Vous êtes sur la page 1sur 143

ECOLE NATIONALE VETERINAIRE D’ALFORT

ANNEE 2006

LA LAPAROSCOPIE BOVINE
DANS LE DIAGNOSTIC ET LE TRAITEMENT
DES DEPLACEMENTS DE CAILLETTE A
GAUCHE : INTERETS ET LIMITES.
PRESENTATION DE TECHNIQUES NOVATRICES
THESE
pour le

DOCTORAT VETERINAIRE
présentée et soutenue publiquement
devant

LA FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL


le
…………….

par

David, Moïse, Roland LECOEUR


Né le 21 avril 1980 à Béthune (Pas-de-Calais)

JURY
Président : M. …………..
Professeur à la Faculté de Médecine de Créteil
Membres
Directeur : M. Dominique REMY
Maître de conférences à l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort
Assesseur : M. Renaud MAILLARD
Maître de conférences à l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort
Invitée : Melle Bérangère RAVARY
Maître de conférences à l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort
A notre Président de Thèse,
Pour nous avoir fait l’honneur d’accepter la présidence de notre jury de thèse.
Hommage respectueux.

Au Docteur Dominique Rémy,


Qui a eu la gentillesse d’accepter la direction de nos travaux.
Hommage respectueux.

Au Docteur Renaud Maillard,


Qui nous a fait l’honneur de participer à notre jury.
Hommage respectueux.

Au Docteur Bérangère Ravary,


Pour son aide, sa disponibilité et sa compréhension.
Sincère reconnaissance.

Au Docteur Marie Babkine,


Pour son aide et pour nous avoir autorisé à reproduire certaines de ses photographies.
Sincère reconnaissance.
A Juliette,
Pour son amour et son aide de tous les instants, pour sa patience et sa tendresse.
Avec tout mon amour.

A mes parents et grands-parents,


Pour leur soutien et leur aide. Merci pour tout.

A mes sœurs Emilie et Aurélie,


Avec tout mon amour. Bon courage pour la suite.

A Matthieu,
Mon petit filleul dont la gaîté et la joie de vivre rayonnent autour de lui.

A tous mes amis dispersés en France, avec qui chaque moment partagé est un réel plaisir.
Merci.
SOMMAIRE

-1-
-2-
INTRODUCTION…………………………………….……………………...-12-

PREMIERE PARTIE :
Le déplacement de caillette à gauche : définition, épidémiologie, diagnostic,
thérapeutiques classiques

I] La caillette : rappels anatomo-physiologiques...........................................- 17 -

A) Rappels anatomiques ............................................................................................- 17 -


1) Situation anatomique normale chez la vache laitière..........................................- 17 -
a) Situation anatomique normale chez la vache laitière non gravide...............................- 17 -
b) Situation anatomique normale chez la vache laitière en fin de gestation ....................- 17 -
2) Rapports anatomiques de la caillette avec les autres viscères (figure 5)............- 20 -
3) Attaches et mobilité de la caillette .......................................................................- 20 -

B) Rappels physiologiques .........................................................................................- 21 -


1) Fonction sécrétoire ..............................................................................................- 21 -
2) Motricité...............................................................................................................- 21 -

II] Le déplacement de la caillette à gauche chez la vache laitière :


définition, historique et incidence ..................................................................- 22 -

A) Définition................................................................................................................- 22 -

B) Historique...............................................................................................................- 24 -

C) Incidence ................................................................................................................- 24 -

III] Le déplacement de la caillette à gauche chez la vache laitière :


étiopathogénie..................................................................................................- 24 -

A) Etiologie..................................................................................................................- 24 -
1) Facteurs prédisposant au déplacement de caillette à gauche .............................- 24 -
a) La race..........................................................................................................................- 24 -
b) L’âge............................................................................................................................- 25 -
c) La production laitière...................................................................................................- 25 -
d) La date de vêlage .........................................................................................................- 25 -
e) Les facteurs génétiques ................................................................................................- 26 -
f) Les maladies intercurrentes ..........................................................................................- 26 -
g) La saison......................................................................................................................- 27 -
h) L’alimentation .............................................................................................................- 27 -
2) Facteurs déclenchant le déplacement de caillette à gauche................................- 28 -
a) Théorie mécanique, anatomique ..................................................................................- 28 -
b) Théorie métabolique ....................................................................................................- 29 -

B) Conséquences des déplacements de la caillette ..................................................- 30 -

-3-
IV] Le déplacement de la caillette à gauche chez la vache laitière :
diagnostic clinique ..............................................................................................- 30 -

A) Anamnèse...............................................................................................................- 30 -

B) Examen clinique ....................................................................................................- 30 -


1) Examen général ...................................................................................................- 30 -
2) Examen spécifique da la cavité abdominale........................................................- 31 -
a) Inspection.....................................................................................................................- 31 -
b) Palpation ......................................................................................................................- 31 -
c) Percussion ....................................................................................................................- 31 -
d) Auscultation.................................................................................................................- 31 -

C) Diagnostic différentiel...........................................................................................- 31 -

D) Examens complémentaires ...................................................................................- 32 -

V] Le déplacement de la caillette à gauche chez la vache laitière :


thérapeutiques classiquement décrites ...........................................................- 33 -

A) Thérapeutiques non chirurgicales .......................................................................- 33 -


1) Traitement médical ..............................................................................................- 33 -
2) Technique du « Rolling » .....................................................................................- 33 -
3) Autres techniques proposées................................................................................- 34 -

B) Thérapeutiques chirurgicales non invasives .......................................................- 34 -


1) Technique chirurgicale d’abomasopexie percutanée par une suture..................- 34 -
2) Technique de Sterner et Grymer (« Roll and Toggle ») ou technique des
trocarts .....................................................................................................................- 35 -

C) Thérapeutiques chirurgicales invasives ..............................................................- 38 -


1) Omentopexie par le flanc droit ............................................................................- 38 -
2) Abomasopexie par le flanc droit ..........................................................................- 39 -
3) Abomasopexie par le flanc gauche ......................................................................- 39 -
4) Abomasopexie après double laparotomie............................................................- 41 -
5) Abomasopexie paramédiane ................................................................................- 41 -

VI] Avantages et inconvénients des différentes techniques chirurgicales ...- 41 -

A) Avantages et inconvénients des thérapeutiques chirurgicales non


invasives.......................................................................................................................- 41 -

B) Avantages et inconvénients des thérapeutiques chirurgicales invasives ..........- 43 -


1) Omentopexie et abomasopexie par le flanc droit ................................................- 43 -
2) Abomasopexie par le flanc gauche ......................................................................- 44 -
3) Abomasopexie après double laparotomie............................................................- 44 -
4) Abomasopexie paramédiane ................................................................................- 44 -

C) Comparaison des différentes techniques chirurgicales entre elles ...................- 45 -

-4-
DEUXIEME PARTIE :
Présentation de la laparoscopie : définition, histoire de la laparoscopie,
équipements requis, applications actuelles

I] Définitions ...................................................................................................- 51 -

A) Endoscopie .............................................................................................................- 51 -

B) Laparoscopie..........................................................................................................- 51 -

II] Histoire de la laparoscopie ........................................................................- 51 -

A) Les premiers pas de la laparoscopie....................................................................- 51 -

B) Des prémices de la laparoscopie à la laparoscopie moderne.............................- 55 -

C) Evolution de la laparoscopie animale..................................................................- 56 -

D) Evolution de la laparoscopie plus particulièrement dans l’espèce bovine.......- 58 -

III] Equipement nécessaire à la réalisation d’une laparoscopie ..................- 60 -

A) Le matériel d’insufflation.....................................................................................- 60 -
1) Considérations préalables sur le pneumopéritoine .............................................- 60 -
2) L’aiguille à pneumopéritoine...............................................................................- 60 -
3) L’insufflateur........................................................................................................- 63 -
a) Insufflateurs semi-automatiques ..................................................................................- 63 -
b) Insufflateurs électroniques automatiques ....................................................................- 63 -
c) Autres systèmes moins coûteux...................................................................................- 63 -
4) Le gaz ...................................................................................................................- 64 -

B) Les canules et les trocarts .....................................................................................- 64 -

C) Le système optique ................................................................................................- 65 -


1) Le laparoscope.............................................................................................................- 65 -
a) Principe du laparoscope ...............................................................................................- 65 -
b) Caractéristiques des laparoscopes................................................................................- 66 -
- Le système optique utilisé ........................................................................- 66 -
- L’axe de visée du laparoscope .................................................................- 67 -
- Le diamètre du laparoscope......................................................................- 68 -
- La longueur du laparoscope .....................................................................- 68 -
- L’angle de champ de vision .....................................................................- 68 -
- L’angle de champ optique apparent .........................................................- 68 -
- Le cercle oculaire .....................................................................................- 68 -
- Le canal opératoire ...................................................................................- 69 -
2) La source de lumière............................................................................................- 69 -
3) Les instruments chirurgicaux disponibles ...........................................................- 70 -

-5-
4) Le système de gestion de l’image.........................................................................- 70 -

IV] Applications modernes de la laparoscopie chez les animaux.................- 71 -

A) Chez les bovins ......................................................................................................- 71 -

B) Chez les équidés.....................................................................................................- 71 -

C) Chez les carnivores domestiques .........................................................................- 72 -

D) Chez les autres espèces .........................................................................................- 72 -

TROISIEME PARTIE :
Présentation de quatre techniques d’abomasopexie sous laparoscopie :
description des techniques chirurgicales, intérêts et limites de ces nouvelles
techniques

I] Préparation de l’animal ..............................................................................- 75 -

A) Diète hydrique .......................................................................................................- 75 -

B) Examen préopératoire ..........................................................................................- 75 -

C) Contention de l’animal .........................................................................................- 75 -


1) Contention de la vache debout.............................................................................- 75 -
2) Couchage de la vache et maintien en décubitus dorsal.......................................- 76 -

II] Les lieux de ponction : préparation et anesthésie ....................................- 77 -

A) Préparation des sites de ponction de la paroi abdominale ................................- 77 -

B) Anesthésie des sites de ponction de la paroi abdominale...................................- 77 -


1) Rappels anatomiques concernant la paroi abdominale.......................................- 77 -
2) Les différents types d’anesthésie envisageables ..................................................- 78 -
a) Anesthésie de la région du flanc par infiltrations locales ............................................- 78 -
- Infiltrations à distance du site de ponction...............................................- 78 -
b) Anesthésie paravertébrale............................................................................................- 79 -
- Anesthésie paravertébrale proximale .......................................................- 79 -
- Anesthésie paravertébrale distale .............................................................- 80 -

III] Préparation du matériel et du chirurgien ...............................................- 82 -

A) Le matériel chirurgical .........................................................................................- 82 -


1) Présentation du matériel nécessaire....................................................................- 82 -
2) Préparation du matériel.......................................................................................- 82 -

-6-
a) Stérilisation du matériel ...............................................................................................- 82 -
b) Préparation de l’environnement chirurgical ................................................................- 83 -

B) Préparation du ou des chirurgiens ......................................................................- 83 -

IV] Le pneumopéritoine..................................................................................- 83 -

A) Intérêts du pneumopéritoine................................................................................- 83 -

B) Les différentes étapes de l’instauration du pneumopéritoine ...........................- 84 -


1) Instauration du pneumopéritoine à l’aide d’une aiguille de Verres....................- 84 -
2) Instauration du pneumopéritoine sans avoir recours à une aiguille de
Verres .......................................................................................................................- 85 -

V] Présentation de quatre techniques d’abomasopexie sous laparoscopie ..- 86 -

A) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie décrite par Janowitz ...............- 86 -


1) Localisation anatomique des sites de ponction ...................................................- 86 -
2) Présentation du matériel nécessaire....................................................................- 87 -
3) Réalisation pratique de la technique d’abomasopexie sous laparoscopie
décrite par Janowitz .................................................................................................- 87 -
a) Premier temps : le bovin est en position debout ..........................................................- 87 -
- Mise en place du laparoscope...................................................................- 87 -
- Exploration de la cavité abdominale et confirmation du diagnostic ........- 88 -
- Mise en place du deuxième trocart...........................................................- 89 -
- Ponction de la caillette et mise en place de la navette de sécurité ...........- 90 -
b) Deuxième temps : le bovin est placé en décubitus dorsal....................................- 91 -
- Mise en place du laparoscope...................................................................- 91 -
- Exploration de la cavité abdominale ........................................................- 92 -
- Mise en place du deuxième trocart...........................................................- 92 -
- Réalisation de l’abomasopexie.................................................................- 92 -
- Fin de l’intervention .................................................................................- 94 -

B) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie par suture sur la vache en


décubitus dorsal en une seule étape selon Babkine et al.........................................- 95 -
1) Localisation anatomique des sites de ponction ...................................................- 95 -
2) Présentation du matériel nécessaire....................................................................- 95 -
3) Réalisation pratique de la technique d’abomasopexie sous laparoscopie par
suture sur la vache en décubitus dorsal en une seule étape.....................................- 96 -
a) Mise en place du laparoscope ......................................................................................- 96 -
b) Exploration de la cavité abdominale............................................................................- 96 -
c) Mise en place du deuxième trocart ..............................................................................- 96 -
d) Identification de la zone de fixation sur l’abomasum..................................................- 96 -
e) Mise en place du troisième abord chirurgical et préparation de la zone de
fixation au niveau de la paroi abdominale .......................................................................- 97 -
f) Réalisation de l’abomasopexie.....................................................................................- 97 -

C) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une seule étape sur la


vache debout (méthode décrite par Barisani)........................................................- 102 -
1) Localisation anatomique des sites de ponction .................................................- 102 -
2) Présentation du matériel nécessaire..................................................................- 102 -

-7-
3) Réalisation pratique de la technique d’abomasopexie sous laparoscopie en
une seule étape sur la vache debout d’après Barisani...........................................- 103 -
a) Mise en place du laparoscope ....................................................................................- 103 -
b) Exploration de la cavité abdominale et confirmation du diagnostic..........................- 103 -
c) Mise en place du deuxième trocart ............................................................................- 103 -
d) Ponction de la caillette et mise en place de la navette de sécurité.............................- 104 -
e) Réalisation de l’abomasopexie ..................................................................................- 104 -
f) Fin de l’intervention ...................................................................................................- 105 -

D) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une seule étape sur la


vache en décubitus dorsal à l’aide d’une navette ..................................................- 105 -
1) Localisation anatomique des sites de ponction .................................................- 105 -
2) Présentation du matériel nécessaire..................................................................- 106 -
3) Réalisation pratique de la technique d’abomasopexie sous laparoscopie en
une seule étape sur la vache en décubitus dorsal à l’aide d’une navette ..............- 106 -
a)Mise en place du laparoscope .....................................................................................- 106 -
b) Exploration de la cavité abdominale..........................................................................- 107 -
c) Mise en place du deuxième trocart ............................................................................- 107 -
d) Ponction de la caillette et mise en place de la navette de sécurité.............................- 107 -
e) Fin de l’intervention...................................................................................................- 107 -

VI] Complications des techniques d’abomasopexie sous laparoscopie ......- 108 -

A) Complications liées au pneumopéritoine ..........................................................- 108 -

B) Complications liées à la ponction de la paroi abdominale...............................- 109 -

C) Complications liées au décubitus dorsal ...........................................................- 109 -

D) Complications liées à la fixation de la caillette .................................................- 110 -

E) Complications liées au laparoscope ...................................................................- 110 -

VII] Evaluations des différentes techniques d’abomasopexie sous


laparoscopie...................................................................................................- 111 -

A) Evaluations de l’efficacité des différentes techniques......................................- 111 -


1) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie décrite par Janowitz................- 111 -
2) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie par suture sur la vache en
décubitus dorsal en une seule étape selon Babkine et al. ......................................- 112 -
3) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une seule étape sur la
vache debout (méthode décrite par Barisani) ........................................................- 113 -
4) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une seule étape sur la
vache en décubitus dorsal à l’aide d’une navette ..................................................- 113 -

B) Evaluations des durées moyennes pour chacune des techniques....................- 114 -


1) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie décrite par Janowitz................- 114 -
2) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie par suture sur la vache en
décubitus dorsal en une seule étape selon Babkine et al. ......................................- 114 -
3) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une seule étape sur la
vache debout (méthode décrite par Barisani) ........................................................- 114 -

-8-
4) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une seule étape sur la
vache en décubitus dorsal à l’aide d’une navette ..................................................- 114 -

VIII] Intérêts et limites des différentes techniques chirurgicales pour le


traitement des déplacements de la caillette à gauche chez la vache
laitière ............................................................................................................- 115 -

A) Intérêts et limites des différentes techniques chirurgicales réalisées sous


laparoscopie par rapport aux techniques traditionnelles de traitement des
déplacements de caillette à gauche .........................................................................- 115 -
1) Intérêts des techniques d’abomasopexie développées sous laparoscopie .........- 115 -
2) Limites des techniques d’abomasopexie développées sous laparoscopie..........- 116 -
3) Comparaison des techniques d’abomasopexie sous laparoscopie avec les
techniques d’abomasopexie traditionnelles ...........................................................- 117 -

B) Comparaison des techniques chirurgicales d’abomasopexie sous


laparoscopie .............................................................................................................- 119 -

CONCLUSION………………………………………….……………..………-125-

BIBLIOGRAPHIE………………………….………….…………………...…-129-

-9-
- 10 -
INTRODUCTION

- 11 -
- 12 -
La laparoscopie est une technique en plein essor dans le domaine de la médecine et de
la chirurgie des animaux. Cette technique non invasive est à la fois un outil diagnostique mais
aussi thérapeutique ; en effet, elle permet d’une part au praticien d’établir un diagnostic après
une rapide exploration de la cavité abdominale et d’autre part de réaliser certains gestes
chirurgicaux. Elle présente désormais de nombreuses applications chez diverses espèces.
Chez la vache laitière, cette technique connaît depuis peu un développement dans le
diagnostic et le traitement du déplacement de la caillette à gauche, affection actuellement très
fréquemment rencontrée dans les élevages et pouvant compromettre la rentabilité de la
campagne laitière par la chute de production entraînée. En 1998, Janowitz décrit la première
technique d’abomasopexie sous laparoscopie. Depuis cette date, trois autres techniques
chirurgicales ont été mises au point dans ce même objectif.

Cette étude a pour but de présenter ces quatre techniques d’abomasopexie sous
laparoscopie et de dégager leurs intérêts et leurs limites.

Après avoir rappelé les principales caractéristiques du déplacement de caillette à


gauche chez la vache laitière, nous l’envisagerons succinctement sous son aspect clinique et
diagnostique. Nous présenterons ensuite les thérapeutiques classiquement appliquées à cette
affection ainsi que leurs avantages et leurs inconvénients respectifs. Puis nous nous
intéresserons plus particulièrement à la technique de la laparoscopie avant de développer ses
récentes applications dans le diagnostic et le traitement des déplacements de caillette à
gauche. Nous détaillerons alors le mode opératoire de chacune de ces techniques ainsi que les
éventuelles complications rencontrées, avant de souligner leurs intérêts et leurs limites.

- 13 -
- 14 -
Première partie

Le Déplacement de caillette à gauche :

Définition
Epidémiologie
Diagnostic
Thérapeutiques classiques

- 15 -
- 16 -
I] La caillette : rappels anatomo-physiologiques
L’abomasum ou caillette, est le quatrième, soit le dernier des réservoirs gastriques
chez les bovins. Sa taille, sa topographie et sa participation à la digestion évoluent
énormément avec l’âge du bovin (du veau au bovin adulte). Chez le veau nouveau-né,
l’abomasum est le premier réservoir gastrique fonctionnel, mais aussi le plus volumineux des
quatre réservoirs gastriques avec un volume deux fois supérieur à celui du réticulo-rumen.
Dès que le veau consomme une alimentation solide, le réticulo-rumen prend une part active
dans la digestion alors que durant cette même période, sa taille augmente. Chez le bovin âgé
de huit semaines, l’abomasum et le réticulo-rumen présentent le même volume, mais vers
douze semaines, le réticulo-rumen est deux fois plus important que l’abomasum. Vers l’âge
d’un an et demi, tous les réservoirs ont atteint leur taille définitive et le volume de
l’abomasum ne représente plus que 8% du volume total des quatre réservoirs gastriques (126).

A) Rappels anatomiques

1) Situation anatomique normale chez la vache laitière

a) Situation anatomique normale chez la vache laitière non


gravide

Chez la vache laitière non gravide, la caillette est un organe piriforme, incurvé sur lui-
même, qui s’étend de l’orifice omaso-abomasal jusqu’au pylore, et dont le volume varie entre
7,5 et 20 litres. Elle est localisée sur le plancher abdominal, entre l’omasum et le rumen (125,
33, 16). Contournant ventralement l’omasum avec qui elle communique au niveau de son
extrémité crâniale (au niveau de la septième ou huitième côte), elle est située majoritairement
à droite dans la cavité abdominale à l’exception de sa dilatation crâniale (fundus) qui repose
sur la ligne blanche ou légèrement à sa gauche (125, 16). Elle se dirige ensuite caudalement et
à droite jusqu’au pylore se projetant au niveau du tiers ventral de la dixième ou onzième côte
environ (125) (figures 1, 2, 3).

b) Situation anatomique normale chez la vache laitière en


fin de gestation

En fin de gestation, l’utérus gravide exerce une pression sur la partie caudale de la
caillette, alors refoulée crânialement, dans le sillon ruminoréticulaire (109, 132). Le corps de
l’abomasum est également déplacé légèrement sur la gauche de la cavité abdominale (109)
(figure 4).

- 17 -
S.D.
C.D.
A.R.
Oe

C.V.
R.
S.V.
C.

Fig 1 : Vue latérale gauche (d’après 123)


Oe : œsophage ; S.D. : sac dorsal du rumen ; C.D. : cul-de-sac dorsal du rumen ; A.R. : atrium
du rumen ; S.V. : sac ventral du rumen ; C.V. : cul-de-sac ventral du rumen ;
R. : réseau ; C. : caillette

S.D.

C.D.
Oe
P.
L.V.
P.O.
C. F

L.P..

Fig 2 : Vue latérale droite (d’après 123)


S.D. : sac dorsal du rumen ; C.D. : cul-de-sac dorsal du rumen ; Oe : œsophage ; L.V. : lame
viscérale du grand omentum ; L.P. : lame pariétale du grand omentum ; P. : pylore ; C. :
caillette ; P.O. : petit omentum ; F. : feuillet

- 18 -
Réseau
Foie
Sternum
Omasum
Abomasum
Vésicule biliaire

Rumen
Intestins

Fig 3 : Vue ventrale des organes abdominaux


chez une vache non gestante (d’après 109)

Réseau
Foie
Abomasum
Omasum

Rumen
Intestins

Utérus

Fig 4 : Vue ventrale des organes abdominaux


chez une vache gestante (d’après 109)

- 19 -
2) Rapports anatomiques de la caillette avec les autres
viscères (figure 5)
La caillette située dans la fosse ommentale ou bourse épiploïque, est en rapport à
gauche avec le rumen et les anses intestinales à travers le feuillet profond du grand omentum
(le grand omentum, structure extensible, s’attache par son feuillet superficiel sur la caillette,
au niveau de la grande courbure), ventralement et à droite (face pariétale) avec la paroi
abdominale, dorsalement à droite avec le feuillet, dorsalement à gauche avec le sac ventral du
rumen et crânialement avec le réseau. Sur la petite courbure de la caillette, s’attache le petit
omentum qui rejoint également la surface viscérale du foie, la partie crâniale du duodénum et
la surface pariétale du feuillet (125).

3) Attaches et mobilité de la caillette


Malgré l’attache du petit et du grand omentum, la continuité avec le feuillet et le
duodénum ainsi que la pression exercée par les autres viscères abdominaux, la caillette reste
le réservoir gastrique le plus mobile (33). Simplement maintenu en place par des tissus assez
lâches et par la pression exercée par les différents organes qui l’entourent, le corps de la
caillette, souvent comparé à un hamac suspendu par ses extrémités fundiques et pyloriques,
est mobile autour d’un axe longitudinal (34). La présence du rumen caudalement tout comme
la présence du réseau crânialement limitent les déplacements de la caillette, ne permettant que
des déplacements latéraux. Le petit omentum moins extensible que le grand omentum, se
révèle cependant être un facteur limitant des déplacements de la caillette à gauche (125, 16).

Ca

R
D

P Re
A

Fig 5 : Rapports entre l’abomasum et les structures adjacentes (d’après 42)


A : abomasum, O : omasum, Re : reticulum, Ca : cardia, R : rumen, D : duodénum, P : pylore

- 20 -
B) Rappels physiologiques

1) Fonction sécrétoire
L’abomasum est le seul réservoir gastrique présentant une muqueuse glandulaire
capable de sécréter des substances indispensables à la digestion, substances telles que l’acide
chlorhydrique et des enzymes protéolytiques. La caillette joue un rôle comparable à l’estomac
des monogastriques(126, 125). Le pH intraluminal est maintenu autour d’une valeur de 3.0
grâce à une coordination entre les sécrétions et la vitesse de vidange de la caillette. Les
sécrétions sont relativement continues au cours de la journée, mais leur volume et leur acidité
sont régulés par un contrôle neuro-humoral local et systémique. La gastrine stimule la
sécrétion de pepsine et d’acide chlorhydrique ; la somatostatine diminue au contraire la
sécrétion de ces substances en diminuant la sécrétion de gastrine. Le volume et l’acidité des
sécrétions abomasales sont également réduites lorsque le pH du contenu abomasal ou
duodénal diminue ou lors de stimulation du nerf vague, mais sont au contraire augmentées
lors de distension du corps de l’abomasum, lors d’injection d’histamine, lors du passage
d’acide gras dans la lumière de l’abomasum ou lors de stimulation par des agents
parasympathicomimétiques comme l’atropine (125, 126).

2) Motricité
Des contractions péristaltiques des fibres musculaires lisses de la paroi de la caillette
naissant au niveau de son corps, chassent son contenu en direction du pylore (33). Cependant
ces contractions sont insuffisantes pour franchir le pylore, le franchissement du pylore n’étant
possible que grâce au péristaltisme d’origine antrale (à partir de l’antre pylorique) et à la
faveur de l’ouverture du pylore.

La motricité de la caillette est, comme sa fonction sécrétoire, dépendante d’une


régulation locale et systémique.
La motricité de la caillette peut être réduite par de nombreux facteurs tels qu’une
distension du duodénum, un repas riche en fibres, l’introduction d’acides gras volatils dans le
rumen (qui de plus, augmente la production de gaz dans la caillette), l’absorption d’histamine
par le rumen, un pH ruminal bas ou encore lors de distension abomasale importante ou
chronique (126). La motricité de la caillette est par contre accélérée lors d’un repas et jusqu’à
plusieurs heures après ce dernier (125). Le nerf vague joue également un rôle dans la
régulation de la motricité de la caillette en l’inhibant, mais son action ne semble pas
indispensable. En effet, lors de lésions de ce nerf, l’abomasum conserve une motricité
normale car localement d’autres mécanismes de contrôle compensent cette absence (125).
Les endotoxines, l’alcalose, la libération d’histamine, d’épinephrine ou de
prostaglandines I2, l’hyperinsulinémie et la douleur sont également associées à une diminution
de la motricité de la caillette. Il en est de même pour la cétose mais il est difficile de savoir si
la cétose est alors une cause ou une conséquence de l’hypomotilité de la caillette, ou juste une
maladie intercurrente (126).
L’hypocalcémie est une cause potentielle de ralentissement de la vidange stomacale et
du transit intestinal chez de nombreuses espèces. Cette dernière est d’ailleurs souvent
rencontrée en même temps qu’un déplacement à gauche ou à droite de la caillette. Cependant
l’hypomotilité abomasale induite expérimentalement par une hypocalcémie, nécessite toujours
une calcémie bien inférieure à celle observée chez les bovins atteints d’un déplacement de la
caillette (125, 126).

- 21 -
II] Le déplacement de la caillette à gauche chez la vache
laitière : définition, historique et incidence

A) Définition
Le corps de la caillette progresse vers la paroi costale gauche puis en arrière et
dorsalement vers le flanc gauche (figures 6 et 7). Elle progresse entre le rumen et la paroi
abdominale, dans le flanc gauche en région sous costale et peut déborder sous le creux du
flanc lors de dilatation importante. La topographie des organes avoisinants tels que l’intestin,
le grand et le petit omentum, le feuillet, le réseau, le rumen et le foie peut alors être modifiée à
des degrés variables suivant les organes (46). La partie crâniale du duodénum ainsi que le
feuillet et le foie sont tirés ventralement et vers la gauche (125). Le duodénum est étiré et
comprimé par le rumen (125, 126). Ce dernier est déformé, légèrement repoussé vers la paroi
abdominale droite ; des anses intestinales peuvent se loger entre le feuillet, le foie et la paroi
costale (16). Le grand omentum est retrouvé la plupart du temps entre le rumen et la caillette,
tandis que la petite courbure de l’abomasum et le petit omentum sont situés ventralement
(132, 16). Le déplacement de caillette à gauche s’accompagne d’un ralentissement du transit
digestif et non d’une obstruction gastro intestinale complète (32).

F
C
R

Fig 6 : Déplacement de la caillette à gauche (d’après 120)


C : caillette ; R : rumen : F : foie

- 22 -
13ème côte
Abomasum déplacé à gauche
Rumen (sac dorsal)
A B Rumen

Diaphragme Abomasum Foie


déplacé à gauche

Vésicule
biliaire

Rate

Réseau
Grand
omentum

Petit omentum ligne de section


(B) Duodénum
descendant

Fig 7 : Déplacement de la caillette à gauche (d’après 81)


A : vue latérale gauche ; B : coupe transversale
B) Historique
Le premier cas de déplacement de la caillette a été diagnostiqué et décrit en 1898 par
Carougeau et Preston chez un veau de huit jours présentant un volvulus de la caillette. Les
premiers déplacements de la caillette chez un bovin adulte furent décrits en 1928, mais il
s’agissait là encore de volvulus de la caillette (46, 24).

Ce n’est qu’en 1950 que le premier cas de déplacement de la caillette à gauche chez
une vache fut publié par Begg (46, 23, 24, 94, 9). En 1954, Moore affirme qu’il a rencontré
son premier cas de déplacement de caillette en 1948 (24). Jones décrit en 1952 un
déplacement de caillette à gauche chez un veau de trois mois (46). Depuis cette période, de
nombreux articles ont été rédigés et de nombreuses études menées pour tenter d’expliquer
cette affection dont la fréquence a considérablement augmenté avec l’élevage laitier intensif
(9).

C) Incidence
Le déplacement de la caillette à gauche est actuellement l’une des principales causes
de recours à la chirurgie dans les élevages laitiers modernes ; il présente une incidence variant
de 0,35% à 4,4% sur l’ensemble des populations bovines étudiées (126, 46, 94), et atteignant
parfois jusqu’à 15% dans certains élevages (126), voire même 20% d’après certains auteurs
(131).
Le déplacement de la caillette à gauche est rencontré dans tous les pays du monde
comme l’avait déjà constaté Robertson (109, 24), mais il est beaucoup plus fréquemment
diagnostiqué dans les pays qui pratiquent l’élevage intensif. Sa fréquence est même en
constante augmentation dans ces pays (46).

Le déplacement de la caillette à gauche est la plus commune des anomalies de position


de la caillette, représentant entre 85% et 95,8% de l’ensemble des déplacements (125, 126,
32).

III] Le déplacement de la caillette à gauche chez la vache


laitière : étiopathogénie

A) Etiologie

1) Facteurs prédisposant au déplacement de caillette à


gauche

a) La race

Des prédispositions raciales au déplacement de caillette à gauche ont été proposées


chez la Holstein, la Guernesiaise et la Ayshire (131, 46). Mais tous les auteurs ne sont pas
d’accord à ce sujet (126, 124). Les Guernesiaises sembleraient plus fréquemment affectées
que les Holsteins, elles-même l’étant plus que les Ayshires (29, 46, 16).

- 24 -
b) L’âge

Un déplacement de caillette à gauche peut être diagnostiqué sur un animal de tout âge
(46) ; cependant, le risque de développer un déplacement de caillette à gauche augmente avec
l’âge de l’animal (126, 29, 46, 84, 131), avec le nombre de gestations (84). Chez la vache
laitière, il est le plus élevé entre 4 et 7 ans (126, 29, 46, 94). Bien qu’une fréquence
importante de déplacement de caillette à gauche soit rapportée suite au premier vêlage (24,
131), la plupart des auteurs s’accordent sur le fait qu’elle augmente entre le quatrième et le
sixième vêlage (24).

c) La production laitière

La relation entre la production laitière et les déplacements de caillette à gauche a fait


l’objet de nombreuses études dont les conclusions divergent (46).
Dès que les premiers cas furent diagnostiqués, de nombreux auteurs ont très
rapidement suggéré que plus le niveau de production laitière d’une vache était important, plus
le risque qu’elle présente un déplacement de caillette à gauche était élevé (52). Mais ensuite,
des études n’ont pas retrouvé cette corrélation entre la fréquence des déplacements de la
caillette à gauche et le niveau de production laitière des élevages étudiés. En 1978, Martin et
al. affirment déjà que les vaches laitières fortes productrices ne sont pas plus sujettes à
souffrir d’un déplacement de caillette à gauche que les vaches aux performances laitières
inférieures (83). Selon Geishauer, Dohoo et al., Pehrson et Shaver, Robb et al. n’observent
aucune différence en terme de production laitière entre les élevages qui présentent une
fréquence de déplacement de caillette à gauche élevée et ceux pour lesquels cette fréquence
est basse (46). Erb et Grohn affirment qu’il est improbable qu’une production laitière élevée
soit un facteur de risque pour un déplacement de caillette à gauche (24), Constable aboutit à la
même conclusion en 1996 (46).
D’après Geishauser, c’est la production laitière de l’élevage et non les performances
individuelles d’une vache, qui est un facteur de risque pour les déplacements de la caillette à
gauche, ce qui est alors à relier à la conduite d’élevage et notamment à l’alimentation (46).

d) La date de vêlage

Tous les auteurs s’accordent sur le fait que les déplacements de caillette à gauche sont
le plus souvent diagnostiqués dans la période qui suit immédiatement le vêlage (46, 108, 124,
125, 131). 57% des cas sont rencontrés dans les deux premières semaines qui suivent le
vêlage, 80,2% dans le mois qui suit (46) et entre 85 et 91% dans les six premières semaines
post partum (126, 29). Cette proximité avec le vêlage est encore plus manifeste dans l’étude
de Pinset où 64,3% des cas de déplacement de la caillette à gauche sont rencontrés dans la
première semaine qui suit le pars , et 11% entre la première et la quatrième semaine (98, 24).
Selon Breukink, Erb et Grohn ont chiffré le risque pour une vache laitière de race Holstein de
présenter un déplacement de caillette à gauche dans les 21 premiers jours qui suivent la mise
bas, à 1,1% (24).

Bien que 92,1% des déplacements de caillette à gauche sont diagnostiqués chez des
vaches non gestantes, ils peuvent bien sûr également survenir durant la gestation (46, 29).
Mais alors, leur fréquence n’est pas plus élevée au cours du troisième trimestre de gestation
qu’elle ne l’est au deuxième trimestre : Constable affirme alors que la fin de gestation
n’apparaît pas être un facteur prédisposant au déplacement de caillette (29, 46).

- 25 -
e) Les facteurs génétiques

Des études de lignées ont mis en évidence une fréquence plus importante de
déplacement de caillette à gauche au sein de certaines lignées de taureaux (24). De plus, en
pratique, des troupeaux soumis à une conduite d’élevage très similaire, présentent des
fréquences de déplacement de la caillette très différentes laissant suggérer qu’une composante
génétique pourrait être impliquée (16). D’après Van Winden, Geishauser et al. (1996) et Uribe
et al. (1995) rapportent respectivement une héritabilité égale à 0,24 et 0,28. Cependant, les
études de Van Dorp et al. (1996) ne parviennent pas à confirmer ces résultats (131).

De nombreux auteurs suggèrent que le phénotype peut jouer un rôle important dans le
développement des déplacements de caillette à gauche, les cavités abdominales volumineuses
étant plus propices au déplacement de l’abomasum par l’espace vacant (29, 126).

f) Les maladies intercurrentes

Au moment où le déplacement de caillette à gauche est diagnostiqué, l’animal présente


très fréquemment une ou plusieurs autres maladies (46). Constable et al. retrouvent cette
constatation dans 53,6% des cas de déplacement de caillette à gauche (29). Mais d’après
Trent, ce taux atteint plutôt des valeurs comprises entre 65 à 74% avec des maladies telles que
les métrites, les mammites, la cétose, l’hypocalcémie (125). Dans 13% de ces cas, plusieurs
maladies sont diagnostiquées en même temps que le déplacement de caillette à gauche ;
d’autres auteurs retrouvent cette situation dans 44,1% des cas (126).

D’après de nombreuses études, la cétose et les métrites sont alors les maladies les plus
souvent retrouvées ce qui est souvent expliqué par la proximité avec le vêlage dans de
nombreux cas de déplacements de la caillette à gauche (126, 29, 125). Selon Geishauser, les
maladies les plus fréquemment associées au déplacement de la caillette à gauche sont les
maladies touchant le foie (avec la cétose et la stéatose hépatique) ainsi que les maladies
touchant la paroi abomasale (érosions de la muqueuse abomasale, les ulcères de la caillette,
les oedèmes et dégénérescences des muscles, les adhérences de la caillette à la paroi
abdominale ou à des organes voisins) ; viennent ensuite seulement les maladies touchant
l’appareil reproducteur (métrite, rétention placentaire, mammite) et d’autres maladies telles
que l’impaction de la caillette, la dilatation et le déplacement du caecum, les péritonites (46).
Selon Breukink, une vache présentant une cétose a plus de 39 fois plus de risque de
développer un déplacement de caillette à gauche qu’une vache sans cétose (24, 46). La cétose
et le déplacement de caillette à gauche semblent très liés ; l’acétonémie est beaucoup plus
fréquente dans les cheptels présentant des cas de déplacement de la caillette à gauche que
dans ceux où aucun déplacement de la caillette n’a été diagnostiqué (46). La cétose peut être
primaire ou secondaire au déplacement de caillette à gauche (46).

Selon Geishauser, les métrites, la mortinatalité et la gémellité sont des facteurs de


risque au déplacement de caillette à gauche alors que la mammite ne semble pas en être un
(46). Pour certains auteurs, la rétention placentaire est un facteur de risque mais cet avis est
discuté par d’autres (46).

La motricité de la caillette étant dépendante de la calcémie, de nombreux auteurs


affirment que l’hypocalcémie subclinique est un facteur de risque du déplacement de caillette.
Les relations entre l’hypocalcémie et les déplacements de la caillette ont été étudiés mais les

- 26 -
résultats de ces études se sont avérés décevants : l’hypocalcémie au moment du pars est
assimilée à un facteur de risque pour le déplacement de la caillette (46). Toutefois, certains
auteurs avancent le fait qu’une hypomotilité abomasale peut certes être induite
expérimentalement par une hypocalcémie mais cette hypocalcémie est toujours plus sévère
que celle qui a pu être retrouvée cliniquement (125). La fièvre vitulaire est quant à elle, selon
les auteurs, considérée ou non comme un facteur de risque (46).

g) La saison

Pinset a été le premier à mettre en évidence une variation de la fréquence des


déplacements de la caillette à gauche en fonction de la saison (après correction pour que les
dates de vêlage n’influencent pas les résultats de son étude) : la majorité des cas de
déplacement de caillette à gauche se produit d’octobre à avril, lorsque les vaches laitières ne
sont pas mises à l’herbe (98, 24, 32, 109). Cependant, quelques études sont en désaccord avec
ces résultats et concluent à l’absence d’influence de la saison sur la fréquence des
déplacements de caillette à gauche (24), la distribution des cas de déplacement de la caillette
entre les différentes saisons variant selon la région étudiée et selon l’année (46).

h) L’alimentation

Pour tous les auteurs, l’alimentation est un facteur de risque majeur pour les
déplacements de caillette. Peu de temps après la découverte des premiers cas de déplacements
de la caillette, certains suggéraient déjà que l’augmentation de la fréquence de ce trouble est
liée à une utilisation de plus en plus importante des concentrés dans les rations alimentaires
(24).

L’augmentation de la fréquence des déplacements de caillette à gauche à certaines


saisons a également été attribuée à des erreurs dans la conduite alimentaire (46).

La fréquence élevée des déplacements de caillette dans les élevages à forte production
laitière est due aux conduites alimentaires spécialement adaptées aux vaches laitières hautes
productrices. Celles ci visent à obtenir un pic de lactation le plus précoce et le plus élevé
possible ; un programme alimentaire spécifique est alors nécessaire pour permettre à ces
animaux d’exprimer leur potentiel génétique (46). Autour du vêlage, d’importants
changements alimentaires surviennent tant dans la composition que dans le volume de la
ration ingérée, la vache laitière passant d’une alimentation presque exclusivement constituée
de fourrage à une alimentation très riche en concentrés (131). Des précautions importantes
doivent alors être prises à la fois avant le vêlage mais aussi après celui-ci, tant sur le point de
la conduite alimentaire (périodes de transition alimentaire) que sur la qualité des aliments
distribués. Si l’éleveur n’en tient pas compte, de nombreuses maladies peuvent suivre le
vêlage : la fièvre vitulaire, la rétention placentaire, la cétose, la stéatose hépatique, … mais
aussi les déplacements de la caillette (46).

L’influence de l’alimentation sur la fréquence des déplacements de la caillette a été


étudiée durant le tarissement, mais les auteurs ne parviennent pas aux mêmes conclusions.
Pour certains, une augmentation de la fréquence des déplacements de la caillette durant les
derniers mois de gestation est observée lorsque les vaches ingèrent beaucoup de concentrés et
que le taux de matière sèche ingérée diminue (32, 46, 109, 131), tandis que d’après
Geishauser, Curtis et al. affirment que la distribution d’une ration riche en énergie durant les

- 27 -
trois dernières semaines de gestation diminue le risque de déplacement de la caillette (24, 46).
Les changements alimentaires brutaux avant le vêlage en vue de la future lactation
prédisposent aux déplacements de la caillette (46, 131). Geishauser conseille alors de
distribuer aux vaches taries une alimentation qui correspond à leurs besoins et fonction de leur
état corporel. Les vaches doivent recevoir une ration peu énergétique pendant la première
moitié de la période de tarissement puis des concentrés peuvent être ajoutés dans les trois à
quatre semaines précédant le vêlage (46).

Une faible quantité de fourrage ingérée, un fourrage de mauvaise qualité, un fourrage


trop fin, un faible taux de cellulose brute dans la ration sont autant de facteurs qui
prédisposent au déplacement de la caillette (109, 24, 46, 131).

Les rations riches en concentrés favorisent l’apparition des déplacements de la caillette


(32, 34, 109, 46, 131). Plus la quantité d’ensilage de maïs ingérée est importante, plus le
risque de développer un déplacement de caillette est élevé. Mais une augmentation de la
fréquence des déplacements de la caillette est également observée lorsque la quantité de
grains, de pulpes ou de sous-produits de brasserie ingérée augmente (46). Les rations riches
en protéines et en matière grasse sont associées à un fort risque de déplacement de caillette
(24, 131).

La composition et la teneur en vitamines, minéraux et oligoéléments dans la ration


alimentaire ont peu d’influence sur la survenue des déplacements de la caillette (46).

2) Facteurs déclenchant le déplacement de caillette à


gauche

a) Théorie mécanique, anatomique

Première théorie a avoir été proposée pour expliquer la survenue des déplacements de
caillette à gauche, elle est maintenant jugée insuffisante par la plupart des auteurs (29).
En 1950, la théorie défendue par Begg et Whiteford est la suivante. L’utérus gravide soulève
le rumen et pousse la caillette crânialement et sur la gauche ; suite au vêlage, le rumen
regagne le bas de la cavité abdominale et piège ainsi la caillette, l’empêchant de reprendre sa
place anatomique normale. Les gaz et l’ingesta vont alors s’accumuler dans la caillette qui va
se dilater (13, 24, 32, 46, 109).

Cette théorie est confortée par le fait qu’une gestation gémellaire multiplie par 3,25 le
risque de déplacement de caillette (24). Cependant cette théorie n’explique pas la survenue
des déplacements de la caillette chez les veaux et chez les bovins mâles, ni celle observée lors
du deuxième ou troisième trimestre de gestation (24, 46). En outre, avec cette seule théorie, il
est difficile de comprendre de quelle manière les maladies concomitantes, les désordres
métaboliques et les facteurs nutritionnels peuvent favoriser l’apparition du déplacement de
caillette à gauche (24).

Selon certains auteurs, l’augmentation de la fréquence des cas de déplacements de la


caillette peut s’expliquer par la sélection génétique qui favorise les vaches de grande
conformation (afin d’augmenter leur capacité d’ingestion). La cavité étant alors plus
volumineuse, la caillette se déplace alors beaucoup plus facilement (32). Cette observation est

- 28 -
également valable lorsque le volume ruminal diminue (peu de fourrage ingéré, fin de
gestation, maladies concomitantes).

Geishauser cite également d’autres facteurs mécaniques qui jouent un rôle mineur dans
l’apparition d’un déplacement de la caillette mais qui sont tout de même susceptibles d’y
contribuer ; selon lui, ces facteurs sont : les difficultés à rester debout, le fait que le bovin soit
couché sur son côté droit, le fait de rouler l’animal pour des raisons thérapeutiques, le
chargement d’un animal dans un véhicule de transport et son transport, les contractions
utérines lors de la délivrance, le pincement du pylore ou du duodénum (46).

b) Théorie métabolique

L’atonie abomasale est alors un prérequis au déplacement de la caillette (24, 32, 34,
46), tous les auteurs partagent désormais cet avis (24, 25, 46). L’atonie ou l’hypotonie
abomasale entraîne une dilatation de l’organe par l’accumulation de gaz, dilatation qui
précède son déplacement (24, 29, 46). Les études expérimentales de Dirksen ont confirmé le
bien fondé de cette théorie en aboutissant à la conclusion suivante : la dilatation de la caillette
est indispensable à son déplacement mais cette dilatation n’est possible que lorsque la
motricité de l’organe est altérée (46).

Les causes d’atonie de la caillette comprennent : l’hypocalcémie, les décharges


d’histamine, l’endotoxémie, l’alcalose, l’hyperinsulinémie, l’acidification duodénale,
l’hypergastrinémie, les prostaglandines, l’épinéphrine et éventuellement l’augmentation de la
concentration abomasale en acides gras volatils (24, 29, 32, 34, 125).

Par cette théorie, il est possible d’expliquer la relation entre les déplacements de la
caillette à gauche et certaines maladies concomitantes telles que les métrites, les rétentions
placentaires et les mammites qui s’accompagnent fréquemment d’une alcalose et d’une forte
concentration plasmatique en endotoxine, histamine et épinéphrine, causes d’atonie
abomasale (29).

Trent cite des facteurs supplémentaires qui influencent la motricité de la caillette et la


production de gaz ; elle est diminuée par les facteurs alimentaires tels que les rations riches en
concentrés ou au contraire pauvres en cellulose brute, les rations riches en ensilage de maïs ou
en protéines et en matière grasse ainsi que l’introduction rapide de concentrés dans la période
autour du vêlage (125).

Espinasse émet également l’hypothèse qu’une atonie de la caillette pourrait être


secondaire à une inhibition motrice d’origine réflexe qui serait secondaire à des phénomènes
douloureux en région pyloro-duodénale tels que les ulcères de la caillette (34).

- 29 -
B) Conséquences des déplacements de la caillette
Comme nous l’avons déjà indiqué lorsque nous avons traité de la physiologie de la
caillette, les cellules bordantes de l’abomasum sécrètent de l’acide chlorhydrique et libèrent
en même temps des ions bicarbonates dans le sang. Afin de maintenir l’équilibre acido-
basique sanguin, les ions chlorures sont réabsorbés en échange des ions bicarbonates dans
l’intestin grêle. Or, du fait du ralentissement important du transit lors de déplacement de la
caillette à gauche, les ions chlorures sont piégés dans la caillette et la concentration sanguine
en bicarbonates augmente donc. Une alcalose métabolique s’installe donc suite à cette
hypochlorémie. Généralement, celle-ci est modérée et facilement compensée par l’animal
(124). L’alcalose peut alors apparaître comme une cause mais aussi une conséquence du
déplacement de la caillette.

IV] Le déplacement de la caillette à gauche chez la vache


laitière : diagnostic clinique

A) Anamnèse
L’animal est généralement présenté en période péripartum pour une production laitière
nettement inférieure à celle attendue ou pour une chute de la production laitière associée à une
baisse de l’appétit, un appétit variable ou une anorexie intermittente (109, 34, 98, 13, 126,
125, 79). Certains auteurs signalent un appétit sélectif : la quantité de concentrés ingérée est
considérablement diminuée alors que le bovin continue de manger du fourrage (109, 125, 126,
34, 79) ; cependant, on ne retrouve pas ce trouble du comportement alimentaire chez toutes
les vaches atteints de déplacement de la caillette à gauche (126). Généralement l’éleveur
rapporte également une maladie concomitante (métrite, rétention placentaire, mammite, … ).
De plus, un amaigrissement est souvent constaté (98, 34).

Les défécations sont rares et molles (34, 126, 125) mais Laval décrit également des
bouses plutôt sèches (79). Elles peuvent être plus sombres qu’habituellement (126).

B) Examen clinique

1) Examen général
La température corporelle, la fréquence cardiaque ainsi que la fréquence respiratoire
sont situées dans la fourchette des valeurs normales (13). L’observation à distance peut mettre
en évidence un amaigrissement.

- 30 -
2) Examen spécifique da la cavité abdominale

a) Inspection

A l ‘inspection, en fonction du degré de dilatation abomasale, la paroi abdominale peut


paraître tendue le long de l’hypocondre gauche, quelquefois immédiatement en arrière de la
dernière côte dans le creux du flanc (34, 13, 79).

b) Palpation

Au cours de la palpation de la fosse sous-lombaire gauche, une tension peut être


détectée dans sa partie crâniale (13).

c) Percussion

Lorsqu’elle est réalisée seule, la percussion apporte peu d’information si le vétérinaire


n’y est pas habitué (33). D’après Begg et Whiteford, la percussion seule peut mettre en
évidence une zone de résonance limitée caudalement par le rumen et qui rejoint crânialement
la cavité thoracique (13).

d) Auscultation

Lors de l’auscultation du flanc gauche, les bruits de contraction ruminale sont rares et
entendus surtout en partie caudale car lors de son déplacement, la caillette se glisse entre la
paroi abdominale gauche et le rumen (34, 79). Des bruits hydro-aériques qui correspondent
aux mouvements des liquides dans l’atmosphère gazeuse de la caillette, peuvent être perçus
lors d’une auscultation prolongée (supérieure à cinq minutes) dans la zone thoracoabdominale
gauche. Ils sont entendus isolés ou en courtes salves (34).

Le vétérinaire peut se dispenser d’une auscultation aussi longue en réalisant


simultanément une auscultation percussion au niveau de cette zone. Des chiquenaudes sont
données sur la paroi abdominale ou sur le plat de côte, autour de la capsule du stéthoscope
posée sur la paroi ou au niveau des espaces intercostaux (34). Des sons métalliques clairs
(« ping ») sont alors entendus dans la zone de projection de la caillette déplacée, zone centrée
sur les dernières côtes et sur une ligne passant par le coude et le tuber coxae (125, 126). Ce
bruit caractéristique est également audible lors de l’auscultation succussion.

Le diagnostic de déplacement de la caillette est relativement aisé ; les éléments de


l’anamnèse associés aux résultats de l’examen spécifique de la cavité abdominale (et
notamment l’auscultation-percussion) suffisent souvent pour poser le diagnostic.

C) Diagnostic différentiel
Le diagnostic différentiel inclut l’acétonémie, la réticulo-péritonite traumatique, la
péritonite (localisée ou généralisée), l’atonie du rumen, les ulcères de la caillette et le
pneumopéritoine. Lors de pneumopéritoine ou lorsque le tympanisme provient du rumen qui
est dilaté par des gaz, la zone où sont audibles les bruits métalliques lors de l’auscultation-

- 31 -
percussion s’étend plus dorsalement et plus caudalement dans le flanc gauche que lors d’un
déplacement de la caillette (125, 126). De plus, lors de pneumopéritoine, le tympanisme est
également retrouvé au niveau du flanc droit. Pour éliminer avec certitude une dilatation
aérique du rumen, le vétérinaire recourt à la palpation transrectale pour vérifier si les sacs
ventral et dorsal du rumen sont ou non dilatés par des gaz (108). Par palpation transrectale, il
est très rare de pouvoir palper la caillette dilatée et déplacée, mais le vétérinaire peut alors
palper le rumen déplacé vers la paroi abdominale droite (126).

D) Examens complémentaires
Un examen biochimique sanguin peut mettre en évidence une hypochlorémie, une
hypokaliémie, une alcalose métabolique, une acétonémie, une hyperglycémie importante
(126, 124).

Lorsqu’un doute persiste entre un déplacement de la caillette et une dilatation du


rumen malgré la palpation transrectale, il est possible de réaliser une paracentèse abdominale
(126, 125, 108, 33). Après avoir repéré la zone de tympanisme grâce à l’auscultation
percussion, une aiguille y est implantée. L’odeur du gaz qui peut se dégager alors, peut nous
donner des premières informations : une odeur purulente évoque la présence d’un abcès en
formation ou d’une péritonite associée à un pneumopéritoine (126). Une seringue est montée
sur l’aiguille et le vétérinaire tente de ponctionner un liquide. Le pH du liquide de ponction
permet de déterminer la nature de l’organe ponctionné. Un pH inférieur a 3,5 confirme le
diagnostic de déplacement de la caillette à gauche, tandis qu’un pH supérieur à 5,5 suggère
que le tympanisme est d’origine ruminale (126, 108, 79). Cependant, cet examen
complémentaire est déconseillé notamment lorqu’une chirurgie est envisagée ensuite, car elle
présente des risques de contamination de la cavité péritonéale par le contenu de la lumière de
l’organe ponctionné (125, 126).

L’échographie, technique d’imagerie médicale de plus en plus disponible, peut


également s’avérer utile pour confirmer le diagnostic (126). La laparoscopie présente
également un intérêt diagnostic, il sera discuté plus longuement dans la suite de cette étude.

Enfin, la laparotomie exploratrice permet de confirmer le déplacement de la caillette à


gauche en visualisant ou en palpant l’organe déplacé.

Cependant, en pratique, l’anamnèse et l’examen clinique suffisent généralement à


poser le diagnostic.

- 32 -
V] Le déplacement de la caillette à gauche chez la vache
laitière : thérapeutiques classiquement décrites

A) Thérapeutiques non chirurgicales

1) Traitement médical
Le traitement médical vise essentiellement à restaurer une motricité correcte à la
caillette afin qu’elle expulse le gaz qu’elle contient (126). Il comprend la correction des
troubles électrolytiques et métaboliques (traitement de l’hypocalcémie, des troubles de la
kaliémie, de la déshydratation, des troubles acido-basiques, de l’acétonémie), l’administration
d’agents parasympathomiméthiques et des molécules utilisées pour le traitement des maladies
concomitantes (126).

Cependant avec un traitement médical seul, le taux de succès thérapeutique est très
faible, estimé à moins de 5% (126) ; Espinasse affirme même que les succès thérapeutiques
obtenus avec le seul traitement médical interviennent après de faux diagnostics ou
correspondent à des cas de guérison spontanée (34). Le recours à ce traitement médical seul
est donc inenvisageable, par contre il est utile en complément d’une méthode de correction
chirurgicale du déplacement afin d’accélérer la récupération de l’animal (126, 125).

2) Technique du « Rolling »
Après une diète de 36 à 48 heures, la vache est couchée sur son côté droit, puis placée
en décubitus dorsal à l’aide de cordes. Son abdomen est alors vigoureusement massé afin de
faciliter le replacement de la caillette en position physiologique sur la ligne blanche tandis que
la vache est balancée en suivant un arc de cercle de 90° pendant quelques minutes. Elle est
ensuite basculée en décubitus latéral gauche, avant qu’elle ne se replace en décubitus sternal.
Cette technique repose sur la capacité qu’a la caillette dilatée (beaucoup moins dense que le
rumen) à retrouver sa place physiologique lorsque le bovin est placé en décubitus dorsal.
Pour faciliter son repositionnement, la caillette peut subir une paracentèse alors que l’animal
est en décubitus dorsal. Lors du passage au décubitus latéral gauche, le rumen glisse le long
de la paroi abdominale gauche et bloque la caillette dans la partie droite de la cavité
abdominale (125, 126).

Les avantages de cette méthode sont : sa simplicité et sa rapidité, son faible coût et
l’absence de matériel spécifique, son caractère peu choquant pour la vache (125).

Cependant, cette technique présente également de nombreux inconvénients, le


principal étant son faible taux de guérison à long terme. De ce fait, cette technique n’est
aujourd’hui quasiment plus utilisée. En effet, cette technique permet de replacer la caillette
mais ne la fixe pas, jusqu’à 75% de récidives sont décrites (68, 24, 126, 49, 111, 23). De plus,
cette technique est contre-indiquée au cours du dernier trimestre de gestation du fait des
risques importants d’avortement et de torsion utérine. Certains auteurs décrivent des cas de
volvulus de la caillette suite à des tentatives de correction de déplacements de la caillette à
gauche par la technique du « rolling ». Ils conseillent de procéder lentement lors de « rolling »
afin de laisser le temps au gaz de s’échapper de l’abomasum (68, 24). En outre, à l’issue du

- 33 -
« rolling », le praticien n’a aucune confirmation que la caillette a bien repris sa position
anatomique ; cette technique est inefficace lors d’adhérences concernant la caillette , elle peut
même alors s’avérer très dangereuse car elle peut conduire à une rupture de la paroi
abomasale suivie d’une péritonite fatale (125, 126). Enfin, avec cette technique en aveugle,
aucune exploration de la cavité abdominale n’est réalisée et le praticien n’obtient aucun
renseignement sur l’aspect des différents organes abdominaux et sur la présence d’éventuelles
lésions. Trent indique que cette technique ne doit être utilisée que dans le but d’obtenir une
correction temporaire du déplacement de la caillette en attendant de pouvoir entreprendre une
autre technique ou de pouvoir abattre l’animal du fait d’un temps d’attente à respecter (125,
126).

3) Autres techniques proposées


D’autres techniques telles que la mise à la diète totale (13, 98, 126), une alimentation riche
en fibres, l’exercice forcé ou le transport de l’animal, ont été proposées. Cependant, même
si elles peuvent faire disparaître les symptômes temporairement, elles se sont révélées très
peu efficaces à long terme (126).

Du fait des forts taux de récidive qui accompagnent ces techniques, ces dernières sont la
plupart du temps abandonnées au profit de techniques chirurgicales qui permettent la fixation
de la caillette en plus de son repositionnement, assurant ainsi des taux de guérison nettement
supérieurs (compris entre 83,5 et 95% ) (122, 51, 98).

B) Thérapeutiques chirurgicales non invasives


Une technique chirurgicale est qualifiée de non invasive lorsque l’abord chirurgical
nécessite une incision dont la taille est insuffisante pour que le chirurgien puisse y passer la
main. Deux techniques chirurgicales non invasives sont classiquement décrites.

1) Technique chirurgicale d’abomasopexie percutanée


par une suture
La veine mammaire droite est repérée, puis l’aire entre cette dernière et la ligne
médiane est rasée. La vache est ensuite couchée sur son côté droit puis en décubitus dorsal.
Après un pétrissage vigoureux de l’abdomen, la caillette reprend sa place anatomique contre
la paroi abdominale ventrale (figure 8). La zone de tympanisme (« ping ») repérée grâce à
l’auscultation-percussion doit se situer sur la ligne médiane ou à droite de celle –ci. Cette aire
est préparée chirurgicalement. Dans cette zone, une aiguille équipée d’un fil de suture est
passée à travers la paroi abdominale jusqu’à la lumière de l’abomasum puis retraverse la paroi
abdominale. Un nœud est enfin réalisé. Une deuxième suture peut être réalisée de la même
manière si la zone de tympanisme est assez grande. Les nœuds sont coupés après 10 à 12
jours (126).

Les auteurs rapportent un taux de réussite variant de 77 à 90% (122, 125, 126, 23)
mais ce taux ne semble pas comprendre les cas où la technique a du être abandonnée car le
chirurgien ne parvenait pas à localiser la caillette à l’auscultation-percussion (126).

- 34 -
2) Technique de Sterner et Grymer (« Roll and Toggle »)
ou technique des trocarts
La technique de Sterner et Grymer reprend les premières étapes de la technique
précédemment décrite. Mais une fois que la caillette a été localisée par l’auscultation
percussion sur la vache en décubitus dorsal (figure 9), un trocart est inséré avec sa canule au
travers de la paroi abdominale jusqu’à la lumière de la caillette (figure 10). Le trocart est alors
retiré et une partie du gaz contenu dans la caillette s’échappe. Un barreau de polypropylène
(3cm de long et 3,3mm de diamètre) au milieu duquel est attaché un fil de polyamide est
introduit via la canule, dans l’abomasum. La canule est retirée alors qu’une pince
hémostatique maintient la suture à l’extérieur de la cavité abdominale. Lors de la mise en
place du premier barreau de polypropylène dans la caillette, il est important d’éviter au
maximum que le gaz contenu dans l’organe ne s’échappe. Dans le cas contraire, le chirurgien
peut se trouver dans l’incapacité de pouvoir localiser la caillette pour la ponctionner et mettre
en place la deuxième suture.

- 35 -
Abomasum

Rumen

Foie
Feuillet

Fig 8 : Position de l’abomasum dilaté et déplacé dans la cavité abdominale,


la vache étant placé en décubitus latéral droit. (d’après 51)
Lorsque le bovin est ensuite placé en décubitus dorsal,
la caillette reprend sa position anatomique.

Abomasum
Feuillet

Foie

Rumen

Fig 9 : Auscultation de la caillette sur une vache placée en décubitus dorsal.


(d’après 120)

- 36 -
Fig 10 : Mise en place des tiges navettes selon la technique de Sterner et Grymer
(d’après 120)

- 37 -
Une seconde suture est placée de la même manière, cinq centimètres caudalement à la
première. Lors de la mise en place de la seconde suture, avant de retirer la canule, le
chirurgien doit laisser le temps au gaz pour qu’il s’échappe. Un nœud lâche est réalisé entre
les deux sutures. Il est possible de n’utiliser qu’une seule suture qui sera alors fixée à la peau
(51, 119, 120, 49, 126, 125). Les fils sont coupés entre dix jours et trois semaines plus tard
(125, 126).

Grymer et Sterner annoncent un taux de succès de 88% (51, 119, 23) ; pour d’autres
auteurs, ce taux est compris entre 80 et 88% (125, 120, 126, 49).

C) Thérapeutiques chirurgicales invasives


De nombreuses techniques chirurgicales invasives sont décrites, elles varient tant par
la voie d’abord de la caillette que par la manière dont cette dernière est fixée (fixation par
abomasopexie ou fixation d’une structure adjacente empêchant un nouveau déplacement de
l’abomasum) (34). Le taux de guérison varie de 80 à 93% (126).

1) Omentopexie par le flanc droit


L’intervention se déroule sur l’animal debout. Après une préparation chirurgicale du
flanc droit, la paroi abdominale est incisée. La cavité abdominale est explorée, le diagnostic
de déplacement de la caillette à gauche est confirmé par la palpation de la caillette le long de
la paroi abdominale gauche, en passant le bras par dessus le rumen (figure 11). L’abomasum
est alors ponctionné à l’aide d’une aiguille reliée à une tubulure débouchant à l’extérieur de la
cavité abdominale. Lorsque le gaz s’est échappé de la caillette, cette dernière est replacée sur
le côté droit de l’animal en saisissant à pleine main la partie pylorique. Pour la fixation par
omentopexie de la caillette, deux alternatives sont alors possibles. La première consiste en la
suture directe d’un pli du grand omentum (à proximité du pylore) au péritoine et au muscle
transverse au cours de la fermeture de la plaie de laparotomie (126, 45). La seconde
possibilité dérive de la première, l’omentopexie est alors réalisée au moyen d’une plaque
(suturée sur l’omentum, près du pylore, elle évite que le grand omentum soit déchiré par le fil
de suture) et d’un bouton en plastique (placé sous la peau à trois travers de main en avant du
grasset droit) reliés par un fil non résorbable (17). Les plaies sont ensuite suturées de manière
classique (34).

Le taux de succès varie de 86 à 93,8% (126).

- 38 -
Fig 11 : Confirmation du déplacement de caillette à gauche
précédant la ponction de cette dernière (d’après 133)

2) Abomasopexie par le flanc droit


L’abomasopexie par le flanc droit est une technique très proche de l’omentopexie par
le flanc droit ; ces techniques diffèrent simplement par la méthode de fixation de la caillette.
Alors que lors de l’omentopexie par le flanc droit, la fixation concerne le grand omentum qui
par ses attaches sur la caillette, l’empêche de se redéplacer, lors de l’abomasopexie, la
caillette est directement suturée au péritoine (126). D’un point de vue technique,
l’abomasopexie est plus difficile à réaliser, la caillette se trouvant sous le rumen est donc plus
difficile à atteindre que le grand omentum (125).

Le taux de succès est proche de celui obtenu après omentopexie par le flanc droit.

3) Abomasopexie par le flanc gauche


Après une préparation chirurgicale du flanc gauche, une laparotomie est réalisée sur
l’animal debout (l’incision est réalisée entre 2 et 4 centimètres derrière la dernière côte). Le
chirurgien découvre alors immédiatement la caillette dilatée à gauche de la plaie de
laparotomie, puis explore le reste de la cavité abdominale. La caillette est ensuite ponctionnée
par une aiguille reliée à une tubulure (qui débouche à l’extérieur de la cavité abdominale) afin
d’être dégonflée. Un surjet est alors réalisé dans la paroi de la caillette le long de la grande
courbure à trois centimètres du grand omentum, en laissant deux chefs très longs. Chacun
d’eux est ensuite chargé l’un après l’autre, sur une aiguille avec laquelle le chirurgien va
perforer la paroi abdominale (figure 12). Le premier chef traverse la paroi abdominale à
environ un travers de main en arrière du processus xiphoïde sur la ligne blanche ou
légèrement à droite de cette dernière, tandis que le second débouche environ vingt centimètres
caudalement au premier. Le chirurgien replace la caillette en position abdominale ventrale
tandis qu’un aide applique une tension sur les deux fils (figure 13). Les deux chefs sont enfin
noués ensemble après que le chirurgien ait vérifié que la caillette a bien retrouvé sa place
anatomique, qu’aucun organe n’est coincé entre elle et la paroi abdominale et que les fils ne

- 39 -
s’entrecroisent pas. La plaie de laparotomie est suturée de manière classique. Les fils de
l’abomasopexie sont coupés deux à trois semaines après la chirurgie (126, 125).

D’après Trent, lors d’une étude menée sur 14 vaches opérées selon cette méthode,
aucune rechute ni aucune complication n’ont été observées et 80% présentent une lactation
normale suite à la chirurgie dans une seconde étude concernant 45 vaches (125).

Fig 12 : Ponction de la paroi abdominale ventrale


et fixation de la caillette en position sous-abdominale
(d’après 133).

Fig 13 : Traction sur le fil et fixation de la caillette


en position sous-abdominale (d’après 133)

- 40 -
4) Abomasopexie après double laparotomie
Dans cette technique, une laparotomie dans le flanc gauche permet la confirmation du
diagnostic et le dégonflement de la caillette, tandis que la laparotomie dans le flanc droit
permet sa pexie.

Après la préparation chirurgicale des deux flancs, le chirurgien réalise une laparotomie
à gauche dans un premier temps (incision 5 cm en arrière de la dernière côte). Il confirme le
diagnostic de déplacement de la caillette à gauche et un aide procède alors à la laparotomie à
droite (incision basse au milieu du creux du flanc droit). Le chirurgien placé à la gauche de
l’animal, dégonfle si nécessaire la caillette en la ponctionnant avec une aiguille reliée à une
tubulure, puis la pousse doucement sous le rumen tandis que son aide la tire de son côté. Puis
une abomasopexie est réalisée, l’abomasum est suturé directement au péritoine lors de la
suture de la plaie de laparotomie du flanc droit. Les deux plaies de laparotomie sont suturées
de manière classique (98, 126).

5) Abomasopexie paramédiane
L’abomasopexie paramédiane est réalisée sur l’animal placé en décubitus dorsal.
Après la préparation du site chirurgical, une incision paramédiane de la paroi abdominale est
réalisée 5 centimètres caudalement au processus xiphoïde, 5 centimètres à droite de la ligne
médiane et sur une longueur de 15 centimètres (80, 16). Du fait du décubitus dorsal, la
caillette a tendance à reprendre une position quasi-anatomique, sous la paroi abdominale
ventrale. Elle est alors trouvée en regard de l’incision ; si ce n’est pas le cas, le chirurgien doit
la chercher légèrement à gauche ou à droite de cette dernière (80). Une exploration
abdominale limitée est réalisée ainsi qu’une éventuelle ponction de la caillette afin de la
dégonfler si nécessaire. Puis trois ou quatre points en U sont placés dans la paroi abdominale,
prenant le péritoine et au moins une aponévrose (16, 91). Ces points ne ressortent pas par la
peau. La grande courbure de la caillette est extériorisée et chacun des points en U traverse la
séreuse abomasale à 3 ou 4 centimètres de l’attache du grand omentum et dans le milieu de la
grande courbure de la caillette. Ces points sont finalement fermement attachés.
Les différents plans de la paroi abdominale sont suturés à l’aide de points en X avec
un fil résorbable. La peau est suturée avec un fil non résorbable (16).

Le taux de succès thérapeutique de l’abomasopexie paramédiane varie entre 83,5 et


95% (126).

VI] Avantages et inconvénients des différentes techniques


chirurgicales

A) Avantages et inconvénients des thérapeutiques chirurgicales


non invasives
La technique d’abomasopexie percutanée par suture en aveugle est inefficace et
contreindiquée lors d’adhérences concernant la caillette et l’empêchant de reprendre sa place
anatomique. De plus de nombreuses complications sont décrites : péritonites, occlusion,

- 41 -
rupture de la paroi abomasale, fistulisation (des points d’entrée dans la cavité abdominale
mais aussi de la caillette), thrombophlébite de la veine mammaire (126, 122). Tithof et al.
rapportent des cas où la suture a uniquement pénétré le grand ou le petit omentum et non
l’abomasum, d’autres cas où cette technique a créé des adhérences entre le pylore et le
duodénum, ou entre l’abomasum, le réseau et la paroi abdominale caudo-latérale droite et
enfin un cas où la suture a entraîné une occlusion par fermeture de l’antre pylorique (122).
L’inconvénient majeur de cette technique est la fixation en aveugle de la caillette ; cette suture
peut fixer par erreur un autre organe que la caillette avec des conséquences plus ou moins
graves selon l’organe concerné (par exemple, la fixation du rumen à la place de la caillette
peut s’avérer fatale pour l’animal car, du fait du poids du rumen, une rupture de la paroi
ruminale paraît inévitable (122)) (119, 91). Dans les cas où la suture n’a pas été correctement
positionnée dans l’abomasum, le déplacement de la caillette à gauche rechute bien sûr
fréquemment (122).

Lors d’une étude réalisée sur 27 vaches, aucune complication directement imputable à
la technique de Grymer et Sterner ne fut décrite (51) alors qu’une seconde étude menée sur
100 vaches opérées selon la même méthode, a mis en évidence un cas de péritonite fatale
imputable à la sortie du matériel de fixation en dehors de la caillette (120). L’inconvénient
majeur est là encore, comme dans la technique précédemment décrite, l’absence de
visualisation de la caillette et l’impossibilité d’avoir la certitude que le trocart a bien pénétré
la paroi abomasale et que c’est bien la caillette et uniquement cette dernière, qui est fixée (51,
67, 66). Cependant, au cours de la technique, le chirurgien dispose de quelques indices qui
laissent présager un bon placement des trocarts (51, 126, 49, 70, 71). Tout d’abord, la sortie
d’un gaz à l’odeur caractéristique, par la canule laisse penser que la lumière de l’abomasum a
bien été pénétrée. Il est alors ensuite possible d’aspirer un peu de liquide via la canule et de
vérifier que le pH de ce liquide est bien compatible avec le pH du liquide abomasal (pH
compris généralement entre 2 et 3) (51, 70). Toutefois, le chirurgien ne peut pas déterminer
précisément où les sutures ont été placées dans la paroi abomasale ; si les sutures sont placées
au niveau du pylore ou proche de ce dernier, une obstruction pylorique partielle ou totale peut
alors survenir (72, 70, 67). Les autres complications décrites lors de l’abomasopexie
percutanée en aveugle, sont également retrouvées : les péritonites, les occlusions (72), les
adhérences entre différents organes abdominaux, les thrombophlébites, les fistules (125, 70,
71). Cette technique est déconseillée lors de maladies concomitantes sévères (49).

Les avantages de cette technique sont sa rapidité (entre dix et quinze minutes d’après
Grymer et Sterner, entre quinze et vingt minutes d’après Kaufhold et Brentrup), sa simplicité,
une convalescence réduite et un rapide retour à la production, ainsi qu’un faible coût qui
justifie son utilisation dans les cas où une intervention plus onéreuse (techniques chirurgicales
invasives) ne serait pas économiquement rentable (125, 119, 120, 51, 49, 126, 23, 70, 91). Par
rapport à la technique de suture percutanée en aveugle, elle permet de dégonfler la caillette
(73).

Le praticien doit être sûr d’avoir localisé correctement la caillette avant d’introduire le
moyen de fixation utilisé dans ces deux techniques ; si ce n’est pas le cas, il doit abandonner
et opter pour une nouvelle technique qui lui permettra de repérer l’abomasum (125, 119, 120,
51, 66, 67, 70). Breukink affirme que ces techniques de fixation de la caillette en aveugle
présentent un taux de succès légèrement inférieur à celui des techniques chirurgicales
invasives (24) ; de plus, elles ne permettent pas une fixation prophylactique de la caillette car
elles nécessitent que la caillette soit dilatée pour être repérée et se situer juste sous la paroi
abdominale ventrale (126). Enfin, ces deux techniques nécessitent que la vache soit placée en

- 42 -
décubitus dorsal, position qui présente quelques risques chez le bovin et qui est
contreindiquée chez les animaux présentant des signes d’insuffisance respiratoire (126, 125).
Elle est à réserver aux animaux en bon état général. Les complications suivantes liées au
décubitus dorsal peuvent être rencontrées : météorisation, pneumonie par aspiration,
insuffisance respiratoire (les viscères abdominaux exerçant une pression importante sur la
cage thoracique), dépression cardiovasculaire, volvulus intestinal ou utérin, blessures au
relever (125). L’opération de couchage de l’animal doit être réalisée en douceur afin d’éviter
une rupture de la caillette distendue. Pour placer un bovin en décubitus dorsal et le maintenir
dans cette position, la présence de trois personnes au minimum est conseillée (125, 49).

Cependant différentes études ont mis en évidence l’intérêt économique de la technique


de Sterner et Grymer : ses résultats (en matière de guérison et de production laitière post-
chirurgie) sont statistiquement comparables à ceux obtenus via les techniques chirurgicales
invasives et son coût est bien inférieur (50, 126, 10, 73). Toutefois, elle est déconseillée par la
plupart des auteurs chez les animaux de valeur économique élevée car même si les résultats
sont statistiquement satisfaisants, le risque de complications au cas par cas reste important
(126, 10). De plus, la fixation en aveugle de la caillette rebute toujours de nombreux
praticiens qui optent alors plutôt pour une technique chirurgicale invasive.

B) Avantages et inconvénients des thérapeutiques chirurgicales


invasives
L’avantage majeur des techniques chirurgicales invasives est une bonne visualisation
de la zone de fixation de la caillette (126, 125). Par contre, leur réalisation (une heure environ
en incluant les préparatifs) est beaucoup plus longue que les techniques non invasives (moins
de quinze minutes en général) (34). Elles sont également plus coûteuses et exigent des
conditions d’aseptie minimales, car comme dans toute laparotomie, un risque septique est
toujours présent (125).

1) Omentopexie et abomasopexie par le flanc droit


Avec ces techniques, du fait de l’abord par le flanc droit et du grand format des
animaux opérés, il peut être difficile d’atteindre la caillette dans les premières étapes de la
chirurgie, son identification n’est alors pas toujours aisée et le chirurgien risque parfois de la
confondre avec une autre structure et donc d’exercer une traction sur un autre organe tel que
l’omentum ou même le réseau (98). Cet abord ne permet pas la détection de toutes les
éventuelles adhérences entre la paroi abdominale gauche et la caillette, adhérences qui
peuvent empêcher le chirurgien de tirer la caillette vers la partie droite de l’abdomen (126, 98,
125). Le recours à cette technique est contre-indiqué lors de nécrose ou d’infection de la paroi
abdominale droite du fait d’injections intrapéritonéales mal réalisées (98). En outre, la
reconnaissance du pylore à la palpation tout comme la correction du déplacement de la
caillette en la faisant passer sous le rumen, ne sont pas toujours aisées (98, 125). D’après
Pinset, une fois que le chirurgien pense avoir replacé correctement l’abomasum, il ne peut
jamais être sûr d’avoir amené l’ensemble de l’organe au niveau de la partie droite de l’animal
(98). Enfin, certains inconvénients sont liés à l’omentopexie. L’omentum peut être trop fin ou
friable ce qui peut nuire à la stabilité de la fixation de la caillette ; s’il s’étire ou se déchire ou
si l’omentopexie est réalisée trop caudalement ou trop loin par rapport au pylore, une récidive
peut survenir (125).

- 43 -
La fixation de la caillette que ce soit par abomasopexie ou par omentopexie, est facile
une fois que le pylore a été repéré (98, 45). L’omentopexie permet une fixation non
traumatisante de la caillette. De plus, une exploration relativement complète de la cavité
abdominale est facilement réalisable (17, 126). Trent considère que l’omentopexie par le flanc
droit est la technique de choix pour réaliser une fixation prophylactique de la caillette (126).
Le chirurgien peut enfin réaliser cette technique seul, sans aide (45).

2) Abomasopexie par le flanc gauche


L’abomasopexie par le flanc gauche a été décrite comme la technique chirurgicale la
plus sûre pour le traitement du déplacement de caillette à gauche lors du dernier trimestre de
gestation (126). De plus, elle est la technique qui offre la meilleure visualisation des
éventuelles adhérences liées à la présence d’ulcères de la caillette ; elle permet également de
disséquer ces adhérences (125, 98). Cependant, elle n’est réalisable que lorsque la caillette est
suffisamment déplacée dorsalement dans le flanc gauche ; elle est déconseillée pour les
chirurgiens qui ont des bras relativement courts, ou chez des vaches qui présentent une cavité
abdominale très volumineuse ou un volumineux rumen car la fixation de la caillette sera alors
difficile (126, 125). Cette technique présente le risque qu’un organe abdominal soit plaqué
avec la caillette contre la paroi abdominale. Comme les fils utilisés pour la pexie passent du
péritoine à la peau, une infection ascendante est possible. Enfin sa réalisation nécessite la
présence d’un assistant (125).

3) Abomasopexie après double laparotomie


Cette technique nécessite la présence de deux chirurgiens (au moins durant la phase de
repositionnement de la caillette). Le risque de complication septique est bien sûr augmenté
suite à la réalisation des deux incisions. La double laparotomie implique également un temps
chirurgical plus long.

Elle permet néanmoins une excellente exploration de la cavité abdominale et une


correction aisée du déplacement de la caillette.

4) Abomasopexie paramédiane
Comme cet abord chirurgical est rarement utilisé, le chirurgien débutant peut avoir des
difficultés à se repérer dans la cavité abdominale et à repérer les différents organes (45). De
plus, du fait de la position déclive de la plaie, le risque d’infection de cette dernière ainsi que
le risque d’éventration sont importants (45, 126, 98). Les inconvénients liés au décubitus
dorsal sont bien sûr retrouvés comme lors des techniques chirurgicales non invasives : les
complications et contre-indications citées précédemment ainsi que le stress accru pour
l’animal et la présence nécessaire de trois personnes au minimum pour coucher l’animal sont
à prendre en considération(125, 49, 126). Pour pouvoir supporter cette position, l’animal doit
être en bon état général. Enfin, cette approche permet une exploration de la cavité abdominale
relativement réduite et nécessite une hémostase importante du fait de la proximité avec la
vascularisation mammaire très développée chez les vaches en post-partum immédiat (126,
125).

- 44 -
Le décubitus dorsal permet à la caillette de retrouver spontanément sa position sous la
paroi abdominale ventrale et la proximité de la caillette avec la plaie facilite fortement sa
fixation chez les vaches de format important ou pour le chirurgien qui a des bras relativement
courts (126, 91). Les manipulations sont minimales dans la cavité abdominale.
L’abomasopexie paramédiane est la technique de choix pour le traitement des cas de
déplacement de caillette accompagnés d’adhérences ou des cas de rechutes de déplacement de
la caillette à gauche traitées dans un premier temps par une omentopexie par le flanc droit
(126, 125).

C) Comparaison des différentes techniques chirurgicales entre


elles
Les techniques chirurgicales pour la correction des déplacements de la caillette à
gauche sont donc nombreuses mais elles présentent chacune leurs caractéristiques. Dans les
tableaux I et II, nous allons comparer ces différentes techniques entre elles en reprenant leurs
principaux avantages et inconvénients.

Technique Taux de
chirurgicale non Avantages Inconvénients succès
invasive thérapeutique
- Simplicité - Réalisation sur animal en
- Faible coût décubitus dorsal (stress, contre-
- Rapidité indications et complications,
- Convalescence aides nécessaires)
limitée - Contre-indiquée en présence
Suture per d’adhérences abomasales
cutanée de la - Fixation en aveugle de la
77 à 90%
caillette en caillette, d’où abandon de cette
aveugle technique au profit d’une autre si
la localisation de la caillette à
l’auscultation-percussion est
incertaine
- Aucune exploration de la cavité
abdominale
- Simplicité - Réalisation sur animal en
- Faible coût décubitus dorsal (stress, contre-
- Rapidité indications et complications,
- Evacuation des aides nécessaires)
Technique de gaz de la caillette - Contre-indiquée en présence
Grymer et - Convalescence d’adhérences abomasales
limitée - Fixation en aveugle de la
Sterner ou - Adaptée aux caillette, d’où abandon de la
80 à 88%
technique des animaux de faible technique au profit d’une autre si
trocarts valeur la localisation de la caillette à
économique l’auscultation-percussion est
incertaine
- Aucune exploration de la cavité
abdominale
Tableau I : Comparaison des techniques chirurgicales non invasives

- 45 -
Technique Taux de
chirurgicale Avantages Inconvénients succès
invasive thérapeutique
- Bonne - Intervention plus chère, plus
Omentopexie et visualisation de la longue que les techniques non
zone de fixation invasives
abomasopexie - Réalisation sur - Difficultés possibles pour
animal debout atteindre la caillette
- Fixation facile - Mauvaise détection 86 à 93,8%
par le flanc
- Fixation d’éventuelles adhérences
prophylactique de - Inconvénients liés à
droit la caillette l’omentopexie (omentum friable,
- le chirurgien peut s’étirant, position non
travailler seul anatomique de l’abomasum)
- Bonne - Intervention plus chère, plus
visualisation de la longue que les techniques non
zone de fixation invasives
- Réalisation sur - Nécessité d’un aide
animal debout - Réalisable uniquement si la
- Correction des caillette est fortement déplacée
Abomasopexie déplacements de la dorsalement
par le flanc caillette lors du - Risques d’emprisonnement de -
gauche dernier trimestre de structure
gestation - Risques d’infection ascendante
- Meilleure - Difficultés sur les vaches de
visualisation des grand format
adhérences et
possibilité de les
disséquer
Abomasopexie - Bonne - Intervention plus chère, plus
visualisation de la longue que les techniques non
zone de fixation invasives
après double - Réalisation sur - Présence nécessaire de deux
-
animal debout chirurgiens
laparotomie - Excellente - Risques septiques et temps
exploration de la opératoires augmentés du fait de
cavité abdominale la double laparotomie
- Bonne - Intervention plus chère, plus
visualisation de la longue que les techniques non
zone de fixation invasives
Abomasopexie - Manipulations - Réalisation sur animal en
minimales de la décubitus dorsal (stress, contre-
caillette indications et complications, 83,5 à 95%
paramédiane
aides nécessaires)
- Risques d’éventration et
d’infection de la plaie
- Exploration limitée de la cavité
abdominale
Tableau II : Comparaison des différentes techniques chirurgicales invasives

- 46 -
Chacune des techniques décrites précédemment présente donc à la fois des avantages et des
inconvénients ; aucune de ces techniques n’associe à la fois rapidité (caractéristique commune
aux techniques non invasives) et visualisation parfaite de la zone de fixation (caractéristique
commune aux techniques invasives). En 1998, Janowitz décrit une nouvelle technique
d’abomasopexie réalisée sous laparoscopie, première technique non invasive permettant un
contrôle visuel de la fixation de l’abomasum. Depuis cette date, plusieurs autres procédés
chirurgicaux ayant recours à la laparoscopie, ont été élaborés afin de corriger les
déplacements de caillette à gauche.

Dans la deuxième partie de cette étude, nous présenterons la laparoscopie. Après un


rappel sur son histoire, nous nous intéresserons au matériel nécessaire à sa réalisation avant de
détailler ses applications actuelles en médecine et en chirurgie vétérinaire.

- 47 -
- 48 -
Deuxième partie

Présentation de la laparoscopie :

Définition
Histoire de la laparoscopie
Equipements requis
Applications actuelles

- 49 -
- 50 -
I] Définitions

A) Endoscopie
L’endoscopie est l’exploration visuelle des cavités ou des conduits naturels par
l’intermédiaire d’un endoscope, tube optique muni d’un système d’éclairage (6). Elle a pour
but de transférer avec une effraction minimale, une vision ainsi qu’une instrumentation dans
des zones du corps inaccessibles par les procédés classiques.

De nombreuses cavités ainsi que de nombreux conduits naturels sont désormais


explorables. Au cours des années, la miniaturisation des instruments a permis une très grande
diversification de l’endoscopie. De nombreux termes sont alors apparus en fonction de la
cavité explorée : la coelioscopie est l’exploration endoscopique de la cavité abdominale alors
que par exemple, la bronchoscopie désigne l’exploration endoscopique des bronches. Mais
sont aussi possibles, entre autres, les explorations endoscopiques des ventricules cérébraux,
des vaisseaux, des articulations, des uretères (100).

B) Laparoscopie
La laparoscopie encore appelée coelioscopie transpariétale, est une technique qui
permet l’examen visuel direct de la cavité abdominale à l’aide d’un endoscope introduit à
travers la paroi abdominale (135, 112) ; elle permet d’observer l’intérieur de l’abdomen tout
en respectant au maximum les parois abdominales, l’effraction étant minimale (21). La
laparoscopie nécessite la ponction par l’intermédiaire d’un trocart du revêtement cutané (100).
La coelioscopie est également réalisable après effraction de la paroi vaginale, on parle alors
de culdoscopie (28, 59).
Contrairement au fibroscope qui est un endoscope souple avec une extrémité
orientable dans l’espace afin de s’adapter à la topographie des différents organes, le
laparoscope est généralement rigide pour faciliter sa mobilisation au sein de la cavité
abdominale (100).

II] Histoire de la laparoscopie


La laparoscopie a connu une évolution unique en son genre historiquement : à
l’inverse de la majorité des autres techniques biomédicales qui sont classiquement mises au
point chez les animaux avant d’être appliquées à l’homme, la laparoscopie a ses origines dans
la médecine humaine et elle a été appliquée aux animaux bien plus tard (59).

A) Les premiers pas de la laparoscopie


En 1804, Bozzini met au point le « transmetteur de lumière » avec lequel il observe
l’intérieur de la bouche, le nez, les oreilles, le vagin, l’utérus lorsque le col est dilaté, l’urètre
et la vessie de la femme. Il est constitué d’une bougie placée dans une lanterne sur laquelle il
adapte différents tubes (figure 14). Cette invention marque les débuts de l’endoscopie.
Cependant les contemporains de Bozzini perçoivent cette invention comme un jouet (59, 62,
28).

- 51 -
Fig 14 : Le transmetteur de lumière de Bozzini
(d’après 59)

- 52 -
En 1853, Desormeaux invente le premier « endoscope » qui lui permet d’examiner la
vessie. Il est composé d’une lampe à alcool comme source de lumière ; la lumière est orientée
vers le site à observer grâce à une série de lentilles et de miroirs (59, 62) (figure 15) ;
Pantaleoni réalise quant à lui des observations de l’utérus après passage du col, par un
dispositif similaire (59, 28). En 1868, Kussmaul travaille à la mise au point d’un gastroscope
mais il échoue en raison des difficultés à conduire à la lumière au travers d’un long tube (59).

Fig 15 : L’endoscope de Desormeaux


(d’après 59)

- 53 -
Deux problèmes se posent alors. Lors des observations menées au travers d’un tube
sans l’aide de lentilles, l’étendue du champ d’observation diminue lorsque la longueur du tube
augmente, seules les structures directement dans l’axe du tube sont visibles. Le second
problème concerne la source de lumière. La lumière des flammes nécessite un important jeu
de miroirs pour être réfléchie et éclairer l’intérieur des cavités. Le fil de platine incandescent
utilisé ensuite est une bonne source de lumière mais engendre des brûlures des tissus
environnants (59).

Nitze en coopération avec Leiter, ajoute des lentilles au cystoscope de Desormeaux


afin d’agrandir le champ de vision tandis que, après que Newman parvient à miniaturiser la
lampe à incandescence inventée par Edison en 1880, Dittel en 1887 l’incorpore à l’extrémité
du cystoscope. Bien que l’intensité lumineuse soit suffisamment importante pour réaliser
facilement les cystoscopies, le problème lié à la chaleur dégagée et aux brûlures engendrées
persiste (59).

Les premières observations des organes abdominaux ne sont réalisées qu’au début du
vingtième siècle. En 1901, von Ott of Petrograd observe les organes génitaux de la femme au
travers d’une incision réalisée au niveau du cul de sac vaginal. Il sera ensuite considéré
comme le précurseur de la culdoscopie.

En 1902, Kelling rapporte les premières observations des organes abdominaux chez
des chiens au moyen du cystoscope et après insufflation d’air dans la cavité abdominale (59,
136, 21, 62, 127, 21, 19, 6). Sa technique est appelée cœlioscopie. En 1910, il annonce qu’elle
a été utilisé chez des hommes. Par la suite, il proposera sa technique comme un moyen de
diagnostic évitant de nombreuses laparotomies exploratrices et pouvant alors faire baisser
considérablement les dépenses liées à la santé au sein de l’Allemagne d’après guerre dont la
situation économique est désastreuse,.

Kelling est considéré comme le père de la laparoscopie bien que ce terme n’apparaisse
pour la première fois que dans les rapports de Jacobeus en 1910. Ce dernier diagnostique
grâce à la laparoscopie, la présence de nodules métastatiques hépatiques, de carcinomes
gastriques ou de carcinomes généralisés des intestins (59, 21, 62).

Au début du vingtième siècle, la laparoscopie connaît un grand intérêt en médecine


humaine.

En 1912, Nordentoeff développe un instrument appelé « trocart-endoscope » qu’il


utilise pour l’observation des organes génitaux de la femme placée en position de
Trendelenburg (décubitus dorsal, tête inclinée vers le bas avec un angle d’environ 45 degrés
par rapport à l’horizontale (127)), mais aussi pour réaliser les premières arthroscopies du
genou (59, 28).
En France, en 1913, Renon considère la laparoscopie comme un excellent moyen pour
diagnostiquer les lésions hépatiques ou péritonéales mais minimise son rôle dans le diagnostic
des lésions intestinales. Associée à la radiographie et à la fluoroscopie, la laparoscopie permet
à Orndoff (1920) de diagnostiquer les péritonites tuberculeuses, les hémopéritoines, les
grossesses extra-utérines et les anomalies des ovaires et des oviductes. En 1924, Zollikofer
considère la laparoscopie comme le meilleur outil dans le diagnostic des lésions hépatiques.

Orndoff (1920), Alvarez (1921), van Zwaluwenburg et Peterson (1921) développent


l’intérêt du pneumopéritoine pour faciliter les observations laparoscopiques. En 1921, quatre

- 54 -
décès suite à une embolie secondaire au pneumopéritoine sont rapportés. Cependant, en 1927,
une étude menée par Sante sur 1000 cas ne met en évidence aucune complication suite à
l’utilisation d’un pneumopéritoine (59).

Le cystoscope de Kelling et de Jacobeus est modifié par Roccavilla (1920) : il utilise


une source de lumière externe dont la lumière est réfléchie à l’intérieur d’un tube. Un oculaire
placée à l’extrémité du tube permet d’agrandir le champ de vision.

En 1924, un nasopharyngoscope est utilisé pour réaliser des laparoscopies chez des
chiens dans le cadre d’études expérimentales ; il est équipé d’un joint de caoutchouc pour
éviter que l’air du pneumopéritoine ne s’échappe. Cette même année, Steiner décrit une
technique qu’il appelle « abdominoscopie » mais qui s’avère être une technique très similaire
à celle décrite précédemment par Kelling, Jacobeus et Orndoff : les seules modifications
apportées au cystoscope sont une adaptation de son extrémité permettant ainsi de déplacer les
organes et la possibilité d’insuffler l’air nécessaire au pneumopéritoine au travers du canal du
cystoscope (59).

B) Des prémices de la laparoscopie à la laparoscopie moderne


A partir de cette époque, de nombreuses adaptations vont être proposées, de nombreux
instruments utilisables lors de laparoscopies sont développés tandis que les indications, les
applications de cette technique sont de plus en plus nombreuses.

Kalk, considéré comme le père de l’endoscopie moderne, développe un système de


vision oblique à 135° qui offre un champ de vision plus large, par rotation du laparoscope
autour de son grand axe.

Lors d’une étude réalisée sur 500 cas ayant subi une laparoscopie en 1937, Ruddock
conclue que la laparoscopie a permis de poser le diagnostic lors d’affections abdominales,
dans 67% des cas. Il rapporte également un décès dû à une hémorragie suite à une biopsie,
huit ponctions accidentelles des intestins, du colon ou de l’estomac, ainsi que trois cas où
l’exploration laparoscopique s’est avérée impossible en raison d’importantes adhérences. Il
indique également que de nombreux organes intra-abdominaux sont visibles via cette
technique ; ainsi, à partir d’un seul point de ponction de la paroi abdominale et en changeant
l’inclinaison de la table sur laquelle le patient est allongé, le foie, la vésicule biliaire, la rate,
l’épiplon, le caecum, l’estomac, les intestins, la vessie, l’utérus, les oviductes et les ovaires
sont visibles (59). Cette même année, Hope souligne l’importance de la coelioscopie dans le
diagnostic des grossesses extra-utérines (59, 28).

Anderson (1937) souligne la possibilité d’utiliser la laparoscopie dans le traitement


chirurgical des adhérences abdominales, pour inciser des kystes ovariens ou même pour
stériliser une femme par électrocoagulation des oviductes (59, 28).

Après avoir été utilisée uniquement à des fins diagnostiques, la laparoscopie présente
alors un intérêt thérapeutique et chirurgical grandissant, de nombreux gestes chirurgicaux
sous laparoscopie sont mis au point (59, 47).

Différentes voies d’abord de la cavité abdominale sont étudiées. En 1940, Te Linde


décrit une coelioscopie trans-vaginale en position gynécologique appelée culdoscopie qui est

- 55 -
vite abandonnée car la chute des anses digestives rend difficile toute exploration. La voie
d’abord abdominale est ensuite vite privilégiée (59).

En 1947, Palmer a recours à la laparoscopie pour explorer les causes de stérilité.

La laparoscopie connaît donc un essor considérable à partir des années 1960, mais de
nombreuses inquiétudes persistent concernant d’une part le risque d’embolie gazeuse suite à
l’insufflation d’air pour le pneumopéritoine mais aussi d’autre part l’introduction du trocart en
aveugle dans la cavité abdominale. De plus, le système optique donne encore des images de
mauvaise qualité. Mais de nombreuses améliorations sont ensuite apportées telles que la mise
au point de la lumière froide (Fourestier, Gladu et Valmiere 1956) (59, 62), l’insufflation de
dioxyde de carbone et la video-endoscopie ; ces améliorations permettent de multiplier les
actes chirurgicaux réalisables sous laparoscopie (59).

En 1967, Steptoe rédige le premier ouvrage sur la laparoscopie et met en avant la


sécurité et l’efficacité des techniques de stérilisation réalisée sous laparoscopie.

Semm (1969) développe de nombreux instruments pour la réalisations des gestes sous
laparoscopie mais aussi le premier insufflateur automatique (59, 62).

En 1972, Manhes parvient à traiter la première grossesse extra-utérine par


coelioscopie.

Aujourd’hui, chez l’homme, sont réalisables sous coelioscopie des interventions telles
que l’oesophagotomie, la vagotomie, la réduction de hernie hiatale, la splénectomie, la
cholecystectomie, l’appendicectomie, l’entérectomie, la nephrotomie, la surrénalectomie,
l’ovariectomie, l’hystérectomie, l’adhésiolyse, la réduction de prolapsus utérin ou de hernie
inguinale (95, 100).

C) Evolution de la laparoscopie animale


Kelling a procédé à la première laparoscopie chez des chiens en 1902 (59, 136, 21) ;
Orndoff rapporte également la réalisation de laparoscopies sur des animaux mais ne
mentionne pas l’espèce concernée. En 1937, Anderson met au point sa technique sur des
chiens (59).

Dans les années 1950-1960, une meilleure compréhension des fonctions reproductrices
chez les animaux est souhaitée, un grand intérêt naît pour les techniques qui permettent une
observation directe des ovaires. Des canules sont placées à demeure dans la paroi abdominale
ou des laparotomies sont répétées régulièrement pour observer les modifications qui se
produisent lors des cycles sexuels. Ces observations ont été réalisées chez la vache par
Megale et al. en 1956 (88), par Dziuk et al en 1958, et par Lamond (78) et Holmes en 1965,
chez la truie par Betteridge et Raeside en 1962, chez le singe par Balin et al. en 1963, chez la
brebis par Roberts en 1968 (136), par Dierschke et Hyatt en 1969 et par Boyd et Ducker en
1973 (22, 28), et enfin chez la jument par Witherspoon et Talbot en 1970 (21, 62). Les
canules laissées à demeure dans la paroi abdominale sont très vite abandonnées en raison des
réactions inflammatoires qu’elles engendraient ; des techniques de laparoscopie similaires à
celles mises au point chez l’homme sont alors privilégiées. De nombreuses ponctions de la
paroi abdominale peuvent être réalisées sans effets secondaires chez l’animal (59).

- 56 -
Chez les animaux domestiques, la laparoscopie a tout d’abord été employée chez la
vache par Goetze en 1926, puis par Liess en 1936 et par Megale et al. en 1956 (88). Ils
observent les ovaires par laparoscopie après un abord par le fornix du vagin ou dans le flanc
de l’animal (88). En 1967, Megale adapte cette technique chez la chèvre et la brebis (59).

En 1959, Eikmeier présente des photographies en couleur prises via un laparoscope


tandis qu’en France, en 1966, Marcenac et al. présentent l’éventail des possibilités offertes par
la laparoscopie chez le chien.

En 1969, Thimonier et Mauleon utilisent cette technique dans leur étude concernant la
détermination des effets de différents traitements hormonaux sur le fonctionnement ovarien
chez la brebis. Ils ont réalisé quarante examens laparoscopiques sur chaque animal sur une
période de deux ans et n’ont observé aucun effet secondaire lié à cette technique.

En 1971, Philippo et al. décrivent la laparoscopie comme une méthode dépourvue de


danger utilisable pour établir un diagnostic de gestation chez la brebis.

En 1972, Morris souligne l’intérêt de la laparoscopie dans le diagnostic des affections


hépatiques chez le chien ; deux ans plus tard, Geyer affirme que la laparoscopie est un bon
moyen d’investigation du pancréas dans cette même espèce (59).

Morris et al. en 1976 et 1977 démontrent l’utilité du modèle de gestation de la chèvre


pour l’étude de la circulation foetoplacentaire en utilisant la laparoscopie associée à la
foetoscopie.

Bush et al. affirment en 1978 que la laparoscopie est très utile pour établir un
diagnostic chez des animaux de zoo ; ils l’utilisent pour observer les ovaires, pour la
réalisation de biopsies d’organes abdominaux ainsi que pour le sexage d’oiseaux. Ils décrivent
des vasectomies réalisées sous laparoscopie sur des lions d’Afrique ou sur des tigres du
Bengale (26). Suite à une laparoscopie, les soins post-opératoires sont très réduits ce qui est
très important chez les animaux sauvages (26).

En 1980, Cerruti décrit précisément la réalisation de la laparoscopie chez le chien à


partir de nombreuses photographies. La même année, un ouvrage consacré à la laparoscopie
animale est rédigé par Harrison et Wildt. Ils décrivent la technique et ses applications dans de
nombreuses espèces (chien, chat, primates, ovins, caprins, porcs, bovins, chevaux,
mammifères de zoo, reptiles et oiseaux) (59).

Concernant l’espèce équine, après la première communication de Heinze en 1972,


Whitherspoon présente en 1980, les techniques de laparoscopie chez le cheval et les
possibilités diagnostiques offertes.

La laparoscopie est ensuite présentée par White en 1991, comme un outil très utile
pour le diagnostic de la cryptorchidie chez les chevaux. Selon Bertone, elle est également très
intéressante dans le cadre des coliques chroniques. Fischher est le premier à décrire en 1991,
la cryptorchiectomie sous coelioscopie sur cheval debout alors que Palmer présente deux ans
plus tard une technique d’ovariectomie sur jument debout. Par la suite, d’autres actes
chirurgicaux tels que la réduction de hernie inguinale ou scrotale sont décrits (105).

- 57 -
D) Evolution de la laparoscopie plus particulièrement dans
l’espèce bovine
Une première étude sur la laparoscopie paralombaire chez les bovins, est réalisée en
1936 par Liess (105, 118, 85). En 1949, Mc Entee observe l’appareil reproducteur interne de
la vache mais sa technique n’est pas satisfaisante car la chaleur de la lampe brûle tous les
tissus qu’elle touche (59).

Six ans plus tard, Megale et al. s’intéressent de nouveau aux procédés d’observation
des changements de l’aspect des ovaires de la vache en fonction du cycle oestral et présentent
trois techniques chirurgicales utilisables dans cet objectif (88, 85, 136, 75). Le laparoscope
utilisé est alors très proche de celui de Mc Entee, ils lui ont juste ajouté un tube métallique
pour tenter d’éviter de léser les tissus par la chaleur. La culdoscopie lui apparaît peu
intéressante ; en effet, des difficultés d’observation des ovaires sont rencontrées du fait de la
position craniale et ventrale de l’utérus chez les vaches multipares, mais aussi en raison du
rectum qui vient souvent envelopper le laparoscope. La laparoscopie paralombaire permet au
contraire une très bonne visualisation des ovaires et de l’utérus (88, 139). Ils mettent en place
des canules à demeure dans le flanc de la vache afin de repérer les observations
laparoscopiques mais ces canules entraînent très vite une inflammation telle qu’elle empêche
toute introduction du laparoscope (88, 85). D’après Lamond, ce type de canule ne doit pas
être laissé en place plus de deux jours ; au-delà de ce délai, la canule est obstruée
progressivement par la fibrine et le site de ponction de la paroi abdominale ne peut plus être
utilisé par la suite (78, 85).

En 1956, apparaît la lumière froide mise au point par Fourestier. Des baguettes de
verre assurent la transmission de la lumière jusqu’à l’extrémité distale du laparoscope, cette
innovation permet d’éviter les dommages thermiques aux tissus touchés par le laparoscope
(85). Auparavant, les manipulateurs étaient obligés d’interrompre leurs observations toutes les
trois à quatre minutes pour éviter de brûler les tissus (114).

En 1967, les différentes modifications ovariennes liées au cycle oestral de la vache


sont illustrées par des photographies prises par Megale au moyen d’un appareil
photographique adapté sur un laparoscope (87, 85).

En 1969, Mariana décrit une technique d’examen in-vivo des ovaires chez la vache en
utilisant un laparoscope relié à une source de lumière froide (82). Le développement
folliculaire, le nombre d’ovulations ou de corps jaunes et leur état sont aisément appréciés.
Sur un même animal, les modifications ovariennes au cours de cycles successifs peuvent être
suivies (82).

Wishart et Snowball affirment en 1973 que les laparoscopies peuvent être répétées de
nombreuses fois à des intervalles de quelques jours à quelques semaines, au niveau du même
site de ponction à condition qu’un pneumopéritoine soit utilisé à chaque fois. Ils n’ont observé
aucun effet secondaire à la laparoscopie (139, 136).

En 1981, Carter et al. étudient l’impact des explorations laparoscopiques sur le cycle
oestral de la vache et ne constatent aucune altération de la fonction reproductrice sur des
vaches ayant subi des laparoscopies aux jours 5, 13, 18 et 20 de leur cycle (27).

- 58 -
Jainudeen et al. soulignent en 1982, la supériorité de la laparoscopie sur la laparotomie
lorsque des examens, des observations répétées sont nécessaires. Cette première apparaît très
intéressante du fait d’un stress minimal pour l’animal mais aussi de son caractère très peu
invasif et des faibles risques de complications. Cependant, ils précisent également que pour un
examen ponctuel, de routine des organes génitaux internes, la laparoscopie n’apparaît
généralement pas plus intéressante qu’une palpation transrectale bien menée (65). La
palpation transrectale est techniquement simple mais lorsqu’elles sont répétées sur un même
animal, des problèmes tels qu’une rupture folliculaire accidentelle peuvent survenir (136). La
laparoscopie est donc préférable lors d’examens répétés des ovaires pour détecter une
ovulation par exemple.

En 1983, Lambert et al. procèdent grâce à la laparoscopie à la ponction d’ovocytes


chez des vaches. La laparoscopie facilite alors ensuite l’essor de la fécondation in vitro chez
le bétail (77, 113). En 1989, Fayrer-Hosken et al. parviennent à transférer sous laparoscopie,
des embryons fécondés in vitro ; le transfert réalisé après cathétérisation de l’oviducte est un
succès car il aboutit à une gestation qui est menée à terme (36).

Depuis ses premières applications chez les bovins et jusqu’aux années 1990, la
laparoscopie a essentiellement été utilisée chez la vache dans le domaine de la reproduction
(85). Anderson et al. sont les premiers auteurs à décrire l’ensemble de l’anatomie abdominale
normale de la vache vue au moyen d’un laparoscope (2).

Schiller et Staufenbiel en 1999, puis Konig et al. en 2000 présentent de nouveau la


technique de la laparoscopie chez la vache ainsi que la description des viscères abdominaux
visibles dans les conditions physiologiques (114, 75, 76). Apparaissent ensuite de nouvelles
applications de la laparoscopie chez les bovins, telles que la possibilité de réaliser des biopsies
hépatiques (121), rénales (92), intestinales (74). La laparoscopie est également intéressante
dans le diagnostic des péritonites (86, 118). Actuellement de nombreux auteurs s’intéressent
aux possibilités diagnostiques et thérapeutiques offertes par cette technique dans l’espèce
bovine (1, 126, 4, 6, 7, 12, 43, 66, 67, 110, 129, 130, 31, 93, 5, 107) ; la troisième partie de
cette étude traitera des applications possibles de la laparoscopie au diagnostic et au traitement
des déplacements de la caillette à gauche. D’après Ravier, d’autres techniques chirurgicales
telles que la résection de la vessie et des structures ombilicales chez le veau ont été mises au
point (105).

- 59 -
III] Equipement nécessaire à la réalisation d’une
laparoscopie
L’équipement nécessaire à la réalisation d’un examen laparoscopique comprend deux
parties principales : un système optique qui permet d’obtenir une image à l’intérieur de la
cavité abdominale, et un système d’insufflation qui permet la réalisation d’un
pneumopéritoine (21). Divers instruments spécialisés (porte aiguille, pince à préhension, …)
et un système d’imagerie sont parfois également nécessaires (135).

A) Le matériel d’insufflation

1) Considérations préalables sur le pneumopéritoine


Le gaz introduit dans la cavité abdominale permet une distension abdominale qui a
plusieurs rôles. Grâce au pneumopéritoine, la voie d’entrée du laparoscope et des autres
instruments sera éloignée du contenu abdominal ce qui diminue ainsi le risque de traumatisme
des organes abdominaux lorsque les instruments sont introduits dans la cavité abdominale (97,
89, 117, 118, 85, 21). De plus il permet d’accoler fortement le feuillet pariétal du péritoine à
la paroi abdominale et facilite ainsi la ponction de ce feuillet lors de l’introduction des trocarts
(85). Enfin le laparoscope pourra prendre de la distance par rapport aux éléments observés
sans que la vision soit entravée par d’autres structures intra-abdominales (97, 75, 89, 21), le
pneumopéritoine va permettre de ménager un espace pour la réalisation des gestes
chirurgicaux via les instruments spécialisés (63).

Pour minimiser au maximum les risques de complications lors d’une exploration


laparoscopique, le pneumopéritoine est idéalement établi préalablement à toute ponction de la
paroi abdominale par les trocarts. Une aiguille à pneumopéritoine raccordée à un insufflateur
par un tuyau est alors utilisée. Cependant, dans certaines études, l’établissement d’un
pneumopéritoine préalable à la ponction de la paroi abdominale par les trocarts n’est pas
toujours réalisé. Afin de gagner du temps, la paroi abdominale peut être directement
ponctionnée par le trocart entouré d’une canule puis le tuyau d’insufflation est directement
raccordé au robinet de la canule, mais le risque de ponctionner un organe, d’entraîner un
décollement péritonéal ou de réaliser une insufflation rétropéritonéale semble augmenter dans
ces conditions (117, 21). Parfois aucun système d’insufflation n’est prévu et le
pneumopéritoine formé est simplement dû à l’entrée passive d’air dans la cavité abdominale
au travers de la canule (85, 82).

2) L’aiguille à pneumopéritoine
Cet instrument va permettre de réaliser une première effraction de la paroi abdominale
pour pouvoir insuffler le gaz responsable du pneumopéritoine. L’aiguille de Verres-Palmer est
la plus connue et la plus utilisée (69, 28, 97, 117, 134, 135). C’est une aiguille à petit biseau
dans laquelle coulisse un mandrin mousse, creux et perforé qui, grâce à un ressort de rappel
vient dépasser la pointe de l’aiguille dès sa pénétration dans la cavité abdominale (69, 75, 96,
28, 97) (figure 16). Le gaz insufflé pénètre dans la cavité abdominale via l’orifice ou les
orifices latéraux portés par le mandrin mousse. Les auteurs affirment qu’une aiguille de
Verres ne présentant que deux orifices latéraux, est préférable afin de limiter le risque

- 60 -
d’insufflation rétropéritonéale. En outre, sa longueur doit être suffisante pour permettre
d’atteindre le péritoine même dans le cas d’animaux présentant des panicules adipeux
importants ; Ravier conseille de recourir dans ce cas à une aiguille de 150 mm (105).

Certains auteurs préfèrent utiliser chez les grands animaux, une simple aiguille 14G
car en raison de l’épaisseur du péritoine, il peut être difficile de le trocarder avec l’aiguille de
Verres (97, 128).

Uson et al. décrivent l’utilisation d’une aiguille similaire à l’aiguille de Verres-Palmer


mais qui possède en plus, un ingénieux mécanisme à l’intérieur de son manche qui indique les
couches de la paroi abdominale traversée (127).

D’autres auteurs décrivent l’utilisation de cathéters ou de sondes à trayon pour


ponctionner le péritoine afin d’établir le pneumopéritoine (62, 63, 21).

- 61 -
A)

B)
Fig 16 : L’aiguille de Verres (d’après 137)
A : Le mandrin mousse dépasse la pointe de l’aiguille minimisant ainsi les risques de traumatisme des structures intraabdominales.
B : Lors de la ponction de la paroi abdominale, le mandrin mousse est repoussé à l’intérieur de l’aiguille.
3) L’insufflateur

a) Insufflateurs semi-automatiques

Des appareils semi-automatiques étaient utilisés auparavant en médecine humaine, ils


sont retrouvés sur le marché vétérinaire (105). Le premier temps de l’instauration du
pneumopéritoine est réalisée grâce à un circuit d’insufflation manuel à débit rapide (deux à
trois litres par minute) ; il ne comporte aucune limitation de pression automatique et il faut
périodiquement arrêter l’insufflation afin de pouvoir contrôler la pression intra-abdominale.
Lorsque cette dernière a atteint la valeur souhaitée, l’insufflateur semi-automatique est
basculé vers le circuit automatique qui prend le relais afin de maintenir la pression
abdominale à la valeur fixée par l’opérateur. Le débit d’insufflation n’excède alors pas un litre
par minute (105).

Lors de la première phase d’insufflation, il est indispensable de réaliser un contrôle de


la pression intra-abdominale très tôt afin de vérifier que l’insufflation n’est pas réalisée dans
l’espace rétropéritonéal.

b) Insufflateurs électroniques automatiques

Des insufflateurs électroniques automatiques sont également disponibles sur le


marché. Ils procèdent à l’insufflation mais s’arrêtent automatiquement périodiquement afin de
contrôler la pression intra-abdominale. Ils calculent alors automatiquement le volume de gaz à
insuffler en fonction de la pression intra-abdominale mesurée et des paramètres réglés par
l’opérateur : le débit d’insufflation maximum et la pression intra-abdominale souhaitée (63,
105, 69, 19). Ces appareils évitent les rétropneumopéritoines car dans ce cas, la pression
mesurée par l’appareil est alors très vite supérieure à la valeur fixée par l’opérateur et
l’insufflation est alors arrêtée. Mais cette sécurité engendre également un petit inconvénient :
l’insufflation peut également s’arrêter lorsque l’aiguille touche un organe intra-abdominal
(105).

c) Autres systèmes moins coûteux

Différents systèmes moins coûteux ont été proposés par différents auteurs. Certains
proposent d’utiliser la voie d’échappement d’un appareil à succion, d’un aspirateur en
stérilisant le gaz avec une membrane, ou alors d’utiliser directement une bouteille de gaz
comprimé équipée d’un manomètre (97, 47, 38, 96, 100, 21). Enfin, d’autres auteurs utilisent
une pompe manuelle pour établir le pneumopéritoine chez les carnivores domestiques et chez
les veaux mais ceci n’est bien sûr pas réalisable chez les animaux de grand format (121).
Cependant ces systèmes exigent une attention particulière, un contrôle manuel, ils n’indiquent
pas la pression intra-abdominale ni le volume de gaz insufflé, le débit de gaz est difficilement
réglable et les éventuelles fuites per-opératoires ne peuvent pas être compensées correctement
(97, 47).

Maxwell, Kraemer ainsi que Seeger recommandent d’éviter l’utilisation de gaz


comprimés car ils les trouvent très irritants pour le péritoine du fait du refroidissement qui
intervient lors de leur décompression (85, 116).

- 63 -
4) Le gaz
Le gaz le plus couramment utilisé pour la formation du pneumopéritoine chez les
animaux, est le dioxyde de carbone (96, 97, 1, 62, 63, 74, 76, 114, 134, 47, 135, 118, 127, 85,
21, 19). D’autres gaz comme l’oxygène, le protoxyde d’azote ou simplement de l’air filtré,
peuvent également être utilisés (1, 62, 89, 100, 115, 118, 85). Mais le dioxyde de carbone est
généralement préféré chez les carnivores domestiques et chez le cheval car il est non
combustible, très soluble dans le sang, présente un faible risque d’embolie gazeuse et est
expiré par les poumons (62).

Chez les bovins, les avis des auteurs divergent quant à la nature du gaz à utiliser parmi
ceux précédemment cités (105). Aucune étude n’a montré l’apparition d’effets secondaires à
l’emploi du dioxyde de carbone ou de l’air ambiant pour la formation d’un pneumopéritoine
dans l’espèce bovine. La seule étude ayant été menée à ce sujet sur des ruminants concernait
des brebis chez qui un pneumopéritoine était créé par l’insufflation de dioxyde de carbone ;
elle a montré qu’une pression intra abdominale supérieure à 15 mmHg chez des brebis
gestantes entraînait une compression de l’utérus s’accompagnant d’une diminution de la
perfusion sanguine de cet organe et de l’apparition d’une acidose chez la brebis et son fœtus.
Cependant par la suite, les gestations ont toutes été menées à terme (4). En médecine
humaine, les avis divergent également. Alors qu’une étude menée sur 400 patients n’a montré
aucune complication suite à l’utilisation d’air ambiant pour former le pneumopéritoine,
d’autres chercheurs concluent que l’utilisation d’air ambiant induit un stress très important
pour l’organisme. Récemment, il a été suggéré que le dioxyde de carbone utilisé pour former
les pneumopéritoines, pourrait induire des modifications métaboliques et immunologiques de
la surface péritonéale qui favoriseraient l’implantation de tumeurs et diminueraient les
capacités du péritoine à lutter contre les phénomènes infectieux (4).

Actuellement, du fait de ces controverses et de l’absence d’étude dans l’espèce bovine,


la majorité des auteurs utilise de l’air ambiant filtré pour la formation des pneumopéritoines
dans cette espèce et aucune complication n’a jusqu’à présent été rapportée (4). De plus
l’utilisation de l’air ambiant est bien sûr intéressante pour des raisons pratiques et
économiques (19).

B) Les canules et les trocarts


Le système canule-trocart va permettre de réaliser l’effraction de la paroi abdominale,
la canule sert de voie d’entrée du laparoscope ou des autres instruments dans la cavité
abdominale (63).

Le trocart présente une pointe pyramidale ou conique (63, 69). Les pointes
pyramidales sont généralement préférées par la plupart des auteurs car elles permettent une
ponction plus franche de la paroi abdominale limitant ainsi le risque de décollement
péritonéal (134, 69, 21).

La canule est équipée d’un robinet sur lequel le tuyau d’insufflation va pouvoir être
connecté, et d’une valve d’étanchéité ; cette valve (automatique ou trompette) va éviter que
l’air du pneumopéritoine ne s’échappe lors du retrait du laparoscope ou des autres instruments
(62, 63, 100, 134, 135, 69, 127, 85, 21). Le diamètre des canules varie de 5 à 33 millimètres

- 64 -
(62, 63). Des adaptateurs existent afin de réduire le diamètre interne de la canule pour lui
permettre d’accueillir des instruments de plus faible diamètre (97, 62).

Des systèmes dits de sécurité existent sur le marché : la pointe du trocart est protégée
par une gaine rétractable montée sur ressort. Cette gaine laisse dépasser la pointe du trocart
lorsque des résistances sont rencontrées comme lors de la ponction de la paroi abdominale
tandis que dès que ces résistances cessent (lorsque le péritoine a été franchi), la gaine vient
recouvrir la pointe du trocart, limitant ainsi les risques de traumatisme des structures
abdominales sous-jacentes (62, 63, 97). Un dispositif de blocage permet généralement de
l’empêcher de redécouvrir la pointe du trocart, une fois que le péritoine a été franchi (62, 63).
Cependant ces systèmes de sécurité ont un coût nettement supérieur aux systèmes canules-
trocarts classiques et selon Hendrickson et Wilson ce surcoût ne s’accompagne que de très
peu de bénéfices finalement (63, 62).

Certains dispositifs sont conçus pour un usage unique alors que d’autres sont
réutilisables (63, 97).

C) Le système optique
Le système optique permet l’observation à l’intérieur de la cavité abdominale, il est
composé d’un laparoscope relié à une source de lumière.

1) Le laparoscope

Deux types d’endoscope peuvent être utilisés, les endoscopes souples ou les
endoscopes rigides (112, 100, 69, 135, 21). Cependant, la souplesse des endoscopes souples
garantit certes une absence quasi-totale de traumatisme viscéral mais rend très difficile la
progression et le maintien d’une direction dans la cavité abdominale (112, 2). De plus pour
pouvoir être utilisés chez les bovins, les endoscopes souples doivent présenter au minimum
une longueur de 120cm. Pour ces raisons, les laparoscopies sont majoritairement réalisées à
l’aide d’endoscopes rigides. De plus ils offrent des champs de vision plus étendue et une
meilleure clarté des images recueillies (19). Dans la suite de cette étude, nous n’envisagerons
plus que ce type d’endoscope.

a) Principe du laparoscope

Le laparoscope est constitué d’un tube métallique présentant sur sa périphérie des
fibres optiques qui transmettent la lumière issue de la source de lumière et éclairant l’intérieur
de la cavité abdominale (96). L’oculaire est conçu pour une mise au point à l’infini. L’image
observée est donc nette quelque soit la distance focale. Par contre, un effet de loupe peut être
observé lorsque le laparoscope s’approche de la structure observée (96, 19). Généralement, les
auteurs s’accordent sur le fait que pour pouvoir évaluer la taille d’un organe, l’extrémité du
laparoscope doit se situer à cinq centimètres de ce dernier (100).

- 65 -
b) Caractéristiques des laparoscopes

Les laparoscopes se caractérisent essentiellement par le système optique utilisé, leur


axe de visée, leur diamètre et leur longueur, ainsi que par l’angle de champ optique apparent,
l’angle de champ de vision et leur cercle oculaire.

- Le système optique utilisé

Trois systèmes optiques peuvent être utilisés dans la conception des laparoscopes
(figure 17).

Le système à lentilles minces

Le laparoscope se compose alors d’un objectif, d’une série de lentilles minces et d’un
occulaire permettant un agrandissement de l’image (99).

Le système à lentilles en baguettes

Ce système composé de lentilles très épaisses et peu espacées, offre de nombreux


avantages par rapport au système à lentilles minces et ces avantages sont d’autant plus
marqués que le diamètre du laparoscope est faible. Il limite la dispersion de la lumière, l’angle
de vue est élargi tandis que la luminosité et la résolution de l’image sont meilleures (105, 99).

Le système à gradient d’index (« GRIN system »)

Ce système est composé d’un verre coulé dans un autre périphérique dont l’indice de
réfraction diminue du centre vers la périphérie (105). Ce système est adapté à des
laparoscopes de faible diamètre (entre 0,7 et 1mm de diamètre) (99).

A)

B)

C)

Figure 17 : Les systèmes optiques (d’après 99)


A) Système à lentilles minces
B) Système à lentilles en baguettes
C) Système à gradient d’index

- 66 -
- L’axe de visée du laparoscope

L’axe de visée correspond à la mesure de l’angle formé entre l’axe du laparoscope et


la ligne passant par l’extrémité du laparoscope et le centre du champ de vision, ou à la mesure
de l’angle supplémentaire au précédent angle (99) (figure 18).

La plupart des laparoscopes présentent un axe de visée égal à 0°, 30° ou 60°. En
faisant tourner sur eux-mêmes les laparoscopes dont l’axe de visée est compris entre 25 et
30°, le chirurgien dispose d’un plus grand champ de vision et peut visualiser les organes à
partir différents angles (62). Un laparoscope avec un axe de visée égal à 60° offre toujours un
grand champ de vision mais la partie située juste dans l’axe du laparoscope ne pourra jamais
être visualisée en opérant une simple rotation de l’instrument sur lui-même (99).

A)

B)

C)

Fig 18 : Axe de visée du laparoscope et étendue du champ de vision lorsque le


laparoscope est tourné sur lui même (d’après 99)
A) Angle de visée = 0° ; le champ de vision n’est pas modifié lorsque le laparoscope est
tourné sur lui même.
B) Angle de visée = 20° ; le champ de vision est plus étendu.
C) Angle de visée = 50° ; le champ de vision est encore plus étendu mais la zone
directement dans l’axe du laparoscope n’est pas visualisable par simple rotation de
l’instrument sur lui-même.
(tous les laparoscopes représentés ici présentent le même angle de champ de vision (60°).)

- 67 -
- Le diamètre du laparoscope

Différents diamètres sont disponibles. Le plus souvent, les laparoscopes utilisés


présentent des diamètres de 10, 7 ou 5 millimètres (69, 63, 62). Jones rapporte même
l’utilisation d’un laparoscope de 1,7mm de diamètre chez les chats et les chiens de petite taille
(69).

Le diamètre du laparoscope va influencer la quantité de lumière transmise à l’intérieur


de la cavité abdominale (85, 38, 21, 135) ; pour cette raison, chez les grands animaux,
l’utilisation d’un laparoscope de 10 millimètres de diamètre est conseillée (85, 38, 21).

- La longueur du laparoscope

Généralement, la longueur des laparoscopes est comprise entre 30 et 60 centimètres


(62), mais Schelcher et al. rapportent l’utilisation d’un laparoscope de 71 centimètres (112).

Le laparoscope doit présenter une longueur minimale de 50 centimètres afin de


permettre une exploration correcte de la cavité abdominale chez les grands animaux (117, 75,
1). Maxwell et Kraemer conseillent même une longueur minimale de 60 centimètres chez les
bovins (85). Cependant, une longueur trop importante peut également être gênante si le site
d’observation ou le site opératoire se trouve très près de la paroi abdominale (63, 62). De
plus, les laparoscopes relativement longs doivent également présenter un diamètre assez
important pour être suffisamment rigides pour être glissés entre les différentes structures
intra-abdominales et ne pas se plier, se tordre sous le poids, la contrainte des organes (85).

- L’angle de champ de vision

Cette valeur correspond à la mesure de l’angle formé par les deux lignes partant de
l’extrémité du laparoscope jusqu’aux limites du champ de vision. Généralement, l’angle de
champ de vision est compris entre 60 et 70°, mais il peut varier de 40° à 100° (99).

Le champ de vision est qualifié de panoramique si cet angle est compris entre 90° et
120°, de champ standard s’il est compris entre 70° et 90° et enfin de petit champ s’il est
inférieur à 70° (105).

- L’angle de champ optique apparent

Il s’agit de la mesure en degrés de l’angle formé par les deux lignes partant de l’œil de
l’observateur jusqu’aux limites du champ de vision (99).

- Le cercle oculaire

Le cercle oculaire correspond au cercle au travers duquel tous les rayons quittant
l’oculaire passent. La distance entre l’oculaire et le cercle oculaire est appelée refief oculaire
(99, 105). Le cercle oculaire peut être apprécié en pointant une surface blanche amenée
perpendiculairement à l’endoscope ; lorsque le disque lumineux observé présente le plus
faible diamètre et la plus forte luminosité, la feuille passe par le cercle oculaire (99, 105).

Le diamètre du cercle oculaire est très important car il détermine la luminosité de


l’image observable à travers le laparoscope ; il varie de 0,5 mm à 2 mm (99).

- 68 -
- Le canal opératoire

Certains laparoscopes présentent un canal opératoire (figure 19) ; ils permettent alors
de réaliser des actes tels que des biopsies ou quelques actes chirurgicaux à partir d’une seule
ponction de la paroi abdominale. L’instrument employé accède alors à l’intérieur de la paroi
abdominale via ce canal intégré au laparoscope dont l’oculaire ne se trouve plus dans le
prolongement du corps du laparoscope mais est déjeté latéralement (62, 63, 38, 100, 21, 99).

A)

B)

Fig 19 : Laparoscope simple (A) et laparoscope présentant un canal opératoire (B)


(d’après 99)

2) La source de lumière
La source de lumière doit être la plus puissante possible car elle conditionne la facilité
de l’examen visuel (112). En effet, la luminosité est absorbée par la couleur rouge sombre des
parois et de certains organes (134). Les lampes utilisées en médecine vétérinaire sont
généralement des lampes halogènes (incandescence simple) pour des raisons de coût (96,
105), mais il existe également des sources de lumière à arc électrique (96).

Elle est généralement constituée d’une ampoule, de miroirs réfléchissants et de


lentilles qui vont condenser la lumière sur l’extrémité du faisceau de fibres optiques (69). La
puissance de la lampe varie de 150 watts à 300 watts. Certains auteurs affirment qu’une
puissance de 150 watts est suffisante pour réaliser une observation laparoscopique chez les
grands animaux (63), mais les avis divergent (97, 85, 21, 135). Fischer et Hendrickson
recommandent l’utilisation d’une source de lumière d’une puissance de 300 watts dès que le

- 69 -
chirurgien ne regarde plus directement dans l’oculaire mais a recours à un système vidéo (38,
62).

La source de lumière et le laparoscope sont reliés par un câble flexible constitué de


fibres optiques ou d’un gel optique assurant la transmission de la lumière (69, 128, 63) ; le
diamètre de ce câble doit être le plus important possible afin de transmettre le maximum de
lumière au laparoscope (62). Il est rendu résistant et flexible grâce à un gainage métallique
(96). Bien que les infrarouges soient filtrés, la lumière qualifiée de « lumière froide » n’est
jamais totalement froide et quelques précautions doivent toujours être prises avec l’extrémité
du câble (96, 105).

3) Les instruments chirurgicaux disponibles


De nombreux instruments sont désormais disponibles. Ils sont des répliques des
instruments classiquement utilisés lors des chirurgies traditionnelles mais ils ont été adaptés :
leur diamètre est réduit afin de pouvoir passer à l’intérieur des canules tandis que leur
longueur a été considérablement augmentée afin que le chirurgien puisse intervenir dans la
cavité abdominale à partir de l’extérieur (63, 134, 135).

Des portes aiguilles, des pinces à ouverture simple ou double, des ciseaux, des
dissecteurs et des écarteurs ont été spécialement mis au point. De nouveaux instruments sont
sans cesse conçus afin de répondre aux attentes des chirurgiens souhaitant développer de
nouvelles techniques chirurgicales sous laparoscopie.

Les instruments spécialement élaborés pour les corrections des déplacements de


caillette sous laparoscopie seront présentés lors de la présentation de la technique chirurgicale
dans la dernière partie de cette étude.

Le contrôle du mouvement des instruments se fait indirectement par le contrôle visuel


bidimensionnel au travers de l’optique. La technique de la triangulation aide à la manipulation
des instruments lorsque deux instruments sont nécessaires à la chirurgie : le laparoscope tenu
par un aide et les deux instruments tenus par le chirurgien sont placés au sommet d’un triangle
centré sur la projection de la zone d’intervention (134, 38).

4) Le système de gestion de l’image


Auparavant, le chirurgien regardait directement à l’intérieur de la cavité abdominale à
travers l’oculaire. Cependant, désormais la plupart des interventions ne se déroulent plus
ainsi : une caméra est adaptée sur l’oculaire du laparoscope et le chirurgien observe les
images ainsi recueillies sur un moniteur (135, 62, 19). Cette adaptation permet d’augmenter le
confort du chirurgien, d’obtenir des grossissements du site opératoire via l’objectif de la
caméra, mais aussi de partager les différents moments de la chirurgie avec l’ensemble des
personnes entourant le chirurgien. Le recours à ce système vidéo est très important dans la
mesure où certaines interventions nécessitent parfois plusieurs instruments au même moment,
un aide doit alors tenir soit un instrument ou le laparoscope tandis que le chirurgien regarde le
champ opératoire sur le moniteur (63, 19). Ce système vidéo offre également la possibilité
d’enregistrer, d’archiver les images (135).

- 70 -
Enfin, comme dans de nombreuses études dont celle de Mégale en 1967, l’acquisition
d’images peut être réalisée grâce à l’adaptation d’un appareil photographique sur l’oculaire du
laparoscope (135).

Il ne faut cependant pas oublier que le recours à un système vidéo nécessite également
une source de lumière de puissance supérieure à celle utilisable lors d’une observation directe
à travers l’oculaire (38).

IV] Applications modernes de la laparoscopie chez les


animaux

A) Chez les bovins


La laparoscopie est indiquée dans les affections suivantes : abcès intra-abdominal,
hémorragie interne, hématome, péritonite sérofibrineuse ou fibrineuse, réticulopéritonites par
corps étranger, adhérences, tumeur ovarienne, kystes ovariens ou adhérences dans la bourse
ovarique, déchirure rectale, affections rénales, mésothéliome (105, 92, 118, 138, 43, 44, 56,
58). Elle permet la réalisation de biopsies guidées (rénale, hépatique, splénique, intestinale)
(56, 74, 92, 121, 44) ; le praticien observe tout d’abord l’organe à biopser et les éventuelles
anomalies visibles, il peut ensuite orienter la biopsie vers les zones qui lui semblent suspectes.
Il peut également contrôler un éventuel saignement secondaire à la biopsie (44). La
laparoscopie présente un intérêt pronostic important lors de torsions utérines sévères en
permettant d’apprécier l’importance des lésions secondaires à l’ischémie (4). Klein et al. la
considère comme une technique d’imagerie complémentaire à l’échographie (74).

Mais elle est également une aide diagnostique et thérapeutique précieuse dans
certaines pathologies de la caillette. Les ulcères de la paroi abomasale peuvent être observés
grâce à la laparoscopie. L’intérêt diagnostique de la laparoscopie dans le cadre des
déplacements de la caillette a très vite été souligné : en 1965, Robertson présentait déjà la
laparoscopie (appelée à l’époque péritonéoscopie) comme un outil utile au diagnostic des
déplacements de la caillette à gauche (108). Cependant, son intérêt thérapeutique dans cette
même indication n’a été étudié que dernièrement par la mise au point de diverses techniques
que nous présenterons dans la dernière partie de ce sujet.
En dehors des déplacements de la caillette, le praticien peut également avoir recours à
la laparoscopie dans le cadre du traitement de la persistance du canal de l’ouraque chez le
veau (58).

B) Chez les équidés


Les interventions gynécologiques telles que les ovariectomies (97, 102, 101, 20, 95) et
les ovario-hystérectomies, ainsi que les vasectomies et les cryptorchiectomies (41, 47, 97, 64,
37, 39, 118) sont désormais couramment réalisées sous laparoscopie (134, 38, 21). La
laparoscopie permet également la réparation des hernies inguinales ou le rétrécissement des
anneaux inguinaux (97). Mais les indications de la laparoscopie chez le cheval sont aussi
toutes les pathologies d’origine abdominale ; elle présente beaucoup d’intérêt lors de colique
chronique, d’amaigrissement chronique, de fièvre d’origine inconnue, de maladie
métastatique et lors de suspicion de tumeurs, d’adhérences ou d’abcès abdominaux (21, 37,

- 71 -
39, 48). Lors de lacération rectale ou utérine, le grade de la lacération et le degré de
contamination abdominale peuvent être évalués (21, 61). La laparoscopie permet également la
réalisation des biopsies spléniques, hépatiques, rénales ou des biopsies de masse mais aussi
l’aspiration d’abcès intra-abdominaux (37, 38, 40, 47).

C) Chez les carnivores domestiques


Viguier décrit la possibilité de réaliser sous laparoscopie, les gastropexies
prophylactiques des torsions d’estomac chez les grands chiens, mais aussi les colopexies et les
déférentopexies pour la fixation intra-abdominale du côlon, de la vessie ou de la prostate dans
le traitement des hernies périnéales (134). Les autres interventions chirurgicales réalisables
sont les ovariectomies, les ovariohystérectomies, les cryptorchiectomies, les vasectomies, les
vasopexies, l’épiploïsation des abcès prostatiques, les transpositions d’uretère ectopique, les
urétéropexies, les cholécystectomies ainsi que les surrénalectomies (134, 135). Des spléno-
portographies et les cholangiographies peuvent également être préparées sous laparoscopie
(135, 69).

D) Chez les autres espèces


La laparoscopie est très utile pour le sexage des oiseaux (40). Cet acte est très
important au sein des zoos notamment car il permet pour les espèces d’oiseaux ne présentant
pas de dimorphisme sexuel, d’obtenir le sex-ratio idéal pour faciliter leur reproduction. Ce
moyen de sexage est également utilisé chez les oiseaux immatures afin de constituer des
couples très tôt, sans avoir à attendre que les caractères sexuels ne se développent (26).

De nombreuses indications diagnostiques mais aussi thérapeutiques de la laparoscopie


citées précédemment sont retrouvées chez les autres espèces. Mais chez les animaux
sauvages, la laparoscopie est d’autant plus intéressante qu’elle nécessite des soins post-
opératoires très réduits (26).

- 72 -
Troisième partie

Présentation de quatre techniques d’abomasopexie sous


laparoscopie :

Description des techniques chirurgicales


Intérêts et limites des ces nouvelles techniques

- 73 -
- 74 -
Dans la précédente partie de notre étude, nous avons présenté brièvement la
laparoscopie, son évolution, ses principales indications chez les animaux ainsi que
l’équipement de base requis. En 1998, Janowitz a décrit la première technique
d’abomasopexie sous laparoscopie (8). Depuis, trois autres techniques de traitement des
déplacements de caillette à gauche, ont été mises au point. Dans cette dernière partie de notre
étude, nous détaillerons les procédures chirurgicales pour chacune, ainsi que leurs intérêts et
leurs limites dans le traitement des déplacements de caillette à gauche.

I] Préparation de l’animal

A) Diète hydrique
Habituellement, avant toute laparoscopie, une diète hydrique de 12 à 48 heures est
fortement conseillée afin de réduire le volume de la masse viscérale en général et notamment
celui du rumen, afin de permettre une exploration complète et aisée de la cavité abdominale
(53, 128, 56, 74, 75, 112, 114, 115, 118, 85, 4, 54, 19) mais aussi de diminuer le risque de
ponction ruminale lors de la mise en place des trocarts (53, 4). Certains auteurs conseillent
une suppression de tous les fourrages normalement ingérés durant les 72 heures précédant la
laparoscopie, tandis que l’animal continue d’ingérer les concentrés de sa ration jusqu’à 24
heures avant l’intervention (85, 19).

Cependant, il ne faut pas oublier que lors de déplacement de la caillette, le bovin


présente une dysorexie importante voire souvent une anorexie ; pour cette raison, la plupart
du temps, le praticien peut recourir à une technique de correction de ce déplacement de la
caillette sous laparoscopie, dès que le diagnostic est posé, sans attendre 24 à 48 heures.

B) Examen préopératoire
Une palpation transrectale préalable à la laparoscopie sur animal debout permet de
vérifier l’absence d’adhérences, de masse ou d’organe dilaté en regard des sites de ponction
(117, 114, 19). Cette vérification permet de diminuer le risque de ponction accidentelle d’un
organe abdominal (114).

C) Contention de l’animal

1) Contention de la vache debout


La contention de l’animal debout est réalisée de manière classique (comme lors de
césarienne) (53). La vache est placée dans une cage de contention ou un travail de type
chirurgical, elle est attachée à la tête par un licol et éventuellement au nez par une pince
mouchette (112, 114, 85). Lorsque la vache est très calme et est habituée à être manipulée, le
fait de simplement l’attacher à un point fixe à l’aide d’un licol peut suffire même si le recours
à une cage de contention ou à un travail doit toujours être préféré si ces installations sont
disponibles dans l’élevage. Ils offrent en effet, beaucoup plus de sécurité pour le chirurgien,
mais aussi pour l’animal et diminuent fortement le risque d’endommager le matériel de
laparoscopie utilisé (85). Le travail utilisé doit permettre un accès aisé aux flancs de l’animal

- 75 -
quelque soit sa taille ; Maxwell et Kraemer recommandent de placer une barre rejoignant les
deux côtés du travail et passant sous l’animal afin de l’empêcher de se coucher (85).

Si l’animal est très agité, une légère tranquillisation peut être réalisée (53). Certains
auteurs rapportent l’utilisation de 0,5 ml de xylazine 2% IV à cet effet (12, 129, 85, 9, 8).
Selon Guidoni et al., le chlorhydrate de romifidine à la posologie de 0,5mg/100kg en
intraveineuse peut également être utilisé. Ce dernier entraîne une moindre ataxie que la
xylazine à dose équivalente, mais cette molécule ne dispose pas d’autorisation de mise sur le
marché pour les bovins dans cette indication (53). Maxwell et Kraemer utilisent également de
l’acépromazine à la posologie de 0,5 à 1 mg/kg en intramusculaire (85). Le praticien doit
éviter tout surdosage lors du recours à une tranquillisation car l’animal serait alors incapable
de se maintenir debout (85).

Le recours à la tranquillisation lors de laparoscopie sur animal debout est très


occasionnel ; une tranquillisation est entreprise uniquement si l’animal est très agité ou si les
conditions de travail l’imposent (peu de moyens de contention disponibles, recours à un
matériel très onéreux et nécessitant une protection maximale, …). En pratique, une simple
contention physique convient la plupart du temps lors d’intervention sur animal debout.

Afin d’éviter une contamination du site de ponction de la paroi abdominale, la queue


de l’animal est attachée (85).

2) Couchage de la vache et maintien en décubitus dorsal


Certaines techniques nécessitent de positionner la vache en décubitus dorsal. Alors que
la première partie de la technique d’abomasopexie selon Janowitz est réalisée sur la vache
debout, la seconde étape nécessite que l’animal soit couché sur le dos. La technique
développée au Québec par Babkine et al. de même que la technique d’abomasopexie à l’aide
de navette sur la vache en décubitus dorsal ont également recours au décubitus dorsal, l’intérêt
de cette position étant comme nous l’avons déjà évoqué, que la caillette reprenne
spontanément sa situation anatomique normale.

La tranquillisation de l’animal doit alors être plus importante que celle éventuellement
employée chez l’animal debout. Certains auteurs obtiennent cette sédation par
l’administration de xylazine à une posologie variant de 0.05 à 0.1 voire 0,2 mg/kg IV (66, 67,
12, 129, 6, 1, 118, 130). Guidoni et al. utilisent là encore du chlorhydrate de romifidine mais à
une posologie de 0.85mg/100kg IV cette fois (53).

Lorsque le praticien ne dispose pas d’une table opératoire pneumatique qui permet de
placer l’animal en décubitus dorsal sans effort (8), des cordes doivent être employées pour
aider au couchage de l’animal. Lorsque la vache est couchée, elle est basculée sur son côté
droit puis placée en décubitus dorsal. Chacune des pattes est fermement attachée afin d’éviter
tout accident. Certains auteurs préfèrent attacher chacune des pattes individuellement pour
obtenir une stabilité maximale ; d’autres vétérinaires attachent les deux antérieurs ensemble
après les avoir passés au centre d’un pneu, ils procèdent de manière similaire pour les deux
postérieurs (11).

Lorsque le chirurgien a recours à l’une des techniques nécessitant de placer l’animal


en décubitus dorsal, la veine mammaire doit être marquée sur le bovin debout, afin d’éviter de
la ponctionner ultérieurement (12). En effet, bien visible lorsque la vache est en position

- 76 -
debout, la veine mammaire se collabe lorsque la vache est placée en décubitus dorsal. Elle
doit donc être clairement repérée avant que la vache ne soit couchée.

II] Les lieux de ponction : préparation et anesthésie


Dans cette partie, nous ne nous intéresserons qu’à la préparation des sites chirurgicaux
et à leur anesthésie ; la localisation anatomique des différents sites de ponction de la paroi
abdominale sera présentée pour chacune des techniques, avant la description du déroulement
de chacune d’entre elles.

A) Préparation des sites de ponction de la paroi abdominale


Une zone de trois à cinq centimètres de diamètre autour de chaque site de ponction est
préparée de manière chirurgicale classique : elle est lavée, rasée et désinfectée (53, 129, 66,
67, 6, 4, 9, 8). Certains auteurs décrivent la préparation d’une zone beaucoup plus grande
autour des sites de ponction. Babkine et al. préparent ainsi chirurgicalement l’ensemble du
flanc de l’animal lors d’une intervention sur animal debout, ou une zone de quarante
centimètres de large (vingt centimètres de part et d’autre de la ligne blanche), partant du
processus xyphoïde jusqu’à dix centimètres en arrière de l’ombilic (4).

B) Anesthésie des sites de ponction de la paroi abdominale


Comme la plupart des interventions chirurgicales réalisées chez les ruminants, les
abomasopexies réalisées sous laparoscopie nécessitent généralement une simple anesthésie
locale ou loco-régionale associée à une contention physique (56). L’anesthésie locale ou
locorégionale se caractérise par une perte temporaire de la sensibilité dans une région du
corps sans répercussion importante à distance du site anesthésié, sur le reste de l’organisme
(103).

Comme nous l’avons déjà abordé précédemment, à la contention physique et à


l’anesthésie locale, le chirurgien peut ajouter une légère sédation lorsque l’animal est agité ou
doit être placé en décubitus dorsal.

1) Rappels anatomiques concernant la paroi abdominale


Nous nous intéresserons dans cette partie à l’anesthésie des différents sites
anatomiques susceptibles d’être ponctionnés dans le cadre de la réalisation d’une
abomasopexie sous laparoscopie. Ces sites anatomiques sont la région du flanc gauche, le
onzième ou douzième espace intercostal et la région du ventre.

La région du flanc est définie comme la région s’étendant de la dernière côte à l’angle
de la hanche et des processus transverses des vertèbres lombaires à la région du ventre. Son
innervation sensitive est réalisée par les rameaux ventraux des nerfs rachidiens T13, L1 et L2
(18). Les nerfs rachidiens émergent du canal rachidien par les foramens intervertébraux, puis
se divisent en deux branches : une branche dorsale et une branche ventrale. La branche
dorsale se divise ensuite également en deux branches : une branche médiale et une branche
latérale. Le rameau latéro-dorsal permet l’innervation cutanée de la moitié dorsale de la

- 77 -
région du flanc tandis que le rameau médio-dorsal est responsable de l’innervation de la partie
dorsale des muscles lombaires. Le rameau ventral des nerfs rachidiens est quant à lui
responsable de l’innervation cutanée de la moitié ventrale de la région du flanc, jusqu’à la
ligne médiane, mais aussi des muscles composant la paroi abdominale ainsi que du péritoine
(18, 105).

2) Les différents types d’anesthésie envisageables


Le chirurgien a le choix entre différentes techniques afin d’anesthésier la région du
flanc. Bien que la plupart des auteurs recourent à une anesthésie par infiltrations locales
d’anesthésique, le chirurgien peut choisir de réaliser une anesthésie paravertébrale ou une
anesthésie épidurale lombaire. L’anesthésie épidurale lombaire permet une anesthésie
uniforme de la peau, des muscles et du péritoine (30) mais elle est beaucoup plus difficile à
réaliser. Exigeant une contention parfaite de l’animal pour éviter de provoquer une lésion de
la moelle épinière, elle est beaucoup moins adaptée aux conditions de la pratique que les
autres techniques d’anesthésie (18, 30) ; pour ces raisons, elle ne sera pas décrite dans cette
étude.
Dans la cadre d’une abomasopexie sur animal debout, un trocart sera introduit au niveau du
onzième ou douzième espace intercostal, ce site de ponction sera alors anesthésié par une
infiltration d’agent anesthésique.

a) Anesthésie de la région du flanc par infiltrations locales

- Infiltrations sur le site de ponction

Une forte dose d’anesthésique local est alors déposée au voisinage immédiat des
terminaisons nerveuses, sur le site chirurgical ; l’anesthésique bloque les terminaisons
sensitives ou la transmission de l’influx nerveux (103, 18). Après avoir désinfecté la peau, le
chirurgien introduit une aiguille entre les muscles de la paroi, au niveau du site qui sera
ponctionné ensuite par le trocart, puis alors qu’il la retire doucement, il injecte
progressivement entre 5 et 15 millilitres de la solution de lidocaïne à 2 pour cent (1, 9, 105,
114, 118, 8). L’anesthésie est obtenue en deux à dix minutes (104).

Cette technique généralement adoptée par les auteurs permet l’anesthésie de tous les
sites de ponction quelque soit leur localisation anatomique. De plus, le geste est facile à
réaliser. Cependant, cette technique peut engendrer l’apparition d’œdèmes et d’hémorragies
(avant, après ou pendant l’intervention chirurgicale). Ni la peau ni le péritoine ne sont
anesthésiés. Enfin cette technique entraîne une augmentation du risque d’infection locale (18).

- Infiltrations à distance du site de ponction

Le recours aux techniques d’anesthésie locale généralement appelée technique par


infiltration en « T » ou en « L » inversé est également envisageable pour anesthésier la région
du flanc. Pour réaliser une anesthésie par infiltration d’anesthésique en « T », trente millilitres
de lidocaïne 2 pour cent sont injectés sur une ligne située juste sous les processus transverses
des vertèbres lombaires ; puis soixante autres millilitres d’anesthésique sont injectés sur une
ligne partant du milieu de la première ligne et passant par le centre du flanc (18).

- 78 -
La réalisation d’une anesthésie par infiltration en « L » inversé débute de la même façon que
la technique par infiltration en « T », mais la seconde ligne d’injections ne passent plus par le
centre du flanc mais longe la courbe décrite par la dernière côte (18, 16).

Ces deux techniques d’anesthésie par infiltrations à distance du site de ponction


présentent certes l’avantage d’être facilement réalisables, d’éviter de souiller la plaie
chirurgicale (18), de minimiser le risque infectieux, mais leur réalisation est beaucoup plus
longue que la technique d’anesthésie par infiltration du site de ponction et elle nécessite
beaucoup plus d’anesthésique que la précédente. De plus ces techniques permettent
uniquement l’anesthésie des sites de ponction situés dans la région du flanc ; le chirurgien
doit alors recourir à la technique d’anesthésie par infiltrations locales pour anesthésier les
sites de ponction en dehors de cette région.
Pour ces raisons, la technique d’anesthésie par infiltration du site de ponction est
généralement toujours préférée aux techniques d’anesthésie par infiltrations à distance du site
de ponction lors de réalisation d’abomasopexie sous laparoscopie.

b) Anesthésie paravertébrale

L’anesthésique est alors déposé au contact du périnèvre des nerfs spinaux, afin de
supprimer pendant quelques heures la transmission des influx sensitifs et moteurs (18, 103).
L’anesthésie paravertébrale vise à anesthésier les rameaux dorsaux et ventraux des nerfs
rachidiens T13, L1 et L2 (figure 20).
Elle peut être proximale lorsque l’anesthésique est déposé au niveau des foramens
intervertébraux d’où émergent les nerfs, ou distale lorsqu’il est déposé au niveau de
l’extrémité des processus transverses des vertèbres lombaires (18, 16) (figures 21, 22).

- Anesthésie paravertébrale proximale

Une région située au dessus des processus transverses des vertèbres lombaires (du côté
où se déroulera l’intervention), s’étendant de la douzième côte environ à l’angle de la hanche
et sur une largeur égale à la longueur des processus transverses, est lavée, rasée et désinfectée.
Les points d’injection sont situés à l’intersection d’une ligne située à cinq centimètres de la
ligne médiane du dos et de lignes perpendiculaires passant par le bord antérieur des apophyses
transverses des vertèbres lombaires L1 (analgésie du nerf T13), L2 (analgésie du nerf L1) et
L3 (analgésie du nerf L2). Comme le premier point d’injection est généralement difficilement
repérable, le chirurgien commence par anesthésier les nerfs spinaux L1 et L2 au niveau du
bord cranial des processus transverses de L2 et L3, puis il reporte la distance séparant ces
deux points pour anesthésier le nerf T13 (18, 16, 105).

Deux dépôts d’anesthésique sont nécessaires au niveau de chaque point d’injection :


15 à 25 millilitres sont injectés au niveau du rameau ventral du nerf et 10 à 25 millilitres au
niveau du rameau dorsal. Une aiguille de dix centimètres de long est implantée légèrement en
oblique, en direction du plan médian. Une résistance est perçue lors de la traversée du
ligament intertransversaire. Le chirurgien vérifie que l’extrémité de l’aiguille ne se situe ni
dans la cavité péritonéale (absence de bruit d’aspiration) ni dans un vaisseau sanguin. 15 à 25
millilitres de lidocaïne à deux pour cent sont alors injectés ; l’aiguille est ensuite retirée
verticalement d’un centimètre et 10 à 25 millilitres d’anesthésique sont alors déposés à
proximité du rameau nerveux dorsal. L’aiguille est enfin entièrement retirée tout en
comprimant la peau pour éviter le décollement des muscles sous-jacents et la remontée de

- 79 -
l’anesthésique sous la peau. L’anesthésie est obtenue quinze à vingt minutes après la
réalisation des injections. Une convexité des lombes du côté anesthésié du fait du relâchement
du muscle erector spinae, est le témoin de l’obtention de l’anesthésie (18, 16, 105).

- Anesthésie paravertébrale distale

L’anesthésie paravertébrale distale a pour but l’anesthésie des même nerfs, non plus à
leur sortie du foramen intervertébral mais un peu plus loin sur leur trajet. Cette technique
nécessite deux fois plus d’injections car le rameau ventral et le rameau dorsal sont séparés par
le processus transverse.

Le rameau ventral du nerf T13 chemine sous le processus transverse de la première


vertèbre lombaire tandis que son rameau dorsal passe au dessus. De même, le rameau ventral
et le rameau dorsal du nerf L1 passent respectivement au dessous et au dessus du processus
transverse de la deuxième vertèbre lombaire. Le nerf L2 n’est quant à lui, accessible qu’au
niveau du processus transverse de la quatrième vertèbre lombaire (18).

L’aiguille est introduite horizontalement sur cinq à six centimètres au dessus puis au
dessous des processus transverses de L1 , L2 et L4, sans sortir de la peau ; à chaque fois, 10
millilitres sont injectés au niveau de chaque point (18). L’anesthésie est obtenue en dix à vingt
minutes (16).

Les anesthésies paravertébrales permettent une anesthésie uniforme du flanc incluant


la peau, les muscles et le péritoine (18, 16). Cependant, elles ne sont pas toujours faciles à
réaliser, les points d’injection n’étant pas toujours aisément identifiés (18). Enfin, là encore,
ces techniques ne permettent d’anesthésier que les points de ponction situés dans le flanc ; les
autres sites de ponction devant alors être anesthésiés par infiltrations locales d’anesthésique.

Rameaux dorsaux
1er rameau cutané

Rameaux ventraux,
2ème et 3ème rameaux cutanés

Fig 20 : Anesthésies tronculaires paravertébrales lombaires :


distribution des rameaux cutanés, territoires des nerfs spinaux T13, L1 et L2.
(d’après 35)

- 80 -
Anesthésie
proximale

Anesthésie
distale

Nerf costo-abdominal Nerf ilio-hypogastrique Nerf ilio-inguinal


(rameau ventral de T13) (rameau ventral de L1) (rameau ventral de L2)

Fig 21 : Anesthésies tronculaires paravertébrales lombaires :


anesthésies proximales et distales des nerfs spinaux T13, L1 et L2.
(d’après 35)

Anesthésie paravertébrale proximale

Rameau médial
Rameau dorsal
Rameau latéral

Anesthésie paravertébrale
distale

Rameau ventral

Fig 22 : Implantation des aiguilles pour la réalisation des anesthésies paravertébrales


(d’après 18)

- 81 -
III] Préparation du matériel et du chirurgien

A) Le matériel chirurgical

1) Présentation du matériel nécessaire


Dans cette partie, nous nous intéresserons uniquement à la présentation du matériel
commun à l’ensemble des techniques décrites. Le matériel spécifique à chacune d’entre elles
sera présenté lors de la description de leur réalisation.

Le matériel commun aux différentes techniques décrites comprend le système


d’insufflation (une aiguille de Verres, un insufflateur, éventuellement du dioxyde de carbone
au cas où le pneumopéritoine n’est pas établi à base d’air), mais aussi le système
d’observation composé d’une source de lumière froide reliée par un cable de fibres optiques à
un laparoscope.
Le chirurgien doit également prévoir des systèmes canule-trocart de longueur et de diamètre
adaptés aux instruments utilisés et en nombre suffisant pour la réalisation de la technique
choisie. Un bistouri est également nécessaire pour réaliser les incisions cutanées et des
premiers plans musculaires préalablement à l’introduction des trocarts. Enfin, si le chirurgien
choisit de suturer les plaies de ponction de la paroi abdominale, il préparera également le
matériel nécessaire à la réalisation de ces sutures cutanées.

2) Préparation du matériel

a) Stérilisation du matériel

Trois procédés de stérilisation sont décrits dans la littérature : la stérilisation à


l’autoclave, la stérilisation par les gaz (oxyde d’éthylène) et la désinfection chimique à l’aide
d’un liquide d’immersion. Mais généralement la stérilisation du matériel de laparoscopie à
l’autoclave est fortement déconseillée car tous les laparoscopes ne sont pas conçus pour
résister à un tel traitement. De plus, ce procédé de stérilisation diminue la durée de vie de
l’appareil du fait de la chaleur et de la pression imposées. La stérilisation à l’oxyde
d’éthylène, par contre, n’endommage pas le matériel mais elle demande beaucoup de temps.
En effet, après un tel traitement, une aération d’une durée minimale de 24 heures est
fortement conseillée avant d’utiliser à nouveau le matériel. Le praticien peut alors être
confronté à un problème s’il ne dispose que d’un seul set de laparoscopie et qu’il doit réaliser
des examens laparoscopiques proches dans le temps chez un ou plusieurs animaux (60). La
désinfection chimique à l’aide d’un liquide à immersion est par conséquent la solution
généralement retenue (85, 60). Le recours à diverses solutions est possible ; le temps
nécessaire à la stérilisation est relativement court, variant de dix minutes à trente minutes
environ selon la solution employée. Il est recommandé de respecter le temps indiqué, des
immersions prolongées peuvent en effet endommager le laparoscope (60). Juste avant
l’intervention, le matériel est rincé à l’aide d’un sérum physiologique stérile (60, 85) ou
essuyé au moyen d’un linge stérile (85).

- 82 -
Certaines parties du matériel ne pouvant être stérilisées (extrémités du câble de
lumière et du tuyau d’insufflation, tête de la caméra), leur manipulation s’effectuera toujours à
l’aide d’une compresse stérile (105).

b) Préparation de l’environnement chirurgical

Afin de minimiser les risques d’endommager le matériel et ceci surtout lors de


l’utilisation d’un système vidéo, l’environnement chirurgical ne sera mis en place que lorsque
le bovin est correctement tranquillisé si nécessaire, entravé et maintenu dans la position
souhaitée. Pour des raisons pratiques et lorsque le recours à un système vidéo est
indispensable, de nombreux auteurs recommandent l’utilisation de colonne d’endoscopie qui
permettent de regrouper différents éléments du matériel comme la source de lumière,
l’insufflateur et le système vidéo avec le moniteur et éventuellement des éléments permettant
la capture d’images. Pour les techniques nécessitant la présence d’un seul chirurgien, le
matériel peut être réduit au minimum, d’autant plus que sur le marché existe désormais du
matériel miniaturisé ce qui facilite fortement la réalisation des laparoscopies en élevage.
Ainsi, pour certains laparoscopes, la source de lumière froide est désormais intégrée dans la
poignée de ces derniers, et le chirurgien n’a alors plus qu’à se soucier du système
d’insufflation qui peut être de taille très réduite.

Les instruments stériles sont disposés à proximité de l’animal, sur une table (ou
idéalement un assistant muet) recouverte d’un champ stérile.

B) Préparation du ou des chirurgiens


Seule la technique d’abomasopexie sur la vache en décubitus dorsal développée par
Babkine et al. nécessite la présence et la préparation de deux chirurgiens ; dans tous les autres
cas, la préparation d’un seul chirurgien est nécessaire.

Le chirurgien revêt éventuellement une casaque non stérile à usage unique (86) ou
porte simplement des vêtements propres dont les manches seront remontées (105). Il devra
bien sûr, par conséquent éviter tout contact entre ses vêtements et les instruments stériles.
Il procède au lavage chirurgical méticuleux de ses avant-bras et de ses mains, puis enfile des
gants stériles (86, 105).

IV] Le pneumopéritoine

A) Intérêts du pneumopéritoine
Le pneumopéritoine offre différents avantages lors de la réalisation d’actes
chirurgicaux sous laparoscopie. Lorsqu’il est établi préalablement à la ponction abdominale à
l’aide de trocarts, il augmente la distance entre la paroi abdominale et les organes abdominaux
sous jacents. Le risque de ponction accidentelle de ces organes est alors diminué (69, 74, 75,
115, 118, 8). Il permet également de plaquer le feuillet pariétal du péritoine contre les muscles
de la paroi abdominale, diminuant ainsi le risque de décollement péritonéal lors de la ponction
avec le trocart (85, 116).

- 83 -
Le pneumopéritoine permet au chirurgien de se ménager un espace dans lequel il va
pouvoir intervenir, espace à l’intérieur duquel les différents instruments vont évolués, ce qui
est d’autant plus intéressant que l’animal présente un tissu adipeux très développé (85, 69). Le
chirurgien peut aussi disposer d’une vision globale des organes en prenant un peu de recul par
rapport à ces derniers, l’observation réalisée est alors bien meilleure que celle qui peut être
faite lorsque l’objectif du laparoscope est très proche des différentes structures à examiner
(115). Pour la même raison, le pneumopéritoine apparaît indispensable lors de la recherche
des fils attachés à la tige navette lors de la deuxième étape de la technique d’abomasopexie
décrite par Janowitz.

B) Les différentes étapes de l’instauration du pneumopéritoine


L’instauration du pneumopéritoine à l’aide d’une aiguille de Verres est la technique
classiquement décrite, mais certains auteurs utilisent de la même manière et dans le même
but, une simple aiguille ou un cathéter. La majorité des auteurs s’affranchissent de cette étape
qui peut être longue du fait du volume important de la cavité abdominale des bovins : ils ne
réalisent pas de pneumopéritoine à l’aide d’un instrument de faible diamètre comme l’aiguille
de Verres ou un cathéter, et ponctionnent directement la cavité abdominale à l’aide d’un
trocart entouré de sa canule. Le tuyau d’insufflation est alors relié au robinet de la canule et
l’insufflation débute ainsi. La création du pneumopéritoine demande alors beaucoup moins de
temps, du fait de l’importance du diamètre du trocart par rapport à celui de l’aiguille de
Verres (12). Dans la littérature, l’utilisation de l’aiguille de Verres est décrite dans la
technique de Janowitz, même si en pratique, bien sûr, le chirurgien peut choisir de ne pas y
avoir recours et d’insuffler directement la cavité abdominale via la canule du laparoscope (12,
43, 66, 11, 8). Cette dernière solution est la technique d’insufflation de la cavité abdominale
classiquement adoptée et décrite par les auteurs lors de la réalisation des autres techniques
d’abomasopexie sous laparoscopie (4, 9).

1) Instauration du pneumopéritoine à l’aide d’une


aiguille de Verres
Lors de la réalisation de la technique d’abomasopexie selon Janowitz, l’aiguille de
Verres dont l’embout mousse est rétracté, est introduite et enfoncée délicatement dans une
incision cutanée d’un centimètre de long réalisée cinq centimètres en arrière de la dernière
côte à gauche et entre deux à trois travers de doigts et un travers de main sous les apophyses
transverses. Elle est dirigée cranialement vers l’épaule droite et vers le haut (soit cranialement
et horizontalement selon un angle de trente degrés par rapport au plan sagittal) afin d’atteindre
l’espace libre entre le sac dorsal du rumen et la voûte lombaire (12, 53, 118, 67).

Différents indices permettent au chirurgien de savoir que l’extrémité de l’aiguille est


bien dans la cavité péritonéale. Lors de la traversée du péritoine, le chirurgien va se heurter à
une légère résistance, puis il peut entendre un bruit d’aspiration lié à l’entrée d’air dans la
cavité péritonéale (53, 12, 118). Cette aspiration péritonéale peut être matérialisée par
l’aspiration d’une goutte de sérum physiologique placée sur l’extrémité de l’aiguille (69). En
mobilisant l’aiguille ventralement, le chirurgien percute le rumen. Si ce dernier est
ponctionné, l’aiguille va osciller selon les contractions ruminales, l’aspiration d’air attendue
ne va pas se produire mais au contraire du gaz à l’odeur caractéristique (odeur aigre)
s’échappe de l’aiguille (12, 53, 115). En cas d’insufflation au sein du rumen, l’animal ne

- 84 -
présentera des signes d’agitation et une réaction de défense qu’assez tardivement, lors de
dilatation importante de l’organe (115).

Le tuyau d’insufflation est ensuite raccordé à l’aiguille et l’insufflation débute. Si un


dispositif d’insufflation capable de mesurer la valeur de la pression intra-abdominale est
utilisé et si cette valeur est rapidement très élevée, l’insufflation se produit alors
vraisemblablement non pas à l’intérieur de la cavité péritonéale mais au sein des différentes
couches qui composent la paroi abdominale. Cet incident peut connaître deux causes : une
position incorrecte de l’aiguille de Verres ou une longueur insuffisante. Le chirurgien doit
alors repositionner l’aiguille ou la changer pour une aiguille plus longue (4).

L’insufflation est poursuivie jusqu’à ce qu’un espace soit clairement perceptible entre
la paroi abdominale gauche et le rumen (12). Dès que le premier trocart est introduit dans la
cavité abdominale, le tuyau d’insufflation est relié au robinet de sa canule. La pression intra-
abdominale sera ensuite maintenue autour d’une valeur de 10 à 15 mmHg au cours de
l’intervention (ce qui correspond à l’insufflation d’environ quinze à vingt litres d’air) sans
dépasser la valeur de 20 mmHg (4, 117, 9, 67, 1).

2) Instauration du pneumopéritoine sans avoir recours à


une aiguille de Verres
Le pneumopéritoine est alors créé après l’introduction du premier trocart dans la cavité
abdominale (114, 43, 9). Le tuyau d’insufflation est raccordé au robinet de la canule. Cette
technique augmente le risque de ponction accidentelle d’une structure abdominale sous
jacente (117) ainsi que le risque de décollement péritonéal, mais permet un gain de temps
considérable. De plus, le chirurgien peut très vite adapter la quantité d’air insufflé dans la
cavité abdominale en fonction de la qualité des observations qu’il réalise ; dès qu’il parvient à
visualiser l’élément qui l’intéresse, il peut arrêter l’insufflation même si la valeur de pression
intra-abdominale est inférieure à 10 mmHg (74, 75).

Après l’introduction du trocart au niveau d’une incision de la peau et des premières


couches musculaires de la paroi abdominale, la ponction est réalisée délicatement jusqu’à ce
que l’aspiration péritonéale soit perçue. La formation du pneumopéritoine débute alors
passivement puis le chirurgien le complète à l’aide de l’insufflateur.

Pour diminuer les risques de lésions intra-abdominales lors de la ponction avec le


trocart, certains auteurs préfèrent réaliser au préalable une « minilaparotomie » (19).
L’incision qui précède l’introduction du trocart, est alors poursuivie jusqu’au péritoine.
Cependant, l’incision présente alors une longueur supérieure qui peut favoriser la fuite du gaz
du pneumopéritoine par défaut d’étanchéité autour de la canule (63). Schiller et Staufenbiel
conseillent quant à eux de demander l’aide d’un assistant qui par palpation transrectale, tente
de ménager un espace au sein de la cavité abdominale près du site de ponction et contrôle le
bon déroulement de l’opération (114).

- 85 -
V] Présentation de quatre techniques d’abomasopexie sous
laparoscopie

A) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie décrite par


Janowitz

1) Localisation anatomique des sites de ponction


Le chirurgien procède dans un premier temps à deux ponctions de la paroi abdominale
gauche sur la vache debout, puis une fois que cette dernière est placée en décubitus dorsal, il
réalise deux nouvelles ponctions de la paroi abdominale ventrale.

Sur la vache debout, le premier site de ponction est situé cinq centimètres en arrière de
la dernière côte, entre deux à trois travers de doigts et un travers de main sous les apophyses
transverses, la deuxième ponction est ensuite réalisée au niveau du onzième ou douzième
espace intercostal, à un travers de main sous les apophyses transverses (figure 23) (66, 67, 12,
129, 4, 130, 8). Le chirurgien doit tenir compte du fait que plus les ponctions de la paroi
abdominale sont réalisées ventralement, plus le risque de ponctionner le rumen est élevé (le
rumen vient progressivement s’accoler à la paroi abdominale ventrale) (12). Dans le cas où
l’abomasum est très dilaté et situé en regard du deuxième site de ponction, le chirurgien peut
modifier légèrement la localisation anatomique des aires de ponction de la paroi abdominale,
ou choisir de réaliser une première décompression de l’abomasum à l’aide d’un trocart inséré
au niveau du onzième ou douzième espace intercostal (8).

Fig 23 : Localisation des sites de ponction de la paroi abdominale


lors de la première étape de l’abomasopexie
selon la technique décrite par Janowitz
(d’après 129, 8)

- 86 -
Sur la vache en décubitus dorsal, le premier abord chirurgical est réalisé à un travers
de main cranialement et à droite de l’ombilic ; le second est situé dix centimètres cranialement
au premier (figure 24) (66, 12, 129, 130, 4).

Fig 24 : Localisation des sites de ponction de la paroi abdominale


lors de la deuxième étape de l’abomasopexie
selon la technique décrite par Janowitz
(d’après 129)

2) Présentation du matériel nécessaire


En plus du matériel commun à toutes les techniques, décrit page 84, la réalisation de
l’abomasopexie selon la méthode de Janowitz nécessite une navette de sécurité, tige
métallique longue de quatre centimètres et surmontée de deux fils non résorbables, d’une
longueur de quatre vingt centimètres, présentant une marque à dix centimètres de leur
extrémité (31, 12, 129, 67, 130). La mise en place de cette navette au sein de l’abomasum est
réalisée par l’intermédiaire d’un trocart spécial ; afin de saisir le fil de la navette, une pince à
préhension est nécessaire (12, 67, 129).

3) Réalisation pratique de la technique d’abomasopexie


sous laparoscopie décrite par Janowitz

a) Premier temps : le bovin est en position debout


- Mise en place du laparoscope

Si une aiguille de Verres a été utilisée pour la création du pneumopéritoine, elle est
retirée.

- 87 -
Après avoir agrandi légèrement l’incision cutanée avec le bistouri (la taille de
l’incision doit rester légèrement inférieure au diamètre du système canule-trocart pour
maintenir une certaine étanchéité) (12). Un trocart de huit millimètres est ensuite utilisé afin
de permettre le passage du laparoscope vers la cavité abdominale (4, 12, 8). La ponction est
réalisée, le trocart étant dirigé caudo-dorsalement selon un angle de 30 degrés par rapport au
plan sagittal du bovin et selon une inclinaison de 30 degrés par rapport à l’horizontale (12).
Le chirurgien tient le trocart à pleine main et ponctionne délicatement la paroi abdominale en
l’animant d’un mouvement sec et rotatoire, l’implantation du trocart doit être rapide et ferme
afin de ne pas décoller le péritoine (128). Le mandrin est ensuite retiré tandis que la canule est
poussée vers la cavité abdominale. Le pneumopéritoine est maintenu grâce au système de
valve qui équipe la canule. Le tuyau d’insufflation est alors raccordé au robinet de la canule
afin de poursuivre l’insufflation (12). Le laparoscope est alors délicatement introduit à
l’intérieur de la canule (4, 12, 129).

- Exploration de la cavité abdominale et confirmation du


diagnostic

Le chirurgien vérifie alors qu’il se trouve bien à l’intérieur de la cavité abdominale et


non dans l’espace rétropéritonéal. Il explore la cavité abdominale en insistant dans un premier
temps notamment sur la zone en regard de la ponction de la paroi abdominale pour vérifier
l’absence de lésion suite à cette dernière. Puis il s’intéresse à l’ensemble de la cavité à la
recherche d’autre lésion (4).

En dirigeant le laparoscope vers la partie caudale de la cavité abdominale, le


chirurgien peut visualiser : le sac dorsal du rumen, le rein gauche de couleur rouge brun
entouré de graisse rétropéritonéale jaunâtre, le rectum, une partie des intestins, le côlon
descendant, l’utérus, les ovaires et parfois la vessie en fonction de son degré de remplissage
(4, 117, 54, 15, 14, 58, 2, 1). En orientant le laparoscope vers la partie craniale de la cavité
abdominale, une partie du diaphragme, la partie caudo-latérale de la rate et la partie dorsale du
rumen peuvent être examinés (1, 2, 4, 117, 106). Le diaphragme apparaît comme une
structure de couleur rougeâtre, striée de zones nacrées ; le rumen présente une surface lisse
dont la couleur varie de gris-vert clair à jaune clair tandis que la rate est de couleur gris-bleu
foncé et d’aspect rugueux (54, 2, 1).

Lors de déplacement de la caillette à gauche, le chirurgien trouve la caillette plus ou


moins dilatée, mais toujours coincée entre la paroi abdominale gauche et le rumen (129, 12,
110, 8). La laparoscopie paralombaire gauche apparaît alors comme un excellent outil de
diagnostic de cette pathologie. En 1965, Robertson utilisait déjà la laparoscopie dans ce but
(108). Dans le diagnostic des déplacements de la caillette à gauche, la laparoscopie est très
intéressante dans le cadre d’un tableau clinique très évocateur mais où l’auscultation
percussion n’a pas permis de mettre en évidence de zone de « PING » (110). Elle peut donc
être considérée comme un moyen de diagnostic précoce, capable de mettre en évidence le
déplacement de l’abomasum sans qu’il soit forcément dilaté le jour de l’examen clinique ; la
laparoscopie permet alors de poser le diagnostic de manière beaucoup moins invasive que lors
du recours à une laparotomie (1).
L’observation attentive de la paroi abomasale vise à rechercher la présence éventuelle
d’ulcères de la caillette, de zones de nécrose pariétale ou d’adhérences concernant la caillette
(12, 8). Elle permet ainsi d’affiner le pronostic mais certaines adhérences peuvent également
être traitées, sectionnées sous laparoscopie (11, 4, 66).

- 88 -
- Mise en place du deuxième trocart

Une incision d’à peine un centimètre de longueur est réalisée dans la zone préparée au
niveau du dernier ou de l’avant dernier espace intercostal. Par cet abord, un trocart de cinq
millimètres de diamètre est introduit sous contrôle visuel laparoscopique afin de diminuer le
risque de lésion iatrogène telle que la ponction accidentelle de la rate par exemple. La canule
est laissée en place tandis que le mandrin est retiré (figure 25) (4).

Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 25 : Localisation des points de ponction de la paroi abdominale
lors de la première étape de la technique de Janowitz. (d’après 4)

A la place du mandrin, est introduit dans la cavité abdominale le trocart spécial pour la
mise en place de la navette de sécurité (figure 26) (4). Cette ponction préalable de la paroi
abdominale avec le trocart de cinq millimètres est préférée par certains auteurs car elle permet
ainsi d’éviter que le trocart spécial pour la mise en place de la navette ne s’émousse
rapidement et facilite la mobilisation de ce dernier (3). D’autres auteurs choisissent quant à
eux de se dispenser de cette étape et ponctionnent directement la paroi abdominale avec le
trocart spécial.

- 89 -
M. Babkine FMV St-Hyacinthe
Fig : 26 : Introduction du trocart spécial
pour la mise en place de la navette de sécurité (abord intercostal).

- Ponction de la caillette et mise en place de la navette de


sécurité

Sous contrôle visuel laparoscopique, l’abomasum dilaté est ponctionné au niveau de sa


grande courbure (figure 27).

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 27 : Ponction de la caillette à l’aide du trocart spécial. (d’après 4)
A, abomasum ; ca, canule et trocart spécial ; lW, paroi abdominale gauche

- 90 -
Le mandrin pointu est alors retiré et une navette de sécurité est immédiatement
introduite à l’intérieur de l’abomasum qui se dégonfle et regagne progressivement sa position
anatomique normale, sous le rumen (12, 129, 66, 67, 8, 1, 130). Le trocart est retiré alors que
le fil attaché à la navette de sécurité progresse lentement vers l’intérieur de la cavité
abdominale, tiré par la caillette qui reprend sa place (figure 28) (4, 12). Parfois, en raison de la
pression au sein de l’abomasum, un peu de contenu abomasal quitte la lumière de l’organe et
contamine les fils de la navette ou la cavité abdominale mais le pH abomasal étant très bas,
l’installation d’un processus septique secondaire à cette contamination est fortement
improbable. La rapidité avec laquelle la caillette progresse vers la paroi abdominale ventrale,
est fonction de son degré de dilatation et de l’importance de l’atonie de sa paroi musculaire
(8). L’ensemble des instruments est alors retiré (4, 12). Le pneumopéritoine est maintenu.

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 28 : Après que la navette de sécurité a été placée à l’intérieur de l’abomasum,
ce dernier se dégonfle entraînant le fil de la navette de sécurité
vers l’intérieur de la cavité abdominale.

A ce stade, les extrémités du fil dépassent encore de la cavité abdominale, le


chirurgien veille alors qu’aucune pelote ne se forme car la recherche de ce fil lors de la
seconde étape de l’intervention, serait alors compliquée.

b) Deuxième temps : le bovin est placé en décubitus


dorsal
- Mise en place du laparoscope

Alors que la vache a été couchée sur son flanc droit puis placée en décubitus dorsal et
qu’elle a été préparée chirurgicalement, le trocart de huit millimètres est introduit à un travers
de main cranialement et à droite de l’ombilic après avoir réalisé une courte incision de la peau
et d’une partie des plans musculaires au bistouri ; il sert de nouveau à la création de la
ponction de la paroi abdominale nécessaire au passage du laparoscope (4, 12, 129, 66, 31).
Le mandrin du trocart est retiré et le laparoscope est introduit à sa place.

- 91 -
- Exploration de la cavité abdominale

Le chirurgien explore alors la cavité abdominale, vérifie que la caillette a bien repris
sa position anatomique normale et recherche les chefs du fil attaché à la navette. Cette étape
peut prendre un peu de temps, mais le chirurgien parvient toujours à retrouver ce fil situé
entre la paroi costale gauche et la caillette (12, 129, 130).

- Mise en place du deuxième trocart

Après avoir réalisé une courte incision au bistouri, le chirurgien ponctionne ensuite la
paroi abdominale avec le trocart de cinq millimètres, dix centimètres cranialement à la
première ponction (figure 29). Cet abord permet l’introduction d’une pince à préhension (4,
12, 31).

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 29 : Position des deux ponctions abdominales
lors la seconde étape de la technique d’abomasopexie
selon Janowitz. (d’après 4)

- Réalisation de l’abomasopexie

Les fils sont saisis à l’aide de la pince à préhension passée à l’intérieur de la cavité
abdominale par le deuxième abord chirurgical (figures 30, 31, 32).

- 92 -
M. Babkine FMV St-Hyacinthe
Fig 30 : Grâce à la pince à préhension (abord le plus cranial),
le chirurgien saisit le fil de la navette de sécurité sous contrôle laparoscopique
(abord à proximité de l’ombilic).

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 31 : Vue laparoscopique ventrale de la cavité abdominale
alors que le fil de la navette de sécurité est maintenu
par la pince à préhension. (d’après 4)

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 32 : Extériorisation des deux chefs du fil de la navette de sécurité.

- 93 -
Puis la canule et la pince maintenant le fil sont retirées ensemble. Les auteurs
déconseillent de passer le fil à l’intérieur de la canule car il risquerait alors d’être
accidentellement sectionné (12). Le laparoscope est également retiré mais la canule est laissée
en place. La soupape de cette canule est ouverte afin de laisser s’échapper le gaz qui formait
le pneumopéritoine (12, 129). Eventuellement pour accélérer cette étape, le chirurgien appuie
sur la paroi abdominale. Lorsque le pneumopéritoine a considérablement régressé, la canule
est retirée et la vache est roulée sur son flanc droit. Les deux chefs du fil attaché à la navette
sont tirés jusqu’à ce qu’un repère placé à dix centimètres de la navette apparaisse. Chacun des
chefs est ensuite chargé sur une aiguille avec laquelle le chirurgien transperce un rouleau de
gaze. Les deux chefs sont alors noués ensemble de sorte que le repère soit situé juste derrière
le rouleau de gaze (12, 8, 129).

- Fin de l’intervention

Les quatre plaies qui ont permis d’accéder à la cavité abdominale sont suturées avec
un point simple (4, 129) ou ne sont pas suturées (12, 66, 8) ; dans ce cas, un spray
antiseptique peut simplement être pulvérisé sur ces dernières (12, 66, 67). Après que les plaies
de la paroi abdominale ventrale ont été éventuellement suturées, la vache est placée en
décubitus latéral droit puis elle est autorisée à se relever (129, 130).

Lorsque aucune maladie intercurrente n’est présente, dans les cas où aucune
complication n’est observée lors de l’exploration laparoscopique de la cavité abdominale,
aucun soin post-opératoire (notamment aucune administration d’antibiotique) n’est entrepris
suite à l’abomasopexie réalisée sous laparoscopie.

Le fil est coupé trois à quatre semaines après l’intervention (4, 12, 66, 67).

- 94 -
B) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie par suture
sur la vache en décubitus dorsal en une seule étape selon
Babkine et al.

1) Localisation anatomique des sites de ponction


Trois sites de ponction de la paroi abdominale ventrale et le site de fixation de la
caillette sont préparés (figure 33). La première ponction est réalisée deux centimètres à
gauche de l’ombilic, la deuxième ponction trois centimètres caudalement et sept centimètres à
droite du processus xiphoïde, tandis que la troisième ponction est située trois centimètres
crânialement et cinq centimètres à droite de l’ombilic. Le site de fixation de la caillette
s’étend sur une distance de dix centimètres et est centré entre le processus xiphoïde et
l’ombilic, mais est décalé de trois à cinq centimètres à droite de la ligne blanche (4).

2
3

1 4

Fig 33 : Localisation des sites de ponction de la paroi abdominale lors de la réalisation


de l’abomasopexie par suture sur la vache en décubitus dorsal en une seule étape selon
Babkine et al. (d’après 4)
1 : abord pour le laparoscope ; 2 : abord pour la pince à préhension ; 3 : abord pour le porte-
aiguille ; 4 : zone de fixation de la caillette

2) Présentation du matériel nécessaire


Lors de la réalisation de cette technique, le chirurgien a besoin du matériel commun à
toute les techniques, décrit page 84, mais il doit également disposer d’une pince à préhension
afin de saisir l’abomasum ainsi que d’un porte-aiguille adapté aux chirurgies sous
laparoscopie (longueur suffisante et faible diamètre) pour la manipulation d’une longue
aiguille tranchante, redressée manuellement. La longueur de l’aiguille doit être au minimum
de quarante millimètres ; idéalement cinquante millimètres seraient même préférables (7).
L’abomasopexie est réalisée à l’aide d’un fil PDS 2, choisi pour sa résistance élevée et
durable à la traction et pour son prix (4, 7). Comme la présence de deux chirurgiens est
requise pour la réalisation de cette technique, le recours à un système vidéo est nécessaire :
sur l’oculaire du laparoscope, est connectée une caméra reliée à un moniteur qui va permettre
aux deux chirurgiens de visualiser en même temps le site chirurgical et de coordonner leurs
gestes.

- 95 -
3) Réalisation pratique de la technique d’abomasopexie
sous laparoscopie par suture sur la vache en décubitus
dorsal en une seule étape

a) Mise en place du laparoscope

Une incision d’environ un centimètre de long est réalisée immédiatement à gauche de


l’ombilic. Un trocart de huit millimètres entouré de sa canule, ponctionne la paroi à cet
endroit, il est dirigé cranialement avec un angle de 45 degrés par rapport à la paroi
abdominale. Le tuyau d’insufflation est alors raccordé au robinet de la canule. Le laparoscope
(de huit millimètres de diamètre et sur lequel est branché la caméra) est introduit à l’intérieur
de la canule (4, 6, 5).

b) Exploration de la cavité abdominale

Une exploration attentive de la cavité abdominale est alors réalisée afin de déceler la
présence d’éventuelles lésions iatrogènes (suite à la ponction) ou déjà présentes avant
l’intervention (4, 5).

Dans le cadran abdominal cranial gauche, sont facilement identifiés le diaphragme, la


rate et le rumen. Dans le cadran abdominal cranial droit, le diaphragme est retrouvé mais sont
également observables le réseau, le grand omentum couvrant le rumen et parfois une partie du
foie (4, 117, 106, 2, 1). Le réseau apparaît de couleur jaunâtre à gris orangé, plus foncé que le
rumen et présentant des vaiseaux plus gros et proéminents (54, 57). Le foie quant à lui
présente une surface d’aspect granuleux et de couleur brun rougeâtre (54). En orientant le
laparoscope caudalement, le chirurgien peut observer les anses jéjunales visibles à droite, très
caudalement (55, 54).

Si l’abomasum est dilaté, sa paroi est retrouvée à proximité de la paroi abdominale


ventrale du côté droit (4) et il peut gêner la visualisation du foie (1). Sa paroi apparaît lisse,
blanchâtre, finement striée longitudinalement (54, 57).

c) Mise en place du deuxième trocart

Une nouvelle incision de très petite taille est réalisée au bistouri, elle concerne la peau
et les couches musculaires les plus externes et est située à trois centimètres caudalement et
sept centimètres à droite du processus xyphoïde. Sous contrôle laparoscopique, le chirurgien
ponctionne alors la paroi abdominale à l’aide d’un deuxième trocart, d’un diamètre de dix
millimètres cette fois. Le mandrin est alors retiré et la canule est laissée en place (4, 5, 1).

d) Identification de la zone de fixation sur l’abomasum

Une pince à préhension est alors introduite dans la canule du deuxième site de
ponction et sous contrôle laparoscopique, il va permettre au chirurgien de mobiliser
l’abomasum et de le saisir au milieu de sa grande courbure, à environ deux ou trois
centimètres de l’attache du grand omentum. Ce site correspond au site de fixation de
l’abomasum (4, 5, 1).

- 96 -
e) Mise en place du troisième abord chirurgical et
préparation de la zone de fixation au niveau de la paroi
abdominale

A cinq centimètres à droite de l’ombilic et trois centimètres cranialement à ce dernier,


après une incision similaire aux précédentes, un troisième trocart entouré de sa canule (5,5
mm de diamètre) est introduit dans la cavité abdominale ; cet abord permet le passage du
porte-aiguille.

A une distance comprise entre trois et cinq centimètres à droite de la ligne blanche, à
équidistance entre l’ombilic et le processus xyphoïde, quatre incisions cutanées d’un
centimètre de long, espacées de 2,5 centimètres et perpendiculaires à la ligne blanche, sont
réalisées (figure 34) (4, 1).

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 34 : Position des différentes ponctions de la paroi abdominale
(à gauche : pince à préhension ; à droite : le laparoscope et le porte-aiguille)
et du site de fixation de l’abomasum. (d’après 4)

f) Réalisation de l’abomasopexie

Les deux chirurgiens sont placés l’un à côté de l’autre devant le moniteur (6, 4) ; le
premier prend en charge la pince à préhension et l’aiguille lorsqu’elle est à l’extérieur de la
cavité abdominale, tandis que le deuxième chirurgien s’occupe du laparoscope et du porte-
aiguille (4, 7).

L’aiguille et le fil de suture sont introduits dans la cavité abdominale au travers d’une
des incisions cutanées. Le deuxième chirurgien saisit alors l’aiguille à l’aide du porte-aiguille
lorsqu’elle pénètre la cavité abdominale. L’extrémité du fil de suture est maintenue à
l’extérieur de l’abdomen par un clamp.

Grâce à la méthode de la triangulation, le premier chirurgien traverse avec l’aiguille et


le fil de suture, la séreuse et la musculeuse de l’abomasum, à approximativement deux ou

- 97 -
trois centimètres de l’attache du grand omentum ; il veille bien à ne pas pénétrer la lumière
abomasale (figures 35, 36).

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 35 : L’abomasum est maintenu par la pince à préhension
tandis que le matériel de suture est manipulé
par l’intermédiaire du porte aiguille.

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 36 : L’aiguille traverse les couches de la séromusculeuse de l’abomasum.

- 98 -
Le fil ressort de la paroi abomasale à environ deux centimètres de son point d’entrée ;
ce passage au sein de la paroi abomasale est réalisé perpendiculairement à la grande courbure
de l’abomasum. Le deuxième chirurgien traverse alors la paroi abdominale, au niveau de la
même incision cutanée, près du site d’entrée du fil dans la cavité abdominale, avec une
aiguille de 18G qui sert de repère au premier chirurgien. Avec l’aide du porte-aiguille, ce
dernier peut alors, en effet, juste à proximité de cette aiguille, faire sortir l’aiguille chargée de
son fil de suture hors de la cavité abdominale (figure 37).

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 37 : Une aiguille 18G permet de repérer le site
où l’aiguille et le fil de suture doivent traverser la paroi abdominale
à proximité de leur site d’entrée. (d’après 4)

- 99 -
Les deux extrémités du fil de suture sont maintenues à l’extérieur de la cavité
abdominale à l’aide d’un clamp tandis que les chirurgiens procèdent de la même manière pour
implanter trois autres points de pexie (figures 38 et 39).

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 38 : Un deuxième point de fixation est ancré à proximité du premier.
Au total, quatre points de suture sont ancrés dans la paroi abomasale.

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 39 : Les points de suture sont ancrés dans la séromusculeuse de l’abomasum
(le réseau est visible derrière l’abomasum). (d’après 4)

- 100 -
Ensuite, les chirurgiens tirent délicatement sur l’ensemble des fils pour vérifier que la
position de la caillette est correcte et que les fils ne sont pas croisés (figures 40 et 41).

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 40 : Les fils sont tous tendus en même temps,
l’abomasum est alors accolé à la paroi abdominale ventrale.

M. Babkine FMV St-Hyacinthe


Fig 41 : L’abomasum est fixé à la paroi abdominale ventrale.
(d’après 4)

Puis, les chefs de chacun des fils de suture sont noués ensemble, les nœuds sont sous
cutanés (4, 6). L’ensemble des instruments est retiré après avoir laissé s’échapper le gaz
présent dans la cavité abdominale.

Enfin, les incisions cutanées sont suturées de manière classique (4, 6, 5). En l’absence
de complication rencontrée lors de l’abomasopexie ou de maladie intercurrente, la mise en
place d’une antibioprophylaxie n’est pas nécessaire (3).

- 101 -
C) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une seule
étape sur la vache debout (méthode décrite par Barisani)

1) Localisation anatomique des sites de ponction


Nous retrouvons les mêmes sites de ponction de la paroi abdominale gauche que ceux
précédemment décrits lors de la première étape de la technique d’abomasopexie selon
Janowitz. Le site de ponction le plus cranial est situé au niveau du onzième ou douzième
espace intercostal, à un travers de main sous les apophyses transverses des vertèbres
thoraciques. Le deuxième site est quant à lui localisé à un travers de main derrière la dernière
côte et à deux travers de main sous les apophyses transverses des vertèbres lombaires (figure
42). La localisation de ces sites de ponction peut bien sûr subir de légères modifications selon
le degré de dilatation de l’abomasum, c’est notamment le cas lorsque l’abomasum est localisé
en regard du site de ponction le plus cranial (9).

Fig 42 : Localisation des sites de ponction de la paroi abdominale lors de la réalisation


de l’abomasopexie selon la technique décrite par Barisani (d’après 9)

2) Présentation du matériel nécessaire


Cette technique est une adaptation de la technique mise au point par Janowitz, elle a
été décrite par Barisani (9). En plus du matériel commun à l’ensemble des techniques décrit
page 84, elle nécessite également l’utilisation d’une navette de sécurité surmontée de ces deux
longs chefs ainsi qu’un trocart spécial pour sa mise en place ; mais comme elle est réalisée
entièrement sur l’animal en position debout, un long passe fil équipé à son extrémité d’une
aiguille rétractable est utilisé pour amener les chefs de la tige navette au niveau de la zone de
fixation de la caillette (9).

- 102 -
3) Réalisation pratique de la technique d’abomasopexie
sous laparoscopie en une seule étape sur la vache debout
d’après Barisani

a) Mise en place du laparoscope

Après avoir réalisé une courte incision de la peau et des plans musculaires superficiels
( incision de taille inférieure au système canule-trocart qui sera ensuite utilisé), le chirurgien
ponctionne la paroi abdominale avec un trocart de huit millimètres de diamètre au niveau du
site chirurgical préparé dans le flanc gauche de l’animal debout. Le système canule-trocart
tenu à pleine main par le chirurgien qui l’anime d’un mouvement sec et rotatoire, est introduit
dans la cavité abdominale en direction cranio-dorso-médiale. Le mandrin est ensuite retiré
tandis que la canule est poussée vers la cavité abdominale. Le tuyau d’insufflation est alors
raccordé au robinet de la canule afin de débuter ou de poursuivre l’insufflation. Le
laparoscope est alors délicatement introduit à l’intérieur de la canule (9).

b) Exploration de la cavité abdominale et confirmation du


diagnostic

Dès que le chirurgien a introduit le laparoscope à l’intérieur de la cavité abdominale, il


vérifie que l’extrémité du laparoscope se situe bien dans la cavité abdominale et non dans
l’espace rétropéritonéal. Il explore ensuite la cavité abdominale en s’intéressant tout d’abord à
la zone en regard du site de ponction de la paroi abdominale pour déceler d’éventuelle lésions
iatrogènes (9).

En dirigeant le laparoscope vers la partie caudale de la cavité abdominale, le


chirurgien peut visualiser : le sac dorsal du rumen, le rein gauche entouré de graisse
rétropéritonéale, le rectum, une partie des intestins, le côlon descendant, l’utérus, les ovaires
et parfois la vessie en fonction de son degré de remplissage (4, 117). En orientant le
laparoscope vers la partie craniale de la cavité abdominale, une partie du diaphragme, la partie
caudo-latérale de la rate et la partie dorsale du rumen peuvent être examinés (4, 117).

Le chirurgien confirme le diagnostic de déplacement de caillette à gauche de la même


manière que lors de la réalisation de la technique décrite par Janowitz : la caillette plus ou
moins dilatée est observée entre la paroi abdominale et le rumen. L’intérêt diagnostique de la
laparoscopie dans le diagnostic des déplacements de caillette est là encore retrouvé.

Le degré de distension de l’abomasum mais aussi la couleur de sa paroi sont évalués.


D’éventuelles zones de nécrose pariétale ou d’adhérences entre l’abomasum et les structures
environnantes mais aussi d’éventuels ulcères sont recherchés afin d’affiner le pronostic. Le
chirurgien peut alors si besoin traiter sous laparoscopie ces adhérences en les sectionnant. Une
attention particulière sera également portée à l’éventuelle présence de liquide dans la cavité
abdominale, liquide dont le chirurgien tentera d’établir la nature et l’origine (9).

c) Mise en place du deuxième trocart

Au niveau du site chirurgical préparé en regard du onzième ou douzième espace


intercostal, le chirurgien réalise une courte incision intéressant la peau et les couches

- 103 -
musculaires les plus superficielles. Par cette incision et sous contrôle laparoscopique, la paroi
abdominale est ponctionnée à l’aide d’un ensemble canule et trocart de dix millimètres de
diamètre qui permettra après d’éventuelles réductions de son diamètre avec des dispositifs
adaptés, d’introduire dans la cavité abdominale, le trocart pour placer la navette de sécurité
dans l’abomasum et le passe fil nécessaire à la réalisation de l’abomasopexie. Le mandrin du
trocart est retiré tandis que la canule est laissée en place (9).

d) Ponction de la caillette et mise en place de la navette de


sécurité

Le trocart spécial pour la mise en place de la navette de sécurité est introduit dans la
canule située au niveau de l’abord le plus cranial, après avoir adapté sur la canule un dispositif
réduisant son diamètre à une valeur de cinq millimètres. Le chirurgien ponctionne alors la
caillette dilatée à l’aide de ce trocart ; cette ponction réalisée sous contrôle laparoscopique
doit être opérée au niveau du sommet de la coupole gazeuse observée (grande courbure de la
caillette). Le mandrin pointu est alors retiré et une navette de sécurité est immédiatement
introduite à l’intérieur de l’abomasum qui se dégonfle et regagne progressivement sa position
anatomique normale, sous le rumen. Quelquefois, en raison de la pression au sein de
l’abomasum, un peu de contenu abomasal quitte la caillette et contamine les fils de la navette,
la cavité abdominale mais le pH abomasal étant très bas, l’installation d’un processus septique
secondaire à cette contamination est fortement improbable. La vitesse avec laquelle
l’abomasum regagne sa place anatomique est fonction du degré de dilatation de l’organe et de
l’importance de l’atonie de sa paroi musculaire. Lorsque l’abomasum est dégonflé, le
dispositif de réduction du diamètre de la canule, adapté au diamètre du trocart spécial, est
retiré tout en maintenant les extrémités des chefs du fil de la navette de sécurité, à l’extérieur
de la cavité abdominale (9).

e) Réalisation de l’abomasopexie

Les extrémités du fil de la navette de sécurité sont attachées par un nœud à la pointe
rétractile du passe fil de Barisani, l’aiguille est ensuite réintégrée dans le corps de
l’instrument. Ce dernier est introduit dans la cavité abdominale par la canule de dix
millimètres de diamètre. Sous contrôle laparoscopique, la partie terminale de l’instrument est
positionnée au niveau du sillon ruminoréticulaire facilement repérable car il peut être localisé
au niveau de l’extrémité de la partie libre de la rate. Le chirurgien empoigne alors
l’instrument et déplace son extrémité sur la paroi abdominale ventrale, en l’appuyant sur la
zone épigastrique droite. La bonne position de l’extrémité de l’instrument de Barisani peut
être vérifiée en plaçant la paume de la main libre sous l’animal, collée à la paroi abdominale
ventrale, le chirurgien peut alors repérer l’instrument par la pression exercée sur la paroi
abdominale.

Lorsque le chirurgien a bien vérifié que l’extrémité de l’instrument de Barisani est


bien collée à la zone épigastrique droite, il exerce une pression ferme sur la poignée de
l’instrument afin de faire sortir l’aiguille armée du fil à l’extérieur du corps de l’instrument.
L’aiguille transperce alors la paroi abdominale. La poignée de l’instrument est bloquée afin de
maintenir l’extrémité de l’aiguille à l’extérieur de l’animal, le temps de crocheter les deux
chefs du fil et de couper le nœud les reliant.

- 104 -
La poignée est débloquée, l’aiguille regagne ainsi l’intérieur du corps de l’instrument
qui est alors retiré de la cavité abdominale ainsi que sa canule tandis que les chefs du fil de la
navette de sécurité sont maintenus à l’extérieur de l’animal. Ils sont ensuite tirés jusqu’à ce
qu’un repère placé à cinq centimètres de la navette apparaisse. Chacun des chefs est ensuite
chargé sur une aiguille avec laquelle le chirurgien transperce un rouleau de gaze. Les deux
chefs sont alors noués ensemble de sorte que le repère soit situé juste derrière le rouleau de
gaze qui empêche le fil de retourner dans la cavité abdominale et joue un rôle amortissant
entre la caillette et la paroi abdominale, minimisant les tensions entre ces structures
anatomiques (9).

f) Fin de l’intervention

Le laparoscope est également retiré mais la canule est laissée en place ; la soupape de
cette dernière est ouverte afin de laisser s’échapper l’air qui formait le pneumopéritoine.
Les deux plaies qui ont permis d’accéder à la cavité abdominale sont suturées avec un point
simple ou ne sont pas suturées ; dans ce cas, un spray antiseptique peut simplement être
pulvérisé sur ces dernières.

Lorsque aucune maladie intercurrente n’est présente, lorsque aucune complication


n’est observée lors de l’exploration laparoscopique de la cavité abdominale, aucun soin post-
opératoire n’est entrepris suite à l’abomasopexie réalisée sous laparoscopie (9, 8).

Le fil est coupé trois semaines après l’intervention (9).

D) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une seule


étape sur la vache en décubitus dorsal à l’aide d’une navette

Cette technique est directement dérivée de celle mise au point par Janowitz.
L’implantation de la navette est alors réalisée non plus sur la vache debout, mais sur la vache
en décubitus dorsal. Elle repose là encore sur la capacité qu’a la caillette à reprendre sa place
anatomique normale lorsque le bovin est placé en décubitus dorsal (en l’absence d’adhérences
bien sûr). Le chirurgien s’affranchit ainsi de la première étape de l’abomasopexie selon
Janowitz (93, 31).

1) Localisation anatomique des sites de ponction


Les abords décrits précédemment dans la seconde partie de la technique mise au point
par Janowitz sont retrouvés (figure 43). La première ponction de la paroi abdominale est
réalisée un travers de main cranialement et à droite de l’ombilic tandis que la deuxième
ponction est située dix centimètres cranialement à la première (soit environ dix à quinze
centimètres à droite du processus xyphoïde) (1).

- 105 -
Fig 43 : Localisation des sites de ponction de la paroi abdominale
lors de la réalisation de l’abomasopexie en une seule étape
sur vache en décubitus dorsal à l’aide d’une tige navette
(d’après 1)

2) Présentation du matériel nécessaire


Cette technique correspondant à la deuxième étape de la technique d’abomasopexie
selon Janowitz, nécessite un matériel spécifique similaire à celui utilisé lors de la réalisation
de cette dernière, c'est-à-dire une navette de sécurité ainsi qu’un trocart spécial pour sa mise
en place dans l’abomasum (93). Le chirurgien doit bien sûr également disposer des
équipements communs à l’ensemble des techniques, décrits page 84.

3) Réalisation pratique de la technique d’abomasopexie


sous laparoscopie en une seule étape sur la vache en
décubitus dorsal à l’aide d’une navette

a)Mise en place du laparoscope

La vache est couchée sur son flanc droit puis maintenue en décubitus dorsal. La paroi
abdominale ventrale est préparée chirurgicalement. Après avoir réalisé une courte incision de
la peau et d’une partie des plans musculaires au bistouri, un trocart de huit millimètres est
introduit légèrement caudalement à l’ombilic, à droite de ce dernier (1). Le mandrin du trocart
est retiré et le laparoscope est introduit à sa place.

- 106 -
b) Exploration de la cavité abdominale

Les parties accessibles de la cavité abdominale sont explorées. Le chirurgien vérifie


que la caillette a bien repris sa position anatomique normale et recherche d’éventuelles lésions
de la paroi abomasale comme des zones de nécrose ou la présence d’adhérences.

c) Mise en place du deuxième trocart

Après avoir réalisé une courte incision au bistouri, le chirurgien ponctionne sous
contrôle laparoscopique, la paroi abdominale avec le trocart de cinq millimètres, dix à quinze
centimètres caudalement au processus xyphoïde. Cet abord permet l’introduction du trocart
qui ponctionne la caillette et positionne la navette au sein de l’abomasum (1).

d) Ponction de la caillette et mise en place de la navette de


sécurité

Le trocart spécial pour la mise en place de la navette est introduit dans la cavité
abdominale et sous contrôle visuel laparoscopique, l’abomasum dilaté est ponctionné ; le
mandrin pointu est alors retiré et une navette de sécurité est immédiatement introduite à
l’intérieur de l’abomasum. Les instruments sont alors tous retirés après que le chirurgien ait
laissé s’échapper le gaz qui formait le pneumopéritoine par une canule laissée ouverte. Les
deux chefs du fil attaché à la navette sont tirés jusqu’à ce que le repère placé à dix centimètres
de la navette apparaisse. Chacun des chefs est ensuite chargé sur une aiguille avec laquelle le
chirurgien transperce un rouleau de gaze. Les deux chefs sont alors noués ensemble de sorte
que le repère soit situé juste derrière le rouleau de gaze (1).

e) Fin de l’intervention

Les deux plaies qui ont permis d’accéder à la cavité abdominale sont suturées avec un
point simple ou ne sont pas suturées selon le choix du chirurgien ; un spray antiseptique peut
là encore, être pulvérisé sur ces dernières.

Lorsque aucune maladie intercurrente n’est présente, quand aucune complication n’est
observée lors de l’exploration laparoscopique de la cavité abdominale, aucun soin post-
opératoire n’est entrepris suite à l’abomasopexie réalisée sous laparoscopie (9, 8).

Le fil est coupé trois à quatre semaines après l’intervention.

- 107 -
VI] Complications des techniques d’abomasopexie sous
laparoscopie (tableau III)

A) Complications liées au pneumopéritoine


Les complications liées au pneumopéritoine comprennent tout d’abord les
décollements péritonéaux lorsque l’insufflation est réalisée entre la paroi musculaire et le
péritoine. Ils sont dus à une mauvaise position ou à une longueur insuffisante des instruments
et obligent le chirurgien à procéder à une nouvelle ponction de la paroi abdominale au niveau
d’un autre site. Lors d’insufflation au sein de l’espace rétropéritonéal, le chirurgien ne
constate aucun gonflement de la cavité abdominale en observant le creux du flanc opposé, et
les plaintes de l’animal sont fréquentes (115).

Un emphysème sous-cutané peut se former au cours de l’intervention (en cas


d’insufflation rétropéritonéale) ou suite à cette dernière (114, 105). Il s’agit d’une
accumulation d’air dans le tissu conjonctif sous-cutané. Il est décelé à l’examen clinique par
la présence d’un crépitement gazeux perceptible à la palpation (105). Cette complication
relativement fréquente évolue favorablement et n’a aucune influence sur l’état général des
animaux (114, 28) ; l’air accumulé dans le tissu conjonctif est résorbé progressivement. Pour
diminuer le risque d’apparition de l’emphysème sous-cutané, il est important de tenter de
vidanger au maximum le pneumopéritoine à la fin de l’intervention (117, 74, 19). Le
chirurgien ouvre alors le robinet de la canule et comprime la cavité abdominale. Le risque
d’apparition d’emphysème sous cutané à la suite de l’intervention semble augmenter lorsque
les voies d’abord sont suturées (8).

Selon certains auteurs, le pneumopéritoine entraîne un iléus fonctionnel digestif (112).


Il apparaît donc d’autant plus important de vider au maximum l’air contenu dans la cavité
péritonéale, afin que le transit digestif reprenne le plus rapidement possible.

Enfin, si le pneumopéritoine est trop important, l’animal peut montrer des signes
d’agitation. Le chirurgien doit veiller à ce que le pneumopéritoine créé ne gêne pas le bovin ;
la quantité de gaz insufflé dans la cavité péritonéale doit être suffisante pour permettre le bon
déroulement de l’intervention mais sans être pour autant excessive. La majorité des auteurs
s’accorde pour conseiller une valeur de pression intra-abdominale durant l’intervention
avoisinant les 15 mmHg ; cette valeur de pression intra-abdominale est très bien supportée par
les animaux (19). Elle est inférieure à celle généralement rapportée lors des études
laparoscopiques précédemment menées. Ainsi, par exemple, en 1987, les études de Moncada
et al. conclurent que les bovins supportent très bien des valeurs de pression intra-abdominale
égales à 28 mmHg voire même 32 mmHg (pour de courtes périodes) (89). Les seuls effets
observés alors étaient une augmentation de la fréquence cardiaque ainsi que des signes
d’agitation chez quelques animaux lors d’examens prolongés ; ces effets disparurent
complètement dès que le gaz insuflé a quitté la cavité abdominale à la fin de l’examen (89).
En outre, lors de distension importante de la cavité abdominale, la distance entre la paroi
abdominale et les structures intra-abdominales est accrue et par conséquent, les manipulations
à l’aide des instruments peuvent être compliquées (19).

- 108 -
B) Complications liées à la ponction de la paroi abdominale
Lors de la ponction de la paroi abdominale à l’aide des trocarts, le chirurgien peut
accidentellement ponctionner un ou des organes sous-jacents. Ce risque est surtout rencontré
lors de la mise en place de la première canule, car pour les ponctions suivantes, le chirurgien
dispose d’un contrôle visuel laparoscopique qui lui permet de choisir une zone de ponction
adaptée en fonction de la disposition des organes intra abdominaux et d’arrêter la progression
du trocart dans la cavité abdominale dès qu’il a constaté que le feuillet pariétal du péritoine a
été franchi.

Le rumen du fait de sa taille et de sa proximité avec la paroi abdominale gauche est le


principal organe qui risque d’être ponctionné accidentellement ; le chirurgien peut alors
observer des fibres végétales de couleur gris vert brillant contenues dans le rumen ainsi que la
muqueuse ruminale noire pourvue de nombreuses papilles aplaties (53, 57). Cependant, cet
incident est sans gravité, l’orifice de ponction étant à peine visible lorsque la cavité
abdominale est ensuite explorée (53, 11, 12). Des ponctions accidentelles de la caillette sont
également décrites surtout lorsque la vache est placée en décubitus dorsal. Le contenu de la
caillette est liquide avec quelques petits débris végétaux ; sa paroi est lisse et de couleur rose à
rougeâtre (53). La ponction de la caillette est d’après les auteurs, sans complications majeures
(53). Enfin, dans la littérature, sont également décrites des ponctions de l’omentum, incident
anodin qui oblige juste le chirurgien à retraverser l’omentum pour pouvoir observer les
structures intra abdominales qui l’intéressent et poursuivre l’intervention.
Même si le chirurgien respecte les sites et les angles de ponction conseillés, ces incidents
peuvent se produire du fait de la présence d’adhérences qui modifient légèrement les
dispositions et les rapports des organes intra abdominaux.
La création d’un pneumopéritoine préalable à la ponction de la paroi abdominale à l’aide des
trocarts, est un moyen de diminuer le risque de telles complications, mais ces incidents étant
relativement rares et sans gravité, de nombreux auteurs s’affranchissent de cette étape
relativement longue et ponctionnent directement la paroi abdominale sans avoir créer un
pneumopéritoine au préalable.

Une autre complication pouvant survenir lors de la ponction de la paroi abdominale


(avec les trocarts comme avec l’aiguille de Verres d’ailleurs) intéresse cette fois le feuillet
pariétal du péritoine. Le péritoine n’est pas ponctionné par l’instrument mais décollé de la
paroi musculaire ; l’extrémité de l’instrument est alors située dans la cavité rétropéritonéale et
si un laparoscope est utilisé, le chirurgien est incapable de distinguer les différentes structures
intra abdominales et observe simplement le péritoine de couleur blanchâtre. Le décollement
péritonéal impose au chirurgien de réaliser une nouvelle ponction de la paroi abdominale au
niveau d’un site distant de la précédente (56).
Les décollements péritonéaux s’observent rarement lors de la ponction de la paroi abdominale
gauche sur animal debout, du fait du poids du rumen qui plaque le péritoine contre la paroi
musculaire (110, 4, 85). Le risque de décollement péritonéal lors de la ponction de la paroi
abdominale à l’aide d’un trocart est diminué lorsqu’un pneumopéritoine a préalablement été
établi (116).

C) Complications liées au décubitus dorsal


Certaines des techniques précédemment décrites nécessitent que la vache soit placée
en décubitus dorsal. Or comme nous l’avons déjà souligné dans la première partie de cette

- 109 -
étude, cette position présente quelques risques chez le bovin et est contre indiquée chez les
animaux présentant des signes d’insuffisance respiratoire (126, 125). Les complications
suivantes liées au décubitus dorsal peuvent de nouveau être rencontrées : météorisation,
pneumonie par aspiration, insuffisance respiratoire, dépression cardiovasculaire, volvulus
intestinal ou utérin, blessures au relever (125). Cependant d’après Van Leewen et al., ces
complications sont rencontrées beaucoup plus rarement qu’avec la technique du « Rolling » ;
en effet, ils expliquent ceci par le fait que le bovin après avoir subi une abomasopexie sous
laparoscopie soit de nouveau placé en décubitus latéral droit (129, 130).
L’opération de couchage de l’animal doit toujours être réalisée en douceur afin d’éviter une
rupture de la caillette distendue.

D) Complications liées à la fixation de la caillette


Lors de l’abomasopexie, la caillette ne doit pas être plaquée trop fortement à la paroi
abdominale. En effet, si cette recommandation n’est pas suivie, une nécrose de la paroi
abomasale par ischémie survient très rapidement. Cette constatation a entraîné une
modification de la navette de sécurité, auparavant la marque sur les fils de la navette était
placée à cinq centimètres de la tige métallique, ce repère est désormais situé à dix centimètres
pour éviter une trop grande tension sur le fil d’abomasopexie. Lorsque le chirurgien utilise ce
type de navette, dans les instants qui suivent l’intervention chirurgicale, le chirurgien doit
pouvoir tirer délicatement sur la compresse de gaze. Dès le lendemain, la réaction
inflammatoire est telle que le fil d’abomasopexie est tendu et la caillette est plaquée contre la
paroi abdominale. Le chirurgien doit donc anticiper cette réaction inflammatoire et laisser une
certaine laxité dans sa pexie le jour de l’intervention.

Lors de la réalisation de l’abomasopexie selon la technique décrite par Barisani, la


caillette est placée à proximité de son site de fixation grâce à une traction sur les fils de la
navette. Une éventuelle rupture pariétale de l’abomasum est alors une complication
envisageable bien qu’aucun auteur ne la décrive ; cette dernière pourrait alors s’accompagner
d’une péritonite chimique.

La position déclive du site de fixation de la caillette laisse enfin supposer que des
infections ascendantes sont possibles mais aucune étude ne fait référence à une telle
complication. Nous pouvons donc supposer que si elle existe, elle est très rare.

E) Complications liées au laparoscope


L’introduction du laparoscope froid dans la cavité abdominale s’accompagne souvent
de la formation de buée sur l’objectif de l’instrument ; l’observation des structures intra
abdominales est alors beaucoup plus difficile (69, 53, 12, 134). Ce problème est vite résolu
par l’application de l’extrémité du laparoscope sur la séreuse d’un organe afin d’ôter cette
buée (12, 53), cette recommandation est également valable lorsque du sang vient gêner
l’observation laparoscopique (53). Si cette manipulation s’avère insuffisante, le laparoscope
est sorti de la cavité abdominale et son extrémité est essuyée avec une compresse imbibée de
sérum physiologique (105).
L’apparition de buée sur l’objectif peut également être empêchée en élevant la température du
laparoscope à la valeur de la température corporelle. Ceci peut être réalisé facilement en
plaçant le laparoscope dans une solution de sérum physiologique chauffée (69, 128, 134).

- 110 -
-Décollements péritonéaux
Complications liées au pneumopéritoine -Emphysème sous-cutané
-Iléus fonctionnel digestif
-Agitation de l’animal
Complications liées à la ponction de la -Ponction accidentelle d’un organe
paroi abdominale -Décollement péritonéal
-Risques de météorisation, pneumonie par
aspiration, insuffisance respiratoire,
Complications liées au décubitus dorsal
dépression cardiovasculaire, volvulus
intestinal ou utérin, blessures au relever
-Nécrose de la paroi abomasale par ischémie
Complications liées à la fixation de la
-Rupture de la paroi abomasale
caillette
-Infections ascendantes
Complications liées au laparoscope -Formation de buée sur l’objectif

Tableau III : Principales complications liées à la réalisation des techniques


d’abomasopexie sous laparoscopie

VII] Evaluations des différentes techniques d’abomasopexie


sous laparoscopie

A) Evaluations de l’efficacité des différentes techniques

1) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie décrite


par Janowitz
Une première étude rétrospective regroupant cent vaches ayant subi une abomasopexie
selon la technique décrite par Janowitz rapporte les résultats suivants. Dans près de vingt pour
cent des cas, le chirurgien a du procéder au dégonflement partiel de l’abomasum avant
l’introduction de la navette de sécurité, afin de pouvoir visualiser l’organe dans son intégralité
et d’être sûr du bon positionnement de la tige navette (66). Durant l’intervention, une vache
est morte d’un déficit circulatoire après l’administration intraveineuse de quarante
milligrammes de xylazine. Deux cas de récidive sont décrits : un cas survient trois jours après
l’intervention tandis que l’autre cas ne se produit qu’après un délais de trois mois. Deux jours
après l’intervention, cinq animaux ont reçu une dose d’antibiotique par voie parentérale en
raison d’une suspicion de péritonite, l’examen clinique mettant en évidence une hyperthermie
(entre 39,5 et 39,8°C) et une paroi abdominale légèrement tendue (66).

D’après Barisani, lors d’une étude menée sur 97 cas de déplacements de caillette à
gauche ayant subi une abomasopexie sous laparoscopie selon la technique décrite par
Janowitz, 5% de mortalité sont rapportés (entre un et sept jours après l’intervention) ; chez
8% des animaux, une rupture du dispositif de fixation de la caillette fut rencontrée entre 15 et
19 jours après l’intervention sans récidive du déplacement de la caillette. Dans 1% des cas,
une rupture plus précoce de la fixation (trois jours après l’intervention) s’est accompagnée

- 111 -
d’une récidive du déplacement de la caillette. Chez 13% des animaux, l’exploration
laparoscopique de la cavité abdominale mit en évidence une péritonite sérofibrineuse, quatre
cas furent abattus. Enfin chez 2% des animaux, une augmentation de la température corporelle
due à une inflammation de la paroi abdominale en regard de la zone de fixation de la caillette,
fut rapportée (8).

Ces deux études aboutissent à des résultats relativement similaires et mettent donc en
évidence l’efficacité de la technique d’abomasopexie selon Janowitz. Très peu de récidives
sont décrites. Dans l’étude rapportée par Barisani, la mortalité constatée en post opératoire,
pourrait être expliquée par la fréquence élevée des animaux présentant des lésions de
péritonite, lésions décelées lors de l’exploration laparoscopique de la cavité abdominale, mais
ce lien n’est pas clairement établi. Comme elle n’est pas retrouvée dans la première étude, il
est peu vraisemblable qu’elle soit due à la seule technique de traitement du déplacement de la
caillette.

Selon Barisani, en l’absence de maladie intercurrente, un bovin présentant un


déplacement de la caillette à gauche corrigé par une abomasopexie sous laparoscopie selon la
technique de Janowitz, récupère complètement quatre à cinq jours après l’intervention
chirurgicale (8).

2) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie par


suture sur la vache en décubitus dorsal en une seule
étape selon Babkine et al.
Dans une étude rétrospective menée sur 10 vaches ayant subi une abomasopexie
prophylactique sous laparoscopie, en une seule étape par approche ventrale, Babkine et al.
rapportent une convalescence rapide des animaux. En effet, une heure après l’intervention,
l’état général des animaux ainsi que leur appétit sont déjà jugés excellents (7). Les plaies
évoluent très favorablement ; la seule complication relevée est bénigne : un hématome sous-
cutané est simplement observé sur un animal (7). Les animaux subissent tous un examen
laparoscopique trois mois après l’intervention. Des adhérences d’apparence fibreuse reliant
l’abomasum à la paroi abdominale ventrale sont observées chez les dix animaux (7, 5).
L’adhérence est complète chez trois animaux tandis qu’elle est discontinue entre chacun des
quatre points chez six animaux. Chez une vache, elle est composée de deux parties : une
première partie de l’adhérence englobe trois points de l’abomasopexie alors que la seconde
partie de l’adhérence est centrée sur le quatrième point (7).
Un an après l’intervention chirurgicale, quatre des dix animaux sont de nouveau réexaminés ;
les adhérences sont retrouvées ; leur apparence et leur longueur sont inchangées par rapport
aux observations précédentes (7).

Une seconde étude regroupe cette fois quinze vaches ayant subi une abomasopexie
selon cette même technique entre 2002 et 2004 (90). Quatorze animaux ont récupéré sans
aucun incident, seule une vache qui présentait une métrite, a mis quatre jours pour récupérer.
Aucune récidive ne se produisit ensuite, les éleveurs rapportèrent une convalescence très
rapide (90).

Ces deux études sont certes réalisées sur des effectifs plus faibles que pour celles
s’intéressant à la précédente technique, mais elles permettent tout de même de mettre en

- 112 -
évidence l’apparente efficacité à court et à long terme, de la technique décrite par Babkine et
al., les animaux récupérant rapidement et les adhérences formées étant stables dans le temps.

3) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une


seule étape sur la vache debout (méthode décrite par
Barisani)
Une étude rétrospective répertoriant 148 bovins ayant présenté un déplacement de la
caillette à gauche et ayant subi dans leur élevage respectif, une abomasopexie sous
laparoscopie selon la technique décrite par Barisani nous livre les résultats suivants (9) :
Sur ces 148 bovins, deux animaux sont décédés entre un et sept jours après l’intervention sans
que la cause soit précisée, quatre autres animaux ne se rétablirent pas et furent abattus. Quatre
bovins présentaient lors de l’exploration laparoscopique de l’abdomen, une péritonite
sérofibrineuse ; deux cas de péritonite due à un corps étranger furent également diagnostiqués
tandis que trois bovins présentaient une stéatose irréversible. Enfin, chez trois animaux, une
hyperthermie fut rapportée quatre à cinq jours après l’intervention ; une inflammation de la
paroi abdominale, localisée au niveau du site de fixation de la caillette, était à l’origine de
cette hyperthermie.

Selon Barisani, lorsque le déplacement de caillette à gauche ne s’accompagne


d’aucune maladie intercurrente, le bovin récupère complètement en quatre à cinq jours (9).

Les résultats de la technique d’abomasopexie décrite par Barisani apparaissent là


encore tout à fait satisfaisants. Comme pour l’étude s’intéressant à la technique décrite par
Janowitz, la mortalité rapportée pourrait être expliquée par les lésions de péritonites observées
sous laparoscopie sur certains animaux mais ce lien n’est pas clairement précisé.

4) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une


seule étape sur la vache en décubitus dorsal à l’aide
d’une navette
Aucune donnée précise n’est actuellement disponible concernant l’évaluation
rétrospective de cette technique. Newman et Anderson l’ont juste comparé avec la technique
d’abomasopexie selon Janowitz sur un faible effectif (trois vaches ont été opérées selon la
technique décrite par Janowitz tandis que trois autres vaches ont subi une abomasopexie en
une seule étape selon la technique dérivée de cette dernière). Ils aboutissent à la conclusion
que ces deux techniques donnent toutes les deux des résultats satisfaisants mais que la
technique en une seule étape est plus simple et plus rapide (93).

- 113 -
B) Evaluations des durées moyennes pour chacune des
techniques

1) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie décrite


par Janowitz
Environ trente minutes sont nécessaires à la réalisation d’une abomasopexie selon la
technique décrite par Janowitz (66, 8). Van Leeuwen et al. rapportent quant à eux une durée
un peu plus longue, comprise entre quarante et soixante minutes de la préparation des
instruments à leur rangement (129, 130).

2) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie par


suture sur la vache en décubitus dorsal en une seule
étape selon Babkine et al.
D’après Babkine et al., la réalisation de l’abomasopexie sous laparoscopie selon la
technique qu’ils ont mise au point, dure en moyenne vingt minutes (5, 31).

3) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une


seule étape sur la vache debout (méthode décrite par
Barisani)
Selon Barisani, la réalisation d’une abomasopexie sur vache debout en une seule étape
telle qu’il la décrit, dure environ 25 minutes, de la préparation de l’animal au rangement du
matériel (9).

4) Technique d’abomasopexie sous laparoscopie en une


seule étape sur la vache en décubitus dorsal à l’aide
d’une navette
Selon Newman, la réalisation d’une abomasopexie sur la vache en décubitus dorsal à
l’aide d’une navette dure environ vingt minutes (93).

- 114 -
VIII] Intérêts et limites des différentes techniques
chirurgicales pour le traitement des déplacements de la
caillette à gauche chez la vache laitière

A) Intérêts et limites des différentes techniques chirurgicales


réalisées sous laparoscopie par rapport aux techniques
traditionnelles de traitement des déplacements de caillette à
gauche

1) Intérêts des techniques d’abomasopexie développées


sous laparoscopie
Les techniques d’abomasopexie sous laparoscopie apparaissent comme un excellent
compromis entre les techniques d’abomasopexie invasives recourant à une laparotomie et la
technique de Sterner et Grymer. Comme cette dernière, les techniques d’abomasopexie sous
laparoscopie précédemment décrites, sont des techniques chirurgicales non invasives mais
elles permettent en outre une exploration visuelle de la cavité abdominale et un excellent
contrôle du site de réalisation de l’abomasopexie ce qui n’était jusqu’alors possible qu’avec
les techniques chirurgicales invasives. Elles sont donc plus sûres que la technique de Grymer
et Sterner (31) et évitent de nombreuses complications liées à la fixation accidentelle d’autres
structures intra abdominales (66, 31, 129, 130) ; les taux de guérison obtenus avec ces
techniques sont tout aussi satisfaisants que ceux obtenus par les techniques chirurgicales
invasives (31).

En comparaison des techniques chirurgicales invasives, les techniques


d’abomasopexie développées sous laparoscopie présentent de nombreux avantages liés à la
réduction du traumatisme tissulaire engendré (117, 112, 53, 63, 108, 62, 12, 2, 138, 9, 8, 6,
31, 130, 129). Les plaies sont de taille très réduite ce qui est certes intéressant d’un point de
vue esthétique pour les animaux d’exposition (6,7), mais surtout, les complications liées aux
plaies sont par conséquent très rares (129, 7). Elles cicatrisent la plupart du temps sans
problème qu’elles aient ou non été suturées à la fin de l’intervention. Le risque infectieux est
également considérablement diminué (53, 135) et le traitement post-opératoire est lui aussi
très réduit (53, 66, 7) : lorsque aucune autre maladie n’est diagnostiquée en dehors du
déplacement de la caillette, aucune antibiothérapie n’est mise en place (53, 12, 129, 130, 3) et
aucun temps d’attente ne doit être respecté. Le rétablissement postopératoire est plus rapide
(53, 63, 62, 12, 6, 90, 31). Une étude comparant l’efficacité de la correction des déplacements
de la caillette à gauche par omentopexie par le flanc droit à celle réalisée sous laparoscopie a
montré que dans les six jours suivant l’intervention, la prise alimentaire et la production
laitière des vaches opérées sous laparoscopie sont meilleures (31) ; en revanche, dans cette
étude, les profils biochimiques hépatiques et énergétiques ne différent pas selon la technique
chirurgicale utilisée.

De nombreuses études soulignent la parfaite innocuité des explorations


laparoscopiques chez les bovins (27, 128, 112, 2, 138). Les techniques d’abomasopexie
développées sous laparoscopie sont peu douloureuses et réduisent considérablement le risque

- 115 -
de formation d’adhérences (entre la paroi abdominale et les structures intra-abdominales
autres que l’abomasum) par rapport aux techniques chirurgicales invasives (85).

D’autre part, toutes les techniques d’abomasopexie sous laparoscopie, à l’exception de


la technique décrite par Babkine et al., sont facilement mises en œuvres dans les élevages (53,
57, 7, 5, 128). Toutes sont également très rapides d’exécution ce qui permet généralement une
réduction du temps opératoire par rapport aux techniques chirurgicales invasives (31, 63, 108,
62, 12, 9, 90).

La laparoscopie permet de diagnostiquer et de traiter tout déplacement de caillette à


gauche, quelque soit le degré de dilatation de l’abomasum (8, 66, 129). Elle permet par
conséquent d’établir un diagnostic précoce de déplacement de caillette à gauche de manière
très rapide (à peine dix minutes) (54, 12) mais aussi de mettre en évidence d’éventuelles
lésions visibles comme des adhérences ou des ulcères (66, 129, 130). Renforçant l’image
technique du vétérinaire (12), elle autorise une approche praticienne des pathologies
chirurgicales (135), permettant d’établir ou de confirmer rapidement le diagnostic de
déplacement de caillette à gauche suspecté et de le traiter. En comparaison à la laparotomie
exploratrice, la laparoscopie aura en effet beaucoup plus de chance d’être acceptée par le
propriétaire d’un animal dans le cadre d’une démarche diagnostique (53). Par exemple,
lorsqu’aucun bruit métallique (« PING ») n’est audible à l’auscultation-percussion d’un bovin
présentant un tableau clinique fortement évocateur d’un déplacement de caillette à gauche, le
recours à la laparoscopie apparaît donc très intéressant, le praticien étant dans l’incapacité de
poser un diagnostic de certitude à la fin du simple examen clinique du bovin.

2) Limites des techniques d’abomasopexie développées


sous laparoscopie
L’acquisition du matériel nécessaire à la réalisation des techniques d’abomasopexie
sous laparoscopie nécessite bien sûr un investissement financier de la part du praticien. Ce
matériel est bien sûr plus onéreux que celui nécessaire à la réalisation d’une abomasopexie
selon la technique de Sterner et Grymer ou selon une technique chirurgicale invasive (112, 63,
135, 62, 134, 129) mais il est de plus en plus abordable. Des kits facilement transportables par
le praticien et regroupant tout le matériel nécessaire à la réalisation de ce type d’intervention,
sont désormais disponibles sur le marché à des tarifs tout à fait accessible (à partir de 5500€
hors taxe) (53). De plus, certains dispositifs peuvent aisément être rentabilisés au sein d’une
clientèle mixte du fait de leur possible utilisation chez les carnivores domestiques. Pour
l’éleveur, le coût d’une abomasopexie réalisée sous laparoscopie, entre 150 et 180 euros hors
taxe, est généralement équivalent ou légèrement inférieur à celui d’une abomasopexie réalisée
selon une technique chirurgicale invasive (129, 130, 31). Il est par contre bien sûr plus élevé
que le coût d’une abomasopexie réalisée selon la technique de Sterner et Grymer, mais selon
Van Leeuwen et al., le coût de l’intervention ne doit pas devenir un argument de poids pour
choisir une technique beaucoup moins sûre (129). Le vétérinaire et l’éleveur doivent bien sûr
avant tout baser leur choix sur l’efficacité des techniques (129).

La réalisation des techniques d’abomasopexie sous laparoscopie requiert bien sûr un


apprentissage de l’orientation et de la manipulation des instruments ce qui implique que le
praticien y accorde du temps et de l’investissement (47, 62, 134). Par rapport aux techniques
chirurgicales invasives, la visualisation et le contrôle des gestes sont certes moins bons (31),
le chirurgien ne perçoit aucune sensation tactile et ne dispose que d’informations visuelles en

- 116 -
deux dimension (62). Mais la vision bidimensionnelle ne gêne généralement plus le
chirurgien qui a acquis un minimum d’expérience.

3) Comparaison des techniques d’abomasopexie sous


laparoscopie avec les techniques d’abomasopexie
traditionnelles
Après avoir étudié les intérêts et les limites des techniques d’abomasopexie
développées sous laparoscopie, il apparaît intéressant de les comparer de manière synthétique,
aux techniques d’abomasopexie traditionnelles. Dans ce but, nous associerons à chaque
technique d’abomasopexie sous laparoscopie, la technique d’abomasopexie qui présente le
plus de similitude, parmi celles présentées dans la première partie de cette étude. Puis nous les
comparerons. La technique d’abomasopexie selon Babkine et al. peut facilement être
comparée à la technique d’abomasopexie paramédiane, de même pour la technique
d’abomasopexie décrite par Barisani et la technqiue d’abomasopexie par le flanc gauche, ainsi
que pour la technique d’abomasopexie sous laparoscopie à l’aide d’une navette sur la vache
en décubitus dorsal et la technique de Grymer et Sterner. Seule la technique d’abomasopexie
sous laparoscopie décrite par Janowitz ne pourra pas être incluse dans cette étude du fait de
son approche originale en deux étapes, qui n’est retrouvée dans aucune autre technique.

Les résultats de cette comparaison sont présentés dans les tableaux IV, V et VI.

- 117 -
Technique chirurgicale Principaux avantages Principaux inconvénients
-Bonne visualisation du site -Réalisation sur animal en
de fixation décubitus dorsal (stress, contre-
-Manipulation minimale de indications et complications,
la caillette aides nécessaires)
Abomasopexie sous -Exploration d’une partie de -Réservée aux structures
laparoscopie selon la cavité abdominale hospitalières
Babkine et al. -Réduction du traumatisme -Présence nécessaire de deux
tissulaire chirurgiens
-Traitement post-opératoire
très réduit
-Rapidité (20 minutes)
-Bonne visualisation du site
-Intervention plus longue
de fixation -Réalisation sur animal en
-Manipulation minimale de décubitus dorsal (stress, contre-
la caillette indications et complications,
Abomasopexie
-Réalisable par un seul aides nécessaires)
paramédiane
chirurgien -Risques d’éventration et
d’infection de la plaie
-Exploration limitée de la cavité
abdominale
Tableau IV : comparaison de l’abomasopexie sous laparoscopie selon Babkine et al. et
de l’abomasopexie paramédiane.

Technique chirurgicale Principaux avantages Principaux inconvénients


-Bonne visualisation du site de -Acquisition du matériel
fixation nécessaire à la réalisation des
-Manipulation minimale de la laparoscopies
caillette -Risques de traumatisme de la
-Exploration de la cavité paroi abomasale lors de la
abdominale traction sur les fils afin de
-Réduction du traumatisme diriger l’abomasum vers son
Abomasopexie sous
tissulaire site de fixation
laparoscopie selon
-Traitement post-opératoire
Barisani.
très réduit
-Rapidité (25 minutes)
-Le chirurgien peut intervenir
seul.
-Réalisable quelque soit le
degré de distension de
l’abomasum
-Bonne visualisation du site de -Intervention plus longue
fixation -Présence nécessaire d’un aide
Abomasopexie par le -Exploration de la cavité -Réalisable uniquement si la
flanc gauche abdominale caillette est fortement déplacée
-Examen visuel de la paroi -Difficultés sur les vaches de
abomasale grand format
Tableau V : comparaison de l’abomasopexie sous laparoscopie selon Barisani. et de
l’abomasopexie par le flanc gauche.

- 118 -
Technique chirurgicale Principaux avantages Principaux inconvénients
-Bonne visualisation du site de -Réalisation sur animal en
fixation décubitus dorsal (stress,
Abomasopexie sous
-Réalisable quelque soit le degré contre-indications et
laparoscopie à l’aide
de dilatation de l’abomasum complications, aides
d’une navette sur la
-Exploration d’une partie de la nécessaires)
vache en décubitus
cavité abdominale, examen visuel -Acquisition du matériel
dorsal
de la paroi abomasale nécessaire à la réalisation des
-Rapidité (20 minutes) laparoscopies
-Simplicité -Réalisation sur animal en
-Faible coût décubitus dorsal (stress,
-Rapidité contre-indications et
-Convalescence limitée complications, aides
nécessaires)
-Exploration impossible de la
cavité abdominale
Technique de Grymer
-Fixation en aveugle de la
et Sterner ou technqiue
caillette, d’où abandon de la
des trocarts
technique au profit d’une
autre si la localisation de la
caillette à l’auscultation
percussion est impossible
(caillette peu dilatée ou
lorsqu’un partie du gaz s’est
déjà échappée)

Tableau VI : comparaison de l’abomasopexie sous laparoscopie à l’aide d’une navette


sur la vache en décubitus dorsal et de la technique de Grymer et Sterner.

B) Comparaison des techniques chirurgicales d’abomasopexie


sous laparoscopie (tableau VII)
Les différentes techniques d’abomasopexie sous laparoscopie diffèrent tout d’abord
dans la position de l’animal durant l’intervention. Seule la technique d’abomasopexie décrite
par Barisani se déroule intégralement sur le bovin debout ; le chirurgien peut alors intervenir
seul, sans l’aide d’autres personnes. Les autres techniques d’abomasopexie sous laparoscopie
requièrent par contre de placer et de contenir le bovin en décubitus dorsal durant l’intégralité
de l’intervention ou au moins pendant une partie de cette dernière (technique d’abomasopexie
selon Janowitz). La présence de trois personnes au minimum est alors conseillée pour placer
l’animal dans cette position ; les contre-indications, le stress et les complications liés au
décubitus dorsal et cités dans la première partie de notre étude sont bien sûr retrouvés.

La technique d’abomasopexie selon Janowitz parait plus contraignante et plus longue


que les autres techniques du fait de sa réalisation en deux étapes (31). En effet, alors que la
réalisation des autres techniques nécessite environ une vingtaine de minutes (31, 93, 5, 9), la
réalisation d’une abomasopexie selon la technique décrite par Janowitz nécessite entre trente
et soixante minutes (66, 8, 129, 130).

- 119 -
Comme nous l’avons déjà souligné, la réalisation de l’abomasopexie en une seule
étape sur animal debout décrite par Barisani impose d’exercer une traction importante sur la
paroi abomasale en tirant sur le fil de la tige navette, afin de placer l’abomasum à proximité
du site de fixation. Une telle traction pourait s’accompagner de risques de complication telle
qu’une rupture pariétale ou une péritonite chimique engendrée par une fuite du contenu
abomasal. Cependant la seule étude rétrospective disponible ne confirme pas cette idée, la
fréquence de telles complication n’étant pas plus élevée que celle retrouvée pour les autres
techniques.

La technique d’abomasopexie décrite par Babkine et al. est la technique


d’abomasopexie sous laparoscopie la moins facilement réalisable en pratique dans les
élevages. En effet, elle nécessite la présence de deux opérateurs qui maîtrisent tous les deux la
technique opératoire. Le matériel nécessaire est alors plus complexe : une caméra est adaptée
sur l’oculaire du laparoscope et les chirurgiens observent les images ainsi recueillies sur un
moniteur, afin de coordonner leurs actions. Dans les autres techniques, le chirurgien peut se
dispenser de ce système vidéo et observe simplement l’intérieur de la cavité abdominale à
travers l’oculaire. Pour ces raisons, la technique d’abomasopexie décrite par Babkine et al.
serait à réserver aux structures hospitalières.

Les techniques d’abomasopexie sous laparoscopie sont des techniques chirurgicales


relativement récentes et toutes semblent présenter une efficacité tout à fait comparable à celle
des techniques chirurgicales invasives. Les premiers résultats des études menées pour chacune
des techniques sont tous très satisfaisants, mais à l’heure actuelle, très peu d’enquêtes
rétrospectives regroupant un nombre important d’animaux traités par ces techniques, ont pu
être menées (notamment pour la technique décrite par Babkine et al. et pour la technique
d’abomasopexie sous laparoscopie à l’aide d’une navette sur la vache en décubitus dorsal).

Enfin, deux des quatre techniques d’abomasopexie sous laparoscopie permettent de


réaliser des fixations prophylactiques de l’abomasum. La technique d’abomasopexie décrite
par Babkine et al. est la meilleure technique dans cet objectif. La technique d’abomasopexie
sous laparoscopie sur la vache en décubitus dorsal à l’aide d’une navette peut également être
utilisée dans ce but, mais sa mise en œuvre peut s’avérer difficile car d’une part, le chirurgien
doit réussir à trocarder l’abomasum non dilaté, sans déchirer sa paroi et d’autre part, il est
parfois difficile de ramener l’abomasum non dilaté dans une position adéquate pour la
fixation sans pince à préhension (3).

- 120 -
Technique chirurgicale Avantages Inconvénients Durée de réalisation
-Le chirurgien peut travailler seul -Deux phases, nécessité de placer
l’animal en décubitus dorsal entre
les deux étapes (contre-
Abomasopexie sous indications, stress, complications
laparoscopie selon la technique liés au décubitus dorsal et aides 30 à 60 minutes
décrite par Janowitz nécessaires)
-Impossibilité de réaliser une
fixation prophylactique de la
caillette
-Rapide d’exécution -Animal en décubitus dorsal
-Fixation prophylactique de la (contre-indications, stress,
Abomasopexie sous caillette possible complications, aides nécessaires)
laparoscopie selon la technique -Présence de deux chirurgiens 20 minutes
décrite par Babkine et al. nécessaire
-Nécessité d’un système vidéo
(caméra, moniteur)
-Seule technique d’abomasopexie -Impossibilité de réaliser une
sous laparoscopie à se dérouler fixation prophylactique de la
Abomasopexie sous
intégralement sur bovin debout caillette
laparoscopie selon la technique 25 minutes
-Rapide d’exécution -Risque de complications lié à la
décrite par Barisani
-Le chirurgien peut travailler seul traction exercée sur la paroi
abomasale
-Rapide d’exécution -Animal en décubitus dorsal
Abomasopexie sous
-Fixation prophylactique de la (contre-indications, stress,
laparoscopie à l’aide d’une
caillette possible, mais sa mise en complications, aides nécessaires) 20 minutes
navette sur la vache en
œuvre peut être difficile
décubitus dorsal
-Le chirurgien peut travailler seul

Tableau VII : Comparaison des différentes techniques d’abomasopexie sous laparoscopie


- 122 -
CONCLUSION

- 123 -
- 124 -
Le déplacement de la caillette à gauche est une affection très fréquente chez la vache
laitière engendrant des pertes économiques importantes variant selon les auteurs de 250 à 500
kg de lait par lactation. Son traitement nécessite le recours à une technique chirurgicale afin
de replacer l’abomasum dans sa position anatomique normale et de réaliser une
abomasopexie. Cette dernière est l’intervention chirurgicale la plus fréquente chez les vaches
laitières. Les différents traitements classiquement décrits ont comme nous l’avons vu leurs
intérêts et leurs limites propres. Mais aucune de ces techniques n’associe à la fois rapidité
(caractéristique commune aux techniques non invasives) et visualisation parfaite de la zone de
fixation (caractéristique commune aux techniques invasives). Seules les techniques récentes
d’abomasopexie développées sous laparoscopie allient rapidité et sécurité.

La laparoscopie connaît un essor considérable en médecine et chirurgie vétérinaire


(notamment en milieu hospitalier) ; elle connaît déjà diverses applications chez les animaux
de rente. Ce nouveau moyen d’investigation de la cavité abdominale offre la possibilité au
praticien de franchir la barrière cutanée, d’observer les différents organes intra-abdominaux
mais aussi de réaliser des interventions chirurgicales sur ces derniers. Dans le cadre du
déplacement de caillette à gauche, elle permet à la fois d’établir un diagnostic précoce et de
certitude, mais aussi d’établir un pronostic après l’exploration de la cavité abdominale du
bovin et enfin de réaliser rapidement et sous contrôle visuel, une abomasopexie. Ces
techniques d’abomasopexie sous laparoscopie présentent toutes un intérêt économique certain
qui repose sur la précocité du diagnostic, sur leur efficacité thérapeutiques qui est d’après les
premières études réalisées, tout à fait comparable aux autres techniques, mais aussi sur leur
caractère non invasif qui permet une convalescence réduite, et l’absence de temps d’attente à
respecter (en l’absence de complications ou de maladies intercurrentes).

Ainsi, bien qu’en France, à l’heure actuelle, encore peu de vétérinaires réalisent les
abomasopexies sous laparoscopie, ces techniques sont appelées à se développer comme dans
les pays frontaliers. Renforçant l’image technique du vétérinaire, elles devraient s’inscrire
dans la sophistication progressive mais constante des techniques d’examen en médecine et
chirurgie des animaux de rente, et ceci en raison de leurs nombreux avantages.

- 125 -
- 126 -
BIBLIOGRAPHIE

- 127 -
- 128 -
1. ANDERSON D. E. : Laparoscopy. In : FUBINI S. L., DUCHARME N. G., editors.
Farm animal surgery. Philadelphia : WB Saunders, 2004, 82-86.

2. ANDERSON D. E., GAUGHAN E. M., St-JEAN G. : Normal laparoscopic anatomy


of the bovine abdomen. Am. J. Vet. Res., 1993, 54(7), 1170-1176.

3. BABKINE M. : communication personnelle.

4. BABKINE M., DESROCHERS A. : Laparoscopic surgery in adult cattle. Vet. Clin.


North Am. (Food Anim. Pract.), 2005, 21, 251-279.

5. BABKINE M, DESROCHERS A., BOURE L., HELIE P. : Ventral laparoscopic


abomasopexy on adult cattle. Méd. Vét. Québec, 2004, 34, 154.

6. BABKINE M., DESROCHERS A., BOURE L., HELIE P. : Mise au point d’une
technique d’abomasopexie par laparoscopie chez la vache adulte. Matériel et
Méthodes.[http://www.medvet.umontreal.ca/actualites_babillard_media/conferences_s
eminaires_presentations/technique_abomasopexie_laparo_mat_methodes.swf]
(consulté le 15 mars 2005)

7. BABKINE M., DESROCHERS A., BOURE L., HELIE P. : Mise au point d’une
technique d’abomasopexie par laparoscopie chez la vache adulte.
Résultats.[http://www.medvet.umontreal.ca/actualites_babillard_media/conferences_s
eminaires_presentations/technique_abomasopexie_resultats.swf] (consulté le 15 mars
2005)

8. BARISANI C. : Approccio endoscopico alla dislocazione abomasale sinistra.


Valutazione critica della tecnica di Janowitz dopo 97 interventi. Summa, 2004, 21(1),
11-15.

9. BARISANI C. : Evoluzione della tecnica di Janowitz per la risoluzione della


dislocazione abomasale sinistra secondo Barisani. Summa, 2004, 21(5), 35-39.

10. BARLETT P. C., KOPCHA M., COE P. H., AMES N. K., RUEGG P. L., ERSKINE
R. J. : Economic comparaison of the pyloro-omentopexy vs the roll-and-toggle
procedure for treatment of left displacement of the abomasum in dairy cattle.
J.A.V.M.A., 1995, 206(8), 1156-1162.

11. BASTIAN P. : communication personnelle.

12. BASTIAN P. : Traitement du déplacement de caillette à gauche par laparoscopie.


Point Vét., 2001, 220, 14-15.

13. BEGG H., WHITEFORD W. A. : Displacement of the Abomasum in the Cow. Vet.
Rec., 1956, 56, 122-125.

14. BETTI E., GUINTARD C., RAVIER S. : Topographie laparoscopique, les organes
abdomino-pelviens chez la vache (III). Action Vét., 2002, 1606, 20-23.

15. BETTI E., RAVIER S. : L’appareil urogénital peut aussi être examiné par
laparoscopie. Point Vét., 2002, 227, 14-15.

- 129 -
16. BLAISE MORIN M. : Etude clinique des déplacements de la caillette chez les bovins.
Synthèse bibliographique de données récentes. Thèse Méd. Vét. Nantes, 2002, n°54,
312p.

17. BOUISSET S., DAVIAUD L. : Correction chirurgicale des déplacements de la


caillette omentopexie para-lombaire droite. Point Vét., 1980, 11(51), 83-85.

18. BOUISSET S., RAVARY B. : Anesthésie locale et locorégionale du flanc chez les
bovins. Point Vét., 2000, 31, 687-690.

19. BOURE L. : General Principles of Laparoscopy. Vet. Clin. North Am. (Food Anim.
Pract.), 2005, 21, 227-249.

20. BOURE L., MARCOUX M., LAVERTY S. : Ovariectomie unilatérale par


coeliochirurgie chez une jument. Prat. Vét. Equine, 1994, 26(2), 129-133.

21. BOURE L., MARCOUX M., LAVERY S. : Utilisation de la laparoscopie en


médecine et en chirurgie équines. Prat. Vét. Equine, 1996, 28(3), 207-217.

22. BOYD J. S., DUCKER M. J. : A Method of examining the Cyclic Changes Occuring
in the Sheep Ovary Using Endoscopy. Vet. Rec., 1973, 93, 40-43.

23. BRENTRUP H., KAUFHOLD B. : Schrifttumsübersicht über verschiedene Techniken


zur perkutanen Labmagenfixation. Prakt. Tierärzt, 1987, 68, 12-16.

24. BREUKINK H. J. : Abomasal Displacement, Etiology, Pathogenesis, Treatment and


Prevention. Bovine Pract., 1991, 26, 148-153.

25. BREUKINK H. J., RUYTER T. : Abomasal Displacement in Cattle : Influence of


Concentrates in the Ration on Fatty Acid Concentrations in Ruminal, Abomasal, and
Duodenal Contents. Am. J. Vet. Res., 1976, 37(10), 1181-1184.

26. BUSH M., WILDT D. E., KENNEDY S., SEAGER W. J. : Laparoscopy in Zoological
Medecine. J.A.V.M.A., 1978, 173(9), 1081-1087.

27. CARTER M. L., DIERSCHKE D. J., HAUSER E. R. : Effect of repeated laparoscopic


surgery on the bovine estrous cycle. Theriogenology, 1981, 16(4), 399-405.

28. CERUTI C. : Pratique de la laparoscopie en clinique canine. Thèse Méd. Vét. Lyon,
1980, n°31, 124p.

29. CONSTABLE P. D., MILLER G. Y., HOFFSIS G. F., HULL B. L., RINGS D. M. :
Risk factors for abomasal volvulus and left abomasal displacement in cattle. Am. J.
Vet. Res., 1992, 53(7), 1184-1192.

30. CONSTANT F. : L’anesthésie épidurale : une technique d’avenir ? Point Vét., 2005,
252, 8-9.

31. CONSTANT F. : Qu’attendre du traitement laparoscopique lors de déplacement de


caillette ? Point Vét., 2005, 254, 8-9.

- 130 -
32. COPPOCK C. E. : Displaced Abomasum in Dairy Catte : Etiological Factors. J. Dairy
Sci., 1974, 57(8), 926-933.

33. DOSSIER O. : Comparaison de plusieurs techniques chirurgicales dans le traitement


du déplacement à gauche de la caillette. Aspects pratiques et économiques. Thèse
Méd. Vét. Nantes, 1999, n°15, 61p.

34. ESPINASSE J. : Les déplacements de la caillette chez les laitières. Bull. G.T.V., 1975,
2, 31-40.

35. ESPINASSE J. : Anesthésies régionales de la paroi abdominale. Chirurgie bovine.


Journées Nationales de la Société Française de Buiatrie, Alfort 11-12 juin 1987, 27-
30.

36. FAYRER-HOSKEN R. A., YOUNIS A. I., BRACKETT B. G., Mc BRIDE C. E.,


HARPER K. M., KEEFER C. L., CABANISS D. C. : Laparoscopic oviductal transfer
of in vitro matured and in vitro fertilized bovine oocytes. Theriogenology, 1989, 32(3),
413-421.

37. FIO L. : Equine Laparoscopy. J. Equine Vet. Sci., 1995, 15(5), 218-219.

38. FISCHER A. T. : Standing Laparoscopic Surgery. Vet. Clin. North Am. (Equine
Pract.), 1991, 7(3), 641-647.

39. FISCHER A. T.: Diagnostic and pronostic Procedures for Equine Colic Surgery. Vet.
Clin. North Am. (Equine Pract.), 1989, 5(2), 335-350.

40. FISCHER A. T., KENT LLOYD K. C., CARLSON G. P., MADIGAN J. E. :


Diagnostic laparoscopy in the horse. J.A.V.M.A., 1986, 189(3), 289-292.

41. FISCHER A. T., VACHON A. M. : Laparoscopic cryptorchidectomy in horses.


J.A.V.M.A., 1992, 201(11), 1705-1708.

42. FOX F. H. : Abomasal disorders. J.A.V.M.A., 1965, 147, 383-393.

43. FRANZ S., KÖNIG M., GASTEINER J., BAUMGARTNER W. : Laparoskopie beim
Rind 3. Mitteilung : Indikationen und pathologische Befunde. Wien. Tierärztl.
Monatschr., 2000, 87, 163-172.

44. FRANZ S., WINTER P., SCHILCHER F., BAUMGARTNER W. : Möglichkeiten der
diagnostischen Laparoskopie beim Wiederkäuer-lymphatische Leukose beim Kalb.
Tierärztl. Prax., 2002, 30, 79-83.

45. GABEL A. A., HEAT R. B. : Correction and Right-Sided Omentopexy in Treatment


of Left-Sided displacement of the Abomasum in Dairy Cattle. J.A.V.M.A., 1969,
155(4), 632-641.

46. GEISHAUSER T. : Abomasal Displacement in the Bovine – a Review on Character,


Occurrence, Aetiology and Pathogenesis. J. Vet. Med. A., 1995, 42, 229-251.

47. GLUNTZ X., BATTAIL G. A., JACOT S., MOREAU H. : Cryptorchiectomie sous
laparoscopie chez un cheval debout. Point Vét., 1997, 28(183), 81-85.

- 131 -
48. GOBEL H., KOENE M. : Laparoskopische Untersuchung beim Pferd. Prakt. Tierärzt,
1995, 5, 447-450.

49. GORDON P. : The Sterner-Grymer (toggle) Approach for Correction of Left


Displaced Abomasum. Technique and Results. Cattle Pract., 2002, 10(2), 127-129.

50. GRYMER J., BARLETT P. C., STERNER K. E. : One-year Survival of Cows with
Left Displacement of the Abomasum Corrected with the Role-and-Toggle Procedure.
Bovine Pract., 1997, 31(2), 80-82.

51. GRYMER J., STERNER K. E. : Percutaneous fixation of left displaced abomasums,


using a bar suture. J.A.V.M.A., 1982, 180(12), 1458-1461.

52. GRYMER J., WILLEBERG P., HESSELHOT M. : Milk production and Left
Displaced Abomasum : Cause and Effect Relationships. Nord. Vet. Med., 1982, 34,
412-415.

53. GUIDONI M., GUINTARD C., RAVIER S., BETTI E., LAVAL A. : La laparoscopie
de la cavité abdomino-pelvienne chez la vache. Bull. G.T.V., 2002, 14, 87-91.

54. GUINTARD C., GUIDONI M., RAVIER S., BETTI E., LAVAL A. : Examen
laparoscopique de la cavité abdomino-pelvienne chez la vache saine. Bull. G.T.V.,
2002, 15, 159-162.

55. GUINTARD C., RAVIER S. : Laparoscopie des intestins et des glandes annexes.
Point Vét., 2002, 226, 14-15.

56. GUINTARD C., RAVIER S., BETTI E. : Laparoscopie de la cavité abdomino-


pelvienne. Point Vét., 2003, 34, 122-128.

57. GUINTARD C., RAVIER S., BETTI E. : Topographie laparoscopique, les organes
abdomino-pelviens chez la vache. Action Vét., 2002, 1595, 14-29.

58. GUINTARD C., RAVIER S., BETTI E. : Topographie laparoscopique, les organes
abdomino-pelviens chez la vache (IV). Action Vét., 2002, 1607, 21-28.

59. HARRISON R. M. : Historical Development of laparoscopy in Animals. In : WILDT


D.E., editors. Animal Laparoscopy. Baltimore : Williams and Wilkins, 1980, 1-11.

60. HARRISON R. M., WILDT D. E. : Laparoscopic Instrumentation. In : WILDT D. E.,


editors. Animal laparoscopy. Baltimore : Williams and Wilkins, 1980, 199-229.

61. HASSEL D.M., RAGLE C.A. : Laparoscopic diagnosis and conservative treatment of
uterine tear in a mare. J.A.V.M.A., 1994, 205(11), 1531-1535.

62. HENDRICKSON D. A. : History and instrumentation of laparoscopic surgery. Vet.


Clin. North Am. (Equine Pract.), 2000, 16(2), 233-249.

63. HENDRICKSON D.A., WILSON D. G. : Instrumentation and techniques for


laparoscopic and thoracoscopic surgery in the horse. Vet. Clin. North Am. (Equine
Pract.), 1996, 12(2), 235-259.

- 132 -
64. HENDRICKSON D.A., WILSON D.G. : Laparoscopic Cryptorchid Castration in
Standing Horses. Vet. Surg., 1997, 26, 335-339.

65. JAINUDEEN M. R., BONGSO T. A., BASHIR AHMAD F., SHARIFUDDIN W. : A


laparoscopic technique for in vivo observation of ovaries in the water buffalo (Bubalus
bubalis). Vet. Rec., 1982, 111, 32-35.

66. JANOWITZ H. : Laparoscopic reposition and fixation of the left displaced


abomasums in cattle. Journées nationales GTV-Dijon 2000, 2000, 87-91.

67. JANOWITZ H. : Laparoskopische Reposition und Fixation des nach links verlagerten
Labmagens beim Rind. Tierärztl. Prax., 1998, 26, 308-313.

68. JEAN G. ST., CONSTABLE P. D., HULL B. L., RINGS D. M. : Abomasal volvulus
in cattle following correction of left displacement by casting and rolling. Cornell Vet,
1989, 79(4), 345-351.

69. JONES B. D. : Laparoscopy. Vet. Clin. North Am. (Small Anim. Pract.), 1990, 20(5),
1243-1263.

70. KAUFHOLD B., BRENTRUP H. : Klinische Prüfung des perkutanen Labmagen


fixation nach Grymer und Sterner. Prakt. Tierärzt, 1987, 10, 11-16.

71. KEHLER W., HEIMBERG P., SCHOLZ H. : Labmagenverlagerung beim Rind :


Essentials der perkutanen Abomasopexie. Prakt. Tierärzt, 1999, 80, 72-80.

72. KELTON D. F., FUBINI S. L. : Pyloric obstruction after toggle-pin fixation of left
displaced abomasums in a cow. J.A.V.M.A., 1989, 194(5), 677-678.

73. KELTON D. F., GARCIA J., GUARD C. L., DINSMORE R. P., POWERS P. M.,
SMITH M. C., STEHMAN S., RALSTON N., WHITE M. E. : Bar suture (toogle pin)
vs open surgical abaomasopexy for treatment of left displaced abomasums in dairy
cattle. J.A.V.M.A., 1988, 193(5), 557-559.

74. KLEIN C., FRANZ S., LEBER A., BAGO Z., BAUMGARTNER W. : Methodik der
Darmbioptatentnahme unter laparoskopischer Kontrolle bei Kalb und Schaf. Wien.
Tierärztl. Monatschr., 2002, 89, 291-301.

75. KÖNIG M., FRANZ S., GASTEINER J., BAUMGARTNER W. : Laparoskopie beim
Rind 1. Mitteilung : Laparoskopie in der Fossa paralumbalis sinistra. Wien. Tierärztl.
Monatschr., 2000, 87, 70-76.

76. KÖNIG M., FRANZ S., GASTEINER J., BAUMGARTNER W. : Laparoskopie beim
Rind 2. Mitteilung : Laparoskopie in der Fossa paralumbalis dextra. Wien. Tierärztl.
Monatschr., 2000, 87, 105-110.

77. LAMBERT R. D., BERNARD C., RIOUX J. E., BELAND R., D’AMOURS D.,
MONTREEUIL A. : Endoscopy in cattle by the paralumbar route : technique for
ovarian examination and follicular aspiration. Theriogenology, 1983, 20(2), 149-161.

78. LAMOND D. R., HOLMES J. H. G. : Suitable endoscope and laparotomy techniques


for ovarian examination in the cow. Aust. Vet. J., 1965, 41, 324-325.

- 133 -
79. LAVAL A. : Symptômes et étiologie du déplacement à gauche de la caillette. Point
Vét., 1983, 15(75), 385.

80. LOWE J. E., LOOMIS W. K., KRAMER L. L. : Abomasopexy for repair of Left
Abomasal Displacement in dairy Cattle. J.A.V.M.A., 1965, 147(4), 389-393.

81. MAC CRACKENT T., KAINER R.A., SPURGEON T.L. : Spurgeon’s Color Atlas of
Large Animal Anatomy. The Essentials. Lippincott Williams and Wilkins, 1999, 43.

82. MARIANA J. C. : Technique d’examen in vivo des ovaires chez la vache. Ann. Biol.
Anim. Biochim. Biophys., 1969, 9(4), 657-659.

83. MARTIN S. W., KIRBY K. L., CURTIS R. A . : Left Abomasal Displacement in


Dairy Cows : Its Relationship to Production. Can. Vet. J., 1978, 19, 250-253.

84. MARTIN W. : Left abomasal displacement : an epidemiological study. Can. Vet. J.,
1972, 13(3), 61-68.

85. MAXWELL D.P., KRAEMER D.C. : Laparoscopy in cattle. In : WILDT D.E.,


editors. Animal Laparoscopy. Baltimore : Williams and Wilkins, 1980, 133-155.

86. MEALLIER S. : Contribution à l’étude de la laparoscopie bovine paralombaire :


technique et application au diagnostic des péritonites. Thèse Méd. Vét., Lyon, 2004,
n°54, 81p.

87. MEGALE F. : Endoscopic photography of ruminants. Vet. Med. (Small Anim. Clin.),
1967, 62, 555-557.

88. MEGALE F., FINCHER M. G., Mc ENTEE K. : Peritoneoscopy in the cow :


visualization of the ovaries, oviducts, and uterine horns. Cornell Vet., 1956, 46, 109-
121.

89. MONCADA-ANGEL A. H., KLUG E., KRAUSE D. : Zur Anwendung des Wisap®
CO2-Pneu gasinsufflators nach SEMM zur Erstellung eines Pneumoperitoneums bei
der pelviskopischen Untersuchung von Pferd und Rind. Dtsch. Tierärztl. Wochenschr.,
1983, 90, 437-440.

90. MULON P. Y., BABKINE M., DESROCHERS A. : Abomasopexy by ventral


approach in cattle : 15 cases (2002-2004). Vet. Surg., 2004, 33, E16.

91. MULVILLE P., CURRAN N. : Left abomasal displacement in cattle : treatment with
right paramedian abomasopexy, toggle pin fixation and blind suturing. Ir. Vet. J.,
1994, 47(3), 111-113.

92. NAOI M., KOKUE E.-I., TAKAHASHI Y., KIDO Y. : Laparoscopic-assisted serial
biopsy of the bovine kidney. Am. J. Vet. Res., 1985, 46(3), 699-702.

93. NEWMAN K., ANDERSON D. : Comparaison of two techniques for laparoscopic


abomasopexy for correction of left displaced abomasum in dairy cows. Méd. Vét.
Québec, 2004, 34, 157.

- 134 -
94. NOTTEBROCK A., FRERKING H. : Zur perkutanen Fixation – oder das “Dübeln” –
des links – und rechtseitig verlagerten Labmagens bei Milchkühen. Dtsch. Tierärztl.
Wochenschr., 1997, 104(8), 269-340.

95. PALMER S.E. : Standing laparoscopic laser technique for ovariectomy in five mares.
J.A.V.M.A., 1993, 203(2), 279-283.

96. PERRIN R. : La laparoscopie chez le cheval. Point Vét., 1997, 28(182), 1149-1157.

97. PERRIN R. : La laparoscopie chez le cheval : aspects techniques et intérêts. Bull.


G.T.V., 1996, 5, 67-74.

98. PINSET P. J. N., NEAL P. A., RITCHIE H. E. : Displacement of the Bovine


Abomasum : a review of 80 Clinical Cases. Vet. Rec., 1961, 73(30), 729-735.

99. PRESCOTT R. : Optical Principles of Laparoscopy. In : WILDT D.E., editors. Animal


Laparoscopy. Baltimore : Williams and Wilkins, 1980, 15-29.

100. PUECH J., MONS G., FIENI F. : Matériels endoscopiques. Rec. Méd. Vét., 1992,
168, 181-186.

101. RAGLE C., HENDRICKSON D., WILSON D., FISCHER T., GALUPPO L.,
PALMER S. : Laparoscopy in Equine Practice. Equine Pract., 1997, 19(10), 21-25.

102. RAGLE C., SCHNEIDER R. K. : Ventral Abdominal Approach for Laparoscopic


Ovariectomy in Horses. Vet. Surg., 1995, 24, 492-497.

103. RAVARY B. : Anesthésie locale et locorégionale chez les bovins. Principes


généraux. Point Vét., 2000, 31, 642-644.

104. RAVARY B., FRANCOZ D. : Comment réaliser les anesthésies locales et


locorégionales chez les ruminants ? Point Vét., 2004, 245, 7.

105. RAVIER S. : Topographie laparoscopique des organes abdomino-pelviens de la


vache. Thèse Méd. Vét., Nantes, 2003, n°114, 330p.

106. RAVIER S., GUINTARD C., BETTI E. : Laparoscopie des organes de la cavité
abdomino-pelvienne. Point Vét., 2002, 33(224), 14-15.

107. REHAGE J., HEIMBERG P., KOCH F., STARKE A., HERZOG K., MEYER H.,
KASKE M., KEHLER W. : Post surgical convalescence after laparoscopic
abomasopexy or right flank laparotomy and omentopexy in dairy cows with abomasal
displacement. Méd. Vét. Québec, 2004, 34, 158.

108. ROBERTSON J. M. : Diagnosis of Left Displacement of the Bovine Abomasum.


J.A.V.M.A., 1965, 146(8), 820-827.

109. ROBERTSON J. Mc D. : Left Displacement of the Bovine Abomasum :


Epizootiologic Factors. Am. J. Vet. Res., 1968, 29(2), 421-434.

- 135 -
110. ROMUSSI S., GUALTIERI M. : Laparoscopic diagnosis in 13 cases of left
abomasal displacement in cows. Proc 18th World Buiatrics Congress, Bologna 1994,
1994, 1231-1234.

111. RUEGG P. L., CARPENTER T. E. : Decision-tree analysis of treatment alternatives


for left displaced abomasums. J.A.V.M.A., 1989, 195(4), 464-467.

112. SCHELCHER F., VALARCHER J. F., ESPINASSE J. : Endoscopie chez les Bovins
Intérêt et limites. Rec. Méd. Vét., 1992, 168, 279-287.

113. SCHELLANDER K., FAYRER-HOSKEN R. A., KEEFER C. L., BROWN L. M.,


MALTER H. , Mc BRIDE C. E., BRACKETT B. G. : In vitro fertilization of bovine
follicular oocytes recovered by laparoscopy. Theriogenology, 1989, 31(4), 927-935.

114. SCHILLER D., STAUFENBIEL R. : Laparoskopie beim Rind –


Untersuchungstechnik, physiologische Verhältnisse in der Bauchhöhle. Prakt.
Tierärzt, 1999, 80(5), 426-436.

115. SCHNEIDER F., OTTO F. : Zur laparoskopischen Beurteilung der inneren


genitalorgane beim Rind. Schweiz. Arch. Tierheilk., 1974, 116, 103-109.

116. SEEGER K. : Laparoscopic investigation of the bovine ovary. Vet. Med. (Small
Anim. Clin.), 1977, 72(6), 1037-1044.

117. SERTEYN D. : La laparoscopie. Point Vét., 2000, 31, 63.

118. STEINER A., ZULAUF M. : Diagnostische Laparoskopie bei der Kuh. Schweiz.
Arch. Tierheilk., 1999, 141, 397-406.

119. STERNER K. E., GRYMER J. : Closed Suturing Techniques Using a Bar-Suture for
Correction of Left Displaced Abomasum – A Review of 100 Cases. Bovine Pract.,
1982, 17, 80-84.

120. STERNER K.E., GRYMER J. : Technique originale de fixation d’une caillette


déplacée à gauche. Point Vét., 1983, 15(75), 383-384 et 386-388.

121. THIRUNAVUKKARASU P. S., PRATHABAN S., GANESH T. N.,


PATTABIRAMAN S. R., DHANAPALAN P. : Laparoscope guided liver biopsy in
calves. Indian J. Vet. Surg., 1998, 19(2), 111.

122. TITHOF P. K., REBHUN W. C. : Complications of blind-stitch abomasopexy : 20


cases (1980-1985). J.A.V.M.A., 1986, 189(11), 1489-1492.

123. TOURNUT J., PAVAUX C., ESPINASSE J. : Une anomalie topographique de la


caillette : le déplacement de la caillette à gauche. Revue médicale vétérinaire, 1968,
31, 977-1003.

124. TREMBLAY A. : Déplacement de la caillette à gauche chez la vache laitière. Bull.


G.T.V., 1992, 2, 423-427.

125. TRENT A. M. : Surgery of the Bovine Abomasum. Vet. Clin. North Am. (Food
Anim. Pract.), 1990, 6(2), 399-441.

- 136 -
126. TRENT A. M. : Surgery of the Abomasum. In : FUBINI S. L., DUCHARME N. G.,
editors. Farm animal surgery. Philadelphia : WB Saunders, 2004, 196-218.

127. USON J., TEJEDO V., CLIMENT S., LUERA M., VIVES M. A. : Laparoscopie
flexible. Rec. Méd. Vét., 1992, 168, 225-230.

128. VAN ESSCHE R. : Laparoscopie bovine. Econ. Méd. Anim., 1972, 13(5), 261-268.

129. VAN LEEUWEN E., JANOWITZ H., WILLEMEN M. A. : Laparoscopic


Treatment of Left Displaced Abomasum. Cattle Pract., 2000, 8(4), 363-365.

130. VAN LEEUWEN E., JANOWITZ H., WILLEMEN M. A. : Laparoscopische


repositie en fixatie van de lebmaagdislocatie naar links bij het rund. Tijdschr.
Diergeneeskd., 2000, 125(12), 391-392.

131. VAN WINDEN S. C., KUIPER R. : Left displacement of the abomasum in dairy
cattle : recent developments in epidemiological and etiological aspects.Vet. Res., 2003,
34, 47-56.

132. VERMOOTE C. : Une méthode de correction chirurgicale du déplacement de


caillette à gauche par omentopexie : étude de cas cliniques dans le Pas de Calais.
Thèse Méd. Vét. Alfort, 1994, n°3, 118p.

133. VERRIELE M. : Traitement chirurgical des déplacements de caillette à gauche par


voie paralombaire droite. Journées Nationales des GTV, 1996, 425-427.

134. VIGUIER E. : La coeliochirurgie vétérinaire. Bull. Acad. Vét. De France, 1997, 70,
195-204.

135. VIGUIER E. : La laparoscopie et son évolution en chirurgie vétérinaire. Point Vét.,


1999, 30(196), 17-23.

136. WANI G. M. : Laparoscopy in farms animals. World Rev. Anim. Prod., 1982, 18(1),
7-13.

137. WILDT D.E. : Laparoscopy in the Dog and Cat. In : WILDT D.E., editors. Animal
Laparoscopy. Baltimore : Williams and Wilkins, 1980, 31- 72.

138. WILSON A. D., FERGUSON J. G. : Use of a Flexible Fiberoptic Laparoscope as a


Diagnostic Aid in Cattle. Can. Vet. J., 1984, 25(6), 229-234.

139. WISHART D., SNOWBALL J. B. : Endoscopy in Cattle : Observation of the ovary


In Situ. Vet. Rec., 1973, 92, 139-143.

- 137 -
TITRE DE LA THESE

LA LAPAROSCOPIE BOVINE DANS LE DIAGNOSTIC ET LE TRAITEMENT


DES DEPLACEMENTS DE CAILLETTE A GAUCHE : INTERETS ET LIMITES.
PRESENTATION DE TECHNIQUES NOVATRICES.

Nom et Prénom : LECOEUR David

RESUME :

Après avoir rappelé les principales caractéristiques du déplacement de caillette à


gauche chez la vache laitière, l’auteur l’envisage succinctement sous son aspect clinique et
diagnostique. Puis, il présente les démarches thérapeutiques classiquement appliquées à cette
affection ainsi que leurs avantages et leurs inconvénients respectifs.
Il s’intéresse ensuite plus particulièrement à la technique de la laparoscopie avant de
développer ses récentes applications dans le diagnostic et le traitement des déplacements de
caillette à gauche. Le mode opératoire de chacune des quatre techniques d’abomasopexie
développée sous laparoscopie, ainsi que les éventuelles complications rencontrées sont
détaillés. Enfin l’auteur étudie leurs intérêts et leurs limites respectives et les compare aux
techniques plus anciennes.

Mots-clés :

- Laparoscopie
- Technique chirurgicale
- Abomasum
- Caillette
- Déplacement de la caillette
- Diagnostic
- Thérapeutique
- Bovin

JURY :

Président :
Directeur : Dr D. Rémy
Assesseur : Dr R. Maillard
Invitée : Dr B. Ravary

Adresse de l’auteur :

227 rue du vertannoy


62232 HINGES
TITLE

BOVINE LAPAROSCOPY IN DIAGNOSTIC AND TREATMENT OF LEFT


ABOMASAL DISPLACEMENT : INTERESTS AND LIMITS.
PRESENTATION OF NEW PROCEDURES

SURNAME : LECOEUR

Given name : David

SUMMARY :

After the study of the main characteristics of the left abomasal displacement in dairy
cattle, the author consideres its clinical sight and its diagnosis. Then he presents the different
treatments generally applied with theirs advantages and disadvantages.
Next he develops especially the laparoscopy technique before presenting its recent
applications in the diagnosis and the treatment of left abomasal displacements. Each of the
four techniques of laparoscopic abomasopexy is described and the eventuals complications
are detailed. Finally, the author studies their interests and limits, and compares them with the
older techniques.

Key words :

- Laparoscopy
- Surgical technique
- Abomasum
- Abomasal displacement
- Diagnosis
- Therapy
- Cattle

JURY :

President :
Director : Dr D. Rémy
Assessor : Dr R. Maillard
Guest : Dr B. Ravary

Author’s adress :

227 rue du vertannoy


62232 HINGES