Vous êtes sur la page 1sur 2

COURS ECONOMIE D’ENTREPRISE

Une entreprise peut d’abord être définie comme l’action d’entreprendre, c’est à dire comme
une initiative, une action conduite de façon volontaire et organisée en vue d’atteindre un
objectif économique ou social (ou plus général parfois). Dans l’usage qui prévaut aujourd’hui,
l’entreprise est surtout considérée comme une organisation relativement autonome, dotée de
ressources humaines, matérielles et financières en vue d’exercer une activité économique
de façon stable et structurée (ce qui permet d’écarter toutes les activités ponctuelles non
durables).

Cette acception « moderne » caractérise d’abord l’entreprise par l’objet qu’elle poursuit. A cet
égard, on définit souvent les entreprises comme des organisations menant des activités
orientées vers la recherche du profit. Mais ce critère ne présente pas un caractère
suffisamment général. En effet, quoique la plupart des entreprises poursuivent un but lucratif,
certaines conduisent une activité sans but lucratif et ne cherchent pas d’abord à dégager un
gain monétaire (ex :les coopératives, les GIE, les associations..). Plutôt que la recherche du
profit, c’est donc l’exercice à titre principal de missions économiques relatives à la
production, à la distribution, à l’échange, au financement de biens ou de services qui permet
de distinguer les entreprises d’autres entités effectuant certaines opérations économiques,
mais auxquelles sont assignées des missions fondamentales d’un autre ordre (religieux,
culturel ou politique par exemple).

La notion d’entreprise s’applique à une organisation stable, structurée et dotée d’un pouvoir
autonome de décision et ceci quel que soit sa taille et sa forme juridique.
On parlera ainsi d’entreprises à propos d’entités qui regroupent aussi bien quelques personnes
que des centaines de milliers de salariés ; de même, les entreprises peuvent être des affaires
personnelles ou familiales, des sociétés commerciales ou civiles mais également des
établissements publics ou privés, des associations ou des groupements d’intérêt économique ;
elles peuvent fonctionner dans le cadre local d’une petite ville ou d’un quartier ou se
développer à l’échelle internationale.

Les entreprises constituent la source fondamentale des initiatives dans les économies au
fonctionnement largement décentralisé. Elles constituent l’essentiel de la création de richesse
(valeur ajoutée) d’où leurs importance dans le système capitaliste.

. Quand ?

C’est au service de lancement (bureau de l’ordonnancement) de procéder à l’étude des temps


de fabrication afin de répondre aux exigences de la demande. A noter que les contraintes de
délai s’imposent de plus en plus avec le phénomène du juste à temps. L’absence de stock
oblige à une synchronisation quasi parfaite entre toutes les parties impliquées par la
fabrication du produit.

. Avec quelle qualité ?


Sous l’influence des méthodes de fabrication japonaise, le contrôle de la qualité est devenu un
impératif vital pour les entreprises. En effet, les défauts de fabrication coûtent cher en
entraînant des coûts de non-qualité (renvoi de la marchandise, perte de clientèle, destruction
de produits…). En ce qui concerne les modalités de contrôle de la qualité, on peut opter pour
plusieurs possibilités. Le contrôle peut être exhaustif (tous les produits sont contrôlés) ou
statistique (on contrôle un produit sur 10 ou 1 sur 100) de même le contrôle peut être réalisé
au stade final ou à des stades intermédiaires en utilisant un personnel spécialisé ou à l’aide
directement des opérateurs. De même la qualité peut être engagée vis à vis du produit ou du
processus mis en œuvre. Dans ce cas, on fait référence aux normes ISO.(Voir document
<<Malgré une tentative de simplification la démarche qualité ne séduit pas>> complément
chapitre 4)