Vous êtes sur la page 1sur 23

LE BUDGET DE TRESORERIE

Plan :
1) Introduction

2) Problématique

3) Encaissement / Décaissement et de TVA

4) Solde

5)Cas Pratique

Réaliser Par  :
Wiame Erahhali
5) Oumaima Elhajifi
Sara Fellir
Fatima Zahra El Kaissi
El Mehdi Alloul
Lalaoui Ait sidi Mohamed
1) Introduction :

Pour une entreprise, avoir suffisamment de trésorerie signifie pour


financer ces dépenses du quotidien grâce aux sommes d’argent
disponible. La trésorerie constitue donc un point très important dans
la gestion d’une entreprise. Elle est un indicateur de sa viabilité et de
sa pérennité. Les problèmes de trésorerie constituent en effet l’une
des principales causes de faillites des entreprises, alors qu’une bonne
gestion de trésorerie en amont permet ainsi de s’assurer que
l’entreprise pourra honorer ses engagements à leurs échéances.

Il s’agit donc essentiellement de faire un travail prévisionnel pour


parer les difficultés de trésorerie.

Pour repérer ces difficultés, l’entreprise a tout intérêt à établir un


budget et des prévisions de trésorerie afin d’anticiper les entrées et
les sorties d’argent à venir.

PROBLÉMATIQUE:
Dans quelle mesure le budget de la
trésorerie attribue une importance à
l’entreprise ?
Présentation du budget de trésorerie  :
Généralités :

En effet, la prévision de trésorerie tire les conséquences


financières des différents budgets liés au cycle d’exploitation
(ventes, frais commerciaux, production, sous-traitance,
approvisionnement) et liés aux investissements. C’est en ce
sens qu’on peut le qualifier de budget résultant.
Le budget de trésorerie regroupe toutes les informations
financières fournis par les autres budgets de l’entreprise.
1.1. Définition du budget de trésorerie
Le budget de trésorerie est la transformation des charges et
des produits de tous les budgets précédents en encaissements
et en décaissements, notions qui privilégient l'échéance des
flux monétaires. Il permet donc :
• D’établir la situation prévisionnelle de la trésorerie constituée
par les disponibilités en caisse, compte en banque, compte
postal,
• De même prévoir le besoin de financement à court terme,
• De déterminer le niveau de liquidité nécessaire à l’entreprise
en fonction de ses objectifs,
• De synthétiser l’ensemble des activités de l’entreprise par les
flux financiers prévus,
•Ainsi de porter une appréciation sur la situation prévisible de
l’entreprise,
Munis de ces prévisions de trésorerie, les gérants
peuvent anticiper d’éventuels trous de trésorerie et ainsi
exercer leur activité plus sereinement. Lorsqu’une difficulté de
trésorerie est identifiée à l’avance, le dirigeant a le temps de
mettre en place des actions correctrices adaptées : négociation
d’un découvert autorisé, recherche d’un prêt professionnel,
report d’un investissement, réduction des coûts, etc.
Le budget de trésorerie est généralement établi mois par mois
pour une période de 6 à 12 mois.

1.2. Composition du budget de trésorerie :


Le budget de trésorerie se compose de deux parties
distinctes :
- Les encaissements (recettes).
- Les décaissements (dépenses).

1.3. Objectifs du budget de trésorerie :


La gestion de la trésorerie est l’un des soucis majeurs des
dirigeants et créateurs d’entreprise. Il faut reconnaître que
même lorsqu’on a du bon sens et de l’expérience, les pièges
dans ce domaine sont nombreux. Le plan de trésorerie est
donc :

Outil d'anticipation ; il s’agit d’anticiper les éventuelles crises


de liquidité et de prévenir ainsi un état de cessation des
paiements. Le budget de trésorerie permettra d’anticiper si
cette trésorerie sera bien à même de supporter
cet investissement.

Outil d'optimisation : il permet de sélectionner et de négocier


en amont les solutions de financement et placement les plus
avantageuses, entre autre de réduire le coût de la dette et celui
des services bancaires.
Dans ce cas, le budget de trésorerie prévisionnel devient le
meilleur outil d’aide à la décision.

3) Encaissement / Décaissement

Ce budget peut être établi selon deux méthodes :


-Soit comme conséquence de l’équilibre financier selon la
méthode des Emplois-Ressources
-Soit comme budget de synthèse selon la méthode des
Encaissements-Décaissements

1 La méthode des Emplois-Ressources :


Le budget de trésorerie par la méthode des Emplois-
Ressources consiste à établir des situations mensuelles
prévisionnelles puisqu’il est essentiel pour le gestionnaire de
connaitre la position de trésorerie pour induire des décisions
correctives
Pour se faire ; on applique la formule suivante :
FRF – BFG = TN
2 La méthode des Encaissements – Décaissement
Dans ce cas le budget comprend 4 parties :
Le budget des Encaissements
Le budget des Décaissements
Le budget de tva
La situation prévisionnelle de trésorerie

Le budget des Encaissement comprend  :


-les créances figurant au bilan de la période précédente et
venues à échéance sur la période budgétaire
-les produits financiers
-les remboursements des produits consentis à des tiers
Ils sont généralement constitues par les recettes de ventes

Le budget de Décaissement comprend  :

-les achats de biens et services payés


-les charges de personnel et charges sociales venues à
échéance
-les acomptes d’impôts sur la société
-les remboursements d’emprunts et d’intérêts
-le paiement des dividendes aux actionnaires
- la tva nette due au titre du mois précédent

3) Budget de la TVA

Le budget de TVA :
Généralités :
Le budget de TVA a pour objectif de déterminer ou bien à
chiffrer la dette fiscale de l'entreprise ou sa créance à l'égard
du trésor.

Pour chaque période, il convient de déterminer le montant de la


TVA à décaisser par l’entreprise, en appliquant correctement
les règles fiscales relatives à l’exigibilité de la TVA, en fonction
de son activité et de son régime d’imposition; qui peut être soit
un régime optionnel ou bien de débit (où la TVA entraine une
exigibilité dès la facturation), soit un régime d’encaissement (où
la TVA entraine une exigibilité totale ou partielle du montant de
la vente).

Pour déterminer la TVA à décaisser, il suffit de faire la


différence entre la TVA collectée (qui est tirée sur les ventes en
général c’est l’ensemble des rentrées d'argent dont bénéficie ou
va bénéficier la société pour les mois à venir, et la TVA
déductible (tirée sur les achats des biens et services, les autres
charges ou bien sur l’achat des Immobilisations…).

Structure de tableau de TVA :


- Si le résultat de la différence entre la TVA collectée et la
TVA déductible est positif, alors il s’agit d’une TVA à
décaisser. Et à noter que La TVA à décaisser du mois M
sera payée sur le mois M + 1 et ainsi de suite.

- Si la TVA collectée moins la TVA déductible donne un


résultat négatif, alors il s’agit d’un crédit de TVA.

Pour bien comprendre cette logique du crédit de tva, Nous


illustrerons ça par un petit exemple :

Prenons comme exemple le cas du mois d’Avril :


On remarque qu’en avril il y a davantage de TVA déductible
que collectée. Mais la générosité du Trésor public ne va pas
jusqu’à procéder immédiatement à un virement en faveur de
l’entreprise ! Donc La somme négative est simplement reportée
sur le mois suivant où elle vient en déduction de la TVA à
verser à l'État. Celle-ci sera ensuite reprise dans le budget des
décaissements.

4) Le Solde  :

Le budget de trésorerie permet de déterminer une période par


période ( mois ou trimestre), les encaissements et les
décaissements, en vue de mettre en évidence la situation de la
trésorerie.

Exemple de présentation:
La différence entre les encaissements et les décaissements
indique la situation de trésorerie pour
chaque période, soit une trésorerie positive ou excédentaire
comme le mois de Janvier qui est de *20 000, soit une
trésorerie négative ou déficitaire comme le mois de Février qui
est de *100 000.
Comme il est possible de cumuler les situations mensuelles afin
de faire apparaître le solde cumulé de la trésorerie à la fin de
chaque mois.
Notamment il ne figurent pas bien évidemment dans le budget
de trésorerie les charges et les produits calculés (dotations aux
amortissements, dotations et reprises de dépréciations).

Analyse du budget :
Après avoir établir l’ensemble des encaissements et des
décaissements également la Tva, on obtient un solde qui
pourrait être positif ou négatif.
•Alors, si le solde est excédentaire cela veut dire que
l’entreprise n’a pas de problème de financement à court terme.
Il faudra bien examiner les formes de placement les mieux
adaptées afin de rentabiliser les disponibilités par les valeurs
mobilières de placement.
• Si le solde est déficitaire, cela veut dire que l’entreprise a un
besoin de financement à court terme d’où elle va faloir agir sur
les encaissements et les décaissements :
~>Au niveau des encaissements, l’entreprise doit mener des
actions correctives comme par exemple :

• La réduction du délai de crédit accordé aux clients.


• Des mesures incitatives pour encourager les règlements au
comptant par les clients par exemple accorder des escomptes.
~> Au niveau des décaissements, les actions menés sont par
exemple :
• L’augmentation du délai de crédit accordé par les fournisseurs
• La réduction ou reports des dépenses prévues.

Les Etats de synthèse prévisionnels 


La démarche budgétaire sera ensuite bouclée par l'établissement des
documents de synthèse prévisionnels.

L’établissement de documents de synthèse prévisionnels répond à 2


exigences :

 Assurer l’équilibre comptable de l’année budgétaire entre les


budgets des différents services et le budget de trésorerie.

(Par exemple : le solde des comptes de trésorerie au bilan prévisionnel doit correspondre
à la position et au montant indiqué par le budget de trésorerie pour la fin de période
budgétaire)

Cette démarche doit aussi permettre de :

 Vérifier la cohérence de la construction budgétaire avec les


orientations retenues dans les plans opérationnels à long et
moyen terme.

(Ces états de synthèse prévisionnel doit présenter une certaine cohérence avec les
projets à long et moyen terme qui sont définis par l’entreprise).

Ces documents se construisent en regroupant les différentes informations


contenues dans les budgets et les documents de l'exercice précédent
(bilan de l’exercice en particulier).

En regroupant les informations des différents budgets cela permet de


dresser :

• Un compte de produits et charges prévisionnel faisant apparaître le


résultat budgété de la période budgétaire ;

• Le bilan prévisionnel à la fin de l’exercice budgétaire.

Le CPC : C est un document dont l’importance est primordiale, puisque il


permet de déterminer le résultat de la période futur étudiée et il permet
aussi d’analyser la rentabilité des actions envisagées à court terme, De
plus, c le principal outil de synthèse budgétaire, que ce soit au niveau de
la prévision ou du contrôle. Il constitue en effet un instrument de pilotage
pour les dirigeants, mais aussi un instrument d’information pour les
différents partenaires de l’entreprise (actionnaires, bq…).
L’élaboration du compte de produits et charges  :

- C’est un document qui rassemble les charges et les produits


prévisionnels qui figurent dans les différents budgets par nature
pour leur montant hors taxes.

CHAR
GES PRODUITS
Budget
de Vente
À partir des
différents budgets
- Achat Cons - CA
et documents de
- ACE - Produits des
l’exercice
- C. Personnels cessions
précédent
- Dot et Amts
- Charge
d’intérêt
- RSLT NET

Bilan prévisionnel :

Il reflète l’état du patrimoine de l’se à chaque étape du


développement, autrement dit Il présente l’image en fin d’année, si
l’ensemble des prévisions se réalise. Et Il permet aussi de vérifier que la
structure de l’entreprise n’évolue pas vers des déséquilibres.

Elaboration du bilan prévisionnel

L’élaboration du bilan prévisionnel nécessite l’exploitation de plusieurs


éléments qui se trouvent disséminés dans tous les autres documents
budgétaires et aussi il prend en compte le bilan de l’année
antérieure et de l’ensemble des budgets.
Démarche à suivre pour élaborer un bilan :

• Utiliser le bilan de N-1


• L’actualiser en tenant compte des opérations prévues : emprunt,
achat d’immo...
• Ne pas oublier les dettes fournisseurs, la TVA, les dettes sociales...
(cf. budget des décaissements)
• Ne pas oublier les intérêts courus non échus (= intérêts qui sont
dus et qui ne sont pas encore payés)
• Ne pas oublier les créances clients (cf. budget des encaissements)
• Ne pas oublier la valeur du stock final de matières premières, de
marchandises, de produits finis

En pratique, ces documents de synthèse prévisionnels sont indispensables


pour toute création d’entreprise et pour celles existantes, pour anticiper
le fonctionnement, faciliter la prise de décision et prévoir toute
difficulté.
5) Cas Pratique  :
L’entreprise « X » a un exercice comptable qui coïncide avec
l’année civile, elle veut établir un budget de trésorerie mensuel
pour le premier semestre de l’exercice 1 à cet effet, elle a réuni
les document comptable et les information suivant :

INFORMATIONS
COMPLEMENTAIRES :

Les condition de règlement des clients sont les suivantes:

IS 30 000 – 19 000 = 11 000


a)* Règlement
10% au comptant,
en N+1 : fin 30% à :30jours
janvier 28 000 fin de mois 30% à 60jours fin de mois et 30%
à 90jours fin de mois. fin février : 35 000
* les achats et les charges externes
fin mars : 35 000 sont payés à 60 jours fin de mois .
b) Emprunt remboursable par trimestrialités de 15 000 le 31/03 le 30/06 et le 31/12 de
* les salaires sont payés à la fin du mois concerné et les charges sociales
chaque année : taux d’intérêt 12%.
correspondantes le mois suivant.
c)* IlLe taux
s’agit ded’imposition est de
la T.V.A sur achats, de30%
décembre N, à déduire sur la déclaration à établir
au titre de janvier N+1 pour 6195 et pour celle de février N+1 elle monte à 7823 et pour
mars N+1 pour 7982.
d) Les dettes vis-à-vis des fournisseurs seront réglées selon l’échéancier suivant en
N+1 : 31/01 : 49 000
28/02 : 50 000
e) Créance sur cession d’immobilisation réglable le 30/04

f) Ce compte comprend le reliquat de l’impôt sur les société de 19 000 et la T.V.A à


payer au titre des opérations du moins de décembre N

g) Cette sommes sera réglée en janvier N+1

* Le taux de la T.V.A est de 20% sur les ventes, les achats et les services.

L’élaboration du budget de
trésorerie :
1)Budget prévisionnel sur les
Ventes:

2)Budget prévisionnel sur les


Achats:
3)Budget prévisionnel de la
TVA:
4)Budget de la
trésorerie:
Conclusion
.On guise de conclusion, pour établir un budget de trésorerie il faut avoir anticipé
l’évolution de l’activité à venir ou la période à venir. Et chaque centre doit avoir établir
son propre budget dont les encaissements et les décaissements sont prisent en
compte. 

Le budget de trésorerie est donc l’aboutissement logique de tous les autres budgets
et le moyen indispensable pour vérifier l’harmonie globale de la chaîne budgétaire. Il
consiste enfin de compte un passage obligé pour l’établissement des états de
synthèse prévisionnels. 
L’élaboration d’un budget de trésorerie est le résultat d’une démarche budgétaire
complète qu’il faudra la finaliser par l’élaboration des états de synthèse prévisionnels
qui devront être cohérents avec les choix stratégiques de l’entité. 
Finalement, l’établissement du budget de trésorerie et des états de synthèse
prévisionnels fournissent au contrôle budgétaire des donnés permettent d’effectuer
un contrôle des réalisations de l’entreprise. Généralement le calcul des écarts pour
piloter l’exploitation vers les objectifs fixés dans la chaîne budgétaire.
Bibliographie :
-L’essentiel du contrôle de gestion 2014, Béatrice et Francis Grandguillot

-La nouvelle gestion de tresorerie, Bruno Poloniato

-Les techniques de la gestion de tresorerie, Milloud Guermatha

-Michel Coucoureux, DCG 11 Contrôle de gestion, 2 éme édition, DUNOD, Paris, 2010.

-Brigitte DORIATH, Contrôle de gestion en 20 fiches, 5 ème édition, DUNOD, Paris, 2008.

-Béatrice et Francis, L’essentiel du contrôle de gestion, 8 ème édition, Gualino, Lextenso, 2014.

-Mohamed Abou El jaouad, Gestion budgétaire pivot de contrôle de gestion, 2 éme édition, 2010.

-Mohamed HEMMI & Abdellatif MARGHICH, Contrôle de gestion, 1 ére édition, Rabat, 2016.