Vous êtes sur la page 1sur 172

F O R M AT I O N

SECRÉTAIRE
MÉDIC A L E

MÉDICAL

A P P R O C H E D U
M O N D E M É D I C A L

Cet ouvrage a été spécialement rédigé dans


l’optique d’un enseignement à distance
et ne sera jamais diffusé par les circuits
traditionnels de distribution (librairies).
Toute copie, sous quelque forme que ce
soit, est interdite sans autorisation écrite
de l’auteur et de l’éditeur, et constitue une
contrefaçon sanctionnée par le Code Pénal.

© Janvier 2018

3
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
À LIRE ABSOLUMENT !

Présentation
De plus en plus, la médecine devient partie intégrante de
notre vie sociale et intellectuelle. Il est donc utile pour qui-
conque veut exercer une profession dans le monde médical
d’acquérir des notions concernant cette science.

Plusieurs chapitres développeront des notions de bases dans


plusieurs domaines, notions qui vous seront utiles dans votre
future profession.

Toutefois, tout au long de l’étude de ce livre, vous trouverez


beaucoup de références à d’autres livres de la formation qui
développent plus longuement et largement les sujets abordés.

Ce cours est composé de 12 leçons.


À la fin de chaque leçon, vous trouverez un test de connaissances
qui sera d’une grande utilité pour vous auto-évaluer. Les réponses
aux tests se trouvent à la fin du cours.

Le devoir se rapportant à ce cours se trouve dans un fascicule


devoirs qui vous sera envoyé prochainement.

4
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Une petite méthode de travail
Lisez le cours une première fois entièrement puis
relisez leçon par leçon selon la méthode suivante :

• Utilisez un surligneur pour les termes importants, un crayon


gris pour noter des définitions ou expliquer des termes.

• Faites le test de connaissances si vous pensez maîtriser par-


faitement la leçon, puis vérifiez les réponses à la fin du livre.
Soyez honnête avec vous-même.

• Après avoir étudié sérieusement le cours, vous pourrez pro-


chainement faire le devoir qui se trouve dans le fascicule
devoir. Celui-ci vous sera envoyé dès confirmation de votre
inscription.

ATTENTION, nous vous rappelons que le


domaine de la médecine est un sujet très
vaste. C’est pour cela que nous n’avons
pas mentionné de bibliographie. Par ailleurs
l’utilisation d’internet vous permet d’accéder
à de nombreuses informations.

5
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Table des matières
L’hygiène de vie................................................................16
1.1 L’hygiène corporelle................................................................................ 16
1.1.1 La peau ......................................................................................................................... 16
a] Structure de la peau............................................................................................................ 16
b] Fonctions de la peau........................................................................................................... 18
c] Hygiène de la peau............................................................................................................... 19
d] Les infections de la peau.................................................................................................. 19
1.1.2 Le corps ....................................................................................................................... 19
a] Les oreilles ................................................................................................................................... 19
b] Les mains....................................................................................................................................20
c] Les organes génitaux.........................................................................................................20
d] Les pieds.......................................................................................................................................20
1.1.3 La bouche et les dents.....................................................................................20

1.2 Le sommeil.....................................................................................................22
1.2.1 Définition......................................................................................................................22
1.2.2 Âge et sommeil........................................................................................................23
1.2.3 Troubles du sommeil............................................................................................23
1.2.4 Conseils d’hygiène pour avoir un bon sommeil ......................... 24

1.3 L’ activité physique.................................................................................. 24


1.4 L’habitat : lieu de protection et de bien-être.......................25
1.4.1 Aération et ventilation.......................................................................................25
1.4.2 Le chauffage............................................................................................................ 26
1.4.3 La lumière naturelle ou artificielle.............................................................27
a] Éclairage naturel (lumière du jour)...........................................................................27
b] Éclairage artificiel...................................................................................................................27
1.4.4 L’équipement sanitaire......................................................................................27

L’alimentation.................................................................... 32
2.1 Définitions et généralités....................................................................32
2.1.1 Fonctions des aliments.......................................................................................32
2.1.2 Valeur énergétique...............................................................................................33

2.2 Les différents composants alimentaires...............................34

6
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Sommaire

2.2.1 Les protides...............................................................................................................34


2.2.2 Les glucides.............................................................................................................. 35
2.2.3 Les lipides................................................................................................................... 35
2.2.4 Les vitamines......................................................................................................... 36
2.2.5 Les éléments minéraux....................................................................................37
2.2.6 L’eau...............................................................................................................................40

2.3 Les groupes alimentaires....................................................................41


2.3.1 Viandes, poissons, œufs...................................................................................41
2.3.2 Les produits laitiers............................................................................................. 42
2.3.3 Les matières grasses......................................................................................... 42
2.3.4 Les céréales et dérivés, pomme de terre, légumes secs....... 42
2.3.5 Sucres et produits sucrés.............................................................................. 42
2.3.6 Les fruits et légumes crus ou cuits......................................................... 43
2.3.7 Les boissons............................................................................................................. 43

2.4 Besoins et rations alimentaires...................................................44


2.4.1 Notions sur les besoins alimentaires....................................................44
2.4.2 Les rations selon le sexe et l’âge............................................................ 45
2.4.3 Les rations selon l’activité.............................................................................47
2.4.4 Situations particulières..................................................................................48

Conditions d’hygiène en milieu hospitalier... 54


3.1 L es définitions en rapport avec l’hygiène hospitalière.....54
3.2 Les différents germes présents à l’hôpital..........................56
3.2.1  Les bactéries............................................................................................................56
3.2.2 Les virus.......................................................................................................................58
3.2.3 Les champignons................................................................................................58
3.2.4 Les parasites............................................................................................................58
3.2.5 Les prions................................................................................................................... 59

3.3 Le soignant : porteur de germes.................................................... 59


3.4 Les infections nosocomiales.........................................................60
3.4.1  Définition....................................................................................................................60
3.4.2 Transmission............................................................................................................60
3.4.3 Multiplication des germes.............................................................................62

7
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
3.4.4 Quels sont les premiers signes d’infection ?...................................62
3.4.5 Fréquence des infections nosocomiales............................................62
3.4.6 Prévention................................................................................................................ 63
3.4.7 Traitement des germes.................................................................................... 63
3.4.8 Comités destinés à lutter contre
 les infections nosocomiales.......................................................................64

Les plaies et les brûlures..........................................70


4.1 Les plaies....................................................................................................... 70
4.1.1  Définition......................................................................................................................70
4.1.2 Que faire ?....................................................................................................................70

4.2 Les brûlures...................................................................................................71


4.2.1 Définition......................................................................................................................71
4.2.2 Évaluer la gravité d’une brûlure.................................................................71
4.2.3 Que faire ?..................................................................................................................72

4.3 La cicatrisation.........................................................................................72
4.3.1  La cicatrisation de 1re intention..................................................................72
4.3.2 La cicatrisation de 2e intention.................................................................72

4.4 Les facteurs de guérison...................................................................72


4.4.1 Facteurs internes..................................................................................................73
4.4.2 Les facteurs externes........................................................................................73

La température................................................................78
5.1 La température normale de l’homme.......................................78
5.1.1 Les normes...................................................................................................................78
5.1.2 La thermorégulation...........................................................................................78

5.2 L’hypothermie.............................................................................................79
5.2.1 La radiation .............................................................................................................79
5.2.2 La convection..........................................................................................................79
5.2.3 La conduction.........................................................................................................79
5.2.4 L’évaporation..........................................................................................................80

8
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Sommaire

5.3 La fièvre..........................................................................................................80
5.3.1  Les causes.................................................................................................................80
5.3.2 Signes cliniques accompagnant la fièvre......................................... 81
5.3.3 Traitement de la fièvre.......................................................................................82

Les micro-organismes et les parasites......... 86


6.1 Les micro-organismes..........................................................................86
6.1.1 Les différents micro-organismes ..............................................................86
a) Les protozoaires......................................................................................................................86
b) Les champignons..................................................................................................................86
c) Les bactéries..............................................................................................................................86
d) Les virus.........................................................................................................................................87
6.1.2 La contamination..................................................................................................87
a) Les voies de contamination...........................................................................................87
b) Les maladies infectieuses................................................................................................87
6.1.3 Défense de l’organisme contre l’infection........................................88
a) Les lymphocytes et les anticorps..............................................................................88
b) L’immunité...................................................................................................................................88
b1) L’immunité naturelle...................................................................................................88
b2) L’immunité acquise.....................................................................................................89
6.1.4 Comment éviter l’attaque des micro-organismes ?...................89

6.2 Les parasites..............................................................................................90


6.2.1 La pédiculose..........................................................................................................90
a) Le pou de la tête....................................................................................................................90
b) Le pou du corps....................................................................................................................... 91
c) Le pou du pubis....................................................................................................................... 91
6.2.2 Les puces.................................................................................................................... 91
6.2.3 Les punaises............................................................................................................. 91
6.2.4 la gale.......................................................................................................................... 92

Les vaccinations.............................................................98
7.1 Définitions.....................................................................................................98
7.1.1  La sérothérapie.......................................................................................................98
7.1.2 La vaccination.........................................................................................................99

7.2 Les vaccins...................................................................................................99


7.2.1 Les vaccins vivants..............................................................................................99

9
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
7.2.2 Les vaccins morts................................................................................................99
7.2.3 Les anatoxines.......................................................................................................99

7.3 Les vaccinations obligatoires......................................................100


7.4 Les vaccinations conseillées........................................................ 101
7.5 Calendrier des vaccinations ...................................................... 102

Les infections sexuellement transmissibles...108


8.1 Définition.....................................................................................................108
8.2 Les IST dues aux virus......................................................................109
8.2.1  L’herpès génital...................................................................................................109
8.2.2 Le condylome génital.....................................................................................109

8.3 Les ist dues aux bactéries................................................................. 110


8.3.1  Les infections à chlamydia.......................................................................... 110
8.3.2 La blennorragie.......................................................................................... 110
8.3.3 La syphilis...................................................................................................................111

8.4 Les IST dues aux champignons et protozoaires................112


8.4.1  La candidose..........................................................................................................112
8.4.2 La trichomonase.................................................................................................112

8.5 Lutte contre les IST................................................................................112


8.5.1  Les traitements......................................................................................................113
8.5.2  La prévention..........................................................................................................113

La contraception...........................................................118
9.1 Les méthodes naturelles....................................................................118
9.1.1 Le retrait.......................................................................................................................118
9.1.2 L’abstinence périodique.................................................................................118
a) La courbe des températures........................................................................................118
b) La méthode d’Ogino-Knaus....................................................................................... 119
c) Étude de la glaire cervicale.......................................................................................... 119
d) Les auto-tests.......................................................................................................................... 119

9.2 La contraception mécanique...................................................... 119

10
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Sommaire

9.2.1 La contraception locale masculine.......................................................119


9.2.2 La contraception locale féminine......................................................... 120

9.3 Méthodes chimiques......................................................................... 120


9.4 La contraception hormonale.......................................................121
9.4.1 La pilule contraceptive....................................................................................121
a) La pilule combinée...............................................................................................................121
b) Pilule séquentielle.................................................................................................................121
c) Pilule progressive..................................................................................................................122
d) Micropilule..................................................................................................................................122
9.4.2 L’implant....................................................................................................................122
9.4.3 L’anneau vaginal................................................................................................122
9.4.4   Le patch....................................................................................................................122
9.4.5 L’injection contraceptive..............................................................................123

9.5 Le stérilet ou dispositif intra-utérin..........................................123


9.6 La contraception d’urgence........................................................123
9.6.1 La pilule du lendemain...................................................................................123
9.6.2  Le stérilet du lendemain................................................................................123
9.7 La contraception chirurgicale.................................................... 124

Le début de la vie........................................................128
10.1 Évolution de la grossesse..............................................................128
10.2 Les annexes fœtales........................................................................ 129
10.2.1   Le placenta............................................................................................................ 129
10.2.2  Le cordon ombilical........................................................................................130
10.2.3  Les membranes de l’œuf...........................................................................130

10.3 Les examens médicaux...................................................................131


10.3.1  Les examens gynécologiques.................................................................131
10.3.2 Les examens physiques................................................................................131
10.3.3 Les examens biologiques............................................................................131
10.3.4 Les examens urinaires...................................................................................131
10.3.5 L’échographie......................................................................................................132
10.3.6 L’amniocentèse..................................................................................................132
10.3.7 Biopsie des villosités choriales ou choriocentèse..................132
10.3.8 La cordocentèse...............................................................................................132
11
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
La génétique....................................................................136
11.1 Le caryotype ............................................................................................137
11.2 Les aberrations chromosomiques.......................................... 138
11.2.1 Anomalies portant sur le nombre de chromosomes............. 138
a) Les anomalies de nombre des autosomes..................................................... 139
b) Les anomalies de nombre de gonosomes...................................................... 139
b1. Le syndrome de Klinefelter................................................................................... 139
b2. Le syndrome de Turner........................................................................................... 139
11.2.2 Anomalies portant sur l’intégrité des chromosomes............140
a) La délétion................................................................................................................................140
b) La translocation...................................................................................................................140
11.2.3 Les maladies génétiques : héréditaires et congénitales.......141
11.2.4 Quelques définitions.......................................................................................141
a) Génome........................................................................................................................................141
b) Génotype....................................................................................................................................141
c) Gène................................................................................................................................................141
d) Allèles............................................................................................................................................142

11.3 Les maladies génétiques................................................................142


11.3.1 Définition...................................................................................................................142
11.3.2 Exemples de maladies...................................................................................143

Le sang................................................................................ 148
12.1 Généralités................................................................................................148
12.2 Les enzymes...........................................................................................148
12.2.1 Les principales enzymes sanguines...................................................149
12.2.2 Intérêt du dosage............................................................................................149
12.2.3 Les autres enzymes........................................................................................150

12.3 Les protéines plasmatiques........................................................150


12.3.1 Électrophorèse des protéines..................................................................150
a) Albumines...................................................................................................................................151
b) Globulines  (alpha)..........................................................................................................151
c) Globulines  (bêta).............................................................................................................151
d) Globulines  (gamma).....................................................................................................151
12.3.2 Urée..............................................................................................................................151
12.3.3 Acide urique.........................................................................................................152
12.3.4 Bilirubine..................................................................................................................152

12
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Sommaire

12.4 Les électrolytes......................................................................................152


12.5 Glycémie.....................................................................................................153
12.6 Cholestérol...............................................................................................153
12.7 Vitesse de sédimentation.............................................................154
12.8 Les analyses de sang et leurs normes............................... 155
12.8.1 La numération formule sanguine......................................................... 155
12.8.2 L’ionogramme sanguin................................................................................156
12.8.3 La coagulation..................................................................................................156
12.8.4 L’infectiologie.......................................................................................................157
12.8.5 La fonction cardiaque..................................................................................157
12.8.6 La fonction hépatique.................................................................................157
12.8.7 La fonction pancréatique......................................................................... 158
12.8.8 La fonction rénale........................................................................................... 158
12.8.9 La fonction thyroïdienne........................................................................... 158
12.8.10 Les gaz du sang............................................................................................. 159
12.8.11 Le bilan glycémique...................................................................................... 159
12.8.12 Le bilan lipidique............................................................................................ 159

Réponses aux tests de connaissances......162

13
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON a
L’hygiène de vie

14
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
L’hygiène de vie
1.1 L’HYGIÈNE CORPORELLE............................................................... 16
1.1.1 La peau ......................................................................................................................... 16
1.1.2 Le corps ....................................................................................................................... 19
1.1.3 La bouche et les dents.....................................................................................20

1.2 LE SOMMEIL................................................................................................22
1.2.1 Définition......................................................................................................................22
1.2.2  Âge et sommeil.......................................................................................................23
1.2.3 Troubles du sommeil............................................................................................23
1.2.4 Conseils d’hygiène pour avoir un bon sommeil ......................... 24

1.3 L’ ACTIVITÉ PHYSIQUE........................................................................ 24

1.4 L’HABITAT : LIEU DE PROTECTION ET DE BIEN-ÊTRE......25


1.4.1 Aération et ventilation.......................................................................................25
1.4.2 Le chauffage............................................................................................................ 26
1.4.3 La lumière naturelle ou artificielle.............................................................27
1.4.4 L’équipement sanitaire......................................................................................27

TEST DE CONNAISSANCES 1................................................................. 28

15
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon a
L’hygiène de vie…
… se définit comme étant un ensemble de pratiques et de principes ten-
dant à préserver et à améliorer la santé.

Une bonne hygiène de vie nécessite :


◗◗ une certaine protection physiologique ;
◗◗ de respecter les rythmes biologiques (sommeil) ;
◗◗ de pratiquer une activité physique ;
◗◗ d’avoir un environnement satisfaisant (habitat) ;
◗◗ et d’avoir une alimentation équilibrée.
[ Remarque : la partie alimentation sera étudiée dans la leçon suivante. ]

1.1 L’hygiène corporelle


1.1.1 La peau
a] Structure de la peau
La peau est une membrane d’aspect souple et résistant. Elle est élas-
tique et se plisse facilement. Elle recouvre totalement notre corps et
elle est prolongée par des muqueuses au niveau des orifices naturels
(narines, bouche, anus,...).
Elle comprend :
◗◗ l’épiderme : il est formé de 4 à 5 couches de cellules superposées, et soli-
dement amarrées entre elles ; elles constituent en surface la couche cornée
qui contient une substance très résistante, la kératine, riche en soufre. Cette
couche cornée forme une barrière de protection sur toute la surface de notre
corps ; elle se renouvelle en permanence à partir des cellules de la base de
l’épiderme. Il faut environ 3 semaines pour qu’une cellule de la couche basale
arrive à la couche cornée, où elle va mourir et tomber ; cette élimination est
appelée desquamation. Dans la couche profonde de l’épiderme se trouvent
aussi d’autres cellules, qui fabriquent un pigment, la mélanine, élément essen-
tiel de protection de la peau contre le rayonnement solaire. On trouve aussi
dans l’épiderme, les cellules de Langerhans, agents de la reconnaissance
des antigènes, contribuant à la défense du revêtement cutané contre les
divers facteurs d’agression : microbes, virus… ;
◗◗ le derme : il nourrit et soutient l’épiderme. Il est formé d’un réseau dense de
fibres entrecroisées, fibres collagènes d’une part, qui confèrent au derme sa
16
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’hygiène de vie

résistance aux forces de pression, fibres élastiques d’autre part, qui donnent
à la peau son élasticité. Le derme est richement vascularisé, par un réseau de
vaisseaux sanguins qui nourrissent l’épiderme et assurent les échanges ther-
miques entre l’organisme et le milieu extérieur. Le derme contient aussi un
réseau nerveux composé de fibres sensitives ; elles font de la peau un organe
sensoriel majeur, sensible au toucher, à la chaleur, à la pression, à la douleur.
On y trouve aussi des cellules immunitaires ;
◗◗ l’hypoderme : situé au-dessous du derme, il est formé de cellules graisseuses.
Il amortit les pressions exercées sur la peau, contribue à protéger les organes
profonds. Il représente aussi une réserve d’énergie pour l’organisme.
Pore
Couche cornée
Épiderme

Poil

Couche basale

Papille sensitive Muscle horripilateur


du derme
Derme

Glande sébacée

Graisse
sous-cutanée Glande sudoripare
Hypoderme

Vaisseaux sanguins
Artère

Veine

La peau comporte aussi des structures annexes :


◗◗ les ongles sont formés d’une kératine très dure, protégeant les extrémités des
mains et des pieds. Leur croissance se fait à partir de la matrice de l’ongle ;
elle est ininterrompue, mais lente ; il faut 6 mois environ pour remplacer un
ongle de la main, et de 1 an à 18 mois pour la repousse de l’ongle du gros orteil ;
◗◗ les poils, également riches en kératine, sont formés de 2 parties : la racine,
implantée dans une petite cavité appelée follicule, située dans le derme, et une
partie extérieure visible, la tige. Chaque poil évolue pour son propre compte,
indépendamment des autres. Il passe par 3 phases : croissance, repos et expul-
sion ;
◗◗ Les cheveux sont formés de 100 000 à 150 000 follicules pileux. Leur nombre
est définitivement fixé à la naissance. Leur durée de croissance est d’environ
2 ans et demi.
17
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Des millions de glandes parsèment la surface du corps :
◗◗ les glandes de la sueur, dites sudoripares, sont très développées chez
l’homme ; elles lui permettent d’évacuer l’excès de chaleur, et de maintenir
constante la température du corps, autour de 37°. Nous pouvons ainsi éliminer
jusqu’à 10 litres de sueur par jour, dans des conditions climatiques extrêmes, et
devons les compenser alors par une quantité équivalente de boisson aqueuse.
Il est donc très important, lorsque notre corps est exposé à de très fortes
chaleurs, de veiller à éviter tout ce qui peut gêner l’évaporation de la sueur :
humidité, dépôt de sel sur la peau, port d’un vêtement imperméable ;
◗◗ les glandes sébacées sécrètent une substance grasse, le sébum, qui forme
un film imperméable à la surface de l’épiderme ; elles sont logées auprès des
follicules pileux, formant l’appareil pilo-sébacé.
b] Fonctions de la peau
La peau exerce d’abord une fonction protectrice, vis-à-vis des :
◗◗ agressions mécaniques, la peau assure une protection souple et efficace ;
◗◗ agressions chimiques, la couche cornée et le film formé par la sueur et le
sébum font barrière, mais cette barrière n’est pas infranchissable. Certains
produits peuvent pénétrer lentement à travers la peau pour gagner la circu-
lation générale ;
◗◗ microbes, la défense de la peau est assurée par la couche cornée, les cel-
lules immunitaires du derme, et aussi par la flore microbienne normale qui
existe à la surface de la peau. Cette flore, dite saprophyte, s’oppose au déve-
loppement de la flore dite pathogène, c’est-à-dire génératrice de maladies
(streptocoque, staphylocoque doré…). Cette flore normale doit donc être res-
pectée. L’emploi de produits antiseptiques pour la toilette quotidienne est
déconseillé ;
◗◗ rayons du soleil, la peau bénéficie de la double protection de la couche cor-
née, qui s’épaissit, et de la mélanine, dont la sécrétion augmente.
La peau est un organe essentiel de la régulation thermique. Elle contribue effi-
cacement au maintien de la température constante de notre corps.

Contre le chaud, l’évacuation de l’excès de chaleur est assurée par la dilatation


active des petits vaisseaux du derme, et par la sudation.

Contre le froid, le resserrement des petits vaisseaux de la peau, le coussin


graisseux de l’hypoderme, la contraction des muscles horripilateurs des poils
(« chair de poule ») s’opposent au refroidissement de l’organisme.

18
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’hygiène de vie

La peau, par sa richesse en fibres sensitives, informe l’organisme sur 4 grands


groupes de sensations :
◗◗ le toucher ;
◗◗ la douleur ;
◗◗ la température ;
◗◗ la pression.
c] Hygiène de la peau
L’ hygiène de la peau consiste à se laver
chaque jour à l’eau et au savon. L’eau
élimine les impuretés et une partie des
microbes présents à la surface de la peau.
Dans la majorité des cas, la bonne tempéra-
ture de l’eau se situe autour de 35°.

On utilisera de préférence des savons simples, de


type savon de Marseille. Une douche ou un bain
quotidien sont recommandés.
La toilette du corps comporte 3 temps :
◗◗ lavage à l’eau et au savon des différentes parties du corps, y compris la toilette
intime ;
◗◗ rinçage soigneux de la peau ;
◗◗ séchage minutieux, à l’aide de serviettes sèches, en insistant sur les régions
des plis.
d] Les infections de la peau
La saleté conduit à l’infection, elle est source de maladies et de mauvaises
odeurs. La peau peut véhiculer un certain nombre de microbes tels que bac-
téries, champignons microscopiques, virus, parasites, d’où l’importance d’une
hygiène rigoureuse.

1.1.2 Le corps
a] Les oreilles
Les oreilles doivent être nettoyées très régulièrement afin d’éviter l’accumulation
de cérumen. Mais attention, le cérumen protège également le conduit auditif.
Il faut éviter d’utiliser des cotons-tiges trop souvent car ils ont tendance à re-
pousser le cérumen au fond de l’oreille et à provoquer des otites.
Outre l’hygiène, il faut également éviter la fatigue auditive, conséquence des
bruits intenses et continus (ex : utilisation de baladeurs avec un son trop fort).
19
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
b] Les mains
◗◗ Les mains doivent être lavées soigneusement, à l’eau et au savon, avant
tous les repas mais aussi après avoir utilisé les toilettes. On veillera au
séchage des mains avec une serviette propre et sèche.
◗◗ Les ongles seront coupés régulièrement ; ils seront débarrassés de leurs
impuretés et brossés avec soins.
c] Les organes génitaux
Ils ont besoin de soins rigoureux car ils sont le siège de proliférations micro-
biennes comme les candidas (champignons microscopiques proliférant en mi-
lieu humide, chaud et acide) et autres bactéries (streptocoques). Il ne faut pas
oublier que l’hygiène intervient également dans la prévention des infections et
des infections sexuellement transmissibles (IST).

Les organes génitaux sont entourés de glandes dont les sécrétions non élimi-
nées peuvent devenir malodorantes, d’où la nécessité d’un lavage soigneux.
L’anus, région fort peu stérile, doit être quotidiennement nettoyé.

d] Les pieds
La toilette des pieds sera effectuée au moins une fois par jour, de préférence
le soir, à l’eau chaude et au savon ; le rinçage sera fait à l’eau tiède ou froide.
Le séchage des pieds sera particulièrement minutieux. Il ne faut laisser
aucune trace d’humidité entre les orteils et sous les orteils si l’on veut éviter
les mycoses rebelles.

1.1.3 La bouche et les dents

La carie dentaire est un véritable fléau. La carie est


due au développement de la plaque dentaire. Celle-
ci est un enduit mou, collant, constitué de débris ali-
mentaires, de tartre calcaire et de produits salivaires.
Elle se développe dans les espaces entre les dents,
et au niveau du sillon dentaire, à la lisière de la dent
et de la gencive. La plaque dentaire s’imprègne de
sucre. Elle représente un milieu privilégié pour le dé-
veloppement des microbes, en particulier des strep-
tocoques. Elle se développe donc d’autant mieux
que des produits sucrés s’accumulent sur place.

20
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’hygiène de vie

◗◗Stade 1 : ◗◗Stade 2 : la dentine est agressée.


destruction de l’émail, pas de Moins dure que l’émail, elle laissera
douleur. la maladie s’étendre profondément.
Le chaud, le froid, le sucré et l’acide
peuvent provoquer la douleur.

◗◗Stade 3 : l’invasion bactérienne ◗◗Stade 4 : La prolifération bacté-


progresse et attaque la pulpe. rienne progresse vers les tissus qui
De violentes douleurs sponta- environnent la dent (ligament, os, gen-
nées apparaissent, c’est la rage cive) : c’est l’abcès dentaire. Ce foyer
de dents. infectieux peut être à l’origine de la
pathologie à distance : les microbes
peuvent migrer par voie sanguine dans
tout l’organisme, le cœur, les reins, les
yeux, les articulations…

Il faut retenir que, sans traitement, le processus carieux évolue toujours. Il n’y a
pas de guérison ni d’arrêt spontané de la maladie.
À l’origine de la carie et de la plaque dentaire, se trouve un manque
d’hygiène bucco-dentaire. Il est donc indispensable, pour chacun
d’entre nous, de bien connaître les règles d’ hygiène dentaire, de les
respecter, et de les enseigner aux enfants dès le plus jeune âge.
L’hygiène dentaire consiste à :
◗◗ se brosser les dents : après les repas, au moins
2 fois par jour, le matin après le petit-déjeuner et
le soir avant le coucher. Le brossage du soir est
le plus important, car c’est la nuit que les rési-
dus alimentaires, la salive et les sucres stagnent
le plus autour des dents. La brosse à dents doit
être personnelle. Il est préférable d’utiliser une
brosse à poils synthétiques, souples et fermes à extrémités arrondies ;
absorber régulièrement du fluor dès le plus jeune âge car celui-ci est un
composant des tissus durs dans l’organisme et est donc indispensable à une
bonne dentition. Aujourd’hui, beaucoup de dentifrices en contiennent ;
◗◗ réduire les excès de sucre, notamment les sucres à base de saccharose, qui
constituent un milieu privilégié pour le développement de la plaque dentaire.
Il faut connaître, à cet égard, le risque notamment chez les enfants, de l’abus
des boissons sucrées et des bonbons consommés en grande quantité tout au
long de la journée ;
21
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
◗◗ consulter régulièrement le dentiste : au moins 1 fois par an, et traiter les
caries dès le début. Le contrôle régulier doit être effectué dès l’âge de 5 ans.
La femme enceinte, la femme qui allaite, est plus vulnérable et doit consulter
plus fréquemment.

1.2 le sommeil
1.2.1 Définition
C’est un état physiologiquement normal qui se ca-
ractérise périodiquement par une suspension de la
conscience, des muscles au repos, un ralentissement
de la circulation, de la respiration et par l’activité
onirique (les rêves).

Cet état permet à l’organisme de récupérer sa valeur


fonctionnelle diminuée par la fatigue. La fatigue est une
sensation de malaise et s’accompagne d’une diminution de
la capacité de travail. Certains facteurs aggravent la sensa-
tion de fatigue : l’effort soutenu, le manque d’air dans une
pièce, le manque d’entraînement… Pour combattre cet état
de fatigue, il faut un sommeil d’environ 8 heures (durée va-
riable en fonction des personnes).

Le sommeil est divisé en 5 stades : 2 stades de sommeil léger (1 et 2), 2 stades


de sommeil profond (3 et 4) et 1 stade de sommeil paradoxal. Dans ce dernier,
prédominent les rêves s’accompagnant de mouvements des globes oculaires.

Durant notre sommeil, surviennent de grandes différences dans le fonctionne-


ment de notre corps. L’activité de notre cerveau, notre respiration, notre rythme
cardiaque, notre tension artérielle, notre température corporelle… Tout se mo-
difie.

Au début, notre sommeil est léger, l’activité de notre cerveau se ralentit mais
nous sommes encore très réceptifs au bruit et à tout ce qui peut perturber
notre sommeil. Nous appelons ce sommeil le sommeil léger.

Puis, progressivement, nous nous coupons de plus en plus du monde extérieur.


L’activité de notre cerveau se ralentit toujours plus. C’est ce que nous appelons
le sommeil profond. Ce sommeil est indispensable à la récupération de notre
fatigue physique.

22
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’hygiène de vie

Toutes les 90 minutes environ, survient un type de sommeil particulier, que


nous appelons le sommeil paradoxal. En effet, l’activité de notre cerveau y est
intense mais notre sommeil est très profond et notre corps presque totalement
paralysé. C’est le moment des rêves et nous y récupérons toute la tension ner-
veuse de notre journée précédente.

La fin d’un cycle de sommeil est marquée par le sommeil paradoxal, puis nous
replongeons dans un nouveau cycle de sommeil, ou bien nous nous réveillons,
après une petite période intermédiaire de sommeil lent léger. En effet, le som-
meil lent profond prédomine en début de nuit et le sommeil paradoxal est plus
long, plus important en fin de nuit, au petit matin.

1.2.2 Âge et sommeil


Comme il est indiqué ci-dessus, la durée de sommeil est variable d’une personne
à une autre :
◗◗ un nouveau-né dort en moyenne 16 à 18 heures ;
◗◗ un enfant d’un an dort 11 à 12 heures la nuit plus une sieste de 3 heures dans
la journée ;
◗◗ les enfants en âge scolaire dorment environ 10 heures ;
◗◗ les adultes ont besoin de 6 à 8 heures de sommeil ;
◗◗ les personnes âgées font des nuits plus courtes mais font des siestes dans
la journée.

1.2.3 Troubles du sommeil


les insomnies : elles touchent 10 % de la population. Les femmes et les
personnes âgées sont les plus concernées.
On regroupe :
◗◗ les insomnies occasionnelles liées à des événements particuliers tels que
décès, soucis de famille, problèmes professionnels… Elles gênent particulière-
ment l’endormissement ;
◗◗ les insomnies durables souvent dues aux symptômes d’une maladie grave
(ex : dépression nerveuse). Elles gênent l’endormissement mais se manifestent
également dans la deuxième partie de la nuit. Dans tous les cas, il ne faut
jamais laisser s’installer une insomnie et consulter rapidement un médecin ;

23
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
◗◗ le ronflement : il touche 80 % des hommes et 50 % des femmes. Provoqué
par des vibrations des voiles du palais, il entraîne un bruit pouvant atteindre
70 dB, de l’apnée du sommeil (arrêt respiratoire de 40 secondes à 1 minute)
et des troubles (réveil) ;
◗◗ le somnambulisme : c’est une anomalie souvent hérédi-
taire. Le dormeur se lève et se déplace. Lorsqu’un enfant
fait du somnambulisme, il faut le réveiller doucement
puis le recoucher. Si les crises se répètent plusieurs fois
par semaine, des médicaments peuvent être prescrits.

1.2.4 Conseils d’hygiène pour avoir un bon sommeil


◗◗ Ne pas consommer d’excitants après 17 heures et préférer un repas léger le soir.
◗◗ Se coucher à heure fixe ou quand surviennent les premiers signes du sommeil
(bâillements), sinon il faudra attendre le prochain cycle.
◗◗ Dormir dans une pièce calme, obscure et aérée, ni trop chaude, ni trop froide.
◗◗ Avoir une literie de qualité.

1.3 l’ activité physique


L’activité physique est l’élément essentiel au développement
harmonieux de l’organisme et au maintien d’un bon état
de santé. Chaque individu doit adapter l’activité phy-
sique à sa morphologie, son âge, son activité et son état
de santé.

L’homme doit se sentir bien physiquement. Il doit


protéger son corps de toutes les agressions
externes. La peau doit être toujours propre.
Le port des vêtements aide à lutter contre
le froid excessif, la chaleur, l’humidité et
les autres agressions.

L’activité physique permet un équilibre physique, mais aussi mental.


Le sport entraîne une libération d’énergie. Le sport augmente la fabrication
d’endorphine. Cette dernière provoque la sensation de bien-être et diminue le
stress.

Par la pratique d’un exercice physique, l’organisme développe diverses fonctions.

24
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’hygiène de vie

Cela permet :
◗◗ d’améliorer, par entraînement, le rendement du travail musculaire (moins
de calories dépensées pour un travail équivalent) ;
◗◗ de favoriser les fonctions végétatives :
• de l’intestin : amélioration du transit (prévention de la constipation) ;
• du cœur  : amélioration du débit cardiaque, de l’accélération du rythme et dilatation
physiologique qui permet un meilleur fonctionnement de ses cavités (prévention de
l’artériosclérose ) ;
• des poumons : augmentation de la capacité vitale.

1.4 L’habitat : lieu de protection et de bien-être


Dans une habitation, il existe des facteurs qui per-
mettent aux personnes occupant les lieux d’y vivre
tout en conservant une bonne santé physique. Ces
facteurs (ventilation, lumière, chauffage) consti-
tuent la salubrité de l’ habitat.

1.4.1 Aération et ventilation


◗◗L’aération est le fait d’évacuer l’air intérieur et de faire
entrer l’air extérieur.
◗◗La ventilation assure la circulation de l’air et sa distribu-
tion dans les locaux.
Le maintien d’une atmosphère satisfaisante dans un local
dépend du cubage de ce local et du nombre de m3 par
occupant, et du renouvellement de l’air (aération).
Le confinement par manque d’aération dépend de la température, du degré
hygrométrique, de la viciation bactériologique*, de la pollution par le CO2 expiré
par l’homme (21 litres par heure), et éventuellement par le CO2 des appareils de
chauffage.
L’architecte doit fixer le cubage, par exemple 10 m3 par heure et par individu.
La ventilation a pour objet de renouveler l’atmosphère. L’air nouveau doit
maintenir une température (de 18 à 20 °C) et un degré hygrométrique (environ
50 %) satisfaisants. L’air doit être chimiquement et microbiologiquement pur.

VICIATION BACTÉRIOLOGIQUE : Action de polluer d’altérer l’air par les bactéries

25
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Selon la législation, la circulation de l’air doit se faire des pièces principales (sé-
jour, chambre) vers les pièces de services (salle de bains, cuisine). Il est donc
nécessaire de prévoir des entrées d’air dans toutes les pièces principales. La
vitesse ne doit pas être trop importante, sinon il y a risque de courant d’air.

Le renouvellement d’air est indispensable. Pourquoi ?


Au niveau de l’organisme, il se produit des échanges entre le corps et l’air
(O2 - CO2 ). La présence d’appareils de chauffage provoque un dégagement
de chaleur qui permet d’échauffer l’air, un dégagement de CO2 , de vapeurs di-
verses, de gaz qui dépendent des combustibles utilisés. Les pratiques culinaires
entraînent parfois un dégagement d’odeurs désagréables (graisses brûlées).

Il faut donc aérer chaque jour toutes les pièces et passer régulièrement
l’aspirateur : c’est un bon moyen de lutte contre les acariens.
Il faut également éviter d’obstruer les conduits d’aération, cela limite les
conséquences néfastes dues à l’humidité.

1.4.2 Le chauffage
Son rôle est de :
◗◗ maintenir une température optimale ;
◗◗ maintenir un degré hygrométrique correct ;
◗◗ répartir la chaleur uniformément ;
◗◗ prévenir tout danger d’intoxication ;
◗◗ fournir un rendement économique favorable.

Pour de meilleures conditions de chauffage, certaines mesures sont à prendre :


◗◗ éviter la déperdition de chaleur : murs épais ou doubles parois, matériaux de
construction mauvais conducteurs de chaleur ;
◗◗ orienter la maison (à la construction) de façon à ce qu’elle bénéficie du soleil ;
◗◗ utiliser des doubles vitrages et des joints étanches.

26
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’hygiène de vie

1.4.3 La lumière naturelle ou artificielle


En matière de travail, un bon éclairage améliore le rendement, dimi-
nue la fatigue et réduit le nombre des accidents.

a] Éclairage naturel (lumière du jour)


L’intensité lumineuse dépend de nombreux facteurs qui sont déterminés par la
construction :
◗◗ espacement des maisons ;
◗◗ orientation des bâtiments ;
◗◗ largeur des rues ;
◗◗ maximum de fenêtres vers le sud, grandeur des fenêtres ;
◗◗ couleurs claires des murs qui favorisent la réflexion de la lumière.

b] Éclairage artificiel
C’est l’éclairage complémentaire du jour et l’éclai-
rage de nuit.
Cet éclairage doit :
◗◗se rapprocher le plus possible de la lumière naturelle,
◗◗être adapté au travail effectué. Il faut davantage de
lumière pour des travaux de couture que pour emballer
des livres ;
◗◗être bien réparti dans la pièce et venir de la gauche pour
les droitiers ;
◗◗être le résultat d’une lumière stable dans le temps et
uniforme dans l’espace.

L’électricité est susceptible de satisfaire toutes les condi-


tions d’un bon éclairage.

1.4.4 L’équipement sanitaire


Ce sont les appareils (évier, baignoire, lavabo, douche) permettant
l’évacuation des eaux usées de l’habitation. Ces appareils peuvent contenir
des micro-organismes pathogènes (micro-organismes fécaux). Il faut donc
régulièrement désinfecter les appareils sanitaires avec de l’eau de javel ou
autres désinfectants.

27
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 1)
1. La peau est composée de 3 couches. Lesquelles ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

2. Les glandes de la sueur permettent d’évacuer l’excès de :


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

3. Qu’est-ce qu’une flore pathogène ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. À quel stade de la carie dentaire observe-t-on des rages de dents ?
❏❏ stade 1
❏❏ stade 2
❏❏ stade 3
❏❏ stade 4

5. Le sommeil paradoxal est un sommeil :


❏❏ léger
❏❏ profond
❏❏ très profond avec activité onirique

6. La circulation de l’air dans une habitation doit se faire :


❏❏ des pièces de services vers les pièces principales
❏❏ des pièces principales vers les pièces de services

28
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
29
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
L’alimentation

30
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
L’alimentation

2.1 DÉFINITIONS ET GÉNÉRALITÉS....................................................32


2.1.1 Fonctions des aliments.......................................................................................32
2.1.2 Valeur énergétique...............................................................................................33

2.2 LES DIFFÉRENTS COMPOSANTS ALIMENTAIRES......34


2.2.1 Les protides...............................................................................................................34
2.2.2 Les glucides.............................................................................................................. 35
2.2.3 Les lipides................................................................................................................... 35
2.2.4 Les vitamines......................................................................................................... 36
2.2.5 Les éléments minéraux....................................................................................37
2.2.6 L’eau...............................................................................................................................40

2.3 LES GROUPES ALIMENTAIRES......................................................41


2.3.1 Viandes, poissons, œufs...................................................................................41
2.3.2 Les produits laitiers............................................................................................. 42
2.3.3 Les matières grasses......................................................................................... 42
2.3.4 Les céréales et dérivés, pomme de terre, légumes secs....... 42
2.3.5 Sucres et produits sucrés.............................................................................. 42
2.3.6 Les fruits et légumes crus ou cuits......................................................... 43
2.3.7 Les boissons............................................................................................................. 43

2.4 BESOINS ET RATIONS ALIMENTAIRES................................44


2.4.1 Notions sur les besoins alimentaires....................................................44
2.4.2 Les rations selon le sexe et l’âge............................................................ 45
2.4.3 Les rations selon l’activité.............................................................................47
2.4.4 Situations particulières..................................................................................48

TEST DE CONNAISSANCES 2...............................................................50

31
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
L’alimentation
L’alimentation constitue une base essentielle à notre survie et à notre
bien-être.

2.1 Définitions et généralités


Le fait de s’alimenter assure à notre corps un apport d’énergie
nécessaire aux diverses réactions de notre métabolisme (construire,
entretenir, détruire). S’alimenter, c’est aussi une source de plaisir, de
détente, c’est en quelque sorte un anti-stress.

L’alimentation fournit des produits alimentaires complexes, composés de plu-


sieurs substances assimilables. Aussi, on désigne ces substances par le terme
de nutriment. Ces nutriments se répartissent en macro-nutriments (protides,
glucides, lipides) et en micro-nutriments (éléments minéraux, vitamines, eau).

2.1.1 Fonctions des aliments


Fonction énergétique
Ces aliments sont destinés à être transformés par l’organisme, en énergie,
sous forme de kilocalories (ou kilojoules).
L’énergie est nécessaire pour couvrir les besoins liés à la thermorégu-
lation (maintien de la température du corps), à l’acte alimentaire (la di-
gestion demande de l’énergie), aux dépenses de base (cœur, circulation,
respiration). Les éléments classifiés comme énergétiques sont les glucides,
les lipides, et les protides.

Fonction plastique
Ces aliments participent à l’élaboration de la nouvelle matière vivante,
c’est-à-dire au remplacement des cellules usées de l’épiderme, du tissu osseux,
du sang et aussi à la cicatrisation des plaies.
L’eau, les sels minéraux et surtout les protides ont une fonction plastique.
Les lipides jouent également un rôle plastique non négligeable.
Aux éléments plastiques, on peut ajouter des éléments dits « fonctionnels » tels
que les vitamines.
[ Remarque : on peut classer les protides comme des nutriments à fonction
plastico-énergétique puisqu’ils ont les 2 fonctions. ]

32
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

Rôle fonctionnel
Certaines substances interviennent uniquement dans le fonctionnement
de l’organisme, soit en favorisant des réactions chimiques, soit en intervenant
dans le fonctionnement direct d’un organe. C’est surtout le cas des vitamines
et des substances minérales.
La matière vivante est formée de substances chimiques qui, lorsqu’elles ne sont
pas synthétisées par l’organisme, doivent être apportées par l’alimentation.

On y trouve :
◗◗ les aliments de nature organique, qui sont élaborés par les êtres vivants. Ils
sont composés de substances complètes formées de carbone, d’hydrogène
et d’oxygène ;
◗◗ les aliments de nature minérale, qui se rencontrent aussi bien dans le monde
inerte que dans le monde vivant. On y trouve l’eau et les sels minéraux.

2.1.2 Valeur énergétique


L’alimentation est une source d’énergie.
Pour connaître la valeur énergétique d’un aliment,
il suffit de connaître sa composition.
En effet, la combustion dans l’organisme de :
◗◗ 1 g de glucides...................libère 17 kilojoules ;
◗◗ 1 g de protides...................libère 17 kilojoules ;
◗◗ 1 g de lipides........................libère 38 kilojoules ;
◗◗ 1 g d’alcool............................libère 29 kilojoules.

[ Remarque : L’énergie, ou valeur énergétique peut être exprimée


en Kilocalories (Kcal) et en kilojoules (kJ), de la façon suivante :
1 kilocalorie = 4,184 kilojoules. ]

Il est impossible de couvrir tous les besoins énergétiques par de quel-


conques quantités de chacun de ces éléments nutritifs :
◗◗ parce que pour être utilisables par les cellules, ils doivent subir des
modifications chimiques qui demandent elles-mêmes une certaine quan-
tité d’énergie, variable suivant la catégorie ;
◗◗ à cause du rôle fonctionnel que jouent les mêmes éléments, il existe une
quantité minimum de chacun d’eux et une proportion entre eux qu’il faut
respecter.
33
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
2.2 Les différents composants alimentaires
Les différents composants alimentaires constituent les nutriments. On
désigne sous le terme de nutriment, une substance alimentaire pou-
vant être assimilée directement ou indirectement par le métabolisme*.
Le terme « micronutriment » regroupe les vitamines et les oligo-éléments.
Le terme « macronutriment » regroupe les glucides, protides et lipides.
MÉTABOLISME : c’est l’ensemble des réactions chimiques dont la matière vivante est le siège. Ces réactions « transforment
les substances complexes en substances plus simples : ce sont les dégradations, libératrices d’énergie, ou transforment les
substances simples en substances plus complexes : ce sont les synthèses. »

2.2.1 Les protides


La famille des protides regroupe les acides aminés, les peptides (moins
de 100 acides aminés) et les protéines (plus de 100 acides aminés).
Les acides aminés doivent leur nom à leur substance chimique. Ils
contiennent tous un groupe chimique appelé amine (NH2 ).

Les acides aminés sont indispensables à la vie. Toute carence de l’un ou de


l’autre acide aminé provoque de graves maladies. Il y a dans la nature une ving-
taine d’acides aminés dont 8 sont dits « essentiels », car l’organisme humain
ne peut les fabriquer.
Les substances indispensables sont les suivantes : isoleucine, leucine, lysine, mé-
thionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane, valine.

On détermine la valeur d’une protéine suivant sa teneur en ces 8 acides aminés.


Une protéine a :
◗◗ une haute valeur biologique si elle contient les 8 acides aminés en pro-
portions adéquates. On trouve ces protéines surtout dans le règne animal
(viande, lait, poisson) ;
◗◗ une basse valeur biologique lorsqu’elle ne contient pas les 8 acides aminés
essentiels ou en proportions non adéquates.

34
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

2.2.2 Les glucides


Les glucides comportent :
◗◗ des sucres simples comme le glucose, qui est
facilement assimilable. On les trouve essen-
tiellement dans les fruits, certains légumes,
dans le lait, et de plus en plus fréquemment
dans les aliments préparés industriellement ;
◗◗ des sucres complexes comme l’amidon, que
l’on trouve dans la farine, le riz, la pomme de
terre...

Les glucides sont les principaux aliments énergétiques.

Ils ne peuvent servir dans l’organisme qu’à deux fins :


◗◗ ils sont brûlés complètement. Leur combustion libère de grandes quantités
d’énergie calorique ;
◗◗ ils sont mis en réserve et stockés, soit par le foie ou les muscles sous formede
glycogène, soit au sein des tissus sous forme de lipides.

Dans les pays jouissant d’un niveau de vie élevé, où l’activité physique est
réduite, c’est la richesse en glucides qui est le principal facteur de surcharge
pondérale (obésité).

2.2.3 Les lipides


Ils sont constitués d’acides gras. Les propriétés physiques et nutri-
tionnelles des lipides dépendent de la nature des acides gras.

Les lipides constituent une forme de stockage d’énergie calorique importante.


Contrairement aux glucides qui sont assimilés directement, les lipides ont pour
destinée première d’être stockés dans le tissu adipeux sous forme de trigly-
cérides, constituant des réserves qui ne sont utilisées à des fins énergétiques
qu’en cas d’insuffisance d’apport alimentaire.

Les lipides alimentaires proviennent :


◗◗ des animaux : lait, beurre, fromage, saindoux, lard...
◗◗ des végétaux : arachide, olive, tournesol, huile, noix, amandes...

35
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Les lipides sont les seuls à véhiculer certaines vitamines dites pour cela liposo-
lubles (vitamine A, D, E, K). Un gramme de lipides fournit 38 kJ.

2.2.4 Les vitamines


◗◗ Elles sont des substances organiques dont l’organisme ne peut pas faire la
synthèse.
◗◗ Elles sont nécessaires au fonctionnement et à la croissance.
◗◗ Elles sont efficaces à très faible dose.
◗◗ Elles sont dépourvues de valeur énergétique mais possèdent un rôle fonc-
tionnel important.
◗◗ Elles sont normalement présentes en très faible quantité dans les aliments.
◗◗ Elles sont indispensables au métabolisme.

Il y a 13 groupes de vitamines mais les plus courantes sont les groupes A, B, C,


D, E, K. ON LES CLASSE SELON LEUR SOLUBILITÉ :
◗◗ les liposolubles, elles sont solubles dans les graisses. Ce sont les vitamines
A, D, E, K.
◗◗ les hydrosolubles, elles sont solubles dans l’eau. Ce sont les vitamines B et C.
Vitamines Remarques Où les trouver ? Leur rôle
- viande (abats)
Une carence entraîne un - lait - Protège contre l’infection,
A arrêt progressif de la - œufs - À une action sur la croissance.
croissance - foie
Les rayons du soleil - jaune d’œuf Vitamine qui assure une crois-
D favorisent le développe- - poisson sance normale (antirachitique).
ment de cette vitamine - beurre
- céréales
- salade verte Permets la croissance normale
E Antioxydant - foie du fœtus.
- huiles végétales
- légumes verts
Une carence entraîne des - foie
K troubles hémorragiques - poisson Favorise la coagulation du sang.
- fromage
- Viandes La B12 est :
Un manque se traduit par - Levures - indispensable à la constitution
B des troubles nerveux et - céréales des globules rouges,
cardiaques - noix, arachides - nécessaire à la vie des cellules.
La plus fragile de toute : Dans tous les végétaux - indispensable à tout effort
musculaire,
C elle est sensible à l’air, à la frais (agrumes, fruits frais,
- a un pouvoir anti-infectieux,
chaleur et à la lumière. légumes verts) réparateur de tissus.

36
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

2.2.5 Les éléments minéraux


On les trouve dans l’organisme sous différentes formes.
On les divise en deux grandes catégories : macro-éléments (en quanti-
té notable dans l’organisme) et les micro-éléments ou sels minéraux ou
oligo-éléments (en petites quantités, souvent à l’état de traces).

Ce tableau constitue l’apport journalier de tous les éléments minéraux.


Il est à titre indicatif. Si on a une alimentation variée, les apports sont suffisants.
Macro-éléments Apport Micro-éléments Apport
10 mg pour l’homme, 18 mg pour
Sodium 2 000 à 5 000 mg Fer
la femme
Potassium 2 000 à 4 000 mg Zinc 15 mg
Soufre 1 200 mg Iode 0,12 mg
Phosphore 1 000 mg Cuivre 0,002 mg
Calcium 800 mg Fluor - chrome
Magnésium 350 mg Or, argent

Les macro-éléments
Le calcium
Symbole chimique : Ca.
◗◗ C’est le principal constituant minéral du squelette, et l’organisme humain
adulte en contient environ 1,500 kg sous forme de phosphate de calcium.
◗◗ Son apport alimentaire est donc extrêmement important au cours de la crois-
sance, période où le squelette se charge progressivement en calcium ; il ne
l’est pas moins chez l’adulte, où il intervient dans le renouvellement constant
du tissu osseux.
◗◗ Certains végétaux apportent du calcium, mais la principale source alimen-
taire reste le lait et ses dérivés d’où l’importance de l’apport de lait dans
l’enfance et l’adolescence. Si un régime excluant les laitages vient à être ins-
titué durant ces périodes, le sujet devra recevoir un supplément de Ca sous
forme de sels divers.
◗◗ Le lait de la femme en contient une quantité importante ; le régime de la mère
qui allaite doit donc être supplémenté en Ca.
◗◗ En revanche, au cours de la grossesse, les besoins maternels en Ca sont
parfaitement couverts par une alimentation normale, le squelette du fœtus
n’étant pour ainsi dire pas calcifié.

37
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Il faut mentionner ici le rôle fondamental de la Vitamine D dans l’absorption du
Ca et dans sa fixation osseuse.

Le phosphore
Symbole chimique : P.
◗◗ Le phosphore est également un constituant de structure fondamental de l’or-
ganisme. Il entre dans la composition du squelette (phosphate de calcium).
◗◗ Le phosphore joue un rôle important aussi dans le maintien de l’équilibre aci-
do-basique et au niveau du système nerveux central. Du fait de la répartition
généreuse du phosphore dans l’alimentation, il est exceptionnel qu’un régime
soit carencé en phosphore.

Le sodium
Symbole chimique : Na.
◗◗ On en consomme 15 g par jour alors que les besoins réels sont entre 2 et 5 g
par jour.
◗◗ L’équilibre du milieu intérieur (c’est-à-dire l’intérieur de chaque cellule de l’or-
ganisme) par rapport au milieu extérieur (c’est-à-dire, tout ce qui est extérieur
aux cellules) dépend des minéraux. Le sodium est un élément capital pour le
maintien de l’équilibre des différents secteurs liquidiens du milieu intérieur.
◗◗ Dans l’organisme, il est concentré presque exclusivement dans le secteur
extra-cellulaire (environ 90 %) ; le taux doit être maintenu remarquablement
fixe sous peine de voir survenir, en cas de perte excessive, une déshydratation
et, en cas d’apport excessif ou surtout d’élimination insuffisante, des œdèmes.
◗◗ Les deux principales voies d’élimination du sodium sont les reins et les
glandes sudoripares. Deux mécanismes de régulation régissent l’élimination
rénale de telle façon qu’en cas de besoin, les pertes urinaires en Na soient
pratiquement nulles.
◗◗ Mais il n’en est pas de même de l’élimination des glandes sudori-
pares. C’est pourquoi, dans les pays chauds, où la température entraîne
une abondante sudation, un apport supplémentaire de sodium est indis-
pensable.
◗◗ Toutefois, la quantité de sodium apportée par une alimentation
moyenne ordinaire en produits naturels est insuffisante. Elle doit être
complétée par un apport supplémentaire, non exagéré de chlorure de
sodium, c’est-à-dire le sel de table.

38
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

[ Remarque : aujourd’hui, on constate une augmentation importante de la quan-


tité de sodium dans notre alimentation due à une nourriture trop salée (plats
préparés, conserves… ). ]

Le potassium
Symbole chimique : K.
◗◗ C’est, immédiatement après le sodium, l’élément indispensable à l’équilibre
du milieu intérieur.
◗◗ Contrairement à celle du sodium, sa distribution dans l’organisme est en
quasi-totalité intracellulaire : son taux est particulièrement élevé dans les cel-
lules musculaires (muscles striés et cardiaques), les globules rouges et la
plupart des cellules viscérales.
◗◗ Non seulement, le potassium a une action essentielle dans le maintien de
l’équilibre intérieur du milieu cellulaire, mais il joue également un rôle fonda-
mental dans la contraction musculaire et dans la transmission de l’influx
nerveux.
◗◗ Il est particulièrement indispensable au bon fonctionnement cardiaque,
digestif et musculaire.
◗◗ Il est éliminé principalement par le rein, au niveau duquel il est échangé avec
le sodium, et dans les selles, d’où pertes excessives en cas de diarrhée.
◗◗ Dans les conditions normales, les aliments en procurent des quantités large-
ment suffisantes.

Les micro-éléments
Fer
Symbole chimique : Fe.
• Constituant indispensable de l’hémoglobine du sang. Élément important du
mécanisme de la respiration cellulaire. Sa carence provoque l’anémie.
Sources : jaunes d’œufs, foie, lentilles, pois secs, haricots secs, viande séchée.

Iode
Symbole chimique : I.
• Nécessaire au fonctionnement de la glande thyroïde.
Sa carence provoque le goitre simple. On appelle goitre, une augmentation de
volume de la glande thyroïde. Cette glande augmente de volume pour « pom-
per » le peu d’iode disponible.

39
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
2.2.6 L’eau
L’eau constitue 60 à 70 % du poids corporel.
Un individu qui pèse 70 kg contient 42 kg d’eau (23 kg en intracellu-
laire et 19 kg en extra-cellulaire).

Quand la déshydratation atteint 20 % de la masse d’eau, on risque la mort.

Rôle de l’eau
◗◗ Rôle de véhicule : l’eau est un solvant des glucides, de certaines protéines,
des éléments minéraux et de certaines vitamines. Elle permet le transport de
déchets tels que l’urée, l’acide urique.
◗◗ Rôle plastique : l’eau entre dans la constitution des cellules (en majorité avec
les protéines).
◗◗ Rôle d’hydrolyse et de synthèse.
◗◗ Rôle de maintien du pH neutre du milieu intérieur.

Équilibre hydrique
Sur 24 heures, on a des pertes et des apports d’eau :

Pertes Urines 1,4 litre


Matières fécales 0,1 litre
Respiration cutanée 1 litre
Expiration 0,6 litre
Apports Boissons 1 à 1,5 litre
Aliments 1 à 1,3 litre
Eau métabolique 0,3 litre

Ces chiffres peuvent être très variables :


◗◗ Diarrhée (la teneur en eau des selles peut aller jusqu’à 95 %).
◗◗ Sudation importante dans les climats chauds.

40
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

Les besoins hydriques sont :


◗◗ pour un adulte, 35 ml d’eau par kg de poids corporel ;
◗◗ pour un nourrisson, 120 ml d’eau par kg de poids corporel.

Il existe des mécanismes régulateurs : lorsque notre corps manque d’eau,


apparaît la soif, qui nous incite à boire. En outre, le rein est capable,
dans certaines limites, de s’adapter à nos apports, en concentrant ou
diluant l’urine, ce qui n’est pas le cas pour la sueur : il faut donc veiller
à boire régulièrement dans les pays chauds et au plus fort de l’été.

La consommation d’eau
Elle est en moyenne de 1,5 litre par jour. On peut aller jusqu’à 3 litres
(boissons + aliments). Il faut augmenter la consommation en cas de
fièvre, de travail musculaire important, de température élevée, d’air
sec, d’alimentation salée, de vomissements et/ou de diarrhées.

2.3 Les groupes alimentaires


Pour des raisons de commodité, les théoriciens de la nutrition classent
les aliments en 7 groupes distincts en fonction de leurs principaux
composants.

2.3.1 Viandes, poissons, œufs


Il est constitué essentiellement par des aliments protidiques qui ont
avant tout un rôle constructeur.
S’ils sont apportés en quantité suffisante, ils permettent le maintien de la
masse musculaire, le renouvellement cellulaire et hormonal. Le groupe
d’aliments apporte également des acides aminés essentiels (c’est-à-dire
qu’ils ne sont pas fabriqués par l’organisme), des vitamines (B12 - B1) et
du fer. Il faut en consommer chaque jour (une fois par jour suffit) en alter-
nant viandes, poissons, œufs. Le groupe des viandes, poissons, œufs et
le groupe des produits laitiers comprennent des aliments construc-
teurs. Ils apportent pratiquement les mêmes protéines et sont, sur
ce plan-là uniquement, interchangeables.

41
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
2.3.2 Les produits laitiers
Ce groupe d’aliments se caractérise par sa grande richesse en
protéines, en calcium, en vitamines A et D.
Ces substances ont un rôle fondamental dans la construction et la so-
lidité de l’organisme (renouvellement des cellules, fabrication des hor-
mones, des tissus musculaires et osseux). L’idéal serait de consommer
un produit laitier à chaque repas.

2.3.3 Les matières grasses


Les matières grasses apportent un maximum de calories.
C’est la principale source d’énergie de l’organisme.
Elles peuvent être :
◗◗ Visibles : huiles, margarine, beurre, crème.
◗◗ Cachées : fromage, pâtisseries, viandes grasses.

Elles contiennent des acides gras, de la


vitamine A et E.

2.3.4 Les céréales et dérivés, pomme de terre, légumes secs


Ce groupe est constitué des féculents (Pain, Pâtes, Riz, Pommes de terre...).
Les féculents sont intéressants pour leur richesse en sucres complexes (glu-
cides) qui sont assimilés plus ou moins lentement au cours de la diges-
tion, fournissant ainsi tout au long de la journée, l’énergie nécessaire
à l’organisme. Ces aliments sont aussi riches en vitamine B, en sels
minéraux (Fer, Magnésium), en protéines végétales (8 à 20 %).

2.3.5 Sucres et produits sucrés


Les produits sucrés (confiture), par leur haute teneur en sucre, apportent des
sucres simples rapidement assimilés par l’organisme.

42
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

2.3.6 Les fruits et légumes crus ou cuits


Ce groupe apporte à l’organisme « punch et vitalité ».
Les aliments apportent des minéraux et des vitamines (surtout
la C), mais également du sucre et des fibres (Pectine, Cellulose).
Ils aident à la régulation du transit intestinal.
[ Remarque  : Pour préserver la vitamine C ;
◗ ne gardez pas les légumes frais plus de 48 heures avant consommation ;
◗ épluchez les légumes et fruits juste avant la consommation ;
◗ adaptez le mode de cuisson : cuire trop longtemps détruit la vitamine C. ]

2.3.7 Les boissons


L’eau a déjà été vue précédemment.

Café et thé
Ils contiennent tous deux de la caféine.
Le café a une action favorable chez les sujets fatigués, mais pris en
excès ou trop fort chez les sujets nerveux ou irritables, il provoque
de l’agitation, des insomnies et des palpitations.
Il faut interdire le café aux sujets nerveux, hyperthyroïdiens,
tachycardiques, malades faisant des extrasystoles ou encore
porteurs d’ulcère gastrique.

Boissons alcooliques
Les boissons alcooliques proviennent essentiellement de l’action de
ferments sur le jus de fruits avec transformation de glucose en alcool.
◗◗ La bière est faiblement alcoolisée (4 à 8 %). La valeur calorique de la bière est
assez élevée (1 700 kJ au litre). Ceci explique l’obésité des grands buveurs
de bière.
◗◗ Le vin, moyennement alcoolisé (12 %), fournit 2 500 kJ au litre.
◗◗ Les boissons fortement alcoolisées proviennent de la distillation des
mélanges fermentés. Un gramme d’alcool fournit 29 kJ.
L’intoxication aiguë par l’alcool, c’est l’ivresse, avec excitation psy-
chomotrice, suivie de dépression. L’alcoolisme chronique entraîne la
déchéance physique, mentale, morale, des troubles nerveux allant
jusqu’au delirium tremens*, et la cirrhose.
DELIRIUM TREMENS : syndrome aigu et grave dû au sevrage brutal d’une personne souffrant d’alcoolisme chronique.

43
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
2.4 Besoins et rations alimentaires
2.4.1 Notions sur les besoins alimentaires
La ration alimentaire, c’est la quantité d’aliments qu’il faut consom-
mer dans la journée. On est sûr alors de couvrir tous les apports
nutritionnels correspondant aux besoins quotidiens quantitatifs mais
aussi qualitatifs :

◗◗ 15 à 20 % des kj de la ration alimen-


taire doivent être apportés par des
protéines dont 50 % de protéines
animales.
◗◗ 40 à 60 % des kJ doivent être appor-
tés par des glucides.
◗◗ 20 à 30 % des kJ doivent être appor-
tés par des lipides de provenance
animale/végétale (50 %).

Glucides rapides Lipides animaux Protides animaux


Glucides lents Lipides végétaux Protides végétaux

Les besoins alimentaires font l’objet de variations selon le poids, l’âge et


l’activité physique. Par exemple, un homme de 30 ans, pesant 70 kg, avec une
activité physique habituelle modérée aura besoin de 11 300 kJ. Un homme de
30 ans, pesant 80 kg aura besoin de 14 100 kJ.

Les rations doivent donc être adaptées aux personnes.


On arrive à un total moyen d’environ 11 300 kJ chez l’homme et de 8 400 kJ
chez la femme.
Kilojoules (k J) : Unité d’énergie ou de travail, multiple du joule et valant 1 000 joules = kJ

Cette ration est établie au moyen d’une formule proposée par un spécialiste
de la nutrition :

G P L = 4 2 1
Glucides 4 - Protides 2 - Lipides 1

44
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

Les lipides représentent la portion la plus faible car la valeur en kj (38) est plus
importante que les protides (17).
Les chiffres représentent le nombre de parts et les lettres les nutriments.

On peut retenir facilement cette formule grâce au moyen mnémotechnique


suivant :
Grand Père Louis
aime le
421

2.4.2 Les rations selon le sexe et l’âge


La ration type adulte de référence (en grammes par jour) est :

Groupe Aliment Femme Homme


1 Viande 100 à 150 150
Poissons 150 150 à 200
Œuf 25 25
2 Lait 350 350
Fromage 30 35 à 40
3 Beurre 15 20 SELON LE SEXE
Corps gras 25 30
La femme dépense un peu
moins que l’homme car
4 Pain 200 275
son activité musculaire est
Pommes de terre 250 300 légèrement inférieure.
Riz, pâtes 50 60
Légumes secs 50 60
Sucre 50 50
5 Légumes frais 250 250
Fruits frais 100 à 200 200 à 250
(chiffres variables)

Selon l’âge : enfant, personnes âgées


L’enfant
Le développement corporel étant rapide, surtout dans les premiers
temps de l’existence, l’apport nutritif doit être proportionnellement
beaucoup plus élevé que chez l’adulte.

45
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Cet apport devra couvrir :
◗◗ l’édification de nouvelles cellules : besoins élevés en protides et en lipides, cal-
cium pour les os, besoin en fer de 15 à 20 mg par jour, besoin de vitamines
A, D, C ;
◗◗ les besoins énergétiques sont augmentés par cette production cellulaire ;
◗◗ l’enfant ayant une activité musculaire continue dépense autant proportion-
nellement qu’un adulte faisant un travail intense.

Le lait est pour le nourrisson et l’enfant une source incomparable de protéines,


de calcium, de vitamine A et D. En hiver, surtout, il faut veiller à un apport
supplémentaire de vitamine A et D (manque de soleil). Chez le nourrisson
un complément en vitamine D est donné sous forme de gouttes jusqu’à
l’âge d’une année.

Les repas doivent être pris à heures régulières. Entre les repas, l’enfant ne
devrait pas consommer d’aliments qui, d’une part, émoussent l’appétit et,
d’autre part, favorisent la carie dentaire.
Le régime comprendra donc beaucoup de protéines animales, de fruits,
de légumes frais, de produits laitiers. Il faut éviter les viandes grasses, les
ragoûts, les sauces, les sucreries.

Les personnes âgées


On fera une distinction entre les personnes âgées qui ont encore une
activité et le vieillard qui a perdu ses forces et sa vitalité.

◗◗ Éviter une suralimentation en abandonnant les repas riches, surchargés en


sauce.
◗◗ Éviter les graisses animales à cause de l’artériosclérose.
◗◗ Éviter l’excès de poisson, viande, œufs, sels, car les reins ont
un pouvoir de filtration moindre, ce qui provoque
la rétention de sodium, donc d’eau et aboutit
à l’œdème.
◗◗ Éviter l’excès de sucre car les personnes
âgées ont tendance à faire du diabète.

46
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

Il faut :
◗◗ recommander une relaxation fréquente pour éviter le surmenage du système
nerveux ;
◗◗ assurer un apport de sels minéraux, de vitamines, de calcium car les per-
sonnes âgées présentent une tendance à la décalcification ;
◗◗ encourager l’exercice physique.

Le vieillard
Chez le vieillard, le fonctionnement des organes est de moins en moins
parfait. Le transit intestinal surtout est difficile.
Les conseils pour les personnes âgées restent valables, mais la ration alimen-
taire diminue encore. Les repas doivent être légers, les aliments doivent être
fractionnés en petites portions. On doit encourager la consommation de fibres
(pour faciliter le transit intestinal), et de calcium (1 g par jour). On trouve les
fibres dans les légumes et les fruits.

2.4.3 Les rations selon l’activité


L’entraînement au travail musculaire joue un rôle important. Un bon
ouvrier arrive à transformer en énergie mécanique jusqu’à 30 % des
calories à destination musculaire, tandis qu’un homme non entraîné
ne dépasse pas un rendement de 17 %.

Besoins quotidiens en fonction de l’activité (en kilojoules)

Activité Besoins en kJ
Sédentaire 10 000
Ouvrier léger 13 000
Mineur (extraction) 20 000
(Chiffres variables)

Le travail fait appel, dans un premier temps, aux glucides (meilleur marché et
immédiatement utilisables), mais si la dépense dépasse 18 000 kJ, il fait appel
aux lipides qui fournissent plus de calories sous un moindre volume.

47
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
2.4.4 Situations particulières
Femme enceinte
Les apports énergétiques vont évoluer pendant la période de gestation :
◗◗ durant le premier trimestre, les apports sont augmentés de 400 kJ ;
◗◗ durant le deuxième et troisième trimestre, les apports sont augmentés de
1 000 à 1 500 kJ ;
◗◗ la prise de poids doit donc être insignifiante durant le premier trimestre ;
◗◗ l’énergie est nécessaire pour assurer la croissance des tissus, c’est-à-dire fœtus
et placenta.

Il y a stockage en début de grossesse sous forme de graisse lié à la sécrétion


de progestérone. On a une prise de poids moyen de 400 à 500 g. par semaine
à partir du deuxième trimestre.
On arrive entre 10 et 12 kg en fin de grossesse.
Cette prise de poids est à moduler en fonction de chaque femme.

Femme enceinte
Aliments en g Femme en g Allaitement en g
en plus de la ration
Viande 100 à 150 + 25 150
Poisson 150 + 25 150
Œuf 25 + 25 25
Lait 350 + 150 500 à 600
Fromage 30 + 20 60 et plus
Beurre 15 + 10 25
Corps gras 25 ----- 25
Pain 200 ----- 250
Pommes
250 ----- 250
de terre
Riz, pâtes 50 30 à 50 50
Légumes secs 50 30 à 50 50
Sucre 50 20 60

Légumes frais 250 + 100 500

Fruits frais 150 à 200 + 100 500

48
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
l’alimentation

Obésité
Provient d’un apport calorique supérieur aux dépenses.
On a pu démontrer que dans tous les cas un régime de restriction calorique
provoquait une diminution du poids.
Le vrai trouble pathologique de l’obèse est un trouble du contrôle de l’appé-
tit, peut-être dû à un trouble fonctionnel de l’hypothalamus (centre de la faim
et de la satiété).

L’origine glandulaire de l’obésité est exceptionnelle :


◗◗ l’hypothyroïdien n’est pas obèse. Le métabolisme basal est souvent au-des-
sus de la normale ;
◗◗ l’obésité de la ménopause et du post-partum* est souvent due au drame inté-
rieur que causent ces deux circonstances. Les femmes mangent en général
avec excès pour compenser leurs problèmes psychologiques.

Le traitement de l’obésité est le régime hypocalorique.


L’obèse affirme toujours qu’il mange peu. En réalité, son centre de l’appétit est
déréglé. L’obèse a une attirance pour une nourriture à peu près égale à celle du
morphinomane pour la morphine.

Le régime doit couvrir les besoins en protéines, en sels minéraux, surtout en


calories et en vitamines.

Il faut surtout faire une restriction des lipides et des glucides.

Post-partum : subst. masc. inv. Période qui suit un accouchement, une parturition (d’apr. Méd. Biol. t.3 1 972 et Lar. agric.
1981). Synon. suite de couches. Formes anémiques, formes fébriles concomitantes de la grossesse ou apparaissant dans le
post-partum (NICOLAS ds Nouv. Traité Méd. fasc. 4 1925, p.801 ).

49
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 2)
1. Quelles sont les valeurs énergétiques (en kJ) d’1 g de :
◗ protides
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

◗ glucides
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

◗ lipides
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

2. Qu’est-ce qu’un nutriment ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

3. Les vitamines liposolubles sont solubles dans les :


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. Quel est le rôle principal du calcium au niveau de l’organisme ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

5. La consommation moyenne en eau pour un adulte est de ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

6. Citez les groupes alimentaires ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

50
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
51
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
Conditions d’hygiène
en milieu hospitalier

52
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
Conditions d’hygiène en milieu hospitalier
3.1 LES DÉFINITIONS EN RAPPORT
AVEC L’HYGIÈNE HOSPITALIÈRE..............................................54

3.2 LES DIFFÉRENTS GERMES PRÉSENTS À L’HÔPITAL.......56


3.2.1  Les bactéries............................................................................................................56
3.2.2 Les virus.......................................................................................................................58
3.2.3 Les champignons................................................................................................58
3.2.4 Les parasites............................................................................................................58
3.2.5 Les prions................................................................................................................... 59

3.3 LE SOIGNANT : PORTEUR DE GERMES................................ 59

3.4 LES INFECTIONS NOSOCOMIALES.......................................60


3.4.1  Définition....................................................................................................................60
3.4.2 Transmission............................................................................................................60
3.4.3 Multiplication des germes.............................................................................62
3.4.4 Quels sont les premiers signes d’infection ?...................................62
3.4.5 Fréquence des infections nosocomiales............................................62
3.4.6 Prévention................................................................................................................ 63
3.4.7 Traitement des germes.................................................................................... 63
3.4.8 Comités destinés à lutter contre
 les infections nosocomiales.......................................................................64

TEST DE CONNAISSANCES 3...............................................................66

53
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L

Leçon
Conditions d’hygiène en milieu hospitalier
L’ hygiène hospitalière se base sur différents principes :
◗◗ la connaissance scientifique des différents germes existants ;
◗◗ les procédures techniques utilisées telles que les bactéricides, fongicides, les
antibiotiques très puissants, la stérilisation… ;
◗◗ le rôle des soignants au niveau de la maladie, en respectant des normes de
propreté.

Malheureusement, certaines négligences au niveau de l’ hygiène en mi-


lieu hospitalier peuvent être à l’origine de conséquences désastreuses
telles que les infections nosocomiales qui représentent chaque année
environ 4 000 décès.

3.1  es définitions en rapport avec l’hygiène


L
hospitalière
DÉTERSION : opération permettant d’éliminer d’un milieu inerte ou d’un tis-
su vivant les salissures qui y adhèrent.

Détergent : produit ou procédé utilisé pour la détersion.


NETTOYAGE : opération permettant sur les surfaces de dissoudre les ma-


tières organiques et d’éliminer une partie des micro-organismes.

Nettoyant : produit ou procédé utilisé pour le nettoyage.

ASEPSIE : ensemble des mesures préventives destinées à empêcher la


contamination par des micro-organismes et/ou des virus.

Antisepsie : opération permettant d’éliminer ou de tuer les micro-orga-


nismes et/ou d’inactiver les virus sur les tissus vivants.

Antiseptique : produit ou procédé utilisé pour l’antisepsie.

54
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
conditions d’hygiène en milieu hospitalier

DÉCONTAMINATION : opération permettant d’éliminer, de tuer ou d’inhi-


ber les micro-organismes indésirables. Le résultat de cette opération est limité
aux micro-organismes présents au moment de l’opération.
La décontamination s’adresse exclusivement à du matériel souillé.

Décontaminant : produit ou procédé utilisé pour la décontamination.

Dans le milieu hospitalier l’hygiène doit être irréprochable

La décontamination du matériel a pour but de réduire le nombre de micro-


organismes pendant la stérilisation. Cette opération permettra aussi d’éliminer
les protéines susceptibles de protéger les micro-organismes.

DÉSINFECTION : opération permettant sur les surfaces inertes contami-


nées d’éliminer ou de tuer les micro-organismes et/ou d’inactiver les virus
indésirables. Le résultat de cette opération est limité aux micro-organismes
présents au moment de l’opération.

Désinfectant : produit ou procédé utilisé pour la désinfection.

STÉRILISATION : opération permettant d’éliminer ou


de tuer les micro-organismes portés par des milieux
inertes contaminés.

IATROGÈNE : par l’intermédiaire d’un soin, d’un cathé-


ter, d’une sonde d’intubation, le soignant peut introduire
des germes dans l’organisme du patient.
L’eau de Javel sous toutes ses
formes est l’un des meilleurs
désinfectants.

55
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
3.2 Les différents germes présents à l’hôpital
On regroupe différents types de germes à l’ hôpital. Ces germes sont
plus ou moins dangereux pour les patients selon qu’il existe un trai-
tement ou non pour les combattre. Parmi ces germes, on distingue
les bactéries, virus, champignons, parasites, mais aussi des agents
transmissibles non conventionnels (le prion).

3.2.1 Les bactéries


Les bactéries sont des cellules de petite taille composées d’une seule cellule.
Elles sont visibles avec un microscope optique. Les bactéries sont responsables
de 90 % des infections. Certaines bactéries ont le pouvoir de se mettre sous
forme sporulée, afin de mieux résister aux agressions extérieures.

Les bactéries peuvent être classées suivant :


leur forme (chaque forme a une appellation particulière) :

◗  les bactéries sphériques appelées coques, de 1 à 2 microns de diamètre ;

◗  les bactéries en forme de bâtonnets appelés bacilles de 1 à 10 microns ;

◗  les bactéries incurvées appelées vibrions ;

◗  les bactéries en forme de fuseau appelées fusiformes ;

◗  les bactéries spirilles.

56
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
conditions d’hygiène en milieu hospitalier

Staphylocoque Streptocoque Pneumocoque Méningocoque Clostridium

Escherichia coli Candida albicans Aspergillus Taenias Trichomonas


photographs by S.J. Upton

Vues microscopiques de diverses bactéries

leurs propriétés physico-chimiques :


si les bactéries se colorent au violet de gentiane par la technique de Monsieur
GRAM, elles sont alors appelées Bactéries GRAM (+) ou Bactérie GRAM (-).
Les bactéries GRAM+ sont dotées d’une simple paroi (colorées en violet,
mauve).
Les bactéries GRAM- sont pourvues d’une membrane externe supplémentaire
(colorées en rose).

leur réservoir :
c’est-à-dire l’endroit où les germes vont pouvoir se multiplier
(chez l’homme, dans l’environnement…).

leur milieu de vie :


nécessité d’avoir de l’air (aérobie) ou pas (anaérobie).
Exemples de bactéries :
staphylocoque, streptocoque, pneumocoque, méningocoque, clostridium,
escherichia coli…

57
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
3.2.2 Les virus
Les virus contiennent un seul type d’information génétique, soit
un ADN, soit un ARN. Ils ont besoin d’un complément de matériel
génétique qu’ils trouvent en parasitant une cellule hôte humaine,
animale ou végétale. Les virus ne sont donc visibles qu’au microscope
électronique.

ADN : Acide nucléique, support du contrôle des activités cellulaires et de la


transmission des caractères héréditaires. La molécule d’ADN, très allongée,
comporte deux brins enroulés l’un autour de l’autre en double hélice. L’ADN
est le principal constituant chimique des chromosomes.

ARN : Acide nucléique utilisant l’information héréditaire portée par l’acide


désoxyribonucléique (ADN) pour synthétiser les protéines. La molécule
d’ARN a une structure analogue à celle d’un brin d’ADN.

Les virus sont par exemple : la poliomyélite, la grippe, l’herpès.

3.2.3 Les champignons


Les champignons vivent en parasitant un milieu organique, animal
ou végétal.

Les champignons microscopiques sont classés en deux espèces :


◗◗ les levures (candida albicans, ) vivent en général sur la peau mais peuvent
s’y introduire, envahir le cuir chevelu ou les muqueuses ;
◗◗ les filamenteux (aspergillus…).

3.2.4 Les parasites


Les parasites sont unicellulaires comme le plasmodium, ou pluricellu-
laires comme les tænias.

Les parasites sont classés suivant leurs organes cibles :


◗◗ parasites intestinaux (amibes, tænias…) ;
◗◗ parasites uro-génitaux (trichomonas…) ;
◗◗ parasites du sang (agent du paludisme : le plasmodium…).

58
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
conditions d’hygiène en milieu hospitalier

3.2.5 Les prions


Les prions appelés également Agents Transmissibles Non Convention-
nels (A.T.N.C.), provoquent l’Encéphalopathie Subaiguë Spongiforme
transmissible aussi bien à l’ homme qu’à l’animal.

Chez l’homme, la plus connue est la maladie de Creutzfeldt-Jakob, chez l’ani-


mal c’est l’Encéphalopathie Spongiforme Bovine (ESB) ou maladie dite de « la
vache folle ».

3.3 Le soignant : porteur de germes


L’être humain possède une flore bactérienne présente à l’intérieur
comme à la surface de l’organisme.
Les germes présents sur la peau peuvent être classés en deux groupes :
◗◗ une flore permanente ;
◗◗ une flore transitoire.

L’homme peut donc véhiculer ces différents germes d’où l’importance d’une
bonne hygiène.

◗◗ La flore permanente est la flore naturelle ou saprophyte (non dangereuse) de


la peau. Elle est non pathogène, ou avec une virulence faible. Les germes fré-
quemment retrouvés sont des bactéries aérobies et des bactéries anaérobies.
Cette flore peut être à l’origine d’infections iatrogènes lorsqu’on l’a fait pénétrer
dans l’organisme (erreur d’asepsie).

◗◗ La flore transitoire se trouve sur la peau. C’est la flore acquise


puis transmise par les « soignants » lors des soins effectués
chez des malades infectés ou colonisés. Les germes retrouvés
sont souvent résistants aux antibiotiques (staphylocoques
dorés, streptocoques, entérobactéries…). Certains germes
comme les bacilles à Gram négatifs peuvent survivre pen-
dant plusieurs heures sur les mains. Staphylocoque doré

C’est cette flore transitoire qui est le plus souvent à l’origine des infections croi-
sées ou nosocomiales par manuportage.

59
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
3.4 Les infections nosocomiales
3.4.1 Définition
Les infections nosocomiales sont les infections qui sont acquises dans
un établissement de soins. Une infection est considérée comme telle
lorsqu’elle était absente à l’admission. Lorsque l’état infectieux du
patient à l’admission est inconnu, l’infection est classiquement consi-
dérée comme nosocomiale si elle apparaît après un délai de 48 heures
d’ hospitalisation.

Ces infections peuvent être directement liées aux soins (par exemple l’infection
d’un cathéter) ou simplement survenir lors de l’hospitalisation indépendam-
ment de tout acte médical (par exemple une épidémie de grippe).

3.4.2 Transmission
On distingue plusieurs types d’infections nosocomiales qui relèvent de modes
de transmission différents :
◗◗ transmission d’origine « endogène ». Le malade s’infecte avec ses propres
germes, à la faveur d’un acte invasif et/ou en raison d’une fragilité particulière ;
◗◗ transmission d’origine « exogène ».
Il peut s’agir :
• soit d’infections croisées, transmises d’un malade à l’autre par les mains ou les instru-
ments de travail du personnel médical ou paramédical ;
• soit d’infections provoquées par les germes du personnel porteur ;
• soit d’infections liées à la contamination de l’environnement hospitalier (eau, air, matériel,
alimentation…).

DES FACTEURS FAVORISANTS


Quel que soit son mode de transmission, la survenue d’une infection nosoco-
miale est favorisée par la situation médicale du patient qui dépend de :
◗◗ son âge et sa pathologie : sont particulièrement réceptives les personnes
âgées, les immunodéprimés, les nouveau-nés (les prématurés), les polytrau-
matisés et les grands brûlés ;
◗◗ certains traitements : les antibiotiques peuvent déséquilibrer la flore des
patients et sélectionner les bactéries résistantes ;
◗◗ la réalisation d’actes invasifs : sondage urinaire, cathétérisme, ventilation
artificielle et intervention chirurgicale.

60
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
conditions d’hygiène en milieu hospitalier

La transmission directe
◗◗ Les mains sont d’énormes réservoirs de micro-organismes, surtout au niveau
des bagues, bracelets… Les mains peuvent transmettre ces germes, c’est ce
que l’on appelle la contamination manuportée.

Les agents infectieux sont véhiculés par les liquides biologiques.


◗◗ Le sang peut transmettre certaines maladies par l’intermédiaire d’une peau
ou des muqueuses lésées (par exemple dans la bouche) comme le SIDA ou
l’Hépatite B… ;
◗◗ Le sperme et les sécrétions vaginales transmettent les infections sexuelle-
ment transmissibles (IST) comme le SIDA, l’hépatite B…
◗◗ Les gouttelettes lors d’éternuement, la salive peuvent transmettent par voie
aérienne certaines maladies comme la tuberculose, la grippe…
◗◗ Un cuisinier préparant à manger avec un panaris peut transmettre par voie
digestive ces germes et provoquer certaines maladies comme les gastro-en-
térites…

La transmission indirecte
La transmission du germe se fera par l’intermédiaire de surface, matériel,
eau complétée par une transmission manu-portée.

61
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
3.4.3 Multiplication des germes
Les germes aiment la chaleur, l’ humidité…
Exemple d’une bactérie (escherichia coli) qui se multiplie par 2 toutes les
20 minutes :
À 0 heure on a 2 bactéries
Germes existant dans le lait
juste après la traite
Au bout de 1 heure 16 bactéries
Au bout de 2 heures 128 bactéries
Au bout de 4 heures 8 192 bactéries
Au bout de 6 heures 524 288 bactéries
Au bout de 8 heures 33 554 432 bactéries
Au bout de 12 heures 137 438 953 472 bactéries
Germes se multipliant à
température ambiante
ou issus d'une vache malade

3.4.4 Quels sont les premiers signes d’infections ?


Les signes se détectent d’abord au niveau local, c’est-à-dire :
rougeur, chaleur, gonflement, douleur. C’est par exemple le cas d’un panaris.

Puis, si l’infection localisée n’est pas traitée rapidement les signes vont se gé-
Germes dans le lait
refroidi à 4°
néraliser. Les signes seront : fièvre, frissons, augmentation des globules
blancs…

3.4.5 Fréquence des infections nosocomiales


Les infections les plus fréquentes sont :
◗◗ les infections de plaies opératoires superficielles ou profondes ;
◗◗ les infections urinaires ;
◗◗ les bactériémies (bactéries dans le sang) ;
◗◗ les infections respiratoires ;
◗◗ les infections sur cathéter.

Les services les plus touchés sont la réanimation et la médecine.

62
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
conditions d’hygiène en milieu hospitalier

3.4.6 Prévention
Il faut donc respecter des règles élémentaires d’hygiène simples et adap-
tées au travail spécifique de l’hôpital :
◗◗ lavage des mains avant et après la prise en charge d’un patient ;
◗◗ port de gants à usage unique ;
◗◗ tenue vestimentaire propre ;
◗◗ bonne pratique des gestes techniques réduisant le plus possible le risque
infectieux ;
◗◗ décontamination du matériel après son utilisation ;
◗◗ vaccination : elle consiste à introduire dans l’organisme certaines bactéries
ou virus sous une forme atténuée pour permettre de sensibiliser le système
immunitaire, sans provoquer la maladie (vaccin contre le tétanos, le BCG,
l’hépatite B, la grippe…).

3.4.7 Traitement des germes


Les principaux moyens d’éliminer, de tuer ou d’inactiver les
germes sont : mécaniques, chimiques ou physiques. Ils s’utilisent
de manière externe ou interne sur une surface inerte ou sur les êtres
vivants.

◗◗ L’action mécanique consiste à éliminer la salissure qui sert de support nutri-


tif aux germes par des produits chimiques tels que désinfectants, détergents,
bactéricides, fongicides…
◗◗ L’action chimique : par l’intermédiaire de molécules chimiques (l’iode, le
formaldéhyde, l’oxyde d’éthylène,… ) qui s’attaque à la paroi du germe afin
de la percer pour ensuite détruire son matériel génétique.
Les antibiotiques sont efficaces uniquement contre les bactéries. Il existe de
plus en plus de résistance aux antibiotiques suite à une utilisation trop fré-
quente. Pour certains virus, il existe des médicaments antiviraux, de même
pour les champignons avec quelques médicaments antifongiques.
◗◗ L’action physique : les rayons gamma (Y) servent plutôt à stériliser le
matériel médical (compresses, gants). Le rayonnement thermique s’utilise
principalement pour la stérilisation des instruments chirurgicaux qui sont
thermorésistants.

63
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
3.4.8 Comités destinés à lutter contre les infections nosocomiales
En ce qui concerne la France, l’organisation de la lutte contre les infections
nosocomiales comporte plusieurs niveaux.
◗◗ La cellule « infections nosocomiales » du ministère de la Santé ;
◗◗ Comité Technique National des Infections Nosocomiales (CTIN), associé au
Réseau National de Santé Publique (RNSP) au niveau national ;
◗◗ Centre de Coordination de Lutte Contre Les Infections Nosocomiales
(CCLIN), dans 5 Inter-Régions.

Depuis 1993, le CCLIN a entrepris plusieurs actions conformément aux missions


qui lui sont assignées :
- la réalisation d’enquêtes de prévalence des infections nosocomiales ;
- la mise en place de réseaux de surveillance épidémiologique des
infections à partir
• des laboratoires de microbiologie (bactéries multi-résistantesaux antibio-
tiques, bactériémies) ;
• des services cliniques (chirurgie, réanimation) ;
• des médecins du travail (surveillance des accidents exposant au sang et
protection des personnels soignants) ;
- des interventions sur demande des CLIN pour gérer des épidémies
nosocomiales ou réaliser des audits en hygiène ;
- le développement d’un centre de documentation comprenant des
envois de documentation, l’édition d’un bulletin de liaison trimestriel,
l’élaboration et la diffusion de guides techniques sur les infections no-
socomiales (épidémie, surveillance, hygiène) ;
-d
 es programmes de formation (épidémiologie, informatique) desti-
nés aux membres des CLIN et une aide méthodologique pour mettre
en place des programmes de surveillance.

◗◗ Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) dans chaque


hôpital.

64
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
conditions d’hygiène en milieu hospitalier

Les CLIN sont des instances pluridisciplinaires qui ont pour mission d’élaborer
la politique de lutte contre les infections nosocomiales de l’établissement.
À ce titre, le CLIN est chargé de :
• organiser et coordonner une surveillance continue ;
• promouvoir les actions de formation ;
• dresser un rapport d’activité et un programme d’actions de prévention ;
• fournir les données de la surveillance.

◗◗ Les référents en hygiène hospitalière qui relaient l’équipe du CLIN dans


chaque hôpital.

Ces différentes structures mettent en place à leur échelle un programme de
lutte contre les infections nosocomiales en se basant sur des études épidé-
miologiques, en surveillant les établissements, en diffusant de l’information, en
faisant de la prévention…

Les établissements de soins publics et privés sont notés sur une échelle de
moyens allant de A « satisfaisant » à E « à améliorer », disponible sur le site
du ministère. Cette notation se base sur divers critères comme l’utilisation de
produits désinfectants. Cela ne veut pas dire qu’un établissement classé « A »
exclut le risque de contracter une infection nosocomiale.

65
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 3)
1. Comment appelle-t-on une bactérie de forme arrondie ?
❏❏ Un bacille
❏❏ Une coque
❏❏ Un vibrion

2. Les prions sont à l’origine de quelle maladie ?


❏❏ Le paludisme
❏❏ La maladie de Creutzfeldt Jakob
❏❏ Le botulisme

3. L’homme est porteur de bactéries ?


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

4. Que signifie « infection nosocomiale » ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

5. Quelles sont les personnes les plus sensibles aux infections nosocomiales ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

66
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
67
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
Les plaies
et les brûlures

68
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
Les plaies et les brûlures
4.1 LES PLAIES.................................................................................................... 70
4.1.1  Définition......................................................................................................................70
4.1.2 Que faire ?....................................................................................................................70

4.2 LES BRÛLURES............................................................................................71


4.2.1 Définition......................................................................................................................71
4.2.2 Évaluer la gravité d’une brûlure.................................................................71
4.2.3 Que faire ?..................................................................................................................72

4.3 LA CICATRISATION...............................................................................72
4.3.1  La cicatrisation de 1re intention..................................................................72
4.3.2 La cicatrisation de 2e intention.................................................................72

4.4 LES FACTEURS DE GUÉRISON....................................................72


4.4.1 Facteurs internes..................................................................................................73
4.4.2 Les facteurs externes........................................................................................73

TEST DE CONNAISSANCES 4................................................................74

69
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
Les plaies et les brûlures
Les plaies et les brûlures sont des lésions de la peau. Celle-ci est
composée de plusieurs couches superposées : l’épiderme, le derme et
l’ hypoderme.

Cette leçon peut vous paraître anodine mais elle n’est pas à négliger.
En effet, dans votre futur métier, vous serez peut-être amené à soigner une
plaie ou une brûlure en attendant le médecin.
C’est pourquoi certains gestes dits de 1er secours sont des gestes élémentaires
et nécessitent une certaine connaissance.

4.1 Les plaies


4.1.1 Définition
Une plaie est « une déchirure des tissus due à un accident (blessure,
brûlure…) ou à une intervention chirurgicale » (Larousse médical).

Une plaie est dite simple lorsque la profondeur est inférieure à 2 mm, peu éten-
due et faiblement hémorragique. Elle atteint uniquement le revêtement cutané
(elle est superficielle).

Dans ce cas, c’est ce qu’on appelle plus communément les égratignures, les
éraflures ou écorchures.

Au contraire, une plaie est dite grave lorsqu’elle est étendue, profonde, conte-
nant des corps étrangers, fortement hémorragique.

4.1.2 Que faire ?


Pour les plaies, des mesures d’ hygiène sont
à prendre afin de soigner une plaie, aussi
minime soit-elle.
Il faut :
◗◗ se laver les mains à l’eau et au savon ;
◗◗ nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon ;
Bactéries
◗◗ désinfecter la plaie avec un antiseptique ; Bactéries Odeurs
Odeurs

◗◗ protéger la plaie par un pansement.


Hémorragie
Hémorragie

70
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les plaies et les brûlures

Les pansements peuvent avoir d’autres propriétés, intéressantes pour cer-


taines plaies : hémostatiques dans le cas de plaies hémorragiques : c’est le
cas des alginates, bactériostatiques ou bactéricides dans le cas de plaies
infectées : c’est le cas des pansements à l’argent, absorbant les odeurs de la
plaie : c’est le cas des pansements contenant du charbon.

Il faut obligatoirement demander au patient si la vaccination contre le tétanos
est à jour car toute plaie peut entraîner cette maladie grave :
le tétanos.

Pour les plaies les plus graves, il faut :


◗◗ stopper l’hémorragie par compression locale ;
◗◗ protéger la plaie avec des compresses ou un linge propre ;
◗◗ consulter immédiatement le médecin ou les services
Matériel indispensable
d’urgence. aux premiers secours

4.2 Les brûlures


4.2.1 Définition
On parle de brûlure lorsque la peau a été en contact avec une source
de chaleur, un produit chimique irritant, un conducteur électrique
dénudé ou exposée à un long rayonnement.

4.2.2 Évaluer la gravité d’une brûlure


On distingue la gravité d’une brûlure en fonction de l’état de la peau.
Comme nous l’avons rappelé précédemment, la peau est constituée de plu-
sieurs couches qui vont ainsi définir la gravité de la brûlure.

On parle d’une brûlure :


◗◗ au 1er degré, s’il s’agit d’une simple destruction de l’épiderme comme le coup
de soleil ;
◗◗ au 2e degré, si le derme est atteint et qu’il y a apparition de cloques ;
◗◗ au 3e degré, s’il y a destruction de l’hypoderme.
Le 3e degré est le plus grave car la peau est détruite totalement et le tissu
sous-cutané est atteint.

71
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
4.2.3 Que faire ?
Pour les brûlures du 1er et du 2e degré, il faut refroidir la peau à l’eau
froide pendant au moins 10 minutes.
Si la brûlure est grave, il faut appeler les secours et ne jamais tenter de retirer les
vêtements qui collent à la peau.

4.3 La cicatrisation
Fibroblastes reliés entre eux C’est le processus qui intervient après une lésion comme
une blessure, une brûlure, une intervention chirurgicale…

4.3.1 La cicatrisation de 1re intention


Contraction des fibroblastes
On parle de cicatrisation de 1re intention lorsque la
guérison de la plaie se fait d’elle-même. Cela concerne
les plaies simples dont les bords sont rapprochés (il peut y
avoir des fils ou des agrafes).
Multiplication cellulaire de la couche basale
Elle se fait en plusieurs étapes :
◗◗ formation d’un caillot sanguin qui permet d’arrêter le saignement ;
◗◗ l’arrivée des globules blancs permet d’éliminer les cellules mortes ;
Production de Kératinocytes
◗◗ la prolifération des cellules neuves permet la reconstitution du
tissu.

Peau cicatricielle
4.3.2 La cicatrisation de 2e intention
On parle de cicatrisation de 2e intention lorsque la
plaie est trop importante ou infectée. La guérison est
plus lente car la cicatrisation doit être améliorée par le
nettoyage de la plaie.

4.4 Les facteurs de guérison


La guérison d’une plaie est fonction de facteurs internes et de facteurs
externes.

72
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les plaies et les brûlures

4.4.1 Facteurs internes


Un individu en bonne santé cicatrise facilement.

Par contre, d’autres facteurs interviennent dans le fait que la cicatrisation ne


peut se faire correctement :
◗◗ la malnutrition ;
◗◗ carence en vitamines ;
◗◗ carence en protéines ;
◗◗ prise de certains médicaments.

4.4.2 Les facteurs externes


Ce sont des facteurs qui entraînent une cicatrisation plus lente.

◗◗ L’ischémie
Il s’agit d’une compression, d’un trouble circulatoire dans une région d’un or-
gane ou d’un tissu. L’ischémie entraîne un défaut d’apport en oxygène.
C’est pourquoi en cas d’ischémie grave, il y a destruction des tissus et on parle
alors de gangrène.

◗◗ La nécrose
Il s’agit ici de la mort d’une cellule ou d’un tissu.
La nécrose constitue un milieu de culture idéal pour les microbes. Dans ce cas,
la peau peut se régénérer mais cela se fera plus lentement.

◗◗ L’hématome
C’est un obstacle mécanique à la guérison.

◗◗ L’espace mort
C’est l’espace vide qui existe entre la plaie et la suture. Si cette dernière n’est
pas parfaite, cet espace mort se comblera tôt ou tard de sérum ou de sang et
constitue un espace favorable à la multiplication des microbes.

◗◗ Le corps étranger
Il favorise la multiplication des microbes et s’oppose au processus de guérison.

73
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 4)
1. Une plaie est dite simple si sa profondeur est supérieure à 2 mm.
❏❏ Vrai
❏❏ Faux

2. Lorsque l’on soigne une plaie, la vaccination contre la poliomyélite doit être à jour.
❏❏ Vrai
❏❏ Faux

3. Comment peut-on évaluer la gravité d’une brûlure ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. Le degré le plus grave pour une brûlure est le 2e degré.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

5. Citez les 2 processus de cicatrisation.


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

6. Quels sont les facteurs externes qui entraînent une cicatrisation lente ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

7. L’espace mort favorise la multiplication des microbes.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

74
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
75
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
La température

76
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
La température
5.1 LA TEMPÉRATURE NORMALE DE L’HOMME..................78
5.1.1 Les normes...................................................................................................................78
5.1.2 La thermorégulation...........................................................................................78

5.2 L’HYPOTHERMIE......................................................................................79
5.2.1 La radiation .............................................................................................................79
5.2.2 La convection..........................................................................................................79
5.2.3 La conduction.........................................................................................................79
5.2.4 L’évaporation..........................................................................................................80

5.3 LA FIÈVRE......................................................................................................80
5.3.1  Les causes.................................................................................................................80
5.3.2 Signes cliniques accompagnant la fièvre......................................... 81
5.3.3 Traitement de la fièvre.......................................................................................82

TEST DE CONNAISSANCES 5............................................................... 83

77
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
La température
Le premier symptôme d’une maladie est bien souvent une élévation
de la température, et l’appel angoissé d’une mère dont l’enfant « a de
la température » a droit à une prompte réponse. Comme secrétaire
médicale, vous aurez régulièrement à rassurer ces mères inquiètes.

5.1 La température normale de l’homme


5.1.1 Les normes
Comme pour la taille et le poids, il n’y a pas chez l’homme de température
normale ; il y a une fourchette d’environ 1 °C autour de 37 °C. la température
normale se situant entre 36,1° et 37,8 °C.

La température subit des variations :


◗◗ suivant le moment de la prise (elle est inférieure le matin) ;
◗◗ suivant l’effort fourni (elle est supérieure après l’effort) ;
◗◗ suivant le moment du cycle menstruel de la femme ;
◗◗ suivant la technique utilisée (température rectale, sous l’aisselle,...).

Si la température corporelle est inférieure ou égale à 35 °C, on parle d’hypo-


thermie.
Si la température augmente au-dessus de la température normale (environ
37 °C), on parle alors d’hyperthermie.

5.1.2 La thermorégulation
Thermorégulation : Fonction régulatrice de la température chez les orga-
nismes homéothermes, mammifères et oiseaux. Maintien de la température
à une valeur fixée.

C’est l’ensemble des processus qui vont permettre à l’homme de maintenir sa


température corporelle. On l’appelle aussi l’homéothermie.
L’homéothermie se maintient grâce à un équilibre entre la production et la dé-
perdition de chaleur.
La chaleur est produite grâce à la combustion des aliments. Certains aliments
ont un très haut degré de combustion et sont quasi exclusivement transformés
en chaleur.
La combustion des aliments se produit essentiellement au niveau du foie et des
muscles.
78
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la température

5.2 L’hypothermie
Comme nous l’avons expliqué, l’ hypothermie est une perte de chaleur
corporelle. La déperdition de chaleur se fait de 4 manières.

5.2.1 La radiation
Radiation : subst. fém. Émission et propagation d’énergie dans l’espace ou
dans la matière sous forme d’ondes électromagnétiques ou de particules ;
énergie ainsi émise et propagée.

La chaleur corporelle se perd par rapport à l’environnement. Plus l’environ-


nement est froid, plus le corps perd de sa chaleur.
Certaines parties de notre corps se refroidissent plus facilement : le cou et la
tête, puis les pieds, les bras et les jambes.
Seuls de bons vêtements isolants peuvent éviter cette déperdition de chaleur.

5.2.2 La convection
Convection : subst. fém. Transport de chaleur par déplacement de matière.
Convection thermique ; convection turbulente ; courants, mouvements de
convection. La convection est seulement possible dans les fluides, où un sys-
tème de courants chauds envahit le fluide froid et réciproquement.

La chaleur corporelle se perd lorsque les espaces qui emprisonnent l’air dans les
vêtements sont soumis aux effets du vent.
Expliquons-nous : le corps produit de l’air chaud qui est emmagasiné par les
cellules d’air dans le tissu et les espaces entre les vêtements. Le vent « vole » cet
air chaud qu’il remplace par de l’air froid.
C’est pourquoi, un manteau, même si vous pensez qu’il est très chaud, laissera
passer l’air. Le refroidissement dû au vent peut être considérablement réduit en
portant un vêtement adéquat.

5.2.3 La conduction
Conduction : subst. fém. PHYS. Propagation de la chaleur, de l’électricité
à travers les corps conducteurs : C’est sur cette loi que J.-B. Biot, en 1804,
puis sous une forme définitive, Fourier, en 1 807 et 1811, établirent la loi de la
conduction thermique.

La chaleur corporelle se perd par le contact avec quelque chose de froid


comme le sol, un plancher… Ex : marcher pieds nus sur le sol,…
79
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
5.2.4 L’évaporation
La vapeur qui se forme à la surface d’un liquide, d’un corps solide.

La chaleur corporelle se perd par l’évaporation de l’humidité à la surface de


votre peau. C’est pourquoi, il est important que les vêtements ne deviennent
pas humidifiés par la sueur.
L’hypothermie que nous venons de décrire peut être facilement surmontée.
Mais il existe des cas où l’hypothermie est très grave :
◗◗ si la température est inférieure à 30 °C, il y a coma ;
◗◗ si la température est inférieure à 24 °C, il y a mort.

5.3 La fièvre
5.3.1 Les causes
De nombreuses maladies s’accompagnent de fièvre. Souvent, c’est le
premier symptôme et parfois même c’est, durant de longs mois, le seul
et unique symptôme. Comment des causes aussi diverses que l’infection
(microbienne ou virale), le cancer, la thrombose, etc.…, peuvent-elles
provoquer un symptôme unique : l’augmentation de la température ?

La réponse est relativement simple. La fièvre résulte d’un dérangement de la


thermorégulation cérébrale. Ce dérangement est provoqué par les produits
libérés lors de la destruction des tissus de l’organisme.

Expliquons-nous : toute infection, tout processus néoplasique, toute throm-


bose aboutit à la destruction (même minime) d’une ou plusieurs cellules de
l’organisme. En mourant, ces cellules libèrent des déchets et certains de ces
déchets sont des substances pyrogènes.

Pyrogène : Adj., MÉD., PATHOL. « Qui provoque la fièvre » Substance, pro-


duit pyrogène.

On comprend donc qu’une bronchite aiguë, qui détruit rapidement de nom-


breuses cellules des bronches (ce qui explique la toux) donne rapidement
une température très élevée qui disparaît avec l’arrêt du processus destructif
(quelques dizaines d’heures après la prise d’antibiotiques).
Par contre, un cancer qui ronge lentement l’organisme ne donne que peu de
température mais cette température est chronique.
Toute température persistante doit donner lieu à un examen approfondi.
80
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la température

5.3.2 Signes cliniques accompagnant la fièvre


Si la fièvre était le seul symptôme, le malade ne consulterait jamais.
Il consulte parce que la fièvre s’accompagne d’une série de signes
cliniques désagréables.

Ces signes cliniques seront d’autant plus désagréables que la fièvre se sera
installée rapidement et qu’elle sera importante.
C’est dans les infections que la fièvre s’installe le plus rapidement et monte le
plus haut en peu de temps. Une fièvre brutale et haute sera souvent moins
grave qu’une fièvre prolongée et minime.

Méfions-nous des signes sournois.

Les signes qui accompagnent la fièvre sont :


◗◗ malaise général, et toutes les régions habituellement sensibles (par exemple
du fait de rhumatismes) le deviennent davantage ;
◗◗ augmentation de la température cutanée (bouffée de chaleur) ;
◗◗ accélération du rythme respiratoire ;
◗◗ accélération du rythme cardiaque (10 pulsations supplémentaires par degré
de température). Parfois, il y a dissociation entre le pouls et la température,
c’est caractéristique de certaines maladies ;
◗◗ frissons ;
◗◗ transpiration importante ;
◗◗ maux de tête ;
◗◗ photophobie (crainte de la lumière à cause de la douleur qu’elle provoque) ;
◗◗ herpès labial (bouton de fièvre).

Dans certains cas graves, l’hyperthermie s’accompagne de convulsions (sur-


tout chez les enfants et les vieillards) et de délire.

81
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
5.3.3 Traitement de la fièvre
Devant ce cortège de signes cliniques désagréables et parfois
angoissants, le premier réflexe des malades est de diminuer la
température.

Parfois, évidemment, il est nécessaire de donner un antipyrétique ou


d’utiliser des méthodes capables de descendre la température ; c’est le
cas chez les enfants qui font des convulsions ou chez les vieillards qui
délirent. C’est le cas également dans le coup de chaleur (exposition pro-
Thermomètre à mercure longée au soleil) ou dans la défaillance cardiaque.

Le coup de chaleur illustrera bien l’intervention des mécanismes de


contrôle cérébraux. En cas de coup de chaleur, le mécanisme cérébral
de refroidissement « tombe en panne » et les mécanismes usuels utilisés
pour faire descendre la température (transpiration) ne sont plus utilisés.
La température monte, mais rien n’est fait pour l’abaisser ; le patient ne
transpire pas.

Thermomètre
électronique auriculaire

82
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 5)
1. La fièvre est-elle :
❏❏ un symptôme ?
❏❏ une maladie ?

2. Si la température du corps est inférieure ou égale à 35 °C, on parle de :


.......................................................................................................................................................................................................................................................................

Si la température augmente au-dessus de la normale, on parle de :


.......................................................................................................................................................................................................................................................................

3. Comment peut-on également appeler l’homéothermie ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. Citez les 4 façons que possède le corps pour perdre sa température.


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

5. L’hyperthermie peut s’accompagner de convulsions et de délire.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

6. En cas d’infections, la fièvre peut baisser.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

7. Une maladie peut être détectée uniquement par une température élevée.
❏❏ Vrai
❏❏ Faux

83
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
Les micro-organismes
et les parasites

84
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
Les micro-organismes et les parasites
6.1 LES MICRO-ORGANISMES..............................................................86
6.1.1 Les différents micro-organismes ..............................................................86
6.1.2 La contamination..................................................................................................87
6.1.3 Défense de l’organisme contre l’infection........................................88
6.1.4 Comment éviter l’attaque des micro-organismes ?...................89

6.2 LES PARASITES.........................................................................................90


6.2.1 La pédiculose..........................................................................................................90
6.2.2 Les puces.................................................................................................................... 91
6.2.3 Les punaises............................................................................................................. 91
6.2.4 la gale.......................................................................................................................... 92

TEST DE CONNAISSANCES 6............................................................... 93

85
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
Les micro-organismes et les parasites
6.1 Les micro-organismes
Les micro-organismes ou microbes sont des êtres vivants unicellu-
laires. Ils sont invisibles à l’œil nu. Leur étude nécessite l’utilisation
d’un microscope.
Leur taille se mesure en micromètre (µm).

6.1.1 Les différents micro-organismes


On distingue 4 types de micro-organismes :
les protozoaires, les champignons, les bactéries et les virus.

a) Les protozoaires
Ils appartiennent au règne animal.
Ils sont de grandes tailles (500 µm). Certains sont responsables de
maladies parasitaires comme le genre plasmodium, dont certaines es-
pèces provoquent le paludisme.

b) Les champignons
Ils appartiennent au règne végétal.
On trouve :
◗◗ les moisissures servant à la fabrication du fromage mais aussi à la
fabrication de médicaments comme la pénicilline ;
◗◗ les levures sont des champignons unicellulaires.
On les trouve dans la fabrication du pain… mais aussi dans cer-
taines maladies des organes génitaux comme le candida albicans
Champignons
détruisant des insectes (cf. : leçon Les IST).

c) Les bactéries
Elles sont de très petite taille (2 à 45 µm). On les distingue par leur forme :
◗◗  les coques : ce sont des bactéries de forme sphérique comme les
staphylocoques dorés ;
◗◗  les bacilles : ce sont des bactéries en forme de bâtonnet comme le
bacille de Nicolaier (tétanos) ou le bacille de Koch (la tuberculose).

86
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les micro-organismes et les parasites

d) Les virus
Ils sont considérablement plus petits que les autres mi-
crobes (14 à 300 millionièmes de mm).

Ils ne sont visibles qu’au microscope électronique.


Ils ne se développent qu’à l’intérieur de cellules vivantes.
Ce sont des parasites.

6.1.2 La contamination
a) Les voies de contamination
L es micro-organismes peuvent pénétrer dans le corps de plusieurs ma-
nières et ainsi provoquer des maladies.
◗◗ Par voie aérienne ou respiratoire : les poussières… d’où le rhume, la grippe…
◗◗ Par voie sanguine : transfusion de sang contaminé, seringues non stériles…
d’où le Sida, l’hépatite B…
◗◗ Par voie urinaire : ce qui entraîne des infections urinaires.
◗◗ Par voie sexuelle : rapports sexuels d’où Sida, syphilis…
◗◗ Par voie cutanée : contact avec l’épiderme d’où les verrues, l’impétigo…

b) Les maladies infectieuses


L a pénétration des micro-organismes dans le corps entraîne des maladies
infectieuses.
◗◗ Le microbe pathogène pénètre dans l’organisme :
c’est la contamination.
◗◗ Les micro-organismes se multiplient dans le corps :
c’est la période d’incubation.
◗◗ Apparition des 1ers symptômes non spécifiques (fièvre, courbature) :
c’est la période d’invasion.
◗◗ Apparition des symptômes permettant de diagnostiquer la maladie :
c’est la période d’état.
◗◗ Disparition des symptômes et des micro-organismes :
c’est la guérison.

87
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
6.1.3 Défense de l’organisme contre l’infection
L’organisme réagit contre toute substance étrangère
qui est introduite dans son milieu intérieur : toxine éla-
borée par un micro-organisme, une protéine, du sang, du
sérum, un organe étranger.

Cette réaction est dite immunitaire et est le résultat de l’activité


des diverses cellules rassemblées sous le vocable de système im-
Antigène attaqué munitaire.
par les anticorps
Toute substance étrangère capable de déclencher une réaction
immunitaire est appelée antigène.
L’antigène qui pénètre dans l’organisme est immédiatement attaqué par les
défenses naturelles, c’est-à-dire les anticorps.

a) Les lymphocytes et les anticorps


Les globules blancs, lymphocytes, assurent la défense immunitaire de l’orga-
nisme.
Il existe :
◗◗ les lymphocytes T qui sont des cellules tueuses.
Ils attaquent directement la cellule à détruire ;
◗◗ les lymphocytes B produisent eux des anticorps.

b) L’immunité
b1) l’immunité naturelle
L’immunité est un état de résistance, de protection contre les maladies.

Elle est dite naturelle car l’organisme résiste spontanément, c’est-à-dire que les
moyens de défense contre l’infection sont innés et immédiats.
La première ligne de défense est constituée par la peau et les muqueuses.
La peau, du fait de sa couche superficielle cornée, est infranchissable pour
presque tous les germes. De plus, son PH acide leur est défavorable. Elle peut
cependant présenter quelques points faibles : orifices des glandes sudoripares
et des follicules pilo-sébacés, blessures.

Ensuite interviennent les globules blancs comme nous l’avons vu précédem-


ment.

88
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les micro-organismes et les parasites

b2) l’immunité acquise


On dit que l’immunité est acquise :
◗◗ par l’intermédiaire de la mère : les anticorps maternels protègent les bébés
pendant plusieurs mois ;
◗◗ à la suite d’un premier contact avec un microbe : le malade fabrique des anti-
corps qui le protégeront contre ce même microbe ;
◗◗ à la suite d’une vaccination ;
◗◗ à la suite d’un sérum.

6.1.4 Comment éviter l’attaque des micro-organismes ?


Chaque individu doit prendre conscience que toute attaque de
micro-organismes peut être évitée.

Pour cela, il existe différentes méthodes.


◗◗ L’hygiène : qu’elle soit corporelle, alimentaire ou encore l’hygiène de l’habitat.
◗◗ Les antibiotiques : ils sont obtenus à partir de bactéries ou de champignons.
Ils sont efficaces sur certaines bactéries et certains champignons mais pas
contre les virus.
◗◗ Les vaccins et les sérums (cf. : leçon 7)
◗◗ Les soins lors d’une plaie par exemple (cf. : leçon 4)
◗◗ Les techniques d’asepsie, d’antisepsie et de désinfection. (cf. : leçon 3)

Pasteur découvre
la vaccination

89
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
6.2 Les parasites
Certaines questions posées par les patients concernent la vie de tous
les jours. Il est bon que la secrétaire puisse déjà apporter une ébauche
de réponses à ces questions.

Chaque année, des campagnes sont menées dans les écoles car des épidé-
mies de parasites s’y déclarent.
Des conditions d’hygiène rigoureuses empêchent leur prolifération mais les
conditions de négligence font que dans toutes les collectivités (armée, écoles,
pensionnats), des épidémies apparaissent.
Il appartient alors aux pouvoirs publics d’avertir la population et aux patients
de prendre les mesures d’hygiène nécessaires.

6.2.1 La pédiculose
Les poux transmettent de très nombreuses maladies (comme le typhus,
la peste) qu’on ne rencontre heureusement plus.
Cependant, la présence de poux engendre chez l’individu des phénomènes
dermatologiques désagréables. Il y a formation de petites vésicules et de prurit.

On appelle prurit un trouble fonctionnel des nerfs de la peau engendrant


des démangeaisons.

Ce prurit engendre des lésions de grattage.


Il provient de la salive et des déjections des poux.

On distingue 3 types de poux.

a) Le pou de la tête
Il s’alimente de sang et vit sur le cuir chevelu et les cheveux de
l’homme.
Sa femelle pond des œufs ou lentes qu’elle fixe aux cheveux.
Les jeunes naissent une semaine plus tard.
Le pou adulte, séparé du cuir chevelu meurt après quelques jours.
Pour survivre, le jeune doit s’alimenter dans les 24 heures.

Étant donné la survie limitée des poux hors de leur milieu nutritif, la
transmission aura lieu le plus généralement par contact étroit avec des
Le pou et sa lente personnes atteintes.
Les vêtements, les peignes, literies ne joueront qu’un rôle négligeable.
90
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les micro-organismes et les parasites

b) Le pou du corps
Il vit sur les fibres des vêtements auxquels il attache ses lentes.
Il ne se déplace vers la peau que pour s’alimenter.
Il sera donc présent dans les vêtements qui sont en contact avec la peau.
Une personne qui change souvent de vêtements n’aura donc pas la possibilité
d’abriter les poux.

c) Le pou du pubis
Il aime les poils épais, il se logera donc dans des poils pubiens mais aussi parfois
au niveau des aisselles et de la barbe. La transmission la plus habituelle se fait
« poil à poil » lors de l’acte sexuel. Parfois, ils se transmettent aussi par la
literie.

6.2.2 Les puces


De nombreuses puces attaquent l’ homme et chez les sujets sensibles,
les sécrétions salivaires de ces suceurs de sang engendrent de grosses
papules prurigineuses (réaction allergique).

Les œufs des puces sont déposés dans les crevasses, les fentes du sol, les
rainures des parquets, etc.
Les puces sont très fréquentes chez les animaux domes-
tiques durant les mois d’été.

Le prurit est provoqué par le déplacement des insectes sur la


peau. Parfois, l’animal devient allergique aux excréments des
puces.
Une puce
La recherche des puces chez l’animal se fait par inspection des
aisselles, du pourtour des oreilles et de la queue.
Outre le traitement de l’animal, il est nécessaire de traiter le milieu où il vit,
sinon, une infestation à partir des œufs est probable.

6.2.3 Les punaises


Elles ne provoquent pas de maladies spécifiques, mais
leur morsure engendre des lésions dermatologiques
qui vont de la simple irritation à l’endroit de la
piqûre à de vastes placards urticariens, c’est-à-dire à
des réactions allergiques. Elles pénètrent dans tous
les interstices et sont donc difficiles à éliminer. Punaise

91
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
6.2.4 la gale
Le parasite de la gale creuse des galeries sous l’épiderme.
C’est là qu’il y a accouplement (le mâle vit sur la peau) et ponte des œufs.
Les excréta de ce parasite sont responsables des vésicules caractéristiques et
de l’intense prurit. La transmission se fait par un contact prolongé et intime.

Certaines formes de gale du chien sont transmissibles à l’homme.


L’incubation de la gale peut durer des mois et il est donc nécessaire de soigner
toute la famille d’un malade qui en est atteint. Des lotions fort efficaces existent
sur le marché.

Il est aussi nécessaire de faire bouillir les vêtements du sujet atteint.

Certaines formes de gale


du chien sont transmissibles
à l’homme.

92
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 6)
1. Citez les différents types de micro-organismes.
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

2. Les coques sont des champignons.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

3. Que peut entraîner la pénétration des micro-organismes dans le corps ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. Contre quoi réagit l’organisme et comment appelle-t-on cette réaction ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

5. Quelle est la différence entre un antigène et un anticorps ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

6. L’immunité est dite naturelle à la suite d’une vaccination.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

7. Citez 3 méthodes pour éviter l’attaque des micro-organismes.


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

93
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
8 . Le prurit est :
❏❏ Un médicament
❏❏ Une lotion
❏❏ Une irritation de la peau

9. La ponte des œufs de la gale se fait sous l’épiderme.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

94
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
95
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
Les vaccinations

96
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
Les vaccinations
7.1 DÉFINITIONS...............................................................................................98
7.1.1  La sérothérapie.......................................................................................................98
7.1.2 La vaccination.........................................................................................................99

7.2 LES VACCINS..............................................................................................99


7.2.1 Les vaccins vivants..............................................................................................99
7.2.2 Les vaccins morts................................................................................................99
7.2.3 Les anatoxines.......................................................................................................99

7.3 LES VACCINATIONS OBLIGATOIRES...................................100

7.4 LES VACCINATIONS CONSEILLÉES....................................... 101

7.5 CALENDRIER DES VACCINATIONS .................................... 102

TEST DE CONNAISSANCES 7..............................................................104

97
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
Les vaccinations
Lorsque l’on parle de vaccination, on ne peut pas ignorer la
sérothérapie.

7.1 Définitions
7.1.1 La sérothérapie
C’est l’action de renforcer l’immunité d’un sujet par la fourniture
directe d’anticorps contre un germe pathogène ou une toxine. La
sérothérapie offre une protection rapide, efficace mais non durable.

Prenons l’exemple d’un sujet non vacciné qui contracte le tétanos : si un su-
jet non vacciné contracte le tétanos, il est trop tard pour que la vaccination
puisse encore le sauver : il mourra avant d’avoir eu le temps de fabriquer des
anticorps.
Si, par contre, on lui injecte le sérum d’un cheval vacciné, les antitoxines
que ce sérum contient vont immédiatement neutraliser la toxine, ce qui per-
met d’attendre que le sujet produise ses propres anticorps. Cette méthode de
traitement est utilisée pour le tétanos, la diphtérie et certaines maladies virales
(vaccine généralisée, rubéole, hépatite).

S’il y a de fortes chances pour qu’un sujet contracte une maladie (épidémies,
travail dans un service contagieux), on peut lui administrer des anticorps à titre
prophylactique : c’est la séroprévention.
Il ne faut pas perdre de vue qu’il ne s’agit là que d’une protection transitoire :
le taux des anticorps étrangers va progressivement baisser et le sujet se retrou-
vera finalement sans protection et aussi sensible à la maladie qu’avant. Mieux
vaut donc la vaccination si elle est réalisable.

La sérothérapie présente un autre inconvénient : le sérum d’un animal contient


non seulement des anticorps mais aussi bien d’autres protéines et substances
diverses qui constituent des corps étrangers pour notre organisme. Par consé-
quent, l’organisme va s’immuniser contre ces substances et plus tard une deu-
xième injection de sérum pourra (assez rarement) déclencher un choc anaphy-
lactique parfois mortel.

C’est pourquoi, avant toute injection de sérum, on commence par en injecter


une petite quantité par voie sous-cutanée pour tester la sensibilité du sujet.

98
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les vaccinations

On voit donc que le problème des vaccinations n’est pas simple, et qu’il est
indispensable de tenir compte des vaccinations antérieures, du délai séparant
la dernière vaccination, du métier exercé, et, dans le cas d’un voyage à l’étran-
ger, des maladies qui sévissent dans le pays visité.

7.1.2 La vaccination
C’est un moyen de prévention. Elle évite de contracter une
maladie.
Elle consiste à protéger un organisme contre un microbe ou un virus pa-
thogène (ou contre leur toxine).

On provoque artificiellement une réaction immunitaire contre cet agent


pathogène. Pour ce faire, on met l’organisme en contact avec l’agent
en question, ce dernier ayant été traité de manière à ce qu’il perde sa
virulence.
L’organisme lui-même fabriquera des anticorps.
La vaccination offre une protection lente (active sous 15 jours) mais est ef-
ficace et durable plusieurs années. Toutefois, il faut procéder à des rappels
pour réactiver la production d’anticorps et prolonger l’immunité.

7.2 Les vaccins


On distingue trois types de vaccins.
7.2.1 Les vaccins vivants
Il s’agit d’un germe pathogène dont la virulence est atténuée. Il conserve ses
qualités antigènes et est capable de se développer dans l’organisme et de sti-
muler une réponse immunitaire.

7.2.2 Les vaccins morts


Le germe pathogène est tué, inactivé, tout en respectant ses propriétés an-
tigéniques. Leur présence dans l’organisme stimule une réponse immunitaire.

7.2.3 Les anatoxines


Lorsque la toxine d’un germe est l’agent pathogène principal, on utilise les ana-
toxines.
On les obtient par modification chimique et physique de la toxine respon-
sable de la maladie.
L’immunité ne concerne que la toxine.
99
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
7.3 Les vaccinations obligatoires
Chaque pays est libre de décider des vaccinations obligatoires. Cette
décision est prise en fonction de l’ hygiène générale de la population,
des conditions climatiques mais aussi de certaines circonstances
historiques.

Ainsi la vaccination contre la tuberculose (BCG) non obligatoire dans les pays
limitrophes (estimant qu’elle est peu efficace), ne l’est plus en France depuis
juillet 2007. Certains pays demandent que les touristes soient vaccinés contre
le choléra alors que l’on sait que cette vaccination est de très courte durée et
n’agit que sur un nombre très limité de sujets.

La vaccination par le BCG reste toutefois indiquée pour les enfants et les
adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans, qui répondent à au moins l’un des
critères suivants :
◗ enfants nés ou ayant séjourné dans des pays de forte endémie ;
◗ enfants ayant des antécédents familiaux de tuberculose ;
◗ enfants résidant en Ile-de-France ou en Guyane ;
◗ enfants dans toute situation jugée par le médecin à risque d’exposition au
bacille tuberculeux, notamment ceux qui vivent dans des conditions de loge-
ment défavorables.
Pour les personnes nées avant le 01 janvier 2018 les vaccins obligatoires sont :

◗ Diphtérie
◗ Tétanos DTP
◗ Poliomyélite

Pour les enfants nés à partir du 01 janvier 2018 les vaccins obligatoires sont :
◗ Diphtérie
◗ Tétanos DTP
◗ Poliomyélite
◗ Coqueluche
◗ Hæmophilus influenzae B
◗ Hépatite B
◗ Méningocoque C
◗ Pneumocoques

100
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les vaccinations

◗◗ Rougeole
◗◗ Oreillons ROR
◗◗ Rubéole

7.4 Les vaccinations conseillées


Les vaccinations suivantes ne sont pas obligatoires mais fortement recom-
mandées pour les personnes nées avant le 01 janvier 2018 :

◗◗ Rougeole
◗◗ Oreillons ROR
◗◗ Rubéole

◗◗ Coqueluche associée au DTP


◗◗ Hæmophilus influenzae B

◗◗ Grippe (pour les personnes à risque)


◗◗ Hépatite B
◗◗ Méningocoque C
◗◗ Pneumocoques
◗◗ Zona (plus de 65 ans)

Certaines vaccinations sont fonction de circonstances spéciales comme :


◗◗ les voyages : vaccin contre le choléra, la fièvre jaune, vaccin contre les
fièvres typhoïde et paratyphoïde ;
◗◗ les contacts et situations à risque : BCG, vaccin contre la rage, l’hépatite
virale, vaccin contre la méningite, la pneumonie.

101
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
7.5 Calendrier des vaccinations
(à titre d’information)

www.sante.gouv.fr

102
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les vaccinations

www.sante.gouv.fr

103
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 7)
1. Un sérum fournit des anticorps contre un agent pathogène ou une toxine :
❏❏ Vrai
❏❏ Faux

2. La vaccination est toujours durable.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

3. Citez les vaccinations obligatoires en France depuis le 1er janvier 2018.


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. La grippe est une vaccination obligatoire pour les bébés.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

5. Si une personne part à l’étranger, elle doit être vaccinée contre la méningite.
❏❏ Vrai
❏❏ Faux

6. Que regroupe le ROR ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

104
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
105
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
Les infections
sexuellement transmissibles

106
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
Les infections sexuellement transmissibles
8.1 DÉFINITION................................................................................................108

8.2 LES IST DUES AUX VIRUS..............................................................109


8.2.1  L’herpès génital...................................................................................................109
8.2.2 Le condylome génital.....................................................................................109

8.3 LES IST DUES AUX BACTÉRIES................................................... 110


8.3.1  Les infections à chlamydia.......................................................................... 110
8.3.2 La blennorragie.......................................................................................... 110
8.3.3 La syphilis...................................................................................................................111

8.4 LES IST DUES AUX CHAMPIGNONS


ET PROTOZOAIRES....................................................................................112
8.4.1  La candidose..........................................................................................................112
8.4.2 La trichomonase.................................................................................................112

8.5 LUTTE CONTRE LES IST....................................................................112


8.5.1  Les traitements......................................................................................................113
8.5.2  La prévention..........................................................................................................113

TEST DE CONNAISSANCES 8.............................................................. 114

107
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
Les infections sexuellement
transmissibles
Les IST (Infections Sexuellement Transmissibles) anciennement
appelées MST (Maladies Sexuellement Transmissibles) ou « maladies
vénériennes » sont contractées lors de rapports sexuels ou de prélimi-
naires.

Il y a un siècle, elles se réduisaient pratiquement à la syphilis, à la blennorragie,


au chancre mou.

Mais vers la fin 70, on remarque une recrudescence des IST, en particulier des
infections à chlamydia, l’herpès et l’hépatite B.

Au début des années quatre-vingt, les sujets atteints pouvaient être guéris
par antibiotiques.

Mais la plus grave des IST reste le SIDA identifié en 1983 : nous n’en parlerons
pas ici car le SIDA sera traité dans le livre “Initiation à la pathologie”.

8.1 Définition
Les IST sont des maladies infectieuses et transmissibles.
Elles atteignent l’ homme et la femme.

Toutefois, il existe différents types d’IST :


◗◗ les IST dues à des virus,
◗◗ les IST dues à des bactéries,
◗◗ les IST dues à des champignons,
◗◗ les IST dues à des protozoaires.

On résumera certaines de ces maladies sous forme de tableaux.


Ceux-ci reprendront les caractéristiques, les traitements et la fréquence
de la maladie.

108
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les infections sexuellement transmissibles

8.2 Les ist dues aux virus


Le SIDA et l’ hépatite B sont des infections sexuellement transmis-
sibles dues aux virus.
Les IST que nous retiendrons ici sont l’herpès génital et le condylome génital.

8.2.1 L’herpès génital


Fréquence et mode
Virus Caractéristiques Traitements
de contamination
• Herpès simplex 2 • Plaies douloureuses • Abstraction de rapport • Croissante dans le
autour et sur les parties sexuel pendant une monde entier
génitales de l’homme ou poussée d’herpès • Contamination sexuelle
de la femme • Antiseptiques locaux
• Douleur vive exacerbée • Lors de récidives
au contact de l’urine fréquentes : traitement
anti-viral

Cette maladie se soigne très bien et est bénigne.


Toutefois, elle peut être dangereuse en cas de grossesse et en particulier au
moment de l’accouchement, car la contamination peut se faire au moment de
l’expulsion du bébé et avoir de graves conséquences pour ce dernier.

8.2.2 Le condylome génital


Fréquence et mode
Virus Caractéristiques Traitements
de contamination
• Papillomavirus • Indolore, semblable à • Application de médi- • Contamination sexuelle
une verrue caments sur les régions fréquente
• Il se développe sur les externes
parties génitales et au- • Chirurgie pour les
tour de celles-ci : pénis, régions internes
vagin, anus. • En l’absence de traite-
ment, cela est dange-
reux chez la femme car
il existe un lien entre la
présence de ces verrues
à l’intérieur du vagin
et le cancer du col de
l’utérus.

Les femmes enceintes peuvent mettre au monde des bébés ayant des verrues
dans la gorge.
109
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
8.3 Les IST dues aux bactéries
8.3.1 Les infections à chlamydia
C’est une bactérie responsable de nombreuses affections génitales.
Fréquence et mode
Bactérie Caractéristiques Traitements
de contamination
• Chlamydia • Chez l’homme : • Administration d’antibio- • IST très fréquente
trachomatis inflammation de l’urètre tiques voire intraveineuse • Contamination sexuelle
(urétrite), inflammation de en cas de salpingite
l’épididyme (épididymite) sévère
• Chez la femme : inflam-
mation du col de l’utérus
(cervicite), inflammation
des trompes (salpingite)

Cette infection est l’une des plus courantes et graves.


En effet, si elle n’est pas traitée, elle peut causer la stérilité autant chez l’homme
que chez la femme.
À la naissance, les bébés infectés peuvent souffrir d’infections aux yeux et aux
poumons.

8.3.2 La blennorragie (appelée aussi la gonorrhée ou gonococcie)


Cette maladie appelée couramment « chaude pisse » est la plus an-
cienne des maladies vénériennes. Elle est très répandue. Dans les pays
développés, elle a diminué depuis les années 1970.
Fréquence et mode
Bactérie Caractéristiques Traitements
de contamination
• Neisseria • Chez l’homme : urétrite • Antibiotique • Assez fréquente
gonorrhoeae aiguë • Abstraction de rapports • Contamination sexuelle
• Chez la femme : leucor- sexuels ou autre*
rhées • Administration d’antibio-
(pertes blanches) tiques
Inflammations locales
(cervicite, cystite)
* La fillette peut contracter cette maladie en utilisant le linge de
toilette d’une personne ayant cette maladie.
La transmission peut aussi avoir lieu lors de l’accouchement.
Le nouveau-né présentera alors une ophtalmie gonococcique.

110
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les infections sexuellement transmissibles

8.3.3 La syphilis
Cette maladie infectieuse a été découverte en 1905. Elle a fortement
progressé dans les années quatre-vingt et 90. Depuis, la syphilis
marque un certain recul.
Fréquence et mode
Bactérie Caractéristiques Traitements
de contamination
• Treponema On peut distinguer 3 stades : • Pénicilline ou • Contamination sexuelle
pallidum • La Syphilis primaire : plaie indolore autre antibiotique • Contamination
localisée généralement au niveau foeto-placentaire
des organes génitaux, de l’anus.
Elle peut être interne et passer
inaperçue.
• La Syphilis secondaire : elle peut
durer jusqu’à 2 ans et se manifeste
par des signes généraux tels que :
fièvre, ganglions, fatigue. Il peut
y avoir également des éruptions
cutanées.
• La Syphilis tertiaire : (exceptionnelle
en France). Des années plus tard,
graves problèmes de santé si la ma-
ladie n’a pas été soignée (maladies
cardiaques, cécité, paralysie)

Cette maladie qui entraîne de graves problèmes de santé doit être soignée le
plus rapidement possible. Elle peut causer des malformations congénitales et
même la mort du fœtus.

111
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
8.4 Les IST dues aux champignons et protozoaires
8.4.1 La candidose
Fréquence et mode
Candidose Caractéristiques Traitements
de contamination
Autre nom : • Chez la femme : • Utilisation • Contamination
• Mycose. Vulvo-vaginite avec pertes blanches d’antimycosique. sexuelle rare *
abondantes et crémeuses.
• Traitement
• Chez l’homme : du partenaire
Balanite (inflammation du gland et du
sillon situé entre le gland et le prépuce)
démangeaisons

• Chez l’homme et la femme.


Extension possible à l’anus, au périnée,
aux plis inguinaux.
* Le candida albicans est présent naturellement dans l’organisme.
Il se multiplie et devient pathogène lorsque les défenses
immunitaires baissent ou s’il y a une modification hormonale.

8.4.2 La trichomonase
Fréquence et mode de
Trichomomase Caractéristiques Traitements
contamination
• Trichomonas • Chez la femme : • Antibiotique • Très fréquente entre
vaginalis Vaginite avec pertes mousseuses, 16 et 35 ans
abondantes, malodorantes. • Traitement
Vives démangeaisons. du partenaire • Contamination non
Atteinte urinaire. sexuelle possible mais
rare car ce parasite
• Chez l’homme : peut rester sur des
Urétrite subaiguë, parfois objets (linge de
asymptomatique. toilette…)

8.5 Lutte contre les IST


Celles-ci ont, en effet, des conséquences médicales et socio-économiques
énormes. Elles peuvent avoir de graves répercussions telles que la stérilité ou
même la mise en jeu du pronostic vital. Elles occupent aussi une bonne part du
budget de la santé.

112
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
les infections sexuellement transmissibles

C’est pourquoi, il est indispensable et essentiel de mettre en place un dépis-


tage efficace des sujets malades et des sujets contacts, de trouver des agents
anti-infectieux éradiquant les germes responsables, et surtout de prévenir ces
maladies afin d’éviter leur propagation actuellement fulgurante.
Cette prévention repose avant tout sur l’éducation, l’information et l’utilisation
de préservatifs. Elle seule est en mesure de rompre la chaîne de contamination
et donc de stopper la propagation de ce véritable fléau.

En effet, leur recrudescence depuis une vingtaine d’années est proportionnelle


à des facteurs socio-économiques (voyages, misère sexuelle des travailleurs im-
migrés très exposés à des contacts infectants) et culturels (comportements à
risques, manque d’information du public).

Deux autres facteurs épidémiologiques sont fondamentaux.

Le nombre est sans cesse croissant de porteurs sains (c’est-à-dire les sujets por-
teurs de l’agent infectieux mais ne présentant aucun symptôme apparent). Ces
sujets sont responsables d’une dissémination fulgurante des IST car ils peuvent
transmettre le germe à tout « sujet contact ».
Par ailleurs, l’évolution à bas bruit de l’infection est souvent source de compli-
cations très graves telles que la stérilité.

La recrudescence des affections mixtes, à plusieurs agents pathogènes (syphi-


lis, gonococcie, herpès, etc.) réclame des traitements bien adaptés.

8.5.1 Les traitements


Les traitements des IST reposent sur l’ hygiène et sur les moyens thé-
rapeutiques (antibiothérapies).

8.5.2 La prévention
Il faut :
◗◗ d’abord informer la population sur les caractéristiques des pathologies ;
◗◗ adopter un comportement face à la maladie (hygiène, préservatifs) ;
◗◗ se vacciner lorsque le vaccin existe (ex : hépatite) ;
◗◗ dépister la maladie en s’intéressant aux symptômes ;
◗◗ traiter lorsque le traitement existe ;
◗◗ prévenir une éventuelle rechute.

113
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 8)
1. Que signifie IST ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

2. Trois agents peuvent provoquer des IST. Lesquels ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

3. Quelle est la maladie infectieuse, découverte en 1905, qui a fortement progressé


dans les années 80 et 90 ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. Quel est l’autre nom de la mycose ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

5. Une IST peut entraîner une stérilité.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

6. Le Sida est une IST.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

114
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
115
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
La contraception

116
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
La contraception
9.1 LES MÉTHODES NATURELLES.....................................................118
9.1.1 Le retrait.......................................................................................................................118
9.1.2 L’abstinence périodique.................................................................................118

9.2 LA CONTRACEPTION MÉCANIQUE.................................... 119


9.2.1 La contraception locale masculine.......................................................119
9.2.2 La contraception locale féminine......................................................... 120

9.3 MÉTHODES CHIMIQUES............................................................... 120

9.4 LA CONTRACEPTION HORMONALE..................................121


9.4.1 La pilule contraceptive....................................................................................121
9.4.2 L’implant....................................................................................................................122
9.4.3 L’anneau vaginal................................................................................................122
9.4.4   Le patch....................................................................................................................122
9.4.5 L’injection contraceptive..............................................................................123

9.5 LE STÉRILET OU DISPOSITIF INTRA-UTÉRIN................123

9.6 LA CONTRACEPTION D’URGENCE.....................................123


9.6.1 La pilule du lendemain...................................................................................123
9.6.2  Le stérilet du lendemain................................................................................123

9.7 LA CONTRACEPTION CHIRURGICALE............................. 124

TEST DE CONNAISSANCES 9..............................................................125

117
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
La contraception
La contraception est une méthode visant à éviter la fécondation d’un
ovule par un spermatozoïde ou bien la nidation de l’œuf fécondé.
La contraception concerne tout le monde.

Notre but ici est de vous donner une information concise mais complète sur les
divers moyens de contraception. Si cela paraît élémentaire pour certaines, pour
d’autres, la découverte sera d’importance.

La secrétaire est souvent amenée à répondre aux questions de certaines pa-


tientes sur ce sujet.

9.1 Les méthodes naturelles


9.1.1 Le retrait
Cette méthode consiste à retirer le pénis du vagin avant l’éjaculation.
Outre la faible efficacité de ces méthodes, elles sont difficilement acceptables
par le couple pour des raisons psychologiques.

9.1.2 L’abstinence périodique


Cette méthode consiste à ne pas avoir de rapports sexuels pendant
la période où la femme est féconde.

a) La courbe des températures


Le principe est que la température doit être prise tous les matins, au réveil et à
la même heure.
La température pourra déterminer les différentes phases du cycle et plus parti-
culièrement les jours où la femme sera féconde (période d’ovulation).

Il existe 3 phases dans le cycle de la femme :


◗◗ la température inférieure à 37 °C ;
◗◗ la température est supérieure à 37 °C : on est en période d’ovulation (environ
le 14e jour) ;
◗◗ les règles.

Cette méthode est contraignante et présente beaucoup d’échecs.

118
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la contraception

b) La méthode d’Ogino-Knaus
Cette méthode est également basée sur le cycle menstruel. Ici, il ne s’agit pas
de prendre la température mais de calculer l’évolution du cycle d’après un
calendrier.

◗◗ Ovulation au 14e jour.


◗◗ Durée de vie des spermatozoïdes : environ 3 jours dans la trompe.
◗◗ Ovule fécondable pendant 2 jours.
◗◗ À ces critères, on ajoute une marge de sécurité d’un jour avant et un jour
après.
La période fertile se trouve alors du 10e au 17e jour.

c) Étude de la glaire cervicale (méthode Billings) :


L’ovulation est généralement précédée par la sécrétion de glaire (filante, trans-
parente). Donc les rapports sont interdits lorsqu’apparaît une glaire abondante
et filante, et ceci jusqu’à 3 jours après sa disparition.

d) Les auto-tests
La date des règles des mois précédents est entrée dans un lecteur (type lecteur
de glycémie), qui calcule la période probable d’ovulation. À l’approche de cette
date, un test urinaire de dosage d’hormones dans les urines permet de dé-
terminer les jours d’abstinence. Cette méthode est, elle aussi, très dépendante
de la régularité des cycles. Elle est plutôt utilisée par les femmes qui souhaitent
planifier une grossesse. Les auto-tests s’achètent en pharmacie et ne sont pas
remboursés.

9.2 La contraception mécanique


9.2.1 La contraception locale masculine
Elle est exclusivement représentée par le préservatif.
Le principe est que l’éjaculation se fasse dans le préservatif et que le sperme ne
puisse pas se répandre dans les voies génitales féminines.

En vente libre, son utilisation est efficace à la seule condition qu’il soit correcte-
ment employé. Il est à usage unique.
Il constitue également la meilleure protection contre les IST.

119
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
9.2.2 La contraception locale féminine
Le préservatif féminin
Il faut savoir qu’il existe mais qu’il est peu employé.
C’est une poche évasée que la femme introduit dans le vagin avant chaque
rapport. Ce préservatif est commercialisé mais ne se trouve pas dans toutes
les pharmacies.

Le diaphragme
Ici aussi, il s’agit d’une méthode contraceptive peu utilisée en France.
Il s’agit d’une membrane souple qui s’applique au fond du vagin au-devant du
col de l’utérus de manière à empêcher les spermatozoïdes de gagner les voies
génitales féminines. Son utilisation, bien adaptée, associée à une gelée spermi-
cide constitue un bon moyen de contraception.

La cape cervicale
C’est une membrane fine en latex ou en silicone. Il en existe de plusieurs
tailles, le médecin ou le gynécologue indiquera celle qui conviendra le mieux et
la prescrira au cours d’une consultation. Sa pose nécessite un apprentissage
de la part de la femme qui l’utilise. Elle est placée avant un rapport sexuel
(au maximum 2 heures avant) de manière à recouvrir le col de l’utérus, et uti-
lisée avec des spermicides. La cape doit rester en place 6 à 8 heures après le
rapport sexuel afin que les spermicides aient le temps d’agir. En latex ou en
silicone, elle est réutilisable après lavage et séchage soigneux. Elle est dispo-
nible en pharmacie mais n’est pas remboursée par l’Assurance maladie.

9.3 Méthodes chimiques


Ce sont des produits introduits dans le vagin avant le rapport sexuel.
Ils ont pour but de tuer les spermatozoïdes dès qu’ils pénétreront dans le vagin.

Ce sont les gelées spermicides. Elles se présentent sous forme de crème ou de


tampons et sont introduites dans le vagin à l’aide d’un applicateur.

Les spermicides existent également sous forme d’ovules qui fondent à la tem-
pérature du corps mais ont le désavantage de nécessiter un certain temps
avant d’être actifs. Employés seuls, les spermicides sont peu efficaces. Par
contre, employés conjointement avec le diaphragme ou la cape cervicale, ils
assurent une contraception efficace.

120
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la contraception

9.4 La contraception hormonale


Ces méthodes sont marquées par la découverte de la progestérone en 1934.
La 1re pilule est utilisée en 1957 comme régulateur de la menstruation.
La prise de la pilule reste le moyen le plus fiable.

9.4.1 La pilule contraceptive


a) la pilule combinée
Elle contient des œstrogènes et des progestatifs en quantité fixe durant toute
la prise.

Progestatifs

Œstrogènes

temps
J1

C’est la plus efficace des méthodes contraceptives.


Elle agit, en effet, à tous les niveaux.
◗◗ Elle empêche l’ovulation du fait du taux important d’œstrogènes circulant.
Le cerveau est trompé et croit qu’il y a grossesse. Il n’envoie donc pas le mes-
sage nécessaire à l’ovulation.
◗◗ Elle empêche les modifications de l’endomètre qui sont nécessaires à la nida-
tion. Même s’il y avait ovulation, l’œuf ne pourrait s’implanter dans l’utérus.
◗◗ Elle rend la glaire cervicale imperméable aux spermatozoïdes.
b) Pilule séquentielle
On administre d’abord un œstrogène et ensuite une combinaison d’œstro-
gènes et de progestatifs.

Progestatifs

Œstrogènes

temps
J1
Cette méthode plus physiologique (elle reproduit ce qui se passe dans un cycle
naturel) a comme désavantage de supprimer la barrière au niveau de la glaire
cervicale.
121
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
c) Pilule progressive

Progestatifs
Les progestatifs ne sont pas distribués bru-
talement mais progressivement.
Œstrogènes

temps
C’est la plus physiologique des méthodes.
J1

d) Micropilule
Cette pilule ne contient que des proges-
tatifs et pas d’œstrogènes. Elle agit donc
essentiellement sur le mucus cervical.
Progestatifs
Il est nécessaire de prendre cette pi-
lule sans interruption et à heure fixe.
temps
C’est la moins efficace des pilules mais des
J1 impératifs médicaux commandent parfois sa
prescription.

9.4.2 L’implant
Cette contraception est disponible en France depuis mai 2001.
Elle se présente sous la forme d’un bâtonnet qui doit être placé sous la
peau du bras. Celui-ci libère une hormone progestative qui va assurer la
contraception en bloquant les ovulations.

Cette méthode paraît d’une excellente efficacité.

9.4.3 L’anneau vaginal


L’anneau se place dans le vagin. Il est en matière plastique et contient des œs-
trogènes et des progestatifs qui vont être diffusés à travers la paroi vaginale.
Il devient poreux et laisse passer les hormones sous l’effet de l’humidité et de
la chaleur du vagin. L’anneau doit rester en place 3 semaines, la quatrième se-
maine, la femme doit le retirer.

9.4.4   Le patch


Le patch délivre à dose continue une combinaison d’hormones : progestatifs et
œstrogènes durant une semaine. Il doit être collé sur le bas de l’abdomen ou
sur les fesses. Le rythme est mensuel, le patch doit être changé le même jour
de la semaine pendant trois semaines. La quatrième semaine, la femme ne doit
pas mettre de patch.
122
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la contraception

9.4.5 L’injection contraceptive


Un progestatif de synthèse est injecté en intramusculaire tous les 3 mois. Cela
assure une contraception constante. La première injection doit se faire dans les
5 premiers jours du cycle et être renouvelée toutes les 12 semaines.

9.5 Le stérilet ou dispositif intra-utérin


Le gynécologue place un corps étranger à l’intérieur de la cavité
utérine.
La pose du stérilet entraîne une inflammation de la muqueuse de l’utérus.
Par conséquent, il empêche une éventuelle nidation de l’œuf.
Posé pour une durée pouvant aller de 3 à 5 ans, un contrôle gynécologique
régulier est nécessaire, même si le stérilet est bien placé dans la cavité utérine.

9.6 La contraception d’urgence


9.6.1 La pilule du lendemain
Il s’agit d’une contraception à prendre après un rapport sexuel qui a été mal
protégé et donc qui peut être fécondant. Toutefois, cette contraception ne peut
être renouvelée après chaque rapport.

Cette contraception peut être très efficace à condition qu’elle soit utilisée
rapidement après le rapport sexuel.

9.6.2 Le stérilet du lendemain


Comme pour la pilule, le stérilet est aussi un moyen de contraception
« d’urgence ».
Il doit être posé dans les 5 jours qui suivent le rapport sexuel susceptible d’en-
traîner une grossesse non désirée.

123
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
9.7 La contraception chirurgicale
On ne peut plus parler de contraception au sens du terme mais de
contraception définitive ou de stérilisation.
Chez l’homme, on peut sectionner les canaux déférents qui ont pour rôle de
transporter les spermatozoïdes : il s’agit d’une vasectomie.

Chez la femme, on peut ligaturer, sectionner , poser des clips ou stents au ni-
veau des trompes.

Vous connaissez les


différents modes de contraception.
Informez-en votre entourage …

124
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la contraception

Test de connaissances (leçon 9)


1. La température, prise à midi, peut déterminer les différentes phases du cycle.
❏❏ Vrai
❏❏ Faux

2. L’ovulation se fait au 8e jour du cycle.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

3. Le préservatif est le seul moyen de contraception locale pour l’homme.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

4. Les œstrogènes sont :


❏❏ des hormones
❏❏ des vitamines

5. La micro-pilule doit être prise pendant 21 jours.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

6. L’implant assure la contraception au moyen d’une hormone.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

7. Comment s’appelle la méthode chirurgicale chez l’homme qui consiste à


sectionner les canaux déférents ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

125
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
Le début de la vie

126
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
Le début de la vie
10.1 ÉVOLUTION DE LA GROSSESSE.............................................128

10.2 LES ANNEXES FŒTALES.............................................................. 129


10.2.1   Le placenta............................................................................................................ 129
10.2.2  Le cordon ombilical........................................................................................130
10.2.3  Les membranes de l’œuf...........................................................................130

10.3 LES EXAMENS MÉDICAUX..........................................................131


10.3.1  Les examens gynécologiques.................................................................131
10.3.2 Les examens physiques................................................................................131
10.3.3 Les examens biologiques............................................................................131
10.3.4 Les examens urinaires...................................................................................131
10.3.5 L’échographie......................................................................................................132
10.3.6 L’amniocentèse..................................................................................................132
10.3.7 Biopsie des villosités choriales ou choriocentèse..................132
10.3.8 La cordocentèse...............................................................................................132

TEST DE CONNAISSANCES 10............................................................133

127
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
Le début de la vie
La vie d’un être commence dans le ventre de la mère.

Après la pénétration d’un spermatozoïde (gamète mâle) dans l’ovule (gamète


femelle) en vue de la constitution d’un œuf, ce dernier va migrer dans la cavité
utérine pour y rester jusqu’à la fin de la grossesse. L’œuf va alors se diviser en
deux grandes parties : l’embryon et les annexes fœtales.

10.1 Évolution de la grossesse


La grossesse dure 39 semaines en moyenne au cours desquelles l’œuf
va se développer.
On parle d’embryon tant qu’il n’y a pas de forme humaine (de la conception à
la 9e semaine).
On parle de fœtus de la 9e semaine jusqu’à l’instant de la naissance.

Tableau d’évolution
MOIS ANATOMIE TAILLE
Le cœur bat au 21 jour.
e
1er mois 6 mm environ
Foie, pancréas et poumons commencent à se former.
La tête se sépare du corps et les membres se forment.
2e mois 3 cm environ
Le cerveau coordonne.
Visage avec les paupières, les lèvres.
3e mois Les organes génitaux externes sont différenciés. 10 cm environ
Mouvement des jambes et des bras.
Développement des muscles.
4e mois 20 cm environ
Le système digestif commence à fonctionner.
Réflexes de déglutition et de succion.
27 cm environ
5e mois Circulation sanguine complète.
400 g
Le fœtus change de position.
Paupières et sourcils parfaitement dessinés. 35 cm
6e mois
Constitution de la peau qui se recouvre d’un enduit gras appelé vernix. 1 kg
Les organes vitaux fonctionnent et le système nerveux se construit. 39 cm
7e mois
Réaction aux bruits extérieurs. 1,6 kg
Le cœur est terminé.
45 cm
8e mois Les poumons arrivent à maturité.
2,2 kg
Le fœtus change de position et se retourne.
Le vernix disparaît. 50 cm environ
9e mois
Le fœtus bouge moins car il est devenu trop gros. 3,3 kg

128
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
le début de la vie

10.2 Les annexes fœtales


Les annexes fœtales sont un ensemble d’organes permettant la vie du fœtus.
Elles sont au nombre de trois :
◗◗ le placenta ;
◗◗ le cordon ombilical ;
◗◗ les membranes de l’œuf.

10.2.1 Le placenta
Du début jusqu’au 3e mois, on ne parle pas de placenta
mais de trophoblaste.
Il assure un rôle nourricier de l’embryon. Mais très vite, cela va
devenir insuffisant pour assouvir ses besoins naturels. L’or-
ganisme maternel et l’œuf vont fabriquer une sorte de partie
centrale : le placenta.

Il joue plusieurs rôles.


◗◗ Il sert de poumon au fœtus. C’est à travers la membrane des
villosités (filaments qui permettent les échanges entre la mère
et l’enfant) que le sang du fœtus puise son oxygène.
◗◗ Il laisse passer les glucides, les lipides et les protides.
◗◗ Il joue le rôle de barrière car il arrête certains microbes mais
en laisse passer d’autres tels que le colibacille, la syphilis, qui
peuvent pénétrer à partir de la 19e semaine. Il en est de même
pour certains virus et parasites.
◗◗ Le placenta transmet les anticorps maternels au fœtus. 
Celui-ci est donc protégé contre les maladies infectieuses pen-
dant les 6 premiers mois de sa vie.
◗◗ Le placenta laisse passer les médicaments. Cela a un effet
positif dans la mesure où la prise d’un antibiotique protégera
le fœtus contre la maladie. Malheureusement, cela a un effet
négatif car le placenta laisse passer les drogues et l’alcool.
◗◗ Il fabrique des hormones.

129
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
La gonadotrophine chorionique est une hormone présente dans le sang ou
dans les urines. Les tests de grossesse se basent sur sa présence. Cette hor-
mone augmente très vite jusqu’à la 10e ou 12e semaine puis diminue jusqu’au
4e mois. Son taux reste stable. Cette hormone est indispensable à la survie de
l’œuf.

Les œstrogènes et la progestérone sont également fabriqués par le placenta.


Ces hormones sont indispensables au développement du fœtus.

10.2.2 Le cordon ombilical


Le cordon est une tige blanchâtre et luisante qui unit le fœtus au
placenta. Il mesure environ 60 cm. Il est formé en grande partie par
les cellules de l’amnios (membrane qui recouvre le fœtus).

Le cordon possède :
◗◗ une veine qui apporte au fœtus de la nourriture et de l’oxygène transformés
par le placenta ;
◗◗ et deux artères qui emportent les déchets jusqu’au placenta.

10.2.3 Les membranes de l’œuf


L’œuf est recouvert de deux couches de tissus :
la membrane caduque et le chorion.
Une cavité remplie d’eau apparaît. On l’appelle la cavité amniotique qui est limitée
par une membrane appelée amnios.

Le fœtus est nourri par le placenta, ravitaillé par le cordon ombilical et protégé
par ses enveloppes. Il se trouve dans un liquide appelé liquide amniotique.

Le rôle de ce liquide est de protéger le fœtus contre les chocs extérieurs.


Il permet également au fœtus de bouger aisément et de maintenir une tem-
pérature constante. Il apporte au fœtus une grande quantité en eau et sels
minéraux.

Ce liquide s’accumule pour former la poche des eaux.


Lorsque cette poche sera rompue, le liquide va s’écouler à l’extérieur et servira
à lubrifier les voies génitales afin de faciliter l’accouchement.

130
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
le début de la vie

10.3 Les examens médicaux


Tout au long de la grossesse, la femme doit subir des examens.

10.3.1 Les examens gynécologiques


Le médecin vérifiera le volume, la longueur et la consistance de l’uté-
rus. Il jugera de l’état du col.

10.3.2 Les examens physiques


Il s’agit ici de surveiller le poids, la tension artérielle mais aussi l’état
des jambes, chevilles et mains afin de détecter un œdème.
Le médecin mesure la hauteur de l’utérus et écoutera les battements car-
diaques du fœtus.

10.3.3 Les examens biologiques


En début de grossesse, une prise de sang est prescrite afin de vérifier ou de
rechercher :
◗◗ formule sanguine (globules rouges, globules blancs et plaquettes) ;
◗◗ groupe sanguin et facteur rhésus ;
◗◗ immunité contre certaines maladies comme la rubéole, la toxoplasmose,
hépatites ou autres ;
◗◗ trisomie 21. En fonction du résultat, le médecin peut prescrire un autre exa-
men appelé amniocentèse ;
◗◗ hyperglycémie provoquée par voie orale ; afin de diagnostiquer un diabète
gestationnel.

10.3.4 Les examens urinaires


◗◗ Examen cytobactériologique des urines (ECBU) : il s’agit ici d’un prélève-
ment d’urines de façon la plus aseptique possible.
Il permet d’infirmer ou d’affirmer une infection urinaire afin d’isoler le germe
et prévoir un traitement antibiotique.
◗◗ Protéinurie : recherche de protéines dans les urines, car cela peut être le signe
d’une anomalie rénal, d’une hypertension...
◗◗ Glycosurie : recherche de glucose dans les urines car cela peut être le signe
d’un diabète gestationnel.
131
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
10.3.5 L’échographie
Cette technique permet d’obtenir les premières images du fœtus.
Elle permet de surveiller la croissance normale du fœtus mais aussi de détec-
ter certaines malformations comme les maladies du cœur, malformation des
membres…
Mais elle permet aussi de connaître le nombre de fœtus (grossesse multiple) et
de localiser le placenta.
Un certain nombre d’échographies est obligatoire.

10.3.6 L’amniocentèse
Ella a pour but de prélever du liquide amniotique (qui contient des
cellules fœtales) au travers de la paroi abdominale.
Elle se pratique à la 17e semaine.

L’étude des cellules fœtales permet de détecter :


◗◗ une anomalie chromosomique, en l’occurrence la trisomie 21 ;
◗◗ certaines affections héréditaires grâce à l’étude de l’ADN.

10.3.7 Biopsie des villosités choriales ou choriocentèse


Il s’agit de prélever un échantillon de tissu placentaire. L’examen se fait entre
la 9e et la 11e semaine pour déterminer des maladies génétiques ou héréditaires.

10.3.8 La cordocentèse
C’est un prélèvement de sang fœtal effectué sur le fœtus par ponction de la
veine ombilicale du cordon. Il permet la réalisation du caryotype sur les lympho-
cytes du fœtus. Cet examen se fait à partir de la 21e semaine.

132
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 10)
1. Comment appelle-t-on les 2 parties après la division de l’œuf ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

2. À partir de quand bat le cœur du futur bébé ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

3. À partir de quel mois parle-t-on de fœtus ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. Citez les annexes fœtales.


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

5. Quel est le nom de l’hormone présente dans le sang et dans les urines qui permet
de détecter une grossesse ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

6. Comment s’appelle le liquide qui protège le fœtus ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

7. Quel est le nom de l’examen qui permet de surveiller la croissance du fœtus ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

8. Que prélève-t-on lors d’une biopsie des villosités choriales ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

133
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
La génétique

134
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
La génétique
11.1 LE CARYOTYPE ......................................................................................137

11.2 LES ABERRATIONS CHROMOSOMIQUES.................... 138


11.2.1 Anomalies portant sur le nombre de chromosomes............. 138
11.2.2 Anomalies portant sur l’intégrité des chromosomes............140
11.2.3 Les maladies génétiques : héréditaires et congénitales.......141
11.2.4 Quelques définitions.......................................................................................141

11.3 LES MALADIES GÉNÉTIQUES.....................................................142


11.3.1 Définition...................................................................................................................142
11.3.2 Exemples de maladies...................................................................................143

TEST DE CONNAISSANCES 11.............................................................144

135
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
La génétique
À l’intérieur des cellules de notre organisme, dans le noyau, on trouve
de l’A DN (acide désoxyribonucléique).
L’ADN, qui est le support de l’information génétique, forme de la chromatine
en se pelotonnant autour de protéines histones. Cette chromatine se condense
au moment de la mitose (division cellulaire) pour former des chromosomes qui
sont constitués de deux chromatides.
Voici une représentation schématique de ces différentes structures.
Chromosome Membrane Cytoplasme
Noyau

Centromère Une cellule

Une chromatide

Chromatine

Nucléosome

Histone

Les bases azotées :


Cytosine
Guanine
2 Nm
Adénine
Double hélice d'ADN
Thymine
STRUCTURE DE L'ADN
136
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la génétique

Dans une même espèce, tous les êtres vivants sont morphologiquement dif-
férents (ex : dans l’espèce humaine, il existe des différences de taille, de cor-
pulence, de couleur de peau…) : tous les individus ne possèdent pas le même
groupe phénotype (ensemble des caractères observables d’un individu).
Certaines mutations concernent de nombreux gènes et entraînent une modifi-
cation du caryotype : ce sont des aberrations chromosomiques.

11.1 Le caryotype
On étudie les chromosomes lorsqu’ils sont le mieux individualisés
(courts, épais…), c’est-à-dire, pendant la mitose, au stade de la mé-
taphase. La méthode d’étude des chromosomes est la réalisation du
caryotype qui est la carte des chromosomes.

1 2 3 4 5

6 7 8 9 10 11 12

13 14 15 16 17 18

19 20 21 22 X Y
LE CARYOTYPE

Méthode de classement des chromosomes


On compte le nombre de chromosomes, puis on les classe selon :
◗◗ leur taille (les paires sont classées de la plus grande à la plus petite) ;
◗◗ la position des centromères ;
◗◗ la position des bandes de coloration.
137
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Cet arrangement caractéristique des chromosomes constitue le caryotype
d’une espèce.

Le caryotype est la carte chromosomique d’une espèce où chaque paire


est rangée et numérotée.

Chaque chromosome est représenté en 2 exemplaires. On peut classer tous


les chromosomes d’une cellule par paire : les 2 chromosomes d’une même paire
sont appelés chromosomes homologues.

une d’origine maternelle


Une paire
une d’origine paternelle

L’espèce humaine compte 46 chromosomes répartis en 23 paires.


Si on compare le caryotype de l’homme et de la femme, on constate que sur
les 23 paires de chromosomes, seules 22 paires sont identiques dans les deux
sexes. Ces chromosomes sont des autosomes.
Les chromosomes de la 23e paire sont des chromosomes sexuels (gonosomes).
Ils permettent de distinguer le sexe de l’individu. Ils sont désignés par XX chez
la femme et XY chez l’homme.

11.2 Les aberrations chromosomiques


11.2.1 Anomalies portant sur le nombre de chromosomes
C’est une anomalie du nombre de chromosomes.
Elle peut porter sur le nombre de chromosomes au niveau des :
◗◗ autosomes ;
◗◗ gonosomes (ou sexuels).

138
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la génétique

a) Les anomalies de nombre des autosomes


À l’origine de cette pathologie, il y a formation de gamètes anormaux et
donc, après fécondation, il y a anomalie chromosomique comme le syn-
drome de Down (ou trisomie 21) où le chromosome 21 est présent en
3 exemplaires.

1 2 3 4 5

6 7 8 9 10 11 12

13 14 15 16 17 18

19 20 21 22 X Y

TRISOMIE 21

b) Les anomalies de nombre de gonosomes


b1. Le syndrome de Klinefelter
Le caryotype se caractérise par un chromosome Y et deux chromosomes X.
Il affecte les hommes. Ces derniers sont stériles en raison d’un développement
testiculaire très faible.

b2. Le syndrome de Turner


Le caryotype se caractérise par un seul chromosome X.
Il affecte les femmes. Ces dernières sont de petite taille. Le niveau intellectuel
peut être normal, mais on constate généralement un retard.

139
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
11.2.2 Anomalies portant sur l’intégrité des chromosomes
a) La délétion
La délétion est la perte d’un fragment plus ou moins important de chromo-
some.
1 chromosome impliqué
1 point de cassure

DÉLÉTION TERMINALE

Notamment, pour la maladie du « cri du chat » : il y a délétion du chromo-


some 5. Ces personnes ont un retard mental et de nombreuses malforma-
tions.

b) La translocation
La translocation est le transfert d’un segment de chromosome ou d’un chro-
mosome entier sur un autre chromosome.
2 chromosomes impliqués
2 points de cassure

TRANSLOCATION RÉCIPROQUE

140
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la génétique

En résumé, les anomalies chromosomiques provoquent le plus souvent des


perturbations graves chez les individus qui les portent. Les aberrations af-
fectent aussi bien le nombre que la structure des chromosomes.

11.2.3 Les maladies génétiques : héréditaires et congénitales


Maladies héréditaires : maladies transmises par les chromosomes maternels
ou paternels (ex : hémophilie).
Maladies congénitales : maladies contractées pendant la vie intra-utérine
(ex : la toxoplasmose).

11.2.4 Quelques définitions


a) Génome
Ensemble des chromosomes et donc des gènes qui commandent l’organi-
sation héréditaire d’un organisme vivant ou d’une espèce (le génotype).

b) Génotype
Ensemble du matériel génétique porté par un individu et qui constitue son
patrimoine héréditaire.

c) Gène
Unité physique et fonctionnelle de base de l’hérédité. Portion d’une molé-
cule d’ADN qui est composée d’une séquence ordonnée de paires de bases
nucléotidiques qui donnent un produit précis ou qui ont une fonction assi-
gnée. L’être humain possède environ 30 000 gènes.

Un gène Le même gène

Centromère du
chromosome

Chromosome

Paire de chromosomes

LOCALISATION D’UN GÈNE

141
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
d) Allèles
Chez un individu, chaque gène est représenté par deux allèles, situés au
même locus.

Un locus définit un emplacement précis et invariable sur un chromosome. Il ne


faut pas confondre allèle et locus.

Si les deux allèles sont :


◗◗ identiques dans leur composition nucléotidique, l’individu est alors homo-
zygote pour ce gène ;
◗◗ différents, l’individu est alors hétérozygote pour ce gène.
Exemple : G
 ène : couleur des yeux
Allèles : yeux bruns, yeux bleus…

11.3 Les maladies génétiques


11.3.1 Définition
Parent atteint Parent non atteint

Elles sont dues à un défaut de fonctionnement d’un gène.


Elles sont héréditaires.

La maladie est dite récessive si l’individu atteint a reçu de


ses deux parents le gène.
La maladie est dite dominante si l’individu atteint a reçu
d’un de ses parents le gène.
La maladie est dite gonosomale si le gène est situé sur la
paire de chromosomes sexuels.
Enfants atteints Enfants non atteints
(2/4) (2/4) La maladie est dite autosomale si le gène est situé sur une
Les maladies génétiques sont paire de chromosomes homologues.
héréditaires suivant certains
schémas

142
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
la génétique

11.3.2 Exemples de maladies


Nom
Anomalie génétique Signes
de la maladie
Anémie
Gène récessif. Un individu ne peut être
falciforme ou Symptômes vers l’âge de 6 mois : gonfle-
atteint que si les 2 parents lui trans-
drépanocytose ment de l’abdomen et du cœur, extrémi-
mettent le gène.
tés gonflées.
Maladie qui touche environ un bébé sur
Puberté retardée, risques d’infections et
6 000 et qui se caractérise par l’altéra-
d’ulcères de la jambe.
tion de l’hémoglobine, protéine assurant
le transport de l’oxygène dans le sang.

L’hémophilie
Absence de certains facteurs plasma-
Gène récessif sur le chromosome X. tiques de la coagulation. Tendance aux
hémorragies abondantes et répétées.

La mucoviscidose
Transmission autosomale récessive.
Obstruction chronique des canaux du
Gène responsable localisé sur le chro-
pancréas et des bronches.
mosome 7.

La myopathie de
Avant l’âge de 5 ans, les muscles du bas-
Duchenne
Maladie gonosomale récessive qui n’at- sin et du tronc sont touchés. Ceci pro-
teint que les garçons. voque une déformation de la colonne
Cette forme de maladie est due au chro- vertébrale.
mosome X. Tous les muscles sont atteints à l’adoles-
cence.

143
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 11)
1. Où trouve-t-on l’ADN ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

2. Combien existe-t-il de paires de chromosomes chez l’être humain ?


❏❏ 46
❏❏ 23
❏❏ 22
3. À quoi est due une maladie chromosomique ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

4. Où sont situés les gènes ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

5. La mucoviscidose est une maladie génétique.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

6. Où est situé le gène lorsque l’on parle de maladie gonosomale ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

7. Pour la trisomie 21, il y a un chromosome en moins sur la 21e paire.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

144
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
145
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
LEÇON 
Le sang

146
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
Le sang
12.1 GÉNÉRALITÉS.........................................................................................148

12.2 LES ENZYMES........................................................................................148


12.2.1 Les principales enzymes sanguines...................................................149
12.2.2 Intérêt du dosage............................................................................................149
12.2.3 Les autres enzymes........................................................................................150

12.3 LES PROTÉINES PLASMATIQUES..........................................150


12.3.1 Électrophorèse des protéines..................................................................150
12.3.2 Urée..............................................................................................................................151
12.3.3 Acide urique.........................................................................................................152
12.3.4 Bilirubine..................................................................................................................152

12.4 LES ÉLECTROLYTES............................................................................152

12.5 GLYCÉMIE...................................................................................................153

12.6 CHOLESTÉROL......................................................................................153

12.7 VITESSE DE SÉDIMENTATION..................................................154

12.8 LES ANALYSES DE SANG ET LEURS NORMES......... 155


12.8.1 La numération formule sanguine......................................................... 155
12.8.2 L’ionogramme sanguin................................................................................156
12.8.3 La coagulation..................................................................................................156
12.8.4 L’infectiologie.......................................................................................................157
12.8.5 La fonction cardiaque..................................................................................157
12.8.6 La fonction hépatique.................................................................................157
12.8.7 La fonction pancréatique......................................................................... 158
12.8.8 La fonction rénale........................................................................................... 158
12.8.9 La fonction thyroïdienne........................................................................... 158
12.8.10 Les gaz du sang............................................................................................. 159
12.8.11 Le bilan glycémique...................................................................................... 159
12.8.12 Le bilan lipidique............................................................................................ 159

TEST DE CONNAISSANCES 12............................................................160


147
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Leçon 
Le sang
Le sang est un liquide rouge, visqueux, circulant dans les artères et
les veines sous l’action de la pompe cardiaque.

12.1 Généralités
Le sang comporte :
◗◗ une phase liquide appelée le plasma et
◗◗ une phase cellulaire qui comprend les éléments figurés du sang, à savoir l’en-
semble des globules rouges, les globules blancs et les plaquettes.

Le sang joue plusieurs rôles. Il intervient dans :


◗◗ le transport des gaz respiratoires, le dioxygène et le dioxyde de carbone ;
◗◗ le transport des nutriments (eau, sels minéraux et vitamines) ;
◗◗ le transport des molécules informatives (les hormones) ;
◗◗ le transport des déchets (urée) ;
◗◗ le transport des globules blancs (défenses de l’organisme) ;
◗◗ le transport de chaleur.

Nous allons nous intéresser aux différents constituants du plasma.

12.2 Les enzymes


Une enzyme est une substance de nature protéinique fabriquée par
une cellule vivante et capable d’activer une réaction chimique définie.
La viabilité des cellules humaines est liée à l’existence des enzymes spécifiques.
Les enzymes représentent près de 90 % des protéines de la cellule.
Chaque organe ou tissu possède un équipement spécifique d’enzymes, ce qui
lui donne une fonction particulière dans le métabolisme. Ainsi, la fonction et la
nature d’un organe tiennent essentiellement à la qualité et à la quantité des
enzymes qu’il possède.
La concentration des enzymes dans le plasma est, normalement, extrêmement
faible par rapport à la concentration dans les cellules. Cette concentration est
constante et dépend de l’âge et du sexe.
Toute augmentation faible des enzymes dans le sang peut donc provenir d’une
augmentation importante du travail musculaire (chez le sportif, après un effort
violent). Si l’augmentation est forte, c’est qu’il y a souffrance et destruction de
l’organe. Une très forte augmentation signe, ainsi, une très grosse destruction.

148
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
le sang

12.2.1 Les principales enzymes sanguines


Les principales enzymes habituellement dosées sont :
◗◗ les transaminases ;
◗◗ les phosphatases ;
◗◗ l’amylase.

AMYLASE : enzyme d’origine salivaire ou pancréatique, catalysant la dé-


gradation de l’amidon.

Les unités de dosage sont multiples et il est donc nécessaire d’indiquer à la


suite de la valeur, l’unité utilisée.
Le nom des enzymes provient à la fois du substrat principal et de la nature de
la réaction qu’elles catalysent. Elles portent, dès lors, des noms complexes qui
indiquent - en règle générale - la réaction chimique qu’elles facilitent.

12.2.2 Intérêt du dosage


Toute augmentation du taux d’enzymes dans le sang est donc le
signe de la destruction des cellules d’un organe.
Ainsi, l’infarctus du myocarde s’accompagne d’une forte augmentation des
transaminases. L’évolution de la concentration des transaminases dans le sang
après un infarctus permet de suivre l’évolution de la maladie.
Une hépatite s’accompagne également d’une augmentation des transami-
nases. En fonction du taux des transaminases dans le sang, on évalue l’impor-
tance de la destruction cellulaire et donc la gravité de l’hépatite. Remarquons
que deux affections aussi dissemblables que l’infarctus du myocarde et l’hépa-
tite s’accompagnent toutes deux d’une augmentation des transaminases. Ceci
appelle quelques commentaires.
Les enzymes ne sont pas spécifiques d’un organe. Nous l’avons dit en début
de chapitre, c’est la quantité et la qualité des enzymes présentes qui font la
spécificité d’un organe.
Le dosage seul d’une enzyme ne suffit pas à affirmer un état pathologique :
c’est de la convergence de différents éléments que naît le diagnostic.
Et lorsque le laboratoire hésite, c’est la clinique qui prime.

149
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
12.2.3 Les autres enzymes
Les phosphatases (enzyme du plasma) sont différenciées par le pH
auquel elles ont leur activité maximale.
On distingue ainsi les phosphatases alcalines et les phosphatases acides.
Les phosphatases alcalines signent généralement une atteinte osseuse ou du foie.
Leur dosage est fort utile lorsque l’on suspecte des métastases osseuses.
Les métastases de certains cancers se fixent sur les os et ceci, avant l’appari-
tion de signes cliniques (fractures, douleurs, etc.). Ceci permettra de rechercher
par des radiographies l’os atteint et, éventuellement, de détruire les métastases
par des rayons. Les phosphatases acides se rencontrent dans les cancers de la
prostate et il existe donc un dosage spécifique des phosphotases acides pros-
tatiques.

Pour illustrer ce que nous avons dit au sujet des unités, signalons que les phos-
phatases alcalines sont dosées en unités internationales. Remarquons en-
core, au passage, que chez les enfants, durant la croissance, le métabolisme
des os est intense et donc les valeurs normales sont plus élevées.

Il est donc souvent nécessaire (même pour le médecin du laboratoire) de


connaître avec précision l’âge et le sexe du patient dont il reçoit l’échantillon
sanguin.

12.3 Les protéines plasmatiques


12.3.1 Électrophorèse des protéines
Une protéine en solution est mise dans un champ électrique et va se
déplacer vers une électrode suivant sa charge électrique. Il est donc
possible de séparer et de doser les protéines du plasma par cette
méthode.
Cette méthode est extrêmement facile et nous donne des résultats importants.
C’est ce qu’on appelle l’électrophorèse.

L’électrophorèse permet de distinguer, dans le groupe des protéines sériques,


4 fractions principales : albumines, globulines  (alpha), globulines  (bêta)
et globulines  (gamma).

Les globulines se distinguent des albumines par un poids moléculaire plus élevé.
Elles représentent toutes les globulines du sang, à l’exclusion de l’albumine.

150
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
le sang

a) Albumines
Elles constituent plus de la moitié des protéines sériques.
Leur diminution est provoquée soit par un apport protidique trop faible
(carence, malnutrition), soit par un défaut de synthèse par le foie (maladie
hépatique : cirrhose, hépatite), soit par une déperdition importante (dans les
urines par suite d’une maladie rénale, par hémorragie), soit par une consomma-
tion exagérée (par un cancer évolutif).

b) Globulines  (alpha)
Elles varient comme la vitesse de sédimentation.

c) Globulines  (bêta)
Leur augmentation est un signe (grave) d’une rétention lipidique.

d) Globulines  (gamma)
Les gamma-globulines sont essentiellement constituées par les anticorps.
C’est la fraction la plus lente. On constate que l’électrophorèse des protéines
est un examen fort utile car il nous donne un bilan général de nombreuses
fonctions et permet aussi de suspecter une maladie, de suivre son évolution et
d’adapter le traitement.

Exemple : l’électrophorèse des protéines permet de distinguer une cirrhose


d’une hépatite infectieuse.

La cirrhose, qui est une maladie où il y a forte destruction du foie s’accom-


pagne donc d’une baisse importante des albumines. Cette baisse des albu-
mines ne sera pas aussi nette dans l’hépatite ; par contre, l’augmentation des
gamma-globulines sera beaucoup plus importante.

12.3.2 Urée
C’est le résidu de la destruction des protides.
C’est le foie qui produit la plus grande partie de l’urée qui est éliminée par
les reins.
Le dosage de l’urée est donc un indice de l’état de fonctionnement du foie et
du rein. La concentration de l’urée sera plus élevée chez le vieillard que chez
l’adulte car son épuration rénale est moins bonne.

151
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
12.3.3 Acide urique
Il provient de la catabolisation (dégradation) d’un type de protéines :
les nucléoprotéines (ADN, ARN) qui sont l’association d’une protéine
avec un acide nucléique.
L’augmentation des catabolites est responsable de l’hyperuricémie qui s’ac-
compagne de la formation de cristaux d’urate. Cette augmentation est due soit
à une élimination insuffisante, soit à une trop grande production, soit à la prise
de certains médicaments.

On trouvera donc une hyperuricémie dans les néphrites, les troubles de l’élimi-
nation rénale, les brûlures étendues (par augmentation de la production cau-
sée par un catabolisme protéique augmenté) et dans la goutte. Dans la goutte,
il y a hyperuricémie par trouble de l’élimination, et on assiste à des dépôts de
cristaux dans les voies excrétrices du rein qui engendrent des crises de coliques
néphrétiques extrêmement douloureuses. Le traitement de la goutte consiste
en la prise de médicaments et en un régime. Tous les aliments qui contiennent
de grosses quantités d’acides nucléiques comme les sardines, le ris de veau, les
abats, l’alcool, doivent être bannis de l’alimentation.

12.3.4 Bilirubine
Le dosage est nécessaire dans le cas d’ictère (coloration jaune de la
peau et des muqueuses).

12.4 Les électrolytes


Ce sont des molécules qui, en solution, se dissocient en ions.
Les principaux électrolytes dosés sont :
le sodium (Na) - le potassium (K) - le calcium (Ca) - le magnésium (Mg).
le chlore (Cl) - les bicarbonates (HCO3).

Les bicarbonates représentent la réserve alcaline. On sait que le pH du plasma


doit être stable. Pour lutter contre les nombreuses agressions acides, il faut qu’il
y ait une réserve alcaline facilement mobilisable : ce sont les bicarbonates.

L’ionogramme est un examen de laboratoire essentiel dans de très nombreuses


maladies car il donne des indications très précises sur les fonctions vitales
(respiration, excrétion, circulation, etc.). En présence d’un malade dans le coma,
c’est l’examen qui donne le plus d’indications sur la conduite à tenir.
Sans ionogramme, la réanimation des malades ne serait pas possible.

152
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
le sang

Outre cette indication majeure, le dosage des électrolytes est extrêmement im-
portant lors de la prise de certains médicaments.

Par exemple, l’hypertension artérielle est souvent traitée par la prise de diuré-
tiques. La plupart des diurétiques agissent en éliminant le potassium de l’or-
ganisme : c’est pourquoi on recommande à ces malades de consommer des
aliments riches en potassium. Cependant, le déficit en potassium est parfois
à ce point important qu’il est nécessaire d’administrer du potassium par voie
orale si l’on veut éviter les troubles du rythme cardiaque.

En effet, l’hypokaliémie engendre des troubles du rythme cardiaque tels que


des extrasystoles.

12.5 Glycémie
C’est la quantité de sucre dans le sang. On pourra déterminer s’il y a
normoglycémie, hyperglycémie ou hypoglycémie.
Le résultat de cette analyse commandera parfois d’effectuer une épreuve
d’hyperglycémie. Celle-ci consiste à faire avaler par le malade une quantité
déterminée de sucre (100 g) et à analyser de 30 minutes en 30 minutes la réac-
tion que suscite ce sucre dans son sang et ses urines.

Cette analyse sera parfois complétée par le dosage de l’insuline.

12.6 Cholestérol
L’origine du cholestérol dans le plasma sanguin est mixte.
Il a une origine alimentaire mais est aussi synthétisé par le foie.
Le cholestérol joue un rôle extrêmement important car il intervient dans la
production de nombreuses hormones.
Cependant, une trop grosse quantité de cholestérol circulant dans le sang pro-
voque des dépôts de ce dernier dans les vaisseaux.

153
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Ces dépôts provoquent une réduction de la lumière du vaisseau (la lumière
d’un vaisseau est la partie interne délimitée par les parois), et donc des troubles
circulatoires.
Outre le cholestérol, on dose également les autres lipides du plasma sanguin,
acides gras et triglycérides.

Nous pouvons donc dire que même si la prise de sang est un examen banal,
elle reste importante.
Le laboratoire nous permet aujourd’hui de doser plusieurs centaines de consti-
tuants du sang. Une prise de sang ne sera donc jamais, comme on l’entend
souvent, complète. Le médecin doit toujours choisir entre plusieurs centaines
d’analyses, celles qui seront utiles ou nécessaires pour son diagnostic.

12.7 Vitesse de sédimentation


Cette épreuve extrêmement facile à effectuer est fort précieuse car elle
est une mesure globale de la santé de l’individu (comme le pouls et
la température).
La plupart des maladies (déjà au stade préclinique) verront la vitesse de sédi-
mentation accélérer.
Pour bien interpréter la vitesse de sédimentation, il faut tenir compte de cer-
tains éléments comme le moment du cycle chez la femme, le nombre des glo-
bules rouges, la prise de certains médicaments. En quoi consiste cette vitesse
de sédimentation ?
Prenons un exemple : si, à basse température (entre 0 et 2 degrés), on prend
une bouteille d’huile et qu’on la secoue, le contenu semble homogène. Cepen-
dant, au bout de quelques heures de repos à la même température, le contenu
semble moins homogène. On constate l’existence d’un dépôt au fond de la
bouteille.
Il y a eu « sédimentation ». La hauteur du dépôt peut être exprimée en fonction
du temps écoulé.

Comme un espace parcouru en un temps donné est une vitesse, on parlera de


vitesse de sédimentation de ces globules rouges.
En pratique, on prélève du sang que l’on place dans un tube contenant un
produit qui rend la coagulation impossible (héparine). Ce tube est placé ver-
ticalement et on lit après une heure la hauteur du dépôt de globules rouges.

La présence de grosses molécules en quantité importante (par suite d’inflam-


mation, de maladie) provoque des agrégats de globules rouges, et donc aug-
mente la vitesse de sédimentation.
154
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
le sang

12.8 Les analyses de sang et leurs normes


Pour une analyse de sang, on utilise des tubes d’analyse de couleur
différente qui sont fonction du type d’analyse à effectuer. Chaque
fabricant décide de ses couleurs.

Voici les différents dosages établis lors d’une prise de sang. Il s’agit bien sûr de
valeurs pouvant varier selon la technique utilisée par les laboratoires.

12.8.1 La numération formule sanguine (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
Une baisse peut être liée à une
Hématies 4,5 à 5,5 millions / mm3 hémorragie, une maladie hématologique
ou un syndrome inflammatoire.
14 à 18 g / 100 ml pour l’homme
Hémoglobine 12 à 16 g / 100 ml pour la femme Dépister une anémie.

40 à 52 % pour l’homme Indicateur du taux d’hémoglobine dans


Hématocrite 37 à 46 % chez la femme les hématies.
Vérification de la coagulation.
Plaquettes 150 000 à 450 000 / mm3 Dépistage d’un risque hémorragique,
d’une thrombocytose ou thrombopénie.
Les leucocytes 4 000 à 10 000 / mm3
Dépister une infection ou une
(tous les globules blancs) leucopénie.

Les polynucléaires 50 à 70 % Permet de dépister une infection, une


neutrophiles inflammation, une anémie…

Les polynucléaires 1 à 3 % Dépistage d’une parasitose,


éosinophiles d’une allergie, d'une dermatose…

Les polynucléaires baso- 0,25 à 0,5 % Dépistage de maladies hématologiques.


philes

Dépister certaines maladies infectieuses,


Les monocytes 2 à 6 % certaines leucémies…

Les lymphocytes Certaines maladies infectieuses, certaines


25 à 33 % maladies congénitales, allergie…

155
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
12.8.2 L’ionogramme sanguin (à titre indicatif)
Norme biologique Intérêt du dosage
Sodium (Na) 133 à 143 mmol/L Détecter une hyponatrémie ou hypernatrémie.

Potassium (K) 3,5 à 5 mmol/L Détecter une hypokaliémie ou une hyperkaliémie.

Permet de détecter une insuffisance respira-


Le bicarbonate (HCO3-) 23 à 29 mmol/L toire, une insuffisance rénale, une insuffisance
hépatique…

Le chlore (Cl) 98 à 106 mmol/L Hyponatrémie ou hyperchlorémie…

Détecter des métastases osseuses, hyperpa-


Le calcium (Ca) 2,2 à 2,6 mmol/L rathyroïdie, malabsorptions digestives…

Détecter les maladies de la nutrition, les maladies


Le magnésium (Mg) 0,75 à 1 mmol/L de l’intestin grêle, insuffisance rénale…

Détecter une hyperparathyroïdie, alcoolisme


Le phosphore (P) 0,8 à 1,3 mmol/L chronique, destruction osseuse importante…

12.8.3 La coagulation (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
Surveillance d’un traitement par anti-vita-
Prothrombine 80 à 100 % mine K, dépister un risque hémorragique,
(TP) prévention des thromboses artérielles…
INR Surveillance d’un traitement par anti-vi-
(international normalized 1 tamine K (AVK), prévention thrombose
ratio) veineuse (norme entre 2 à 3)…
TCA 24 à 41 secondes Surveillance pour un traitement à l’hépa-
(temps de céphaline activée) rine, dépister un risque hémorragique.
TS 2 à 4 minutes avec Dépister un risque hémorragique.
(temps de saignement) la technique de Duke
Dépister un trouble de la coagulation
Le fibrinogène 2 à 4 g/L sanguine, une infection, une maladie
inflammatoire chronique…
Dépister une maladie thrombo-embolique
Les D-Dimères < 500 microgrammes/L veineuse.

156
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
le sang

12.8.4 L’infectiologie (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
CRP < 6 mg/L Dépister une inflammation bactérienne.
(protéine C réactive)
VS Première heure < 7 Dépister une inflammation ou une infection.
(vitesse de sédimentation) Deuxième heure < 20

12.8.5 La fonction cardiaque (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
Une augmentation traduit une lésion
Les transaminases ASAT = TGO : 10 à 30 UI/L cellulaire (au niveau du foie, du cœur,
(ASAT – ALAT – TGO – TGP) ALAT = TGP : 11 à 40 UI/L des reins ou des muscles).
En fonction du type de CPK dosé on
CPK 10 à 200 UI/L peut déterminer une affection car-
(créatine phosphokinase) diaque, musculaire ou neurologique.
Détermine une nécrose du tissu myo-
La troponine < 0,6 microgramme/L cardique.
Une augmentation importante du taux
La LDH 100 à 350 UI/L de LDH traduit une souffrance cellulaire
(lactate déshydrogénase) sur un organe.

12.8.6 La fonction hépatique (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
Une augmentation traduit une lésion
Les transaminases ASAT = TGO : 10 à 30 UI/L cellulaire (au niveau du foie, du cœur,
(ASAT – ALAT – TGO – TGP) ALAT = TGP : 11 à 40 UI/L des reins ou des muscles)
PAL 32 à 104 UI/L Atteinte du foie, des os, de l’intestin,
(phosphatase alcaline) des reins ou des globules blancs.
La  -GT < 30 UI/L Dépister une nécrose cellulaire.
(gamma glutamyl transférase)
La bilirubine 3,4 à 17 µmol/L Dépister une affection hépatique.

157
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
12.8.7 La fonction pancréatique (à titre indicatif)
Norme biologique Intérêt du dosage
Affection du pancréas ou des glandes
L’amylase 1 à 100 UI/L salivaires.
Dépister une pancréatite, un éthylisme
La lipase 5,6 à 51,3 UI/L chronique, une affection des voies
biliaires…
Évaluer la capacité sécrétrice en-
L’insuline 36 à 110 ρmol/L soit 5 à 15 mU/L docrine du pancréas ou l’équilibre
glycémique.
ρmol = picomole

12.8.8 La fonction rénale (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
L’urée plasmatique 2,8 à 7,6 mmol/L
Dépister une insuffisance rénale.
L’urée urinaire 166 à 580 mmol/24 heures
La clairance de la 80 à 120 ml/min pour une surface Dépister une insuffisance rénale.
créatinine corporelle de 1,73 m²
Dépister une insuffisance surréna-
Le sodium urinaire 80 à 400 mmol/24 heures lienne, néphropathie, insuffisance
rénale…
Dépister une insuffisance rénale, une
Le potassium urinaire 10 à 80 mmol/24 heures malabsorption…
La protéinurie 1 à 25 mg/24 heures Dépister certaines anomalies rénales
des 24 heures comme les syndromes néphrotiques.

12.8.9 La fonction thyroïdienne (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
La tri-iodo-thyronine T3 1 à 3 nmol/L
La tétra-iodo-thyroxine T4 60 à 150 nmol/L Dépister des pathologies thyroïdiennes.
La thyréostimuline TSH 0,2 à 4 mUI/L

158
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
le sang

12.8.10 Les gaz du sang (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
pH : 7,35 à 7,45
PaO2 : 90 à 100 mg/mHg
PaCO2 : 35 à 45 mg/mHg Appréciation de la fonction respiratoire
Les gaz du sang de l’organisme.
CO2 total : 20 à 35 mmol/L Dépister une insuffisance respiratoire.
Bicarbonate : 22 à 26 mmol/L
Saturation en O2 : 95 à 100 %

Sang veineux : 0,3 à 1,3 mmol/L


Les lactates Sang artériel : 0,3 à 0,8 mmol/L Détecter une hypoxie des tissus.

12.8.11 Le bilan glycémique (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
Détecter une hyperglycémie ou
Glycémie 3,3 à 5 mmol/L hypoglycémie.

HbA1C L’hémoglobine glyquée permet


(hémoglobine glyquée 2,5 à 6 % d’étudier l’équilibre glycémique des
ou glycolysée) 3 mois précédent la prise de sang.

Permet d’étudier les variations de la glycé-


L’hyperglycémie provoquée < 8 mmol/L mie après une décharge en glucose.

12.8.12 Le bilan lipidique (à titre indicatif)


Norme biologique Intérêt du dosage
Cholestérol total : 4,1 à 6,2 mmol/L Dépister une hypercholestérolémie, définir
Le cholestérol Cholestérol LDL : < 4,10 mmol/L un risque athérogène…
Cholestérol HDL : > 1 mmol/L

Dépister une hypertriglycéridémie, définir


0,5 à 2 mmol/L chez l’homme
Les triglycérides 0,4 à 1,6 mmol/L chez la femme un risque athérogène ou
thrombogène.

159
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 12)
1. Comment s’appellent les 2 phases que comporte le sang ?
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

2. Qu’est-ce qu’une enzyme ?


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

3. L’augmentation du taux d’enzymes entraîne une augmentation des cellules.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

4. Le dosage de l’urée est un indice du fonctionnement du cœur.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

5. La réanimation des malades dépend d’un ionogramme.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

6. La quantité de sucre dans le sang s’appelle la :


.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................................................................................................................................

7. L’augmentation de la vitesse de sédimentation n’est pas importante.


❏❏ Vrai
❏❏ Faux

160
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
161
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Réponses aux tests
de connaissances

162
CU LT U R E E T FO R M AT I O N Culture et Formation
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L l'école spécialiste
réponses aux tests de connaissances

Test de connaissances (leçon 1)


1. La peau est composée de 3 couches. Lesquelles ?
• Épiderme
• Derme
• Hypoderme.

2. Les glandes de la sueur permettent d’évacuer l’excès de :


chaleur.

3. Qu’est-ce qu’une flore pathogène ?


Ensemble de micro-organismes engendrant des maladies.

4. À quel stade de la carie dentaire observe-t-on des rages de dents ?
❏❏ stade 1
❏❏ stade 2
55 stade 3
❏❏ stade 4

5. Le sommeil paradoxal est un sommeil :


❏❏ léger
❏❏ profond
55 très profond avec activité onirique

6. La circulation de l’air dans une habitation doit se faire :


❏❏ des pièces de services vers les pièces principales
55 des pièces principales vers les pièces de services

163
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 2)
1. Quelles sont les valeurs énergétiques (en kJ) d’1 g de :
◗ protides = 17 kJ
◗ glucides = 17 kJ
◗ lipides = 38 kJ

2. Qu’est-ce qu’un nutriment ?


Substance alimentaire pouvant être assimilée directement ou indirectement par l’or-
ganisme.

3. Les vitamines liposolubles sont solubles dans les :


graisses.

4. Quel est le rôle principal du calcium au niveau de l’organisme ?


Fabrication du squelette.

5. La consommation moyenne en eau pour un adulte est de ?


1,5 litre.

6. Citez les groupes alimentaires ?


• viandes, poissons, œufs
• produits laitiers
• les matières grasses
• fruits et légumes crus ou cuits
• les boissons
• les céréales et dérivés, pomme de terre, légumes secs
• sucre et produits sucrés

164
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
réponses aux tests de connaissances

Test de connaissances (leçon 3)


1. Comment appelle-t-on une bactérie de forme arrondie ?
❏❏ Un bacille
55 Une coque
❏❏ Un vibrion

2. Les prions sont à l’origine de quelle maladie ?


❏❏ Le paludisme
55 La maladie de Creutzfeldt Jakob
❏❏ Le botulisme

3. L’homme est porteur de bactéries ?


55 Vrai
❏❏ Faux

4. Que signifie « infection nosocomiale » ?


Elle est acquise dans un établissement de soins.

5. Quelles sont les personnes les plus sensibles aux infections nosocomiales ?
Les personnes âgées, les grands brûlés, les polytraumatisés, les immunodéprimés,
les prématurés.

165
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 4)
1. Une plaie est dite simple si sa profondeur est supérieure à 2 mm.
❏❏ Vrai
55 Faux

2. Lorsque l’on soigne une plaie, la vaccination contre la poliomyélite doit être à jour.
❏❏ Vrai
55 Faux

3. Comment peut-on évaluer la gravité d’une brûlure ?


En fonction de l’état de la peau.

4. Le degré le plus grave pour une brûlure est le 2e degré.


❏❏ Vrai
55 Faux

5. Citez les 2 processus de cicatrisation.


Cicatrisation de 1re intention, cicatrisation de 2e intention.

6. Quels sont les facteurs externes qui entraînent une cicatrisation lente ?
Les facteurs externes comme…
l’ischémie,
la nécrose,
l’hématome…

7. L’espace mort favorise la multiplication des microbes.


55 Vrai
❏❏ Faux

166
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
réponses aux tests de connaissances

Test de connaissances (leçon 5)


1. La fièvre est-elle :
55 un symptôme ?
❏❏ une maladie ?

2. Si la température du corps est inférieure ou égale à 35 °C, on parle de :


hypothermie.

Si la température augmente au-dessus de la normale, on parle de :


hyperthermie.

3. Comment peut-on également appeler l’homéothermie ?


La thermorégulation.

4. Citez les 4 façons que possède le corps pour perdre sa température.


La radiation, la convection, la conduction et l’évaporation.

5. L’hyperthermie peut s’accompagner de convulsions et de délire.


55 Vrai
❏❏ Faux

6. En cas d’infections, la fièvre peut baisser.


❏❏ Vrai
55 Faux

7. Une maladie peut être détectée uniquement par une température élevée.
❏❏ Vrai
55 Faux

167
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 6)
1. Citez les différents types de micro-organismes.
Les protozoaires, les champignons, les bactéries, les virus.

2. Les coques sont des champignons.


❏❏ Vrai
55 Faux

3. Que peut entraîner la pénétration des micro-organismes dans le corps ?


Des maladies infectieuses.

4. Contre quoi réagit l’organisme et comment appelle-t-on cette réaction ?


Contre toute substance étrangère qui est introduite dans son milieu intérieur.
Réaction immunitaire.

5. Quelle est la différence entre un antigène et un anticorps ?


L’antigène déclenche une réaction immunitaire, l’anticorps défend l’organisme atta-
qué par les antigènes.

6. L’immunité est dite naturelle à la suite d’une vaccination.


❏❏ Vrai
55 Faux

7. Citez 3 méthodes pour éviter l’attaque des micro-organismes.


L’hygiène, les antibiotiques, les vaccins.

8. Le prurit est :
❏❏ Un médicament
❏❏ Une lotion
55 Une irritation de la peau

9. La ponte des œufs de la gale se fait sous l’épiderme.


55 Vrai
❏❏ Faux
168
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
réponses aux tests de connaissances

Test de connaissances (leçon 7)


1. Un sérum fournit des anticorps contre un agent pathogène ou une toxine :
55 Vrai
❏❏ Faux

2. La vaccination est toujours durable.


❏❏ Vrai
55 Faux

3. Citez les vaccinations obligatoires en France depuis le 1er janvier 2018.


DTP : Diphtérie, Poliomyélite, Tétanos.
Coqueluche, Hæmophilus, Influenzae B, Hépatite B, Meningocoque C, pneumocoque.
ROR : Rougeole, Oreillons, Rubéole.

4. La grippe est une vaccination obligatoire pour les bébés.


❏❏ Vrai
55 Faux

5. Si une personne part à l’étranger, elle doit être vaccinée contre la méningite.
❏❏ Vrai
55 Faux

6. Que regroupe le ROR ?


ROR : Rougeole, Oreillons, Rubéole.

169
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 8)
1. Que signifie IST ?
Infections sexuellement transmissibles.

2. Trois agents peuvent provoquer des IST. Lesquels ?


Les virus.
Les bactéries.
Les champignons.

3. Quelle est la maladie infectieuse, découverte en 1905, qui a fortement progressé


dans les années 80 et 90 ?
La syphilis.

4. Quel est l’autre nom de la mycose.


La candidose.

5. Une IST peut entraîner une stérilité.


55 Vrai
❏❏ Faux

6. Le Sida est une IST.


55 Vrai
❏❏ Faux

170
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
réponses aux tests de connaissances

Test de connaissances (leçon 9)


1. La température, prise à midi, peut déterminer les différentes phases du cycle.
❏❏ Vrai
55 Faux

2. L’ovulation se fait au 8e jour du cycle.


❏❏ Vrai
55 Faux

3. Le préservatif est le seul moyen de contraception locale pour l’homme.


55 Vrai
❏❏ Faux

4. Les œstrogènes sont :


55 des hormones
❏❏ des vitamines

5. La micro-pilule doit être prise pendant 21 jours.


❏❏ Vrai
55 Faux

6. L’implant assure la contraception au moyen d’une hormone.


55 Vrai
❏❏ Faux

7. Comment s’appelle la méthode chirurgicale chez l’homme qui consiste à


sectionner les canaux déférents ?
La vasectomie.

171
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 10)
1. Comment appelle-t-on les 2 parties après la division de l’œuf ?
L’embryon et les annexes fœtales.

2. À partir de quand bat le cœur du futur bébé ?


21e jour.

3. À partir de quel mois parle-t-on de fœtus ?


À partir de la 9e semaine (3e mois).

4. Citez les annexes fœtales.


Le placenta, le cordon ombilical, les membranes de l’œuf.

5. Q
 uel est le nom de l’hormone présente dans le sang et dans les urines qui permet
de détecter une grossesse ?
La gonadotrophine chorionique.

6. Comment s’appelle le liquide qui protège le fœtus ?


Le liquide amniotique.

7. Quel est le nom de l’examen qui permet de surveiller la croissance du fœtus ?


Une échographie.

8. Que prélève-t-on lors d’une biopsie des villosités choriales ?


Du tissu placentaire.

172
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
réponses aux tests de connaissances

Test de connaissances (leçon 11)


1. Où trouve-t-on l’ADN ?
Dans le noyau des cellules.

2. Combien existe-t-il de paires de chromosomes chez l’être humain ?


❏❏ 46
55 23
❏❏ 22
3. À quoi est due une maladie chromosomique ?
Soit au nombre de chromosomes.
Soit à l’intégrité des chromosomes.

4. Où sont situés les gènes ?


Les gènes sont situés à un endroit appelé locus du chromosome.

5. La mucoviscidose est une maladie génétique.


55 Vrai
❏❏ Faux

6. Où est situé le gène lorsque l’on parle de maladie gonosomale ?


Sur la paire de chromosomes sexuels.

7. Pour la trisomie 21, il y a un chromosome en moins sur la 21e paire.


❏❏ Vrai
55 Faux

173
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L
Test de connaissances (leçon 12)
1. Comment s’appellent les 2 phases que comporte le sang ?
Une phase liquide appelée le plasma, une phase cellulaire qui comprend les élé-
ments figurés du sang.

2. Qu’est-ce qu’une enzyme ?


C’est une substance de nature protéinique.

3. L’augmentation du taux d’enzymes entraîne une augmentation des cellules.


❏❏ Vrai
55 Faux

4. Le dosage de l’urée est un indice du fonctionnement du cœur.


❏❏ Vrai
55 Faux

5. La réanimation des malades dépend d’un ionogramme.


55 Vrai
❏❏ Faux

6. La quantité de sucre dans le sang s’appelle la :


Glycémie.

7. L’augmentation de la vitesse de sédimentation n’est pas importante.


❏❏ Vrai
55 Faux

174
CU LT U R E E T FO R M AT I O N
A P P R O C H E D U M O N D E M É D I C A L