Vous êtes sur la page 1sur 17

JU SŠC „Golub Kureš“ Školska godina 2016/2017

BILEĆA

MATURSKI RAD
Predmet: FRANCUSKI JEZIK

Tema: LES TEMPS FUTURES

Mentor: Kandidat:

Ljubica Parežanin Marko Lozo

Bileća, maj 2017. godine


CONTENT

INTRODUCTION....................................................................................................................2

1. LA FUTUR PROCH...........................................................................................................4

2. FUTUR SIMPLE..................................................................................................................5

2.1 Emploi du futur simple.....................................................................................................5

3. FUTUR ANTÉRIEUR.........................................................................................................7

3.1 Emploi du futur antérieur.................................................................................................7

4. FUTUR DU PASSÉ ET FUTUR ANTÉRIEUR DU PASSÉ...........................................9

5. CONDITIONNEL.............................................................................................................11

CONCLUSION.......................................................................................................................13

LITÉRATURE.......................................................................................................................14
INTRODUCTION

L' indicatif possède dix temps : le présent, l' imparfait, le passé simple, le passé

composé, le plus – que parfait, le passé antérieur, le futur simple, le futur antérieur, le futur

antérieur du passé, le futur proch.

Le futur indique la postériorité d' un fait rapport au moment où se place le sujet

parlant : il chantera.

Le futur, comme le passé, forme une époque très étendue dans laquelle un fait à venir

peut se situer par rapport à un moment à venir. Mais, comme les faits à venir appartiennent à

une époque que nous ne connaissons pas encore, la variété des temps relatifs à cette époque

est beaucoup moins grande que celle des temps relativs au passé, époque que nous

connaissons mieux.

a) Localisés par rapport au moment où l' on parle, les faits à venir sont au futur

simple ou au futur antérieur :

Le futur simple marque la simple postériorité d' un fait par rapport au moment où

l' on parle: Il CHANTERA aujourd'hui, demain, le mois prochain.

Le futur antérieur exprime un fait qui, à tel moment maintenant à venir, sera

accompli : À dix heures, il AURA CHANTÉ. – Quand ce fait accompli est en

relation avec un autre fait à venir, le futur antérieur marque l' antériorité du fait

accompli : Quand il AURA CHANTÉ, il partira.

2
b) Localisés par rapport à un moment du passé où se place en esprit le sujet

parlant, les faits à venir sont au futur du passé (correspondant au futur simple)

ou au futur antérieur du passé (correspondant au futur antérieur) :

Le futur du passé marque la simple postériorité d' un fait par rapport au moment

du passé où se place en esprit le sujet parlant: Je savais qu' il CHANTERAIT le

lendemain.

Le futur antérieur du passé indique qu' un fait, vu du point du passé où se place

en esprit le sujet parlant, serait, à tel moment alors à venir, accompli : Je savais

qu' à dix heures il AURAIT CHANTÉ. – Quand ce fait accompli est en relation

avec un autre fait à venir, le futur antérieur du passé marque l' antériorité du fait

accompli : Je savais qu' il AURAIT CHANTÉ quand vous arriveriez.

Le futur du passé et le futur antérieur du passé présentent les formes du mode

conditionnel; le conditionnel sert alors à localiser un fait dans la durée : il a donc une valeur

de temps.

3
1. LA FUTUR PROCH

Le futur proche, également dénommé futur immédiat ou futur périphrastique, est un

temps périphrastique du français faisant appel à un semi-auxiliaire. Il permet d'exprimer un

événement dont on perçoit les signes avant-coureurs au moment présent (ex : Il va pleuvoir.),

et qui va donc souvent se réaliser dans un court délai (d'où l'adjectif proche), mais pas

toujours cependant (ex : Pour l'instant les cours sont faciles, mais tu vas en baver dans deux

ans, quand tu seras en licence.) ; il peut aussi être utilisé en avertissement et non en

prédiction, pour signaler l'existence des signes avant-coureurs et éviter ainsi que l'événement

ne se produise (ex : Tu vas tomber !). Il a l'aspect inchoatif. On forme un futur proche à partir

du semi-auxiliaire aller et de l'infinitif du verbe :

« Je mangerai » (futur simple)

« Je vais manger » (futur proche)

4
2. FUTUR SIMPLE

Le futur simple indiue la simple postériorité d’ un fait par rapport au moment où l' on parle :

Je vous PAIERAI aujourd' hui, demain.

Le futur simple prend parfois la valeur d' un présent pour atténuer la pensée et

marquer une noance d' extrême politesse (futur de politesse). En recourant au futur, on

semble donner l' illusion que le fait présent n' est pas encore en voie de s' accomplir : Je vous

DEMAINDREAI une bienveillante attetion.

2.1 Emploi du futur simple

Dans le discours familier, le futur simople des verbes avoir et être s' emploie

quelquefois au lieu du présent pour indiuer un fait comme simplement conjectural ( futur d'

éventualité ) ; il vient après la mention d' un fait dont il donne une sorte d' explication ou de

commentaire ; « on se place, disent Damourette et Pichon, dans l’ avenir à l’ époque où l’

hypothése aura été vérifiée »

Le futur simple s’ emploie aussi, dans les phrases exclamatives, pour exprimer un fait

présent contre lequel on s’ indigne en le considérant comme prolongé dans le futur : Quoi !

Ces gens se MOQUERONT de moi  ! Eux seuls SERONT exempts de la commune loi !

5
Cas analogue, où le futur marque un fait dont la perspective est regardée

ironiquement : Quel homme est-ce là ! Il CONNAITRA tout à l’ heure les rues d’ Ispahan

mieux que moi  !

Parfois, surtout dans les exposés historiques, la pensée du narrateur se transporte à tel

moment du passé et en fait fictivement le moment présent ; par rapport à e présent fictif , tel

ou tel événement du passé rél s’ exprime alors par le futur simple :

Il y a là-bas une chapelle (…) où les plus illustres, M gr Dupanloup, Lacordaire, M

gr de Merode , ont célébre la messe. Beaucoup plus tard, en 1862, en ce même oratoire,

Montalembert, M. de Falloux, M. Cochin, M. foisset, RECEVRONT un jour la communion

des mais de l’ évéque d’ Orléans.- Or à ce moment,l’ anoblissement êtait une javeur rare et

difficile à obtenir (…). Citois, inédecin de Richelieu, DEMANDERA longtemps et de

jaçimportune au Cardinal de le jaire anoblir et ne l’ OBTIENDRA pas.- L’ ancien maitre de

chapeile retourna souven aux assemblées de M me Récamier. Il y VERRA un soir le général

Moreau…

Le futur simple leut aussi s’ employer avec la valeur d’ un impératif futur ( sens

modal ) pour atténuer l’ expression d’ un ordre, d’ un souhait, d’ une priére, ou pour marquer

une volonté formelle :

Vous FEREZ tenir cette lettre à monsieur X. Vous VOUDREZ bien m’ excuser, je

vous prie. Le bien d’ autrui tu ne PRENDRAS.- Tu SAURAS seulement que j’ ai réussi dans

mon entreprise.

6
3. FUTUR ANTÉRIEUR

Le futur antérieur exprime un fait qui, à tel moment maintenant à venir, sera

accompli ; c’ est un « passé du futur » : Le vaisseau AURA SOMBRÉ dans une heure. –

Mais ce jour viendra, et ce jour-là, nous AURONS REMPORTÉ une grande victoire.

Il peut marquer l’ antériorité de ce fait accompli par rapport à un autre fait futur (c’ est

alors que l’ appellation de « futur antérieur » lui convient proprement ) : Chacun récolitera

ce qu’il AURA SEMÉ.- Quand le moment viendra d’ aller trouver les morts, J’ AURAI

VÉCU sans soins et mourrai sans remords.

3.1 Emploi du futur antérieur

Le futur antérieur peut s’ employer dans le discours familier pour présenter un fait

passé comme simplement conjectural ( sens modal ) :

Pauvre enfant ! On t’a maltraitée, c’est ta femme de chambre qui l’AURA TRAHIE.-

Je viens de tomber à mon insu dans quelque action qui vous AURA DÉPLU.- J’AURAI

LAISSÉ mes lunettes en haut. Courez vite me les chercher.

A côté de cet emploi, il faut signaler celui qu’ on peut faire du futur antérieur pour

atténuer, par politesse, l’ affirmation d’ un fait passé, ou encore pour souligner le caractère

7
exceptionnel d’ un fait accompli, vu d’ un point du futur où l’ on se transporte en imagination

pour mieux juger du relief que ce fait peut avoir :

Vous vous SEREZ TROMPÉ. – J’AURAI PU jusqu’ ici brouiller tous les chapiters !

– Ah ! mon cher maitre, en quelques jours, j’AURAI VU mourir deux mondes  !

Un futur antérieur surcomposé peut s’employer, surtout dans la langue parlée, soit

pour insister sur l’achévement rapide de l’ action, soit pour souligner simplement

l’achévement de cette action à tel moment du futur ; il est accompagné de quelque

détermination temporelle : En moins d’ un instant, il AURA EU FAIT cela. Il AURA bientôt

EU DÉPENSÉ vos cent irancs ! Ils AURONT EU RENTRÉ la récolte avant l’ orage.

8
4. FUTUR DU PASSÉ ET FUTUR ANTÉRIEUR DU PASSÉ

a)

Le futur du passé est un futur vu d’ un point du passé ; il indique la simple

postériorité d’ un fait par rapport au moment du passé où se place en espirit le

sujet parlant : Je voyais que le vaisseau SOMBRERAIT. – Solon établit à

Athènes que l’ on NOMMERAIT par choix a tous les emplois militares.

b)

Le futur antérieur du passé est un futur antérieur vu d’ un point du passé ; il

indique qu’ un fait, vu du point du passé où se place en espirit le sujet parlant ,

srait à tel moment alors à venir, accompli ; Hier a l’aube, je savais qu’ à dix

heures, le vaisseau AURAIT SOMBRÉ.- Il peut marquer l’ antériorité de ce

fait accompli par rapport à un autre fait qui était également à venir : Je

savais que le vaisseau AURAIT SOMBRÉ quand le secours arriverait.

Le futur du passé et le futur antérieur du passé s’ emploient essentiellement dans des

subordonnés substantives dépendant d’ un verbe principal au passé. Dans le style indirect

libre, ce verbe principal n’ est pas exprimé :

C’ était le roi des ours au compte de ces gens : Le marchand à sa peau devait faire

fortune ; Elle GARANTIRAIT des froids les plus cuisants ; On en POURRAIT. – Elle

souhaitait un fils ; il SERAIT fort et brun, et S’APPELLERAIT Georges.

9
De ces emplois du futur du passé et du futur antérieur du passé il faut distinguer celui

que la littérature narrative fait parfois de ces deux temps dans des propositions indépendantes

et dans des subordonnées relatives ou circonstancielles : le narrateur, qu’ il raconte, considére

et exprime un fait alors encore à venir, quoique passé en réalité ; dans cet emploi, le futur du

passé et le futur antérieur du passé se substituent à la périphrase «  devait + infinitif présent

ou passé » :

Rose, interdite, considérait dans le cercle d’ une lumière étroite, cette ombre qui

parlait. Que de jois REVIENDRAIT- elle en pensée vers ce soir de septembre... – Le conflit,

qui était proche, Niel ne le VERRAIT pas. En août 1869, la mort le surprit.- Sur ces

entrefaites, l’ obstacle se dressa, mais si jormidable que rien n’ y RÉSISTERAIT.- Néel

emportait ailleurs qu’ à la tête une blessure dont il ne GUÉRIRAIT pas. – Les jemmes

portaient les râteaux, mon frère le bissac du déjeuner et moi le baril que NICHERAIT tout le

jour dans un coin de la rivière.

Les formes du futur du passé et du futur antérieur du passé se confondent

respectivement avec celles du conditionnel présent et du conditionnel passé. mais si l’ on

considère le sens de ces temps, on reconnaitre aisément qu’ une phrase comme Il a déclaré q’

il PARTIRAIT n’ a rien du mode conditionnel et n’ implique nullement l’ idée de doute, d’

éventualité, de condition : c’ est la transposition dans le passé de cette autre phrase : Il

déclare qu’ il PARTIRA.

Le futur du passé et le futur antérieur du passé sont, comme le futur simple, de

création romane. Ils ont pris de bonne heure la valeur d’ un mode- le mode conditionnel – et

avec cette valeur se sont , en général, substitués au subjonctif dans les phrases hypothétiques.

10
5. CONDITIONNEL

C’ est par tradition que l’ on considère le conditionnel comme un mode. Avec

plusieurs grammairiens on peut estimer qu’ il est en réalité, un temps( un « futur

hypothétique ») du mode indicatif. – En particulier, quand il marque le «  futur du passé » et

le «  futur antérieur du passé », il appartient incontestablement au mode indicatif. – La forme

du «  conditionnel » passé n’ est pas proprement un «  conditionnel » : c’ est une forme du

subjonctif.

Le conditionnel oriprement dit exprime un fait éventuel ou irréel dont la réalisatio est

regardée comme la conséquence d’ un fait supposé, d’ une condition. Ce conditionnel peut

donc marquer :

1) Un fait possibl dans le futur ( sens potentiel ) :

Si un jour tu me rendais ce service , je t’ en AURAIS obligations. Si je gagnais le gros lor, je

le PARTAGERAIS avec vous.

2) Un fait irréel dans le présent ou dans le passé :

Oh ! Si j’avais encor cette armée immortelle, je la FERAIS régner sur les ruis ennemis. –

[ Ces maisons ] nous DIRAIENT des choses à pleurer et à rire, si les pierres parlaient. – Si

tu avais mené la moindre enquête à Paris, tu en AURAIS APPRIS de belles…

11
Le plus souvent le condition est introduite par la conjonction si. Parfois elle est

indiquée, explicitementou implicitement, au moyen de tournures diverses : Oui, je vous

tromperais DE PARLER autrement. – Andromaque, SANS VOUS, N’ aurait jamais d’ un

maitre embrassé les genoux. – Un SIÈCLE PLUS TÔT, on l’ aurait mis à la Bastille.

REMANTÉ, ce devoir serait bon. En CHERCHANT bien. vous trouveriez. Général, il aurait

gagné des batailles. – N’ ETAIENT les hirondelles que chantenr, on n’ entendrait rien…

Parfois aussi la condition est sous – entendue : Ne forçons point talent : Nous ne

jevrions rien avec grâce. – Nos cæurs d’ enfants ét5aient trop tendres. Ils se seraient brisés.

12
CONCLUSION

Le futur et le conditionnel étaient originairement des temps composés ; on les a

formés en ajoutant à l’indicatif respectivement l’indicatif présent l’ imparfait du verbe avoir (

les formes dissyllabiques de avoir étant, par contraction, réduites à une seule syilabe).

ChanterAI remonte à chantaraio de cantare habeo du latin vulgarie. ChanterAIS remonte à

caniaraveau, de cantare habebam du latin vulgaris.

Dés l’ époque prélittéraire, certaines formes du futur ou du conditionnel ont été

costitués, non par le développement phonétique du composé infinitif + habeo, mais par

addition des désinences –ai –ais à l’ infinitif français . Ainsi sentir, qui aurrait donné

réguliérement sentrai, sentrais, fait au futur, dés les plus anciens textes sentirAI, et au

conditionnel sentirAIS. Pareillement, d’ anciennes formes étymologiques comme bevrai,

crerai, etc. ont été remplacés par des formes analogiques refaites sur l’ infinitif : boirai,

croirai, etc.

13
LITÉRATURE

1. „Grammarie“ – Le Rober et Nathan – juillet 2001.

2. „Grevisse“ – Maurice Grevisse, Duculot Louvain – juillet 1937.

3. Utilisation de l'Internet (wikipedia.com)

14
UPIS PODATAKA

Datum predaje rada:_______________________________________________________

Datum odbrane rada:_______________________________________________________

Komentar:

15
Komisija:

1._________________________

2._________________________

3._________________________

Ocjena:

16