Vous êtes sur la page 1sur 2

32

COMMENT
DÉMASQUER LES
PERSONNALITÉS
« Petit, j’étais centre du monde. Il n’est mû que par
l’enfant parfait. une obsession : prendre le pouvoir. Et il
est prêt à tout pour y arriver. Tel un pré-
dateur, il cherche en permanence celui
Plus tard, le gendre idéal. Aujourd’hui, ou celle qui saura l’emmener là où il
ma femme m’adore et j’ai des enfants qui veut aller. Sans la moindre culpabilité, il
réussissent à l’école. Je suis manager est prêt à blesser et faire souffrir n’im-
dans une célèbre multinationale, où j’ai porte qui. Son but : exercer une emprise
de grandes responsabilités, et je gagne sur autrui, quel qu’il soit. La première à
très bien ma vie. Mes patrons sont très le subir est sa femme, et elle endure
contents de moi. Tout me réussit. Au club tout ce qu’il lui fait vivre ; il la déstabilise,
de tennis, j’ai un cercle d’amis avec les- la fragilise, au point qu’elle néglige pour
quels je m’entends très bien. Je suis lui ses propres intérêts. Mais elle est
beau, charmant, intelligent, empathique, devenue complètement dépendante de
voire séduisant. Toujours souriant, j’ob- son mari, qu’elle considère comme son
tiens assez facilement tout ce que je sou- « sauveur ». Un amour qui renforce l’ego
haite. Je fais d’ailleurs ce que je veux de de Patrick, lequel se sent encore plus
ma vie… et de celle des autres. » puissant. Surtout sur son lieu de travail.
Sauf que… en réalité, Patrick, âgé d’à « Il y a quelques mois, j’ai même jeté
peine 40 ans, n’aspire qu’à être au mon dévolu sur l’un de mes subordon-

N° 115 - Novembre 2019


Dossier SOMMAIRE

p. 34
Qui sont les personnes
« toxiques » ?

p. 42 Interview
Fuyez les individus
délétères !

p. 48 Test
Repérer les personnalités
toxiques en quelques
minutes

p. 50
Dans le cerveau
des psychopathes

TOXIQUES
nés, Paul. Très vite, j’ai vu chez lui tout ce L’histoire de Patrick est inspirée de
que je déteste. Il était beau, intelligent et cas réels, rapportés par Grégory Michel,
ambitieux. J’ai donc cherché à spécialiste de psychopathologie clinique
“l’éteindre” et l’instrumentaliser. Je l’ai à l’université de Bordeaux et chercheur à
séduit avec des promesses que je savais l’Institut des sciences criminelles et de la
ne jamais tenir ; nous sommes rapide- justice. Patrick est tout simplement une
ment devenus assez proches. Il s’est personnalité hautement toxique, un psy-
ensuite ouvert et m’a fait part de ses chopathe pour l’appeler par son vrai
idées et projets. Je me les suis appro- nom. Et il n’est pas le seul dans son cas.
priés. Ce qui a beaucoup plu à mes Vous en avez certainement rencontré, ou
chefs. Je jubilais de voir Paul incrédule en rencontrerez, dans votre vie. Au tra-
et de ne pas comprendre pourquoi il sta- vail, dans votre famille ou parmi votre
gnait professionnellement… Je n’avais cercle de connaissances. Alors nous
alors plus besoin de lui. Il fallait que j’en avons demandé à Grégory Michel de
finisse avec lui. J’ai menti aux patrons en nous raconter comment fonctionne leur
colportant une horrible rumeur le esprit. Deux autres spécialistes de ce
concernant. Il a dû quitter l’entreprise. dossier nous expliquent aussi en quoi
J’étais ravi, d’autant qu’une nouvelle leur cerveau est différent et comment les
recrue, jeune et belle, allait maintenant repérer pour ne pas en être les victimes.
m’apporter beaucoup de plaisir. » Bénédicte Salthun-Lassalle

N° 115 - Novembre 2019

Centres d'intérêt liés