.L. et Roubens M., 1999. Determination of weights of


interacting criteria from a reference set. European Journal of
Operational Research, 124(3):641-650.

[Mar 02] Marichal J.-L., 2002. Aggregation of interacting criteria by means


of the discrete Choquet integral. In Aggregation operators: new
trends and applications, pages 224-244. Physica, Heidelberg.

[May et al 94] Maystre L., Pictet J., Simos J., 1994. Méthodes multicritère
ELECTRE : Description, conseils pratiques et cas d'application à la
gestion environnementale, Presses Polytechniques et Universitaires
Romandes, CH1015, Lausanne, Suisse.

[May et Hee 85] Maystre LY., De Heer J., 1985. A multicriteria analysis of varrious
strategies to reduce the input of phosphorus from a river basin into
a lake. Proccedings of the international congress of EWPCA,
Rome.

[Men 00] Ben Mena S., 2000. Introduction aux méthodes multicritères d’aide
à la décision, Biotechnol. Agron. Soc. Environ., 4, 2, 83-93.

158
Bibliographie

[Mos et Roy 77] Moscarola J., Roy B.,1977.Procédure automatique d’examen de


dossiers fondée sur une segmentation trichotomique en présence de
critères multiples, RARIO, 11, 2, 153-154.

[Mou et Slo 96] Moussou V., Slowinski R., 1996. Infering an ELECTRE TRI
model from assignemenrt examples, cahier du LAMSADE N° 40,
Univ. Raris Dauphine.

[Mur et Sug 89] Murofushi T. et Sugeno M., 1989. An interpretation of fuzzy


measure and the Choquet integral as an integral with respect to a
fuzzy measure, Fussy Sets and Systems, 29, 201-227.

[Per 98] Perny P., 1998. multicriteria filtering methods based on


concordance and non-discordance principles. Annals of operations
research.

[Pic 96] Pictet J., 1996. Dépasser l’évaluation environnementale, procédure


d’étude et insertion dans la décision globale. Collection Meta,
Presses Polytechnique et Universitaires Romandes, 1015,
Lausanne, Suisse.

[Roy 75] Roy B., 1975. Vers une méthodologie générale d’aide à la décision,
Metra, 14, 3, 459-497.

[Roy 81] Roy B., 1981. The optimisation problem formulation : criticism and
overstepping, The Jounal of the Operational Research Society, 32,
6, 427-436.

[Roy 85] Roy B., 1985. Méthodologie multicritère d’aide à la décision,


Economica, Paris.

[Roy et Bou 93] Roy B., Bouyssou D., 1993. Aide multicritère à la décision :
Méthodes et cas, Economica, Paris.

159
Bibliographie

[Roy 00] Roy B., 2000. Un glossaire d’Aide à la Décision en français et


anglais, Bulletin du Groupe de Travail Européen “Aide Multicritère
à la Décision, Série 3, nº1, 10 p.

[Ser 91] Serrano F., 1991. Aide multicritère à la décision en matière


d’économie d’énergie. Th. de doc., Univ. d’Aix-Marseille II,
France, 144 p.

[Sug 74] Sugeno M., 1974. Theory of fuzzy integrals and its applications.
Th. Doct., Institut de Technologie de Tokyo, Tokyo.

[The 96] Thériault M., 1996. Systèmes d’information géographique,


Concepts fondamentaux, Note de cours, LATIG, Département de
géographie, Univ. Laval, Québec, Note de documents de cours
numéros 12, 2e édition.

[Top et al 00] Top G., Boulemia C. et Henry E, 2000. Etude de faisabilité d’une
base de données urbaines. Collaboration entre la Communauté de
Communes du Béthunois et l’Université d’Artois, 1ière Rencontre
du Réseau Doctoral de Génie Civil, Aussois,30 jav.-2 fév. 2000,3p.

[Vin 92] Vincke Ph., 1992. Multicriteria Decision Aid, John Wiley & Sons,
England.

160