Vous êtes sur la page 1sur 3

BACCALAUREAT BLANC TS1 Ruben Teixeira

PHILOSOPHIE
Durée : 4 heures COEFFICIENT 3

SUJET 2 : Obéir à la loi est - ce renoncer à sa liberté?

I- Obéir est contradictoire à la liberté


II- Obéir par devoir
III- Obéir par volonté un acte de liberté
Introduction: La définition commune de la liberté est quand un individu peut agir comme il le
pense sans avoir de conséquence. Le fait d'obéir est présent dans notre société depuis
longtemps déjà comme à l'époque du moyen ages. Néanmoins bien que cela soit au premier
abord contradictoire obéir à la loi est - ce renoncer à sa liberté?

En effet si l'on se plie au lois l'on ne peut plus faire ce qu'on l'on veut et par définition nous ne
sommes plus libre. Donc comment pouvons nous dire que se soumettre c'est être libre?

Afin de répondre à cette question notre analyse va se pencher sur la contradiction de


l'obéissance et de la liberté, puis dans un second temps nous verrons que parfois l'obéissance
est nécessaire afin de préserver notre devoir et enfin nous verrons que le fait d'obéir peut être
un acte volontaire.

I- Obéir est contradictoire à la liberté


A) Fausse liberté
La liberté est contradictoire au fait d'obéir puisque l'obéissance est par définition le fait de se
contraindre à la volonté d'une autre personne et cela ne correspond pas à la liberté. Néanmoins
nous savons que de nature l'homme n'a jamais été libre. En effet l'homme qui suit ses désir
peut penser qu'il est libre alors qu'en réalité il est soumis et obéit a ses propre désir. Ici la liberté
de l'homme ne serait qu'en fait une illusion dont il se satisfait alors qu'il est prisonnier de ses
envies. De plus si l'on regarde notre monde l'on peut remarquer que les homme sont obligés de
respecter certaine règle qui cette fois sont indépendante d'eux comme la mort, le temps, la
gravité ou autre.

B) Obéir pour l'égalité


De plus l'homme est soumis à la société et à un groupe supérieur. En effet sans cela il aurait
fort à parier que la loi du plus fort serait la meilleur néanmoins le fait de céder certain droit à un
groupe supérieur permet l'application de loi qui permettent au fort et au faible d'être aussi libre
l'un que l'autre. Donc le fait de se soumettre à un groupe supérieur permet dans un sens d'être
libre sans pour autant l'être réellement mais en sacrifiant au passage certaine de nos libertés.

C) Notre liberté au détriment des autre?


Par respect ou par loi on le sait tous nous sommes tenue et régit par des loi afin que notre
liberté n'est pas d'influence sur celle des autres. En effet notre liberté peut gêner les autres
d'une certaine façon. Par exemple si je veux prendre une douche a 3 heure du matin, par liberté
individuelle je peux le faire mais néanmoins cela risque de rentrer en contradiction avec la
liberté du reste de ma famille de vouloir dormir. De ce fait notre liberté influe sur celle de notre
entourage et notre entourage influe sur notre liberté.
De ce fait nous voyons bien que l'homme est contraint de se limiter dans ses propre actions afin
de ne pas gêner son entourage.

II- Obéir par devoir


A) Des lois pour la liberté
En tant que bon citoyen français nous avons l'opportunité de pouvoir choisir nos représentant et
les lois qu'ils veulent appliquer. Dans ce cas ci nous voyons que l'homme se soumet au lois qu'il
choisit et que parfois même ses lois contribue à sa liberté donc nous pouvons supposer que
l'obéissance et la liberté ne sont pas si contradictoire finalement.

B) L'Homme bâtisseur de sa propre liberté


Comme dit plus haut nous pouvons choisir nos représentant. Le simple mot chosir suppose que
l'on a eu plusieurs choix. Bien que nous devons nous soumettre à une régime politique nous
pouvons choisir celui dont les idéaux sont les plus proche des nôtres. Donc dans un certain
sens nous pouvons choisir et contribuer à nos propre lois et définir nous même notre propre
liberté. Bien sur le fait de laisser les autre chosir pour nous est une forme de volonté et de
liberté mais cela peut facilement nous porter préjudice.

C) Une liberté au multiple visages


En introduction nous avons vu la définition de la liberté mais néanmoins il semblerait que la
liberté ai plusieurs facette en effet si l'on prend la liberté philosophique nous voyons que ce qui
prime d'abord est la volonté humaine, ses désirs et ses envies mais si l'on se penche du côté
de la liberté politique l'on voit bien qu'ici la liberté est plutôt défini par d'autres concepts comme
les droits, l'égalité ou la justice. Dans ce sens la "liberté philosophique et politique" peuvent se
mêler l'une à l'autre sans se porter atteinte.

III- Obéir par volonté un acte de liberté?


A) Liberté de se soumettre
Confucius a dit "Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul
jour de votre vie". Le travail est souvent représenté comme un actes qui peut être pénible en de
nombreux point donc si l'on continue à travailler c'est que d'une certaine manière nous y sont
contraint mais selon Confucius le fait de choisir un traviller que l'on apprécie nous enlève cette
notion de travail et de contrainte puisque ce serait un acte volontaire et git par l'individue lui
même et pas par une contrainte extérieure. De ce fait il s'agirait d'une volonté de se soumettre
et donc d'un acte de liberté. La contrainte se transforme en un choix délibéré.

B) Liberez par les lois


La liberté est un concept très humain tout comme le mal le bien la galanterie etc...Mais si l'on
réfléchit de cette façon l'on peut noter quelque chose a chaque fois que l'humain invente un
concept il invente également son inverse (chaud/froid, bien/mal, gentil/méchant, vie/mort) donc
si nous avons la liberté il faudra obligatoirement quel ai sont inverse donc c'est ici que les lois
entre en scène si l'on veut pouvoir profiter d'une liberté il faut tout d'abord créé des lois afin d'en
profiter comme il faut avoir connu le desespoire pour reconnaître le bonheur, ici il faut connaître
les lois afin de bénéficier de ses liberte.

C) Loi de la Nature
"L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature ; mais c'est un roseau pensant."
a dit Blaise Pascal. Connaissant sa faiblesse, l'homme peut décider de se soumettre a certain
lois qu'il ne peut contrôler. Le meilleur exemple reste la loi de la mort même si l'on essaye par
tout les moyen possible de vivre éternellement l'on est soumis à la peur mais si l'on accepte
notre mort alors nous sommes libre. Libre car l'on prend conscience que certaine loi sont
immuable par l'homme et qu'il est donc inutile de se battre contre elles.

Conclusion: Il est vrai que si l'on est soumis l'on n'est pas libre et que par respect pour autrui
nous ne pouvons pas faire ce qu'il nous plait. Toutefois nous savons qu'il existe une liberté de
penser propre a chaque personne, de voter ou encore d'élire son représentant. Loi et liberté
vont de paire l'une ne peut exister sans l'autre. Etre libre c'est pouvoir profiter des droits de la
loi. De plus le fait de choisir sa loi implique une liberté de choisir.