Vous êtes sur la page 1sur 1

Le nouveau Règlement Général de la Bourse de Casablanca

Introduction :
En vue de répondre aux évolutions du marché, La bourse des valeurs de Casablanca se dote
d’un nouveau règlement général, la mise en œuvre de ce règlement entre en vigueur avant
la fin de l’année 2019 s’inscrit dans le cadre de l’adoption de la loi n° 19-14 relative à la
Bourse des valeurs, aux sociétés de Bourse et aux conseillers en Bourse et ce, en étroite
collaboration avec la direction du Trésor et des finances extérieures et l’AMMC.
La mise en place de ce nouveau règlement s’inscrit dans le projet « Ambition 2021 » de la
Bourse de Casablanca, il va permettre entre autres d’introduire plusieurs nouveautés comme
par exemple les instruments financiers vont prendre la place des valeurs mobilières (titres de
capital, titres de créances, titres des organismes de placement collectif). De même, de
nouvelles notions telles que la définition de marchés (principal et alternatif) qui
comprennent chacun plusieurs compartiments dédiés à un type d’instruments, à un type
d’investisseurs ou en fonction de la taille, verront le jour.
Objectifs du nouveau règlement de la BVC :
Modernisation du marché boursier : La modernisation du marché boursier marocain figure
parmi les principaux objectifs de cette nouvelle version du règlement général de la BVC. Les
nouvelles dispositions lui donneront la possibilité d’ajuster les règles relatives à l’admission à
la cote des instruments financiers, à leur séjour et à leur radiation. Dans le même sens, le
nouveau règlement fixe les modalités d’admission et de séjour relatives à la nouvelle
organisation avec un marché principal et un marché alternatif, dédié aux titres émis par les
petites et moyennes entreprises. Le nouveau règlement offre également la possibilité de
coter les titres émis par les organismes de placement collectif tels que les OPCI et les ETF.
Améliorer la liquidité et permettre aux PME d’accéder à la Bourse : Trois dispositions
majeures de ce nouveau règlement ont été relevées par Karim Hajji, directeur général de la
BVC :
1) La première des choses à laquelle va contribuer le nouveau règlement général c’est
l’amélioration de la liquidité, le manque de liquidité est le point faible du marché des
capitaux. On dispose d’un marché qui est relativement développé par rapport à
l’économie nationale. Il représente 50% du PIB marocain mais c’est un marché qui
manque de liquide, ce qui a valu la perte du classement de marché émergent il y a
quelques années. Donc le nouveau règlement général permet indirectement
d’améliorer la liquidité au moins pour les nouvelles introductions en Bourse puisque
ce règlement instaure un minimum de liquidité, un minimum de flottant qui va de 10
à 25% selon la taille des entreprises.
2) Le deuxième élément concerne l’adaptation et la mise en adéquation avec les
produits et les besoins du marché à travers un dispositif réglementaire qui permet la
cotation des titres émis par exemple par les OPCI et les ETF.
3) Le troisième élément réside dans le fait que ce règlement général permet de faciliter
l’accès des PME à la Bourse de Casablanca à travers un marché alternatif qui est
dédié à ces entreprises.