Vous êtes sur la page 1sur 23

Arche Hybride

GÉNÉRALITES
Copyright© 2017 GRAITEC France

Toute reproduction personnelle, professionnelle ou commerciale de tout ou partie de cette


documentation sous toute forme ou média et par quelque procédé que ce soit est formellement
interdite.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


I. SOMMAIRE

I. SOMMAIRE ................................................................................................................................................................ 3
II. PARAMETRAGE DE LA PLATEFORME OMD .............................................................................................. 4
A. La plateforme OMD .......................................................................................................................................... 4
B. Choix de la norme ............................................................................................................................................ 6
C. Choix de l’imprimante.................................................................................................................................... 7
D. Choix de l’environnement ........................................................................................................................... 8
E. Style de ferraillage ........................................................................................................................................ 10
III. LES EUROCODES DANS ARCHE HYBRIDE ......................................................................................... 13
A. Similitudes BAEL91 / EC2.......................................................................................................................... 13
1. Notations ........................................................................................................................................................... 13
2. Comportement du béton ............................................................................................................................. 15
3. Comportement de l’acier ............................................................................................................................. 17
4. Autres notions ................................................................................................................................................. 18
B. Rappels sur l’Eurocode 0 ........................................................................................................................... 18
1. Notations ........................................................................................................................................................... 18
2. Etat limite ultime ............................................................................................................................................ 18
3. Etat limite de service .................................................................................................................................... 21
IV. LOGO ...................................................................................................................................................................... 23

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


II. PARAMETRAGE DE LA PLATEFORME OMD

A. La plateforme OMD

Au lancement de la plateforme OMD, l’écran suivant apparaît :

Icône 1 : affichage des icônes de


programmes.

Icône 3 : affichage des différents documents


déjà créés.

Zone 2
Icône 2 : affichage des différents
modèles.

Zone 1

Zone 3

Cette plate-forme se divise en trois zones :

 La Zone 1 permet de créer et de modifier des dossiers ou études dans lesquels vont être
stockés tous les fichiers créés,

 La Zone 2 permet d'exécuter les programmes d'analyse globale,

 La Zone 3 permet d'exécuter les programmes d'analyse locale (Modules de ferraillage


Arche, le calcul de sections et l’outil Béton EC2).

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


Les initiales OMD signifient Outils - Modèles - Documents et sont en relations avec les trois icônes
en haut à gauche de la plate-forme OMD. Ces icônes permettent de visualiser
respectivement les programmes, les modèles et les documents qui sont créés au fur et à mesure
dans le dossier actif.

Les études ou les dossiers sont gérés de la même façon que l'on gère des répertoires avec
l'explorateur Windows, ceci se fait dans la zone 1 de la plate-forme OMD.

En effet, pour fonctionner, les différents modules partagent et s’échangent des données relatives
au projet étudié, aussi convient-il en premier lieu de définir pour chaque projet un dossier de
travail unique.

Au démarrage d’une étude, il faut commencer par créer un dossier en passant par le menu
Dossier / Nouveau et ensuite donner un nom (le nom du projet par exemple) à ce nouveau
dossier.
D’un point de vue technique, OMD place ce dossier dans un répertoire de travail qui est
paramétrable par l'utilisateur. Par défaut, ce répertoire de travail a le chemin suivant : C:\
Graitec\ Projects.
Tous les fichiers de données relatifs au projet étudié seront placés dans le dossier précédemment
créé.
On peut également définir un nouveau dossier en cliquant simplement sur le répertoire de travail
ou un dossier d’étude avec le bouton droit de la souris.

Pour travailler sur un dossier existant, il faut rendre actif ce dossier en cliquant simplement
dessus. Le nom du dossier dans lequel on travaille, s’affiche dans le bandeau bleu en haut de la
fenêtre.

Après sélection d’un dossier dans la liste, il est également possible de :

 le supprimer en utilisant le menu Dossier / Supprimer ou par un clic bouton droit de la


souris sur ce dossier,
 le renommer en utilisant le menu Dossier / Renommer ou par un clic bouton droit de la
souris sur ce dossier.

Menu accessible par un clic bouton droit de la souris

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


Les dossiers d’études peuvent être déplacés à partir de la plateforme OMD en effectuant un
cliquer-glisser (Il s'agit de cliquer sur le dossier et de le déplacer en maintenant enfoncé le
bouton droit de la souris).

La fonction Purger permet de gagner de la place sur le disque dur en supprimant les fichiers de
calcul. Ne seront conservés que les fichiers de données.

Boite de dialogue de la fonction Purger

Remarque : Vous pouvez rafraichir l’arborescence du dossier de travail en utilisant la touche F5


de votre clavier.

B. Choix de la norme

Le menu Options / Localisation permet à l’utilisateur de définir d’une part la langue utilisée
pour l’interface et les notes de calcul et d’autre part les normes utilisées pour les vérifications
réglementaires.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


L’utilisation de l’option « Configuration automatique » permet de sélectionner automatiquement
les langues et normes du pays choisi. Cependant et après ce choix, l’utilisateur pourra
sélectionner d’autres langues ou d’autres normes pour son projet.
Les normes actives sont par ailleurs rappelées dans la barre de statut en bas de la fenêtre de
l’interface OMD.

La monnaie utilisée pour le chiffrage des quantités issues des métrés peut également être
changée.

C. Choix de l’imprimante

Les programmes sont entièrement intégrés dans un environnement Windows, ce qui permet à
l'utilisateur de paramétrer les périphériques d'impression souhaités :

- Menu Options / Tracés : pour l'impression des différents graphiques.


- Menu Options / Notes : pour l'impression des documents écrits.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


Les impressions sont entièrement gérées par l'environnement Windows.

Les notes de calculs fournis par les programmes peuvent être soit simplement visualisées puis
imprimées, soit éditées par l'utilisateur pour modifier la mise en page ou ajouter des remarques.
Pour cela, les logiciels GRAITEC sont fournis avec le logiciel Wordwiew qui permet de visualiser
les documents écrits. L'utilisateur peut également les éditer avec le logiciel WordPad fourni avec
Windows.

Cependant, il est également possible d'avoir recours à d'autres logiciels d’édition tel que
Microsoft Word pour visualiser ou éditer les documents écrits.
Il suffit simplement pour cela de modifier les chemins du Viewver et de l'Editeur dans la fenêtre
correspondant au menu Configuration / Environnement.

D. Choix de l’environnement

Le menu Configuration / Environnement permet de configurer quelques paramètres


supplémentaires.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


Choix de l’utilisation des modules de
ferraillage de Arche Hybride : Bim Designers
ou Arche.

Logiciels pour la Logiciels pour la modification des


visualisation des documents écrits.
documents écrits.

Les fichiers sont par défaut sauvegardés dans le répertoire : C:/ Graitec / Projects.

L’option « Ajout de programmes invités » permet d’ajouter dans la plateforme OMD, des
raccourcis d’autres programmes que l’on souhaiterait intégrer. Pour cela :

- Cliquer sur « Ajout de programmes invités »


- Cliquer sur l’icône jaune « Nouveau » :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


- Une nouvelle ligne apparait dans laquelle on peut donner un nom au programme ajouté et
préciser son emplacement dans l’arborescence Windows.

E. Style de ferraillage

Dans chaque module de ferraillage, il est possible de se paramétrer un style de ferraillage. Pour
cela :

- Dans un module de ferraillage, entrer les hypothèses souhaitées


- Cliquer sur le menu Fichier / Enregistrer styles
- Donner un nom au style puis cliquer sur « Enregistrer » :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


- Dans la plateforme OMD, dans le menu Configuration / Styles de ferraillage, pour le
module choisi, entrer le nouveau style :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


Ainsi, à chaque fois que le module en question sera ouvert, les hypothèses choisies seront déjà
entrées.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


III. LES EUROCODES DANS ARCHE HYBRIDE

Aujourd’hui, tous les modules permettent de calculer aux Eurocodes, sauf Arche Paroi Fléchie et
Arche Longrine.

Ces deux modules calculent toujours avec les Eurocodes expérimentaux, implémentés il y a
quelques années dans Arche. Les Eurocodes officiels devraient y être implémentés
prochainement.

A. Similitudes BAEL91 / EC2

1. Notations

A.2.1.11 BAEL 3.1.2 EC2


f c 28 : Résistance caractéristique du béton à f ck : Résistance caractéristique du béton en
la compression à 28 jours d’âge. compression.

f cm : Résistance moyenne (28j) du béton en


compression.
f cm  f ck  8MPa

Exemple pour un béton C25/30:


f cm  25  8  33 MPa

A.4.3.41 BAEL 3.1.6 EC2

f bu : Résistance de calcul du béton en f cd : Résistance de calcul du béton en


compression à l''ELU. compression, pour un dimensionnement à
l''ELU.
0,85 * f c 28
f bu 
 * b  cc * f ck
f cd 
c
Exemple : pour un béton B25 :
0,85 * 25 Exemple : pour un béton C25/30 :
f bu   14,17 MPa
1*1,5

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


1* 25
f cd   16,67 MPa
1,5

A.2.1.12 BAEL 3.1.2 EC2


f t 28 : Résistance conventionnelle à la traction f ctk : Résistance caractéristique du béton en
du béton à 28 jours d’âge. traction.
f ctm : Résistance moyenne (28j) du béton en
f t 28  0,6  0,06 f c 28
traction.
f ctd : Résistance de calcul du béton à la
traction
Exemple : pour un béton C25/30 :
f ctk 0.05
f t 28  0,6  0,06 * 25  2,1MPa : résistance caractéristique (fractile
5%)
Exemple : pour un béton C25/30 :

f ctm  0,3 * f ck2 / 3  0,3 * 25 2 / 3  2,6MPa


f ctk , 0, 05  0,7 * f ctm  0,7 * 2,6  1,8MPa
f ctk 0.05 1,8
f ctd    1,2MPa
c 1,5

A.2.1.2 BAEL 3.1.3 EC2


Déformations longitudinales du béton : Ec ,eff : Module d’élasticité du béton.
E ij  11000 f cj1 / 3 Ecd : Valeur de calcul du module d'Young du
E vj  3700 f 1/ 3 béton.
cj
Ecm : Module d’élasticité sécant du béton :
0,3
f 
E cm  22 *  cm 
 10 
E
E vj  cm
1 
 : coefficient de fluage

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


Exemple : pour un béton B25 : Exemple : pour un béton C25/30 :
0,3
E ij  11000 * 25 1 / 3  32164 MPa  33 
E cm  22 *    31476MPa
E vj  3700 * 25 1/ 3
 10819 MPa  10 
E cm
E vj 
1 

A.2.2 BAEL EC2


f e : limite élastique de l’acier. f y : Limite élastique de l’acier.
f yk : Limite caractéristique élastique de
l’acier.
f yd : Limite élastique de calcul de l’acier.
Exemple: pour un acier Fe500MPa
fe 500 Exemple: pour un acier Fe500MPa
f ed    435MPa f yk
s 1,15 f yd  
500
 435MPa
s 1,15
f ywd : Limite élastique de calcul des armatures
d’effort tranchant.

Remarque : on utilise :
- « d » pour « design »
- « k » pour « caractéristique »

2. Comportement du béton

La prise en compte du fluage est impérative dans le cas de l’étude de l’état limite de
stabilité de forme (cf Dimensionnement des poteaux).

Contrairement au BAEL qui suggère de prendre un coefficient de fluage de 0,2, l’annexe B de


l’EC2 décrit une méthode pour prendre en compte les effets de fluage.

Il faut rappeler que le fluage du béton dépend de plusieurs paramètres :

 L’humidité ambiante, caractérisée par un facteur RH, généralement compris entre 40%
et 100%.

 La composition du béton dépend surtout de la rapidité de durcissement du béton. L’EC2


définit trois classes de rapidité :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


o Rapides => classe R
o Normaux => classe N
o Lents => classe L

 Les dimensions de la pièce.

 Chargement

Le fluage dépend également de l’âge du béton lors du 1 er chargement, de la durée et de


l’intensité de ce chargement.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


3. Comportement de l’acier

En ce qui concerne la loi de comportement de l’acier, les différences avec le BAEL sont les
suivantes :

 L’EC2 (annexe C) introduit la notion de classe de ductilité avec des aciers qui peuvent
aller jusqu’à un allongement de 7,5% (= uk).

Remarque : Cette valeur est à comparer avec l’allongement maxi préconisé par le BAEL
1% (article A.2.2,2 du BAEL).

 L’EC2 permet également d’utiliser une loi de comportement ayant un palier plastique
« incliné », modifiant la valeur de f yd .

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


On obtient ainsi moins d’aciers (économie de quelques %).

4. Autres notions

Classe structurale ((S1, S2, S3, etc) : enrobage à mettre en oeuvre

Classe d’exposition (X0, XC1, XC2, etc) : conditions d’environnement

B. Rappels sur l’Eurocode 0

1. Notations

Les actions permanentes sont notées G (ou Gk).


Les actions variables (charges d’exploitation, neige, vent, température …) sont notées Q (ou
Qk).
Les actions accidentelles (explosions, chocs, neige …) sont notées A (ou A d).
Les actions sismiques sont notées AEd (ou Ed).

2. Etat limite ultime

Doivent être classés comme états-limites ultimes ceux qui concernent :

- La sécurité des personnes,


- Et/ou la sécurité de la structure

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


Les états-limites ultimes suivants doivent être l’objet de vérifications chaque fois qu’il y a lieu :

- La perte d’équilibre de tout ou partie de la structure considérée comme un corps rigide,


- Une défaillance due à une déformation excessive, à la transformation en mécanisme de
tout ou partie de la structure, à une rupture, à une perte de stabilité de tout ou partie de
la structure, y compris ses appuis et fondations,
- Une défaillance provoquée par la fatigue ou d’autres effets dépendant du temps.

A l’ELU, les actions variables sont affectées :

- D’un seul coefficient  (exemple : 1,5) lorsqu’elles sont prédominantes,


- Des coefficients  et  (exemple : 0,2 ou 0,6 ou 0,7 …) lorsqu’elles ne sont pas
prédominantes.

Il existe deux types de combinaisons ELU :


- Les combinaisons EQU (équilibre statique) qui permettent de vérifier la stabilité
d’ensemble de la structure.
- Les combinaisons STR/GEO qui permettent de vérifier les éléments structuraux béton et
métal.

NB : Les combinaisons EQU ne sont donc pas utiles dans les modules de ferraillage de
Arche, sauf pour le module Arche Semelle.

Les coefficients utilisés dans les combinaisons EQU et STR / GEO diffèrent.

Exemple : Le coefficient des charges permanentes vaut :


- Pour les charges défavorables : E = 1,1 aux EQU et S = 1,35 aux STR/GEO.
- Pour les charges favorables : E = 0,9 aux EQU et S = 1 aux STR/GEO.

a) Combinaisons fondamentales

La formule à employer est donnée par :

- Le tableau A 1.2 (A) pour les combinaisons EQU :

- Le tableau A 1.2 (B) pour les combinaisons STR/GEO :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


Soit :

G*G + Q*Q (action variable prédominante) + Q*0*Q (pour les actions variables
d’accompagnement)

Avec :
- Q = 1,5 aux combinaisons EQU comme aux combinaisons STR/GEO,
- aux EQU, G = 1,1 si défavorable ou G = 0,9 si favorable
- aux STR/GEO, G = 1,35 si défavorable ou G = 1 si favorable

Les valeurs de 0 sont données par le tableau suivant :

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


b) Combinaisons avec des cas accidentels (hors séisme) (art.
6.4.3.3)

Les combinaisons à envisager sont de la forme :

G + A + (1 ou 2)*Q (action variable prédominante) + 2*Q (pour les actions variables
d’accompagnement)

NB : Pour l’action variable prédominante, on envisage la combinaison avec le coefficient


1 et la combinaison avec le coefficient 2.

Les valeurs de 1 et 2 sont données par le tableau ci-dessus.

c) Combinaisons avec des cas sismiques (art. 6.4.3.4)

Les combinaisons à envisager sont de la forme :

G +/- E + 2*Q (pour toutes les actions variables)

Remarque : E désigne le résultat des combinaisons de Newmark. Celles-ci doivent en effet être
générées (coefficient = 0,3). Pour plus d’information, se reporter à l’article 4.3.3.5 de l’Eurocode
8.

3. Etat limite de service

Doivent être classés comme états-limites de service ceux qui concernent :

- Le fonctionnement de la structure ou des éléments structuraux en utilisation normale,


- Le confort des personnes
- L’aspect de la structure

A l’ELS, les actions variables sont uniquement affectées des coefficients .

Il existe trois types de combinaisons ELS :

- Caractéristiques : utilisées pour vérifier les ouvertures des fissures (si non prise en compte
du fluage),
- Fréquentes,
- Quasi-permanentes : qui doivent être générées pour prendre en compte les effets du
fluage, et pour vérifier les flèches.

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


a) Combinaisons caractéristiques (art. 6.5.3a)

G + Q (action variable prédominante) + 0*Q (pour les actions variables d’accompagnement)

b) Combinaisons fréquentes

G + 1*Q (action variable prédominante) + 2*Q (pour les actions variables d’accompagnement)

c) Combinaisons quasi-permanentes

G + 2*Q (pour toutes les actions variables)

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France


IV. LOGO

Il est possible dans tous les modules de ferraillage de personnaliser le plan de ferraillage en
ajoutant son propre logo.

Pour cela, il faut cliquer sur le menu Fichier / Affaire, puis sur « Liste des intervenants de
l’affaire » :

Attention : le fichier doit être en format .bmp

Copyright© 2017 Tous droits réservés – GRAITEC France

Vous aimerez peut-être aussi