Vous êtes sur la page 1sur 12

Cours L’ARITHMETIQUE PROF : ATMANI NAJIB 1BAC SM BIOF

avec Exercices avec solutions

L’ARITHMETIQUE
I) LA DIVISIBILITE DANS ℤ Remarque : Si 𝑏 est un entier non nul,
1) Définition et conséquences les multiples de 𝑏 constituent Un ensemble infini
1.1 Diviseur d’un entier noté 𝑏ℤ
Définition : Soient 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs 𝑏ℤ = {𝑚 ∈ ℤ/ ; 𝑚 = 𝑘𝑏 𝑜ù 𝑘 ∈ ℤ}
tels que 𝑏 ≠ 0 ; on dit que l’entier relatif 𝑏 divise 𝑎 Exemple :
s’il existe un entier relatif 𝑘 tel que 𝒂 = 𝒌𝒃 ; 3ℤ = {← ⋯ , −12, −9, −6, −3,0,3,6,9,12, … →}
On écrit : 𝒃|𝒂. 1.3 Diviseur commun, multiple commun de
On dit que 𝑎 est divisible par 𝑏 deux entiers
Définition :a) Si 𝑏|𝑚 et 𝑏|𝑛 on dit que 𝑏 est un
Exemples : 312 car 12  3 4 et 6 42
diviseur commun de 𝑚 et 𝑛
car 42  7   6  et on a :7 ne divise pas 16 b) Si 𝑏|𝑚 et 𝑏′|𝑚, on dit que 𝑚 est un multiple
Remarques : commun de 𝑏 et 𝑏′.
Exemples :4 est un diviseur commun de
 Si l’entier non nul 𝑏 divise l’entier 𝑎 alors −𝑏
16 et 12
divise lui aussi.
36 est un multiple commun de 9 et 12.
 1 divise tous les entiers relatifs
Propriété : Etant donnés des entiers relatifs non
 0 est divisible par tous les entiers non nuls : nuls. On a les propositions suivantes :
car 0 = 0 × 𝑏
 𝑎|𝑏 et 𝑏|𝑎⇒ |𝑎| = |𝑏|
 Si 𝑎 est un entier les diviseurs de 𝑎 constituent
 𝑎|𝑏 et c|d⇒ ac|bd
un ensemble fini noté Da :
 𝑎|𝑏 et 𝑏|𝑐 ⇒ 𝑎|𝑐
Da = {𝑏 ∈ ℤ / 𝑏|𝑎}  𝑎|𝑏 ⇒ 𝑎|b𝑐
Exemple :  𝑎|𝑚 et 𝑎|𝑛 ⇒ 𝑎|𝑚 + 𝑛
D18 = {−18, −9, −6, −3, −2, −1,1,2,3,6,9,18}  𝑎|𝑚 et 𝑎|𝑛 ⇒ 𝑎|𝑚 - 𝑛
et D18 = {1,2,3,6,9,18}  𝑎|𝑚 et 𝑎|𝑛 ⇒ 𝑎|𝛼𝑚 + 𝛽𝑛 où 𝛼 et 𝛽 sont des
entiers relatifs quelconques.
Exercice01 : 1) Déterminer et dénombrer les
 a / b  a / b n
n n
diviseurs naturels de 156
Exercice02 :
12)Déterminer dans tous les diviseurs de -8
1) a  et b et c  et x  et y 
Solution01 :1) 156 a 12 diviseurs :
1; 2; 3; 4; 6; 12; 13; 26; 39; 52; 78 et 156. a) montrer que si a 2b  c et a b  c alors a c
156 et 1 sont appelés diviseurs triviaux, les autres b) montrer que si a 2b  3c et a b  c alors a c
sont des diviseurs stricts.
2) D8 = {−8, −4, −2, −1, 1,2,4,8} c) montrer que si a et a b  c alors a xb  cy
x y
Propriété : a  ; b ; c 
2) a  et n et a 12n  1 et a 2n  3
 1/ a et 1/ a et a / a et a / a
 𝑏|𝑎 ⇒ |𝑏| ≤ |𝑎| Montrer que a 19
 a / b  a / bc
a/b a  b 3) d  et a  et d 2 et d 2 n  1
 n  3
 𝑏|1 ⇒ 𝑏 ∈ {−1,1} Montrer que d 13
Déduction :
a
Si 𝑚 et 𝑛 sont deux entiers relatifs tels que : Solution02 : 1) a)  2b  c  a a
𝑚𝑛 = 1 alors |𝑚| = 1 et |𝑛| = 1. a 2  b  c    2b  c  c
 b  c
1.2 Multiple d’un entier.
Définition : On dit que 𝑎 est un multiple de 𝑏 si 𝑏
est un diviseur de 𝑎
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2
1
a que n  2  1; 5;1;5 ce qui entraine que
1) b)  2b  3c  a a n 3; 7; 1;3
a 2b  3c  2  b  c  c

 bc
On vérifie que que que si n 3; 7; 1;3 alors
a
1) c)  x  y  a et a a n  2 3n  1 avant de conclure.
bx  by by  cy bx  cy
 a Conclusion : les valeurs de l’entier relatif n pour
 bc
lesquelles : n  2 3n  1 sont : -7 ; -3 ;-1 ;3
2) a 12n  1 et a 2n  3
Exercice 06 : Quelles sont les valeurs de l’entier
a et a a 3n  8
12n  1 12n  18 19 relatif n pour lesquelles la fraction
n4
 a  1; 19
Représente un entier relatif ?
3) d  et a  et d et d Solution06 :Cette fraction a un sens si : n  4  0
n2  3 2n  1
soit n  4
 d a  d d
On constate que 3n  8  3  n  4   4
et et
n2  3  2n  1 ² 4n 2  12 4n 2  4n  1
d
11  4n
et d
2  4n
d
13 n  4 divise 3  n  4  , donc n  4 divise 3n  8 si
Exercice03 : a  et x  n  4 divise -4.
a Les diviseurs de -4 sont 1 ; -1 ; 2 ; -2 ; 4 ; -4.
Montrer que :  5 x  7  a Il faut que n  4  4; 2; 1;1; 2; 4 ce qui
29
 a 2 x  3
entraine que n 8; 6; 5; 3; 2;0
a
Solution03 :  5 x  7  a On vérifie que -4 n’appartient pas à -8 ; -6 ; -5
2  5 x  7   5  2 x  3 ; -3 ; -2 ; 0 avant de conclure.
 a 2 x  3
3n  8
a a a Conclusion : la fraction représente un
10 x  14  10 x  15 29 29 n4
Exercice04 : Montrer que : n  : entier relatif pour les valeurs de l’entier relatif n :
3 divise 4  1 Solution04 :
n
-8 ; -6 ;-5 ; -3 ; -2 ; 0.
Montrons que : n  k  / 4n  1  3k Exercice07 : Résoudre dans 2 les équations
suivantes :a) x  y  32 avec x y
2 2
1étapes : l’initialisation :Pour n=0 nous avons
40  1  0 est un multiple de 3 b) 2 xy  2 x  y  99
Donc P (0) est vraie. Solution07 :a) x 2  y 2  32   x  y  x  y   32
2étapes : d’hérédité : Supposons que P(n) soit x  y et x  y sont des diviseurs positif de 32
vraie c’est-à-dire : k  / 4  1  3k donc Et  x  y    x  y   2 x est u nombre pair
n

4n  3k  1 Donc x  y et x  y ont la même parité 32  2


5

3étapes : Nous allons montrer que P(n+1) est On dresse un tableau :


vraie. Montrons alors que : x y 2 4
k   / 4n 1  1  3k  ?? x  y 16 8
x 9 6
4n1  1  4  4n  1 y 7 2
 4   3k  1  1  12k  4  1  12k  3  3  4k  1 S   6; 2  ;  9;7 
avec k   4k  1 Donc P(n+1) est vraie. b) 2 xy  2 x  y  99  2 xy  y  2 x  1  1  99
Conclusion. Par le principe de récurrence on a :
 y  2 x  1  2 x  1  99  1   2 x  1 y  1  100
n  ; 4n  1 est divisible par 9
Donc : 2x 1 et y  1 sont des diviseurs positif de 100
Exercice05 : Quelles sont les valeurs de l’entier
D100  1; 2; 4;5;10; 20; 25;50;100
relatif n pour lesquelles : n  2 3n  1
Solution05 : n  2 3n  1 et n  2 n  2 2x  1 1 2 4 5 20 25 50 100
y  1 100 50 25 20 5 4 2 1
n  2 3n  1et n  2 3n  6 donc
x 0 2 12
n  2  3n  6    3n  1 donc n  2 5 y 99 10 3
Les diviseurs de 5 sont 1 ; -1 ; 5 ; -5 donc Il faut S   0;99  ;  2;19  ; 12;3
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 2
2) La division euclidienne 2.2 La division euclidienne dans ℤ
2.1 La division euclidienne dans ℕ. Propriété : Considérons 𝑎 et 𝑏 deux entiers
Propriété : Considérons 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs tels que 𝑏 ≠ 0 ; ils existent un entiers
naturels tels que 𝑏 ≠ 0 ; ils existent deux entiers relatif 𝑞 et un entier naturel 𝑟
naturels 𝑞 et 𝑟 tels que 𝑎 = 𝑏𝑞 + 𝑟 où 0 ≤ 𝑟 < 𝑏 Tels que : 𝑎 = 𝑏𝑞 + 𝑟 où 0 ≤ 𝑟 < |𝑏|
 L’entier 𝑎 s’appelle : Le divisé Exemple1 :1)la division euclidienne de 37 par -
 L’entier 𝑏 s’appelle : Le diviseur 11 donne : 37   11   3  4 car 0 ≤ 4 < 11
 L’entier 𝑞 s’appelle : Le quotient 2)a division euclidienne de -37 par 11
 L’entier 𝑟 s’appelle : Le reste donne : - 37  11  4   7 car 0 ≤ 7 < 11
Remarque : Si 𝑟 est le reste de la division
euclidienne par 𝑏 alors : 𝑟 ∈ {0,1, … , 𝑏 − 1}. 3) l a division euclidienne de -37 par -11
Exemple1 : donne : 37   11  4  7 car 0 ≤ 7 < 11
la division euclidienne de 75 par 8 donne : Exercice10: b   et a 
75  9  6  3 car 0 ≤ 3 < 8 si q est le quotient de la division euclidienne de
la division euclidienne de 126 par 7 donne :
126  18  7  0 car 0 ≤ 0 < 7 a  1 par b déterminer le quotient de la division
euclidienne de ab  1 par b
9 10
la division euclidienne de 85 par 112
donne : 85  0 112  85 car 0 ≤ 85 < 112 Solution10 : soit r le reste de la division
Exemple2 : Un entier naturel 𝑛 peut s’écrire de euclidienne de a  1 par b donc :
l’une des façons suivantes a  1  bq  r et 0  r b
𝑛 = 5𝑘 ou 𝑛 = 5𝑘 + 1 ou 𝑛 = 5𝑘 + 2
Donc : ab  b  b q  rb
9 9 10 9
ou 𝑛 = 5𝑘 + 3 ou 𝑛 = 5𝑘 + 4 avec k 
Donc : ab  1  b q  rb  b  1
9 10 9 9
Exercice 08 : déterminer le nombre entier
Donc : ab  1  b q   r  1 b  1
naturel n Tel que le quotient de la division 9 10 9
euclidienne de n par 25 est p et le reste
est p 2  p   On montre que : 0   r  1 b9  1 b10 ???
On a : 0  r b donc 0  r  1  b
Solution08 : n : n  25 p  p et 0  p ² 25
2
donc 0   r  1 b9  b10 donc 0   r  1 b9  1  b10  1
donc 0  p 5
donc 0   r  1 b9  1 b10
p  0 p 1 p  2 p  3 p  4
Donc :  ou  ou  ou  ou  conclusion : q est aussi le quotient de la
n  0 n  26 n  54 n  84 n  116
division euclidienne de ab  1 par b
9 10
Donc : n 0;26;54;84;116
II) LES NOMBRES PREMIERS
Exercice 09: n et a et b des entiers naturels 1) Définition et propriétés
Démontrer que si q est le quotient de la division Définitions : a) On dit que l’entier 𝑑 est un
euclidienne de n par a et q est le quotient de q diviseur effectif de l’entier relatif 𝑎
par b Alors q est aussi le quotient de n Si 𝑑|𝑎 et |𝑑| ≠ 1 et |𝑑| ≠ |𝑎|
par ab b) On dit qu’un entier relatif non nul 𝑝 est
Solution09 : soit r le reste de la division premier s’il est différent de 1 et s’il n’admet pas
euclidienne de n par a et r  le reste de la
de diviseurs effectifs.
Remarques :
division euclidienne de q par b on a donc :
 Un nombre premier p admet exactement deux
n  aq  r et 0  r  a 1 et on a : q  bq  r  diviseurs positifs 1 et |p|.
et 0  r  b 1 donc on déduit que :  Si 𝑝 est un nombre premier positif alors 𝑝
n  a  bq  r    r  abq  ar   r n’admet pas de diviseurs effectifs de même
- p n’admet pas de diviseurs effectif d’où :
Et puisque : 0  r  b 1 et 0  r  a 1 alors : - -p est aussi premier ;
ar  r  ab 1 donc n  abq  ar   r  Pour l’étude des nombres premiers on se
0  ar  r  b 1 conclusion : q est aussi le contente d’étudier les nombres premiers positifs.
Propriété : Soit 𝒂 un entier naturel non nul
quotient de n par ab différent de 1 et non premier, le plus petit

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 3


diviseur de 𝒂 diffèrent de 1 est un nombre n2  3   n  2  n  2   7
premier
 d
Exemple1 : Les nombres -3 et -7 et 23 sont n 2  3   n  2  n  2 
premiers.
 d 7 et d n  2  d
 n  2  7  d 
d
2) Détermination d’un nombre premier
Propriété :Soit 𝑛 un entier naturel non nul,
diffèrent de 1 et non premier, il existe un nombre Inversement : On a : d    n  2   7
premier 𝑝 qui divise l’entier 𝑛 et qui vérifie  d  n  2 et d  7  d  d
p2  n .  n  2  n  2  et 7
Remarque : Cette propriété nous permet de  d d   d 2 et d  7
déterminer si un nombre est premier ou non.  n  2  n  2   7 et 7 n 3
Corolaire :Si un entier 𝑛 n’est divisible par donc : d  A  B donc d  d
aucun entier premier 𝑝 et qui vérifie p  n alors
2

𝑛 est premier. donc d et d  et d  et d   donc


Exercice: 1) Les nombres suivants sont–ils d d

premiers :499 ; 601 ; 703 ; 2003 ; 2n  3n n


2 donc d  d  donc : A  B   n  2   7
Théorème : L’ensemble des nombres premiers n2  3
2)   n2 2 et et on a : n  2 n  2
est infini. n2 n 3
III) PLUS GRAND DIVISEUR COMMUN, Donc : n  2 A  B Donc : n  2
PLUS PETIT MULTIPLE COMMUN.  n  2  7
1) Plus grand diviseurs commun Donc : n  2 7 or 7 est premier donc :
1.1 Définition et propriété
Définition :On dit que le nombre 𝑑 est le plus Il faut que n  2  1;7 ce qui entraine que n  5
grand diviseur commun de deux entiers relatifs Définition : On dit que deux entier relatifs 𝑎 et 𝑏
𝑎 et 𝑏 lorsque 𝑑 divise 𝑎 et 𝑑 divise 𝑏 et qu’il n’y a sont premiers entre eux si 𝑎 ∧ 𝑏 = 1.
pas d’autre plus grands diviseurs de ces deux Exemple :21 et 10 sont premiers entre eux.
nombres. Exercice 13: a  et b et c  et d 
On note 𝑑 = 𝑃𝐺𝐷𝐶 (𝑎, 𝑏) = 𝑎 ∧ 𝑏 tels que : a  bc  d
Exemple : 1) montrer que a  b  b  d
−48 ∧ 36 = 12
2) En déduire que : a  b  b   a  bc 
Propriétés :1) 𝑎 ∧ 𝑎 = |𝑎| 2) 1 ∧ 𝑎 = 1
3) (𝑎 ∧ 𝑏) ∧ 𝑐 = 𝑎 ∧ (𝑏 ∧ 𝑐) Solution13 :1)on pose 1  a  b et  2  b  d
4) Si 𝑏|𝑎 alors 𝑎 ∧ 𝑏 = |𝑏| 1 1  
5)si 𝑑|𝑎 et 𝑑|𝑏 alors 𝑑| (𝑎 ∧ 𝑏) On a : et donc 1 et 1 donc
a b a bc
Exercice11 : montrer que a  a   a  1  1 1 
donc 1
a  bc d
Solution11 : on pose d  a   a  1
1 1  
donc et donc 1 donc 1
 d a et d a  1  d 1  d  1 d b bd 2
Exercice12 : n On considère les deux   
inversement On a : 2 et 2 donc 2 et
b d d
nombres : A  n 2  3 et B  n  2
2  
1) montrer que A  B   n  2   7 bc
donc 2
bc  d
donc 2
a
n2  3    
2) déterminer l’entier naturel n tel que :  donc 2 et 2 donc 2 donc 2
a b a b 1
n2
Solution12 :1)on pose d  A  B et d    n  2  7  
On a donc : 1 et 2   et  2 
2 1 et 1
On a : d  A  B
donc 1   2
 d A et d B  d 2 et d n  2 donc : a  b  b  d
n 3
d 2 et d n  2 on utilisant la division 2)on a : a  bc   a  bc  si on prend : d  a  bc et
n 3
d’après 1) on aura : a  b  b  d  b   a  bc 
euclidienne : on trouve : n2  3   n  2  n  2   7

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 4


Exercice14 : a On considère les deux Indications pour preuve :
nombres : A  35a  57 et B  45a  76 Poser 𝑀 = 𝑞𝑚 + 𝑟 on a : 𝑎|𝑚, 𝑎|𝑀 conclure.
montrer que A  B  1 ou A  B  19 De même pour 𝑏 et si 𝑟 ≠ 0 aboutir à une
Solution14 :1)on pose d  A  B contradiction.
 d A et d B  d 35a  57 et d 45a  76 IV) LA CONGRUENCE MODULO 𝑛
1) Définition et propriétés.
 d et d
9  35a  57  7  45a  76  Activité : Quelle relation y a-t-il entre ces
nombres −11, 15, 67, 28, 132 et 13.
 315a  513
d et d
315a  532
Définition : Soient 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs ; et
𝑛 un entier naturel non nul. On dit que : 𝒂 est
 d 19 or 19 est premier donc : congrue à 𝒃 modulo 𝒏 si 𝑛|(𝒃 − 𝒂).
Il faut que d 1;19 ce qui entraine que : On écrit : 𝒂 ≡ 𝒃 [𝒏]
Exemples :122 ≡ 27 [5] 34 ≡ 13 [7]
A  B  1 ou A  B  19 Propriété :Si 𝑎 ≡ 𝑏 [𝑛] alors 𝑎 et 𝑏 ont le même
1.2 L’algorithme d’Euclide. reste de la division euclidienne sur 𝑛
Théorème : Soit 𝑎 un entier naturel et 𝑏 un entier Propriété fondamentale :
naturel non nul on a : 𝑎 = 𝑏𝑞 + 𝑟 1) (∀𝑎 ∈ ℤ)(𝑎 ≡ 𝑎 [𝑛]) on dit que la relation de
Où 0 ≤ 𝑟 < 𝑏 on a : 𝑎 ∧ 𝑏 = 𝑏 ∧ 𝑟 congruence est réflexive.
L’algorithme d’Euclide. 2
2) (∀(𝑎, 𝑏) ∈ )( 𝑎 ≡ 𝑏 [𝑛] ⟺ 𝑏 ≡ 𝑎 [𝑛] ) : on dit
Propriété :Soient 𝑎 et 𝑏 deux entier naturels non que la relation de congruence est symétrique.
nuls.Le plus grand diviseur commun de 𝑎 et 𝑏 est 3
le dernier reste non nul dans les divisions 3) (∀(𝑎, 𝑏, 𝑐) ∈ )
euclidiennes successives. (𝑎 ≡ 𝑏 [𝑛] et 𝑏 ≡ 𝑐 [𝑛]⇒ 𝑎 ≡ 𝑐 [𝑛]) : on dit que la
Application : relation de congruence est transitive.
1- Trouver le 𝑃𝐺𝐷𝐶 (362154, 82350). Définition : Puisque la relation est de
2- Déterminer tous les diviseurs communs de congruence est réflexive, symétrique et transitive
362154 et 82350. on dit que la relation de congruence est une
Propriété :Soient 𝑎 et 𝑏 deux entier relatifs non relation d’équivalence
nuls 2) Compatibilité de la relation d’équivalence
Les diviseurs communs de 𝑎 et 𝑏 sont les avec l’addition et la multiplication dans ℤ.
diviseurs de 𝑎 ∧ 𝑏. Propriété et définition :Soit 𝑛 un entier naturel
non nul. Si 𝑎 ≡ 𝑏 [𝑛] et 𝑐 ≡ 𝑑 [𝑛] alors :
On peut dire que : Da  Db  Da b 1) 𝑎 + 𝑐 ≡ 𝑏 + 𝑑 [𝑛] ; On dit que la relation de

Exercice : Montrer que : n  on a : congruence est compatible avec l’addition
1) n   n  1  1 2) n   2n  1  1 dans ℤ
2) 𝑎𝑐 ≡ 𝑏𝑑 [𝑛] ; On dit que la relation de
3)  2n  1   3n  1  1 congruence est compatible avec la multiplication
2) Le plus petit multiple commun. dans ℤ
Définition et propriété Corolaire :Si 𝑎 ≡ 𝑏 [𝑛] alors pour tout 𝑘 dans ℕ
Définition : On dit que le nombre entier naturel on a : a k  b k  n 
𝑚 est le plus petit multiple commun de deux
Remarque :La réciproque du corolaire n’est pas
entiers relatifs 𝑎 et 𝑏 lorsque
𝑚 est un multiple de 𝑎 et de 𝑏 et qu’il n’y a pas vraie : 24  34 5 mais 2 ≢ 3 [5]
d’autre plus petit multiple non nuls de ces deux Exercice15 : a et b Si 17 est le reste
nombres. On note : 𝑚 = 𝑃𝑃𝐶𝑀(𝑎, 𝑏) = 𝑎 ∨ 𝑏 de la division euclidienne de a par 19
Exemple :−48 ∧ 36 = 144 Et Si 15 est le reste de la division euclidienne de
Propriétés : b par 19 Déterminer le reste de la division
1) 𝑎 ∨ 𝑎 = |𝑎| 2) 𝑎 ∨ 𝑏 = 𝑏 ∨ 𝑎 euclidienne des nombres suivants par 19 :
3) 𝑎 ∨ 1 = |𝑎| 4) Si 𝑏|𝑎 alors 𝑎 ∨ 𝑏 = |𝑎| 1) a  b 2) a  b 3) 2a  5b
2 2

5) 𝑎 ∨ (𝑏 ∨ 𝑐) = (𝑎 ∨ 𝑏) ∨ 𝑐 Solution15 : 1)On a : a  17 19 et b  15 19


6) 𝑎|(𝑎 ∨ 𝑏) ; 𝑏|(𝑎 ∨ 𝑏) et (𝑎 ∨ 𝑏)|𝑎𝑏
Propriété : Considérons 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs. donc : a  b  17  15 19  a  b  1319
Si 𝑎 ∨ 𝑏 = 𝑚 et 𝑀 un multiple commun de 𝑎 et 𝑏 Par suite : le reste dans la division du nombre
alors 𝑚|𝑀. a  b Par 19 est : 13
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 5
2) a  17 19  a 2  172 19  a 2  4 19 Exercice17 : 1)montrer que n  

 n  2  2n2  n  1  0  n² 
n2
b  1519  b2  152 19  b2  16 19
Donc : a 2  b2  4  16 19  a 2  b2  119
77
77

2) montrer que: 7
77
 3 10
Par suite : le reste dans la division du nombre n2
Solution17 :1)on a :  n  2    Cnk 2 n k 2n  2 k Donc :
n2
a 2  b 2 Par 19 est : 1
3) a  17 19  2a  2 17 19  2a  15 19 (1)
k 0
n2
 n  2  Cn0 2 n 0 2n  2  Cn1 2 n 2n 1   Cnk 2 n k 2n  2 k
n2
b  1519  5b  5 15 19  5b  18 19
k 2

Donc : 5b  119  5b  119 (2) n2


 n  2  2n  2   n  2  n 2n 1   Cnk 2 n k 2n  2 k
n2

De (1) et (2) on déduit que : k 2

2a  5b  15  119  2a  5b  16 19 n2


Donc :  n  2   2n 1  2  n 2  2n   n 2  Cnk 2 n k 2n  k
n2

Par suite : le reste dans la division du nombre k 2

2a  5b Par 19 est : 16 n2


 n  2  2n 1  2  2n   2 n 1 n 2  n 2  Cnk 2 n k 2 n  k
n2

Exercice16 : 1)Déterminer et discuter suivants k 2


les valeurs de l’entier naturel n le reste de la   n2
 n  2  2n  2 1  n   n 2  2n 1   Cnk 2 n k 2n  k 
n2
division par 10 du nombres 3n
 k 2 
2)en déduire le chiffre des unités du nombres
on a : n 2  2n 1   Cnk 2 n k 2n k   0  n² 
n2
2019 2020
3)Déterminer les valeurs de l’entier naturel n  k 2 
donc :  n  2  2n2  n  1  0  n² 
n2
tél que : 3n  5n  2  0 10
Solution16 :1) 3n  r 10 et r 0;1;2;3;4;5;6;7;8;9 2) on a : 7  7 10 et 72  110 donc 74  110
On a : 30  110 et 31  310 et 32  9 10 Donc : 74 k  110 et 74 k 1  7 10 et 74 k  2  9 10
et 33  7 10 et 34  110 74 k 3  310
Si n alors : n  4k  r avec r  0;1; 2;3 On aussi : 7  3 4 et 7²  1 4

On a : 34  110 donc :  34   1k 10 


k
Donc 72 k  1 4 et 72 k 1  3 4
7

donc : 34 k  110 et 34 k 1  310 et 34 k  2  9  7


77

Or : 7
77
 1 2 (car impair)
et 34 k 3  7 10 77
77

2) le chiffre des unités du nombres 2019 est 2020


Donc : 7
77
 3 10
2020
le reste dans la division du nombre 2019 Par 10 Exercice 18 : 1) Déterminer le reste de la
cad : on cherche r tel que : 20192020  r 10 ?? division euclidienne de 458722018 par 9
On a : 2019  2010  9 donc : 2019  9 10 2) Déterminer le reste de la division euclidienne
6512
donc : 20192020  92020 10 donc : 20192020  34040 10 de 25614 par 13
3) Montrer que pour tout 𝑛 entier naturel :
or : 4040  4 1010  4  k
32 n 1  2n  2 est divisible par 7
donc : 20192020  34 k 10 donc : 20192020  110
4) Montrer que pour tout n entier naturel,
le chiffre des unités du nombres 2019 2020 est 1 5n3  n est divisible par 6
Autre méthode : 2019  9 10 5) Montrer que si n n’est pas un multiple de 7,
donc : 2019  110 donc : 20192020  110 alors : n  1 est un multiple de 7
6

3)On Dresse une table comme suite : 6 Montrer que pour tout entier naturel, le nombre
n 4k 4k 1 4k  2 4k  3 n  n2  5 est divisible par 6
3 n
 110  310  9 10  7 10
Exercice19 : x   et y   On considère les
5n  0 10  5 10  0 10  5 10 deux nombres : a  9 x  4 y et b  2 x  y
3n  5n  2  310  0 10  110  4 10 1)montrer que x  y  a  b
donc : 3n  5n  2  0 10  n  3k  1 avec k  2) n on pose : a  n²  5n 13 et b  n  3

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 6


a)montrer que a  b  b  7 Activité : Déterminer l’ensemble des entiers
b)en déduire les valeurs possibles a  b  d relatifs qui admettent 2 pour reste de la division
c)montrer que : n  4 7  a  b  7 par 7.
Définition : Soit 𝑛 un entier naturel non nul.
d)en déduire les valeurs de n tel que :
L’ensemble des entiers relatifs qui ont le même
a b 1 reste 𝑟 de la division euclidienne par n s’appelle
Solution19 :1)on pose d  x  y et d   a  b
la classe d’équivalence de r et se note : r =
montrons que : d  d 
{𝑚 ∈ ℤ / 𝑚 ≡ 𝑟 [𝑛]} = {𝑛𝑘 + 𝑟 𝑜ù 𝑘 ∈ ℤ}
d  x  y donc :  d x et d  d a et d b Exemple : Pour 𝑛 = 7 les restes possibles sont
y
Car il divise toute combinaison de x et y les éléments de l’ensemble :{0,1,2,3,4,5,6}
Donc on peut définir les classes d’équivalences
 d a  b  d d suivantes :
Inversement : 0 = {𝑚 ∈ ℤ / 𝑚 ≡ 0 [7]}
d   a  b  d  a et d  b  d  9 x  4 y et d  2 x  y 1 = {𝑚 ∈ ℤ / 𝑚 ≡ 1 [7]} et …
 d d 6 = {𝑚 ∈ ℤ / 𝑚 ≡ 6 [7]}
 9 x  4 y   4  2 x  y  et 9  2 x  y   2  9 x  4 y 
on remarquer que 0 = 7
 d  x et d  y  d  x  y  d  d Les classes d’équivalences modulo 7
constituent :un ensemble noté :
ce qui entraine: d  d 
2) n on pose : a  n²  5n 13 et b  n  3 
/ 7  0;1; 2;3; 4;5;6 
a) montrons que a  b  b  7 ?
la division euclidienne de n²  5n 13 par n  3 Généralisation : 
/ n  0;1; 2;3;...; n  1 
donne : n²  5n  13   n  3 n  2   7 3.2 Les opérations sur / n
Donc : a  b  n  2   7  a  b  n  2   7 Définition : Soit 𝑛 un entier naturel non nul.
on pose d   b  7 et d  a  b On définit dans / n les deux lois :
montrons que : d  d  1) L’addition : On pose a  b  a  b
d  a  b  d a et d b  d a  b n  2 et d b 2) La multiplication : On pose : a  b  a  b
  Exemple :Dans / 6 : 3  4  0 et 5  4  3
 d 7 et d b  d b  7  d d  Exercice20: Résoudre les équations
suivantes dans : 1) 2x  3 2) x 2  3x  0
d   b  7  d  7 et d  b  d  et d  b 4
b  n  2  7
3) 2013x3  2x  k
 d  a et d  b  d  a  b  d  d Solution20 : On a :  
 0;1; 2;3
4
ce qui entraine: d  d  1)On Dresse une table comme suite :
b) les valeurs possibles a  b  d ?? x 0 1 2 3
on a : a  b  b  7  d
2x 0 2 0 2
donc : d 7 donc : d  1 ou d  7 Et en utilisant cette une table on déduit que
c)montrons que : n  4 7  a  b  7 Cette équation n’admet pas de solutions
Donc : S  
n  4 7  n  3  0 7  7  7  b7  7  ba  7 1)On Dresse une table comme suite :
n3 b
d) les valeurs de n tel que : a  b  1 ?? x 0 1 2 3
a  b  1  n n’est pas congrue a 0 modulo 4 x 2
0 1 0 1
n  0 7 ou n  17 ou n  2 7 ou n  37 ou n  57 3x 0 3 2 1
ou n  6 7 x  3x 0 0 2 2
2

3) Les classes d’équivalences. Et en utilisant cette une table on déduit que :


3.1 Définition et propriété : 0 et 1 sont solutions de l’équation
 
Donc : S  0;1

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 7


2) 2013x3  2x  k  1x3  2x  k  x3  2x  k IV) DECOMPOSITION D’UN ENTIER EN
Car : 2013  503 4 1 FACTEURS DES NOMBRES PREMIERS
On Dresse une table comme suite : 1) Définition et propriétés
x 0 1 2 3 Activité : Décomposer en produit de facteurs
x 3 premiers le nombre : 24816
0 1 0 3
Théorème :
2x 0 2 0 2 a)Chaque entier naturel 𝑚 non nul s’écrit d’une
x  2x 0 3 0 1
3
façon unique comme le produit des facteurs
 
Si k  0 : S  0; 2 
Si k  1 : S  3 premiers comme suite :
k n

Si k  2 : S   Si k  3 : S  1 m  p11  p2 2  p33  ...  pn n   pk  k


k 1

 
2
Exercice21 : Résoudre dans l’équations b) Chaque entier relatif 𝑚 non nul s’écrit d’une
5 façon unique comme le produit des facteurs
suivants : x  3y  1 premiers
Solution21 :on Dresse une table des opérations comme suite :
 
k n
de / 5  0;1; 2;3; 4 Comme suite 1
m   p  p2  p
1
2
3
3
 ...  pn n
  pk  k
k 1
0 1 2 3 4
où 𝜀 ∈ {−1,1}
0 0 3 1 4 2
Propriété 1:Soit 𝑎 un entier relatif dont la
1 1 4 2 0 3 décomposition est de la forme :
2 2 0 2 1 4 k n

1 4 2
a   p11  p2 2  p33  ...  pn n   pk  k
3 3 0 k 1
4 4 2 0 1 1
un entier 𝑑 non nul divise l’entier 𝑎 si et
S            
0; 2 ; 1;0 ; 2;3 ; 3;1 ; 4;3 ; 4; 4 seulement si 𝑑 à une décomposition de la forme
k n
Exercice22 : Résoudre dans 
5 
d   p11  p2 2  p3 3  ...  pn n   pk k 𝛿𝑛 où
2
les
k 1

3x  2y  1
système suivants :  (∀𝑖 ∈ ⟦1, 𝑛⟧ )(0 ≤  i ≤  i )
2x  4y  3

𝛿𝑛 un diviseur de 𝑎 le nombre des valeurs
Solution22 :
possibles de 𝛿𝑖 est 𝛼𝑖 + 1
3x  2 y  1

 


   
 3  2 x  2  4 y  3 1 On en déduit que :
Propriété 2 :
2x  4 y  3
 
2x  4 y  3 k n

y  4 x  1
1
a   p  p2  p2 3
 ...  pn   pk  k
n


  


 
donc S  1; 4   1 3
k 1
 2 x 4 y 3  y 4 est un entier, le nombre des diviseurs de 𝑎
Exercice : 1) Dresser les tables des opérations est : 2 1  1 2  1 ...  n  1
de /7
Exercice :
2) Résoudre dans / 7 les équations : 1- Décomposer le nombre 2975 en facteurs des
a) 2x  1  0 b) 4x  1  x  3 nombres premiers
c) 5x  3x  1  0
2
2- Déterminer le nombre des diviseurs de 2975.
Propriété : Si 𝑝 est premier alors 3- Déterminer tous les diviseurs positifs de 2975.
dans / p on a : Propriété 3 :Soit 𝑎 un entier relatif dont la
décomposition est de la forme :
(𝑎̅ ×𝑏 ̅ = 0̅⟺ 𝑎̅ = 0 ou 𝑏 ̅ = 0̅) k n
Preuve : Après la décomposition. a   p11  p2 2  p33  ...  pn n   pk  k
k 1

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 8


un entier 𝑚 est un multiple de 𝑎 si et seulement 2.3 Applications de la décomposition.
k n Propriété : Soient 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs non
   
si m   p1 1  p2 2  p3 3  ...  pn n  p 
k 1
k
k
nuls, on a les assertions suivantes :
1) (𝑎 ∧ 𝑏) × (𝑎 ∨ 𝑏) = |𝑎𝑏|
2) 𝑐𝑎 ∨ 𝑐𝑏 = 𝑐(𝑎 ∨ 𝑏)
où (∀𝑖 ∈ ⟦1, 𝑛⟧ )(  i ≤  i )
3) 𝑐𝑎 ∧ 𝑐𝑏 = 𝑐(𝑎 ∧ 𝑏
2) Application de la décomposition.
Exemple :si 2  a  b et 12  a  b
Propriété : Soient 𝑎 et 𝑏 deux entiers naturels
1) Le plus grand entier 𝑛 qui vérifie : déterminer : a  b
𝑛 ≤ 𝑎 et 𝑛 ≤ 𝑏 est inf (𝑎, 𝑏) Solution : on a 𝑎 ∧ 𝑏) × (𝑎 ∨ 𝑏) = |𝑎𝑏|
2) Le plus petit entier 𝑛 qui vérifie : donc : a  b  a  b a  b  12 2  6
𝑛 ≥ 𝑎 et 𝑛 ≥ 𝑏 est sup (𝑎, 𝑏) Exercice23: a   25n  1 36n  1 et b   5n 1 6n 1
Exemple : 𝑎 = 7 et 𝑏 = 10
Le plus grand des entiers 𝑛 tel que : Calculer les a  b ( n )
𝑛 ≤ 7 et 𝑛 ≤ 10 est : 7 = inf (10,7) Solution23 :
Le plus petit des entiers 𝑛 tel que :
𝑛 ≥ 7 et 𝑛 ≥ 10 est 10 = sup (10,7)
  6  1  5 15 16 16 1
a   5n   1
2 n 2 n n n n

2.1 Le P.G.C.D de deux nombres. a  b  5n  1 6n  1 donc : b a donc : a  b  a


k n k n

Soient a   pk =1 et b   pk deux
k k V) Exercices avec solutions
k 1 k 1
Exercice24: n et a et b des entiers naturels
entiers ;le 𝑃. 𝐺. 𝐷. 𝐶 (𝑎, 𝑏) est l’entier Démontrer que si q est le quotient de la division
k n euclidienne de n par a et q est le quotient de q
a  b   pk
inf  k ;  k 
par b Alors q est aussi le quotient de n par ab
k 1
Solution : soit r le reste de la division
Remarque : Soient 𝑎 et 𝑏 deux entiers relatifs
on a : a  b  a  b euclidienne de n par a et r  le reste de la
division euclidienne de q par b on a donc :
Exemple : Déterminer :  5664    984  et
n  aq  r et 0  r  a 1 et on a : q  bq  r  et
324   144  0  r  b 1 donc on déduit que :
Exercice : n  a  bq  r    r  abq  ar   r
1- Décomposer les nombres 362154 et 82350 en
produit des facteurs premiers Et puisque : 0  r  b 1 et 0  r  a 1 alors :
2- Déterminer le P.G.C.D de 362154 et 82350 ar  r  ab 1 donc n  abq  ar   r
3- Déterminer tous les diviseurs communs de
362154 et 82350
0  ar  r  b 1 conclusion : q est aussi le
2.2 Le P.P.C.M de deux nombres. quotient de n par ab
k n k n Exercice25: Déterminer le reste de la division
Soient a   pk =1 et b   pk deux
k k
euclidienne de 19  23 par 7
52 41

Solution25 :on a 19  5  7 donc 192  4 7


k 1 k 1
entiers ; le ppmc (𝑎, 𝑏) est l’entier
k n donc : 194  2 7 donc 1952  213  7
a  b   pk
sup  k ;  k 

k 1
Et on a 23  2  7  donc 2341  241 7 donc

Exemple :déterminer : d   8316   1080 et 2341 1952  213  241 7

m  8316  1080 donc 2341 1952  254 7 donc


Solution : la décomposition des nombres 8316 et 2341  1952   23 18  7  donc 2341 1952  818 7
1080 en produit des facteurs premiers
et puisque : 8  1 7 donc 2341 1952  17
Donnent : 8316  2  3  7  11 et
2 3

conclusion :1est le reste de la division


1080  2  3  5
3 3

euclidienne de 19  23
52 41
par 7
d  8316  1080  22  33  108 et
m  8316  1080  23  33  5  7 11  11880
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 9
Exercice26: n on pose U n  4n  3n  1 Et on utilisons cette une table on déduit que 2 est
1)montrer que n  U n 1  4U n  9n la seul solution de l’équation

2) En déduire que n  9 divise 4  3n  1


n Donc : S  2 ¨ 
Solution26 :1)on a U n1  4n 1  3  n  1  1 
3x  2 y  1
2): 


  
 3  2 x  2  4 y  3 1 
donc U n 1  4  4  3n  3  1 2x  4 y  3
n
 
2x  4 y  3
et puisque : U n  4n  3n  1 donc : 
y  4 
x  1
4  U n  3n  1 donc : U n 1  4U n  9n
n  
2x  4y  3 
y  4
donc S  1; 4  

2) notons P(n) La proposition suivante : « 9 3)on Dresse une table des opérations de
divise U n » .Nous allons démontrer par
récurrence que P(n) est vraie pour tout n .

/ 5  0;1; 2;3; 4 
Comme suite :
1étapes : l’initialisation :Pour n=0 nous avons
x 0 1 2 3 4
U0  40  3 0 1  0 donc 9 divise 0 . 2
x
4 4 1 0 1
Donc P (0) est vraie.
x  x2 3 3 0 4 0
2
2étapes : d’hérédité ou Hypothèse de récurrence
: Supposons que P(n) soit vraie c’est-à-dire : « 9
Et on utilisons cette une table on déduit que 2 et
divise U n » 4 sont les solutions de l’équation
3étapes : Nous allons montrer que P(n+1) est
vraie.
Donc : S  2; 4  
Exercice28: n on pose  n  n  n ²  16
4
Montrons alors que : « 9 divise U n 1 » ??
1)montrer que n  3n  4 et n  3n  4 sont
2 2
c’est-à-dire Montrons que U n1  0 9 ??
des nombres paires
On a d’après l’hypothèse de récurrence: « 9 2) En déduire que  n n’est pas un nombre
divise U n » donc U n  0 9 donc 4U n  0 9 premier
Et on a : 9nn  0 9 donc U n  9nn  0 9 donc Solution28 :1)soit n
n2  3n  4  n2  n  2 donc
U n1  0 9
n2  3n  4  n  n  1  2
Conclusion : n  9 divise 4  3n  1
n
Or n  n  1 est le produit de deux nombres
Exercice27: 1)Résoudre dans 5 l’équation:
consécutifs donc paire
4x  3  0 donc n  n  1  0  2 donc n2  3n  4  0  2

 
2
donc n  3n  4 est un nombre paire
2
2) Résoudre dans le système suivant :
5
et on a : n2  3n  4  n 2  n  2 donc

3x  2y  1
 n2  3n  4  n  n  1  2
2x  4y  3

Or n  n  1 est le produit de deux nombres
3)Résoudre dans 5 l’équation: x2  x  2  0
consécutifs donc paire
Solution27 :1)on Dresse une table des donc n  n  1  0  2 donc n  3n  4  0  2
2

opérations de / 5  0;1; 2;3; 4  donc n  3n  4 est un nombre paire


2

Comme suite : 2)
x 0 1 2 3 4  n  n4  n²  16   n²  4  ²  9n²   n²  3n  4  n²  3n  4 
Et puisque n  3n  4 et n  3n  4 sont des
2 2
4x 0 4 3 2 1
4x  3 2 1 0 4 3 nombres paire
alors : n  3n  4  1 et n  3n  4  1
2 2

donc  n n’est pas un nombre premier


Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 10
Exercice29: a  et b et c  et d  tels on a : 2ab  1 d  et 2ab  1 d  donc 0  2  d 
que : a  bc  d
1) montrer que a  b  b  d donc d 2 et on a d   donc d 1;2
2) En déduire que : a  b  b   a  bc  3)montrons que d  1
Solution29 :1)on pose 1  a  b et  2  b  d On a : 2a  1 et 2b  1 sont impairs donc d est impair
Et puisque d 1;2 donc d  1
1 1 1 1
On a : et donc et donc Exercice32 :
a b a bc
1 1 1)a) montrer que : 24 k  r  2r 5   k ; r   2
donc
a  bc d b)Déterminer et discuter suivants les valeurs de
 1 1 1 l’entier naturel n le reste de la division par 5 du
donc 1 et donc
donc
d b bd 2
nombres 2 n
  
inversement On a : 2 et 2 donc 2 et 2)montrer que 5 4 p 2 p  
b d d 17  324 p 3  3
2   3)montrer que 5 2006 2006 2006 2006
donc 2 donc 2
bc bc  d a 1 2 3 4
    Solution33 : 1) a)on a : 24  15 donc
donc 2 et 2 donc 2 donc 2
a b a b 1
  2 
4 k
 1k 5 donc 24 k  15 donc 24 k  2r  2r 5
On a donc : 1 et 2   et  2 
2 1 et 1 Donc 24 k  r  2r 5   k ; r   2

donc 1   2 b) 2n  r 5 et r  0;1; 2;3; 4


donc : a  b  b  d
Si n alors : n  4k  r avec r  0;1; 2;3
2)on a : a  bc   a  bc  si on prend : d  a  bc et
donc : 24 k  15 et 24 k 1  2 5 et 24 k  2  4 5
d’après 1) on aura : a  b  b  d  b   a  bc 
 
et 24 k 3  35
Exercice30: a  et b  et a  3 et a est
   

impair On pose : d  2  1  2b  1
a 2)montrons que 5 p  ?
174 p 2  324 p 3  3
1) a)montrer que 2ab  1 d  on a : 17  2 5 donc : 174 p  2  24 p  2 5
b)montrer que 2ab  1 d  324 p 3  24 p 3 5 174 p 2  4 5
2) En déduire que : d 1;2 on a : 32  2 5 donc : 324 p 3  24 p 3 5
3)montrer que d  1 donc : 324 p3  35 donc 324 p3  2 5
Solution31 :1) a)montrons que 2ab  1 d  donc 174 p  2  324 p 3  3  4  3  35

On a : d  2a  1  2b  1    donc 174 p  2  324 p 3  3  0 5
Donc il existent :   
et   
tels que : donc 5 4 p2 4 p 3 p  
17  32  3
2a  1  d et 2b  1  d  donc : 3)
2ab   2a    d  1 on a : 1  15 et 2  2 5 et 3  2 5 et 4  15
b b

Et on a : d  1  1 d  Donc  d  1  1 d 
b donc : 12006  12006 5 et 22006  22006 5 et

Par suite : 2ab  1 d  32006   2 5 et 42006   1 5


2006 2006

1) a)montrons que 2ab  1 d  donc ; 12006  22006  32006  42006  2  2  22006 5
12006  22006  32006  42006  2  22007 5
On a : 2ab   2b    d   1
a a

Or : 2007  4  501 3 donc : 22007  35


Et on a : d   11  1 d  Donc  d   1   1  d 
a a

Donc : 12006  22006  32006  42006  2  35  0 5


et puisque a est impair on a  d   1  1 d 
a

Par suite : 2ab  1 d 


2) d 1;2 ???
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 11
Exercice34 : déterminer le chiffre des unités
2021 1983
des nombres suivants : 1) 20192020 2) 19871991
Solution34 :1) on a : 2019  110 donc
  1 10 et puisque 20202021
2021 2020 2021
2019 2020

Est paire donc : 20192020  110


2021

le chiffre des unités est 1


2) on a : 1987  7 10 donc 1987 2  9 10
Et 19873  310 et 19874  110
Donc : 19874k  110 et 19874 k 1  7 10 et
19874 k 2  9 10 et 19874 k 3  310
19911983  ?  4
1991  3 4 et 1991²  1 4
on a : 1983  1 2 donc : 19911983  3 4
donc : 19871991  310
1983

Le chiffre des unités est 3


Exercice35 : soit N  dcba un entier naturel
montrer que : N  a  b  c  d 11
Solution35 :on a :
N  dcba  a  b 10  c 102  d 103
et on a : 10  111 et 10²  111 et 103  111
Donc : N  a  b  c  d 11
Exercice36 :
1)En utilisant l’algorithme d’Euclide calculer :
67  39
2) en déduire deux nombres relatifs u et v tel
que : 39u  67v  1
Solution36 :1)
(1) 67  1 39  28 (2) 39  1 28  11
(3) 28  2  11  6 (4) 11  1 6  5
(5) 6  1 5  1 (6) 5  1 5  0
Donc : 67  39  1 c’est le dernier reste non nul
dans l’algorithme d’Euclide
2) (5) 6  1 5  1  6  1 5  1
 6  1 11  1 6   1  2  6  1 11  1
 2   28  2 11  111  1  2  28  5 11  1
 2  28  5   39  1 28  1  7  28  5  39  1

 7   67  1 39   5  39  1  7  67  12  39  1
« C’est en forgeant que l’on devient forgeron » Dit un
proverbe.
C’est en s’entraînant régulièrement aux calculs et exercices
Que l’on devient un mathématicien

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre2 12