Vous êtes sur la page 1sur 130

Public Disclosure Authorized

E2418 v1
ROYAUME DU MAROC ‫اﻟﻤﻤﻠﻜﺔ اﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ‬
OFFICE NATIONAL DE L’EAU POTABLE ‫اﻟﻤﻜﺘﺐ اﻟﻮﻃﻨﻲ ﻟﻠﻤﺎء اﻟﺼﺎﻟﺢ ﻟﻠﺸﺮب‬

DIRECTION REGIONALE DU CENTRE


Public Disclosure Authorized

ETUDES D'ASSAINISSEMENT LIQUIDE


DU CENTRE DE OUAOUIZEGHT
Public Disclosure Authorized
Public Disclosure Authorized

ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT

RAPPORT DEFINITIF

Mars 2011

ETUDES, ASSISTANCE ET REALISATIONS


DE GENIE CIVIL

N°15, Imm C3, Résidence Al Boustane Hay Nahda I Rabat


Tél : 05 37 75.04.03 / 05 37 63.28.56 Fax : 05 37 65.77.39
SETRAGEC E.mail : setragec@menara.ma
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

PREAMBULE

Dans le cadre du Marché n° 943/ DR3/2006 l’Office National d’Eau Potable a confié au
Bureau d’Etudes SETRAGEC l’étude d’Assainissement Liquide du centre de Ouaouizeght
relevant de la province d’Azilal.
La présente étude comprend les trois missions suivantes :

− Mission I : Analyse critique des études existantes, investigations préliminaires,


données de base et élaboration de l’Avant Projet Sommaire.
− Sous-Mission I.1 : Analyse critique des études existantes, investigations
préliminaires, données de base et identification des variantes.
− Sous-Mission I.2 : Etude et comparaison des variantes d’assainissement
(collecte, épuration, réutilisation et rejet).

− Mission II : Avant Projet Détaillé ‘’APD ‘’ de la tranche prioritaire.


− Mission III : Etablissement des dossiers de consultation des entreprises.

Le présent document constitue le rapport définitif de l’étude d’impact sur l’environnement


du projet d’assainissement du centre d’Ouaouizeght.

1
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

TABLE DES MATIERES

1  INTRODUCTION.............................................................................................................................. 6

2  CADRE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL ................................................................................... 8 


2.1  CADRE JURIDIQUE................................................................................................................... 8 
2.2  CADRE INSTITUTIONNEL DE LA GESTION DE L’ENVIRONNEMENT................................ 16 
2.3  EXIGENCES DU BAILLEUR DE FOND (BANQUE MONDIALE)............................................ 20

3  SITUATION GEOGRAPHIQUE ET ADMINISTRATIVE................................................................ 23

4  JUSTIFICATION ET DESCRIPTION DU PROJET ....................................................................... 25 


4.1  SITUATION ACTUELLE DE L’ASSAINISSEMENT ................................................................. 25 
4.2  JUSTIFICATION DU PROJET ................................................................................................. 30 
4.3  DESCRIPTION DES TRAVAUX PROJETES .......................................................................... 30 
4.3.1  TRAVAUX DE REHABILITATION DU RESEAU EXISTANT ......................................................... 30 
4.3.2  TRAVAUX D’EXTENSION DU RESEAU D’ASSAINISSEMENT ................................................... 32 
4.3.3  SYSTEME DE TRANSFERT DES EAUX USEES ......................................................................... 34 
4.3.4  OUVRAGES EAUX PLUVIALES ................................................................................................... 37 
4.3.5  STATION D’EPURATION.............................................................................................................. 39 
4.4  PHASAGE ET COUTS DU PROJET ....................................................................................... 50 
4.4.1  PHASAGE DES TRAVAUX DU PROJET D’ASSAINISSEMENT .................................................. 50 
4.4.2  CONSISTANCE DES TRANCHES................................................................................................ 52 
4.4.3  EVALUATION DES COUTS .......................................................................................................... 52

5  DESCRIPTION DU MILIEU ........................................................................................................... 54 


5.1  DELIMITATION DE L’AIRE DE L’ETUDE ................................................................................ 54 
5.2  MILIEU PHYSIQUE .................................................................................................................. 57 
5.2.1  TOPOGRAPHIE ............................................................................................................................ 57 
5.2.2  CLIMATOLOGIE............................................................................................................................ 57 
5.2.3  GEOLOGIE.................................................................................................................................... 58 
5.2.4  HYDROLOGIE............................................................................................................................... 61 
5.2.5  HYDROGEOLOGIE....................................................................................................................... 61 
5.3  MILIEU BIOLOGIQUE .............................................................................................................. 63 
5.4  MILIEU HUMAIN ...................................................................................................................... 63 
5.4.1  POPULATION................................................................................................................................ 63 
5.4.2  URBANISME ................................................................................................................................. 64 
5.4.3  ACTIVITES ECONOMIQUES ........................................................................................................ 66 
5.4.4  INFRASTRUCTURES ET EQUIPEMENTS ................................................................................... 67

6  IDENTIFICATION ET EVALUATION DES IMPACTS................................................................... 71 


6.1  PHASES SUSCEPTIBLES DE PRODUIRE DES IMPACTS SUR LE MILIEU........................ 71 
6.2  LES IMPACTS POSITIFS ........................................................................................................ 71 
6.3  LES IMPACTS NEGATIFS....................................................................................................... 72 
6.3.1  IMPACTS EN PHASE DE CHANTIER .......................................................................................... 72 
6.3.2  IMPACTS EN PHASE DE D’EXPLOITATION ............................................................................... 79

7  MESURES D’ATTENUATION ....................................................................................................... 86 


7.1  LES MESURES GENERALES................................................................................................. 86 
7.2  LES MESURES COURANTES ................................................................................................ 86 
7.2.1  TRAVAUX PRELIMINAIRES : ....................................................................................................... 87 
7.2.2  TRAVAUX DE REALISATION DU RESEAU D’ASSAINISSEMENT :............................................ 87 
7.2.3  TRAVAUX DE REALISATION DE LA STEP ................................................................................. 88 
7.2.4  TRAVAUX DE REALISATION DES OUVRAGES DE REFOULEMENT........................................ 88 
7.2.5  GESTION DU CAMP DE CHANTIER ET DU DEPOT DES MATERIAUX..................................... 88 
7.2.6  TRAVAUX DE DEMANTELEMENT DU CHANTIER ..................................................................... 88 
7.2.7  PHASE D’EXPLOITATION ............................................................................................................ 88 
7.3  MESURES D’ATTENUATION PARTICULIERES .................................................................... 89 
7.3.1  PHASE DE CHANTIER ................................................................................................................. 90 

2
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

7.3.2  PHASE D’EXPLOITATION ............................................................................................................ 90

8  PROGRAMME DE SURVEILLANCE ET DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL ................................ 93 


8.1  SURVEILLANCE DES TRAVAUX............................................................................................ 93 
8.1.1  DELIMITATION DE L’EMPRISE DU CHANTIER .......................................................................... 93 
8.1.2  MESURES DE PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU ...................................................... 93 
8.1.3  MOUVEMENTS DE TERRES........................................................................................................ 93 
8.1.4  CIRCULATION DANS LE CHANTIER........................................................................................... 93 
8.1.5  HORAIRE DU TRAVAIL ET INFORMATION DES POPULATIONS RIVERAINES ....................... 94 
8.1.6  DEMOBILISATION ET REMISE EN ETAT DES AIRES DE TRAVAIL .......................................... 94 
8.1.7  IMPLANTATION DE L’ECRAN VEGETAL AUTOUR DE LA STEP............................................... 94 
8.2  FORMATION DU PERSONNEL .............................................................................................. 99 
8.3  SUIVI DES PERFORMANCES DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT .............................. 99 
8.4  SUIVI ENVIRONNEMENTAL ................................................................................................. 101

9  CONCLUSION ............................................................................................................................. 102 

3
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Liste des figures

Figure 1:  Situation administrative du centre de Ouaouizeght ......................................................... 23 


Figure 2:  Plan de situation du centre de Ouaouizeght.................................................................... 24 
Figure 3:  Situation actuelle du réseau l’assainissement................................................................. 28 
Figure 4:  Plan de localisation des huileries..................................................................................... 29 
Figure 5:  Plan d’implantation de la station de pompage SP2 ......................................................... 35 
Figure 6:  Plan d’implantation de la station de pompage SP1 ......................................................... 36 
Figure 7:  Tracé des ouvrages d’assainissement projetés .............................................................. 38 
Figure 8:  Situation des sites potentiels pour l’implantation de la STEP ......................................... 44 
Figure 9:  Site retenu pour l’implantation de la STEP...................................................................... 45 
Figure 10:  Plan d’implantation de la STEP procédé Lagunage naturel............................................ 51 
Figure 11:  Plan de délimitation de la zone d’étude........................................................................... 56 
Figure 12:  Colonne stratigraphique de la coupe de Ouaouizaght. ................................................... 59 
Figure 13:  Shéma géologique de la région de Ouaouizeght ............................................................ 60 
Figure 14:  Plan de développement du centre d’Ouaouizeght........................................................... 65 
Figure 15:  Shéma synoptique d’AEP du centre d’Ouaouizeght ....................................................... 68 
Figure 16:  Inventaire du milieu d’insertion du projet ......................................................................... 83 
Figure 17:  Identification et évaluation des impacts........................................................................... 84 

Liste des annexes

Annexe 1: Valeurs limites rejets ......................................................................................................... 104


Annexe 2: Fiches d’impact ................................................................................................................. 107
Annexe 3: Album photo ...................................................................................................................... 116
Annexe 4: Fiche technique du barrage Bin El Ouiadane ................................................................... 120
Annexe 5: Bibliographie...................................................................................................................... 122
Annexe 7: Plans types de franchissement ......................................................................................... 124
Annexe 6: Plan de situation des ouvrages du projet d’assainissement du centre d’Ouaouizeght..... 126
Annexe 8: PV et comptes rendus....................................................................................................... 129

4
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

ABREVIATIONS ET ACRONYMES

AEP : Alimentation en Eau Potable


BAD : La Banque Africaine de Développement
BEO : Bin El Ouidane
CF : Coliformes fécaux
DBO5 : Demande biochimique en oxygène durant cinq (5) jours.
DCO : Demande chimique en oxygène.
DN : Diamètre nominale
DPA : Direction Provinciale de l’Agriculture
EIE : Etude d’impact sur l’environnement
EUT : Eaux usées traitées
H2S : Hydrogènes sulfurés
JBIC : La Banque Japonaise pour la Coopération Internationale
MES : Matières en suspension.
ONE : Office National d’Electricité
ONEP : Office nationale de l’eau potable
PD : Périmètre de développement
PHE : Plus hautes eaux
PN : Pression nominale
SDAU : Schéma Directeur d’Aménagement Urbain
STEP : Station d’Epuration

5
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

1 INTRODUCTION
La dégradation continue et effroyable de l’environnement a attisé la conscience
internationale qui s’est penchée sans relâche sur le problème d’un développement qui
satisfait les besoins aigus des peuples sans compromettre les intérêts légitimes des
générations futures.

La nécessité impérative de concilier le développement des activités humaines en général et


la préservation de l’environnement et des ouvrages publics est devenue depuis plusieurs
années une préoccupation majeure dans un nombre de plus en plus important de secteurs
dans le pays.

Conscient de l’ampleur du problème, l’ONEP a adhéré à cette approche et accorde au


problème de préservation de l’environnement une attention particulière. Dans ce cadre,
l’ONEP a pris en charge la gestion du service de l’assainissement depuis l’année 2000. Dés
lors, l’ONEP lance des études d’assainissement liquide pour un grand nombre de centres
urbains, dont plusieurs projets sont réalisés.

L’assainissement liquide des agglomérations urbaines fait partie des projets d’infrastructure
de base, dont les populations ont grandement besoin, car il permet tout bonnement de
préserver leur bien être et leur santé ainsi que la qualité des milieux récepteurs. Cependant,
par sa structure formée d’un ensemble d’ouvrages importants, le projet d’assainissement
d’Ouaouizeght constitue une opération qui suscite incontestablement une étude d’impact sur
l’environnement, lorsque le projet atteint sa phase d’exécution.

Le projet d’assainissement du centre d’Ouaouizeght a pour but la collecte et le traitement


des eaux usées domestiques du centre. Il est constitué essentiellement des canalisations
d’extension du réseau d’assainissement, des ouvrages de refoulement et des ouvrages de la
STEP «lagunage naturel ». Cette dernière comprend en globalité 3 bassins anaérobies, 1
bassin facultatif, 1 bassin de maturation et 4 lits de séchage.

Ce projet est assujetti aux processus de l’étude d’impact sur l’environnement suivant les
dispositifs de la loi n° 12-03. La présente étude d’impact sur l’environnement est soumise au
comité régionale de l’étude d’impact sur l’environnement afin d’obtenir les autorisations
gouvernementales requises pour réaliser le projet.

L’étude d’impact sur l’environnement est un outil fiable et nécessaire pour assoir les
fondements d’un développement durable en harmonie avec un environnement sain et
salubre.

6
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

L’étude d’impact du projet d’assainissement liquide du centre d’Ouaouizeght vise à identifier,


décrire et évaluer les effets du projet sur l’environnement au sens large, c’est-à-dire, sur les
composantes physiques, biologiques et humaines de cet environnement. Initiée très tôt dans
le processus de conception du projet, cette étude permettra d’intégrer les considérations
environnementales aux différentes étapes de son élaboration, que ce soit lors du choix du
site de la STEP ou lors de l’analyse comparative des différentes solutions envisagées.

Elle permettra aussi d’élaborer les mesures d’atténuation nécessaires pour réduire au
minimum les effets négatifs du projet et optimiser ses retombées positives. Il s’agit donc d’un
outil de planification qui a été utilisé pour optimiser l’intégration du projet dans le milieu.

Cette étude est préparée conformément aux exigences de la Loi 12-03 relative aux Etudes
d’impact sur l’environnement et conformément aux exigences et règlements, guides ou
directives adoptés en vertu de celles-ci, notamment, le guide méthodologique d’évaluation
environnementale des projets d’AEP, et d’assainissement de l’ONEP et le guide d’EIE de la
Banque mondiale.

Cette étude d'impact analyse précisément toutes les modifications qui peuvent affecter une
des composantes de l’écosystème situé dans le périmètre d’influence du projet.

La réalisation de l’étude d'impacts d'un projet sur l'environnement obéit à une démarche
systémique qui comporte six étapes principales :

1 : Cadre juridique et institutionnel

2 : Description et justification du projet

3 : Description de l’environnement existant

4 : Identification et évaluation des impacts

5 : Mesures d’atténuation et solutions de compensation

6 : programmes de surveillance et suivi environnementaux

7
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

2 CADRE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL


2.1 CADRE JURIDIQUE
Le présent chapitre a pour objectif de définir le cadre législatif et institutionnel régissant la
mise en œuvre du projet d’assainissement du centre d’Ouaouizeght. Il résume les
principales lois et dispositions du cadre juridique relatives à l’assainissement et la protection
de l’environnement.
2.1.1 LOI 12-03 RELATIVE AUX ETUDES D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT
La loi 12-03 relative aux études d'impact sur l'environnement, promulguée par le Dahir n° 1-
03-06 du 10 Rabii I 1424 (12 mai 2003), établit la liste des projets assujettis, la procédure de
réalisation et la consistance des études d'impact.
Cette loi institue la création d'un comité national ainsi que des comités régionaux des études
d'impact sur l’environnement.
Le comité national des études d’impact sur l’environnement est présidé par le Département
de l'Environnement. Il a pour rôle de décider, sur la base des résultats de l'étude d'impact, de
l'acceptabilité environnementale qui conditionne la mise en œuvre des projets assujettis.
Les projets soumis à l’étude d’impact sur l’environnement sont :
• Les établissements insalubres, incommodes ou dangereux classés en première
catégorie (décret du 25 aout 1914) ;
• Les projets d’infrastructures, dont les stations d’épuration des eaux usées et les
ouvrages annexes ;
• Les projets industriels ;
• L’agriculture ;
• Les projets d’aquaculture et de pisciculture.
A travers le décret n°2-04-563 du 5 Di Kaada 1429 (4 novembre 2008), cette loi a
récemment fixé les attributions, les modalités de fonctionnement ainsi que la composition
des comités régionaux des études d’Impact, sur l’environnement.
Chaque comité régional est présidé par le wali de la région devant abriter le projet ou son
représentant.
D’autre part, le décret n°2-04-564 du 5 Di Kaada 1429 (4 novembre 2008), fixe les modalités
d’organisation et de déroulement de l’enquête publique relative aux projets soumis aux
études d’impact sur l’environnement.
2.1.2 LOI 11-03 RELATIVE A LA PROTECTION ET A LA MISE EN VALEUR DE
L'ENVIRONNEMENT
La loi 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de l'environnement, promulguée
par le Dahir N°1-03-59 du 10 Rabii I 1424 (12 mai 2003), définit les principes et les
orientations d'une stratégie juridique environnementale pour le Maroc. Cette loi de portée
générale répond aux besoins d'adopter une démarche globale et intégrée assurant le
meilleur équilibre possible entre la nécessité de préservation de l'environnement et les
besoins de développement économique et social du pays.

8
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

La loi 11-03 a pour objectif de rendre plus cohérent, sur le plan juridique, l'ensemble des
textes ayant une incidence sur l'environnement. Ces textes relevant par nature de la
compétence de plusieurs administrations, la loi est destinée à fournir un cadre référence
posant les principes fondamentaux sur la base desquels les futurs textes relatifs à la
protection de l'environnement devront être élaborés.
2.1.3 LOI 13-03 RELATIVE A LA LUTTE CONTRE LA POLLUTION DE L’AIR SON
DECRET FIXANT LES NORMES DE QUALITE DE L’AIR ET LES MODALITES DE
SURVEILLANCE DE L’AIR
Le chapitre II de cette loi, à l’article 2 précise que la loi s’applique à toute personne, physique
ou morale, de droit public ou privé, qui possède ou détient ou utilise ou exploite des
immeubles ou des installations minières, industrielles, commerciales, agricoles ou
artisanales. Elle s'applique également aux véhicules ou engins à moteurs ou appareils de
combustion ou d’incinération de déchets ou de chauffage ou de réfrigération.
Le chapitre III de cette loi, à l’article 4 précise « qu’il est interdit de dégager, d’émettre ou de
rejeter, de permettre le dégagement, l’émission ou le rejet dans l’air de polluants tels que les
gaz toxiques ou corrosifs, les fumées, les vapeurs, la chaleur, les poussières, les odeurs au-
delà de la qualité ou de la concentration autorisée par les normes fixées par voie
réglementaire».
Cet article précise également « qu‘en l’absence de normes fixées par voie réglementaire, les
exploitants des installations prévues à l’article 2 sont tenus d’appliquer les techniques
disponibles et plus avancées afin de prévenir ou de réduire les émissions ».
Le décret n° 2-09-286 du 20 hija 1430(8 décembre 2009) fixe les normes de qualité de l’air et
les modalités de surveillance de l’air
2.1.4 LOI 10-95 SUR L'EAU ET SES TEXTES D’APPLICATION
La loi sur l'eau a été promulguée le 16 août 1995. Elle s'est fixée pour objectif la mise en
place d'une politique nationale de l'eau basée sur une vision prospective qui tient compte
d'une part de l'évolution des ressources, et d'autre part des besoins nationaux en eau. Elle
prévoit des dispositions légales visant la rationalisation de l'utilisation de l'eau, la
généralisation de l'accès à l'eau, la solidarité inter régionale, la réduction des disparités entre
les villes et les campagnes en vue d'assurer la sécurité hydraulique de l'ensemble du
territoire du Royaume.
Un des volets de la loi est la gestion des ressources en eau dans le cadre d'une unité
géographique, le bassin hydraulique permettant de concevoir et de mettre en œuvre une
gestion décentralisée de l'eau.
Parmi les dispositions en relation avec l’assainissement et l’épuration :
• La domanialité publique des ressources en eau, y compris les eaux usées
épurées ;
• La réglementation de l’utilisation des eaux usées épurées :
Toute utilisation des eaux usées épurées est soumise à l’autorisation de l’agence de bassin.
Les utilisateurs des eaux usées épurées peuvent bénéficier du concours financier de l’Etat et
de l’assistance technique de l’agence de bassin si l’utilisation qu’ils font de ces eaux est

9
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

conforme aux conditions fixées par l’administration et a pour effet de réaliser des économies
d’eau.
Les rejets, dépôts directs ou indirects, déversement, écoulement dans une eau superficielle
ou une nappe souterraine, susceptible d’en modifier les caractéristiques physico-chimiques
et bactériologiques sont soumis à l’autorisation de l’Agence de Bassin Hydraulique.
La zone du projet dépend de l’Agence de Bassin Hydraulique de l’Oum Er Rbia (ABHOER).
2.1.4.1 Décret n°2-04-553 du 13 Hijja 1425 (24 janvier 2005) relatif au déversement des
eaux usées et ses arrêtés conjoints
Ce décret relatif aux déversements, écoulement, rejets dépôts directs ou indirects dans les
eaux superficielles ou souterraines.
Ce décret ouvre la voie à l’application effective des procédures de déclaration des rejets
existants et du paiement subséquent de la redevance. Les redevances sont collectées par
l’agence de bassin auprès du gestionnaire du service d’assainissement ou de l’auteur du
rejet direct dans la nature.
La mise en vigueur du décret précité induit la nécessité de :
• Demander une autorisation de déversement à l’Agence de Bassin ;
• Respecter les valeurs limites de rejet domestique fixées par l’arrêté n°1607-06.
2.1.4.2 Arrêté n° 1607-06 du 29 joumada II 1427 (25 juillet 2006) portant fixation des
valeurs limites spécifiques de rejet domestique
Cet arrêté fixe les valeurs limites spécifiques de rejet visées à l'article 12 du décret n° 2-04-
553 susvisé, applicables aux déversements d'eaux usées des agglomérations urbaines.
Les niveaux de rejets domestiques dans le milieu naturel sont ainsi fixés aux valeurs
suivantes :
• DBO (mgO2/l) : 120 ;
• DCO (mgO2/l) : 250 ;
• MES (mg/l) : 150.
2.1.4.3 Décret n° 2-97-787 du 6 Chaoual (4 février 1998) relatif aux normes de qualité
des eaux et ses arrêtés conjoints
Ce décret relatif aux normes de qualité des eaux et à l'inventaire du degré de pollution des
eaux, a pour objectif de définir des classes de qualité permettant de normaliser et
d'uniformiser l'appréciation de la qualité des eaux. Il définit également via des arrêtés les
normes de qualité auxquelles une eau doit satisfaire selon l'utilisation qui en sera faite,
notamment :
• Les eaux alimentaires destinées directement à la boisson ou à la préparation, au
conditionnement ou à la conservation des denrées alimentaires destinées au public ;
• L'eau destinée à la production de l'eau potable ;
• L'eau destinée à l'irrigation ;
• L'eau usée destinée à l'irrigation ;
• Les eaux piscicoles.

10
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

• A ce jour, les principaux arrêtés publiés relatifs à ce décret sont :


• Arrêté n° 1277-01 du 17 octobre 2002 portant fixation des normes de qualité des
eaux superficielles utilisées pour la production de l'eau potable ;
• Arrêté du 17 octobre 2002 portant fixation des normes de qualité des eaux destinées
à l'irrigation ;
• Arrêté n° 1275-01 du 17 octobre 2002 définissant la grille de qualité des eaux de
surface ;
• Arrêté n° 2028-03 du 10 novembre 2003 fixant les normes de qualité des eaux
piscicoles.
D’autre part, à partir ce décret un inventaire du degré de pollution des eaux superficielles et
souterraines visé à l’article 56 de la loi 10-95 précitée, est à effectuer par chaque Agence de
Bassin Hydraulique au moins une fois tous les cinq ans.
2.1.5 LOI 28-00 RELATIVE A LA GESTION DES DECHETS SOLIDES ET A LEUR
ELIMINATION ET SON DECRET D’APPLICATION
La loi sur les déchets solides et leur élimination a été récemment adoptée. Cette loi couvre
les déchets ménagers, industriels, médicaux et dangereux. Elle stipule l'obligation de
réduction des déchets à la source, l'utilisation des matières premières biodégradables et la
prise en charge des produits durant toute la chaîne de production et d'utilisation.
La loi prévoit également l'aménagement par les collectivités locales de décharges contrôlées
dans un délai maximal de trois ans à partir de la publication de la loi pour les déchets
ménagers et de cinq ans pour les déchets industriels.
Au niveau institutionnel, le texte prévoit la création d'une structure nationale de gestion des
déchets dangereux.
Le Décret N°2-07-253 du 18 juillet 2008 portant classification des déchets et fixant la liste
des déchets dangereux distingue les déchets inventoriés et classés, en fonction de leur
nature et de leur provenance, dans un catalogue dénommé « Catalogue marocain des
déchets », où les boues provenant du traitement des eaux usées urbaines sont classé sous
le code 19 08 05 sans être signalées comme déchet dangereux
2.1.6 LOI N° 12-90 RELATIVE A L’URBANISME ET SON DECRET D’APPLICATION N°
2-08-74 DE MARS 2008
Cette loi définit les différents types de documents d’urbanisme ainsi que les règlements de
construction. Cette loi s'applique aux :
• Communes urbaines, c'est-à-dire les municipalités et les centres autonomes ;
• Centres délimités des communes rurales, c'est-à-dire les parties du territoire
d'une commune rurale dont les limites sont fixées par voie réglementaire ;
• Zones périphériques des communes urbaines, c'est-à-dire les territoires ruraux
avoisinant les villes qui s'étendent sur quinze kilomètres à partir du périmètre
municipal ;
• Groupements d'urbanisme, c'est-à-dire un ensemble de communes urbaines,
avec leurs zones périphériques et éventuellement des communes rurales

11
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

avoisinantes qui ont une relation économique nécessitant un aménagement


d'ensemble.
L’article 4 définit les objectifs du Schéma Directeur d’Aménagement Urbain «SDAU », dont
notamment la définition des :
• Principes d’assainissement ;
• Principaux points de rejet des eaux usées ;
• Endroits devant servir de dépôt aux ordures ménagères.
2.1.7 DAHIR N°1-06-063 DU 30 HIJJA 1379 (25 JUIN 1960) RELATIF AU
DEVELOPPEMENT DES AGGLOMERATIONS RURALES
Ce texte s'applique à toutes les agglomérations à caractère rural situées en dehors des
périmètres définis à l'article 18 de la loi n°12-90 relative à l'urbanisme promulguée par dahir
n°1-92-31 du 15 Hijja 1412 (17 Juin 1992), c'est à dire en dehors des :
• Communes urbaines ;
• Centres délimités ;
• Zones périphériques des communes urbaines et des centres délimités ;
• Groupements d'urbanisme ;
• Zones à vocation spécifique.
Le dahir du 25 Juin 1960 a institué d'une part un document d'urbanisme pour les
agglomérations rurales - le plan de développement - qui est à la fois un document graphique
et juridique, et d'autre part, les moyens de contrôle de l'évolution de la construction dans ces
petites agglomérations.
Ce dahir est une législation simple et efficace dont la réglementation adaptée est
suffisamment souple pour faciliter et stimuler le développement des agglomérations rurales.
2.1.8 LA LOI 78.00 PORTANT SUR LA CHARTE COMMUNALE TELLE QU’ELLE A ETE
MODIFIEE ET COMPLETEE EN 2002 PAR LA LOI N° 01-03 ET EN 2009 PAR LA
LOI N° 17-08
La loi 78-00 portant sur la charte communale attribue expressément au conseil communal le
pouvoir de décider de :
1) La création et de la gestion des services publics communaux dans les secteurs
d’approvisionnement de l’eau potable et de l’assainissement liquide (art 39 §1 al 1) ;
2) Des modes de gestion des services publics notamment par voie de régie autonome
et de concession (art 39 §2 al 2) ;
3) Dans les limites autorisées, de réaliser ou de participer à l’exécution :
• Des aménagements et des ouvrages hydrauliques destinés à la maîtrise Des
eaux pluviales et à la protection contre les inondations ;
• De l’aménagement des lacs, rives de fleuves…etc. (art 39 § 4).
Selon les dispositions de l’article 35 :
• Le conseil communal décide de la création et de la gestion des services publics
communaux dans les secteurs suivants :
o Approvisionnement et distribution d’eau potable ;

12
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

o Assainissement liquide.
Le conseil communal décide, conformément à la législation et la réglementation en vigueur,
de la réalisation ou de la participation à l’exécution des aménagements et des ouvrages
hydrauliques destinés à la maîtrise des eaux pluviales et à la protection contre les
inondations.
Il est également chargé aux termes de l’article 40 de veiller à l’hygiène, la salubrité et la
protection de l’environnement et délibère sur la politique communale en matière de :
• Evacuation des eaux usées et pluviales ;
• Préservation de la qualité de l’eau, notamment de l’eau potable et des eaux de
baignade ;
• Préservation des rives des fleuves ;
• Lutte contre toutes les formes de pollution, de dégradation de l’environnement et
de l’équilibre naturel.
Le même article ajoute qu’à ce titre, le conseil décide de la création de bureaux d’hygiène et
de l’adoption de règlements généraux communaux d’hygiène et de salubrité publique.
Ces compétences sont renforcées par celles qui sont attribuées à son président en tant
qu’autorité exécutive notamment au titre de la police administrative communale et des
fonctions spéciales attribuées aux pachas et caïds, à l’exclusion de celles qui ont un
caractère politique ou de sécurité nationale, limitativement énumérées par l’art. 49.
Les règles d’administration territoriale désignent donc exclusivement la commune pour créer
et gérer un service d’assainissement lui permettant de se mettre en conformité avec la loi sur
l’eau. Mais tant l’économie d’échelle que les considérations techniques de préservation d’un
même milieu réceptif la poussent objectivement à insérer son réseau dans un système
intégré de gestion qui devrait d’autant plus dépasser les limites de son territoire que la
collecte des eaux résiduaires est institutionnellement liée à la fois à l’utilisation de l’eau et au
développement régional. C’est d’ailleurs ce qui ressort de l’examen de l’évolution récente de
la gestion de l’assainissement autour des grandes agglomérations.
2.1.9 DAHIR N° 1-69-170 DU 25 JUILLET 1969 SUR LA DEFENSE ET LA
RESTAURATION DES SOLS
Ce dahir, publié au bulletin officiel : n° 2690 du 29 juillet 1969, comporte des règles relatives
aux autorisations et interdictions en matière d'exploitation des ressources naturelles. Le dahir
réglemente les autorisations des travaux effectués dans les périmètres de défense et de
restauration des sols et les autorisations d'implantation de certains établissements polluants.
Il impose également un nombre assez important d'interdictions notamment dans les secteurs
les plus importants du patrimoine naturel.
2.1.10 LOI SUR LES ETABLISSEMENTS CLASSES INSALUBRES, INCOMMODES OU
DANGEREUX
La loi sur les établissements classés insalubres, incommodes ou dangereux date de l’année
1914, il a pour objectif la prévention des risques occurrents pour les employés et les
riverains des établissements et la conservation des sites et des monuments historiques.
Cette loi prévoie trois classes d’établissement qui devront être soumis au contrôle et à la
surveillance de l'autorité administrative.

13
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Etablissement de première Classe : englobe les établissements les plus dangereux pour le
voisinage et la sécurité publique. Leur ouverture est subordonnée à l’obtention d’une
autorisation qui doit être demandée auprès du ministre des travaux publics.
Etablissement de deuxième Classe : moins dangereux pour la santé publique et le voisinage.
Ils ne peuvent être ouverts sans autorisation préalable. Cette autorisation est délivrée par
l’autorité locale après avis de l’autorité municipale.
Etablissements de troisième Classe : les moins dangereux : Leur ouverture se fait par simple
déclaration adressée au président du conseil municipal.
2.1.11 DAHIR N° 1-72-103 RELATIF A LA CREATION DE L’ONEP
Les attributions de l’ONEP fixées par ce Dahir sont :
• La planification de l’alimentation en eau potable du Royaume ;
• La gestion des services de distribution d’eau potable dans les communes lorsque
cette gestion lui est confiée par délibération du conseil communal intéressé,
approuvée par l’autorité compétente ;
• Le contrôle, en liaison avec les autorités compétentes, de la pollution des eaux
susceptibles d’être utilisées pour l’alimentation humaine ;
• Autres.
En 2000, le Dahir a été amendé pour attribuer à l’ONEP la possibilité de gérer le service
assainissement liquide des communes par délibération du conseil communal et approbation
par l’autorité compétente.
2.1.12 LOI N° 65-99 RELATIVE AU CODE DU TRAVAIL
Les dispositifs de la loi 65-99, relative au code du travail, ont pour objectifs l'amélioration des
conditions du travail et de son environnement et la garantie de la santé et de la sécurité sur
les lieux du travail. Particulièrement les dispositifs du titre IV de l’hygiène et de la sécurité
des salariés qui sont récapitulés comme suit :
• Assurer les conditions de propreté, d’hygiène et de salubrité au niveau des locaux
du travail (l'éclairage, le chauffage, l'aération, l'insonorisation, la ventilation, l'eau
potable, les fosses d'aisances, l'évacuation des eaux résiduaires et de lavage, les
poussières et vapeurs, les vestiaires, la toilette et le couchage des salariés…) ;
• Garantir l'approvisionnement normal en eau potable des chantiers et y assurer
des logements salubres et des conditions d'hygiène satisfaisantes pour les
salariés ;
• Assurer la protection des machines, appareils, outils et engins par des dispositifs
afin de ne pas présenter de danger pour les salariés ;
• Garantir l’équipement des salariés appelés à travailler dans les puits, les conduits
de gaz, canaux de fumée, fosses d'aisances, cuves ou appareils quelconques
pouvant contenir des gaz délétères par des dispositifs de sûreté (ceinture,
masques de protection, …) ;
• Informer les salariés des dangers résultant de l’utilisation des machines ainsi que
les précautions à prendre ;

14
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

• Ne pas exposer les salariés au danger (utiliser les machines sans dispositif de
protection, porter des charges dont le poids est susceptible de compromettre sa
santé ou sa sécurité ;
• Ne pas permettre aux salariés l'utilisation de produits ou substances, d'appareils
ou de machines qui sont reconnus par l'autorité compétente comme étant
susceptibles de porter atteinte à leur santé ou de compromettre leur sécurité.
• Mettre en place d’un service médical du travail au sein des entreprises ayants un
effectif de 50 salariés au moins ou celles effectuant des travaux exposant les
salariés au risque de maladies professionnelles, ce service sera présidé par un
médecin de travail qui sera chargé de l’application des mesures suivantes :
• Surveiller les conditions générales d’hygiène ;
• Protéger les salariés contre les accidents et contre l'ensemble des nuisances qui
menacent leur santé ;
• Surveiller l'adaptation du poste de travail à l'état de santé du salarié ;
• Améliorer les conditions de travail, l'adaptation des techniques de travail à
l'aptitude physique du salarié, l'élimination des produits dangereux et l'étude des
rythmes du travail ;
• Mettre en place un comité de sécurité et d’hygiène, au sein des entreprises ayant
un effectif de 50 salariés au moins, le rôle de ce comité est de :
o Détecter les risques professionnels auxquels sont exposés les salariés de
l’entreprise ;
o Assurer l'application des textes législatifs et réglementaires concernant la
sécurité et l'hygiène ;
o Veiller au bon entretien et au bon usage des dispositifs de protection des
salariés contre les risques professionnels ;
o Veiller à la protection de l'environnement à l'intérieur et aux alentours de
l'entreprise ;
o Susciter toutes initiatives portant notamment sur les méthodes et procédés de
travail, le choix du matériel, de l'appareillage et de l'outillage nécessaires et
adaptés au travail ;
o Donner son avis sur le fonctionnement du service médical du travail ;
o Développer le sens de prévention des risques professionnels et de sécurité au
sein de l'entreprise.

15
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

2.2 CADRE INSTITUTIONNEL DE LA GESTION DE L’ENVIRONNEMENT


De nombreuses institutions interviennent, directement ou indirectement, dans la gestion de
la pollution par les eaux usées. Elles exercent leurs prérogatives à travers les textes
juridiques dont certains ont été présentés ci-dessus. Le présent chapitre permet de mettre en
évidence la diversité des intervenants ainsi que l’étendue de leur décision et de leur
intervention (contrôle, suivi, réglementation, archivage, etc.).
Les principales institutions qui se préoccupent de la protection de l’environnement sont :
• Le Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement ;
• Le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification ;
• Le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural et des Pêches Maritimes ;
• Le Ministère de l’Equipement et du Transport ;
• Le Ministère de l’Intérieur ;
• Le Ministère de la Santé.
2.2.1 LE MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES, DE L’EAU ET DE
L’ENVIRONNEMENT (MEMEE)
Le MEMEE est chargé de coordonner les actions du gouvernement en matière de protection
de l’environnement. Ses principales attributions lui donnent un rôle de coordination, de
surveillance, de contrôle et de mise en place d’un cadre juridique et institutionnel. A travers
le secrétariat d’Etat chargé de l’eau et de l’environnement, Ce Ministère œuvre pour :
• Intégrer la dimension environnementale au niveau des études et de la planification
régionale, notamment les schémas directeurs d’assainissement liquide et les plans
directeurs de gestion des déchets ;
• Collecter et actualiser l’information concernant l’état de l’environnement régional ;
• Mener des actions de sensibilisation en faveur de la protection de l’environnement ;
• Instruire les requêtes relatives aux atteintes à l’environnement ;
• Instruire et formuler des avis concernant les projets soumis à la procédure d’étude
d’impact sur l’environnement ;
• Assister les collectivités locales dans le domaine de l’environnement.
Le MEMEE assure la coordination et le secrétariat des CNEIE/CREIE.
2.2.2 LES AGENCES DE BASSIN HYDRAULIQUE (ABH)
La loi sur l’eau 10/95 a institué les ABH. Il est ainsi créé, au niveau de chaque bassin
hydraulique ou ensemble de bassins hydrauliques, sous la dénomination d’ «agence de
bassin hydraulique», un établissement public, doté de la personnalité morale et de
l'autonomie financière.
Les ABH ont pour mission d'évaluer, de planifier, de gérer, de protéger les ressources en
eau et de délivrer les autorisations et concessions relatives au Domaine Public Hydraulique
(DPH) de leurs zones d'action :
La loi précise, en son article 20 en particulier, les missions dont elles sont chargées. Ces
missions sont très étendues et de diverses natures :

16
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

1) Une mission de planification et de gestion décentralisée à l’échelle du bassin versant :

• Elaborer le Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE)


relevant de sa zone d’action ;
• Veiller à l’application du PDAIRE à l’intérieur de sa zone d’action ;
• Gérer et contrôler l’utilisation des ressources en eau mobilisées.
2) Des missions régaliennes d’administration du Domaine Public Hydraulique (DPH) et de
police des eaux et une mission d’intérêt général de suivi quantitatif et qualitatif des
ressources en eau :
• Délivrer les autorisations et concessions d’utilisation du Domaine public hydraulique
(DPH) ;

• Tenir un registre des droits des eaux reconnus et des autorisations de prélèvement
accordées ;
• Réaliser toutes les mesures piézométriques et de jaugeages ainsi que les études
hydrologiques, de planification et de gestion de l’eau, tant au plan quantitatif que
qualitatif ;
• Réaliser toutes les mesures de qualité et appliquer les dispositions de la loi 10-95 et
des lois en vigueur relatives à la protection des ressources en eau et à la restauration
de leur qualité, en collaboration avec l’autorité gouvernementale chargée de
l’environnement ;
• Proposer et exécuter les mesures adéquates pour assurer l’approvisionnement en
eau en cas de pénurie d’eau déclarée, ou pour prévenir les risques d’inondation.
3) Des missions d’appui technique et d’aide financière aux acteurs de l’eau :
• Fournir toute aide financière et toute prestation de service, notamment d’assistance
technique, aux personnes publiques ou privées qui en feraient la demande, soit pour
prévenir la pollution des ressources en eau, soit en vue d’un aménagement ou d’une
utilisation du DPH.
4) Des missions de maîtrise d’ouvrage, notamment pour réaliser les infrastructures
nécessaires à la prévention et à la lutte contre les inondations.
2.2.3 L’OFFICE NATIONAL DE L’EAU POTABLE (ONEP)
L’ONEP est de par sa nature fortement liée à la gestion de l’eau et de l’environnement. Il
gère l’alimentation en eau potable du Royaume, il est chargé, à ce titre, de :

• La planification et l’approvisionnement en eau Potable du Royaume ;

• Les études de la valorisation et de la gestion d’adduction d’eau potable ;


• La gestion du service de distribution d’eau potable dans les communes qui le
sollicitent ;
• L’assistance technique en matière de surveillance de la qualité de l’eau alimentaire ;

17
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

• Le contrôle de la pollution des eaux susceptibles d’êtres utilisées pour l’alimentation


en eau potable.
En 2000, le Dahir a été amendé pour attribuer à l’ONEP la possibilité de gérer le service
assainissement liquide des communes par délibération du conseil communal et approbation
par l’autorité compétente.
2.2.4 MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DU DEVELOPPEMENT RURAL ET DES
PECHES MARITIMES (MADRPM)
Le MADRPM est chargé de coordonner les actions du gouvernement en matière de
développement agricole et rural. Dans un but de décentralisation, 9 ORMVA (Offices
régionaux de mise en valeur agricole) ont été créés à partir de 1966. Ces organismes publics
sont chargés de l’application de l’ensemble de la politique agricole dans toutes ses
composantes dans leurs périmètres d’intervention respectifs (Loukkos, Moulouya Gharb,
Doukkala, Haouz, Tadla, Souss-Massa, Ouarzazate et Errachidia). Ils sont dotés de
l’autonomie financière tout en gardant leur statut d’établissement public.
Chaque ORMVA est administré par un Conseil d’Administration présidé par le Ministre de
l’Agriculture, et composé des représentants des Directions techniques du Ministère, de
représentants d’autres ministères concernés et des représentants des agriculteurs.
Leur mission, définies dans leurs textes de création, porte sur la création et l'exploitation des
ouvrages hydrauliques nécessaires à l’irrigation et à la mise en valeur agricole de leur
région, ainsi que la gestion des ressources en eau à usage agricole qui leurs sont confiées
globalement dans leurs zones d’action.
2.2.5 HAUT COMMISSARIAT AUX EAUX ET FORETS ET A LA LUTTE CONTRE LA
DESERTIFICATION (HCEFLCD)
Le HCEFLCD est chargé de :

• Assurer l’administration, par délégation du Premier ministre et conformément aux


disposition du dahir du 20 hija 1335 (10 octobre 1917) sur la conservation et
l’exploitation du domaine forestier de l'état et les autres biens soumis au régime
forestier ainsi que la police et le contrôle de l’application des textes législatifs et
réglementaires y afférents ;
• Conserver, aménager, développer et promouvoir les ressources forestières, alfatières,
sylvo-pastorales dans les terrains soumis au régime forestier, ainsi que les ressources
cynégétiques et piscicoles continentales, et valoriser leurs multiples produits, services
et avantages ;

• Œuvrer à la promotion et à la mise en œuvre des actions d’extension et de


développement de la forêt sur des terres à vocation forestière autres que celles du
domaine forestier de l’état ;
• Coordonner l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’aménagement des bassins
versants et des parcs et réserves naturelles et en assurer le suivi et l’évaluation en
concertation avec les différents départements ministériels ou d’autres organismes
concernés ;

18
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

• Coordonner la préparation et la mise en œuvre des programmes et projets de


développement intégré des zones forestières et alfatières, participer à leur exécution
et en assurer le suivi et l’évaluation ;

• Promouvoir les actions de coopération et de partenariat avec les différents


départements ministériels ou d’autres organismes concernés, les collectivités locales,
les partenaires bilatéraux et les organisations régionales et internationales, les
professionnels, les organisations non gouvernementales et tous les usagers du
domaine forestier ;
• Coordonner, en concertation avec les différents départements ministériels et
organismes concernés, la mise en œuvre, au niveau national, des dispositions des
conventions internationales relatives à la lutte contre la désertification, aux forêts, à la
faune sauvage et à son habitat naturel.
2.2.6 MINISTERE DE L’EQUIPEMENT ET DU TRANSPORT
Le Ministère de l'Équipement et du transport est chargé d'élaborer et de mettre en œuvre la
politique du gouvernement dans les domaines des routes, des ports, des équipements
publics et du Transport (Routier, Ferroviaire, Maritime et Aérien).
A travers le département de l’Equipement, ce Ministère assure également pour le compte
d'autres Ministères ou collectivités territoriales ou établissements publics, la réalisation, la
supervision ou le contrôle d'études à caractère technique, ainsi que la réalisation d'ouvrages
techniques ou le contrôle technique de travaux.
2.2.7 MINISTERE DE L'INTERIEUR
Le ministère de l’Intérieur assure la tutelle hiérarchique des communes. La charte
communale pose le principe de l’autonomie des communes et des communautés urbaines
en matière de gestion des déchets solides, des infrastructures et de l’assainissement liquide.
Leurs budgets et leurs investissements sont toutefois soumis au contrôle du Ministère de
l’Intérieur.
2.2.8 MINISTERE DE LA SANTE
Le ministère de la santé est l’autorité compétente pour la gestion des hôpitaux et des centres
de soins sur tout le territoire national. Il contrôle aussi la qualité de l’eau potable en faisant
des analyses dans ses laboratoires décentralisées. Il peut intervenir pour le contrôle
sanitaire des puits à proximité de la future station d’épuration.

19
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

2.3 EXIGENCES DU BAILLEUR DE FOND (BANQUE MONDIALE)


La Banque mondiale constitue la plus importante institution financière multilatérale. En 1987,
elle a mis en place les bases des axes prioritaires d’interventions en matière
d’environnement, qui sont :
• L’obligation d’incorporer systématiquement les préoccupations environnementales
dans chacun des projets dont elle assure le financement ;
• Le développement en son sein d’une fonction « environnement ».
Ces deux axes prioritaires englobent les cinq champs d’interventions suivants :
• La dégradation des sols (déforestation, gestion des pesticides) ;
• La disparition de certains habitats (perte de la diversité biologique) ;
• L’appauvrissement des ressources aquatiques ;
• La pollution et les nuisances urbaines et industrielles ;
• Les problèmes environnementaux à l’échelle mondiale (pollution transfrontalière).
La Banque mondiale tient compte des dimensions environnementales tout au long du cycle
d’un projet : identification, préparation, évaluation, négociations, mise en œuvre, contrôle et
suivi. Dans ce contexte, les EIE sont requises au niveau des études de faisabilité de tout le
projet, ainsi que des recommandations d’optimisation, de protection et d’atténuation.
L’EIE est devenue une procédure standardisée de la Banque mondiale en 1989, lors de
l’adoption de la « Operational Directive (OD) 4.00 : Environmental Assessment », amendée
en 1991 sous « OD 4.01 » (World Bank, 1991a).
En 1991, l’ensemble des informations relatives à l’évaluation environnementale de la Banque
mondiale a été consigné dans le « Environmental Assessment Sourcebook » (World Bank,
1991b), qui consiste en trois volumes de référence conçus de manière à faciliter la mise en
application de la procédure. Ce manuel est périodiquement révisé depuis 1993 pour tenir
compte des nouveaux développements dans le domaine.
L’approche de la Banque mondiale consiste à lier étroitement l’EIE au cycle du projet.
Comme pour les autres bailleurs de fonds multilatéraux, c’est l’emprunteur qui est
responsable de conduire L’EIE du projet. L’examen préalable consiste à déterminer la
catégorie du projet, afin de décider du type d’évaluation environnementale qu’il faudra
réaliser. La directive OD 4.01 reconnaît trois catégories de projets :
• Catégorie A : Une étude d’impact environnementale complète est nécessaire pour
ces projets, car ils peuvent causer des impacts environnementaux significatifs ;
• Catégorie B : Une étude d’impact de moindre envergure est demandée, car les
impacts du projet sont moins significatifs que ceux de la catégorie A ;
• Catégorie C : Aucune étude d’impact environnemental n’est requise.
Le projet objet de la présente évaluation environnementale rentre dans le cadre de la
catégorie B.
Sur la base de l’examen préalable, les termes de référence (la directive) de l’étude d’impact
sont préparés. Ainsi, le rapport d’une Etude d’Impact sur l’Environnement complète doit
comprendre les éléments suivants :

20
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

• Un sommaire exécutif ;
• Le contexte politique, légal et administratif ;
• La description du projet ;
• La description du milieu récepteur ;
• L’évaluation des impacts environnementaux ;
• L’analyse des alternatives ;
• Le plan de mesures d’atténuation ;
• La gestion de l’environnement et formation ;
• Le plan de suivi environnemental ;
• Annexes : Liste des auteurs de l’étude, bibliographie et compte-rendu des
consultations publiques.
La consultation du public doit se faire lors de l’examen préalable du projet, durant et après la
réalisation de l’étude d’impact, ainsi que pendant la mise en œuvre du projet. La consultation
publique du rapport provisoire de l’étude d’impact est une des étapes les plus importantes du
processus.
L’examen de l’étude et l’évaluation du projet débutent lorsque le promoteur transmet l’étude
d’impact à la Banque pour examen. Si celle-ci est jugée satisfaisante, le projet fait l’objet
d’une évaluation globale, avant sa mise en œuvre par le promoteur.
Le projet d’assainissement du centre d’Ouaouizeght sera financé par la Banque Mondiale, et
devrait de ce fait se conformer aux exigences des politiques opérationnelles «Safeguard
Policies» de la Banque en matière de protection de l'environnement.
La Banque mondiale a instauré un nouvel instrument analytique : Revue Diagnostic Des
Sauvegardes, permettant dans une matrice simple de comparer les éléments de la politique
opérationnelle OP 4.00 et ceux du système national.
Elle comporte une description et conclusion d’une revue des activités et des moyens
matériels, humains, technique et autres dont disposent le pays pour mettre en œuvre ses
politiques, lois, règlements et procédures pour s’assurer du respect et sanctionner les
exigences de son système de sauvegarde et une conclusion quant à l’équivalence et
l’acceptabilité ou à la nécessité de mesures de mise en harmonie pour combler les
différences.
L'ensemble des composantes du projet a fait l'objet d'un examen approfondi en vue de
vérifier leur conformité avec ces politiques. Les principales conclusions et résultats de cet
examen sont :
Politique OP 4.01 : Evaluation environnementale
Le présent projet fait l'objet, dans son ensemble, d'une étude d’impact sur l’environnement
conformément aux exigences de la réglementation marocaine en matière d'étude d'impact
sur l'environnement cité ci-dessus.

21
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

En matière de préparation et d'évaluation des EIEs, le Maroc dispose des compétences


nécessaires en la matière aussi bien au niveau du secteur public que privé. L’ONEP dispose
d’une large expérience dans la conduite des EIE.
Le projet proposé est en conformité avec la politique en question.
Politique OP 4.30 : Relogement involontaire
La STEP est la conduite de transfert des eaux usées seront implantés sur l’emprise des
voies publiques de circulation et sur des terrains privés, ces derniers sont inculte ou à
vocation agricole (céréaliculture en pâturage). Ces activités ne génèrent pas une forte plus
value.
N’étant pas occupé par des habitations, aucune activité du projet n'entraînera un relogement
forcé de la population. Cependant, la présence de la STEP pourra apporter une ressource
en eau d’irrigation et aura un impact positif en favorisant la fixation des populations rurales
dans leurs fiefs.
En effet, la mise à la disposition des usagers potentiels des quantités d’eaux traitées peut
favoriser le développement agricole de la région du projet et aider les populations
intéressées à se fixer dans leurs parcelles.
Le projet est donc en conformité avec la politique de la BM OP 4.30.

22
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

3 SITUATION GEOGRAPHIQUE ET ADMINISTRATIVE


Le Centre de Ouaouizeght est situé à 43 Km au sud de la ville de Beni Mellal, il y est lié via
la route provinciale N° 3109.
Il est situé à 40 Km au Nord d’Azilal, il y est lié via la route régionale N° 306. Le centre
domine le lac du barrage Bin El Ouidane. Ses coordonnés Lambert moyennes du centre
sont :
X = 410000 m NGM, Y = 174000 m NGM Z= 920 NGM
Le centre Ouaouizeght est le chef lieu de la commune rurale portant le même nom, il abrite
le siège du Caïdat et quelques équipements administratifs et socio-économiques. Le centre
dépend administrativement du cercle d’Ouaouizeght et de la province d’Azilal.
La commune rurale d’Ouaouizeght est limitée par les communes rurales suivantes :
• Au Sud : Communes Ait Mazigh
• Au Sud Est : Communes Tabaroucht
• Au Nord Ouest : Commune Foum Oudi
• Au Nord Est : Commune Isseski
• A l’Ouest : Commune Bin El Ouidane

Figure 1: Situation administrative du centre de Ouaouizeght

23
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 2: Plan de situation du centre de Ouaouizeght

24
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

4 JUSTIFICATION ET DESCRIPTION DU PROJET


4.1 SITUATION ACTUELLE DE L’ASSAINISSEMENT
Réseau d’assainissement
Le centre de Ouaouizeght dispose depuis l’année 1972 d’un réseau d’assainissement de
type pseudo-séparatif. Bien que conçu initialement en système séparatif, le réseau
d’assainissement reçoit une partie non négligeable des eaux pluviales des toitures. Ce
réseau n’a quasiment pas connu d’extensions même s’il y avait une évolution
démographique du centre.
Il est constitué des conduites en béton vibré sur un linéaire totale d’environ 7.9 km de
diamètres variable entre 300 et 600 mm et assurent un taux de couverture est d’environ
35%.
Sa gestion et son entretien sont pris en charge par le service technique de la municipalité
d’Ouaouizeght.
Le collecteur d’interception des eaux pluviales du boulevard principal reçoit également les
eaux usées de certaines maisons, ce collecteur est raccordé au réseau principal.
Dans les zones non assainies, le système d’assainissement individuel basé sur les puits
perdus demeure la seule solution devant les habitants avec une fréquence de vidange
irrégulière.
Le réseau d’assainissement présente plusieurs défaillances et anomalies dans différentes
zones du centre d’Ouaouizeght. Dont les plus importantes sont :
¾ le colmatage des conduites dû à la faible pente et au blocage par les déchets solides
¾ le passage du réseau sous des domaines privés
¾ endommagement du réseau par les cours d’eau dans certaines zones
¾ intrusion des racines des arbres dans les canalisations engendrant les fissures et les
fuites des eaux usées
¾ l’absence du réseau d’assainissement dans certaines zones
¾ le rejet direct des eaux usées brutes dans le milieu urbain, 14 points de rejets ont été
identifiés dans différents quartiers du centre, le tableau suivant présente chaque point
de rejet avec sa situation
Rejet Douar Collecteur Oued observation
Près de l’Avenue Hassan II, à l’aval de
1 Ait Daoud A et B Tadroucht
la rencontre des collecteurs A et B
2 Ait Maâla Posé par les habitants Tadroucht Près du regard R35 du collecteur A
3 Ait Maâla D Tadroucht A l’aval du collecteur D
En face du rejet N° 5, à la limite avec
4 Ait Maâla Posé par les habitants Amzaourou
douar Ihitassen
En face du rejet N° 4, à la limite avec
5 Ihitassen Posé par les habitants Amzaourou
douar Ait Maâla
Près du regard R8 du collecteur C, à
6 Amzaourou C Amzaourou
la limite avec douar Ihitassen

25
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Rejet Douar Collecteur Oued observation


En face du rejet N° 8, à la limite avec
7 Amzaourou Posé par les habitants Amzaourou
douar Ihitassen
En face du rejet N° 7, à la limite avec
8 Ihitassen Posé par les habitants Amzaourou
douar Amzaourou
Ait Sidi Ali
9 A2 Aqqa Près du regard R3 du collecteur A2
Ou M’Hand
Ighrem
10 B3 Aqqa Près du regard R10
Serghine
11 Ait Maâla Posé par les habitants Amzaourou A la limite avec douar Ihitassen
Ighrem
12 B Aqqa Près du regard R3
Serghine
Près d’un pont sur la route qui mène
13 Ihitassen Posé par les habitants Tadroucht
vers Tilouguite. Près du rejet N° 14
Près d’un pont sur la route qui mène
14 Ihitassen Posé par les habitants Tadroucht
vers Tilouguite Près du rejet N° 13
Ces défaillances risquent d’exposer les populations au contact avec les eaux usées en
posant de graves problèmes sanitaires.
Le centre d’Ouaouizeght contient environ 30 huileries traditionnelles et cinq huileries
électriques. La quasi totalité des huileries traditionnelles déversent les margines produites
dans des puits perdus. Cinq d’entre elles sont raccordées au réseau d’assainissement
domestique existant. Il s’agit des Maasras traditionnelles installées dans le rez-de-chaussée
pour traiter les olives pendant sa période de récolte (décembre à mars), les informations sur
le débit et les caractéristiques des eaux usées ne sont pas disponibles.
Station d’épuration existante
La STEP des eaux usées d’Ouaouizeght existante, est située à l’ouest du centre en bordure
de la route régionale R302. Elle a été réalisée en 1979, elle a depuis fonctionné jusqu’en
1983. Cette station étant maintenant hors service, les eaux usées du centre sont rejetées à
l’état brut directement dans l’Oued Tadroucht. Ces eaux rejetées sont utilisées pour
l’irrigation des cultures maraîchères.
Elle a fonctionné d’une façon intermittente jusqu’en 1983. Ensuite, elle a subi plusieurs
pannes électriques. En 1987, elle a été inondée suite à la crue de l’oued Aqqa. Mis à part le
fait qu’elle a fonctionnée depuis deux mois en 1990, cette station est toujours hors service
depuis plus de Vingt ans.
Cette station comprend les ouvrages de génie civil suivants :
¾ Deux bassins de décantation rectangulaires de dimensions de 18.66 x 9.52 x 3.5m
qui comportent un dégrilleur.
¾ Trois lits de séchage des boues de 12.80 x 6.
¾ Un local de commande électrique.
¾ Un logement de gardien.
¾ Une clôture en grillage comportant un portail pour accès de camions.
Les investigations menées sur terrain ont montrés que ces ouvrages de génie civil ont subi
quelques dégradations sous forme de fissures et écaillage du béton.

26
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Les équipements hydrauliques et électriques sont comme suit :


¾ Deux turbines à arbre vertical.
¾ Deux moteurs de marques Hansen Patent 1450 tr/mn, Cos φ = 0.84 et puissance de
15kw.
¾ Un poste de livraison et de transformation.
¾ Des équipements électriques basse tension de commande et de protection des deux
moteurs.
¾ Un compresseur d’air pour régler les vannes pneumatiques à l’entrée des deux
bassins.
¾ Matériel de robinetterie et de vannes.
¾ Conduite d’amenée des eaux usées et conduite de soutirage des boues.
Les investigations menées sur terrain ont montrés que vu la longue période écoulée depuis
l’abandonnement de la STEP existante en 1987, ces équipements hydraulique et électriques
ont subi de fortes dégradations et nécessiteraient des réparations majeurs, voir même des
remplacements pour leur remise en marche.
La STEP abandonnée est implantée dans une zone vivrière, cette station devra être
condamnée par les soins de la commune rurale d’Ouaouizeght, l’emprise de la dite STEP
pourra servir pour l’aménagement d’un espace vert.

27
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 3: Situation actuelle du réseau l’assainissement

28
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 4: Plan de localisation des huileries

29
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

5 JUSTIFICATION DU PROJET
Le projet d’assainissement du centre d’Ouaouizeght, en tant que système anti-pollution qui
protège l’hygiène du milieu et préserve le bien être des populations, constitue en soi la
meilleure justification pour sa mise en exécution, surtout le centre est situé en amont de la
retenue du barrage de Bin El Ouidane.
Par ailleurs, la situation actuelle de l’assainissement au niveau du centre, dont les
défaillances sont présentées ci-dessus, et le rejet d’eaux usées brutes dans un milieu
naturel, le contact direct avec l’eau usée particulièrement lors de la vidange des fosses
individuelles, peuvent causer de graves problèmes sanitaires pour les populations.
Outre ces raisons amplement suffisantes, le présent projet relatif à la réalisation des travaux
de la première tranche d’assainissement du centre de Ouaouizeght, et qui concerne la mise
en place d’une station d’épuration des eaux usées domestiques, trouve sa justification à
travers les objectifs principaux suivants :
™ Protéger la retenue de barrage de Bine El Ouidane contre la pollution par les eaux
usées domestiques
™ La protection des cours d’eau contre la pollution en l’occurrence oued Tadroucht et
oued Amzouarou affluents d’oued Laabid
™ Pallier les différentes défaillances du système d’assainissement actuel
™ Restaurer et préserver la qualité des cours d’eau traversant le centre.
™ Réduire considérablement les risques de pollution des eaux souterraines et
superficielles particulièrement en aval du centre.
™ Appréhender les risques d’ordres sanitaires, qui sont liés au rejet des eaux usées
brutes dans le milieu humain et à la manipulation des eaux usées lors du vidage des
fosses.
™ Pallier aux nuisances dues au dégagement des odeurs nauséabondes au niveau des
puits perdus (généralement saturées) ;
™ Traiter efficacement les rejets des eaux usées de façon à satisfaire aux exigences
environnementales de protection des milieux récepteurs hydriques.
™ Améliorer le cadre hygiène et sanitaire de la population.
™ Atteindre les objectifs de la politique des villes propres.
5.1 DESCRIPTION DES TRAVAUX PROJETES
5.1.1 TRAVAUX DE REHABILITATION DU RESEAU EXISTANT
Les travaux de réhabilitation prévus dans le cadre du projet portent sur les opérations
suivantes :
5.1.1.1 Remplacement des collecteurs
Pour assurer le bon fonctionnement de l’ossature du réseau d’assainissement du centre
d’Ouaouizeght, les tronçons de collecteurs présentés dans le tableau ci après, feront objet
de travaux de remplacement par des canalisations en PVC DN 315.

30
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Collecteurs Tronçon Anomalie Long. (ml)


R14 -R16 Endommagement par les racines 46
Coll A
R24-R25 Faible couverture 38
R1-R3 Faible profondeur de départ 68
Coll A2
R8-R15 Faible couverture 223
Coll B R3 – R4 Affaissement 40
Coll B3 R31- R45 (B) Endommagement 426
R28-R11
Coll D (Inter) Faible couverture et casse 68
Total 1093
Les travaux seront exécutés en maintenant l’écoulement en service. Au moment des
travaux, les eaux usées arrivant aux fouilles peuvent être soient drainés par un lit de pose en
gravier de 15 cm d’épaisseur si leur débit est faible, ou bien déviées par pompage vers le
regard le plus proche.
Les travaux seront réalisés de l’aval vers l’amont, et les branchements particuliers doivent
être repris au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Le lit de pose sera en gravier
pour drainer les débits de fuites.
Pour le déroulement à secs des travaux, la réalisation de cette opération peut se faire
comme suit :
™ Sondages pour vérifier les cotes amont et aval de raccordement
™ Pose des conduites de l’aval vers l’amont
™ Réalisation du raccordement amont, pour brancher le tronçon à remplacer
™ Remblaiement des fouilles
Le collecteur B3 traverse Oued Aqqa entre les regards R 36 et R 37. Pour éviter des
profondeurs importantes dans des terrains à accès difficile, la réalisation de cette traversée
est prévue par passage supérieur moyennant les travaux suivants :
™ Réalisation de deux piliers accolés aux regards de visites R36 et R37
™ Pose d’une conduite en acier galvanisé à chaud
Tronçons colmatés
En l’absence d’un entretien systématique et régulier du réseau d’assainissement, plusieurs
tronçons se trouvent actuellement colmatés à tel point qu’il n’est plus possible d’effectuer
leur curage en raison de la nature des matériaux des collecteurs, d’une part, et du degré de
colmatage et de la nature des matériaux accumulés dans les canalisations d’autre part.
Il est prévu donc de remplacer ces canalisations par des nouvelles canalisations en PVC DN
315 mm, dont les linéaires sont présentés dans le tableau suivant :
Quartier Collecteur Tronçon Linéaire (ml)
Ait Daoud Coll B R1-R7 245
Ait Sidi Ali Ou M'hand Coll A1 R1-R3 80
Ait Sidi Ali Ou M'hand Coll A2 R4-R8 150
Ait Sidi Ali Ou M'hand Coll A R7-R9 90
Amzaourou Coll C R1-R12 320
Total 885

31
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Au niveau des canalisations citées ci-dessus, la plupart des regards sont enterrés. Afin de
garantir un bon calage des nouvelles canalisations, l’entrepreneur doit effectuer des
sondages et des levés topographiques sur l’ensemble des canalisations concernées pour
s’assurer du bon tracé de la conduite et les cotes des regards.
5.1.1.2 Réhabilitation des regards de visite et bouches d’égout
La plupart des regards à réhabiliter est située au niveau des canalisations colmatées ou
endommagées objet de réhabilitation décrite ci-dessus. Cette réhabilitation consiste à :
™ Déterrer et mettre à niveau les regards enterrés.
™ Doter de cadres et tampons, les regards avec cadres et tampons brisés, dégradés ou
manquants.
™ Doter d’échelles ou d’échelons en acier inoxydable, les regards avec échelons
corrodés, brisés, dégradés ou manquants.
™ Réfectionner les regards avec cheminée fissurée ou brisée.
™ Remplacer les regards démolis.
5.1.2 TRAVAUX D’EXTENSION DU RESEAU D’ASSAINISSEMENT
Compte tenu de la topographie et la pente du terrain naturel et la configuration du réseau
d’assainissement existant, une seule variante a été identifiée pour la collecte et le transfert
gravitaire des eaux usées de l’ensemble du centre. La réalisation du réseau
d’assainissement comprend les travaux suivants :
- la pose des canalisations de l’in site quartier
- la réalisation du réseau structurant
Le système de collecte des eaux usées adopté pour le centre est le séparatif. Il consiste à
collecter les eaux usées domestiques par un réseau de canalisations à poser, tandis que les
eaux pluviales seront drainées superficiellement par la voirie vers les cours d’eaux existants.
5.1.2.1 Travaux in site quartiers
Le réseau des quartiers concerne les canalisations en PVC DN 250 mm, qui seront posées
dans les rues et ruelles au niveau des quartiers existants et des quartiers projetés par le plan
de développement.
Le tableau suivant récapitule les linéaires nécessaires par quartier :
Quartier Linéaire (m)
AIT DAOUD 2 478
AIT MALLA 4 078
AIT SIDI ALI OU MHAND 1 100
AMZAOUROU 1 551
IGHREM SERGHINE 2 906
IHITASSENE 2 743
AIT SIDI MHAND 1 480
AIT CHIKER 260
Total 16 600

32
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

5.1.2.2 Le réseau structurant


Le centre d’Ouaouizeght serait assaini par un réseau principal constitué des collecteurs
structurants déjà existants et des collecteurs projetés suivants :
- Collecteur E : pour assainir les zones sud des douars Amzaourou et Ait Maala.
- Collecteur F et G : pour assainir les zones ouest du douar Ihitassene.
- Collecteur H et K : pour assainir les zones est du douar Ihitassene.
- Collecteur L, M et N : pour assainir les zones d’extension future situées à l’est du
douar Ihitassene.
- Collecteur J : pour assainir douar Ait Sidi M’Hand.
- Collecteur O et P : pour assainir douar Ighreme Serghine.
- Collecteur R : pour assainir douar Ait Chiker.
Les caractéristiques géométriques du réseau principal sont données dans le tableau
suivant :
Linéaire (m) / Diamètre (mm)
Collecteur 250 315 400
E 1 350
F 908
G 672
H 520
I 895
J 1 570
J1 640
K 600
K1 166
L 1 090
M 430
N 850
O 500
P 455
R 495
806 9755 895
Total
11 140
5.1.2.3 CONSISTANCE DE LA 1ERE TRANCHE
Les travaux prévus dans le cadre de la 1ère tranche consistent à étendre le réseau existant
pour assainir les quartiers urbanisés non assainis répartis sur le périmètre de
développement. Ces quartiers peuvent être subdivisés en deux lots. Le linéaire total de
réseau est de14.6 km avec 10 km en DN 250, 4.6 km en DN 315. Il est réparti par lot comme
suit :
longueur (ml)
Lot Quartiers
DN250 DN315 Total
Quartiers Ouest d’Oued Amzaourou : Ighrem Sergine, Ait
Lot 1 5 380 950 6 330
Sidi Ali Ou M’hand, Ait Daoud, Amzaourou et Ait Maâla :
Lot 2 Quartier Est d’Oued Amzaourou : Ihitassene 4 740 3 530 8 270
Total 10 120 4 480 14 600

33
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

5.1.3 SYSTEME DE TRANSFERT DES EAUX USEES


Le cheminement des eaux usées du réseau de collecte sera gravitaire, suivant le sens
d’écoulement du réseau hydrographique traversant le centre, jusqu’à l’exutoire du périmètre
de développement au niveau de la rive droite d’oued Amezouarou au sud-ouest du centre. A
partir de ce point les eaux usées seront refoulées par le biais d’un système de refoulement
constitué de deux stations de pompages en cascade et des conduites de refoulement.
Cette solution est imposée par l’emplacement du site n°5 retenu pour l’implantation de la
STEP, qui est situé à une altitude de 953 m NGM environ, alors que l’exutoire du réseau est
à 840 m NGM. Ce site a été validé par le comité technique local de suivi en concertation
avec l’ABHOER (voir PV en annexes).
Le système de refoulement sera composé de deux stations de pompage et des conduites de
refoulement. Le linéaire total de ces conduites est de l’ordre de 3350 m. Les caractéristiques
techniques des composantes du système de refoulement sont récapitulées dans le tableau
suivant :

Désignation Paramètre SP1 SP2


Débit 18 l/s (Horizon 2030)
Cote de Départ 840 m NGM 904 m NGM
Cote d’Arrivée 906 m NGM 953 m NGM
Conduite de
Longueur 1847 m 1500 m
refoulement
DN économique 200 mm 200 mm
HMT 73 m 55 m
Nature PVC PN 16. PVC PN 16.
Emplacement sud ouest du centre à à l’Est et la sortie du
proximité du point centre en allant vers
d’intersection des Tilouguite
Station de oueds Amzaourou et
pompage Tadroucht
Nombre de groupe 3 (dont 1 de secours) 3 (dont 1 de secours)
Débit 9 l/s 9 l/s
Puissance totale 33 KW 25 KW
Débit m3/h 27 27
Bâche Largeur m 2,4 2,4
d’Aspiration Longueur m 3.8 3.8
Hauteur m 3.2 3.2

Chacune des deux stations de pompage sera dotée d’un groupe électrogène qui fonctionne
automatiquement en cas de coupure d’électricité.
La station de pompage SP1 sera équipée de deux dégrilleurs pour retenir les déchets
solides volumineux :
- dégrilleur mécanique permettant l’évacuation mécanique des déchets solides vers
une benne à déchet
- dégrilleur manuel fonctionne lorsque le premier est en panne

34
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Les déchets seront déposés dans une benne à déchet puis évacués régulièrement vers la
décharge publique.
Les sites d’implantation des stations de pompages sont choisis en tenant compte la situation
par rapport à la population, la superficie disponible pour l’implantation des installations, la
nature foncière des terrains ainsi que leur occupation actuelle, et l’inondabilité des sites
L’analyse de ces considérations est résumée pour chacune des stations de pompage dans
le tableau suivant :
SP1 SP2
Situation par rapport à la 250 / douar Tadaout
20 m / habitation isolée
population la plus proche Naamran
Superficie requise/disponible 720 m²/ 1000 m² 600 m²/ 1000 m²
Nature foncière/ occupation Privé privé
Inondabilité Non Non

Figure 5: Plan d’implantation de la station de pompage SP2

35
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 6: Plan d’implantation de la station de pompage SP1

36
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

5.1.4 OUVRAGES EAUX PLUVIALES


Comme indiqué auparavant, l’évacuation des eaux pluviales s’effectue actuellement par le
réseau hydrographique traversant le centre.
La réalisation des ouvrages d’évacuation des eaux pluviales permettront le drainage des
eaux de ruissellement sur les axes principaux vers le réseau hydrographique naturel.
Les ouvrages d’interception et de transfert des eaux pluviales proposés dans le cadre de
cette étude sont comme suit :
Ouvrage Désignation Nature Long. Section m²
m
Intercepte les eaux de ruissellement de la
caniveau en
zone sud-est du centre afin d’éviter les
béton armé 660 0,9 x 0,3x0,85
EP1 inondations et submersions au niveau de la
couvert de dalles 280 0,85 x 0,4x0,9
route menant vers Tilouguite prés du lycée
en béton
Ouaouizeght
Intercepte les eaux de ruissellement de la
zone nord-ouest du centre d’Ouaouizeght caniveau en
entre Douars Ait Daoud et Ait Maâla. Ceci béton armé
EP2 613 0,65 x 0,3x0,7
va permettre d’éviter les inondations et couvert de dalles
submersions au niveau de la partie ouest de en béton
l’avenue Hasan II.
intercepte les eaux de ruissellement la zone
centrale d’Ouaouizeght entre Douars caniveau en
Amzaourou, Ait Daoud et Ait Maâla. Ceci va béton armé
EP3 526 0,55x0,3x0,65
permettre d’éviter les inondations et couvert de dalles
submersions au niveau de la partie est de en béton
l’avenue Hasan II.
Total 2079

37
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 7: Tracé des ouvrages d’assainissement projetés

38
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

5.1.5 STATION D’EPURATION


5.1.5.1 Nécessité de l’épuration
Le centre représente un pole attractif de la population rurale avoisinante d’Ouaouizeght. La
population urbaine du centre a évolué ces dernières années en passant de 4164 à 8940
habitants entre 1982 et 2004 et pourra atteindre 12594 habitants en 2030. Par conséquence,
le besoin et la consommation en eau et la production des eaux usées sont augmentés.
Les eaux usées produites sont estimées à un débit moyen journalier de plus de 292 m3
environ et qui va atteindre une valeur plus de 654 m3 à l’horizon 2030. Leur rejet direct dans
le milieu naturel peut porter une atteinte à l’environnement humain et naturel. L’épuration de
ces eaux est donc nécessaire pour limiter les risques de dégradation des composantes de
l’environnement, en particulier les ressources en eau superficielle de la retenue de barrage
Bin El Ouidane, et atteindre les objectifs justificatifs du projet cités dans la section
« justification du projet ».
5.1.5.2 Données de base de dimensionnement
Le dimensionnement des ouvrages d’épuration est basé sur l’évaluation des rejets et des
flux de pollution à l’horizon 2030, il a été effectué sur la base des données suivantes :
- Données urbaines (plan de restitution, plan d’aménagement)
- Statistiques de consommation en eau potable
- Taux de branchement et de raccordement et d’un taux de restitution à l’égout
- Données sur le développement économique et administratif de la ville.
Les projections des rejets liquides et des charges polluantes sont présentées dans le tableau
ci-après :
Année 2008 2010 2015 2020 2025 2030
Population 9 489 9 775 10 531 11 178 11 865 12 594
Population raccordée 4 744 7 820 8 951 10 060 11 272 12 342
Equivalent habitant 5 048 8 133 9 275 10 404 11 623 12 716
Volume EU (m3/j) 292 430 487 541 600 654
Flux
DBO5 (Kg/j) 126,2 203,3 241,2 270,5 313,8 343,3
DCO (Kg/j) 290,3 467,7 554,7 622,2 721,8 789,6
MES (Kg/j) 176,7 284,7 337,6 378,7 439,4 480,6
Concentration
DBO5 (mg/l) 431,8 472,7 495,7 500,0 522,7 525,0
DCO (mg/l) 993,2 1087,3 1140,0 1150,0 1202,3 1207,6
MES (mg/l) 604,5 661,8 693,9 700,0 731,8 735,1
5.1.5.3 Les objectifs de qualité des eaux épurées
Les objectifs de qualité d’eaux usées épurées dépendront essentiellement de :
- la nature et de la sensibilité du milieu récepteur
- l’usage prévu des eaux usées épurées

39
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Les charges polluantes des eaux usées à la sortie de la station d’épuration, devront être
inférieures aux valeurs limites marocaines de rejet domestique direct dans le milieu
récepteur.
Aux horizons 2020 (tranche 1) et 2030 (tranche 2), les charges polluantes des eaux usées à
l’entrée et à la sortie de la station d’épuration exprimée par la DBO5, la DCO et la MES sont
comme suit :
Entrée Sortie Norme de la valeur
Désignation
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 1 Tranche 2 limite
DBO5 mg O2/l 500,0 525,0 68 72 120
DCO mg O2l 1150,0 1207,6 157 164 250
MES mg/l 700,0 735,1 95 100 150
Le rabattement des charges polluantes est estimé à 86%, Ces charges escomptées à la
sortie de la STEP seront conformes aux exigences environnementales marocaines, en
l’occurrence la loi 10-95 sur l’eau et ses textes d’application (Arrêté n° 1607-06 du 25 juillet
2006 portant fixation des valeurs limites spécifiques de rejet domestique)
5.1.5.4 Choix du site d’implantation de la STEP
Le choix du site de la STEP a été effectué sur la base des investigations sur terrain, afin
d’examiner plusieurs critères, et ce dans le but d’identifier un nombre de site susceptible de
recevoir les ouvrages de la STEP.
CRITERES DE CHOIX
La topographie du terrain : d’une part, le site de la STEP doit être situé le plus possible
dans le sens naturel d’écoulement des eaux de ruissellement pour permettre l’interception
gravitaire des eaux usées vers la STEP, et d’autre part le terrain doit être plat permettant
l’implantation des ouvrages de d’épuration.
La superficie du site : la surface du terrain objet de l’examen doit être suffisante pour la
réalisation des ouvrages et la clôture de la STEP.
La proximité de la population : le site de la STEP doit être situé à une distance suffisante
par rapport au périmètre de développement et par rapport aux agglomérations rurales, un
rayon de sécurité de 1 km autour du périmètre de développement, et de 500 m autour des
douars sera exclu pour l’implantation de la STEP.
L’exposition aux vents dominants : la région de Ouaouizeght est exposé aux vents
dominants soufflent dans la direction de l’ouest vers l’est. La STEP ne devra pas être située
dans les zones ouest du centre et des agglomérations rurales.
L’aspect hydrogéologique : le site doit être situé dans les zones où le niveau de l’eau est
plus profond, et l’épaisseur de la zone non saturé soit plus importante. Et la nappe ne soit
pas captée pour l’alimentation eau potable.
L’inondablité du site : les ouvrages de la STEP ne devront pas être exposés aux risques
d’inondation. Les zones traversées par des cours d’eau et les chaabas seront exclus pour la
recherche des sites.

40
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

L’exutoire final : lors du choix du site de la STEP, il faut prévoir le milieu récepteur du rejet
des eaux usées épurées, permettant leur évacuation et leur autoépuration.
La situation foncière du terrain : la STEP sera située sur un terrain facile à exproprier. Les
procédures d’expropriation seront effectuées par les services de la commune d’Ouaouizeght
Les contraintes techniques et économiques : le site est choisi d’une façon à optimiser le
plus possible la construction et l’exploitation des ouvrages de la STEP, et minimiser les
contraintes techniques et environnementales liées à la réalisation du projet, telle que
pompage/relevage, accessibilité, disponibilité de l’alimentation électrique, longueurs des
conduites d’amenée et de rejet et l’abattage des arbres et des plantations naturelles.
L’analyse comparative de ses paramètres sera détaillée pour sélectionner le site le plus
approprié pour l’implantation de la STEP.
IDENTIFICATION DES SITES POTENTIELS
Les investigations sur terrain ont permis d’identifier 5 sites pour l’implantation de la STEP :
Le Site N°1 : est situé à 700 m au sud-ouest du périmètre de développement au pied de la
colline Tanzat et à une distance d’environ 800m par rapport au PHE de la retenue Bin El
Ouidane.
Les coordonnées Lambert de ce site : X = 408 096 Y = 172 932 Z= 860 m
Les eaux usées seront acheminées par pompage par le biais d’une conduite de refoulement
qui prend naissance du lieu de rejet du centre qui serait projeté à l’aval de l’intersection des
Oueds Tadroucht et Amzaourou.
Le site N°2 : est situé à une distance d’environ 450 m par rapport au périmètre de
développement au sud du centre, au pied de la colline Taghrout, sur le coté droit de la route
menant vers Tilouguite et à une distance d’environ 1300m par rapport au PHE de la retenue
Bin El Ouidane.
Les coordonnées Lambert de ce site : X = 410 354 Y = 172 560 Z= 940 m
Les eaux usées seront acheminées par pompage par le biais d’une conduite de refoulement
qui prend naissance du lieu de rejet du centre qui serait projeté à l’intersection des oueds
Tadroucht et Amzaourou. Cette conduite longera la route menant vers Tilouguite
Le site N°3 : est situé à une distance d’environ 1100 m par rapport au périmètre de
développement au sud du centre, au pied de la colline Bou Ighardayn, et à une distance
d’environ 250m par rapport au PHE de la retenue Bin El Ouidane.
Les coordonnées Lambert de ce site : X = 409 381 Y = 171 940 Z= 870 m
Les eaux usées seront acheminées par pompage par le biais d’une conduite de refoulement
qui prend naissance du lieu de rejet du centre qui serait projeté à l’aval de l’intersection des
Oueds Tadroucht et Amzaourou.
Le site N°4 : est situé à une distance d’environ 1500 m par rapport au périmètre
développement au sud-est du centre, sur la colline Bou Ighardayn, et à une distance
d’environ 400m par rapport au PHE de la retenue Bin El Ouidane.
Les coordonnées Lambert de ce site : X = 411 100 Y = 171 370 Z= 930 m

41
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Les eaux usées seront acheminées par pompage par le biais d’une conduite de refoulement
qui prend naissance du lieu de rejet du centre qui serait projeté à l’intersection des oueds
Tadroucht et Amzaourou.
Le site N° 5 : est situé à une distance d’environ 750 m par rapport à la limite du périmètre
développement au sud-est du centre, au pied de la colline Timsigguit, et à une distance
d’environ 1300 m par rapport au PHE de la retenue Bin El Ouidane.
Les coordonnées Lambert de ce site : X = 412 000 Y = 172 400 Z= 953 m
Les eaux usées seront acheminées par pompage par le biais d’une conduite de refoulement
qui prend naissance de l’intersection des oueds Tadroucht et Amzaourou puis empruntera la
route régionale 302 menant à Tilouguite.
COMPARAISON DES SITES
Le choix du site le plus approprié a été fait sur la base d’une comparaison technique et
environnementale, Selon les critères qualitatifs mentionnés ci-dessus. Le tableau ci-dessous
récapitule les caractéristiques de chaque site.
Tableau de comparaison environnementale et technico-économique des sites
examinés
SITE 1 SITE 2 SITE 3 SITE 4 SITE 5
Critère
description Note description Note description Note description Note description Note
Situation par rapport
au périmètre de 700 m 2 450 m 1 1100 m 4 1500 m 4 750 m 2
développement
Tadaout Tadaout
Situation par rapport Ait Chiker Imouanou Imouanou
3 Naamran 1 Naamran 4 3 4
aux douars 700 m 1100 m 900 m
200 m 1 km
Situation par rapport
800m 2 1300m 3 250m 1 400m 1 1300 m 4
aux plus hautes eaux
Risque olfactif Faible 3 probable 1 Faible 4 Faible 4 Faible 4
Inondablité du site Oui 1 Non 4 Non 4 Non 4 Non 4
Chaaba Chaaba (100 Chaaba (400 Chaaba Chaaba
Exutoire final 4 4 4 4 4
(50 m) m) m) (100 m) (40 m)
Nature foncière Privé 3 Privé 3 Privé 3 Privé 3 Privé 3
Superficie 6ha 2 8ha 3 9ha 4 9.5ha 4 9 ha 4
Très proche Longueur 2 stations de
Proximité du Trop près de la
du périmètre importante pompage
Contraintes périmètre de retenue du
3 de 1 1 des 1 3.4 km de 1
techniques développemen barrage Bin El
développem conduites de conduite de
t Ouidane
ent et douars refoulement, refoulement
Total des notes 23 21 29 28 30
L’analyse et la comparaison environnementales et technico-économiques ont été effectuées
en accordant des notes pour chaque critère de jugement. Les valeurs sont comprises entre 1
et 5, elles correspondent, par ordre croissant, au degré d’acceptabilité de l’élément pour la
réalisation du projet.
Vu la situation du site 3 par rapport à la retenue du barrage Bin el Ouidane, il a été décidé de
retenir le site 5 situé au sud-est du centre et accessible à partir de la route menant à

42
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Tilouguite à travers une piste existante et ceci en concertation avec le comité local de suivi et
l’ABHOER (voir PV en Annexes).
Caractéristiques du site retenu
Le site n°5 retenu pour l’implantation de la STEP s’étend sur un terrain peu régulier d’une
pente générale vers l’ouest couvrant une superficie globale supérieur à 9 hectares environ, il
est situé au sud-est du centre au pied de la colline dénommée Timsigguit.
Le site est accessible à partir de la route régionale menant à Zaouiat Ahansal à travers une
piste existante, Ses caractéristiques sont présentées dans le tableau suivant :

Distance du site - 750 m par rapport à la limite du périmètre de développement du


par rapport au centre d’Ouaouizeght
milieu humain - 900 m par rapport à la population la plus proche du douar Imouanou
Le terrain se situe sur un terrain privé, il est utilisée généralement
Nature foncière et pour le pâturage ou pour les céréalicultures Les procédures
occupation du sol d’expropriation sont à la charge des services concernés de la
commune de Ouaouizeght.
Les vents dominants soufflent de nord ouest vers le sud est, les
Direction des vents nuisances olfactives seront négligeables car le site est situé au sud-
est du centre.
La zone du site est drainée par une chaaba affluent d’oued El Abid,
Hydrologie
le site n’est pas exposé aux apports pluviales de la dite chaaba.
Les eaux souterraines sont limitées le long des cours d’eau et
Hydrogéologie matérialisées par les sources. Au droit du site de la STEP aucun
point d’eau n’est constaté.

Géotechnique Formation hétérogène : argiles et argiles caillouteuses, roché de


calcaire au fond

Exutoire Chaaba affluent d’oued El Abid (partie amont de la retenue du


barrage Bin EL Ouidane)

43
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 8: Situation des sites potentiels pour l’implantation de la STEP

44
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 9: Site retenu pour l’implantation de la STEP

45
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

5.1.5.5 Procédé d’épuration


Le choix du procédé d’épuration est dicté par les contraintes naturelles caractérisant le
centre d’Ouaouizeght, ces contraintes sont généralement liées à la topographie très
accidentée du centre et la proximité de la retenue du barrage Bin El Ouidane en aval
hydraulique :
- la pente générale s’oriente du Nord-est vers le Sud-ouest, le réseau de collecte des
eaux usées sera entièrement gravitaire.
- La situation de la retenue de barrage Bin El Ouidane en aval hydraulique du centre.
- Le terrain est irrégulier et traversé par un réseau hydrographique important constitué
d’oued Tadaroucht et ses affluents, ce qui traduit l’absence des terrains plats et régulier
de superficie suffisante pour l’implantation des ouvrages de la STEP.
A cet effet, deux procédés d’épuration sont étudiés pour le traitement des eaux usées du
centre d’Ouaouizeght. Il s’agit du Lagunage Naturel et les Lits Bactériens.
A) Variante 1 : Lagunage naturel
Les ouvrages de la STEP par lagunage seront composés de :
- Dessableur : composé de deux chenaux parallèles de forme trapézoïdale, il permet
l’élimination des sables emportés par les eaux usées à l’entrée de la STEP. Les
dimensions de chacun des couloirs sont :
• Largeur à la base : 15 cm
• Largeur au miroir : 30 cm
• Longueur :5m
• Hauteur : 20 cm
- 3 Bassins anaérobie servants à l’abattement de la charge polluante organique
carbonée (DBO5) avec un taux de 40% environ et des matières en suspension
(MES), les caractéristiques des bassins anaérobies sont :
• Nombre : 3
• Longueur à MH : 37 m
• Largeur à MH : 20 m
• Profondeur d’eau : 3m
- 1 Bassin facultatif pour réduire davantage la charge organique, leurs
caractéristiques sont les suivantes :
• Nombre : 1
• Longueur à MH : 141 m
• Largeur à MH : 71 m
• Profondeur d’eau : 1.3 m

46
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

- 1 Bassin de Maturation : traitement tertiaire permettant d’éliminer la charge


bactériologique. deux séries de maturation seront réalisées en deuxième tranche. Les
dimensions de ces bassins sont :
• Nombre : 1
• Longueur à MH : 141 m
• Largeur à MH : 35 m
• Profondeur : 1.3 m
L’optimisation des performances de la STEP impose le fonctionnement du bassin de
maturation selon les conditions suivantes :
o Pendant la période de Juin à Octobre : ce bassin fonctionne normalement en série avec
le bassin facultatif en tand que bassin de maturation ;
o Pendant les mois les plus froids (Novembre – Mai) : ce bassin fonctionne en tant que
facultatif en parallèle avec le premier bassin facultatif.
- Lit de séchage pour séchage les boues : sera constitué de 4 modules drainés par
des tuyaux perforés en PVC posés dans le corps des ouvrages avec une pente
minimale de 0.2%. Ses caractéristiques sont :
• Nombre de module : 4
• Longueur : 20 m
• Largeur : 12 m
• Profondeur : 0.6 m
• Fréquence de vidange : 2 ans
Les volumes annuels des boues par cycle de vidange sont présentés dans le tableau
suivant :
Horizons 2020 2030
Volume produit par cycle de vidange (m3) 416 339
Volume de boues par bassin en m3 277 339
Le dimensionnement de la STEP a été effectué en fonction des débits des eaux usées
projetés pour l’horizon de 2030. La superficie requise pour l’implantation des ouvrages de la
STEP « Lagunage naturel » est de 8 ha, la superficie retenue est de 9 ha.
B) Variante 2 : Lits Bactériens
La filière lits bactériens sera composée des ouvrages suivants :
- Ouvrages de prétraitement : sont identiques à ceux prévus pour le lagunage naturel
- Fosses Imhoff : Chaque fosse sera composée d’un compartiment de décantation et
deux compartiments de digestion servants à la décantation et à la digestion des
boues.
Décanteur Digesteur
• Nombre : 3 6
• Longueur : 13 m 6.5 m
• Largeur : 1.5 m 4.3 m
• Pente du Cône : 1.5
• Prof. partie Verticale : 1.2 m 1.7 m
• Prof. partie pyramidale : 1.1 m 2.8 m
2
• Surface : 19,5 m 28 m²
• Volume : 34 m3 78m3

47
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

- Lits bactériens : seront de type forte charge. Leur dimensionnement à la base de


débit de 2020, leurs caractéristiques sont les suivantes :
• Nombre : 3
• Diamètre : 7m
• Hauteur : 3.5 m
• Superficie : 38 m2
• Volume : 135 m3
- Clarificateur : assure la séparation des eaux épurées et des boues biologiques
produites par le lit bactérien. Les dimensions de ces bassins sont :
• Forme : cylindro-conique
• Nombre : 3
• Diamètre : 7.5m
• Hauteur Utile : 2.5m
• Volume : 221m3
- Bassins de maturation : sont identiques à ceux prévus pour le lagunage naturel
- Lit de séchage pour le séchage les boues : sera constitué de 4 modules drainés par
des tuyaux perforés en PVC posés dans le corps des ouvrages avec une pente
minimale de 0.2%. Ses caractéristiques sont :
• Nombre de module : 4
• Longueur : 20 m
• Largeur : 10 m
• Profondeur : 0.6 m
• Fréquence de vidange : 2 ans
Le dimensionnement de la STEP a été effectué en fonction des débits des eaux usées
projetés pour l’horizon de 2030. La superficie requise pour l’implantation des ouvrages de la
STEP « lits bactériens »est de 2 ha.
C) Variante retenue
La comparaison des variantes d’épuration des eaux usées du centre d’Ouaouizeght est
basée essentiellement sur les paramètres suivants :
- le coût d’investissement
- le coût d’exploitation
- et la disponibilité du terrain pour l’implantation des ouvrages d’épuration
- La sensibilité du milieu récepteur final représenté par la retenue du barrage Bin EL
Ouidane
Sur le plan investissement, les deux procédés sont relativement comparables, compte tenu
de la topographie très accidenté du centre d’Ouaouizeght, qui limite la disponibilité des
terrains relativement plats pour l’implantation des bassins du lagunage naturel, les lits
bactériens semblent plus avantageux, car ils demandent une superficie plus réduite.

48
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

En revanche, le procédé des lits bactériens demande plus d’énergie pour le fonctionnement
des équipements ainsi une équipe d’exploitation plus qualifiées.
A cet effet ; le procédé retenu pour l’épuration des eaux usées du centre de Ouaouizeght est
le lagunage naturel, ce choix a été validé par le comité local de suivi (PV en annexe).
Etanchéité des bassins
L’étanchéité du fond du bassin et des parties des digues en contact avec l’eau sera assurée
par une géomembrane.
La membrane recouvrera également la crête des digues, et sera encastrée sous la structure
de chaussée.
Les caractéristiques techniques minimales du géomembrane seront les suivantes :
o Nature de polymère : PVC ou PEHD
o Epaisseur : 1,5 mm
o Résistance à la pression : 10 m de colonne d’eau
o Résistance à la rupture : > = 13 kN/m
o Allongement à la rupture : > = 500 %
o Résistance au poinçonnement statique : > = 150 N/mm
o Résistance à la déchirure : > = 85 N/mm
o Perméabilité : > 10-12 cm/s
Pour la protection de la géomembrane, Il sera fourni et posé un géotextile sous la
géomembrane de type non-tissé de fibres courtes en polypropylène soumis à l’agrément du
maître d’œuvre.
Les caractéristiques techniques minimales du géotextile seront les suivantes :
o Type de produit : non tissé de fibres courtes
o Nature du polymère : polypropylène
o Masse surfacique EN ISO 9864 : > = 300 g/m²
o Résistance CBR à perforationENISO12236 : >= 3.5 kN
o Perforation dynamique EN 918 : <=10 mm
o Allongement à la rupture EN 10319 SP/ST : >= 60/65 %
o Résistance à la traction EN 10319 SP/ST : >= 21/24 KN/m
o Ouverture de filtration EN ISO 12956-O90 : 57 microns. »
Le coté sec des digues (parement extérieure) sera protégé par des plantes grasses et des
enrochements.

49
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Gestion des boues


Le curage des bassins anaérobies sera en alternance une fois chaque deux année à partir
de la 3ème année de service. Les boues curées seront évacuées vers les lits de séchage pour
être déshydratées séchées pendant une durée suffisante (selon les conditions climatique).
L’évaluation q quantitative des boues produites chaque année est récapitulée dans le
tableau suivant :
Horizons 2020 2030
Volume produit par cycle de curage Vh (m3) 416 339
Volume des boues sèche Vh x S 146 119
Quantité des boues sèche en tonne 160 130
Sachant que :
o Siccité des boues S : 35%
o Densité des boues sèches : 1.1
Le volume retenu des boues sèches est de l’ordre de 132 m3 par cycle de curage, qui
correspond à 145 tonne.
Selon les dispositifs de la loi n° 28-00 et le décret n° 2-07-253 portant classification des
déchets et fixant la liste des déchets dangereux, les boues séchées ne sont pas signalées
comme déchet dangereux, elles sont classées sous le code 19 08 05 dans le catalogue
marocain des déchets.
Selon l’article 26 de la loi 28-00, les boues d’épuration sont des déchets non dangereux et
peuvent être assimilées aux déchets ménagers. Leur évacuation vers la décharge publique
pourra être déléguée à une personne autorisée (la commune).
5.2 PHASAGE ET COUTS DU PROJET
5.2.1 PHASAGE DES TRAVAUX DU PROJET D’ASSAINISSEMENT
Les travaux d’assainissement pour l’équipement du centre pour l’horizon 2030, sont
programmés en deux tranches. La première s’étend entre 2011 et 2020 et la seconde entre
2020 et 2030.
Etant données la masse des travaux et le caractère des différentes opérations (certaines
sont urgentes, d’autres peuvent être différées), et compte tenu de la faisabilité financière les
travaux ont été proposés en deux phases de réalisation :
Première Tranche : 2010-2020 Deuxième Tranche : 2020-2030
Travaux de réhabilitation du réseau existant Equipement des quartiers en réseau
Extension du réseau existant Equipement des zones d’extension
Travaux de terrassement et pose de Ouvrage des eaux pluviales
l’Intercepteur Complément des systèmes de refoulement
Travaux du Systèmes de refoulement Complément des ouvrages d’épuration.
Travaux de la Station d’épuration
Travaux de la conduite de rejet

50
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 10:Plan d’implantation de la STEP procédé Lagunage naturel.

51
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

5.2.2 CONSISTANCE DES TRANCHES


La consistance et les caractéristiques des travaux prévus pour les deux tranches proposées
sont consignées dans le tableau suivant :
Désignation 1ère tranche 2ème tranche
Réseau Eaux 1. Réhabilitation du 1125 ml PVC DN315 1. Réseau Structurant 2 660 ml PVC DN 250
Usées réseau
2. Réseau 5 275 ml PVC DN315 2. Equipement de 200
Structurant Quartiers
3. Equipement de 13 936 ml PVC DN Ait Daoud 200
Quartiers 250
Ait Daoud 2 278 Ait Malla 100
Ait malla 3 878 Ait Sidi Ali ou Mhand 250
Ait sidi Ali ou Mhand 1 000 Amzaourou 300
Amzaourou 1 301 Ighrem Serghine 350
Ighrem Serghine 2 606 Ihitassene 1 000
Ihitassene 2 393 Ait Sidi Mhand 260
Ait sidi Mhand 480 Ait Chiker 200
3. équipement des 700 ml PVC DN250
zones d’extension 4780 ml PVC DN 315
4. Ouvrage Eaux 3 Caniveau en Béton
Pluviales 2080 ml
Système de Conduite de 1000 ml en PVC 200 5. complément de la Groupe de 8 l/s
transfert refoulement PN10 station de pompage
Station de pompage 3 groupes (1
secours) ; Q = 8 l/s
intercepteur 1900 ml PVC DN 400
Station 1. Ouvrages de 6. Complément des 1 bassin anaérobie
d’épuration prétraitement ouvrages de la STEP
2. bassin anaérobies 2 bassins
3. Bassin facultatif 1 bassin
4. bassin de 1 bassin
maturation
5. Lit de séchage 4 modules

5.2.3 EVALUATION DES COUTS


Le coût total du projet est estimé à 56 MDH TTC y compris les imprévus, dont le coût des
travaux de la 1ère tranche est 40 MDH TTC (hors imprévus).
Les coûts par lot sont présentés dans le tableau ci après ; les coûts sont en dirhams et hors
imprévus.

Désignation Coût HT en DH Coût TTC en DH


Lot1 : Réseau d'assainissement 13 123 463 15 748 155
Réhabilitation 327 603 393 123
Equipement de la rive droite 6 019 227 722 3072
Equipement de la rive gauche 6 159 930 7 391 916
Intercepteur 616 703 740 043
Lot 2 : Système de refoulement 7 211 870 8 654 244
Station de refoulement SP1 3 527 380 4 232 856
Station de refoulement SP2 3 684 490 4 421 388
Lot 3 : Station d'épuration 13 000 000 15 600 000

52
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Total 33 335 333 40 002 399

53
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

6 DESCRIPTION DU MILIEU
6.1 DELIMITATION DE L’AIRE DE L’ETUDE
La délimitation de la zone d’étude est fonction des composantes environnementales
touchées par le projet. Ces composantes seront inventoriés et mis en évidence afin de mieux
apprécier leurs états initiaux avant la mise en place de la STEP et d’évaluer ses impacts sur
ces éléments, ce périmètre est le résultat de toutes les zones d’études définies en fonction
des impacts potentiels du projet durant les différentes phases (la construction, l’exploitation
et post-exploitation) sur les principales composantes des milieux biophysique et humain.
Ressources en eau
L’interaction entre le projet et l’eau (cours d’eau et nappe) est certaine à travers les travaux
de construction et le rejet des eaux traitées. Compte tenu de la situation du centre
d’Ouaouizeght en amont hydraulique de la retenue du barrage Bin EL Ouidane, qui est
alimentée par le réseau hydrographique de la région du centre (oueds, chaabas, talweg). La
sensibilité de la composante eau vis-à-vis au projet est importante.
La délimitation de la zone d’étude pour la composante eau englobe :
o les cours d’eau au droit des traversées par les canalisations du réseau
d’assainissement et par les conduites de refoulement
o le Talweg exutoire du rejet des eaux usées épurées au droit du point de rejet
o la limite des plus hautes eaux de la retenue du barrage Bin El Ouidane du coté du
débouchement de la chaaba interceptant les eaux épurées
Qualité de l’air
Cette composante pourra être altérée par les travaux que par le fonctionnement des
ouvrages d’épuration, les vents dominants soufflent du Nord-ouest vers le sud-est, ils
entraineront les nuisances olfactives loin du centre, la population la plus proche est celle du
douar Imouanou. Autres les zones d’habitat concernées par les travaux de pose des
canalisations du réseau, les habitations les plus proches des sites des stations de pompage
et de la STEP seront prises en compte dans la délimitation de la zone d’étude pour la
composante air.
Population
Les activités de construction et/ou de fonctionnement des ouvrages du projet
d’assainissement liquide du centre d’Ouaouizeght pourront provoquer des risques sanitaires
pour les populations ainsi que des menaces pour leur sécurité. La composante population
est représentée par les quartiers ou douars existants ou prévus par le zoning du plan de
développement urbain du centre. Les usages de la route traversant le centre et des voies de
circulation ainsi le personnel du chantier et d’exploitation sont aussi exposés aux risques
sécuritaires et sanitaires.
La délimitation de la zone d’étude pour la composante population concerne toutes les zones
d’habitats concernées par les travaux, ainsi que les douars et les habitations les plus
proches aux sites des stations de pompage, de la STEP et du point de rejet.

54
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

La délimitation de la zone d’étude est fonction des composantes environnementales


touchées par le projet. En conséquence, la zone délimitée tient compte de l’environnement
physique, socioéconomique et biologique avec un périmètre de sécurité variable selon de
l’importance du milieu.
En conclusion, le périmètre global de l’étude retenu est de 500 m autour de toutes les
composantes du projet (réseau, intercepteur, STEP, conduite et point de rejet), il comprend
l’ensemble des périmètres relatifs aux différents éléments environnementaux sensibles.
Le projet d’assainissement des eaux usées concerne la limite du plan de développement du
centre d’Ouaouizeght. Ainsi les autres zones avoisinantes susceptibles d’être touchées par
le projet sont prises en considération dans la délimitation de la zone d’étude.
Le projet d’assainissement des eaux usées concerne toutes les zones du périmètre de
développement du centre d’Ouaouizeght.
Ainsi les autres zones avoisinantes susceptibles d’être touchées par le projet sont prises en
considération dans la délimitation de la zone d’étude.
Le périmètre de développement du centre dressé par le plan de développement couvre le
centre d’Ouaouizeght chef lieu de la commune rurale et ses zones d’extension.
La limite de la zone d’étude va englober :
• Les zones d’habitat concernées par les travaux de réalisation du réseau
d’assainissement, ainsi que la limite du périmètre urbain dressé par le plan de
développement. Le centre d’Ouaouizeght est constitué de 8 quartiers ou douars :
- Ait Daoud - Ait malla
- Ait sidi Ali ou Mhand - Amzaourou
- Ighrem Serghine - Ihitassene
- Ait sidi Mhand - Ait Chiker
• La limite des plus hautes eaux de la retenue de barrage Bin El Ouidane du coté du
point de rejet
• L’emprise du tracé des conduites de refoulement des eaux usées vers la STEP
• L’emprise des stations de pompage
• Le site de la future STEP
• L’émissaire des eaux usées épurées
• Le point de rejet ainsi que leur cheminement vers la retenue

L’étude d’impact sur l’environnement, objet du présent rapport, concerne toutes les zones du
centre Ouaouizeght existantes et prévues par le plan de développement et ses environs, et
plus particulièrement le site de la future STEP et la limite des plus hautes eaux du barrage
Bin El Ouidane.

55
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 11:Plan de délimitation de la zone d’étude

56
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

6.2 MILIEU PHYSIQUE


6.2.1 Topographie
Le centre d’Ouaouizeght est situé dans la zone montagneuse du haut Atlas. Cette zone est
caractérisée par une topographie très accidentée, les habitations sont bâties sur des collines
de forte pente. Cette situation a donné naissance à des agglomérations séparées par un
réseau hydrographique constitué de plusieurs chaabas et cours d’eau non pérennes dont le
plus important est oued Tadaroucht.
On rencontre plusieurs collines marquées par de très fortes dénivellations. Les altitudes
varient en moyenne entre 1000 NGM au Nord-est du centre au Quartier Ait Sidi Ali Ou
M’Hand et 870 NGM au Sud-ouest dans le Quartier Ait Maâla.
La pente générale du terrain du centre est remarquable du Nord-est vers Sud-ouest
d’environs 10%.
6.2.2 Climatologie
Le climat régnant dans la région d’Ouaouizeght est de type semi-aride, méditerranéen à
influence océanique, caractérisé par une concentration des précipitations en automne et en
hiver. Ce climat est marqué par une forte évaporation, et des températures moyennes
élevées avec des écarts mensuels et journaliers importants.
6.2.2.1 Températures
L’hiver est généralement froid, l’été est sec et chaud. La température minimale moyenne
décroît de 18.3° C au mois d’Août à 5° C au mois de janvier. La température maximale
moyenne décroît de 34.9° C au mois d’Août à 15.8° C au mois de janvier.
Le tableau ci-après, donne respectivement les moyennes pour la période 1961 – 1989 des
températures minimales moyennes (°C), des températures maximales moyennes (°C), et
des températures moyennes (°C).
Sept. Oct. Nov. Déc. Jan. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Année
Tmin moy 5.2 6.2 7.3 9.3 10.9 13.5 17.1 18.3 16.0 12.3 8.7 6.2 10.9
Tmax moy 15.8 16.8 19.6 21.2 22.9 26.0 34.1 34.9 31.4 25.6 19.7 16.2 23.7
Tmoy 10.5 11.5 13.5 15.3 16.9 19.8 25.6 26.6 23.7 19.06 14.2 11.2 17.3
Source : monographie de la commune, station d’Ouaouizeght

6.2.2.2 Pluviométrie
La pluviométrie moyenne annuelle du centre d’Ouaouizeght est de l’ordre de 350 mm/an. Le
nombre moyen de jours pluvieux par ans est de 44 jours répartis entre les mois d’Octobre et
de Mai.
Le tableau ci-après représente la pluviométrie mensuelle enregistrée dans la station de
Tilouguite pendant la période 95/96 à 05/06.
Année Sept. Oct. Nov. Déc. Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Total
Moyenne 16,2 27,2 42,8 56,8 47,3 37,8 50,9 38,9 23,5 12,4 2,4 9,3 365,3
6.2.2.3 Vents
Les vents dominants sont ceux provenant de l’ouest vers l’Est

57
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

6.2.3 Géologie
Le centre d’Ouaouizeght fait partie du Haut Atlas Calcaire, son sous-sol est caractérisé par
des formations bajociennes (calcaire) et des formations Toarciennes (Marnes et Grès)
comme le montre la coupe stratigraphique (figure 12).

La structure générale du Haut Atlas calcaire est relativement simple, de style jurassien dans
ses grandes lignes. Des anticlinaux allongés, assez sinueux, aigus, déversés et faillés
s’opposent aux synclinaux très larges à allure de cuvettes.

Le Centre d‘Ouaouizeght est situé à l’Ouest du bassin du Haut atlas calcaire sur le crétacé
synclinal d’Ouaouizeght à dominante terrigène.

Du point de vue géologique, on rencontre se qui suit :

o Le précambrien et primaire sous forme de schistes, quartzites et roches intrusives.


o Le trias formé de basaltes doléritiques, de marnes et d’argile à niveaux salifères. Il
constitue un substratum imperméable de la série jurassique et est à l’origine des
eaux salées de la région.
o Le jurassique calco-dolomitique qui constitue la quasi-totalité de la chaîne.
o Le crétacé formé par le grès, les marnes rouges et le calcaire.
o Tertiaire et quartenaire qui sont représentés par des formations continentales de
remblayage.
Les formations superficielles du sol sur lesquelles repose le centre d’Ouaouizeght sont
formées de couches rouges et calcaires d’après les résultats de l’étude géotechnique
réalisée dans le cadre du projet d’assainissement du centre.

Le rocher est en général peu profond, il est rencontré à une profondeur moyenne de 50cm.

58
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Légende

Source :
El Mostafa Ettachfini et Col
2003
FS El Jadida

Figure 12:Colonne stratigraphique de la coupe de Ouaouizaght.

59
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Légende
N

Jurassique

Crétacé

Couches
rouges jurasso-
crétacés

Eocène

Plio-Quatrenaire

Accident

Source :
El Mostafa Ettachfini et
Col
2003
FS El Jadida
Figure 13: Shéma géologique de la région de Ouaouizeght

60
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

6.2.4 Hydrologie
Le territoire du centre appartient au bassin versant de l’Oued El Abid, principal affluent de
l’oued Oum Er Rabia qui couvre une superficie de 34 400 km2 à l’embouchure. Ce bassin
s’alimente essentiellement dans le domaine atlasique. Cet oued et ses affluents drainent les
bassins hydrogéologiques appartenant au domaine atlantique.
Le Centre est traversé par Oued Tadroucht ainsi que deux autres Oueds affluents, l’un deux
est dénommé Oued Aqqa et l’autre est dénommé Oued Amzaourou.
Le site à pente remarquable, permet de distinguer nettement les lignes d’écoulement des
eaux de ruissellement.
D’une façon générale, toutes les eaux de ruissellement s’écoulent du Nord-est vers le Sud-
ouest et s’acheminent par les thalwegs et les voies vers l’Oued Tadroucht. La retenue du
barrage Bin El Ouidane constitue le milieu récepteur final.
L’origine de l’Oued Tadroucht se trouve à 7.5km au Nord de Ouaouizeght. Son affluant,
l’Oued Aqqa prend naissance à 5km à l’est du centre. L’Oued Amzaourou, prend son origine
à 11km à l’est du centre.
Le régime d’écoulement de ces Oueds est marqué par des débits faibles en été et des
écoulements résultants essentiellement de pluies d’hiver et d’automne.
L’Oued Aqqa a connu une crue exceptionnelle en 1986-1987. Il avait débordé sur la route
régionale R302 menant vers Zaouiat-Ahanesal causant ainsi des dégâts importants. A ce
moment l’ouvrage de traversée de l’Oued s’est effondré.
6.2.5 Hydrogéologie
On distingue deux grands ensembles aquifères dans le centre d’Ouaouizeght qui fait partie
du bassin hydrogéologique du haut atlas calcaire. Il s’agit de :
o Réseaux aquifères du Lias inférieur qui forment un système relativement continu
o Réseaux aquifères et nappes de la série Aalénien-Dogger, divisés en bassins
séparés dans chaque cuvette synclinale et habituellement sans communication et
comprenant parfois plusieurs niveaux aquifères.
Ces deux ensembles sont nettement séparés par le niveau imperméable du Toarcien-
Aalénien inférieur. Les communications entre les deux ensembles aquifères ne peuvent donc
se faire que par le biais de failles.
Des systèmes de nappes phréatiques du Quaternaire et d’Underflows se superposent aux
deux grands ensembles aquifères. Les nappes reconnues se situent de bas en haut dans les
niveaux géologiques suivants :
o Réseaux aquifères du Lias inférieur : Ses sources ont fréquemment de gros débits et
ses eaux sont habituellement peu chargées et sont légèrement calcaires et
magnésiennes,
o Nappes du jurassique moyen : On distingue en général deux niveaux aquifères
principaux qui correspondent aux deux principales assises calcaires (calcaires

61
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

aaléniens et calcaires du Dogger) séparés par un niveau de marnes et de marno-


calcaire. Les eaux de ces nappes sont généralement très peu chargées.
o Nappes du jurassique supérieur et du crétacé : ces nappes très peu étendues dans le
Haut Atlas et localisées dans des zones marginales, ne présentent qu’un intérêt local.
o Nappes phréatiques du quaternaire et Underflows : Le niveau aquifère principal du
quaternaire est constitué de poudingues, de graviers et de galets qui sont en relation
avec les alluvions des lits actuels des oueds.
D’après les données recueillies sur place, à partir des puits particuliers, les profondeurs
moyennes de l’eau du centre d’Ouaouizeght se situent entre 6 et 8 mètres avec l’écoulement
des sources le long des cours d’eau. Le sondage réalisé au niveau de la station de pompage
n°1 au voisinage de la confluence des oueds Amezouarou et Tadaroucht, une venue d’eau a
été constaté à une profondeur de 3.5 m.
Le site retenu pour l’implantation de la station a fait objet d’une compagne géotechnique par
la réalisation de 10 sondages manuels. Ses sondages ont montré que le sous-sol de la
STEP est constitué des formations suivantes :
o Terre végétale sur une profondeur de 0 à 0,9 m
o Argile, argile caillouteuse et argile parfois tuffacées sur des profondeurs allant de 1,5
à 5,2 m au dessous de la couche de terre végétale
o Calcaire dur, caillouteux en profondeur
Les données des coupes lithologiques de ces sondages sont synthétisées dans le tableau
suivant :
Epaisseur en m
Sondage Couche supérieure Couche intermédiaire Couche inférieure
Terre végétale Argile Calcaire
SA 0.8 5.2 -
SB 0.5 1.5 -
SC 0.8 4.2 -
SD 0.7 4.2 -
SE 0.6 5.4 -
SF 0.5 2.3 -
SG 0.6 4.9 -
SH 0.4 2.8 -
SI 1.5 -
SJ 0.9 3.1 -
Les matériaux rencontrés sur le site de la STEP projetée sont hétérogène et constitués
principalement d’argiles parfois tuffacées, argiles caillouteuses et par des matériaux rocheux
(calcaires) en profondeur.
Les essais de perméabilité réalisés sur des échantillons des argiles rencontrées sur place,
ont mis en évidence des coefficients de perméabilité variant de 2.8 10-4 à 1.8 10-6 cm/s ; ces
résultats montrent que ces argiles ne peuvent être utilisées pour l’étanchéité des bassins.

62
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

6.3 MILIEU BIOLOGIQUE


La région d’Azilal est une région de diversité biologique par excellence, à coté de l’étendu
des forêts elle comprend plusieurs plans d’eau, en particulier les lacs et les retenues de
barrage qui constituent ils mêmes des écosystèmes riches et un refuge des oiseaux
migrateurs.
Toutes ces conditions favorisent le développement d’une faune aquatique et terrestre
importante
La province d'Azilal dispose d'une réserve importante de forêts et d'un potentiel prometteur
en arboricultures fruitières, qui représentent les premières sources de revenus chez les
populations de la zone.
Les exploitations non contrôlées des forêts et des parcours de différentes zones de la
province induisent des pressions importantes de surpâturage et de déboisement.
Les forêts de la province d’Azilal sont récapitulées dans le tableau suivant :
Superficie Superficie par essence (ha)
Forêt
Totale (ha) Cèdre Chêne Liège Chêne Vert Arganier Pins Thuya Autres
Ait Mhand 11275 8484 59 2732
Ait Daoud Ou Ali 35000 35000
Azilal 14000 14000
Rhzef 17000 250 10380 1340 705 4325
Tamga 29787 8410 5252 11325 4800
Superficie totale 107062 250 76274 6592 11325 764 11857

La zone du centre de Ouaouizeght est zone montagneuse qui offre une richesse d'espèces
animales et végétales au niveau aquatique et terrestre. En effet, l’étendu des forêts et la
multitude des plans d’eau
A l’échelle du centre d’Ouaouizeght, les terrains sont généralement utilisés pour les cultures
irriguées des arbres fruitières et les céréalicultures. Au droit du site retenu pour l’implantation
de la STEP, les terres sont occupées par les cultures des céréales et des pâturages.
6.4 MILIEU HUMAIN
6.4.1 Population
Les résultats du recensement du 1994 et l’estimation de la population en 2007, sont
récapitulés dans le tableau ci-dessous qui donne par ailleurs les taux d’accroissement
annuels moyens enregistrés entre les différentes périodes :
Recensement 1994 2004
Population (hab.) 1321 2675
Nombre de ménage 556
Taille des ménages 4.81
T.A.A.M % 7.31
La population du centre d’Ouaouizeght, selon les recensements de 1994 et 2004, est passée
de 1321 à 2675 habitants, ce qui donne taux d’accroissement annuel moyen de 7.31%.

63
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Les projections calculées de la population future du centre sont données dans le tableau
suivant :
Horizon 1994 2004 2005 2010 2015 2020 2025 2030
Population 1 321 2 675 2 737 3 066 3 385 3 647 3 929 4 232
TAAM (%) 7.31% 2.30% 2.30% 2.00% 1.50% 1.50% 1.50%
6.4.2 Urbanisme
Typologie d’habitat
Le centre d’Ouaouizeght est caractérisé par une topographie très accidentée, il en découle
un aspect général du centre relativement disloqué. Il est constitué de huit douars plus ou
moins dispersés et généralement séparés par des oueds ou des talwegs. Il s’agit de douars
Ait Maâla, Ait Daoud, Ait Sidi Ali Ou M’hand, Amzaourou, Ihitassene, Ighrem Serghine, Ait
Sidi M’hand et Ait Chiker.

Il est caractérisé par la prédominance de l’habitat économique planifié ou non planifié ainsi
que l’habitat rural.

Le centre de Ouaouizeght qui englobe les douars Ait Maâla, Ait Daoud et Amzaourou est
constitué essentiellement d’habitat économique. Il s’agit habituellement de bâtiments d’un ou
deux niveaux avec un logement par niveau. Dans la majorité des cas, ces bâtiments se sont
développés sans planification ni contrôle de la construction.

Les autres douars sont caractérisés par des habitats plus au moins dispersés.

L’habitat rural règne dans la quasi-totalité des douars. Ces logements sont de type
traditionnel et sont généralement bâtis en pierre sèche.

Le centre compte un seul lotissement dénommé Massira. Il a été construit par l’ERAC en
1982 sur une superficie de 18750 m² dans le douar Ait Chiker. Ce lotissement est composé
de 63 lots, dont 16 sont construit mais non habités.

Les commerces, les services ainsi que les administrations sont situés au centre du centre
d’Ouaouizeght aux limites des douars Ait Maâla, Ait Daoud, Amzaourou et Ait Sidi Ali Ou
M’Hand.

L’extension urbaine centre d’Ouaouizeght se développement autours des noyaux des


anciens douars et le long de la route régionale 302 menant vers Tilouguite.

64
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 14: Plan de développement du centre d’Ouaouizeght

65
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Plan de développement
Le centre est doté d’un plan de développement Homologué par arrêté du ministre de
l’intérieur n°1315/97 du 12/08/1997 (B.0 N°4522 du 2/10/1997), ce plan est à l’échelle 1/2000
et il établi sur la base de la restitution réalisée en 1995.
Le plan de développement est entrain d’être revu pour inclure des modifications proposées
par la commune rurale d’Ouaouizeght. Un projet de plan d’aménagement est programmé par
l’agence urbaine de Beni-Mellal en 2008 pour tenir compte de l’extension éventuelle du
centre.
Le plan de développement du centre d’Ouaouizeght prévoit les zones suivantes :
Zones d’habitat Zones pour les équipements publics
• Zone d’habitat dense (109,10 ha) • Zone des équipements collectifs
• Zone d’habitat dispersé (423,60 ha) importants
• Zone Villas (2,50 ha) • Zone des espaces verts publics
• Zone Industrielle (1,80 ha) • Zone des équipements sportifs
• Zone vivrière (27,00 ha)
6.4.3 Activités économiques
Le centre d’Ouaouizeght est caractérisé par une activité économique de type rurale, basée
essentiellement sur la production agricole et l’élevage et de façon secondaire sur des
activités artisanales et de service.
L’essentiel des données qui suivent ont été extraites de la monographie de la commune
d’Ouaouizeght.
L’agriculture :
A l’échelle de la commune, l’activité agricole couvre une Superficie Agricole Utile (SAU)
d’environ 12500 ha comprenant des exploitations irriguées de 1150 ha environ et des
exploitations Bour de 2720 ha environ. Cette superficie permet la pratique de spéculations
dominées par la céréaliculture avec 48% des terres agricoles exploitées et les plantations
fruitières représentant 45%. Les cultures fourragères et les légumes représentent 4% des
terres cultivées. La superficie destinée au parcours est de 16000 ha.
Les productions moyennes enregistrées annuellement sont de l’ordre de :

• 2150 tonnes pour les céréales ;


• 3450 tonnes pour les cultures fourragères ;
• 5100 tonnes pour les plantations fruitières (majoritairement des olives) ;
• 400 tonnes pour les autres spéculations.
L’élevage :
La nature des cultures pratiquées et l’existence de terrains de parcours permettent une
activité d’élevage basée sur un cheptel de 6500 ovins, 4800 caprins et 640 bovins. La
superficie des terres pastorales est estimée à 16000 ha.
Les conditions climatiques sont favorables au développement de l’apiculture. Les apiculteurs
exploitent environ 260 ruches.

66
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

La quasi-totalité des exploitations pratiquent l’élevage. Ces exploitations sont liées au


marché par les produits de l’élevage et la présence d’un cheptel sur l’exploitation leur permet
de mieux supporter l’impact des effets de la sécheresse.
Activités commerciales et de service :
Le centre dispose d’un souk hebdomadaire de grande importance dans la région et
comportant deux abattoirs. Ce souk est l’un des trois souks qui réalisent plus que 40% des
recettes totales des 44 souks que compte la province d’Azilal.
Le centre abrite également d’autres points de vente qui assure l’approvisionnement en
produits de consommation courants.
Le centre contient aussi environ 30 huileries traditionnelles, 5 huileries électriques et une
station de service avec lavage
Le centre dispose aussi des administrations et des services essentiels tels que l’ONEP,
l’ONE, IAM, PTT…
6.4.4 Infrastructures et équipements
6.4.4.1 Alimentation en eau potable.
Le service d’AEP du Centre a été géré par la Commune avant le 21 janvier 1992 ; à partir de
cette date la gestion a été confiée à l’ONEP.
Le système de production du Centre est constitué d’un forage N° 167/46 permettant de
mobiliser un débit de 25 l/s et refoulant dans une bâche de mise en charge d’une capacité de
200 m3 via une conduite de refoulement en amiante ciment d’un diamètre de 250mm et
d’une longueur de 5084m. Les eaux sont acheminées par la suite vers une station de reprise
de 500 m3 à travers une conduite gravitaire en amiante ciment de diamètres de 200 et
250mm et d’une longueur de 2687m. Cette station de reprise achemine l’eau au réservoir
200 m3 existant par le biais d’une adduction en amiante ciment d’un diamètre de 100mm et
d’une longueur de 1079m.
En plus du forage N° 167/46, une source dénommée Ait Chribou de capacités de 6 l/s
assure aussi l’alimentation du centre en eau potable. Les eaux sont acheminées à partie de
la source vers deux réservoirs semi enterrés d’une capacité totale de 380 m3 via une
adduction gravitaire en amiante ciment et en fonte de 100mm de diamètre et représentant
une longueur totale d’environ 4000m.
Le réseau de distribution du Centre est constitué de plusieurs étages de pression. Il est
assuré par les quatre réservoirs existants ayant une capacité de stockage de 1105 m3.
Ce réseau est constitué de 27 Km de conduites de diamètres variant entre 60 et 100 mm. Il
est du type maillé et couvre environ 98% des ménages existants. Le nombre d’abonnés en
2006 est 2175. Le rendement actuel du réseau est de l’ordre de 53 %.
Le centre compte 8 bornes fontaines pour l’alimentation des populations non branchées.

67
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Source Ait Chribou


TP: 1017,69
TN:1100 3
200 m
TN: 1015,00
CR: 1014,50

DN:100mm-AC-L:1079 ml
Vers réseau haut
TP:962,50

Brise charge TN:963,25 240 m3 140 m3


CR:960,00
AC-DN:100mm -L:4000ml

TP: 938,19

TN: 935,20 200m3 DN:250 et 200mm-AC-L: 2687ml DN:150mm-AC-L:305ml Vers réseau intermédiaire
CR: 935,00
TP: 923,69
TN: 921,00 500 m3 AC - DN: 200 mm
CR: 920,50
DN: 250mm - AC- L: 5084ml Station de reprise : 2
Vers réseau bas

ø100
TP: 828,19
TN: 825,28 200m3
CR: 825,00
Station de reprise : 1
TN: 825,28

FIG 5 : AEP DU CENTRE DE OUAOUIZEGHT


SCHEMA SYNOPTIQUE DES OUVRAGES EXISTANTS

CC: 725,28

F: 167/46
( Qeq : 25 l/s )

Figure 15: Shéma synoptique d’AEP du centre d’Ouaouizeght

68
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

6.4.4.2 Assainissement liquide


Le centre de Ouaouizeght dispose depuis l’année 1972 d’un réseau d’assainissement de
type plus au moins pseudo-séparatif. Bien que conçu initialement en système séparatif, le
réseau d’assainissement reçoit une partie non négligeable des eaux pluviales des toitures.
Ce réseau n’a quasiment pas connu d’extensions même s’il y avait une évolution
démographique du centre.
Il est constitué des conduites en béton vibré sur un linéaire totale d’environ 7.9 km de
diamètres variable entre 300 et 600 mm et assurent un taux de couverture est d’environ
35%.
Sa gestion et son entretien sont pris en charge par le service technique de la commune
rurale.
La station d’épuration des eaux usées d’Ouaouizeght est située à l’ouest du centre en
bordure de la route régionale R302. Elle a été réalisée en 1979, elle a depuis fonctionné
jusqu’en 1983. Cette station étant maintenant hors service, les eaux usées du centre sont
rejetées à l’état brut directement dans l’Oued Tadroucht. Ces eaux rejetées sont utilisées
pour l’irrigation des cultures maraîchères.
Dans les zones non assainies, le système d’assainissement individuel basé sur les puits
perdus demeure la seule solution devant les habitants avec une fréquence de vidange
irrégulière.
6.4.4.3 Assainissement solide
La collecte et la mise en décharge des ordures ménagères et le nettoiement sont gérées par
le service technique de la commune rurale. L’opération de collecte est exécutée par un
particulier qui reçoit 10 Dh par mois pour chaque abonné.
La collecte des ordures ménagères est assurée par quatre charrettes traditionnelles privées.
Le volume journalier des ordures collectées atteint en moyenne 3 Tonnes par jour.
Les déchets sont par la suite transportés vers une décharge située à Tanzat à 1 Km du
centre d’Ouaouizeght. Cette décharge est proche du lotissement Massira et elle n’est pas
clôturée, elle n’est pas conforme aux normes et ne bénéficie d’aucun aménagement de
base.
La collecte des déchets est partielle, par conséquent de nombreux dépotoirs sauvages se
sont développés dans le centre. Le service technique de la commune se sert ainsi de son
camion benne et de ces ouvriers pour transférer les ordures accumulées dans ces dépotoirs
vers la décharge.
6.4.4.4 Voirie
Le centre d’Ouaouizeght est desservi par la route provinciale N° 3109 qui le lie à Beni Mellal
ainsi que deux routes régionales N° 306 et N° 302 qui le lient respectivement à Azilal et
Tilouguite. Le linéaire de ces routes faisant partie de la commune est de 13km, 7km et 8 km
respectivement. Sur un linéaire de 68 km de voirie, seulement 3km sont revêtus.

69
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

6.4.4.5 Electricité et Téléphone


Le centre d’Ouaouizeght est relié au réseau national d’électricité, et il est géré par l’ONE. Le
taux de couverture dépasse les 98%. Le nombre de foyers desservis dans la commune
d’Ouaouizeght est plus de 3531.
Le centre est relié au réseau automatique et semi automatique nationale.
6.4.4.6 Equipements Socio – Economiques
La majorité des départements ministériels sont représentés au centre, nous pouvons
distinguer :
• La commune rurale
• Le cercle coiffant 4 caïdats
• La Caïdat
• L’annexe du tribunal de 1ere instance d’Azilal
• La Gendarmerie Royal,
• Centre de développement forestier,
• PTT, ONE, ONEP
• Perception de finance
• Service vétérinaire
• Entraide nationale
Au niveau socio-économique, le centre dispose des équipements suivants :
L’enseignement public est assuré par 5 établissements primaires, un collège et un lycée. 712
élèves fréquentent le lycée durant l’année scolaire 2006/2007. Ainsi qu’ centre de formation
professionnelle.
Le service de santé est assuré par un centre de santé local de capacité de 23 lits,
comprenant une salle de soins, une salle d’accouchement, un service de la santé de la mère
et de l’enfant et une salle d’analyses médicales. Une clinique privée ainsi que trois
pharmacies se trouvent aussi dans le centre.
Le personnel est composé de médecins généralistes, 15 infirmiers, 4 commis et 3 sages
femmes.
D’autres équipements socio-économiques existent également dans le centre. Il s’agit d’un
abattoir, un souk, une maison des jeunes, une maison de bienfaisance, mosquées…

70
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

7 IDENTIFICATION ET EVALUATION DES IMPACTS


Cette section porte sur l’identification et l’évaluation des impacts anticipés du projet sur
l’environnement et ses composantes, ainsi l’élaboration des mesures d’atténuation qui
permettent l’intégration des ouvrages à l’environnement.
Les éléments touchés inventoriés et les impacts anticipés sont représentés sur un support
cartographique d’inventaire et d’évaluation des impacts.
7.1 PHASES SUSCEPTIBLES DE PRODUIRE DES IMPACTS SUR LE MILIEU
Le projet d’assainissement liquide du centre d’Ouaouizeght consiste à réaliser les travaux de
réhabilitation et d’extension du réseau d’égout, les ouvrages de transfert des eaux usées et
la construction de la STEP. On peut donc distinguer deux phases du projet susceptibles de
produire des impacts ou des effets sur l’environnement :
¾ Phase Chantier : durant cette phase ; les travaux prévus dans le cadre du projet sont :
o Travaux préliminaires : délimitation des emprises des ouvrages et acquisition des
terrains, installation du chantier et des engins, entreposage des matériaux et
aménagement des accès :
o Réhabilitation du réseau existant : remplacement des canalisations, déterrement et
mise à niveau du terrain des regards
o Extension du réseau : équipement des quartiers non assainis du réseau
d’assainissement
o Transfert des eaux usées brutes : construction de deux stations de refoulement et
la pose des conduites de refoulement sur un linéaire de 3.7 km
o Construction des ouvrages d’épuration de type Lagunage naturel
o Conduite de rejet des eaux épurées sur un linéaire de 1 km environ
¾ Phase exploitation : concerne la présence, l’exploitation et l’entretien des
composantes du projet : le projet se constitue globalement de trois composantes
principales
o les conduites d’assainissement et les ouvrages d’évacuation des eaux pluviales qui,
après la fin du chantier, deviennent intégrés dans milieu et ne présentent aucune
nuisance pour l’environnement.
o Les stations de refoulement
o la station d’épuration, comprend les ouvrages de prétraitement, les bassins de
décantation et de digestion
7.2 LES IMPACTS POSITIFS
Le projet d’assainissement liquide du centre d’Ouaouizeght aura un impact positif sur le
milieu humain, ainsi que sur le milieu naturel et les ressources en eau. En effet, il vise à
renforcer l’infrastructure de base existante permettant l’amélioration des conditions de vie de
la population, et pallier aux nuisances sanitaires dues à la situation actuelle de
l’assainissement.
D’une autre part, en tant que projet de dépollution, le projet a pour objectif la préservation
des ressources en eaux du bassin de l’Oum Er Rabia, particulièrement la retenue du barrage
Bin El Ouidane.

71
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Les impacts socioéconomiques engendrés par le projet sont matérialisé par la création de
l’emploi direct et/ou indirect et l’augmentation des échanges. Le projet va faire travailler un
nombre important de la population active pendant la phase chantier, dont la main d’ouvre
locale du centre, et créera des postes permanents pour l’équipe d’exploitation.
Une part relativement importante des travaux est généralement réalisée par des entreprises
locales ou régionales (terrassements, fournitures et amenée de matériaux, génie civil, voiries
et réseaux divers, pose des conduites).
Après la mise en service des ouvrages du projet, les impacts positifs sont :
- Réduction des risques sanitaires liés la situation actuelle de l’assainissement en
particulier les différents débordements des eaux usées au niveau du réseau et des
points de rejet.
- Diminution des risques de contamination des cours d’eau de la région et restauration
de la qualité d’oued Tadaroucht affluent d’oued Laabid et des plus hautes eaux de la
retenue du barrage Bin El Ouidane,
- Protéger la retenue du barrage Bin El Ouidane contre la pollution éventuelle par les
rejets domestiques d’Ouaouizeght.
- Réduction des risques de contamination du bétail venant s’abreuver dans les flaques
d’eau usée.
- Diminution des risques liés à une éventuelle irrigation avec des eaux usées brutes à
l’aval du centre.
- Traitement des eaux polluées.
7.3 LES IMPACTS NEGATIFS
Les nuisances susceptibles d’être engendré par les travaux du projet sont généralement
transitoires et limités dans le temps et dans l’espace, toutefois, l’étude de leurs impacts sur
l’environnement naturel et humain est indispensable pour assurer la bonne intégration du
projet à son environnement.
A cet effet, une analyse de ces impacts a été effectuée distinctement pour toutes les
composantes environnementales et pendant toutes les étapes du projet.
7.3.1 IMPACTS EN PHASE DE CHANTIER
Cette phase est provisoire et limitée dans le temps et dans l’espace, mais elle est importante
vu l’importance des travaux et la durée de réalisation du projet. Les impacts susceptibles
d’être générés sont variables en termes d’importance. Certains sont plus importants et
peuvent persister même après la fin des travaux. D’autres sont temporaires et peuvent
disparaître après la fin du chantier.
L’examen et l’évaluation de ces impacts sont présentés dans les paragraphes ci-dessous
selon la source de l’impact.

72
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

I. Impact liés aux travaux préliminaire (pré-construction)


Les travaux préliminaires effectués avant le commencement des travaux de réalisation du
projet sont :
- Travaux de l’étude géotechnique consistent à réaliser des sondages à différents
niveaux de la zone des travaux
- Aménagement des chemins d’accès
- Installation des chantiers
- Transport et entreposage des matériaux et des produits pétroliers
- Acquisition des emprises de pose des conduites et du terrain d’implantation de la
STEP et la station de pompage (temporairement ou définitivement)
Ces travaux pourront avoir des impacts négatifs pour le milieu naturel que pour l’espace
humain. Les nuisances appréhendées au niveau de la zone des travaux peuvent être
matérialisées par :
- La perturbation et modification des couches supérieures du sol.
- L’augmentation des risques d’érosion et de déstabilisation du sol par la création des
ornières et des tas.
- La pollution des sols et les eaux souterraines, due au déversement éventuel des
produits pétroliers et du ciment.
- le dégagement des poussières et l’augmentation des gaz d’échappement en
représentant des nuisances pour la population avoisinantes
- la perturbation du paysage par la présence du chantier, des engins, des matériaux
stockés et parfois des clôtures en tôle porte une atteinte à l’aspect visuel,
- la menace de la sécurité du public et des ouvriers
Ces impacts sont provisoires et limités, avec l’application des mesures d’atténuation,
l’importance de ces impacts sera minime.
II. Impacts liés à la réalisation du réseau
La réalisation du réseau a pour objectif l’équipement des quartiers du centre par les
conduites d’assainissement, les regards et les boites de branchement.
Vu l’étendue de la zone des travaux des conduites, le réseau d’assainissement va franchir
plusieurs éléments environnementaux notamment les zones d’habitat, les zones agricoles,
les voiries et les routes, et les cours d’eau et chaabas.
Les impacts générés sont dus essentiellement aux travaux d’excavations pour
l’enfouissement des conduites et à la circulation des camions transportant les matériaux et
au fonctionnement des engins.
Les principaux impacts engendrés par la réalisation du réseau sont :

73
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

a. Impacts sur le milieu naturel


Impacts sur le sol
Les travaux d’excavation pour l’enfouissement des conduites et la circulation des engins de
chantier et les camions de transport des matériaux vont perturber et modifier les couches
superficielles du sol et altérer les revêtements des voiries et des rues.
Ces impacts peuvent être manifestés à l’ensemble de l’espace touché par les travaux et de
façon remarquable sur les bordures des cours d’eau et des chaabas et les zones de forte
pente. Ils peuvent se prolonger même au-delà de la période de construction et prennent une
importance plus grande en milieu agricole où ils peuvent affecter les arbres d’oliviers et le
bon déroulement de la production. Ils sont également préoccupants dans les espaces
sensibles à l’érosion.
Compte tenu du caractère provisoire des travaux et de la bonne organisation du chantier, cet
impact est demeure mineur.
Impacts sur les eaux et les cours d’eau
L’aire de l’étude est drainée par un réseau hydrographique dense, la réalisation du réseau
d’assainissement nécessitera le franchissement de ces cours d’eau à plusieurs endroits. Afin
de protéger la canalisation contre l’endommagement par les eaux pluviales, les conduites
seront réalisées soit en traversée enterrée sous le lit du cours d’eau, avec protection en
gabionnage ou avec un enrobage en béton, soit en passerelle suspendue suivant les plans
types fournis en annexes
Les travaux de réalisation de ces traversées pourront apporter des modifications aux berges
des cours en entrainant les effets suivants :
o Affecter localement leur écoulement,
o Créer des étangs,
o Accroître l’érosion et augmenter la turbidité.
Les stockages des matériaux de construction et des produits pétroliers dans les chantiers
(ciments, hydrocarbures, huiles lubrifiantes…) peut constituer un risque de pollution pour le
sol et les ressources en eau souterraine et superficielle.
La vidange non contrôlé et les éventuelles fuites et déversements accidentels lors de
l’approvisionnement en hydrocarbures, peuvent aussi engendrer un risque de pollution du
milieu hydrique non seulement au niveau de l’endroit des travaux, mais ils peuvent être
entraînés par les eaux pluviales pour toucher une surface plus étendue.
Compte tenu du caractère provisoire des travaux et de la bonne gestion du chantier, les
impacts des travaux de réalisation du réseau d’assainissement sont mineurs.
Impacts sur la plantation et la végétation
Les travaux sont prévus dans les emprises des rues, des pistes et des routes, ils ne
présentent aucune nuisance pour les espaces verts, en revanche les tronçons des
collecteurs en amont de la station de pompage SP1 vont traverser des champs d’olivier au
droit de la confluence d’oued Amezouarou et oued Tadaroucht, les travaux entraineront le

74
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

déboisement de quelques arbres. Les propriétaires devront être compensés suivant la


réglementation en vigueur.
Cet impact est mineur en raison du nombre limité des arbres touchés par les travaux.
b. Impacts sur le milieu humain
Impacts visuels et paysagers
Le chantier des travaux porte des atteintes aux valeurs paysagères de l’environnement
humain et naturel, ces atteintes sont variables en fonction de l’emplacement des travaux. Le
fonctionnement des équipements lourds du chantier et la création des tranchées et des
déblais transforment le paysage local. Ceci est susceptible de générer des nuisances.
L’impact reste moins important vu le caractère temporaire du chantier.
Impacts liés à la dégradation de la qualité de l’air
Les émissions atmosphériques (poussières et gaz d’échappement) dépendent de l’état et de
la vitesse des engins, de l’état des voies parcourues et de l’humidité du sol.
Les gaz d’échappement provenant des machines et des engins de chantier constituent une
nuisance pour la population et le personnel existant dans la zone des travaux.
L’impact sur la qualité de l’air est matérialisé par l’augmentation des gaz d’échappement et le
dégagement des poussières qui représente une nuisance pour les riverains.
L’importance de ces impacts est reste minime en raison de leur caractère provisoire.
Impacts des déchets du chantier
L’installation du camp de chantier se fait généralement sur un terrain dégagé, parmi les
problèmes environnementaux envisagés est celui de la gestion des eaux vanne et les
ordures ménagères.
L’utilisation des fosses ou le rejet direct de ces eaux dans le milieu naturel présente un
risque de dégagement de mauvaise odeur et de la dégradation de l’hygiène publique.
L’abandon des rebuts et des déchets de chantier sur place à la fin des travaux posera un
problème majeur pour le milieu car ils contiennent des produits dangereux persistants tel que
les hydrocarbures, les lubrifiants, le ciment et autres.
En appliquant les mesures d’atténuation, ces impacts seront faibles.
Impacts sonores
Ces impacts sont liés essentiellement aux bruits et vibrations provenant des engins de
chantier (pelles mécaniques, grues, rouleaux compresseurs, etc.) et des camions de
transportant des matériaux.
L’importance de l’impact varie en fonction de la proximité des habitants et peut être
considéré mineure vu son caractère temporaire.

75
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Impacts sur la sécurité de la population


La circulation des engins et des camions de transport des matériaux, l’absence des clôtures
et des plaques de signalisation, la réalisation des tranchées et le prolongement de la durée
des travaux constituent une menace pour la sécurité du public et des ouvriers.
L’impact généré est variable en fonction de l’organisation du chantier, son importance peut
être mineur vu le caractère temporaire du chantier et en appliquant les mesures
d’atténuation.
Impacts sur l’infrastructure existante
L’espace urbain est doté des infrastructures de base nécessaires notamment les voies et les
réseaux divers (AEP, électricité, téléphone). Les travaux de pose des canalisations pourront
avoir des impacts sur ces infrastructures.

EE Réseau d’AEP :
Le réseau de l’eau potable existe le long de toutes les rues et ruelles, et selon la largeur de
ces voies, il est implanté parfois dans les cotés et parfois en milieu des rues, ce qui
nécessite une attention particulière lors de la réalisation du réseau secondaire et tertiaire
d’assainissement afin d’assurer :
− La protection et le maintien du service d’eau potable
− La protection des branchements, regards et bouches à clés
Les travaux pourront présenter un risque de déterrement et/ou endommagement des
canalisations de l’eau potable. Lors des travaux, des dispositions permettant de maintenir et
de garantir le service d’AEP devront être prises en prévoyant :
− L’étaiement et la protection des conduites et branchements déterrés
− La réfection des ouvrages endommagés.
EE Ruelles étroites
Certaines ruelles sont étroites et peuvent empêcher dans certains cas l’accès aux engins
des travaux. Les travaux de terrassement et de pose des conduites dans ces ruelles seront
exécutés manuellement.
Une autre particularité s’ajoute au centre d’Ouaouizeght réside dans la construction des
habitations en pisé. Ceci nécessite des dispositions des travaux particulières afin de soutenir
les fondations, et étaiement des tranchées pour éviter tout dégât.

EE Voies goudronnées
Le réseau d’assainissement traverse les voies principales goudronnées en différents
emplacements, les travaux pourront avoir des impacts négatifs représentés par :
− la dégradation des chassées des voies
− la perturbation de la circulation
− la menace de la sécurité de la population
Afin de minimiser ces impacts les travaux devront être réalisés soit :
− Par demi chaussée laissant ainsi libre l’autre moitié pour la circulation
− En occupant la chaussée entière, avec l’aménagement d’une déviation locale de la
route afin d’assurer la circulation normale
En appliquant les mesures d’atténuation, ces impacts restent fiables

76
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

EE Seguia
Le centre est traversés par plusieurs seghia qui servent à irriguer les cultures de maraîchage
et d’arbres fruitiers en particulier l’olivier. Ces seguias sont implantés parfois dans les cotés
et parfois en milieu des rues, ce qui nécessite une attention particulière lors de la réalisation
du réseau secondaire et tertiaire d’assainissement afin d’assurer :
− La protection et le maintien de leur écoulement
− Remise en état immédiat en cas d’endommagement.

III. Impacts liés à la réalisation des ouvrages de délestage


1 déversoir d’orage sera prévu sur l’intercepteur en aval du raccordement du collecteur D qui
intercepte les eaux pluviales de la partie centrale d’Ouaouizeght afin de limiter les débits en
période de pluie. Il permettra d’évacuer les débits excédentaires vers Tadaroucht.
Il sera réalisé en béton armé et sera munie d’une conduite d’étranglement et d’une conduite
de rejet vers l’oued.
Les impacts liés à ces travaux sont matérialisés essentiellement par la modification des
couches superficielles du sol au droit du dit déversoir d’orage.
L’importance des travaux de réalisation des déversoirs d’orage est faible en raison du
caractère provisoire des travaux.
IV. Impacts liés aux travaux de réalisation des ouvrages de refoulement
Le refoulement des eaux usées de l’ensemble du centre sera effectué par deux stations de
pompages, la première SP1 sera située au sud-ouest du centre à proximité de la confluence
des oueds Tadaroucht et Amezouarou, la deuxième SP2 sera implanté à l’est du centre à
proximité de la route menant à Tilouguite.
Les stations de pompage seront implantées dans des zones non inondables loin des
populations. La conduite de refoulement va emprunter l’emprise du collecteur G, interceptant
la partie sud du centre de l’Est vers l’Ouest, puis la route régionale n° 302 jusqu’à la station
de pompage SP2. La 2ème conduite de refoulement prendra naissance à partir de la SP2 et
empruntera l’emprise de la dite route jusqu’au douar limitrophe, puis elle empruntera une
piste jusqu’à la STEP.
Le long de se parcours, les éléments touchés par les travaux de pose des conduites de
refoulement sont :
- les champs d’oliviers traversés par le tracé de la conduite de refoulement entre SP1
et la partie basse du quartier Ihitassen (au sud)
- la route régionale n°302 qui sera longé par la conduite de refoulement depuis le
quartier Ihitassen au sud jusqu’au douar limitrophe. Cette conduite va traverser la dite
route à la limite du périmètre de développement du centre au sud du lycée
Ouaouizeght pour rejoindre la Station de refoulement SP2 au Nord-est de la route.
(une traversée)

77
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

- Oued Amezouarou et sa chaaba affluent interceptant la zone Est du quartier


Ihitassen (deux traversées)
- La piste existante traversant le douar limitrophe Imouanou.
Les impacts engendrés les travaux de pose de la conduite de refoulement sont :
- le déboisement de quelques arbres de l’olivier, les propriétaires devront être
compensés suivant la réglementation en vigueur
- le risque de modification de l’écoulement des cours d’eau pendant les périodes
pluvieuses par les travaux des traversées enterrées de la conduite de refoulement
- la perturbation de la circulation par la présence des engins sur et aux bords de la
route, en particulier au droit de la traversée de la route.
- Menace de la sécurité de la population et des utilisateurs de la route R302.
- Dégradation de la chaussée de la piste menant vers la STEP.
- Dégagement des poussières et de bruits, particulièrement aux voisinages des zones
d’habitat
Ces impacts sont mineurs compte tenu du caractère provisoire du chantier et en appliquant
les mesures d’atténuation proposées.
V. Impacts liés aux travaux de réalisation de la station d’épuration
La réalisation de la station d’épuration consiste aux travaux suivants :
- le terrassement et l’excavation, qui consistent aux mouvements de terre, pour la
création des bassins et les ouvrages annexes
- les travaux de génie civil concernant les ouvrages de prétraitement, de la collecte et
de la répartition des eaux ;
- l’implantation des conduites pour la circulation des eaux entre les ouvrages de
traitement et vers l’exutoire
Ces travaux pourront avoir des impacts importants sur le milieu naturel ainsi que sur le milieu
humain, ces impacts sont analysés et évalués pour chacune des composantes
environnementales susceptibles d’être touchée par les travaux de réalisation de la STEP.
Impacts sur les eaux souterraines
Les eaux souterraines sont peu abondantes dans la région de Ouaouizeght, les conditions
géologiques ne permettent pas le stockage des eaux souterraines sur une superficie
étendue, ces eaux sont matérialisées par des écoulements souterraines le long des cours
d’eau qui donnent naissance à des sources.
Le site de la STEP se situe sur une colline constituée des formations argileuses et calcaires
selon les sondages géotechniques réalisées sur place, la perméabilité du sou sol est de
l’ordre de 2.8 10-4 à 1.8 10-6 cm/s.
La pollution éventuelle au niveau de la zone des travaux due aux travaux de terrassement et
d’excavation et au déversement des produits de chantiers (huiles lubrifiant, ciment et des
hydrocarbures). Ces produits pourront être transportés par les eaux de ruissèlement vers les

78
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

lits d’oued en présentant un risque de sa contamination des eaux souterraines et


superficielles.
L’impact est d’une importance faible car les ressources en eaux souterraines sont rares. En
appliquant les mesures d’atténuation l’impact sera minimisé même supprimé.
Impacts sur la faune et la flore
Le terrain du site de la STEP ne comprend pas de plantation naturelle, il est utilisé
actuellement pour le pâturage ou parfois pour la culture des céréales.
L’impact des travaux d’excavation et de terrassement sur le couvert végétal et la population
faunique reste mineur.
Impacts sonores
Les nuisances sonores sont dues essentiellement à la circulation des véhicules de transport
des matériaux et aux engins de chantier.
L’importance de ces impacts est faible car les zones d’habitats sont loin du chantier.
Impacts sur la qualité de l’air
L’effet du dégagement des poussières et des gaz d’échappement est limité au niveau du
chantier, l’importance de l’impact est faible.
Impacts relatifs à la sécurité de la population et du personnel
Vu la situation du site de la STEP à une distance de 900 m environ par rapport à la
population riveraine. L’impact lié aux travaux sur la sécurité des habitants est négligeable, il
est généré généralement par la circulation des véhicules de transport. Les ouvriers du
chantier sont plus exposés aux risques accidentels si les mesures de sécurité ne sont pas
respectées.
VI. Impacts liés aux travaux de réalisation de la conduite de rejet
La conduite de rejet sera réalisée simultanément avec la conduite de refoulement dans la
même emprise jusqu’à la route R302, puis longera cette dernière pour déverser dans une
chaaba en aval d’un puits particulier.
L’impact de ces travaux sera mineur.
7.3.2 IMPACTS EN PHASE DE D’EXPLOITATION
La phase d’exploitation commence à la mise en service des ouvrages réalisé. Les impacts
potentiels du projet d’assainissement en phase exploitation sont de différents types, et
pourront être distingués selon les ouvrages du projet :
I. Impacts liés à la présence du réseau d’assainissement
Après la fin du chantier, le réseau d’assainissement s’enfouit dans le sol et ne présente
aucune nuisance à l’aspect visuel et paysager du centre.
Les impacts négatifs dus à la présence du réseau d’assainissement sont engendrés par
travaux d’entretien régulier (curage). Il s’agit des nuisances olfactives et sanitaires lors de
l’opération des curages et de transport des boues vers la décharge municipale. L’entretien

79
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

régulier du réseau d’assainissement permettra d’éviter les colmatages éventuels des


canalisations et par la suite assurera son fonctionnement permanant.
Ces impacts sont minimes vu le caractère provisoire des opérations de curage.
II. Impacts liés au fonctionnement du déversoir d’orage
Le déversoir d’orage ne fonctionne que pendant les périodes pluvieuses, il a pour objectif de
limiter le débit du chaque collecteur D interceptant les eaux pluviales de la partie centrale
d’Ouaouizeght (Souk, boulevard principal) à 3 fois le débit moyen à temps sec, afin de
protéger aussi bien la station d’épuration que le milieu récepteur.
Les eaux diluées déversées seront évacuées vers oued Tadaroucht par le biais d’une
conduite de 400 mm de diamètre
Au point de restitution des eaux déversées, ces dernières seront rediluées par les apports
exogènes d’oued Tadaroucht.
La charge polluante des eaux de délestage rejetées dans le cours d’eau sera faible et ne
présentera pas un impact significatif sur ce dernier.
III. Impacts liés au fonctionnement des stations de refoulement
Chacune des deux stations de refoulement est dotée d’un groupe électrogène afin d’assurer
leur fonctionnement permanant.
Les bâches d’aspiration sont dotées des conduites de trop-plein permettant l’évacuation
éventuelle des eaux vers des chaabas avoisinantes des sites des stations de pompage en
cas de panne et de dysfonctionnement temporaire éventuel.
Le fonctionnement des stations de pompage pourra entrainer le dégagement des odeurs et
des bruits au niveau des locaux. Ces nuisances sont faibles en raison de la fermeture des
locaux des stations de pompage et l’éloignement par rapport à la population la plus proche
(une distance de 100 m au moins)
Les conduites de refoulement des eaux usées vers la STEP sont composées des éléments
sensibles suivants :
- Traversées d’oued Amezouarou et son chaaba affluent : la canalisation sera protégée
contre les eaux de crue par gabionnage avec enrobage en béton armé, le risque
d’endommagement ou de dysfonctionnement éventuel de la conduite à ce point est
peu probable.
- Traversée de la chaussée de la route régionale R302 à la limite du périmètre de
développement et à l’entrée du centre auprès de Tilouguite. La traversée sera
réalisée en demi chassée ou par fonçage.
Les impacts dus à la présence des ouvrages de transfert des eaux usées vers la STEP sont
donc de faible importance.
IV. Impacts liés à la présence des ouvrages d’épuration
Impacts relatifs au paysage
Le réseau d’assainissement et les stations de pompages s’intègrent dans le milieu et ne
présente aucune nuisance à l’aspect visuel et constitue un impact mineur.

80
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

La STEP sera située à une distance de 750 m par rapport au périmètre de développement
du centre, au Sud-est du centre d’Ouaouizeght et à 950 m par rapport à la route R302.
L’impact aura une importance négligeable car la visibilité de la STEP à partir du centre et à
partir de la route R302. En outre l’écran végétal qui sera planté autour de la STEP permettra
l’intégration de la STEP au paysage naturel.
Impacts sur la qualité des ressources en eaux
Le site d’implantation de la STEP est éloigné de l’amont des plus hautes eaux de la retenue
du barrage Bin El Ouidane avec une distance de 1300 m. les eaux épurées seront rejetées
dans une chaaba affluent de la dite retenue (oued Laabid).
Le traitement des eaux usées du centre avant de les rejeter dans le milieu récepteur va
protéger les eaux de la retenue de barrage contre la pollution.
Au voisinage de la chaaba réceptrice des eaux épurées, il existe un puits particulier utilisé
pour l’AEP, ce qui a imposé le prolongement de la conduite de rejet jusqu’à l’aval de la zone
d’alimentation de ce puits, afin d’éviter toute contamination éventuelles par les eaux épurées.
Impacts olfactifs
La STEP sera masqué par l’écran naturel représenté par la colline au sud et à l’Est de la
STEP, en outre le vent dominant, soufflant du Nord-Ouest vers le Sud-est favorise la
dispersion des odeurs loin des zones d’habitat. Sa situation par rapport à la population est :
o Périmètre de développement : 750 m
o Douar Imouanou : 900 m
o Habitat isolé : 300 m
Un écran végétal sera planté autour de la STEP permettra de minimiser la propagation des
odeurs. L’impact du au dégagement des odeurs sera donc faible
Impacts relatifs à la prolifération des moustiques
La prolifération des moustiques, en particulier les culex, s’effectue au niveau des canaux de
transfert à ciel ouvert plus qu’au niveau des bassins de la STEP, car l'agitation des eaux des
bassins réduit le développement des moustiques. L’impact reste faible vu la distance du site
par rapport à la population.
Impacts relatifs à la gestion des boues d'épuration
La gestion des boues d’épuration consiste au séchage, à la stabilisation et à la mise en
décharge. La bonne maîtrise de ces taches ne présente aucun risque pour le milieu
récepteur
V. Impacts liés au rejet des eaux épurées
Le point de rejet sera situé au sud douar Imouanou, la topographie du terrain ne favorise pas
ni la stagnation des eaux ni la formation des flaques.

81
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

VI. Impacts relatifs au dysfonctionnement des ouvrages d’assainissement


Le dysfonctionnement du système d’assainissement varie en fonction de l’ouvrage touché et
son emplacement, la nature de la panne ou l’incident et de la durée de l’interception.
Les dysfonctionnements éventuels sont distingués en fonction des composantes du projet
comme suit :
Réseau d’assainissement
- L’obturation ou le colmatage des conduites d’assainissement et débordement des eaux
usées ;
- Dégradation ou endommagement des conduites, des regards ou des tampons

Stations de pompage
- Le dysfonctionnement de la station de refoulement
- Les Coupures d’électricité…
- Le dysfonctionnement des groupes de pompages
- Indisponibilité de pièces de rechange
- Dysfonctionnement des groupes électrogènes

Station d’épuration
- La dégradation des ouvrages de prétraitement ;
- Intrusion des substances inhibitrices de l’activité bactérienne au niveau des bassins
d’épuration.
Généralement, ces dysfonctionnement et incidents sont de caractère temporaire et
évènementiel. Compte tenu de la bonne gestion et le suivi régulier des ouvrages d’épuration
les nuisances dues à l’arrêt ou au dysfonctionnement éventuel de l’un de ces ouvrages
restent minimes.

82
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 16:Inventaire du milieu d’insertion du projet

83
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Figure 17: Identification et évaluation des impacts

84
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Matrice d’évaluation des impacts


Source d'impact
Pré-construction Construction Exploitation

R- Incidents/ intervention d’urgence


I- Réhabilitation du réseau dégradé

O- Réaménagement des aires et


J- Réalisation des ouvrages de
H- Entreposage des matériaux

P- Présence des ouvrages de


N- Démobilisation du chantier
L- Disposition des déchets de
G- Excavation, terrassement

K- Bâtiments, équipement et
E- Aménagement des accès

Q- Rejets des eaux épurées


réfection des infrastructures
B- Acquisition des emprises

construction et du chantier
+ : impact positif

F- Transport et circulation

F- Transport et circulation

F- Transport et circulation
D- Installation du chantier
(arpentage, signalisation)

T- Entretien et réparation
A- Travaux préliminaires

M- Pose des conduites

transfert et d’épuration
X : Impact mineur

R- gestion des boues


O : Impact moyen

C- Déboisement

raccordement

S- Curage
traitement
Eléments environnementaux
1. Cours d’eau X X X X X X X X + X X
Eaux
2. Nappe phréatique X X X X X X X
3. Qualité du Sol X X X X X X X X X X X X X X X
Sol
4. Zones d’érosion X X X X X X X X X X X X X X X
Milieu naturel

5. Ambiance sonore X X X X X X X X X X
Air 6. Qualité Poussière, gaz X X X X X X X X X X
de l’air Odeur X X X X
Faune 7. Faune
et flore 8. Flore X X X X
9. Espace urbain X X X X X X X X X X X + X X X
10. Infrastructures et routes X X X X X X X
Social
11. Sécurité X X X X X X X X X X X X X
12. Qualité de vie X X X X X X X X X X X X
13. Espace agricole X X X X X X X X X X X X X
Econom
14. Activité économique X X + + + + +
Milieu humain

ie
15. Marché de l’emploi + + + + + + + + + +
16. Hygiène publique X X X X X X X X X X X + X X
Santé
17. Maladies hydriques + +
18. Paysage X X X X X X
Culturel
19. Tourisme +

85
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

8 MESURES D’ATTENUATION
Ce chapitre décrit les mesures qui seront prises pour supprimer, réduire ou compenser les
impacts environnementaux du projet jugé sévère ou critique lors de l’évaluation précédente.
Ces mesures tiennent compte des répercussions temporaires des travaux de pré-
construction et de construction des ouvrages, ainsi que les impacts permanentes liés à la
présence, à l’exploitation et à l’entretien des équipements.
On distingue trois niveaux de mesures d’atténuation qui assurent une meilleure intégration
des ouvrages à l’environnement :
- les mesures générales :
- les mesures courantes
- les mesures particulières.
8.1 LES MESURES GENERALES
Ces mesures ont pour but d’optimiser les ressources et assurer le bon déroulement des
travaux, elles s’appliquent de manière générale à tout chantier et portent sur les points
suivants :
- Planifier le calendrier des travaux dans la période sèche
- Encourager l’emploi de la main d’œuvre locale pour les chantiers
- Favoriser la réutilisation des matériaux et des équipements démantelés
- Procéder au réaménagement de l’aire des travaux à la fin des travaux
- Choisir le site de l’installation des équipements de chantier de façon à minimiser les
perturbations sur le milieu
- Coordonner les travaux avec les autres utilisateurs du territoire
- Utiliser une signalisation routière adéquate
- Contrôler l’accès au chantier
- Procéder à l’élaboration de procédures d’encadrement et de formation du personnel
de chantier vis-à-vis les mesures environnementales et de sécurité
- Procéder à la compensation des impacts résiduels importants
- Limiter l’expropriation des emprises et favoriser le partage des utilisations ultérieures
aux travaux de construction
- Informer la population touchée de la nature et du calendrier des travaux
- Etablir un plan d’urgence contre les déversements accidentels des produits pétroliers
8.2 LES MESURES COURANTES
Les mesures d’atténuation courantes donnent un aperçu des moyens et des engagements
que le maître d’ouvrage pourra prendre pour protéger l’environnement et respecter les
préoccupations des populations concernées par le projet.
Ces mesures sont présentées dans ci-dessous en fonction de la nature des travaux
exécutés.

86
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

8.2.1 TRAVAUX PRELIMINAIRES :


Les travaux préliminaires sont généralement liés à l’installation du chantier et l’entreposage
des matériaux ainsi que les sondages de l’étude géotechniques. Les mesures à prendre lors
de cette phase sont :
1 Remettre en état les sols lors de la réalisation des travaux géotechniques
2 Choisir un emplacement convenable pour l’installation du chantier et d’entreposage
des matériaux, loin des habitations et des accès du centre, d’une façon à ne pas
nuire à l’aspect visuel du centre (en concertation avec les autorités locales)
3 Délimiter les emprises de la conduite d’amenée, la station de pompage et de la STEP
4 Entamer aux procédures d’acquisition du terrain d’implantation de la STEP et des
emprises des stations de pompage et des canalisations, en concertation avec les
services de l’équipement pour l’occupation du domaine routier
5 Concevoir un programme de communication pour informer la population des travaux
(horaire, localisation, durée) par des plaques de signalisation
8.2.2 TRAVAUX DE REALISATION DU RESEAU D’ASSAINISSEMENT :
6 Respecter l’horaire du travail lors des travaux de pose des conduites du réseau in
site quartier
7 Remettre le revêtement des rues en état après la fin des travaux de pose des
conduites.
8 Evacuer les déblais à l’extérieur des rues afin d’éviter le blocage des accès maison
9 Arroser les rues lors des travaux afin de réduire le dégagement des poussières
10 Prévoir le réaménagement des rues et le compactage des sols remaniés après les
travaux.
11 Réglementer de façon stricte la circulation de machinerie lourde ; restreindre le
nombre de voies de circulation et limiter le déplacement de la machinerie aux aires
de travail et aux accès balisés.
12 Utiliser le plus possibles les infrastructures d’accès existantes et limiter les
interventions sur les sols fragile, érodables ou en pente notables.
13 Respecter un horaire de travail qui évitera de perturber les habitudes quotidiennes de
la population
14 Permettre en tout temps l’accès aux propriétés privées.
15 Coordonner avec les propriétaires pour les interventions sur des terrains privés et
réparer les dommages causés à leurs propriétés, s’il y lieu.
16 Limiter la perturbation de la circulation et réparer immédiatement tout dommage qui
peut être fait aux voies.
17 Nettoyer et remettre en état les rues et les éléments touchés par les travaux.
18 Minimiser l’accumulation des déchets associés à la disposition des matériaux de
construction et les évacuer vers les lieux d’élimination prévus à cet effet
19 Eviter d’obstruer les accès au public et réaliser des ponts temporaires permettant de
traverser les tranchées.
20 Assurer la sécurité des résidants et passants lors des travaux en appliquant des
mesures appropriées (clôture, surveillant)

87
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

21 Effectuer le blindage des trachées dans les endroits non stable.


22 Porter une attention aux infrastructures existantes (voirie, réseaux divers : AEP,
électricité et télécom) et seguia lors de réalisation du réseau d’assainissement
23 Réserver une place spécifique pour le stockage des produits polluants (produits
pétroliers, ciment…)
24 Eviter de faire la vidange des huiles et de ravitailler les engins dans les zones
d’habitations
8.2.3 TRAVAUX DE REALISATION DE LA STEP
25 Assurer l’étanchéité des bassins et des lits de séchage par la géomembrane
26 Veiller que la réception de l’étanchéité de la STEP soit par une entreprise agrée
27 Assurer le drainage superficiel naturel et éviter la rétention des eaux.
28 Eviter le ravitaillement des engins dans la zone des travaux et réserver un endroit
pour cet effet
8.2.4 TRAVAUX DE REALISATION DES OUVRAGES DE REFOULEMENT
29 Equiper les stations de pompages par des assises anti-vibration et des groupes
électrogènes
30 Assurer la protection des conduites de refoulement contre les eaux pluviales et les
charges roulantes, suivant les plans types fournis en annexes
8.2.5 GESTION DU CAMP DE CHANTIER ET DU DEPOT DES MATERIAUX
31 Ne pas acheminer les eaux usées brutes à l’extérieur du camp de chantier, prévoir
des fosses ou des puits perdus à cet effet
32 Garder sur place une provision de matières absorbantes ainsi que les récipients
étanches bien identifiés, destinés à recevoir des résidus pétroliers et les déchets en
cas de déversements.
33 Réserver un endroit convenable pour le rejet des déchets liquides et solides du camp
de chantier pouvant nuire à l’hygiène des populations.
34 Prévoir des aires d’entreposage de produits pétroliers contaminants et les équiper
avec des dispositifs permettant d’assurer une protection contre tout déversement
accidentel
8.2.6 TRAVAUX DE DEMANTELEMENT DU CHANTIER
35 A la fin du chantier, enlever tous les débris avant le nivellement du terrain.
36 Remettre en état toute modification apportée à l’état initial de l’espace urbain du
centre (démolir des constructions des camps de chantier, enlever les clôtures,
évacuer les déchets inertes)
8.2.7 PHASE D’EXPLOITATION
Les mesures d’atténuation des impacts, dus au fonctionnement et à la présence des
ouvrages d’assainissement et d’épuration des eaux usées du centre, sont identifiées dans le
cadre de cette étude dont une grande partie devra être appliquées lors de la phase des
travaux.
37 Assurer la protection du personnel de gestion des ouvrages d’assainissement
(réseau et STEP) par les équipements de protection (gants, boots, …) et par la
vaccination périodique contre les infections.

88
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Réseau d’assainissement
38 Contrôler le réseau d’EU en vu d’inspection régulière et préventive
39 Rincer régulièrement les collecteurs dépourvus d’autocurage
40 Surveiller l’exécution des branchements particuliers
41 Réparer les canalisations et de branchements défectueux en cas de rupture ou
détériorations
42 Curer régulièrement les buses ainsi que tous les regards
43 Evacuer les sédiments et les boues de curage vers la décharge
44 Entretenir régulièrement et systématiquement le réseau
Stations de pompage
45 Mettre en place les pièces de rechange, lubrifiant, et carburant pour les groupes
électrogène
46 Faire tourner les groupes électrogènes régulièrement afin de le maintenir à marche
47 Entretenir régulièrement des stations de refoulements
48 Nettoyer régulièrement les bâches d’aspiration et le dégrilleur des stations de
pompage et évacuer les boues vers la décharge
49 Se doter des détecteurs des biogaz et des dispositifs de sécurité
50 Airer les locaux avant l’intervention pour entretien
Station d’épuration
51 Implanter un écran végétal autour de la station d’épuration pour assurer l’intégration
des ouvrages de la STEP dans le paysage.
52 Nettoyer le dessableur en vue d’éliminer les produits accumulés, qui évitent les
circuits préférentiels, et de limiter la création des nuisances olfactives et des nids des
vecteurs ;
53 Entretenir les abords et le faucardage des macrophytes pour éviter le pourrissement
de ces plantes sur place et le développement des moustiques et des rongeurs
54 Contrôler les principaux paramètres physiques de fonctionnement de la station
d’épuration (couleur, odeur, présence des flottants etc…) et déceler toute anomalie
ou dysfonctionnement à temps.
55 Assurer le contrôle de la qualité des eaux épurées à la sortie de la STEP
56 Effectuer des compagnes de désinsectisation et de dératisation pour lutter contre la
prolifération des vecteurs
57 Assurer la bonne gestion des boues en procédant au séchage et mise en décharge
8.3 MESURES D’ATTENUATION PARTICULIERES
Outre les mesures générales et courantes, des mesures particulières sont proposées pour
minimiser certains impacts spécifiques. Ces mesures s’appliquent aussi durant toutes les
phases de réalisation du projet.

89
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

8.3.1 PHASE DE CHANTIER


I- Assurer la stabilisation du sol dans les zones sensible à l’érosion particulièrement
au niveau des traversées des cours d’eau (Aqqa, Amezouarou, Tadaroucht, et les
chaabas).
II- Porter une attention au choix de l’emplacement du chantier par rapport aux
éléments environnementaux notamment les zones d’habitation les plus dense et les
zones traversées par des cours d’eau et des chaabas, par exemple à la sortie du
centre prés du douar Tadaout Naamran
III- Respecter les mesures de sécurité et renforcer le blindage et les passerelles des
tranchées dans les zones bâties particulièrement celle les plus denses.
IV- Mettre en ouvre une clôture autour de la STEP et des stations de refoulement pour
formaliser l’accès et réduire les risques d’intrusion non désirée.
V- Porter une attention aux seguias traversant les zones urbaines du centre, les
maintenir en service et les réparer en cas d’endommagement.
8.3.2 PHASE D’EXPLOITATION
VI- Assurer une bonne maintenance du réseau pour diminuer les effets des
dysfonctionnements qui créeraient des perturbations.
VII- Inciter le gestionnaire des déchets solides à la bonne collecte et élimination des
déchets solides du centre afin d’éviter le colmatage des réseaux et regards par les
déchets solides.
VIII- Inciter la population à se brancher au réseau d’assainissement et pare conséquent
mettre hors service les ouvrages d’assainissement individuels (puits perdus,
fosses).
IX- Evacuer les boues du curage dans un milieu adéquat (décharge publique) loin des
populations
X- Concerter avec l’ABHOER pour le contrôle régulier et le suivi de l’évolution de la
qualité des rejets
XI- Assurer le maintien du rendement et de l’efficacité du traitement de la STEP
XII- Procéder régulièrement à la désinsectisation et la dératisation quand il est
nécessaire
XIII- Veiller que les huileries ne soient pas raccorder au réseau d’assainissement
domestique afin de ne pas perturber le fonctionnement de la STEP

90
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Synthèse des impacts et des mesures d’atténuation (Phase de pré construction et Travaux)
Identification de l’Impact Evaluation de l’impact Mesures Impact
Type de travaux
Source Description Durée Importance d’atténuation résiduel
Sondages géotechniques Atteinte de l’aspect visuel et perturbation de la courte Faible 1, 2, 3, 4, 5 Nul
L’installation du chantier circulation dans la zone d’habitation
Le stockage des matériaux contaminants Modification de l’aspect visuel du centre
(ciments, produits pétroliers …) Pollution du sol et des ressources en eau
Le dépôt des déblais et des débris dans les Modification d’écoulement, création des
Travaux
cours d’eau et les chaabas étangs, accentuation de l’érosion.
préliminaires
Aménagement des accès et installation du la perturbation du paysage par la présence du
chantier chantier, des engins, des matériaux stockés
Acquisition des emprises de pose des et parfois des clôtures en tôle porte atteinte à
conduites et du terrain d’implantation de la l’aspect visuel,
STEP (temporairement ou définitivement) Impact socio-économique
Le déversement éventuel des produits polluants Contamination du sol et des ressources en 6, 7, 8, 9, 10,
de chantiers (huiles lubrifiant, ciment et des eau courte Faible 11, 12, 13, 14, Faible
hydrocarbures) - la modification des couches superficielles du 15, 16, 17, 18,
Les travaux d’excavation et de terrassement sol et altérer les revêtements des voiries et 19, 20, 21, 22,
pour la pose des conduites des ruelles 23, 24
Réalisation du
- l’atteinte des valeurs paysagères de
réseau
l’environnement humain et naturel V, III, I
d’assainissement
- La perturbation de la circulation dans les
ruelles et la réduction de l’accès des habitants
à leurs logements
- risque de dégradation de l’infrastructure
existante (voirie, réseau AEP, Seguias)
Stations de Présence des ouvrages de pompage - dégagement de bruits et des odeurs Courte Mineure 29, 30 Nul
refoulement - risques sanitaires du aux gaz toxiques IV
Les travaux d'excavation et de terrassement Modification des couches superficielles du courte Mineure Nul
Le stockage des matériaux de construction et sol, dégradation de sa qualité et son intégrité 25, 26, 27, 28
des produits polluants dans les chantiers Pollution du sol et des ressources en eau
Réalisation de la (ciments, hydrocarbures, huiles lubrifiantes…)
STEP la circulation des engins de chantier et les Perturbation et modification des couches courte Mineure Nul
camions de transport des matériaux superficielles du sol.
Le ravitaillement des véhicules de transport et Pollution du sol et des ressources en eau courte Mineure Nul
la machinerie

91
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Identification de l’Impact Evaluation de l’impact Mesures Impact


Type de travaux
Source Description Durée Importance d’atténuation résiduel
Le rejet des déchets solides et liquides du Atteinte de l’hygiène publique, risque sanitaire courte Mineure 31, 32, 33, 34, Nul
chantier dans le milieu urbain Contamination du sol et des ressources en 35, 36
L’abandon des rebuts et des déchets de eau II,
Camp du chantier
chantier sur place à la fin des travaux Nuisances au paysage
Stockage des matériaux et des produits
polluants
Synthèse des impacts et des mesures d’atténuation (Phase d’exploitation)
Impact Evaluation de l’impact Mesures Impact
Source Description Durée Importance d’atténuation résiduel
Modification du paysage naturel Longue Mineure 51 Nul
Risque d’infiltration des eaux usées et de contamination des eaux souterraines Longue Mineure XI, Nul
Risque de contamination des eaux souterraines Longue Mineure VIII, XI, 55, Nul
La présence des
nuisances olfactives Longue Mineure 55, 54, 53, 52 Faible
ouvrages de la STEP
risque sanitaire pour les populations. Moyenne Mineure XII, 56 Nul
Risque sanitaires pour le personnel d’exploitation de la STEP et du réseau Longue Mineure VIII Nul
Risques sanitaires de contamination du personnel d’exploitation Longue Mineure VII, IX, 57 Nul
Déversement direct des eaux usées dans la nature Courte Mineure VI, X, XIII
Stations de Rejet direct du au dysfonctionnement Courte Mineure 37, 45, 46, 47, 48, 49, Nul
refoulement Risques sanitaires 50
Réseau Nuisances olfactives et sanitaires dues au débordement des eaux usées dans Courte Mineure 37, 38, 39, 40, 41, 42, Nul
d’assainissement le milieu urbain 43, 44

92
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

9 PROGRAMME DE SURVEILLANCE ET DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL


La nature du projet nécessite la mise en œuvre d’un plan de gestion environnementale
(PGE). Celui-ci comportera un certain nombre d’actions dont les objectifs sont les suivants :
- la surveillance des travaux de réalisation des ouvrages du projet
- la formation du personnel exploitant des ouvrages d’assainissement
- le suivi des performances de différentes composantes du projet
- le suivi environnemental du contexte d’insertion du projet
9.1 SURVEILLANCE DES TRAVAUX
Le programme de surveillance vise à assurer le bon déroulement des travaux de
construction dans des conditions contrôlées et la prise en considération des mesures
contenues dans le présent rapport d’évaluation environnementale, tant au niveau de
l’organisation du chantier qu’au niveau de l’exécution des travaux.
9.1.1 DELIMITATION DE L’EMPRISE DU CHANTIER
Les emprises d’implantation des ouvrages d’assainissement, le camp du chantier et les sites
de dépôt des matériaux devraient être bien matérialisées et leurs accès bien gardés pour
limiter l’interaction entre leurs activités et le milieu extérieur au strict nécessaire. Il est
particulièrement important de veiller à ce qu’aucun rejet ne soit fait à l’extérieur des
enceintes.
9.1.2 MESURES DE PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU
Vu la sensibilité du milieu hydrique dans la zone d’étude en particulier la retenue du barrage
Bin El Ouidane, les mesures de protection des ressources devraient être prises pour limiter
les risques de contaminations des eaux de surface et celles souterraines, notamment :
- le scellage des puits et des sondages géotechniques,
- l’entreposage des matériaux contaminants à l’abri des eaux de ruissellement.
- l’étanchement des bassins de la STEP par la géomembrane
- la maitrise des rejets du camp du chantier
- le ravitaillement des engins et la vidange des huiles avec précaution pour éviter le
diversement accidentel des produits pétrolier
9.1.3 MOUVEMENTS DE TERRES
Avant le début des travaux, il sera nécessaire d’élaborer un plan de mouvements de terres
précisant les quantités de matériaux à réemployer en remblais et pour l’étanchéité des
bassins, celles à évacuer et les quantités à apporter des zones d’emprunts, et la gestion des
dépôts provisoires. En particulier, les sites de dépôts provisoires devront être identifiés de
manière à ne pas perturber l’écoulement de l’eau (effet de seuil pouvant causer l’inondation
de terres agricoles, la perte de matériaux par ruissellement ou la contamination des
ressources en eau). Enfin, il serait important de prévoir la remise en forme des sites
d’emprunts dans la phase réaménagement des aires de travail du chantier. Le responsable
chantier devra s’assurer du respect de cet aspect.
9.1.4 CIRCULATION DANS LE CHANTIER
En tenant compte de l’importance et la haute fréquence des transports prévus dans le projet,
il sera nécessaire de veiller aux conditions de sécurité dans le chantier. Le responsable
chantier devra s’assurer que la vitesse de circulation des engins et poids lourds dans les

93
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

pistes d’accès est limitée et qu’une signalisation adéquate soit installée et modifiée quand
cela s’avérera nécessaire. Une attention particulière devra être donnée à cet aspect au
niveau des zones habitées et des croisements avec des voies de circulation.
9.1.5 HORAIRE DU TRAVAIL ET INFORMATION DES POPULATIONS RIVERAINES
Etant donné la nature des travaux (ouverture des tranchées, déblais en masse, transports de
terre) les horaires de travail devront être modelés de manière à limiter le dérangement des
populations riveraines, surtout en début de matinée. Quand il sera nécessaire de travailler la
nuit, les travaux devront être réduits aux opérations engendrant le moins de bruits et de
vibrations.
Les populations riveraines devront être informées, quand elles le souhaitent, du déroulement
du chantier. Aussi, quand des travaux particuliers sont envisagés (coupures des chemins
d’accès, rupture des services, d’électricité, etc.) les populations devront en être avisées.
9.1.6 DEMOBILISATION ET REMISE EN ETAT DES AIRES DE TRAVAIL
Une attention particulière devra accordée au respect de l’environnement naturel lors de ces
étapes. Les engins et véhicules devront être concentrés dans les enceintes de chantier. Le
démontage des ateliers et centrales, la démolition des bâtiments, la désaffectation des
systèmes de collecte et de traitement devront être programmés et réalisés dans les règles
de l’art de façon à causer le moins de préjudice au milieu environnant (rejets accidentels,
poussières, bruit, vibrations, débordement à l’extérieur de l’enceinte, etc.).
L’étape suivante, concernant la récupération et la gestion des dépôts résiduels en terres, en
déchets solides, déchets démolition, ferrailles, pièces détachées, devra être réalisée
soigneusement sous la supervision du responsable environnement. Des sites de dépôts ou
d’incinération devront être identifiés et affectés à cela. Pendant cette étape, il est aussi
nécessaire de rétablir les voies de circulation de manière définitive
Le réaménagement des aires de travail vise à minimiser l’impact visuel résidentiel du
chantier et de remettre les sites à leur état initial. Selon les paysages traversés, des travaux
de réaménagement seront exécutés (plantations, remodelage du relief, réhabilitation des
chemins d’accès pour l’usage des populations, compactage des sols agricoles, etc.)
9.1.7 IMPLANTATION DE L’ECRAN VEGETAL AUTOUR DE LA STEP
L’efficacité de l’écran végétal dépend de la taille et la densité des arbres, pour assurer le
temps pour la croissance des arbres. Les travaux de réalisation de la clôture et la plantation
de l’écran végétal devront être effectués au cours de la réalisation de la STEP, et ce pour
protéger les arbres contre les animaux et assurer leur efficacité avec la mise en service de la
STEP.

94
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Canevas du plan de surveillance


Nature de Application
Elément à protéger Mesure d'atténuation Observation
travaux Oui Non
Planifier le calendrier des travaux dans la période sèche
Coordonner les travaux avec les autres utilisateurs du territoire
Procéder à l’élaboration de procédures d’encadrement et de formation du
personnel de chantier vis-à-vis les mesures environnementales et de
Travaux sécurité
préliminaires
Compenser financièrement les propriétaires des terrains.
Limiter l’expropriation des emprises et favoriser le partage des utilisations
ultérieures aux travaux de construction
Informer la population touchée de la nature et du calendrier des travaux
Établir un plan d’urgence contre les déversements accidentels des
Espace urbaine et
contaminants
paysager
Éviter le stockage des matériaux et produits de chantier sur des terrains
érodables
Prévoir des mesures en cas de contamination accidentelles (matières
absorbantes, décapage
Réserver un endroit convenable pour le rejet des déchets liquides et
solides du camp de chantier.
Prévoir des aires d’entreposage de produits contaminants et les équiper
avec des dispositifs permettant d’assurer une protection contre tout
déversement accidentel
Porter une attention au choix de l’emplacement du chantier par rapport
aux éléments environnementaux.
Arroser les chemins dans les zones d’habitat et de réduire la vitesse de
circulation des camions et des engins
Qualité de l'air
Maintenir les véhicules de transport et la machinerie en bon état de
fonctionnement afin de minimiser les gaz d’échappement et le bruit.
Assurer le ramassage et l'évacuation des déchets de toute nature dans la
zone des travaux
Hygiène et
Laisser des accès et éviter les travaux pendant les périodes de pointe.
sécurité des
populations Éviter d’entraver les aires ayant un usage déterminé (tels que les
passages piétons, ou éventuellement les souks et les aires de parking)

95
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Nature de Application
Elément à protéger Mesure d'atténuation Observation
travaux Oui Non
Prévoir le réaménagement du site et le compactage des sols remaniés
après les travaux.
Réglementer de façon stricte la circulation de machinerie lourde ;
restreindre le nombre de voies de circulation et limiter le déplacement de
Sol la machinerie aux aires de travail et aux accès balisés
Réalisation du Eviter de travailler sur des sols instables lorsqu’ils sont humides, et choisir
réseau les véhicules et les engins adaptés à la nature et la stabilité du sol.
d’assainissement Utiliser le plus possibles les infrastructures d’accès existantes et limiter les
interventions sur les sols fragile, érodables ou en pente notables.
A la fin du chantier, enlever tous les débris avant le nivellement du terrain.
Prendre toutes les précautions possibles lors du ravitaillement des
véhicules de transport et la machinerie, ne pas ravitailler les véhicules ou
la machinerie à proximité de des chaabas et des cours d’eau.
Prévoir des mesures en cas de contamination accidentelles (matières
absorbantes, décapage de la couche de sol atteinte par les hydrocarbures
et mise en endroit convenable).
Utiliser les matériaux d’étanchement des ouvrages de la STEP
Caractériser les sols contaminés et les mettre dans les lieux convenables
(en cas de pollution éventuelle)
Cours d’eau Sceller les puits et les trous de sondage avant les travaux d’excavation et
de terrassement de la STEP
Eviter le stockage des matériaux et produits de chantier sur des terrains
érodables
Lors des travaux des traversées des cours d’eau, remettre le lit et les
berges d'oueds dans leur état original et enlever tout débris ou ouvrage
temporaire susceptible d'entraver l'écoulement des eaux
Ne pas acheminer les eaux usées du chantier vers les cours d’eau
Stabiliser et protéger les berges contre l'érosion et compacter les sols
remaniés,
Arroser les chemins dans les zones d’habitat et de réduire la vitesse de
circulation des camions et des engins
Qualité de l'air
Maintenir les véhicules de transport et la machinerie en bon état de
fonctionnement afin de minimiser les gaz d’échappement et le bruit

96
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Nature de Application
Elément à protéger Mesure d'atténuation Observation
travaux Oui Non
Assurer le ramassage et l'évacuation des déchets de toute nature dans la
zone des travaux
Réserver un endroit convenable pour le rejet des déchets liquides et
solides du camp de chantier
Limiter la perturbation de la circulation routière et réparer immédiatement
Réalisation du tout dommage qui peut être fait aux routes et à toute infrastructure
réseau existante.
d’assainissement Hygiène et
sécurité des Concevoir un programme de communication pour informer la population
populations des travaux par des plaques de signalisation
Assurer le respect des règles de sécurité et prévoir l’instauration d’un plan
d’urgence pour le cas d’un déversement accidentel de contaminants,
placer à la vue des travailleurs une affiche incluant les noms et les
coordonnées des responsables.
Effectuer le blindage des trachées dans les endroits non stable.
Lorsque les travaux se font au tour des routes principales, assurer le
balisage adéquat pour éviter les accidents.
Dans les zones avoisinantes de la population, les travaux ne doivent pas
être effectués pendant la nuit.
Ambiance sonore Maintenir les véhicules de transport et la machinerie en bon état de
fonctionnement afin de minimiser le bruit.
Respecter un horaire de travail qui évitera de perturber les habitudes de
vie de la population
Infrastructures Remettre en état les voiries et les routes traversées par le réseau
routières Respecter la capacité portante des routes, et minimiser la circulation des
machines lourdes qui peuvent endommager le revêtement des voies.

97
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Nature de Application
Elément à protéger Mesure d'atténuation Observation
travaux Oui Non
Prévoir le réaménagement du site et le compactage des sols remaniés
après les travaux.
Utiliser le plus possible les infrastructures d’accès existantes et limiter les
Station interventions sur les sols fragile, érodables ou en pente notables.
d’épuration Eviter de travailler sur des sols instables lorsqu’ils sont humides, et choisir
Sol les véhicules et les engins adaptés à la nature et la stabilité du sol.
Transporter les déblais provenant du remblayage jusqu’à un lieu
convenable.
A la fin du chantier, enlever tous les débris avant le nivellement du terrain.
Réglementer de façon stricte la circulation de machinerie lourde ;
restreindre le nombre de voies de circulation et limiter le déplacement de
la machinerie
Stabiliser et protéger les berges des cours d’eau contre l'érosion et
compacter les sols remaniés,
Ressources en Assurer l’étanchéité et l’imperméabilisation du site de la STEP avec les
eau matériaux d’étanchéité,
Prévoir des aires d’entreposage de produits contaminants et les équiper
avec des dispositifs permettant d’assurer une protection contre tout
déversement accidentel
Maintenir les véhicules de transport et la machinerie en bon état de
Qualité de l'air fonctionnement afin de minimiser les gaz d’échappement et le bruit.
Implanter un écran végétal autour de la station d’épuration
Informer les conducteurs et les opérateurs de machines de normes de
sécurité à respecter en tout temps
Assurer le respect des règles de sécurité et prévoir l’instauration d’un plan
d’urgence pour le cas d’un déversement accidentel de contaminants,
la sécurité placer à la vue des travailleurs une affiche incluant les noms et les
humaine coordonnées des responsables.
Assurer la sécurité des riverains lors des travaux en appliquant des
mesures appropriées (clôture, surveillant)
Assurer la sécurité du personnel en appliquant les dispositifs du code du
travail

98
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

9.2 FORMATION DU PERSONNEL


La gestion du projet nécessite une importante action de renforcement de compétences, les
rassembler, les organiser et les former pour prendre en charge le projet. Cette action qui doit
précéder et accompagner le projet dans sa phase de construction.
Les actions qui seront développées par la formation intéressent les thèmes suivants :
- Définition des actions de contrôle des performances dans la STEP,
- Définition d’un programme de gestion des risques encourus et notamment
ceux pouvant intervenir dans la filière de traitement
- Mise en œuvre d'un programme de sensibilisation pour la mise en œuvre du
PGE
Le service environnemental de l'ONEP est assez développé, il est recommandé que le staff
de d’exploitation, les principaux partenaires du projet, et les entreprises et ONGs locales
bénéficient d'une solide formation pour les thèmes qui seront identifiés par ONEP.
Notamment le suivi des performances, et la gestion des boues et le suivi environnemental.
9.3 SUIVI DES PERFORMANCES DES OUVRAGES D’ASSAINISSEMENT
Le programme de suivi des performances consistera à établir un programme de suivi et de
contrôle du fonctionnement des différents ouvrages d’assainissement et de la qualité des
eaux épurées.
Réseau d’assainissement
Le système d’assainissement du réseau projeté sera en séparatif mixte avec un déversoir
d’orage pour le délestage du collecteur D existant, qui reçoit une partie des eaux pluviales du
Souk et boulevard principal, l’équipe d’entretien sera chargée des tâches suivantes :
‰ Contrôle des ouvrages d’EU en vu d’inspection régulière et préventive
‰ Rinçage régulier des collecteurs dépourvu d’autocurage
‰ Surveillance d’exécution des branchements particuliers
‰ Réparation en cas de rupture de canalisations et de branchements défectueux
‰ Curage régulier des canalisations, buses ainsi que toutes les bouches
d’égouts/regards
‰ Reprofilage des fossés en terre en cas d’érosion
‰ Evacuation des sédiments
‰ Réparation en cas de détériorations.
Stations de refoulement :
Deux stations de refoulement sont prévues dans le cadre du projet pour le transfert de
l’ensemble des aux usées du centre vers la STEP, la 1ère station SP1 sera équipée du
dégrillage pour retenir les déchets solides afin de les évacuer par la suite vers la décharge.
Chaque station est dotée d’un groupe électrogène.
Le bon fonctionnement des stations de pompage nécessite un entretien strict et régulier pour
tous les équipements, à savoir le groupe électrogène, les moteurs, les pompes, les armoires
électriques, les bâches, le bassin tampon, les vannes, et les conduites.
Pour permettre l’opérationnalité permanente des équipements, des mesures devront être
prise régulièrement par l’opérateur, ces mesures sont :

99
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

‰ Entretien régulier et systématiques des installations de pompage


‰ Nettoyage des bâches d’aspiration et du dégrilleur et évacuation des sédiments et
des boues vers la décharge
‰ Mise en place des pièces de rechange de secours et des dispositifs de protection et
de sécurité
‰ Mettre les accessoires de protection du personnel contre le contact avec les
équipements souillés par les eaux usées (gants, bottes, …)
‰ Faire fonctionner les pompes en alternance toute en gardant une pompe de secours
‰ Assurer l’approvisionnement du stock des pièces de rechange (courroie, vanne,
relais électrique, joints…)
‰ S’assurer du fonctionnement des groupes électrogènes en procédant à leur mise en
marche périodiquement
‰ Mettre en place, suivant les normes de sécurité, un stock de fuel et de lubrifiant pour
les groupes électrogènes ;
‰ Ventilation des locaux afin de renouveler l’air et réduire les odeurs nauséabondes et
les gaz toxiques (H2S, CH4, ..) surtout lors des entretiens ;
Un plan d'urgence doit être établi pour formaliser toute intervention en cas de
dysfonctionnement de la station de pompage ou ses composantes.
Station d’épuration :
L’exploitation de la station d’épuration « lagunage naturel » nécessite la réalisation de
plusieurs taches qui peuvent être classées en deux groupes :
Taches courantes : qui s’effectuent à une fréquence régulière
‰ Le nettoyage du déssableur en vue d’éliminer les produits accumulés, évite les
circuits préférentiels et limiter les nuisances d’odeurs et des nids des rongeurs qui
peuvent porter atteinte à la structure des ouvrages ;
‰ L’entretien des abords et le faucardage des macrophytes et ce pour éviter le
pourrissement de ces plantes sur place et le développement des moustiques et des
rongeurs et pour maintenir l’aspect esthétique de la station d’épuration.
‰ La surveillance générale et ce pour le suivi et le contrôle des principaux paramètres
physiques de fonctionnement de la station d’épuration (couleur, odeur, présence des
flottants etc…) et déceler toute anomalie ou dysfonctionnement à temps.
Taches occasionnelles : qui s’effectuent occasionnellement pour remédier à un
dysfonctionnement quelconque de la station d’épuration
‰ L’entretien de la clôture et de l’écran végétal et de la végétation

‰ Entretien régulier des digues ;


‰ L’élimination des flottants au niveau des bassins de lagunage en vue de maintenir un
bon ensoleillement de ces derniers.
‰ Regroupement, séchage et évacuation des plantes en excès.
A ces taches s’ajoutent les travaux de curage des bassins, qui peuvent être effectués par
l’équipe d’entretien ou par des entreprises spécialisées.

100
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Les opérations de curage s’effectuent à raison d’une fois par deux ans pour les bassins
anaérobies. La gestion des boues consiste au séchage et au transfert vers la décharge
9.4 SUIVI ENVIRONNEMENTAL
Les principaux objectifs généraux recherchés dans l’élaboration d’un plan de suivi
environnemental, on peut mentionner :
‰ La conformité avec la législation et la réglementation en matière d’environnement ;
‰ Le respect des politiques et procédures internes de la station d’épuration
‰ La mise en place d’une emphase sur la prévention des atteintes à l’environnement ;
‰ L’aide à l’identification des sources de problèmes et solutions de ceux-ci ;
‰ Le respect des exigences environnementales du milieu humain ;
‰ L’intégration des concepts environnementaux à la gestion courante des opérations ;
‰ L’aide à la sensibilisation des employés à la gestion de l’environnement et faciliter
leur implication ;
‰ La mesure et l’amélioration de la performance environnementale ;
‰ La connaissance, le contrôle et la réduction des coûts de gestion de l’environnement.
Parmi les actions de suivi de l’environnement on cite :
Suivi de la qualité des eaux épurées
Un programme de suivi et de contrôle de la qualité des eaux traitées doit être établi. Ces
contrôles devront portés selon les dispositions réglementaires en vigueur sur les paramètres
de la norme marocaine (Arrêté N°1607-06 du 29 joumada II 1427) des valeurs limites des
rejets domestiques il s’agit de :
‰ DBO5 ;
‰ DCO ;
‰ MES ;

En outre, les mesures des débits des eaux usées traitées seront effectuées à l’entrée à la
sortie de la STEP par des ouvrages de mesures du débit venturi.
Suivi de la qualité des ressources en eau
En concertation avec l’ABH, des points de suivi de la qualité des eaux seront définis, au
niveau desquels sera effectuée une analyse des paramètres sommaires de la qualité des
eaux souterraines pour identifier leur état initial avant la mise en service de la STEP. Puis un
programme de suivi de la qualité de ces eaux sera élaboré en collaboration avec l’ABH,
selon les dispositions réglementaires en vigueur, pour suivre l’évolution de la qualité des
eaux en présence des ouvrages d’épuration.
Suivi de l’hygiène publique
L’ONEP, en collaboration avec les services régionaux du Ministère de la santé, et le Bureau
Municipal d’Hygiène établira un programme de lutte contre les vecteurs (les rongeurs,
moustique et autres)

101
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

10 CONCLUSION
Le projet d’assainissement du centre Ouaouizeght est un projet de dépollution qui aura un
impact positif sur l’environnement humain et naturel. Toutefois, les impacts potentiels liés à
la réalisation, à la présence et au fonctionnement des ouvrages sont examinés.
Le site retenu pour l’implantation des ouvrages de la STEP est situé au sud-est du centre à
une distance de 750 m environ par rapport au périmètre de développement, et accessible à
partir de la route régionale N°302 menant à Tilouguite. Il s’étend sur un terrain privé utilisé
actuellement pour le pâturage ou pour la culture des céréales.
Le procédé retenu pour l’épuration des eaux usées domestiques est le Lagunage Naturel, la
STEP sera composée de 3 bassins anaérobies 2 bassins facultatif dont 1 bassin
fonctionnera en maturation pendant la saison ou l’activité bactérienne est plus active (saison
chaude).
Le transfert des eaux usées collectées du centre nécessite la réalisation de 2 stations de
refoulement, la 1ère sera implantée au sud-ouest du centre à proximité de la confluence des
oueds Tadaroucht et Amezouarou et la 2ème sera située au sud-est du centre de côté nord de
la route R302 menant vers Tilouguite, en face au douar Tadaout Naamran.
Les impacts négatifs identifiés en phase « chantier » sont généralement de courte durée et
requièrent une faible importance, les mesures d’atténuation correspondantes permettront de
les éliminer. Les incidents du chantier peuvent être limités dans une large mesure, ou
supprimés en respectant les normes réglementaires en vigueur de sécurité.
Par ailleurs, il est à signaler qu’en fonctionnement normal des ouvrages d’assainissement
« phase exploitation » les nuisances seront de faible importance sur l’environnement.
L’application des mesures d’atténuation et du programme de suivi permettra la bonne
intégration des ouvrages de la STEP à l’environnement.
Les retombées socio-économiques du projet sont positives. Cela se traduit par le
développement de l’emploi et l’augmentation échanges lors de la phase des travaux et par
l’amélioration des conditions sanitaires et la qualité de vie de la population.
En conclusion, l’application des mesures d’atténuation suggérées et le programme de suivi
proposé, le projet d’assainissement de Ouaouizeght y compris la station d’épuration,
compense largement les nuisances sur l’environnement et aura un apport positif sur le
développement du centre et contribuera à l’amélioration des conditions de vie de la
population et la protection de l’environnement.
.

102
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

ANNEXES

103
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Annexe 1 :
Valeurs limites de rejet

104
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Arrêté conjoint du ministre de l'intérieur, du ministre de l'aménagement du territoire,


de l'eau et de l'environnement et du ministre de l'industrie, du commerce et de la mise
à niveau de l'économie n° 1607-06 du 29 joumada II 1427 (25 juillet 2006) portant
fixation des valeurs limites spécifiques de rejet domestique.

Le ministre de l'intérieur,
Le ministre de l'aménagement du territoire, de l'eau et de l'environnement,
Le ministre de l'industrie, du commerce et de la mise à niveau de l'économie,
Vu le décret n° 2-04-553 du 13 hija 1425 (24 janvier 2005) relatif aux déversements, écoulements,
rejets, dépôts directs ou indirects dans les eaux superficielles ou souterraines, notamment son article
12,
Arrêtent :
Article premier : Les valeurs limites spécifiques de rejet visées à l'article 12 du décret n° 2-04-553
susvisé, applicables aux déversements d'eaux usées des agglomérations urbaines, sont fixées au
tableau n° 1 annexé au présent arrêté.
Article 2 : Pour les déversements existants à la date de publication du présent arrêté, les valeurs
limites spécifiques de rejet mentionnées à l'article premier ci-dessus, ne sont applicables qu'à compter
de la onzième (11ème) année qui suit la date précitée.
Toutefois, pour ces déversements les valeurs limites spécifiques de rejet indiquées au tableau n° 2
annexé au présent arrêté sont applicables pendant la septième (7ème), la huitième (8ème), la neuvième
(9ème) et la dixième (10ème) année à partir de la publication du présent arrêté.
Article 3 : Les caractéristiques physiques et chimiques des déversements sont conformes aux
valeurs limites spécifiques de rejet lorsque pour chacun des paramètres :
- au moins dix (10) échantillons sur douze (12) échantillons présentent des valeurs conformes aux
valeurs limites spécifiques de rejet ;
- les échantillons restants présentent des valeurs ne dépassant pas les valeurs limites spécifiques de
rejet de plus de 25%.
Article 4 :La conformité des caractéristiques physiques et chimiques du déversement aux valeurs
limites spécifiques de rejet, est appréciée sur la base d'au moins douze (12) échantillons composites
de vingt quatre (24) heures prélevés à intervalles réguliers pendant la première année, et quatre (4)
échantillons composites de vingt quatre (24) heures prélevés à intervalles réguliers durant les années
suivantes, si les résultats des analyses des échantillons prélevés la première année montrent que les
caractéristiques du déversement sont conformes aux valeurs limites spécifiques de rejet. Si l'un des
quatre (4) échantillons présente des valeurs ne satisfaisant pas les valeurs limites spécifiques de
rejet, douze (12) échantillons sont prélevés l'année suivante.
Au sens du présent arrêté, on entend par échantillon composite tout mélange de façon intermittente
ou continue en proportions adéquates d'au moins six échantillons ou parties d'échantillons et dont
peut être obtenue la valeur moyenne du paramètre désiré.
Article 5 : Les échantillons prélevés lors des inondations, des pollutions accidentelles ou des
catastrophes naturelles ne sont pas pris en considération pour l'appréciation de la conformité des
caractéristiques physiques et chimiques du déversement.
Article 6 : Les caractéristiques physiques et chimiques des déversements sont déterminées
conformément aux normes d'essai, d'analyse et d'échantillonnage en vigueur.
Article 7 : Le présent arrêté conjoint est publié au Bulletin Officiel.
Rabat, le 29 joumada II 1427 (25 juillet 2006).
Le ministre de l'aménagement du territoire, de l'eau et de l'environnement,
Mohamed El Yazghi.
Le ministre de l'intérieur,
Chakib Benmoussa.
Le ministre de l'industrie, du commerce et de la mise à niveau de l'économie,
Salaheddine Mezouar.

105
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Tableau n° 1 : Valeurs limites spécifiques de rejet applicables aux déversements d'eaux usées
des agglomérations urbaines

Paramètres Valeurs limites spécifiques de rejet domestique

DBO5 mg O2/1 120

DCO mg O2/1 250

MES mg/l 150

MES = Matières en suspension. DBO5 = Demande biochimique en oxygène durant cinq (5) jours.
DCO =Demande chimique en oxygène.
Tableau n° 2 : Valeurs limites spécifiques de rejet domestique applicables aux déversements
existants d'eaux usées des agglomérations urbaines pendant la septième (7ème), la huitième
(8ème), la neuvième (9ème) et la dixième (10ème) année à partir de la publication du présent
arrêté

Paramètres Valeurs limites spécifiques de rejet domestique

DBO5 mg O2/1 300

DCO mg O2/1 600

MES mg/1 250

MES = Matières en suspension.


DBO5 = Demande biochimique en oxygène durant cinq (5) jours.
DCO = Demande chimique en oxygène.

106
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Annexe 2 :
Fiches d’impact

107
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Fiche N°1 : Impact sur les cours d’eau

Milieu : Naturel
Elément : cours d’eau
Source d’impact : Phase de construction, phase d’exploitation
Description de l’impact
Phase de construction
• La circulation des engins dans les environs des cours d'eau peut déstabiliser les
berges ou les écrouler.
• Les stockages des matériaux contaminants (ciments, hydrocarbures, huiles.
lubrifiantes…) constituent une source de pollution pour les sols et les ressources en
eau
• La modification des cours d’eau par les déblais et les débris peut affecter localement
leur écoulement, créer des étangs, accroître l’érosion et augmenter leur turbidité.
• Les travaux de construction des traversées d’oueds risquent de déstabiliser les
zones riveraines ou accentuer l’érosion concentrée sur les versants.
• La vidange non contrôlé, les fuites et les déversements accidentels lors de
l’approvisionnement en hydrocarbures engendrent la contamination des ressources
en eau
Phase d’exploitation
• le dysfonctionnement des stations de pompage des eaux usées entraînera des
nuisances sanitaires au droit des chaabas affluents de la retenue du barrage
Evaluation de l’impact : Négatif

Sensibilité Forte Moyenne Faible


Intensité Forte Moyenne Faible
Etendue Nationale Régionale Locale
Durée de l’impact Longue Moyenne Courte
Importance Majeure Moyenne Faible
Mesures d’atténuation
Phase de construction
• Ne pas acheminer les eaux usées du chantier vers les cours d’eau
• Eviter l’excavation des cours d’eau pendant les périodes humides.
• Eviter le stockage des matériaux et produits de chantier sur des terrains
érodables
• Lors des travaux des traversés, remettre le lit les berges des chaabas dans leur
état original et enlever tout débris ou ouvrage temporaire susceptible d’entraver
l’écoulement des eaux.
• Stabiliser et protéger les berges contre l’érosion et compacter les sols remaniés
• Garder sur place une provision de matières absorbantes ainsi que les récipients
étanches bien identifiés, destinés à recevoir des résidus pétroliers et les
déchets en cas de déversement
• Assurer le drainage superficiel naturel et éviter la rétention des eaux ou le
détournement des cours d’eau, et corriger toute modification apportée à un
fossé ou à un cours d’eau
Phase d’exploitation
• Respecter les mesures de sécurité pour assurer le fonctionnement permanent
des stations de pompage
• Assurer le bon rendement de la STEP
Impact résiduel : Nul

108
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Fiche N°2 : Impact sur les eaux souterraines

Milieu : Naturel
Elément : Nappe phréatique
Source d’impact : Phase de construction, Phase d’exploitation

Description de l’impact
Phase de construction
• Le déversement des produits polluants de chantiers (huiles lubrifiant, ciment et des
hydrocarbures) constitue un risque pour la contamination de la nappe
Phase d’exploitation
• La qualité des eaux de la nappe phréatique risque d’être affectée par l’infiltration éventuelle
des eaux usées.

Evaluation de l’impact : Négatif


Forte Moyenne Faible
Sensibilité
Forte Moyenne Faible
Intensité
Nationale Régionale Locale
Etendue
Longue Moyenne Courte
Durée de l’impact
Majeure Moyenne Faible
Importance
Mesures d’atténuation
Phase de construction
• Garder sur place une provision de matières absorbantes ainsi que les récipients étanches
bien identifiés, destinés à recevoir des résidus pétroliers et les déchets en cas de
déversements
• Assurer l’étanchéité et l’imperméabilisation du site de la STEP par des matériaux
imperméables,
Phase d’exploitation
• Prévoir des mesures d’urgence en cas de déversements accidentels (matières absorbantes,
décapage de la couche de sol atteinte par les hydrocarbures et mise en endroit convenable).
• Suivre un plan de suivi et de contrôle de l’étanchéité des ouvrages de la STEP
• Assurer la bonne gestion des boues : Séchage, stabilisation et mise en décharge des boues.

Impact résiduel : Faible

109
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Fiche N°3 : Impact sur le sol

Milieu : Naturel
Elément : Sol
Source d’impact : Phase de construction.
Description de l’impact
Phase de construction
• Les travaux d'excavation et de terrassement porte atteinte à la qualité et
l'intégrité du sol
• Les stockages des matériaux de construction et des produits pétroliers dans les
chantiers peuvent constituer une source de pollution pour le sol

• la circulation des engins de chantier et les camions de transport des matériaux


vont perturber et modifier les couches superficielles du sol et altérer les
revêtements des voiries et des rues.

• le ravitaillement des véhicules de transport et la machinerie risque de


contaminer le sol
Evaluation de l’impact : Négatif

Sensibilité Forte Moyenne Faible


Intensité Forte Moyenne Faible
Etendue Nationale Régionale Locale
Durée de l’impact Longue Moyenne Courte
Importance Majeure Moyenne Faible
Mesures d’atténuation

• Prévoir le réaménagement du site après les travaux


• Caractériser les sols contaminés et les mettre dans les lieux convenables
• Utiliser le plus possibles les infrastructures d’accès existantes et limiter les
interventions sur les sols fragile, érodables ou en pente notables.
• Eviter de travailler sur des sols instables lorsqu’ils sont humides, et choisir les
véhicules et les engins adaptés à la nature et la stabilité du sol.
• Prévoir des mesures en cas de contamination accidentelles.

Impact résiduel : Nul

110
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Fiche N°4 : Impact sur la qualité de l’air

Milieu : Humain
Elément : la qualité de l’air
Source d’impact : Phase de construction, Phase d’exploitation.
Description de l’impact
Phase de construction
• Les émissions atmosphériques poussières et gaz d’échappement.
• Les rejets liquides et solides du camp de chantier produisent des nuisances
olfactives.
• Les travaux de réhabilitation entraînent dégagement des odeurs
nauséabondes
Phase d’exploitation
• Le fonctionnement de la STEP, les travaux de réhabilitation du réseau et les
interventions d’urgence et d’entretien constituent les sources de dégagement
des odeurs nauséabondes.
Evaluation de l’impact : Négatif

Sensibilité Forte Moyenne Faible


Intensité Forte Moyenne Faible
Etendue Nationale Régionale Locale
Durée de l’impact Longue Moyenne Courte
Importance Majeure Moyenne Faible
Mesures d’atténuation
Phase de construction
• Maintenir les véhicules de transport et la machinerie en bon état de
fonctionnement afin de minimiser les gaz d’échappement et le bruit.

• Arroser les chemins dans les zones d’habitat et de réduire la vitesse de


circulation des camions et des engins
Phase d’exploitation
• Implanter un écran végétal autour de la station d’épuration

Impact résiduel : Faible

111
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Fiche N°5 : Impact sur l’Hygiène et santé des populations

Milieu : Humain
Elément : Hygiène et santé de la population
Source d’impact : Phase de construction, phase d’exploitation.
Description de l’impact
Phase de construction
• L’utilisation des fosses ou le rejet direct de ces eaux dans le milieu naturel
présente un risque d’entraîner la dégradation de l’hygiène publique.
• L’abandon des rebuts et des déchets de chantier sur place à la fin des travaux
Phase d’exploitation
• la prolifération des moustiques et des rongeurs au niveau de la STEP pourra
présenter un risque sanitaire pour les populations
• la réutilisation non contrôlée des eaux usées épurées.
• La manipulation des ouvrages des eaux usées présente un risque sanitaire
pour les ouvriers

Evaluation de l’impact : Négatifs


Forte Moyenne Faible
Sensibilité
Forte Moyenne Faible
Intensité
Nationale Régionale Locale
Etendue
Longue Moyenne Courte
Durée de l’impact
Majeure Moyenne Faible
Importance
Mesures d’atténuation :
Phase de construction
• Assurer le ramassage et l'évacuation des déchets de toute nature dans la zone
des travaux vers les lieux appropriés.
Phase d’exploitation
• Assurer une bonne collecte de la gestion des déchets solides, par les services
concernés, pour limiter les dysfonctionnements du réseau d’assainissement
• Mettre un programme de désinsectisation au niveau de la STEP, surtout
pendant les périodes chaudes.
• Elaborer un plan de contrôle et de surveillance de la qualité des eaux usées
épurées et assurer le suivi de leur utilisation
• Mettre les accessoires de protection du personnel contre le contact avec les
équipements souillés par les eaux usées (gants, bottes, …)

Impact résiduel : Nul

112
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Fiche N°6 : Impact sur la Sécurité humaine

Milieu : Humain
Elément : la sécurité humaine
Source d’impact : Phase de construction
Description de l’impact
Phase de construction
• La circulation des engins et des camions de transport des matériaux
• l’absence des clôtures et des plaques de signalisation

• La réalisation des tranchées et le prolongement de la durée des travaux


constituent menace pour la sécurité

Evaluation de l’impact : Négatif

Sensibilité Forte Moyenne Faible


Intensité Forte Moyenne Faible
Etendue Nationale Régionale Locale
Durée de l’impact Longue Moyenne Courte
Importance Majeure Moyenne Faible
Mesures d’atténuation

• Limiter la perturbation de la circulation routière et réparer immédiatement tout


dommage qui peut être fait aux routes et à toute infrastructure existante.
• Concevoir un programme de communication pour informer la population des
travaux par des plaques de signalisation
• Nettoyer et remettre en état les rues et les éléments touchés par les travaux.
• Informer les conducteurs et les opérateurs de machines des normes de
sécurité à respecter en tout temps
• Prévoir des aires d’entreposage de produits contaminants et les équiper avec
des dispositifs permettant d’assurer une protection contre tout déversement
accidentel
• Effectuer le blindage des trachées dans les endroits non stable.
• Lorsque les travaux se font autour des routes principales, assurer le balisage
adéquat et la signalisation pour éviter les accidents.

Impact résiduel : Nul

113
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Fiche N°7 : Impact sonore

Milieu : Humain
Elément : Ambiance sonore
Source d’impact : Phase de construction,
Description de l’impact
Phase de construction
• Bruits et vibrations provenant des engins de chantier.

Evaluation de l’impact : Négatif

Sensibilité Forte Moyenne Faible


Intensité Forte Moyenne Faible
Etendue Nationale Régionale Locale
Durée de l’impact Longue Moyenne Courte
Importance Majeure Moyenne Faible
Mesures d’atténuation

• Dans les zones avoisinantes de la population, les travaux ne doivent pas


être effectués pendant la nuit
• Eviter la circulation de véhicules lourds et la réalisation de travaux
bruyants en dehors des heures normales de travail à proximité des zones
habitées.
• Maintenir les véhicules de transport et la machinerie en bon état de
fonctionnement afin de minimiser le bruit.

Impact résiduel : Nul

114
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Fiche N°8 : Impact sur l’espace urbain

Milieu : Humain
Elément : Espace urbain
Source d’impact : Phase d’exploitation,
Description de l’impact
Phase de construction
• Les travaux vont provoquer des perturbations pour la population et la
circulation
• Dans certaines zones d’activités commerciales, le chantier présente une
menace pour les commerçants.

• La circulation des engins de chantier et les camions de transport des


matériaux vont perturber et modifier les couches superficielles du sol et
altérer les revêtements des voiries et des rues.

Evaluation de l’impact : Négatif

Sensibilité Forte Moyenne Faible


Intensité Forte Moyenne Faible
Etendue Nationale Régionale Locale
Durée de l’impact Longue Moyenne Courte
Importance Majeure Moyenne Faible
Mesures d’atténuation

• Laisser des accès et éviter les travaux pendant les périodes de pointe.
• Respecter un horaire de travail qui évitera de perturber les habitudes de
vie de la population.

• Permettre en tout temps l’accès aux propretés privées et aux commerces.


• En phase d’exploitation assurer une bonne maintenance du réseau pour
diminuer les nuisances liées au dysfonctionnement.

Impact résiduel : Nul

115
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Annexe 3 :
Album photo

116
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Photo N°1: Rejet des eaux usées à l’état brut : rejet Photo N°3: Rejet des eaux usées à l’état brut :
Photo N°2: Rejet des eaux usées à l’état brut : rejet
1 Rejet 11

Photo N°4: Rejet des eaux usées à l’état brut : Photo N°5: Rejet des eaux usées à l’état brute : Photo N°6: Rejet des eaux usées à l’état brut : rejet
rejet 2 rejet 12 regard 4 collecteur B 3

117
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Photo N°7: Rejet des eaux usées à l’état brut : rejet Photo N°8: Rejet des eaux usées à l’état brut, dans Photo N°9: Rejet des eaux usées à l’état brute :
10 Oued TADROUCHT rejet 12 regard 4 collecteur B

Photo N°10: Rejet des eaux usées à l’état brut : Photo N°11: Rejet des eaux usées à l’état brut : Photo N°12: Rejet des eaux usées à l’état brut :
rejet 4 rejet 5 rejet 6

118
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Photo N°13: Station d’épuration abandonnée Photo N°14: Site STEP 1, TANZAT Photo N°15: Site STEP 5, TANZAT 2

Photo N°16: Venue d’eau au niveau du


Photo N°17: Site STEP 3, Bou Igherdayn 1 Photo N°18: Irrigation par les eaux usées 1
sondage géotechnique (SP1)

119
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Annexe 4 :
Fiche technique du barrage Bin El Ouidane

120
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Retenue de barrage de Bin El Ouidane


Le barrage de Bin El Ouidane a permis de mettre en valeur 69.500 ha de terres fertiles
faisant partie de l'imposante plaine du Tadla de 125 Km de longueur et de 50 Km de
largeur située entre la chaîne du haut Atlas et le plateau des phosphates et de contribuer
ainsi au développement économique du Maroc par une production de 135.000 tonnes de
sucre à partir de la betteraves et de 13 Millions de litres de lait, le grand barrage voûte de
Bin Ouidane a été construit de 1949 à 1953 dans le resserrement de l'oued El Abid,
affluent le plus important de l'Oum-Er-R'bia, après avoir drainé une grande partie des
eaux du versant Nord de l'Atlas central dont les sommets dépassent 4.000 m .
C'est à l'aval du barrage que l'oued El Abid se rapproche le plus du versant de l'Oum'Er-
bia dont il n'est distant, au droit du Massif de Tazerkount que d'une dizaine de kilomètres,
là où précisément le niveau de la plaine, vers Afourer, atteint une dénivelée de 225 m.
Cette situation naturelle remarquable a permis la conception d'un aménagement
hydroélectrique dont la retenue de 1500 Mm³ (capacité utile de 1.384 Mm³) s'étendant
dans la vaste cuvette synclinale de Ouaouizarth domine les deux biefs successifs
alimentant les usines de Bin El Ouidane (au pied du barrage) et d'Afourer permettant
grâce à un débit régularisé de 26 m³/sec une production annuelle de l'ordre de 287 Gwh
et l'irrigation de la plaine de Béni Moussa, et dans un proche avenir la plaine de la
Tessaout Aval.
La voûte du barrage se trouve ancrée dans deux importantes masses de calcaire gris
dur, séparées par une zone mince de bancs alternés de marnes et de calcaires,
prolongée vers le bas par une série marno-calcaire et encadrée par des séries de
marnes livides assurant l'étanchéité de la cuvette et de marnes chocolat en dessous
constituant le plancher du dispositif d'étanchéité.
Le voile d'étanchéité intéresse les séries calcaires et marno-calcaires et a été réalisé en
deux lignes distantes de 7 m dans l'emprise du barrage et sur une seule ligne au large à
partir de deux galeries, l'une en rive droite de 160 m de longueur et l'autre en rive gauche
de 370 m de longueur.
Année de mise en service 1953
Cours d'eau El Abid
Ville la plus proche Azilal
Province Azilal
Fonction Energie, Irrigation
Type Béton – Voûte
Hauteur sur fondation 133 m
Longueur en crête 290 m
Volume du barrage 365.000 m³
Cote de retenue normale 810 NGM
Capacité utile de la retenue 1.384 Mm³
Surface du bassin versant 6.400 Km²

121
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Annexe 5 :
Bibliographie

122
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

- Ressources en eau du Maroc, Tom2 : plaines et bassins du Maroc atlantique, 1975

- Etude de modélisation des nappes phréatiques du Tadla

- Etude d’assainissement du centre d’Ouaouizeght Avant projet sommaire, ONEP,


2008

- Etude d’assainissement du centre d’Ouaouizeght Avant projet Détaillé, 2010

- Monographie du centre

- Manuel d’évaluation environnementale, Banque mondiale, 1998

- guide méthodologique de l’évaluation environnementale des projets d’AEP et


d’assainissement

- Diagnostic Territorial Participatif de la commune rurale de Ouaouizght, ADS 2009

- Etude d’assainissement liquide du centre d’Ouaouizeght, ONEP, 1992

123
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Annexe 6 :
Plans types de franchissement

124
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

P A S S A G E S U P E R IE U R E

P A S S A G E IN F IR IE U R E

125
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Annexe 7 :
Plan de situation des ouvrages du projet
d’assainissement du centre d’Ouaouizeght

126
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

127
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

128
Assainissement Liquide du centre d’Ouaouizeght Etude d’impact sur l’environnement

Annexe 8 :
PV et comptes rendus

129