Vous êtes sur la page 1sur 80

UNIVERSITE CADI AYYAD

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES - MARRAKECH


DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA TERRE
LABORATOIRE GEORESSOURCES – URAC 42

MASTER SCIENCES ET TECHNIQUES


« Exploration et Valorisation des Ressources Minérales »
EVRM

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


Intitulé :

Etude gîtologique du gîte cuprifère de Tanaldat,


District minier de Bleïda
(Anti-Atlas central, Maroc)

Par
ISMAILI ALAOUI Abdelmalek

Encadré par :
Mme. S. ESSARRAJ : Professeur, FST-Marrakech
Mr. H. BAOUTOUL : Chef de service Exploration, SOMIFER-MANAGEM

Soutenu le 22 Janvier 2016 devant le jury :


Mr. M. HIBTI : Professeur, FST- Marrakech - examinateur
Mr. A. SAIDI: Professeur, FST- Marrakech - examinateur
Mme. S. ESSARRAJ : Professeur, FST- Marrakech.

Année universitaire : 2015 - 2016


Remerciements

Au terme de ce travail, je tiens à remercier Monsieur L. MAACHA, Directeur général d’exploitation


et de développement au sein du Groupe MANAGEM pour son avis favorable à ma demande de stage. Je
tiens à lui présenter toute ma gratitudes et ma reconnaissance non seulement pour l’accord de stage ; mais
aussi pour le degré de confiance qu’il m’a accordé.
J’adresse aussi l’expression de mes sincères remerciements à Monsieur A. BAJDDI, Directeur de la
Société Minière de Bougaffer (Bleida).
Je voudrais remercier tout particulièrement mon encadrante Mme S. ESSARRAJ professeur de
métallogénie à la Faculté des Sciences et Techniques Marrakech, pour la confiance qu’elle m’a accordée tout
au long de ce stage, pour sa disponibilité, son soutien et ses conseils qu’elle n’a jamais hésité à me donner.
Sans elle, la qualité de rédaction et l’’harmonie de présentation de ce mémoire ne seraient pas ce qu’elles
sont.
Je tiens également à remercier Mr H. BAOUTOUL, Chef du service Exploration de la mine Bleïda,
et encadrant professionnel de stage, pour ses encouragements, ses critiques et ses directives qui sont à la base
de la bonne marche de ce travail. Qu’il accepte l’expression de ma gratitude et de toute ma considération. Je
lui suis reconnaissant pour cette confiance, également pour ses remarques et ses précieux conseils.
Mes sincères remerciements s’adressent aussi à Monsieur Mr A. BENHAMOU chef du Service
Géologie de Bleïda pour le parrainage et les conseils.
Un grand merci à tous les agents de l’équipe géologique compétente de la Société Minière de
Bougaffer (Bleïda), pour leur soutien logistique. Il s’agit de Messieurs AMALOK, AZROUR, ZAGHARI,
OUMOU, MESKOUR, ENNACIRI et SOUTAJI.

Je tiens absolument à remercier mes amis et frères du Master Exploration et Valorisation de


Ressources Minérales EVRM, du département des Sciences de la Terre de la Faculté des Sciences et
Techniques de Marrakech : A. Farah , T.N. Fortuné, S. Xavier et L. Baalla pour tous les bons moments que
nous avons passés ensemble durant notre formation et pour toute les fois où ils m’ont redonné confiance lors
de mes moments de doute.

En fin, mes sincères remerciements à ma famille pour qui je dédie ce travail, à mes proches, ainsi à
toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à l’élaboration de ce mémoire, je tiens à leur
exprimer l’expression de toute ma reconnaissance.

1
Tables des matières

INTRODUCTION .......................................................................................................................................... 6

- OBJECTIFS D’ETUDE .................................................................................................................................... 6


- METHODOLOGIE DE TRAVAIL ..................................................................................................................... 7

PARTIE A ....................................................................................................................................................... 8

ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE ...................................................................................................................... 8

I. L’ANTI-ATLAS ................................................................................................................................................. 9
I.1. Le domaine ancien Sud-Occidental ......................................................................................................... 10
I.2. Le domaine récent Nord-Oriental ........................................................................................................... 10
I.3. La boutonnière de Bou Azzer-El Graara .................................................................................................. 11
I.3.1. Généralités ........................................................................................................................................................ 11
I.3.2. Lithologie ......................................................................................................................................................... 11
I.3.2.1. Le Paléoprotérozoïque - Socle Eburnéen (PI) ........................................................................................... 11
I.3.2.2. Le Néoprotérozoïque moyen - Précambrien II inférieur (PII inf) ............................................................. 11
I.3.2.3. Le Néoprotérozoïque supérieur - Précambrien II supérieur (PII Sup)....................................................... 12
I.3.2.4. Les terrains de la couverture ..................................................................................................................... 12
II. GEOLOGIE LOCALE DU DISTRICT DE BLEÏDA ................................................................................................. 13
II.I. Situation géographique .......................................................................................................................... 13
II.2. Historique de l’exploitation minière ...................................................................................................... 13
II.3. Litostratigraphie .................................................................................................................................... 14
II.4. Contexte structural ................................................................................................................................ 16
II.5. Les minéralisations cuprifères de Bleïda ................................................................................................ 17
II.5.1. La minéralisation de l’unité de Bleïda-Tachdamt ............................................................................................ 19
II.5.2. La minéralisation cuprifère de la couverture Adoudounienne ......................................................................... 19
III. LE PROSPECT TANALDAT ............................................................................................................................. 21
III.1. Introduction .......................................................................................................................................... 21
III.2. Cadre géographique et géologique de secteur d’étude ........................................................................ 21
III.3. Historique et travaux anciens ............................................................................................................... 23
III.3.1. Etude litho-géochimique ................................................................................................................................ 23
III.3.2. Etude géophysique ......................................................................................................................................... 24
III.3.3. Les sondages carottés ..................................................................................................................................... 24
III.3.4. Géochimie Stream .......................................................................................................................................... 24
III.3.5. Conclusion ..................................................................................................................................................... 24

PARTIE B : ................................................................................................................................................... 25

ETUDE GEOLOGIQUE DU PROSPECT TANALDAT ............................................................................ 25

I. LITHOLOGIE ................................................................................................................................................... 26
I.1. Laves acides (Néoprotérozoïque moyen) ................................................................................................ 30
I.2. Ignimbrites rhyolitiques (Néoprotérozoïque terminal) ........................................................................... 31
I.3. Basaltes (Néoprotérozoïque moyen) ...................................................................................................... 32
I.5. Carbonates ............................................................................................................................................. 34
I.6. Conclusion............................................................................................................................................... 35
II. ETUDES STRUCTURALE ................................................................................................................................. 36
II.1. Tectonique souple .................................................................................................................................. 36
II.1.1. Schistosité de flux et couloirs de cisaillement ................................................................................................. 36
II.1.2. La schistosité de fracture S2 ............................................................................................................................ 37
II.1.3. Les plis ............................................................................................................................................................ 38

2
II.2.Tectonique cassante ............................................................................................................................... 40
II.2.1. Les dykes basiques .......................................................................................................................................... 40
II.2.1. Les structures à quartz, ou à brèche de quartz, rares structures à carbonates................................................... 40
II.2.4. Fractures .......................................................................................................................................................... 43
II.3. Conclusion.............................................................................................................................................. 44
III.1. Observation macroscopique ................................................................................................................. 46
III.1.1. Minéralisation primaire .................................................................................................................................. 46
III.1.2. Minéralisation supergène ............................................................................................................................... 47
III.2. Echelle Microscopique .......................................................................................................................... 49
III.2.1. Paragenèse hydrothermale ............................................................................................................................. 49
III.3.2. Paragenèse supergène .................................................................................................................................... 54
III.2.3. la gangue ......................................................................................................................................................... 58
IV. LES ALTERATIONS HYDROTHERMALES ........................................................................................................ 58
V. SEQUENCE PARAGENETIQUE ................................................................................................................................. 59
IV. ETUDE GEOCHIMIQUE ................................................................................................................................. 61
IV. 1. Données des tranchées ........................................................................................................................ 61
IV.2. Données des sondages ......................................................................................................................... 64
IV.3. Données des analyses par ICP .............................................................................................................. 68
IV.4. Conclusions ........................................................................................................................................... 71

SYNTHESES ET CONCLUSIONS .............................................................................................................. 72

PERSPECTIVES .......................................................................................................................................... 74

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ..................................................................................................... 75

ANNEXES ..................................................................................................................................................... 78

3
Listes des figures

Figure 1 : Carte géologique représentant les principales boutonnières de l’Anti Atlas (Choubert, 1963,
minéralisation d’après Cheilletz et al.2002). ........................................................................................... 9
Figure 2 : Schéma des domaines structuraux de l’Anti Atlas (Choubert, 1963). .................................. 10
Figure 3 : carte géologique simplifiée de la boutonnière de Bou Azzer-ELGraara avec localisation des
principaux gisements (Leblanc, 1981). ................................................................................................. 12
Figure 4 : Localisation de mine Bleïda dans le reseau routier de la boutonière de Bou Azzer
(Document SOMIFER). ........................................................................................................................ 13
Figure 5 : Coupe géologique N-S du secteur de Bleïda, qui illustre les contacts entre les différentes
séries géologiques du district (Maacha, 2013). ..................................................................................... 15
Figure 6 : Cadre géologique de la mine de Bleïda-Far West (FW). La mine d’or est située dans le
Groupe de Bou Azzer-El Graara, en revanche, l’ancienne mine de cuivre est située dans la formation
de plateforme continentale de Tachdamt-Bleïda. (El Ghorfi, 2006). .................................................... 16
Figure 7 : Carte géologique simplifié de la boutonnière de Bou Azzer avec la situation des différents
gîtes et gisements de cuivre (Report des minéralisations cuprifères sur carte de Leblanc, 1975,
Bourque et al., 2013). ............................................................................................................................ 18
Figure 8 : Localisation du prospect Tanaldat sur une image Google Earth........................................... 21
Figure 9 : Situation de secteur de Tanaldat sur la carte géologique de Bleïda avec localisation des
indices de cuivre en cours d’exploration (document SOMIFER). ........................................................ 22
Figure 10 : Situation du secteur de Tanaldat sur la carte de géologique et la coupe géologique établies
par Tekiout (1991). ................................................................................................................................ 23
Figure 11 : Vues panoramiques du secteur de Tanaldat ........................................................................ 27
Figure 12 : Carte géologique de secteur Tanaldat avec l’emplacement des coupes géologiques de la
figure 13 (Ce travail) ............................................................................................................................. 28
Figure 13 : Coupes géologiques de secteur Tanaldat (ce travail) (voir l’emplacement des coupes sur la
figure 12) ............................................................................................................................................... 29
Figure 14 : Vue à l’affleurement des laves acides (A, B, C), et d’un échantillon pyrophyllitisé (D) ... 30
Figure 15 : Laves acides observés en lame mince, lumière transmise polarisée (LTP) ........................ 31
Figure 16 : Vue des rhyolites à l’affleurement (A) et vue de détail (B). ............................................... 32
Figure 17 : (A) affleurement des massifs de basaltes. (B) Volcanites acides et basiques en alternance.
............................................................................................................................................................... 32
Figure 18 : Basaltes altérés observés en lame mince, lumière transmise polarisée (LTP). ................... 33
Figure 19 : Dyke de diabase : (A) à l’affleurement, (B) : vue de détail. ............................................... 33
Figure 20 : Vue à l’affleurement et d’un échantillon de carbonates. A : niveaux de carbonates
subhorizontaux. B : vue de détail. C : carbonates avec des niveaux phylliteux. D : lentille de
carbonates recoupe les laves acides. ...................................................................................................... 34
Figure 21 : Observation microscopique des carbonates de Tanaldat en lumière transmise polarisée
(LTP). Dol : dolomite, Qz : quartz, Sd : sidérite. .................................................................................. 35
Figure 22 : Rosace directionnelle de la schistosité S1 dans le secteur de Tanaldat.............................. 36
Figure 23 : Couloir de cisaillement N100 à N110°E.. ........................................................................... 37
Figure 24 : Couloir de cisaillement N120-N150°E. .............................................................................. 37
Figure 25 : A : la schistosité de fracture S2 recoupant la S1, B : S2 au niveau des basaltes................. 38
Figure 26 : Rosace directionnelle de la S2 à Tanaldat .......................................................................... 38
Figure 27 : Principaux types de plis observés à Tanaldat...................................................................... 39
4
Figure 28 : représentation stéréographique des axes des microplis à Tanaldat. .................................... 39
Figure 29 : A : structure à remplissage de quartz au contact laves basiques- laves acides, B : structure
quartzeuse affectée par une faille décrochante NE. ............................................................................... 40
Figure 30 : Rosace directionnelle des structures quartzeuses dans la zone de Tanaldat. ...................... 41
Figure 31 : A : structure à brèche de quartz, B : structure à carbonates. ............................................... 41
Figure 32 : Rosace directionnelle des structures à brèche de quartz affectant la zone Tanaldat. .......... 42
Figure 33 : A : faille décrochante avec un jeu sénestre, B : faille décrochante avec un jeu dextre. ...... 42
Figure 34 : Rosace directionnelle des failles décrochantes affectant le secteur de Tanaldat. ............... 43
Figure 35 : Rosace directionnelle des fractures affectant la zone Tanaldat. ......................................... 44
Figure 36 : Coupe longitudinale passant par les sondages minéralisés de Tanaldat (Document
SOMIFER) ............................................................................................................................................ 45
Figure 37 : Echantillons minéralisés de Tanaldat.................................................................................. 46
Figure 38 : Minéralisation supergène à Tanaldat : A et D, photographies d’affleurement ; B, C, E et F
photographies d’échantillons. ................................................................................................................ 48
Figure 39 : Paragenèses minérales à Tanaldat observées au microscope métallographique. ................ 51
Figure 40 : Paragenèses minérales à Tanaldat observées au microscope métallographique (A, C et E) et
au MEB (B, D, F, G et H). .................................................................................................................... 52
Figure 41 : Analyse MEB sur quelques phases métallques de prospect Tanaldat................................. 53
Figure 42 : Paragenèses minérales à Tanaldat observées au microscope en lumière réfléchie (A, B, C,
D, E, F) et en lumière transmise (G et H).. ............................................................................................ 56
Figure 43 : Paragenèses minérales à Tanaldat observées au microscope en lumière transmise (A et B)
et en lumière réfléchie (C, D, E, F, G et H). .......................................................................................... 57
Figure 44 : Principaux minéraux de gangue du gîte de Tanaldat. ......................................................... 58
Figure 45 : Principaux types d’altérations observées dans le gîte de Tanaldat. .................................... 59
Figure 46 : Séquence paragénétique du gîte de Tanaldat. ..................................................................... 60
Figure 47 : Projection des données des tranchés sue la carte géologique de Tanaldat. En rouge
(Cu>1%) – en violet (0,6%<%Cu<1 %), - en vert (0 %<%Cu<0,6 %), - en bleu (Cu= 0%) ................ 62
Figure 48 : carte d’iso-teneurs du Cuivre (%) dans la zoné étudiée à Tanaldat (Tr : tranchée). ........... 63
Figure 49 : carte d’iso-teneurs d’Argent (g/t) dans la zone étudiée à Tanaldat (Tr : Tranchée). .......... 63
Figure 50 : Superposition des cartes d’iso-teneurs du Cuivre et de l’Argent sur la carte de faciès de
zone étudié à Tanaldat. .......................................................................................................................... 64
Figure 51 : Teneurs en cuivre en fonction de celles en Argent ............................................................. 65
Figure 52 : Teneurs en cuivre en fonction de celles en Fer ................................................................... 65
Figure 53 : Variation de la teneur en cuivre en fonction de la profondeur dans les sondages effectués à
Tanaldat. ................................................................................................................................................ 66
Figure 54 : Variation de la teneur en Argent en fonction de la profondeur dans les sondages effectués à
Tanaldat. ................................................................................................................................................ 67
Figure 55 : Variation du rapport cuivre oxydé sur cuivre total (CuOx/CuT) en fonction de profondeur
dans les sondages de Tanaldat. .............................................................................................................. 68
Figure 56 : Diagramme des teneurs en éléments majeurs de l’encaissant de la minéralisation à
Tanaldat, déterminées par ICP. ............................................................................................................. 69
Figure 57 : Graphique représentant les valeurs propres et la variabilité cumulée en fonction des
facteurs. ................................................................................................................................................. 70
Figure 58 : Projection des variables dans le plan des facteurs F1 et F2. ............................................... 71

5
Introduction

L’Anti-Atlas marocain est une vaste province métallogénique qui renferme un grand
nombre de gisements et de gîtes métallifères dont les principaux métaux exploités sont: Ag,
Au, Co, Ni, Cu, PGE, Pb, Zn. L’étude de la distribution des minéralisations dans l’espace et
dans le temps est nécessaire à l’élaboration de modèles métallogéniques indispensables à
l’exploration de ces différents métaux.
La boutonnière d’El Graara-Bou Azzer (Anti-Atlas) en particulier a fait l’objet de
nombreuses études depuis plusieurs décennies, visant à la mise au point de modèles
génétiques pour les différentes minéralisations qu’elle renferme, notamment à Co-Ni, Cr, Ag,
Au, Cu... Plusieurs modèles ont ainsi été proposés pour ces minéralisations (En Naciri A.,
1995 ; Maacha et al.,1995 ; Maacha et al., 1998; Essarraj et al., 1998; Essarraj, 1999 ; Barakat
et al., 2002 ; Essarraj et al., 2005 ; Belkabir et al., 2008 ; El Ghorfi et al., 2011 ; Maacha,
2013 ; Bourque et al., 2013, …).
Situé au Sud-Est de la boutonnière de Bou Azzer – El Graara, à 200 kilomètres à vol
d’oiseau au Sud-Est de Marrakech dans l’Anti-Atlas, le district de Bleïda est actif depuis le
9ème siècle pour l’exploitation du cuivre comme en témoignent les nombreuses tranchées,
scories et traces de fours anciens. Actuellement, ce district est connu pour la diversité de ses
types de minéralisations dont voici quelques exemples:
1. Le gisement cuprifère de Bleïda de type hydrothermal et qui serait, d’après Mouttaqui,
(1997), lié à un volcanisme basique tholéïtique sous-marin.

2. Les gîtes cuprifères associés au complexe filonien dans les ophiolites de la boutonnière de
Bou azzer (Wafik, 2001).

3. Le gisement cuprifère de Jbel Laassel situé dans la couverture Adoudounienne


(Infracambrien), où les minéralisations sont encaissées dans des dolomies noires et dans
des siltites (Maacha et al., 2011 ; Bourque et al., 2013)

4. le gisement d’or à Bleïda Far Ouest (Barakat et al., 2002 ; Bellabir et al., 2008) et l’or
palladifère (Pd) encaissé dans les séries volcano-sédimentaires du Néoprotérozoïque
moyen (El Ghorfi et al., 2006).

- Objectifs de l’étude

La hausse des cours du cuivre sur le marché mondial à partir de l’année 2000 a constitué
un contexte international favorable qui a poussé la société SOMIFER (Groupe MANAGEM)
à lancer plusieurs campagnes d’exploration sur des indices à cuivre considérés depuis
longtemps comme sub-économiques et dispersés dans le socle précambrien de l’Anti-Atlas.
6
Cette études s’inscrit dans ce cadre général d’exploration du cuivre dans l’Anti-Atlas et
a pour objectif de caractériser, à travers une étude structurale, minéralogique et géochimique,
le gîte cuprifère de Tanaldat situé au nord de la mine de cuivre de Bleïda.
- Méthodologie de travail

Pour atteindre cet objectif, trois mois de terrain ont été effectués sur le site de Tanaldat
en compagnie des géologues de la société SOMIFER travaillant sur place. Durant cette
période, un premier volet de cette étude a été réalisé et comporte :

- Une étude des archives de la compagnie, pour exploiter un maximum d’informations


sur le prospect, son contexte géologique, les anciens travaux d’exploration réalisés, et les
résultats obtenus.

- Une campagne de cartographie géologique détaillée du secteur a été effectuée pour la


délimitation des indices de cuivre ; des coupes géologiques ont été réalisées dans le secteur
minéralisé de Tanaldat.

- Un levé structural du site,

- Une caractérisation macroscopique des faciès encaissants et des minéralisations.

En parallèle avec les études de terrain, des échantillons représentatifs des minéralisations ont
été prélevés.

D’autre part, une base de données des analyses géochimiques des sondages a été fournie par
SOMIFER.

Le deuxième volet de ce travail s’est déroulé au laboratoire Géoressources de la Faculté


des Sciences et Techniques de Marrakech. Il a consisté en :

- l’approfondissement de l’étude bibliographique entamée durant le stage de terrain,

- l’interprétation de la base de données géochimique fournie par l’entreprise SOMIFER,

- la confection de lames minces polies,

- la réalisation d’une étude microscopique des faciès encaissants et des minéralisations


cuprifères.

- Interprétation des résultats obtenus.

7
Partie A

ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE

8
I. l’Anti-Atlas

L’Anti-Atlas est un vaste massif érodé matérialisé par une continuité de reliefs
montagneux qui dessinent une chaîne d’orientation WSW-ENE et qui s’étend sur environ
700km depuis l’Océan Atlantique à l’ouest du Maroc jusqu’aux Hamadas du Guir à l’Est (Fig.
1). Il est limité au Nord par l’accident Sud Atlasique qui le sépare de la chaîne du Haut Atlas
et en fait la continuité du Craton Ouest Africain ; alors que sa limite au sud est moins précise,
(Fig. 1).

L’Anti-Atlas est subdivisé en trois ensembles (Fig. 1) :

- l’Anti-Atlas Occidental qui s’étend depuis la côte Atlantique à l’Ouest jusqu’aux


piémonts du massif de Siroua à l’Est.

- l’Anti-Atlas Central qui comprend le massif de Siroua et la boutonnière de Bou Azzer-


El Graara (région d’Ouarzazate).

- l’Anti-Atlas Oriental qui inclut le massif de Saghro et de l’Ougnat.

L’Anti-Atlas est constitué de terrains infracambriens et paléozoïques au sein desquels


affleurent des formations précambriennes sous forme de boutonnières (Fig. 1).

Figure 1 : Carte géologique représentant les principales boutonnières de l’Anti Atlas


(Choubert, 1963, minéralisation d’après Cheilletz et al.2002).

9
Choubert (1947, 1963) a modifié le schéma structural élaboré par les premiers travaux
de Neltner (1938), en mettant en évidence la présence de l’accident majeur de l’Anti-Atlas.
Cet accident constitue une ligne de suture de direction WNW-ESE qui divise
géographiquement l’Anti-Atlas en deux ensembles structuraux majeurs : sud-occidental et
nord-oriental (Choubert, 1963; Leblanc, 1975 et 1981) :

I.1. Le domaine ancien Sud-Occidental

Ce domaine correspond à la bordure NE du Craton Ouest Africain (CWA), il est


constitué de terrains du Paléoprotérozoique comprenant les boutonnières du Bas Draa, de
Zenaga, de Kerdous et d’Ifni (Fig. 2).

Il est formé d’un socle d’âge Paléoprotérozoique (Leblanc, 1975) et d’une couverture
d’âge Néoprotérozoïque (685 Ma) ; (Clauer, 1976).

Cet ensemble connaît une stabilité tectonique au cours de l’orogenèse Pan-Africaine


(Choubert, 1963; Hassenforder, 1987).

I.2. Le domaine récent Nord-Oriental

Il est constitué de terrains plus récents du Néoprotérozoïque, structuré lors de


l’orogenèse Pan-Africaine (600-680 Ma), (Leblanc, 1975), il comprend les boutonnières de
Saghro, l’Ougnat et une grande partie de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara (Fig. 2).

Figure 2 : Schéma des domaines structuraux de l’Anti Atlas (Choubert, 1963).


10
I.3. La boutonnière de Bou Azzer-El Graara

I.3.1. Généralités

La boutonnière de Bou Azzer-El Graara se situe géographiquement dans la partie


centrale de l’Anti-Atlas à 320 Km à l’Est d’Agadir et à 270 Km au SE de Marrakech, où elle
jalonne l’accident majeur de l’Anti-Atlas. Il s’agit d’une dépression orientée WNW-ESE
bordée de falaises infracambriennes, longue d’environ 60 km et large de 5 à 10 Km (Fig. 3),
avec des altitudes allant de 1300 à 1700 mètres.

Cette boutonnière constitue une province métallogénique importante grâce aux


gisements de cobalt-nickel, or et argent de Bou Azzer et le cuivre, l’or et les PGE de Bleïda
(Fig. 3).

I.3.2. Lithologie

D’après les travaux de Leblanc (1975), la boutonnière de Bou Azzer El-Graara présente
des formations rocheuses de nature et d’âges différents compris entre le Précambrien PI
(Paléoprotérozoïque) à l’Infracambrien (Adoudounien) (Fig. 3).

I.3.2.1. Le Paléoprotérozoïque - Socle Eburnéen (PI)

Occupant la partie méridionale de la boutonnière, ces terrains affleurent dans le district


minier de Bou-Azzer, Oumlil, Tazigzaout et à El Graara central. Ils sont constitués
essentiellement de roches métamorphiques et de roches plutoniques d’âge Paléoprotérozoïque
(2000 Ma), (Leblanc, 1975 ; Charlot, 1978).

I.3.2.2. Le Néoprotérozoïque moyen - Précambrien II inférieur (PII inf)

Il est composés par :

Un complexe ophiolitique d’âge : 788 ± 8 Ma (Rb/Sr, Clauer, 1976) centré sur l’axe de
la boutonnière, et renfermant des roches ultrabasiques à basiques et un ensemble volcano-
sédimentaire (diabases, kératophyres).

Une série de plate-forme composée de calcaires, grauwackes, quartzites et schistes.

11
I.3.2.3. Le Néoprotérozoïque supérieur - Précambrien II supérieur (PII Sup)

Il surmonte les ensembles précédents et est connu sous le nom de série de Tiddiline.
Ces terrains sont formés essentiellement de conglomérats, grès et siltites, associés à des
roches magmatiques (Leblanc, 1975, Benyoucef, 1990).

I.3.2.4. Les terrains de la couverture

La série d’Ouarzazate: représente le Néoprotérozoïque terminal (PIII) de l’Anti-Atlas.


Elle est composée essentiellement de faciès volcano-détritiques riches en ignimbrites. Les
datations (U/Pb sur zircon) effectuées sur des rhyolites et des ignimbrites de la série de
Ouarzazate donnent un âge entre 580±12 Ma et 563±10 Ma (Mifdal et al., 1985).

L’Adoudounien (ou infracambrien) : repose en discordance angulaire sur la série de


Ouarzazate. Il est formé de niveaux gréso-conglomératiques et de dolomies à stromatolithes.
Un âge de 534 ± 10 Ma (U-Pb sur zircon) a été fourni pour la syénite du Jbel Boho (Ducrot et
al., 1977), à laquelle sont associés les trachytes et les andésites interstratifiés dans les
dolomies inférieures de l'Adoudounien.

Tanaldat

Figure 3 : carte géologique simplifiée de la boutonnière de Bou Azzer-ELGraara avec localisation des
principaux gisements (Leblanc, 1981).

12
II. Géologie locale du district de Bleïda

II.I. Situation géographique

Le district de Bleïda est localisé dans l’Anti-Atlas central, précisément au Sud-Ouest de


la Boutonnière de Bou Azzer-El Graara, à 150 km au Sud-est de la ville d’Ouarzazate. La
mine de Bleïda est accessible par la route passant par la ville de Taznakth, elle peut également
être accessible par la route d’Agdz-Bleïda sur environ 90 Km (Fig. 4).

Figure 4 : Localisation de mine Bleïda dans le reseau routier de la boutonière de Bou Azzer
(Document SOMIFER).

II.2. Historique de l’exploitation minière

L’activité minière à Bleïda a commencé traditionnellement dès le XIXe siècle. En 1962,


une première campagne de reconnaissance fut menée par la société canadienne
NORTHFIELD (groupe Linsley) en collaboration avec le groupe AITAMCO (AIT Ahman
Mining Compagny).
De 1966 à 1976, une campagne de prospection géophysique, des tranchées et des
sondages carottés furent réalisés et ont abouti à la découverte de la minéralisation du secteur
Sud, avec un tonnage estimé à 2.689.000 tonnes de minerai à 2.29% de cuivre.
De 1971 à 1973 d’autres travaux ont conduit à la découverte de la minéralisation dans le
secteur Nord avec un tonnage moyen de 62.000 à 73.000 tonnes de cuivre métal.

13
En 1982, 700.000 tonnes de tout venant à 3% de Cuivre étaient déjà reconnues dans la
zone Sud et 1.800.000 tonnes avec de fortes teneurs de minerai jusqu’au 9% Cu dans la zone
Nord. Dès ce moment, les travaux d’exploitation s’annoncèrent nettement plus rentables dans
la zone Nord que dans la zone sud.
En 1997, après l’arrêt de la mine de cuivre de Bleïda, les travaux d’exploration aurifère
réalisés par Reminex- Exploration, filiale de MANAGEM, ont conduit à la découverte du
gisement d’or de Bleïda Far West. Et durant les années 1998-1999, une exploration tactique
est réalisée par la cartographie de détail et une compagne de sondages percutants Roc (600
sondages). L’exploitation du gisement d’or de Bleïda Far West est lancée en 2008.
Actuellement le gisement est en état d’épuisement.
La forte augmentation des cours du cuivre sur le marché international durant les années
2000 a constitué un contexte favorable pour reprendre l’exploitation de cuivre oxydé
provenant aussi bien du retraitement des haldes de la mine de Bleïda, ainsi que du minerai
exploité à Jbel Laassel récemment découvert. Plusieurs campagnes d’exploration sur des
indices à cuivre dans le socle et dans la couverture Adoudounienne ont par ailleurs été
lancées.

II.3. Litostratigraphie

Le secteur de Bleïda montre trois unités tectoniques chevauchantes les unes sur les
autres vers le sud, qui sont de N au S (Fig. 5) : la série ophiolitique de Bou-Azzer (
Néoprotérozoîque moyen ou PII inf ) appelée ensemble Nord, la série de plateforme de Bleïda
(Néoprotérozoîque moyen ou PII inf) appelée ensemble sud et la formation de Tiddiline
(Néoprotérozoîque supérieur). L’ensemble de ces séries est surmonté par les formations d’âge
Néoprotérozoïque terminal (PIII) de la série d’Ouarzazate (Maacha, 2013).

14
Figure 5 : Coupe géologique N-S du secteur de Bleïda, qui illustre les contacts entre les différentes
séries géologiques du district (Maacha, 2013).

L’ensemble nord de Bleïda est essentiellement volcano-sédimentaire. Il est formé de


kératophyres et tufs kératophyriques avec des intercalations de lits métriques de grauwackes
et de niveaux spilitiques peu épais (Saquaque, 1992). Les spilites qui sont bien développées à
la base de la série, sont complètement transformées en minéraux secondaires: épidotes,
chlorites, actinotes, albite et microcline. Le complexe ophiolitique est représenté par des
serpentinites et des cumulats ultrabasiques et gabbroïques (Barakat et al., 2002).
L’ensemble sud correspond à la série de plate-forme de Bleïda et il est constitué de deux
sous-ensembles sédimentaires séparés par un volcanisme basique important (spilites et micro-
diabases) (Bouougri, 1991 ; Squaque, 1992).
Le sous-ensemble de base fait 70 m de puissance, et est caractérisé par des formations
carbonatées et silicoclastiques de plate-forme. Il est formé de siltites, grès et quartzites
surmontés par des roches carbonatées et argilo-carbonatées (Squaque, 1992).
Le sous-ensemble sommital est formé de deux unités : (i) une unité volcano-
sédimentaire schisteuse à siltites, grès laminés et shales noirs très fins, recoupés par des sills
et dykes basiques, (ii) une unité détritique formant le sommet de la série de Bleïda et
composée de dépôts caractéristiques d’une sédimentation de cône sous-marin (Bouougri et al,
1994 ; Moutaqui, 1997) (Fig. 6).

15
Tanaldat

Figure 6 : Cadre géologique de la mine de Bleïda-Far West (FW). La mine d’or est située dans le
Groupe de Bou Azzer-El Graara, en revanche, l’ancienne mine de cuivre est située dans la formation
de plateforme continentale de Tachdamt-Bleïda. (El Ghorfi, 2006).

II.4. Contexte structural

Les travaux menés dans la région de Bleïda ont mis en évidence trois principaux
événements tectoniques :

- la phase Pan-Africaine précoce B1 qui correspond à une phase de direction de


raccourcissement NE-SW à NNE-SSW (Choubert, 1963 ; M. Leblanc ,1975 ; Saquaque et al.,
1989; Benyoucef, 1990; Saquaque, 1992). Elle est matérialisée par le développement d’une
schistosité S1 régionale de direction N90 à N120°E et de décrochements senestres ductiles
Est–Ouest. Elle est également accompagnée d’un métamorphisme du faciès schiste vert. Cette
phrase B1 est également caractérisée par des plis isoclinaux vers le WSW et vers l’Ouest avec
des axes subverticaux. Elle est à l’origine du grand chevauchement de la série du groupe de
Bou Azzer sur la formation de Bleïda.

- La phase Pan-Africaine ultime B2, caractérisée par une schistosité de fracture qui,
superposée à la S1, donne un débit en frites des roches affectées. Elle se manifeste aussi par
des plis droits à charnières aiguës, par des failles inverses, et des décrochements (N35° à
95°E) à rejet variable, (Barakat et al., 2002)
16
- la tectonique hercynienne matérialisée par des chevauchements sub-horizontaux qui
donnent la structuration en blocs commune à tous les gisements de Bleïda, et elle est
responsable du développement de plis disharmoniques dans la couverture Adoudounienne
(Choubert, 1963 ; M. Leblanc ,1975).

II.5. Les minéralisations cuprifères de Bleïda

Le cuivre exploité dans la mine de Bleïda a deux sources principales. La première est le
gisement encaissé dans les dépôts de plateforme du Néoproterozoïque moyen du Groupe de
Bleida-Tachdamt, la deuxième source correspond au gisement de Jbel Laassel dans la
couverture Adoudounienne. Jusqu’à présent ce sont les seuls gisements cuprifères considérés
comme économiques dans le district de Bleïda.

D’autres minéralisations sub-économiques sont identifiées soit dans le socle (gîtes de


Takroumt, Aït Abdellah, la zone de Tachdamt, le secteur de Douissat, Garat Ennous et
Ousdrat Tanaldat), ou dans la couverture (Assif N’zaïd, Amekssa, Tizi M’krez et Oued
R’them) (Fig. 7).

17
Figure 7 : Carte géologique simplifié de la boutonnière de Bou Azzer avec la situation des différents gîtes et gisements de cuivre (Report des minéralisations cuprifères
sur carte de Leblanc, 1975, Bourque et al., 2013).

18
II.5.1. La minéralisation de l’unité de Bleïda-Tachdamt

Dans l’unité de Bleïda, la minéralisation cuprifère est composée de plusieurs lentilles


minéralisées intimement liées aux zones de failles N70° et leurs satellites N40°E à NS.

D’après Billaud (1977), la minéralisation est formée de deux zones majeures, toutes
les deux situées à la base de la série de Tachdamt-Bleïda : une «zone Nord», riche, dans
laquelle la minéralisation est en amas fins, qui semblent concordants avec la schistosité de
l’encaissant et une «zone Sud», moins riche, où le minerai se présente plutôt en stockwerks.
Le processus minéralisateur résulterait de l’enrichissement en cuivre d’amas précoces
pyriteux. Cet enrichissement étant contrôlé par la circulation de solutions cuprifères le long
de failles (Billaud, 1977).

La minéralisation type Nord stratiforme est interprétée comme un amas sulfuré mis en
place antérieurement aux compressions Pan-Africaines (Saadi, 1973 ; Leblanc, 1975). Dans
ce sens, pour ces auteurs la minéralisation primaire, dispersée dans les schistes, serait
remobilisée et reconcentrée sous l'influence de l'intrusion de la granodiorite de Bleïda.

Mouttaqui et Sagon (1999) rattachent ces minéralisations à des dépôts exhalatifs sous-
marins en contexte de rifting océanique ; de plus, la série sédimentaire de Bleïda présenterait
des critères propres aux gisements de type SEDEX d’après ces auteurs.

Pour Maacha (2013), la minéralisation de Bleïda est liée à deux stades, un premier
exhalatif responsable du dépôt de la pyrite régionale à soufre biogénique suivi d’un
deuxième stade hydrothermal contrôlé par une déformation cassante tardi- Pan-Africaine
dans un contexte extensif. Les minéralisations cuprifères se seraient formées par une
interférence entre des processus exhalatifs et hydrothermaux postérieurs au dépôt de la
pyrite.

II.5.2. La minéralisation cuprifère de la couverture Adoudounienne

Il y a peu d'informations bibliographiques sur les gîtes et indices cuprifères, pourtant


nombreux, encaissés dans la couverture Adoudounienne.

Ces gisements semblent être de nature et de localisation stratigraphique diverses.


D’après Bouchta et al. (1977), ils sont localisés principalement dans les formations
détritiques de base, et accessoirement plus haut, dans la base de la dolomie de Tamjout

19
(domaine occidental), mais également dans des alternances de shales et de dolomies comme
c’est le cas à Jbel Laassel (Bourque et al ; 2013).

Dans le cas de Jbel Laassel, gisement économique le mieux étudié dans la couverture
Adoudounienne, la minéralisation résulterait d’une migration post-tectonique de cuivre
contrôlée structuralement par la jonction de deux familles de failles (Kolev, 1978).
Cette hypothèse est consolidée par Maacha et al. (2011), et Bourque et al (2013) qui
évoquent un caractère épigénétique de cette minéralisation qui se présente sous forme de
micro-stockwerks, et qui est structurée sous forme d’amas localisés dans les charnières de
plis en association permanente avec un système de failles NE.

20
III. Le prospect Tanaldat

III.1. Introduction

Connue par l’abondance d’indices cuprifères (Malachite), cette zone est


particulièrement favorable à l’existence possible de gisements cuprifères, d’où l’intérêt de
l’étudier géologiquement. Cependant, la complexité des facteurs tectoniques (schistosité,
fracturation et plissement) et d’altérations (hydrothermale et superficielle) rendent difficile
l’examen géologique et structural de prospect de Tanaldat.

III.2. Cadre géographique et géologique de secteur d’étude

Le secteur de Tanaldat est situé au Nord-Ouest de la mine de Bleïda. L’accès se fait


par la route reliant Bleïda à Taznakht, après 8 km de route, on emprunte une piste de 2 km
pour accéder à Tanaldat (Fig. 8).

Figure 8 : Localisation du prospect Tanaldat sur une image Google Earth

Géologiquement, la zone de Tanaldat appartient au domaine Nord de la boutonnière


Bou Azzer - El Graara. Les indices cuprifères de Tanaldat sont encaissés dans la bande
volcano-sédimentaire Nord (Néoprotérozoïque moyen) constituant une unité structurale de
la boutonnière de Bou Azzer–El Graara (Fig. 9). Cette portion Nord est bordée par la
formation volcano-détritique d’Ouarzazate d’âge Néoprotérozoïque terminal ou PIII au Nord
et par la formation de Tiddiline (Néoprotérozoïque superieur ou PII sup) au Sud. Cette
21
dernière est formée, selon Tekiout (1991), de trois formations juxtaposées. De l’Ouest vers
l’Est, on distingue:
- La formation de l’Ousdrat : c’est une mégaséquence négative formée de tufs et
kératophyres. Ce sont des faciès fins représentant des turbidites des milieux profonds.
- La formation d’Aït Abdellah-Tichibanine : ce sont des séquences positives de dépôts
volcano-détritiques (conglomérats, grauwackes, grès et pélites). Il s’agit de turbidites
proximales formées dans une pente.
- La formation de Tanaldat-Belgrad : c’est une série rythmique de spilites et kératophyres
avec des occurrences volcano-détriques et tufs ainsi que des schistes, ayant subi une
déformation ductile, hétérogène et syn-métamorphe dans le faciès schiste vert.
La carte du secteur et la coupe NW-SE traversant tout le domaine nord ont permis à
Tekiout (1991) de subdiviser l’unité Nord en une succession de bassins avec le début d’un
haut fond dans la région de Tanaldat-Belgrad, et une suite d’effondrements en direction NW,
donnant le bassin d’Aït Abdellah-Tichibanine et enfin le bassin d’Ousdrat (Fig. 10). On
passe ainsi d’un milieu de plate-forme (Belgrad) à un milieu de pente (Aït Abdellah) pour
aboutir enfin à un milieu profond (Ousdrat) (Tekiout, 1991).

Secteur d’étude

Figure 9 : Situation de secteur de Tanaldat sur la carte géologique de Bleïda avec localisation des
indices de cuivre en cours d’exploration (document SOMIFER).

22
Figure 10 : Situation du secteur de Tanaldat sur la carte de géologique et la coupe géologique
établies par Tekiout (1991).

Les données géochimiques caractérisent un contexte d’arc volcanique intra-océanique


avec une affinité principalement tholéiitique (Tekiout ,1991 ; Soulaïmani et al., 2013).
Deux datations géochronologiques sur zircons ont été réalisées pour la première fois
dans l’unité Nord : une lave rhyolitique a livré un âge de 767 ± 7 Ma et des tufs dacitiques
un âge de 761 ± 7 Ma (Soulaïmani et al., 2013).

III.3. Historique et travaux anciens

III.3.1. Etude litho-géochimique

L’étude litho-géochimique effectuée par Folle (1986) (servive géologie de la mine de


Bleïda) a relevé l’existence de plusieurs anomalies géochimiques en liaison avec de petits
indices de cuivre, localisées le long du contact Spilites-Kératophyres. Cette observation est
surtout matérialisée par les anomalies en Cu et en Zn qui se superposent avec les indices de
Cu levés en surface.

23
III.3.2. Etude géophysique

Plusieurs levés géophysique réalisés dans la zone de Tanaldat ont concerné les indices
les plus importants. L’objectif était de détecter des corps conducteurs et chargeables
correspondant à la continuité en profondeur de ces indices.

Ces levés sont :

- Polarisation spontanée (PS), électromagnétiques fréquentielles VLF (Very Low


Frequency) et Polarisation provoqué (PP) en 1981-1982 (BRGM : Bureau de
Recherches Géologiques et Minières - France)
- Le levé PPL (levé éléctrique pôle-dipôle) par SAGAX (1992)

Cet étude montre que la plupart des anomalies géophysique marquant le prospect
Tanaldat se superposent globalement avec le contact lithologique entre les roches basiques
et les tufs acides (spilites-kératophyres).

III.3.3. Les sondages carottés

L’importance des indices de cuivre dans le secteur avait déjà incité à la réalisation de
deux sondages carottés par le BRGM (1982). Ces sondages ont été implantés de façon à
contrôler l’aval de l’horizon contenant le plus grand indice de cuivre lié à des carbonates.

Ces deux sondages se sont avérés négatifs et leur échec a été expliqué par une
fermeture avale du contact spilite-kératophyres.

III.3.4. Géochimie Stream

Dans le secteur de Tanaldat, des teneurs significatives en or (80 ppb à 800 ppb)
s’alignent sur le contact spilites – kératophyres (par REMINEX 1997 à 2000).

III.3.5. Conclusion

D’après l’étude des archives de la mine et des travaux antérieurs, on déduit que la
majeure partie de l’ensemble de Tanaldat est occupée par des Kératophyres et des massifs
spilitiques. L’indice le plus important et qui avait attiré l’attention est localisé dans une zone
de cisaillement et contenu dans des carbonates qui longent le contact tectonique spilites-
kératophyres et qui peut être favorable à la présence d’une minéralisation en sulfures.

24
Partie B :

Etude géologique du prospect Tanaldat

25
Introduction

L’étude gîtologique du secteur de Tanaldat a comporté plusieurs volets : cartographie -


lithologie, étude structurale, étude des minéralisations et une étude géochimique.

I. Lithologie

La zone Tanaldat est attribuée au groupe Tichibanine-Belgrad dans l’unité nord de la


boutonnière de Bou Azzer-ELGraara (Soulaïmani et al, 2013),

La lithologie de Tanaldat correspond essentiellement à des laves acides et basiques


(Fig. 11) et plusieurs nomenclatures ont été données à ces laves:

Laves basique = Spilites = basaltes = métabasites

Laves acides = Kératophyres = métatufs acides

À ce stade de l’étude, il est difficile de redéfinir une nomenclature de ces formations à


cause de l’étendue réduite de la zone d’étude localisée principalement le long d’un contact
fortement hydrothermalisé et où les faciès d’origine ont été effacés par les altérations. Par
conséquent, nous avons adopté la nomenclature la plus récente donnée par Soulaïmani et al.,
(2013) et dont les descriptions macroscopiques et microscopiques correspondent à ce que
nous avons observé dans la zone.

La carte géologique au (1/500ème) ainsi que des coupes géologique ont été réalisées
sur le secteur Tanaldat lors du présent travail (Fig. 12 et 13). Ces travaux de cartographie ont
permis de mettre en évidence différents faciès constitués essentiellement par des roches
volcaniques à hypovolcaniques acides et basiques en alternance depuis l’échelle
cartographique (Fig. 12) jusqu’à une échelle centimétrique. Ces roches peuvent être
subdivisées en deux séries différentes :

- une série acide qui englobe des laves acides (Néoprotérozoïque moyen) et des
ignimbrites rhyolitiques (Néoprotérozoïque terminal).
- une série basique constituée par des basaltes doléritiques (Néoprotérozoïque
moyen) et des dykes de diabase (Néoprotérozoïque terminal).

En plus de ces faciès, des lentilles de carbonates sédimentaires ainsi que des filons de
quartz se distinguent dans le prospect de Tanaldat.

26
Le contact entre les laves basiques et les laves acides d’orientation globale ESE-
WNW, correspond à un cisaillement senestre, le long duquel on retrouve par endroits des
carbonates avec des indices de cuivre (malachite, azurite) (Fig. 12). Les indices de cuivre ne
sont pas systématiquement associés aux carbonates, ils se présentent aussi hors de contact
dans les laves acides et dans les basaltes.

A
Lguelb labyed 1437 m (ignimbrite Rhyolitique PIII)
S N

Basaltes
Laves acides Basaltes Laves acides
8m
Basaltes

B Lguelb labyed 1437 m (ignimbrite


Fig C E
W Rhyolitique PIII) Fig D

Terrains de couverture
Alternance laves basiques-laves acides

Laves acides

Basaltes
5m

C D N
Terrains de couverture
W E
Alternance laves acides-laves basiques
┬ Laves basiques

Carbonates Laves acides
minéralisée Laves acides
10 m Basaltes Dyke de diabase

Figure 11 : Vues panoramiques du secteur de Tanaldat

27
Ignimbrites rhyolitiques Structures quartzeuse
Dyke de diabase Indice de malachite
Carbonates minéralisés Tranchés
Carbonates Talweg
Laves acides Contact faillé et failles
Basaltes S1
Volcanites acides et basiques en alternance Pendage

Figure 12 : Carte géologique de secteur Tanaldat avec l’emplacement des coupes géologiques de la figure 13 (Ce travail) 28
Ignimbrites rhyolitiques
Dyke de diabase
Carbonates
Basaltes 00000000
Volcanites acides et basiques en alternance
Carbonates minéralisés
Laves acides
Indice de malachite
Faille

29
Figure 13 : Coupes géologiques de secteur Tanaldat (ce travail) (voir l’emplacement des coupes sur la figure 12)
I.1. Laves acides (Néoprotérozoïque moyen)

Sur le terrain, il est souvent difficile de préciser la nature de ces méta-roches acides car
elles se confondent avec les rhyolites surtout lorsqu’elles sont attaquées par l’altération
superficielle ou hydrothermale qui oblitèrent leurs structures primaires.

Ce sont roches des volcaniques acides, affleurant en bandes cartographiques étroites, de


teinte claire à la cassure et à patine beige à blanche. Elles forment également des bancs
décimétriques à métriques qui s’intercalent dans des faciès schistosés (Fig. 14A), sous une
forme boudinée sous l’effet de la déformation qu’on peut expliquer par la différence de
compétence de ces roches. Ces roches prennent une allure sigmoïde permettant de déterminer
les contraintes qui sont liées à leur déformation (Fig. 14B).

Des laves pyrophyllitisées ont été observées dans le secteur de Tanaldat et


correspondent à des laves acides altérés hydrothermalement (Fig. 14C et 14D).

Un âge de 767± 7 Ma a été attribué à ces laves par datation des zircons des laves
rhyolitiques (Soulaïmani et al., 2013).

A B N
LavesTufs
acides schistosées
et laves acides

Lave acide boudinées

D
C

Laves acide pyrrophylitisée

Figure 14 : Vue à l’affleurement des laves acides (A, B, C), et d’un échantillon pyrophyllitisé
(D).A : laves acides boudinées dans des niveaux schisteux. B : laves de structure sigmoïde.
C : vue à l’affleurement des laves acides pyrrophillitisées. D : échantillon de lave
pyrophyllitisée.

30
L’observation microscopique montre que ces roches sont formées globalement de quartz
en cristaux grossiers et aussi plus ou moins fins et anguleux, parfois à habitus plus
typiquement rhyolitique, et de plagioclases souvent maclés notamment une albite sub-
automorphe. Ces cristaux baignent dans une matrice très fine formée de très nombreux petits
cristaux de (Quartz, Feldspath et Chlorite), en proportions variables, régulièrement répartis
dans la mésostase. Ils forment le matériel colmatant les phases principales de la roche. Tous
ces minéraux sont orientés suivant le plans de schistosité à alignements sériciteux, et sont
souvent cataclasés (Fig. 15A et 15B).

Des minéraux opaques sont visibles sous forme de quelques gros cristaux clastiques.

A B Pg
Pg
Pg+Qz
Pg

Pg ?
Qz

Qz
Pg
Pg + Qz
200µm 200µm
LTP LTP

Figure 15 : Laves acides observés en lame mince, lumière transmise polarisée (LTP)

I.2. Ignimbrites rhyolitiques (Néoprotérozoïque terminal)

Ce sont des roches d’âge 566 ± 4 Ma (Soulaïmani et al., 2013). Elles sont de couleur
blanchâtre à jaunâtre et sont affectées par une déformation intense accompagnée d’une forte
recristallisation du feldspath et du quartz (Fig. 16A et 16B).

La roche est massive, de couleur grise sur cassure fraîche, présentant un faible
pourcentage (< 20%) de phénocristaux brisés (quartz, feldspath potassique, biotite, oxydes) et
de très rares fragments lithiques (Soulaïmani et al., 2013).

31
A B
Feldspath

Figure 16 : Vue des rhyolites à l’affleurement (A) et vue de détail (B).

I.3. Basaltes (Néoprotérozoïque moyen)

A Tanaldat, ces laves basiques (Fig. 17A) occupent la partie Sud. En allant vers le nord,
elles diminuent aux dépens d’intercalations de laves acides (Fig. 17B).

Cependant l’identification sur le terrain de ces roches s’avère parfois difficile surtout au
niveau de petites volcanites réparties dans les laves acides lorsqu’elles s’alternent à une
échelle très faible. Elles peuvent alors correspondre à des méta-laves et tufs basiques. Par
contre, les grands massifs sont d’un vert sombre caractéristique (Fig. 17A et 17B).

A B
Laves acides

Basaltes

Laves acides

0.5m

Figure 17 : (A) affleurement des massifs de basaltes. (B) Volcanites acides et basiques en alternance.
.
Au microscope, ces roches présentent une texture magmatique hypovolcanique à
volcanique à peu près préservée dans les roches peu déformées mais la paragenèse
magmatique originelle est en grande partie remplacée par un assemblage de minéraux de
métamorphisme de bas degré.

En effet, les chlorites en plages et les épidotes sont les phases minérales les plus
abondantes. La présence des reliques d’albite presque totalement altérée en séricite

32
(séricitisation), de quartz micro à cryptocristallin, d’opaques et d’impuretés est toutefois
notable. L’ensemble est recoupé par des veinules de chlorite (Fig. 18A et 18B).

Les fentes sont abondantes, elles sont caractérisées par leur remplissage séquentiel
(quartz et calcite au cœur, épidote et chlorite à la périphérie).

A B

Chl
Chl
Ep Pg Chl
Pg

Pg
200µm 100µm
LTP LTP

Figure 18 : Basaltes altérés observés en lame mince, lumière transmise polarisée (LTP).

Chl : chlorite, Ep : épidote, Pg : plagioclase.

I.4. Dyke de diabase (Néoprotérozoïque terminal)

Ce sont des roches compactes de couleur brun sombre d’aspect massif. Ce dyke a une
extension bien limitée dans la zone (Fig. 19A et 19B), et a un âge post-PII et anté- PIII
(Tekiout, 1991).

Figure 19 : Dyke de diabase : (A) à l’affleurement, (B) : vue de détail.

L’étude pétrographique réalisée par Tekiout (1991), montre qu’il s’agit de dolérite. La
roche est formée principalement de microlites de plagioclase. Ceux-ci sont en lattes disposées
au hasard, et isolent des espaces où se rassemblent les minéraux de la paragenèse secondaire
33
(chlorite, épidote, calcite, et impuretés). Ces minéraux remplissent les vacuoles et les
microfractures.

I.5. Carbonates

Il s’agit de lentilles à extension décimétrique à métrique qui se localisent principalement


dans les laves acides et entre ces laves acides et les basaltes. Elles sont en général
subhorizontales (Fig. 20A et 20D). Ces roches carbonatées (Fig. 20B) présentent des niveaux
de cherts et des niveaux phylliteux (Fig. 20C).

Ces carbonates se verticalisent en s’approchant du contact laves acides-basaltes et


subissent une altération hydrothermale caractériseée par une forte silicification et une
carbonatation, et ils renferment les indices de cuivre les plus importants dans le secteur.

A B

C D

Niveaux phylliteux

Figure 20 : Vue à l’affleurement et d’un échantillon de carbonates. A : niveaux de carbonates


subhorizontaux. B : vue de détail. C : carbonates avec des niveaux phylliteux. D : lentille de
carbonates recoupe les laves acides.
L’étude en lame mince des carbonates non minéralisés montre qu’ils sont
essentiellement formés de dolomite en plus de quartz micro à cryptocristallin et des cristaux
d’opaques automorphes ou xénomorphes et des veinules de sidérite. De même, de rares petits
grains de feldspaths sont observés (Fig. 21A et 21B).

34
Qz Dol
Dol Dol+Qz

Qz
Qz
Dol
Sd

200µm 200µm
LNTP LNTP

Figure 21 : Observation microscopique des carbonates de Tanaldat en lumière transmise polarisée


(LTP). Dol : dolomite, Qz : quartz, Sd : sidérite.

I.6. Conclusion

Le prospect Tanaldat est localisé au niveau du Groupe de Tichibanine-Belgrade dans


l’unité Nord de la Boutonnière de Bou Azzer. Dans ce secteur, ce groupe est formé d’une
série rythmique composée d’une alternance de roches basiques (basaltes) et de laves acides,
ainsi que quelques lentilles de carbonates. Il est recoupé par des dykes basiques et des filons
de quartz. Le contact entre les laves basiques au Nord et les laves acides au Sud est anormal et
d’orientation générale ESE-WNW. Il est disloqué et correspond à une zone de cisaillement. Il
est parfois souligné par des lentilles de carbonates, des filons à remplissages de quartz ainsi
que des brèches de quartz imprégner de malachite.

35
II. Etudes structurale

L’étude structurale de la région de Tanaldat traitera les différents aspects de la


déformation à l’échelle macroscopique. La tectonique souple (schistosité, cisaillements et
plissements) et la tectonique cassante (fractures, filons et veinules) sont étudiées afin de
chercher l’existence de lien génétique ou géométrique éventuels entre les indices cuprifères et
les différentes structures et replacer le prospect dans son contexte structural régional.

II.1. Tectonique souple

II.1.1. Schistosité de flux et couloirs de cisaillement

A Tanaldat les laves sont généralement bien schistosées et ceci d’autant plus que l’on se
déplace vers le nord où elles acquièrent une structure finement rubanée. La schistosité
présente une orientation générale N130°E avec des perturbations directionnelles locales de
cette schistosité qui s’oriente suivant une direction moyenne N25° (Fig. 22). Une telle
perturbation a été observée dans la zone à indices cuprifères les plus importants.

Figure 22 : Rosace directionnelle de la schistosité S1 dans le secteur de Tanaldat

On note une intensification de la schistosité dans la zone d’étude qui indiquerait la


présence de méga-zones de cisaillement. En effet, l’étude structurale a permis d’identifier
deux mégazones de cisaillement de direction respectivement N100 à 110°E et N120 à 150°E,
semblables à celles décrites par Tekiout (1991) dans la zone.

36
La zone de cisaillement N100-110 E matérialise le contact entre les laves basiques et
les laves acides est correspond à un cisaillement sénestre surtout au niveau des carbonates qui
porte les indices cuprifères (Malachite, Azurite) les plus importants dans la zone (Fig. 23).

A B Carbonates
W Laves acides E W E
S1
Basaltes
S1
N100°
Laves acides

0.5m Volcanite basique Carbonates


schistosée et plissée

Figure 23 : Couloir de cisaillement N100 à N110°E. A : couloir de cisaillement au niveau du contact


basaltes – laves acides. B : plis d’entraînement dans des volcanites basiques schistosées prises par des
carbonates au niveau du contact laves acides-basaltes.

La zone de cisaillement N120-N150°E correspond à un couloir cisaillant sénestre


rencontré dans les laves acides (Fig. 24). Cette fois-ci les indices de cuivre y sont mineurs.

A B
W E N
S1 N130°
S1

N130°

Figure 24 : Couloir de cisaillement N120-N150°E. A : couloir de cisaillement dans les laves acides
fortement schistosés. B : lentille sigmoïde de lave acide compétente indiquant le jeu sénestre du
cisaillement.

II.1.2. La schistosité de fracture S2

Une schistosité de fracture moins intense par rapport à la S1 a été observée. Elle affecte
l’ensemble des faciès du Néoprotérozoïque moyen (PII inf) et recoupe la S1 (Fig. 25).

37
A B
W E
S2

0.5m

Figure 25 : A : la schistosité de fracture S2 recoupant la S1, B : S2 au niveau des basaltes.

La rosace (Fig. 26) montre que la S2 présente une direction principale de N30-50°E et
une direction minoritaire N10°E. La famille principale est liée probablement à la phase B2
panafricaine.

Figure 26 : Rosace directionnelle de la S2 à Tanaldat

II.1.3. Les plis

A Tanaldat, le plissement de la série rythmique de laves acides et basiques est marqué


essentiellement par des microplis centimétriques, rarement métriques. Ces plis sont rencontrés
généralement au niveau des laves acides, et également aux contacts anormaux et près des
failles, moins fréquemment dans les laves basique.
Il s’agit de rares plis syn-schisteux, à la fois tracés et moulés par la schistosité, observés
surtout au niveau du couloir de cisaillement N150°E (Fig. 27A et 27B), et de plis post-
schisteux assez fréquents. Ces derniers correspondent à une crénulation de la schistosité, où
celle-ci est déformé par des microplis rapprochés, parallèles entre eux, souvent aigus
correspondant à des plissotements en ondulation centimétrique à hectométrique qui

38
reprennent la schistosité (S1). Ce sont des plis en chevron (Fig. 27C), ou en kink-bands (Fig.
26B).

A B
W E

S1

0.5m

C D
W E

S1
S1

Figure 27 : Principaux types de plis observés à Tanaldat. A : pli synschisteux moulé et tracé par la
schistosité. B : schéma explicatif de la formation des plis synschisteux (Jean-François Moyen, 2009),
C : plis en chevron, D : plis en kink-band.

Le levé structural et le traitement statistique des données structurales indiquent que la


distribution des axes de microplis est très hétérogène et ceci est causé par l’intensité de la
déformation. Les axes des différents microplis sont moyennement à fortement pentés (Fig. 28)
N

W E

44 mesures

Figure 28 : représentation stéréographique des axes des microplis à Tanaldat.

39
II.2.Tectonique cassante

Les levés cartographiques du prospect de Tanaldat ainsi que le traitement statistique des
différentes structures mesurées ont permis de mettre en évidence une tectonique cassante
assez importante qui se superpose à la tectonique souple. En effet, outre la schistosité de
fracture, il existe plusieurs familles de fractures de directions et pendages variés : les unes
avec remplissage constituant des structures filoniennes (dykes basique, veines de quartz,
veines de carbonates et structures à brèche) et les autres sans remplissage (fractures et failles
décrochantes).

II.2.1. Les dykes basiques

Les dykes doléritiques sont généralement rares et ont une direction moyenne N90 à
N100°E.

II.2.1. Les structures à quartz, ou à brèche de quartz, rares structures à carbonates

- Les structures quartzeuses recoupent les laves basiques et les laves acides, et se
rencontrent aussi que le long de leur contact (Fig. 29).

WNW ESE

Laves basiques

Faille à remplissage de quartz

Laves acides Filon de


0.6 m quartz
A 0.5m B

Figure 29 : A : structure à remplissage de quartz au contact laves basiques- laves acides, B : structure
quartzeuse affectée par une faille décrochante NE.

Le traitement statistique des directions des structures quartzeuses mesurées dans la zone
a permis de distinguer une seule famille orientée principalement N90-130°E (Fig. 30).

40
Figure 30 : Rosace directionnelle des structures quartzeuses dans la zone de Tanaldat.

- Les structures à remplissage de brèche de quartz matérialisent généralement le contact laves


acides-basaltess. Elles apparaissent dans des sites de densité maximale de la schistosité et sont
imprégnées superficiellement de malachite (Fig. 31A).
Parfois on localise de rares structures à carbonates de direction générale N90°E le long
de ce contact (Fig. 31B).
A B
W E
Laves acides

Brèche de faille Carbonates


Laves basiques
0.5

Figure 31 : A : structure à brèche de quartz, B : structure à carbonates.

L’analyse statistique des directions des structures à brèches permet de visualiser une
seule famille de direction N90-120°E (Fig. 32).

41
Figure 32 : Rosace directionnelle des structures à brèche de quartz affectant la zone Tanaldat.

II.2.3. Failles décrochantes

Ces failles s’expriment par des décrochements de jeu tantôt dextre tantôt senestre (Fig.
33) visibles surtout au niveau du contact laves acides-basaltes.
A B
W E W E
N40° Laves acides
Basaltes
Laves acides

Basaltes

Laves acides
Laves acides
N150°

Figure 33 : A : faille décrochante avec un jeu sénestre, B : faille décrochante avec un jeu dextre.

L’analyse statistique des plans de ces failles montre une famille principale N40 à N60°E
et plusieurs familles minoritaires (Fig. 34)

42
Figure 34 : Rosace directionnelle des failles décrochantes affectant le secteur de Tanaldat.

II.2.4. Fractures

Il s’agit essentiellement de joints et diaclases de faible étendue qu’on observe sur des
roches généralement massives, et s’associent en réseaux débitant les roches en prismes
grossiers principalement dans les laves basiques. Ces fractures sont bien développées à
l’approche des zones faillées et n’ont pas de jeu visible.
Le traitement statistique de ces structures met en évidence une famille principale N30-
50°E, une famille moins importante N120°E et plusieurs familles de moindre importance (Fig.
35).

43
Figure 35 : Rosace directionnelle des fractures affectant la zone Tanaldat.

II.3. Conclusion

Les formations volcano-sédimentaires de Tanaldat ont subi une tectonique complexe qui
a conduit à leur géométrie actuelle, leur comportement vis-à-vis des contrainte diffère selon
leur compétence.
En résume les faciès de Tanaldat ont subi une tectonique ductile manifestée par :
- Une phase synschisteuse probablement liée à la phase de déformation Pan-Africaine
B1 affectant la zone, responsable de la schistosité de flux S1, des couloirs de cisaillement, et
du plissement synschisteux de la série. Cette phase est précédée d’une tectonique extensive
syn-sédimentaire matérialisé par des lentilles des carbonates qui se localisent dans les laves
acides et au niveau du contact laves acides – basaltes.
- Une phase de serrage probablement liée à la phase Pan-Africaine ultime (B2),
engendrant des plissements post-schisteux, des joints, des diaclases et une schistosité de
fracture plus visible dans les massifs basiques.
- Une déformation cassante probablement post Pan-Africaine, matérialisée par des
fractures, et des failles soulignées par des remplissages à quartz, brèche de quartz et à
carbonates, témoignant d’une ouverture plus ou moins importante. Ces structures recoupent
les schistosités et se disposent en deux directions principales, NE-SW, et WNW-ESE et sont
probablement liées au moins à la déformation hercynienne ou aux phases orogéniques plus
récentes. La minéralisation de Tanaldat semble liée à la famille WNW-ESE qui montre des
indices de cuivre le long du contact laves acides-basaltes.

44
III. Minéralisation

La plus importante minéralisation interceptée par les sondages à Tanaldat est encaissée
dans les basaltes (spilites) (Fig. 36), et elle est constituée de la bornite, la chalcopyrite et la
pyrite (Fig. 36). Elle se situe le long d’une faille orientée E-W qui marque le contact entre les
laves acides (Tufs Kératophyriques) et les laves basique (Spilites) et qui est occupée par des
carbonates minéralisés par endroits.

En Surface, les formations encaissant la minéralisation sont constituées d’un ensemble


de laves acides, laves basiques et une carapace formée de carbonates silicifiés. La
minéralisation se présente par ordre d’abondance décroissante sous forme de malachite,
chrysocolle, azurite, bornite, et chalcopyrite.

L’utilisation des sondages percutants et non carottés dans l’exploration à Tanaldat n’a
pas permis l’étude minéralogique de la minéralisation en profondeur. Par conséquent, l’étude
a été limitée aux affleurements de terrain et échantillons prélevés dans les tranchées;
macroscopiquement, puis microscopiquement.

Figure 36 : Coupe longitudinale passant par les sondages minéralisés de Tanaldat (Document
SOMIFER)

45
III.1. Observation macroscopique

III.1.1. Minéralisation primaire

 La bornite Cu5FeS4
Ce sulfure de cuivre est peu abondant en surface, en le rencontre, avec d’autres sulfures,
seulement dans les carbonates. La bornite est soit disséminée en association avec la
chalcopyrite ou seule sous forme de lits millimétriques voire rarement centimétriques (bandes
massives), alternant avec des niveaux schisteux et carbonatés (Fig. 37A et 37B).

 La chalcopyrite CuFeS2
Ce sulfure de cuivre assez abondant, et se présente soit: i) en disséminations dans des
masses sombres carbonatées probablement dominées par des carbonates de fer, souvent en
association avec la bornite, ii) dans des veines de calcite recoupant les lentilles de carbonates
(Fig. 37B et 37C), iii) sous forme des grains disséminés dans des structures quartzeuses qui
recoupent les carbonates encaissants (Fig. 37D).

Figure 37 : Echantillons minéralisés de Tanaldat

46
III.1.2. Minéralisation supergène

 La malachite Cu2(CO3)(OH)2
C’est le principal indice de minéralisation en surface, on la rencontre dans les laves
acides, dans les laves basiques et les carbonates..
Elle est présente sous différentes formes (Fig. 38A, 38B, 38C, 38D et 38E) :
- disséminée dans l’encaissant,
- en veinules centimétriques et en mouches dans les carbonates
- au niveau de l’éponte des veinules de quartz affectant les laves basiques,
- alignée dans des niveaux phylliteux à l’intérieur des carbonates
- sous forme de masses dans les chloritochistes et les laves basiques.

 Le chrysocolle SiO2CuO.2H2O
C’est le minéral le plus fréquent dans les carbonates, on le trouve associé à la malachite,
l’azurite et la chalcopyrite, sous formes dans nombreuses veines formant des stockwerks (Fig.
38E et 38F).

 L’azurite Cu3(CO3).2(OH)2
Cette phase est rencontrée soit seule en mouches dans les carbonates, soit dans des
veines de faible puissance (millimétrique) entourée de chrysocolle (Fig. 37F).

47
Figure 38 : Minéralisation supergène à Tanaldat : A et D, photographies d’affleurement ; B, C, E et F
photographies d’échantillons.

48
III.2. Echelle Microscopique

L’étude microscopique de la minéralisation de Tanaldat a porté sur vingt lames minces


polies qui ont été confectionnées à partir des échantillons prélevés à l’affleurement et dans les
tranchées. Cette étude a été réalisée dans le but d’identifier la nature des espèces métalliques,
leur texture, leur abondance relative, leurs relations chronologiques ainsi que leur association
avec les minéraux de gangue.
L’identification des minéraux métalliques a été réalisée au microscope
métallographique en lumière réfléchie, alors que les minéraux de gangue ont été étudiés en
lumière transmise.
Des analyses semi-quantitatives au microscope électronique à balayage (MEB) ont été
réalisées afin de vérifier la présence de phases minérales à or et à argent et identifier des
minéraux qui n’ont pas pu être reconnus au microscope métallographique.
La paragenèse métallique de Tanaldat comporte un stade hydrothermal et un stade
supergène.

III.2.1. Paragenèse hydrothermale

 La bornite Cu5FeS4
C’est la phase primaire la plus abondant dans le gîte de Tanaldat. Elle s’y développe
surtout sous forme massive, en grand plages (Fig. 38A) ; pouvant contenir des petites
inclusions d’autres minéraux (Fig. 39A, C et E).
L’analyse semi-quantitative au MEB indique que la bornite a une composition
(S=51.77% ; Fe=12.14% ; Cu=36.08% en poids et montre un enrichissement de soufre (Fig.
41B).
 La chalcopyrite CuFeS2

Ce sulfure est présent dans la plupart des échantillons étudiés, sous forme de grandes
plages xénomorphes (Fig. 39F) ; parfois allongées suivant une direction préférentielle qui
pourrait correspondre à un ancien litage ou bien une altération préférentielle suivant des
fractures (Fig. 39G). La chalcopyrite est aussi observée sous forme de grains fins dispersés
dans l’encaissant (Fig. 39E), et en inclusions dans les minéraux de gangue notamment les
veinules de calcite (Fig. 39H),
La chalcopyrite est le plus souvent associée à la bornite (Fig. 39B, 39C et 39D), et les
deux sulfures semblent contemporains.

49
 Métaux précieux – Séléniures et téllurures
L’argent est le métal précieux dominant à Tanaldat. Il a était observé dans des
échantillons prélevés au niveau du contact laves acides-basaltes souligné par des carbonates.
L’argent se présente en association avec l’or ou avec le tellure sous forme d’inclusions
relativement abondantes dans la bornite et parfois dans les carbonates (Ag-Au) (Fig. 40A et
C). Par ailleurs, une phase minérale dominée par le sélénium associé au plomb a également
été observée sous forme d’inclusions dans la bornite. Ces phases à métaux précieux, sélénium
et tellure ont pu être quantifiées au MEB (Fig. 40B, D, F, G, H et Fig. 41). L’analys du
tellurure d’argent (Fig. 41D) révèle une composition proche de la hessite (Ag2Te), mais en
l’absence d’analyses aux RX ou d’analyses quantitatives à la microsonde éléctronique, aucune
de ces phases minérales ne peut être définie avec certitude

50
A B

Cp
Dol+Qz
Ma

Bo
Bn
Id
200µm 50µm
LNR LNR

C D

Ccl+Ma Cc Cp
Cc
Cov Ma
Bn

Cp 50µm Bn 50µm
LNR LNR

E F
Fe-Ox Qz

Fe-Ox

Cp Cp
Dol+Qz
50µm 100µm
LNR LNR

G H
Ca Qz
Cp Qz

Cp
Ma
Fe-Ox

Qz
Dol+Qz 100µm 100µm
Fe-Hydrox
LNR LNR

Figure 39 : Paragenèses minérales à Tanaldat observées au microscope métallographique.


Bn. (bornite), Cc (Chalcocite), Cv. (Covellite), Fe-Hydrox. (Hydroxyde de fer), Fe-Ox (oxydes de fer), Cp.
(chalcopyrite), Id. (Idaïte), Ccl. (Chrysocolle), Dol (dolomie), Qz. (quartz), Ca. (calcite), et LNR (lumière
naturelle réfléchie) et LNT (lumière naturelle transmise).

51
A B
Ma

Fe-Ox
Au-Ag Cov
Bn
Ma

20µm
LNR

C D

Ma Bn

Ag-Te
Au-Ag 50µm
LNR

E F
Bn

Ag-Te Fig G
Ma

Fe-Ox

150µm
LNR

G H

Fig H

Figure 40 : Paragenèses minérales à Tanaldat observées au microscope métallographique (A, C et E) et


au MEB (B, D, F, G et H).Bn. (bornite), Cv. (covellite), Fe-Ox (Oxydes de fer), Ma. (Malachite), Au-
Ag. (Or-Argent), Ag-Te. (Tellurure d’Argent), Pb-Se (Séléniure de plomb), LNR (lumière naturelle
réfléchie)

52
A B

C D

Figure 41 : Analyse MEB sur quelques phases métallques de prospect Tanaldat

A-Covellite, B-Bornite, C- Or-Argent, D- Telurure d’Argent et E-le séléniure de Pb

53
III.3.2. Paragenèse supergène

 La covellite CuS
C’est un sulfure de cuivre facilement reconnaissable au microscope grâce à sa couleur
bleu-ciel et son pléochroïsme très prononcé ainsi que ses couleurs d’anisotropie
caractéristiques (orange, brun).
La covellite se développe essentiellement de manière tardive en remplacement de la
bornite (Fig. 42A) et la chalcopyrite (Fig. 42B). Ce remplacement, s’effectue d’une manière
progressive et envahissante à partir des bordures, plans de clivage et microfissures affectant
les minéraux substitués.
L’analyse au MEB de la covellite montre une composition (S=52.97% en poids;
Cu=47.03% en poids) (Fig. 41A).

 La chalcocite Cu2S
Ce sulfure de cuivre a été identifié au microscope métallographique. Elle se présente
soit en grandes plages xénomorphes, ou en auréoles de remplacement autour des plages de
bornite (Fig. 42C) et parfois en association avec la digénite (Fig. 42D).

 La digénite Cu9S5
La digénite est intimement liée à la covellite et les deux minéraux sont presque toujours
en association (Fig. 42A et 42B). Elle se présente sous forme xénomorphe (Fig. 42A) et se
développe en auréole de remplacement autour la bornite et la chalcopyrite (Fig. 42B et D).

 L’idaïte Cu5FeS6
L’identification de ce minéral a été basée sur la description de Picot et Johan (1977).
C’est un minéral de couleur rouge-orangé assez semblable à la bornite. Il se présente toujours
en remplacement de la bornite, le remplacement débute le long des clivages sous forme de
fines lamelles et s’accompagne de la néoformation de chalcopyrite qui s’oriente suivant les
anciens clivages (Picot et Johan, 1977) (Fig. 42E et F). D’après ces auteurs, l’anisotropie
extrême dans les tons vert-jaune, la couleur rouge orangé, l’association à la chalcopyrite « en
réseau » et à la bornite, sont des critères de détermination qui excluent toute possibilité de
confusion de l’idaïte. Nous n’avons pas pu analyser ce minéral au MEB.

54
 La malachite Cu2(CO3)(OH)2
C’est le minéral le plus abondant. Ce carbonates de cuivre a été observé essentiellement
sous forme des plages ou de lits en remplacement de la bornite et de la chalcopyrite (Fig. 42B
et H) et s’exprime sous forme d’agrégats des cristaux fibroradiés. Il est souvent en association
avec les oxydes de fer. De même, la malachite est présente en fines veinules dans l’encaissant
carbonaté (Fig. 42G).

 Le chrysocolle SiO2CuO.2H2O
C’est un silicate de cuivre hydraté de couleur bleu-ciel à bleu vert, qui se présente en
remplacement de la malachite fibreuse (Fig. 43A) et en veinules (Fig. 43B).

 L’azurite Cu3(CO3).2(OH)2
Ce minéral supergène a été observé essentiellement en association avec la malachite, le
chrysocole et la bornite, en plage moins fibreuse que la malachite.

 La Cuprite Cu2O
La cuprite est un minéral commun de la zone d'oxydation des gisements de cuivre, il est
systématiquement associé au cuivre natif à Tanaldat (Fig. 43D).

 Le Cuivre natif
C’est le métal natif dominant, il montre une couleur orange-rougeâtre en lumière
réfléchie, et caractérisé par un pouvoir réflecteur élevé qui a permis son identification.
Le cuivre natif, se présente le plus souvent dans des zones riches en oxydes de fer dans
des veinules de calcite en association systématique avec la cuprite qui le moule (Fig. 43D).

 Les Oxydes de fer


Les oxydes de fer sont très abondants dans la zone étudiée, ils forment des masses
autour de la bornite, et ils se présentent le plus souvent sous forme de couches concentriques
avec les hydroxydes de fer (Fig. 43H).

 Les Hydroxydes de fer


Sont très abondants comme les oxydes de fer, ils se présentent en cristaux automorphes
sous forme de baguettes, souvent en agrégats fibro-radiés (Fig. 43G) et en sphérolites
(Fig. 43F). Les hydroxydes de fer forment le plus souvent des plages xénomorphes dispersées
dans les zones minéralisées et dans l’encaissant (Fig. 43H).

55
A B
Cv Cv
Bn Dg
Dg

Cp

Ma
Fe-Hydrox 100µm 50µm
LNR LNR

C D Cc
Cc

Ma Dg
Ma
Bn Bn

100µm 20µm
LNR LNR

EE F
Bn Ma

Id
Id
Ma
Dol+Qz

100µm 50µm
LNR LNR

G H

Ma
Bn, Cv,
Ma Fe-Hydrox Bn ox-Fe

100µm Bn 100µm
LNT LNT

Figure 42 : Paragenèses minérales à Tanaldat observées au microscope en lumière réfléchie (A, B, C,


D, E, F) et en lumière transmise (G et H). Bn. (bornite), Cc. (Chalcocite), Cp. (chalcopyrite), Id.
(Idaïte), Cc. (Chalcocite), Cv (Covellite), Dg. (Digénite), Fe-Ox. (Oxydes de fer), Fe-Hydrox
(hydroxydes de fer), Ma. (Malachite), Dol. (dolomite), Qz. (Quartz), LNT (lumière naturelle
transmise) et LNR (lumière naturelle réfléchie).

56
A B
Ma

Ccl Dol+Qz

Ma

Ccl
50µm 50µm
LNT LNT

C D
Cal
Dol+Qz

Cu
Cup Cu

200µm 50µm
LNR LNR

E F

Qz Qz+Sd
Fe-Ox
Ca Fe-Hydrox

Cp

100µm 100µm
LNT LNR

G H

Fe-Hydrox

Ma Fe-Hydrox

Dol+Qz
100µm 100µm
LNR LNR

Figure 43 : Paragenèses minérales à Tanaldat observées au microscope en lumière transmise (A et B)


et en lumière réfléchie (C, D, E, F, G et H).Cp. (Chalcopyrite), Cu. (cuivre natif), Ma (Malachite), Ccl.
(Chrysocolle), Cup. (Cuprite), Qz. (Quartz), Sd.. (Sédirite), Dol. (dolomite), Ca. (Calcite), Fe-Ox.
(Oxydes de fer), Fe-Hydrox (hydroxydes de fer), LNR (lumière naturelle réfléchie) et LNT (lumière
naturelle transmis).

57
III.2.3. la gangue

Dans l’ensemble des échantillons de carbonates minéralisés étudiés, les minéraux de


gangue sont constitués essentiellement de dolomite, quartz, sidérite et calcite (Fig. 44). Par
ailleurs, une zonalité minéralogique par rapport au contact laves acides - laves basiques a été
observée :
En effet loin de contact, ces carbonates sont constitués par un matrice de dolomite
précoce associée au quartz formant la masse des lentilles carbonatées, recoupée par des
carbonates de fer (sidérite), traversés ensuite de veines de dolomites, et le tout est repris par
des veines de calcite (Fig. 44). En s’approchant du contact, la roche est de plus en plus
envahie par le quartz, les carbonates deviennent très sillicifés, et se présente en carbonates
quartzeux, sous forme d’une matrice dominée par le quartz au dépens de la dolomite.
Le quartz se présente sous différentes tailles, depuis des matrices finement cristallisées
jusqu’à de des très grand cristaux (500µm).

Dol
Sd Dol
Cal
Qz

Sd
Qz
Dol+Qz

Dol+Qz 200µm 100µm


LTP LTP

Figure 44 : Principaux minéraux de gangue du gîte de Tanaldat. Dol. (Dolomite), Qz. (quartz), Sd. (sidérite),

Cal. (Calcite), LTP. (Lumière transmise polarisée).

IV. Les altérations hydrothermales

A Tanaldat, les altérations hydrothermales sont très fréquentes. Différents types


d’altérations ont été mis en évidence et semblent associés aux minéralisations: silicification,
pyrophyllitisation et carbonatation.

58
La silicification est observée dans les carbonates minéralisée au niveau du contact laves
acide-basaltess, les niveaux carbonatés ont été plus ou moins remplacés par du quartz
microcristallin (Fig. 45B et 45C).

Quant à la pyrophyllitisation, elle s’exprime dans les laves acides, où l’on a un niveau à
pyrophyllite qui s’allonge suivant une direction ESE-WNW dans un couloir de cisaillement
sénestre matérialisé par des plis d’entrainement centimétriques (Fig. 45D).

Enfin une zone à ocres jaunes caractérise le contact carbonates


minéralisés/chloritoschite et correspondrait au produit à l’altération de la pyrite (Fig. 45A).

Figure 45 : Principaux types d’altérations observées dans le gîte de Tanaldat.


A : altération supergène à ocre jaune, B et C : carbonates silicifiés, D : pyrophyllitisation

V. Séquence paragénétique

Les observations macroscopiques et microscopiques des phases minérales du gîte de


Tanaldat ont permis d’établir une séquence paragénétique pour ce gîte. Les sulfures primaires
sont présents sous forme de bornite, chalcopyrite associées à des métaux précieux tels que Ag
et Au et des tellurures et séléniures. Les minéraux typiques de la zone de cémentation sont
sous forme de chalcocite, covellite, la digénite et l’idaïte. Enfin, ceux de la zone d’oxydation

59
sont la malachite, le chrysocolle, l’azurite, et la cuprite, le cuivre natif et les oxydes et
hydroxydes de fer.
L’or et l’argent rencontrés à l’état libre et non associé à la bornite, dans les masses à
oxydes-hydroxydes de fer peuvent aussi avoir un caractère supergène. En effet, les
phénomènes d’altération superficielle peuvent avoir libéré ces métaux précieux de leur
assemblage sulfuré primaire (notamment la bornite) et les reconcentrer en minéralisations
secondaires dans la zone d’oxydation.
La séquence paragénétique qui a pu être déduite de notre étude du gîte de Tanadat est la
suivante (Fig. 46) :

Minéraux Paragenèse hydrothermale Paragenèse supergène

Bornite
Chalcopyrite
Ag-Au
Ag-Te
Pb-Se
Chalcocite
Covellite
Digénite
Idaïte
Cuivre natif
Cuprite
Malachite
Azurite
Chrysocolle
Oxydes de fer
Hydroxydes de fer

Figure 46 : Séquence paragénétique du gîte de Tanaldat.

60
IV. ETUDE GEOCHIMIQUE

Une base de données a été établie par le service exploration de la société SOMIFER et
elle est constituée de données géochimiques d’échantillons prélevés dans les tranchées et sur
des passes des sondages percutants. Ces échantillons ont été analysés par absorption atomique
au laboratoire de la société SOMIFER.
Par ailleurs, des analyses par ICP des éléments chimiques (majeurs et traces) ont été
réalisées au laboratoire REMINEX de MANAGEM, sur quelques passes de sondages
minéralisés.
Lors de cette étude géochimique, nous avons essayé en premier lieu de suivre la
distribution de Cu et Ag dans les tranchées réalisées. Par ailleurs, une étude bivariable sur les
éléments (Cu, Ag et Fe) a été menée. Par la suite, une analyse en composante principale
(ACP) a été entreprise afin de déterminer la répartition de ces éléments.

IV. 1. Données des tranchées

Une campagne d’échantillonnage des roches a été réalisée au niveau des tranchées,
principalement sur les indices de cuivre les plus importants dans les carbonates minéralisés au
niveau du contact laves acides/basaltes. Ces échantillons ont été prélevés par maille régulière
(à chaque mètre).
Les éléments ciblés dans cette campagne d’échantillonnage sont le Cuivre, l’Argent, le
Fer et l’Or.
Cette étude s’intéressera particulièrement au cuivre et à l’argent qui sont les mieux
dosés sur l’ensemble des tranchées et qui ont donné des teneurs prometteuses dépassant
100g/t pour Ag, et jusqu’au 8% pour Cu. Le fer et l’or n’ont malheureusement été dosés que
sur quelques échantillons.
La représentation des teneurs de Cu et d’Ag sur le fond géologique, révèle des
anomalies qui se situent généralement au niveau des carbonates minéralisés, elles
correspondent à : 11m avec (3,1 %Cu , 39,3 g/t Ag) dans la tranchée 1(Tr1), 21m avec (2,9
%Cu, 35/t Ag) dans la tranchée 2 (Tr2), 3m avec (1,1 %Cu, 26 g/t Ag) dans la tranchée 3
(Tr3), 7m avec (2.11 %Cu, 27.6 g/t Ag) ; 7m avec (2 %Cu, 17,5 g/t Ag) dans la tranchée 4
(Tr4), 7m avec (1,9 %Cu, 38,4 g/t Ag) dans la tranchée 5 (Tr5) (Fig. 47).

61
Laves acides

Figure 47 : Projection des données des tranchés sue la carte géologique de Tanaldat. En rouge
(Cu>1%) – en violet (0,6%<%Cu<1 %), - en vert (0 %<%Cu<0,6 %), - en bleu (Cu= 0%)

Dans un but de suivre la répartition spatiale des concentrations de Cu et Ag dans les


tranchées, nous avons procédé à la réalisation de cartes d’iso-teneurs de Cu et d’Ag (Fig. 48 et
49). L’analyse de ces cartes montre que la répartition des concentrations de Cu et Ag est
hétérogène et discontinue dans les tranchées. De même, 4 anomalies majeures ont était notées,
dont trois se situent dans la partie Est de la zone d’étude, et la quatrième qui est la plus
importante, se situe dans la partie Ouest (Fig. 48 et 49).

62
8
Tr1
382360
7

6
382350
5

4
382340

382330 Tr5 2
Tr2
Tr4
Tr3 1
0 10 20m
382320
397350 397360 397370
39737 397380 397390 397400 397410 397420 0
0 CuT(%)

Figure 48 : carte d’iso-teneurs du Cuivre (%) dans la zoné étudiée à Tanaldat (Tr : tranchée).

96
Tr4
Tr1 88
382360
80

72

382350 64

56

48
382340
40

32

382330 Tr5 24

Tr2 16
TTr3 0 10 20m 8
382320
397350 397360 397370 397380 397390 397400 397410 397420 0
Ag (g/t)

Figure 49 : carte d’iso-teneurs d’Argent (g/t) dans la zone étudiée à Tanaldat (Tr : Tranchée).

63
Afin de rechercher une éventuelle relation entre ces deux éléments, les des deux cartes
d’iso-teneurs relatives à Cu et Ag ont été superposées sur la carte des faciès de la zone étudiée
à Tanaldat (Fig. 50), une légère corrélation entre les deux éléments a été notée.

Laves acides

Figure 50 : Superposition des cartes d’iso-teneurs du Cuivre et de l’Argent sur la carte de faciès de
zone étudié à Tanaldat.

IV.2. Données des sondages

- Etude bivariable

Les données traitées dans cette partie, proviennent des analyses par absorption atomique
réalisées sur des échantillons prélevés sur différentes passes des sondages.
Les éléments concernés par cette étude sont : Cu, Ag et Fe. Afin de rechercher des
corrélations éventuelles entre ces éléments, des diagrammes binaires confrontant les éléments
deux par deux ont été réalisés.
En examinant ces diagrammes binaires, on note :

64
 l’absence de corrélation entre le Cuivre et l’Argent, puisque le coefficient de de
corrélation est R²=0.052 (Fig. 51).
 une bonne corrélation positive entre le Cuivre et le Fer (R²=0.83), où la relation entre les
deux éléments est linéaire et la droite de régression est proche de l'origine (Fig. 52).

Cu=f(Ag)
8
7
6 y = 0,4704x - 0,4613
R² = 0,0527
5
Cu (%)

4
3
2
1
0
2 3 4 5 6 7 8
Ag (g/t)

Figure 51 : Teneurs en cuivre en fonction de celles en Argent

Cu= f(Fe)
y = 0,2195x + 0,4798
8
R² = 0,8396
7
6
5
Cu (%)

4
3
2
1
0
0 5 10 15 20 25 30 35
Fe (%)

Figure 52 : Teneurs en cuivre en fonction de celles en Fer

La représentation de teneurs en cuivre et en Argent en fonction de la profondeur (Fig.


53 et 54), nous a permis de conclure les points suivants :

65
 pour le Cuivre, l’évolution montre des teneurs fortes jusqu’à 7% au niveau des
premiers 5 mètres, et à partir de cette profondeur, on note une chute des teneurs
jusqu’à 10 mètres où on assiste de nouveau à une augmentation de ces teneurs avec
une zone riche en Cu entre 10 à 35 mètre avec un teneur jusqu’à 9%Cu (Fig. 53)

 La variation des teneurs en Ag par rapport à la profondeur suit approximativement


celle du cuivre (Fig. 53). En effet, l’Argent montre de fortes concentrations au niveau
des 7 premiers mètres de profondeur atteint 134g/t, puis une diminution des teneurs de
5 à 15 mètre de profondeur. La teneur en Ag recommence à augmenter à partir de 15m
jusqu’à 25 mètres où elle atteint 36g/t, et à partir de cette profondeur, les teneurs se
décroissent (Fig. 54).

profondeur= f(Cu)
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
0
Cu (%)
5

10

15
profondeur (m)

20

25

30

35

40

45

50

Figure 53 : Variation de la teneur en cuivre en fonction de la profondeur dans les sondages


effectués à Tanaldat.

66
profondeur= f(Ag)

0 20 40 60 80 100 120 140 160


0
Ag (g/t)
5

10

15
profondeur (m)

20

25

30

35

40

45

50

Figure 54 : Variation de la teneur en Argent en fonction de la profondeur dans les sondages effectués à
Tanaldat.

Dans le but d’expliquer cette variation des teneurs en Cu et Ag avec la profondeur, nous
avons représenté le rapport Cu oxydé sur Cu total (CuOx/CuT) en fonction de la profondeur
(Fig. 55). Le diagramme résultant montre que les 10 premiers mètres correspondent à la zone
d’oxydation, tandis que les profondeurs depuis 15m jusqu’à 35 mètres correspondent à la
zone de cémentation. C’est dans cette zone que les sondages réalisés ont intercepté la
minéralisation la plus importante de Tanaldat, et qui est encaissée dans les basaltes (laves
basiques).

67
profondeur=f(CuOx/Cut)
CuOx/CuT

0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2


0

10
profondeur (m)

15

20

25

30

35

40

Figure 55 : Variation du rapport cuivre oxydé sur cuivre total (CuOx/CuT) en fonction de profondeur
dans les sondages de Tanaldat.

IV.3. Données des analyses par ICP

Cette étude est réalisées sur une base de données des analyses par l’ICP sur roche totale
établie par le laboratoire REMINEX, où les éléments majeurs et traces sont dosés sur
quelques passes de sondages : SiO2, Al2O3, Fe2O3, CaO, MgO, K2O, MnO, TiO2, P2O5, Cu,
As, B, Ba, Be, Bi, Cd, Co, Cr, Ge, Li, Mo, Nb, Ni, Pb, Sb, Se, Sn, Sr, W, Y et Zn (Annexe 3).
Les résultats analytiques montrent des teneurs très élevés de la silice SiO2 de l’ordre de
43 % qui est la plus abondante avec Al2O3 (14 %) et Fe2O3 (9 %), suivis par CaO (7 %) et
MgO (6 %). Par ailleurs, les teneurs des autres éléments à savoir MnO, TiO2 et P2O5 sont très
faibles (< à 0,6 %) (Fig. 56).
Ceci reflète bien le chimisme basique des roches qui encaissent la minéralisation de
Tanaldat et qui sont constituées de basaltes.
Ces résultats confirment aussi des teneurs très élevés en Cu qui varient entre 9090 ppm
et 72720 ppm, qui combinées avec celles du Fer traduisent la composition minéralogique des
minerais de Tanaldat dominée par la Bornite, la chalcopyrite et la pyrite.

68
50

45

40

35

30

25
%

20

15

10

0
SiO2 Al2O3 Fe2O3 CaO MgO K2O MnO TiO2 P2O5
Série1 43,0173 14,1464 8,98 7,18 6,37545 2,71727 0,19182 0,53909 0,18636

Figure 56 : Diagramme des teneurs en éléments majeurs de l’encaissant de la minéralisation à


Tanaldat, déterminées par ICP.

- Analyse en composante principale (ACP)

Pour notre base de donnes des analyses ICP, l’information totale est récupérée sur 10
facteurs, mais l'essentiel de la variabilité est bien représenté par les trois premiers facteurs
(F1, F2 et F3) qui expliquent de l'ordre de 80% de la variance totale. Au-delà de F2, la
variance expliquée décroît rapidement (Fig. 57).

69
Scree plot
12 100

10
80

Variabilité cumulée (%)


8
Valeur propre

60
6
40
4

20
2

0 0
F1 F2 F3 F4 F5 F6 F7 F8 F9 F10
axe

Figure 57 : Graphique représentant les valeurs propres et la variabilité cumulée en fonction des
facteurs.

Les résultats de l’ACP montrent que les facteurs F1 et F2 expliquent 67,98% de la


variance totale. La projection des variables initiales dans le plan F1 – F2, montre que les
variables initiales forment quatre groupes (Fig. 58) :
 Groupe 1 représenté par CaO, MgO, Pb, Cd et Zn (cerclé en jaune).
 Groupe 2 représenté par Cu, Co et Fe2O3 (cerclé en vert).
 Groupe 3 représenté par SiO2, Al2O3, P2O5, TiO2 et Li (cerclé en bleu).
 Groupe 4 représenté par Y, Nb, Sn et K2O (cercle en noir).
Les éléments constituant le groupe 1 sont anticorrélés à ceux composant le groupe 3, et
ceux de groupe 2 sont anti corrélées avec ceux de groupe 4, de même les variations des
éléments du groupe 2 constitué de Cu, Fe et Co, qui nous intéresse le plus sont indépendantes
des variations des éléments composant les groupes 1 et 3 respectivement (Fig. 58).
Prenant en considération la lithologie des échantillons analysés constituée
essentiellement des laves basiques, on déduit que les trois groupes 1, 3 et 4 (cercles
respectivement en jaune, noir et bleu) correspondent aux laves basiques, et ceci montre que le
cuivre situé dans le groupe 2 (cerclé en vert) n’a pas d’affinité avec ces trois groupes (Fig.
58).

70
Figure 58 : Projection des variables dans le plan des facteurs F1 et F2.

IV.4. Conclusions

Les analyses géochimiques de la minéralisation de Tanaldat et son encaissant, a permis


de mettre en évidence les points suivants :

 le cuivre et le fer sont les constituants majeurs de cette minéralisation, de même le


cuivre est bien corrélé avec le fer, aussi bien en surface qu’en profondeur, ce qui
traduit clairement la présence de phases minérales porteuses de Cu et Fe Dominées
certainement par la bornite et la chalcopyrite,
 une légère corrélation de Cu et d’Ag en surface, alors qu’elle est absente en
profondeur, ce qui pourrait s’expliquer par le fait que les processus qui concentrent les
deux éléments ne sont pas les mêmes,
 l’analyse en composant principale (ACP) a permis de confirmer l’indépendance de Cu
des laves basiques qui encaissent la minéralisation, ce qui est en faveur d’une origine
épigénétique de cette minéralisation.

71
Synthèses et conclusions

La province cuprifère de l'Anti-Atlas est l'une des plus importantes du Maroc


puisqu’elle comporte une grande partie de gisements et indices de cuivre tant que dans le
socle que dans la couverture.
Le secteur de Tanaldat est situé dans le district cuprifère Bleida dans l’Anti-Atlas
central, au niveau du Groupe de Tichibanine-Belgrad dans l’unité Nord de la Boutonnière de
Bou Azzer, bordée au Nord par la formation volcano-détritique d’Ouarzazate et au Sud par la
formation de Tiddiline.
Lithologiquement, la zone de Tanaldat est formée essentiellement de laves en alternance
rythmique, qui se présentant sous forme de deux pôle : acide et basique :
- le pôle basique : formé de basaltes, et de diabase avec une dominance de cette
série au sud. En allant vers le nord, les faciès basiques sont de plus en plus
envahis par des intercalations acides.
- le pôle acide : formé de laves acides qui correspondent aux termes les plus
schistosés et des ignimbrites rhyolitiques.
Le contact entre les basaltes et les laves acides est d’orientation générale ESE-WNW. Il
est disloqué et correspond à un cisaillement senestre, et souligner par des faille à brèches de
quartz, le long duquel on retrouve par endroits des carbonates avec des indices de cuivre
(malachite, azurite).

La déformation à Tanaldat est très complexe et caractérisée par une tectonique souple et
une cassante. On distingue trois phases :
- une phase synschisteuse responsable de la schistosité de flux S1, les couloirs de
cisaillement, et le plissement synschisteux de la série et qui serait reliée à la
phase majeur Pan-Africaine B1.
- une phase de serrage ultime, engendrant des plissements poste schisteux, des
joints, des diaclases et une schistosité de fracture les plus visible dans les massifs
basique et qui serait reliée à la phase ultime Pan-Africaine B2 .
- une déformation cassante probablement post Pan-Africaine, matérialisées par
des fractures et des failles soulignées par des remplissages à quartz, brèche à
quartz et à carbonates, témoignant d’une ouverture plus ou moins importante.
Ces structures recoupent les schistosités et se disposent en deux directions
principales, NE-SW, et WNW-ESW et sont probablement liées au moins à la
72
déformation hercynienne ou aux phases orogéniques plus récentes et montrent
parfois des indices de cuivre.

A Tanaldat, la minéralisation est située le long d’une faille E-W qui marque le contact
entre les basaltes et les laves acides et qui est matérialisé par des carbonates sédimentaire. Les
formations encaissant la minéralisation sont constituées de basaltes, et de carbonates silicifiés.

Les observations macroscopiques et microscopiques des phases minérales du gîte de


Tanaldat ont permis d’établir une séquence paragénétique pour ce gîte. Les sulfures primaires
sont présents sous forme de bornite, chalcopyrite associées à des métaux précieux tels que Ag
et Au et des tellurures et séléniures. Les minéraux typiques de la zone de cémentation sont
sous forme de chalcocite, covellite, la digénite et l’idaïte. Enfin, ceux de la zone d’oxydation
sont la malachite, le chrysocolle, l’azurite, et la cuprite, le cuivre natif et les oxydes et
hydroxydes de fer.

Les analyses géochimiques de la minéralisation de Tanaldat et son encaissant, a permis


de mettre en évidence les points suivants :

 le cuivre et le fer sont les constituants majeurs de cette minéralisation, de même le


cuivre est bien corrélé avec le fer, aussi bien en surface qu’en profondeur, ce qui
traduit clairement la présence de phases minérales porteuses de Cu et Fe Dominées
certainement par la Bornite et la chalcopyrite,
 une légère corrélation de Cu et d’Ag en surface, alors qu’elle est absente en
profondeur, ce qui peut s’expliquer par le fait que les processus qui concentrent les
deux éléments ne sont pas les mêmes,
 l’analyse en composant principale (ACP), a permis de confirmer l’indépendance de Cu
des laves basiques qui encaissent la minéralisation, ce qui est en faveur d’une origine
épigénétique de cette minéralisation.

La minéralisation cuprifère de Tanaldat n’est pas unique dans l’unité nord, d’autres
gîtes à proximité de ce site ont fait l’objet de travaux d’exploration par SOMIFER,
notamment à Belgrad, Ousdrat, et Tichibanine.

73
- Dans le gîte de Belgrad, le niveau porteur est constitué de tufs et laves rhyolitiques
délimités par deux failles E-W en contact de laves basiques, dans un couloir de
cisaillement.
- A l’Ousdrat, la minéralisation est de type fissurale et contrôlée par des failles NE à
remplissage de quartz et l’encaissant est constituée des tufs noirs. Elle est
essentiellement à chalcopyrite mais avec des teneurs très modérées en cuivre (Maacha,
2013).
- Au niveau de Tichibanine, la minéralisation cuprifère est associée à un réseau de
fractures d’orientation (N100° à N115°E) et un niveau porteur constitué de
chloritoschiste caractérisé par sa richesse en pyrite.

Perspectives

Dans la zone de Tanaldat, des sondages carottés seraient d’un grand intérêt pour la
caractérisation de la minéralisation hypogène en profondeur.

Par ailleurs, le contexte géologique, les caractéristiques minéralogiques, ainsi qui le


contrôle tectonique sont les points communs des minéralisations de l’unité nord dans la
boutonnière de Bou Azzer – El Graara. Il serait donc intéressant d’effectuer des études
similaires sur les gîtes et indices cuprifères à l’échelle de la boutonnière surtout ceux
dispersés au niveau du socle. Ceci afin de mieux comprendre leurs structures, leurs processus
de mise en place et leur lien s’il en existe un. Une comparaison avec les études des gîtes
cuprifères dans la couverture adoudounienne (Hugo Bourque, travaux en cours) où le
caractère épigénétique des minéralisations est évidant (Bourque, 2013, et communication
personnelle) pourrait valider un modèle épigénétique global de cette minéralisation à l’échelle
de toute la boutonnière.

74
Références bibliographiques

Barakat A., Marignac C., Boiron M-C., Bouabdelli M., (2002) : Caractérisation des
paragenèses et des paléocirculations fluides dans l’indice d’or de Bleida (Anti-Atlas,
Maroc). Comptes Rendu Géosciences 334; p. 35–4.
Belkabir A., Jebrak M., L. Maacha, Azizi Samir R., Madi A. (2008) : Gold mineralization
in the proterozoic Bleida ophiolite, Anti-Atlas, Morrocco, Geological Society, London,
Special Publications 2008; v. 297; p.249-264, doi: 10.1144/SP297.12
Benyoucef A. H., (1990) : Etude pétrostructurale de la partie occidentale de la boutonnière de
Bou-Azzer -El Graara (Anti-atlas, Maroc). Thèse 3ème cycle. Univ. Cadi Ayyad,
Marrakech, 145 p.
Billaud P., (1977) : Les structures tectoniques panafricaines du gisement de cuivre de Bleïda
(Anti-Atlas, Maroc). Thèse 3ème cycle, Montpellier, 60p.
Bouchta R., Boyer F., Routhier P., Saadi M., Salem M., (1977). L’aire cuprifère de l’Anti-
Atlas (Maroc) ; permanence et arêtes riches. C. R. Acad. Sc. Paris, v. 284 p 503-506.
Bouougri E., 1992 : Les séries sédimentaires du Protérozoïque supérieur de l’Anti-Atlas
central (Taghdout, Tachdamt, Bleïda) : exemple de sédi-mentation de craton et de
marge en distension. Thèse 3e cycle, univer-sité Cadi Ayyad, Marrakech, 229 p.
Bouougri, E., Saquaque A., Chbani B., (1994) : Caractérisation sédimentologique et
évolution paléogéographique de la couverture du Précambrien II Inférieur de la
boutonnière de Bou-Azzer Elgraara (Anti-Atlas, Maroc). Comptes Rendus Académie
Sciences Paris 319, p. 423–426.
Bourque H., Barbanson L., Sizaret S., Branquet Y., Ramboz C., Ennaciri A., El Ghorfi
M.,Badra L. (2013) : A contribution to the synsedimentary versus epigenetic origin of
the Cu mineralizations hosted by terminal Neoproterozoic to Cambrian formations of
the Bou Azzer El Graara inlier: New insights from the Jbel Laassel deposit (Anti Atlas,
Morocco), Journal of African Earth Sciences xxx (2015) xxx–xxx.
Charlot R. (1978) : caractérisation des événements éburnéens et panafricains dans l’anti atlas
marocain. Apport de la méthode géochronologique Rb-Sr, thése D.Sci ., université de
Rennes, , 220p.
Cheilletz, A, Levresse, Dominique G., Azizi Samir R., Zyadi, Douglas A. , Archibald E
(2002) : The giant Imiter silver deposit: Neoproterozoic epithermal mineralization in the
Anti-Atlas, Morocco Mineralium Deposita 37: 772–781 DOI 10.1007/s00126-002-
0317-0
Choubert G. (1963) : Histoire géologique du Précambrien de l’Anti-Atlas. Notes et Mém.
Serv Géol. Maroc. T1, N° 162, 352 p.
Choubert G. (1947) : Problème de l’âge des dolérites du Sud Marocain, C.R.Acad. Sci. Paris,
224, 16, pp 1172-1173.
Clauer, 1976 : Utilisation de la méthode Rb-Sr pour la datation d’une schistosité de
sédiments peu métamorphisés: application au Précambrien II de la boutonnière de Bou
Azzer El Graara (Anti-Atlas, Maroc). Earth planet. Sci. Lett.,22, pp.40-412
Ducrot J., Lancelot J.R. (1977) : Probleme de la limite du Précambrien- Cambrien : étude
radiochronologique par la méthode U/Pb sur zircons du volcan du Jbel Boho (Anti-Atlas
marocain). Can. J. Earth Sci., 14, XXX2771-2777.
75
El Ghorfi M., Oberthür T., Melcher F., Lüders V., El Boukhari A., Maacha L., Ziadi R.
et Baoutoul H. (2006): Gold-Palladium mineralization at Bleïda Far West, Bou Azzer-
El Graara inlier, Anti-Atlas, Morocco: Mineralium Deposita, v. 41, p.549–564.
El Ghorfi M.,L.Maacha,A. Ennaciri, H. Baoutoul, M. Zouhair et A. Soulaimani (2011) :
La minéralisation aurifère de « Bleïda-FarWest » (Boutonnière de Bou Azzer-El Graara,
Anti-Atlas central), les principales mines du maroc, pp 111-116
Essarraj S. (1999) : Circulations fluides associées aux minéralisations argentifères de l’Anti-
Atlas Central, Exemple des gisements de Zgounder et Bou Azzer, Thèse d’état ès
Sciences, Univ. Cadi Ayyad, 358 p.
Essarraj S., Boiron M.C., Cathelineau M., Banks D. A. & Benharref M. (2005) :
Penetration of surface-evaporated brines in the Proterozoïc basement and deposition of
Co and Ag at Bou Azzer (Morocco): Evidence from fluid inclusions. J. African Earth
Sc.41, p. 25-39.
Essarraj S., Boiron M.C., Cathelineau M., Banks D., El Boukhari A. & Chouhaidi M.Y.,
(1998) : Brines associated to Ag deposition in the Zgounder silver deposit (Anti-Atlas,
Morocco). European Journal of Mineralogy, Vol. 10, p. 1201-1214.
Folle (1986) : Rapport de synthèse, service de géologie-mine de Bleïda, rapport inédit
Jean-François Moyen (2009) : polycopié de cours Géologie structurale, http://geosciences-
jijel.top-forum.net/t20p150-cours-de-geologie-structurale-universite-de-jean-monnet-
saint-etienne, page 45.
Hassenforder, B., (1987) : La tectonique panafricaine et varisque de l’Anti-Atlas dans le
massif de Kerdous (Maroc), Thèse d’Etat, Univ. Strasbourg (France), 249p.
Leblanc M. (1975) : Ophiolites Précambriennes et gîtes arséniés de cobalt, Bou Azzer
(Maroc). Thèse Doct. d’Etat Univ. Paris VI.
Leblanc M. (1981) : Ophiolites précambriennes et gîtes arseniés de cobalt (Bou Azzer
Maroc): Unpublished Ph.D.thesis, Paris, France, Universitéde Paris VI, 367 p.
Maacha L., Ennaciri O., EL Ghorfi M., Baoutoul H., Saquaque A. , Soulaimani A.,
(2011) : Le cuivre oxydé du J. La’sal (boutonnière d’El Graara, Anti-Atlas central), les
principales mines du maroc, Volume 9, notes et mémoires du service géologique,
Maacha L., Azizi Samir M. R., Bouyaalaoui J. (1995) : les minéralisations d’arséniures de
cobalt et de nickel de Bou-Azzer. Modèle métallogénique hydrothermal filonien de
mise en place paléozoïque (Anti-Atlas central. Maroc), A. P. G. G. Q., Montr. Canada
(résumé), pp 145-148
Maacha L., Azizi, R. Bouchta, R. (1998) : Gisements cobaltifères du district de Bou -Azzer
(Anti-Atlas) . Structure, minéralogie et conditions de genèse. Chron. Rech. Min., 531-
532, pp 65-75.
Maacha L. (2013) : Etudes métallogéniques et géophysiques des minéralisations cobaltifères
et cuprifères de Bou-Azzer ElGraara Anti-Atlas Maroc: Les minéralisations de cuivre
de la plateforme. Thèse es ; Sci, Univ. Cadi Ayyad, Marrakech.
MIFDAL A. & PEUCAT J.J. (1985) : Datations U-Pb et Rb-Sr du volcanisme acide de
l’Anti-Atlas marocain et du socle sous-jacent dans la région de Ouarzazate. Apport au
problème de la limite Précambrien-Cambrien – Sciences Géologiques, 38, 185-200.

76
Mouttaqi A. (1997) : Hydrothermalisme et minéralisations en relation avec le rifting
protérozoïque supérieur: exemple du gisement de cuivre de Bleïda (Anti-Atlas, Maroc).
Thèse es ; Sci, Univ. Cadi Ayyad, Marrakech ; 280p.
Mouttaqi A., Sagon J.-P. (1999) : Le gisement de cuivre de Bleïda (Anti-Atlas central); une
interférence entre les processus de remplacement et d'exhalaison dans un contexte de
rift. Chron. Rech. Min. 536-537, pp. 5-21.
Neltner L. (1938) : Etude géologique dans le sud Marocain (Haut-Atlas et Anti-Atlas). Notes
et Mém. Services des Mines et carte géol. Maroc, 42, 298p.
Picot P. et Johan Z. (1977) : Atlas des minéraux métallique, Mémoires de recherches
géologique et minières N° 90-1977, Edition BRGM, page 206
Saadi M. (1973) : Les gisements de cuivre de Bleïda (Grâara, Anti-Atlas, Maroc) in les
roches plutoniques dans leurs rapports avec les gîtes minéraux. Coll. Sei. Intern. E.
Raguin, Masson édit, 288-290.
Saquaque A., Admou H., Cisse A., benyoussef A H. et Reuber I. (1989a) : Les intrusions
calcoalcalines de la Boutonnière de Bou azzer El Graara (Anti-Atlas, Maroc) : marquers
de la déformation majeure panafricaine dans un contexte de collision d’arc. C. R. Acad.
Sci. Fr., Paris.
Saquaque A., Admou H., Karson J. A., Hefferan K. et Reuber I. (1989b) : Précambrien
accretionary tectonics in the Bou Azzer El Graara region, Anti-Atlas. Morocco Geology.
Saquaque A. (1992) : Un complexe de structure – arc : le Précambrien de l’Anti-Atlas centre
- oriental. Thèse Doct. d’état. Univ. Fac. Sci Semlalia Marrakech, 348 p.
Soulaimani A., Egal E., Razin Ph., Youbi N., Admou H., Blein O., Barbanson L.,
Gasquet D., Bouabdelli M., Anzar Conseil, (2013) : Notice explicative de la carte
géologique du Maroc (1/50 000), feuille Al Glo’a, Notes et mémoires du Servie
Géologique du Maroc n°532bis.
Tekiout B. (1991) : Stratigraphie, pétrographie, géochimie et structure de
l'ensemblearc/avant-arc de la boutonnière de Bou-Azzer-El Graara (unité Nord), Anti-
Atlas, Thèse d’état. Univ. Cadi Ayyad. Marrakech.
Wafik A., Admou H., Saquaque A., El Boukhari A., Juteau T. (2001) : Les
minéralisations sulfurées à Cu- Fe et les altérations associées dans les ophiolites
protérozoïques de Bou Azzer et de Khzama (Anti-Atlas, Maroc), Ofioliti 26, pp 47–62.
Documents internes : Service de géologie SOMIFER (mine de Bleïda).

77
ANNEXES

Laves acides

Annexe 1 : carte d’échantillonnage de Tanaldat

Ech X Y Description
Tr1-1 397 347,51 382 356,16 Carbonates minéralisées
Tr1-2 382 356,16 382 357,60 Carbonate à veinule de quartz
Tr2-1 397 360,44 382 351,42 Carbonates minéralisé
Tr2-2 397 360,51 382 347,57 Carbonates minéralisé
Tr2-3 397 360,23 382 337,05 Carbonates minéralisé
Tr2-4 397 381,41 382 370,53 Carbonates minéralisé
Tr3-1 382 370,53 382 348,94 Basaltes
Tr3-2 397 380,86 382 348,94 Carbonates silicifiés
Tr3-3 397 380,72 382 342,76 Carbonates à veinule de calcite
Tr3-4 397 380,03 382 337,32 Carbonates à Bornite
Tr3-5 397 379,00 382 331,48 Carbonates à Malachite + Azurite
Tr4-1 397 402,92 382 360,77 Carbonates à Bornite
Tr4-2 397 401,76 382 357,54 Carbonates à Malachite + Azurite
Tr4-3 397 395,84 382 341,79 Veinule de quartz recoupant les carbonates
Tr5-1 397 423,69 382 351,21 Carbonates silicifiés
Tr5-2 397 422,79 382 347,91 Carbonates à Malachite + Azurite
Tr6-1 397 454,28 382 346,95 Carbonates à Bornite
TN14 397 410,14 382 261,22 Carbonates
TN2 397 507,08 382 405,87 Laves acides à Malachite
TN4 397 460,74 382 371,42 Basales et microgabbros
TN18 397 271,13 397 271,13 Laves acides
Annexe 2 : Coordonnées des échantillons de Tanaldat

78
Référence Labo Désignation R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL
SiO2 Al2O3 Fe2O3 CaO MgO K2O MnO TiO2 P2O5
R-015083-2015-01 TN-R 5 20 42,76 19 10,73 3,27 4,8 4,23 0,18 0,69 0,25
R-015083-2015-02 TN-R 5 23 15,98 3,87 2,21 25,97 12,31 2,88 0,29 0,2 0,03
R-015083-2015-03 TN-R 5 28 16,09 4,1 2,76 24,34 12,96 2,5 0,19 0,24 0,04
R-015083-2015-04 TN-R 8 29 45,75 11,61 4,94 5,68 9,84 4,34 0,09 0,48 0,11
R-015083-2015-05 TN-R 14 16 49,29 17,84 12,86 3,2 3,77 1,9 0,15 0,67 0,24
R-015083-2015-06 TN-R 15 19 51,44 15,32 10,28 4,51 3,96 3,51 0,2 0,57 0,23
R-015083-2015-07 TN-R 15 20 50,17 17,05 11,04 2,65 4,7 2,92 0,23 0,64 0,25
R-015083-2015-08 TN-R 16 15 54,67 15,78 10,61 1,12 4,23 1,9 0,17 0,58 0,25
R-015083-2015-09 TN-R 16 16 48,65 17 11,19 2,02 3,98 2,01 0,17 0,63 0,22
R-015083-2015-10 TN-R 16 14 51,64 16,07 8,96 4,06 4,43 1,84 0,26 0,56 0,17
R-015083-2015-11 TN-R 16 18 46,75 17,97 13,2 2,16 5,15 1,86 0,18 0,67 0,26

R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL
As B Ba Be Bi Cd Co Cr Cu Ge Li Mo
56 200 537 5,8 <20 <2 25 86 53088 <10 99 <8
31 128 188 4,8 <20 <2 <7 43 13872 <10 60 <8
15 231 124 <0.2 <20 8 <7 102 21315 <10 47 <8
119 91 690 2,2 <20 <2 <7 96 9092 <10 66 <8
49 208 492 <0.2 <20 <2 34 50 24924 <10 106 <8
51 160 304 7,3 <20 <2 20 41 11788 <10 99 <8
<8 177 345 5,1 <20 <2 19 45 21764 <10 107 <8
311 168 421 0,9 <20 <2 <7 68 42233 <10 80 <8
<8 177 371 0,6 <20 <2 28 37 72727 <10 76 <8
81 149 489 <0.2 <20 <2 18 34 30304 <10 82 <8
21 198 505 <0.2 <20 <2 44 59 35296 <10 102 <8

R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL R_ICP_BAL
Nb Ni Pb Sb Se Sn Sr W Y Zn
21 <17 <26 <32 <40 38 23 <23 20 177
38 <17 92 <32 <40 48 212 <23 23 258
22 <17 560 <32 <40 38 136 <23 21 3339
54 <17 55 <32 <40 61 225 <23 27 154
24 <17 <26 <32 <40 33 37 <23 21 172
30 <17 <26 <32 <40 41 33 <23 22 237
7 <17 26 <32 <40 38 37 <23 20 145
36 <17 42 <32 <40 57 13 <23 18 183
8 <17 <26 <32 <40 22 21 <23 20 171
4 <17 <26 <32 <40 26 10 <23 22 138
<1 <17 <26 <32 <40 28 16 <23 20 176

Annexe 3 : analyses par ICP de gîte Tanaldat

79