Vous êtes sur la page 1sur 240

Élections municipales et métropolitaines des 15 et 22 mars 2020

Martine
martinevassal-2020.fr
PRÉAMBULE - Martine Vassal, une volonté pour Marseille................................................................... 10

Un diagnostic objectif.................................................................................................................. 13
Un projet inscrit dans son temps pour répondre aux attentes des Marseillais..... 14
Une vision pour Marseille.......................................................................................................... 15
Une philosophie de projet : 4 ambitions pour Marseille................................................ 15
Un nouveau modèle à inventer............................................................................................... 17
Une méthode.................................................................................................................................. 18
> Une équipe investie et exemplaire
> Une approche renouvelée de la gestion de proximité
> Une démocratie active
> Une gestion saine et efficiente
> Des services publics efficacement placés au service du public

AMÉLIORER ET FACILITER LE QUOTIDIEN DES MARSEILLAIS.................................................... 22

Une ville plus sûre : l’ordre républicain respecté............................................................. 23


Renforcer et réorganiser la police municipale........................................................................................... 24
Renforcer la vidéoprotection et la vidéo-verbalisation............................................................................... 24
Créer une grande école d’État-major des forces de sécurité intérieure....................................................... 25
Rendre les citoyens acteurs de leur sécurité.............................................................................................. 25
Maintenir jusqu’en 2028 la gratuité des transports pour les forces de l’ordre et de secours........................ 26
Lutter contre les dégradations publiques, avec un objectif « zéro tag »
dans des périmètres ciblés du centre-ville et des noyaux villageois............................................................ 27
Expérimenter des radars antibruit............................................................................................................ 28
Développer le civisme et les Travaux d’Intérêt Général............................................................................. 28
Un espace public propre et respecté..................................................................................... 29
Une ville propre
Sensibiliser les citoyens........................................................................................................................... 31
Développer des ressourceries.................................................................................................................. 31
Renforcer les équipements et agir de façon préventive.............................................................................. 32
Améliorer les opérations de nettoiement.................................................................................................. 32
Renforcer les contrôles et les sanctions..................................................................................................... 32
Agir au plus près du terrain..................................................................................................................... 33
SOMMAIRE

Une voirie soignée grâce à un travail renforcé avec les concessionnaires


Mieux se loger............................................................................................................................... 35
Résorber l’habitat indigne avec la Société Publique Locale d’Aménagement d’Intérêt National.................. 36
Étendre le permis de louer...................................................................................................................... 39
Vers un diagnostic technique des bâtiments.............................................................................................. 40
Des dispositifs d’incitation à la rénovation................................................................................................ 42
Une gouvernance adaptée : fusionner les délégations habitat et urbanisme............................................... 43
Rompre avec la tradition des grands ensembles....................................................................................... 43
Créer un conseil de l’habitat.................................................................................................................... 45
Lutter contre la vacance de logements..................................................................................................... 47
Développer le concept d’immeuble zéro charge...................................................................................... 49
Relancer l’accession sociale à la propriété............................................................................................... 51
Inciter à une construction respectueuse de l’environnement et du patrimoine.............................................. 54
Prendre soin de nos enfants..................................................................................................... 58
Un plan Charlemagne pour les écoles..................................................................................................... 58
Stratégie : une vision partagée pour Marseille
Sérénité : créer des havres de paix respectueux de l’enfant et de l’environnement
Sécurité : l’école sanctuarisée n’est plus un choix, c’est une nécessité
Santé : bien manger et bien respirer à l’école
Savoir-être : participer à l’éducation à la responsabilité, à la discipline, à la laïcité et au respect
Répondre aux besoins de places en crèches............................................................................................ 64
Optimiser les conditions d’accueil et les activités dans les centres aérés..................................................... 66
Promouvoir le « savoir nager » pour tous................................................................................................. 68
La mobilité du quotidien............................................................................................................. 71
Réduire la place de la voiture en centre-ville et requalifier les grands axes................................................. 72
Une nouvelle politique de stationnement.................................................................................................. 72
Instaurer des « dimanches sans voiture ».................................................................................................. 73
La révolution du vélo............................................................................................................................... 73
Développer les autres modes doux.......................................................................................................... 75
Mailler la ville en bornes de recharge pour véhicules électriques.............................................................. 75
Étendre le réseau de BHNS..................................................................................................................... 76
Faciliter l’accès à l’emploi.......................................................................................................... 77
Redonner le goût de la scolarité et former dès le plus jeune âge............................................................... 79
Renforcer l’offre de formations spécialisées et qualifiantes........................................................................ 80
Créer une nouvelle école de la 2e chance dédiée à la rénovation des bâtiments........................................ 81
Développer les emplois verts................................................................................................................... 82
Réunir les Assises de la Formation........................................................................................................... 83
Réduire la pollution et améliorer la qualité de l’air........................................................ 85
S’appuyer sur la création d’une ZFEm (Zone à Faible Émission)................................................................ 86
Réduire la pollution des navires............................................................................................................... 88
Accélérer le déploiement de voies réservées de cars sur autoroute............................................................ 90
Instaurer un « comité des parties prenantes » avec les industriels pour diminuer les émissions..................... 91
Développer l’accès à la santé et à une offre de soins de qualité............................... 92
Restructurer l’offre de soin : La Timone, un pôle de santé du 21e siècle....................................................... 92
Agir pour la sécurité dans les hôpitaux : un partenariat Ville-Métropole-CHU............................................. 95
Créer des maisons médicales d’urgences ouvertes 7 J/7........................................................................... 96
Créer des centres d’accès aux soins pour tous.......................................................................................... 98
Former aux gestes de premiers secours.................................................................................................. 100
Une société plus inclusive......................................................................................................... 102
Lutter contre la pauvreté
Coordonner, mutualiser et amplifier l’aide alimentaire............................................................................ 104
Créer une consigne numérique pour les sans domicile fixe...................................................................... 106
Aider les travailleurs pauvres et créer une caution pour le logement........................................................ 107
Agir sur le terrain de l’insertion
Soutenir les associations qui sont les acteurs quotidiens de l’insertion...................................................... 109
Des achats publics socialement responsables : agir pour l’insertion au travers de la commande publique.. 109
Accompagner l’insertion par l’activité économique................................................................................. 109
Prendre soin de nos aînés
Poursuivre le développement des Maisons du Bel Âge............................................................................. 111
Favoriser la transmission en encourageant les actions de bénévolat de nos aînés......................................112
Créer du logement intergénérationnel.....................................................................................................112
Faciliter le quotidien des personnes handicapées
Rendre l’espace public plus accessible....................................................................................................114
Soutenir le développement de l’aide aux aidants : le droit au répit...........................................................116
Développer le handicoworking et le télétravail pour les personnes en situation de handicap......................118
Créer du logement inclusif..................................................................................................................... 120
Développer les handiplages, les plages pour tous...................................................................................121
Adopter un nouveau regard sur le handicap mental............................................................................... 122
Créer un événement incontournable autour du handicap........................................................................ 124
SOMMAIRE

Pour une juste place des animaux en ville


Mieux accepter les animaux domestiques.............................................................................................. 126
Favoriser la vie sauvage et la biodiversité.............................................................................................. 126
Signer une charte de la protection animale............................................................................................ 126

LIBÉRER LES EXCELLENCES ET LES ÉNERGIES.............................................................................. 127

Protéger l’environnement....................................................................................................... 129


Replacer la nature au cœur de la vie des Marseillais
Créer un immense parc vert et bleu en étendant le parc Borély jusqu’à la mer......................................... 132
Créer des archipels arborés dans la ville................................................................................................ 133
Planter autant d’arbres que de naissances jusqu’à la fin du mandat........................................................ 133
Augmenter les espaces de respiration dans la ville................................................................................. 134
Végétaliser les espaces et bâtiments publics et limiter les surfaces minéralisées........................................ 135
Inciter les habitants à végétaliser les rues et lancer un concours de quartiers fleuris.................................. 135
Améliorer les conditions d’accès au Parc national des Calanques............................................................ 136
Reconnecter les Marseillais à leur terroir, faciliter l’accès à des produits locaux
Soutenir le déploiement de l’agriculture urbaine à Marseille................................................................... 139
Mettre nos marchés d’intérêt national au service du « mieux manger »................................................... 140
Créer une halle de vente directe du type “halles de Provence” en cœur de ville....................................... 141
Créer une « Maison des terroirs » dans le centre de Marseille................................................................ 142
Développer la consommation de produits bio dans la restauration collective............................................ 143
Faire de la rade de Marseille un espace naturel exemplaire
Lutter contre la pollution plastique......................................................................................................... 146
Créer des récifs artificiels pour recréer de la biodiversité en mer............................................................. 147
Limiter les rejets en mer en modernisant le système d’assainissement et de traitement du pluvial de la ville.147
Faire du Frioul un laboratoire naturel de développement durable............................................................ 149
Une politique incitative au service de la révolution verte
Faire de Marseille la capitale verte de l’Europe en 2026.........................................................................151
Rendre nos institutions exemplaires en termes de transition écologique.....................................................151
Renforcer l’éducation environnementale de nos enfants.......................................................................... 152
Mettre en place une application basée sur un système d’incitations comportementales (nudges verts)....... 152
Mettre en place une coopérative de transition écologique...................................................................... 153
Déployer une police de l’environnement................................................................................................ 153
Rejoindre le Cities Climate Leadership Group (C40)............................................................................... 154
Créer une structure dédiée à la protection de l’environnement en Méditerranée...................................... 155
La révolution énergétique....................................................................................................... 156
Diminuer la consommation d’énergie en luttant contre la précarité énergétique des
bâtiments
Créer une structure dédiée à la rénovation énergétique des bâtiments..................................................... 157
Créer une école de la deuxième chance dédiée aux métiers de la rénovation énergétique....................... 158
Soutenir la production d’énergies renouvelables
Créer une structure dédiée pour permettre un développement massif des énergies renouvelables.........................160
Développer à grande échelle la production d’électricité solaire photovoltaïque et thermique.................... 160
Promouvoir les réseaux de chaleur.........................................................................................................161
Développer l’usage de la thalassothermie...............................................................................................161
Faire de Marseille le hub méditerranéen de l’hydrogène........................................................................ 162
Un tourisme durable et responsable................................................................................... 163
Repositionner le tourisme des congrès et salons au cœur de notre développement économique................ 163
Développer le tourisme sportif de pleine nature...................................................................................... 164
Développer le tourisme culturel tout au long de l’année.......................................................................... 165
Créer un incubateur tourisme................................................................................................................ 165
Repenser l’aménagement de l’espace public pour améliorer la qualité de vie.166
Aménager harmonieusement la ville, en déployant une vision globale
et en promouvant une esthétique urbaine................................................................................................167
Le plan centre-ville.................................................................................................................................167
Améliorer la qualité de vie dans les noyaux villageois............................................................................ 169
Réaménager des places vivantes et apaisées......................................................................................... 170
Un « plan fontaine » pour Marseille...................................................................................................... 172
Se réapproprier le littoral...................................................................................................................... 173
Mettre en place un « plan lumière ».......................................................................................................176
Relancer la dynamique commerçante du centre-ville................................................... 180
Un manager de centre-ville et des managers du commerce dans les noyaux villageois..............................181
Une structure dédiée à l’urbanisme commercial du centre-ville et des noyaux villageois............................ 182
Des offres commerciales thématisées..................................................................................................... 182
Accélérer le développement économique.......................................................................... 183
Améliorer l’environnement économique des entreprises.......................................................................... 183
Bâtir du « sur-mesure » pour chaque filière d’excellence......................................................................... 184
SOMMAIRE

Renforcer l’accompagnement des entreprises au quotidien..................................................................... 187


Soutenir les grands projets.................................................................................................................... 188
Associer le monde économique à la gouvernance.................................................................................. 188
Faire de notre territoire un laboratoire de recherche à grande échelle focalisé sur les grands enjeux
métropolitains....................................................................................................................................... 189
Créer une agence métropolitaine d’aménagement du foncier économique.............................................. 189
Repenser l’attractivité de la ville et son ouverture au monde.................................. 190
Marseille doit affirmer sa vocation euroméditerranéenne et sa fonction de hub vers l’Afrique....................191
Marseille doit consolider son tissu d’organisations internationales
dans le champ de la coopération et du développement vers la Méditerranée et l’Afrique..........................191
Créer un centre d’affaires dédié à l’Afrique........................................................................................... 192
Créer une résidence universitaire internationale..................................................................................... 192
Structurer un réseau d’écoles en langues étrangères.............................................................................. 193
Organiser une fois par an les assises de l’attractivité.............................................................................. 193
Agir pour une ville agile et intelligente...............................................................................194
Un centre-ville laboratoire de la ville agile et créative..............................................................................194
Une maison municipale du projet........................................................................................................... 195
Soutenir les tiers lieux : des créateurs de valeurs..................................................................................... 197
Repenser les transports à grande échelle......................................................................... 200
Développer notre réseau de tramway au nord, au sud, à l’est et même à l’ouest...................................... 200
Prolonger le tramway au Nord et au Sud
Le tramway vers les Catalans
Le Tramway Blancarde-Dromel
Prolonger le Tramway vers l’est
Le tramway Belle-de-Mai
Expérimenter le transport par câble, relier l’Hôpital Nord...................................................................... 204
Soutenir la Ligne Nouvelle et la diamétralisation de la gare Saint-Charles,
pour créer, demain, un véritable RER Métropolitain................................................................................ 205
Créer un Marseille-Aéroport Express..................................................................................................... 208
Promouvoir une logistique urbaine du 21e siècle pour des livraisons propres............................................ 209
Développer un schéma directeur de la logistique et du transport de marchandises
en ville à l’échelle de la Métropole
Créer un service public de fret ferroviaire
Développer des Espaces Logistiques de Proximité (ELP) permettant le dégroupage
des marchandises sur Marseille.
Accompagner les entreprises
Prolonger le métro jusqu’à Saint-Loup.....................................................................................................211
Promouvoir le développement des Sea Bubbles à Marseille.....................................................................212
Une nouvelle ambition culturelle et événementielle.......................................................214
Installer un conseil de la culture..............................................................................................................215
Créer un « Puy-du-Fou de Provence »......................................................................................................215
Créer un « Shakespeare Globe »...........................................................................................................216
Créer le seul océanarium au monde en immersion naturelle (tunnel sous-marin)........................................217
Créer une Cité du cinéma.......................................................................................................................218
Créer une scène de plein air dédiée aux festivals....................................................................................219
Créer une scène et un centre de formation dédiés aux cultures urbaines.................................................. 220
Lancer un festival international des arts de la rue et du cirque contemporain........................................... 220
Doter la ville d’une salle philharmonique............................................................................................... 221
Miser sur l’art contemporain................................................................................................................. 221
Des médiathèques plus largement ouvertes au public............................................................................. 222
Créer une Cité des Sciences, du savoir et de la nature............................................................................ 224
Placer la jeunesse au cœur du projet et au cœur de la ville....................................... 224
Faire de Marseille la Capitale européenne de la jeunesse en 2025......................................................... 225
Les jeunes, ambassadeurs de notre territoire, de la citoyenneté et des comportements responsables......... 226
Donner les moyens à la jeunesse d’accéder à l’emploi, favoriser sa mobilité
et les échanges intergénérationnels
Aider les jeunes à obtenir le BAFA......................................................................................................... 226
Accompagner les jeunes dans l’obtention du permis de conduire............................................................ 226
Donner accès à de premières expériences professionnelles..................................................................... 227
Favoriser une mobilité et des expériences partout en Europe.................................................................. 227
L’énergie de la jeunesse au cœur de notre ville
Attirer les étudiants au cœur de Marseille.............................................................................................. 228
Renforcer l’offre d’hébergement pour jeunes.......................................................................................... 229
Mieux accueillir la vie nocturne............................................................................................................. 229
Développer un transport de nuit : le Noctambus..................................................................................... 230
La jeunesse et les nouveaux usages : Marseille, terre de e-sport.............................................................. 231
Le sport, cœur battant de la ville.......................................................................................... 232
Le sport pour tous, accessible à tous
Créer un « Pass’sport » pour partir à la découverte de nouveaux sports................................................. 233
Aider financièrement à la pratique sportive............................................................................................ 233
Accéder plus facilement à la pratique sportive....................................................................................... 233
Tous acteurs du sport, de l’école au monde du travail............................................................................. 234
SOMMAIRE

Un sport écoresponsable jusqu’au cœur de notre cité


Assurer le respect de l’environnement dans la pratique sportive.............................................................. 234
Sport et nature, jusque dans la ville....................................................................................................... 235
Faire des Jeux Olympiques et Paralympiques, une réussite populaire à Marseille
Permettre aux Marseillais d’être tous acteurs des Jeux Olympiques......................................................... 236
Dans le sillage des jeux olympiques, donner un nouvel élan aux pratiques sportives................................ 236
Promouvoir un sport éthique, au service de la santé, soucieux de renforcer
la sécurité des pratiques et des pratiquants
Agir pour la santé par le sport.............................................................................................................. 238
Diffuser les valeurs du sport.................................................................................................................. 238
Développer l’économie et l’innovation dans le sport tout en respectant ses valeurs................................... 238

CONCLUSION.................................................................................................................................. 239
10

PRÉAMBULE
MARTINE VASSAL,
UNE VOLONTÉ POUR MARSEILLE
Marseille. Des racines et des ailes, une histoire très personnelle.

Des racines, d’abord, plongées au plus profond de ce territoire. Née à Marseille, c’est ici que j’ai grandi, que
j’ai fait mes études. À Marseille encore j’ai déployé mes ailes : j’ai construit ma famille, j’ai élevé mes enfants,
je me suis investie dans une entreprise qui s’ancrait dans une tradition familiale. Puis, naturellement, est venu le
temps de l’engagement politique. L’envie de rendre ce que j’avais reçu, de contribuer à mon tour à construire,
embellir, faire aller plus loin ce territoire que j’aime tant. Mon engagement politique a toujours été résolument
local. C’est un choix, c’est une volonté, c’est une histoire passionnée et fusionnelle , au service des autres, au
service d’une ville, d’un territoire et de son avenir.

L’engagement, la confiance, la loyauté ne sont pas pour moi de vains mots. Je les ai honorés à chaque fois
que les citoyens de ce territoire m’ont témoigné leur confiance. Je me suis investie avec ferveur, rigueur et une
détermination absolue. Aujourd’hui à la tête de deux des plus importantes institutions locales de France, j’ai une
expérience profonde et solide de l’action publique. Chaque jour j’agis, et chaque jour je continue à apprendre,
ajuster, améliorer. Je n’ai jamais transigé avec mes valeurs, elles font partie de moi, elles nourrissent et ins-
pirent mon action politique comme elles ont construit ma vie personnelle. Les valeurs, ce sont autant de repères
fondamentaux pour nous guider et nous rassembler.

Des valeurs républicaines d’abord, notre socle commun : la liberté qui ne nuit pas à celle des autres, l’égalité
des chances et des droits, la fraternité de ceux qui partagent dans la paix, le respect et la solidarité un même
territoire, un même lieu de vie.

Des valeurs politiques et morales ensuite.

Je crois que nous avons des droits et des devoirs et que nous devons répondre de nos actes. Je suis pour
l’application éclairée mais ferme de la sanction et de la réparation lorsque les lignes rouges sont franchies. Je
suis pour l’ordre, la sécurité, la tranquillité publique. Je suis pour l’économie de marché, raisonnée, mais pas
entravée.

Je crois dans la liberté de penser et dans la liberté d’expression.

Je crois que la famille doit rester un maillon primordial de notre ordre social, et même si elle connaît des évo-
lutions, des adaptations, elle doit répondre toujours à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Je crois profondément en l’éducation. Je dis bien éducation, et non seulement instruction. Je crois que notre
devoir est de guider nos enfants sur les chemins de la vie, jusqu’à ce qu’ils puissent devenir leur propre guide.
11

Je crois également profondément, au mérite, au travail, qui est pour moi beaucoup plus qu’une fonction
économique : c’est une valeur essentielle, humaine, psychologique et sociétale. Le travail structure, intègre, rend
financièrement indépendant, permet de progresser, de s’élever, de s’accomplir.

Je crois en la liberté individuelle de créer, d’innover, de s’enrichir : c’est pour moi une valeur essentielle
de la famille politique dont je suis issue, et qui m’est chère. Cela ne veut pas dire que cette liberté ne doit pas avoir
de limite. S’enrichir oui, mais de façon honnête, par sa créativité et par son travail, pas au détriment des autres.

L’inclusion, les solidarités : c’est pour moi une question d’équité, le pendant incontournable de la liberté
de créer et de s’enrichir. Nous devons tout faire pour aider, accompagner et ne pas laisser au bord du chemin
ceux qui sont dans la difficulté en raison de l’un de ces accidents de la vie dont personne n’est à l’abri.

Le respect de l’environnement, de la nature, ce cadeau extraordinaire que nous avons reçu et qu’il nous
faut transmettre à nos enfants, non seulement préservé, mais autant que possible restauré.

Je me définis comme une femme d’action, de conviction, de caractère. Aujourd’hui, j’ai acquis une connaissance
fine et approfondie d’un territoire où j’ai toujours vécu, et pour lequel j’agis depuis des années.

Mon action est bâtie sur des principes. Je m’appuie sur des équipes qui partagent mes valeurs, l’amour de
ce territoire et la volonté de le faire avancer, de le transformer. Avant tout je consulte : je n’ai pas attendu la
République en Marche ou le phénomène des gilets jaunes pour m’appuyer sur l’énergie et l’expertise de la so-
ciété civile. C’est dès 2015, à peine élue à la tête du Département, que je décidais de réunir des États Généraux
de Provence. Cinq mois de concertation avec toutes les forces vives du territoire ont permis de mettre en place
6 plans stratégiques pour la Provence : plan mobilité, plan handicap, plan Charlemagne pour les collèges, plan
environnement avec la Métropole, le plan de déploiement des maisons du bel âge et le plan numérique.

La concertation, la recherche du consensus, la culture du résultat, sont au cœur de mes principes de fonction-
nement, et ils font la différence.

J’ai adopté de longue date cette devise : « je dis ce que je fais et je fais ce que je dis. » Je ne vois dans les pro-
blèmes que des solutions à trouver. Je prends les bonnes idées d’où qu’elles viennent. J’agis avec pragmatisme,
avec volontarisme, sans parti pris, en recherchant toujours le meilleur service rendu au meilleur coût. Ma volonté
c’est de conjuguer l’ambition pour Marseille et sa métropole avec un pragmatisme que j’ai chevillé au corps.

Le bilan de cinq années d’actions à la tête du Département, puis d’une année et demie à la tête de la Métropole,
parle pour moi. Les faits et les actes doivent parler plus que de longs discours.

Ainsi, au Département, après ce vaste exercice de concertation qui m’a donné un nouvel éclairage sur les
forces et faiblesses de notre territoire et sur les attentes des habitants, j’ai engagé un programme d’actions
résolument tourné vers l’efficience dans le champ des politiques publiques obligatoires. J’ai rendu compte
de mes actions devant les électeurs en dressant un bilan de mi-mandat qui a montré que la
quasi-totalité de mon programme (98 %) avait été réalisé ou engagé en seulement trois ans.

En matière d’action sociale, en combinant la lutte contre la fraude au RSA et une politique d’insertion renouvelée,
j’ai fait baisser le nombre de bénéficiaires de 77 000 à 70 000. Parallèlement, j’ai voulu aller plus loin dans la
protection et l’accompagnement de ceux qui en ont besoin. Avec le Plan HandiProvence, j’ai notamment engagé
un vaste programme d’investissement pour faciliter l’accessibilité des transports, des collèges et des bâtiments
publics. Pour les séniors, j’ai engagé le déploiement d’un programme totalement inédit de création de 50 Maisons
du Bel Âge, dont une vingtaine est déjà livrée et recueille un succès qui témoigne du besoin qui existait. Pour
les collégiens et leurs familles, j’ai lancé le Plan Charlemagne, un programme de 2,5 milliards d’euros intégrant
des constructions de nouveaux collèges et des rénovations, la sécurisation des établissements, leur connexion
intégrale au très haut débit ainsi qu’un programme d’approvisionnement des cantines en produits locaux.
12

J’ai également engagé un plan de lutte contre la pauvreté.

J’ai agi de façon très volontariste pour soutenir le développement de notre territoire et réduire ses déséquilibres.
J’ai fait voter et mettre en œuvre, conjointement par le Département et la Métropole, un très ambitieux Agenda
environnemental qui va permettre d’améliorer la qualité de l’air, de favoriser la transition énergétique et de
protéger la mer, nos espaces naturels et la biodiversité. J’ai fait adopter un Plan mobilité pour soutenir les
investissements de la Métropole, développer les pistes cyclables et les modes doux alternatifs, ainsi qu’un Plan
Provence numérique pour en finir avec les zones blanches. J’ai renforcé la politique agricole du Département
avec la création du Salon des agricultures de Provence. J’ai soutenu les producteurs pendant les crises et aidé
les jeunes agriculteurs à s’installer ou à se convertir au bio.

Pour la culture et le tourisme, j’ai renforcé la dynamique événementielle et valorisé le patrimoine, notamment
avec le lancement de Marseille Provence Gastronomie ou la rénovation intégrale du Museon Arlaten. Enfin,
dans le champ de la sécurité et de la lutte contre les incendies, j’ai bâti un nouveau partenariat avec le Service
départemental d’incendie et de secours (SDIS), accéléré le programme de rénovation des gendarmeries et doté
la police de nouveaux véhicules.

À la tête des deux institutions que je préside, j’ai engagé un vrai changement pour améliorer le quotidien des
Marseillais et transformer Marseille. Trop longtemps privée des aides dont elle aurait dû bénéficier au profit de
la périphérie, j’ai soutenu et impulsé, dans la limite des compétences des institutions que je dirige, un profond
changement pour Marseille.

Je veux aujourd’hui poursuivre et mener à bien ce que j’ai initié. Mettre toute mon expérience au service des
Marseillais, pour faciliter leur quotidien, améliorer leur qualité de vie, et dessiner l’avenir que nos enfants et
les générations futures méritent.

Ma volonté c’est d’éviter à tout prix que Marseille ne tombe aux mains des extrêmes, ou ne perde des années
de développement faute d’avoir fait les bons choix.

C’est dans cet esprit, avec ces atouts et ces différences, que je propose aux Marseillais ma candidature aux
élections municipales et métropolitaines de Marseille.

Martine Vassal
13

UN DIAGNOSTIC OBJECTIF
Prendre en main le destin de la 2e ville de France, ville de tous les possibles, est une immense responsabilité.
Cela suppose de poser un diagnostic solide et objectif et de mettre en perspective ses forces et ses faiblesses.

Marseille présente aujourd’hui une situation paradoxale.

Chacun voit bien aujourd’hui combien les atouts de notre territoire sont exceptionnels.

Marseille dispose de formidables leviers de croissance qui auraient dû lui permettre de se développer plus
rapidement. Elle dispose d’un patrimoine naturel hors normes, avec des monuments de nature dans la ville même
et sur le territoire métropolitain. Elle est dotée d’un littoral étendu et remarquable, aussi propice aux activités
balnéaires et aquatiques qu’au développement des échanges commerciaux. Sa position et ses installations
portuaires, uniques en Méditerranée, la destinent à s’ouvrir largement sur le monde et à affirmer un positionnement
international. Marseille est également riche d’un tissu industriel en mutation mais encore très présent à l’échelle
métropolitaine, et de pôles d’excellence (numérique, portuaire, aéronautique, sciences du vivant, nautisme…) qui
en font une terre d’innovation. Forte de son climat (ville la plus ensoleillée de France), son attractivité touristique
s’affirme et peut être largement développée. Son tissu associatif est riche et dynamique. Elle peut compter, enfin,
sur des ressources naturelles diversifiées et abondantes : l’eau, le vent, le soleil, la mer.

Mais notre ville et sa métropole peinent encore à tirer pleinement parti de cet immense potentiel :
nous sommes loin du niveau que nous pouvons atteindre.

Marseille présente encore des lacunes, avec un taux de pauvreté qui reste élevé, de trop fortes inégalités, et
un chômage qui n’a pas fini de rejoindre la moyenne nationale. Notre parc de logement et nos équipements
publics appellent des efforts redoublés. Nos services de santé publique ont également besoin de soutien, et
nous devons accentuer la lutte contre la pollution, pour protéger notre santé et celle de nos enfants. L’effort de
rattrapage doit également être intensifié en matière d’infrastructures lourdes de transport en communet notre
commerce de proximité a besoin d’être soutenu. Enfin, nombre de Marseillais souffrent de comportements qui,
s’ils sont minoritaires, nuisent fortement à la qualité de vie. Ils expriment un besoin de sécurité, de retour de
l’ordre, de propreté, de protection de l’environnement et de l’espace public, de végétalisation, d’entretien, de
mise en valeur.

Il est indispensable de nous attaquer avec détermination aux mauvais comportements et de


porter l’effort sur nos lacunes, pour développer nos excellences, révéler nos vrais atouts au
bénéfice de tous et libérer le potentiel de Marseille, ville de tous les possibles.
14

UN PROJET INSCRIT DANS SON TEMPS


POUR RÉPONDRE AUX ATTENTES
DES MARSEILLAIS
Marseille n’est pas une île. Le monde change très vite et le projet ne peut se construire sans en tenir compte.
Dans ce contexte, la compréhension et la prise en compte des grands enjeux, est essentielle pour anticiper
l’avenir et profiter des opportunités.

La question environnementale s’impose à nous sans ambiguïté, avec des enjeux planétaires et des en-
jeux locaux, notamment des pollutions qui menacent la santé des habitants. Cette situation nous oblige à faire
mouvement, mais il ne faut pas la considérer comme une contrainte qui limiterait nos activités et nos libertés. La
nécessité de revoir nos modèles, de respecter l’environnement et de nous inscrire dans une transition énergétique
constitue aussi et avant tout une formidable opportunité dont nous devons nous saisir.

En mobilisant nos expertises dans le champ des énergies et en mettant à profit nos ressources naturelles
renouvelables, nous avons en effet la capacité de protéger notre nature, d’innover à grande échelle et, en
même temps, créer un système économique et de transport créateur d’emplois.

La transition numérique change le quotidien des habitants du monde entier. Marseille dispose d’un double
avantage décisif : l’affirmation croissante d’un positionnement comme hub européen des télécoms (Marseille, point
principal d’arrivée des autoroutes de l’information, véritable port numérique mondial) et une forte concentration
d’entreprises ainsi que de chercheurs dans la tech (FrenchTech). En mettant à profit ces deux atouts décisifs
nous avons la faculté de devenir à la fois une place forte du Big Data et une smart-city, c’est-à-dire un territoire
intelligent et agile qui utilise les solutions numériques pour améliorer la qualité des services au public et le confort
quotidien des habitants. Cela nous offre la perspective de créer de nombreux emplois.

Notre société, notre population change et nos politiques publiques doivent s’y adapter. L’allongement de la
durée de vie génère un vieillissement de la population. À l’échelle d’une ville cela représente de nombreux
enjeux, en termes de santé, de logement, d’adaptation des services publics, des équipements, d’entretien du
lien social. Mais c’est également une perspective de développement de la filière de la « silver economy » avec
des emplois à la clef notamment dans le champ des services à la personne. De l’autre côté de la pyramide des
âges, les jeunes générations (générations Y et génération Z) arrivent sur le marché de l’emploi avec une autre
relation au travail. L’aménagement de tiers lieux, d’espaces de coworking ou de coliving doit être intégré dans
notre façon de concevoir la ville et d’accompagner sa mutation.

Le monde s’urbanise et les villes laissent place aux métropoles. Les grandes villes au rayonnement
international constituent des points de centralité et concentrent une part croissante des populations. Ces métropoles
construisent leur développement en attirant des talents, des visiteurs, des entreprises, des investisseurs, des artistes
et des porteurs de projets. Marseille entre dans cette catégorie. Elle ne peut concevoir son avenir indépendamment
de son attractivité. Fondamentalement, tout ce qui sera fait pour améliorer la capacité d’attraction de la ville,
sera bénéfique pour les habitants. Qu’il s’agisse d’améliorer les conditions d’accessibilité du territoire (liaisons
aéroportuaires notamment), de développer de nouveaux grands équipements culturels ou des résidences pour les
artistes, tout ce qui répond au niveau d’exigence des talents internationalement mobiles créera une valeur ajoutée
au bénéfice des Marseillais. En 2013, lorsque Marseille s’est organisée pour rayonner à l’échelle internationale,
elle a incontestablement bénéficié de retombées pour les habitants, en termes d’image, d’économie, de lien social.

Dans une perspective internationale, Marseille ne peut ignorer l’émergence du continent africain qui se
profile. Sa position, ses réseaux, ses expertises lui donnent une légitimité pour affirmer une fonction de hub
euroafricain.
15

UNE VISION POUR MARSEILLE


Dans un monde qui change vite, Marseille peut tirer son épingle du jeu et accélérer son développe-
ment au bénéfice de tous les habitants.

Elle doit pour cela remettre à niveau ses fondamentaux et répondre aux préoccupations im-
médiates, concrètes et locales des Marseillais avant tout.

La première priorité de mon projet est donc le quotidien des Marseillais, car c’est d’abord en répondant à ces
attentes du quotidien que nous préparerons notre avenir. En traitant en profondeur et à la bonne échelle
les questions de mobilité, de sécurité, d’éducation, de logement, de santé et d’emploi, notre
ville réunira les conditions pour accélérer et pleinement révéler ses excellences.

Elle pourra alors jouer pleinement sa vocation culturelle, environnementale, scientifique, économique, touristique
et internationale au bénéfice de la création d’emploi et de la qualité de vie. Les deux volets de ce programme
sont interdépendants, indissociables et doivent être mis en œuvre concomitamment.

UNE PHILOSOPHIE DE PROJET :


4 AMBITIONS POUR MARSEILLE
Au printemps 2019, j’ai souhaité, comme je l’avais fait dans un autre cadre en 2015 avec les États Généraux de
Provence, associer la société civile à une vaste réflexion pour projeter le Marseille de demain. Cette initiative,
qui a réuni plus de 400 experts et une très large participation citoyenne au travers d’une plate-forme dédiée,
a permis de recueillir plusieurs milliers de propositions. La synthèse de ces travaux a fait émerger une certaine
philosophie de l’action : revenir aux fondamentaux. Comment les résumer ? Il est apparu que nos besoins les
plus essentiels peuvent s’exprimer en 4 ambitions : respirer, protéger, partager et travailler.
S’ils ne résument pas tout le programme d’actions, ils peuvent au moins prétendre en traduire
l’esprit, et l’inspirent de façon transversale dans toutes ses dimensions.

RESPIRER
Le 21e siècle est celui de la prise de conscience environnementale. Tardive, elle est néanmoins de plus en plus
ancrée.

Respirer, d’abord, au sens propre. L’air est le premier de nos besoins vitaux. Or, la dégradation de la qualité
de l’air touche particulièrement Marseille, et les enfants sont les premiers touchés. Sans dramatiser la situation,
il faut prendre en main ce qui est bien un enjeu de santé. Il est temps d’agir de façon déterminée et de poser
les véritables priorités.

L’ambition exprimée par le verbe respirer va au-delà. Marseille s’est construite dans un site naturel exceptionnel
mais l’étalement urbain et le développement des réseaux de transport ont dégradé la relation avec les espaces
naturels et la biodiversité. C’est une pollution polymorphe qui détériore notre environnement et plus largement
notre cadre de vie, notre qualité de vie. L’enjeu est aujourd’hui de reconstruire le lien avec la nature.

Respirer symbolise donc l’ambition de ce projet pour Marseille de refonder notre politique de transport, de
réintroduire la nature dans la ville, de reconquérir ces espaces de respiration sans lesquels notre qualité de vie
ne peut plus être la même. Pour cela, il faut repenser nos modes de vie, de développement, de déplacement,
de consommation, d’aménagement, de logement. Il faut également donner une vraie place aux énergies
renouvelables.
16

PROTÉGER
Aimer sa ville, son territoire, ses habitants, cela impose de la façon la plus primordiale de les protéger, de la
même façon que l’on protège sa famille.

Protéger, c’est d’abord, évidemment, assurer la protection effective des personnes et des biens. C’est aussi
lutter contre ce sentiment d’insécurité et ces incivilités qui paralysent, brident ou parasitent la vie quotidienne.
Il est temps que le respect de l’autre soit restauré et ancré dans la réalité quotidienne. Il est temps d’assurer le
retour de l’ordre républicain : c’est une attente très forte et pour le moins légitime. Assurer l’ordre ce n’est pas
restreindre la liberté individuelle, c’est au contraire lui permettre de s’exprimer le plus largement possible, en
faisant simplement en sorte que la liberté des uns ne porte pas atteinte à celle des autres.

Protéger, c’est également pouvoir répondre à ce besoin primordial inscrit depuis toujours dans les gènes de
l’humanité : s’abriter, avoir un logement. Protéger, c’est enfin agir pour la santé, qui conditionne tout bien-être
et toute activité.

TRAVAILLER
Le travail constitue une valeur incontournable. Au-delà d’apporter une ressource, un moyen de subsistance, le
travail est un maillon essentiel, un élément particulièrement structurant du lien social. Travailler, c’est apporter sa
contribution au fonctionnement de la société, c’est être autonome, subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille.
C’est aussi avoir la possibilité de s’accomplir, d’évoluer, de nouer des relations humaines, sociales.

L’emploi est donc un point central dans de l’individu comme dans celui du territoire. Le chômage encore excessif
qui touche Marseille malgré sa considérable diminution depuis 1995 figure comme une des grandes priorités
de ce programme. Fondamentalement transversal, le projet pour Marseille s’attache à activer tous les outils et
tous les leviers qui permettront aux Marseillais de s’épanouir par leur travail. La politique de développement
économique est par essence concentrée sur cet objectif : travailler.

Cette ambition, « travailler », s’applique aussi à une certaine conception de l’action publique. L’engagement,
l’investissement personnel, le travail de fond sur les grands dossiers, sont au cœur de mes principes d’action,
et tout membre de mon équipe devra les partager. Un territoire se travaille comme on laboure la terre : avec
attention, constance et rectitude.

PARTAGER
Vivre en société, de façon fondamentale, c’est partager. Il s’agit de préserver le bien commun, de s’assurer que
les intérêts et comportements des uns ne préjudicient pas aux autres, de s’assurer aussi que personne ne reste au
bord du chemin : notre société doit être résolument inclusive. Nous devons lutter contre les enfermements sociaux,
géographiques, culturels. Nous devons aider, soutenir, inclure ceux d’entre nous qui subissent ces inégalités ou
handicaps de la vie que sont le handicap et les problèmes de santé.

Nous devons également transmettre aux jeunes générations nos valeurs, les fondements de notre ordre social,
et les nouveaux réflexes de protection de notre environnement. Nos jeunes sont la société de demain, et ils
peuvent être d’extraordinaires ambassadeurs pour amener un changement profond dans nos modèles et dans
nos comportements.

Marseille est une ville de contraste. C’est parfois une richesse notamment au travers de la diversité des paysages,
des noyaux villageois, des cultures. Cela recouvre également une réalité moins positive comme lorsque des
communautés se referment sur elles-mêmes ou que l’enclavement de certains quartiers se renforce.
17

Partager c’est d’abord construire un avenir commun pour les Marseillais avec un sentiment d’appartenance,
une fierté, des lieux et des événements ou les frontières sociologiques et culturelles disparaissent. En 2013, à
l’occasion de l’ouverture de la capitale européenne de la culture et en plusieurs occasions depuis, les Marseillais
se sont ensemble réapproprié le Vieux-Port.

Le partage, le renforcement du lien social, sera la quatrième constante que ce programme déclinera dans les
champs de l’éducation, de la politique culturelle, des grands événements, l’aménagement des espaces publics
et la programmation d’une offre de logements pour tous.

UN NOUVEAU MODÈLE À INVENTER


Marseille aime se comparer. Parfois pour se faire peur et par moments pour se rappeler qu’elle est différente.
Marseille ne sera jamais Lyon ni Barcelone. Ce n’est pas un manque d’ambition mais juste le sentiment qu’elle
a un destin qui lui est propre et qui doit s’appuyer sur son propre modèle. Ce projet pour Marseille porte une
conviction : nous disposons aujourd’hui de tous les ingrédients pour construire avec les habitants et tous les
acteurs du territoire un modèle vertueux, profondément respectueux de l’identité de la ville et qui saura tirer le
meilleur bénéfice de ce qui la caractérise. En révélant (y compris à elle-même) ce qu’elle a de meilleur, Marseille
prendra confiance et construira son essor. Le modèle que ce projet pour Marseille propose de développer est
celui d’une ville créative et durable méditerranéenne qui saura réaliser tous ses possibles.

Ville créative parce que c’est aujourd’hui son principal trait de caractère. À l’opposé des grandes villes bour-
geoises et institutionnelles taillées au cordeau, Marseille s’est construite, comme toutes les villes ouvertes sur le
monde, au rythme des arrivées et de son aventure portuaire. Son urbanisme décousu inscrit dans une géogra-
phie contrainte (la mer et les collines) a créé au fil des ans, par le rapprochement de ses noyaux villageois, une
ville complexe. Son ouverture, la diversité de ses cultures et de ses richesses, sa lumière et son bouillonnement
parfois désordonné, ses friches, ont toujours attiré des artistes – peintres ou photographes, des entrepreneurs,
des créatifs non conformistes ou des pionniers de l’innovation. Aujourd’hui, qu’il s’agisse de la friche de la belle
de mai ou des pépinières de Château Gombert, de la Cité des arts de la rue ou de l’immunopôle de Luminy,
Marseille accueille, inspire et accompagne une multitude de talents dans le monde de l’entreprise, de la culture,
de la recherche ou dans l’univers plus technologique de la FrenchTech. En s’appuyant sur un tissu associatif aussi
riche qu’actif ainsi que sur les ressources de ses pôles d’excellence, la ville constitue le terrain de jeu idéal pour
imaginer, créer ou expérimenter. Cette énergie positive peu ordinaire peut constituer un des grands moteurs
du développement de Marseille sans trahir son identité bien au contraire. C’est un moteur qui peut produire de
l’activité, des emplois, de la richesse et potentiellement des réponses aux grands enjeux de demain. Ce modèle
de la ville créative privilégie le pragmatisme, l’adaptation, les solutions agiles et l’innovation frugale qui sont
d’autant plus utiles lorsque les ressources en financements publics ne sont pas pléthoriques.

Le deuxième pilier du modèle que propose ce projet est celui du développement durable méditerra-
néen. Le développement durable s’impose comme une évidence parce qu’il propose une réponse systémique
aux grands enjeux : les choix environnementaux sont en cohérence avec le volet économique et le volet social.
Marseille doit adopter cette approche en tenant compte de ses spécificités, qui la distinguent des premières villes
qui sont devenues durables, au nord de l’Europe. Il s’agit pour notre territoire de privilégier une déclinaison sur
mesure du modèle durable, qui s’appuiera sur ses ressources de ville méditerranéenne (son climat, le soleil, le
vent, la mer) et prendra en considération sa culture (sa relation à l’espace public par exemple), et ses moyens
financiers (actuellement faibles). Un nouveau mix énergétique combinera la thalasso thermie, le photovoltaïque
et l’éolien, tandis que l’on expérimentera l’hydrogène. Notre territoire privilégiera l’habitat méditerranéen, et se
développera économiquement en tirant parti de ce que la mer Méditerranée peut offrir, et d’un essor touristique
qui devra impérativement préserver l’environnement et les paysages.
18

La mise en cohérence des politiques publiques sera une traduction fondamentale de ce modèle durable. À titre
d’exemples, l’offre de formation répondra aux enjeux spécifiques de l’économie locale, et la politique d’amé-
nagement de l’espace calera son agenda et ses priorités sur la réalité des solutions de transport collectif.

UNE MÉTHODE
Je l’ai dit, j’ai une certaine conception de l’action publique, et un caractère dont je mets les traits de force au
service de l’action.

J’ai forgé, au fil de mon expérience, une méthode qui sert les objectifs fixés. Elle est basée sur une approche
pragmatique qui privilégie l’efficience et qui repose sur les principes suivants :

• Se donner le temps et les moyens d’une véritable analyse ;


• Consulter et concerter ;
• Définir des objectifs réalistes ;
• Dire ce que l’on fait, faire ce que l’on dit ;
• Lever les obstacles, prévenir les blocages ;
• Tenir les objectifs en termes de résultat, de délais et de coût ;
• Rendre compte des réalisations.

Je poursuivrai dans cette logique, qui a présidé à toutes les actions que nous avons menées, avec mon
équipe, au Département des Bouches-du-Rhône depuis 2015, et plus récemment à la tête de la Métropole
d’Aix-Marseille-Provence.

Pour la ville de Marseille j’appliquerai les mêmes principes.

Une équipe investie et exemplaire


Je me suis toujours attachée, dans ma carrière politique, à honorer la confiance que les électeurs avaient placée
en moi. Je mettrai toute mon énergie à déployer avec rigueur, méthode et une implication totale, le programme
d’action sur lequel j’aurai été élue, et à exercer mes responsabilités.

J’aurai la même exigence envers l’équipe d’élus et de techniciens dont je m’entourerai : je veux une équipe
professionnelle, totalement investie, choisie pour ses compétences et son envie de s’engager.

Parce que je veux une équipe exemplaire, je proposerai de faire signer à chaque élu investi
de fonctions municipales ou métropolitaines la « Charte de l’élu local » créée par la loi du
31 mars 2015.
19

Une approche renouvelée


de la gestion de proximité
Comme j’avais eu l’occasion de l’exprimer dans le cadre de mes fonctions à la tête du Département et de la
Métropole Aix-Marseille-Provence, je souhaite que les politiques publiques soient exercées de la façon la plus
efficiente possible, avec une véritable gestion de la proximité.

Nous irons sur le terrain, au plus près des Marseillais. C’est là qu’ils nous attendent, et je veux que
nous soyons réellement, concrètement auprès d’eux, à leur écoute, pour tout ce qui touche à leur vie quotidienne.
La connaissance du terrain, le contact avec les habitants sont essentiels pour répondre de façon efficiente aux
besoins qui s’expriment et à ceux qui se révèlent.

Or, Marseille est une ville particulièrement étendue, peuplée, et chacun des secteurs municipaux est l’équivalent
d’une ville.

Les maires de secteurs ont une connaissance fine du terrain, ils sont particulièrement bien
placés pour entretenir une véritable relation quotidienne avec les habitants, les usagers et les
professionnels de leurs arrondissements. Je souhaite donc renforcer leur rôle dans la gestion
des compétences de proximité.

Si les mairies de secteur n’ont pas de personnalité juridique, il est néanmoins possible de trouver les formes et
moyens d’une implication plus poussée. Je souhaite qu’ils exercent un véritable rôle pivot, pour :

Une nécessité de rendre compte et de mieux informerles habitants et les commerçants sur les
opérations programmées ;

Faire remonter les attentes et interrogations ;

Guider l’action sur le terrain des services municipaux et métropolitains, en matière de tranquil-
lité publique, de propreté, d’entretien des parcs et jardins, d’entretien des écoles, de travaux
de voirie.

Pour mettre en œuvre ces principes, j’envisage de mener des expérimentations de mise à disposition de moyens
humains et financiers. Ces expérimentations pourraient concerner plus particulièrement la propreté urbaine, les
petits travaux de voirie et l’entretien courant des équipements de proximité.
Je souhaite également conforter le rôle des maires de secteur comme forces de proposition en matière de projets
et m’appuyer sur eux pour l’étude et la mise en œuvre de ces opérations.
20

Une démocratie active


Je souhaite ancrer une démarche de dialogue, d’information et de concertation. Il s’agit d’entretenir un lien
qui ne peut se résumer au temps de l’élection, de lier une véritable relation de confiance entre les responsables
politiques et le citoyen.

Je souhaite donc m’inscrire dans une démarche de démocratie active, qui pourra se décliner, en fonction des
sujets et des projets, de l’information, la concertation jusqu’à la co-construction.

Ainsi, les actions engagées feront régulièrement l’objet de bilans qui seront communiqués aux habitants en
pleine transparence.

J’attacherai une importance particulière aux démarches de concertation et je mettrai en place un outil dédié
inédit : la maison des projets, un lieu entièrement consacré aux projets de notre territoire. Les
projets y seront présentés, discutés et chaque habitant pourra se projeter dans l’avenir et
formuler des avis et préconisations sur l’évolution de son cadre de vie (cf. infra).

Une gestion saine et efficiente


Par ailleurs, je suis particulièrement attachée à ce que l’argent public, celui des Français, celui des Marseillais,
ne soit dépensé qu’à bon escient. Une gestion plus efficiente, plus adaptée, peut permettre de diminuer de façon
significative la dépense publique ou de réaliser beaucoup plus d’actions pour un même niveau de dépense.

Une série de mesures permettra d’optimiser la mobilisation et l’emploi des ressources financières :

•Adopter une gestion financière professionnelle. Il est indispensable d’investir pour notre territoire, et
donc d’utiliser l’outil de la dette. Le niveau de celle-ci doit néanmoins rester proportionné et maîtrisé :
c’est un travail d’ingénierie financière et de contrôle de la dépense qu’il faut mener.
•Mobiliser de façon plus efficace les co-financements, par un jeu d’acteurs, une union pour la réalisation
des grands projets.
•Faire progresser fortement la mobilisation et l’emploi effectif des fonds européens : c’est un volet de
financement qu’il faut fortement professionnaliser et rendre proactif.
•Mobiliser les dons et legs.
•Mobiliser le mécénat.
•Utiliser à bon escient, les partenariats privés lorsqu’ils présentent un avantage objectivé.
•Maîtriser les dépenses de fonctionnement :
- Engager un Programme de Réduction des Coûts.
- Systématiser, pour tout projet d’investissement, une analyse de l’impact à 10 ans en termes de frais de
fonctionnement.
•Systématiser les mutualisations de moyens.
•Au regard des moyens disponibles, l’affectation des budgets sera réalisée sur des critères d’efficience en
privilégiant l’innovation frugale y compris au sein de l’administration de la ville.
21

Au-delà de ces mesures, je veux instituer une autre vision de l’investissement sur notre
territoire. Je veux que soient étudiées toutes les possibilités de susciter des investisse-
ments privés qui aient un impact positif en termes d’économie, d’emploi, d’environnement.
L’action publique doit recentrer le champ d’intervention de ses financements : dans certains
domaines, elle n’a vocation à intervenir que pour pallier, réguler et rééquilibrer l’initiative
privée.

Des services publics efficacement


placés au service du public
J’examinerai de façon globale, en concertation avec les agents et les organisations syndicales, les conditions
d’organisation du travail, la continuité du service public, et sa disponibilité face aux besoins réels des Marseillais.

Je veux aborder sans tabou et de façon très pragmatique, sereine et concertée, le sujet des horaires et des jours
d’ouverture au public des services municipaux. Nous devons nous placer au plus près des besoins réels de la
population, et des adaptations me paraissent nécessaires.
22

AMÉLIORER ET FACILITER
LE QUOTIDIEN
DES MARSEILLAIS
Les Marseillais sont nombreux à exprimer leur lassitude et leur inquiétude devant ce qu’ils décrivent comme une
dégradation de leur cadre de vie et de leur qualité de vie, par un faisceau de facteurs : de l’insécurité ou un sentiment
d’insécurité, les incivilités, un manque de propreté, des logements dégradés, un manque d’accessibilité de l’espace
public et des moyens de transport, un désordre généralisé, des dysfonctionnements et des insuffisances des services
et équipements publics, y compris les plus essentiels comme les services de la santé ou ceux de l’éducation.

Marseille, malgré tous ses atouts, ne répond pas de façon uniformément satisfaisante aux besoins premiers de
ses habitants. La vie quotidienne, dans notre ville dont le cadre naturel et le climat nous sont
pourtant largement enviés, n’est pas toujours facile, pas toujours agréable et pas toujours saine.

Il est indispensable de revenir aux fondamentaux que nous devons à chacun de nos concitoyens, et que chacun
d’entre eux doit par ailleurs respecter et contribuer à assurer. Ensemble, avec une nouvelle approche, une gestion
adaptée, des moyens renforcés mais aussi une meilleure participation citoyenne, nous mettrons le fonctionnement
à niveau.

Mon objectif est d’engager immédiatement et prioritairement toutes les mesures qui permettront de répondre
aux besoins les plus primordiaux de chaque Marseillais.

Cette mise en ordre alimentera par ailleurs notre attractivité, notre rayonnement et notre développement
économique.
23

UNE VILLE PLUS SÛRE :


L’ORDRE RÉPUBLICAIN RESPECTÉ

Un sentiment d’insécurité persistant s’est installé à Marseille, et ce sentiment dépasse même souvent
l’insécurité réelle. Les habitants sont en demande d’une présence policière permettant de prévenir et dissuader
les crimes et délits de toutes natures, et de ramener un sentiment de protection. Trop souvent, et de façon évi-
demment exacerbée par les menaces d’attentats, l’espace public (y compris et peut-être particulièrement les
transports publics) est perçu comme dangereux, voire hostile dans certains cas.

Au-delà de ces peurs, c’est le sentiment d’un désordre généralisé qui s’est installé. Nos concitoyens sont excédés
par les comportements irrespectueux et les incivilités qui dégradent leur vie quotidienne : les tags, les dégrada-
tions de mobilier urbain, la fraude dans les transports, les détritus jetés sur la voirie et les trottoirs, les déjections
canines, les appropriations de places de stationnement, les nuisances sonores, les rodéos, les véhicules anorma-
lement bruyants, les klaxons injustifiés, les attroupements bruyants dans la rue ou dans les entrées d’immeubles,
les jeux de ballon dans les rues.

Les citoyens expriment le besoin de faire respecter un ordre républicain : un besoin de régulation des usages,
pour apaiser l’espace public et améliorer la qualité de vie de chacun.

La police municipale met en œuvre les pouvoirs de police administrative du maire : le stationnement et la
circulation, l’occupation du domaine public, le service d’ordre sur les marchés, les manifestations sportives,
festives ou culturelles, la propreté (lutte contre les décharges sauvages, les dépôts d’ordure illicites, les tags),
les nuisances sonores, les conflits de voisinage, la lutte contre les squats.

Aujourd’hui, avec 450 agents, la police municipale à Marseille ne compte qu’1 policier pour 2000 habitants.
C’est en proportion 2 fois moins qu’à Lyon et 4 fois moins qu’à Nice.

De plus elle ne compte que deux bases territoriales, l’une en centre-ville l’autre au Nord.

La police municipale à Marseille est donc insuffisante, à la fois en termes d’effectifs et d‘implantations territo-
riales. Les équipements et moyens techniques et numériques dont elle peut être assistée dans ses missions sont
également inadaptés. Des mesures de réorganisation sont nécessaires.

MA VISION
Il faut assurer le respect d’un ordre républicain, dans tous les secteurs de la ville sans exception. C’est l’ordre
qui conditionne notre qualité de vie et l’attractivité de notre territoire. La liberté des uns doit s’arrêter là où
commence celle des autres.

Je veux que les Marseillais puissent profiter en toute sécurité et de façon apaisée de l’espace public. Je veux
leur redonner le goût de sortir, d’habiter les quartiers, de faire vivre les noyaux villageois et les places. Je veux
dissiper ce sentiment d’insécurité qui en dissuade certains de prendre les transports en commun.
24

C’est en régulant les usages que nous pourrons rendre l’espace public aux Marseillais. C’est en assurant la
propreté et le respect des règles de base de la vie commune que nous retrouverons tout le plaisir d’habiter
notre ville. C’est en faisant respecter les règles de circulation et de stationnement que nous diminuerons le temps
gaspillé dans les embouteillages et le stress qui y est associé.

Je veux donner aux Marseillais ce qu’ils attendent dans leur très grande majorité : de l’ordre,
de la sécurité, de la tranquillité publique, de l’apaisement. Je veux agir pour que l’espace
public soit sûr, respecté et apaisé. Pour cela je propose un plan sur 6 ans qui comportera une
série d’actions.

Renforcer et réorganiser la police municipale


RENFORCER
•  Mettre à niveau les effectifs : passer de 450 à 1 500 policiers municipaux d’ici à 2026.
•  Affecter à la police municipale des réservistes des autres forces de sécurité.
•  Implanter une base de police municipale dans chaque secteur (8, contre 2 aujourd’hui) pour favoriser une
véritable action de proximité.

RÉORGANISER
•  Une compétence générale à chaque agent (tous les pouvoirs de police du maire).
•  Des brigades spécialisées seulement dans certains cas comme les transports.
•  Organiser les synergies avec les autres forces de sécurité : Police Nationale, Gendarmerie, Douanes.

Renforcer la vidéoprotection
et la vidéo-verbalisation
Pour assurer la présence dissuasive, quotidienne et régulatrice des policiers municipaux sur le terrain, il faut
utiliser tous les moyens modernes dont nous pouvons disposer, dans le respect de la réglementation et des
préconisations de la CNIL sur l’utilisation des données personnelles.

L’action de la police municipale doit pouvoir s’appuyer sur des outils modernes et performants. Nous déploierons
1 000 caméras supplémentaires pour parvenir à 2 500 caméras actives d’ici la fin du mandat, et
nous doublerons le nombre d’opérateurs vidéo1. Le centre de surveillance urbaine sera armé 24 h/24.
Nous améliorerons ainsi considérablement la dissuasion et la recherche des auteurs de faits de délinquance et
d’incivilités. Nous ferons également fortement progresser la vidéoverbalisation, en opérant une rotation des
caméras utilisées à cet effet. Nous ciblerons tout particulièrement le centre-ville, les noyaux villageois, les tags
et dégradations de mobilier urbain, ainsi que la protection des voies de bus, les stationnements en double file
et le respect des zones piétonnes.

Dans le respect des libertés individuelles, une étude sera menée sur les développements possibles de technolo-
gies numériques plus poussées : constitution d’une plateforme de gestion de l’espace urbain, avec gestion de la
circulation, reconnaissance faciale, reconnaissance de silhouette, intelligence artificielle, afin de constituer une
aide efficiente à la décision.

1/ Il y a aujourd’hui 42 postes d’opérateur vidéo. Un opérateur verbalisateur n’a le droit de superviser qu’une seule caméra car l’infraction doit être
constatée en temps réel. Nous porterions leur nombre à 84.
25

Créer une grande école d’État-major


des forces de sécurité intérieure
Toutes les forces qui concourent à la sécurité sous toutes ses formes doivent agir en synergie, et bénéficier de
la meilleure formation possible. Aussi, je proposerai à l’État de créer à Marseille une grande école nationale
d’État-major des forces de la sécurité intérieure.

Cette grande école, conçue sur le modèle de l’école de guerre du Ministère des armées, proposerait un tronc
commun de formation s’adressant aux cadres de toutes les forces de sécurité intérieure concourant à faire
régner l’ordre républicain et la paix publique. Il s’agirait de préparer à l’échelle nationale les responsables
de demain à l’exercice de responsabilités de niveau départemental (DDSP, commandant de groupement de
gendarmerie, directeur de SDIS, préfets et sous-préfets), et d’ancrer ainsi chez tous ces professionnels
de la sécurité une culture commune, un ensemble de fondamentaux et de référentiels.

Les formations proposées, s’appuyant sur des outils modernes (simulations) porteraient sur les différents stades
d’exécution des missions (connaissance du terrain et des acteurs, prévention, pédagogie, dissuasion, inter-
vention, communication), avec un volet spécifique sur la gestion de crise, qui nécessite un travail en commun
de tous les responsables de niveau départemental. Cette grande école, faisant référence au plan national,
permettrait de s’ouvrir au monde et de favoriser les échanges de techniques et bonnes pratiques en ouvrant
ses formations à des homologues internationaux exerçant le même niveau de responsabilité.

Cette école nationale pourrait être installée dans le vaste site de la Caserne du Muy et contribuerait dans
ce cas fortement au renouveau du quartier.

Rendre les citoyens acteurs de leur sécurité


La sécurité est l’affaire de tous. Par leur vigilance, l’expression de leur ressenti, leurs propositions, les Marseillais
peuvent concourir à la sécurité de notre ville. Par ailleurs, pour agir contre l’insécurité et le sentiment d’insécu-
rité, il est indispensable de suivre de façon précise et régulière le ressenti des Marseillais. Dans cette optique,
je propose de prendre les mesures suivantes :

•  Je veux que les Marseillais puissent de façon simple et pratique, sur une plateforme dématérialisée et
avec une application numérique, signaler des faits et exprimer leur sentiment d’insécurité. Le service
Allô-Mairie sera ainsi développé et étendu à l’ensemble des services publics de gestion municipale et
métropolitaine, dans une logique de guichet unique tendu vers l’opérationnel. Je veux que les signalements
des citoyens débouchent sur des interventions efficaces et très rapides.

•  Je soutiendrai le développement de formations aux réflexes de vigilance et de sécurité face à des
situations d’urgence et de détresse.

•  Des partenariats pourront également être envisagés avec d’autres personnes morales, en particulier celles qui
assurent des missions de service public, pour contribuer à signaler les anomalies constatées dans l’espace public.

•  Nous créerons un observatoire citoyen de la tranquillité publique : réunir chaque mois, sous l’égide de la
mairie de secteur, la police municipale, les Comités d’Intérêt de Quartier, les représentants du tissu associatif
(notamment les commerçants) et des citoyens volontaires pour évaluer les résultats obtenus et émettre des
propositions. Deux fois par an, les 8 observatoires de secteur seront réunis pour un point d’étape avec la
mairie centrale, qui publiera un diagnostic annuel.

•  Des partenariats pourront également être envisagés avec d’autres personnes morales, en particulier celles qui
assurent des missions de service public, pour contribuer à signaler les anomalies constatées dans l’espace public.
26

Maintenir jusqu’en 2028 la gratuité des transports


pour les forces de l’ordre et de secours
Aujourd’hui, la mobilité est un point faible de notre ville et Marseille est l’une des villes les plus embou-
teillées de France. Il est nécessaire de construire un réseau plus performant, plus propre, plus accessible,
plus connecté, mais aussi plus sûr. Le sentiment d’insécurité ne doit plus dissuader les Marseillais de prendre
les transports en commun. C’est une condition essentielle pour améliorer notre quotidien et pour assurer notre
développement futur.

Des moyens importants sont déjà déployés2, et les incidents sont en diminution. Pour autant ils restent trop nom-
breux et le sentiment d’insécurité, étudié lors d’enquêtes annuelles, reste relativement élevé,
particulièrement le soir et la nuit, ou lorsque l’usager est seul.

Je veux faire en sorte que plus aucune femme, plus aucun homme ne se sente en danger en empruntant le
métro, en particulier le soir. Plus aucun agent des transports publics ne doit subir d’agression. Pour cela,
dès mon élection à la Présidence de la Métropole, j’ai immédiatement entrepris un plan
de sécurisation des transports en commun et de lutte contre la fraude. Ce plan comporte
notamment un renforcement de la présence humaine, la création d’une véritable police municipale des
transports effectuant des patrouilles en soirée dans le métro (grâce à une convention signée avec la ville
de Marseille), et un renforcement des équipements techniques3. Depuis novembre 2019 sont également
expérimentées des stations de métro « zéro fraude »4, avec la présence permanente d’équipes de
contrôleurs. J’ai en outre signé un Contrat d’objectif pour la sûreté et la prévention de la délin-
quance et de la radicalisation dans les transports collectifs de voyageurs avec le Préfet de
Police, une première en France.

Mais j’ai souhaité aller plus loin en offrant la gratuité des transports en commun à toutes les forces qui concourent
à la sécurité (police nationale, polices municipales, gendarmerie nationale, agents pénitentiaires, sapeurs-pom-
piers, militaires). Cela afin d’aider des professionnels qui font un travail difficile. C’est un moyen efficace d’ajouter
des forces de police dans les bus, les métros et les tramways et d’assurer la sécurité de nos concitoyens.

Votée en Conseil Métropolitain de décembre 2019, cette gratuité est accordée à titre professionnel mais englobe
les déplacements domicile-travail.

Je veux pouvoir garantir aux Marseillais, pour leur sécurité, le maintien de cette mesure jusqu’en 2026.

2/ 160 agents de contrôle, 180 agents de sécurité, plus de 5 000 caméras, et plus de 8 % du budget de fonctionnement de la RTM.
3/ Système d’alarme pour les voyageurs sur les quais, campagnes de communication multi-support, renforcement de la signalétique, diffusion d’une
ambiance musicale de 5h à 7h et de 20h à 1h dans le métro, renouvellement de l’éclairage des stations, lancement d’un programme d’installation de
portillons anti-fraude.
4/ Stations Bougainville et la Rose.
27

Lutter contre les dégradations publiques,


avec un objectif « zéro tag » dans des périmètres
ciblés du centre-ville et des noyaux villageois
Marseille souffre d’un grand nombre de dégradations de l’espace public, du mobilier urbain
et des bâtiments. Ces derniers, en particulier, sont trop souvent recouverts de tags qui ont souvent un carac-
tère injurieux ou haineux et donnent à nos concitoyens un sentiment d’insécurité d’agression, et d’abandon de
la part des pouvoirs publics. Les moyens déployés jusqu’ici sont insuffisants, les Marseillais se sentent parfois
délaissés et laisser les incivilités impunies favorise leur développement. Ce « laisser-faire » n’est plus tolérable.
J’ai été en particulier scandalisée lorsque l’Arc de Triomphe de la porte d’Aix, puis la fontaine
Espérandieu du Palais des Beaux-Arts ont été vandalisés.

Les dégradations de notre espace public sont inacceptables, je veux lutter sans relâche contre
ces actes de vandalisme, par une série de mesures :

•  Dans le centre-ville et les noyaux villageois, dans des périmètres prioritaires que nous définirons, je veux
que nous nous donnions les moyens d’atteindre un objectif « zéro tag ». Cette expérimentation pourra être
progressivement étendue et adaptée à d’autres secteurs géographiques.

•  Aujourd’hui, 20 agents et 9 véhicules luttent contre les tags. Nous doublerons les moyens mobiles
dédiés, afin de mettre en œuvre une politique d’effacement ultrarapide des tags pour lutter contre un effet
d’entraînement.

•  Nous développerons l’utilisation des caméras de vidéo-surveillance dans les secteurs les plus concernés, pour
surveiller en temps réel et verbaliser les tagueurs.

•  Nous faciliterons les signalements des citoyens et des commerçants par le biais de l’application dédiée à la
sécurité.

•  Nous sanctionnerons les actes de dégradation et solliciterons la mise en œuvre de travaux d’intérêt
général pour que les tagueurs, encadrés par des tuteurs spécifiquement formés et des réservistes, nettoient
les tags qui défigurent les monuments, les portes, les façades, et les devantures commerciales.

•  À côté de ces dégradations qui sont malheureusement largement majoritaires, je reconnais que les graffitis,
peuvent constituer une vraie forme d’art, à la condition que leur expression soit bien concertée, choisie,
encadrée. Le Département des Bouches-du-Rhône a ainsi subventionné le collectif « Graffitis Massalia » pour
qu’il réalise 200 graffs sur les devantures des commerces et des restaurants du Cours Julien (40 000,00 €).

•  Je souhaite donc mettre en place une vraie politique du street art, notamment dans l’hyper centre
(la Plaine, Notre-Dame du Mont et au cours Julien) et en bordure des axes à fort passage, avec un budget
dédié, et une véritable concertation avec les habitants et commerçants de ces quartiers. Ce sera une façon
complémentaire de lutter contre les tags et graffitis vandales. Je dis oui à l’expression des talents, et
non aux délinquants.
28

Expérimenter des radars antibruit


Comme toutes les grandes métropoles mondiales, Marseille est fortement impactée par les nuisances sonores,
notamment en raison de la circulation automobile et plus particulièrement celle des deux roues. Le bruit peut
être une source de stress, de fatigue, et vécu comme une véritable agression.

Je veux remettre de l’ordre et lutter contre cette pollution sonore génératrice de mal-vivre pour
nos concitoyens. En complément des constats que pourront effectuer les forces de sécurité, je propose d’uti-
liser les ressources que nous offrent les nouvelles technologies, et d’expérimenter des radars antibruit,
tels qu’ils sont déjà testés en Île-de-France depuis juillet 2019. Ce dispositif, développé par l’association
Bruitparif, observatoire du bruit en Île-de-France, repose sur des capteurs, orientés dans quatre directions,
couplés à une caméra opérant à 360°, permettant de visualiser la provenance d’un bruit et d’établir une
« trace acoustique » de la nuisance. Il devrait permettre à terme de verbaliser de manière au-
tomatique les conducteurs d’engins trop bruyants.

C’est une des premières missions que je souhaite confier à l’Observatoire de l’Environnement Sonore de la
Métropole Aix-Marseille-Provence, dont j’ai lancé le déploiement au début de l’année 2019.

Développer le civisme et les Travaux d’Intérêt Général


Malgré des moyens humains, matériels et financiers colossaux, l’incivisme, la négligence, voire des com-
portements antisociaux de plus en plus affirmés (néo-anarchistes, extrémismes) dégradent chaque jour le
cadre de vie des Marseillais. Outre des actions de prévention et d’éducation des jeunes, sur lesquelles je
reviendrai, protéger l’espace public nécessite une vigilance quotidienne et une réponse pénale. Celle-ci
peut avoir une vocation punitive, mais aussi pédagogique.

Un espace public en bon état d’entretien et de propreté a un coût humain et budgétaire. Ceux qui le dé-
gradent doivent en subir les conséquences à la fois financières et personnelles. L’incivisme qui mine
notre cité doit être combattu avec fermeté, mais aussi avec pédagogie et exemplarité.

Les Travaux d’Intérêt Général (TIG) sont un outil qu’utilisent près de 4 000 communes en
France. Je veux que Marseille également puisse s’appuyer sur ce dispositif de réponse pénale. Il s’agit d’un
travail non rémunéré, effectué sur décision de justice au bénéfice d’une association ou d’un service public.
Le juge pénal peut condamner à un TIG le délinquant de plus de 16 ans (et de plus de 13 ans au moment
des faits) qui a commis certaines infractions. C’est un outil gagnant-gagnant. Il assure une réponse
pénale pédagogique à la personne condamnée, fait œuvre d’exemplarité, participe à l’amélioration
de notre cadre de vie et lutte contre toutes les formes d’incivisme, par la responsabilisation
et la sensibilisation de tous.

Les TIG (20 à 120 heures en cas de contravention et jusqu’à 280 heures en cas de délit) consisteraient à
réparer les dégâts liés au vandalisme, travailler au nettoiement, entretenir le patrimoine, travailler auprès
des victimes d’accidents de la route, effectuer des actions de solidarité.

Aussi, je solliciterai auprès du service pénitentiaire d’insertion et de probation (ou du tribunal pour enfant
pour les mineurs), l’habilitation de la Ville de Marseille à accueillir les personnes condamnées à des TIG.

Les travaux des condamnés aux TIG, en particulier les auteurs de tags qui seront affectés à leur effacement,
seront encadrés par des tuteurs spécifiquement formés et des réservistes des forces de sécurité.
29

UN ESPACE PUBLIC PROPRE ET RESPECTÉ


Une ville plus propre
La propreté est au cœur des préoccupations des Marseillais. La propreté urbaine recouvre des enjeux en termes
d’environnement, de salubrité publique, de qualité de vie et de bien-être. La propreté au sens large recouvre
une très large gamme de sujets :

• Le volume des déchets (limitation des emballages) ;


• La nature des déchets (réduction des plastiques, déchets hospitaliers, déchets professionnels, déchets
chimiques…) ;
• La collecte des déchets (tri sélectif, modes de gestion) ;
• Le traitement des déchets (tri, stockage, valorisation, élimination) ;
• L’assainissement des eaux usées ;
• Le nettoiement des rues et des espaces publics ;
• La propreté des plages et des espaces verts ;
• Les toilettes publiques ;
• Les animaux de compagnie ;
• La lutte contre les nuisibles.

La collecte et le traitement des déchets, ainsi que la propreté urbaine (nettoiement mécanique et cantonniers)
relèvent de la compétence de la Métropole Aix-Marseille-Provence. La police de la propreté est du ressort de
la Ville de Marseille, la métropole détenant par ailleurs certains pouvoirs de police spéciale. La coordination
de leurs actions est essentielle pour obtenir des résultats sur le terrain.

La Ville de Marseille génère à elle seule plusieurs centaines de milliers de tonnes de déchets chaque année, et les ordures
ménagères résiduelles (hors encombrants et collectes sélectives) représentent plus de 400 kg par habitant et par an. Plus
de 2 000 agents métropolitains sont affectés à la collecte et au traitement des déchets. C’est l’une des politiques publiques
locales les plus lourdes, et elle a un impact très important sur notre santé, notre cadre de vie et sur l’environnement.

Marseille souffre, à l’extérieur comme aux yeux des Marseillais, d’une image de ville sale qui est volontiers
véhiculée par les médias. Certains épisodes de grève du ramassage des ordures ménagères sont ancrés dans
la mémoire collective : Marseille a du mal à sortir de cette image tenace.

•  Mais au-delà des prismes médiatiques et de la généralisation excessive du propos, le sujet de la propreté à
Marseille doit être abordé à un double niveau : La qualité et la performance du service rendu en matière de
collecte des déchets et de nettoiement de l’espace public.
•  Des comportements déviants : abandon de détritus et mégots dans les espaces publics, déjections canines,
décharges sauvages.

Par ailleurs, la propreté des plages est un sujet récurrent de la saison estivale. La réalité là aussi est beaucoup plus
nuancée que la présentation médiatique. Les fermetures de plages ont pour but de protéger la population, et les
analyses des eaux sont beaucoup plus fréquentes et poussées que ce qu’impose la réglementation. Les fermetures
représentent moins de 5 % du nombre de jours/plage, et elles ne concernent la plupart du temps qu’une faible
partie des 21 plages marseillaises. Elles sont liées dans la majorité des cas à des épisodes orageux, et ce type de
phénomène est le lot de toutes les villes littorales méditerranéennes. Pour autant il faut encore réduire l’occurrence
des fermetures, et j’ai d’ores et déjà engagé, à la tête de la métropole, une série de mesures en ce sens.

La propreté des plages passe également par un équipement en toilettes publiques et par la prévention et l’élimination
des déchets sur le sable et dans l’eau : là également, des actions ont été engagées et il est indispensable de les
poursuivre et de les amplifier.
30

MA VISION
Les Marseillais expriment beaucoup d’insatisfaction quant à la propreté de la ville.

Je veux ramener l’ordre à Marseille, rendre la ville à tous les Marseillais, dans tous les quartiers. L’ordre c’est
bien sûr la sécurité, mais c’est également la propreté. Elle est essentielle pour notre santé, mais aussi pour notre
qualité de vie. La saleté, au quotidien, est une agression. Je veux donner aux Marseillais un
espace public apaisé, propre, agréable à vivre, à habiter, à animer.

La propreté conditionne également l’image de notre ville et son attractivité touristique et économique. Je veux
que nous soyons à la hauteur de la 2e ville de France, qui accueillera les épreuves de voile des Jeux Olympique
en 2024. Donnons-nous les moyens d’être fiers de notre ville.

À la tête de la Métropole, j’ai lancé un premier train de mesures, notamment pour la propreté dans le centre-
ville, avec de nouveaux moyens techniques, une nouvelle exigence sur le niveau de service rendu et sur les
contrôles de qualité. Cette expérimentation donne des résultats encourageants. Pour les plages, j’ai lancé des
mesures de renforcement du nettoiement, du contrôle, de l’entretien et de l’amélioration des réseaux. Je veux
amplifier et étendre ces actions.

Pour la propreté, j’engagerai tous les moyens de la collectivité avec la plus grande détermination.

Mais la propreté c’est également l’affaire de tous : elle est, pour beaucoup, une somme de com-
portements. De la même façon que nous avons pris conscience de l’urgence environnementale, je veux que
nous prenions conscience que nous sommes tous les acteurs de la propreté. Le civisme doit reprendre sa place :
chacun, à son niveau, a une responsabilité.

Je veux donc engager une démarche globale qui intégrera la responsabilisation et la participation citoyenne,
l’engagement de moyens modernes et adaptés, des outils de proximité et d’intervention dignes d’une véritable
« démarche qualité citoyen-client-usager » et l’application ferme de sanctions pour ceux qui ne respecteront
pas les règles du jeu. Ne pas respecter les règles en matière de propreté urbaine, c’est ne pas
respecter l’autre, et ne pas se respecter soi-même. Je veux jouer la carte du réveil civique, tout parti-
culièrement par les plus jeunes d’entre nous.

Il faut une volonté très ferme pour faire bouger les lignes, et il faut aller plus loin dans les actions de sensibilisation,
de contrôle et de verbalisation. La propreté doit être intégrée comme l’un des volets du contrat local de sécurité.
Si nous manquons de bras pour mieux nettoyer Marseille, nous pourrons en trouver parmi ceux qui salissent,
avec l’application de travaux d’intérêt général : je suis pour le principe du pollueur payeur, et certaines
petites leçons valent mieux que de grandes théories.

La propreté est l’affaire de tous.

Agir pour la propreté à Marseille nécessite de parvenir à une action conjointe et coordonnée de tous les acteurs
privés et publics : citoyens, commerçants, professionnels, Ville de Marseille, Métropole Aix-Marseille-Provence.
C’est l’un des exemples où l’on voit bien que le fait d’être à la fois maire de Marseille et Présidente de la
Métropole sera un gage d’efficacité.
31

Il nous faudra mettre en œuvre une concertation qui ne soit pas préalable mais continue : son
objet sera d’optimiser et d’ajuster constamment les actions menées.

Il nous faudra enfin concevoir et mettre en œuvre un plan d’action global ambitieux, agissant
à tous les niveaux de la chaîne des causalités.

Sensibiliser les citoyens


•  Je veux mettre à profit le temps périscolaire pour transmettre des valeurs
fondamentales à nos jeunes. Par des modules éducatifs, des témoignages et des accompagnements
bénévoles, ils seront sensibilisés au respect d’autrui, à la conscience de l’environnement et au respect du
cadre de vie. Il est frappant de constater que les jeunes manifestent souvent une grande sensibilité à la
question environnementale. Nous avons toutes les raisons de penser qu’ils peuvent, sur la question de
la propreté également, devenir nos meilleurs ambassadeurs pour faire adopter des comportements plus
respectueux et vertueux.

•  Je veux sensibiliser les citoyens aux bons gestes par des actions de communication à
large spectre (exemple : opération « ici commence la mer » sur les avaloirs)
et par l’organisation d’événements.

•  Je veux soutenir et, mieux faire connaître et valoriser des actions associatives en
faveur de la propreté et de l’environnement, telles que des opérations de nettoiement des
plages ou des berges de l’Huveaune.

Développer des ressourceries


Notre modèle de consommation a connu des dérives, et l’obsolescence programmée de nos petits équipements
a créé chez beaucoup d’entre nous de mauvais réflexes : nous jetons nos machines, nos meubles, au premier
dysfonctionnement, à la moindre casse, alors que souvent ils pourraient être réparés.

Je veux favoriser le développement de ressourceries qui permettront de donner une seconde vie à nos équipements, de créer
des emplois d’insertion, et d’offrir aux personnes qui disposent de peu de moyen des produits fonctionnels à moindre coût.
32

Renforcer les équipements et agir de façon préventive


Je veux d’abord agir sur le terrain de la prévention et réduire les déchets à la source.

Nous maillerons la ville de toilettes publiques et de poubelles comportant également un système


de tri sélectif. Nous privilégierons partout où cela est techniquement possible les conteneurs enterrés. Les
conteneurs de tri sélectif seront intelligents, c’est-à-dire équipés de détecteurs de remplissage : aucun citoyen ne
doit voir son geste vertueux buter sur un conteneur trop plein. Nous étendrons également l’expérimentation de
dispositifs incitatifs - nudges verts, l’incitation intelligente qui se base sur l’étude fine de nos réflexes comporte-
mentaux pour influencer nos actions sans les contraindre (cf. infra) – afin de récompenser par exemple le geste
de tri par des trajets gratuits en transport en commun.

Je veux agir, en concertation avec l’ensemble des professionnels, en faveur de la réduction des emballages. Je
veux que nous continuions à mieux gérer les déchets des professionnels et les inciter, y compris financiè-
rement, à réduire les emballages, à lutter contre l’usage du plastique, et à pratiquer le tri sélectif.

Afin de valoriser les comportements vertueux, je proposerai l’élaboration d’une charte d’engagement
des professionnels associée à un label délivré par la Ville de Marseille.

Pour agir contre les décharges sauvages, nous mettrons en place un système de dépôt plus incitatif dans
les déchetteries et améliorerons l’amplitude de leurs jours et heures d’ouverture. Les contrôles seront également
renforcés : nous réprimerons sévèrement les infractions et les incivilités en matière de propreté.

Améliorer les opérations de nettoiement


•  Engager un travail spécifique sur le nettoiement des marchés : les professionnels doivent laisser
l’emplacement qu’ils occupent dans un état acceptable, sans abandonner sur place les emballages

•  Étendre progressivement sur les autres secteurs de la ville le dispositif de nettoiement


expérimenté dans le centre-ville (notamment Vieux Port et Joliette), qui repose sur des outils modernes
et sur un contrôle poussé des résultats.

•  Développer les outils innovants : notamment, continuer de déployer sur les eaux du Vieux Port des robots
nettoyeurs.

•  Appliquer un principe général de nettoiement très rapide : la propreté de l’environnement incite à un


réflexe de propreté, et inversement.
33

Renforcer les contrôles et les sanctions


•  Contrôler et sanctionner sévèrement les dépôts sauvages en engageant la police municipale
et en s’appuyant sur la vidéo surveillance dans les secteurs les plus concernés.

•  Renforcer les contrôles sur tous les maillons de la chaîne : il est nécessaire de faire respecter
les volumes de déchet, ainsi que les créneaux horaires de dépôt. Pour les déchets ménagers, la possibilité
d’ajuster ces créneaux horaires, ne doit pas être exclue par principe, mais elle devrait être dûment concertée
et étudiée. Aujourd’hui, il est clair qu’un écart important existe entre la règle (dépôt en soirée) et la
pratique (dans les habitats collectifs, beaucoup de Marseillais déposent leurs déchets en partant travailler
le matin). Mais toute modification de l’organisation de la collecte engendre des contraintes et conséquences
importantes en termes de circulation et de gestion des cycles de travail.

•  Contrôler et sanctionner fermement les mauvais comportements (jeter des papiers,


emballages ou canettes dans la rue, laisser des déjections canines sur les trottoirs…). Nous engagerons
pour cela sur le terrain, au-delà des agents de la métropole, la police municipale renforcée, réorganisée,
positionnée au plus près des habitants.

•  En lien avec toutes les parties prenantes et notamment avec l’État, nous mènerons une lutte
déterminée contre toutes les formes d’occupation irrégulière ou de dégradation
de l’espace public : les squats, les campements, les dépôts sauvages de déchets, pour lesquels nous
renforcerons les contrôles sur tous les maillons de la chaîne.

Agir au plus près du terrain


Pour être efficace, il faut se placer au plus près des réalités du terrain. Je renouvellerai en profondeur la méthode,
par trois principes de fonctionnement :

• Faciliter et développer les signalements citoyens par le biais d’un service Allô-mairie fusionné
(avec Engagé au Quotidien, le service métropolitain) et renforcé ;

• Impliquer étroitement les maires de secteurs dans la politique de la propreté ;

• Fidéliser les cantonniers à leur quartier.


34

Une voirie soignée grâce à un travail renforcé avec les concessionnaires


Bien qu’en constante amélioration, la voirie marseillaise reste dans un état justifiant que nous y portions une
attention forte.

Nombre de rues et trottoirs souffrent de négligence d’entretien : trous dans la voirie, potelets mal cimentés au
sol, pavés décelés, larges zones où les pavés sont remplacés par un mauvais bitume.

Ces négligences sont entre autres le fait des concessionnaires devant intervenir sous la voirie.

MA VISION
Après avoir été élue à la présidence de la Métropole, qui exerce la compétence voirie sur l’ensemble du terri-
toire du Conseil de Territoire Marseille Provence (qui inclue Marseille), j’ai souhaité non seulement engager les
importants travaux de l’opération « Marseille Change », mais aussi remettre de l’ordre, en multipliant
notamment les actions auprès des concessionnaires. Chacun a été mis en demeure de remettre la
voirie ouverte en l’état, et d’entretenir son patrimoine sur l’espace public (transformateurs, boîtiers électriques).

Ainsi, plus de 180 mises en demeure ont été émises pour l’année 2019.

Pour un meilleur entretien de notre voirie, pour une meilleure esthétique urbaine, je veux poursuivre avec les
concessionnaires ce travail que nous souhaitons collaboratif, mais qui doit aller lorsque c’est nécessaire jusqu’à
la coercition et à la répression.

Aujourd’hui, en cas de non-conformité des travaux, le règlement de voirie permet de réaliser une mise en de-
meure imposant au concessionnaire contrevenant d’effectuer sous 15 jours une reprise conforme aux exigences
techniques édictées dans le règlement de voirie.

En cas d’absence de réponse, la Métropole peut réaliser des travaux d’office au travers de la prise d’un arrêté,
puis répercuter un titre de recette à l’exploitant de réseau du coût des travaux concernés, accompagné d’une
majoration prévue dans le code de la voirie routière, liée aux frais généraux et aux frais de contrôles.

Avec l’appui des maires de secteur, qui seront tenus informés en amont de toutes les procédures d’autorisation de
travaux, nous utiliserons les mises en demeure et les travaux d’office autant que cela s’avérera nécessaire.

Je veux également poser un objectif de coordination des interventions sur la voirie. Dès que des travaux de réno-
vation de voirie seront programmés dans une rue de Marseille, l’ensemble des concessionnaires (11 exploitants
de réseaux à Marseille) seront réunis, afin de faire en sorte que leurs travaux programmés pour les années à
venir, soient effectués tous au même moment, évitant ainsi d’avoir à rouvrir la rue dans le proche avenir.

Collaboration dans toute la mesure du possible et répression dès que cela sera nécessaire,
c’est sur ces deux piliers que je veux appuyer ma politique pour une voirie respectée.
35

MIEUX SE LOGER
Les événements du 5 novembre 2018 ont jeté une lumière crue sur les conséquences que peut avoir une dégra-
dation de l’habitat. Derrière un tel drame, derrière l’urgence à intervenir sur des immeubles dégradés au point
de menacer de s’effondrer se cache une réalité plus vaste, plus complexe, aux très nombreuses répercussions
sociales, économiques, psychologiques.

Avoir « un toit sur la tête » est l’un des premiers réflexes chez l’humain pour se protéger et protéger sa famille.
Notre maison, notre appartement (qu’il nous appartienne ou non), ce n’est pas seulement un lieu où dormir.
C’est un lieu à vivre, à habiter, celui où l’on fonde une famille. C’est un repère central de notre vie, plus encore
dans l’esprit de nos enfants, et un lieu où l’on doit pouvoir se retrouver, se rassurer, se ressourcer.

Il faut donc que ce logement soit sûr, qu’il soit sain, accessible autant que possible en transports en commun, et
adapté à notre composition familiale.

Le logement est une incontournable priorité d’action, un sujet qui doit mobiliser notre attention, notre solidarité
active et notre efficacité. À la tête de la métropole depuis un an et demi, j’ai engagé tous les moyens dont nous
disposions dans cette bataille. J’ai notamment mis à la disposition des Marseillais, pour la première fois, un
véritable guichet unique : l’Espace Accompagnement Habitat, installé rue de la République. Le succès de ce
dispositif, qui permet d’accompagner les Marseillais sur tous les sujets ayant trait à l’habitat (indécence, insalu-
brité, logement social, aide aux locataires, accompagnement social, réhabilitation et rénovation énergétique,
questions juridiques, accession sociale à la propriété) montre bien l’étendue des besoins.

Ces besoins résultent tant de la complexité des questions ayant trait à l’habitat, qu’à une situation du logement
à Marseille encore marquée par de grandes inégalités et des difficultés fonctionnelles et structurelles.

Un triple objectif s’impose :

• Offrir à chaque Marseillais et chaque métropolitain le parcours résidentiel


auquel il peut légitimement aspirer ;

•Réhabiliter massivement l’habitat dégradé ;

•Maintenir un niveau de production de logements permettant d’accompagner


le développement de notre territoire.

Pour le logement, c’est une action résolue qu’il nous faudra mener, en posant une vision d’ensemble.le territoire.

La politique du logement n’a de sens que lorsqu’elle s’inscrit dans une logique globale, intégrant les mobilités,
mais également le commerce, les espaces publics et l’emploi. Il s’agit donc moins d’une action publique à
entreprendre que d’un changement de paradigme dans la façon de mener la politique de l’habitat. Mais ce
changement s’appuiera notamment sur de nouveaux outils.
36

Résorber l’habitat indigne avec la Société Publique Locale


d’Aménagement d’Intérêt National (SPLAIN)

Une tragédie : le 5 novembre 2018, deux immeubles vétustes de la rue d’Aubagne (63 et 65), dans le
quartier de Noailles, s’effondrent, provoquant la mort de 8 personnes. Opérant comme un catalyseur, ils en-
traînent dans les mois qui suivent l’évacuation de plusieurs centaines d’immeubles, et de milliers de
Marseillais, dont la municipalité assure, avec le concours de la métropole, l’hébergement, puis le relogement.

Ce drame et les évacuations en série qui l’ont suivi ont jeté un éclairage nouveau sur l’ampleur réelle de l’état
de dégradation du bâti à Marseille, en particulier dans le centre-ville. Notre ville compterait jusqu’à
40 000 logements potentiellement indignes.

Deux mois après mon élection à la présidence de la Métropole, le 28 novembre 2018, j’ai engagé une grande
stratégie territoriale de lutte contre l’habitat indigne, sur 10 ans, dotée d’un budget de 600 millions
d’euros, et de nouveau outils et mesures :

• L’ouverture d’un Espace Accompagnement Habitat (guichet unique, installé rue de la République).
• Une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat « transitoire ».
• Une accélération des procédures de Déclarations d’Utilité Publique.
•L’organisation d’Assises citoyennes de l’habitat.
• L’expérimentation du Permis de louer.
• Une mission d’audit du CSTB.
• Une action spécifique sur les copropriétés dégradées.
• Un Projet partenarial d’aménagement PPA Marseille Horizons.
• Une Grande Opération d’Urbanisme (GOU).
• La création d’une Société Publique d’Aménagement d’Intérêt National.

MA VISION
La stratégie territoriale de lutte contre l’habitat indigne que j’ai présentée en novembre 2018 reposait sur deux
idées fortes : la lutte contre l’inacceptable et le retour à l’ordre.

Depuis un an, nous avons fait preuve d’une détermination et d’un volontarisme qui ont conduit à la mise en place
des outils annoncés, dans le respect du calendrier prévisionnel, et avec une mobilisation formidable de chacun. A
la fin de mon mandat de Présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence, nous aurons posé
les fondations d’une stratégie d’intervention globale, à travers le Plan Partenarial d’Aménagement, et
créé la structure opérationnelle ad hoc qui, demain, interviendra dans le cadre de la réhabilitation immobilière
ou de la requalification de copropriétés dégradées, la SPLA-IN. Cette stratégie et cet outil opérationnels, ont
tous deux été conçus en partenariat avec l’État, et placés sous maîtrise métropolitaine.

Avec le PPA et la SPLA-IN, nous avons créé les instruments à la disposition des pouvoirs publics pour la résorp-
tion massive de l’habitat indigne dans les 10-15 prochaines années. Notre territoire est maintenant armé. Nous
serons intraitables avec les propriétaires qui exploitent la misère humaine.

J’ai conçu ces instruments en m’appuyant sur l’expertise des acteurs de l’habitat et de la société civile. Je les ai
proposés, j’ai obtenu leur création. Je veux désormais les activer.
37

Une stratégie partenariale : le Plan Partenarial d’Aménagement (PPA) Marseille


Horizons

Outil imaginé par la loi ELAN du 23 novembre 2018, voté le 20 juin 2019 en conseil de la Métropole, le Projet
Partenarial d’Aménagement du Centre-Ville de Marseille est le cadre d’un engagement conjoint de l’État et des
collectivités (Métropole et Ville de Marseille) qui définit le plus vaste programme pour la renaissance globale
du centre-ville de Marseille jamais conçu, dont le pilotage sera opéré par les collectivités.

Il organise ainsi une stratégie d’interventions à mettre en œuvre pour conduire un projet majeur de requalifica-
tion urbaine, avec pour objectifs :

•Lutter contre l’habitat indigne ;


•Améliorer l’attractivité et la qualité résidentielle ;
•Permettre aux habitants de se maintenir dans leurs quartiers ;
•Restaurer le patrimoine bâti ;
•Redynamiser la fonction économique.

Il s’agit d’intégrer l’ensemble des politiques publiques menées sur le périmètre du centre-Ville de Marseille, avec
une gouvernance, un financement négocié avec différents partenaires, et des outils de concertation uni-
fiés : OPAH, Quartiers prioritaires, AVAP (Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine), Opération
Grand centre-ville, Quartiers libres, Opération de requalification « Ici, Marseille change ».

Au-delà de l’habitat indigne ce PPA Marseille Horizons porte une vision stratégique globale pour la renaissance
du centre-ville de Marseille, et il ouvre plusieurs horizons :

•Urbain : une stratégie d’interventions à mettre en œuvre pour renouveler la ville.


•Humain : co-construire le projet avec les habitants et leur permettre de se maintenir dans leurs quartiers.
C’est une recherche de cohésion et d’équilibre.
•Économique : une redynamisation économique, notamment commerciale et tertiaire, une nouvelle jeunesse
économique au centre-ville de Marseille.
•Territorial : faire souffler sur le nouveau périmètre du PPA la même énergie de renouvellement qui a porté
Euroméditerranée.

Les actions prioritaires du PPA Marseille Horizons sont :

•  Compléter les études pour construire le schéma d’orientations stratégiques d’une intervention globale sur
le centre-ville et définir les opérations à conduire.

•  É
 laborer et mettre en œuvre le dispositif de concertation qui doit être au cœur des projets, en
s’appuyant sur la participation continue de tous les acteurs concernés et notamment des habitants, en
présentant et échangeant en amont sur les opérations et leurs enjeux, en mettant en place des supports
de diffusion de l’information accessibles au public (lettres, site internet, expositions évolutives, ateliers de
travail participatifs, réunions publiques…) et en créant une Maison du projet PPA et des Maisons de projets
délocalisées sur les îlots opérationnels.

•  Construire une stratégie pour le relogement et l’hébergement temporaire.

•  Édifier une stratégie foncière transversale anticipatrice pour répondre aux besoins en habitat, activités
économiques et commerciales, espaces et équipements publics, espaces verts tout en visant un meilleur
équilibre de l’offre de logements.
38

•  Élaborer une stratégie de redynamisation commerciale et tertiaire :


– Redynamisation commerciale : favoriser le développement d’une offre commerciale qualitative en luttant
contre la vacance des locaux5.
– Redynamisation tertiaire : concentrer les efforts en faveur de la réimplantation d’entreprises sur le cœur de
ville afin de réutiliser rapidement, grâce à un dispositif incitatif, 25 % des 50 000 m2 du parc tertiaire vacant
du centre-ville, soit environ 12 500 m2.

•  Travailler sur des mesures dérogatoires ou faisant évoluer la règlementation nationale pour renforcer
les outils de lutte contre l’habitat dégradé.

•  Une Grande opération d’urbanisme (GOU) à l’intérieur du périmètre pour faciliter la réalisation des
opérations. Elle a été votée lors du Conseil métropolitain de décembre 2019.

•  Fonder un nouvel outil d’aménagement, une Société publique locale d’aménagement d’intérêt national
(SPLAIN) experte du traitement de l’habitat privé dégradé, dans un partenariat alliant la Métropole et l’État.

•  M
 ettre en œuvre des opérations d’aménagement sur 4 îlots opérationnels : le secteur Clovis
Hugues-Belle de Mai le secteur Noailles-Delacroix, le secteur Noailles-Ventre et le secteur Hoche-Versailles.

•  Construire une organisation interne à la Métropole pour porter le projet et réorganiser la police
de l’habitat avec la constitution d’une équipe projet et la création d’une direction déléguée de lutte contre
l’habitat indigne.

•  Établir et mettre en œuvre les modalités opérationnelles de prise en compte du patrimoine bâti dans les
opérations.

Les chiffres clés du PPA Marseille Horizons parlent d’eux-mêmes :

•1  000 hectares dans le centre-ville répartis sur 8 arrondissements


(1er, une partie du 2e, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e et 8e).
•200 000 habitants.
•Une première phase estimée à 217 millions d’euros.
•10 partenaires : la Métropole, la Ville de Marseille, l’État, le Département, l’établissement public
d’aménagement Euroméditerranée, l’ANAH, l’ANRU, la Banque des territoires, l’EPF Paca, l’AR HLM.
•Durée du contrat : 15 ans.

5/ Dès 2019, la Métropole a mis en place un dispositif de participation à la rénovation des locaux privés vacants. Elle pourra louer des locaux
commerciaux et les sous-louer à des tarifs préférentiels durant 1 à 3 ans. À terme, la Métropole pourra procéder à l’acquisition de locaux commerciaux
par voie de préemption ou à l’amiable avec pour but l’installation d’un commerce de proximité.
39

Un outil opérationnel :la Société Publique Locale d’Aménagement d’Intérêt National


(SPLA-IN)

La métropole et l’État, par le biais de l’Établissement Public d’Aménagement Euroméditerranée (EPAEM), ont décidé
de créer une SPLA-IN, pour réaliser les opérations de renouvellement urbain nécessaires au traitement opérationnel de
l’habitat dégradé sur l’ensemble territoire de la métropole, avec une priorité sur le périmètre du PPA Marseille Horizons.

La Métropole et l’État seront actionnaires de la SPLA-IN, dont le capital est fixé à 14 millions d’euros de
la manière suivante : Métropole : +/-65% du capital (9,1 millions d’euros), +/-Etat : 35  % (4,9 millions
d’euros). La mairie entre également au Conseil d’administration avec une participation minoritaire.

Les missions de la SPLA-IN s’étendront à toutes les opérations d’aménagement, de construction, de réhabilitation,
d’amélioration et de rénovation d’immeubles, de requalification des copropriétés dégradées. Son plan d’affaires
initial comportera la concession des 4 îlots prioritaires définis dans le PPA Marseille Horizons, pour un montant
de 167 millions d’euros sur 10 ans.

Étendre le permis de louer


Après la tragédie du 5 novembre 2018, j’ai lancé une stratégie territoriale de lutte contre l’habitat indigne,
sur 10 ans, dotée d’un budget de 600 millions d’euros, de nouveaux outils (dont l’Espace Accompagnement
Habitat) et une mesure phare : le Permis de Louer.

Cette mesure expérimentale est entrée en vigueur le 15 octobre 2019 dans le quartier de Noailles, choisi en
raison d’une forte proportion de logements potentiellement dégradés, d’un taux important de propriétaires
bailleurs privés (80 %) disséminés dans des copropriétés présentant des signes de fragilité ou de désorgani-
sation, et d’une faible présence de bailleurs sociaux (4 % des résidences principales). Cette mesure s’inscrit
dans le cadre légal :

•Loi ALUR : les intercommunalités peuvent définir des secteurs géographiques, voire des catégories de
logements ou ensembles immobiliers, pour lesquels la mise en location d’un bien par un bailleur est soumise
à une autorisation préalable.

•Loi ELAN : précise que ce dispositif d’autorisation préalable ne s’applique ni aux logements mis en loca-
tion par un organisme de logement social, ni aux logements qui bénéficient d’une convention avec l’État.

Ce dispositif concerne la mise en location ou la relocation de logements vides ou meublés à usage


de résidence principale. En cas de reconduction tacite du bail, aucune démarche n’est nécessaire. Sont exclus
les bailleurs sociaux et les logements conventionnés ANAH. L’autorisation préalable délivrée par la Métropole
conditionne la signature de chaque nouveau bail d’habitation. De même, toute demande d’APL auprès de
la CAF sur le périmètre devra être accompagnée de l’autorisation délivrée par la Métropole.

Concrètement, un formulaire CERFA accompagné de diagnostics techniques obligatoires est déposé à l’Espace
Accompagnement Habitat. La demande est instruite sous un mois par la Métropole Aix-Marseille-
Provence. Durant l’instruction de la demande, une visite du logement est effectuée par le technicien,
à la suite de laquelle l’autorisation est soit délivrée, soit soumise à condition de réaliser des travaux de mise
en conformité, soit rejetée si des désordres sont constatés. Les bailleurs mettant en location un logement sans
autorisation préalable dans le périmètre défini encourent une amende de 5 000 à 15 000 €.
40

MA VISION
En mettant en place ce permis de louer sur le quartier de Noailles, j’ai privilégié une approche prag-
matique, loin d’une logique idéologique qui voudrait que ce dispositif soit « une idée de gauche ». Je veux
déployer tous les outils que peut nous donner la loi pour lutter sans relâche contre l’habitat indigne et pour
remettre dans le droit chemin les propriétaires négligents. La loi nous donne un dispositif adapté en permettant
d’appliquer le permis de louer à certaines zones bien délimitées ou à certaines typologies de logement (super-
ficie, ancienneté du bâti).

Je veillerai à ce que le dispositif existant soit mis en œuvre dans sa totalité et de la façon la
plus efficiente. Si les résultats de cette expérimentation sont concluants, je suis prête à étendre
le permis de louer : soit à d’autres secteurs de la ville dont la proportion de logements poten-
tiellement indigne est importante, soit à certains types de logements justifiant une attention
particulière.

Vers un diagnostic technique des bâtiments


Après les événements du 5 novembre 2018 et le lancement d’une stratégie globale en faveur de l’habitat, j’ai
souhaité engager une vaste réflexion collective visant à recueillir les idées et propositions de
chacun des acteurs du territoire afin d’innover en matière d’habitat.

C’est ainsi qu’ont été lancées le 4 février 2019 les Assises citoyennes de l’habitat, une démarche inédite avec
près de 500 contributions en ligne, une centaine d’entretiens et de rencontres menés par Jacques Ansquer avec
des acteurs de l’habitat et du logement, une enquête qualitative approfondie sur l’ensemble du territoire, plus de
5 000 réponses à l’enquête de l’Adil sur le logement et une saisine des 180 membres du Conseil de Développement.

Parmi les propositions formulées dans le cadre de ces assises, j’ai souhaité en engager plusieurs dès à présent,
parmi lesquelles figure la création d’un contrôle technique des logements et des bâtiments.

Dans le cadre de la stratégie de lutte contre l’habitat indigne que j’ai annoncée le 28 novembre 2018, nous
avons lancé une mission d’expertise de 4 000 immeubles marseillais pour une connaissance de l’état du bâti
vétuste dans l’objectif de prévenir tout nouvel accident. En tenant compte du travail technique déjà amorcé pour
la Ville et l’État, qui a permis d’avancer vers une meilleure connaissance du bâti marseillais traditionnel et de ses
pathologies, le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) développera une méthode de travail
répondant aux objectifs de cette expertise de grande ampleur.

Cette expertise a pour vocation d’élargir le champ des investigations : il ne s’agit pas seulement d’examiner la
solidité des bâtiments isolément mais d’identifier les sources diverses des pathologies depuis la stabilité des
sols, l’étanchéité des réseaux, les questions de ruissellement jusqu’aux questions climatiques pour une approche
globale à l’îlot et au quartier.

Après une mission de recueil des études déjà réalisées puis le développement d’une méthodologie d’analyse
condensée, le CSTB développera une application numérique sur tablette et une base de données sécurisées
pour assurer la bonne connaissance du bâti marseillais.

Cette mission innovante a vocation à pouvoir être transposée pour répondre aux besoins des communes dont
le bâti des quartiers anciens présente des désordres.
41

À terme, ce travail permettra de disposer d’un outil permettant de réaliser des diagnostics sur le parc de loge-
ments anciens de Marseille et notamment sur les quatre périmètres de première intervention inscrits au contrat
de Projet Partenarial d’Aménagement.

MA VISION
C’est dans tous les quartiers de la ville que je veux agir pour le logement, l’un des piliers
fondamentaux de nos vies. Le logement est peut-être la première de nos sécurités. Encore faut-il qu’il soit
lui-même sûr, solide, en bon état d’entretien et sain.
Pour les copropriétés, comme pour tout ce qui touche les questions de l’habitat, je crois fondamentalement qu’il
est préférable d’agir de manière préventive, et que cela nécessite une bonne connaissance du bâti.

Aussi, en complément de la mission de recherche et de développement confiée par la Métropole Aix-Marseille-


Provence au CSTB mais également du permis de louer qui permet de diagnostiquer des logements, je souhaite
accompagner le développement de diagnostics techniques des bâtiments que pourraient réaliser
les copropriétés de manière volontaire, en les subventionnant.

Ils permettraient d’alerter ces copropriétaires sur une éventuelle dégradation de leur bien, ou dans le cas
contraire, de valoriser leur bien, en apportant une garantie de l’état du bâti.

Je veux impulser l’usage de ces diagnostics subventionnés qui seraient en outre transmis à la collectivité pour com-
pléter une base de données sécurisée permettant d’assurer une bonne connaissance globale du bâti marseillais.

Si l’état de dégradation des logements individuels est la cause de beaucoup d’arrêtés de périls, les parties
communes sont également souvent en cause. Nombre d’arrêtés de périls pris depuis le drame de la rue
d’Aubagne concernent ainsi des problèmes structurels du bâtiment : murs et revêtement de façades, débords de
toit, éléments de couverture, gouttières, balcons et encorbellements, halls d’entrée et cages d’escalier, caves et
sous-sols, etc. L’eau est également responsable de nombre de désordres : infiltrations, défaut de bran-
chement des eaux usées, toitures défectueuses, cours d’eaux souterrains, etc.

Les conseils syndicaux et les syndics professionnels de copropriété ont donc un rôle essentiel, en amont (prévention)
et en aval (résorption) des situations d’habitat dégradé.

Je veux m’engager auprès des copropriétés dans un partenariat de prévention sur le bâti marseillais, par le biais
d’une subvention à la réalisation de diagnostics de bâtiments permettant d’optimiser la connaissance de l’état de
sécurité des immeubles et de repérer et traiter les situations à risque imminent sur le bâti ancien.

À la suite de la signature d’une charte avec la Ville de Marseille en mai 2019, la FNAIM 13 et l’UNIS Aix-Marseille-
Provence ont ainsi travaillé à la production d’un audit-type proposé à leurs adhérents, fruit d’échanges avec des
bureaux d’études et de nombreux spécialistes. Sans me limiter à cette offre négociée par les organisations profes-
sionnelles de l’immobilier pour leurs adhérents, c’est bien ce type de proposition que je souhaite soutenir.

Je propose donc de subventionner à hauteur de 25 % (avec un plafond à 500 euros pour éviter tout effet d’au-
baine) la réalisation de tels diagnostics.

J’appellerai par ailleurs l’attention du Gouvernement sur l’intérêt de rendre ce diagnostic légalement obligatoire
tous les dix ans pour tous les immeubles dont la date de construction est antérieure à 1960.
42

Des dispositifs d’incitation à la rénovation


De très nombreux dispositifs publics facilitent, accompagnent et informent nos concitoyens pour la rénovation
énergétique de leurs logements : Prime Rénovation Énergétique, Subvention de l’ANAH, Aide de solidarité éco-
logique (ASE) du programme « Habiter Mieux » du FART6, Aide à l’ingénierie sociale, financière et technique
du FART dans le cadre du programme « Habiter Mieux », Prêt à l’amélioration de l’habitat (de la CAF ou de
la MSA) pour les bénéficiaires d’une prestation familiale, Eco-prêt à taux zéro, Prêt d’accession sociale (PAS) /
Prêt conventionné, Prêt travaux d’action logement, Prêt CEL sous conditions, Prêt PEL sous conditions, Prêt « livret
de développement durable », Crédit d’impôt pour les travaux de rénovation énergétique, Exonération de taxe
foncière (pas à Marseille), TVA à taux réduit, Aide du Conseil régional pour l’isolation des combles, Provence
Eco Renov, ou encore Aides locales à l’installation d’équipements performants…

Il existe également de nombreux dispositifs d’amélioration de l’habitat résultant d’une volonté concertée entre
les collectivités locales, pour traiter, en partenariat avec l’ANAH et d’autres co-financeurs, les problématiques
liées à l’habitat privé. Ils se traduisent par une politique incitative en direction des propriétaires privés, tout en
poursuivant des objectifs d’intérêt général liés à l’amélioration des conditions de vie des habitants : Opération
Programmée d’Amélioration de l’Habitat, Programme d’Intérêt Général, etc.

MA VISION
Si la stratégie de lutte contre l’habitat indigne avec le PPA Marseille Horizons, la Grande Opération d’Urbanisme
et la Société Publique d’Aménagement d’Intérêt National marque le retour de l’intervention active des pouvoirs
publics, avec un volontarisme politique particulièrement fort, je reste persuadée que le retour de la puissance
publique ne réglera pas seul la problématique du logement, et qu’il doit être conjugué avec une libération des
énergies dont regorgent le territoire, à travers des mesures de simplification et une fiscalité adaptée.

Aussi, je veux aller plus loin encore dans les dispositifs d’incitation à la rénovation de l’habitat.

Je souhaite favoriser la requalification du centre-ville par des mesures d’incitation fiscale : exonération de taxe
foncière pour les propriétaires qui réalisent des travaux de rénovation de leurs logements dans le centre-ville.

Je souhaite de manière générale privilégier les exonérations fiscales aux subventions, dont le marché à tendance
à s’emparer immédiatement.

Je propose de voter à Marseille l’exonération de taxe foncière pour les travaux d’économie d’énergie.

Je propose en outre de sensibiliser massivement les propriétaires à l’intérêt de ces travaux,


en leur montrant notamment le bénéfice qu’ils en tirent au niveau du diagnostic énergétique.

Je proposerai également au Gouvernement d’étudier la possibilité de faire évoluer la loi pour étendre ces exo-
nérations de taxe foncière aux propriétaires réalisant des travaux lourds de réhabilitation de l’habitat, ou plus
spécifiquement aux propriétaires d’un secteur donné. La nature des travaux et le secteur géographique choisi
doivent pouvoir être modulés. La collectivité doit pouvoir librement et selon les difficultés singulières
qu’elle rencontre décider d’adapter cette mesure d’incitation fiscale.

6/ FART : Fonds d’Aide à la Rénovation Technique des bâtiments


43

Une gouvernance adaptée : fusionner


les délégations habitat et urbanisme
Marseille a pu parfois souffrir d’un manque de cohérence dans le développement de son aménagement de son
urbanisme, et les projets immobiliers ont trop souvent été réalisés sans réflexion préalable suffi-
sante sur les besoins en infrastructures qu’ils génèrent : quartiers engorgés, écoles mal-dimensionnées,
transports inadaptés sont souvent pointés du doigt par les riverains exaspérés.

MA VISION
Le premier pilier d’une politique de l’habitat ambitieuse pour le territoire est de porter une vision d’ensemble
du sujet, en ne se limitant pas au seul secteur du logement.
Le logement n’a de sens que lorsqu’il s’inscrit dans une politique plus vaste, intégrant les mobilités, mais également
le commerce, les espaces publics et l’emploi. Dissocier ces politiques publiques a conduit pendant trop longtemps
à créer des quartiers monofonctionnels et des « villes-dortoirs » créant du mal-vivre pour nos concitoyens.

Les besoins en logements sont immenses à Marseille, mais construire doit toujours rester un choix
éclairé par une vision d’ensemble.

Je veux donc provoquer un changement de paradigme dans la façon de mener la politique de l’habitat, avec
cohérence et dans le respect des règles.

Je veux que les délégations « urbanisme » et « habitat/logement » des élus soient réunies
en un même portefeuille, de manière à rendre concrète cette nécessité de porter une vision
d’ensemble de l’aménagement du territoire.

Cette proposition est directement issue de la commission « logement » du laboratoire d’idée


« Marseille Métropole Audacieuse » que j’ai déployé au printemps 2019.

Concrètement, et compte tenu du volume de travail que représentent ces secteurs, l’adjoint
« urbanisme et logement », garant de l’unité de la vision et de l’action, pourra être secondé
par plusieurs conseillers municipaux délégués à l’urbanisme, au logement, à la politique de
la ville, à la lutte contre l’habitat dégradé.

Rompre avec la tradition des grands ensembles


Le logement social pâtit d’une image déplorable, à Marseille comme partout en France. Il est bien souvent
associé aux grands ensembles d’après-guerre, à la ghettoïsation qui s’y est progressivement mise en place, au
communautarisme qui y sévit, à l’insécurité galopante, au chômage, et finalement à la paupérisation générale
de quartiers entiers.

Si elle n’est malheureusement pas totalement infondée, cette image est braquée sur les grands en-
sembles construits entre les années cinquante et 70 marqués par un urbanisme de barres et de
tours inspiré des préceptes de l’architecture moderne : Cité des 4 000 à la Courneuve, la Grande Borne à
Grigny, la Castellane ou Campagne-Lévêque à Marseille. Ces grands ensembles ont donné lieu au développe-
44

ment du thème de la « sarcellite », sorte de névrose dont peuvent souffrir les habitants de Sarcelles, la maladie
des habitants des grands ensembles.

À Marseille, la situation n’est pas différente, et le vocable des « Quartiers Nord » est bien souvent synonyme
de grands ensembles paupérisés et ghettoïsés.

Pour autant le parc locatif social à Marseille reste indispensable pour beaucoup de Marseillais : le loyer médian
y est de 5,40 euros / m², contre 11,7 dans le parc privé.

MA VISION
Je veux sortir d’une posture idéologique dans laquelle certains s’enferment sur le logement social. Le logement
social n’est ni bon ni mauvais en soi. Il doit répondre à une demande et s’adapter à un contexte local. Sur ces
sujets qui touchent à la vie quotidienne de nos concitoyens, je tiens plus que jamais à ce que nous soyons prag-
matiques, et mon objectif est d’adapter l’offre de logement aux besoins de chacun.

Je veux favoriser la construction de logements sociaux là où la demande est la plus forte, mais par des pro-
grammes à taille humaine et spatialement mieux répartis sur le territoire, afin d’éviter la constitution de ghettos.
Je veux rompre avec cette idée qui consiste à penser que le logement social doit être brutal, massif, laid : chacun
a droit au beau, à un cadre de vie agréable et soigné, à taille humaine.
Je veux rompre avec la politique des grands ensembles pour privilégier les immeubles de plus petite taille, les
logements sociaux dans le diffus, ainsi que les logements privés conventionnés.

Une nouvelle politique de construction de logements sociaux

Je mettrai un terme définitif à la construction de grands ensembles de logements sociaux, tout en


poursuivant la réhabilitation massive de ceux qui en ont le plus besoin, en mobilisant les bailleurs sociaux et les
aides de l’ANRU.

Afin de favoriser la construction de logements sociaux de manière moins concentrée que par le passé, j’ai
d’ores et déjà fait adopter par le Conseil de la Métropole au mois de décembre 2019 des mesures essentielles
et notamment :

•L’obligation de réalisation de 30 % de logements sociaux pour toute opération égale


ou supérieure à 80 logements sur Marseille.

•55 Servitudes de Mixité Sociale ont été positionnées sur le centre-ville.


Elles vont imposer, en cas de réalisation d’un programme de logements sur ces 55 sites, un pourcentage
de logements sociaux (100 % dans ces cas-là).

Le Conseil de Territoire Marseille Provence a également approuvé par délibération du 24 septembre 2019 la
modification des modalités d’attribution des aides directes pour le logement social sur le territoire Marseille
Provence et adopté un nouveau règlement, afin d’accélérer la production de logements sociaux.
45

Soutenir le développement des logements conventionnés dans le parc privé

Le conventionnement est une contractualisation entre l’Agence nationale de l’habitat et un bailleur par laquelle
ce dernier s’engage pour une durée minimum de six ou neuf ans à louer son logement en respectant certains
plafonds de loyers, de ressources des locataires et, le cas échéant, certaines conditions de choix des locataires.
En contrepartie de la signature de cette convention, le bailleur peut bénéficier d’un avantage fiscal dit “Borloo
ancien” (jusqu’au 1er janvier 2017) ou « Louer abordable » (depuis le 1er janvier 2017).

Des conventions de deux types peuvent être conclues avec l’Anah : avec ou sans travaux. Ces deux types de
conventions peuvent être conclus suivant trois niveaux de loyers différents, du plus élevé au moins élevé : niveau
intermédiaire, niveau social ou niveau très social. En fonction du niveau de loyer, de la composition du ménage
et de la situation géographique du logement les ressources des locataires ne doivent pas dépasser un certain
plafond. Chacune de ces conventions est accompagnée d’un document dénommé “engagements du bailleur”,
délivré par l’Anah et permettant au bailleur de prouver à l’administration fiscale le respect de ses engagements
et de bénéficier ainsi, le cas échéant, de l’avantage fiscal correspondant.

En plus des avantages fiscaux et des aides de l’Anah, le bailleur peut bénéficier des solutions complémentaires et
gratuites d’Action Logement pour trouver un locataire et sécuriser ses revenus fonciers. Je veux développer
l’utilisation de ces dispositifs.

Mobiliser les énergies pour le logement intermédiaire

Si la construction de logements sociaux est une nécessité pour notre ville, la promotion d’un réel parcours rési-
dentiel ne peut être rendue possible que par la construction de logements intermédiaires, en ayant recours en
tant que de besoin à la préemption.

Il faut également faire venir sur notre territoire les investisseurs institutionnels qui construisent massivement du
logement intermédiaire (mutuelles, compagnies d’assurance, caisses de retraite, banques).

Je souhaite mobiliser les énergies et me faire l’ambassadrice de notre ville auprès de ces investissements institu-
tionnels, notamment dans le cadre du PPA Marseille Horizons.

Créer un conseil de l’habitat


Le rapport de la sphère publique et du monde de l’immobilier doit être organisé de façon à favoriser un
échange fluide et transparent des informations et des principes d’actions qui favoriseront un aménagement et
des constructions qualitatives, durables, bien insérées dans leur environnement et correctement desservies.

MA VISION
Le point de départ d’une politique de l’habitat ambitieuse pour la ville de Marseille est le partage d’un diagnostic
de la situation du logement en associant les professionnels du secteur de l’immobilier, les représentants
des bailleurs et des locataires.

Les promoteurs, agents immobiliers et autres acteurs du secteur ne sont pas des ennemis, mais des acteurs avec lesquels
il faut travailler de façon transparente, dans ce domaine si complexe où les défis pour Marseille sont immenses.
46

Je veux donc instaurer un dialogue continu entre la Ville et les professionnels du secteur pour prendre le pouls
et ajuster au mieux l’intervention des pouvoirs publics dans le domaine du logement. Cette méthode de travail
a été adoptée par des grandes villes en France et produit des effets positifs.

Je veux instaurer un dialogue continu entre la Ville, la Métropole et les acteurs de l’habitat (agents
immobiliers, promoteurs, architectes, avocats spécialisés, notaires, bailleurs sociaux, foncières, habitants) pour prendre
le pouls et ajuster au mieux l’intervention des pouvoirs publics dans le domaine du logement. Je souhaite créer une
instance partenariale entre collectivités et acteurs du logement, à l’instar de ce qui a été mis en place en Bretagne au
milieu des années 90 et en Occitanie : le conseil de l’habitat.

OBJECTIFS DU PROJET :
•  M ettre en place une politique locale issue d’un dialogue renforcé
et continu avec les professionnels de l’immobilier.
•  Permettre à la collectivité d’exposer ses intentions en amont de toute programmation et de les confronter
aux idées des professionnels locaux de l’immobilier.
•  Prendre le pouls des acteurs économiques du logement et de l’habitat.
•  Collecter des informations sur le fonctionnement des marchés immobiliers locaux et ses
dysfonctionnements.
•  Identifier la naissance de difficultés dans les quartiers et les copropriétés et ainsi prévenir et anticiper
des phénomènes de dégradation du parc de logements.
•  Mieux connaître les besoins en logements et à programmer une meilleure diversification de l’offre.

FORME DE L’INSTANCE DE DIALOGUE :


•  Une instance déconnectée des procédures administratives.
•  Elle relève de l’initiative de la collectivité et ne trouve pas de fondement dans la loi.

COMPOSITION DE L’INSTANCE :
•  Elle réunit des professionnels de l’immobilier et des personnes qualifiées ainsi que les élus
à l’habitat et à l’urbanisme de la collectivité. Elle ne se limite pas aux chambres syndicales de
l’immobilier. La collectivité désigne des professionnels identifiés du fait de leur action innovante ou de leur
réflexion à dimension collective.
•  Elle devra compter des représentants des agents immobiliers, promoteurs, architectes, avocats spécialisés,
notaires, bailleurs sociaux, foncières, ainsi que toute personne qualifiée pouvant apporter un regard
différent.
•  Elle peut également compter des sociologues de l’habitat et autres universitaires pour dépasser
la dimension strictement économique de l’habitat ainsi que des citoyens et représentants de locataires et
propriétaires.

FONCTIONNEMENT DE L’INSTANCE :
•  Un secrétariat assuré par la collectivité mais présidé par une personne qualifiée
qui devient ainsi un interlocuteur reconnu.
•  Des ordres du jour co-construits par la collectivité et les professionnels.
•  Des réunions deux fois par an au minimum et des commissions de travail thématiques
se réunissant régulièrement pour alimenter l’instance par ses travaux.
•  Publication d’un rapport annuel composé d’un état des lieux de la situation du logement à Marseille.
•  L’instance est consultée pour donner un avis consultatif sur les orientations de la politique du logement de la
collectivité.
47

Lutter contre la vacance de logements


À Marseille comme ailleurs en France, la vacance de logement est ressentie comme une profonde injustice par
tous ceux qui habitent dans des logements inadaptés et qui peinent, pour des raisons financières ou en raison
de l’extrême tension du marché, à trouver un logement qui leur convienne.

L’absence d’occupation d’un logement est un indicateur de tension sur le marché du logement. Elle peut avoir
des causes variées : temporelles (délai entre deux locations) : vacance frictionnelle, économiques (spéculation) :
vacance expectative, liées à l’état du bien (en cours de travaux ou en attente de destruction) : vacance de trans-
formation, ou encore sociales (manque de finances pour effectuer des travaux).

Selon l’INSEE, en 2015, il y avait 33 219 logements vacants à Marseille, soit 7,60 % du parc total de
logements, un chiffre proche de la moyenne nationale.

La question de la vacance peut résulter d’un manque de confiance entre propriétaires et locataires. Elle peut
aussi trouver son origine dans des problèmes techniques, juridiques, personnels ou relever d’une inadéquation
avec les besoins du marché.

Plusieurs dispositifs existent visant à lutter contre la vacance (dispositifs opérationnels, subventions, avantages
fiscaux, taxe…).

•Le Programme d’intérêt général (PIG) et l’opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH),
qui comportent un volet vacance des logements.

•Les opérations de revitalisation de territoire (ORT) pour lutter contre la vacance des logements

•Le bail à réhabilitation à travers la maîtrise d’ouvrage d’insertion (MOI) : le propriétaire confie son
logement à un organisme agréé MOI. Cet organisme n’a pas à supporter l’acquisition du bien en
question, mais le réhabilite afin de le louer à des personnes en difficulté. Le propriétaire récupère son
bien en bon état à l’issue du bail, sans avoir à porter le poids financier de l’investissement.

•Le conventionnement Anah : il s’agit d’une solution pour une location avantageuse et sécurisée. Pour le
bailleur, cela consiste à pratiquer un loyer maîtrisé inférieur au loyer de marché libre, selon le type de
conventionnement choisi (intermédiaire, social ou très social). (Cf. Fiche Projet logement social).

•L’intermédiation locative : il s’agit d’un dispositif qui permet de sécuriser et simplifier la relation entre
le locataire et le bailleur grâce à l’intervention d’un tiers social (opérateur ou organisme agréé ou
association), avec un intérêt fiscal pour le bailleur : 85 % des revenus fonciers sont déductibles.

•La taxe sur les logements vacants (TLV) : elle est instituée depuis 1998 et étendue en 2013 et vise à
assujettir à une cotisation forfaitaire les particuliers propriétaires de logements vacants, c’est-à-dire ni
occupés par eux-mêmes ni donnés en location. Sont concernés les logements situés dans certaines zones
géographiques tendues, parmi lesquelles figure Marseille.

•Le dispositif Denormandie ancien : Inspiré du dispositif Pinel dans l’ancien, ce nouveau dispositif de
défiscalisation permet de mobiliser l’investissement privé au service de la revitalisation des territoires et
de la réduction de l’habitat insalubre. Sont éligibles les acquisitions de logements anciens faisant l’objet
48

de travaux d’amélioration, qui devront représenter au moins 25 % du coût total de l’opération dans les
territoires connaissant une dégradation importante de l’habitat ancien. L’acquéreur devra s’engager à
louer le bien ainsi rénové pour une durée comprise entre 6 et 12 ans.

Ces nombreux dispositifs, incitatifs ou coercitifs, n’ont eu que peu d’effet puisque la vacance ne cesse de pro-
gresser depuis 10 ans, à Marseille comme dans les autres grandes villes de France. C’est par conséquent dans
le détail de chaque ville, et même de chaque quartier, dans la dentelle, qu’il convient de traiter ce problème.

MA VISION
Je respecte la propriété privée. Il n’est pas question, comme certains le font, de jeter l’opprobre,
de stigmatiser. Personne ne laisse un logement vacant pour le plaisir. Je ne crois pas aux réquisitions et autres
coups de poing qui ne font que dissuader les propriétaires.

Pour autant, quelle qu’en soit la raison, la vacance d’un logement est difficilement acceptable pour celui qui en manque.

Je veux lutter contre le phénomène de vacance, sans pour autant déclarer la guerre aux
propriétaires de ces biens. À Marseille en particulier, la tension sur le logement est trop forte pour que la
vacance prolongée d’un logement soit sans conséquences.

L’ensemble des dispositifs et actions entrepris depuis 20 ans en matière de vacance de logement démontre
l’extrême complexité de la lutte contre un phénomène aux facteurs variés, et dont la résorption butte contre la
sacralité de la propriété privée. Aussi, je veux engager un travail collaboratif associant les différents acteurs du
secteur afin d’établir un diagnostic fiable de la situation de la vacance à Marseille, de faire une analyse précise
des raisons de la vacance, et d’engager la stratégie et les dispositifs incitatifs les plus adaptés à la lutte contre
le phénomène.

Ce n’est que dans le dialogue et l’incitation que la vacance de logements pourra être résorbée.

Pour lutter plus efficacement contre la vacance de logements, je propose de travailler selon
trois axes :

•  S’inscrire positivement dans le plan national pour lutter contre la vacance 


de logements
L e Ministre du Logement, Julien Denormandie a annoncé le 26 novembre 2019 le lancement d’un plan
de lutte contre la vacance de logements. Le dispositif est articulé autour de chefs de projets dans chaque
territoire, en coordination avec des homologues à la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages
(DHUP). À ce plan, sont alloués des crédits d’ingénierie qui permettront de mener des études sur chaque
territoire, avant d’émettre des préconisations adaptées à leur spécificité. Ce plan vise notamment à détecter
les logements vacants puis à mobiliser les collectivités volontaires pour inciter les propriétaires à remettre leurs
biens sur le marché.
Je suis pragmatique et je vise toujours l’efficacité. Comme c’est le cas avec la stratégie de lutte contre l’habitat
indigne, je souhaite m’inscrire de manière positive et proactive dans cette initiative.

•  Bénéficier du Plan d’investissement volontaire d’Action Logement :


Action logement dispose d’un panel d’actions contre la vacance, prévu dans son Plan d’investissement
volontaire (PIV) présenté le 30 avril 2019 : la foncière de transformation de locaux vacants en logements ou
les subventions à la démolition de logements sociaux.
49

Je souhaite engager un dialogue avec Action Logement pour faire bénéficier Marseille de ce plan d’investissement.

•  Faciliter le changement d’usage


- Un des freins à la vacance de locaux peut également être lié à la difficulté de faire changer leur destination :
des bureaux qui ne trouvent pas de locataires restent parfois vacants en raison de la rigidité des règles
d’urbanisme liées au changement de destination des biens.
- Il nous faut sur ce point être extrêmement vigilants, car un assouplissement des règles ne doit pas conduire
à ce que se crée un nouveau déséquilibre à Marseille : des quartiers dortoirs ou à l’inverse des quartiers
accueillant exclusivement des bureaux. Je crois à la mixité dans les quartiers et je veux veiller à la préserver,
comme nous le faisons par exemple avec les mesures de redynamisation commerciale et de bureaux du
centre-ville.
- Il nous faut cependant étudier avec précision et dans la dentelle de chaque quartier la façon dont nous
pouvons lutter contre la vacance en assouplissant ces règles d’une rigidité parfois trop forte.

Développer le concept d’immeuble zéro charge


Si l’état de dégradation des logements individuels est la cause de beaucoup d’arrêtés de périls, les parties
communes sont également souvent en cause. Nombre d’arrêtés de périls pris depuis le drame de la rue d’Au-
bagne concernent ainsi des problèmes structurels du bâtiment, liés à la copropriété : murs et revêtement de
façades, débords de toit, éléments de couverture, gouttières, balcons et encorbellements, halls d’entrée et
cages d’escalier, caves et sous-sols, etc.

On dénombre à Marseille 13 230 copropriétés7, dont plus de la moitié ont été construites avant 1960.
Les copropriétés sont classifiées en 4 familles selon le degré de fragilité (indicateurs retenus : situation so-
cio-économique des occupants, état du bâti, positionnement de la copropriété dans le marché, capacité des
propriétaires à faire face aux dépenses d’entretien, éventuelle présomption de présence de marchands de
sommeil). 6 098 copropriétés marseillaises sont classées en famille D, soit le plus fort potentiel
de fragilité.

Cette fragilité particulière des copropriétés marseillaise est due à la conjonction de plusieurs facteurs (habitat
ancien ou bâti négligé d’après-guerre, prestations variables des syndics de copropriété, etc.), mais la situa-
tion sociale précaire des copropriétaires en est une des principales causes.

En effet, les copropriétaires modestes peinent souvent à régler leurs charges de copropriétés et à provisionner
pour les travaux d’entretien, conduisant à une lente dégradation du bâti.

Dans certaines copropriétés fortement dégradées, notamment celles faisant l’objet d’interventions volontaristes
de la Métropole Aix-Marseille-Provence, le taux particulièrement élevé de copropriétaires ne payant pas leurs
charges conduit à des situations de faillite de ces copropriétés.

MA VISION
Face au problème des copropriétés dégradées de notre territoire, j’ai engagé dans le cadre de la stratégie
de lutte contre l’habitat indigne une action déterminée conduisant à la signature d’une convention de portage
immobilier et foncier avec CDC Habitat.

7  ADIL
50

Pour autant, pour les copropriétés, comme pour tout ce qui touche les questions de l’habitat, je crois fondamen-
talement qu’il est préférable d’agir de manière préventive, plutôt que de manière curative.

Aussi, en complément des autres dispositifs engagés ou que je propose d’engager si les Marseillais me font
confiance (mission de recherche et de développement confiée au CSTB, permis de louer, développement de
diagnostics techniques des bâtiments), je souhaite développer sur le territoire métropolitain, et en
particulier à Marseille, le concept d’immeuble zéro-charge. C’est un concept dont je souhaite faire la
promotion en démontrant son intérêt pour tous, à travers un exemple concret qu’il nous faudra porter.

Cette proposition est le fruit des Assises territoriales de l’Habitat que j’ai lancées à la suite du drame
de la rue d’Aubagne, une vaste réflexion collective visant à recueillir les idées et propositions de chacun des
acteurs du territoire afin d’innover en matière d’habitat.

Aujourd’hui, à de rares exceptions près comme les bâches publicitaires ou les antennes-relais qui n’ont
pas bonne presse, un immeuble ne produit aucune recette.

L’objectif de l’immeuble zéro-charge est dans un premier temps de limiter au maximum les charges :

•Limiter la facture en visant la performance énergétique du label Effinergie +


(moins de 50 kWh/m²/an).

•Installer une pompe à chaleur, doublée d’une chaudière à condensation.

•Connecter les occupants à leur immeuble pour les informer de leurs consommations réelles et les
responsabiliser.

•Développer des applications mobiles ou mettre en place un système incitatif,


par exemple octroyer des crédits aux ménages les plus vertueux leur permettant
de privatiser de façon temporaire des espaces partagés.

Une fois les dépenses réduites au maximum, il s’agit de générer des revenus directement perçus par la copropriété
pour couvrir le montant des charges restantes :

•Un pied d’immeuble appartenant à la copropriété pour être loué à un commerçant, de même
que des espaces de vie commune qui peuvent être loués. Ces parties communes sont inaliénables
pendant 10 ans au minimum.

•Doter la toiture de panneaux photovoltaïque dont la production d’électricité est revendue.

Bien sûr, ces méthodes d’optimisation des charges ne sont pas exclusives et les acteurs du secteur sont chaque
jour plus imaginatifs pour en développer de nouvelles.

Je veux stimuler le développement des immeubles zéro charges :

•À
 l’instar du concours « Réinventer le Grand Paris » qui a suscité ce type de projet,
je souhaite travailler en collaboration avec les promoteurs : ceux qui acceptent de prendre ce risque
limité de tenter l’aventure de l’immeuble zéro charge trouveront, j’en suis persuadée, une clientèle
intéressée. Ils bénéficieront également d’une image positive liée à cette réalisation innovante.
51

•G
 râce aux bailleurs sociaux de la Ville, de la Métropole et du Département : je souhaite
que les bailleurs sociaux soient à l’initiative de la création d’immeubles zéro charge à Marseille.

•V
 ia des appels à projet dans le cadre de la réhabilitation du centre-ville : de nombreux
immeubles ou îlots vont faire l’objet d’appropriations publiques pour être réhabilités et remis sur le
marché, de manière libre ou pour en logements sociaux. Je souhaite que cela soit également l’occasion
de réaliser des immeubles zéro charges.

Relancer l’accession sociale à la propriété


La Métropole Aix-Marseille-Provence pâtit d’un fonctionnement résidentiel cloisonné et spatiale-
ment inégal. Le parc locatif se concentre sur les six villes les plus importantes de la métropole, les petites
villes et villages concentrent des propriétaires-occupants et des familles plus aisées, alors que les franges
métropolitaines sont des terres d’accession à la propriété pour les exclus du marché local. Les familles
modestes et les jeunes rencontrent ainsi de grandes difficultés à acquérir leurs logements
à proximité de leurs lieux de vie. C’est particulièrement vrai à Marseille, l’accession à la propriété
y étant insuffisamment attractive pour les primo-accédants, en raison notamment des prix en inadéquation
avec leurs revenus.

Le prix moyen en 2019 est de 3 038 euros le mètre carré dans l’ancien à Marseille, mais avec de
très importantes disparités, les écarts pouvant aller de 1 000 à plus de 10 000 euros selon les secteurs de la
ville. Pour beaucoup de Marseillais, ces prix, s’ils sont plus faibles que dans d’autres grandes métropoles
françaises, restent hors de portée.

C’est face à ce constat que, dans le cadre de l’engagement municipal pour le logement, la Ville de Marseille a
lancé en 2006, le chèque premier logement venant en soutien aux primo-accédants. Ce dispositif partenarial
a été renouvelé dans le cadre d’un nouvel Engagement municipal pour le Logement le 3 avril 2017, par
la création d’un nouveau chèque premier logement, et d’un chèque accession rénovation.

Le Nouveau Chèque Premier Logement (NCPL)

Il vise à améliorer la solvabilité du ménage primo accédant et à soutenir l’accession à prix


maîtrisé. Ouvert aux ménages dont les ressources n’excèdent pas les plafonds PLS (50 000 euros pour un
couple avec deux enfants par exemple), il permet :

•D’augmenter l’apport personnel de l’accédant grâce à une subvention directe de la Ville


de Marseille de 2 000 à 4 000 euros à l’acquéreur qui sera versée à son notaire.

•D’améliorer les capacités d’emprunt de l’acquéreur par deux mesures :


— La bonification d’un prêt bancaire par le promoteur, venant encore accroître l’effet du prêt à
taux zéro de l’État,
— L’octroi par l’organisme bancaire d’un prêt principal à des conditions préférentielles ainsi que des me-
sures d’allègement des frais annexes.

Le prix du logement neuf doit néanmoins être inférieur à 2 650 € HT /m² de surface de référence place de
stationnement comprise.
52

Le Chèque Accession Rénovation (CAR)

Il vise à promouvoir le Centre-Ville – en complément des autres actions mises en œuvre avec l’opération Grand Centre-
Ville – et à inciter les ménages primo accédants à s’engager dans des travaux permettant une amélio-
ration de leur logement par une subvention municipale couvrant une partie significative des travaux.

Il est ouvert aux ménages dont les ressources n’excèdent pas les plafonds PLS (50 000 euros pour un couple
avec deux enfants par exemple), s’engageant à résider 5 ans dans le logement acquis, et à y entreprendre des
travaux correspondant à minimum 10 % du prix d’achat, le Chèque Accession Rénovation permet l’obtention
d’une subvention de la Ville de Marseille de 6 000 euros à 10 000 euros, est fonction de la composition du
ménage, ainsi qu’un prêt consenti par les banques partenaires présentant des avantages.

Pour être éligible, le logement doit être construit depuis plus de 15 ans et être localisé dans les six premiers ar-
rondissements de Marseille. Le prix d’acquisition est également plafonné à 2 250 € /m² de surface loi Carrez.

Les résultats de ces dispositifs sont mitigés :

•Depuis 2017, sur 37 programmes immobilier labellisés Nouveau Chèque Premier Logement représentant
1 237 logements à prix maîtrisés, seuls 120 chèques ont été délivrés pour un montant de subventions de
310 000 €.

•30 Chèques Accession Rénovation ont été attribués depuis 2017 pour un montant de 218 000 €, et peu
de demandes ont été enregistrées depuis novembre 2018.

MA VISION
Le logement est un élément absolument central dans la vie de chacun d’entre nous : il est le foyer singulier et
protecteur autour duquel s’organise un monde. Au terme froid et technique de « logement », je préfère d’ailleurs
utiliser les mots plus appropriés de foyer, de maison : même pour ceux qui vivent en appartement, ne dit-on pas
que l’on rentre « à la maison » ?

Le logement est une équation complexe à résoudre pour les ménages, qui conduit à privilégier un quartier ou un
autre, une superficie, et une qualité, mais aussi à faire le choix entre location (social ou privé) et propriété, en com-
posant avec leurs moyens financiers. Cette équation, pour difficile qu’elle soit, doit pouvoir être résolue par chacun
selon ses moyens. Je veux offrir à chaque Marseillais le parcours résidentiel auquel il peut légitimement aspirer.

Cela doit être vrai pour ceux qui peuvent prétendre au logement social, pour ceux qui font le choix de la location
libre, mais aussi pour ceux qui sautent le pas de l’acquisition.

Le logement dont on est propriétaire est une sorte d’assurance-vie, une garantie pour une retraite plus confortable,
un foyer reposant en cas de coup dur. Sans vouloir à tout prix une « Marseille de propriétaires », je souhaite
accompagner ceux qui le veulent vers la propriété, en renouvelant les dispositifs d’accession sociale à la propriété
lancés depuis une dizaine d’années par la Ville de Marseille.

Ces dispositifs étaient une bonne initiative, mais je les crois perfectibles, et je veux améliorer leur effet de levier.

Je propose d’améliorer le dispositif des aides aux accédants à la copropriété de la façon suivante.
53

➜P
 our le Nouveau Chèque Premier Logement

Dans le dispositif actuel :

• Les promoteurs doivent prévoir dans leur bilan une ligne supplémentaire pour financer
les prêts à taux zéro.

• Ils vendent à prix maîtrisés mais n’incitent pas à demander la subvention.

• L’évolution des taux d’intérêt, qui sont aujourd’hui excessivement faibles, rend intéressants les prêts
octroyés par les banques dans le cadre du Nouveau Chèque Premier Logement.

• La complexité du process de versement des subventions retarde significativement les délais des
transactions.

• Enfin, le prix de vente maîtrisé, qui doit être inférieur à 2 650 € HT/m² de surface de référence
stationnement compris a été fixé il y a 4 ans, et ne correspond plus aux prix réels du marché.

Je propose d’apporter les améliorations suivantes :

• Simplifier le versement de l’aide : la subvention devrait être versée directement aux acquéreurs avant la
signature de l’acte de vente. En effet, les ménages sans apport
ont des difficultés à financer l’acquisition avec un prêt immobilier. Pour ces ménages primo-accédants
sans apport, le Nouveau Chèque Premier Logement resterait une subvention prise en compte dans
l’apport personnel augmentée du même montant
de subvention ou d’un montant moindre par les promoteurs.

•L
 e prix de vente doit évoluer afin que l’offre à prix maîtrisé représente au moins 20 % des biens
proposés à l’achat.

• Enfin, je propose de définir une stratégie de communication plus offensive, pour faire connaître au plus
grand nombre ces dispositifs : via les banques, les agences immobilières et chez les promoteurs, mais
aussi plus largement auprès de tous ceux
qui s’interrogent sur l’opportunité d’acquérir leur logement.

➜P
 our le Chèque Accession Rénovation

Dans le dispositif actuel :

• L e chèque accession rénovation a subi un fort coup de frein depuis les effondrements de la rue
d’Aubagne.

•L
 e prix de 2 250 € est trop bas par rapport au marché immobilier de bien à rénover dans le
centre-ville.

• L es professionnels de l’immobilier observent une tendance à acquérir des biens en Centre-ville pour des
locations de tourisme.

• L e dispositif est une vraie aide à l’accession avec des travaux. Le montant des subventions couvre la
majorité des dépenses des travaux. Il est couplé à un accompagnement complet apporté à l’Espace
Accompagnement Habitat (travaux, juridique financier).
54

Je propose d’apporter les améliorations suivantes :

•O
 uvrir le dispositif à tous les acquéreurs dans la limite du plafond de ressources PLS,
et ne pas le limiter aux primo-accédants, afin de massifier la rénovation du bâti en centre-ville.

•Mieux cibler les potentiels acquéreurs dans les secteurs dégradés du centre-ville, les jeunes notamment,
qui misent sur l’avenir et l’évolution de ces quartiers.

•Augmenter le prix de vente maîtrisé en fonction de l’évolution du marché des biens à rénover.

•Abaisser la quantité de travaux exigée (10 % du prix d’achat), mais en augmenter l’exigence
qualitative.

•Aujourd’hui, le financement de ce dispositif ne se fait qu’au travers de banques partenaires. Le


financement pourrait être ouvert à toutes les banques, mais les banques partenaires offriraient des
avantages complémentaires.

•Enfin, je propose de définir une stratégie de communication plus offensive, pour faire connaître au plus
grand nombre ce dispositif.

Inciter à une construction respectueuse


de l’environnement et du patrimoine
Si le secteur de la construction se porte globalement bien à Marseille et dans la métropole, les besoins pour
les années à venir sont très importants : à horizon 2025, à l’échelle de la Métropole, il faudra produire 10 000
logements chaque année pour maintenir la population au même niveau qu’aujourd’hui.

Dans le même temps, la prise de conscience écologique amène à une modification substantielle des pratiques
et des techniques dans l’ensemble des secteurs d’activité, et même dans l’ensemble des aspects de la vie sociale.

Le secteur de la construction ne fait pas exception : son importance, sur le plan économique, comme sur le plan de
l’impact écologique, en fait même une priorité dans les politiques publiques de réduction des gaz à effet de serre.

En France, le secteur du bâtiment est celui qui consomme le plus d’énergie parmi tous les secteurs économiques :
70 millions de tonnes d’équivalent pétrole, soit 43 % de l’énergie finale totale. Et malgré les politiques natio-
nales d’économie d’énergie, la consommation du secteur a augmenté de 20 % en 30 ans. Les émissions de
CO2 du secteur résidentiel s’élèvent ainsi en 2017 à 60,7 Mt, soit un cinquième des émissions nationales dues
à la combustion d’énergie. Ces émissions sont en constante baisse, en raison principalement de la baisse de la
part des énergies fossiles dans le chauffage (et dans une moindre mesure par les nouvelles réglementations en
matière d’isolation). Pour autant, cette baisse compense tout juste l’évolution due à l’augmentation du nombre
de logement.

D’autre part, au cours des dernières décennies, l’aménagement des villes, notamment à Marseille, a été
consommateur de foncier et s’est fait sur le modèle du tout minéral, laissant peu de place aux arbres et aux
espaces verts. Les sols urbains s’imperméabilisent, absorbent le rayonnement solaire et le renvoient ensuite
sous forme de chaleur - ce que ne font pas les sols couverts de végétaux – c’est ainsi que se forment des îlots
de chaleur urbains, dont souffrent particulièrement les Marseillais lors des épisodes caniculaires par ailleurs
de plus en plus fréquents.
55

Par ailleurs, le modèle architectural promu ces dernières décennies, en particulier à Marseille, conduit à une
uniformisation mondiale des réalisations et à l’estompement des identités architecturales locales. Or, Marseille
a précisément une identité architecturale singulière, héritée de siècles d’une histoire particulière : le « trois-fe-
nêtres marseillais », l’habitat traditionnel provençal (maisons hautes, génoises, utilisation de la pierre et de
la chaux, etc.), et les friches industrielles des XIXe et XXe siècle.

MA VISION
Pour lutter contre le réchauffement climatique en limitant notre consommation d’énergie, et pour combattre les
îlots de chaleur urbains qui étouffent Marseille à chaque épisode caniculaire, je veux promouvoir les techniques
de construction écologiques, végétalisées et innovantes.

Je souhaite que l’on retrouve, et que l’on adapte aux dernières évolutions technologiques, le bon sens qui pré-
sidait autrefois aux constructions traditionnelles : des bâtiments bien isolés pour l’hiver, protégés de la chaleur
en été, et finalement adaptés au climat local.

Dans le centre-ville, en lien avec l’Aire de Mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) qui assure
la protection du patrimoine culturel, architectural, urbain, paysager et du centre-ville de Marseille, je souhaite
que le plan de réhabilitation que nous engageons avec Marseille Horizons soit respectueux
de l’architecture traditionnelle méditerranéenne et provençale propre de notre ville.

L’architecture moderne ne doit pas être rejetée en bloc, et les réussites que sont le MUCEM ou la Tour CMA-
CGM n’auraient pas été possible sans cette capacité à créer. Mais le centre-ville historique ne peut pas être ce
terrain de jeu : Marseille y perdrait son âme.

Je veux faire de notre ville un lieu d’expérimentation des solutions écologiques d’avenir, res-
pectueuses de l’environnement, à la fois dans l’utilisation des matériaux, l’isolation du bâtiment, son intégration
dans le paysage, la gestion de l’eau.

Des matériaux et des innovations respectueuses de l’environnement

Marseille a su être une ville novatrice sur le plan architectural et urbanistique, en accueillant par exemple les
réalisations de Le Corbusier (La cité radieuse), ou de Fernand Pouillon (quai du port). Elle doit continuer à l’être
dans une dimension écologique : utilisation du bois, du chanvre, du lin, récupération de l’eau.

Je m’engage à construire et rénover une partie des équipements publics en structure bois à partir de 2020, et
réduire ainsi significativement les émissions de CO2 liées à la construction :

•Faire appel systématiquement à des équipes de maîtrise d’œuvre justifiant de connaissances et


expériences en construction bois.

•Associer très en amont les structures de développement de la filière bois (interprofession, communes
forestières) pour faciliter le recours au bois dans les projets.

•Lors d’appels d’offres à maîtrise d’ouvrage, indiquer la volonté de construire en bois en faisant remplir
aux candidats un fichier issu du label « Bâtiments Biosourcés ».
56

Je souhaite en particulier que soit promue la labélisation des bâtiments à l’occasion de leur construction ou
de leur réhabilitation : le label « Démarche Bâtiment Durable Méditerranéen » doit en cela être valorisé.

La démarche Bâtiments durables méditerranéens vise à favoriser, dans le domaine du bâtiment :

•L’amélioration continue alimentée par des retours d’expérience (amélioration des bâtiments
et des pratiques de gestion de projet) ;

•La valorisation des bâtiments durables ;

•L’innovation dans les domaines techniques, financiers, sociologiques ;

•La montée en compétences des acteurs de terrain, l’émulation entre professionnels, la


stimulation de l’intelligence collective ;

•La qualité de vie dans les bâtiments ;

•L’intégration de la dynamique RSE ;

•La prise en compte des bénéfices durables, en prenant en compte le coût global
et pas seulement le coût de construction.

Par la promotion de ce label, mais aussi par les réalisations remarquables qui y seront menées, je veux que
Marseille soit innovante et exemplaire.

DES ATOUTS LOCAUX : L’EXEMPLE DU BOIS

➜ Notre territoire jouit d’atouts locaux très importants sur lesquels le secteur de la construction doit s’appuyer.

➜ La filière bois par exemple : elle représente en région PACA 500 entreprises et 2 000 emplois, grâce à l’un des
territoires les plus boisés de France : une forêt qui couvre 50 % de la région, soit 152 000 ha.

➜ Les constructions en bois pourront être réalisées demain avec des produits très locaux. En effet, depuis 2018, le
bois d’œuvre de pin d’Alep a été intégré dans la norme sur les règles d’utilisation du bois dans la construction.

➜ Pour l’anecdote, le pin d’Alep a été utilisé pendant plus de 3 000 ans pour la construction navale et les
charpentes avant d’être éclipsé au XXe siècle par la vague béton/acier.

➜ Aujourd’hui, il n’est malheureusement utilisé que pour la pâte à papier ou l’énergie, et vendu à bas prix.

➜ Demain, la part destinée à un usage construction devrait considérablement progresser, avec un bénéfice
substantiel pour l’économie locale et la création d’emplois.

➜ Une ère nouvelle s’ouvre pour la forêt méditerranéenne et sa filière bois.


57

La végétalisation du bâti

Je veux végétaliser un maximum les toitures, les murs, les stationnements, les parkings, les pourtours de bâtiments
(cf. infra).

Une architecture traditionnelle à préserver et à promouvoir

Marseille dispose d’un patrimoine architectural exceptionnel : hérité de l’Antiquité, du Moyen Âge,
de l’époque classique, du Second Empire ou du XXe siècle, ce patrimoine est constitué de bâtiments embléma-
tiques, autant que de quartiers entiers, témoins de cette riche histoire. C’est notre identité partagée, ce qui fait
de la plus vieille ville de France un endroit singulier, comparable à aucune autre ville de l’hexagone.

Dans la vaste réhabilitation que nous engageons avec Marseille Horizons, je veux qu’une attention particulière
soit portée à la préservation de ce cadre. Je veux que tout soit mis en œuvre pour préserver les bâtiments qui
peuvent l’être, rénover ceux qui doivent l’être avec l’attention nécessaire (maintien de la façade par exemple),
et construire dans le respect de l’architecture traditionnelle marseillaise qui marque notre ville.
58

PRENDRE SOIN DE NOS ENFANTS


Qu’avons-nous de plus important que nos enfants ? Y a-t-il la moindre mesure dans notre programme qui ne doit
être tournée avant tout vers eux ? Ne sont-ils pas notre avenir, et ne leur devons-nous pas de construire, d’assurer,
de rendre beau à vivre leur avenir ?

Les enfants résument parfaitement, à eux seuls, l’essence du programme que je propose aux Marseillais. Les
enfants appellent notre amour, nos soins, notre attention, notre protection, nos actions éducatives immédiatement.
Ils sont là devant nous, qui attendent, confiants. Nous leur devons ces fondamentaux. Mais ils nous rappellent
aussi qu’ils sont le monde de demain, et que pour eux, par eux, nous devons le développer, le rendre sûr, pros-
père, durable et agréable à vivre.

Prendre soin de nos enfants, dès aujourd’hui, c’est leur assurer une éducation solide dans des écoles qui ne le
soient pas moins, qui soient entretenues, saines, adaptées et agréables.

Prendre soin de nos enfants tout en travaillant, c’est, avant même cela ou à côté de cela, pouvoir les faire garder
en toute sérénité dans des crèches et dans des centres aérés où ils pourront se sociabiliser et s’accomplir dans
des activités.

Prendre soin de nos enfants, c’est les protéger en leur apprenant, d’abord, ce qui peut les sauver : le savoir-nager
est tout simplement vital. Et cet apprentissage tout simple peut faire la différence entre le loisir, plus ou moins
sportif, et le drame.

Un plan Charlemagne pour les écoles


Marseille compte 80 000 écoliers, dont 55 000 mangent à la cantine. Ces enfants sont répartis dans 470 écoles
communales, un parc de bâtiments vieillissant.

Les écoles représentent un quart du budget de la ville, avec près de 200 M€ de fonctionnement, et plus de
50 M€ d’investissement.

En 2017, la Ville de Marseille avait lancé un plan de rénovation d’un milliard d’euros, intitulé « école d’avenir »
qui prévoyait la destruction de 31 écoles dites « GEEP », des bâtiments préfabriqués conçus avec des structures
métalliques, et la reconstruction de 34 écoles en partenariat public-privé d’ici 2025. Ce plan fondé sur un par-
tenariat public privé controversé n’a pas vu le jour.

MA VISION
En matière d’écoles, à Marseille, tout reste à faire. Mais ce serait une erreur de ne considérer que la question
bâtimentaire. Je veux que nos petits, à Marseille, n’aient pas seulement un toit solide, des murs sains et du
chauffage. Je veux qu’ils disposent des meilleures conditions pour s’épanouir et grandir en pleine santé dans
leur environnement quotidien. Des havres de paix pour l’apprentissage des savoirs fondamentaux.

Je suis mère de famille et depuis peu, grand-mère. Je partage les inquiétudes, les attentes et les espoirs des
milliers de Marseillais.
59

S’il y a un sujet sur lequel l’union sacrée est de mise, c’est bien celui de l’éducation et de la nécessaire trans-
mission aux futures générations.

Les familles marseillaises veulent que leurs enfants soient protégés, que les repas qui leur sont servis soient équi-
librés, que lorsqu’une grève éclate, ils ne soient pas pénalisés et empêchés d’aller travailler.

Oui, il est d’une évidence criante que nous devons faire de l’école un lieu sanctuarisé où nos enfants seront
protégés de tous types d’agressions extérieures. C’est l’école sanctuarisée à laquelle j’appelle.
Je veux aller au-delà et proposer une école durable, qui pour dépasser le statut de slogan doit sortir des sentiers
battus, des visions modernistes ou relativistes. La deuxième ville de France se doit de donner aux instituteurs les
moyens d’exercer leurs professions dans les meilleures conditions.

Imaginer l’école de demain, c’est regarder loin mais aussi garder les pieds sur terre, bien ancrés dans
notre histoire, et retrouver ce qui a fait le succès de l’école de nos parents. Ce dont nous avons besoin à
Marseille, c’est bien de redonner à l’école républicaine son caractère sacré. Je m’y engage. Pour cela, nous
avons besoin d’un plan, que je vous présente en « 5 secondes » comme :

• Stratégie : avec un plan Charlemagne pour les écoles


• Sérénité : pour les parents et les enfants, un havre de paix
• Sécurité : l’école sanctuarisée pour protéger nos enfants
• Santé : bien manger et bien respirer à l’école
• Savoir être : éducation à la responsabilité, à la discipline, à la laïcité et au respect

Stratégie : une vision partagée pour Marseille

Ce qui manque aujourd’hui à la ville de Marseille en matière d’éducation, c’est une vision, une volonté forte et
une feuille de route.
En tant que Maire de Marseille, je veux sortir de la logique des travaux réalisés au coup par coup.

•Un audit sans concession. Faire réaliser en 6 mois un audit sans concession sur l’état des écoles
marseillaises par un cabinet extérieur indépendant.

•Réaliser les travaux de rénovation d’urgence, qui remplaceront le PPP abandonné, seront
mis en œuvre dans la foulée de l’élection municipale, sans attendre les résultats de l’audit, car nous
connaissons les écoles qui sont dans le plus mauvais état.

•Un plan stratégique sur 15 ans. À l’issue de l’audit et selon les enseignements à en tirer,
nous lancerons un plan stratégique pour les écoles, comme je l’ai fait au Département avec le plan
Charlemagne : il présentera un programme de reconstruction sur 15 ans. Chaque écolier doit avoir droit
à un cadre de vie neuf ou rénové, durable, agréable et sécurisé. Ce plan comportera la réalisation de
travaux de rénovation d’urgence et proposera un partenariat fort avec le Département.

•Nouer un partenariat avec le Département. Demain, je ferai travailler ensemble les collectivités
locales : on peut trouver des passerelles entre le plan Charlemagne du Département et celui que je
lancerai pour la ville de Marseille. Cette mutualisation des moyens permettrait la réalisation de groupes
scolaires écoles-collèges comme dans les 14e et 15e arrondissements (bien entendu, avec une séparation
hermétique entre l’école et le collège).
60

Construire des bâtiments, c’est la loi qui nous le demande. Mais quelle école voulons-nous ? Nous voulons d’abord
amener de la sérénité dans nos établissements.

Imaginer l’école de demain, c’est regarder loin, tirer le meilleur de la modernité, mais également garder les
pieds sur terre, et ne pas renier ni négliger les ingrédients qui ont fait le succès de l’école de nos parents.

•Efficacité et réactivité pour les travaux courants : la réalisation et le suivi des travaux courants de
réparation, assurés par les régies de la Ville, doivent être réorganisés, afin d’assurer une meilleure
réactivité et une meilleure efficacité. Je souhaite notamment la mise en place d’un « allô-mairie spécial
écoles », ainsi qu’une plus grande responsabilisation des mairies de secteurs.

•Un dialogue régulier et constructif avec les parents d’élèves et les directeurs d’école : comme je l’ai fait
au Département, je veux instaurer une culture du dialogue avec les fédérations d’élèves et les directeurs
d’école. Ils seront consultés sur les projets qui les concernent, et régulièrement informés de l’avancée
des engagements pris. Je m’engage à les recevoir chaque année pour faire le point. Enfin, je souhaite
donner aux élus présents en conseil d’école les moyens d’être un relais efficace entre la mairie et la
communauté éducative.

Sérénité : créer des havres de paix respectueux de l’enfant et de l’environnement

Notre société d’adultes, glorifiant la performance et la vitesse a peu à peu imposé un rythme effréné à nos
enfants alors qu’il ne lui est pas adapté. Face à la culture du « tout, tout de suite », je défends l’idée qu’avec les
enfants, on doit « prendre le temps » et donc, créer des écoles « hors du temps » si nous voulons véritablement
garantir une « égalité des chances ».

Le respect de l’environnement est essentiel bien sûr. Mais le fil conducteur de mon projet, dans le cadre de
la reconstruction d’une école ou de sa rénovation, c’est de créer un havre de paix pour nos enfants, en leur
apportant une atmosphère respectueuse de leurs rythmes et de leurs besoins.

•Promouvoir une architecture provençale douce et classique pour la construction et la reconstruction


des bâtiments éducatifs, rappelant nos écoles d’antan de l’extérieur, et moderne à l’intérieur.

•Connecter nos enfants à la nature - planter massivement des arbres et créer des murs végétalisés.
Privilégier la plantation d’arbres pour créer des zones ombragées, verdir les écoles et permettre aux
élèves d’être plus apaisés. Je veillerai également à végétaliser les abords des écoles.

•Connecter nos enfants à la nature - Développer les jardins potagers.


Chaque école doit avoir son potager pour permettre aux enfants d’avoir les mains dans la terre et leur
faire découvrir la richesse qu’offre notre région en fruits et légumes.

•Connecter nos enfants à la nature - Installer des ruches. Dans les écoles qui le souhaiteront
et là où cela sera techniquement possible, nous favoriserons l’installation de ruches, ce qui ne présente
aucun risque pour les enfants et permet des séquences éducatives intéressantes et apaisantes autour de
l’abeille.

•Des zones fraîches seront généralisées dans toutes les écoles de Marseille pour permettre, en temps
de canicule, de rafraîchir les enfants (déjà existant dans certaines écoles – à développer)
61

•Instaurer un service minimum municipal en temps de grève. Je respecte le droit de grève. Mais
en tant qu’ancienne maman d’élève ayant également une vie professionnelle, je sais ce que cela signifie de
devoir s’organiser à la dernière minute lorsqu’une grève éclate. Là encore, Marseille est tristement réputée
pour le nombre de grèves qui touchent le service public d’éducation. C’est pourquoi, en cas de grève
du corps enseignant ou de personnel de cantine, un service minimum auquel participeront les employés
municipaux volontaires permettra à terme d’assurer la garde des enfants à l’école.

Sécurité : l’école sanctuarisée n’est plus un choix, c’est une nécessité

Assurer la sécurité de nos enfants est ma préoccupation majeure. Je mettrai toute mon énergie à faire que nos
écoles soient des lieux de tranquillité et de paix. On ne peut plus accepter que des individus puissent entrer dans
une école comme dans un moulin. Les écoles marseillaises doivent être sanctuarisées.

•Filtrer les entrées. Donner les moyens aux écoles de contrôler les allées et venues est indispensable.
Des visiophones doivent donc être installés pour toutes les écoles et les personnels formés aux
protocoles de sécurité.

•Rehausser les grilles autour des écoles pour dissuader et empêcher tout intrus d’y pénétrer.

•Développer le système de vidéo protection. La mise en place de caméras de vidéo protection


devant l’entrée de tous les établissements sera utile aussi bien pour la dissuasion, l’intervention et
l’identification des intrus.

•Faire réaliser deux audits de sécurité par an (un audit de sécurité au début de l’année, un
second de contrôle) par les services de la police municipale afin de détecter les « points de faiblesse »
techniques ou humains.

•Installer des boutons d’alerte. L’installation de boutons d’alerte reliés directement au poste de
police le plus proche de chaque établissement sera généralisée. En cas de problème grave, ils pourront
être actionnés et permettront l’intervention rapide des forces de police.

•Faire respecter les zones limitée à 30 km/h devant toutes les écoles. Il est nécessaire de protéger
et apaiser également les abords de l’école. Les zones limitées à 30 km/h seront systématiquement matérialisées
et équipées de dispositifs de nature à faire respecter cette limitation (dos d’âne, chicanes, aménagements
de voirie, radars pédagogiques ou de contrôle, selon le degré de dangerosité identifié). Dans la mesure du
possible selon les écoles, je souhaite également aménager le parvis devant les établissements, afin de les
sécuriser.

Santé : bien manger et bien respirer à l’école

La santé de nos enfants doit être préservée, à l’école plus qu’ailleurs puisqu’ils y passent une grande partie de
leur journée. La santé de nos enfants, c’est ce qu’ils ont dans leur assiette ou ce qu’ils respirent. C’est également
leur permettre de préserver leur dos grâce à des sacs plus légers.

•Un air pur pour nos écoliers. La qualité de l’air de Marseille n’est pas satisfaisante. Au-delà du
travail déjà engagé pour diminuer les pollutions à Marseille, je souhaite aller plus loin en en faisant
respecter les zones 30 aux abords des écoles, en végétalisant les écoles et leurs abords, en
62

expérimentant des systèmes de filtration d’air et en privilégiant lorsque cela sera possible l’installation
des classes au premier étage des bâtiments (afin d’éviter les particules les plus lourdes).

•Des menus équilibrés, des produits locaux et autant que possible bio. Comme je l’ai fait au
Département en signant avec les principaux une charte de restauration scolaire, je souhaite engager un
dialogue avec le prestataire de la ville afin d’atteindre un objectif de 100 % de fruits et légumes locaux
(contre 50 % actuellement), en privilégiant des produits de qualité en faisant notamment progresser la
part du bio au-delà de la part prévue par la loi (20 %), et en luttant contre le gaspillage alimentaire.

•Des aides à l’allègement des cartables. Les écoles qui le souhaitent pourront bénéficier d’une
aide supplémentaire de la Ville pour l’achat de manuels scolaire en double, ce qui permettra de
contribuer à alléger les cartables.

•Un plan de rénovation des toilettes des écoles. On ne peut accepter que des enfants se
retiennent des journées entières parce que les toilettes de leur école sont fermées ou insalubres. Je
mettrai en place un plan de rénovation des toilettes des écoles tout en assurant leur entretien et la
fourniture correcte des consommables habituels.

•Lutter contre les punaises de lits : Le fléau des punaises de lits touche régulièrement les écoles
marseillaises, lieux d’échanges par définition. Pourtant, des solutions existent. Je souhaite faire
appliquer avec rigueur les protocoles de lutte contre ces nuisibles.

Savoir-être : participer à l’éducation à la responsabilité, à la discipline, à la laïcité et au


respect

Le maître doit être respecté. Nos valeurs françaises et républicaines encore davantage. Bien qu’il ne s’agisse pas
au plan juridique d’une compétence municipale, je souhaite, si je deviens maire de Marseille, apporter l’aide
de la Ville pour améliorer la vie des établissements en contribuant à y mettre plus d’ordre et de respect entre
enseignants, parents et élèves. L’école est un lieu privilégié, primordial, pour donner à nos enfants des repères,
les aider à comprendre et à respecter les règles et usages de la vie en société.

•Adopter une charte du respect à l’école. Elle sera signée par tous les élèves de l’établissement
ainsi que par leurs parents à la rentrée scolaire et affichée dans chaque classe. Elle rappellera aussi le
sens du principe de laïcité et son application concrète dans l’enceinte des établissements. Chacun prendra
l’engagement d’une attitude responsable et respectueuse des valeurs de la France, de l’école et du corps
enseignant. Des actions éducatives seront également développées par des associations et proposées aux
écoles.

•Financer l’achat de blouses uniformes. Souhaitant contribuer à apporter plus d’ordre et de


discipline et contribuer concrètement à l’égalité entre les élèves, je proposerai aux écoles qui le
souhaitent de financer l’achat de blouses uniformes.

•Inculquer le respect. Au cours des activités proposées lors des temps périscolaires, l’apprentissage
du savoir-être par les intervenants et des associations spécialisées sera systématisé et contribuera à lutter
concrètement contre le manque de civisme et le harcèlement scolaire.

•Garantir le pavoisement du drapeau de la France (ainsi que ceux de l’Europe et de Ville) au


fronton de chaque école et dans chaque salle de classe. Chaque enfant doit s’approprier les racines de
sa ville, de sa région et de son pays. C’est seulement ainsi que nous pourrons garantir l’unité nationale.
63

•Créer un conseil municipal des jeunes, à l’image du Conseil départemental des jeunes (à partir du
CM1).

•Faciliter les sorties scolaires : Les sorties scolaires sont souvent coûteuses en raison de la charge
que représentent les transports en commun. Je veux faciliter les sorties scolaires en établissant une
convention entre la Ville et la Métropole pour garantir la gratuité des transports en commun pour les
élèves en sorties scolaires.

•Mettre à profit le temps périscolaire, avec :


— Des journées du jeune citoyen, pendant lesquelles ils pourront bénéficier d’un éclairage, sous forme
de témoignages, d’explications pédagogiques et d’exemple pratiques, sur le cadre à respecter pour une
vie en société respectueuse et harmonieuse : l’ordre, la sécurité, la lutte contre les incivilités, la politesse,
les bons usages, la protection de l’environnement, la santé.
— De l’initiation au coding, qui pourra constituer un atout considérable pour les nouvelles générations.

Par ailleurs, j’engagerai les mesures d’amélioration suivantes :

•Faciliter l’accueil de tous les élèves marseillais


— Optimiser et consolider l’affectation des moyens en ATSEM dans les écoles maternelles.
— Réaliser des aménagements pour l’accueil des élèves atteints d’un handicap.
— Améliorer les temps d’accueil périscolaires du matin, du soir et du midi.
— Mettre en œuvre le « plan mercredi » permettant un accueil à l’école avec des activités périscolaires
tous les mercredis.
— Mettre en œuvre le dédoublement des classes de CP et CE1.
— Soutenir de nombreux projets éducatifs de la caisse des écoles.

•Donner accès au numérique mais en mesurant ses limites

Je soutiendrai l’installation d’espaces numériques de travail et de classes mobiles au bénéfice des communautés
éducatives des écoles. Contrairement au plan Charlemagne pour les collégiens, je n’équiperai pas en revanche
les écoliers en tablettes numériques. La priorité de l’école doit être l’apprentissage des savoirs fondamentaux.
Le travail à effectuer sur le plan pédagogique doit être davantage orienté sur l’apprentissage des risques liés à
Internet, aux réseaux sociaux et à l’usage abusif des écrans. Je souhaite néanmoins équiper les classes
de tableaux blancs interactifs.

•Soutenir l’enseignement privé sous contrat : je respecte et veux garantir le libre choix des
familles dès lors que le respect des programmes éducatifs est assuré.
64

Répondre aux besoins de places en crèches


L’arrivée d’un enfant dans une famille représente un nouveau défi organisationnel. Les parents, qui dans notre
modèle social sont dans la moitié des cas tous les deux actifs, vont devoir concilier leur activité professionnelle
(plus que jamais nécessaire compte tenu des ressources à consacrer à l’enfant) avec une vie familiale profon-
dément transformée.

La garde de l’enfant devient alors un enjeu de maintien dans l’emploi ou une condition préalable à la recherche
d’un emploi. Cet impératif prend une dimension toute particulière dans le cas des parents isolés.
La garde d’enfants concernait les 0 à 6 ans. La scolarisation obligatoire à 3 ans a réduit corrélativement ce
champ, mais seule une mineure partie des enfants n’étaient pas scolarisés par les parents entre 3 et 6 ans : l’effet
de cette réforme sur les modes de garde reste donc limité.

Selon les études menées par le ministère de la santé8, la garde de l’enfant serait assurée par l’un des deux pa-
rents dans plus de 60 % des cas. Les grands-parents, le cercle des amis et des connaissances n’interviendraient
que dans moins de 5 % des cas, et dans la majorité des cas de façon seulement ponctuelle.

C’est donc un tiers des parents qui ont recours à une garde payante, qui peut être collective (crèches, haltes garderies,
multi-accueils) publique privée, ou individuelle (assistantes maternelles agréées ou auxiliaires parentales). Le coût du
mode de garde en structure collective est moitié moindre qu’une garde individuelle. Toutefois cet écart se réduit après
allocations et crédits d’impôts. Le choix des familles intègre une série de facteurs : souplesse des horaires, proximité
géographique, niveau de confiance, recherche d’un cadre sociabilisant, disponibilité des places en mode collectif.

En moyenne, une famille consacre chaque mois les sommes suivantes à la garde d’un enfant9 :

Structure collective Assistante maternelle

Avant allocation et crédits d’impôts 227 € 514 €

Après allocations et crédits d’impôts 153 € 195 €

La difficulté à obtenir une crèche à Marseille est ancrée dans les esprits. L’analyse de la situation met en évi-
dence une réalité plus complexe, avec des difficultés concentrées sur les crèches municipales et seulement dans
certains secteurs géographiques.

Marseille compte, au mois de novembre 2019, 15 953 places de garde d’enfant, dont 7 342 places en mode de
garde individuelle, et 8 611 places en mode collectif. Les places en mode collectif se répartissent au sein de 258
EAJE (Établissement d’Accueil du Jeune Enfant), parmi lesquels figurent 65 crèches municipales, soit un quart
seulement des établissements, qui représentent toutefois 34 % des places (les structures privées développent des
structures souvent plus réduites, en particulier des micro-crèches).

8  Cf nombreuses études de la DREES : Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques du ministère des solidarités et de la
santé
9  Source : chiffres DREES 2015
65

Il est difficile d’estimer précisément le besoin de la population. Toutefois, si l’on considère qu’il y a à Marseille
chaque année environ 13 000 naissances, soit 39 000 sur 3 ans, mais que seul un tiers des parents fait appel à
un mode de garde payant, la réponse publique ne semble pas, globalement et en première approche, mani-
festement insuffisante.

Toutefois, le dispositif présente des faiblesses compte tenu de la demande, principalement orientée vers l’accueil
collectif, et de forts déséquilibres territoriaux. La répartition géographique des crèches municipales est ancienne
et ne s’est pas toujours adaptée à l’évolution urbanistique et sociologique des quartiers. Quant à l’offre privée
lucrative, elle est en plein développement, mais s’implante majoritairement dans des quartiers aisés.

MA VISION
L’emploi est au cœur de mon projet, je considère le travail comme un facteur essentiel de notre équilibre social,
et comme un vecteur d’accomplissement personnel. Concilier son emploi et sa vie de famille est essentiel, et
l’accès à l’emploi ou le maintien dans l’emploi ne doivent pas buter sur la difficulté à assurer la garde de son
enfant. Je pense tout particulièrement aux femmes, qui restent aujourd’hui le plus fortement impactées par ce
type de situation. Et je pense plus encore aux mères isolées, qui peuvent être en proie aux plus grandes difficultés.

Par ailleurs, confier son enfant, particulièrement lorsqu’il est très jeune est un geste difficile : bien
souvent, on voudrait pouvoir lui consacrer du temps et veiller sur lui personnellement. Il est donc essentiel d’avoir
confiance dans le mode de garde auquel on devra faire appel.

Comme je l’ai déjà fait dans le cadre de mes fonctions à la tête du Département, je veux agir
pour développer, mieux répartir et rendre plus aisément accessible une offre publique de
garde d’enfants adaptée aux besoins et aux attentes des parents.

Je veux lancer un programme d’actions global :

➜ Actualiser et compléter l’analyse fine de la situation de l’offre et de la demande, dans chaque


quartier, car c’est à ce niveau de proximité que l’offre doit être constituée.

➜ Sur la base de cette analyse, lancer un plan sur 6 ans selon les axes suivants :
✔  Travailler sur tous les axes de développement de l’offre collective, publique comme privée

✔  Préserver l’implantation publique existante par une politique d’entretien et de gestion adaptée, dans le
même esprit que celui qui préside au plan d’action pour les écoles

✔  Réserver les nouvelles implantations publiques aux cas dans lesquels l’offre privée ne régule pas naturellement
la demande

✔  Travailler l’offre en recherchant la proximité par rapport au domicile (la préférence d’une majorité des
familles), ou par rapport au lieu de travail. La proximité pour une crèche, c’est moins de 20 minutes de
trajet à pied ou en transports en commun.

✔  Impulser la création d’une offre supplémentaire dans les zones identifiées comme présentant une tension
ou connaissant une évolution très dynamique, et notamment les secteur Ste Marthe – Château Gombert,
grand Est de Marseille, Centre Nord.
66

✔  Dans les Quartiers de la Politique de la Ville, expérimenter de nouvelles formes de garde couplant gardes
d’enfants et services aux familles.

➜ Développer une solution en ligne basée sur le site « Superminot » pour :

✔  Donner aux Marseillais une vision globale des options qui s’offrent à eux en matière de garde

✔  Leur permettre de procéder aux inscriptions en ligne

✔  Gérer en temps réel et en toute transparence un système de liste d’attente

Optimiser les conditions d’accueil et les activités


dans les centres aérés
La scolarisation, à présent dès l’âge de 3 ans, laisse généralement persister un sujet de garde à côté de l’école.
Il s’agit souvent du mercredi lorsque le ou les parents travaillent à temps plein, et d’une partie des vacances
scolaires.

Les Centres d’Accueil Collectif de Mineurs (ACM), plus communément appelés centres de loisir, répondent à ce
besoin, lorsqu’il ne peut y être pourvu dans le cadre familial ou amical.

À Marseille, le réseau des ACM, qui accueille des jeunes de 2 à 17 ans, compte 128 établissements, dont 80
(soit 62,5 %) sont des structures associatives ou fédératives.

Les structures communales sont entièrement confiées à la gestion des mairies de secteur.

La répartition de ces structures par arrondissement est à l’inverse des crèches : les quartiers défavorisés sont les
plus fortement dotés. Ces structures ont une vocation sociale affirmée qui va bien au-delà d’un volet de garde
d’enfant pour permettre aux parents de mener leur activité professionnelle.

Pour favoriser le développement des centres d’accueil collectif de mineurs, en nombre et en qualité, la Ville de
Marseille a signé depuis 2008 le Contrat Enfance Jeunesse avec la CAF des Bouches-du-Rhône. La troisième
génération de ce contrat d’une durée de 4 ans couvrait la période 2016-2019. Il donne un cadre à la création
de nouvelles capacités d’accueil et au financement des actions.

Malgré des actions de développement entreprises en lien avec la Caisse d’Allocation Familiale, le dispositif
existant présente des points de faiblesse :

•Une hétérogénéité des tranches d’âge couvertes selon les centres.

•Une hétérogénéité des procédures d’inscription. Dans la plupart des secteurs, les inscriptions ne peuvent
être prises qu’en se déplaçant physiquement sur le centre de loisir souhaité.

•Dans de nombreux cas, les capacités d’accueil restent insuffisantes par rapport aux besoins.
67

Il s’ensuit des situations qui ne sont pas acceptables pour les familles : il est courant, par exemple dans le centre-
ville de Marseille, de voir des parents attendre dans la rue dès 5 heures du matin devant un centre ouvrant ses
portes à 9H, dans l’espoir d’obtenir une place. Et il n’est pas rare de devoir réitérer cette démarche pénible
pour les vacances scolaires suivantes, sauf lorsque l’enfant est également accueilli tout au long de l’année le
mercredi ou le samedi (il est dans ce cas prioritaire pour l’attribution d’une place).

Certains secteurs (6e par exemple) ont commencé à moderniser ce fonctionnement en introduisant un système
de pré-inscription en ligne. Cette avancée reste toutefois partielle et territorialement limitée.

MA VISION
L’emploi est au cœur de mon projet, concilier son emploi et sa vie de famille est essentiel. L’accès à l’emploi
et le maintien dans l’emploi ne doivent pas butter sur la difficulté à assurer la garde de son
enfant. De la même façon que pour les crèches, il faut proposer une réponse adaptée et de qualité pour la
garde des enfants notamment le mercredi en semaine travaillée, ainsi que pendant les vacances scolaires.

En outre, les centres aérés remplissent une fonction sociale importante. Ils permettent de faire
bénéficier d’activités sportives et culturelles des jeunes qui, dans leur cadre familial, ne pourraient que très
difficilement y accéder.

Aussi, je veux agir pour développer, mieux répartir et rendre plus aisément accessible l’offre
des centres de loisir.

➜ Prioritairement, je veux donner aux Marseillais la possibilité d’effectuer leurs formalités d’inscription de
façon simple et dématérialisée, par l’intermédiaire d’un site internet. Je souhaite aller beaucoup plus loin
dans l’exercice qui a été récemment initié par la ville de Marseille avec le service en ligne « Superminot ».
Ce dernier permet aujourd’hui de réaliser des demandes de pré-inscription dans les crèches municipales et
associatives, dans les écoles publiques, et pour les activités périscolaires. Je souhaite que nous donnions une
tout autre portée à ce service en ligne, en apportant les avancées suivantes :

•Je veux que ce site inclue la gestion des inscriptions en centre de loisir : pour votre enfant, tout sur un
même site.

•Je veux qu’il permette d’aller jusqu’à une inscription définitive en ligne et non seulement prendre une
pré-inscription.

•Il devra permettre de gérer et mettre à jour en temps réel de véritables listes d’attente. Les parents
doivent pouvoir recevoir, lors de leur inscription, un numéro de rang pour un établissement donné,
et en suivre l’évolution au fil des attributions ou renonciations.

•Cette gestion des centres de loisir sera ainsi centralisée, sur le plan informatique, pour l’ensemble de
la ville quel que soit le secteur municipal correspondant au domicile des parents.

➜ Je veux également lancer une étude approfondie des capacités d’accueil existantes, et des besoins,
au niveau des arrondissements et des quartiers.
68

➜ En fonction des résultats de cette étude, je lancerai un programme de développement des
capacités d’accueil qui ciblera précisément les secteurs en tension qui auront été identifiés. Il est indis-
pensable, aujourd’hui, d’adopter une attitude pragmatique et de répondre aux besoins réels des habitants.

➜ J e veux que, dans les centres de loisir comme dans les écoles (dans les bâtiments desquelles ils organisent
d’ailleurs souvent leurs activités), les dimensions de la préservation, de la reconnexion avec la nature, du
manger local et dans la mesure du possible bio, soient systématiquement recherchées et développées. Je
considère que c’est un cadre global qu’il faut offrir aux enfants, et que ce cadre, empreint de valeurs et offrant
une vraie qualité de vie, doit être cohérent de la crèche au centre aéré en passant par l’école.

➜ Je veux également soutenir et accompagner les structures associatives œuvrant dans le périscolaire et qui font
un travail remarquable, notamment dans les secteurs les plus difficiles de la Ville : aide aux devoirs, accueil
des enfants et des familles les mercredis, initiations au sport et à la culture. Ces associations doivent être des
partenaires de l’action municipale au service des enfants et des familles.

Promouvoir le « savoir nager » pour tous


Le savoir nager est un apprentissage indispensable à la protection de la vie de l’enfant. Les noyades sont des
tragédies beaucoup trop fréquentes : c’est un danger que nous avons, parents, proches, politiques, éducateurs,
enseignants, le devoir absolu de prévenir.

Le savoir-nager a été érigé en priorité nationale. L’apprentissage de la natation est obligatoire à l’école. Il
commence dès le CP et doit donner lieu, normalement avant l’entrée en 6e et au plus tard en 3e, à la délivrance
d’une attestation « savoir-nager » qui sanctionne un test basique.

À Marseille, où la mer et la plage s’inscrivent pourtant dans les gènes, un quart des élèves ayant l’âge d’entrer
en 6e échoueraient aux tests de natation, et cette proportion atteindrait 1 enfant sur 2 dans les quartiers Nord
de Marseille. Cette situation préoccupante touche l’ensemble du territoire national (1 Français sur 6 ne sait pas
nager) mais se trouve plus marquée dans notre ville.

Pour l’essentiel, ce sont le manque, la vétusté et l’inadéquation des équipements qui font obstacle à la mise
en œuvre du plan d’apprentissage obligatoire. À Marseille, l’offre se situe à seulement 5 m², moitié
moins qu’à Paris ou Nice, trois fois moins qu’à Lyon.

MA VISION
Je veux agir pour que nos enfants soient protégés, armés contre les dangers de la vie : le risque de noyade est
une triste réalité. Je veux engager toutes les actions nécessaires pour que le projet éducatif « savoir-nager », qui
est une priorité nationale, puisse atteindre ses objectifs sur notre territoire.
Je veux que les Marseillais accèdent plus largement à leur littoral, mais je veux qu’ils le fassent en toute sécurité. Cela
passe par l’apprentissage de la natation, ainsi que, n’oublions pas de le rappeler, par la surveillance que doivent
exercer les parents sur leurs enfants, même sur les plages qui bénéficient d’une surveillance en période estivale.
Je propose de mener de front, d’une part des mesures d’amélioration rapide du fonctionnement et de la dis-
ponibilité de l’existant et d’autre part la création d’une nouvelle offre, qui se réalisera nécessairement sur le
moyen/long terme.
69

Je propose dans cette optique un grand plan sur 10 ans, dont les objectifs seront :

•Prioritairement, permettre la réussite du projet éducatif du « savoir-nager »


pour tous les enfants scolarisés à Marseille, sans inégalité géographique ou sociale ;

•Développer la pratique sportive de la natation ;

•En conséquence, enclencher un renversement de tendance pour atteindre


en 10 ans la moyenne nationale en termes de m² de bassins par millier d’habitants ;

•Intégrer les objectifs de développement durable à la construction, la rénovation, l’entretien et la gestion


des piscines ;

•Reconnecter les Marseillais à la nature ;

•Miser sur des solutions innovantes et agiles.

Un programme d’action sur 12 ans pour les piscines à Marseille

➜ Réaliser un audit complet du parc, incluant un état des lieux sans concession de l’existant, une analyse
critique des modes de gestion actuels, des propositions d’optimisation de cette gestion, une étude de benchmark,
l’analyse des besoins scolaires

➜ Élaborer une stratégie globale, pour l’ensemble de la ville, qui devra être menée que les équipements
soient ou non déclarés d’intérêt métropolitain. Les actions suivantes pourraient être engagées, sous réserve des
ajustements à apporter sur la base des résultats de l’audit et d’une concertation avec les acteurs concernés.

 ptimiser, en s’appuyant sur les préconisations de l’audit, la gestion des équipements et les plannings de
➜O
mise à disposition des bassins, en priorisant les besoins liés au savoir nager. Cette optimisation devra être
engagée en urgence, pour une mise en œuvre dès la rentrée scolaire 2020-2021.

➜ Engager immédiatement un plan de sauvegarde de l’existant : maintenir la capacité actuelle


(4 282,5 m² de bassins) est une priorité absolue, la ville ne peut se permettre de subir de nouvelles fermetures.

➜ Étudier et mettre en œuvre, à titre de dispositif complémentaire, l’installation de bassins


flottants en mer. Des implantations peuvent notamment être envisagées dans le cadre des projets d’extension
du parc Borély jusqu’à la mer, et création d’un complexe balnéaire à l’Estaque. Les bassins flottants (piscines en
pleine eau de mer) sont des solutions déjà mises en œuvre ailleurs dans le monde avec succès (Grand Gosier en
Guadeloupe, Barcelone.). Ils peuvent permettre de déployer rapidement des surfaces de bassin très conséquentes
pendant au moins plusieurs mois de l’année. Cette solution pourrait être opérationnelle dans les 2 ans. Elle est
beaucoup plus rapide à mettre en œuvre et incomparablement moins coûteuse qu’un bassin classique (moins
de 500 k€ par bassin contre 10 à 15 M€ pour un bassin classique). Elle présente également un meilleur impact
écologique, et participe de la reconnexion des Marseillais avec la nature. On peut également considérer qu’elle
est plus saine : les enfants évitent d’inhaler et d’avoir au contact de la peau des produits désinfectants (chlore,
brome) dont les quantités sont normées et soigneusement contrôlées mais bien présentes.
70

➜ Dans le même esprit, réaliser une piscine biotope au sein du Parc Pastré. Ce type de piscine a
également un coût très inférieur à une piscine classique. Elle est non seulement parfaitement respectueuse de
l’environnement, mais elle s’insère dans ce dernier, et place la nature comme moteur même de son fonctionnement.

 éployer des piscines mobiles (bus) en particulier dans les quartiers en difficulté.
➜D

➜ Engager les rénovations lourdes nécessitées par les équipements en fonction.

➜ Réhabiliter la piscine de Luminy (1 500 m² de bassin), et en faire un centre aquatique homologué et


faisant référence pour son insertion dans l’environnement.

➜ Étudier la réalisation de nouveaux équipements aquatiques lourds, dont l’un sur la zone Euroméditerranée.
71

LA MOBILITÉ DU QUOTIDIEN
La mobilité du quotidien conditionne toutes nos activités, à commencer par le travail. C’est une priorité d’action
et une clef d’entrée pour toutes les autres politiques publiques.

Notre territoire accuse un retard considérable dans le développement de ses infrastructures de transport, notam-
ment en raison du rendez-vous raté de l’intercommunalité en 1966 et d’un manque de soutien du Département
avant 2015.

La mobilité est par essence multimodale, mais à Marseille sans doute plus qu’ailleurs, la voiture est reine. Elle
reste pour beaucoup, il est vrai, un symbole de liberté. Elle offre aussi des avantages réels : flexibilité, indépen-
dance, confort, sensation d’être partout chez soi. C’est ainsi que la voiture, après guerre, a révolutionné les
déplacements et les modes de vie. Au point d’envahir le moindre espace, tout particulièrement à Marseille, où
elle a fait disparaître l’immense réseau de tramway qui maillait toute la ville, et où elle s’est invitée jusque sur
un parking à étage hideux qui occupait le Cours d’Estienne d’Orves, en plein cœur de ville.

Mais la voiture (et de façon plus générale les véhicules individuels) en ville, c’est aussi, de l’espace perdu pour
d’autres usages, des façades noircies, du bruit, des embouteillages qui asphyxient la ville, et une pollution qui
menace notre santé, celle de nos enfants.

MA VISION
Je suis très sensible à la préservation des libertés individuelles. Mais la liberté des uns s’arrête là où commence
celle des autres, et la vie en société est un partage : notamment celui de l’espace public.

Sans vouloir passer d’une extrême à l’autre, nous avons besoin d’un autre modèle de mobilité. Notre qualité
de vie souffre trop de la masse des déplacements effectués par une personne seule dans une voiture sur des
distances inférieures à 1 kilomètre dans des zones pourtant desservies par des transports en commun. La voiture,
en ville, doit être régulée, mise à sa juste place. C’est une évolution indispensable pour apaiser notre espace
public, nous réapproprier ses différents usages, et pour protéger notre santé. Je veux rendre l’espace public
aux Marseillais, de façon pragmatique et non dogmatique, en recherchant un juste équilibre. Mais fondamen-
talement, je crois que nous avons besoin de nous redonner plus d’air, plus d’espace, et de protéger la santé
de nos enfants, ainsi que la nôtre.

Raisonner l’usage de la voiture en ville, cela passe bien sûr, et j’y reviendrai, par le développement, sur le long
terme, et avec des investissements considérables, des infrastructures lourdes de transport en commun.

Mais sans attendre cette mutation progressive, des actions seront engagées pour nous faire gagner en qualité de vie.
72

Réduire la place de la voiture


en centre-ville et requalifier les grands axes
À la tête de la Métropole et du Département, j’ai soutenu et fait accélérer un grand plan de rénovation du
Centre-Ville et de requalification des grands axes de circulation urbaine. Marseille a trop longtemps étouffé sous
une circulation automobile envahissante : en particulier, la rocade 2 X 2 voies du « Jarret », le cours Lieutaud
étaient des axes majeurs, de véritables autoroutes urbaines. La L2, désormais en fonction, ajoutée au tunnel
du Carénage, permet de détourner en périphérie une partie conséquente de la circulation. La requalification
de la rocade du Jarret et du cours Lieutaud est largement engagée et donnera ses premiers résultats dès 2020,
avec des espaces de circulation raisonnée, une large place laissée aux modes doux, et des plantations d’arbres
qui verdiront et feront respirer la ville. Dès 2020, 2021, les piétons pourront à nouveau, pour leurs besoins de
déplacement mais également pour le plaisir, arpenter des axes que les Marseillais avaient abandonnés à la
voiture, avec son cortège de nuisances. La vie des quartiers s’en trouvera profondément transformée. Après
le cours Lieutaud, c’est le Boulevard Baille, dont on pourrait oublier qu’il fait partie des plus belles artères du
centre-ville, qui fera lui aussi sa mue et offrira aux Marseillais un cadre de vie incomparablement plus agréable.

Je veux poursuivre et amplifier ce que j’ai entrepris avec l’opération « Marseille change » : desserrer le nœud
des congestions urbaines, faire respirer Marseille en limitant l’usage de la voiture. En particulier, l’hyper centre
doit devenir de façon plus affirmée ce que la rénovation du Vieux-Port et de grands événements ont initié : une
véritable agora, un centre de rassemblement et de festivités, un lieu de rencontre, de brassage, de renforcement
de nos liens. La piétonnisation du bas de la Canebière en sera l’un des axes forts et redonnera ses lettres de
noblesse à cette artère connue dans le monde entier mais qui avait pour beaucoup perdu son âme. La rénovation
récente de la rue Paradis contribue également à insuffler à notre centre une nouvelle énergie.

Une nouvelle politique de stationnement


La libération du centre-ville, la requalification des voies, la piétonnisation, nécessitent de revoir corrélativement
en profondeur notre politique de stationnement. Il est nécessaire de limiter en espace occupé et en durée d’oc-
cupation les stationnements sur voirie. L’extension du stationnement payant sur voirie en journée permet de lutter
efficacement contre les voitures ventouses, et de favoriser le commerce. Le retour d’expérience est positif. Les
riverains ne sont pas pénalisés dans la mesure où ils bénéficient d’une tarification spécifique avantageuse. Quant
aux visiteurs occasionnels et aux clients, ils constatent une disponibilité des places lorsqu’ils en ont besoin : une
même place servira dans une journée à plusieurs automobilistes.

Parallèlement, j’ai décidé, à la tête de la Métropole, de baisser de façon significative la tarification des parkings
souterrains, à la fois dans leur usage occasionnel, afin de redynamiser les commerces du centre-ville (avec outre
la baisse des tarifs, deux week-ends de gratuité avant les fêtes de fin d’année), et dans leur usage résidentiel,
afin d’offrir des solutions adaptées aux habitants des quartiers concernés.

Si les prochains mois, comme je le pense, confirment les effets positifs de cette nouvelle politique du stationne-
ment, je l’étendrai aux zones les plus en tension.

Afin de libérer notre centre-ville, je veux également lancer une politique très ambitieuse en matière
de parkings relais, qui permettront aux usagers de bénéficier des souplesses du véhicule individuel jusqu’à
un pôle d’échange multimodal où ils pourront se garer en toute sécurité, et prendre un transport en commun
dont le coût (s’il s’agit d’un abonnement), couvrira l’usage du parking.
73

Les parkings relais existant aujourd’hui sont trop peu nombreux, et très insuffisamment calibrés.

Je veux donc continuer à créer, en périphérie de la ville, des parkings relais de très grande capacité et desser-
vis, directement ou par l’intermédiaire de navettes rapides, par des moyens de transport structurants. Je suis
confiante dans la capacité des usagers d’adopter de nouveaux réflexes de fonctionnement si on leur offre des
moyens adaptés à leurs besoins.

Je souhaite également que soient étudiées, de façon liée, toutes les solutions modernes et agiles qui peuvent
favoriser de nouveaux usages, plus sobres et respectueux de l’environnement : en particulier, la création de
gares de covoiturage, et la création de voies réservées au co-voiturage sur autoroutes et voies urbaines.

Instaurer des « dimanches sans voiture »


La deuxième ville de France doit être dépolluée, soulagée, apaisée, pour que les Marseillais puissent véritable-
ment s’y épanouir et s’y ressourcer en famille.

Pour cela, je propose de créer, sur le modèle de « Paris sans voiture », des « dimanches sans voiture » à Marseille.
Des journées entières à l’occasion desquelles les Marseillais pourront se réapproprier leur ville.

Je propose de commencer par rendre un dimanche par mois aux Marseillais un axe choisi pour l’opération.
Si cette opération fonctionne (une attention particulière sera portée aux accès des riverains), elle pourrait être
développée de manière progressive, de façon additionnelle ou alternative, d’abord sur le centre-ville, puis sur de
grandes artères de notre ville. Il ne s’agit pas de brusquer les choses, mais de permettre au plus grand nombre
de profiter en famille de lieux apaisés où ils pourront se ressourcer et goûter une autre façon de vivre la ville.

La révolution du vélo
Sur notre territoire, près de 40 % des déplacements équivalents à 15 minutes à vélo se font en voiture. 60 %
des Métropolitains considèrent le vélo comme un mode de déplacement d’avenir, mais la pratique n’est pas
encore là : le vélo ne représente que 1,8 % de part modale à Marseille.

Or, le vélo a un double effet positif sur la santé : parce qu’il évite la pollution de l’air liée à d’autres modes de
transport, et parce qu’il constitue une activité physique qui contribue à garder son utilisateur en bonne santé. En
outre, si le relief du territoire marseillais peut constituer un frein, l’émergence des vélos électrique apporte des
solutions pour ceux qui souhaitent cette assistance, et nous bénéficions d’une configuration climatique idéale
avec 300 jours de soleil par an.

Il est donc aujourd’hui plus que jamais nécessaire d’inverser la tendance

Dès mon élection à la métropole, j’ai pris la mesure de l’enjeu et j’ai fait adopter en juin 2019 un Plan Vélo
Métropolitain de 100 M€ sur 5 ans visant à encourager l’usage du vélo.
74

À Marseille, mon objectif est d’atteindre les 5 % de part modale en 2024, par les actions suivantes.

•Assurer la mise en œuvre effective, avant 2026, des 15 mesures du plan vélo :
— Création de lignes vélo sécurisées ;
— Renfort du réseau cyclable secondaire des communes ;
— Nouvelle offre de stationnement sécurisé
(3 600 places de stationnement vélo au niveau des pôles d’échanges et des zones d’activité d’ici 2 024) ;
— Services vélo dans les principales gares métropolitaines ;
— Développement de l’intermodalité avec les transports en commun ;
— Aide à l’acquisition de vélo à assistance électrique
(aide du Département de 400 € pour l’acquisition d’un vélo à assistance électrique
depuis le 1er janvier 2019) ;
— Service de location de vélo longue durée ;
— Nouvelle offre de vélo en libre-service sur Marseille ;
— Action en faveur de l’éco-mobilité scolaire ;
— Dispositif partenarial de lutte contre le vol de vélo ;
— Développement du cyclotourisme ;
— Sensibilisation au partage de l’espace public ;
— Nouvelles fonctionnalités vélo au sein de l’outil de mobilité métropolitain ;
— Guide technique des aménagements cyclables à l’attention des maîtres d’ouvrage ;
— Soutien aux activités des associations spécialisées.

•Développer le réseau de voies cyclables sécurisées de Marseille, avec 8 lignes


et un réseau de plus de 85 kilomètres à horizon 2 024 et de près de 130 kilomètres à horizon 2030.
À l’échelle métropolitaine, l’objectif est ainsi de réaliser, à horizon 2 024 puis 2030, 16 lignes vélo
sécurisées, soit un réseau à terme de plus de 280 kilomètres.

•Intégrer de façon systématique, sauf impossibilité technique, des aménagements cyclables dans tout
nouveau projet de voirie.

•Déployer une nouvelle offre de vélo en libre-service :


— Aujourd’hui, le vélo en libre-service à Marseille c’est : 130 stations, 1 000 vélos, 3 000 usagers par jour.
— Un nouveau service de vélo en libre-service doit être lancé en octobre 2021. À cette occasion, je
souhaite faire largement évoluer l’offre avec trois objectifs : augmenter le nombre de vélos, augmenter
le nombre de stations vers le Nord, le Sud et l’Est de la ville, et proposer des vélos électriques,
mieux adaptés à la topographie marseillaise.
75

Développer les autres modes doux


Outre le vélo, c’est bien l’ensemble des modes doux qu’il nous faut développer. Les modes doux sont tous les
modes de transports qui n’utilisent pas d’énergie polluante et ne rejettent pas de gaz à effet de serre.

Le premier de ces modes, on ne le redira jamais assez, est la marche. Elle est saine, efficace et sûre. Bien sou-
vent, utilisée seule ou combinée à un mode de transport, elle nous fait gagner beaucoup de temps et de stress.
L’étude de nos habitudes montre que, sans devoir devenir nécessairement de grands randonneurs urbains, nous
disposons de très larges marges de progression dans nos pratiques.

Celles-ci peuvent être encouragées, par des actions de communication, par la mise en place de dispositifs simples
(périples urbains parsemés d’éléments de culture ou de curiosité) et par l’aménagement de coulées vertes dans
la ville.

La trottinette électrique en free-floating a émergé soudainement dans la vie des Marseillais au début de l’année
2019, et a connu un réel succès (150 000 utilisateurs les 6 premiers mois), au prix d’une certaine anarchie et de
risques pour les utilisateurs et les passants. Une régulation était nécessaire, et la loi est depuis venue encadrer
ce nouvel usage. La règle est désormais restrictive : la trottinette ne peut être utilisée que sur la chaussée ou
sur pistes cyclables. C’est avec le développement de celles-ci que la pratique de la trottinette électrique pourra
donc poursuivre son développement. Une attention particulière sera portée à la cohabitation de la trottinette
avec le vélo.

Le stationnement anarchique des trottinettes peut par ailleurs gêner les piétons. Pour régler ce problème, je pro-
pose d’engager avec les professionnels concernés un travail visant à instituer des bonifications
tarifaires pour les utilisateurs qui rangeront leur trottinette sur des emplacements déterminés
plutôt que de les laisser ailleurs dans l’espace public.

Mailler la ville en bornes de recharge


pour véhicules électriques
Si nous devons développer les modes de déplacement alternatifs, ceux-ci ne peuvent prétendre à supprimer les
véhicules à moteur. Il faut donc parallèlement agir en accélérant la mutation qui s’est amorcée vers les motorisa-
tions électriques (sur batteries, en attendant la probable nouvelle mutation vers les piles à combustible, version
qui consommeront de l’hydrogène et ne rejetteront que de l’eau).

J’ai lancé une action très volontariste en ce sens : depuis 2018, le Département soutient financièrement l’acqui-
sition des véhicules électriques par des particuliers, à hauteur de 5 000 euros, cumulables avec l’aide d’État
(6  000 euros). Cette opération rencontre un vif succès (1 790 primes seront servies en un an, dont 415 à
Marseille), et a un réel effet d’accélération de la mutation du parc automobile.

Il reste toutefois à lever un frein, celui du manque de bornes de recharge rapide, indispensables pour tous ceux,
les plus nombreux, qui n’ont pas d’habitation individuelle avec garage. C’est pourquoi j’ai lancé, à la tête de
la Métropole Aix-Marseille-Provence un plan de déploiement sur la ville de Marseille.
76

Je veux accélérer ce déploiement en adoptant les mesures suivantes :

•Lancer un nouveau plan d’équipement de façon à mailler la ville de bornes de recharge rapide en 6 ans.

•Étudier systématiquement la possibilité de poser des bornes de recharge rapide lors des opérations de
voirie et les travaux réalisés sur des bâtiments communaux et métropolitains.

•Travailler à une mutualisation de bornes de recharge entre opérateurs publics.

•Envisager des partenariats avec des opérateurs qui disposent déjà de parcs importants de bornes de
recharge.

•Dans la limite des places disponibles, permettre aux agents de la ville et de la métropole de recharger
gratuitement leurs véhicules aux bornes installées dans ces deux institutions.

•Labelliser des aménagements responsables d’opérateurs privés : notamment, la pose de bornes de


recharges rapides installées par les moyennes et grandes surfaces sur leurs parkings.

Étendre le réseau de BHNS


Il existe aujourd’hui 3 lignes de bus à haut niveau de service à Marseille : les lignes B1 (Castellane – Luminy),
B2 (Bougainville à Saint-Antoine, 11 kilomètres de parcours et plus de 2 millions de passagers par an), B3a (St
Jérôme à Malpassé) /B3b (Technopôle de Château-Gombert – La Rose).

Les lignes de Bus à Haut Niveau de Service peuvent constituer une alternative crédible à des infrastructures
lourdes beaucoup plus coûteuses (Tramway, Métro), en particulier lorsqu’il est possible de les aménager en site
propre (couloirs protégés).

Deux nouvelles lignes ont été étudiées : une ligne Pointe Rouge – Frais Vallon (suivant le futur Boulevard Urbain
Sud), et une ligne Capitaine Gèze – La Fourragère (via la L2). Elles visent à établir des liaisons fortes qui
manquent à notre réseau de métro et de tramway, qui n’est pas disposé en étoile et ne couvre qu’une faible
partie de la ville. Je veillerai à ce qu’elles soient réalisées et livrées dans des délais optimisés.

Je souhaite également que le déploiement d’autres lignes soit étudié, dans l’attente de la réalisation à moyen-
long terme d’infrastructures de transport plus structurantes.
77

FACILITER L’ACCÈS À L’EMPLOI


Le travail constitue une valeur incontournable. Au-delà d’apporter une ressource, un moyen de subsistance, le
travail est un maillon essentiel, un élément particulièrement structurant du lien social. Travailler, c’est apporter sa
contribution au fonctionnement de la société, c’est être autonome, subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille.
C’est aussi avoir la possibilité de s’accomplir, d’évoluer, de nouer des relations humaines, sociales.

À Marseille, le taux de chômage s’élevait en 1995 à plus de 20 %. S’il a spectaculairement régressé, il reste à
deux points au-dessus de la moyenne nationale, et trop de Marseillais restent encore durablement éloignés de
l’emploi, et pour certains dépendants des minima sociaux.

Face à cette situation, la création d’emplois, bien sûr, doit être permanente. Nous ne sommes plus au temps des
envolées de l’emploi public : les nouveaux emplois ne peuvent donc résulter que du développement économique,
et je proposerai pour cela de grands axes d’action.

Mais notre premier levier d’action réside ailleurs, dans une réalité qui n’est pas suffisamment décrite, mesurée
et traitée comme elle le devrait : celle des très nombreux emplois non pourvus dans les métiers en tension.

La formation des jeunes, le développement des compétences techniques, sont nos premiers moyens d’action et
ils doivent mobiliser tous nos efforts. Nous devons prendre à bras-le-corps le destin de nos quartiers dits priori-
taires, résorber leur isolement pour que nos enfants n’aient plus comme unique sort le décrochage scolaire, la
délinquance ou les errances d’orientation, mais qu’ils aient tous les mêmes chances de réussir. Un projet global,
pour la 2e métropole de France, pour la 2e ville de France, doit être guidé par un intérêt proprement général.
Il ne peut s’enfermer dans des périmètres d’intervention étriqués, et doit dépasser l’entre soi.

Mais la formation est aussi un sujet qui se travaille tout au long de la vie. Il faut rompre avec l’idée d’une for-
mation initiale qui déboucherait sur un métier unique tout au long de la vie. Le monde d’aujourd’hui est fait de
changements et d’adaptations : il ne faut pas subir le mouvement, il faut l’accompagner et tirer parti de la force
du courant.

Développer l’offre de formation, c’est répondre aux besoins réels des entreprises qui peinent à recruter. C’est
aussi garder sur notre territoire nos jeunes, mais également attirer de nouveaux talents et de nouvelles entreprises.

L’emploi se travaille également de façon totalement transversale, sur l’ensemble de nos politiques publiques.
Nous devons agir, notamment, sur les terrains du logement, de la mobilité, du handicap, des gardes d’enfant
et activités de loisir.

Enfin, à côté des grandes actions de développement économique, nous pouvons stimuler et accompagner
l’émergence des nouveaux modes de travail, tout particulièrement les tiers lieux, qui offrent un nouveau modèle
aux perspectives remarquables.

Je veux engager, sans attendre, un premier volet d’actions fondamentales.

De façon paradoxale, alors que plus de 100 000 Marseillais recherchent un emploi, nos entreprises ont près de
20 000 offres d’emploi qu’elles ne parviennent pas à pourvoir.
78

Le manque de qualification est le principal obstacle auquel se heurtent les employeurs. Il existe ainsi près de
40 métiers en tension, répartis en une dizaine de branches, telles que l’hôtellerie, les commerces de bouche,
ou l’industrie. Le manque de compétences s’exprime aussi, face une demande croissante, dans les métiers de
transition : numérique, économie verte. Ce phénomène tend à s’aggraver avec l’évolution des métiers qui se
complexifient et nécessitent des qualifications spécifiques.

Or, seuls 9 000 demandeurs d’emploi sont en formation continue dans notre territoire. Nous n’offrons en parti-
culier pas de formations d’ingénieurs suffisantes, et de façon générale le niveau de diplômes et de qualifications
est trop bas.

Par ailleurs, les employeurs restent souvent freinés par un manque de savoir-être, de bon esprit chez leurs can-
didats. Les jeunes des quartiers difficiles ont pour leur part tendance à être freinés par le sentiment qu’il y aurait
une fatalité à rester sur un parcours de vie déjà tracé.

Une entreprise qui ne peut recruter, c’est une entreprise qui ne peut se développer, qui ne peut créer de la valeur
et, par effet de cercle vicieux, qui ne peut créer de l’emploi.

MA VISION
Près de 20 000 emplois non-pourvus sur notre territoire alors que notre taux de chômage est supérieur de 2 %
à la moyenne nationale, ce n’est pas acceptable.

Nous devons tirer les conclusions de cette situation.

Je veux que le territoire puisse offrir des profils adaptés aux besoins de recrutement des entreprises, et pour
cela je veux que nous fassions en sorte de renforcer les savoir-faire et les savoir-être dont nous avons besoin.

Renforcer les qualifications et forger les savoir-être nous permettra d’atteindre un double objectif :

✔  Favoriser le recrutement des demandeurs d’emploi dont les profils seront adaptés aux besoins en renforçant
la formation à tous les niveaux depuis le soutien scolaire jusqu’aux grandes écoles

✔  Améliorer la compétitivité de nos entreprises, en faisant progresser la qualité des expertises, des savoirs
et des savoir-être de leurs ressources humaines
79

Redonner le goût de la scolarité et former


dès le plus jeune âge
Le bas niveau de scolarisation, de formation et de diplôme de jeunes et plus généralement des demandeurs
d’emploi plombe les chiffres de l’emploi sur le territoire.

Il ne doit pas y avoir à Marseille une fatalité à l’échec scolaire, au bas niveau de qualification. Les Marseillais
ont autant de capacités à apprendre, à s’exercer, à s’accomplir dans le cadre de l’éducation scolaire et de la
formation professionnelle que n’importe quels autres français.

Toutefois, le cheminement de l’apprentissage doit débuter dès le plus jeune âge, dès l’école primaire, et doit se
poursuivre tout au long de la vie de l’enfant, de l’adolescent et du jeune adulte.

Je souhaite redonner goût « à l’école et aux apprentissages » afin de lutter contre le décrochage scolaire et de
favoriser la montée en qualification et en compétence des Marseillais

Il s’agira de :

•Créer les conditions optimums d’apprentissage des savoir-être et des savoir-faire. Recréer
les conditions pour un apprentissage serein dès les plus petites classes, c’est l’objet du grand plan
Charlemagne que je propose pour l’école de demain.

•La France se distingue par le faible niveau d’apprentissage des fondamentaux : savoir lire et écrire
sans faute, il faut pouvoir renforcer l’apprentissage de ces matières élémentaires
indispensables, avec des méthodes éveillant le plaisir d’apprendre

•Contribuer à une orientation éclairée des plus jeunes, et renforcer l’offre de mesures immersives dans le
monde de l’entreprise et du travail afin de susciter des vocations.

•Encourager l’apprentissage et l’alternance.

•Promouvoir les réussites des jeunes issus de quartiers difficiles, pour faire savoir qu’il n’y a pas de
fatalité sociale, et générer ainsi un effet boule de neige de la réussite en lieu et place d’une spirale de
l’échec.

•Redonner aux jeunes l’envie d’accéder aux formations supérieures du type « grandes
écoles » et « écoles d’ingénieurs ». Encourager aux formations diplômantes dès le plus jeune âge
et tout au long de la scolarité est un élément phare de la lutte contre les freins à l’emploi.

Pour cela, je proposerai des actions de soutien scolaire pour tous les jeunes de 6 à 15 ans. Ces
jeunes pourront bénéficier de l’accompagnement aux devoirs de retraités volontaires ou d’étudiants bénévoles.

L’apprentissage doit accompagner les parcours, du plus jeune âge jusqu’à l’âge adulte. Je veux repenser le
système de formation pour redonner l’envie de réussir. Je veux co-construire avec le monde écono-
mique une stratégie à 15 ans qui sera largement ouverte aux pratiques innovantes.
80

Renforcer l’offre de formations


spécialisées et qualifiantes
Une entreprise qui ne peut recruter les profils nécessaires à la croissance de son activité est en danger, elle est
freinée dans sa capacité à produire de la richesse et de la valeur et risque d’aller ailleurs chercher un terrain
plus propice à son développement.

L’attractivité de notre territoire passe inévitablement par la capacité à trouver localement des compétences et
des talents.

Il nous faut développer les formations qualifiantes, des modules courts jusqu’aux cursus de très haut
niveau, correspondant aux besoins des entreprises locales mais également des entreprises susceptibles de s’im-
planter sur notre territoire, pour répondre aux enjeux des métiers en tension.

Une vigilance devra notamment être portée sur les points suivants :

•Adapter la qualification de l’individu aux besoins des entreprises locales afin de répondre aux enjeux
des emplois non pourvus notamment sur les métiers « en tension » actuels ou à venir,

•Encourager et renforcer les offres de qualifications et de diplômes de niveaux supérieurs,

•Favoriser l’attractivité internationale du territoire en accompagner la création de structures permettant


de scolariser les enfants étrangers dans les meilleures conditions possible,

Il est indispensable de renforcer l’offre existante en créant de nouvelles écoles :

•Des écoles d’ingénieurs de haut niveau (Groupe A+ et A de type INSA, et faire grandir l’école des
Mines).

•Des écoles de coding qui forment des informaticiens même sans le niveau bac (outil d’insertion) en
quelques semaines, voire quelques mois,

•Des écoles très qualifiantes dans les domaines du tourisme, des métiers de la mer, et de certains métiers
industriels.

•Des établissements scolaires internationaux : école, collège et lycée.

De manière transversale, l’offre d’écoles en langues étrangères doit être considérablement renforcée.
81

Créer une nouvelle école de la 2e chance


dédiée à la rénovation des bâtiments
Après la tragédie du 5 novembre 2018 j’ai mobilisé toutes les forces de la Métropole d’Aix-Marseille-Provence,
pour déployer une stratégie territoriale de lutte contre l’habitat indigne, sur 10 ans, dotée d’un budget de
600 millions d’euros, dotée d’outils inédits tels que le guichet unique « Espace Accompagnement Habitat », ou
le Permis de Louer.

J’ai ensuite réuni les Assises de l’habitat, qui ont produit de nombreuses propositions. J’ai souhaité en engager
plusieurs dès à présent, telles que l’expérimentation des immeubles zéro charge, ou la création d’un contrôle
technique des logements et des bâtiments.

Une autre proposition était la création d’une nouvelle école de la deuxième chance spécialisée dans la réno-
vation de l’habitat.

L’école de la deuxième chance assure la formation l’insertion professionnelle et sociale de jeunes adultes (18
- 25 ans) sortis du système scolaire depuis au moins un an, sans diplôme ni qualification. Le réseau « E2C »
en France compte 130 établissements dans 57 départements et 100 000 jeunes passés par ses établissements.

La première école de la deuxième chance marseillaise a été ouverte en 1997 à la Bégude (13e).
En septembre 2001, elle déménage dans ses locaux actuels dans le quartier de Saint-Louis (15e), sur le site des
anciens abattoirs de Marseille. L’E2C Marseille accueille chaque année plus de 800 stagiaires en entrées/sorties
permanentes et prépare leur parcours d’accès à l’emploi et d’épanouissement personnel par un dispositif de
formation entièrement individualisé et en alternance en entreprise : 41 semaines dont 30 % à 40 % en stage.

Devant le nombre croissant de jeunes sans diplôme ni qualification, la Ville de Marseille a dé-
cidé de créer une seconde école dans une partie désaffectée du groupe scolaire de la Pauline (quartier
Dromel), inaugurée en septembre 2019. La deuxième école est spécialisée sur le secteur du BTP, avec
des partenariats en cours de construction avec Eiffage, le CREPI, les Compagnons du devoir.

MA VISION
À Marseille, le parc de logements potentiellement indignes est estimé à 40 000.

C’est par la mobilisation de tous que la question de l’habitat indigne pourra être traitée.

Après les propriétaires, les pouvoirs publics sont les premiers concernés : c’est pourquoi j’ai engagé une mo-
bilisation des moyens publics sans précédent.

L’éradication de l’habitat indigne passera par d’importants travaux de rénovation (et plus marginalement, par
des destructions/reconstructions), qui vont nécessiter le recrutement de milliers d’artisans et d’ouvriers par les
entreprises de rénovation de bâtiments.

Je veux que notre territoire soit en mesure de répondre à l’immense enjeu que cela représente
en matière de recrutement. Je veux que les jeunes de notre territoire, spécialisés dans la ré-
novation de l’habitat provençal et méditerranéen soient fiers de contribuer à l’amélioration
de leur cadre de vie.
82

Je veux créer une véritable filière de formation spécialisée dans la réalisation de travaux de rénovation des
bâtiments.

Compte tenu du succès rencontré partout en France par cette formule, je souhaite notamment m’appuyer sur
les « écoles de la deuxième chance », soit en accompagnant le développement de la seconde école ouverte en
septembre 2019, soit par la création d’une troisième école spécialisée dans la rénovation de l’habitat.

Cette formation permettra à la fois de répondre aux besoins des entreprises et de renforcer la lutte contre le
décrochage scolaire et l’éloignement de l’emploi. Ces formations devront bien entendu comporter une dimen-
sion environnementale, afin que ces jeunes nouvellement formés soient en mesure de répondre à la demande
de rénovation énergétique des bâtiments.

Au-delà de cette école de la deuxième chance, je veux plus largement contribuer au déve-
loppement de la formation dans ces métiers de la rénovation, notamment par le soutien aux
chantiers d’insertion, qui sont des lieux remarquables où les personnes éloignées de l’emploi sont accom-
pagnées dans leur formation.

Développer les emplois verts


La protection de l’environnement est une formidable opportunité pour notre territoire, notamment en termes de
développement économique.

Il s’agit de s’adapter et d’investir massivement dans la transition.

L’économie verte, les nouvelles industries, le développement des énergies renouvelables, apportent chaque jour
de nouvelles richesses, des créations d’emplois et instaurent peu à peu des cercles vertueux. C’est une véritable
perspective d’innovation et de développement dont nous devons nous saisir. Il ne s’agit pas de chercher à rat-
traper ce qui a été fait, mais de nous projeter dans l’avenir avec l’ambition de devenir un territoire exemplaire.

Marseille doit saisir les opportunités que « l’économie verte » offre et va continuer d’offrir. Des
dispositifs concertés et efficients doivent permettre de faciliter la rencontre entre les entreprises et demandeurs
d’emploi. Ils doivent aussi pouvoir anticiper les nouveaux besoins en recrutement du territoire afin que les de-
mandeurs d’emploi puissent être formés en conséquence.

Pour agir sur l’emploi en Provence, je veux que notre territoire prenne les rênes de la transition énergétique en
développant formations et nouveaux métiers verts. À cet égard, notre territoire doit se positionner particulièrement
sur 3 secteurs : les énergies renouvelables, la rénovation énergétique des bâtiments et la mer.

•Les énergies renouvelables : avec ses remarquables ressources naturelles (eau, soleil, vent), je veux que
Marseille devienne un pôle d’excellence et de développement de la filière des énergies renouvelables.
Notre territoire abrite déjà un écosystème très favorable et des entreprises qui sont des pépites : grands
groupes investissant dans les ENR comme GRT Gaz et Engie, mais aussi des PME et des start-up comme
Hysilabs, GreenGT et un pôle de compétitivité de premier plan sur l’énergie, Capenergies. Notre
territoire accueille également des acteurs de la R&D et des universitaires de premier plan sur l’énergie
(cf. notamment le projet mondial ITER). Pour accélérer l’emploi dans ce secteur, je veux rencontrer les
principaux acteurs concernés afin de déterminer ensemble les besoins en formation.
83

•Je veux par ailleurs que nous soyons également à la pointe en matière de rénovation énergétique
des bâtiments. Pour ce faire, nous devons agir sur deux axes :
— Créer de l’offre : pour que notre territoire puisse répondre aux nouveaux besoins, je veux former nos
demandeurs d’emploi aux métiers de la rénovation énergétique des bâtiments, notamment au travers de
la création d’une école de la deuxième chance (cf. supra).

•Enfin, je veux que nous valorisions et développions notre excellence dans le domaine des métiers de
la mer.

Je veux créer, en lien avec Aix-Marseille Université, une grande école d’ingénieurs et de techniciens
dédiée aux sciences de l’environnement et à la santé.

Réunir les Assises de la Formation


•On compte à Marseille 106 000 demandeurs d’emploi et 160 000 sur la Métropole.

•Seuls 9 000 demandeurs d’emploi sont en formation continue sur le territoire de la Métropole

•Le territoire n’offre pas de formations d’ingénieurs suffisantes.

•Nombreuses sont les offres d’emplois qui restent non pourvues sur des métiers et des filières en tension
(près de 40 métiers et une dizaine de branches (hôtellerie, commerce de bouche, industrie…) ou en
transition (numérique, économie verte).

•Des entreprises peinent à recruter sur ces métiers et filières.

•L’évolution vers des métiers qui se complexifient et nécessitent une qualification spécifique, voire de
nouvelles qualifications.

•62 000 établissements employeurs sont implantés sur le territoire de la Métropole.

•Il existe sur le territoire un enjeu majeur en termes d’accompagnement de publics particuliers : les
demandeurs d’emploi seniors, femmes et de longue durée.

On constate :

•Un besoin de gouvernance face à la multiplication des acteurs du monde de l’emploi

•Une difficulté des TPE et PME à aller au bout du processus de recrutement

•Une dispersion des compétences en matière d’orientation, de formation, d’accompagnement vers


l’emploi sont dispersées entre plusieurs acteurs publics.
84

Un plan d’investissement dans les compétences (PIC) a été adopté en 2018 par le gouvernement. Il vise la formation
professionnelle et l’apprentissage des publics les moins qualifiés. Bénéficiant d’un budget de 15 milliards d’euros
sur 5 ans au niveau national (soit en région PACA 535 millions d’euros sur 5 ans), ce plan a pour objectif de
former un million de demandeurs d’emploi (en particulier les jeunes) pour répondre aux besoins des métiers en
tension et contribuer à la transformation des compétences notamment liée aux transitions écologique et numérique.

MA VISION
Je veux mettre en place des dispositifs concertés et efficients qui permettront que les besoins de recrutement
des entreprises :

•Soient lisibles et compris des acteurs de l’accompagnement à l’emploi ;

•Puissent rencontrer une main-d’œuvre qualifiée, adaptée à leurs besoins.

Il faut revoir l’organisation des systèmes de formation et d’orientation.

La lutte contre le chômage doit être le combat de chacun d’entre nous, quelles que soient ses
compétences et prérogatives. Je veux que le chômage dans notre territoire ne dépasse plus
le niveau de la moyenne nationale.

Aussi, je veux organiser, dès le printemps 2020, des assises de la formation, pour étudier toutes
les améliorations de l’offre qui peuvent être envisagées, en lien avec les secteurs qui recrutent : les métiers en
tension, et ceux de la transition énergétique et numérique.
85

RÉDUIRE LA POLLUTION ET
AMÉLIORER LA QUALITÉ DE L’AIR

La qualité de l’air est un enjeu de santé publique particulièrement prégnant sur notre territoire.

52 000 habitants vivent quotidiennement au-dessus du seuil limite d’émission de particules fines. 22 épisodes de
pics de pollution ont été recensés en 2017.

Sans surprise, c’est à proximité des axes routiers et autoroutiers que les concentrations en dioxyde d’azote sont
les plus élevées.

Les causes sont multiples : l’importance du secteur industriel (58 %), le trafic routier (48 % des émissions
de dioxyde d’azote et de 31 % des particules fines) le chauffage au bois qui émet du dioxyde d’azote et
des particules fines, le transport maritime qui émet du dioxyde de soufre et des particules ultrafines.

Le beau temps et les températures douces jouent également un rôle dans les pics de pollution. L’anticyclone agit
comme un couvercle en empêchant les échanges entre les différentes couches de l’atmosphère, ce qui entraîne
l’accumulation des polluants au fil des jours.

À Marseille, premier port de croisière en France (1,6 million de passagers par an), les émissions liées au transport
maritime contribuent pour beaucoup à la mauvaise qualité de l’air. Les navires représentent 10 % de la
pollution atmosphérique. La majorité des émissions du transport maritime sont émises lors du
stationnement à quai et dans la zone de navigation à vitesse réduite à l’entrée des ports. Un paquebot
à quai consomme l’équivalent d’environ 250 voitures.

La qualité de l’air est aujourd’hui une préoccupation prioritaire à toutes les échelles territoriales. Pour autant
les mesures restent encore trop imprécises et insuffisantes face à cet enjeu de santé publique qui se mesure
aujourd’hui en France par des milliers de décès prématurés. En 2015, la pollution de l’air est responsable de
8,8 millions décès dans le monde selon l’OMS, contre 7 millions à cause du tabac.

MA VISION
Je veux que les Marseillais puissent respirer un air sain.

Il devient véritablement urgent d’agir pour protéger notre santé, celle de nos enfants.

Sans attendre le changement de modèle que nous impulsons et que nous mènerons sur le long terme, plusieurs
mesures sont à prendre, notamment dans le domaine des transports routiers et maritimes, pour permettre aux
habitants de respirer correctement.

L’Agenda environnemental que j’ai fait élaborer conjointement par le Département et la Métropole, doté de
1 milliard d’euros sur 5 ans, consacre comme axe principal l’amélioration de la qualité de l’air. Des mesures
concrètes et ambitieuses y ont été prises.
86

À la tête de la Métropole, j’ai fait adopter le premier Plan Climat Air Énergie métropolitain, qui met au
centre de ses ambitions les questions de la qualité de l’air.

La pollution de l’air est un véritable enjeu de santé publique pour notre territoire et il est de notre res-
ponsabilité de prendre des mesures concrètes et rapides pour améliorer la qualité de l’air que nous respirons.

Je souhaite que Marseille devienne un pôle d’excellence de la croisière mais je ne veux pas que cela se fasse
au détriment de la santé des habitants ni de notre environnement. Il nous faut donc trouver un équilibre solide
entre la protection de notre environnement et les activités portuaires, poumon économique de notre région.

Je crois fermement que la conscience environnementale, loin d’être un obstacle, nous ouvre
des perspectives nouvelles de développement économique, et que notre territoire dispose en
la matière d’un potentiel peu commun.

S’appuyer sur la création d’une ZFEm


(Zone à Faible Émission)
Il est nécessaire de diminuer la pollution liée au trafic automobile notamment dans le centre-ville de Marseille.
L’opération de redynamisation du centre-ville de Marseille, « Marseille Change », que j’ai lancée en mars der-
nier, vise notamment à mettre un terme au tout voiture dans Marseille, développer la piétonnisation de l’hyper
centre et développer les modes doux de déplacements. Grâce à cette requalification, les zones piétonnes vont
sensiblement augmenter avec la création d’une zone de 22 hectares entièrement piétonnisée. Dans les rues
encore ouvertes aux véhicules à moteur, la vitesse ne dépassera pas les 30 km/h. Les modes de transport doux
pourront donc circuler dans tout l’hyper centre en toute sécurité et les aménagements intensifieront la continuité
des liaisons cyclables à travers la ville.

Pour aller plus loin, le 8 octobre 2018, quelques jours seulement après mon élection à la tête de la Métropole
Aix-Marseille-Provence, je me suis engagée aux côtés de l’État, de France Urbaine et de quatorze autres
territoires à déployer une première ZFE sur Marseille. Je m’engage à mettre en place cette ZFE très
rapidement, dès 2021.

Une ZFE est une zone permanente sur laquelle la circulation est autorisée uniquement aux véhicules les moins
polluants en fonction de leur vignette Crit’Air.
87

Le périmètre concerné

Le périmètre a été retenu sur la base de la superficie, de la population et de son exposition aux polluants,
des emplois, du nombre d’ERP, de l’offre de mobilité, de la cohérence avec les projets d’aménagements et du
nombre d’automobilistes touchés.

Ce périmètre a l’avantage d’être :

•Lisible pour les usagers, puisqu’il correspond à l’intérieur des boulevards de ceinture (Littoral –
Plombières – Jarret – Rabatau – Prado 2).

•Bien desservi par les transports en commun (métro, tram, BHNS et P+R en périphérie).

•Équilibré entre les quartiers de Marseille.

•D’intégrer l’OIN Euromed 2, une zone aujourd’hui inhabitée, particulièrement impactée par la pollution,
et avec des objectifs de création de logements et d’emplois très importants.

Ce périmètre (19,5 km²) est ambitieux, notamment au vu du nombre d’habitants (314 000 habitants, 180 000
emplois, 42 000 scolaires), et correspond aux endroits de la ville les plus pollués par le trafic routier.

Ce périmètre correspond au meilleur compromis entre efficacité environnementale et acceptabilité


sociale. À présent qu’il a été défini, la ZFE doit être mise en œuvre, de façon à ce qu’elle soit efficace d’un
point de vue environnemental sans être socialement discriminante.
88

Sa mise en œuvre sera progressive et accompagnée :

•Progressive - la ZFE pourra s’adresser uniquement aux professionnels, uniquement aux camions dans
un premier temps, s’appliquer uniquement sur certains créneaux horaires, etc.

•Accompagnée - La ZFE fera l’objet de mesures d’accompagnement :


— Poursuite du déploiement du réseau de transports en commun (tramway notamment) ;
— Aides à l’achat de véhicules et vélos électriques (ces aides pourront être étendues aux professionnels) ;
— Poursuite de la politique de construction de parkings relais à l’extérieur de la ZFE.

En parallèle, je veux poursuivre la piétonnisation du centre-ville et mettre en place des transports relais et notam-
ment des navettes électriques gratuites desservant des parkings relais dans des zones particulières, notamment
en amont du Vieux-Port.

Je travaillerai également à l’élaboration d’un schéma logistique afin de mieux organiser le transport de mar-
chandise et la livraison de proximité sur le territoire, notamment au moyen de triporteurs et vélos électriques.

Réduire la pollution des navires


Marseille est le premier port de croisière de France, et les perspectives de croissance amènent à plus
de 2 millions de passagers en 2020 : forte de ses atouts, de son positionnement, Marseille sera bientôt en
mesure de disputer la première place en Méditerranée - à Barcelone (2,6 millions de passagers) et Civitavecchia
(2,3 millions en 2016).

Dans cette perspective, la pollution de l’air liée aux émissions des navires inquiète les Marseillais.

Le GPMM a été le premier port en France à avoir mis en place un service d’alimentation électrique à quai pour
des navires de commerce. Le GPMM a également installé des bornes de connexion électrique à quai pour les
bateaux de la Méridionale10 et de Corsica Linéa : plus de 1 500 escales par an sont ainsi branchées fin 201911.
Le branchement à quai va également être étudié pour les porte-conteneurs qui font escale à Fos. Toutefois, à ce
stade, le branchement n’est pas techniquement possible pour les paquebots de croisière, dont la demande de
puissance est 10 fois supérieure à celle d’un ferry.

Le 1er février 2019, une convention d’objectifs a été signée pour 5 ans entre le GPMM et le Département :
14,50 M€, dont 6 M€ à la charge du Département seront consacrés à Cap Janet pour les ferries Maghreb, aux
grandes formes de réparation navales industrielles, et au môle Léon Gourret pour les croisières.

10  L’engagement de la Méridionale s’est poursuivi par une multitude d’innovations (optimisation de la propulsion, traitement des eaux de ballast,
modification des pales d’hélices, système intelligent de gestion des consommations).
11  Première borne : 4,7 millions d’euros de la Méridionale et du GPMM, avec le soutien financier de l’ADEME et du FEDER. 2e borne : 5 millions
d’euros
(la moitié pris en charge par Corsica Linea, le reste par le GPMM, l’ADEME et la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur). 3 navires seront ainsi
connectés à cette borne dès 2019.
89

L’opération d’investissement « CENAQ », validée au Conseil de surveillance du GPMM le 28 juin 2019, représente
20 M€ et vise à permettre à tous les ferries, paquebots et navires, d’avoir au plus tard en 2025 la possibilité
de se brancher à quai dans l’ensemble des bassins de Marseille.
En septembre 2019, la Région a initié un « plan Escale Zéro Fumée » qui prévoit une enveloppe de
30 millions d’euros d’ici à 2026. Une partie complétera l’action en cours du GPMM, le reste contribuera
à l’équipement des ports de Toulon et Nice.

Le GPMM incite les compagnies maritimes vertueuses en les faisant bénéficier de ristournes sur les droits de port.

Le nouveau projet stratégique du GPMM 2019 – 2023, intitulé « Économie bleue et port vert »,
fait du développement durable sa priorité pour les cinq prochaines années. La volonté de devenir un acteur
majeur dans le domaine du gaz naturel liquéfié (GNL) y est affirmée.

En octobre 2019, le Club de la croisière Marseille Provence a organisé le Blue Maritime Summit, à l’occasion
duquel une « charte bleue », pour la diminution des émissions de polluants atmosphériques, a été signée avec
des armateurs de croisières (MSC croisières, Costa, Royal Carribbean cruises, le Ponant), le Ministère de l’en-
vironnement, la Région, la Métropole, et le GPMM. L’activité des 4 armateurs signataires représente 83 % des
escales et 95 % des passagers de croisière dans les bassins du Port de Marseille. À travers la signature de cette
charte, les croisiéristes ont pris quatre engagements : adhérer et recourir au branchement électrique à quai ;
manœuvrer, dès l’entrée dans la zone de régulation, avec du « diesel marin » à 0,1 % ou au GNL, favoriser les
escales de navires au GNL et maintenir une vitesse de 10 nœuds dans la zone pilotée du port.

MA VISION
Le développement de la croisière ne doit pas se faire au détriment de la santé des Marseillais.

Je veux accélérer la transition, soutenir les branchements à quai et prendre le tournant du GNL.

Je veux que Marseille devienne un port exemplaire. Pour cela, il faut que nous développions
l’ensemble des solutions existantes car il n’y a pas une solution simple mais seulement des
solutions mixtes.

➜ Je veux que nous accélérions le développement des raccordements des navires à quai sur le réseau électrique
et sur des piles à combustible alimentées à l’hydrogène.

•C’est pourquoi, il y a quelques mois, le Département a signé une convention avec le Grand Port afin
de soutenir l’investissement pour l’électrification à quai, d’ici 2023, des ferries internationaux et des
navires en réparation, et mettre à l’étude, dès maintenant, les travaux et investissements à réaliser pour
connecter les bateaux de croisière du Môle Léon Gourret à partir de 2023.

•Le Département a ainsi débloqué une enveloppe de 6 m d’euros afin d’accélérer l’installation des
bornes électriques à quai. Grâce à ce cofinancement, le GPMM va pouvoir engager 14,5 m d’euros
de travaux dans les 5 ans à venir et convaincre les armateurs d’investir environ 1 m d’euros par bateau
pour s’équiper de cette nouvelle technologie.

 ous accompagnerons le programme d’actions très ambitieux du GPMM, qui inclut notamment l’attribution
➜N
d’une baisse des droits de port bénéficiant aux navires les moins polluants.

➜ Je continuerai à soutenir avec force la création d’une Zone ECA (Émission Control Area) en
Méditerranée, qui vise à réduire le taux de soufre dans les carburants utilisés par les navires à 0.1 % contre
3,5 % actuellement.
90

➜ Je continuerai à soutenir avec force la création d’une Zone ECA (Émission Control Area) en
Méditerranée, qui vise à réduire le taux de soufre dans les carburants utilisés par les navires à 0.1 % contre
3,5 % actuellement.

➜ Je continuerai à soutenir le déploiement du GNL sur le port de Marseille, notamment à Fos-Cavaou
et Fos-Tonkin, terminal méthanier qui sera transformé pour le dédier au GNL. C’est une solution qui, à la
protection de notre environnement et de notre qualité de vie, allie des perspectives de développement éco-
nomique considérables. Le GNL permet de réduire de 100 % les émissions d’oxydes de soufre et
des particules fines, de 80 % des oxydes d’azote et de 20 % du CO2 par rapport au fuel lourd
traditionnel. Barcelone, Gênes et Rotterdam ayant déjà amorcé ce tournant. C’est en ce sens que j’ai fait
voter, au Conseil de la Métropole de décembre 2019, un appui financier de 500 000 euros visant à
soutenir la transformation du terminal méthanier de Fos-Tonkin pour l’adapter aux opéra-
tions de soutage GNL.

 ous explorerons, dans une action partenariale avec tous les acteurs de la chaîne, toutes les voies d’amélio-
➜N
ration possible, en misant sur les nouvelles technologies, la recherche et les nouvelles énergies. Je suis convain-
cue que viser le « zéro émission » sur les nouveaux navires, à terme, ne relève pas du rêve.

Accélérer le déploiement de voies réservées


de cars sur autoroute
La Métropole a déployé un réseau de cars interurbains à Haut Niveau de Service : le Réseau Express Métropolitain
Car+ (27 lignes programmées, desservants 75 pôles d’échanges multimodaux et stations).

L’une des difficultés rencontrées pour inciter les habitants à utiliser ce réseau réside dans les temps de parcours,
aléatoires en fonction de la congestion automobile. Dès lors que le car est bloqué dans les mêmes
embouteillages que la voiture, son avantage comparatif par rapport à cette dernière se réduit très fortement.

Pour cela, je souhaite multiplier les aménagements de voies réservées aux transports en commun
(VRTC) sur les autoroutes.

Ces voies réservées sont une réelle solution pour améliorer les performances des transports collectifs,
en termes de fiabilité et de temps de parcours, mais aussi pour réduire les pollutions liées au transport routier.
La réussite du réseau de cars interurbains à Haut Niveau de Service le Car+ repose en grande partie sur le
développement de ces voies réservées.

Au-delà du gain de temps effectif, le passage à grande vitesse de ces bus à côté des voitures embouteillées a un
impact psychologique fort chez l’auto soliste, qui peut être dans l’avenir tenté de reporter son choix sur le car.

Notre territoire est précurseur sur ce sujet, je souhaite qu’il continue à être en pointe.

•Entre 2013 et 2017, 6 kilomètres de voies réservées sur autoroute ont été aménagés sur les bandes d’arrêt
d’urgence de l’axe Aix-Marseille, principalement sur l’A51 au niveau de Plan-de-Campagne et sur l’A7 à
l’arrivée sur Saint-Charles. Ces premiers aménagements, qui se sont poursuivis depuis, portant à 10 kilomètres
le réseau actuel de voies réservées sur autoroute, ont été réalisés sur les secteurs les plus congestionnés en
heure de pointe, pour maximiser le gain de temps de parcours. Le bilan de ces expérimentations est très positif :
ces premières sections font gagner entre 10 et 15 minutes aux autocars circulant aux heures de pointe, et même
plus en cas de situation exceptionnelle, tout en étant bien acceptées par les automobilistes.
91

•Sur les autoroutes appartenant à l’État, ces aménagements sont menés par les services préfectoraux
avec un financement de 30 millions d’euros.

•Dans le même temps, le Département étudie la réalisation sur son réseau routier de voies réservées aux
transports collectifs qui viendront compléter les opérations réalisées ou à venir conduites par l’État sur le
réseau autoroutier.

➜ Je veux poursuivre ces aménagements, en assurant leur financement par les collectivités locales, et
en accompagnant le Département des Bouches-du-Rhône dans la création de son propre réseau sur voies
départementales.

➜ Je veux en particulier axer nos efforts sur les secteurs les plus embouteillés, notamment les
deux corridors Marseille-Aubagne et Marseille-Vitrolles, qui, à l’instar du corridor Aix-Marseille,
présentent de forts enjeux en matière de mobilité.

➜ Je souhaite également que soit expérimentée sur certains de ces axes la possibilité d’ouvrir les voies réservées
au covoiturage. Cette expérimentation doit cependant être conditionnée à la mise en place d’un véritable
système de vidéo-verbalisation automatique, capable de repérer le nombre de passagers dans une voiture.

Instaurer un « comité des parties prenantes »


avec les industriels pour diminuer les émissions
Sur notre territoire, l’industrie représente 67 % des émissions de GES et 58 % des émissions de polluants
atmosphériques.

Je veux instaurer un dialogue récurrent et constructif avec les industriels du territoire afin de les inciter, dans le
cadre de leur politique de RSE12, à aller plus loin et travailler ensemble à la construction d’un territoire durable.
C’est en ce sens que, dans le cadre de l’Agenda environnemental, j’ai souhaité que soit lancé la création d’un
fond « transition énergétique et décarbonation de l’industrie » destiné à financer des projets pilotes, des PME
ou consortium innovants dans le cadre d’appels à projets.

C’est aussi en ce sens que j’ai fait voter, au Conseil Métropolitain de décembre 2019, la création de l’opération
« investissements sur démonstrateurs préindustriels de la transition énergétique et de l’écologie industrielle » pour
un montant de 2 millions d’euros. Cette enveloppe permettra de soutenir financièrement la réalisation de
démonstrateurs préindustriels dans les domaines de la transition énergétique et de l’écologie
industrielle.

Pour aller plus loin, et travailler de manière collective, je veux que, avec toutes les collectivités parte-
naires, nous passions un pacte avec les industriels afin de faciliter la réduction de leur empreinte envi-
ronnementale et de la pollution de l’air. Il s’agira d’un conseil environnemental réunissant représentants
des collectivités, des entreprises, des industriels, du monde de la recherche et de l’université, afin de bâtir
ensemble un territoire véritablement durable.

12  Responsabilité Sociétale des Entreprises


92

DÉVELOPPER L’ACCÈS À LA SANTÉ ET À


UNE OFFRE DE SOINS DE QUALITÉ
L’assistance publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM) est sectorisée en 3 sites de soins : le Secteur Nord, le
secteur Centre et le secteur Sud.

Dès la mise en œuvre du COPERMO, l’immeuble de grande hauteur de l’Hôpital Nord va pouvoir être rapidement
réhabilité, la présence de locaux vides sur le site va faciliter les rocades nécessaires aux travaux de réhabilitation.

Le secteur Sud, un moment menacé, devrait pouvoir enfin connaître un nouvel essor grâce à l’investissement
important de la Métropole sur le site de Sainte-Marguerite, où un important écosystème de la santé va être
développé. L’AP-HM va de son côté renforcer de manière importante sa présence médicale sur le site en
développant un plateau de consultation pluridisciplinaire et de chirurgie ambulatoire au service des habitants
des quartiers Sud.

Sur le secteur Centre, La Timone, 3e CHU de France, site central et emblématique de l’AP-HM et essentiel pour
la santé à Marseille reste paradoxalement le plus délabré, même si une évolution sensible a été engagée.

Protéger sa santé, celle de ses proches, cela commence par la prévention : adopter un mode de vie sain, une
alimentation saine et diversifiée, être actif, faire du sport, respirer un air sain, avoir un emploi, des ressources,
ne pas adopter de comportements à risques.

Cette politique globale étant intégrée et mise en œuvre dès le plus jeune âge de nos enfants, il convient égale-
ment d’agir sur le volet de la santé au sens strict, celui du diagnostic et des soins.

Si la santé, ainsi définie relève en grande partie d’une compétence de l’État, les collectivités
et leurs groupements ont néanmoins la capacité d’agir en impulsion, en soutien, et en coor-
dination. Le secteur de la santé, là également, est concerné et interagit avec les questions de disponibilités
foncières, d’innovation, de numérique, de développement économique et de mobilité.

À la tête du Département, j’ai souhaité que nous apportions un soutien plus important aux politiques de santé
sous l’angle de la qualité des soins, de leur proximité, de leur accessibilité pour tous. C’est avec la même ap-
proche que je propose de soutenir en particulier cinq projets qui me semblent particulièrement importants pour
la santé des Marseillais.

Restructurer l’offre de soin : La Timone,


un pôle de santé du 21e siècle
Des acteurs privés ont émergé dans le domaine de la santé à Marseille. Parmi eux, certains atteignent un niveau
satisfaisant de soutenabilité financière, mais parfois au prix d’une sélection de leurs activités, voire de leurs patients.

À l’inverse, l’Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, structure publique et premier employeur du dépar-
tement (12 100 salariés non médicaux, 1 800 personnels médicaux, 150 métiers) connaît de lourdes difficultés
financières depuis au moins une décennie, avec un niveau d’endettement devenu très préoccupant.
93

En ce début d’année 2020, l’adoption du nouveau COPERMO avec un montant global de 337 M€ porte un
nouveau train de mesures d’investissement visant à moderniser et restructurer l’AP-HM sur l’ensemble de ses sites.
Pour La Timone, grâce à un niveau de soutien inédit du Département et de la Métropole (respectivement, 57 M€
et 17 M€), ce COPERMO apporte la création d’un nouvel équipement majeur : un grand pôle parent-enfant,
incluant une maternité de niveau 3.

Il permettra notamment d’accueillir toutes les activités hébergées actuellement dans le bâtiment T3 (hôpital pour
enfants), qui était devenu trop vétuste et inadapté, ouvrant la possibilité d’une réhabilitation de ces locaux pour
leur donner une nouvelle affectation.

Ce COPERMO, s’il est incontestablement nécessaire, n’est pas pour autant suffisant. Il ne permet
pas d’aller au bout des restructurations nécessaires sur le site de la Timone.

Si la création du Pôle Parent-Enfant va permettre de réhabiliter dans de bonnes conditions le bâtiment T3 (en-
fants), il n’en est pas de même du bâtiment historique T1 (adultes). La réhabilitation lourde de ce bâtiment,
indispensable, ne peut être réalisée dans des délais acceptables, que si elle est menée en opération tiroirs : il
faut créer des rocades permettant de libérer 3 à 4 étages de ce bâtiment qui en comporte 13.

MA VISION
La Timone, 3e CHU de France, est un site central, emblématique et essentiel pour la santé à Marseille.

L’hôpital public doit conserver l’essence du service public et rester ouvert à toute la population pour traiter toutes
les pathologies avec les techniques et les moyens les plus performants. Pour répondre à cet objectif, l’hôpital
public doit s’adapter en profondeur, car il connaît des difficultés financières et organisationnelles majeures. Cette
mue a été engagée, mais elle n’est pas allée au bout de l’exercice. Il faut la mener à son terme en déployant
un effort exceptionnel pour aboutir à une reconfiguration totale et parfaitement optimisée du site de la Timone.

La santé est fondamentalement une compétence de l’État. Pour autant, les collectivités peuvent
légitimement appuyer et accompagner des investissements qui auront un impact majeur sur
la santé et la qualité de vie des habitants. En outre, l’excellence médicale est un facteur d’at-
tractivité du territoire, et a des répercussions économiques fortes.

Je veux agir pour que les Marseillais bénéficient au quotidien et dans les épreuves de la vie
de soins de qualité et de proximité. Au-delà, La Timone jouera un rôle moteur pour la recherche et l’ex-
cellence médicale. Je veux contribuer à construire l’hôpital du futur.

Il ne faut pas répéter les erreurs du passé, il faut aller au bout de la réorganisation et de la modernisation du
site de la Timone.

Le COPERMO maintenant acquis, je propose d’engager un plan d’action que je souhaite pouvoir examiner et
discuter avec l’ensemble des partenaires et acteurs concernés. Ce plan pourrait permettre de livrer à l’horizon
2025-2027 un site de la Timone entièrement restructuré.

•À l’échéance 2025, après transfert intégral des activités de l’actuel hôpital d’enfant dans le nouveau
pôle parent-enfant, lancer une réhabilitation lourde de ce bâtiment de 16 étages pour y créer par
exemple un hôtel hospitalier et y héberger d’autres activités, notamment au service de la recherche
médicale.
94

•Construire un nouveau bâtiment prolongeant vers l’ouest le BMT Timone 2 (selon un parti architectural
qui pourrait permettre d’intégrer le bâtiment historique), qui permettra de libérer en conséquence 2 à
3 étages de l’IGH Timone 1 (adultes), et créer les rocades nécessaires à une réhabilitation intégrale
du bâtiment, dont la livraison pourrait alors intervenir dès 2027. Sans la construction de ce bâtiment
supplémentaire le calendrier de la reconstruction – réhabilitation de l’Hôpital d’adulte ne pourrait selon
toute vraisemblance pas être respecté.

Réhabilité, le bâtiment historique Timone 1 pourrait redevenir un pôle de consultations de référence. Le BMT,
avec son extension, prendrait quant à lui sa pleine dimension de bâtiment dédié aux actes médicaux les plus
sensibles concernant les adultes.

Par ailleurs, il est proposé d’étudier une deuxième phase de travaux qui consisterait en la
construction d’un nouveau complexe de chirurgie ambulatoire, sur l’emprise Sud-Est, qui serait
libérée par destruction de bâtiments mineurs.

Ces travaux permettraient d’obtenir à court-moyen terme, dès l’horizon 2025-2027, un site de la Timone entiè-
rement reconstruit, réorganisé et modernisé.

L’ensemble de ce programme très ambitieux devra naturellement être co-construit avec la direction de l’AP-HM,
l’ensemble du corps médical et discuté avec les représentants du personnel.

Agir pour la sécurité dans les hôpitaux :


un partenariat Ville-Métropole-CHU
Notre fonctionnement social et notre cadre de vie sont perturbés, parasités, et entravés par des actes de délin-
quance, des violences, et des incivilités qui n’épargnent pas le monde de la santé et notamment les hôpitaux.
Au contraire même : à l’hôpital, l’angoisse, la tension, l’émotion sont particulièrement présentes et favorisent ces
phénomènes. L’ONVS (Observatoire National de la Violence en milieu de Santé) recense les faits de violence
et les incivilités touchant les personnels de santé (90 % des cas), les patients (notamment dans les EPAHD) ou
leurs accompagnants. Pour la seule année 2018, 23 360 faits étaient comptabilisés en France, et ce chiffre est
très inférieur à la réalité : seuls 10 % des établissements déclareraient les violences commises en leur sein. Ces
violences touchent plus particulièrement la psychiatrie, les services d’urgences et les EPAHD. La réponse publique
répressive a posteriori n’est ni suffisante, ni satisfaisante.

Malgré toutes ces mesures, nos établissements de santé continuent à souffrir d’actes de violences et d’incivilités,
de façon corrélée à la pression croissante de besoins que notre système de soins peine à satisfaire.

MA VISION
Je veux que l’ordre républicain soit respecté partout dans cette ville. Je veux agir pour que les
Marseillais soient et se sentent en sécurité au quotidien, dans l’espace public, dans les transports en commun
et dans les services publics.

L’accès à la santé est primordial, et les services de santé sont des endroits qui doivent être
tout particulièrement préservés. L’entrée de la violence, des atteintes aux personnes et aux biens et des
incivilités au cœur du service public de la santé, dans nos hôpitaux, est intolérable.
95

L’enjeu est d’abord de protéger les agents qui donnent leurs compétences et leur dévouement
au service du public. Les conséquences des actes de violences physique ou verbale sont particulièrement
graves et ont des effets délétères de grande ampleur : stress chronique, mal-être, perte de confiance des agents,
démobilisation des équipes, dégradation de l’ambiance générale et des conditions de travail, dysfonctionne-
ments, absentéisme à répétition, risque de pénurie de main-d’œuvre dans le secteur hospitalier. La sécurité
au travail doit être garantie à tous les personnels de l’AP-HM.

Il s’agit aussi, bien sûr, de protéger les patients de souffrances supplémentaires dues aux mauvais
comportements d’autres patients, d’accompagnants ou de tiers.

Il faut prévenir, se donner les moyens d’intervenir lorsque c’est nécessaire, et sanctionner les mauvais compor-
tements : il faut revenir à une sanctuarisation de l’hôpital.

Même si les mesures à prendre relèvent avant tout de l’organisation interne de l’hôpital, je veux que la Ville de
Marseille et la Métropole interviennent en appui, de façon complémentaire et coordonnée.

La prévention de la délinquance et des incivilités en milieu hospitalier passe par une action menée sur plusieurs
axes. Dans certains services comme les urgences, la douleur et l’inquiétude des patients et des accompagnants
sont des facteurs de tensions. La saturation de ces services provoque des délais d’attente hors du commun, qui
exacerbent ces tensions, favorisant les actes de violence et les incivilités. Face à cette situation, il faut agir à
plusieurs niveaux.

Au niveau du fonctionnement interne de l’hôpital d’abord :

•Bien que les collectivités ne puissent intervenir directement, elles peuvent être associées aux réflexions.
Il paraît évident que l’organisation de l’accueil, tout particulièrement dans les urgences, reste à revoir
en profondeur, et que le déploiement d’agents de médiation suffisamment nombreux et formés est
indispensable.

•Je souhaite que les collectivités soutiennent l’investissement des établissements pour améliorer les
conditions d’accueil et patients et l’ergonomie, la propreté, le confort des lieux d’accueil du public, mais
aussi la sécurité des postes de travail et des accès aux locaux de l’établissement. Un travail peut ensuite
être mené sur les interfaces entre la ville et l’hôpital.

•Il est nécessaire de mieux coordonner la vidéoprotection extérieure et celle interne à l’établissement
pour la prévention et pour l’élucidation des faits de violence. Je propose de désigner à cet effet un
correspondant hôpital au sein de la police municipale.

•Je propose également de mettre en place, en coordination avec la police nationale, un système d’alerte
prioritaire actionnable par les agents d’accueil des services les plus sensibles de l’hôpital (urgences et
services psychiatriques)

Enfin, c’est bien en amont, par des actions préventives, que je propose d’agir.

•Il nous faut développer de façon générale, et dès le plus jeune âge (notamment dans le cadre des
activités périscolaires), la sensibilisation au civisme à la politesse et aux bons usages.

•Il faut impliquer les représentants des cultes et/ou communautés pour les problématiques qui sont de
nature confessionnelle ou culturelle.
96

Il faut agir contre la saturation des services d’urgences, l’un des principaux facteurs de violence. Pour cela, je
propose de développer des Maisons Médicales d’Urgences, en un réseau de proximité qui permettra de distraire
de l’hôpital tous les soins de premier recours.

Créer des maisons médicales d’urgences ouvertes 7 J/7


Marseille, comme beaucoup d’autres villes, souffre d’une pénurie de médecins généralistes. En outre, les nou-
velles générations de médecins de ville ont des jours et heures d’ouverture étroitement limités, et ne font plus ou
très peu de déplacements à domicile.

Parallèlement, le réflexe de consulter, souvent pour se rassurer face aux symptômes que présente un enfant ou
un proche, s’est étendu : la démarche s’est banalisée. Certains patients, qui manquent de moyens, recherchent
la gratuité de la prise en charge médicale, ou la rapidité de réalisation d’examens qui sont longs à obtenir par
ailleurs (IRM, Scanner).

L’ensemble de ces facteurs aboutit à un engorgement des services d’urgences hospitalières. L’afflux de patients
présentant des pathologies ou des atteintes corporelles mineures nuit fortement à la qualité de prise en charge
des urgences avérées. Les délais de prise en charge dans les services d’urgence ne sont plus acceptables pour
les patients ni pour le personnel, qui subit des pressions préjudiciables et parfois des agressions.

Face à cette situation, de premières mesures ont été expérimentées : il existe à Marseille 3 Maisons Médicales
de Garde (MMG), l’une au sein de l’Hôpital Nord, la deuxième à l’Hôpital Lavérant, et la dernière, qui n’a
ouvert que le 30 septembre 2019, au service des urgences de la Timone. Ces structures sous portage associatif
dispensent des consultations de médecine libérale sur des plages horaires décalées, et des soins de santé pri-
maires (les soins spécialisés sont assurés par l’hôpital auquel elles sont adossées). Elles sont ouvertes du lundi
au vendredi de 18h à minuit, les samedis de 12h à minuit, les dimanches et jours fériés de 8h
à 20h. L’adossement à la structure hospitalière permet le cas échéant une orientation rapide
des patients dans le service des urgences hospitalières.

Ce dispositif qui reçoit l’aval et le soutien de l’État (ARS) reste insuffisant. Son adossement à un
service hospitalier, s’il peut améliorer la régulation d’un service d’urgences, ne favorise pas la lisibilité du dis-
positif et ne modifie pas en profondeur les comportements : fondamentalement, les patients conservent
le réflexe de se déplacer à l’hôpital. Avec 3 implantations dans Marseille, ce système n’assure pas non
plus une réelle fonction de proximité. Enfin, les horaires sont décalés mais restent incomplets.

Parallèlement à ce dispositif voulu par l’État, des initiatives privées ont vu le jour, notamment dans les 4e, 6e, 8e
et 14e arrondissements. Il s’agit d’établissements libéraux, fonctionnant par rotation d’une équipe comptant une
dizaine de généralistes, qui offrent une permanence médicale 7 jours sur 7 et 365 jours par an, sur des plages
horaires 9H – 20H.

Ces nouveaux modèles d’une médecine de proximité disponible, aisément accessible, répondent à une très forte
demande, et semblent recueillir de bons niveaux de satisfaction.
97

MA VISION
La santé est la première condition de nos capacités, de nos parcours, de notre qualité de vie.
Même s’il s’agit avant tout d’une compétence de l’État, la santé est l’affaire de tous.

Je veux impulser et soutenir les projets qui permettront aux Marseillais d’être mieux soignés,
plus près de chez eux, plus vite, plus efficacement, de façon plus rationnelle et moins coûteuse
pour les finances publiques.

Dans leur organisation actuelle, les urgences hospitalières sont saturées, en crise, et ne parviennent plus à satis-
faire à la demande ni à assurer la qualité de la prise en charge et le confort des patients.

Il est indispensable de combler le vide entre d’une part les urgences hospitalières, ouvertes continuellement mais
qui devraient être réservées aux cas graves et exceptionnels, et d’autre part la médecine de ville du quotidien,
qui s’inscrit dans des délais longs et des créneaux d’ouverture au public très limités et contraignants (en moyenne,
9H à 18H pendant 5 jours sur 7).

Les dispositifs qui ont été jusqu’à présent déployés pour combler le vide entre les deux circuits ont démontré leur
utilité mais restent insuffisants. Je veux agir pour les compléter, les développer, et mailler l’ensemble de la ville
en offrant des solutions de proximité, pratiques et accessibles pour tous.

Il faut dépasser toute notion de concurrence ou de rivalité et au contraire rechercher et utili-


ser les complémentarités entre les différents dispositifs, publics ou libéraux, qui peuvent être
déployés pour offrir aux Marseillais une meilleure permanence et une meilleure accessibilité
des soins, en proximité.

La population moyenne d’un arrondissement municipal, à Marseille, s’établit à 54 165 habitants : c’est plus que
les villes de Martigues, Aubagne, Salon, Istres ou même Arles.

Je veux que les Marseillais disposent, dans chaque arrondissement, d’au moins un centre médical
proposant une permanence des soins de premier recours, et un traitement des urgences légères.

Cet objectif sera poursuivi selon deux axes :

•Étendre le maillage des Maisons Médicales de Garde adossées à des structures


hospitalières publiques ou privées. Cette extension sera poursuivie de façon concertée entre tous
les partenaires et pourra recevoir le soutien des collectivités, par des mesures de facilitation foncière,
ou d’aide à l’investissement. Le personnel médical pourra être mis à disposition par une structure
hospitalière publique ou privée. Je souhaite que soit examinée la possibilité d’étendre les horaires
d’ouverture de ces MMG.

•Stimuler et soutenir l’initiative privée. Les projets pourront recevoir des aides (pouvant être
apportées conjointement par plusieurs acteurs publics) sous forme là aussi de facilitations foncières et de
soutien financier à l’équipement (mais pas au fonctionnement). Les aides seront conditionnées, sur la base
d’un appel à projet, au respect d’un cahier des charges strict établi en accord avec l’ARS : étendue des
soins de premier recours, principes d’orientation des urgences (centre 15, 112), permanence des soins 7
jours sur 7 et 365 jours par an, ouverture en continu sur une plage d’au moins 12 heures par jour.
98

L’ensemble de ces dispositifs ne représentera pas une concurrence face à la médecine de ville classique. D’une
part, le principe reste en toute hypothèse celui d’une sortie rapide du dispositif pour les patients, qui à l’issue des
prescriptions de médicaments et de soins de premier recours, sont réorientés vers les protocoles médicaux ordinaires
(consultations de spécialistes, en ville ou à l’hôpital) ou en cas de besoin confirmé, vers les urgences hospitalières.

Au surplus, tout médecin libéral peut à tout moment, s’il le souhaite, adapter et étendre ses propres créneaux
d’intervention, ou participer au dispositif mis en place pour la permanence des soins.

Créer des centres d’accès aux soins pour tous


La permanence d’accès aux soins de santé est un dispositif créé par la loi du 29 juillet 1998 d’orientation relative
à la lutte contre l’exclusion.

Les permanences d’accès aux soins de santé (Pass) permettent une prise en charge médicale et sociale pour des
personnes ayant besoin de soins mais ayant du mal à y accéder, du fait de l’absence de protection sociale, de leurs
conditions de vie, ou de leurs difficultés financières. Elles donnent accès à des consultations de médecine générale
ou spécialisée, et permettent aux patients concernés d’obtenir des examens (plateau technique de l’hôpital) et
des prescriptions de médicaments (pharmacie de l’hôpital). Certains de ces patients bénéficient de la Protection
Universelle Maladie (PUM, ex CMU pour les résidents en situation régulière) ou de l’Aide Médicale d’État.

La vocation des PASS est de détecter, prévenir et juguler le risque de rupture dans les parcours de soins pour les
personnes précaires. Leur intervention se situe à l’interface entre la ville et l’hôpital, en lien avec les partenaires
associatifs, soignants et institutionnels. L’objectif du PASS est toujours, à l’issue de son intervention, de réinsérer
rapidement le patient dans le parcours de soins classique.

Les PASS ne bénéficient pas nécessairement d’un espace d’accueil qui leur soit propre : il faut souvent se pré-
senter à l’accueil principal de l’Hôpital, et être orienté vers un entretien social, suivi d’un rendez-vous médical.

Tel est le cas à Marseille, où les PASS sont configurés de la façon suivante :

•Un centre de coordination intersites basé à l’Hôpital Nord, avec deux branches : d’une part l’Assistance
Socio Educative (ASE) et d’autre part des médecins référents pour les adultes (Dr Jérôme BORLOT) et
pour les enfants et leurs mères (Dr Rémy LAPORTE).

•Un PASS PSY basé à l’Hôpital Edouard Toulouse (Dr Fanette SOULARD).

De façon complémentaire, une expérience a été lancée au sein du Parc Kallisté : le « Château en Santé ». Sous
une forme associative, cette structure locale qui s’adresse essentiellement aux habitants des quartiers de Kallisté,
la Granière, la Solidarité et Bourrely, propose des consultations de médecine générale, des entretiens sociaux
et des soins infirmiers, et même un suivi orthophonique dans la limite des places disponibles.
99

MA VISION
À la tête du Département des Bouches-du-Rhône, j’ai déployé un large volet d’actions en faveur d’une société
inclusive, telles que le Plan HandiProvence.

La santé est la première condition de nos capacités, de nos parcours, de notre qualité de vie.

Je veux lutter contre toutes les formes de précarité. Il y a, dans la vie, des difficultés de parcours, des épreuves,
des faits subis. Chacun peut avoir besoin, à un moment de son parcours, qu’on lui tende la main et qu’on l’aide
à se remettre en selle, à se reconstruire, à reprendre un chemin de vie. C’est dans ces moments que doit inter-
venir la solidarité. La précarité face aux soins de santé touche beaucoup plus largement qu’on ne le pense, non
seulement des personnes sans domicile fixe, mais notamment aussi des travailleurs pauvres.

Je veux lutter tout particulièrement contre l’exclusion du système de soins, en concentrant


cette action en priorité sur les quartiers les plus en difficulté.

Je propose de développer, de façon complémentaire aux PASS (qui sont rattachés à l’APHM mais
qui restent trop peu connus et accessibles), des Centres d’Accès aux Soins portés par des structures
associatives, prises sur le modèle du « Château en Santé », implanté au sein du parc Kallisté.

Le projet présenterait les caractéristiques suivantes :

•Le portage serait assuré par une ou plusieurs structures associatives

•Pour assurer un maillage territorial cohérent, dans un premier temps, 3 Centres d’Accès aux Soins
pourraient être implantés à Marseille (et 3 supplémentaires dans l’aire métropolitaine). Les implantations
seront déterminées en concertation avec l’ensemble des partenaires sociaux, médicaux et institutionnels.
Les quartiers les plus défavorisés devront être priorisés.

•Le foncier sera porté et mis à disposition par la collectivité (il pourrait s’agir d’un groupement de
plusieurs acteurs).

•Le personnel médical et paramédical, ainsi que le matériel seront mis à disposition par une structure
hospitalière proche, publique ou privée.

•Les Centres Communaux d’Action Sociale et les Maisons Départementales des Solidarités seront
mobilisés pour identifier et orienter les patients concernés.

L’objectif des Centres d’Accès aux Soins reste toujours d’assurer une transition courte. À l’issue des entretiens
sociaux, examens médicaux et soins de premier recours, le patient pourra être orienté vers la structure hospita-
lière accompagnatrice du dispositif, et de façon plus globale réinséré dans le système de soins classique.

Ce projet sera mené dans le cadre d’un partenariat entre l’Agence Régionale de Santé, la ville, le Département
et un hôpital public ou privé.
100

Former aux gestes de premiers secours


Au-delà du système de soins, la santé est l’affaire de tous, et chacun peut avoir un rôle à y jouer.

Les premiers secours sont l’ensemble des soins destinés à assurer la survie de personnes victimes d’un accident
en attendant l’arrivée des secours professionnels. Chaque année en France, 40 000 personnes meurent d’un
malaise cardiaque et 20 000 d’un accident de la vie courante, bien plus que d’accidents de la route (moins de
4 000 morts).

L’assistance à une personne en péril est une obligation à la fois légale et morale. Mais le réflexe d’appeler
les secours d’appeler les secours, s’il est presque toujours au rendez-vous, ne suffit pas. Le délai moyen avant
l’arrivée des secours est de 15 minutes, alors que les premières minutes sont vitales pour sauver une vie. Dans
le cas d’un malaise cardiaque par exemple, chaque minute perdue fait diminuer les chances de survie de 10 %.
Éviter un sur accident, limiter les dégâts corporels d’une brûlure, juguler une hémorragie ne nécessitent que des
gestes très simples. Mais ces gestes qui sauvent s’apprennent.

Il existe plusieurs niveaux de formation aux premiers secours. Deux d’entre elles peuvent être suivies par le
grand public :

•La formation de base qui permet d’apprendre les rudiments des premiers secours, le PSC1 (Prévention et
secours civiques), suffisante dans la plupart des situations d’urgence, est accessible dès l’âge de 10 ans,
dure une journée et coûte entre 40 et 90 €.

•La formation PSE1 (Premiers secours en équipe) permet de devenir secouriste premier échelon
opérationnel. La formation, qui dure 5 jours, est sanctionnée par un diplôme d›État. Un module
supplémentaire spécifique d’une journée permet de devenir formateur.

En application de la réglementation (décret du 11 janvier 2006) les gestes de premiers secours (PSC1)
devraient être enseignés dans les écoles, mais cette formation, en pratique, est loin d’être
toujours dispensée.

Depuis les attentats de 2015, on constate une augmentation de la demande de formations PSC1 : en 2016, 110 000
Français ont suivi un cours de secourisme de quelques heures. Mais la France reste malgré tout à la traîne. Moins
de la moitié de la population connaîtrait les gestes qui sauvent, alors qu’en Allemagne, en Hollande, en Italie
ou dans les pays scandinaves, plus de 90 % de la population est formée.

MA VISION
La santé est l’affaire de tous, nous en sommes tous acteurs. Chacun d’entre nous a la responsabilité de sa propre
sécurité et de celle de ses proches., et à ce titre la formation aux gestes de premiers secours est essentielle.

Je crois à l’engagement citoyen, que je veux favoriser par tous les moyens. Je veux donc
donner à chacun la possibilité de devenir le premier maillon de la chaîne des secours. Je veux
que chaque Marseillais qui souhaite s’engager et devenir « citoyen actif », puisse bénéficier
d’une formation premiers secours.
101

Je crois que ces formations, qui participeront plus globalement d’une sensibilisation et d’une
éducation au civisme, peuvent aller au-delà de leur objectif premier et susciter des vocations
chez nos jeunes. S’ils suivent une formation aux gestes qui sauvent (avec nos pompiers par
exemple), peut-être auront-ils envie, eux aussi, de se mettre au service de leurs concitoyens, et
de rejoindre les 250 000 bénévoles des associations sur lesquels la Sécurité civile peut compter
en cas de crise.

J’engagerai une action de diffusion à grande échelle des formations aux gestes qui sauvent, en travaillant sur
trois axes, trois publics cibles : les agents territoriaux, la jeunesse et le grand public.

➜ Les agents territoriaux : je veux qu’avant 2026 tous les agents territoriaux relevant de
mon autorité puissent être formés aux gestes qui sauvent et devenir titulaires du PSC1.
Décider de devenir fonctionnaire territorial n’est pas neutre : c’est le choix de travailler au service de
ses concitoyens. Parce qu’ils ont fait ce choix, les agents sont des citoyens actifs qui doivent pouvoir (et
donc savoir) réagir en en cas de danger pour la population.
Les premiers agents qui bénéficieront de cette formation seront ceux qui travaillent
auprès des enfants (ATSEM, employés du périscolaire, crèches, etc.) et les policiers
municipaux.
Tous les personnels nouvellement recrutés recevront également la formation PSC1.

➜ Pour les enfants je fixerai un objectif ambitieux : que tous soient titulaires du PSC1 à
leur entrée au collège.
Chaque petit Marseillais, dès qu’il aura 10 ans (âge minimum requis pour passer le PSC1), sera
titulaire du PSC1. Ce diplôme sera passé l’année de CM2.
La mise en œuvre de ce dispositif passera par la signature d’une convention pluriannuelle d’objectifs
avec 8 associations (une sur chaque secteur de la ville). Chacune formera les enfants des écoles de
son territoire, ainsi que les agents municipaux des écoles et les enseignants volontaires. Cette mesure
permettra de former de façon massive les nouvelles générations.
Pour les jeunes n’ayant pas bénéficié de cette mesure, des formations PSE1 seront déployées
le plus largement possible, par voie de conventions et de partenariats avec l’éducation nationale
et avec des associations agréées : des chèques formation seront remis aux jeunes volontaires, qui
pourront choisir l’organisme de formation de leur choix.

➜ Le grand public : je proposerai aux Marseillais volontaires des sessions de formation
gratuites qui seront régulièrement organisées dans les maisons de quartier, les maisons du Bel-âge ou
autres lieux publics, et à l’occasion d’événements publics.
Souvent, la prise de conscience de l’importance de cette formation vient d’un accident ayant touché
un proche, ou de la naissance d’un enfant. La proposition de suivre une session de formation
pourrait être effectuée systématiquement par les services de l’état civil au moment de
la déclaration de naissance (de même qu’il sera proposé de parrainer un arbre).
102

UNE SOCIÉTÉ PLUS INCLUSIVE


Vivre en société, de façon fondamentale, c’est partager. Ce partage doit être organisé. Il doit répondre à des
valeurs fondatrices, et il doit être sécurisé. Il s’agit de préserver le bien commun, de s’assurer que les intérêts et
comportements des uns ne préjudicient pas aux autres. De s’assurer que personne ne reste au bord du chemin :
notre société doit être résolument inclusive. Nous devons lutter contre les enfermements sociaux, géographiques,
culturels. Nous devons lutter contre toutes les formes d’exclusion, économique, sociale, psychologique. Nous
devons aider, soutenir, inclure ceux qui sont confrontés au handicap ou à des problèmes de santé.

Il est également essentiel de transmettre nos valeurs, les fondements de notre ordre social, les nouveaux réflexes
de protection de notre environnement, aux jeunes générations. De le relier, aussi, à leurs aînés : les générations
ont beaucoup à s’apporter mutuellement, et souvent il suffit de stimuler ce rapprochement pour qu’il apporte
des résultats étonnants.

Nos jeunes sont la société demain, l’énergie, la créativité, et ils peuvent exercer une influence importante sur
le comportement de leur entourage, se révéler d’extraordinaires ambassadeurs pour amener un changement
profond dans nos modèles et dans nos comportements. Nos anciens ont l’expérience, et souvent une certaine
forme de sagesse.

Les déshérités de la vie, les personnes en situation de grande pauvreté, celles qui souffrent d’un handicap ou de
graves problèmes de santé, ne sont pas un poids. Ils représentent pour nous un devoir de solidarité, mais ils ont
aussi en eux une énergie qui ne demande qu’à s’exprimer dès lors que la société, leurs prochains, leur ouvre
la porte et leur tendent la main. Bien souvent, un simple coup de pouce, au bon moment, une véritable écoute,
peuvent donner l’espoir, remettre sur les rails et donner un nouveau départ.

Je crois profondément à une société inclusive, j’y ai beaucoup travaillé à la tête du Département, notamment
sur les terrains de l’insertion, de l’emploi, et du handicap avec le Plan HandiProvence.

Je veux continuer à agir avec autant d’humanité que de détermination, en faveur d’une société plus inclusive,
qui organise des liens de solidarité plus que jamais primordiaux, à l’heure où la montée des individualismes,
une mauvaise utilisation des nouvelles technologies et les difficultés économiques menacent le lien social.

Partager un territoire, cela implique de lutter contre la pauvreté et contre l’exclusion sociale, d’accompagner
ceux de nos concitoyens qui se trouvent, à un moment ou l’autre de leur vie, dans la difficulté. Les fragilités, les
précarités, les situations de vulnérabilité sont encore aujourd’hui trop nombreuses, et touchent des personnes
aux profils très variés : des personnes âgées, des travailleurs pauvres, des familles monoparentales (le plus sou-
vent des mères isolées), des migrants, des personnes sans domicile fixe de toutes classes d’âge, des jeunes sans
qualification et/ou sans soutien familial, des personnes marginalisées pour des raisons économiques, sociales
ou sanitaires. Il n’existe pas une, mais des pauvretés contre lesquelles il faut lutter pied à pied, de la façon la
plus concrète, sur le terrain et en recherchant autant que possible des solutions pérennes, de nature à permettre
à chacun et chacune de reconquérir, à terme, son autonomie.

Il est également indispensable de dégager des solutions de lutte contre les discriminations, qui concernent toutes
les personnes visées par le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, l’homophobie ou toute autre forme d’exclusion.
103

Ces phénomènes préoccupants n’épargnent pas le milieu scolaire, même si les discriminations y sont moins
nombreuses que dans le monde de l’emploi, par exemple. Mais l’école est heureusement aussi un lieu privilégié
pour déconstruire les préjugés, quels qu’ils soient, et pour faire reculer durablement les discriminations.

« Éduquer contre les préjugés et les stéréotypes » est d’ailleurs l’un des quatre piliers du plan national de lutte
contre le racisme et l’antisémitisme, présenté par le Premier ministre en mars 2018.

C’est ainsi, en multipliant en contexte scolaire les moments de dialogue et d’éducation concernant le vivre en-
semble, la mixité (sociale et de genre) et la laïcité, que l’expression des discriminations diminuera et que pourra
se construire une école plus inclusive, formant de futurs citoyens respectueux de l’altérité.

On constate chaque jour qu’un grand nombre de nos concitoyens sont désireux de s’investir dans des actions
de solidarités. L’enjeu n’est souvent non pas tant de susciter des réflexes de solidarité que de les organiser, les
coordonner, les rendre efficients. Aussi, il convient de faire émerger les solutions les plus concrètes, les plus
proches du terrain et les plus efficaces possible, en les ancrant dans la réalité économique de notre territoire.

Malgré toutes les actions qui sont déjà entreprises, la précarité reste importante dans les Bouches-du-Rhône. Le
tissu associatif local qui lutte contre la pauvreté, notamment à travers l’aide alimentaire apportée aux populations
concernées est très important, mais cette action manque globalement de coordination. Des mesures concertées et
des mutualisations notamment logistiques, pourraient améliorer de façon notable l’efficacité de l’aide apportée
et le taux de valorisation des aides, même si celui est déjà remarquable.

L’accès au droit et à la citoyenneté des personnes déclarées en situation de handicap est un enjeu social et
sociétal majeur face auquel il est nécessaire d’agir pour faire changer le regard porté sur le handicap et tendre
vers une société qui soit réellement, concrètement inclusive. C’est une question de principe, de conformité aux
valeurs que nous partageons.

Encore trop souvent méconnu, ou sous-estimé, le handicap ne concerne pas moins de 132 000 personnes dans
les Bouches-du-Rhône. Et la situation de handicap de ces personnes, dans 85 % des cas, est acquise et non pas
innée. Chacun peut, d’une façon ou d’une autre, et de façon directe et indirecte, être confronté au handicap à
un moment de son parcours de vie.

Beaucoup d’actions sont déjà engagées aujourd’hui : dans les Bouches-du-Rhône, la Maison Départementale
des Personnes Handicapées a reçu physiquement plus de 40 000 personnes, a traité plus de 80 000 appels
téléphoniques et a rendu plus de 150 000 décisions concernant plus de 60 000 personnes.

Les dispositifs déployés sont nombreux, et les initiatives locales vont parfois au-delà de ce qu’imposent des dis-
positifs législatifs et réglementaires eux-mêmes en évolution (notamment, loi du 11 février 2005).

Pour autant, les difficultés pratiques, le poids de l’inadaptation héritée de nos organisations et de nos modèles,
et les résistances psychologiques restent très présentes. Les efforts entrepris en la matière doivent donc non
seulement être maintenus mais intensifiés. Pour agir face au handicap, il faut d’abord changer le regard qui lui
est porté. Si globalement une évolution positive est perceptible, c’est encore trop souvent que les réalités sont
niées, que les regards se détournent, que les préjugés et les isolements s’installent.

Le handicap doit être vu comme une spécificité qui doit être prise en considération pour maintenir la personne,
son entourage, ses aidants, dans le flux normal de la vie sociale comme tout un chacun. L’objectif posé est né-
cessairement celui d’une inclusion totale, en termes de sécurité, d’emploi, de vie sociale, de culture, de loisirs.
Le parcours de vie ne doit pas être dicté par le handicap : il doit être normal et ouvert, grâce à un accompa-
gnement adapté.
104

Celui-ci est particulièrement nécessaire en matière de scolarisation, de transports, de logement, d’emploi, d’accès
au sport, aux loisirs, à la culture, et de soutien aux aidants.

Pour une société plus inclusive, l’action doit être continue, et toucher tous les plans de nos politiques publiques.
Les points suivants sont importants, mais ils ne sont que des exemples des actions qui seront engagées.

Lutter contre la pauvreté

Coordonner, mutualiser et amplifier l’aide alimentaire


Le tissu associatif local qui lutte contre la pauvreté, notamment à travers l’aide alimentaire apportée aux popu-
lations concernées est très important, mais cette action manque globalement de coordination. Des mesures
concertées et des mutualisations notamment logistiques, pourraient améliorer de façon no-
table l’efficacité de l’aide apportée et le taux de valorisation des aides, même si celui-ci est déjà
remarquable (pour exemple, la Banque Alimentaire, avec 0, 46 € de subvention, parvient à distribuer 10 € de
ressources alimentaires).

MA VISION
Les acteurs de l’aide alimentaire travaillent de manière remarquable aux services des plus
démunis : collecte de denrées, distribution de repas ou de denrées, accompagnement social des bénéficiaires.

Je veux d’abord leur dire ma reconnaissance et les assurer de tout mon soutien.

Pour autant, les travaux dans le cadre de Marseille Métropole Audacieuse, en particulier la commission solidarité
à laquelle plusieurs personnes engagées dans le tissu associatif participaient, ont fait apparaître que la multi-
plicité des acteurs dans ce domaine pouvait conduire à une forme de déperdition d’énergie,
et qu’il était souhaitable de trouver des solutions de mutualisation.

Dans le respect des spécificités et de la volonté de chacun des acteurs du secteur de l’aide alimentaire, je sou-
haite, sur la base des propositions émises par la société civile, soutenir la mise en place de dispositifs et mesures
qui permettront une meilleure coordination, une mutualisation de moyens, et finalement une amplification de
l’aide alimentaire. Ce travail doit être mené de manière partenariale et progressive, avec pour seule finalité le
service des plus démunis.

Créer une structure de gouvernance collaborative et solidaire

Il est proposé de créer une structure réunissant les principaux acteurs associatifs caritatifs et les institutions ter-
ritoriales autour d’une politique de lutte contre la pauvreté, en particulier sur la question de l’aide alimentaire.

La création de cette structure pourrait être concrétisée par la signature d’une charte de partenariat et la création
d’un label pour les associations participantes.
105

Les membres permanents de cette structure pourraient être le CPAS (Collectif Permanent pour l’Alimen-
tation Solidaire), qui regroupe les « majors de l’aide alimentaire » (Banque alimentaire 13, Restaurants du
cœur, Croix-Rouge, Secours populaire, ANDES), le Département des Bouches-du-Rhône, la Métropole Aix-
Marseille-Provence la Ville de Marseille, l’UNCASS (Union départementale des CCAS).

La mission de cette structure (dont la forme juridique devra être définie : association, GIP) serait d’assurer
l’optimisation de la lutte contre la pauvreté et la précarité par une meilleure cohérence dans l’attribution des
subventions et une meilleure lisibilité dans leur usage. Elle permettrait également d’augmenter le rendement
caritatif par la mutualisation des moyens et outils.

Les actions mises en œuvre par la structure (qu’elles soient décidées en interne ou choisies après appels à pro-
jets ou lors de concours citoyens), pourraient être présentées chaque année à la population lors de journées,
forums ou assises sur la précarité.

Créer un hub de l’alimentation

Je souhaite que la structure de gouvernance initiée puisse travailler à la création d’un véritable hub de l’alimen-
tation qui réunirait sur un même lieu :

•Un entrepôt de stockage des denrées alimentaires (la Banque alimentaire des Bouches-du-
Rhône fait le constat qu’elle distribue 3 200 tonnes de denrées alimentaires par an alors qu’elle devrait
en distribuer 5 000 tonnes et pourrait le faire si ses locaux étaient justement dimensionnés) ;

•Une cuisine centrale,

•Un centre de formation solidaire, destiné aux personnes en précarité, concernant tous les métiers de
l’alimentaire et de la logistique (transport, stockage et livraison), mais aussi des formations hygiène et
sécurité, lutte anti-gaspillage et valorisation des déchets ainsi que pour l’obtention des permis (voiture,
poids-lourds, cariste).

•Une diététicienne et/ou une conseillère ESF (Économie Sociale et Familiale) pour des
ateliers-cuisines qui enseignent la diététique de base, la gestion d’un petit budget et la prévention des
risques ménagers auprès des publics en précarité, et auxquels est associé un module de formation
Alimentation-Insertion. Cet emploi permettra le développement de cette formidable action proposée
par la Banque alimentaire et qui fonctionne, jusqu’à présent sur notre territoire, par la seule volonté
bénévole d’un unique cuisinier (ancien officier de marine). En 10 ans, plus de 1 000 ateliers ont permis
de former 8 600 bénéficiaires.

Amplifier la collecte des denrées

Je souhaite ouvrir à Marseille, des « points accueil repas », pour nourrir ceux qui en ont besoin et lutter contre
le gaspillage alimentaire, par la récupération des repas non-distribués dans les établissements scolaires, les
collectivités (type EHPAD) et auprès des cantines et restaurants d’entreprises et des croisiéristes.
106

Créer une consigne numérique pour les sans domicile fixe


Outre les conditions de vie difficiles auxquelles elles sont exposées, les personnes sans-abri ont des difficultés à
accéder à des services et commodités qui semblent à la plupart d’entre nous naturelles : accès à des toilettes,
accès à une douche, accès à des chargeurs de téléphone portable, ou accès à une adresse postale.

Une des difficultés rencontrées par les personnes de la rue est de conserver et protéger (notamment de l’humidité)
les documents administratifs et d’identité qui leur sont nécessaires pour toutes leurs démarches administratives :
pièce d’identité, carte Vitale, carnet de santé, avis d’imposition, attestation d’inscription chez Pôle emploi, carte
de transports, document d’identification de l’animal de compagnie. La plupart des sans-abri n’ont aucun lieu sûr
pour les ranger, et les travailleurs sociaux passent beaucoup de temps à refaire leurs papiers perdus ou volés
au lieu de se consacrer à leur réinsertion.

En outre, refaire éditer ses documents officiels est fastidieux et coûteux pour des personnes qui manquent de
ressources.

Face à ce constat, plusieurs initiatives en France ont conduit à la création de consignes numériques
permettant aux personnes sans-abri de déposer, dans un espace de stockage dématérialisé du cloud, des copies
de papiers d’identité et des documents administratifs.

Depuis une petite dizaine d’années, ces initiatives se multiplient, et se structurent. C’est notamment
le cas depuis le lancement en 2015 par le Groupe d’action sociale SOS, de la plateforme Reconnect, un
« cloud solidaire » qui permet aux SDF d’accéder à leurs documents administratifs depuis n’importe quel
ordinateur. Une dizaine de « relais Reconnect » sont déjà présents à Marseille, des structures sociales
qui accompagnent les usagers dans la création et l’utilisation de leur compte Reconnect.

MA VISION
Je veux faire de Marseille une ville inclusive. C’est-à-dire permettre à chacun d’y trouver sa place, quels
que soient son origine, son âge ou sa situation sociale.

Je veux faire acte de solidarité pour ceux qui en ont besoin, face à des difficultés de la vie qu’ils subissent et
dont ils souffrent. Nous devons accompagner et soutenir les plus fragiles parmi nos concitoyens :
les enfants et les plus jeunes, les personnes âgées, les personnes malades et celles en situation de handicap,
mais aussi les personnes de la rue. Je veux que ces actions soient concrètes, pragmatiques, qu’elles aient une
utilité directe sur le terrain. Les actions simples sont souvent les plus efficaces.

Je veux que nous soyons là pour ceux qui n’ont plus rien ou qui risquent de tout perdre. Cela signifie accompa-
gner et soutenir les plus fragiles parmi nos concitoyens : les enfants et les plus jeunes, les personnes âgées, les
personnes malades et celles en situation de handicap, mais aussi les personnes de la rue.

Je veux donc déployer le concept de consigne numérique pour les personnes sans-abri à
Marseille : une proposition concrète, utile pour l’insertion sociale ceux qui en bénéficient, et relativement peu
coûteuse pour la collectivité.
107

Le projet consiste à offrir un accès à une consigne numérique à toutes les personnes sans-abri de Marseille, via
le CCAS, le SAMU social, les centres d’hébergement, mais aussi les associations.

Ces structures seront équipées de tous les outils numériques nécessaires : ordinateur, scanner, tablette, appareil
photo, imprimante.

Le projet comporte un accompagnement des associations qui viennent en aide aux personnes de la rue pour
les inciter à proposer ce service, en finançant par exemple l’équipement nécessaire.

Concrètement, les personnes sans-abri pourront :

•Se rendre dans une structure sociale d’accompagnement ;

•Créer leur consigne numérique avec un nom, prénom, une adresse e-mail et un mot de passe ;

•Numériser et uploader leurs documents administratifs et pièces d’identité ;

•Ils pourront ensuite accéder à leurs papiers depuis tout téléphone ou ordinateur, grâce à leur
adresse mail et leur mot de passe, et si besoin les réimprimer pour leurs démarches administratives ;

•Ces documents pourront également, s’ils le souhaitent, être partagés avec des tiers,
notamment les acteurs sociaux (assistante sociale, associations, administrations).

Le service proposé devra être :

•Entièrement gratuit pour les usagers et les structures ;

•Adapté au cadre juridique (Règlement Général sur la Protection des Données) ;

•Simple d’utilisation ;

•Disponible en plusieurs langues.

Aider les travailleurs pauvres et


créer une caution pour le logement
La pauvreté a bien des visages, dont certains ne se voient pas, ou pas assez.

Derrière l’image répandue et terrible des personnes sans domicile fixe qui vivent entre la rue et des centres
d’hébergement et sont aidés pour certains d’entre eux par des minima sociaux, se cache une autre réalité, celle
des travailleurs pauvres.

Beaucoup plus de personnes qu’on ne le pense, à la suite d’une séparation, d’un accident de la vie, sont tou-
jours salariées, s’accrochent désespérément à leur emploi mais n’ont plus les moyens financiers de se loger.
108

Souvent, elles se trouvent réduites, du jour au lendemain, à dormir dans leur voiture, pour ceux qui en ont une,
ou même dans la rue. Ils tentent de garder leur dignité, de rester présentables pour continuer à aller travailler,
mais n’ont plus accès à une douche, à des sanitaires, à une cuisine, à une machine à laver ni à un lit, toutes ces
évidences du quotidien dont nous n’imaginons pas pouvoir nous passer. Dans la plupart des cas, la situation
devient rapidement intenable, la personne s’effondre moralement, s’affaiblit physiquement, perd son emploi,
se retrouve dans la rue sans ressources : la spirale de la précarité vers la grande pauvreté.

Le plus souvent, les personnes qui se retrouvent dans ces situations le cachent, par réflexe de dignité. C’est la
première difficulté à résoudre pour leur venir en aide.

MA VISION
Je suis pour une société inclusive, humaniste. Je veux aider ceux qui sont dans le besoin par l’effet de circons-
tances sur lesquelles ils n’ont pas eu de prise.

Je veux, en particulier, aider les travailleurs pauvres, les protéger, leur tendre la main et les
remettre en selle avant que la spirale de la précarité ne les mette à terre.

Pour apporter une aide concrète et efficace aux travailleurs pauvre, je veux prendre les me-
sures suivantes :

•Réaliser un état des lieux très complet des travailleurs pauvres qui vivent à Marseille.
Ce sont ceux que je souhaite aider en priorité car ils vivent dans des conditions inacceptables, et il y
a toujours urgence à agir : la dégradation de leur situation est toujours très rapide. C’est un préalable
nécessaire afin d’apporter l’aide la plus ciblée et la plus efficace.
Pour cela, je mobiliserai l’ensemble des services publics et des structures associatives qui travaillent dans
le domaine de l’aide sociale.

•Je lancerai une campagne de communication et mettrai en place un numéro de téléphone et une plate-
forme internet dédiée, afin d’inciter les personnes concernées à se signaler. Je veux convaincre ces
personnes qu’il n’y a pas de honte à se trouver en difficulté et à exprimer un besoin d’aide.

•Je veux créer un mécanisme de caution logement à destination des travailleurs les
plus précaires. Un toit, c’est la première des protections, et c’est le centre d’une vie. Je veux trouver
une solution pour que les travailleurs pauvres, par définition très isolés et disposant de très peu de
ressources, ne butent plus sur l’incapacité à fournir une caution personnelle ou financière.

•Pour aider de façon plus large toutes les personnes en situation de pauvreté, je souhaite voir créer une
plateforme numérique de facilitation du partage : beaucoup d’entre nous ont de vieux appareils inutilisés qui
fonctionnent encore. Je veux inciter les Marseillais à des gestes de générosité qui ne coûtent rien : donnons
les téléphones, ordinateurs et télévisions que nous n’utilisons plus plutôt que de les jeter ou de les laisser
dépérir dans un garage ou dans une cave. Il suffit parfois de gestes simples pour créer des cercles vertueux.
109

Agir sur le terrain de l’insertion


Je suis pour une société inclusive, un modèle responsable qui aide nos concitoyens en difficulté à se remettre en
selle, plutôt que de les laisser dans une précarité dont le seul soutien serait financier.
Je veux agir par tous les leviers possibles, avec détermination, sur le terrain de l’insertion, et donner aux per-
sonnes volontaires une seconde chance.

Soutenir les associations qui sont


les acteurs quotidiens de l’insertion
La réussite des actions menées pour l’insertion des personnes en difficultés dépend largement de la connaissance
du terrain, de la maîtrise de la relation à la personne, et nécessite la plupart du temps des solutions « cousues
main ». L’action des associations spécialisées est primordiale. Je renouvellerai et accentuerai le soutien de la
Ville et de la Métropole à ces associations. Un dialogue et des ajustements permanents permettront d’adapter
les actions au plus près des besoins révélés sur le terrain.

Des achats publics socialement responsables : agir


pour l’insertion au travers de la commande publique
Nous utiliserons les possibilités aujourd’hui élargies de la réglementation pour agir en faveur de l’insertion sociale
au travers de la commande publique. Ainsi, nous inciterons les entreprises candidates à l’attribution
de marchés publics à réserver un pourcentage d’heures de travail à réaliser par des personnes
en parcours d’insertion, en insérant des clauses valant condition d’exécution ou critères de notation. Je
veux également que lorsque cela sera techniquement possible, nous achetions directement des prestations
d’insertion. L’évaluation des résultats de la mesure d’insertion constituera l’un des éléments de contrôle de la
bonne exécution des marchés.

Accompagner l’insertion par l’activité économique


Je veux miser sur l’insertion par l’activité économique, afin de permettre à des personnes sans emploi, rencontrant
des difficultés sociales particulières, d’être accueillies et accompagnées pour bénéficier de contrats de travail.
Nous développerons une plate-forme en ligne, sur le site de la métropole, pour que les entre-
prises conventionnées par l’État au titre de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) se référencent,
et nous organiseront avec elles des temps de formation (via le fonds de professionnalisation) pour
améliorer leur capacité à répondre à un marché. Ces entreprises gèrent concrètement des ateliers et chantiers
d’insertion, ou des travaux temporaires d’insertion.

Nous apporterons également un soutien direct aux structures de l’économie sociale et solidaire, notamment par
des aides financières et des facilitations foncières.
110

Prendre soin de nos aînés


Comme partout en France, la population de notre Métropole, et notamment de Marseille, est vieillissante.

Plus de 200 000 Marseillais ont plus de 60 ans et leur proportion devrait augmenter dans les années à venir,
compte tenu des avancées de la médecine et du faible taux de natalité relatif. On estime que d’ici trente ans,
en 2050, la France comptera autant de personnes de plus de 60 ans que de personnes de 20 à 60 ans, alors
qu’elles sont aujourd’hui deux fois moins nombreuses.

Ces évolutions démographiques vont être accentuées dans notre région, qui a massivement accueilli la généra-
tion des baby-boomers.

Le vieillissement de la population est l’une des mutations de fond auxquelles nous devons nous adapter. Ses
conséquences sont très importantes notamment en termes de fonctionnement social, d’organisation des solidarités
et d’équilibres économiques (réforme des retraites, silver économie), de logement, de santé.

Deux phénomènes devraient être particulièrement observables dans les 10 à 15 années à venir sur notre territoire :

•La perte d’autonomie de ces personnes nécessitant l’adaptation de leurs logements.

•La mise sur le marché de manière massive des logements appartenant à ces baby-boomers qui partent
en structures spécialisées (EPHAD) ou qui décèdent.

Si l’espérance de vie continue à s’allonger, l’espérance de vie en bonne santé n’évolue que beaucoup plus lente-
ment, conduisant à une perte d’autonomie progressive des personnes et in fine à des situations de dépendance.

Les coûts induits par les nouveaux besoins, qu’il s’agisse de soins de santé ou d’hébergement destinés aux
personnes semi-autonomes ou en perte d’autonomie sont considérables. Le maintien à domicile de la personne
âgée, outre qu’il correspond souvent à son souhait, devient un enjeu pour nos politiques publiques. Des solutions
innovantes sont en plein développement, comme l’hospitalisation à domicile.

Le maintien de la condition physique et psychologique de la personne âgée est donc à la fois un devoir moral et
un enjeu de société. Il faut lutter contre l’exclusion par l’isolement. Il faut lutter aussi contre la perte de capacité
physique, le manque d’activité qui entraîne une fonte musculaire, laquelle est souvent à l’origine de chutes, de
fractures entraînant l’hospitalisation, l’alitement : la spirale de la perte d’autonomie. Le risque est d’autant plus
grand dans une société où il est devenu rarissime que plusieurs générations vivent sous un même toit (modèle
social courant au moins avant la seconde guerre mondiale), et où les nouveaux outils et usages numériques ont
tendance à remplacer les contacts humains.

C’est pour lutter contre l’isolement et la perte d’activité que j’ai pris l’initiative, à la tête du Département, de
lancer un grand plan pour la création de « Maisons du Bel Âge » (MBA).
111

L’idée est celle d’un guichet unique d’accueil, d’échange et de lien social.

Les MBA rencontrent un succès majeur, car elles apportent une réponse complète à de multiples besoins et attentes :

•Elles reconstruisent du vivre ensemble et rompent l’isolement, par des animations et sorties
hebdomadaires.

•Elles apportent un service très apprécié d’information, d’orientation, d’accompagnement pour tous
types de formalités : elles sont la facilitation administrative que chacun attendait.

•Elles assurent une fonction très importante de maintien des capacités motrices et sensorielles de la
personne âgée, et même de prévention et de veille sanitaire (ateliers de nutrition, de travail sur la
mémoire, sur l’équilibre, sur l’utilisation des outils numériques).

•Elles contribuent à requalifier les centres-villes et à redynamiser les quartiers.

•En outre, dans les communes rurales, elles permettent, par le biais de conventions passées par exemple
avec la Poste, de maintenir des services publics sur le territoire.

Les analyses provisoires des usages réels vis-à-vis des MBA montrent qu’elles sont fréquentées majoritairement
par des femmes et que la moyenne d’âge est de 77 ans. La grande majorité des usagers des MBA recherchent
en priorité une rupture de leur isolement et de la prévention sanitaire et motrice.

MA VISION
J’ai un profond respect pour les personnes âgées. Elles sont notre origine, notre mémoire, notre expé-
rience. Elles ont élevé nos générations et nous devons leur tendre la main en retour, lorsque le temps est venu.

Je veux non seulement aider nos aînés, mais je veux les inclure, sensibiliser les nouvelles générations à l’im-
portance du respect des anciens. Je veux aussi aider à créer des liens, à nouer des contacts qui, lorsqu’ils sont
établis, avec un peu d’aide, donnent des résultats remarquables.

Il est nécessaire de faciliter le lien intergénérationnel qui unit les personnes du bel âge, les jeunes et les familles.
Car, comme cela avait déjà été souligné dans le cadre des Assises de l’intergénération que j’avais organisé en
2016, la solidité du lien entre les générations est la condition sine qua non d’une société équilibrée.

Les MBA sont une expression de ce volontarisme. Ce n’est pas la seule.

Les anciennes générations ont beaucoup à nous apporter.

Je veux engager un faisceau d’actions qui, relayées notamment par les Maisons du Bel Age, les
Centres Communaux d’Action Sociale, l’ES13, favoriseront une inclusion réelle des personnes
âgées.
112

Poursuivre le développement
des Maisons du Bel Âge
Les MBA sont en cours de déploiement rapide dans tout le département, une dizaine de MBA ont déjà été
ouvertes et l’objectif est de 50 unités opérationnelles avant la fin de l’année 2020.

Je veux soutenir le développement des MBA, qui apportent une réponse réelle, pragmatique, tangible, aux besoins
des personnes âgées, face à la distension des liens familiaux et du lien social et face aux risques de perte d’autono-
mie. Dans le cadre d’un partenariat entre la Ville et le Département, les liens indispensables seront organisés entre
les Maisons Départementales de la Solidarité, les Centres Communaux d’Actions Sociale et les Maisons du Bel Âge.

Je veux que chacun prenne conscience que tout individu, dans notre société, a quelque chose de précieux à
apporter. Nos aînés ont une expérience, des traditions, des valeurs qui sont autant de richesses à transmettre.
À la retraite, souvent, ils manquent d’occupations. Ils ont un besoin d’interactions. De leur côté, nos enfants, nos
jeunes, ont grand besoin d’être guidés dans la vie, de se voir donner des repères moraux et des réflexes civiques.

Je veux donc créer les conditions de la rencontre de ces besoins. C’est pourquoi, notamment dans le cadre du
grand plan pour les écoles de Marseille, je veux faire appel au bénévolat, en particulier des personnes âgées,
pour inculquer à nos jeunes, dans un cadre périscolaire, les règles de la sécurité, de la civilité, de la politesse
et du savoir-vivre.

Ce n’est pas une résurgence idéologique du passé : c’est un besoin essentiel du présent, pour préserver notre
ordre social.

Favoriser la transmission en encourageant


les actions de bénévolat de nos aînés
Je veux que chacun prenne conscience que tout individu, dans notre société, a quelque chose de précieux à
apporter. Nos aînés ont une expérience, des traditions, des valeurs qui sont autant de richesses
à transmettre. À la retraite, souvent, ils manquent d’occupations. Ils ont un besoin d’interactions. De leur côté,
nos enfants, nos jeunes, ont grand besoin d’être guidés dans la vie, de se voir donner des repères moraux et
des réflexes civiques.

Je veux donc créer les conditions de la rencontre de ces besoins. C’est pourquoi, notamment dans le cadre du
grand plan pour les écoles de Marseille, je veux faire appel au bénévolat, en particulier des personnes âgées,
pour inculquer à nos jeunes, dans un cadre périscolaire, les règles de la sécurité, de la civilité, de la politesse
et du savoir-vivre.

Ce n’est pas une résurgence idéologique du passé : c’est un besoin essentiel du présent, pour préserver notre
ordre social.
113

Créer du logement intergénérationnel


Pour ne pas subir, mais plutôt anticiper et accompagner de manière positive et proactive les évolutions socié-
tales, je souhaite dès à présent travailler sur ce qui pourrait être demain le « parcours résidentiel du bel âge ».

Je veux offrir aux personnes qui le souhaitent, ou dont la dégradation de l’état de santé le nécessite, une évo-
lution positive dans le logement : du logement individuel en toute autonomie jusqu’à la structure d’hébergement
médicalisée, en passant par tous les modèles utiles et nécessaires.

Pour cela, je souhaite que nous développions beaucoup plus largement les logements intergénérationnels pour
garantir à ceux qui le souhaite leur autonomie, tout en rompant l’isolement et en créant des lieux de vie partagés.
Je crois qu’ils sont une réponse intelligente à des besoins qui se croisaient sans se rencontrer : la difficulté des jeunes
à accéder à un logement décent et autonome, et l’isolement et/ou le manque de mobilité des personnes âgées.

Si autrefois il était courant de vivre en famille à plusieurs générations sous un même toit, ce modèle a pratiquement
disparu : les cellules familiales se sont recentrées autour d’un couple et de son ou ses enfants. Sans revenir sur les
évolutions de notre société et sur les légitimes désirs de liberté et d’épanouissement de chacun, il faut aujourd’hui
trouver de nouvelles formules pour lutter contre l’isolement des personnes âgées, et contre la précarité des plus jeunes.

•L’habitat intergénérationnel désigne un ensemble de logements conçu pour accueillir


différentes générations : étudiants, familles, personnes âgées. Les différentes générations ne
partagent pas le même logement mais vivent dans un même ensemble résidentiel. Ce sont en général
des bailleurs sociaux en partenariat avec des associations ou des investisseurs privés qui initient ce type
de projets.

•L’habitat générationnel s’adresse à tout le monde et à tous les âges. Les personnes âgées peuvent y
trouver un environnement plus sécurisant et vivant.

•Les logements répondent aux besoins particuliers de ces différentes générations. Les logements destinés
aux personnes âgées sont par exemple équipés de volets électriques et de barres d’appui installées
dans la douche. Les surfaces sont pensées en cohérence avec les besoins des habitants : plusieurs
chambres pour les familles, studios pour les étudiants, 2 ou 3 pièces pour les personnes âgées.

•Des espaces communs utilisables par tous (lingerie, salle commune que l’on peut réserver pour une fête
de famille…) permettent aux habitants de l’immeuble de mutualiser les moyens, et de se rencontrer.

•Cet habitat répond à une triple logique :


— La solidarité entre générations, entre voisins ;
— La lutte contre l’isolement des étudiants et des personnes âgées ;
— Proposer une meilleure qualité de vie aux habitants.
114

Je développerai l’habitat intergénérationnel en agissant :

•En lien avec les promoteurs qui souhaitent porter ces innovations sur notre territoire :
ceux qui acceptent de prendre ce risque limité de tenter l’aventure du logement intergénérationnel
trouveront, j’en suis persuadée, une clientèle intéressée. Ils bénéficieront également d’une image positive
liée à cette réalisation innovante et démontrant leur préoccupation sociale.

•En mobilisant les bailleurs sociaux de la Ville, de la Métropole et du Département

•En lançant des appels à projet dans le cadre de la réhabilitation du centre-ville : de


nombreux immeubles ou îlots vont faire l’objet d’acquisitions publiques pour être réhabilités et remis sur
le marché, de manière libre ou sous forme de logements sociaux. Je souhaite que cela soit également
l’occasion de réaliser du logement intergénérationnel via des appels à projet. (cf. exemple de la prison
Saint-Anne à Avignon)

Bien entendu, la promotion de cette nouvelle forme d’habitat ne doit pas se faire au détriment des autres offres
du « parcours résidentiel du bel âge » : résidences autonomie, résidences services, habitat regroupé ou bégui-
nages. Chacun doit pouvoir trouver la solution qui lui est le mieux adaptée.

Faciliter le quotidien des personnes handicapées

Rendre l’espace public plus accessible


Près de 40 % de la population est gênée, à des degrés divers, par l’environnement urbain dans lequel elle évolue
au quotidien. Cette proportion va encore augmenter avec le vieillissement de la population qui s’accompagne
inéluctablement d’une limitation des capacités auditives et locomotrices.

La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes
handicapées a posé le principe de la continuité de la chaîne du déplacement et demandé aux com-
munes d’engager la mise en accessibilité de leurs voiries et de leurs espaces publics.

L’objectif posé est d’améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap selon 3 principes fondateurs :

•Prendre en compte de l’ensemble des déficiences (toute catégorie de handicap et toute


situation de handicap) ;

•Agir sur la chaîne des déplacements : qui comprend le cadre bâti, la voirie, les aménagements de
l’espace public et le système des transports ;

•Concerter, entretenir un dialogue permanent avec l’ensemble des acteurs, partenaires


(commune/EPCI, commerçants, autorités organisatrices de transports et usagers).

Ainsi, les collectivités et EPCI (donc la Métropole Aix-Marseille-Provence) doivent mettre en accessibilité la
voirie et les espaces publics lors de la création ou l’aménagement et après l’élaboration d’un plan de mise en
accessibilité. En outre, les employeurs publics doivent assurer la mise en conformité de ses bâtiments lors de la
construction ou à l’occasion de la création d’une partie neuve d’un bâtiment existant.
115

Se pose néanmoins pour de nombreux territoires et de nombreuses communes la problématique du coût


et de la méthode.

Il est dès lors indispensable de relever ensemble le défi de l’accessibilité pour tous, en mettant en place
un projet global fixant un cap et sensibilisant chacun des acteurs aux réalités rencontrées quotidiennement
par les personnes en situation de handicap.

MA VISION
Comme je l’ai fait depuis mon accession à la tête du Département, je veux agir de façon déter-
minée, pragmatique et efficace, en faveur d’une société inclusive. Je veux donner à chacun, quel
que soit son capital de départ, ses capacités, ses difficultés, les meilleures chances de s’affirmer et s’accomplir
personnellement et professionnellement.

Il faut lutter contre les préjugés et les détournements de regards. Lutter plus encore contre toutes les
formes de discrimination auxquelles peuvent parfois se heurter ceux de nos concitoyens qui souffrent d’un
handicap. Il faut informer et sensibiliser le public aux réalités du handicap, à toute la diversité des situations
que ce terme peut recouvrir.

Je veux réaffirmer le plus fermement, le plus fortement, le principe fondamental du respect de la dignité humaine,
et amener un véritable changement dans le regard que nous portons sur le handicap.

Je veux enfin que l’inclusion des personnes en situation de handicap débute par leur accès libre et sans contraintes
aux espaces publics, aux bâtiments publics, aux transports publics.

Adopter un plan de mise en accessibilité ciblé

Je veux dès le début de mon mandat établir un plan de mise en accessibilité ciblé. Tout ne pourra être fait en
même temps, et il s’agit dès lors de prioriser ce qui doit l’être, tout en s’engageant sur la durée. Notre terri-
toire doit être exemplaire, et pour cela poser un cadre strict en engageant un plan de mise en accessibilité
ambitieux pour toute la ville, lequel s’imposera à tout nouveau projet.

Dans un premier temps, je souhaite établir un diagnostic partagé et engager une mise en accessibilité immédiate
de la voirie, des espaces publics et des systèmes de transports (stationnement, arrêts de bus…) situés à proximité
des établissements accueillant des personnes en situation de handicap (établissement d’accueil et d’hébergement
enfants et adultes, ESAT) et des personnes du bel âge (EHPAD, résidences autonomie, CCAS, espaces seniors,
Maisons du Bel Age, etc.). Plus de 300 sites seraient dès lors concernés par cette première phase de mise en
accessibilité.

Dans un deuxième temps, ce plan fixera les dispositions susceptibles de rendre accessibles aux personnes
handicapées l’ensemble des bâtiments abritant les agents territoriaux (obligation de la commune en
sa qualité d’employeur), les écoles et bureaux de vote ainsi que les jardins publics, en collaboration
avec différents acteurs dont la Commission Communale d’Accessibilité.

Ce plan de mise en accessibilité sera réalisé en concertation avec les associations représentatives
des personnes handicapées (parcours 13) ainsi que les associations représentatives des commerçants et des
usagers, afin de les sensibiliser aux problématiques du handicap et de l’accessibilité.
116

Créer une application collaborative

Je veux développer pour notre territoire une application métropolitaine collaborative visant à informer les
personnes en situation de handicap des dangers potentiels de la voie publique et faciliter leurs déplacements.

Cette application collaborative devra permettre d’accéder en temps réel à de nombreuses informations desti-
nées à guider et orienter les personnes en situation de handicap vers des lieux accessibles. Le guidage serait
adapté selon le profil et le type de handicap (déficience visuelle, auditive, personnes à mobilité réduite…).

Elle permettra à tous de faire des signalements et serait gérée par un référent handicap (création d’un
poste de travail dédié) au sein des services opérationnels afin d’identifier et actualiser les lieux accessibles mais
également les différents obstacles auxquels ces personnes peuvent être confrontées. Ainsi, les dysfonctionne-
ments constatés seraient immédiatement transmis aux services concernés et traités sans délais.

Cet outil pourra être intégré à l’application « engagés au quotidien », initialement destinée à signaler
des incidents sur la voie publique en matière de propreté, voirie et circulation.

Soutenir les commerçants pour la mise en accessibilité

Je souhaite proposer un accompagnement personnalisé et un soutien financier aux commerçants qui s’engagent
à la mise en conformité de leurs locaux aux exigences en matière d’accessibilité des personnes handicapées.

La Ville de Marseille ou la Métropole, si elles ne peuvent accorder d’aides directes, peuvent intervenir en faveur
des entreprises au niveau du foncier et de l’immobilier. Je souhaite travailler à la mise en place d’un disposi-
tif d’accompagnement avec le concours d’un architecte conseil dédié, ainsi que la création d’une
aide financière pour la mise en accessibilité des locaux commerciaux au titre de la valorisation de l’action
à l’égard des personnes handicapées et du développement économique (double enjeu). Les
missions proposées par la commune ou la Métropole consisteront en conseils et vérifications des diagnostics et
préconisations de mise en conformité et des dossiers de demande d’autorisation et de complétude du dossier
(plans, formulaires…) avant dépôt.

L’aide financière pourra prendre la forme d’une prime d’installation d’un commerce et/ou d’une prime forfai-
taire pour la mise aux normes des locaux, étant précisé que l’obtention de ces aides sera subordonnée à des
engagements précis de la part des commerçants par le biais d’un conventionnement.

Soutenir le développement de l’aide


aux aidants : le droit au répit
Les aidants sont des personnes qui prennent soin au quotidien d’un proche fragilisé, par la maladie, le handicap
ou la dépendance. En France, leur nombre est évalué à près de 11 millions d’aidants.

La prise en charge et la santé des aidants sont de véritables enjeux sociétaux et de santé publique. 48 % des
aidants souffrent de problèmes de santé qu’ils n’avaient pas avant d’être aidants (sommeil, isolement,
douleurs physiques…). Ce constat souligne la nécessité de travailler sur la conciliation de l’accompagnement
et de la santé du proche aidant.
117

Cette prise en charge semble atteindre ses limites, il nous faut imaginer des solutions innovantes permettant de mu-
tualiser les ressources entre les différents acteurs pour partager les savoir-faire, les moyens et les bonnes pratiques.

Il est nécessaire d’améliorer la lisibilité des offres proposées aux aidants :

•Les aidants ont souvent du mal à accéder aux modalités de soutien qui peuvent être proposées compte
tenu du manque de lisibilité et de l’éparpillement des dispositifs existants.

•Il faut renforcer la dynamique de coopération entre les différents acteurs et créer un véritable incubateur
et catalyseur des solidarités de proximité et citoyennes.

Les pouvoirs publics doivent nécessairement prendre en compte ce phénomène et mettre en œuvre des
dispositifs clairs, efficaces et adaptés dans un lieu ressource.

MA VISION
Je veux agir de façon déterminée, pragmatique et efficace, en faveur d’une société inclusive. Je veux donner à
chacun, quels que soient son capital de départ, ses capacités, ses difficultés, les meilleures chances de s’affirmer
et s’accomplir personnellement et professionnellement. Cette action recouvre des aides directes aux personnes
frappées par des situations de handicap. Mais il est également essentiel d’agir en faveur des aidants,
dont le rôle est primordial dans l’accompagnement, l’inclusion, la vie sociale et affective des
personnes en situation de handicap.

Respecter la dignité humaine des personnes handicapées, cela implique également de respecter et soutenir
leurs proches qui les soutiennent, les aident, les accompagnent au quotidien et peuvent trop souvent se dévouer
jusqu’à l’épuisement physique et moral.

Ces objectifs, je les ai déjà poursuivis depuis 2015, à la tête du Département, et l’aide aux
aidants (le droit au répit) constitue l’un des 4 axes fondamentaux du Plan HandiProvence,
dont le bilan est déjà riche :

•Plateforme téléphonique  : Mise en œuvre d’une plateforme téléphonique de 140 m² pour répondre
aux besoins avec rapidité et efficacité aux demandes/besoins des personnes en situation de handicap.
Ainsi, cette plateforme permet de recevoir près de 9 500 appels/mois avec un effectif de 10 ETP
permettant de répondre au mieux aux besoins des usagers. Cette organisation permet d’améliorer
considérablement la relation avec l’usager.

•Extension du service de répit à domicile porté par le Centre Départemental de Gestion


(+ 16 places qui permet à près de 200 familles d’en bénéficier) + développement de deux services de
répit à domicile sur le territoire, hors Marseille (Aix-en-Provence et Salon-de-Provence) (20 places)

•Démarche handicontact  : création d’un guide dédié « handicontact », qui recense les
associations et autres organismes qui œuvrent dans le département en faveur des personnes en situation
de handicap et des familles. Ce dispositif améliore l’accès à l’information dans une logique de proximité
territoriale par le développement d’un réseau d’acteurs locaux en capacité de renseigner ou d’orienter
de manière adaptée et personnalisée.

•Journée des aidants : Organisation chaque année le 6 octobre par le Département depuis 2015
118

Je veux mettre en œuvre, dans le cadre d’un partenariat avec la ville, la métropole et le département, les actions
suivantes :

➜ Mettre en place un guichet unique de l’aide aux aidants : une démarche solidaire pour notre
territoire.
— Ce dispositif, porté de façon partenariale, permettrait de regrouper les différents acteurs de l’aide
aux aidants (associations, institutions publiques, ESMS, organismes de retraite, mutuelle…)
et proposerait un panel de services permettant de répondre aux besoins des aidants et de leur
apporter un soutien psychologique.
— Son objectif : accueillir, informer, orienter et proposer des solutions de répit pour permettre à l’aidant
de prendre conscience de ses difficultés et de « lâcher-prise ».

➜ Développer le dispositif « Handisitter » :


— Ce dispositif permet une prise en charge de jour à domicile par la mise en relation directe des
parents d’enfants atteints de handicap et des handisitters sélectionnés par l’association (ou autre
structure) parmi des étudiants, élèves d’écoles préparant à un métier médical ou médico-social
(infirmiers, infirmières, éducateurs, kinés, orthophonistes…).
— L’objectif serait d’ouvrir le périmètre d’action au profit d’un plus grand nombre de familles.

➜ Stimuler et soutenir la fédération des associations œuvrant en faveur du répit autour d’un projet
commun pour plus de lisibilité. Ce dispositif serait chargé de recenser, coordonner et organiser les
différentes offres existantes pour une offre métropolitaine structurée et accessible.

Développer le handicoworking et le télétravail


pour les personnes en situation de handicap
Il est souvent difficile de concilier les contraintes de la vie professionnelle avec la gestion d’une situation de
handicap.

Plus de trente ans après la loi de 1987 qui instaurait l’obligation d’emploi, le constat est mitigé. Le taux de
chômage des personnes en situation de handicap reste deux fois plus élevé que la moyenne nationale (19 %
contre 10 %)

L’inclusion des personnes en situation de handicap dans le monde du travail est un sujet majeur qui nécessite de :

•Développer des initiatives et solutions innovantes pour lutter contre le chômage et favoriser le
maintien dans l’emploi.

•Mobiliser des outils et des acteurs économiques et donner une véritable inflexion visant à
favoriser l’inclusion professionnelle et lutter contre les carences d’accessibilité dans certains domaines.

Aussi, le développement du télétravail et du handicoworking apparaît comme une opportunité pour l’insertion
professionnelle des personnes handicapées.

Ces nouvelles modalités de travail constituent des réponses à l’obligation d’emploi que notre territoire peut initier
119

pour devenir un véritable « incubateur pro inclusif ».

Toutefois, les nombreux locaux de type coworking sont pour la plupart accessibles mais l’aménagement intérieur
n’est pas pour autant adapté.

Sur le modèle du projet de l’association HACTIF, primé au Parlement Européen, à Cergy, je propose de mettre
en place un projet innovant permettant de répondre aux contraintes du handicap et de rendre ainsi les personnes
handicapées actrices de leur réussite professionnelle.

MA VISION
Je veux lutter contre les préjugés et les détournements de regards. Je veux réaffirmer le plus fermement, le plus
fortement, le principe fondamental du respect de la dignité humaine, et amener un véritable changement dans le
regard que nous portons sur le handicap. Les personnes souffrant d’un handicap, ont aussi, si on le leur permet,
si on crée les conditions, beaucoup à partager, beaucoup à nous apporter.

Cela passe pour moi par le travail, que je considère comme un pilier de notre fonctionnement social, un irrem-
plaçable outil d’inclusion, et un facteur majeur d’accomplissement personnel.

Je veux pour cela explorer toutes les solutions innovantes, servies par les nouvelles technologies, qui peuvent
être déployées pour adapter le travail et le rendre accessible à tous. Ce n’est pas seulement une démarche de
solidarité et de partage, c’est un moyen de libérer des énergies qui ne demandent qu’à s’exprimer.

Je souhaite créer, en partenariat avec le Département, un espace entièrement adapté et amé-


nagé pour tout type de handicap, qui mettra à disposition des postes de télétravail.

Ce site permettra d’apporter une véritable réponse à la fois aux employeurs souvent confrontés aux difficultés
d’accessibilité ou de retour à l’emploi des personnes en situation de handicap et aux travailleurs indépendants
en situation de handicap pouvant exercer leur métier à distance.

En outre, cet espace dédié permettra de suivre des formations et d’être un véritable accélérateur
à l’emploi (coaching, diagnostics personnalisés, sensibilisation et information sur l’emploi et le handicap…) en
lien avec un réseau d’entreprises partenaires qui pourraient recruter ces personnes en situation de handicap.

Les locaux seraient totalement aménagés et adaptés, équipés de mobilier ergonomiques et mettraient à dispo-
sition des postes de travail spécifiquement adaptés aux différentes formes de handicap,

Un appel à projet sera lancé pour gérer cette démarche inclusive, qui pourrait être étendue à d’autres mesures.

Un partenariat sera mis en place avec les acteurs économiques, institutionnels et le secteur protégé :
cap emploi, centres de formation, Ville de Marseille et Métropole Aix-Marseille-Provence (mise en œuvre d’un
réseau social handicoworking métropolitain, sourcing, accompagnement à l’emploi, organisation de séances
d’information et de coaching, conférence).

Créer du logement inclusif


120

Les personnes en situation de handicap souhaitant se loger se trouvent aujourd’hui confrontées au choix binaire
du logement ordinaire – difficile en cas de perte d’autonomie et source d’isolement social – ou de l’hébergement
en institution spécialisée, pouvant accélérer leur perte d’autonomie.

Face à ce constat, s’est développée depuis quelques années une offre d’habitat inclusif, qui constitue une ré-
ponse complémentaire au logement ordinaire et une alternative à l’hébergement en institution. Il s’agit de
petits ensembles de logements indépendants, caractérisés par des espaces de vie individuelle
associés à des lieux partagés, dans un environnement adapté et sécurisé.

Un nombre croissant de personnes en situation de handicap souhaitent, choisir leur habitat et les personnes avec
qui le partager, dans un environnement adapté et sécurisé. Une pluralité d’offres d’habitat inclusif, fondées sur
le principe du libre choix, se développent via des partenariats impliquant des bailleurs sociaux, des collectivités,
des associations, des mutuelles ou des fondations.

•Pour les personnes en situation de handicap, l’habitat inclusif apparaît à la fois comme :
— Une offre innovante ;
— Une réponse complémentaire au logement ordinaire ;
— Une alternative à l’hébergement en institution (souvent difficile à accepter).

•Ce nouveau type d’habitat se développe sous deux formes :


— Des logements individuels disséminés, constitués au minimum d’un espace commun (studios,
pavillons) auxquels s’ajoute en proximité un local collectif mis à la disposition des habitants ;
— Un espace de vie individuel privatif au sein de logements partagés (type colocation).

MA VISION
•En tant que Présidente du Conseil Départemental, j’ai déjà engagé le développement de ce
nouveau modèle :
— Le Schéma Départemental actuel prévoit d’adapter et améliorer l’offre de prise en charge et
de soutenir les personnes en situation de handicap et leurs aidants. Les actions qui en découlent visent
à améliorer les dispositifs existants, à réfléchir à leurs modes de financement et à offrir des solutions
alternatives d’hébergement.
— Le Plan HandiProvence 2025 prévoit d’offrir un dispositif d’accueil adapté et choisi, par le
développement de l’habitat inclusif. Des solutions de mutualisation de la Prestation de Compensation
du Handicap (PCH) favorisent un meilleur accompagnement des personnes et fiabilisent la gestion des
nouveaux modes d’habitat. Cette mutualisation permet d’organiser une présence sur site 24h/24h de
professionnels qualifiés pour le suivi et l’accompagnement des résidents.
— Ainsi, un premier appel à candidatures a été lancé fin 2018, pour 100 places sur tout
le département (à titre d’exemple, les 2 projets de l’Arche à Aix-en-Provence et de Simon de Cyrène
à Marseille sont des projets de 16 et 20 places).

•Je souhaite accompagner le développement du logement inclusif, afin de permettre aux personnes en
situation de handicap de choisir leur lieu de vie en partageant un espace commun et un projet de vie
sociale. L’objectif est de répondre aux besoins de ceux qui, ayant une certaine autonomie, souhaitent
pouvoir habiter un logement ordinaire, sans pour autant vivre seuls.

Les initiateurs des projets d’habitats inclusifs sont souvent issus de la société civile (associations
représentant ou réunissant les personnes concernées ou les aidants familiaux). Au-delà, les
121

principaux partenaires ou initiateurs de ces projets sont les collectivités locales, essentiellement
les communes, les bailleurs sociaux, les prestataires de services à la personne et les gestion-
naires d’établissements et services médico-sociaux.

Je veux développer ce mode d’hébergement innovant et ériger la Métropole Aix-Marseille-Provence en promo-


teur légitime de projets, compte tenu de sa compétence Habitat et ainsi poursuivre avec les porteurs de projets
le maillage du territoire en habitats inclusifs :

•Le développement de l’habitat inclusif sera inscrit dans le Plan Local de l’Habitat, comme dans le Plan
Local d’Urbanisme Intercommunal.

•Nous construirons ou rénoverons de l’habitat inclusif via les bailleurs sociaux de la Métropole,
notamment Habitat Marseille Provence.

Maire de Marseille, je veux être moteur dans le développement de l’habitat inclusif :

•En initiant des appels à projet sur des locaux vacants mis à disposition.

•À travers des contributions financières ou logistiques complémentaires.

Développer les handiplages, les plages pour tous


Le simple plaisir d’une baignade en mer peut s’avérer parfois impossible pour les personnes en situation de
handicap. Seulement 300 plages en France sont accessibles aux personnes en situation de handicap sur 3 000
plages du littoral national.

À l’initiative de plusieurs communes de notre Département (Marseille, Sausset, Carry, la Ciotat notamment),
l’accès à la baignade des personnes à mobilité réduite (PMR) a déjà été facilité (mise en place de tiralos,
hippocampes, parkings, w.-c. et douches accessibles).

Néanmoins, afin de répondre au mieux aux besoins de ces personnes en situation de handicap, il est nécessaire
que les municipalités se mobilisent et repensent l’accessibilité des plages afin de permettre à chacun de se bai-
gner et d’accéder à des activités nautiques.

MA VISION
Une société inclusive, c’est une société qui ouvre le plus largement possible ses services à ses citoyens, en par-
ticulier lorsqu’ils souffrent d’un handicap. Si l’accessibilité de services aussi essentiels que les transports, par
exemple, concentre souvent toutes les préoccupations, je tiens à ce que les autres services publics tels que ceux
relevant de la culture ou du loisir ne soient aucunement occultés ou sous-estimés. Leur rôle me paraît essentiel
pour la qualité de vie et la structuration, l’équilibre psychologique et l’insertion sociale de ces personnes.

La plage à Marseille, en particulier, recouvre des notions de plaisir et de liberté. Elle constitue un lieu de détente et
d’échange privilégié, qui contribue à la mixité sociale, et à l’inclusion sociale, favorisant le « mieux vivre ensemble ».

Je veux faire en sorte que la plage à Marseille soit accessible à tous, y compris aux personnes
en situation de handicap.
122

Je veux créer une plage Marseillaise entièrement accessible, utilisable pour les personnes han-
dicapées et leurs accompagnants et permettant d’y exercer des activités ludiques et sportives.

Je propose de déployer une structure handiplage (plage et ponton) de qualité sur la plage du Prado :

•Bien que déjà dotée de 3 tiralos et de personnel affecté, de vestiaires et douches accessibles, cette
plage fera l’objet d’un projet ambitieux visant à équiper cet espace beaucoup plus
largement pour tous les handicaps et leur offrir la possibilité de pratiquer des activités nautiques.

•Atteindre l’objectif d’une adaptation totale de cette plage et de son ponton, et la faire identifier comme
« plage remarquable » et labellisée 4 handicaps.

•Cette plage doit être un véritable lieu d’accueil, de partage et d’accompagnement à la mise
à l’eau adaptée à chacun.

L’organisation des lieux et l’accompagnement des personnes handicapées (coordonner les actions, gérer les
inscriptions pour les activités nautiques, communiquer et renseigner) pourra être confié à une association (sur le
modèle « d’un fauteuil à la mer ») ou à défaut être traité en régie par une équipe dédiée.

Un appel à bénévoles pourra en outre être lancé pour la période estivale, et des services civiques seront recrutés
coordonner leurs actions.

Comme Présidente de la Métropole, j’engagerai par ailleurs un travail pour développer des
tapis d’accès aux plages dans toutes les autres communes du littoral.

Adopter un nouveau regard sur le handicap mental


Les situations de handicap mental, psychique ou cognitif touchent pourtant 16 % des Français. La désignation
comme « handicap mental » a un fort pouvoir invalidant dans notre société ou l’intégrité physique et mentale
détermine le plus souvent la place et la considération sociale.

Il nous appartient de favoriser la participation de tous à la vie en collectivité, en proposant un environnement


favorable offrant des conditions permettant à chacun de trouver sa place.

Cette inclusion des personnes porteuses de handicaps mentaux n’est possible que par un changement complet
de regard sur ces personnes, par une refonte des politiques publiques et une forte sensibilisation de l’opinion
publique. Les collectivités et EPCI ont vocation à être à la fois moteurs et facilitateurs de ce nouvel élan pour
l’inclusion des personnes en situation de handicap mental.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes :


123

•En France 700 000 personnes sont atteintes de troubles autistiques (dont 600 000 adultes).
Une naissance sur 100 serait concernée. La prise en charge partielle et non-adaptée revient au minimum
à 2 500 € par enfant et par mois, essentiellement supportée par la famille.

•Le nombre de personnes porteuses de trisomie 21 en France serait compris entre 38 000 et 41 000. On
estime qu’il y a 2 370 naissances d’enfants porteurs de trisomie 21 chaque année.

MA VISION
Avant d’être un axe de politique publique, le handicap mental est une réalité vécue quotidiennement par des
centaines de milliers de personnes, et par les familles qui les entourent. Cette situation m’amène d’abord à por-
ter un regard très attentif, bienveillant et affectueux sur ces personnes souvent stigmatisées, souvent moquées,
et, malgré la mobilisation d’acteurs formidables à leurs côtés, encore trop souvent abandonnées à leur sort.

Dans une société qui privilégie la performance individuelle et l’émancipation de chacun, les personnes souffrant
de différentes formes de handicaps mentaux, qui ont besoin d’autrui pour les accompagner dans la vie, doivent
nous interpeller, et les personnes qui les accompagnent être montrées en exemple.

Aujourd’hui, je veux me saisir pleinement de ce sujet du handicap mental, pour ne plus laisser ceux qui en
souffrent et leurs familles seuls et désemparés. Les pouvoirs publics doivent être à leurs côtés, et c’est le premier
engagement que je prends.

Les besoins exprimés sont très variables et les réponses souvent inadaptées ou lacunaires. Les structures existantes
trop peu nombreuses et l’offre de soins ne sont pas suffisamment développées. Par ailleurs, l’accompagnement
des familles qui entourent ces personnes de leur amour, mais également dans les actes de la vie courante, n’est
pas assez important, outre le poids financier qu’il peut représenter.

J’appelle aujourd’hui à changer la donne en faveur de ces personnes et de leurs familles, en modifiant notre
regard et en prenant en compte les personnes en situation de handicap mental dans chacune de nos décisions.
C’est moins un projet défini et circonscrit que je souhaite porter, qu’un changement d’attitude et de paradigme
que je veux initier.

Je veux apporter des réponses concrètes aux besoins d’accessibilité :

•En clarifiant l’information pour faciliter les déplacements et en anticipant les difficultés. Par
exemple, nous proposerons de mettre à disposition des informations simples sous différentes formes
(textes simplifiés, codes couleurs adaptés, pictogrammes, signalétique audio, vidéo, etc.) et sur différents
supports (brochures, affichage, web, application Smartphone).

•En assurant un accueil ouvert et chaleureux dans les services publics :


nous assurerons la formation du personnel d’accueil aux différentes situations de handicaps, et
adapterons les procédures pour permettre un accompagnement personnalisé.

•En favorisant l’apprentissage d’un métier, le maintien des connaissances et


l’accompagnement de l’évolution professionnelle. En favorisant l’orientation, avec
124

des mesures d’adaptation, vers le milieu ordinaire et non seulement vers le secteur protégé (entreprises
adaptées). Les acteurs publics (collectivités, Métropole, etc.) doivent à ce titre être exemplaires,
mais il faut également mobiliser les entreprises, par des partenariats, l’insertion de clauses dans les
marchés publics, et des mesures de sensibilisation et de valorisation des actions menées.

•En garantissant la scolarisation dans une école inclusive :


— Assurer, lorsque les parents le souhaitent, et que l’école le permet, l’inscription scolaire des enfants
porteurs de handicaps mentaux. :
— Former le personnel aux comportements de la personne porteuse de trisomie 21 et autres déficiences
mentales, pour adapter l’accompagnement. :
— Sensibiliser dès l’entrée à l’école les élèves au respect de la différence. :
— Intégrer les parents dans les instances de décision qui concernent leur enfant. :
— S’occuper des familles, par l’aide aux aidants :
— Je veux créer une plateforme de répit dans des secteurs repérés pour offrir aux parents une prise en
charge éducative, thérapeutique et pédagogique. :
— Je veux développer le soutien aux associations œuvrant dans le champ du handicap
mental (autisme et trisomie 21 notamment), notamment pour l’accompagnement des parents et pour la
sensibilisation à ces formes de handicap. :
— Je veux fédérer toutes les associations d’aidants autour d’un projet commun pour développer la
lisibilité de la démarche engagée envers les aidants.

•En pratiquant l’inclusion par le logement. Vivre seul dans son logement sans assistance est souvent
difficile et le choix de logement est restreint pour les personnes en situation de handicap mental. Aussi,
je souhaite soutenir la création d’habitats « inclusifs » mixtes (personnes ordinaires et handicapés
mentaux). Je souhaite également favoriser la construction de logements adaptés.

•En soutenant l’accès à la culture et aux loisirs.

Créer un événement incontournable autour du handicap


Encore trop souvent, les personnes handicapées sont très largement occultées, rendues invisibles.

Les manifestations publiques montrant au grand jour la question du handicap sont nombreuses, et rencontrent
souvent un certain succès populaire (téléthon, jeux paralympiques, etc.), mais elles restent parfois assez éloignées
des réalités quotidiennes et locales, rencontrées par les personnes en situation de handicap.

MA VISION
Pour une société plus inclusive, pour donner à chacun les meilleures chances de s’affirmer et s’accomplir person-
nellement et professionnellement, il faut changer les regards, les approches, et parfois bousculer les repères. Je
crois que montrer le handicap, provoquer la rencontre, peut réellement changer le regard qui lui est porté. Je
veux continuer à agir en faveur du handicap, comme je l’ai fait à la tête du Département, de façon transversale.
Les personnes souffrant de handicap, quelle que soit sa forme, font partie intégrante de notre société. Nous
partageons tous le même territoire.

L’organisation d’événements dédiés est l’une des nombreuses actions que je souhaite mener pour décloisonner
le handicap.
125

Je veux lancer un événement grand public emblématique et incontournable autour du handicap


qui permettra de sensibiliser et favoriser l’intégration des personnes en situation de handicap
au sein d’une métropole plus inclusive. Cette manifestation devra être ludique et festive, mais
comportera un volet pédagogique fortement structuré, informatif et préventif.

Cette manifestation répondra à un triple enjeu :

•Accorder de la place à l’autre malgré sa différence, oublier les appréhensions en mixant


valides et invalides autour d’un projet commun, ensemble.

•Promouvoir l’inclusion et l’universalité sous toutes leurs formes

•Rassembler autour d’un événement pour sensibiliser, renforcer les solidarités et intégrer le
handicap au cœur des politiques publiques.

Je propose d’étudier la possibilité de créer un événement axé sur la sensibilisation et sur la prévention, qui pren-
drait place en un lieu emblématique central, tel que le Vieux Port. Les associations seront mobilisées en amont et
tous les handicaps devront être représentés afin de participer et dévoiler leurs talents. Afin de prolonger l’impact
de l’événement, une fresque géante serait ensuite affichée en un site emblématique de Marseille.

Pour une juste place des animaux en ville


Deuxième ville de France, Marseille est très fortement urbanisée et touchée par la pollution atmosphérique.
Elle peut ainsi paraître peu accueillante pour la vie animale.

Pourtant, Marseille est également une ville à la biodiversité surprenante, bordée par la mer Méditerranée
et le Parc national des Calanques et surplombée par des massifs montagneux, à proximité de l’étang de Berre
ou encore de la Camargue, où une faune riche et variée prospère. Les Marseillais sont également nom-
breux à avoir des animaux de compagnie.

En matière de protection des animaux et de promotion de la condition animale, notre territoire doit affronter
des enjeux majeurs. Il s’agit à la fois d’apporter des solutions pour la protection des animaux
domestiques, la condition animale des animaux d’élevage ou en captivité, et la protection de
la vie sauvage.

MA VISION
Je veux aborder la question de la protection animale, et agir en faveur d’une juste place des
animaux en ville. La protection animale est un sujet extrêmement vaste, recouvrant des réalités
aussi variables que la régulation de la faune en ville, la prise en compte des animaux domestique en ville, ou
encore la prise en compte du rôle thérapeutique des animaux dans les structures médicalisées.

Mieux accepter les animaux domestiques


La place des animaux domestiques dans notre ville est sujette à débat : sources de nuisances pour les uns (dé-
126

jections, dangers de morsures, etc.), ils sont pour d’autres des compagnons indispensables. Je veux pacifier
ce rapport aux animaux, en fixant des règles claires, mais en leur laissant toute leur place :

•Sensibiliser les propriétaires d’animaux aux règles élémentaires concernant le ramassage


des déjections, le port de la muselière, par l’édition d’un fascicule informatif destiné aux propriétaires
d’animaux domestiques.

•Lutter sans relâche contre la maltraitance animale en faisant d’allô-mairie (fusionné avec
Engagés au quotidien) un relais entre particuliers et associations.

•Lutter contre l’abandon en soutenant la création de refuges pour animaux abandonnés et les
associations qui œuvrent en leur faveur.

•Lancer un vaste plan d’installation dans Marseille de caninettes, de distributeurs de


sacs, et de création d’espaces canins

Favoriser la vie sauvage et la biodiversité


Bien que Marseille soit une grande ville, je veux favoriser la vie sauvage, et la place de la faune sauvage par
les mesures suivantes :

•Favoriser l’implantation de ruches sur les toits des bâtiments métropolitains.

•Lutter contre la prolifération des espèces endémiques, déséquilibrant l’écosystème de notre


territoire.

•Lutter contre la pollution des mers, en particulier en Méditerranée, et notamment par le plastique
qu’ingèrent les animaux marins.

•Dans le cadre de la réhabilitation du bâti ancien, créer des nichoirs partout en ville pour favoriser
la biodiversité en ville, et notamment les espèces en danger.

Signer une charte de la protection animale


Pour mener cette politique en faveur de la protection animale, je veux mettre en place une organisation et des
objectifs clairs :

•Signer une « charte de la protection animale », entre les acteurs publics et les associations de
protection des animaux, dans laquelle chacun s’engage sur la protection des animaux.

•Je veux à terme que Marseille obtienne le ruban d’honneur de la fondation 30 millions
d’amis, récompensant chaque année une municipalité qui s’est engagée avec succès dans des actions
concrètes en faveur de la protection animale ou pour faciliter l’intégration des animaux dans la ville.
127

LIBÉRER LES EXCELLENCES


ET LES ÉNERGIES

Marseille, je l’ai dit, a besoin d’une mise à niveau, et je redonnerai aux Marseillais les fondamentaux qui nor-
maliseront, apaiseront et faciliteront leur quotidien. Marseille sécurisée, ordonnée, dotée de services publics
(notamment les transports) fonctionnels et d’une vraie politique de la formation et de l’emploi, d’une action
résolue contre toutes les formes d’exclusion et se délivrant peu à peu de la pollution. Cette ville de Marseille
retrouvée, respirant, se protégeant, travaillant et partageant à nouveau, se tournera réso-
lument, dans le même temps, vers son avenir et libérera toutes ses énergies. Les domaines et
projets d’excellence de Marseille pourront exprimer sans contraintes tout leur potentiel. Ils permettront à la ville
de prendre son essor sans rien perdre de son identité, mais au contraire en misant sur elle, pour accomplir sa
vocation de ville métropolitaine attractive, créative et durable.

Que voulons-nous pour nos enfants ? Que nous demandent-ils déjà aujourd’hui ?

Parce que c’est mon caractère et ma méthode, je veux que nous soyons pragmatiques et proches des Marseillais
dans la gestion des affaires de la Cité. Mais je veux aussi que nous nous donnions une véritable ambition,
que nous sachions voir loin, nous adapter à un monde qui change très rapidement, saisir les opportunités et
nous servir de la force des courants, sans jamais perdre nos valeurs ni nos repères.

Marseille et sa Métropole ne sont pas riches de moyens financiers. Le temps de l’abondance


de l’argent public est derrière nous. Plus que jamais, il nous faut réfléchir avant d’agir et tirer
parti de nos ressources. Nous devons nous doter d’une stratégie claire, cibler ce que nous voulons, faire des
choix. Nous devons être agiles et tirer parti de nos vraies richesses. La nature, à laquelle nous nous reconnec-
terons, en lui redonnant ses droits jusqu’au cœur de la ville. L’eau, qui traverse notre territoire en abondance.
Notre climat. Le soleil, le vent, la mer, qui nous donnent les ingrédients rêvés pour composer un nouveau mix
énergétique respectueux de notre environnement. Notre positionnement unique en Méditerranée et nos
infrastructures portuaires et aéroportuaires. Notre richesse associative et culturelle. Notre jeunesse,
dont la formidable énergie ne demande qu’à être libérée.

C’est un nouvel élan que je veux donner à Marseille, résolument inscrit dans le mouvement des révolutions
numérique, environnementale et énergétique. Mon pari est celui de faire naître une nouvelle dynamique
qui se nourrira des interactions positives entre tous les volets de notre action, pour construire un avenir qui pro-
fitera à tous les Marseillais.

Je veux faire revenir la nature dans la ville. Je veux faire revivre ces noyaux villageois qui ont forgé
l’identité de Marseille, qui lui donnent son caractère.
128

Je veux que les Marseillais puissent se retrouver, se rencontrer, tisser des liens, dans des commerces de proximité
réhabilités et dans un espace public plus agréable, non envahi par la voiture, avec des places apaisées, des
fontaines, des terrasses et des bancs, où il fera bon s’attarder autour d’un café. Je veux leur donner, pour eux
et pour leurs enfants, de nouveaux espaces de respiration : les friches et les délaissés ne seront pas réservés au
béton ou laissés à l’abandon. Nous saisirons au contraire les opportunités de créer dans notre ville des cadres
de verdure qui contribueront à apaiser le quotidien.

Je veux faire revivre le centre-ville de Marseille, y faire revenir nos jeunes, trop longtemps éloignés dans
des centres universitaires relégués aux confins de la ville. Les jeunes sont au cœur de notre vie. Ils seront placés
au cœur de la ville et au cœur de nos politiques, notamment en matière de culture, d’activités et d’événements.

Douce à vivre pour les Marseillais, notre ville sera également attractive pour les touristes et pour les entreprises,
qui viendront créer de nouvelles richesses et des emplois pour tous, servis par une politique de formation revi-
sitée de fond en comble.

En misant sur nos pépites déjà implantées en matière de santé et de nouvelles technologies, et sur des atouts
uniques tels que les autoroutes de l’information qui irriguent toute l’Europe en passant par notre territoire, nous
stimulerons le foisonnement de nouveaux écosystèmes dans la recherche scientifique, la recherche médicale,
l’industrie, le numérique.

La culture est un axe fort du projet que je veux porter pour Marseille. Je considère la culture comme un
vecteur majeur pour la créativité d’un territoire, pour l’épanouissement des individus et l’entretien du lien social,
pour la transmission de valeurs humanistes et la lutte contre toutes les formes d’extrémisme. C’est par la culture,
aussi, que Marseille deviendra plus attractive.

Le sport, qui sera plus particulièrement mis à l’honneur avec l’échéance des jeux olympiques en 2024, est un
atout santé, un porteur de valeurs, un vecteur de sociabilisation et d’accomplissement pour les jeunes. Il sera
un volet important de notre projet.

Le développement de nos infrastructures de transport, qui souffrent d’un retard historique, sera au
cœur de notre ambition pour Marseille. Au-delà du très attendu accompagnement financier de l’État, les trans-
ports seront au cœur du cercle vertueux que nous voulons mettre en place : irriguant la ville, ils concourront
beaucoup à la rendre plus attractive. Parallèlement, le développement économique de notre territoire lui donnera
de nouvelles marges de manœuvre, qu’il pourra réinvestir.

Les marges de manœuvre, nous les trouverons, également, dans un modèle de gestion qui sera professionnel et
rigoureux. Les investissements à Marseille s’appuieront sur les financements publics partenariaux mobilisables
(locaux, nationaux et européens). Par ailleurs, le meilleur des financements est parfois celui que
le service public n’a pas à faire mais simplement à accueillir : de grands équipements culturels dans
le monde ont été créés et sont gérés par des fondations. Au-delà de ce modèle qui reste limité, il n’y a pas de
fatalité à ce que la création et la gestion d’un équipement culturel constituent une charge pour le territoire :
Bilbao n’a pas le monopole de l’effet Guggenheim.

Voici quelques axes d’un projet qui repose avant tout sur un changement de paradigme, une autre façon de
concevoir nos vies, notre ville et l’avenir de nos enfants.
129

PROTÉGER L’ENVIRONNEMENT

La protection de l’environnement constitue un enjeu majeur pour notre territoire. Les feux de ces dernières années
dans les massifs métropolitains, la pollution de l’air notamment à Marseille, la pollution des eaux de baignades
mais également les déchets éparpillés dans nos espaces naturels et urbains sont des exemples démontrant la
nécessité de réaliser des actions fortes en faveur du respect de l’environnement.

Je veux faire de la protection de l’environnement ma priorité absolue pour Marseille.


J’étais déjà intimement convaincue de l’importance d’intégrer la dimension environnementale à tous les
domaines de la vie publique. Et c’est d’ailleurs tout le sens de l’Agenda environnemental que j’ai fait éla-
borer conjointement par le Département et la Métropole. Pleinement consciente de l’importance de l’enjeu et
de l’urgence avec laquelle nous devons agir, j’ai voulu que l’environnement soit le tout premier sujet sur lequel
les deux institutions que je préside travaillent de concert. Cet agenda, c’est quand même 1 milliard d’euros
sur cinq ans.

L’accélération des événements climatiques extrêmes que connaît notre planète et la mobilisation inédite de notre
jeunesse ont renforcé mes convictions.

Aujourd’hui je réalise que les actions menées jusqu’alors sont importantes mais insuffisantes. Pour vraiment
inverser la tendance nous devons engager une véritable révolution verte, aller beaucoup plus
loin et beaucoup plus vite.

Il y va de la préservation de notre environnement mais également de la qualité de notre cadre de vie et de la


protection de notre santé. C’est un devoir qui nous incombe et que nous devons honorer par res-
pect pour notre terre, notre mer, nos enfants.

La protection de l’environnement doit s’imposer comme un impératif à toutes décisions publiques.

Nous ne devons pas seulement réagir, nous devons fondamentalement repenser nos modes de vie, de déve-
loppement, de consommation, de déplacement, et notre rapport à la nature. Nos actes du quotidien, manger,
boire, s’habiller, se déplacer, doivent être rendus responsables et respectueux de notre planète.

Mon credo c’est l’action, pas les grands discours.

Nous ne devons pas voir la protection de l’environnement comme une contrainte, mais comme une formi-
dable opportunité, notamment en termes de développement économique. Il ne s’agit pas de décroître, il ne
s’agit pas d’entraver. Il s’agit de s’adapter et d’investir massivement dans la transition. L’économie
verte, les nouvelles industries, le développement des énergies renouvelables, apportent chaque jour de nou-
velles richesses, de la création d’emplois et instaurent peu à peu des cercles vertueux. C’est une véritable
perspective d’innovation et de développement dont nous devons nous saisir. Il ne s’agit pas de
chercher à rattraper ce qui a été fait, mais de nous projeter dans l’avenir avec l’ambition de devenir un
territoire exemplaire.
130

Replacer la nature au cœur de la vie des Marseillais


17 000 hectares de parcs et domaines, 30 sites emblématiques comme le Parc national des Calanques, la Sainte-
Victoire, les Alpilles, la Sainte-Baume ou la Camargue, les habitants de ce territoire bénéficient d’une nature
d’exception à portée de main. Marseille fait partie du club très restreint des quelques villes au
monde (Le Cap, Sydney, Nairobi, Rio) bénéficiant de la proximité immédiate de sites naturels
d’exception. C’est un élément clé de l’identité de notre territoire.

Mais, au cours des dernières décennies, l’aménagement des villes, notamment à Marseille, a été consommateur
de foncier et s’est fait sur le modèle du tout minéral, laissant peu de place aux arbres et aux espaces verts. Ainsi,
alors qu’elle est entourée d’une nature absolument exceptionnelle, Marseille est une ville qui souffre de
manque de « vert » et d’espaces de respiration en son cœur : arbres, espaces verts, parcs pour les
enfants.

Conséquences :

•Les émissions de CO2 ne sont pas suffisamment absorbées par les arbres, qui sont de véritables « puits
de carbone » (un arbre retient jusqu’à 5,4 tonnes de CO2 et 20 kg de poussière par an) ;

•Les sols urbains s’imperméabilisent, absorbent le rayonnement solaire et le renvoient ensuite sous forme
de chaleur - ce que ne font pas les sols couverts de végétaux – c’est ainsi que se forment des îlots de
chaleur urbains. Par ailleurs, les sols ne captent plus suffisamment les eaux de pluie qui
ruissellent donc vers la mer et les cours d’eau, drainant déchets et polluants et devenant ainsi une
source de pollution majeure.

•Les espaces susceptibles d’accueillir la biodiversité deviennent très restreints et les couloirs de
biodiversité sont de plus en plus entrecoupés. Les populations animales et végétales décroissent ou ne
peuvent plus se déplacer, entraînant une perte généralisée de la biodiversité.

•Enfin, le manque de nature en ville impacte directement la qualité de vie des habitants. En cas de
chaleur, les habitants aiment pouvoir se « réfugier » à l’ombre des arbres, qui sont de véritables
parasols et climatiseurs naturels (entre 2 et 4 degrés de moins autour des arbres en ville). Par
ailleurs, les espaces verts sont indispensables au bien-être des enfants en milieu urbain.

Marseille est donc une ville duale, avec des espaces fortement urbanisés et d’autres de biodiversité remarquable.
Le paysage urbain y est fortement contrasté car les vastes espaces naturels sont situés en périphérie
de l’agglomération et le cœur de ville se caractérise par une faible place accordée au végétal,
avec une répartition inégale du maillage vert intra-urbain.

La commune s’étend sur 24 000 ha et compte 10 000 ha d’espaces naturels. Sur les 14 000 ha d’espaces urbani-
sés restants, les espaces verts urbains recouvrent environ 900 ha qui englobent parcs publics, squares, espaces
verts de voirie et cimetières.
131

MA VISION
Aujourd’hui les enjeux liés au dérèglement climatique - augmentation des épisodes caniculaires, hausse des
températures, perte de biodiversité, imperméabilisation des sols – impactent la manière de penser les villes de
demain. Les aménagements des espaces urbains doivent désormais intégrer la nouvelle donne climatique et être
conçus de manière plus durable.

Face aux défis du changement climatique et de la pression démographique auxquels nous sommes tous confrontés,
je veux parvenir à concilier deux impératifs qui, de prime abord, peuvent paraître contradictoires : densifier l’habitat
urbain pour préserver les espaces naturels extérieurs, tout en faisant respirer la ville par la création d’espaces verts.

Je veux renverser la tendance et mettre fin à la « bétonisation » déraisonnable de notre ville. L’époque
de l’aménagement massivement minéral doit être derrière nous.

Pour que chaque habitant de ce territoire respecte l’environnement, il faut qu’il se « reconnecte » à la nature qui
l’entoure. Cette reconnexion passe, entre autres, par une réintroduction de la nature en cœur
de ville, par la création d’espaces de respiration et par un accès facilité aux espaces naturels.

•Réintroduire la nature en ville, c’est améliorer notre cadre de vie, mieux respirer (les plantes captent
du CO2 et rejettent de l’oxygène), créer des espaces ombragés et apporter de l’humidité (et donc
lutter contre la création d’îlots de chaleur urbains), faire revenir oiseaux et papillons en ville (créer des
réserves de biodiversité), et diminuer les ruissellements d’eaux pluviales (et filtrer les eaux d’infiltration).

•Créer des espaces de respiration en cœur de ville possède de multiples vertus. Ces espaces sont
essentiels à notre bien-être quotidien et à celui de nos enfants. Ce sont des lieux de rencontre et
d’échanges, propices à la création de lien social. Ils permettent de réintroduire la nature en ville, de
faciliter la reconnexion à la terre à travers des projets d’agriculture urbaine. Ils peuvent également être
des lieux d’innovation et de culture.

Avec l’opération de requalification « Marseille change », plusieurs solutions d’urbanisme raisonné sont déjà
mises en place pour créer ces respirations urbaines : réduction des surfaces minéralisées, création d’une véritable
trame verte (archipels de plantation, de promenades jardinées, d’alignements d’arbres) : plus de 1 700 arbres
vont être plantés, et le cours Lieutaud sera transformé en une avenue arborée.

Avec le plan d’action sur l’agriculture urbaine (2 millions d’euros en 2020, 100 actions) ce sont 40 hectares de
terres qui vont être mises ou remises en culture à Marseille en 2020.
132

Créer un immense parc vert et bleu


en étendant le parc Borély jusqu’à la mer
Je veux sanctuariser des espaces fonciers d’exception pour en faire profiter tous les Marseillais.

L’ensemble composé du parc Borély, de l’hippodrome et du parc balnéaire du Prado est un site remarquable.
Mais l’hippodrome Borély et la route qui longe le littoral constituent aujourd’hui une « barrière » entre le parc
et la mer.

C’est pourquoi je veux offrir un immense espace de verdure qui profite à tous, en étendant avant
2026 le parc Borély sur les terrains de l’actuel l’hippodrome. En concertation avec l’ensemble des acteurs
concernés, nous accompagnerons et soutiendrons la relocalisation des activités hippiques dans un lieu qui
permettra de leur assurer un nouveau développement, en constituant un véritable pôle hippique. Une fois cette
opération effectuée, c’est un immense parc arboré qui s’étendra sur les espaces libérés, et gagnera le littoral
par des jonctions douces et végétalisées pour les piétons et les cyclistes.

Des passerelles en bois et végétalisées piétonnes et cyclistes enjamberont la route qui longe le littoral, sur le
tronçon entre le rond-point du David et l’escale Borély. Elles assureront une continuité entre le parc et les espaces
balnéaires du Prado, et pourraient se prolonger jusqu’à la mer sous forme d’un « pier », susceptible de se voir
annexer des piscines flottantes. La circulation sera, vue du parc, mise en discrétion par un effet de relief et par
la végétalisation.

Je veux créer dans l’espace rendu disponible une véritable forêt urbaine, restaurer les parties historiques,
consolider les espaces verts et plantations existantes, qui ont souffert d’un usage intensif et doivent être confortées.

Les surfaces actuellement bâties de l’hippodrome offrent l’un des cadres possibles pour implanter à Marseille
une fondation d’art contemporain. Je souhaite que cette possibilité soit étudiée dans le détail, étant précisé
que le projet devrait répondre à une condition stricte : ne comporter aucune extension des surfaces
construites.

L’espace en direction du parc balnéaire du Prado (48 hectares) sera ouvert afin d’y proposer des équipements
sportifs ou des espaces dédiés à la pratique du sport, de loisirs notamment en vue des JO 2024.

Ce projet sera en connexion douce avec le Parc national des Calanques à Sormiou via l’allée des Calanques,
dans la continuité de la piste cyclable de la Corniche.

Pour que chacun profite de ce nouvel espace en toute sérénité, le parc sera sécurisé par la mise en place
d’un système de vidéo protection et de grilles de clôture tout autour de l’enceinte. Ainsi, avec un
budget raisonné, nous offrirons aux Marseillais un immense écrin de nature vert et bleu protégé, une respiration
profonde dans nos vies citadines.
133

Créer des archipels arborés dans la ville


Je veux verdir autant que possible l’espace public, en plantant des arbres, en végétalisant les rues, les toitures,
les murs. Au-delà de la nécessaire végétalisation de la ville, les habitants ont besoin d’accéder à des espaces sans
circulation et continus afin de pouvoir courir, se balader en famille à pied, à vélo, à trottinette ou en rollers.

C’est pourquoi je veux créer plusieurs promenades vertes de plusieurs kilomètres dans le tissu urbain.
Je m’engage à lancer l’étude :

•D’un « périphérique vert » de 30 kilomètres qui traverserait tous les secteurs de


Marseille et sur laquelle se mêleraient un parcours de sport/santé, une ballade piétonne, des
pistes cyclables, des bornes numériques d’information, voire des espaces d’agriculture urbaine. Cet
itinéraire devra être facilement accessible et connecté à des pôles d’échanges. Ce parcours sera
ponctué d’équipements sportifs, de points d’intérêt touristiques, de sites de loisirs, et de nombreux
sites emblématiques (Vieux Port, Corniche, Mucem, Stade Vélodrome, Base nautique des JO, Espace
balnéaire du Prado, Parc Borély…).

•D’une promenade piétonne et cycliste le long du canal de Marseille ;

•D’une coulée allant du parc Borély au parc du 26e centenaire en longeant pour partie les berges de
l’Huveaune.

Planter autant d’arbres que de naissances


jusqu’à la fin du mandat
Je m’engage à planter autant d’arbres que de naissances jusqu’à la fin du mandat (78 000).

Je veux permettre aux habitants de parrainer ces arbres, c’est-à-dire d’accompagner la naissance de
leur enfant d’un geste à la portée symbolique et sentimentale, mais également réelle et tangible : chaque arbre
planté participera de la reconnexion à la nature, de la fraîcheur et de la qualité de vie retrouvées.

Marseille a le bonheur d’accueillir chaque année 13 000 nouvelles naissances. Il sera proposé aux parents, lors
de la déclaration à l’état Civil, de donner également naissance à un arbre auquel ils pourront donner le nom
de leur enfant. Il s’agira bien sûr d’une simple option, totalement gratuite, et laissée au libre choix des
parents. Si la famille confirme ce choix, un nouvel arbre planté sera marqué au nom de l’enfant. Dans le cas
contraire, un arbre sera planté mais il restera anonyme. Une photo de l’arbre planté et de son environnement,
avec indication de l’adresse précise, sera alors envoyée par mail afin que la famille et l’enfant, puissent, plus
tard, suivre la croissance de l’arbre. Un enracinement lié à celui de l’enfant, à qui il faudra parallèlement veiller
à donner également des ailes.

Chaque année, un bilan sera dressé du nombre d’arbres plantés et parrainés.

Pour ce faire, je veux que la plantation systématique des espaces disponibles soit appliquée à l’en-
semble du territoire marseillais. Trois types d’espaces publics sont les cibles privilégiées de ce renforcement :
les places publiques, les parkings et les espaces courants de voirie. Ainsi, je veux que chaque opération de
voirie intègre de nouvelles plantations ainsi que le remplacement d’éventuels arbres morts.
134

Par ailleurs, une véritable forêt urbaine sera créée au cœur de l’immense parc vert et bleu que constituera le
parc Borély étendu jusqu’à la mer.

Ces plantations devront être réalisées avec discernement. Les arbres en ville, ce n’est pas toujours simple. Ce
sont des êtres vivants qui ont besoin d’eau et leurs racines peuvent agir avec force sur les canalisations, fonda-
tions d’immeubles, trottoirs et voiries. Les emplacements et les espèces doivent donc être choisis au cas par cas.

Augmenter les espaces de respiration dans la ville


C’est dans les villes et dans les zones périurbaines que s’exerce notre capacité à préserver et reconquérir des
espaces de respiration significatifs.

Je veux que tous les Marseillais et marseillaises puissent avoir accès à de véritables espaces
de respiration, nécessaires à la qualité de vie, à la paix sociale, au bien-être des enfants, à la préservation
de la biodiversité. Ces espaces permettent non seulement à une flore et une faune urbaines de subsister, mais
ils sont aussi des lieux de loisirs, de promenades et de sports urbains. Vecteurs de liens sociaux, ils permettent
aussi de se réunir, de se retrouver entre habitants.

Pour cela :

•Il est primordial de sauvegarder, autant que faire se peut, les espaces verts existants,
et d’en créer de nouveaux.

•Je veux rouvrir et sécuriser les parcs et jardins de Marseille qui sont aujourd’hui fermés.

•Je veux que cette ville accueille de véritables espaces de jeux de qualité pour les enfants,
et je privilégierai les jeux en bois.

•Je m’engage à doubler le nombre de jardins partagés collectifs et citoyens et à financer


des jardins de rue.

•Je veux créer un jardin maraîcher exemplaire, sur une parcelle publique, dont je confierai
l’exploitation à une association dans le cadre d’un appel à projets.

•Je m’engage à réaliser un diagnostic des friches et délaissés et à mettre en place une politique
de réserve foncière pour la création de parcs et espaces publics végétalisés sur ces terrains.

•Par ailleurs, dans le cadre de projets d’aménagement de grande ampleur, je veux que soit facilitée
l’utilisation temporaire d’espaces pendant la période de définition du projet ou de réalisation
des travaux. Le développement de projets, même éphémères, permettra d’animer la vie des quartiers
en proposant des lieux de sociabilité ou des espaces verts, en évitant la dégradation d’un site suite au
départ des précédents gestionnaires ou encore en testant de nouveaux usages.

•Je veillerai à ce que ces espaces soient correctement entretenus et que leur gestion soit
pleinement respectueuse de l’environnement et de la santé.
135

Végétaliser les espaces et bâtiments publics


et limiter les surfaces minéralisées
Je veux végétaliser autant que possible les espaces et bâtiments publics. Pour cela, il n’y a pas que les arbres
en ville :

•Je veux végétaliser les toitures : je veux que l’ensemble des acteurs publics prennent un
engagement fort à végétaliser leur patrimoine immobilier partout où cela est techniquement possible.
Par ailleurs un cahier des charges contraignant sera établi pour l’habitat collectif.

•Il faut également que soient végétalisés les stationnements et les pourtours de bâtiments.

•Je m’engage à créer des espaces végétalisés au sein de chaque établissement scolaire.

•Par ailleurs, je souhaite, que des murs végétaux soient installés et que, comme à Mexico, les
pylônes, terre-pleins centraux et passerelles soient végétalisés le long des voies les plus
fréquentées de Marseille.

•Je veux que les plateformes de tramway soient végétalisées quand cela semble pertinent.

•Je veux limiter et compenser les surfaces minéralisées et favoriser de nouveaux revêtements clairs afin
d’éviter de capturer la chaleur.

Inciter les habitants à végétaliser les rues


et lancer un concours de quartiers fleuris
Outre les bénéfices évidents sur la préservation de notre environnement, réintroduire la nature en ville, c’est
égayer les rues, apporter de la couleur, mettre les mains dans la terre, rendre la ville plus belle, plus accueillante
et moins stressante, sentir des parfums de fleurs, voir revenir les oiseaux et les papillons, retrouver le plaisir
d’arpenter la ville. Fleurir les rues et permettre aux citoyens de se réapproprier les lieux publics, c’est aussi créer
du lien entre les habitants de chaque quartier.

Si je veux végétaliser autant que possible les bâtiments et espaces publics, et je veux aussi inciter les Marseillais à
contribuer à cet effort collectif afin que soient végétalisées les façades des immeubles, les trottoirs,
les pieds des arbres.

Pour inciter les habitants à végétaliser les rues :

•Je veux que le permis de végétaliser, mis en place en 2015 par la Ville de Marseille, soit beaucoup plus
connu des Marseillais.

•Je souhaite aller plus loin encore que le permis de végétaliser existant aujourd’hui : je m’engage à
creuser des fosses de plantation pour les particuliers qui en font la demande. La municipalité fournira
également un « kit de plantation » : terre végétale, plants, graines et pot.
136

•Je m’engage à développer une pépinière municipale de qualité pour la gestion du


patrimoine végétal de la ville et pour faciliter la gestion et le remplacement des végétaux.

•Pour les toitures, une labellisation pourrait être proposée pour inciter les acteurs privés à les végétaliser
(sièges d’entreprises, bâtiments de bureau…).

•En parallèle, je veux aussi développer un « concours de beauté » entre les quartiers de
Marseille : à l’image des « villes fleuries », je veux développer le concept de « quartiers fleuris »
qui créerait une concurrence vertueuse entre les 111 quartiers de la ville.

Cette politique de végétalisation citoyenne sera, bien entendu, menée avec toutes les précautions nécessaires :
les plantes peuvent être invasives, allergènes, urticantes ou très consommatrices d’eau. Je veux donner aux
habitants le droit de planter sur le domaine public en veillant au choix des végétaux et aux emplacements.

Par ailleurs, il faut aussi penser à l’ensemble des usagers avec lesquels on partage l’espace public, et respecter
quelques principes simples garantissant la sécurité de tous. L’objectif premier est de rendre la ville plus
agréable à vivre. La végétalisation des trottoirs ne doit pas compliquer la vie des piétons, et transformer le
passage des poussettes et des fauteuils roulants en parcours du combattant. De même, les accès pompiers et
les locaux à poubelles doivent rester libres. Elle ne doit pas gêner la visibilité de la signalétique de voirie et la
signalétique routière et le mobilier urbain (bancs, poubelles).

Améliorer les conditions d’accès


au Parc national des Calanques
Marseille est l’une des rares villes au monde, et l’unique ville en Europe, à bénéficier d’un parc national sur
son territoire.

Aujourd’hui, les voies terrestres d’accès au Parc national des Calanques (PNC) ne sont pas aménagées ou gérées
pour prendre en compte ni l’importance de la fréquentation (3 millions de visites / an), ni les particularités
paysagères ou écologiques des sites. La surfréquentation, le stationnement anarchique, la congestion chronique,
la faible qualité ou l’absence d’aménagements d’accueil donnent une image dégradée aux visiteurs de ce
territoire, un sentiment d’abandon aux résidents, et dégradent la faune et la flore endémiques du parc.

Je veux préserver une ressource stratégique pour notre territoire : le Parc national est un atout indéniable pour
Marseille, son attractivité et la qualité de son cadre de vie. Il est aussi un élément clef de son identité.

Je veux aussi que nous soyons crédibles à l’approche des grands évènements internationaux : l’accueil du
Congrès UICN en juin 2020 et des Jeux Olympiques en 2024 obligent les acteurs du territoire à l’action pour
qualifier un littoral-vitrine à l’échelle nationale et internationale. Il faudra se montrer à la hauteur du caractère
exceptionnel du patrimoine des Calanques.

Au-delà, je veux que Marseille s’impose comme une référence : la création du Parc national a hissé
Marseille dans le club très restreint des quelques villes au monde pouvant affirmer une volonté de préserver un
haut niveau de biodiversité et de paysages à proximité immédiate d’une grande aire urbaine.
137

Je veux améliorer les accès au Parc national des Calanques depuis la ville tout en réaffirmant le caractère et
l’esprit des lieux et en limitant les impacts de la fréquentation sur les espaces naturels.

Il s’agit de maîtriser les accès au parc pour aller vers la préservation d’une aire protégée, pour refaire de la
visite des calanques une expérience magique, exceptionnelle dès le premier pas.

Je veux travailler en priorité sur le secteur du littoral Sud de Marseille, de la Pointe Rouge à Callelongue. À cet
égard, et dans un premier temps, je m’engage à obtenir :

•La fermeture de la route de la Maronaise (rue D. Pelaprat, en propriété privée), à la sortie des Goudes
direction Cap Croisette, avec une gestion des droits d’accès pour les riverains et ayants droit (activités
économiques Baie des Singes et Maronaise).

•L’aménagement et la requalification du Parking des Goudes.

•La requalification de la route descendant à Callelongue (avec suppression du stationnement sauvage).

Par la suite, des actions de restriction de circulation, de renforcement de l’offre de transport en commun et
d’aménagements en amont, entre La Madrague et Les Goudes, seront entreprises.

Plus généralement, l’amélioration des accès au PNC et la maîtrise de la fréquentation passeront par des opéra-
tions d’aménagements, leviers de régulation de la fréquentation, et le développement de transports en commun
propres pour diminuer l’impact de la voiture. Je veux développer les parkings relais et les navettes
électriques pour permettre aux visiteurs d’approcher du parc « en douceur ».

Reconnecter les Marseillais à leur terroir, faciliter l’accès à des


produits locaux
À Marseille, nous sommes insuffisamment « locavores ».

Notre territoire est fortement agricole : c’est le premier producteur français de fruits et légumes et pourtant,
encore aujourd’hui, 90 % de nos productions sont vendues et consommées à l’extérieur.

Longtemps délaissés, les agriculteurs et les artisans sont les garants de la qualité et de l’excellence de notre territoire.

La gastronomie est un élément identitaire fort. Il est au cœur de notre patrimoine immatériel qui est riche de 20
produits labellisés AOP ou AOC encore insuffisamment connus.
138

MA VISION
Le soleil, l’eau, la terre, le climat méditerranéen tempéré toute l’année, voilà pourquoi le terroir de Provence est
propice à la culture de tous les fruits et légumes. Le bassin agricole provençal possède une diversité culturale
sans égale dans le maraîchage et l’arboriculture.

Nos agriculteurs, de tout temps, ont semé, planté, cultivé et récolté leurs productions en faisant évoluer leurs
techniques et leur savoir- faire dans le but d’aller toujours plus loin dans la recherche de la saveur et du goût,
et en respectant l’environnement de notre belle région.

Produire des fruits et légumes sains et bons pour la santé des consommateurs, c’est le travail des agriculteurs
de Provence.

Aujourd’hui 90 % de nos productions sont vendues et consommées à l’extérieur du territoire.

Ma première préoccupation, c’est que la production locale soit préservée et que les intérêts de nos agriculteurs
soient renforcés.

Ensuite, je veux que les Provençaux aient accès à des produits de qualité provenant de leurs terres.

Pour que chaque habitant de ce territoire respecte l’environnement, il faut qu’il se reconnecte à la nature et à
la terre qui l’entoure. Cela passe par une réintroduction de la nature en cœur de ville, mais aussi par un accès
facilité aux produits du terroir.

Je veux que les Provençaux renouent avec les produits du terroir, entre ville et campagne. Cette nouvelle dy-
namique permettra à la fois de valoriser les producteurs locaux et de réduire les émissions liées aux transports
de marchandises (logistique du dernier kilomètre), afin de mieux manger, des produits locaux et de
qualité, tout en polluant moins.

Afin de faciliter l’accès aux produits locaux, j’ai lancé en janvier dernier le Projet Alimentaire Territorial
(PAT) qui entend construire une politique agricole et alimentaire globale durable en rapprochant l’ensemble des
acteurs : producteurs, transformateurs, distributeurs, collectivités territoriales et consommateurs.

J’ai également fait élaborer par la Métropole un plan d’action ambitieux sur l’agriculture urbaine :
2,1 millions d’euros en 2020, 100 actions, 40 hectares de terres mises ou remises en culture sur le
territoire de Marseille en 2020. Ce plan prévoit notamment le lancement de plusieurs dispositifs facilitant et
organisant la mise à disposition de terrains de la collectivité à des agriculteurs urbains professionnels ou à des
structures de gestion de jardins collectifs à vocation pédagogique et sociale.

Je veux engager une trajectoire de développement urbain raisonné. L’époque de l’aménagement massivement
minéral doit être derrière nous. Dans le même temps, je veux que les Provençaux mangent mieux (local et moins
cher), que la ville verdisse, et que la qualité de l’air soit meilleure.

Face à tous ces enjeux, la préservation des terres agricoles et le développement de projets d’agri-
culture urbaine sont de véritables priorités. Je veux favoriser le « mieux manger », les circuits-courts et
organiser la logistique du dernier kilomètre.
139

Aujourd’hui je veux aller plus loin, développer les circuits-courts et permettre un accès à une
alimentation locale et de qualité aux Marseillais, permettre aux producteurs de notre territoire
de vendre plus directement aux habitants.

Pour cela, je m’engage à soutenir plusieurs projets :

Soutenir le déploiement de l’agriculture urbaine à


Marseille
Je suis convaincue que l’agriculture urbaine (A.U.) s’inscrit pleinement comme réponse à apporter aux enjeux
liés au changement climatique : elle permet tout à la fois de favoriser la production et la consommation locale
et de verdir les villes.

L’agriculture urbaine est une source de produits alimentaires frais pour les villes, qui agit comme un levier fort
de sensibilisation à l’alimentation saine, au respect des saisons, au service du consommer local.

Elle favorise l’intérêt des citadins pour le monde agricole et permet d’éclairer sur les enjeux du monde agricole :
besoin de préserver une agriculture à proximité des villes et nécessité de porter ses choix alimentaires vers des
productions locales et de qualité.

L’agriculture urbaine aide aussi les villes à s’adapter au changement climatique. En végétalisant l’espace urbain, elle
contribue à réintroduire de la nature en ville et ainsi à diminuer le phénomène des « îlots de chaleur urbains ». Elle
peut aussi jouer un rôle important dans la préservation de la biodiversité et l’absorption des pollutions atmosphériques.

L’agriculture urbaine peut également apporter des solutions concrètes aux enjeux d’insertion sociale et devenir
un véritable levier d’actions dans les quartiers prioritaires. Elle permet ainsi la création de liens et d’entraide
autour du jardinage et de l’alimentation.

Marseille a pris du retard par rapport à beaucoup d’autres villes françaises et de nombreux freins restent
à lever pour véritablement faciliter l’installation d’agriculteurs à Marseille.

Or, notre ville a un véritable potentiel pour y développer des projets d’agriculture urbaine : sur les franges
de la ville, 120 ha terres agricoles non valorisés bénéficient de conditions de production plein sol très
favorables. Une partie non négligeable de friches sont propriété d’entités publiques : environ 104 ha de
friches urbaines à potentiel agricole appartiennent à la Ville de Marseille. Par ailleurs, Marseille dispose
de nombreuses toitures plates, de caves, et de terrains en friche où pourrait se développer une culture hors sol.

C’est pour révéler ce potentiel que j’ai fait élaborer le plan d’actions sur l’agriculture urbaine.

•Je veux que Marseille se place sur les rangs des grandes villes européennes en matière d’agriculture urbaine.

•À la tête de la Ville, je ferai de Marseille une ville qui produit localement des produits
ultra-frais pour ses habitants, et qui fait entrer l’agriculture en cœur de ville pour sensibiliser à une
alimentation saine et mieux faire connaître à tous la richesse de l’agriculture locale.

•Je ferai de Marseille une ville plus verte, où l’agriculture est mobilisée pour mieux gérer les
franges urbaines, réduire les risques (notamment les feux de forêt) et les températures.
140

•Je ferai de Marseille une ville qui innove pour ses quartiers et dynamise le lien social entre
habitants autour de jardins partagés, collectifs ou scolaires.

•Pour soutenir véritablement le confortement et la réimplantation de l’agriculture et de la viticulture


urbaine à Marseille, je faciliterai la mise à disposition de terrains de la collectivité pour des
projets d’agriculture urbaine qui s’inscrivent dans une démarche durable.

À terme, je m’engage à :

•Créer plus de 80 hectares de terres mis ou remis en culture sur le territoire de Marseille.

•Installer plus de 40 exploitations agricoles professionnelles.

•Créer au moins 5 hectares de terrasses cultivées.

•Créer une halle de producteurs en demi-gros installée dans l’Est de Marseille.

•Créer un grand parc agricole à Sainte-Marthe (250 ha).

•Créer un centre de ressources pour les jardins collectifs.

Mettre nos MIN au service du « mieux manger »


Aujourd’hui 90 % des grossistes sont hors des murs des Marchés d’Intérêt National (MIN). Pourtant, les MIN
prennent tout leur sens avec les projets de « reterritorialisation » de l’alimentation et la valorisation des circuits
courts. Les MIN peuvent contribuer à défendre les petits producteurs face aux stratégies parfois
écrasantes des grandes surfaces.

Pour avoir un impact réel, les MIN doivent changer de paradigme et revoir leur place et rôle dans les filières,
dans la distribution alimentaire, dans l’aménagement des territoires.

Notre département possède deux MIN, le MIN des Arnavaux et le MIN de Châteaurenard – Provence,
ce qui est unique en France. Je veux faire travailler en bonne intelligence ces deux marchés qui sont par-
faitement complémentaires pour mailler le territoire.

C’est un enjeu économique parce que les MIN doivent être des vecteurs puissants d’activités, d’emplois et
de croissance. C’est aussi un enjeu agricole, avec l’implication et la valorisation de toutes les filières de pro-
duction, notamment pour les fruits et légumes. C’est enfin un enjeu territorial.

Les projets de restructuration en cours dans chacun des deux MIN visent à faire du MIN de Provence à
Châteaurenard un pôle de développement économique autour de l’agriculture et de l’agro-alimentaire dédié
à l’expédition, et du MIN des Arnavaux une centrale d’achat et de distribution urbaine de produits locaux en
circuits courts. Ces deux projets d’envergure vont contribuer aux objectifs de massification des circuits courts et
de structuration d’une véritable économie alimentaire de proximité.

Je veux que le MIN des Arnavaux, en complémentarité avec le MIN de Châteaurenard, devienne l’outil au
cœur du « mieux manger en Provence », pour un lien fort entre les Provençaux et les produits du terroir, entre
ville et campagne.
141

Point géographique stratégique situé en entrée de la ville centre de la Métropole et de la future


zone à faible émission (ZFE), le MIN des Arnavaux peut devenir le point d’entrée et de filtrage de toute la
logistique urbaine, pour laquelle les flux alimentaires sont capitaux.

Je veux que le MIN des Arnavaux devienne une véritable centrale d’achat et de distribution urbaine de produits
frais privilégiant les produits locaux et les circuits courts.

C’est pourquoi je veillerai à faire des Arnavaux un lieu de passage incontournable de toutes les marchan-
dises ayant vocation à être livrées en ville, à charge pour le site d’organiser la logistique du dernier kilomètre,
en lien avec le projet de ZFE. J’ai d’ailleurs récemment lancé une expérimentation de logistique du dernier kilomètre,
au MIN, afin de limiter les flux de véhicules des producteurs et des clients à destination et en partance du MIN.

C’est aussi pour cela que je veux inciter fortement le regroupement des acteurs de la distribution agro-
alimentaire sur le MIN de Marseille. J’ai ainsi conditionné le soutien du Département à la plateforme
bio à destination des établissements scolaires, au fait qu’elle s’implante au cœur du MIN
des Arnavaux.

À terme, je veux une organisation de la logistique alimentaire parfaitement articulée entre les deux MIN. Pour
cela, j’ai d’ores et déjà poussé à un rapprochement progressif, qui se concrétise aujourd’hui par un travail col-
laboratif de mise en cohérence des actions respectives des deux MIN.

Mon prochain défi, à plus long terme, sera de créer des liens avec les MIN des autres territoires comme Nice,
Cavaillon et Montpellier. Il faut créer des passerelles pour défendre encore plus le travail des
petits producteurs.

Créer une halle de vente directe du type


« halles de Provence » en cœur de ville
La gastronomie est au cœur de notre patrimoine immatériel.

Je veux valoriser l’ensemble de ce patrimoine en élargissant l’accès à la gastronomie locale, en lui permettant
de sortir des restaurants étoilés pour s’afficher dans la ville.

Je veux renforcer l’attractivité du territoire via la valorisation des produits du territoire et contribuer à la visibilité
nationale et internationale de l’agriculture provençale et de ses savoir-faire culinaires.

Je veux redynamiser le centre-ville de Marseille via l’implantation d’équipements structurants porteurs de déve-
loppement économique et de création d’emplois.

C’est pourquoi, dans la lignée de l’opération « Marseille change », qui s’appuie sur la gastronomie pour redy-
namiser l’avenue de la République, et de MPG 2019, je veux créer un espace public qualitatif dédié à
la gastronomie locale en plein cœur de Marseille.

•Il s’agira d’une halle gastronomique vitrine des productions locales.

•La halle sera un lieu aux vocations multiples, attractif à la fois pour les visiteurs et les habitants : vitrine
des productions agricoles locales et des traditions culinaires, en lien avec la marque « One Provence ».
142

•Lieu de restauration, combinant restauration gastronomique, artisanale, éphémère.

•Lieu de vente en circuits courts (produits AOC, AOP) voir très courts en agriculture urbaine (produits
emblématiques), la complémentarité avec le MIN et l’ouverture à venir du carré producteur étant
recherchée.

•Lieu évènementiel, en lien avec les évènements culturels phares (Festival de Marseille, Jazz des 5
continents…).

•Possibilité de vente en demi-gros (type Plan de Campagne) sur les produits de saison.

•La halle devra être un objet qualitatif (un concours d’architecture sera requis), à l’image des halles des
grandes métropoles qui deviennent des marqueurs de la ville.


Créer une « Maison des terroirs »
dans le centre de Marseille
Je veux mettre à disposition des agriculteurs et des artisans un lieu unique qui leur soit totalement dédié, avec
un modèle économique inédit leur permettant de vendre et de valoriser leurs produits.

Il s’agira d’une « Maison des terroirs » située au centre-ville de Marseille, à l’image de la « Maison
des terroirs » créée à Nice.

•Cette maison sera un lieu de vente visant à valoriser les produits des acteurs locaux engagés dans une
démarche vertueuse.

•Un lieu attractif à la fois pour les visiteurs et les habitants : vitrine de nos productions agricoles locales
(olives, huiles d’olive, fromages, brousse du Rove, confitures, miel, tapenades, coulis de tomate, panisses,
navettes, riz de Camargue, herbes aromatiques, poutargue, safran, bières artisanales, vins, pastis
artisanaux), de nos savoirs faire, de nos traditions culinaires, en lien avec la marque « One Provence ».

•Miroir de la variété de nos paysages, de la qualité de nos produits, de la notoriété de notre


gastronomie.

•Lieu de vente en circuit court (produits AOC, AOP) voir très court en agriculture urbaine.

•Une convention de partenariat sera signée entre la Chambre d’Agriculture, la Chambre des métiers
et de l’artisanat, la Cité de l’Agriculture, la Ville et la Métropole afin de créer une régie qui gérera
directement le local, et sera l’interlocutrice directe des agriculteurs de la Maison des Terroirs.

•Une convention de dépôt-vente sera signée pour définir les relations commerciales. La convention fera
office de charte d’engagement qualité. La Métropole rémunèrera ses fournisseurs après la vente des
produits, à la fin de chaque mois.
143

•Pour pouvoir commercialiser ses produits à la Maison des terroirs, il faudra être agriculteur à titre
principal, produire sur le territoire, proposer des produits sous signe de qualité ou avec une marque
reconnue (comme Bienvenue à la Ferme), présenter un dossier de candidature..

Développer la consommation de produits bio


dans la restauration collective
Je veux que nos enfants aient une alimentation saine et respectueuse de l’environnement. Je m’engage à ce que
les cantines de nos crèches et de nos écoles proposent des produits locaux de qualité, avec une part de
bio qui ira au-delà du seuil réglementaire de 20 %. Cela ira de pair avec l’élaboration d’un
plan de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Faire de la rade de Marseille


Faire de la rade de Marseille un espace naturel exemplaire
un espace naturel exemplaire
Partout dans le monde la biodiversité s’érode. Si le réchauffement planétaire se poursuit jusqu’à atteindre +
4,5 °C, près de 50 % des espèces seront menacées d’extinction d’ici à 2 080.

Notre territoire est un véritable « hot spot » de biodiversité (plus de 5 400 espèces faune-flore observées) et
nous avons obtenu le label « Métropole Nature » fin 2018.

La merdans
Partout est un le marqueur fondamental
monde la biodiversité de Si
s’érode. notre territoire. Avec
le réchauffement planétaire se poursuit
une façade littoralejusqu’à atteindre +
de 255 kilomètres,
4,5 °C,
l’aire près de 50 %
métropolitaine des espèces
dispose seront
d’un capital menacées
exceptionnel qui d’extinction d’ici de
participe fortement à 2 080.
la qualité de vie sur notre
territoire.
Notre territoire est un véritable « hot spot » de biodiversité (plus de 5 400 espèces faune-flore observées) et
nous avons
Nous sommes obtenu le labell’une
fiers d’être des seules
« Métropole zones
Nature » fin urbaines
2018. au monde à accueillir un parc national,
qui œuvre pour sauvegarder une biodiversité méditerranéenne exceptionnelle. Depuis la création du parc, dans
La mer
les zonesestdeun marqueur
réserve, le nombrefondamental
de poissonsde notre
a ététerritoire.
multiplié Avec
par deux,
une façade
c’estlittorale de 255 kilomètres,
une formidable réussite.
l’aire métropolitaine dispose d’un capital exceptionnel qui participe fortement de la qualité de vie sur notre
territoire.
Les spécificités biologiques et écologiques des petites îles de Méditerranée, leur beauté, mais aussi la fragilité
des écosystèmes qu’elles portent en font des sites refuges qui hébergent une grande partie de la biodiversité
Nous sommes
marine fiers du
et terrestre d’être l’une
littoral des seules Marseille
méditerranéen. zones urbaines au monde
a la chance à accueillir
d’abriter, en cœur un deparc national,
ville, un es-
pace naturel
qui œuvre pour remarquable 
sauvegarder une: biodiversité
l’archipel du Frioul. Site majoritairement
méditerranéenne exceptionnelle.naturel,
Depuis la création
inclus du 2012
depuis parc, dans
lescœur
le zonesdudeParc
réserve, le nombre
national de poissons
des Calanques, a été
il constitue l’unmultiplié par deux,
des poumons de Marseille.
c’est une formidable réussite.

Les spécificités biologiques et écologiques des petites îles de Méditerranée, leur beauté, mais aussi la fragilité
des écosystèmes qu’elles portent en font des sites refuges qui hébergent une grande partie de la biodiversité
marine et terrestre du littoral méditerranéen. Marseille a la chance d’abriter, en cœur de ville, un es-
pace naturel remarquable : l’archipel du Frioul. Site majoritairement naturel, inclus depuis 2012 dans
le cœur du Parc National des Calanques, il constitue l’un des poumons de Marseille.
144

L’un des attraits de l’archipel tient à la présence d’une faune et d’une flore exceptionnelles (140 es-
pèces terrestres animales et végétales protégées, 60 espèces marines patrimoniales), qui se sont adaptées aux
conditions climatiques difficiles de ce massif de calcaire blanc balayé par les vents et les embruns, considéré
comme l’un des sites les plus arides de France.

•Les fonds marins qui entourent l’archipel sont encore préservés, mais les ressources halieutiques sont
menacées par l’intensité de la pêche.

•L’archipel abrite nombre d’oiseaux marins emblématiques des îles méditerranéennes. Il constitue ainsi un
site d’importance internationale pour la conservation des oiseaux marins.

•L’archipel abrite aussi la première ferme aquacole biologique d’Europe, sur l’île de Pomègues,
qui élève des dorades et des loups.

Le Frioul, c’est aussi des paysages et un patrimoine historique remarquables. Sur l’île Ratonneau l’en-
semble de douze bâtiments édifiés au XIXe siècle (dont l’hôpital Caroline) est inscrit sur la liste des Monuments
Historiques depuis 1980.

Pollution plastique
Pollution plastique

Chaque année, quelque 8 millions de tonnes de plastique sont déversées directement dans les océans. La pol-
lution plastique ravage la nature et les océans du monde entier au point que plus de 700 espèces
marines se trouvent menacées. En Méditerranée, ce sont plus de 600 000 tonnes de plastiques qui
sont déversées chaque année, dont 11 200 tonnes depuis la France, faisant de la mer Méditerranée
la mer d’Europe la plus touchée par la pollution plastique. Inquiétant par sa présence au fond des
fosses marines ou dans les glaciers de l’Arctique, ce fléau pourrait bien subsister pour une durée indéterminée.
Une fois dans l’océan, ces morceaux de plastiques ne disparaissent pas mais se fragmentent en microparticules
qui se dispersent à la surface des océans. Le nombre de particules plastiques flottant ainsi à la surface des mers
est estimé à environ 5 000 milliards.

Les microplastiques constituent des supports pour de nombreuses espèces (virus, bactéries) permettant
leur propagation sur de longues distances. Ils concentrent également à leur surface un nombre important de
polluants. Ingérés par la faune marine, qui peut les confondre avec le zooplancton, ils ont donc un impact
certain sur la chaîne alimentaire.

Les conséquences de cette pollution sur la faune et la flore marine sont déjà visibles : la plupart
des espèces marines sont aujourd›hui impactées : 94 % des estomacs d’oiseaux de mer du Nord contiennent
du plastique et 86 % des tortues marines les ingèrent en les confondant avec le zooplancton. En 2050, 99 %
des oiseaux marins auront ingurgité du plastique au moins une fois au cours de leur vie. Par ailleurs, ces mi-
croplastiques deviennent omniprésents dans notre vie quotidienne (eau, bière, sel, poissons) et
posent ainsi de sérieuses interrogations quant à leur impact sur la santé humaine.
145

Assainissement
Assainissement
La qualité des eaux de baignade est globalement satisfaisante sur l’ensemble de la zone balnéaire mar-
seillaise. La station d’épuration, Géolide, située sous l’esplanade Ganay, opère aujourd’hui un étage biologique
et un étage chimique (station de niveau 2). Ce sont ainsi chaque année 70 millions de m3 d’eaux usées (non
seulement de Marseille mais de 17 communes du territoire Marseille Provence) qui sont traitées, de façon à ne
rejeter en mer à Cortiou que des eaux assainies à plus de 95 %, et conformes aux normes européennes.

Notre système d’assainissement est totalement fonctionnel et performant en temps ordinaire, mais se trouve
systématiquement dépassé lors de forts épisodes orageux. Lors de ces épisodes climatiques intenses, la capacité
de stockage du bassin de rétention Ganay étant insuffisante, il devient nécessaire d’éviter la submersion de la
station d’épuration en déviant directement vers la mer le mélange d’eaux usées et d’eaux pluviales du réseau
unitaire. Parallèlement, l’Huveaune qui est ordinairement dérivée vers Cortiou à partir de la Pugette retrouve
temporairement son lit naturel et déverse en mer des quantités considérables de déchets collectés tout au long
de son cours.

MA VISION
Je veux faire de notre territoire un réservoir de nature pour toute la Méditerranée.

Le Département est propriétaire de près de 17 000 hectares d’espaces naturels sensibles, qu’il gère en
régie et soutient fortement l’ensemble des structures qui assurent la protection de ces zones. C’est le cas du parc
des Calanques, de la Camargue, à la Crau, mais aussi aux Alpilles et à la Sainte-Baume.

Avec Marseille ville hôte du Congrès Mondial de la Biodiversité (IUCN) en juin 2020, puis des
JO 2024, je veux que nous montrions l’exemple et notre ferme engagement à nous développer sur une tra-
jectoire résolument nouvelle. La tenue de ce Congrès constitue une formidable opportunité pour accélérer
l’engagement du territoire et de ses acteurs en favorisant le déploiement d’un programme d’actions visant à
renforcer les efforts de protection de la biodiversité et de l’environnement.

J’ai récemment lancé « 2020, l’appel de la Nature » : il s’agit, à l’instar de MPG2019, un programme
d’actions et d’animations visant à renforcer les efforts de protection de la biodiversité et de l’environnement.
J’ai, par ailleurs, soutenu le projet « entrepreneurs pour la planète », dont je suis marraine, qui
crée une plateforme de mise en relation entre porteurs de projets environnement et chefs
d’entreprise ou experts.

Je tiens à sensibiliser fortement la population, et notamment la jeunesse, aux enjeux de pré-


servation de la biodiversité. Le Département soutient de très nombreux projets en faveur de l’étude, de
la connaissance et du maintien de la biodiversité dans les classes de collège. Une série d’ouvrages dédiés à
la biodiversité est éditée en direction des élèves et de leurs enseignants. Un livret A a été distribué aux 26 000
élèves de 6e sur l’ensemble de la flore et de la faune de notre territoire.

Je souhaite que la préservation des ressources naturelles et de la qualité des milieux marins, dont l’équilibre
est menacé par les pollutions et les usages intensifs, soit une priorité. Nous voulons une mer vivante, mieux
protégée et qui reste accessible au plus grand nombre. Je veux lutter avec force contre les rejets polluants en
mer et notamment les pollutions plastiques.
146

Lutter contre la pollution plastique


Dès mon arrivée à la tête de la Métropole, j’ai exigé qu’il n’y ait plus de bouteilles en plastique dans les réu-
nions de travail.

J’ai également fait en sorte que la Métropole s’engage aux côtés du WWF France vers un objectif
Zéro rejet plastiques en Méditerranée en 2025.

Aujourd’hui je réalise que les actions menées jusqu’alors sont importantes mais insuffisantes. Nous devons
aller beaucoup plus loin et beaucoup plus vite si nous voulons véritablement inverser la tendance, en-
gager une véritable révolution verte.

Je veux limiter autant que possible l’usage du plastique : je veux permettre de réduire à la source le plas-
tique, en limitant la production et la distribution des objets en plastique. Le meilleur déchet est celui qu’on ne
produit pas. Limiter la pollution causée par les bouteilles en plastique, c’est tout d’abord limiter leur mise à
disposition. Il s’agit de réduire l’impact environnemental lié à la production de bouteilles ainsi qu’à la bouteille
en elle-même dès lors qu’elle devient déchet. Je m’engage à veiller fermement à ce que l’interdiction
d’utiliser des sacs plastiques à usage unique, non dégradable, soit respectée, et notamment sur
les marchés et dans les commerces. Il faut inciter les gens à utiliser des cabas.

Il faut également inviter les professionnels à adopter des gestes responsables en réduisant et en triant leurs
déchets (cf. Supra).

Par ailleurs, je veux interdire l’utilisation de plastique à usage unique pour le ravitaillement des
participants des grands évènements et m’engage à mettre fin à l’utilisation des petites bouteilles
d’eau en plastique dans les institutions.

Je veux promouvoir les alternatives existantes, reposant notamment sur l’accès à l’eau potable pour tous. Les
habitants doivent privilégier la consommation de l’eau du robinet et l’usage de la gourde plutôt que la consom-
mation d’eau en bouteille : je compte développer l’installation de fontaines d’eau potable en ville
qui donneront un accès facile et gratuit à une eau dont la qualité est reconnue. Les solutions
alternatives présentent des avantages écologiques et économiques puisque 90 % du prix d’une bouteille d’eau
correspond à son emballage, et que l’eau du robinet est 100 à 300 fois moins chère que l’eau en bouteille.

Je veux informer et mobiliser les citoyens afin de les accompagner dans la transition écologique. Disponibles
partout, et de toutes tailles, les bouteilles d’eau en plastique sont très largement consommées par les citoyens
qui ignorent parfois l’impact négatif de cet emballage sur l’environnement. Pour réduire cette pollution je veux
sensibiliser les citoyens sur les alternatives écoresponsables existantes pour continuer à consommer de l’eau et
autres boissons tout en réduisant son empreinte écologique.
147

Créer des récifs artificiels pour


recréer de la biodiversité en mer
Pour soutenir la biodiversité marine, je veux étudier l’opportunité de créer des récifs artificiels supplémentaires13
en immergeant des rames de métro dépolluées dans la rade de Marseille. Je souhaiterais profiter de l’opération
NEOMMA – remplacement des 36 rames du métro marseillais avant 2026 – pour engager ce processus ver-
tueux. Plutôt que d’envoyer ces rames historiques à la ferraille, je souhaite les réemployer de façon écologique
permettant la reconstitution des habitats naturels quand ils ont été dégradés par les activités humaines.

Les rames du métro, une fois dépolluées, seraient immergées par 25 à 30 mètres de fond en rade de Marseille,
prioritairement dans des zones dont les fonds ont subi des altérations et un appauvrissement de leur écosystème.
Les zones d’immersion seront à déterminer au terme d’une étude scientifique menée en lien avec le DRASM
(pour ne pas interférer avec des épaves remarquables existantes) et le Parc national des Calanques.

Limiter les rejets en mer en modernisant


le système d’assainissement et de traitement
du pluvial de la ville
Je tiens à ce que notre système d’assainissement se modernise afin de limiter au maximum les
rejets polluants en mer. Ceci en vue d’assurer tout à la fois la qualité des eaux de baignade et la protection
de la biodiversité marine.

L’assainissement collectif et le respect de l’environnement n’ont été véritablement pris en compte que de façon
très tardive dans notre histoire. Il est grand temps de faire aboutir une modernisation complète de
notre système d’assainissement, et d’imposer Marseille comme une référence en la matière.

Dès cette année, la Métropole a pris de nouvelles mesures pour améliorer la qualité des eaux de baignade :
intensification des opérations de nettoyage des plages, mise en place de barreaudages afin de limiter l’intrusion
des macro déchets dans les réseaux, systèmes de pompage permettant le renouvellement des eaux du déversoir
d’orage du Prado, redéploiement des agents chargés du curage des réseaux et des avaloirs du centre-ville vers
la bande littorale, en période estivale et pré-estivale, augmentation du nombre de points de prélèvements pour
effectuer les analyses afin d’affiner les données.

13  NB : En 2000, la ville de Marseille a lancé l’opération RECIFS PRADO, dans la baie du Prado par l’immersion d’habitats
écologiques sous-marins : 400 récifs de 6 types différents ont été répartis sur 200 hectares, entre le Frioul et la Corniche. Il s’agit de la
plus vaste concession de récifs artificiels jamais conçue en France, et même en Europe : à elle seule elle dépasse
la somme totale de toutes les autres concessions françaises. Selon les derniers résultats scientifiques, le nombre de poissons a été
multiplié par trois et la biodiversité a augmenté de plus de 30 %. Cette zone de récifs artificiels a pu être qualifiée de 112e quartier de
Marseille.
148

J’ai par ailleurs souhaité que soient déployées des actions de sensibilisation des habitants, pour que chacun
participe à la protection de son environnement. Nous avons ainsi commencé à mettre en place des messages
sur les avaloirs du littoral rappelant que « la mer commence ici ».

Je veux aller plus loin et déployer un plan d’action global et ambitieux en faveur de l’assainissement et de
l’évacuation des eaux de pluie. Ce plan comportera notamment les mesures suivantes :

•Limiter les ruissellements : limiter l’imperméabilisation des sols dès que possible, végétaliser la ville.

•Éviter la saturation du réseau lors des fortes pluies, en augmentant drastiquement les capacités de
rétention provisoire des eaux :

•Étudier des zones d’expansion de crues en bordure de l’Huveaune et du Jarret

•Réaliser un tunnel de stockage de très grande capacité.

•Assainir et maîtriser nos fleuves côtiers :


— Réaliser avant 2021 le nouveau mode de dégrillage de l’Huveaune.
— Déployer une politique ambitieuse de GEMAPI en assainissant, en 6 ans, le lit et les berges de
l’Huveaune depuis sa source.
— Lancer une étude sur l’expérimentation d’un retour permanent de l’Huveaune dans
son lit originel entre la Pugette et l’embouchure, afin d’éviter les phénomènes de contamination puis
de lavage brutal qui occasionnent des pics de contamination des eaux du littoral.

•Poser des vannes sur des points clefs du réseau afin de bloquer les rejets en mer sur les zones les plus
sensibles du littoral.

•Optimiser les canalisations dans les secteurs stratégiques.

•Équiper de clapets de rétention des macro-déchets les déversoirs d’orage.

•Poser des capteurs visant à améliorer la surveillance du réseau et à mieux anticiper les épisodes de
pollution.

•Optimiser le curage des ouvrages du réseau pluvial près des zones sensibles du littoral.

•Déployer une grande politique de prévention en sensibilisant la population.

•Sanctionner fermement les rejets illicites effectués dans les réseaux d’assainissement et pluvieux à travers
la création d’une police de l’environnement (cf. infra), afin que le principe de pollueur-payeur
soit effectivement appliqué.

•Lutter, par l’amélioration des caractéristiques du réseau et par l’expérimentation de nouvelles


techniques, contre les nuisances olfactives.

•Si nous arrivons à obtenir des appuis financiers (investissements extrêmement lourds), je souhaite
viser un objectif zéro rejet en mer des réseaux d’assainissement, notamment en ajoutant
un troisième étage à la station d’épuration. Je veux d’ores et déjà lancer l’étude d’une évolution à
terme de la station d’épuration Géolide vers le niveau 3. Cela permettrait de supprimer tout
rejet toxique dans le Parc National des Calanques. L’eau en sortie de station serait d’un niveau tel que
l’on pourrait l’utiliser pour l’irrigation locale et en appui à la végétalisation de la ville.
149

Faire du Frioul un laboratoire naturel


de développement durable
L’archipel du Frioul est l’un des hauts lieux du tourisme de la région, puisque les îles accueillent environ 400 000
visiteurs par an. Le port de plaisance du Frioul peut accueillir jusqu’à 600 bateaux et en période estivale et les
week-ends ensoleillés, on estime qu’il y a 850 bateaux par jour qui mouillent autour des îles. Plaisance, prome-
nade, baignade, pêche et plongée sont les activités touristiques les plus répandues.

•Je veux conforter la destination touristique du Frioul tout en permettant un développement respectueux
de la nature.

•Je veux préserver et valoriser cet espace naturel remarquable.

•Les petites îles sont à la fois fragiles et singulières. Situées aux avant-postes des changements globaux,
elles concentrent de nombreuses problématiques : ressources limitées, richesses biologiques à protéger,
pressions liées aux activités humaines… Des enjeux auxquels il est possible d’apporter des réponses
pragmatiques et efficaces, qui font des petites îles les pionnières d’un développement plus durable. Je
veux faire du Frioul un laboratoire d’excellence en matière de développement durable,
qui soit reconnu au niveau international.

•Sur la partie urbanisée (150 résidents permanents), je veux encourager et valoriser des démarches
intégrées de préservation et de gestion durable des ressources naturelles autour des thématiques
eau et assainissement, déchets, énergie, biodiversité, paysages et patrimoines.

•Je veux que soit améliorée la gestion des déchets sur l’archipel, que soit repensée la production et
la consommation d’énergie afin de valoriser les énergies renouvelables, que les pollutions
sonores liées aux « bateaux boîtes de nuit » soient limitées.

•Le port du Frioul (600 anneaux) doit se développer de manière responsable. Un plan de mouillage est
en cours d’élaboration.

•Je veux que nous soyons fiers de cette destination touristique. C’est pourquoi, je soutiens fortement la
requalification des espaces situés entre le port du Frioul et la plage Saint-Estève qui sont
aujourd’hui en mauvais état et qui doivent devenir être exemplaires.

•Je veux que le Frioul continue d’être un lieu de sensibilisation à la protection de


l’environnement. Je soutiens vivement le projet de créer une « maison de la nature »
à la Villa marine (île du Ratonneau), qui accueillera le grand public et des groupes scolaires pour
les éduquer à la biodiversité marine et insulaire. Je soutiens également la création d’un jardin
pédagogique autour de la Villa marine.

•L’hôpital Caroline restauré pourra accueillir une structure dédiée à la protection de


l’environnement en Méditerranée qui sera à la fois un lieu de sensibilisation à destination
des jeunes, un haut lieu de rencontre et d’échanges entre mondes scientifique,
économique, politique, associatif, et permette de tisser des liens avec les autres villes
de Méditerranée (cf. infra).
150

•Je veux développer au Frioul le concept des « aires marines éducatives » : des classes de collège
sont chargées de faire des inventaires faune-flore, de rencontrer les différents acteurs et in fine de
proposer des plans de gestion (concept développé par le PNC au Mugel).

Une politique incitative au service de la révolution verte

VISION
Pour engager la révolution verte, la protection de l’environnement doit s’imposer comme un impératif à toutes
décisions publiques mais aussi à chacun d’entre nous et à chacun de nos actes.

Je veux que les Marseillaises et Marseillais prennent leur part de responsabilité dans ce tournant auquel nous
devons tous contribuer.

La protection de l’environnement est un bien commun, il nous concerne tous. Il revient à chacun d’entre nous
d’adopter des modes de vie écoresponsables. Nous devons fondamentalement repenser nos modes de
vie, de développement, de consommation, de déplacement, d’aménagement, de logement. Nos actes du quoti-
dien, manger, boire, s’habiller, se déplacer, doivent être rendus responsables et respectueux de notre planète.

Je suis pour une écologie positive et inclusive.

Nos concitoyens ne peuvent plus supporter une hausse de la fiscalité supplémentaire ou celle du coût de l’éner-
gie. Une transition énergétique déséquilibrée pourrait aggraver les fractures sociales et territoriales. Aussi,
pour que la protection de l’environnement soit une cause partagée et que la population s’en empare, elle doit
nécessairement être incitative, être juste socialement et être abordée de manière très concrète.

Je veux permettre une prise de conscience et induire des changements de comportements rapides auprès des
Marseillais, et ce dès le plus jeune âge.

Je veux que nous nous projetions dans l’avenir avec l’ambition de devenir un territoire exemplaire.

Il est aujourd’hui urgent que l’ensemble des habitants, des acteurs publics et privés de ce territoire adoptent de
nouveaux comportements écoresponsables.

Pour que l’environnement soit au cœur de nos prises de décisions et de nos modes de vies, il est temps pour
les collectivités d’associer le monde économique à travers un pacte environnemental mais
aussi les habitants avec une grande mobilisation écoresponsable.
151

Faire de Marseille la capitale verte


de l’Europe en 2026
Le prix de la capitale verte de l’Europe a été lancé en 2006, et depuis 2010, chaque année, une ville euro-
péenne est désignée par la Commission européenne, « capitale verte européenne » de l’année. Ce programme
encourage les villes à prendre en compte l’environnement dans leurs aménagements urbains. À ce jour, ce prix
n’a été remporté qu’une seule fois par une ville française (Nantes en 2013).

•Je veux porter auprès de l’Union européenne une candidature « Marseille, capitale verte de l’Europe »
pour 2026.

•Pour ce faire, Marseille doit devenir un territoire véritablement exemplaire en matière de transition
écologique.

•Cette candidature doit permettre tout à la fois de valoriser les mesures ambitieuses mises en œuvre, en
peu de temps, en faveur de l’environnement et d’agir comme catalyseur pour le développement
de nouvelles initiatives venant des institutions publiques, des particuliers, du monde
économique, du monde associatif.

•À cet égard, je veux valoriser toutes les mesures prises dans le cadre de l’Agenda environnemental et
continuer à prendre de nouvelles mesures en faveur de la révolution verte, afin d’aller plus vite et plus loin.

•Je dis ce que je fais, je fais ce que je dis. Toutes les mesures en faveur de l’environnement
énoncées dans ce programme seront mises en œuvre et valorisées à travers cette
candidature.

•À l’image de ce qui avait été réalisé dans le cadre de « Marseille, capitale de la culture 2013 »,
un grand pavillon pourra être installé afin de réunir tout l’écosystème environnemental
et de valoriser toutes les initiatives existantes.

Rendre nos institutions exemplaires


en termes de transition écologique
Je veux que nos collectivités locales montrent l’exemple et soient à la pointe en matière de transition écologique.
Pour ce faire, je souhaite :

•Engager la conversion de nos flottes captives de véhicules vers l’utilisation d’énergies


renouvelables.

•Lancer un appel à manifestation d’intérêt pour recouvrir le plus de surface possible de notre
bâti foncier public, et notamment nos écoles, de panneaux solaires photovoltaïques et
thermiques.

•De façon complémentaire, végétaliser autant que possible le bâti foncier public.
152

•Réaliser un audit énergétique de tous les bâtiments publics et engager un plan d’action pour améliorer
leur performance.

•Nous reverrons également les contrats de fourniture d’énergie du territoire et nous introduirons dans
les marchés publics des clauses privilégiant les offres vertes. Notamment, nous rechercherons des offres
garantissant l’achat direct de l’électricité auprès des producteurs utilisant une ressource renouvelable.

•Nous rendrons obligatoire dans les institutions, et tout particulièrement dans les crèches et dans les
écoles, l’utilisation de produits d’entretien respectueux de l’environnement et de la santé.

Renforcer l’éducation environnementale de nos enfants


Je veux créer une émulation des enfants vers la nature et les sensibiliser à la préservation de notre environnement.
C’est pourquoi je veux développer des sorties scolaires vertes dans les collines provençales et en mer, en présence
de scientifiques et de connaisseurs bénévoles, afin de faire comprendre aux enfants la nature, la mer, la terre,
les rivières, les animaux, les végétaux, la formation des montagnes, le circuit des eaux de pluie et thermales.

Mettre en place une application basée sur un système


d’incitations comportementales (nudges verts)
On constate bien souvent que, pour changer les comportements du quotidien, il ne suffit pas toujours de sensi-
biliser ou d’informer, ni même d’offrir les conditions d’adoption du bon comportement (par exemple installer
des poubelles de tri).

•C’est pourquoi, pour permettre des changements plus rapides, je veux mettre en place un système
incitatif à l’adoption de comportements vertueux afin d’encourager les Marseillais à devenir acteurs de
leur territoire, en attribuant des contreparties avantageuses en particulier sur les transports en commun,
l’accès aux bibliothèques, et les piscines.

•Je m’engage ainsi à créer une application, basée sur un système de nudges, qui incitera les habitants à
adopter des comportements écoresponsables (en particulier le tri sélectif).

•Il s’agira d’un « coup de pouce » visant à changer ou guider les comportements par une incitation
douce, non culpabilisante et non coercitive.

•Concrètement, cette incitation reposera sur la mise en place d’un outil numérique métropolitain. Nous
allons créer une application permettant à chacun des habitants d’avoir un compte usager
unique pour toute la Métropole et tous les services, socle commun et de confiance pour
l’ensemble des services publics (activités sportives, gestion des déchets, culture, signalements sur le
territoire, transports et déplacements, qualité de l’air).

•C’est sur cette base que sera créée une « nudge money » gagnée en réalisant des
actions vertueuses écoresponsables (ex : acquisition de titres de transport en commun sur un
canal numérique, acquisition d’un composteur, acte de tri dans un point d’apport volontaire (PAV),
passage dans une recyclerie ou déchèterie, réalisation d’un signalement citoyen (Engagés au quotidien/
153

Allô mairie, participation à une action citoyenne (nettoyage du Vieux-Port ou des calanques), usage
d’un mode de transport doux (comptage des pas) et consommée auprès de partenaires
ou institutions pour des services eux-mêmes respectueux de l’environnement ou
d’intérêt général (par exemple l’acquisition d’un composteur, acquisition d’un ticket d’accès auprès
d’infrastructures de la Métropole (piscine, bibliothèques, transports), don à des associations).

•Je veux ainsi valoriser les actions écoresponsables en les convertissant en monnaie. L’usager consommera
cette monnaie sous forme de contreparties auprès de services métropolitains ou de partenaires.

Mettre en place une coopérative de transition écologique


Je veux que notre territoire soit l’un des premiers en France à expérimenter la création d’une coopérative de
transition écologique (CTE).

Pour accélérer la transition écologique tout en répondant à des enjeux sociaux, cette CTE permettra d’apporter un sou-
tien financier et/ou un accompagnement technique à la réalisation des projets de ceux qui veulent basculer vers
un métier plus vert. Cette coopérative de transition écologique réunira des partenaires publics, privés et associatifs.

L’objectif est d’offrir une garantie de revenus à toute personne investie dans des activités favorisant la transition
écologique et sociale.

Il ne s’agit pas d’assister mais d’accompagner, et pas seulement par de l’apport financier (conseils,
mise en réseau, échange de compétences…).

Le soutien ne sera soumis à aucune condition de ressources, et viendra, le cas échéant, en complément du revenu
existant, afin de permettre aux personnes concernées de cesser temporairement leur activité afin de pouvoir se
former à la transition.

Déployer une police de l’environnement


De nombreuses actions incitatives, de sensibilisation, préventives et curatives vont être mises en place. Mais quand
les actions de sensibilisation ne suffisent pas il convient de les compléter par des actions plus ciblées et basées
sur la mise en œuvre systématique des pouvoirs de police dans le domaine de l’environnement.

•Je veux déployer une police de l’environnement spécialement constituée pour que soit appliqué le
principe « pollueur – payeur », que les actes d’incivilité soient véritablement punis.

•Je veux que cette police se concentre en premier lieu sur les questions d’assainissement, d’hygiène et de
salubrité afin que les Marseillaises et marseillais puissent aller se baigner dans une eau de qualité.

•Ensuite seront mises en place des solutions plus transversales incluant d’autres thématiques (collecte des
déchets, lutte contre les incendies de forêts).

•Je veux doter les institutions de moyens internes à la hauteur des enjeux, afin qu’elles disposent de
personnel qualifié et dédié aux problématiques de respect de l’environnement.
154

•Je veux créer un service constitué d’agents assermentés qui seront chargés de veiller au bon
respect des règlements et arrêtés.

•Je veux mettre en place très rapidement un processus permettant de traquer les rejets illicites et non
conformes, qui transitent dans les réseaux d’assainissement et pluviaux.

•Pour cela les contrôles relatifs au respect des règlements d’assainissement seront renforcés et toute
constatation d’infraction donnera lieu à la mise en demeure des contrevenants identifiés de se mettre
en conformité dans un délai donné. En l’absence de mise en œuvre, nous nous engagerons dans une
procédure de réalisation des travaux.

•En parallèle, et au vu des procès-verbaux dressés, des signalements systématiques au Procureur de la


République seront réalisés.

•Je veux également renforcer les contrôles aux abords des cours d’eau et procéder au signalement
systématique des dépôts sauvages. La présence de macro-déchets due à des dépôts sauvages ainsi
que des rejets polluants sauvages sur les berges et dans le lit des cours d’eau constituent un facteur
important d’altération du cadre de vie. Par temps de pluie, les déchets et pollutions diverses rejoignent
soit le littoral marseillais avec les conséquences que l’on connaît sur le court terme et le long terme.

Rejoindre le Cities Climate Leadership Group (C40)


Depuis l’annonce du retrait des États-Unis de l’Accord de Paris, la mobilisation des acteurs non-étatiques, no-
tamment américains, ne faiblit pas.

Les grandes métropoles internationales sont un acteur majeur de cette mobilisation et de la bonne exécution de
l’Accord de Paris. Elles sont réunies dans l’organisation « Cities Climate Leadership Group » (C40), qui vise à
lutter contre le changement climatique.

Créée en 2005 par l’ancien maire de Londres Ken Livingstone, le C40 rassemble plus de 96 des plus grandes
mégalopoles au monde, représentant plus de 700 millions de personnes et un quart de l’économie mondiale.

Créé et dirigé par les villes qui se portent volontaires, le C40 se concentre sur la lutte contre le changement
climatique et favorise l’action au niveau local visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et les risques
climatiques, tout en améliorant la santé, le bien-être et en augmentant les opportunités économiques des citadins.
Paris est aujourd’hui la seule métropole française membre du C40.

Pour lutter efficacement contre le changement climatique, il nous faut unir les forces, notamment celles des métro-
poles. Je veux que la Ville de Marseille rejoigne le C40 pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord de
Paris, pour apporter une visibilité politique internationale mais aussi locale à nos engagements dans ce domaine.
155

Créer une structure dédiée à la protection


de l’environnement en Méditerranée
L’environnement n’a pas de frontière. Si nous voulons prendre véritablement le sujet à bras-le-corps, il nous faut
travailler a minima à l’échelle méditerranéenne.

Je veux que Marseille se positionne en tant que leader sur les questions environnementales propres au bassin
méditerranéen.

C’est pourquoi je m’engage à créer une structure, de type GIP, dédiée à la question environnementale en
Méditerranée.

•Elle permettra de rassembler les énergies sur notre territoire en étant à la fois un lieu de
sensibilisation à destination des jeunes et un haut lieu de rencontre et d’échanges entre
mondes scientifique, économique, politique, associatif.

•Je veux par ailleurs que cette structure permette de tisser des liens avec les autres villes
de Méditerranée. J’y organiserai une fois par an un sommet des mégalopoles
méditerranéennes avec les responsables politiques des deux rives, afin d’échanger sur les enjeux
environnementaux, de favoriser le développement et l’échange de bonnes pratiques (par exemple la
suppression de l’usage des plastiques lors de manifestations publiques ou sur la voie publique), et de
faire aboutir des solutions communes et engagements concrets sur la question du branchement à quai et
la réduction des émissions des bateaux de croisière.

•Cette structure aura également pour rôle d’être une « agence de la mer » pour aborder l’ensemble
des thèmes associés à notre espace naturel maritime, tels que la qualité des eaux, la biodiversité, la
protection des espèces, la sécurité et la réglementation des usages, et les valorisations respectueuses du
milieu.

Il pourrait être envisagé d’implanter ce nouveau fer de lance de notre engagement en faveur
de l’environnement sur l’archipel du Frioul.
156

LA RÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE
Face à l’urgence climatique, la nécessité de conduire une transition énergétique efficiente s’est élevée au rang
d’évidence. Pour accélérer cette transition, il nous faut :

•Diminuer les consommations d’énergie, en investissant notamment sur la rénovation énergétique des
bâtiments ;

•Augmenter la production d’énergies renouvelables.

Diminuer la consommation d’énergie en luttant contre la précarité


énergétique des bâtiments

En France, le secteur du bâtiment est celui qui consomme le plus d’énergie parmi tous les
secteurs économiques : 43 % de l’énergie finale totale. Et malgré les politiques nationales d’économie
d’énergie, la consommation du secteur a augmenté de 20 % en 30 ans.

Le secteur du bâtiment représente également 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

Pour atteindre l’objectif de neutralité carbone qu’elle s’est fixée à horizon 2050, la France doit donc réduire sa
consommation en énergie et accélérer la rénovation énergétique de son parc.

Le parc des bâtiments publics des collectivités territoriales représente environ 280 millions de m² dont 150 mil-
lions de m² pour les bâtiments d’enseignement (écoles, collèges, lycées). Il constitue donc un véritable réservoir
d’économies d’énergie.

Les écoles représentent à elles seules 30 % de la consommation des bâtiments communaux et demeurent le type
de bâtiment le plus consommateur en énergie.

Les consommations énergétiques sont ainsi le second poste de dépense des collectivités après les charges de
personnel, soit 3 à 6 % des charges totales de fonctionnement.

Par ailleurs, après les loyers, l’énergie est le principal poste de dépenses en matière de logement. En 2015, un
ménage y consacrait 1 380 euros par an, soit 4 % de son revenu, selon la dernière étude de l’Insee.

Sur notre territoire, où 51 % des logements sont construits avant 1975, un tiers des consommations d’énergies
(hors activité industrielle) provient de l’habitat, dont 40 % pour le chauffage. Ces consommations sont à 51 % électriques.

Les habitants du territoire consacrent environ 1 230  €/an aux dépenses énergétiques de leur logement soit
800 millions d’euros dépensés chaque année par les ménages (sur la partie logements privés).

Malgré des variations aléatoires, ces dernières années, liées au contexte international et à la crise de 2008,
les perspectives orientent vers une augmentation régulière du coût de l’énergie. Cette évolution impactera bud-
gétairement l’ensemble des ménages mais plus particulièrement ceux en précarité (70 000 sur notre territoire).
157

MA VISION
Pour enrayer le cercle vicieux du changement climatique et pour protéger notre santé à tous, nous devons
diminuer nos émissions de gaz à effet de serre (GES) et de particules fines. Nous voulons respirer un air sain.

Nous devons de toute urgence réduire notre consommation d’énergie. La mobilisation du secteur du bâtiment est
véritablement essentielle à la transformation de notre modèle de développement pour la sobriété énergétique.

Je veux réduire la consommation énergétique de l’habitat sur notre territoire.

Pour ce faire, je veux que les bâtiments anciens soient rénovés de manière à mettre fin à la précarité énergétique.

Par ailleurs, pour les bâtiments nouveaux, je souhaite que l’on retrouve le bon sens qui présidait autrefois aux
constructions traditionnelles : des bâtiments bien isolés pour l’hiver, protégés de la chaleur en été, et finalement
adaptés au climat local.

À la tête du Département et de la Métropole, j’ai fait élaborer un Agenda environnemental conjoint aux
deux institutions dont l’un des axes principaux est consacré à l’énergie. Des mesures concrètes et ambitieuses
y ont été prises.

À la tête de la Métropole, j’ai fait adopter le premier Plan Climat Air Énergie métropolitain, qui met
au centre de ses ambitions les questions de réduction des émissions de GES.

À la tête du Département, j’ai mis en place un dispositif dédié à la rénovation énergétique, « Provence Eco-
Rénov », qui attribue des aides aux particuliers (propriétaires occupants de leur résidence principale) qui
souhaitent engager des travaux. Il s’agit d’une aide à hauteur de 25 % du coût des travaux éligibles, dans une
limite de subvention de 3 000 € par foyer, ou 50 % du coût des travaux pour une aide plafonnée à 6 000 € en
périmètres d›éradication de l›habitat indigne sur Marseille. Et il est cumulable avec l’ensemble des autres aides
publiques, qu’il s’agisse de subventions mises en place par d’autres collectivités territoriales, du prêt à taux zéro
ou de l’éco-prêt à taux zéro.

Réduire la consommation en énergie de nos bâtiments, c’est respecter l’environnement, amé-


liorer la qualité de l’air que nous respirons, et c’est aussi augmenter le pouvoir d’achat des
ménages.

Nous avons, à Marseille, et sur toute la Métropole, un immense défi à relever, et je veux prendre ce sujet à bras-
le-corps. Je veux que la rénovation énergétique des bâtiments change d’échelle. Nous devons faire beaucoup
plus et beaucoup plus vite.

Créer une structure dédiée à la rénovation


énergétique des bâtiments
Pour aller plus vite plus loin, je veux créer une structure opérationnelle, de type SPL ou SEM, dédiée,
qui permette de véritablement booster la rénovation de notre habitat. Elle permettra de développer
pour la première fois, à très grande échelle, la rénovation de notre habitat en proposant aux particuliers un
mécanisme de tiers-financement et une prise en charge des formalités administratives : une solution clé en
main pour les propriétaires.
158

•À l’image de ce qui marche ailleurs en France, je veux mettre au point une structure qui puisse proposer
aux particuliers une ingénierie technique et financière, allant de l’audit, en passant par la maîtrise
d’œuvre et le suivi de travaux et post-travaux, tout en accompagnant les propriétaires sur le plan
financier.

•L’idée est de sortir des limites du modèle public habituel d’intervention financière en recourant au
mécanisme de tiers-financement.

•Je veux que nous puissions proposer une offre de rénovation énergétique qui inclut le financement de
l’opération de telle sorte que le propriétaire n’ait rien à financer car les économies d’énergies futures
remboursent progressivement tout ou partie de l’investissement.

•La mise en place d’une telle structure doit permettre d’opérer un véritable changement d’échelle dans la
rénovation énergétique de nos bâtiments, et ainsi contribuer à protéger notre environnement, augmenter
le pouvoir d’achat des ménages, et aussi créer de nombreux nouveaux emplois verts localement.

Créer une école de la deuxième chance dédiée aux


métiers de la rénovation énergétique
Je veux que soit créée une nouvelle école de la deuxième chance (cf. supra) qui permette de former les
Provençaux aux métiers de la rénovation énergétique afin que nous puissions répondre à la forte demande de
travaux qu’engendrera la mise en place de la structure dédiée.

Ce nouvel outil, créateur d’emplois verts, contribuera à atteindre des objectifs ambitieux en termes de diminution
de notre consommation énergétique sans restriction des usages.

Soutenir la production d’énergies renouvelables

Notre territoire dispose de merveilleuses ressources naturelles - vent, eau, soleil – et ainsi d’un potentiel excep-
tionnel de production d’énergies renouvelables (EnR).

La production d’énergies renouvelables sur le territoire métropolitain représente seulement


4 % de la consommation territoriale.

La première source d’énergie renouvelable du territoire est l’hydroélectricité, suivie par la filière biomasse puis la
159

filière photovoltaïque. De nombreuses filières d’énergies renouvelables sont à ce jour très largement inexploitées.
À titre d’exemple seulement 9 % du gisement de la filière solaire thermique (eau chaude solaire) est valorisé.

Les EnR électriques

 vec 2 858 heures de soleil par an, Marseille est la ville la plus ensoleillée de France et la deuxième d’Europe.
A
Or, la production d’électricité photovoltaïque ne représente aujourd’hui qu’à peine 10 % de notre production
d’énergies renouvelables.

 ’énergie éolienne est peu développée, avec deux installations à Fos-sur-Mer et à Port-Saint-
L
Louis-du-Rhône, mais constitue également l’un des projets structurant du territoire avec le
développement de l’éolien offshore flottant au large de Fos.

L e territoire exploite aussi le gaz naturellement produit par ses déchets, dans plusieurs centres d’enfouissement,
pour produire de l’électricité.

L’électricité hydroélectrique constitue la plus grosse part de la production de source renouvelable du territoire.

Le gaz vert

Au-delà des énergies électriques, il faut aussi mentionner la production de gaz renouvelable. La méthanisation
permet de produire du gaz méthane qui peut être injecté dans le réseau public de distribution de gaz ou bien
utilisé comme carburant véhicule (GNV) par exemple.

L’unité de méthanisation de Sormiou permet de traiter les boues de la station d’épuration de Marseille pour
produire du biométhane qui est injecté dans le réseau GRDF.

L’hydrogène

Notre territoire bénéficie d’atouts très particuliers pour permettre l’essor de la filière hydrogène avec
un fort ancrage local, grâce à la présence d’une industrie chimique et pétrochimique fortement consommatrice
d’hydrogène d’origine fossile ; d’hydrogène issu de process industriels qui est aujourd’hui perdu et qui est
disponible en grande quantité ; des infrastructures portuaires et de nombreux pipelines dont un hydrogénoduc
de 42 kilomètres ; d’un écosystème de recherche fondamentale et appliquée de qualité ; de différents acteurs
économiques déjà très mobilisés ; d’une plateforme unique en Europe de formation sur la sécurité hydrogène
installée à l’Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (ENSOSP) à Aix - Les Milles.

Géothermie

Marseille dispose du premier réseau européen de thalassothermie situé en plein cœur


d’Euroméditerranée, Thassalia. Cette « boucle d’eau de mer » utilise l’eau du port pour fournir une
énergie à 70 % de source renouvelable à de nombreux sites du quartier : une ressource naturelle qui réchauffe
les locaux en hiver et les refroidit en été. Depuis 2018, une deuxième boucle d’eau de mer alimente le quartier
Euroméditerranée en chaud et froid.
160

Les EnR thermiques

La chaleur, premier poste de consommation énergétique, est aujourd’hui produite à 85 % à


partir d’énergies non renouvelables et à 73 % à partir d’énergies fortement émettrices de GES.

Les énergies thermiques de source renouvelable permettent de fournir du chauffage, de l’eau chaude mais
également de la climatisation sans émettre de GES. Les réseaux de chaleur et de froids, qu’ils soient publics
ou privés, permettent le déploiement d’une énergie majoritairement renouvelable à grande échelle (un seul
équipement de production va couvrir les besoins de centaines ou milliers d’usagers) et d’apporter un service
aux usagers en se substituant à des usages généralement électriques (climatiseurs…).

MA VISION
Pour réduire notre dépendance à l’importation d’énergie, pour alléger notre facture énergétique et pour amé-
liorer tant notre bilan carbone que la qualité de l’air que nous respirons, je tiens à ce que nos formidables
ressources naturelles soient utilisées.

Je veux booster la production d’énergies renouvelables sur notre territoire.

Notre territoire regorge de ressources naturelles dont il dispose à foison. Face aux défis que nous impose le
changement climatique, nous nous devons d’utiliser ces ressources pour devenir un territoire à la pointe
en termes de production d’énergies renouvelables (EnR).

La Métropole a récemment lancé la création d’une centrale photovoltaïque au sol sur l’ancien centre d’enfouisse-
ment de Mallemort et la première opération expérimentale européenne de centrale photovoltaïque en autoproduc-
tion-autoconsommation sur le quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) à Frais-Vallon sera bientôt lancé.

L’usine de traitement des boues de Sormiou est devenue, en 2019, la plus grosse unité de production de bio
méthane de France.

Créer une structure dédiée pour permettre


un développement massif des énergies renouvelables
Je veux que nous nous donnions les moyens d’enclencher un développement massif des énergies renouvelables.

Pour cela, je propose de rassembler nos forces en réunissant les acteurs du développement territorial au sein d’une
structure dédiée, de type SPL ou SEM. Cette structure, ouverte aux partenaires privés, assurera le montage des
dossiers, leur accompagnement, l’ingénierie financière, et participera au capital de sociétés de projets dédiées.
161

Développer à grande échelle la production


d’électricité solaire photovoltaïque et thermique
Les toits de nos bâtiments sont une ressource immense qui n’est que très faiblement exploitée.

Je veux que la production d’électricité photovoltaïque prenne véritablement son envol dans les prochaines
années. De nombreux projets publics et privés doivent être développés. Les projets photovoltaïques doivent
mobiliser des acteurs divers : les entreprises, les collectivités, les citoyens.

Le photovoltaïque résidentiel s’est considérablement accru ces derniers temps et la tendance de l’accélération
de l’autoconsommation photovoltaïque va se confirmer très rapidement, vu que le prix de l’électricité et de
l’énergie en général ne va pas diminuer. L’autoconsommation va donc devenir un enjeu majeur et capital pour
le développement de la filière d’ici très peu de temps.

À cet égard, je veux mettre en place un dispositif d’aide à l’installation de panneaux photovoltaïques en auto-
consommation, pour un territoire plus vertueux et moins dépendant au plan énergétique.

Je veux, par ailleurs, recouvrir autant que possible le bâti foncier public et privé de panneaux photovoltaïques,
et notamment les ombrières, les parkings, les écoles et collèges.

Promouvoir les réseaux de chaleur


Je veux étendre les réseaux de chaleur en imposant le raccordement des nouveaux bâtiments. Je veux, par
ailleurs, convertir les réseaux existants aux énergies renouvelables.

Je veux promouvoir et étendre les réseaux de chaleur (sources d’énergie centralisées) existants en
imposant le raccordement des nouveaux bâtiments. Je veux, par ailleurs, convertir aux énergies renou-
velables les réseaux de chaleur existants et en créer de nouveaux à partir de diverses sources vertueuses.

Développer l’usage de la thalassothermie


Je veux promouvoir, chaque fois que c’est possible la thalassothermie. Pour cela je mettrai en place des outils
incitatifs favorisant le raccordement aux réseaux de thalassothermie pour le chaud et le froid
à Marseille.
162

Faire de Marseille le hub méditerranéen


de l’hydrogène
Je considère que c’est le rôle des collectivités d’accélérer la massification des usages et la maturation de tech-
nologies qui pourraient révolutionner nos modèles et contribuer fortement à la protection de l’environnement
et à l’amélioration de notre qualité de vie. Dans cet objectif, je veux mailler notre territoire de stations
de recharges à hydrogène vert pour véhicules individuels et collectifs.

En créant ainsi les conditions nécessaires au développement des usages, nous alimenterons parallèlement la
croissance de tout une filière aux perspectives remarquables.

J’ai la conviction que notre territoire, avec ses installations portuaires, ses implantations industrielles et ses
énergies naturelles, dispose de tous les atouts pour devenir un hub de l’hydrogène pour l’ensemble de
l’Europe. Je veux que nous soyons des acteurs de premier plan dans ce tournant historique.
163

UN TOURISME DURABLE ET RESPONSABLE

Le tourisme est une activité qui a pris son essor à Marseille dans le courant des années 90 notamment avec
l’arrivée des croisières. Cet élan a pour partie été rendu possible par le quasi-doublement de l’offre hôtelière
en particulier dans les catégories 4 et 5 étoiles. C’est aujourd’hui l’un des secteurs clés pour le développement
de la ville au regard du nombre d’emplois concernés et des retombées économiques.

Nous sommes cependant parvenus à un niveau de fréquentation du territoire qui doit nous conduire à réfléchir
aux prochaines étapes et à notre stratégie. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir quel modèle nous
souhaitons privilégier pour l’avenir. La recherche du volume à tout prix produit des effets que certains territoires
regrettent. C’est notamment le cas de Barcelone qui est passé de moins de 2 millions de touristes en 1992 à
plus de 10 millions aujourd’hui produisant une fréquentation excessive et une réaction de rejet d’une partie de
la population. Même si Marseille n’est aujourd’hui qu’à la moitié de cette fréquentation, le modèle que nous
devons adopter pour les prochaines années doit être pensé et préparé de manière responsable.

MA VISION
Ma conviction est que notre ville mérite un tourisme durable et responsable qui célèbre nos spécificités en pré-
servant notre environnement et notre art de vivre.

Notre territoire dispose de tous les atouts pour bâtir un tourisme de haute qualité, en s’appuyant sur les domaines
d’excellence du territoire : économie, culture, pratiques sportives, valorisation de nos espaces naturels.

Je tiens à ce que nous restions très vigilants aux impacts de la croisière en termes de pollution atmosphérique,
même si des mesures fortes ont été lancées et que les principaux armateurs ont déjà amorcé un tournant vers
l’usage d’énergies alternatives moins polluantes comme le gaz naturel (cf. supra).

Repositionner le tourisme des congrès et salons


au cœur de notre développement économique
Le tourisme d’affaires, qui se construit autour de l’activité des congrès, des séminaires et des salons, est à lui seul
une activité à fortes retombées économiques notamment sur l’hôtellerie et la restauration. La deuxième vie du
parc Chanot, qui doit être déterminée en 2020 avec l’attribution de la prochaine délégation de service public,
constitue une étape décisive pour les prochaines phases de développement de ce secteur.

L’enjeu aujourd’hui est de remettre l’activité des congrès et salons au cœur du développement
économique de Marseille. La tenue de grands événements sur notre territoire permettrait de faire rayonner nos
expertises et nos talents et d’accueillir à Marseille des acteurs (entreprises, investisseurs, chercheurs) susceptibles
de s’implanter ou d’investir. L’accueil d’Euromaritime, un grand salon du maritime à Marseille en février 2020
s’inscrit dans cette logique.
164

Développer le tourisme sportif de pleine nature


La qualité et la diversité de nos sites naturels constitue un avantage déterminant pour le tourisme. Combiné à la
pratique de sports de pleine nature, cet atout devient un levier de développement exceptionnel. Notre territoire
dispose de belles perspectives de développement dans les secteurs de la plongée sous-marine, la voile, le VTT,
la randonnée.

Promouvoir Marseille comme site d’exception pour la voile

Le plan d’eau de la rade de Marseille offre d’exceptionnelles conditions de navigation. Le choix du comité
olympique de retenir la ville comme site pour les épreuves de voiles pour les JO de 2024 en est une illustration.
Les navigateurs marseillais exportent leur excellence avec succès dans les régates du monde entier. Le nombre
croissant de régates de portée internationale dans la rade y compris dans les disciplines les plus exigeantes
(la finale mondiale de la Sail GP en septembre 2019 par exemple) démontre notre attractivité. Pour conforter
cet élan je souhaite que soit créé à Marseille une grande école de voile fédérant la communauté de la régate.

Affirmer et renforcer la vocation de Marseille comme pôle international de plongée sous-marine

Le littoral marseillais et ses fonds marins, particulièrement propice aux activités sportives, de loisir et de détente,
est un gisement d’activités économiques créatrices de richesses et d’emplois. Il contribue à la dynamique et à
l’attractivité du territoire. Son potentiel peut être plus fortement exploité, tout en assurant la préservation de cet
environnement naturel exceptionnel.

Je propose que Marseille affirme et renforce sa vocation de spot d’excellence des activités de
plongée sous-marine. Ce projet global devra stimuler les activités, tout en assurant la préservation de la
nature et du littoral, en lien direct avec le Parc national des Calanques. Il s’appuiera sur l’excellence des sites,
des équipements et des savoir-faire en associant tous les acteurs de la plongée du territoire marseillais.

Ce projet pourrait se décliner en plusieurs modules :

•Soutenir la création d’une cité de la plongée sous-marine : cette structure, qui pourrait être de forme
associative, pourrait regrouper les professionnels du secteur afin d’organiser des formations, des actions
de sensibilisation et organiser des événements autour du thème de la plongée.

•Créer les liens avec l’expertise médicale locale : centre hyperbare de l’APHM, à Ste Marguerite.

•Accueillir des salons ou évènements nationaux ou internationaux relatifs à la plongée.

•Mieux valoriser les sites ou lieux de plongée existants : construire des équipements sous-marins
préservant le milieu naturel.

•Mener des actions de préservation et développement de la ressource halieutique.

•Renforcer l’offre de plongée sur épaves.

•Renforcer l’offre d’hébergement en lien avec l’organisation de stages de plongée en ciblant les
hébergements s’inscrivant dans une démarche de développement responsable (éco lodges).
165

•Renforcer l’offre d’activités de loisir autour des centres de plongée, à destination des membres de la
famille qui accompagnent mais ne plongent pas.

Développer le tourisme culturel tout au long de l’année


Marseille et son territoire sont connus pour l’excellence de leurs festivals qui génèrent une fréquentation nationale et
internationale, surtout l’été (le festival de Marseille, le festival de Jazz des 5 continents, le festival d’Aix et le festival
de la Roque d’Anthéron). Au-delà de ces pépites qui font briller notre territoire, je souhaite que nous nous donnions
les moyens de faire de Marseille une destination culturelle de choix.

Nous disposons pour cela d’autres atouts que ceux de nos festivals. Notre territoire peut se prévaloir d’expositions
de qualité, de musées à l’architecture notable, de galeries d’art et d’une programmation événementielle séduisante.

Je veux renforcer la dynamique culturelle du territoire.

Je souhaite, pour cela, soutenir les événements qui ont su valoriser notre territoire à une échelle nationale et inter-
nationale. La biennale internationale des arts du cirque me semble être un bon exemple au même titre qu’Artorama
dans le champ de l’art contemporain qui s’est associé à Pareidolie et Polyptique.

Je souhaite que ce tourisme culturel, au-delà de la fréquentation des lieux de diffusion, bénéficie plus largement au
centre-ville de Marseille.

Je demanderai aux musées de la Ville de Marseille de se concerter avec les autres grands lieux d’exposition de
manière à élaborer des convergences de programmation pour faire émerger des saisons thématiques, offrant ainsi
aux visiteurs une masse critique de propositions.

Enfin, je créerai au sein de l’agence de promotion touristique une équipe dédiée à la promotion culturelle de Marseille.

Créer un incubateur tourisme


Le tourisme est un secteur très ouvert à l’innovation. Les technologies du numérique ont révolutionné les pratiques
des touristes pour le choix de la destination (impact de Tripadvisor), la préparation du voyage (information,
réservation, définition des itinéraires), le choix de l’hébergement (AirBnB), l’expérience touristique elle-même
(réalité augmentée, audioguides, applis dédiées) et même la valorisation de l’expérience (FaceBook, Instagram).

La dynamique de la FrenchTech se matérialise par une capacité d’innovation qui peut très largement faire du
secteur du tourisme un domaine d’application privilégié.

Je souhaite créer un incubateur dédié au tourisme. Celui-ci fournira aux porteurs de projets toutes les
ressources nécessaires avant le lancement de leurs services ou produits. L’expérience d’un incubateur virtuel
sur ce thème avec Marseille Innovation, Provence Tourisme et l’ESCAET ayant été particulièrement concluante,
il s’agit maintenant de passer à la vitesse supérieure en créant un vrai lieu d’incubation.

Au-delà de sa fonction d’incubation, ce lieu pourrait héberger une vitrine de l’innovation touristique et une
grande école du tourisme.
166

REPENSER L’AMÉNAGEMENT
DE L’ESPACE PUBLIC POUR AMÉLIORER
LA QUALITÉ DE VIE

La ville de Marseille recouvre une surface équivalente à deux fois et demi Paris intra-muros. La zone urbanisée
s’est étendue, essentiellement à partir du XIXe siècle, bien souvent sans schéma d’urbanisme ni stratégie foncière.
Les 111 noyaux villageois se sont peu à peu regroupés ou dilués, selon une dynamique spontanée liée en grande
partie à la croissance démographique. Ce phénomène a produit une urbanisation clairsemée où les fonctions
(habitat, économie, agriculture, espaces naturels, transports, logistique) cohabitent comme elles le peuvent,
générant souvent des conflits d’usage. Les nouveaux défis auxquels la ville est confrontée (produire du foncier
pour les entreprises et le logement, étoffer le réseau de transports en commun, préserver les espaces naturels,
préserver les espaces agricoles) imposent de repenser la question de la gestion de l’espace pour instaurer une
nouvelle harmonie dans les usages et entre les usages.

Au-delà de la compatibilité des fonctions et des usages, se pose la question fondamentale de la qualité des
aménagements. Le dysfonctionnement de nombreux quartiers est en partie lié à la dégradation des espaces
publics et le centre-ville n’a pas retrouvé son attrait. Les travaux de rénovation de l’hyper-centre engagés à
mon initiative au cours de ces derniers mois par la Métropole, avec la contribution financière du Département,
démontrent que la qualité de vie des habitants peut assez rapidement et très significativement être améliorée.
C’est une question de volonté, de mobilisation des moyens mais aussi et surtout de changement de philosophie,
d’approche et de méthode. La rénovation intégrale de tous les espaces publics est évidemment hors de portée
dans un temps court. Mais il est possible d’obtenir une nette amélioration au profit des habitants en combinant
le retour de la nature dans la ville, la valorisation du patrimoine existant et de l’identité des quartiers, une focali-
sation sur les pivots que constituent les noyaux villageois, l’amélioration du lien avec la mer et le développement
de la ville intelligente.

MA VISION
Je veux donner aux Marseillais le meilleur de leur ville, à partager, à préserver, à vivre ensemble,
avec un cadre de vie beaucoup plus vert, régulé, apaisé, agréable à vivre, reconnecté à la nature.

Cela passe par une gestion volontariste, pragmatique, généreuse, de l’espace public. Il faut ouvrir largement ce
dernier, le rendre pratique, accueillant, l’agrémenter de tout ce qui facilite et embellit le quotidien et le préserver
durablement en régulant les usages.

Le monde attire le monde. L’appropriation régulée, apaisée, contrôlée de lieux agréables à partager entraîne
une affluence, un sentiment de sécurité, et des occasions illimitées de partager des moments, des impressions,
des idées.

Marseille a une histoire, une culture, une authenticité qui lui sont propres, et qui plongent ses racines jusque dans
l’antiquité grecque et latine. Les cœurs de noyaux villageois, les places, les placettes, les terrasses, les trottoirs
lorsqu’ils sont larges, sont autant d’espaces où l’on ne doit pas seulement se croiser, mais se rencontrer.
167

Cette notion n’est pas artificielle ni déconnectée, elle est au contraire fondamentale : notre ville a un besoin
immense de retisser du lien social, de favoriser les rencontres, d’amener sa population à habiter, et partager
de la façon la plus paisible l’espace public.

Je veux reconfigurer en profondeur cette ville pour que les emplacements publics dédiés à la vie sociale, récréa-
tive, populeuse, piétonne, paisible et joyeuse, bénéficient des meilleures localisations.

Je veux redonner vie au centre-ville et aux 111 noyaux villageois de Marseille, remettre les places au centre de
nos vies.

Aménager harmonieusement la ville, en déployant une


vision globale et en promouvant une esthétique urbaine
Marseille est marquée par une urbanisation disparate, un manque de cohérence et d’esthétique. Contrairement
à d’autres grandes villes, son aménagement n’a pas été conçu globalement et géométriquement. Notre ville s’est
construite au fil du temps, avec des agglomérations de villages, les destructions et reconstructions de la seconde
guerre mondiale, des constructions massives, hâtives et mal implantées, et des opérations d’aménagement dont
les partis-pris urbanistiques n’ont jamais été uniformes. Je veux redonner une cohérence globale à notre amé-
nagement. Je veux que notre bâti soit structurellement solide et sain, mais également qu’il soit harmonieusement
inséré dans son environnement. Je veux rendre notre ville plus fonctionnelle mais également plus belle. J’utiliserai
tous les moyens que peut donner la réglementation pour promouvoir un bâti plus traditionnel, plus raisonné,
plus durable et plus esthétique. Par ailleurs, aménager ce n’est pas simplement construire, mais organiser la vie
des futurs habitants. Toute opération d’aménagement devra également traiter, en amont, la question de tous les
services associés : parkings, transports, services éducatifs et culturels.

Le plan centre-ville
La tragédie de la rue d’Aubagne a révélé toute la problématique de la paupérisation du centre-ville de Marseille.
L’évacuation de plusieurs centaines d’immeubles a accéléré la prise de conscience de l’État de l’état du parc de
logement et l’on estime aujourd’hui à 40 000 le nombre de logements potentiellement indignes. À la Métropole,
j’ai décidé d’engager sans attendre une stratégie territoriale de lutte contre l’habitat indigne, sur 10 ans dotée
d’un budget de 600 millions d’euros et de nouveaux outils.

Au-delà de la problématique du logement, se pose la question de l’état général du centre-ville de Marseille qui
n’offre pas aux habitants des conditions de vie digne d’une métropole européenne, deuxième ville de France.
L’état du bâti, la dégradation de l’espace public, le sentiment de paupérisation freinent les investissements privés
et ne favorise pas l’implantation d’acteurs économiques quels qu’ils soient (entreprises, commerçants, hôteliers).

Marseille se situe à un tournant, un moment de bascule historique qui peut la conduire soit à devenir une grande
métropole euro-méditerranéenne, soit à rétrograder dans la catégorie des villes françaises moyennes, distancée
par ses homologues. Je fais le choix de la première option parce que j’ai la conviction que c’est
celle qui nous permettra de révéler ce que Marseille a de meilleur au bénéfice de tous ses
habitants.
168

Je veux relever ce défi pour le centre-ville : qu’il devienne la vitrine de notre ambition sans trahir l’identité de
Marseille. Il n’est pas question de transformer le centre pour en faire un quartier standardisé et aseptisé comme
on en trouve dans beaucoup de villes européennes avec les mêmes rues, les mêmes boutiques et la même physio-
nomie. La richesse de Marseille doit pouvoir s’exprimer en valorisant son patrimoine historique, en déclinant les
spécificités de ses quartiers, et en donnant envie à ses habitants de s’approprier un espace public dont ils seront
fiers parce qu’il révélera ce que nous avons de meilleur.

Je veux également de faire du centre-ville un laboratoire de la ville créative et durable. Les


nouveaux modes de travail, les modes doux de la mobilité les plus contemporains et les nouvelles façons d’habiter
doivent pouvoir pleinement s’y exprimer. La végétalisation et le retour des fontaines doivent pouvoir
s’y exprimer de façon ambitieuse malgré la densité urbaine.

Enfin, je souhaite que le cœur de ville se positionne comme l’emblème de notre attractivité se mettant ainsi en
capacité de jouer pleinement son rôle de métropole internationale avec les équipements et les services qui
répondront aux utilisateurs les plus exigeants.

Bâtir un centre-ville vivant

Pour que le centre soit un quartier agréable à vivre et à habiter, l’accent sera mis sur l’aménagement des espaces
public avec une place de choix accordée aux terrasses, aux lieux de vie et de divertissement.
Le centre d’une ville doit être son cœur battant, plein d’énergie et dont les pulsations se trans-
mettent au reste du corps. À l’instar des dimanches de la Canebière, une politique événementielle sera
engagée en associant les habitants et les acteurs culturels.

Aménager un centre-ville pour tous

Je veux conserver le caractère populaire et métissé du centre-ville de Marseille, lieu de rencontre de tous les
Marseillais. Les dispositifs déployés dans le PPA (rénovation urbaine, mobilité, redynamisation commerciale)
vont naturellement conduire à rendre le centre-ville plus attractif, et doivent, par conséquent, être accompagnés
pour que chacun y trouve sa place et que cette amélioration du cadre de vie ne conduise pas à une gentrifica-
tion de ces quartiers.

Là encore, il s’agit de conserver « l’âme de Marseille ».

Un centre-ville dépollué et apaisé

Pour le centre-ville mais plus généralement pour tous les quartiers de Marseille, je veux lutter contre toutes les
formes de pollution : pollution atmosphérique, sonore, lumineuse, visuelle. À cet égard, le centre-ville doit être
exemplaire : je veux un centre-ville dépollué et apaisé, avec une ZFE, de nombreux espaces
piétonniers, des radars antibruit, un combat sans faille contre les véhicules épaves, les deux-
roues en infraction, les tags.

Pour ceux qui la visitent, pour ceux qui y travaillent, pour ceux qui y vivent, mais par-dessus tout pour l’ensemble
des Marseillais, le centre-ville de la deuxième ville de France doit être dépollué, soulagé, apaisé.
169

Un centre-ville ouvert à la nature

Je veux remettre la nature au cœur de notre ville, en la rendant visible à chacun, et en la rendant plus accessible.
Une ville apaisée doit être une ville verte, et pour ce qui concerne Marseille, aussi une ville bleue.

Je veux ainsi multiplier les plantations d’arbres et les espaces verts dans le cadre de la requalification, en privi-
légiant des essences locales, non seulement acclimatées mais qui accentuent le caractère provençal et méditer-
ranéen de Marseille. La reconquête de notre façade maritime, comme entre le J1 et le J4, contribuera à cette
reconnexion du centre-ville à la nature.

Un centre-ville accessible

50 % des trajets urbains actuels en voiture se font sur des distances de moins de 3 kilomètres. Je fais le pari de
pouvoir convaincre une proportion significative de Marseillais de laisser leurs véhicules au parking. Pour les
aider à franchir ce pas, nous aménagerons les espaces publics pour que la marche soit un plaisir, nous ferons
de la place aux vélos, nous végétaliserons les rues pour produire de l’ombre, nous adapterons les tarifs du par-
king résidentiel, nous développerons de nouveaux parkings relais pour diminuer la place de la voiture dans le
centre, nous irons plus loin dans la piétonnisation ponctuelle ou permanente et surtout nous étendrons le réseau
de transports en commun vers tous les quartiers.

Un centre-ville ouvert à la culture

Le centre-ville des métropoles ambitieuses se caractérisent par une place importante laissée à la culture. La va-
lorisation du patrimoine historique et l’expression d’une ambition architecturale y contribuent mais cela passe
également par la multiplication de lieux de création et de diffusion ainsi que par l’inscription de l’art dans
l’espace public.

Je souhaite donc que la réflexion sur l’aménagement des pieds d’immeubles, portée dans le cadre de la stratégie
en faveur du commerce, laisse une place importante à la culture en permettant l’implantation de nouveau lieux
confiés à des artistes ou des acteurs culturels.

Je lancerai un appel à projet pour la création progressive d’un parcours d’art contemporain dans la ville qui
s’appuiera largement sur du mécénat ou des dispositifs dédiés comme celui des Nouveaux Commanditaires.

Un programme événementiel permettra, tout au long de l’année, de valoriser les disciplines culturelles du terri-
toire, comme les arts de la rue ou la musique, qui pourront s’exprimer dans l’espace public pour le plus grand
plaisir des Marseillais.

Améliorer la qualité de vie dans les noyaux villageois


La structure même de Marseille repose sur la trame des 111 villages qui, par extension, jonction puis agglomé-
ration, ont progressivement configuré la ville telle qu’elle existe aujourd’hui.

Contrairement à la plupart des grandes villes de France, on ne retrouve pas à Marseille la structure binaire qui
oppose un centre opulent aux quartiers périphériques qui concentrent les quartiers dit « sensibles ». La réalité
de Marseille est plus dispersée.
170

Les noyaux villageois constituent la trame historique, fonctionnelle mais aussi culturelle de Marseille. Chaque
Marseillais revendique son attachement au quartier dans lequel il a passé son enfance et le nom de ce quartier
est le plus souvent celui du village qui préexistait avant l’agglomération. Ces mêmes villages ont très souvent
conservé une fonction de centralité qui s’est délitée au fil du temps.

Je veux mener un travail de fond pour rénover, redonner de la fonctionnalité et de l’agrément aux espaces publics
au centre de ces noyaux villageois. Cela permettra de conforter la trame structurante de la ville, de favoriser le
commerce de proximité, l’entretien du lien social, et de valoriser ce qui constitue l’identité profonde de Marseille.

Je veux mettre en place un plan d’aménagement des principaux lieux de centralité des noyaux
villageois.

Pour retrouver la fonction initiale de la place du village comme lieu de rencontre et de centralité mais aussi comme
le lieu où se déroulent les activités qui apportent une vraie valeur ajoutée aux habitants (marchés, événements
culturels, événements sportifs), j’engagerai un plan d’aménagement de l’espace public en privilégiant
la végétalisation, en déployant des fontaines à boire, en dégageant des espaces pour de belles
terrasses ensoleillées, et en valorisant le patrimoine historique. Ces travaux permettront de remettre
en valeur l’identité profonde des quartiers et d’y ramener une vie plus active, plus sociale et plus agréable.

Réaménager des places vivantes et apaisées


Tous les avis concordent sur le fait que Marseille et son aire métropolitaine regorgent d’atouts exceptionnels,
notamment en termes de cadre de vie : mer omniprésente, beauté d’une baie exceptionnelle, monuments de
nature uniques au monde (l’Étoile, Taoumé, Garlaban, Marseilleveyre, les Calanques, l’archipel du Frioul), des
« aménités environnementales » très enviées (Marseille est la ville la plus ensoleillée de France).

Ce cadre envié appelle une véritable culture locale de la vie en plein air, au soleil : des rendez-vous professionnels
et des moments de détente, sur des places et des terrasses aux fonctions de forum, d’agora. Dans ces multiples
pôles de la vie de la cité, dénouer des affaires, tisser du lien social, et parfois cultiver un art de la lenteur et de
l’insouciance.

L’art de vivre marseillais est ancré dans la littérature, le cinéma, dans l’inconscient collectif : partager de bons
moments en famille, entre amis, entre voisins, siroter un apéritif en dégustant des panisses, bavarder, refaire le
monde politique, sportif, social, culturel et amoureux.

Les noyaux villageois, les places, les terrasses de café, ont vocation à appeler, favoriser, abriter ces rencontres,
ces échanges, ces temps suspendus qui, depuis l’antiquité, sont un peu de sel de la vie, de ferments de rencontres,
de vecteurs de sociabilisation, d’échanges fructueux, contribuant à estomper les barrières sociales et culturelles.

À Marseille, les lieux propices seraient légion. Mais il faut bien constater que ceux-ci sont insuffisamment ex-
ploités, voire parfois aménagés à contre-sens. Là également, la voiture, le stationnement, ont trop souvent pris
le pas sur les espaces de détente et de respiration. Dans des lieux centraux, emblématiques, offrant parfois des
paysages d’exception, ce sont bien souvent les voitures, stationnées ou roulantes, qui ont vue sur mer, tandis
que les terrasses de café se contentent de trottoirs étroits, étriqués et sans âme.

Ce recul des espaces de respiration et de loisir a eu un impact sur les pratiques : ce que l’on peut observer de
l’art de vivre marseillais n’est plus à la hauteur de sa légende. À l’heure où les réseaux sociaux prennent souvent
le pas sur la vie réelle, il est souhaitable de redonner de l’élan à la vie sociale en plein air, au partage apaisé
de l’espace public.
171

Je veux réaménager l’espace public de façon à ce que les parkings et les voiries cèdent les meilleurs empla-
cements aux places et aux terrasses et accueillent des activités culturelles, sociales, récréatives, créatives, de
détente et de restauration.

Je veux remettre les places au centre de la vie des villages. Je veux offrir aux Marseillais une
nouvelle façon d’habiter notre ville.

•Lancer une étude sur l’ensemble de la ville pour identifier les lieux existants sur l’espace public qui
seraient susceptibles d’être réaménagés.

•Concevoir une stratégie de réaménagement globale, avec un plan d’action sur 5 ans, et une priorisation
fondée sur des critères précis. Le postulat de base de cette stratégie sera de faire primer les espaces
piétons, les forums, les places, les belvédères, les larges trottoirs, et de faire corrélativement reculer
l’envahissement de la voiture, qu’elle soit circulante ou en stationnement.

•Quelques exemples d’aménagements :


— Étendre à tout le centre-ville ce qui a été lancé autour du Vieux Port, du Fort Saint-Jean, du Mucem et
de la Major.
— Notamment, étudier le réaménagement et la mise en valeur de l’Esplanade de la Tourette de la Major
jusqu’à l’église St Laurent, et utiliser tout le potentiel de son parvis, qui offre l’un des panoramas les plus
spectaculaires de la ville.
— Dans la même logique, réaménager sur l’autre rive du Port tous les abords de l’Abbaye de St Victor,
lieu qui attire les touristes et croyants du monde entier. En particulier, supprimer le parking de la place
St Victor et réaménager cet espace, en continuité avec le square Bertie Albrecht, en rendant piéton
le dernier tronçon de la rue Neuve Ste Catherine. Ce lieu bénéficie d’un panorama exceptionnel, et
pourrait accueillir un jardin, des fontaines, des terrasses de café.
— En bordure de l’avenue de la Pointe Rouge, entre l’avenue des Goumiers et la rue de la Calanque,
des terrasses se serrent sur des trottoirs étroits pollués par la circulation dense qui les longe, alors qu’en
face, côté mer, une immense esplanade offrant une vue superbe sur l’Anse de la Vieille Chapelle n’est
occupée que par des voitures. Il faut repenser les aménagements, et là également, rendre le littoral aux
Marseillais.
— Il est également nécessaire d’intervenir sur la Place Félix Baret dont l’espace immense, face au
monument historique de la Préfecture, est très mal mis en valeur, notamment en raison des entrées et
sorties du parking souterrain. Cet espace doit être repensé pour en faire l’un des grands espaces à vivre
de Marseille, et contribuer à redonner un dynamisme à la rue St Ferréol, qui souffre d’un manque de
fréquentation.
— À titre d’exemple, pour ce qui concerne les noyaux villageois : le quartier de Saint-Just est en
souffrance, les commerces ferment et les rares passants ne s’attardent pas. La place devant l’église est
belle, mais déserte et n’héberge aucune terrasse de café. Il faut donner aux habitants la possibilité et
l’envie d’habiter à nouveau ces lieux, en commençant par utiliser le potentiel de cette place ensoleillée,
qui peut redevenir le cœur battant d’une vie de quartier.
172

Un « plan fontaine » pour Marseille


Marseille, qui dispose d’un cadre exceptionnel de nature vert et bleu, bénéficie d’un climat méditerranéen et
peut se targuer d’être la ville la plus ensoleillée de France. Un cadre de vie ou chacun, seul, accompagné ou
en famille, souhaite profiter de la vie en plein air : sur les plages, dans les jardins, dans les parcs pour enfants,
mais également dans les rues, sur les places, en terrasse.

À Marseille, si les intersaisons sont douces et les hivers cléments, le soleil d’été peut rendre accablante une chaleur
que l’asphalte noir et une urbanisation trop minérale concentrent puis restituent. En un cercle vicieux, les blocs de
climatisation se multiplient, défigurent les façades et recrachent un supplément de chaleur dans l’espace public.

Dans ce contexte il est essentiel de verdir notre ville, mais également de rendre ses espaces publics agréables à vivre.

Les fontaines ont depuis l’Antiquité une double vocation : l’ornementation de l’espace public et la fourniture d’une
eau accessible à tous. Elles occupent une place privilégiée dans la culture méditerranéenne : la ville antique de
Rome comptait plusieurs dizaines de fontaines ornementales et plusieurs centaines de bassins publics alimentés
par des aqueducs.

Elles se sont imposées par la suite comme des éléments incontournables du cadre de vie villageois : au centre,
l’église, la mairie, la fontaine. La fontaine est agréable à voir, à écouter, elle embellit l’espace, rafraîchit l’air,
elle permet à chacun de se désaltérer gratuitement, elle attire, elle rassemble.

Marseille compte 79 fontaines ornementales dont 51 fonctionnent en eau recyclée, et 105 fontaines à boire,
ce qui est nettement insuffisant :

•Ces chiffres sont faibles, rapportés aux 111 quartiers que compte la ville.

•Les fontaines à boire existent très rarement en dehors des parcs et jardins.

•Ce déséquilibre est lié en grande partie à la limitation des équipements aux seuls parcs et jardins)

•Les fontaines répertoriées ne sont pas toutes en état de fonctionnement.

•Le maillage territorial semble résulter d’un historique et non d’un plan organisé.

•Il ne semble pas y avoir de politique arrêtée et mise en œuvre en ce qui concerne le mode de
fonctionnement des fontaines ornementales (eau libre ou eau recyclée).

MA VISION
Les fontaines d’ornement, les jeux d’eau, les fontaines à boire, seront un élément de ce nou-
veau cadre de vie, à la fois en tant qu’agréments du cadre de vie des Marseillais, et en tant
qu’équipements de confort et de santé : lutter contre les îlots de chaleur, permettre à chacun, notamment
les plus fragiles, les enfants, les personnes âgées (en particulier lors des épisodes de canicule), de se désaltérer et de
se rafraîchir gratuitement dans des lieux faciles d’accès, ponctuant nos trajets effectués en mobilité douce (marcher,
faire du vélo, boire régulièrement : du sport, de la santé, du confort).

Je veux également que les fontaines de la ville préservent la ressource en eau.


173

Je veux continuer et amplifier les actions que j’ai engagées en faveur des mobilités douces et de la réduction
du plastique. Dans ce cadre, je veux permettre à chaque Marseillais de retrouver l’usage de la
gourde, et de la remplir gratuitement, aisément, sur l’espace public.

•Consolider l’inventaire des fontaines existantes.

•Établir comme principe que toute fontaine ornementale doit être équipée d’un système de recyclage de
l’eau, pour préserver la ressource.

•Dans le même objectif, toute fontaine d’eau potable devra également être équipée d’un système d’arrêt
automatique.

•Étudier systématiquement, pour tout projet d’aménagement de l’espace public, la possibilité d’insérer
une fontaine ornementale et à boire.

•Miser sur des fontaines ornementales plus nombreuses mais moins monumentales : une fontaine de petite
dimension agrémente l’espace public sans l’envahir.

•Cibler notamment les îlots de chaleur.

•Concevoir et mettre en œuvre un plan sur 5 ans pour créer un nouveau maillage structurant de la ville
en fontaines à boire, en se basant sur les principes suivants :
— Coupler systématiquement à toute fontaine ornementale (en circuit recyclé) une fontaine à boire : là
où je peux me rafraîchir, je peux aussi me désaltérer.
— Sortir d’une vision où seuls les parcs et jardins seraient équipés : toute place importante et/ou
passante a vocation à être équipée d’une fontaine à boire.
— Prioriser l’équipement des places dans les noyaux villageois, pour concourir à leur donner un
nouveau dynamisme.
— Veiller à équiper toute la ville, rééquilibrer l’équipement des arrondissements municipaux.

•Assurer un entretien régulier des équipements, tout au long de l’année.

Se réapproprier le littoral
L’accès à la mer représente une valeur inestimable pour les habitants et pour les visiteurs. Pourtant, là aussi,
Marseille est un paradoxe. Si sa façade maritime est particulièrement étendue (57 kilomètres), les sites effecti-
vement accessibles pour les habitants n’en représentent qu’une faible proportion.
En particulier, le domaine public maritime du Grand Port Maritime de Marseille est fermé au public sur la partie
Nord de Marseille jusqu’à l’Estaque. Au Sud, la Corniche puis la configuration du littoral ne laisse que peu d’ac-
cès, excepté sur les grands espaces balnéaires du Prado et quelques plages de plus faible capacité plus au Sud.

Au-delà du plaisir de se promener au bord de l’eau, le potentiel de développement d’activités ludiques ou


sportives est loin d’avoir pu être pleinement exploité.
174

MA VISION
Je souhaite engager un vaste projet d’aménagement et de développement pour retisser le lien avec la mer. Je
veux, partout où cela est possible, rendre aux Marseillais l’accès à leur littoral.

Sans se mettre en porte à faux avec la réglementation et tout en restant très attentive à la protection de l’envi-
ronnement, je crois qu’il existe une réelle marge de manœuvre pour créer de nouveaux accès
et de nouvelles activités qui permettront aux habitants de profiter pleinement du littoral. Ce
projet est une contribution à l’amélioration de la qualité de vie, un vecteur d’attractivité et de création d’emplois.

Rouvrir la digue du large aux habitants

La partie la plus au Sud de la digue du large, du pont d’Arenc à la digue Sainte-Marie n’a plus d’autre vocation
que de protéger l’entrée du port. En l’absence d’activité industrialo-portuaire, ce qui constituait autrefois une
des promenades préférées des Marseillais doit être rouvert aux habitants. Point de vue idéal sur la ville et sur la
rade, toutes les expériences récentes de réouverture ponctuelle ont démontré que ce site fonctionnait avec du
public. Je souhaite maintenant définir, avec le Grand Port Maritime, les conditions de sa réouverture pérenne
au bénéfice de tous

Un parc balnéaire à La Lave

À l’Estaque, la mer est un élément prégnant : elle est à la fois génératrice d’activités (ZAC de Saumaty, pôle de
loisirs avec la base nautique et les plages de Corbière), élément paysager majeur mais aussi peu accessible en
raison de l’emprise du Port Autonome.

Depuis plusieurs années, les habitants du 16e arrondissement, au travers des CIQ, adressent des demandes aux
élus afin que l’accès au littoral leur soit facilité.

Les 3,2 kilomètres de littoral Nord ne disposent que de 800 m d’accès.

Je veux requalifier la façade littorale : réaliser un sentier littoral apaisé avec piste cyclable en couloir protégé.

Je veux aménager la « jetée », espace de 4 000 mètres carrés à quelques mètres de l’embarcadère de la na-
vette maritime dont les quais sont à moitié écroulés. Je souhaite donner à cet espace une nouvelle vocation de
« loisirs maritimes », y installer une promenade bordée de restaurants, avec, côté large, de nouvelles places à
quai. Une passerelle permettra de relier directement la jetée à l’espace Mistral. Des bassins flottants y seront
implantés afin de faciliter l’apprentissage de la natation chez les jeunes.

Je veux créer une nouvelle zone de baignade pour compléter les trois anses actuelles. Elle pourrait prendre
place entre l’actuelle base nautique et le port de la Lave.

Aménagement des quais du J4 au J1 : le port neuf

Aujourd’hui, je veux profiter des jeux olympiques pour créer un port neuf, nouvelle étape de la reconquête de
la façade maritime, entre le J4 et le J1.
175

Sur le modèle du port olympique de Barcelone créé pour les Jeux en 1992, l’implantation d’installations nautiques
pourrait créer un trait d’union entre le Fort St-Jean et la place de la Joliette, pour une cohésion du territoire,
véritable point de convergence entre le Sud et le Nord de la ville, tout en proposant une offre commerciale,
sportive et culturelle de qualité pour l’ensemble du littoral urbain, du Mucem aux Terrasses du Port.

Ce port neuf pourrait accueillir les structures nécessaires aux épreuves de course au grand large, qui s’ajouteront
aux épreuves de voile à l’occasion des JO 2024, sans remettre en cause les équipements olympiques prévus
au sud de la Corniche.

Avec cette proposition, je veux rendre le domaine portuaire à tous les Marseillais et faire du littoral marseillais
une véritable « marina olympique » piétonne.

Une navette électrique pour traverser le Vieux-Port entre le Fort Saint-Jean et le Fort Ganteaume

Le ferry-boat qui traverse devant la mairie contribue à l’image touristique de Marseille mais ne rend pas un
service déterminant aux Marseillais puisqu’il ne leur fait pas véritablement gagner de temps au regard de sa
localisation.

Je souhaite installer une nouvelle navette électrique à l’entrée du Vieux-Port. Cette nouvelle liaison trouverait tout
son sens : elle permettrait d’assurer une continuité de cheminement entre deux quartiers de Marseille aujourd’hui
très fréquentés par les Marseillais et par les touristes. En effet, une liaison depuis le nouveau front de mer d’Eu-
roméditerranée, en passant directement du Mucem au pied du Pharo, offrirait de nouvelles perspectives sur le
Vieux-Port. Elle rendrait aussi un service considérable à ceux qui habitent au Centre Sud et travaillent dans le
quartier d’affaires de la Joliette, et contribuerait à réduire la circulation automobile.

Un sentier côtier du Fort Saint-Nicolas à la Pointe Rouge

Au Sud du Vieux-Port, l’urbanisation a considérablement réduit l’accès à la mer. Je souhaite créer un sentier qui
longera le littoral depuis le Fort Ganteaume jusqu’à la Pointe Rouge. Ce cheminement sera décisif pour que les
Marseillais puissent se réapproprier le lien avec la mer. L’ambition est de créer une continuité quasi intégrale le
long du littoral en utilisant des cheminements existants mais aussi en créant de nouveaux passages. Strictement
réservé aux piétons, ce sentier offrira l’un des plus beaux points de vue sur l’entrée du port et l’archipel du Frioul.

Aménagement de l’anse du Pharo

À l’entrée du Vieux-Port et face à la digue du large, l’Anse du Pharo est aujourd’hui utilisée pour des activités de
réparation de bateaux. Dans l’optique de la constitution d’un pôle dédié au nautisme et aux technologies de la
mer sur les sites de la Lave et de Saumaty, il pourrait être envisagé d’y relocaliser les entreprises actuellement
implantées au pied du Pharo. La libération de cet espace, aujourd’hui enclavé au cœur d’une zone d’habitation,
permettrait d’y aménager un nouveau point d’accès à la mer pour les Marseillais, avec un traitement paysager
qui permettrait de révéler le charme de cette pépite du littoral.
176

Mettre en place un « plan lumière »


Le Grenelle de l’environnement a inséré dans la loi la notion de pollution lumineuse et un objectif d’économies
d’énergie visant à réduire les émissions inutiles de lumière artificielle, sans nuire à la sécurité publique ou à la
sûreté d’installations et d’ouvrages sensibles.

Lors dudit Grenelle, plus de la moitié du parc est composée de matériels obsolètes (40 % des luminaires en ser-
vice ont plus de 25 ans) et énergivores : boules diffusantes, lampes à vapeur de mercure (environ 1/3 du parc).

Un rapport publié le 18 janvier 2019 par le Conseil général de l’environnement et du développement durable
décline en dix recommandations un plan d’actions pour la « sobriété lumineuse » des territoires en exposant
une démarche pragmatique et volontaire aux collectivités.

L’éclairage public, comme le mobilier urbain, doivent répondre à des critères socio-culturels et
à des critères environnementaux, mais également à des facteurs économiques et d’attractivité :

Facteurs sociaux et culturels

La sécurité des personnes et des biens reste la première priorité, qu’elle soit immédiate (sécurité des déplace-
ments dans les espaces publics), ou de long terme (limitation des rejets de CO2 et des effets du changement
climatique). L’éclairage public permet de réduire de 30 à 40 % le nombre d’accidents de la circulation et de
50 % les agressions, effractions, vols et actes de vandalisme.

L’éclairage public doit avant tout permettre aux usagers de la voie publique de circuler de nuit avec une sécurité
et un confort aussi élevé que possible. Pour l’automobiliste, il s’agit de rendre aisé la perception et la localisation
des contours de la route et des obstacles éventuels. Pour le piéton, il s’agit d’assurer la visibilité distincte des
bordures de trottoirs, des véhicules et des obstacles et de lutter contre le sentiment d’insécurité.

L’exigence de sécurité s’accompagne de la recherche d’une qualité de vie, d’un confort et d’une convivialité
que les ambiances lumineuses judicieusement réparties dans l’espace et le temps et un mobilier urbain utile,
opportun et bien inséré dans la ville peuvent procurer. Par un aménagement intelligent des zones urbaines,
il s’agit de faire réapparaître dans les villes une vie sociale en dehors du domicile et de faire renaître un lieu
d’échanges, de rencontres et de loisirs. Les espaces urbains sont la vitrine de la ville, le reflet de son dynamisme
et de son identité ;

Facteurs environnementaux

Il existe un véritable enjeu un véritable enjeu de consommation énergétique dans l’aménagement des installations
lumineuses en ville. L’éclairage public représente près de la moitié de la consommation d’électricité des collec-
tivités territoriales, soit 18 % de leur consommation toutes énergies confondues. Le poids de l’éclairage public
dans la facture des collectivités est donc très significatif. Face à l’important stock d’ampoules aujourd’hui non
conformes à la réglementation qui s’accumule dans les collectivités, le rapport du CGEDD évoque la suppres-
sion des luminaires boules, lampes à sodium et à vapeur de mercure. Ainsi, certaines municipalités innovantes
privilégient les aménagements naturels et économes en entretien. Des consommations contrôlées, des nuisances
lumineuses limitées, un éclairage adapté aux seules exigences visuelles sont autant de critères à prendre en
compte pour des installations respectueuses de l’environnement.
177

Plusieurs technologies sont développées dans plusieurs collectivités afin de rendre l’éclairage public intelligent.
A titre d’exemples non exhaustifs, peuvent être citées :

•Le « dimming » : cette technologie consiste à abaisser le flux lumineux des lampes en réduisant la tension
d’alimentation aux heures de faible fréquentation pour réaliser des économies d’énergie. Le système
permet de diminuer le niveau d’éclairage de façon progressive afin de le rendre presque imperceptible
par l’usager ;

•La télégestion : système de gestion globale de l’éclairage public à partir d’un centre de contrôle duquel
des informations sont transférées à chaque point lumineux de manière à commander leur allumage,
extinction ou « dimming » de manière individuelle ou groupée ;

•La télémaintenance : généralement complémentaire de la télégestion, permet de transférer les


informations de chaque point lumineux vers le centre de contrôle, en particulier pour en connaître les
dysfonctionnements, planifier et contrôler le remplacement sur le fondement de leur nombre d’heures
de fonctionnement réel ;

•Les lampadaires autoalimentés : ces lampadaires sont alimentés par des sources d’énergie renouvelable
(éolienne ou panneau photovoltaïque avec stockage) et peuvent équiper des lieux nécessitant d’être
éclairés mais ne disposant pas d’un réseau d’éclairage public.

•Les capteurs de mouvement : les lampadaires sont équipés de détecteurs de mouvement, ce qui leur
permet de s’allumer uniquement lorsqu’il y a du passage et donc de faire des économies d’énergie. Ces
lampadaires intelligents restent en veilles lorsque les rues sont vides et font augmenter leur puissance
lumineuse lors de passage d’un individu. Cette technologie de lampadaires permet de réduire de
70 % la consommation d’énergie par rapport à un lampadaire classique, de diminuer
les frais d’entretien de près de 50 % et de réduire drastiquement les émissions de CO2.

Critère économique

L’éclairage public est également une préoccupation prégnante pour les commerçants, restaurateurs et artisans.
Les commerçants du centre-ville de Marseille ont d’ailleurs quantifié l’impact économique significatif qui résulte
de la diminution inadaptée de l’éclairage public à proximité de leurs commerces en fonction des horaires d’ou-
verture et de fermeture de leurs établissements.

Le Parc Éclairage Public de la Ville de Marseille est composé d’environ 67 000 points lumineux et 920 armoires
d’alimentation électrique. Environ 140 sites bénéficient d’illuminations permanentes.

Ces derniers temps, plusieurs rues de Marseille ont été privées d’éclairage public par des problèmes de pannes
récurrent du nord au sud de la ville. Ces coupures ont plongé des quartiers entiers dans le noir créant un senti-
ment d’insécurité chez les habitants.

Cette situation n’est bien évidemment pas acceptable et les causes de ces dysfonctionnements dénotent qu’il y
a urgence à redéfinir la gestion du parc par le déploiement de nouvelles technologies sur le réseau d’éclairage
public et de mobilier urbain qui permettra notamment, de renforcer l’efficacité des réseaux électriques pour
l’ensemble du territoire (meilleure qualité de l’alimentation, plus grande maîtrise de la demande en énergie).
178

MA VISION
L’éclairage public participe à la fois à la sécurité publique, en jouant un rôle important dans la perception
nocturne des espaces publics, à la convivialité et à l’embellissement des espaces publics en mettant en valeur
notre patrimoine, nos monuments architecturaux et historiques, nos parcs et jardins, et en créant des ambiances
nocturnes agréables afin que les habitants aient envie et besoin de se réapproprier l’espace public.

L’éclairage public est, pour moi, aujourd’hui au cœur des préoccupations dans la construction de la ville de
demain.

Je veux réadapter et réinventer notre parc d’éclairage public afin de diminuer la consommation d’énergie de
la ville.

Eclairer mieux pour consommer moins, tel est mon objectif.

En sus du déploiement de la technologie « LED » actuellement en cours à Marseille, il est nécessaire d’investir dans
des technologies intelligentes capables de diminuer la consommation d’électricité, diminuer ses frais d’entretien,
baisser les émissions de CO2, et d’obtenir un retour d’investissement sur le moyen terme entre trois et cinq ans.

Réduire les coûts, préserver l’environnement et accroître l’attractivité de la ville ne sont pas
des objectifs incompatibles. Marseille se doit de se mettre au diapason des villes de France et d’Europe
qui ont déjà adopté cette démarche et dont les résultats sont déjà probants.

Afin de concilier ces différentes exigences, je souhaite mener une politique d’éclairage public
pragmatique et ambitieuse dans notre ville. La mise en place de diagnostics sur la biodiversité et les
besoins réels d’éclairage selon les zones sera un préalable à une planification porteuse d’un plan Lumière pres-
criptif et cohérent, adapté au contexte local, comprenant aussi le règlement local de publicité (RLP).

•Dès le début du mandat, je ferai réaliser un audit dans le cadre d’une concertation de
proximité incluant notamment les maires de secteurs, les CIQ, les associations de quartiers, les
prestataires (Enedis, SNEF) afin de réaliser une cartographie locale de l’éclairage qui permettra
d’identifier les catégories de lieux ou les secteurs à éclairer en priorité (les endroits qui génèrent
un sentiment d’insécurité, mais aussi les lieux de vie animés accueillant des commerces et de la
restauration.).

•Après une consultation impliquant tous les acteurs concernés, je lancerai via un appel à projet une
politique d’éclairage public intelligent impliquant de nouvelles technologies dans le but d’opérer
une mutation progressive de l’éclairage public dans notre ville. Il répondra impérativement à une vision
à la fois environnementale et écologique responsable mais également soucieuse de la maîtrise de la
dépense publique. L’expérimentation sera privilégiée.

•Un Plan d’éclairage d’ornementation visant à mettre en valeur certains sites remarquables, monuments
et patrimoine de notre ville, ainsi que nos parcs et jardins pour certains dénués d’éclairage pendant
leurs heures de fermetures, sera étudié en concertation et lancé.
179

•Concernant les festivités de fin d’année, tout en conservant l’impératif de gestion budgétaire, il est
nécessaire de maintenir cette période qui est très importante dans l’esprit des habitants. Selon l’Agence
pour l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) le remplacement généralisé des motifs
à lampes à incandescence par des motifs à lampes basse consommation permet ainsi d’économiser
jusqu’à 95 % des consommations électriques liées aux illuminations de Noël. Pour réduire les coûts,
certaines collectivités ont recours à la location des illuminations de Noël. Certaines mairies comme
Cahors ou Albi ont ainsi fait le choix depuis plusieurs années de la location de motifs lumineux,
permettant de maîtriser voire de diminuer les coûts de fonctionnement pour la collectivité. D’autres
solutions alternatives, comme le recours aux décorations solaires, sont expérimentées dans certaines
villes… J’engagerai donc une action, coordonnée avec les associations de commerçants, afin que
Marseille devienne étincelante pendant la période de Noël à l’instar de plusieurs villes qui ont su
habilement exploiter aussi le potentiel économique et touristique inhérent aux fêtes de noël (Barcarès,
Reims, Lyon…).
180

RELANCER LA DYNAMIQUE
COMMERÇANTE DU CENTRE-VILLE

Plusieurs indicateurs mettent en exergue une baisse d’activité affectant les commerces des centres-villes des
métropoles de province comme des villes moyennes (hors Paris et région parisienne).

La vitalité du commerce de proximité est pourtant au cœur des enjeux de relance du centre-
ville. Il s’agit d’enrailler un cercle vicieux : relancer le centre-ville pour stopper la baisse d’activité, la fermeture
des commerces et la paupérisation des cœurs de ville.

La politique d’aménagement commercial de Marseille est au croisement d’enjeux fondamentaux


pour l’avenir de notre ville : il s’agit tout à la fois de rendre attractif le centre-ville, épuisé par la concurrence
des grands centres commerciaux situés en périphérie ; de créer une dynamique économique créatrice d’activité
et d’emploi ; mais aussi d’assurer un équilibre entre vie locale, vie touristique, vie commerçante, dans le respect
de l’identité des quartiers.

MA VISION
Pour relancer ce centre-ville, il faut le rendre attractif par des actions concertées d’aménagement,
d’urbanisme, de politique de la ville, de mobilité, de maîtrise du foncier et d’équilibre commercial entre centre-
ville et périphérie.

Je veux prendre ce sujet à bras-le-corps, afin d’assurer la mise en œuvre d’une stratégie globale pour dévelop-
per le commerce en centre-ville.

Je veux coordonner les acteurs et les actions, développer des synergies entre culture, animation,
tourisme, urbanisme, transports, afin de recréer un lien entre la ville et le commerce, l’artisanat et les services.

Je veux renforcer le sentiment d’un centre-ville sûr, propre, apaisée, innovant, jeune, actif et vivant.

Pour réussir la ville de demain, Il faut mutualiser les expériences et partager les bonnes pratiques, fédérer les
dynamiques individuelles.
181

Un manager de centre-ville et des managers du commerce


de proximité dans les noyaux villageois
Généralement employés par les collectivités, sa mission est de coordonner les actions des acteurs publics et
privés en matière d’attractivité et d’animation des commerces en centre-ville :

•Ils élaborent une stratégie globale sur l’organisation du commerce.

•Participent au développement de l’offre commerciale.

•Accompagnent les professionnels dans leur développement.

•Créent de la proximité, de l’interaction dans chaque quartier, en facilitant les échanges entre habitants,
commerçants et collectivités.

•Accompagnent sur les problématiques de gestion urbaine (formalités administratives, propreté


stationnement, travaux).

•Élaborent des animations propres à chaque quartier tel que l’opération « Dimanches de la Canebière ».

•Participent à la lutte contre l’installation de vendeurs « à la sauvette ».

En 2009, on comptabilisait près de 100 « Managers de centre-ville » en France. Ils ont aujourd’hui pris le titre
de « Managers du commerce ».

À titre d›exemple, la ville de Mulhouse voit, depuis l’arrivée de son manager en 2011, une nouvelle tendance
se profiler : 400 commerces se sont ouverts en quatre ans et le nombre de locaux vacants a diminué de 44 %.

Les Chambres de Commerce et d’Industrie sont pour la plupart impliquées dans une démarche de management
de centre-ville et certaines d’entre elles emploient des managers du commerce. À ce titre et pour répondre à
une demande spécifique de son réseau, CCI France a élaboré un parcours de formation court de manager du
commerce.

Je veux créer un poste de « manager du centre-ville » et plusieurs postes de « managers de commerce » afin que
le centre-ville de Marseille et les cœurs de noyaux villageois voient leurs activités commerciales redynamisées.
182

Une structure dédiée à l’urbanisme commercial du centre-


ville et des noyaux villageois
Pour insuffler un nouveau dynamisme et assurer la qualité de notre cadre de vie, il est indispensable de nous
donner les moyens d’organiser de façon cohérente, efficiente et esthétique l’implantation des commerces. La
nature des activités, leur complémentarité, les devantures commerciales et les terrasses doivent répondre à un
schéma concerté et maîtrisé.

Pour cela, je veux créer un outil opérationnel dédié qui pourra gérer des opérations d’acquisition par
voie amiable ou de préemption, de remise en état, d’aménagement, et de location de locaux commerciaux dans
le centre-ville et dans les noyaux villageois.

Des offres commerciales thématisées


À l’instar de grandes villes du monde (China town à New York, Wynwood à Miami, quartier des artistes de la
Butte Montmartre à Paris, quartier rouge d’Amsterdam), il est possible de rendre le centre-ville attractif par la
structuration de ses rues et de ses quartiers à travers de grandes thématiques cohérentes, articulées et valorisées.

Je veux par conséquent élaborer un schéma directeur définissant pour les rues et les quartiers des thèmes et des
positionnements renforcés, en lien avec les acteurs que sont la Métropole, la Ville, la CCI, la CMA, la Fédération
des commerçants. Ce schéma de développement devra être connu, approprié et relayé par toutes les parties
prenantes (propriétaires, brokers, services publics en charge de l’attractivité commerciale, collectivités locales).
183

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT
ÉCONOMIQUE

Le taux de chômage est l’un des symptômes de dysfonctionnement les plus problématiques de Marseille qu’il
reste à régler, malgré une très nette amélioration de la situation depuis 1995. Le manque d’emploi la principale
cause de pauvreté. Pour attaquer le sujet de front, la formation et le développement économique sont des le-
viers de premier ordre. Ce sont les entreprises qui créeront des emplois, non les pouvoir publics. Le rôle majeur
que peuvent et doivent jouer les collectivités est de leur construire un environnement le plus compétitif possible.

MA VISION
Je place le travail au cœur de mes valeurs et de mes objectifs.

Je veux que nous recherchions un modèle de développement durable, et qui profite à tous.

Nos domaines d’excellence sont nombreux et vont constituer la base sur laquelle nous allons
nous appuyer pour exprimer tout le potentiel de notre territoire. L’émulation de cette dynamique
suppose de mettre à niveau les fondamentaux qui conditionnent le quotidien des entreprises
et donc leur performance.

Améliorer l’environnement économique des entreprises


Lutter contre chômage de mobilité

Les difficultés d’accessibilité des zones d’activité et des plateformes logistiques compliquent l’accès à l’emploi et
réduisent la capacité des entreprises à attirer la main-d’œuvre dont elle a besoin. La problématique des zones
d’emploi se pose à double titre : le réseau de transports en commun à l’échelle du territoire d’une part, la des-
serte du dernier kilomètre au sein même des zones d’emploi d’autre part. L’accessibilité des zones d’emplois
doit constituer une priorité du plan transport, qu’il s’agisse d’accès routiers, de lignes de bus ou de tramway.
Pour la desserte à l’intérieur des zones d’activité, il faut être plus créatif, en imaginant des solutions sur mesure.
Les solutions numériques de partage et de co-voiturage doivent être mobilisées.

Du foncier et de l’immobilier pour toutes les entreprises

Presque toutes les filières représentées sur ce territoire annoncent de forts potentiels de croissance. Cela signifie
que notre territoire doit être en capacité d’accompagner cette croissance en offrant aux entreprises les mètres
carrés de bureaux ou les hectares de foncier productifs dont elles ont besoin pour s’étendre. Nous devons ac-
croître notre capacité à aménager des terrains, tout en préservant les espaces naturels.
184

Nous devons apprendre à valoriser nos friches pour travailler sur la densité et refaire la ville sur la ville. Nous
devons augmenter significativement le volume de tertiaire livré chaque année pour au moins atteindre les ra-
tios de métropole comparables, en commençant par le centre-ville, qui doit redevenir un site d’installation des
entreprises de services.

Cette capacité à livrer des surfaces pour les entreprises suppose, au préalable, que nous reconsidérions nos
outils d’aménagement.

Mettre à profit notre fonction de hub en télécoms

Les opérateurs du secteur des télécommunications mettent en avant la position stratégique de Marseille au carre-
four des plus grands réseaux du Sud de l’Europe. Nous sommes un point de jonction des autoroutes mondiales
de l’information.

Les acteurs du Big Data ne s’y trompent pas, et les data-centers qui fleurissent traduisent cet avantage détermi-
nant et confortent notre fonction de hub.

Sachons nous servir de cet atout pour attirer d’autres entreprises qui pourront créer de la valeur ajoutée et des
services au bénéfice de notre territoire et de la communauté du numérique.

N’oublions pas cependant que certaines zones d’activité ne bénéficient toujours pas du très haut débit. Sur ce
domaine je mettrai donc en toute première priorité la couverture des zones économiques en réseau fibré à très
haut débit puis en 5 g lorsqu’elle sera déployée.

Bâtir du « sur-mesure » pour chaque filière d’excellence


Notre territoire se caractérise par une grande diversité de domaines d’excellence économique ou scientifique. La
lisibilité du tissu économique en est affectée, contrairement à des métropoles, comme Toulouse, qui ont construit
leur développement autour d’un nombre restreint de secteurs ultra-dominants (aéronautique et cancérologie en
l’occurrence). Notre diversité est cependant un point de force en termes d’équilibre, d’exposition aux risques
conjoncturels mais également en termes d’innovation puisqu’elle offre une grande palette de ressources. Au-delà
des besoins transversaux qui conditionnent la compétitivité des entreprises de manière générale, les domaines
d’excellence qui tirent notre économie expriment tous des besoins spécifiques. Le rôle des collectivités est de
pouvoir travailler au plus près des besoins de ces secteurs pour leur apporter les meilleures réponses. Je souhaite
donc engager une politique de développement économique qui saura créer un environnement général favorable
mais également fournir des conditions de développement sur mesure pour chacun des grands secteurs.

Le port et la logistique

Avec plus de 60 000 emplois dans les activités portuaires, maritimes et logistiques, ce secteur représente un
des tout premiers moteurs de l’économie marseillaise. Le GPMM poursuit ses investissements sur les bassins Est
comme sur les bassins Ouest, et les collectivités accompagneront ce développement. Certains de ces investisse-
ments croisent les enjeux environnementaux et notamment ceux de la préservation de la qualité de l’air avec
les branchements électriques à quai, ils profiteront donc à tous les Marseillais.

Le GPMM et les collectivités ont travaillé ensemble une charte qui doit permettre d’améliorer l’efficience de la
place portuaire dans sa globalité. Ce dispositif SMART PORT doit être mis en œuvre sans tarder.
185

Pour soutenir le développement de ce secteur en convergence avec les besoins de la ville, nous ferons aboutir un
schéma de logistique urbaine pour restreindre la circulation des camions dans le centre et améliorer l’efficience
du système d’approvisionnement des commerces.

Les grands enjeux de ce secteur sont également liés à la localisation des zones logistiques qui sont souvent
éloignées des centres-villes, et posent la question de l’organisation du dernier kilomètre (et par ailleurs celle du
transport des salariés).

Au regard de l’évolution des métiers du transport et de la logistique, et de la légitimité de Marseille sur ce sujet,
je souhaite que nous valorisions davantage cette filière de la logistique, en réfléchissant à la création d’une école
qui lui serait dédiée mais également à l’organisation de grands salons réunissant les professionnels du secteur.

Les croisements qui se sont opérés ces dernières années avec l’univers du numérique ouvrent aujourd’hui de
nouvelles perspectives de création de valeur et d’entreprises. Je souhaite que nous facilitions ces échanges en
utilisant des outils d’appui à l’innovation comme la Cité internationale de l’innovation.

Les technologies de la mer et le plan bleu

La mer est une ressource, elle aussi un espace naturel fragile que nous devons protéger. Ce sont deux axes
sur lesquels nous pouvons construire une démarche de développement économique. En effet les enjeux sont
multiples et c’est tout une filière qui peut être développée avec un impact favorable à la fois pour la création de
valeur et d’emploi et pour la préservation de l’environnement. Qu’il s’agisse des technologies de la mer, de la
réparation de yachts, d’aquaculture ou d’éolien flottant qui ne sont que quelques exemples, je souhaite que nous
soutenions fortement cette filière en développant notamment sur le littoral nord de Marseille (entre Saumaty et
la Lave) un vrai pôle technologique et industriel. Ce véritable technopôle de la mer permettra de regrouper
des métiers connexes mais aujourd’hui dispersés. Je serai attentive à ce que ce développement se matérialise
en bonne harmonie avec les autres sites du territoire comme celui de La Ciotat.

Je souhaite également que nous renforcions le dispositif de recherche et de formation pour que la filière autour
de l’économie de la mer fasse émerger un véritable cluster de niveau international.

Les grandes industries

Le développement économique de Marseille s’est construit historiquement autour du commerce international


avec le port mais également avec ses industries. Les grandes industries de la chimie de la pétrochimie et de la
métallurgie se trouvent dans un contexte complexe et une part importante de nos pertes d’emplois industriels
proviennent de ces secteurs. Leur mutation doit être soutenue et surtout anticipée.

Je souhaite donc que nous travaillions de concert avec les entreprises concernée pour anticiper l’avenir et imaginer
pour elles aussi un écosystème intelligent. Il y a en effet certainement des perspectives de collaboration entre ces
industries qui pourraient être étudiées, en cohérence avec les enjeux énergétiques du territoire. Le projet PICTO,
par exemple, et le démonstrateur Jupiter 1000, nous montre qu’il existe des convergences d’intérêt : en l’espèce
la valorisation de gaz issus de l’industrie pour produire de l’hydrogène en utilisant l’énergie de l’éolien. C’est
typiquement vers cela que nous devons tendre à une échelle plus large : permettre aux industriels de combiner
leurs flux et leurs énergies, dans une logique d’économie circulaire.

L’aéronautique est dans une perspective différente puisque ce secteur est organisé autour d’un petit nombre de
très grands donneurs d’ordre au premier rang desquels figure Airbus Helicopter.
186

L’enjeu des collectivités pour ce secteur est d’améliorer l’efficience de l’environnement dans lequel se développe
le cluster. Nous devons accélérer considérablement notre rythme de livraison de terrains dédiés permettant des
extensions ou l’implantation de nouvelles entreprises.

Ces zones industrielles, en grande partie situées autour de l’étang de Berre doivent également être mieux des-
servies : nous mobiliserons toutes nos compétences en matière de transport.

Le projet de nouvelle desserte de l’aéroport (cf. supra) servira également le site d’Airbus qui attend depuis trop
longtemps une solution à l’échelle de ses besoins.

La microélectronique a longtemps été l’une des industries les plus dynamiques, y compris lorsqu’en essaimant
elle a permis de donner naissance à des ETI qui sont devenues leaders dans leur secteur. Cette industrie mérite
également d’être soutenue en mobilisant tous les métiers du développement économique.

De manière générale sur l’industrie, nous avons collectivement une importante marge de progression dans notre
capacité à produire un foncier aménagé. Pour attirer de nouvelles industries, nous devons progresser dans toute
la chaîne de production du foncier à vocation industrielle. Là-encore, la question de la rationalisation de notre
boîte à outils d’aménageur est centrale.

Les sciences du vivant et la santé

Le domaine de la santé est connu des Marseillais au travers du prisme de l’APHM. Ils connaissent peut-être
moins tout le panel d’expertise qui se situe en amont, dans des champs aussi divers que l’immunologie, la géno-
mique ou les maladies infectieuses. La mécanique qui conduit à la création d’entreprises dans ce secteur diffère
sensiblement des autres domaines d’activité. En effet, les jeunes pousses, qui peuvent rapidement devenir des
entreprises de taille mondiale comme Innate pharma, sont dans leur très grande majorité issus de laboratoires
de recherche. Notre responsabilité, en tant que collectivité et en collaboration avec l’université, est de faciliter
les conditions d’essaimage en soutenant les dispositifs de transfert de technologie, d’incubation, d’accélération
et de financement mais aussi en produisant une masse critique d’immobilier dédié à ce type d’activité à proximité
des laboratoires. Nous avons pris du retard sur cet enjeu, je souhaite que nous accélérions.

Les industries audiovisuelles et culturelles

Territoire de référence pour les tournages de films en extérieur, nous avons un fort potentiel pour développer
une véritable filière. Le premier succès des studios de la Belle de Mai doit nous inciter à poursuivre la réflexion
pour le développement de nouveaux équipements (cf. cité du cinéma infra).

Nos outils de développement économique doivent être mis à profit là aussi pour accompagner la clusterisation
de ce secteur. Au-delà du cinéma et dans les activités de post-production, c’est plus globalement dans le champ
des industries du contenu que nous avons un potentiel d’accélération.

Les services

Les services ont la caractéristique d’être une fonction transversale qui alimente tous les secteurs. Dominants pour la
part d’emploi qu’ils représentent, ils n’en sont pas moins dépendants de la compétitivité de l’environnement dans
lequel ils évoluent. La production d’une gamme complète de tertiaire avec des solutions immobilières répondant à
tous les besoins est un objectif à part entière. Le doublement du quartier d’affaire d’Euroméditerranée apportera
une partie de la réponse mais il ne suffira pas. L’aménagement de plateaux tertiaires apportera une réponse.
187

Si les services aux entreprises prennent naturellement leur essor, répondant aux besoins du marché, il est des
secteurs dans les services qui doivent être soutenus et accompagnés. Je pense en particulier à celui des services à
la personne et à la silver économie. Les services à la personne constituent un secteur dont le modèle économique
est fragile et pas totalement abouti. Les collectivités territoriales, co-financeurs, interviennent directement dans
l’équilibre économique du secteur. Je souhaite que nous réunissions les collectivités et les professionnels du secteur
pour préparer l’avenir, en particulier dans le champ de la formation. Les entreprises de service à la personne
sont souvent en recherche de compétences et nous avons là une piste pour alimenter nos besoins en insertion.

Économie circulaire et RSE

De manière plus globale et transversale, notre territoire doit progresser dans sa capacité à construire et entre-
tenir une économie circulaire. C’est une traduction du modèle durable que je souhaite aujourd’hui privilégier
et qui se construit en faisant converger des enjeux économiques, environnementaux et sociaux. L’accélération
du modèle circulaire va produire des effets bénéfiques aussi bien sur notre impact environnemental que sur des
questions d’énergie et de qualité de vie.

Je souhaite organiser une fois par an un événement associant les collectivités, les entreprises mais également le
monde associatif qui joue un rôle prépondérant dans ce système.

Renforcer l’accompagnement des entreprises au quotidien


Un écosystème de l’innovation et de la création d’entreprises à conforter

Plus que les coûts ou l’accès aux marchés, ce qui fait la compétitivité des entreprises aujourd’hui c’est la capacité
d’innovation. Notre écosystème de l’innovation est déjà bien doté en compétences, en outils et en ressources. Il
manque cependant parfois de visibilité compte tenu du nombre d’acteurs. La Cité de l’Innovation, que j’ai lancée
au titre de la Métropole, doit pouvoir constituer un pivot dans cet univers. Je souhaite également renforcer les outils
qui fonctionnent, au premier rang desquels Marseille Innovation. Le succès du nouveau site que cette agence a
ouvert entre la gare St Charles et la Canebière fini de démontrer que c’est dans le centre des villes que se construira
l’avenir de l’innovation. Je souhaite donc leur confier le soin d’y bâtir un réseau d’incubateurs thématiques à la
convergence entre nos pôles d’excellence et les besoins du territoire. Je pense en particulier à la mise en place
d’un incubateur pour le tourisme, pour la smart city, pour les services à la personne en complément de ceux qui
existent déjà par exemple sur les thèmes de la mer, des industries du contenu ou des sciences du vivant. Chacun de
ces incubateurs qui pourront également porter des fonctions de démonstrateurs ou de laboratoires d’usages seront
positionnés dans un site stratégique pour les secteurs qu’ils soutiennent. Par exemple, il me semble essentiel
d’implanter au cœur du quartier de la tech, que je souhaite développer dans l’hyper centre de
Marseille, un incubateur-démonstrateur dédié à la ville agile.
188

Renforcer notre économie à l’échelle internationale

La dimension internationale est, pour une métropole ambitieuse, une échelle incontournable. Indépendamment de
la question de l’attractivité qui couvre un champ beaucoup plus large que celui de l’économie et qui sera traitée plus
bas, j’ai la conviction que le succès de nos entreprises passe par leur capacité à exporter et à conquérir des parts de
marché à l’international. Cette conviction repose sur une analyse simple : la majorité de nos secteurs d’excellence,
au premier rang desquels le numérique, l’aéronautique et les sciences du vivant, s’adressent immédiatement à un
marché monde. Dans le numérique par exemple, rares sont les entreprises qui peuvent construire une rentabilité
dans la durée en se limitant à un marché national. Voir très grand est souvent une question de survie, sous peine de
se faire rapidement racheté. Je souhaite donc que nous engagions davantage de moyens pour accompagner nos
PME et nos ETI à l’international. Je veux pour cela, en collaboration avec business France et l’Agence Française
de Développement (AFD), renforcer les dispositifs d’appui à l’export, soutenir la présence de nos entreprises et de
nos clusters sur les grands salons à l’étranger, accueillir davantage de congrès internationaux sur nos territoires
et créer une grande école dédiée à l’exportation et au commerce international.

Une équipe dédiée à l’accompagnement des entreprises au quotidien

Le développement des entreprises de notre territoire se fera d’autant plus facilement que les questions relatives à
leur environnement de travail seront pleinement traitées par les collectivités (je pense en particulier aux questions
de foncier, d’immobilier, de formation, de mobilité, de réseaux numériques). Si une part de ces questions doit
se traiter à l’échelle du territoire, une part importante des sujets devra faire l’objet d’un traitement individuel.
Chaque entreprise de ce territoire qui exprime un projet de développement, comme une extension ou des recru-
tements, doit faire l’objet d’un accompagnement sur mesure. D’une autre manière, les entreprises qui éprouvent
des difficultés doivent être soutenues, dans la mesure des missions confiées aux collectivités. Pour conduire ces
missions essentielles je veux constituer une équipe de développeurs dont la seule et unique mission sera
de rencontrer les entreprises, de comprendre leurs besoins et de leur apporter des solutions. Cette équipe sera
constituée avec pour objectif de couvrir un panel de compétences dans tous les champs concernés : immobilier,
aides et financements, recrutement, transferts de technologie.

Soutenir les grands projets


La force de notre territoire c’est aussi de pouvoir s’appuyer sur des grands projets qui sont autant de laboratoire
d’innovation, de démonstrateurs et de vitrines de nos excellences. Je pense notamment au projet ITER qui fran-
chit actuellement des étapes décisives. Je pense à l’aéroport qui se prépare à investir 500 millions d’euros pour
atteindre rapidement les 11 millions de passagers. Je pense au Grand Port Maritime qui accélère et reconquiert
ses parts de marché. Je pense à The Camp qui vient de remettre à plat son modèle économique pour attaquer
la deuxième phase de son développement.

Je souhaite structurer davantage notre accompagnement de ces projets avec une équipe qui leur sera dédiée.

Associer le monde économique à la gouvernance


Ce plan de développement économique, je veux le construire avec les entreprises et leurs représentants. J’ai mis
en place le comité de gouvernance économique de la Métropole qui prépare les grandes décisions stratégiques.
Il s’appuie sur les chambres consulaires et les représentants du monde économique.
189

Je souhaite maintenant compléter ce dispositif en constituant un comité consultatif constitué des dirigeants des
grandes entreprises de ce territoire en associant des entreprises de taille moyenne représentatives de l’excel-
lence économique.

J’étudierai les possibilités de mettre en place des comités de gouvernance sur les autres grands axes de nos
politiques publiques.

Faire de notre territoire un laboratoire


de recherche à grande échelle focalisé sur
les grands enjeux métropolitains
Nous disposons, à Marseille, d’une recherche publique puissante, reconnue à l’échelle internationale dans
certains domaines. Seulement, au regard du nombre de chercheurs, de centres de R&D et de brevets déposés,
la recherche privée ne s’est pas développée à la hauteur du potentiel de nos clusters d’excellence.

Pour renforcer notre écosystème de la recherche et du développement, je souhaite :

•Améliorer les conditions d’accueil des enseignants-chercheurs nationaux.

•Valoriser nos domaines d’excellence en soutenant l’organisation de congrès scientifiques internationaux


en lien avec nos filières, accompagner le développement d’outils dédiés à la recherche, et soutenir les
dispositifs de transferts de technologie.

Plus généralement, nous stimulerons et organiserons les complémentarités entre la recherche publique et la re-
cherche privée qu’il faut continuer à attirer sur notre territoire, pour bâtir un véritable écosystème de la recherche
et du développement. Je souhaite que notre territoire se développe en expérimentant notamment des solutions
susceptibles de répondre aux grands enjeux en matière d’environnement, d’énergie, de santé, d’organisation
industrielle, de mobilité, de logement et de gestion intelligente de la ville.

Créer une agence métropolitaine


d’aménagement du foncier économique
Je souhaite créer une agence d’aménagement métropolitaine qui permettrait de fédérer les
acteurs et de conduire une politique d’aménagement globale sur le territoire pour répondre aux
besoins de foncier économique. Ce nouvel outil déploierait une gestion prévisionnelle et opérationnelle, repo-
sant sur l’élaboration d’un schéma global d’implantation. Ce schéma devrait prendre en considération tous les
services associés (mobilité, accessibilité, réseaux). L’agence aurait pour mission de constituer une réserve de
foncier équipé sur l’ensemble du territoire, et d’aller sur ces bases au-devant des entreprises pour les attirer et
les fidéliser à notre territoire en leur présentant des offres répondant véritablement à leurs besoins.
190

REPENSER L’ATTRACTIVITÉ DE LA VILLE ET


SON OUVERTURE AU MONDE

La question de l’attractivité à Marseille est fondamentale car elle est conditionnée pour partie par la capacité
de la ville à accélérer son développement.

Aujourd’hui, il manque à Marseille des ingrédients fondamentaux qui expliquent la qualité moyenne de certains
indicateurs socio-économiques.

Le chômage, dont le taux est supérieur à la moyenne nationale, est en stricte corrélation avec le déficit de 60 000
emplois salariés privés qui a été estimé à l’échelle métropolitaine.

De même, il manque à Marseille des sièges sociaux, des grands événements, des services du tertiaire supérieur
et bien d’autres actifs.

Rendre le territoire attractif s’est se doter de la capacité à combler ces manques et le retard que nous avons sur
d’autres territoires comparables.

Rendre le territoire attractif c’est se donner les moyens d’attirer des entreprises, des talents, des investisseurs,
des porteurs de projets qui vont contribuer à créer des emplois.

Améliorer l’attractivité de la ville s’est aussi réfléchir qualitativement en ayant l’objectif d’attirer des talents, des
artistes, des chercheurs, des étudiants.

MA VISION
J’ai la conviction que Marseille dispose d’atouts que beaucoup d’autres territoires pourraient nous envier et
avec lesquels nous pourrions faire la différence.

Notre climat, notre position sur la Méditerranée, nos paysages, notre patrimoine historique, nos pôles d’excel-
lence, notre vie culturelle, notre art de vivre, sont autant de facteurs déterminants.

Il nous reste à résoudre quelques points fondamentaux qui sont logiquement identiques à ceux qui pénalisent
la vie quotidienne des habitants, comme la mobilité, le fonctionnement des écoles, le manque de logement.
191

Marseille doit affirmer sa vocation


euro-méditerranéenne
et sa fonction de hub vers l’Afrique
Le processus euro-méditerranéen est ralenti depuis quelques années d’un point de vue institutionnel mais les
échanges économiques sont, selon les pays, plutôt dynamiques.

Marseille a une carte à jouer dans ces échanges. Elle dispose en effet d’une expertise et de réseaux qui pourraient
être mis à profit au bénéfice des entreprises du territoire qui cherchent de nouveaux marchés d’exportation. Elle
dispose également d’une expérience du développement durable méditerranéen qui pourrait être transposée
dans plusieurs villes de la rive Sud et qui ont les mêmes problèmes à résoudre que nous. Notre expérience main-
tenant démontrée en matière d’énergies renouvelables ou en ingénierie de l’eau nous donne une légitimité pour
affirmer un rayonnement plus conséquent sur la Méditerranée. Cette vocation, nous devons la revendiquer et la
promouvoir. Je souhaite donc que Marseille organise et accueille davantage d’événements à vocation euro-mé-
diterranéenne pour promouvoir auprès des pays de la rive Sud notre savoir-faire et notre légitimité à y vendre
nos produits, nos services et nos technologies (cf. la maison de l’environnement en Méditerranée par exemple).

Au-delà de la Méditerranée, le continent africain ouvre des perspectives gigantesques au regard de sa démo-
graphie, de sa croissance et du développement de l’économie de certains pays. L’analyse est la même pour
ce qui concerne le rôle que Marseille peut jouer en tant que plateforme d’expertise et de projets. Les réseaux
d’entreprises marseillais ont déjà intégré cette opportunité et ont engagé des moyens pour préparer des courants
d’affaires. La mobilisation des organisations internationales basées à Marseille dans le champ de la coopération
et du développement doivent pouvoir soutenir notre démarche.

Marseiller doit consolider le tissu d’organisations


internationales dans le champ de la coopération et du
développement vers la Méditerranée et l’Afrique
Depuis l’implantation de l’Institut de Recherche pour le Développement, peu d’organisations internationales se
sont installées à Marseille faute d’avoir activé un lobbying pugnace et constant auprès des ministères nationaux
et des sièges de ces organisations.

Les nouvelles perspectives vers l’Afrique doivent nous permettre d’étendre nos cibles et parallèlement nous
devons étoffer notre offre de services.

Je souhaite en conséquence soutenir l’accueil d’antenne des organisations, que nous irons prospecter, si possible
dans le périmètre d’Euroméditerranée dont c’est la vocation.

Une task-force regroupant des acteurs publics et privés doit être reconstituée pour préparer et organiser ce lobbying.
192

Créer un centre d’affaires dédié à l’Afrique


Je veux faire de Marseille la ville européenne de référence en matière d’échanges avec l’Afrique, à l’instar de
Miami qui se positionne comme la porte d’entrée vers l’Amérique Latine ou de Hong Kong et Singapour qui
donnent un accès privilégié à l’Asie.

Marseille a toutes les cartes en main pour offrir aux entreprises internationales une base idéale pour atteindre
les marchés africains.

Or, il n’y a pas, aujourd’hui, de lieu emblématique qui valorise la réalité de la dynamique africaine de notre
territoire, et qui puisse se mettre au service de cette dernière. Je veux créer un centre d’affaires dédié à l’Afrique
et aux relations avec notre territoire.

Un lieu qui pourra :

•Faciliter l’implantation d’opérateurs : entreprises, associations, consulats qui souhaitent y avoir une
adresse et des locaux.

•Informer les partenaires et membres sur l’actualité africaine et les partenariats en cours.

•Accueillir des partenaires africains venus développer un projet sur notre territoire.

•Valoriser les richesses culturelles du continent africain (accueillir des expositions dédiées à l’art africain,
restauration aux saveurs africaines).

Ce centre d’affaires nous permettra de renforcer l’accueil d’événements de référence, d’attirer des entreprises
et des décideurs économiques africains à Marseille, et des entreprises étrangères désireuses de les rencontrer.

En lien avec l’Agence française de développement et business France, ce centre d’affaires soutiendra nos en-
treprises en Afrique.

Lieu mutualisé, ce centre sera aussi facteur de cohésion et d’articulation entre les différents acteurs de notre territoire.

Créer une résidence universitaire internationale


Nous savons que les étudiants en fin de cycle d’études (Master 2 et doctorat) peuvent devenir des prescripteurs
efficaces et des ambassadeurs de notre territoire. Par ailleurs les enseignants-chercheurs qui construisent leur
carrière à l’international peuvent véhiculer avec eux une expertise et donc une capacité à produire des brevets.
Les villes créatives et les grands pôles de recherche dans le monde se livrent une concurrence farouche pour at-
tirer les meilleurs d’entre eux, dans une guerre à la matière grise. Si les collectivités n’ont que peu d’influence sur
l’attractivité d’un laboratoire ou d’une université, nous avons, en revanche, la faculté d’améliorer leurs conditions
de séjour. Je propose donc de bâtir une cité universitaire internationale dédiée aux doctorants
ou enseignants chercheurs qui viendraient d’autres pays ou d’autres villes de France.
193

Structurer un réseau d’écoles en langues étrangères


L’attraction d’entreprises étrangères passe par notre capacité à accueillir les familles des cadres étrangers ou
de cadre français ayant pratiqué l’expatriation. Ils ont en commun le souhait de scolariser leurs enfants dans
des classes qui enseignent en langues étrangères. L’école internationale de Manosque a ainsi été déterminante
pour faire aboutir le projet ITER. Marseille a du retard et la Cité Scolaire Internationale qui devait être construite
sur le périmètre d’Euroméditerranée a pris un retard conséquent.

Je souhaite constituer un réseau des écoles en langues étrangères publiques ou privées et convaincre l’éducation
nationale d’ouvrir davantage de classe en langues étrangères.

Organiser une fois par an les assises de l’attractivité


L’organisation d’une politique d’attraction efficace dépend de la capacité des acteurs publics et privés concernés
à se coordonner et à mutualiser leurs moyens ainsi que leurs actions. Les acteurs qui peuvent porter un discours
de promotion à l’international sont nombreux et interviennent dans un champ très large de domaines. Parmi ces
acteurs figurent notamment les entreprises qui exportent, les chambres consulaires, l’université et les grandes
écoles, le port, l’aéroport, les collectivités territoriales, certains acteurs culturels, les agences de promotion
économique et touristiques.

Je propose donc d’organiser une fois par an des assises réunissant ces acteurs pour faire le point sur la situation
de l’attractivité du territoire mais aussi pour acter des stratégies et des mutualisations de moyens.
194

AGIR POUR UNE VILLE AGILE


ET INTELLIGENTE
Le monde du numérique et les technologies contemporaines fournissent aux acteurs publics des solutions et des
outils qui peuvent révolutionner la gestion des villes.

Le suivi en temps réel de ce qui se passe sur un territoire a notamment été rendu possible par le développement
du big data et des objets communicants. Ces nouveaux outils permettent non seulement de mieux comprendre
les dynamiques d’un territoire et d’adapter les moyens mobilisés, mais aussi d’améliorer le quotidien des habi-
tants, des entreprises, et des visiteurs.

Les outils ne sont pas tout. Le développement de la ville intelligente repose aussi beaucoup sur son organisation,
sa capacité à développer un écosystème de l’innovation, ses expérimentations.

C’est aussi un état d’esprit et une démarche. La capacité à faire travailler ensemble ceux qui développent des
solutions, ceux qui gèrent les espaces publics et les équipements, et tous les « utilisateurs » de la ville – habitants,
étudiants, entreprises, touristes - est la condition d’un développement harmonieux.

Dans cette perspective, je veux que notre « smart Marseille » se construise avant tout autour de la concertation,
qui doit devenir le point central et systématique de la démarche. Le développement d’une vraie culture de l’in-
novation et la mobilisation de nos excellences viendront se mettre au service de cette construction collaborative.

Nous avons accumulé du retard dans ce champ mais j’ai la conviction que nous avons les moyens non seulement
de le rattraper, mais surtout de devenir rapidement un territoire de référence.

Un centre-ville laboratoire de la ville agile et créative


Aujourd’hui, les startups traditionnellement implantées sur les technopoles viennent naturellement chercher un
écosystème d’accompagnement en centre-ville. Leur potentiel d’innovation est directement lié à leur connexion
à d’autres univers que celui de l’entreprise (le secteur culturel, la sphère de la formation, le monde associatif,
les collectivités).

Parallèlement, les pouvoirs publics qui réfléchissent à la ville de demain ont besoin des compétences de ces
jeunes pousses pour concevoir et mettre en œuvre des solutions pour simplifier la vie des habitants et rendre
plus efficients leurs services publics. Il est donc essentiel de prévoir des lieux et des aménagements fournissant
à ces acteurs de l’innovation l’environnement dont elles ont besoin.

Je souhaite donc développer, avec les acteurs de l’innovation, un quartier de la Tech en plein centre-ville,
par exemple à Belsunce. En dédiant quelques rues à ce projet, je souhaite permettre la concentration, dans
un même quartier, de tiers lieux, d’espaces de coworking et de coliving, de plateformes de projets, de lieux
de formations avec les écoles du numérique, d’incubateurs, d’accélérateurs, à proximité des opérateurs du
financement de l’innovation. Cet aménagement sera complété par l’implantation de commerces proches de cet
univers de la Tech. Mon ambition est de développer un véritable écosystème de l’innovation en cœur de ville.
195

Je veux que cette communauté travaille avec les institutions pour développer des outils permettant de comprendre
l’évolution de la ville en temps réel et d’anticiper ses besoins futurs.

Au travers de partenariats d’innovation, nous doterons la Ville d’une boîte à outils, mettant notamment à profit
les ressources en big data et objets communicants développées dans les laboratoires de nos pôles d’excellence.

Ces outils permettront de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des Marseillais : services à la personne,
mesures en temps réel la pollution atmosphérique, gestion intelligente de l’énergie, maintenance de l’espace
public, stationnement et mobilité).

J’engagerai résolument la ville dans un projet d’open data pour que les données collectées par la collectivité
puissent être mises à profit pour développer de nouveaux services au bénéfice de tous les habitants. Je propose
d’engager Marseille de manière décisive dans cette démarche.

•Je veux doter la Ville de Marseille ou la Métropole d’un portail dédié à la démarche open data,
où les Marseillais pourront trouver les données publiées par les services.

•Dans la même logique, je propose de travailler à la mise en œuvre d’un outil de suivi public des
marchés d’infrastructures, avec l’avancement des chantiers, que chacun pourra ainsi mesurer.

•Je veux travailler à la libération des données des régies de transport. Cette ouverture doit
se faire en temps réel, pour faire venir à Marseille les meilleurs services de mobilité à destination des
usagers.

•Toujours en matière de transport, l’ouverture d’un maximum de données (fréquentations, parcours


recherchés par les utilisateurs, horaires) doit permettre le développement d’un écosystème
d’applications de mobilité.

•Je veux créer un Infolab permanent, lieu d’échange entre l’administration et les
développeurs qui utilisent, rapprochent et transforment les données publiques pour les rendre plus
accessibles, lisibles au plus grand nombre.

•Je veux engager une large concertation avec la population et les experts du secteur sur la
politique de libération des données, pour fixer une feuille de route collective, qui pourra être
progressivement amendée, et sur laquelle nous rendrons périodiquement des comptes.

•Pour assurer le suivi de ce travail d’ouverture de nos données, je propose de désigner un adjoint au
maire en charge de la transparence et de l’open data.

Une maison municipale du projet


L’action publique s’est incroyablement complexifiée depuis cinquante ans : les acteurs se sont
multipliés (niveaux de collectivités, agences locales et nationales, entreprises publiques, Union européenne), les
leviers juridiques se sont complexifiés, et les enjeux techno-administratifs semblent avoir pris le pas sur l’action
politique.
196

Cette complexité, bien entendue conjuguée avec d’autres facteurs, est en partie responsable de la désaffection
de beaucoup de nos concitoyens pour la politique : les politiques n’inspirent plus la confiance parce que leur
action n’est pas lisible.

Nombre d’acteurs ont entrepris ces dernières années de sensibiliser les habitants de leurs territoires aux réali-
sations qu’ils entreprennent. Ainsi a émergé la notion de démocratie participative, impliquant les citoyens dans
la prise de décision.

De même, de nombreux territoires ont jugé nécessaire de créer des lieux dans lesquels est
expliqué le territoire – notamment lorsque sa réalité culturelle n’est pas vécue pas les habitants (comme c’est
souvent le cas des métropoles ou des nouvelles régions) – et les projets qui y sont menés.

Plusieurs métropoles exposent par exemple leur projet architectural et urbain : Arc en Rêve à Bordeaux ou le
Pavillon de l’Arsenal à Paris. La plupart des métropoles internationales se sont dotées d’un outil de ce type,
souvent installé en haut d’une tour ou dans un bâtiment emblématique : Pékin, Helsinki, Istanbul, Singapour,
Tokyo, Nagoya, Berlin, New York.

MA VISION
Ce n’est pas la politique qui ne passionne plus, c’est la façon dont nous la concevons qui n’in-
téresse plus.

La politique, telle que je la conçois, consiste en peu de choses : faire, et faire savoir. L’un est
indissociable de l’autre, car je considère qu’un élu doit agir pour ses concitoyens, mais également leur rendre
des comptes, leur montrer les actions qu’il entreprend.

D’autre part, nos concitoyens sont de plus en plus sensibles à la nécessité de construire les projets dans la
concertation. Nous ne pouvons ignorer cette attente d’un dialogue permanent, qui ne se limite pas aux élections.

Aussi, parce qu’il sera de mon devoir de maire de rendre des comptes sur les engagements que je prends ici,
et parce que je veux que mon projet soit régulièrement discuté, concerté, amandé, je veux créer demain une
Maison du projet, dans laquelle seront expliqués les projets pour les faire mieux connaître, pour en parler et
pour les co-construire.

La démocratie du 21e siècle doit être une démocratie active, et cette Maison du projet doit y contribuer.

Je veux créer un lieu physique permanent, autant qu’un espace virtuel (portail numérique), un
lieu attractif, ludique, pédagogique, vivant, accueillant des conférences pour montrer la ville
en mouvement, invitant à ouvrir le regard sur les mutations et donnant envie de s’y intéresser.

Il s’agira d’un centre d’exposition comprenant aussi un espace de conférence modulable pour accueillir des
réunions ou groupes de quelques centaines de personnes. Ce lieu devra être central, facile d’accès et facilement
identifiable.

La caractéristique première de ce lieu devra être sa dimension pédagogique. Il accueillera des profils très
variés (habitants, scolaires, étudiants, associations, universitaires, délégations étrangères ou touristes) et utilisera
des supports ludiques : cartes, photos, projections numériques, grande maquette du territoire, maquettes
d’architecture ou de projets urbains, vidéos, audios, consoles numériques ludiques, ateliers, ouvrages et publi-
cations à diffuser ou à vendre.
197

Je veux en particulier que le cœur de ce lieu soit une maquette évolutive montrant l’évolution de la ville. Elle
pourra être solide, ou en hologramme.

Le contenu à mettre en valeur dans ce lieu sera transversal et diversifié :

•Histoire de la Ville, de ses lieux emblématiques, de ses acteurs.

•Situation actuelle : la population, l’économie, le relief, la nature, la mobilité, la mer et le littoral.

•Prospective et enjeux stratégiques : climat, cohésion, logement, vieillissement, énergie,


mondialisation, ville de demain.

•Innovations du territoire.

•Projets portés par la municipalité ou ses partenaires et qui vont transformer la ville.

Des expositions temporaires variées pourront rythmer la vie de cette Maison du projet : sur des thématiques
particulières, sur l’actualité d’un projet, sur les enquêtes publiques en cours.

Enfin, cette Maison du projet sera le centre névralgique de toutes les concertations, consultations et autres en-
quêtes publiques par lesquelles les habitants sont associés à la décision.

Soutenir les tiers lieux et en faire des créateurs de


valeurs
Plusieurs indicateurs mettent en exergue une baisse d’activité des cœurs de villes.

Le développement exponentiel du numérique permet de donner de nouvelles perspectives de travail sur le terri-
toire à travers le télétravail mais aussi à travers de nouveaux modes de travail, pour une génération qui au-delà
du vivre-ensemble, sera celle du faire-ensemble.

Le développement des « tiers lieux » s’inscrit dans ces nouvelles tendances.

Il s’agit d’espaces de travail partagés : coworking, ateliers partagés, fablabs, qui accueillent des
services hybrides : espaces de travail, salles de réunions, jardins partagés, boutiques, cafés-restaurants,
épiceries, ressourceries, espaces de médiation culturelle. Les tiers lieux peuvent être fixes mais parfois aussi
éphémères.

Les tiers lieux ne sont pas des espaces de travail ordinaires :

•Ils développent de nouvelles formes d’emploi en démultipliant les usages d’un même bâtiment, en
investissant les apports du numérique, et en valorisant les modalités d’emplois « nomades ».

•Ils élaborent également de nouveaux collectifs de travail et une communauté de partage,


de nouvelles formes de travail et d’engagement s’y inventent. Ils créent de nouveaux lieux de vie, de
rencontres professionnelles et/ou militantes, dans les villes.
198

•Par hybridation, de nombreux tiers-lieux deviennent alors des lieux d’innovation sociale, favorisant
l’émergence et l’incubation, voire l’accélération de nouveaux services.

Ils représentent une solution alternative au fonctionnement traditionnel du travail. Permettant de


croiser des mondes qui ne se seraient pas rencontrés par ailleurs, ils favorisent les échanges, la créativité et
tissent du lien social.

En 2018, on recensait 1 800 tiers lieux dans l’Hexagone et outre-mer. Le programme étatique « Nouveaux lieux,
nouveaux liens » doté de 45 millions d’euros, vise à pérenniser le fonctionnement des tiers-lieux qui contribuent
à la cohésion sociale et transforment les territoires. L’État a lancé un appel à manifestation d’intérêt permanent
pour identifier 300 Fabriques de territoire existantes ou en projet, d’ici 2022 : 150 fabriques hors des grands
pôles urbains et 150 dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Marseille compte déjà une quinzaine de tiers lieux : La Bo [a] te (le pionnier), La Ruche (100 % solidaire), Coco
Velten (mixité sociale), le Loft, Make it Marseille, Le Studio Workspace, La Fabulerie, Le Digital Desk, le Tripostal,
The Babel Community, I LOV IT Worklabs, Potentielles ou encore Smack Coworking, The Box, la Coque.

MA VISION
Innover, s’adapter, être agiles. Pour remettre le travail au centre du jeu social, je veux agir pour accueillir et
accélérer l’innovation, alimenter un développement économique durable et inclusif, créer les conditions pour
faire émerger de nouveaux modèles de développement, des écosystèmes innovants et modernes.

Il faut donc impulser des initiatives qui revitalisent le tissu local. Il s’agira ici de valoriser la volonté grandis-
sante des actifs de travailler en commun et de « faire ensemble ».

Je veux faire de Marseille une ville d’innovation inclusive, qui saura prendre les virages :

•De l’économie circulaire pour produite et consommer de façon concertée et raisonnée.

•De l’économie sociale et solidaire qui favorise l’insertion des plus précaires.

•De l’économie collaborative qui est l’illustration d’une nouvelle organisation de travail et des rapports
aux autres.

Je veux soutenir et accélérer la création de tiers-lieux, ces espaces de travail partagés et colla-
boratifs où la créativité naît entre différents acteurs, et où la flexibilité répond aux difficultés
économiques du milieu entrepreneurial.

Le tiers-lieu ne se décrète pas mais je veux stimuler, soutenir et accompagner les initiatives par une stratégie
proactive sur l’ensemble de la ville :

•Analyser l’existant et les opportunités sur l’ensemble de la ville : nombre de tiers lieux, singularités,
complémentarités, localisation, effets sur la dynamique du quartier et l’emploi.

•Repérer les acteurs, les inviter à la réflexion.

•Accompagner leurs projets, les guider pour l’obtention des aides de l’État.

•Soutenir les projets les plus structurants par une intervention sur le foncier.
199

REPENSER LES TRANSPORTS


À GRANDE ÉCHELLE
La mobilité est une problématique absolument centrale pour notre métropole. Sujet du quotidien pour
les Marseillais, elle est aussi un enjeu de développement de notre territoire.

Aujourd’hui, chacun s’accorde à dire que la mobilité est un point faible de notre ville. Le développement
de notre réseau de transports en commun accuse un retard historique, et le soutien de l’État, toujours promis,
toujours attendu, ne vient pas. Sortir de l’ère du tout voiture nécessite du temps et des moyens, et malgré ce
qui a déjà été engagé, Marseille reste aujourd’hui une des villes les plus embouteillées et polluées de
France, avec des conséquences pour la santé et la qualité de vie de nos concitoyens.

Ce sujet de la mobilité, je n’ai pas attendu cette campagne pour m’en saisir.

Dès 2016, avec le Plan Transports Départemental 2016-2020, j’ai décidé d’apporter une aide sans
précédent de 300 millions d’euros aux opérations de développement des transports. En 2019, j’ai décidé l’at-
tribution d’une enveloppe complémentaire de 220 millions d’euros sur 3 ans, afin de maintenir le rythme de
réalisation des projets inscrits à l’Agenda de la mobilité. Ce ne sont ainsi pas moins de 520 millions d’euros
que le Département a consacrés au développement des transports depuis trois ans : un effort sans précédent.

Avec l’économie, j’en ai immédiatement fait un axe prioritaire de mon mandat lorsque j’ai été élue à
la Présidence de la Métropole en septembre 2018. Nous avons ainsi lancé ou relancé des projets de mobilité
jusqu’alors à l’arrêt, dont la piste cyclable de la Corniche n’est pas le moins emblématique. Développement
et sécurisation du réseau de transports en commun, promotion des mobilités douces, et le
16 décembre 2019, ouverture de la tant attendue station du Capitaine Gèze : en quelques mois
seulement, nous avons déjà fait un véritable bond en avant.

Aujourd’hui, je veux poursuivre cette action et l’amplifier. La politique de mobilité sera un des axes
prioritaires de mon mandat, et c’est une des nombreuses raisons pour lesquelles je suis candidate à la Mairie
de Marseille, mais également à la Présidence de la Métropole Aix-Marseille-Provence, autorité organisatrice de
la mobilité sur notre territoire. Le développement de Marseille ne se fera pas sans une révolution des transports.

Pour cela, je veux porter plusieurs projets qui libèreront les énergies en facilitant la mobilité de tous :

Développer notre réseau de tramway


au nord, au sud, à l’est et même à l’ouest
Si le centre-ville de Marseille est relativement bien maillé en transports en commun lourds, avec deux lignes de
métro et trois lignes de tramway qui le traversent, force est de constater que ses quartiers périphériques le sont
beaucoup moins.

En effet, seules les terminaisons de ces lignes atteignent l’extérieur de la « petite couronne » que constituent les axes
Plombière – Jarret – Schlœsing – Prado, et seules les stations Capitaine Gèze, Frais Vallon, La Rose et La Fourragère
atteignent ou dépassent péniblement la « grande couronne » que constituent la L2 et demain, le Boulevard Urbain Sud.
200

Cette faiblesse de notre réseau tient en partie à la singularité de Marseille, ville très étendue et par conséquent
peu dense.

Or, la faible densité est un handicap pour le développement des transports en commun qui
doivent, pour fonctionner correctement, toucher un bassin de vie relativement important, en raison notamment
des coûts d’investissement et de fonctionnement qu’ils représentent.

L’intérêt de développer une ligne de transport en commun est ainsi mesuré par un « indice de performance »,
calculé en fonction du nombre d’habitants et du nombre d’emplois touchés, de la densité, et du coût d’investisse-
ment. Ainsi, la construction d’une ligne de métro, en raison de son coût très important, se justifie par une densité
extrêmement forte. À l’inverse, une ligne de bus faiblement cadencée sera suffisante pour une zone faiblement
densifiée et comptant peu d’emplois.

MA VISION
Parce qu’il nous faut apaiser et décongestionner notre ville, parce qu’il en va de notre santé et de celle de nos
enfants, je veux aujourd’hui mettre en œuvre, accélérer et amplifier la stratégie globale de développement des
transports en commun que j’ai initiée.

Il s’agit d’un choix de société : il nous faut doter Marseille et son aire métropolitaine d’un système de transports
en commun digne de la grande métropole euro-méditerranéenne qu’elle doit être.

Je l’ai déjà affirmé, ma priorité est le développement du tramway, qui a le triple intérêt d’être un mode
de transport qui correspond à notre ville, et notamment à sa densité, avec un coût d’investissement re-
lativement faible par rapport au métro. C’est un mode de transport fiable, accessible et rapide, dont
la construction permet au surplus la requalification des espaces traversés de façade à façade, et
accélère la renaissance de nos quartiers.

Je veux donc poursuivre les projets que j’ai d’ores et déjà engagés ces quatre dernières années, et en initier de
nouveaux. Nous devons penser le développement de notre réseau de tramway avec des perspectives à court,
moyen et long terme.

Je veux prolonger le réseau de tramway Marseillais au Nord, au Sud, à l’Est et même à l’Ouest,
pour atteindre les quartiers périphériques les plus denses de Marseille.

Prolonger le tramway au Nord et au Sud


Fortement urbanisés, les 9e, 15e et 16e arrondissements de Marseille ne sont aujourd’hui desservis par aucune
ligne de transports en commun en site propre (sauf BHNS). Les habitants de ces quartiers éloignés du centre-ville
sont dans l’attente du développement de transports en commun offrant une alternative crédible à l’utilisation de
la voiture, dont ils restent aujourd’hui trop dépendants pour leurs déplacements du quotidien.

Je souhaite poursuivre et mener à bien la prolongation du tramway au nord et au Sud, en deux phases comme
cela est prévu depuis plusieurs années : une première phase avec des prolongements de Arenc-le Silo
à Capitaine Gèze, et de Castellane à la Gaye d’ici 2023 ; une seconde phase avec des prolon-
gements jusqu’à la Castellane au nord, et jusqu’à la Rouvière au sud d’ici 2025.
201

Pour la Phase 1, il s’agit de prolonger de 1,8 kilomètre au nord entre le terminus existant d’Arenc et Capitaine
Gèze en empruntant la rue d’Anthoine, le boulevard Roger Salengro et la rue de Lyon, et de 4,2 kilomètres
au sud entre Castellane et La Gaye, en empruntant la place Castellane, l’avenue Jules Cantini, le boulevard
Shloesing, la rue Augustin Aubert, et l’avenue Viton. Trois stations seront desservies au nord et 9 stations au sud.

Ce projet, qui permettra de relier Capitaine Gèze et Belsunce en 13 minutes, et Belsunce et la Gaye en 21 mi-
nutes, prévoit également des aménagements importants pour notre ville : le réaménagement global de la place
Castellane, en vue de sa piétonnisation ; la rénovation de l’ensemble de l’espace public de façade à façade avec
l’aménagement de 5,5 kilomètres de pistes cyclables ; la plantation de 650 arbres et la réalisation de plateformes
enherbées ; la réalisation d’un parking relais de 600 places sur le site Dromel (qui accueillera aussi un site de
maintenance et de remisage), et d’un deuxième parking relais à la station de la Gaye.

Le budget d’ores et déjà engagé est de 320 millions d’euros HT, avec une estimation de mise en service fin
2023 – début 2024.

Pour la phase 2, il s’agit d’un tracé de 6,3 km dans les 15e et 16e arrondissements, entre Capitaine Gèze et La
Castellane14, via le lycée Saint-Exupéry, en empruntant le chemin de la Madrague-ville, le chemin de Saint-Louis
de Rove, l’avenue Fernand Sardou, et l’avenue André Roussin ; et de 1,5 kilomètre dans le 9e arrondissement
entre La Gaye et La Rouvière, en empruntant le chemin de la colline Saint-Joseph.

Outre les 13 nouvelles stations desservies, le projet prévoit également, là également, la rénovation de l’ensemble
de l’espace public de façade à façade, en favorisant les modes doux et les espaces piétons.

L’opération a un budget de 262 millions d’euros HT et vise une mise en service pour 2025-2026.

Le tramway vers les Catalans


Très densément peuplés, les quartiers du Pharo, des Catalans, de Saint-Lambert, et de Saint-Victor ne sont
aujourd’hui desservis par aucune ligne de transports en commun en site propre. Ces quartiers sont en outre
congestionnés par la circulation automobile et le stationnement y est particulièrement difficile. Plusieurs sites atti-
rant fortement les visiteurs s’y trouvent également : Abbaye Saint-Victor, plage des Catalans, Fort Saint-Nicolas.

Après le lancement des consultations en 2019, je souhaite le poursuivre le projet de prolongement du


tramway, pour relier la rue de Rome à la Place du 4 septembre dès 2025. Ce tramway dit « du
4 septembre » est l’un des projets de l’agenda de la Mobilité présentant le meilleur « indice de performance »,
compte tenu de la densité des quartiers desservis. Il est une nécessité pour ces quartiers et leurs habitants.

Ce tramway suivra un tracé de 2,1 kilomètres, depuis la rue de Rome jusqu’à la place du 4-septembre, en em-
pruntant le boulevard Paul Peytral (devant la Préfecture), le Cours Pierre Puget, le boulevard de la Corderie et
l’avenue de la Corse. 4 stations seront desservies toutes les 5 à 6 minutes : Estrangin (correspondance métro),
Bergasse, Saint-Victor-Saint-Maurice, et place du 4-septembre. La rue de Rome sera alors à moins de 7
minutes de la place du Quatre-Septembre.

14  Le tracé précis sera élaboré en concertation avec la population.


202

Le projet prévoit également la rénovation de l’ensemble de l’espace public de façade à façade et la réalisation
de deux parkings souterrains d’une capacité totale d’environ 300 places, destinés exclusivement aux riverains,
pour compenser la suppression des places de stationnement en surface.

Avec un budget de 75 millions d’euros, la mise en service est attendue pour la fin d’année 2025.

Le Tramway Blancarde-Dromel
Les quartiers Saint-Pierre (17 000 habitants), La Timone (5 000 habitants) et surtout Capelette (10 000 habitants)
constituent aujourd’hui une vaste zone urbaine dense et en phase d’urbanisation accélérée (ZAC Capelette),
mal desservie par les transports en commun, et congestionnée. Or ce territoire est en partie traversé par une
voie de chemin de fer reliant la Blancarde à la Capelette. Une seule des deux voies ferrées de 3 kilomètres est
aujourd’hui utilisée, seulement deux heures par jour pour l’aller et le retour du « train des déchets ».

Je veux profiter de la présence de la voie ferrée, entretenue mais peu utilisée, pour réaliser à moindres frais
une liaison de la gare de la Blancarde à la Capelette, puis au Pôle d’Échange Multimodal de Sainte-Marguerite
Dromel. Cette prolongation du tramway T2, parfaitement insérée dans le maillage actuel, permettra d’aller
d’Euromed ou du centre-ville à la Capelette en quelques minutes, directement et sans changement.

Cette prolongation du T2 sans rupture modale à Blancarde permettra de desservir toutes les 6 à 10 minutes,
4 nouvelles stations : La Timone, « Avenue de la Capelette », « ZAC Capelette », Collège Louis-Michel, et un
terminus à Sainte Marguerite Dromel.

Il faudra alors 8 minutes entre Blancarde et Sainte-Marguerite Dromel, et 20 minutes entre Noailles et Sainte-
Marguerite Dromel.

Compte tenu de la voie existante, cette nouvelle prolongation devrait être relativement peu coûteuse, avec un
budget évalué à 67 millions d’euros d’investissement. Je souhaite que cette prolongation soit réalisée
avant la fin du mandat.

Prolonger le Tramway vers l’est


Les quartiers de Saint-Marcel (10 000 habitants), de la Valentine (3 200 habitants), de la Barasse (2 500 habitants)
et de Saint-Menet (2 000 habitants) connaissent une forte urbanisation et une activité économique et commerciale
importante. Pourtant, l’Est de Marseille, et en particulier la Vallée de l’Huveaune, est mal desservi
en transports en commun, entraînant d’importants embouteillages sur le principal axe routier
qu’est l’A50.

Un projet de prolongement de la ligne de tramway T1 depuis Les Caillols vers l’Est est envisagé depuis de
nombreuses années, et notamment dans le PDU de 2013 qui imagine même une liaison entre Les Caillols et
Aubagne.

Je veux engager fermement le prolongement du tramway T1 depuis les Caillols vers la Barasse.  Avec le tramway
« Nord-Sud », cette liaison « Est-Ouest » constituera demain la deuxième colonne vertébrale du réseau de tramway
de Marseille, entre la halte de la Barasse, la zone commerciale de La Valentine et le centre de Marseille. À
plus long terme, la ligne pourra être prolongée pour se connecter au tramway d’Aubagne et créer une liaison
directe en tramway entre Aubagne et Marseille.
203

Il s’agit d’un tracé de 5 kilomètres entre le terminus actuel de la ligne T1 Les Caillols et la gare de La Barasse.
Deux variantes de tracé sont envisagées et devront faire l’objet d’une analyse plus approfondie : soit par le
Nord, en desservant la zone commerciale Nord de la Valentine avant de bifurquer au Sud pour rejoindre la
gare de La Barasse, soit vers le sud, en empruntant la RD2. Entre 7 et 9 stations seront créées, permettant de
relier Les Caillols à La Barasse en un quart d’heure.

Le projet, estimé à 150 millions d’euros, devra également prévoir la rénovation de l’ensemble de l’espace
public « de façade à façade », en favorisant les modes doux et les espaces piétons.

Si le calendrier n’est pas encore fixé, je veux engager les études de faisabilité dès le début du mandat.

Le tramway Belle-de-Mai
Très densément peuplés, les quartiers de la Belle-de-Mai (15 000 habitants), Saint-Lazare (10 000 habitants) et
Saint-Mauront (12 000 habitants) sont aujourd’hui relativement mal desservis en transports en commun en site
propre et sont par conséquent souvent congestionnés. Ces quartiers sont en outre particulièrement paupérisés,
avec des populations dont la faible mobilité ne facilite pas l’employabilité.

Un ambitieux projet de transformation urbaine, baptisé « Quartiers Libres », est par ailleurs engagé sur ce sec-
teur, renforcé par l’acquisition des anciennes casernes et par le projet de nouvelle gare Saint-Charles, laquelle
présentera un large parvis ouvert sur le boulevard National. L’objectif de « Quartiers Libres » est d’engager
une dynamique de reconquête de ce vaste secteur, de réalisation d’un pôle métropolitain combinant modes de
transport, offres en commerce, services, bureaux et logements, tout en améliorant la qualité de vie dans ces
quartiers.

Dans la reconquête du centre-ville initiée par « Quartiers Libres » et le PPA Marseille-Horizons, et dans la stra-
tégie globale de développement accéléré des transports en commun à Marseille, je veux prolonger le tramway
depuis le boulevard Longchamp vers le nord via le boulevard National, avec une branche allant jusqu’à Arenc
et une seconde bifurquant vers la Belle-de-Mai et la place Burel.

Ce prolongement connectera directement la gare Saint-Charles au réseau de tramway. Il améliorera la mobilité


des Marseillais bien sûr, mais c’est plus largement la renaissance du grand centre-ville de Marseille que
je veux accélérer. Je veux donner aux Marseillais un centre-ville vivant, dépollué, verdi, apaisé et accessible.

Il s’agit d’un tracé de 4 kilomètres, depuis le boulevard Longchamp vers le boulevard National, avec pour la
desserte du secteur Belle-de-Mai une possible solution de tramway souterrain à étudier.

Le coût est encore évolutif, au regard des variantes qu’il faut encore étudier. Quant au calendrier, s’il n’est pas
encore fixé, je souhaite que le projet soit mené en lien avec celui de la gare souterraine Saint-
Charles, pour une ouverture conjointe.
204

Expérimenter le transport par câble, relier l’Hôpital Nord


Les quartiers de Saint-André (4 500 habitants), La Viste (7 000 habitants) et Saint-Antoine (6 500 habitants) sont
aujourd’hui relativement mal desservis en transports en commun en site propre. Seul le BHNS B2 les dessert, mais
ce dernier traverse des noyaux villageois où il ne peut disposer de voies dédiées, ce qui le rend assez irrégulier.

De même, le centre commercial Marseille Grand Littoral, et ses 130 000 m² de surface, 13 millions de
visiteurs annuels, et 350 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel n’est actuellement accessible qu’en voiture
et en bus.

Enfin, l’Hôpital Nord, quant à lui, compte 900 lits, 39 000 admissions chaque année, 86 000 passages aux
urgences, 322 000 consultations externes, ainsi que 403 médecins et 3 200 agents hospitaliers. Les profession-
nels de santé soulignent régulièrement la faible accessibilité de l’hôpital en transports en commun, notamment
depuis le centre de Marseille.

Or la singularité de ces quartiers est sa topographie, marquée par de très fortes déclivités, ce qui explique en
partie la relative faiblesse du réseau de transports les desservant.

L’accès à ces quartiers est donc un défi qu’il s’agit de relever en faisant appel à des technologies et des moyens
pouvant sortir du conventionnel.  

MA VISION
Pour enfin desservir les quartiers les plus au nord de notre ville, je veux relier par un téléphérique le futur pôle
d’échange multimodal (PEM) de Saint-André à l’Hôpital Nord, via le centre commercial du grand littoral et le
PEM de Saint-Antoine.

Ainsi, l’Hôpital Nord pourra être relié de façon attractive au RER Métropolitain via la gare de Saint-Antoine
(durée du trajet entre Saint-Charles et Saint-Antoine : 9 minutes).

Le téléphérique permettra de franchir les nombreuses infrastructures ferroviaires et routières du secteur, qui
constituent de véritables coupures, et de gravir le relief marqué de ces quartiers. Ce mode de transport s’avère
particulièrement pertinent pour le franchissement d’obstacles, et son intégration dans l’espace public ne présente
que peu de contraintes.  

Avec ce transport par câble des quartiers nord, je veux améliorer la mobilité des Marseillais, en
désenclavant les quartiers isolés, pour faciliter l’employabilité et les loisirs de leurs habitants,
et en facilitant l’accès de tous à la santé.
205

Le projet s’étire sur 3 kilomètres entre le futur Pôle d’Échange Multimodal de Saint André et l’Hôpital Nord.
Quatre stations seront desservies :

•Le Pôle d’échange multimodal de Saint-André en connexion avec les lignes ferroviaires
Marseille-Rognac-Miramas et celle de la côte bleue, ainsi qu’avec la future ligne T3 le reliant au centre-
ville de Marseille, et jusqu’à la Rouvière plus au sud. Le PEM Saint-André sera équipé d’un parc-relais
de 150 places environ ;

•Le centre commercial Grand Littoral ;

•Le Pôle d’échange multimodal de Saint-Antoine en connexion avec la ligne ferroviaire Aix-
Marseille, le BHNS B2, la ligne de bus 25. Le PEM de Saint-Antoine comprend un parc-relais de 130
places et une extension à 250 places est prévue à horizon 2030 ;

•L’Hôpital Nord.

L’objectif de vitesse commerciale de la ligne serait de 15 km/h, permettant ainsi de relier Saint-André à
l’Hôpital Nord en 13 minutes. Les technologies aujourd’hui au point permettent de limiter au maximum les
fermetures liées aux vents violents, caractéristiques fortes de notre ville.

Dans un second temps, nous pourrions étudier le prolongement de cette liaison vers le nord-
est jusqu’aux cités Kalisté et Solidarité.

Soutenir la Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur et la


diamétralisation de la gare Saint-Charles, pour créer,
demain, un véritable RER Métropolitain
Cœur de la deuxième métropole de France, Marseille doit repenser sa mobilité. Pourtant, elle ne peut être
pensée isolément, sans prendre en compte l’échelle métropolitaine.

Les embouteillages qui font sa mauvaise réputation sont largement le fait de déplacements vers et depuis l’ex-
térieur de la ville, sur des axes autoroutiers saturés aux heures de pointe : A50 depuis Aubagne ; A55 depuis
Vitrolles et l’étang de Berre ; A7 depuis Aix-en-Provence.

Pour exemple, chaque année, un actif « navetteur » entre Aix-en-Provence et Marseille perd en moyenne 40
journées de travail dans les embouteillages. La plupart de ces trajets sont pendulaires, vers et depuis les zones
d’emplois, dans une métropole dont la caractéristique singulière est d’être polycentrique.

Or, une autre caractéristique singulière de notre métropole est l’existence d’un réseau dense et entretenu de
voies ferrées, notamment sur les axes principaux.

Profitant de cette exceptionnelle opportunité, il est possible demain de développer un véritable RER Métropolitain,
qui reliera les principaux bassins de vie et zones d’activités de la métropole.

Mais avant cela, il nous faut traiter le nœud gordien que constitue la gare Saint-Charles.
206

MA VISION
Avec 14 millions d’usagers annuels, la gare Saint-Charles est le premier pôle d’échanges de la Région Sud
Provence Alpes Côte d’Azur (40 % voyageurs TER, 60 % grandes lignes). À horizon 2030, la fréquentation
attendue sera de plus de 20 millions de voyageurs.

Pourtant, conçue en cul de sac, elle est aujourd’hui arrivée à saturation. Il est donc nécessaire
d’opérer une restructuration pour mieux accueillir les trafics régionaux (TER) comme ceux des grandes lignes
nationales et internationales, et développer, demain, le RER Métropolitain dont notre Métropole a besoin.

Je veux soutenir pleinement le projet de transformation de la gare Saint-Charles porté par l’État, la SNCF et
les collectivités territoriales, comprenant l’optimisation et le réaménagement du plateau actuel de la gare, et
une extension souterraine permettant sa diamétralisation, c’est à dire la rendre traversante pour les trains qui y
arrivent et y repartent sans avoir besoin de faire marche arrière.  

Clef de voûte du développement métropolitain, la gare Saint-Charles doit devenir un véritable pivot pour toutes
les échelles de la mobilité : cœur du RER Métropolitain, du réseau de bus interurbains avec la gare routière,
mais aussi station de métro centrale de Marseille et demain, reliée au tramway.

Profitant de cette exceptionnelle opportunité que constitue le maillage ferré métropolitain, je souhaite dévelop-
per demain un véritable RER Métropolitain, qui reliera les principaux bassins de vie et zones d’activités de la
métropole. Il offrira des trains réguliers, depuis et vers les principales polarités de la métropole (Marseille, Aix,
Martigues, Aubagne, Istres, La Ciotat, Vitrolles, Marignane, etc.) avec des cadencements toutes les 15 minutes
pour les lignes les plus fréquentées, permettant de soulager fortement le réseau routier.

Bien qu’il s’agisse là d’un projet piloté par l’État, je veux porter politiquement et soutenir financièrement le pro-
jet LN PCA, avec en particulier la diamétralisation de la gare Saint-Charles, pour créer, demain, un véritable
RER Métropolitain qui reliera les principaux bassins de vie de la métropole, et même les différents quartiers de
Marseille.

Une nouvelle gare Saint-Charles


Le projet de nouvelle gare Saint-Charles s’inscrit tout d’abord dans celui, plus global, de Ligne Nouvelle Provence
Côte-d’Azur (LN PCA), porté par l’État, en partenariat avec la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, les
départements des Bouches-du-Rhône, du Var, et des Alpes-Maritimes, les métropoles d’Aix-Marseille-Provence,
de Toulon-Provence-Méditerranée, de Nice-Côte d’Azur et SNCF Réseau.

Ce projet vise dans un premier temps, à désaturer les nœuds ferroviaires de Marseille, Toulon et Nice pour ré-
pondre aux besoins de transports du quotidien des habitants. Dans un deuxième temps, à améliorer les liaisons
ferroviaires entre ces métropoles. Dans un troisième temps, à ouvrir la région aux autres régions et à contribuer
à la construction de l’arc ferroviaire méditerranéen entre l’Espagne, la France et l’Italie. Le projet de LN PCA
doit s’étendre sur quatre phases et plusieurs dizaines d’années. La ville de Marseille – et en particulier la gare
Saint-Charles – est concernée par les phases 1 et 2.

Le projet de Nouvelle Gare Saint-Charles porte ainsi sur différents sites :


207

En surface, des aménagements doivent permettre de rendre indépendants entre eux les flux de circulation
provenant et à destination des voies du port (Arenc), et de la ligne Paris-Lyon-Marseille (Miramas, Vitrolles,
etc.), d’Aubagne, Toulon/Nice et d’Aix-en-Provence. Il s’agit de créer de nouvelles voies à quai, de modifier
des tracés, avec un objectif 2024-2026.

La nouvelle Gare de Marseille Saint-Charles doit être créée à 25 mètres de profondeur. L’objectif est de permettre
aux trains longue distance de traverser Marseille depuis Lyon et Paris vers Toulon et Nice sans avoir à rebrousser
chemin, de gagner ainsi 15 minutes et de libérer le plateau de surface pour y faire circuler les trains du quotidien.

Ces travaux d’ampleur exceptionnelle, nécessitant une excavation de 600 000 m3, comporteront, outre les
infrastructures ferroviaires, la création d’un pôle d’échange multimodal.

La nouvelle gare Saint-Charles sera pleinement intégrée à son environnement. Son intermodalité
sera optimisée avec des correspondances rapides vers le métro, la gare routière, mais aussi le futur tramway
boulevard National, un nouveau parking, des modes doux, ainsi que des dépose-minute. La gare sera accessible
de plain-pied depuis les boulevards Voltaire et National, avec un nouvel espace public aménagé à ce croisement.
Une galerie de correspondance, située sous les voies actuelles, débouchera sur la rue Saint-Honorat, offrant
une nouvelle connexion de part et d’autre de la gare. Enfin, le projet Quartiers Libres, piloté par la Métropole
et couvrant 140 hectares des quartiers de Saint-Charles et de la Belle de Mai, transformera l’environnement
direct de la gare. Il valorisera l’existant, améliorera les mobilités, en particulier pour les piétons et les cyclistes,
rénovera l’habitat et insufflera une nouvelle dynamique économique et sociale.

Vers un RER Métropolitain


Les aménagements actuellement réalisés, notamment en gare Saint-Charles dans le cadre du projet LNPCA,
vont permettre de désaturer le plateau de la gare, et ainsi augmenter le nombre et la fréquence des
trains entrant et sortant de la gare : ils pourraient passer de 16 trains aujourd’hui à 23 par
heure et par sens.

Il existe aujourd’hui 41 gares et haltes ferroviaires en activité, mais sous-exploitées, dans la métropole, et 12 uni-
quement à Marseille principalement situées dans les quartiers les moins bien desservis de Marseille (Nord et Est).

Avec l’augmentation de la capacité de la gare Saint-Charles, ce réseau devrait permettre :

•De porter de 2 à 4 trains par heure et par sens la desserte d’Arenc Euromediterranée et plus loin
jusqu’à Port-de-Bouc (avec le renforcement de la ligne Côte Bleue).

•De porter l’offre RER entre Marseille et Aubagne à 3 trains par heure et par sens
(voire 4 avec la réalisation partielle d’une 4e voie dans la vallée de l’Huveaune)

•De porter l’offre RER entre Aix-en-Provence et Marseille à 6 trains par heure et par sens (avec la 3e
phase du projet Marseille - Gardanne - Aix-en-Provence (MGA 3).

À long terme, et si l’intérêt économique le justifie, une remise en service pour les voyageurs de la ligne Aix-
Rognac, aujourd’hui réservée au fret, permettra de faire circuler 2 trains par heure et par sens sur une boucle
Marseille – Aix-en-Provence – Vitrolles – Marseille.
208

Pour piloter ce RER Métropolitain, la Métropole me semble toute désignée, étant déjà autorité or-
ganisatrice de la mobilité pour les autres modes. Je considère comme une évidence qu’un RER doit être piloté à
l’échelle de son territoire, par la même autorité que celle qui gère tous les autres modes de transport en commun.
C’est une question de lisibilité, de coordination, d’efficience. Je souhaite que ce changement de gouvernance
ait lieu en amont de la réalisation de la nouvelle gare Saint-Charles.

Créer un Marseille-Aéroport Express


L’aéroport Marseille-Provence est aujourd’hui d’une importance capitale pour l’attractivité et le rayonnement
de notre territoire. Avec 10,15 millions de passagers annuels, en augmentation de plus de 40 % depuis 10 ans,
37 compagnies aériennes opérantes et 124 destinations, il est le troisième aéroport régional en France.

De plus, l’aéroport se développe et construit son avenir, avec notamment un plan d’investissement de
500 millions d’euros planifiés d’ici 2025.

Pourtant, un frein à ce développement est l’accès aujourd’hui insuffisant de l’aéroport. L’accès en


voiture est aujourd’hui rendu difficile par les embouteillages, et le parking est limité à 13 500 places de station-
nement. En car, des lignes directes et régulières depuis Aix-en-Provence et depuis Marseille assurent une excel-
lente desserte, mais ce mode de transport continue à pâtir d’un déficit d’image. Enfin, la gare Vitrolles-Aéroport
Marseille Provence, située à 2 kilomètres de l’aéroport et inaugurée en 2009, assure une desserte par train, mais
il subsiste aujourd’hui une rupture de charge : il faut ensuite emprunter une navette pour rejoindre l’aéroport.

MA VISION
En matière de mobilité, comme c’est le cas pour bien d’autres politiques publiques, la complexité est l’ennemie
de l’efficacité. Il nous faut assurer un accès simple et rapide à l’aéroport pour les voyageurs, à un coût limité
pour la collectivité.

Je propose donc à l’État, SNCF Réseau, et la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, de connecter l’aéroport
à la voie ferrée existante pour créer un vrai « Marseille-Aéroport Express », reliant en direct l’aéroport Aix-
Marseille-Provence à la gare Saint-Charles en passant par la gare de Vitrolles.

La compétence ferroviaire n’est pas à ce jour métropolitaine. Je veux par conséquent, sans attendre, convaincre
l’État, SNCF Réseau, et la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur d’investir.

Il s’agit de créer une boucle ferroviaire en partant de l’actuelle ligne de chemin de fer – l’historique ligne Paris
– Lyon – Marseille – afin que l’aéroport soit directement desservi par le train.

Un tel ouvrage permettrait, avec une fréquence améliorée (attendue de la future diamétralisation de Saint-
Charles), de relier l’aéroport et le centre-ville de Marseille en 10-15 minutes en direct. Un véritable
bond vers l’avenir d’une métropole mondiale totalement connectée.
209

Promouvoir une logistique urbaine du 21e siècle


pour des livraisons propres
La logistique urbaine désigne l’acheminement des marchandises dans le cœur des agglomérations, leur traitement
sur ces territoires, leur livraison au destinataire final ainsi que la gestion des flux retours (produits renvoyés, à
recycler et déchets).

Nécessaire à l’économie d’un territoire, elle ne génère pas moins d’importantes nuisances
qu’il nous faut réguler. Le transport de marchandises en ville représente ainsi 20 à 30 % de la surface viaire
occupée, et il est responsable de 30 % de la consommation énergétique des transports urbains et de 25 à 50 %
des émissions de polluants.

Par ailleurs le transport représente en moyenne de 10 à 12 % du coût d’un produit. Le coût total du dernier
kilomètre représente à lui seul plus de 20 % du coût total de la chaîne logistique.

Le développement accéléré du commerce en ligne est un puissant accélérateur du transport et


de la livraison à domicile. Il est quantifiable, mais surtout observable par chacun : camions et camionnettes
sillonnent sans cesse nos rues, générant bruit et pollution, stationnements anarchiques et congestion.

Relevant très largement du secteur privé, ce sujet n’en devient pas moins un domaine d’action
des collectivités à part entière. L’article 52 de la Loi MAPTAM permet aux Métropoles en cas d’inadaptation
de l’offre privée, d’organiser des services publics de transport de marchandises et de logistique urbaine.

MA VISION
La logistique urbaine est au cœur d’enjeux stratégiques pour l’avenir de notre territoire :

•la qualité de vie et la préservation de la santé : je veux agir pour réduire les nuisances sonores
et atmosphériques liées aux flux de véhicules et à leur stationnement anarchique ;

•le dynamisme économique et la compétitivité du territoire : je veux soutenir l’activité


commerciale dans les centres-villes, fiabiliser l’accès du territoire, et promouvoir les métiers de la
logistique ;

•L’aménagement et l’urbanisme : je veux accompagner le développement de la logistique urbaine


par la maîtrise du foncier dédié à la logistique, le rapprochement des activités logistiques des centres
urbains pour réduire les distances parcourues, et la prise en compte des livraisons dans les projets
urbains.

Au-delà de ces enjeux globaux, touchant chacune des grandes métropoles européennes, notre territoire mar-
seillais et métropolitain est marqué par plusieurs singularités qu’il nous faut prendre en compte : la présence de
site industriel et d’infrastructures portuaires majeures (GPMM, premier port maritime de France) ; l’existence
d’un réseau ferré dense et entretenu, et d’un opérateur ferroviaire public de grande qualité, la RDT 13 ; mais
aussi un niveau de pollution de l’air supérieur à la normale.
210

Pour une meilleure qualité de vie, pour libérer Marseille et ses quartiers des camions et ca-
mionnettes et pour un développement économique durable, je veux mettre en œuvre une
politique ambitieuse d’organisation de la logistique urbaine.

Il nous faut schématiquement faire arriver les volumes importants de marchandises (poids lourds, et fret ferro-
viaire) dans des plateformes de dégroupage en périphérie de Marseille, d’où elles seront livrées à l’aide de
vélos cargos, de triporteurs, et autres petits véhicules électriques et non polluants.  

Entre initiative privée et régulation publique, entre nuisances et activité économique, entre
pouvoirs de réglementation du maire et vision du développement stratégique de notre territoire
à l’échelle métropolitaine, la question de la logistique urbaine est à la croisée des chemins.
Nous engagerons plusieurs actions :

Développer un schéma directeur de la logistique et du transportde marchandises en ville


à l’échelle de la Métropole
La métropole a lancé une consultation pour l’élaboration à partir de 2020 d’un schéma directeur de la logistique
et du transport de marchandises en ville à l’échelle de la Métropole, dans le prolongement des orientations du
PDU. Je veux que ce schéma directeur serve de base à la définition d’une politique ambitieuse en matière de
logistique urbaine.

Créer un service public de fret ferroviaire


Si l’étude que j’ai souhaité engager avec la Métropole et dont le rendu est attendu début 2020 en confirme bien
l’intérêt technique et économique, je soutiendrai la mise en place d’un service public métropolitain
de fret ferroviaire.

Pour les flux de grande distance, dans le contexte de l’essor du Grand Port Maritime de Marseille et l’augmen-
tation considérable des flux de conteneurs d’ici 2030 (ils devraient passer de 1,4 m à plus de 3,5 m), il paraît
en effet nécessaire de proposer des alternatives aux transports routiers. Le fret ferroviaire permet à cet égard
de massifier les flux logistiques.

Un service auquel je fixe trois objectifs :

•Permettre une amélioration de la qualité de l’air et la décongestion des voies de circulation


par le report modal de la route vers le fer : supprimer 10 % des poids lourds/jour sur les routes, soit 820
camions.

•Apporter une réponse au développement de GPPM et faire passer la part modale du


ferroviaire de 7 % à 20 %

•Être un chaînon essentiel de la logistique urbaine par la desserte de plateformes au nord de


Marseille (secteur Mourepiane) et sur Vitrolles/Aix-en-Provence, et le traitement de la logistique urbaine.

Je confierai alors ce service à l’opérateur interne de la métropole : la RDT 13, forte de la longue
expérience de son pôle ferroviaire avec 417 835 tonnes de marchandises transportées en 2017 ; 2 000 trains
par an dont 85 % sur le réseau ferré national.
211

Parallèlement, compte tenu de la production d’hydrogène liée aux activités industrielles sur le secteur de Fos, je
souhaite qu’une étude soit menée pour identifier le potentiel de développement des trains fonctionnant
à l’hydrogène, notamment pour le fonctionnement de ce service public de fret ferroviaire.

À terme, les marchandises qui arrivent par le GPMM seront transportées par le service public de fret ferroviaire
jusqu’à des plateformes de dégroupage au Nord et à l’Est de Marseille (Canet ou Mourepiane et Saint-Menet),
pour être ensuite prises en charge par des services de livraison à vélo ou véhicules électriques.

Développer des Espaces Logistiques de Proximité (ELP) permettant le dégroupage des


marchandises sur Marseille
Je souhaite que se multiplie, en périphérie de Marseille et à proximité des axes de circulation des
plateformes logistiques, ou Espaces Logistiques de Proximité (ELP), permettant le dégroupage des marchandises.

Pour cela, je veux que nous accompagnions l’initiative privée en identifiant des lieux et du foncier disponible,
qui pourront accueillir, demain, des espaces logistiques de proximité, ces plateformes qui réceptionnent les gros
volumes pour les redistribuer.

Accompagner les entreprises


Sur le modèle de la convention de logistique urbaine que j’ai signée au premier semestre 2019 avec le groupe la
Poste, je veux conventionner avec les transporteurs et les sociétés de livraison, afin que nous partagions ensemble
ces mêmes objectifs : limiter la pollution atmosphérique et assurer des livraisons propres dans les centres-villes.

Ces conventions auront en particulier pour objectif d’accompagner les livreurs dans la prise en compte des
obligations liées à la mise en œuvre de la ZFE.

En matière de logistique urbaine, comme dans bien d’autres domaines, les pouvoirs publics doivent savoir manier
l’incitatif (accompagnement, tarifs spécifiques, etc.) et le répressif (ZFE, règlements de livraison, etc.).

Prolonger le métro jusqu’à Saint-Loup


Densément peuplés, et en développement urbain accéléré, les quartiers de la Vallée de l’Huveaune, du complexe
immobilier et commercial (Centre Prado) qui entoure le stade Vélodrome, de la Zac de la Capelette, de la Zac
Vallon Régny, et du secteur de Saint-Loup sont aujourd’hui mal desservis en transports en commun.

Des pôles administratifs et commerciaux (mairie de Secteur, grandes surfaces de bricolage ou généralistes) et
des établissements scolaires majeurs (lycées Jean Perrin et Marcel Pagnol, plusieurs collèges) de ce secteur sont
ainsi difficilement accessibles en transports en commun.

De manière plus large, les 9e et 10e arrondissements ne sont donc reliés par aucune ligne de métro ou de tramway,
si l’on excepte la station Sainte-Marguerite Dromel, qui est frontalière du secteur.

Ces quartiers sont en outre congestionnés par la circulation automobile et le stationnement y est particulièrement difficile.
212

Un prolongement du métro de Sainte-Marguerite Dromel vers l’Est est envisagé depuis 1986 (premières études). Il  est
inscrit comme un objectif prioritaire dans le Plan de Déplacements Urbains approuvé en juin 2013 par la communauté
urbaine de Marseille Provence Métropole. Il figure également à l’Agenda de la Mobilité, voté à l’unanimité en 2016
par le Conseil Métropolitain.

MA VISION
Après avoir finalisé le prolongement de la ligne 1 du Métro vers le Nord, de Bougainville à Capitaine Gèze, je
veux engager le prolongement de la ligne 2 du Métro vers l’Est depuis Sainte-Marguerite Drômel.

Je veux cependant être très claire : le métro est une infrastructure extrêmement couteuse. Nous ne pourrons
mener ce projet à son terme qu’avec le soutien financier de l’État, promis lors de la création de la Métropole,
et tant attendu depuis.

Le prolongement du métro vers l’Est est un projet stratégique de notre métropole, suspendu à la tenue des en-
gagements de l’État envers notre territoire.

La prolongation du métro M2 vers l’Est doit emprunter un tracé de 5 kilomètres, essentiellement en sous-terrain,
entre la station Sainte-Marguerite Dromel et la future station terminus, qui pourrait être implantée soit à Saint-
Loup – Pagnol, soit au niveau de Rivoire et Carret (11e) ou à la Pomme.

Six stations supplémentaires seraient alors livrées : La Pauline, Maison Blanche, Saint-Tronc, Saint-Loup Village,
Saint-Loup Pagnol et la station terminus.

La fréquence serait identique à la ligne actuelle, mais devrait être améliorée avec l’automatisation du métro.

Le projet prévoit également la création d’un pôle d’échange multimodal regroupant à terme autour de la sta-
tion de métro terminus, les bus urbains, les cars interurbains et un parc relais d’environ 600 places extensible
à 1 000 places, en lien avec le projet Ligne Nouvelle Provence Cote d’Azur (LNPCA) et de ligne ferroviaire
Marseille-Aubagne.

Promouvoir le développement des Sea Bubbles à


Marseille
Le développement de toutes les formes de mobilité est un enjeu fondamental pour l’avenir de notre territoire, et
nous voulons par ailleurs nous reconnecter à notre façade maritime.

Des années durant, Marseille a tourné le dos à la mer, lui préférant des boulevards urbains et des viaducs au-
toroutiers. La reconquête de la mer en termes de mobilité a débuté en 2012 avec le lancement de la première
navette maritime qui reliait le Vieux Port et la Pointe Rouge, puis s’est étendue à l’Estaque et aux Goudes.

Ces navettes offrent un moyen de transport alternatif apprécié des métropolitains comme des touristes, qui
peuvent redécouvrir avec un autre regard, depuis la mer, le littoral marseillais.

Pourtant, ces navettes, qui rencontrent un fort succès, présentent aussi des inconvénients structurels (durée de la
traversée, aléa météorologique, inconfort lorsqu’il y a de la houle). En conséquence, elles sont aujourd’hui un
moyen de transport de loisirs utilisé en période estivale, plus qu’un moyen de transport de quotidien. Par leur
motorisation actuelle, elles présentent par ailleurs un bilan carbone défavorable.
213

MA VISION
Je veux poursuivre le développement du transport maritime urbain à Marseille, de manière innovante et
responsable.

Je veux ainsi promouvoir le développement des Sea Bubbles à Marseille, aujourd’hui en phase
d’expérimentation et en début de commercialisation à Paris et à l’étranger.

Les Sea bubbles ou Bubbles, sont des bateaux à moteur électrique, conçus par la société éponyme (initialement
testés à la Ciotat), qui naviguent sur des foils. Ces grandes dérives leur permettent de littéralement voler au-dessus
de l’eau, à des vitesses importantes et quasiment sans générer de remous.

Je veux que Marseille accueille demain le développement de cette société pour un transport propre, rapide et innovant.

Nous avons quatre ans : pour les jeux olympiques de 2024, je veux que les Sea Bubbles
soient, devant les caméras du monde entier, l’un des symboles d’une Marseille qui change :
une Marseille propre, innovante, pleinement reconnectée à la Méditerranée.

Les Sea Bubbles sont des taxis, qui embarquent à leur bord un pilote et trois passagers.

Parallèlement à cela, le HiBus, ou Flybus, est en cours de développement. Il pourra accueillir jusqu’à 12, 32,
voire 49 personnes à son bord et sera doté d’une pile à combustible à Hydrogène.

Enfin, un troisième type de bateau volant, le BeachBubble sera destiné à une exploitation privée.

À Marseille, je veux contribuer au développement de cette nouvelle technologie sous toutes ses formes :

•Promouvoir le développement de taxis privés Sea Bubbles.

•Transformer les actuels bateaux des navettes maritimes en « HiBus ». Compte tenu de la
leur vitesse commerciale, ces navettes pourraient desservir plus de « stations » : L’Estaque, le J1, le J4,
Malmousque, la base nautique du Roucas Blanc, l’Escale Borely, la Pointe Rouge, les Goudes, les îles du
Frioul, etc.

•Inciter les sociétés privées emportant des touristes vers les Calanques, le Frioul ou le Château d’If à faire
évoluer leurs bateaux.

Pour cela, il nous faudra préalablement identifier des espaces pouvant accueillir les quais de rechargement.
De même, lorsque la technologue hydrogène sera disponible pour faire fonctionner ces bateaux, il nous faudra créer
une filière économique et écologique permettant le recyclage de l’hydrogène produit par les industries locales.

Enfin, je souhaite obtenir un droit à l’expérimentation pour déroger à la limitation actuelle de la vitesse à 5
nœuds (8 kilomètres par jour ) dans les ports, les chenaux et dans une bande littorale de 300 m. Je m’appuierai
pour cela sur l’enjeu de développement que représentent ces navires, et sur le fait qu’ils ne font pratiquement
pas de vagues.

Les Jeux olympiques de 2024 offriront un cadre propice au développement de ce mode de transport innovant.
214

UNE NOUVELLE AMBITION CULTURELLE ET


ÉVÉNEMENTIELLE

Notre territoire, de Phocée jusqu’à la métropole du 21e siècle, a été imprégné et traversé de flux aussi anciens
que divers, et bénéficie d’une grande richesse patrimoniale et culturelle, intimement liée à la Méditerranée.
Nous disposons également, aujourd’hui, d’un tissu très riche et actif d’acteurs culturels qui n’exercent pas un
métier mais une passion.

Les dernières années ont à la fois montré l’attachement des Marseillais à leur patrimoine, et leur appétence
pour les événements festifs et culturels, de Marseille Provence 2013 au très grand succès de 2019 l’année de
la Gastronomie, que j’ai initié à la tête du Département. Lorsque la qualité de l’offre est au rendez-vous, les
Marseillais répondent présents, souvent massivement et avec enthousiasme.

Les événements phares de cette nature créent un élan, un rayonnement qui contribuent à forger notre identité.
Entretenus, renouvelés, inscrits dans la durée, ils impulsent un rythme, suscitent une attente.

Notre territoire dispose d’un vaste tissu d’acteurs culturels, et il est en lui-même un décor d’exception qui se prête
à toutes les mises en scènes, sous un climat idéal.

Pourtant, malgré de grands pôles culturels et le nouveau navire amiral qu’est le Mucem, Marseille n’a pas en-
core totalement trouvé sa voie pour se différencier et imprimer sa marque. Notre ville peut et doit aller plus loin.

MA VISION
Offrir à nos enfants, à la jeune génération, le goût du beau, de l’imaginaire, le désir de la création, la capacité
à s’émouvoir, l’envie de partager. Par la culture, nous pouvons leur transmettre des valeurs, leur donner accès
à d’autres clefs de lecture du monde qui les entoure, leur donner le goût de créer.

Nous devons encourager la création pour permettre la diversité culturelle, et stimuler la capacité des artistes à
interroger le monde et nos modes de pensée. Toutes les expressions artistiques doivent trouver leur place, tout
en recherchant des collaborations. Il n’y a pas de grandes et de petites structures, il n’y a qu’une constellation
d’étoiles de la création et du spectacle, que nous pouvons faire briller plus encore.

La culture est l’expression sensible de l’identité et de l’âme d’un territoire.

L’art et la culture favorisent le lien social et participent fortement d’une autre façon de vivre la ville. Ils seront au
centre de l’animation de nos quartiers, de notre centre-ville et de nos espaces naturels. Ils doivent rassembler les
habitants, quels que soient leurs origines, leurs catégories sociales, leurs générations ou encore leur handicap.
Ils devront être présents dans la mise en valeur de nos espaces verts et de notre littoral. Ils seront au cœur de
nos grands projets. Pour une ville plus vivante, plus festive, plus créative et plus rassemblée.

Les liens entre la culture et l’économie ne sont plus à démontrer, et nos acteurs économiques locaux sont prêts
à s’investir dans de grands projets culturels qui rendront la ville plus belle et douce à vivre pour les Marseillais
et pour les touristes. Il faut combattre les idées reçues sur le cloisonnement idéologique des mondes.
215

Nos acteurs économiques sont souvent les premiers mécènes d’une culture dont ils sont friands. Ils peuvent et
doivent être à nos côtés pour animer la vie culturelle de notre territoire : c’est en rassemblant les énergies que
l’on grandit.

C’est un véritable rythme qu’il faut impulser à notre territoire. Une pulsation durable, partagée.
Pour cela je propose une première série d’actions, qui seront revues, concertées et complétées
avec l’ensemble des partenaires.

Installer un conseil de la culture


La culture ne se décrète pas, elle s’accompagne.

La richesse, la diversité de notre tissu culturel et l’ambition que nous nous donnons impose de trouver de nouvelles
modalités d’échange et de coordination, pour mieux rassembler les idées et les énergies.

Dans cette optique, je propose de créer un Conseil de la Culture.

Laboratoire d’idées et de propositions, lieu d’échange privilégié entre le monde de la culture et les élus, il
permettra d’éclairer les élus dans leurs décisions et dans leur choix. Le champ d’intervention du Conseil de la
Culture couvrira notamment les arts visuels, les arts urbains, les arts vivants, les arts de la scène, les créations et
scènes musicales, le cinéma, le patrimoine et les grands événements culturels.

Il s’intéressera également aux questions de l’éducation artistique, de la sensibilisation à l’art ou de la formation.

La composition et les modalités de fonctionnement du Conseil de la Culture feront l’objet d’une concertation
préalable avec les acteurs culturels, puis seront fixées par un vote du Conseil Municipal.

Créer un « Puy-du-Fou de Provence »


De nombreuses grandes villes ont créé, en sus de leur offre culturelle traditionnelle, des évènements culturels
d’une dimension exceptionnelle, qui, sur une période plus ou moins longue de l’année, parviennent à polariser
la vie de la Cité, à créer un sentiment d’appartenance, une envie de participer et à attirer, bien au-delà de la
ville ou de la métropole considérée, des touristes, curieux, amateurs d’art ou de loisirs venus du monde entier.
À terme, de tels événements participent étroitement de la construction de l’identité d’un territoire, de son image,
de son rayonnement. On peut citer en exemples la Fête des Lumières de Lyon, le Carnaval de Rio, l’Oktober
Fest de Munich, le Marché de Noël de Strasbourg.

Le Puy du Fou, créé en 1989 en tant que Parc d’attractions a su quant à lui s’appuyer sur l’histoire traditionnelle
de la Vendée, sur ses coutumes ancestrales, en particulier Moyenâgeuses, pour devenir aujourd’hui le 3e Parc
d’Attractions de France (derrière les 2 parcs Disney mais devant le Futuroscope et le Parc Astérix). Le Puy du
Fou a passé le cap des 2 millions de visiteurs. Il présente la caractéristique de mobiliser pour son fonctionnement
des milliers de bénévoles, constituant en lui-même un vecteur puissant d’identité, de fierté, et de richesse locale.

Marseille est par essence une ville-Monde, qui Marseille peut créer une offre originale en puisant dans ses
racines latines, grecques, dans son ancrage méditerranéen.
216

Je veux créer dans notre territoire (Marseille et son aire métropolitaine), le plus grand parc d’attractions du sud
de la France autour de notre histoire grecque, latine, provençale, et peut-être plus spécifiquement Marseillaise,
car notre ville a une identité propre, cousue de mille influences, et a souvent cultivé sa différence.

Le projet pourra prendre la forme, soit d’une construction originale et locale, soit d’un partenariat avec la société
du Puy du Fou, afin de bénéficier de leur expertise.

Le contenu du projet sera défini en concertation avec le porteur et les acteurs du monde de la culture. Il a voca-
tion à être thématisé, selon une orientation liée à l’histoire de notre territoire, notamment son histoire maritime
et commerciale de l’antiquité jusqu’à nos jours.

Créer un « Shakespeare Globe »


Les grands établissements culturels peuvent constituer autant d’ambassadeurs puissants d’une ville, des éléments
forts de son identité. Dans notre époque d’intense créativité, d’innovations technologiques et de nouveaux
usages, il faut toutefois qu’ils soient suffisamment différenciants pour trouver leur public, leur modèle, leur iden-
tité propre. Chacun a en tête la puissance de l’effet produit par le musée Guggenheim à Bilbao. Le geste de
l’architecte, l’empreinte visuelle du contenant compte parfois autant que le contenu. Ou plutôt, l’enveloppe
peut devenir elle-même du contenu : un objet culturel en soi.

Les plus grands équipements ont un rayonnement qui transcende très largement celui d’un quartier ou d’un secteur, mais
leur implantation a aussi des effets locaux qui peuvent être importants en termes d’aménagement, d’organisation de la
mobilité, de vie des quartiers. Il est souhaitable que les totems culturels ne soient pas concentrés uniquement dans une
zone ou plusieurs zones privilégiées, mais qu’ils puissent contribuer à équilibrer le développement territorial de la ville.

Marseille est une scène théâtrale d’excellence, avec notamment le centre dramatique national de La Criée, la
scène nationale du Zef (Merlan-Gare Franche), une scène conventionnée (Massalia, Théâtre Joliette) et de grandes
scènes non conventionnées (Le Gymnase, le Centaure, et le théâtre Nono, construction en bois livrée en 2017).

La ville compte la plus grande proportion d’abonnés au théâtre par habitant en France.

La culture à Marseille doit se rapprocher des Marseillais. Je veux que nous proposions une offre culturelle de
proximité, populaire, accessible, une culture qui n’oppose pas, qui ne s’affronte pas.

Je veux également que notre territoire continue à se doter d’équipements culturels emblématiques : nous pouvons
aller plus loin.

Dans l’objectif d’affirmer un positionnement de Marseille comme ville créative, je souhaite créer les conditions
favorables à l’accueil d’un théâtre du globe shakespearien15 à Marseille, sur le modèle du Globe TheatroRoma
(réplique dans le parc de la Villa Borghèse du Shakespeare Globe) qui propose les tragédies et comédies du

15  Le théâtre du Globe à Londres est célèbre pour avoir abrité de nombreuses représentations des pièces de William Shakespeare
et pour avoir brûlé accidentellement lors d’une de ses dernières pièces. Il fut reconstruit à neuf et à l’identique non loin de son emplacement d’origine
en 1996. Ce théâtre, en bois, a une forme très caractéristique dont il tire son nom. Implanté au bord de la Tamise, il a une capacité de 3 000 places
et propose sa programmation, entièrement shakespearienne, en saison estivale. Comme à l’époque, seul le parterre est à ciel ouvert ; les galeries
accueillant également le public et la scène sont couvertes. Les spectacles ont lieu pendant l’été. Les places les moins chères sont debout, au parterre,
devant la scène. Ses tarifs comptent parmi les plus accessibles de Londres. Une réplique de ce théâtre est installée à Rome en 2003 dans le parc de la
Villa Borghese, grâce à un financement apporté par la fondation Silvano Toti.
217

théâtre élisabéthain dans une réplique du fameux théâtre de Londres, reconstruit à l’identique et à quelques
mètres de son glorieux original.

Je propose d’implanter cet équipement, qui serait unique en France, dans le 6e secteur, qui reste carencé en
offre culturelle. Ce projet produirait ses effets à la fois sur l’image et l’attractivité de la ville, avec un objet-monde
proposant une programmation unique en France, et sur la vie de quartier, qu’il contribuerait très fortement à
dynamiser.

Je souhaite que cette création, proposant une programmation littéraire étrangère classique, soit également un
projet du 21e siècle, intégrant dans sa conception les nouvelles technologies pour embarquer toutes les générations.

Le projet sera mené sous forme :

✔  Soit d’une construction en régie avec une délégation de service public pour sa gestion autour d’un projet
prédéfini (convention d’objectifs pluriannuelle) ;

✔  Soit d’un partenariat à passer avec une fondation qui souhaiterait franchiser le concept.

À Londres et à Rome, le théâtre, dont une partie est à ciel ouvert, est en fonction 3 mois par an. Il pourrait être
envisagé de privilégier là aussi une programmation Shakespearienne saisonnière, mais d’ouvrir l’équipement
à d’autres usages le reste de l’année : création théâtrale locale, offre événementielle diversifiée, outil pédago-
gique, cours de théâtre, voire soirées d’entreprises et séminaires permettant un meilleur équilibre budgétaire.  

Créer le seul océanarium au monde


en immersion naturelle
Marseille bénéficie d’un environnement naturel d’exception, avec ses 57 kilomètres de littoral des Calanques
à l’Estaque. Ce littoral doit être rendu plus accessible, mieux protégé, mais également mieux doté en termes
d’équipements et d’attraction.

La plupart des grandes villes littorales sont dotées d’un aquarium dont la taille, la richesse des espèces et les
attractions singulières marquent l’identité de la ville. Ainsi, l’aquarium de Barcelone est l’un des plus grands au
monde et comporte un dispositif unique en Europe, qui attire les touristes du monde entier, un tunnel transpa-
rent de 80 mètres de long cheminant sous 5 mètres d’eau dans un bassin contenant 4 millions de litres d’eau et
accueillant une très grande diversité d’espèces, incluant des requins.

À Marseille, le projet d’un aquarium est un serpent de mer, toujours évoqué, jamais réalisé. En outre les aqua-
riums classiques restent controversés puisque comme les parcs zoologiques ils questionnent le bien-être animal,
la reproduction des espèces, l’impact de l’homme sur la nature.

Je propose de créer à Marseille un véritable objet-monde unique en son genre, parfaitement respectueux de
l’environnement : le premier aquarium au Monde en immersion naturelle.

L’idée est de réaliser un tunnel sous-marin transparent, non pas dans un bassin artificiel, mais en mer, dans le
milieu naturel que l’on veut à la fois protéger et mettre en valeur.
218

L’accent ne sera pas mis sur la diversité, la rareté ou le spectaculaire : ici les espèces, par définition seront en-
démiques puisqu’en libres eaux.

Le tunnel d’une centaine mètres destiné à accueillir les visiteurs devrait être immergé dans une zone située suf-
fisamment près du large, par exemple à l’extrémité d’une digue, à une profondeur de 5 à 10 mètres. La zone
d’immersion serait ensemencée de récifs artificiels, afin de favoriser le développement et le foisonnement de la
faune aquatique endémique, sur lequel repose le projet.

Le projet serait couplé à celui d’un musée sous-marin, comportant d’une part des œuvres d’art immergées qui
ajouteraient une attraction culturelle à l’observation de la faune marine, et d’autre part une collection d’équi-
pements et outils liés à l’exploration sous-marine, en partenariat avec le DRASM et des entreprises du secteur,
dans le cadre d’un appel à projets ou d’une action de mécénat.

L’emplacement sera étudié, mais l’Estaque pourrait être privilégié au regard de la présence du sous-marin de
la Comex SAGA et du DRASM (Département Régional d’Archéologie Sous-Marine), et du projet de réaména-
gement des quais avec la création d’un grand Parc Balnéaire.

Le projet, qui pourrait être réalisé en 5 ans passerait par un appel à projet pour faire construire et exploiter par
un acteur privé la partie tunnel sous-marin sur la base d’un cahier des charges précis garantissant le respect de
l’environnement et l’équilibre financier du projet.

Le tunnel sous-marin d’observation aura une vocation à la fois touristique et pédagogique : il permettra d’orga-
niser avec les écoles des sorties d’observation du milieu marin in situ dans des conditions uniques au monde.

Créer une Cité du cinéma


Le cinéma français, toujours le troisième du monde, fait partie de notre patrimoine.

Notre territoire, berceau du cinéma, est le cadre de nombreux tournages (500 réalisations représentant 1 200
jours de tournage et 60 M€ de retombées économiques à Marseille).

Marseille est moins bien équipée en cinémas que les autres grandes villes, et leur fréquentation est faible. De
nouveaux équipements (tels que le nouveau cinéma de la Canebière) participeront d’un retour du cinéma en
ville, qui avait pendant les dernières décennies eut tendance à s’éloigner en périphérie avec les grands centres
commerciaux.

Au-delà de ce retour attendu en centre-ville, si la fréquentation des salles obscures reste en retrait, je veux mettre
à profit un climat idéal pour développer plus largement le cinéma en plein air.

Cette formule rencontre partout en France un très vif succès. Notamment, le festival de la Villette, qui va fêter
ses 30 ans, rassemble chaque été une véritable foule, dans une atmosphère chaleureuse et familiale, avec une
programmation de 25 films dans le même lieu.

À Marseille, une opération du même type est portée par l’association Tilt, avec une formule différente, itinérante,
sur 25 lieux dans la ville. La Friche de la Belle de Mai organise également un festival d’été du cinéma sur son
toit-terrasse.
219

Je veux soutenir le développement de ces initiatives. Le cinéma est l’un des grands vecteurs de la culture, et je
veux proposer aux Marseillais une offre culturelle de proximité, populaire, accessible. Je veux que Marseille
mise véritablement sur le cinéma, que les salles obscures n’aient plus de murs. Se rassembler au cinéma l’été en
Provence, au milieu de la rue, sous le ciel, sous les étoiles.

Plus largement, c’est toute la filière du cinéma que je veux développer, elle est fortement porteuse de dévelop-
pement économique.

Je propose de créer une Cité du cinéma pour soutenir les activités de création, d’accueil des tournages, de
production et de diffusion cinématographiques.

La Cité du Cinéma, qui pourrait être implantée dans le périmètre Euroméditerranée, accompagnerait les producteurs
pour l’obtention des autorisations de tournage, la recherche et la production de décors, l’organisation de repérages.

Je souhaite également créer, le 21 septembre, date de la première création cinématographique et des


journées du patrimoine, une grande fête cinématographique.

Je veux enfin développer l’offre de cinéma en plein air et consolider l’organisation d’une saison estivale
du cinéma en plein air multi-sites, en thématisant chaque saison, et en créant de véritables parcours culturels
comportant des lieux-pôles inclus chaque année dans le parcours, et des sites étapes changeant chaque année.

Je souhaite aider à l’émergence de nouvelles propositions « statiques » en cœur de ville, adossées à des pôles
culturels, et notamment organiser avec l’Opéra municipal de Marseille une offre gratuite sur le parvis pendant
l’été diffusant notamment des captations d’opéras et de ballets.

Il pourrait être également envisagé, sur le modèle de Marseille Provence Gastronomie en 2019, d’orchestrer
une année en l’honneur de notre patrimoine cinématographique pour en faire une série de grands événements
culturels qui rassemblerait les Marseillais et attirerait les touristes.

Créer une scène de plein air


dédiée aux festivals
Dans le même esprit que ce que je propose pour le cinéma, je souhaite développer la scène en plein air, en
particulier ceux qui sont destinés aux jeunes.

Le succès du Delta festival, plus grand festival de la jeunesse en Europe, montre qu’il existe une forte demande
pour ce type de spectacle en plein air, pendant une saison estivale que notre climat nous permet d’étendre consi-
dérablement par rapport à d’autres régions. Si les plages du Prado présentent la capacité d’accueillir de tels
événements, elles ne constituent pas un lieu singulier et suffisamment marquant, et sont relativement excentrées.

Je propose de rechercher un lieu plus emblématique et central, qui soit également proche de
la mer. L’espace compris au niveau des J2 J3, face à la mer, en contrebas de la cathédrale de la Major et à
proximité du Mucem, sera prochainement libéré par le déplacement d’une partie du trafic passager vers le Cap
Janet. Je souhaite que soit étudiée la possibilité d’y implanter une scène de plein air dédiée aux grands festivals,
en particulier ceux destinés aux jeunes.

Ce lieu pourrait également accueillir tous types de représentations, dans un décor d’exception : festivals de Jazz,
d’art Lyrique, représentations exceptionnelles de l’Opéra de Marseille, théâtre d’été à ciel ouvert.
220

Créer une scène et un centre de formation


dédiés aux cultures urbaines
Délaissées en 2013, les cultures urbaines méritent une meilleure place sur notre territoire. Les
grandes stars que sont IAM et Soprano ne nous ont pas attendus mais nous avons encore du chemin à parcourir
pour accompagner et révéler les talents de demain qu’il s’agisse du Hip-Hop, du Rap, du Street Art ou du
Graph. Positionner le Graph comme un art nous permettra peut-être d’ailleurs de marginaliser
les tags qui ne sont que du vandalisme. Nous avons déjà pu constater que l’expérience du Street Art
Festival du Cours Julien ou la commande passée à des artistes du graph pour la L2 avaient du sens. Nous
pouvons accompagner davantage ce mouvement pour lui donner toute sa place, notamment en cohérence avec
la mutation de friches ou la rénovation urbaine de manière plus générale. Nous aurions toutes la légitimité de
prétendre à l’émergence d’un Wynwood (MIAMI) marseillais.

Je souhaite donc que soit étudiée la possibilité de créer et d’organiser un lieu dédié aux cultures urbaines musi-
cales, graphiques et chorégraphiques. Ce lieu pourrait être implanté dans des friches industrielles.

Lancer un festival international


des arts de la rue et du cirque contemporain
La Cité des Arts de la rue a engagé beaucoup d’efforts pour établir un lien avec les habitants du quartier mais
elle a besoin d’être soutenue pour aller plus loin, tout comme la Friche La Belle de Mai.

Les arts de la rue sont des spectacles et événements artistiques donnés à voir hors des lieux qui y sont habituellement
affectés : théâtre de rue, scénographies urbaines, danses urbaines, scénographies, expositions, créations
éphémères, déambulations, acrobatie et jongleries, magie…. Ce sont des disciplines qui touchent particulièrement
la sensibilité des habitants, qui peuvent contribuer à notre rayonnement et pour lesquelles nous avons de vraies
spécificités.

Nous avons financé la Cité des Arts de la Rue mais nous n’avons jamais donné aux compagnies qui y sont
hébergées le terrain de jeu qu’elles méritent.

Je veux lancer une biennale des arts de la rue ou, tous les deux ans nous proposerons aux compagnies et aux
plasticiens du monde entier de s’approprier l’espace public. Un artiste sera sélectionné pour qu’il puisse créer
et installer une œuvre sur la digue du large (à l’exemple de Kader Attia en 2013) et la manifestation se conclura
par un spectacle sur le Vieux Port.

Pour légitimer notre appropriation des arts de la rue nous disposons de la Cité des arts de la rue, des compa-
gnies qui y sont hébergées (parmi lesquelles Lieux Publics, Karwan, Sud Side, Générik Vapeur) mais aussi les
compagnies du Cirque contemporain.

Nous avons pour scènes des sites urbains et naturels spectaculaires, avec un climat particulièrement propice et
un véritable coup de cœur des habitants pour cette discipline.

Cette biennale pourrait bien devenir, en alternance avec la biennale des arts du Cirque, un des grands ren-
dez-vous événementiels de Marseille.
221

Doter la ville d’une salle philharmonique


La musique classique est un peu le parent pauvre de notre ville : elle ne s’exprime guère en dehors de l’opéra.
Si nous prétendons devenir une métropole au rayonnement international, il nous faudra envisager de créer
une véritable formation (un orchestre) classique, et d’un lieu capable d’accueillir dignement des concerts
philarmoniques.

Je veux étudier, en concertation avec les acteurs culturels, les solutions qui pourraient être adaptées à cet objectif,
qui devra être atteint sans dériver vers la construction d’un équipement ruineux comme la Philharmonie de Paris
ou pire encore le ElbePhilarmonie à Hambourg qui a coûté 700 millions d’euros que nous n’aurons jamais.

Comme pour d’autres sujets, ce n’est pas seulement avec de l’argent public, mais avec des solutions agiles que
nous pourrons efficacement progresser et nous développer durablement.

Miser sur l’art contemporain


Il se passe quelque chose à Marseille depuis plusieurs années dans le champ de l’art contemporain. La montée
en puissance d’Artorama qui est notre Foire internationale d’Art Contemporain, de Pareidolie (salon international
du dessin) et, depuis 2 ans, de Polyptyque (salon de la photo) démontrent que nous avons une réelle place à
prendre dans ce champ culturel. Ces événements qui réunissent des galeristes, des artistes et des marchands
d’Art d’Europe et d’Amérique du Nord sont majeurs parce qu’ils contribuent au rayonnement international de
Marseille et attirent des publics nouveaux, souvent prescripteurs, influenceurs ou relais d’opinion. Ils permettent
également de valoriser les artistes et galeristes locaux.

Je veux amplifier ce mouvement en fournissant à cette communauté de la création contemporaine des moyens
et des lieux à la hauteur de la place que Marseille peut légitimement vouloir occuper.

Pour la culture, il n’y a pas que l’argent public qui crée. La mobilisation du mécénat et des fonds privés doit faire
partie intégrante de notre stratégie.

Je propose de lancer un appel à manifestation d’intérêt pour l’implantation d’une Fondation d’Art Contemporain.
Deux emplacements privilégiés me sembleraient devoir être examinés en particulier :

•L’ancien hippodrome de Borély, qui accueillera l’extension de Borely pour en faire un grand parc
vert et bleu, étant précisé que les bâtiments d’une fondation d’art contemporain ne devraient en aucun
cas excéder l’emprise des constructions qui existent aujourd’hui

•L’hôpital Caroline, sur l’île du Frioul : le projet pourrait tirer le meilleur parti de ce site d’exception,
par ailleurs envisagé pour implanter un GIP dédié à la protection de l’environnement en Méditerranée. Les
bâtiments, qui sont en eux-mêmes un objet patrimonial remarquable, verraient achever leur réhabilitation.
Ils pourraient alors accueillir à la fois des expositions d’art contemporain (avec un accueil du public à
calibrer pour ne pas endommager les espaces naturels remarquables du lieu, situé en cœur du Parc
national des Calanques), et des résidences d’artistes qui pourraient attirer les talents du monde entier.

La nécessaire limitation du public reçu, en cas de choix de l’hôpital Caroline, pourrait justifier de rechercher de
façon complémentaire un lieu d’exposition de plus grande capacité.
222

Parallèlement, le Musée des Arts Contemporain (MAC) est actuellement éloigné du cœur de ville, et sa
fréquentation ne semble pas au niveau qu’elle devrait atteindre. Il paraît souhaitable d’étudier la possibilité de
rapprocher ce musée du centre-ville.

Les partis d’implantation tiendront compte des complémentarités et effets d’entraînement attendus entre le MAC,
le FRAC (Fonds Régional des Arts Contemporains) et la Fondation dont l’implantation est souhaitée.

Des médiathèques plus largement ouvertes au public


Les médiathèques sont, dans une ville, un véhicule culturel primordial, celui qui garantit à tous les publics, même
les plus démunis, l’accès à la culture. Elles représentent au surplus un lieu privilégié d’échange, d’apaisement,
et un refuge pour les étudiants et candidats à des concours qui veulent réviser dans de bonnes conditions.

Le réseau des médiathèques marseillaises est de bon niveau.

Depuis 2004, la Bibliothèque à Vocation Régionale de Marseille (BMVR) de l’Alcazar (le célèbre ancien music-hall)
est la plus grande de France (18 000 m²), et constitue le navire-amiral d’un réseau qui compte aujourd’hui 7
autres médiathèques, auxquelles s’ajoute, début 2020, la nouvelle médiathèque de Saint-Antoine. Ce réseau,
qui compte également les bibliothèques des musées, bénéficie d’une organisation et d’un matériel performants.
Il est doté d’un fonds documentaire d’1 million d’ouvrages (livres, CD, BD, DVD, partitions) en consultation,
dont 350 000 peuvent être empruntés.

Grâce à un système de gestion entièrement informatisé, et à une organisation logistique adaptée, les ouvrages
peuvent être empruntés sur un point du réseau et restitués sur un autre.

Malheureusement, ce très bel outil de diffusion de la culture doit être rendu plus largement accessible aux
Marseillais : c’est une question de continuité du service public, d’horaires d’ouvertures, et d’implantations
territoriales.

Je souhaite que soit rapidement étudiées, en concertation avec les personnels des médiathèques, les modalités
qui nous permettrons de donner au Marseillais un accès large et effectif à des services publics qui sont particu-
lièrement structurants pour notre fonctionnement social.
223

Créer une Cité des sciences, du savoir et de la nature


Notre territoire dispose de filières d’excellence et d’une recherche scientifique avancée dans des domaines tels
que la santé, le numérique, l’énergie, l’aéronautique, les industries créatives, mais aussi les sciences du vivant.
L’environnement, les sciences et technologies sont entrées dans une nouvelle ère de synergies vertueuses, de
durabilité, de responsabilité. Loin d’être limitative, elle ouvre de nouvelles perspectives telles que l’économie
verte ou l’économie circulaire. L’environnement est, sur tous les plans, une richesse.

Je souhaite créer un établissement prestigieux de rang national et européen qui conjuguera, en particulier à
destination d’un jeune public, la stimulation d’un intérêt durable pour les sciences et technologies, mais égale-
ment pour la nature et la protection de l’environnement. Cette double approche marquera une offre originale
et ancrée dans les spécificités de notre territoire.
224

PLACER LA JEUNESSE AU CŒUR


DE LA VILLE ET AU CŒUR DU PROJET

L’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence, avec ses deux villes étudiantes, arrive en tête des villes les plus
jeunes de France. Sur 1 557 950 habitants, 59 % ont moins de 30 ans.

À Marseille, un jeune sur cinq est âgé de 15 et 29 ans, soit 20 % de la population et le département compte
plus de 400 000 jeunes de 11 à 25 ans.

Malgré tous les attraits de notre territoire et de récents développements, notre jeunesse déborde d’énergie,
mais ne trouve pas toujours tout ce qui serait souhaitable pour son épanouissement. Trop souvent, nos jeunes
sont conduits à aller chercher ailleurs des études spécifiques ou l’expérience d’un cadre de vie qu’ils jugent plus
dynamique et conforme à leurs attentes.

MA VISION
Je veux que nous nous tournions vers la jeunesse : nous devons leur transmettre les valeurs de
respect et des réflexes civiques, nous devons les connecter à la nature, nous devons protéger
leur santé, mais nous devons aussi les responsabiliser et les écouter.

Le changement des comportements, des mentalités, passera par nos enfants et nos adolescents. Nous nous
devons de les éduquer, les éveiller, dès le plus jeune âge. Je veux que nous accompagnions les jeunes de notre
territoire afin de les préparer au mieux à devenir les adultes responsables de demain.

Nous avons, par ailleurs, besoin de nous nourrir de la formidable créativité de nos jeunes pour penser et
construire le monde de demain.

Je veux mettre la jeunesse au cœur de notre projet. La jeunesse est l’avenir de ce territoire, elle bouil-
lonne d’énergies et d’idées qui ne demandent qu’à s’exprimer pour permettre à chacun de s’épanouir, et à
notre territoire de se développer grâce à une nouvelle dynamique.

Je veux donner à nos jeunes un cadre sûr, porteur et épanouissant, en termes de logement, d’études, de vie
sociale, de loisirs et de culture.

Je veux faire en sorte qu’ils n’aient pas à aller chercher ailleurs des cycles de formation et des emplois de haut
niveau ni un autre cadre de vie : gardons nos jeunes sur notre territoire, et donnons envie aux autres de venir
nous rejoindre.

Je veux enfin donner à nos jeunes le désir de s’impliquer sur le territoire qui les a vu naître.
225

Faire de Marseille la Capitale européenne


de la jeunesse en 2025
Le titre de Capitale européenne de la Jeunesse est décerné par le Forum européen de la Jeunesse en
vue d’autonomiser les jeunes, d’insuffler un puissant élan à la participation des jeunes et de renforcer l’identité
européenne.

Chaque année, depuis 2009, une nouvelle ville européenne se voit offrir la chance d’illustrer ses idées, activités
et projets novateurs qui permettent aux jeunes de s’exprimer et d’amener une nouvelle perspective jeunesse
dans tous les aspects de la vie de la ville.

Depuis sa création, 12 villes ont été choisies : 2009 : Rotterdam, 2010 : Turin - 2011 : Anvers – 2012 : Braga
- 2013 : Maribor - 2014 : Thessalonique, 2015 : Cluj-Napoca, 2016 : Gandja, 2017 : Varna, 2018 : Cascais,
2019 : Novi Sad, 2020 : Amiens, 2021 : Klaipėda.

L’attribution de ce titre donne lieu à un concours intense, qui donne l’opportunité à la ville lauréate d’organiser
des événements en faisant preuve de créativité pour fédérer les initiatives des jeunes et exposer les projets inno-
vants d’une jeunesse qui se mobilise pour son avenir.

En 2020, c’est la ville d’Amiens qui sera Capitale européenne de la Jeunesse. 4 axes majeurs ont été dégagés :
l’employabilité des jeunes, les jeunes acteurs de la cité, l’inclusion des jeunes exclus et une citoyenneté euro-
péenne affirmée.

Depuis 2015, avec le Département des Bouches-du-Rhône, nous avons accompagné la jeunesse à chaque étape
pour faire des 11/25 ans des citoyens accomplis, des jeunes prêts au marché du travail et des jeunes adultes
autonomes et épanouis. J’ai tenu à intégrer dans les politiques publiques la parole des jeunes et entendre leurs
envies, leur volonté d’action et leurs réalités.

Je souhaite aujourd’hui aller plus loin dans cette démarche et proposer un projet fédérateur et mobilisateur
autour de notre jeunesse.

Je souhaite ainsi pouvoir porter la candidature de Marseille au titre de « Capitale européenne de la Jeunesse »
pour 2025.

Ce projet est une page à écrire, et je veux nos jeunes en soient les principaux auteurs.

La première action consistera donc à former un Groupe Projet Jeunes 2025, formé de jeunes étudiants et actifs
souhaitant s’impliquer dans l’événement.

Le pilotage du projet sera confié à l’adjoint au maire en charge de la jeunesse.

Le dossier de candidature sera travaillé en s’appuyant sur la représentation Départementale à Bruxelles. Les
propositions devront être guidées par la perspective de valoriser l’expérience au-delà de la seule année 2025 :
elles ne se limiteront pas à des événements ponctuels.
226

Les jeunes, ambassadeurs de notre territoire,


de la citoyenneté et des comportements responsables
Notre projet de territoire vise tout particulièrement la jeunesse, et passera largement par la jeunesse. C’est
dès le plus jeune âge que nous transmettrons à nos enfants, notamment dans le cadre d’activités
périscolaires, des repères, des savoir-être, des comportements vertueux (cf. supra). Ils seront les
acteurs mais également nos meilleurs ambassadeurs pour la lutte contre les incivilités, contre les infractions, pour
la préservation de l’environnement et de notre cadre de vie.

Dans cette optique, je m’engage à créer un Conseil Municipal des Jeunes de Marseille. Il permettra
aux jeunes d’être un relais pour leurs pairs auprès de l’exécutif municipal, de s’impliquer dans la vie de leur ville,
de s’engager sur des causes qui leur tiennent à cœur et de découvrir le fonctionnement de notre municipalité.

Dans l’objectif de développer les usages vertueux, et parce que je souhaite donner ce coup de pouce financier
aux familles, je veux également que nous rendions l’usage des transports en commun gratuit
pour les enfants jusqu’à 11 ans, contre seulement 6 ans actuellement.

Donner les moyens à la jeunesse d’accéder à l’emploi,


favoriser sa mobilité et les échanges intergénérationnels

Aider les jeunes à obtenir le BAFA


Je proposerai une prise en charge financière du BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur) en échange
d’heures d’engagement. À partir de 17 ans, les jeunes pourront demander un financement de leur BAFA en
prouvant la réalisation de 70h de bénévolat auprès d’associations marseillaises (nous mettrons en place un livret
de reconnaissance de l’expérience bénévole et de valorisation des compétences).

Accompagner les jeunes dans l’obtention du permis


de conduire
Même si l’usage des transports en commun doit être privilégié, la détention d’un permis de conduire continue à
conditionner certains emplois, et son coût constitue un obstacle pour une partie des jeunes. Aussi, je proposerai
aux 18/25 ans une prise en charge financière intégrale du permis de conduire en contrepartie
d’heures d’engagement citoyen : la réalisation de 70h de bénévolat auprès d’associations marseillaises,
recensées dans un livret de reconnaissance de l’expérience bénévole et de valorisation des compétences.
227

Donner accès à de premières expériences professionnelles


Je proposerai 1 000 emplois temporaires aux 16-18 ans pendant mon mandat, afin de permettre
aux plus jeunes d’accéder à une première expérience professionnelle au sein des services municipaux pendant les
vacances scolaires hors période estivale (vacances de la Toussaint, d’hiver, de printemps). Cette action viendra en
complémentarité de l’accueil des jeunes de plus de 18 ans sur les emplois saisonniers accueillis en juillet et août.

J’accueillerai également des stagiaires et apprentis dans les services municipaux, afin de permettre
aux jeunes d’apprendre dans divers domaines : l’animation, les filières techniques et sociales, l’environnement, la
sécurité. La transmission de savoirs entre les générations est une clef de réussite pour l’acquisition de compétences.

Favoriser une mobilité et des expériences partout en


Europe
J’encouragerai notre jeunesse à découvrir les pays de l’Union Européenne à travers l’aide à la mobilité. Cette
démarche permettra également de leur donner envie de s’investir dans des dispositifs de formation tels qu’Erasmus
ou des services civiques tels que le service volontaire européen. Nous proposerons aux 18/30 ans la
prise en charge intégrale d’un « pass » dans le cadre d’un projet personnel ou professionnel
afin de découvrir plus de 40 000 destinations et d’emprunter le train dans 31 pays différents,
dont la France, l’Allemagne, l’Italie et la Suisse.
228

L’énergie de la jeunesse au cœur de notre ville

Attirer les étudiants au cœur de Marseille


La dynamisation du centre-ville est l’un des grands axes de mon programme pour Marseille.

Je veux relancer notre cœur de ville et y ramener notre jeunesse. Pour cela, je souhaite que
soient étudiées les relocalisations possibles de l’offre universitaire et de ses accompagnements
dans un centre-ville requalifié pour proposer un environnement attractif, accessible et offrant un niveau
adapté d’équipements et de service.

Un centre-ville propre, sûr, vert, connecté, avec des logements innovants au coût raisonné, des équipements
sportifs et des loisirs. Je veux que nos jeunes, demain, puissent aisément se loger, étudier et sortir en centre-ville.

Ce projet s’inscrira dans une dimension globale d’animation et de développement de la ville, dont les jeunes,
les étudiants, seront les acteurs, les prescripteurs et les bénéficiaires d’une nouvelle dynamique qui donnera
notamment de nouvelles perspectives aux commerces de proximité du centre-ville.

Un nouveau cadre de vie accompagnera et portera ce renouveau :

•Un centre-ville connecté, conforme aux usages de la jeunesse en développant par exemple un
passeport numérique spécialement adapté aux besoins de services des étudiants, et une « rue de la
Tech » qui répondra à leurs usages et pour une partie, à leurs perspectives.

•Un centre-ville qui accompagne vers l’emploi, et notamment vers les « jobs étudiants », en
proposant des services d’accompagnement.

•Des logements étudiants agréables, accessibles financièrement et sécures doivent être envisagés
par des opérations de réhabilitation du bâti existant, en partenariat avec le CROUS et Aix-Marseille
Université.

•Un territoire solidaire, adapté au pouvoir d’achat des étudiants : développer des projets
innovants de partage d’espaces d’hébergement, de mise en relation des propriétaires qui veulent louer
leur bien et des étudiants, des restaurants universitaires ou des modalités de restauration étudiante à des
prix restau U dans les établissements existants, voire encourager la création d’épiceries solidaires.

•Des équipements de sports et de services (santé, médiathèques, épiceries).

•Des loisirs (les commerces de proximités, les bistrots et les petites boutiques qui plaisent tant aux jeunes).

Des idées pourraient être trouvées auprès de l’organisation de la ville de Montréal, et plus proche de nous de
Toulon dont, par exemple, la Maison de l’étudiant délivre ainsi une liste de propriétaires à contacter à toute
personne qui présente son certificat de scolarité ou sa carte d’étudiant de l’année en cours.
229

Renforcer l’offre d’hébergement pour les jeunes


Pour rayonner et valoriser sa notoriété, Marseille doit être en capacité d’accueillir des jeunes de passage pour
un séjour touristique ou pour un évènement.

Or, les structures d’hébergement à destination des jeunes sont très peu nombreuses, et plutôt réparties dans des
quartiers excentrés du cœur de ville, ce qui est un frein à l’attractivité du centre-ville, et plus généralement de la ville.

Il est indispensable de contribuer à l’implantation au cœur de Marseille de structures d’hébergements pour


jeunes de type auberges de jeunesse.

Mieux accueillir la vie nocturne


L’effervescence de la vie nocturne est un signe de vitalité pour une grande ville et un axe de qualité de vie
incontournable et revendiqué par les jeunes. Même si la ville a vu de nombreuses propositions enrichir la pro-
grammation nocturne, nous disposons encore d’une vraie marge de progression.

Je souhaite soutenir le développement de grands événements et de mises en scène de grande ampleur, qui
concourront largement à rendre notre territoire plus rassembleur et plus attractif. Des projets tels que l’aména-
gement d’une grande scène de plein air dédiée aux musiques actuelles concourront à cet objectif.

Je souhaite par ailleurs aménager des espaces dédiés à d’autres types d’activités pour des usages ponctuels à
l’instar du théâtre Sylvain qui rencontre un grand succès.

Nous disposons de nombreuses friches qui, éloignées des zones d’habitation les plus denses, peuvent constituer
des lieux décalés dans lesquels organiser des événements susceptibles de recueillir un vif succès auprès des jeunes.

Toutefois, en dehors d’événements ponctuels, c’est au centre-ville que les loisirs, la vie festive doivent prendre toute
leur place.

On observe à Marseille une dispersion des lieux à vivre pour échanger en prenant un verre. Il y a dans la ville une
action à mener pour créer une certaine continuité des lieux de rencontre et de rassemblement récréatifs et festifs.

Dans cette optique, notre littoral ouvre de très nombreuses perspectives. Le privilège de « boire un verre au bord
de la mer » est un atout considérable qui nous distingue et qui illustre parfaitement la qualité de vie à laquelle
nous pouvons prétendre. Qu’il s’agisse de solutions pérennes ou saisonnières je souhaite intégrer cette fonction
d’animation de la vie nocturne dans le vaste plan de reconnexion avec la mer et le littoral que je souhaite en-
gager. Je n’exclue pas, dans cette perspective d’aménager des lieux éphémères y compris sur l’eau.

Je propose également d’étudier la possibilité de créer, près du Vieux Port, une continuité d’établissements sur
le modèle de la « rue de la soif », sur le modèle de la rue St Michel à Rennes, ou de la rue de la Verrerie à
Aix-en-Provence.
230

Développer les transports de nuit, notamment avec le


Noctambus
L’une des raisons invoquées pour expliquer la relative faiblesse de la vie nocturne marseillaise est l’absence de
transports en commun nocturnes à Marseille : la plupart des lignes de bus ne circulent plus dès le début de soirée
et seule une dizaine d’entre elles circulent jusqu’à 00h45 ; les derniers tramways et métros partent à 00h30.
Ainsi, aucun transport en commun ne circule de 00h45 à 5h du matin à Marseille.

Dans le cadre de ma stratégie globale de développement de transports en commun, comme alternative crédible
au tout-voiture, la nuit ne peut pas faire exception. Dans la deuxième ville de France, qui compte 56 000 étudiants
en 2019 et la première université francophone du monde, la mise en place d’une solution de transport
en soirée est une nécessité absolue pour améliorer la mobilité des Marseillais, stimuler la vie nocturne
de Marseille, sécuriser les déplacements de ceux qui auraient consommé de l’alcool, et préserver l’attractivité
d’Aix-Marseille Université.

Je propose d’assurer une extension des horaires de fonctionnement du métro et des tramways
les vendredi et samedi soir.

Je propose la mise en place d’un système de « transport à la demande » nocturne : le Noctambus.


Le principe est simple :

•Les véhicules roulent sur un modèle d’électron libre à partir de 00h30, les trajets étant définis par un
algorithme fourni par une application spécifique, en fonction des demandes des usagers.

•Le bus dessert les arrêts de la ville avec un itinéraire qui optimise les besoins des passagers qui le
demandent.

•Pour accéder au service, les usagers réservent leur voyage via l’application, en indiquant les arrêts de
départ et de destination, l’heure de départ ou d’arrivée souhaitée et le nombre de passagers.

•Au moment de la réservation, l’algorithme vérifie les horaires, la disponibilité des bus et des sièges et
fournit immédiatement des informations sur les temps d’attente et les numéros de bus. Une fois confirmé,
le voyage est garanti.

•Le voyage peut être réservé d’une semaine à 5 minutes avant l’heure de départ souhaitée. Les usagers
peuvent également réserver le même voyage pendant plusieurs jours et jusqu’à un maximum de 12
personnes.

Je propose la mise en place d’une première expérimentation de ce service de 6 mois, de 00h30 à 5h00, les
jeudis, vendredi et samedi soirs. Au terme des six mois, nous ferons un bilan précis de l’expérimentation et dé-
ciderons s’il y a lieu de la poursuivre, de l’étendre, ou d’y mettre un terme.

Outre les intérêts évidents qu’elle présente pour les usagers, cette solution de transport à la demande présente
l’avantage d’être relativement peu coûteuse pour la collectivité, puisqu’elle permet d’optimiser l’utilisation des
véhicules.
231

La jeunesse et les nouveaux usages :


Marseille, Terre de e-sport
Paris a accueilli à l’AccorHotels Arena, la finale des Mondiaux de « League of Legends », plus grande compé-
tition d’e-sport au monde (en 2018 : 120 millions de e-spectateurs).

Ce n’est peut-être pas encore très clair pour beaucoup, mais il s’agit assurément de l’un des plus gros événements
de l’année sur le sol français. Ces matchs à haute intensité, comme League of Legendes ou Fortnite, remplissent
aujourd´hui des stades et sont suivis en direct dans le monde entier.

Cette « Paris Games Week » a lieu alors que Microsoft et Sony comptent lancer de nouvelles machines afin
de remplacer la Playstation 4 et la Xbox One, commercialisées en 2013, ce qui témoigne des enjeux commer-
ciaux colossaux qui agitent le secteur. Loin de l’E3 de Los Angeles ou du Tokyo Game Show, où sont révélés de
nombreux jeux, l’événement parisien s’attache toutefois principalement à permettre aux joueurs d’essayer des
productions déjà commercialisées, quelques semaines avant Noël.

La municipalité de Paris a fait le choix de largement positionner la ville comme acteur de la dynamique E-Sport :
accueil de la finale de la « league of Legends ».

Une nouvelle filière s´est imposée en France sans que personne n´y prête vraiment attention :
l´E-sport. Derrière ce nom se développent de véritables compétitions internationales de jeux vidéo, avec en
haut de l´affiche des professionnels coachés, starisés et hyperentraînés. On assiste à une vraie féminisation du
secteur, les chiffres sont éloquents : 48 % de la population des joueurs.

C’est une discipline en pleine expansion mais pas toujours facile à cerner, et une filière en devenir : près de
5 milliards d’euros de ventes en 2018 en France, avec une hausse de 15 %, tirée par tous les segments : consoles,
ordinateurs ou jeux mobiles sur téléphones et tablettes.

Il faut se pencher sur les enjeux en matière de besoin d’emplois nécessaires au fonctionnement de cette industrie
et de les anticiper. Les évènements créés autour du E-Sport sont très attractifs et remportent de vifs succès de
fréquentation : c’est une filière et un secteur qui parlent aux jeunes.

C’est aussi une activité qui nécessite notre vigilance au regard des risques d’addiction et de troubles du
comportement.

Je veux accompagner le développement du e-sport, tout en exerçant une vraie vigilance sur ses possibles dérives.
232

LE SPORT CŒUR BATTANT DE LA VILLE

La pratique d’activités sportives comporte de nombreux enjeux d’ordre sanitaire, éducatif, économique, social.

Notre ville a connu une évolution positive du nombre de ses pratiquants, grâce au dynamisme de nos clubs et
du mouvement sportif. Pour autant, ces résultats ne sont pas véritablement satisfaisants : manque de régularité
et de volumes d’activités pour ceux qui pratiquent une activité sportive, et nombre important de Marseillais, plus
de 50 % de la population, ne pratiquant aucune activité.

Le niveau d’activité physique moyen des enfants et des adolescents a diminué de près de 40 % en quelques
décennies, et leur capacité physique moyenne a chuté de 10 %. La situation est tout aussi alarmante en ce qui
concerne les adultes : seulement 24 % d’entre eux sont considérés comme suffisamment actifs.

De trop nombreuses barrières au « sport pour tous » sont encore présentes sur notre territoire.

Parmi les freins au développement des pratiques sportives, figurent les contraintes liées à la gestion des temps de vie
consacrés au travail, à la scolarité ou aux travaux domestiques, notamment pour les publics cumulant une activité
professionnelle à fortes contraintes horaires et des charges familiales liées à la présence d’enfants au sein du ménage.

Au plan des freins de nature économique, il est évident que le coût d’inscription aux pratiques sportives pour
les familles comportant plusieurs enfants et disposant de revenus limités peut constituer un facteur d’exclusion.

MA VISION
Je veux impérativement faire évoluer l’idée selon laquelle le sport ne constituerait qu’une activité secondaire,
accessoire, que l’on ne traiterait qu’après le reste et qui ne relèverait finalement que d’une simple consommation
individuelle de services.

Je veux permettre au plus grand nombre de Marseillais possible de pratiquer un sport ou une activité physique
selon ses besoins, ses disponibilités et ses envies.

Le développement du « sport pour tous » doit nécessairement relever d’une politique au caractère obligatoire et
prioritaire, et non facultatif, à l’instar de l’action incitative et volontariste que j’ai menée à la tête du Département
des Bouches du Rhône puis de la Métropole Aix-Marseille Provence ces cinq dernières années.

Je souhaite lever les barrières au « sport pour tous » afin de permettre au plus grand nombre de pratiquer.

Je veux faciliter l’accès au sport pour les familles disposant de revenus limités.

S’agissant des publics les plus éloignés de la pratique sportive, il est primordial que le sport à Marseille rede-
vienne un facteur d’intégration sociale et que les publics éloignés de ces activités pour des motifs d’ordre culturels,
sociaux, économiques et matériels soient mieux accompagnés.

En outre, je mettrai au cœur de mes préoccupations, le sport scolaire et périscolaire pour une pratique adaptée,
dès le plus jeune âge.
233

Le sport pour tous, accessible à tous

Créer un « Pass’sport » pour partir


à la découverte de nouveaux sports
Je créerai un « Pass’sport », valide toute l’année, pour permettre aux Marseillais de découvrir
gratuitement de nouveaux sports.

C’est l’assurance de ne pas se tromper avant de s’engager financièrement pour une saison sportive et la possi-
bilité de découvrir des sports méconnus ou plus confidentiels. Je m’engage, en lien avec le mouvement sportif, à
permettre la découverte de 10 sports par an, et une pratique encadrée et sécurisée de 20 Heures pour chacun
des Marseillais.

Aider financièrement à la pratique sportive


J’aiderai les familles à acquérir les premiers équipements sportifs via une bourse adaptée qui
permettra des pourcentages de réduction dans les enseignes sportives et un bon d’achat pour tous les licenciés
de moins de 18 ans.

J’aiderai nos clubs à mettre en place des tarifs « Famille » incitatifs, et ce, dès le deuxième enfant,
pour contribuer à lever les freins financiers à la pratique sportive et j’inciterai la mise en place de créneaux
communs à la pratique des parents et des enfants. Le sport doit en effet rassembler la famille et permettre les
échanges intergénérationnels.

Accéder plus facilement à la pratique sportive


Je ferai venir la pratique aux pratiquants et non plus seulement l’inverse, en développant des activités sportives
proches de chez soi grâce notamment à l’ouverture en Hors Temps scolaire des gymnases des écoles.

J’élargirai les créneaux horaires de nos équipements sportifs pour favoriser la pratique sportive
le midi et le soir, et je ferai développer une plateforme numérique afin que chacun puisse géolocaliser les
pratiques sportives proches de chez soi selon ses besoins, son âge et ses disponibilités.

Je multiplierai par trois le nombre de clubs ouverts aux personnes en situation de handicap.
Développer l’idée du sport pour tous, c’est accepter toutes les formes de handicaps, trop souvent génératrices
d’exclusion sociale.

Je stimulerai enfin la création de sections féminines en finançant intégralement la première année de


leur fonctionnement.
234

Tous acteurs du sport, de l’école au monde du travail


J’inciterai le développement du sport en entreprise par la création des conciergeries sportives (avec
de nombreux services pour le salarié comme du coaching, des douches, vestiaires, une restauration adaptée…),
et des activités sportives à la pause méridienne.

Avec l’Éducation Nationale, je lancerai une expérimentation de nouveaux créneaux à l’école, et déploierai
le label Génération 2 024 qui vise à développer les passerelles entre le monde scolaire et le
mouvement sportif, pour les établissements scolaires.

Un sport écoresponsable jusqu’au cœur de notre cité


L’un des grands enjeux des années à venir est de faire de Marseille, une ville moderne, plus humaine et habi-
table, moins polluante et prédatrice d’espace.

Les activités physiques et sportives, qu’elles se déroulent en milieu artificiel, dans des espaces publics ouverts
ou en milieu naturel, contribuent, parfois indirectement, à la pollution de notre environnement (transports, ins-
tallations sportives, matériels sportifs).

MA VISION
Il est nécessaire que le secteur sportif participe pleinement à la transition écologique de notre ville, en s’orientant
vers des pratiques sportives écoresponsables.

Notre ville, qui compte aujourd’hui, de nombreux équipements sportifs vieillissants ou inadaptés aux pratiques
actuelles, va devoir se poser la question de leur rénovation, de leur modernisation ou de leur mise en accessi-
bilité. C’est un enjeu majeur, d’un point de vue environnemental.

Toutes les réflexions et actions engagées en faveur du retour de la nature en ville, du réinvestissement des espaces
publics, des berges, des voies vertes, sont des opportunités pour une pratique sportive écoresponsable et saine.

Assurer le respect de l’environnement


dans la pratique sportive
Je rédigerai avec le mouvement sportif local et tous les clubs marseillais, une charte favorisant la pratique
du sport dans le respect de l’environnement. Entre autres actions, cette charte proscrira l’usage
des bouteilles en plastique dans les activités et manifestations sportives.

Je lancerai un plan de rénovation des équipements sportifs, après concertation préalable avec les
acteurs locaux, le tissu associatif et les mouvements sportifs, pour en faire des équipements exemplaires en
termes d’écoresponsabilité.
235

Je favoriserai l’usage des transports en commun, en couplant la gratuité de leur accès, avec les
billets d’entrée des grandes manifestations et des matchs pour limiter notamment l’impact carbone
de ces déplacements sur la ville.

Sport et nature, jusque dans la ville


Je développerai les sports de Nature et les itinéraires de randonnée non seulement en péri-
phérie de la ville mais aussi jusque dans son cœur, en créant de véritables cheminements piétons et
modes doux verts et pour certains culturels, afin d’offrir aux Marseillais d’autres façons de profiter, en toute
sécurité, et de façon bénéfique pour leur santé et pour l’environnement, de notre cadre de vie.

Je développerai de nouveaux parcours sportifs libres dans la ville, et dans des espaces de
respiration végétalisés, de nombreuses aires de Street Workout pour les adolescents et les
adultes et des aires de jeux pour favoriser la motricité des enfants. Laisser les enfants jouer sur
une aire de jeux est en effet l’occasion idéale pour eux de déployer leurs ailes en développant leurs aptitudes
physiques et sociales dans un endroit sûr à explorer.

Faire des Jeux Olympiques et Paralympiques,


une réussite populaire à Marseille

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2 024 seront le plus grand événement jamais organisé en France
et généreront des milliers d’emplois, selon les organisateurs. Ils se tiendront en juillet, août et septembre 2024,
sous l’œil des caméras du monde entier (près de 5 milliards de téléspectateurs).

Entre 5,3 milliards et 10,7 milliards d’euros de retombées économiques sont prévues selon les estimations du
Centre de droit et d’économie du sport de Limoges, qui a pour scénario médian un impact économique de
8,1 milliards d’euros.

À court terme, « l’effet JO » pourrait aussi encourager les Français à se mettre au sport.

Mais, en plus d’être l’événement sportif le plus important au monde, ce sera aussi une combinaison de rendez-
vous culturels, de programmation artistique, et de performances diverses qui créeront une expérience unique
en son genre : un festival populaire et multiculturel qui s’adressera au monde entier. C’est une aventure qui va
embarquer la France entière et Marseille en particulier, pour une expérience inédite.

Dans un peu plus de quatre ans, environ 600 athlètes fendront les eaux marseillaises pour les Jeux olympiques
et feront de Marseille, la capitale du sport nautique, autour de la base nautique du Roucas Blanc.

D’ici à 2024, de nombreux événements « tests », en voile, donneront aux Marseillais, un avant-goût des Jeux. Mais
d’autres événements permettront aussi de faire rayonner notre ville, dès 2020. Plusieurs délégations étrangères
236

viendront, par exemple, s’entraîner au lendemain des Jeux de Tokyo, dans bien d’autres sports, puisque notre
territoire est aussi reconnu « Terre d’Excellence », pour de nombreuses disciplines. La Coupe du Monde de
Rugby, mettra aussi en lumière notre ville et montrera notre savoir-faire, à un an de ces Jeux extraordinaires.

MA VISION
Les « Jeux Olympiques et Paralympiques 2 024 » doivent être une fête pour tous les Marseillais, une véritable
réussite populaire qui fédère les pratiquants et le grand public.

Je souhaite attirer les touristes, mais je veux aussi que tout le territoire bénéficie, de manière durable, de l’accueil
de cet événement international. Les effets que ces Jeux pourront générer feront l’objet de toute mon attention.

Il est indispensable, et c’est mon leitmotiv, que cet événement laisse un héritage pérenne, en termes d’équipe-
ments et de dynamique sportive et économique.

Je souhaite valoriser l’action de tous nos bénévoles, et soutenir nos sportifs de haut niveau.

J’ambitionne enfin de poursuivre la dynamique que nous aurons engagée, en continuant à candidater aux
grands évènements qui feront rayonner Marseille, aux yeux du monde entier.

Permettre aux Marseillais d’être


tous acteurs des Jeux Olympiques
Je veux permettre à chaque Marseillais d’être ambassadeur des Jeux 2 024 afin que tout le monde puisse, s’il
le souhaite, participer, d’une manière ou d’une autre, à la fête olympique.

Ainsi, je veux créer, dès 2020, l’Olympiade des écoles pour que tous les jeunes soient acteurs de ces
jeux et partagent les valeurs de l’olympisme, d’ici à 2024.

Je développerai également le label « Terres de Jeux » avec nos clubs pour mettre encore plus de
sport dans le quotidien de nos habitants.

Je veux faire de notre ville, une base de préparation des Jeux, dans de nombreuses disciplines, en
signant des conventions de partenariat avec les fédérations françaises et les fédérations internationales et ainsi
accueillir, dès 2020, de nombreuses nations.

Dans le sillage des Jeux Olympiques, donner


un nouvel élan aux pratiques sportives
Je créerai des bourses sportives pour garantir aux athlètes de haut niveau, un revenu décent.

Je simplifierai la vie de nos associations et de nos clubs sportifs en mettant en place des accompagnements
personnalisés pour aider les bénévoles des clubs au dépôt des dossiers de subvention. Je mettrai en place une
simplification des démarches administratives et créerai une assistance au suivi de dossier.
237

Les clubs sportifs doivent être écoutés et considérés. Nous soutiendrons particulièrement les
projets répondant à une véritable ambition en matière de sport santé, de sport féminin, de
sport senior ou de handisport. Nous ferons reposer les soutiens financiers sur des critères
justes et équitables.

Je créerai un Musée des Sports parce que le Sport et Marseille, c’est une histoire passionnée qu’il faut
partager et valoriser.

Je développerai une offre de tourisme sportif, en créant des packages adaptés afin de mieux faire
connaître notre ville et qui aidera les professionnels du tourisme à accueillir ce public connaisseur et passionné.

J’instaurerai une veille sur toutes les candidatures aux grands événements qui peuvent appor-
ter des retombées économiques, touristiques et d’image positive à notre ville et veillerai personnellement
à ce que tout soit mis en œuvre pour faire gagner notre territoire.

Enfin, par notre programme d’action ambitieux pour le savoir-nager (cf. supra), nous assurerons prioritairement
la sécurité de nos enfants et, au-delà, favoriserons les pratiques sportives aquatiques.

Promouvoir un sport éthique, au service de la santé,


soucieux de renforcer la sécurité des pratiques et des pratiquants

L’INSERM, seul organisme public de recherche français entièrement dédié à la santé humaine, a analysé les
données scientifiques de l’activité physique et sportive et ses effets sur la santé en termes de bénéfices et de
risques. Il ressort de ces travaux que les effets bénéfiques sont confirmés par toutes les études au niveau de la
fonction musculaire, de l’acquisition et de la préservation du capital osseux, de l’entretien du réseau vasculaire,
du renforcement du système immunitaire ou de la protection du cerveau.

Malheureusement, les activités physiques et sportives souffrent d’un déficit de considération quant à leurs bé-
néfices sur la santé.

Il est à noter aussi que certaines valeurs fondamentales du sport, comme le respect de soi, des autres, de l’en-
vironnement et des règles, sont parfois mises à mal ou pas assez valorisées.

MA VISION
Une vraie politique culturelle et éducative doit être mise en place.

Le sport est un outil social majeur pour la jeunesse, la moitié des licenciés sont d’ailleurs des enfants.

Le sport et la santé étant intimement liés, Je donnerai tous les moyens au sport-santé de se développer à Marseille.
238

Dans ce cadre, il me semble cohérent d’amplifier aussi nos actions pour un sport sain et éthique afin de protéger
les valeurs fondamentales du sport et de prévenir des dérives potentielles, comme le dopage ou la violence,
quel que soit le niveau de pratique.

Agir pour la santé par le sport


Je favoriserai le sport sur ordonnance dans notre ville afin de permettre une alternative efficace et en-
cadrée aux médicaments.

En lien avec la médecine scolaire, je mettrai en place une veille pour déceler les problèmes psychomoteurs,
dès le plus jeune âge, afin d’aider l’enfant à développer sa motricité et ses capacités physiques et
sportives.

Je développerai un « suivi médical de prévention » pour permettre aux jeunes de nos clubs qui font de
la compétition de bénéficier d’un bilan complet de santé afin de prévenir les blessures, et améliorer leur hygiène
de vie quotidienne, leur préparation et leurs entraînements.

Je développerai le « sport seniors », en intensifiant l’offre d’activités et lutterai contre l’inactivité physique
et la sédentarité pour que chacun puisse gagner des années de vie en bonne santé et diminuer les risques liés
aux maladies chroniques.

Diffuser les valeurs du sport


Je créerai une Cérémonie des trophées des sports qui mettra en lumière la réussite de nos clubs et
de nos pratiquants, et valorisera les valeurs du sport comme le fairplay, la solidarité, le respect, l’esprit
sportif, le dépassement de soi.

Je financerai la formation des bénévoles des clubs pour lutter contre toutes les formes de
discrimination. Ils seront notre relais pour sensibiliser nos jeunes à ces dérives qui peuvent parfois toucher
également la pratique sportive.

Développer l’économie et l’innovation dans le sport tout


en respectant ses valeurs
Nous développerons en partenariat avec Aix-Marseille Université un programme de recherche portant sur le
développement de la haute performance sportive, de l’innovation et de l’économie du sport, pour le respect et
la promotion de toutes les valeurs qu’il porte.
239

CONCLUSION
Un projet, par essence, n’est jamais abouti. C’est un processus vivant, ponctué
d’étapes et d’adaptations. Aussi, le présent document ne prétend pas apporter des réponses à tous les
besoins, à toutes les attentes. Ce qui le caractérise n’est pas une liste d’actions, qui pourrait être étendue et
amendée sans limite dans un territoire comme le nôtre, si riche de ses habitants, de ses ressources, et des
envies d’agir et de s’engager de beaucoup d’entre nous. Ni moi ni mon équipe ne prétendrons avoir réponse
à tout. Ce que je propose, c’est avant tout une volonté, une vision pour le Marseille de demain, celui de
2030, de 2050, celui de nos enfants. J’esquisse, avec sincérité et un engagement total, le dessin d’un chemin,
pour une nouvelle terre des hommes, des femmes et des enfants de notre territoire riche de près de trois
millénaires de cultures, de créations et d’échanges.

Ce que je propose, ce sont des valeurs pour nous rassembler, une vision claire pour nous projeter,
une philosophie de l’action et une méthode pour avancer. Cette vision est celle d’un territoire qui ne résume
pas la qualité de vie à la douceur de son climat. Un territoire qui soit plus sûr, plus propre, plus ordonné, plus
inclusif. Un territoire qui donne accès à la santé, qui lutte contre la pauvreté et toutes les formes d’exclusion,
et permette à chacun de vivre de son travail. Un territoire épanouissant pour nos enfants, respirant, qui fasse
corps avec son cadre de nature, baigné d’une mer propre, riche de sa biodiversité et des échanges qu’elle
porte. Un territoire, enfin, qui sache prendre son envol et s’enrichir sans oublier personne, qui offre un cadre
social et culturel épanouissant où il fasse tout simplement bon vivre.

Suis-je prête à ajuster mon projet, à l’adapter aux propositions, aux idées intéressantes d’où qu’elles
viennent, aux déclinaisons territoriales, aux moyens et au contexte ? Naturellement : pour avancer, il faut
s’adapter en permanence.

Suis-je prête à remettre en question les objectifs, les valeurs, les principes, la philosophie globale ?
Certainement pas.

Ce projet porte une certaine idée de Marseille, une vision pour nos enfants plus encore que pour
nous. J’aime ma ville, ses habitants, et je considère que mon devoir d’élue est précisément de proposer un
chemin qui soit à la fois réaliste, pragmatique et ambitieux. Une voie qui nous préserve des extrêmes et qui
nous permette de réaliser le meilleur de nos possibles sans laisser certains d’entre nous au bord de la route.

Ce projet est, avant tout, une volonté. Vous pouvez compter sur moi pour le porter.
martinevassal-2020.fr

Jean-Philippe Julien Sabine Solange Lionel David Moussa


Agresti Ravier Bernarsconi Biaggi Royer-Perreaut Galtier Maaskri