Vous êtes sur la page 1sur 38

UNION DES COMORES

Unité –Solidarité –Développement

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE,


DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DES ARTS
___________
Université Des Comores

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES


Département Physique

RAPPORT DE FIN D’ETUDE EN VUE DE

L’OBTENTION DU DIPLOME DE LICENCE

Modélisation d’un échangeur air /sol

Présenté par : Nihlat Ali 37136


Sania Ahmed 36166
Encadreur Technique : Dr. MALIK EL’HOUYOUN AHAMADI

Encadreur Pédagogique : Dr. Ali M’MADI

Année académique : 2018- 2019


UNION DES COMORES
Unité –Solidarité –Développement

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE,


DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DES ARTS
___________
Université Des Comores

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES

RAPPORT DE FIN D’ETUDE EN VUE DE

L’OBTENTION DU DIPLOME DE LICENCE

Modélisation d’un échangeur air /sol

Présenté par : 37136 Nihlat Ali


36166 Sania Ahmed
Encadreur Technique : Dr. MALIK EL’HOUYOUN AHAMADI
Encadreur Pédagogique : Dr. Ali M’MADI

Année académique : 2018- 2019


REMERCIEMENTS

En premier lieu, notre reconnaissance va particulièrement à notre encadreur Dr.


MALIK El’houyoun Ahamadi pour la pertinence de ce sujet qu’il nous a proposé. Ce travail
est principalement dû à son engagement, sa disponibilité, son soutien moral, ses conseils, et
pour les réponses à nos multiples questions.

On tient également à remercier notre Co-encadreur Dr Ali M’MADI pour son


dévouement, sa motivation à la réalisation de ce projet d’étude et à ses encouragements.

Nos remerciements s’adressent aussi au Dr. Anwar MAEVA pour sa bonté et son
aide précieuse dans la finalité de ce travail.

Nos plus grands remerciements s’adressent également à la Faculté des sciences et


techniques pour cette enrichissante initiative qui nous donne un avant-goût du monde de la
recherche.

Pour finir, nous remercions tous ceux qui, de près ou de loin ont contribué
directement ou indirectement à la réalisation de ce projet de fin d’étude, qui constitue un
premier pas vers le grand chemin qui nous attend.

i
TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS....................................................................................................................................i
TABLE DES MATIERES.............................................................................................................................ii
LISTE DES FIGURES.................................................................................................................................iv
NOMENCLATURE....................................................................................................................................v
INTRODUCTION GENERALE....................................................................................................................1
Chapitre I : GENERALITE ET SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE.....................................................................3
I.1 Les modes de transferts thermiques......................................................................................3
I.1.1 La conduction.....................................................................................................................3
I.1.2 La convection :....................................................................................................................4
I.1.3 Le rayonnement :................................................................................................................4
I.2 Bilan thermique..........................................................................................................................5
I.3 Les échangeurs thermiques........................................................................................................6
I.4 La géothermie.............................................................................................................................8
I.4.1 La géothermie haute et moyenne énergie.............................................................................8
I.4.2 La géothermie basse énergie..................................................................................................9
I.4.3 La géothermie très basse énergie...........................................................................................9
I.5 Le potentiel géothermique des Comores.................................................................................10
I.5 Dispositifs utilisant la géothermie de basse température........................................................11
I.5.1 L’échangeur air-sol...............................................................................................................11
I.5.2 La Pompe à chaleur géothermique.......................................................................................13
I.6 Synthèse bibliographique........................................................................................................15
Chapitre II : MODELISATIONS MATHEMATIQUES................................................................................16
II.1 Modélisation thermique du sol................................................................................................16
II.2 Modélisation thermique de l’air dans l’échangeur...................................................................17
Chapitre III : RESULTATS, DISCUSSIONS, VALIDATION..........................................................................20
III.1 Cas de la température du sol....................................................................................................20
III.1.1 Température du sol en fonction du temps.......................................................................20
III.1.2 Température du sol en fonction de la profondeur...........................................................21
III.2 Cas de la température de l’air à la sortie de l’échangeur.........................................................22
III.2.1 Température de l’air en fonction du temps......................................................................22
III.2.2 Température de l’air en fonction de la profondeur..........................................................23

ii
III.3 Validation du code....................................................................................................................24
CONCLUSION........................................................................................................................................25
Références bibliographique..................................................................................................................26

iii
LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Modes de transfert thermique [12].............................................................................3


Figure 2 : Schéma représentatif du phénomène de conduction [13]...........................................3
Figure 3 : Schéma représentatif du phénomène de convection [14]...........................................4
Figure 4 : Schéma représentatif du phénomène de rayonnement [15]........................................5
Figure 5 : Schema représentatif d’échangeurs tubulaires [2]......................................................6
Figure 6 : Schema représentatif d’échangeurs à plaques [2]......................................................6
Figure 7 : Schéma d’échangeurs à ailettes [2]............................................................................7
Figure 8 : Différents types d’échangeurs [2]..............................................................................7
Figure 9 : Différents types de géothermie [16]...........................................................................8
Figure 10 : Schéma représentatif de l’utilisation de la géothermie de haute énergie [17]..........9
Figure 11 : Chauffage de serres par la géothermie de basse énergie [18]..................................9
Figure 12 : Utilisation de la géothermie très basse énergie [19]...............................................10
Figure 13 : Cratère du volcan Karthala [4]...............................................................................10
Figure 14 : configuration du puits canadien [21]......................................................................11
Figure 15 : Mode de fonctionnement de l’échangeur[15]........................................................12
Figure 16 : Principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur [22].......................................13
Figure 17 : Exemple d’une PAC à boucle ouverte [23]............................................................14
Figure 18 : Exemple d’un système à boucle fermée horizontal [24]......................................14
Figure 19 : Exemple d’un système à boucle fermée vertical [24]..........................................14
Figure 20 : Courbes des variations temporelles de la température du sol pour différentes
profondeur..............................................................................................................20
Figure 21 : Courbes des variations spatiales de la température du sol pour différents mois de
l’année....................................................................................................................21
Figure 22 : Courbes de la température de l’air à la sortie en fonction du temps pour certains
valeurs de profondeurs...........................................................................................22
Figure 23 : Courbes de la température de l’air à la sortie en fonction de la profondeur pour
certains mois..........................................................................................................23
Figure 24 : Comparaison des variations temporelles de la température du sol........................24
Figure 25 : Comparaison des variations spatiales de la température du sol.............................24

iv
NOMENCLATURE

Lettres latines

A Amplitude des variations de °C


température………..
C p ,air Capacité thermique massique de J/kg. °C
l’air…………...
C p ,sol Capacité thermique massique du J/kg. °C
sol…………...
D Diamètre m
hydraulique…………………………...
h Coefficient global d’échange convectif. W/ (m 2. °C)
………..
hi Coefficient interne d’échange W/ (m 2. °C)
convective………
ṁ air Débit massique de Kg/s
l’air………………………….
Nu Nombre de --
Nusselt………………………………
Pr Nombre de --
Prandtl……………………………...
Re Nombre de --
Reynolds…………………………….
ri Rayon interne du tube m
…………………………..
re Rayon externe du m
tube…………………………...
r sol Rayon du sol m
…………………………………….
S Surface d’échange m2
thermique……………………
t Temps………………………………………… s, j

T Température…………………………………… °C
..
Ts Température de la surface °C
T∞ Température du milieu environnant la surface °C
T moy: Température moyenne annuelle du °C

v
sol………….
T air ,entr é e Température de l’air à l’entrée de l’échangeur °C
T air ,sortie Température de l’air à la sortie de l’échangeur °C
u Vitesse de m/s
l’air…………………………………..
z Profondeur du m
sol………………………………..

Lettres grecques

𝛼 La diffusivité………………. m 2/s
𝜇 Viscosité dynamique de l’air Pa.𝑠
σ Constante de Stephan W¿ m 2.° C−4
εp Facteur d’émission de la surface --
λ Conductivité thermique du milieu W⁄(m℃)
λ air Conductivité thermique de l’air W⁄(m℃)
λ sol Conductivité thermique du sol W⁄(m℃)
λ tube Conductivité thermique du tube W⁄(m℃)
ρair Masse volumique de l’air….. 𝑘𝑔⁄m3
ρ sol Masse volumique du sol…… 𝑘𝑔⁄m3
τ Jour le plus froid de l’année --
φ Flux de chaleur…………….. W
¿ ⃗φ Densité de flux……………... W/m 2
ω Pulsation temporelle……….. 𝑟𝑎𝑑⁄𝑗𝑜𝑢𝑟
∆Tm Moyenne logarithmique…… °C

vi
INTRODUCTION GENERALE

Aux Comores comme ailleurs dans le monde, la demande d’électricité pour le


confort thermique est en forte augmentation. Nos iles étant soumises à un climat tropical, il
s’agit de mettre en œuvre des mesures architecturales adéquates intégrant des techniques de
rafraichissement.

Nous nous intéresserons ici à la technique de rafraîchissement utilisant l’échangeur


air-sol (appelé aussi puits canadien ou encore puits provençal). Son principe est simple : on
fait passer l’air de renouvellement, avant qu’il n’entre dans la maison, dans un tube enterré.
En période de froid, l’air est ainsi préchauffé dans l’échangeur car le sol est plus chaud que
l’air extérieur. En période de chaleur, l’air est rafraîchi dans l’échangeur car le sol est plus
frais que l’air extérieur.

Ce travail est en relation direct avec l’actualité du fait que le système étudié
s’inscrit dans le cadre des sujets internationaux en matière de la consommation rationnelle
de l’énergie, la promotion des énergies renouvelables, ainsi que la minimisation des
émissions de gaz à effet de serre. Le puits canadien assure un confort thermique avec une
dépense énergétique minime comparée aux systèmes de climatisation classique.

Plusieurs paramètres influencent le dimensionnement d’un tel système dans la


mesure où le rafraichissement/réchauffement à l’aide d’un échangeur air-sol dépend des
conditions climatiques et de la nature du sol. Le comportement thermodynamique d'un
échangeur air-sol n'est donc pas universel et doit être étudié dans le cadre du climat, du sol
et des conditions de charge du bâtiment.

Cette étude consiste à modéliser un échangeur air-sol dont les simulations seront
appliquées au type de sol et sous les conditions météorologiques de Moroni. L’objectif
principal est de conclure sur la pertinence d’un tel dispositif au niveau local ; Et ainsi
assimiler et mettre en pratique les connaissances acquises au cours de notre formation.

Le travail se compose de trois chapitres :

Le premier introduit quelques notions indispensables pour la compréhension d’un


système échangeur air-sol telles que : les différents modes de transfert thermique, le
principe d’un échangeur de chaleur, ce qu’est la géothermie d’une manière globale, pour
1
ainsi aboutir aux systèmes utilisant la géothermie de basse enthalpie. Ce chapitre ce termine
sur une petite synthèse de ce qui a été fait sur les échangeurs air-sol ;

Le deuxième chapitre est consacré aux modélisations thermiques. Dans sa


première partie on étudie la modélisation de la température du sol. On écrira l’évolution de
cette température en fonction du temps et de la profondeur. En deuxième partie, à partir
d’un bilan thermique au niveau de l’entrée et de la sortie de l’échangeur entre l’air dans les
tubes et le sol, nous établirons une équation permettant de trouver la température à la sortie
de l’échangeur ;

Enfin, le troisième et dernier chapitre rapporte les résultats numériques liés à


l’échangeur étudié dans notre travail. Les résultats sont présentés sous forme de graphes. Ils
seront interprétés et comparés avec ceux trouvés dans la littérature.

2
Chapitre I : GENERALITE ET SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE

I.1 Les modes de transferts thermiques

Un transfert de chaleur au sein d’un système ne se produit que s’il existe une
différence de température entre différentes parties du système.

Il existe trois modes essentiels de transfert de chaleur : la conduction, la


convection et le rayonnement.

Figure 1 : Modes de transfert thermique [12]

I.1.1 La conduction 

C’est le transfert de chaleur au sein d’un solide ou d’un fluide au repos, sans
mouvement de matière. Elle est due à des phénomènes physiques microscopiques (agitation
des atomes ou des molécules, flux d’électrons libres….).

La théorie de la conduction repose sur l’hypothèse de Fourier : φ⃗ =−λ ⃗


grad T

(1)

Figure 2 : Schéma représentatif du phénomène de conduction [13]

3
I.1.2 La convection :
La convection est un mode de transfert de chaleur qui met en jeu un mouvement
macroscopique de la matière. Ce phénomène se produit au sein des milieux fluides en
écoulement ou entre une paroi solide et un fluide en mouvement.

Il est régit par la loi de Newton :

φ=hs (T s−T ∞ ) (2)

Figure 3 : Schéma représentatif du phénomène de convection [14]

On distingue deux types de convection:

 Convection naturelle: les mouvements sont dus aux variations de masse


volumique dans un fluide soumis au champ de pesanteur. Les variations de
masse volumique peuvent être générées par des gradients de température
(l’air chaud est plus léger que l’air froid).

 Convection forcée: le mouvement du fluide est provoqué par des actions


mécaniques extérieures (pompe, ventilateur…).

I.1.3 Le rayonnement :
Tout corps matériel émet et absorbe de l’énergie sous forme de rayonnement
électromagnétique. Le transfert de chaleur par rayonnement entre deux corps séparés par du

4
vide ou un milieu semi-transparent se produit par l’intermédiaire d’ondes
électromagnétiques.

Ce mécanisme est régit par la loi de Stephan-Boltzman : [1]

φ=σ ε p s(T s 4−T ∞4 ) (3)

Figure 4 : Schéma représentatif du phénomène de rayonnement [15]

I.2 Bilan thermique

Avant d’établir un bilan thermique, il faut tout d’abord définir un système (S) en le
délimitant par ses limites dans l’espace et ensuite faire l’inventaire des différents flux de
chaleur qui influent sur l’état du système et qui peuvent être :

−φ st : Flux de chaleur stocké


−φ g : Flux de chaleur produit

Ensuite, on −φ e : Flux de chaleur entrant


applique le premier principe
−φ s : Flux de chaleur sortant
de la thermodynamique pour
faire le bilan d’énergie :φ e +¿
φ g=¿ φ s +¿ φ st [1]

5
I.3 Les échangeurs thermiques

Un échangeur de chaleur est un dispositif qui permet de transférer de l'énergie


thermique d'un milieu vers un autre. Le flux thermique traverse une surface d'échange qui
sépare les deux milieux. Généralement, les milieux en question peuvent être un fluide et un
solide, ou bien deux fluides (pouvant circuler à co-courant, à contre-courant, ou à courant
croisé).

Les échangeurs de chaleur sont utilisés dans de nombreuses applications et il en


existe différentes types selon les objectifs recherchés :

On distingue principalement trois types d’échangeurs continus (dont les fluides


circulent de manière continue) :

- Les échangeurs tubulaires

Figure 5 : Schema représentatif d’échangeurs tubulaires [2]

- Les échangeurs à plaques

Figure 6 : Schema représentatif d’échangeurs à plaques [2]

-Les échangeurs à ailettes

6
Figure 7 : Schéma d’échangeurs à ailettes [2]

D’autres types d’échangeurs de formes variées existent, comme par exemple :

Figure 8 : Différents types d’échangeurs [2]

Remarque : Tous ces types d’échangeurs ont leurs avantages et leurs


inconvénients, une utilisation spécifique (air/air, eau/eau, fumées/eau, huile/eau,
vapeur/eau, etc.), un mode de fonctionnement, bien que le principe reste le même.[2]

7
I.4 La géothermie

Figure 9 : Différents types de géothermie [16]

La géothermie est une énergie renouvelable qui consiste à prélever la chaleur


contenue dans le sol. Elle permet de produire de l’électricité, et d’assurer le confort
thermique d’une construction en absorbant la chaleur inépuisable contenue dans le sol.

La terre est chauffée à la fois par le soleil, l’air, le vent, l’eau de pluie. Le sol
autour d’une maison constitue donc un réservoir qui reçoit en permanence de l’énergie sous
forme de calories, pouvant ainsi être capté. La géothermie compte ainsi parmi les énergies
renouvelables thermiques propres qui contribuent à préserver l’environnement.

L’exploitation de la géothermie se subdivise essentiellement selon trois types :

I.4.1 La géothermie haute et moyenne énergie 

Elles exploitent des gisements de vapeur sèche ou humide situés à des profondeurs
comprises entre 2500 et 4000 mètres. Ces gisements se caractérisent par des températures
supérieures à 150°, pouvant aller jusqu’à 350°C. On rencontre cette géothermie haute et
moyenne énergie dans les régions volcaniques ou bien à la frontière des plaques
tectoniques. Elle est principalement destinée à la production d’électricité. La technique
consiste à puiser la vapeur contenue dans le réservoir géothermique pour alimenter une
turbine. Cette dernière est reliée à un alternateur ; ce qui entraine la production d’électricité.
[3]

8
Figure 10 : Schéma représentatif de l’utilisation de la géothermie de haute énergie [17]

I.4.2 La géothermie basse énergie 

Elle se situe entre 1000 et 2500 mètres de profondeur. Elle est caractérisée par des
températures comprises entre 30° et 150°C. On rencontre cette géothermie dans (des
formations perméables remplies d’eau, situées principalement dans les bassins
sédimentaires). Elle est surtout destinée au chauffage urbain et au chauffage des serres.[3]

Figure 11 : Chauffage de serres par la géothermie de basse énergie [18]

I.4.3 La géothermie très basse énergie 

Située à des faibles profondeurs, La géothermie très basse énergie est présente
partout sur terre. Elle est caractérisée par une température de l’ordre de 10 à 30°C. Elle est
utilisée entre autres pour le confort thermique des bâtiments à travers les pompes à chaleur
géothermiques ou bien les puits canadiens. [3]

9
Figure 12 : Utilisation de la géothermie très basse énergie [19]

I.5 Le potentiel géothermique des Comores

L’archipel des Comores est un ensemble de quatre îles d’origine volcanique.


Culminant à 2361 mètres, et désigné comme ayant le plus grand cratère du monde, le
volcan Kharthala domine l’ile de la Grande Comore. Ce volcan constitue un indice
indiquant la présence probable d’un fort potentiel géothermique.

Aujourd’hui encore, la presque totalité de l’électricité comorienne est produite en


brulant du pétrole importé. En 2014, des travaux ont été faits sur le site volcanique. L’Etat
comorien et la Nouvelle Zélande ont signé un accord pour son exploitation géothermique.
[20]

Au cours de ces travaux, un potentiel a été identifié sur une surface de 4km2. Les
forages peuvent s’étendre jusqu’à 500m de profondeur avant d’atteindre le top du réservoir
dont la température est estimé à 240°C. La capacité est estimée à 43 MW avec des
indications possibles d’une ressource plus importante. [4]

Figure 13 : Cratère du volcan Karthala [4]

10
I.5 Dispositifs utilisant la géothermie de basse température

I.5.1 L’échangeur air-sol

L’échangeur air-sol est un échangeur géothermique à très basse énergie utilisé


pour alimenter un bâtiment en air. Pour cela, il suffit de faire circuler l’air dans un ou
plusieurs tuyaux, sur un trajet suffisamment long. L’air extérieur passe ainsi dans ce réseau
de tubes par convection forcée. Il se réchauffe en hiver ou se refroidit en été, avant d’être
soufflé dans le bâtiment.

I.5.1.a) Les composants du puits canadien

Le dispositif est composé :

- D’une entrée d’air, munie de filtres pour empêcher les rongeurs ou d’autres
éléments indésirables de pénétrer dans le puits ;

- D’une canalisation enterrée à une profondeur moyenne de 1.5 m, sur 20 à 50


m de long, lisse et penchée afin de permettre l’écoulement des eaux de condensation ;

- D’un siphon ou d’un regard, pour la récupération de ces eaux (qu’on appelle
«condensats») ;

- D’un ventilateur pour l’insufflation de l’air dans une ou plusieurs pièces du


bâtiment ; et un système de régulation du puits.

Figure 14 : configuration du puits canadien [21]

11
I.5.1.b) Mode de fonctionnement d’un échangeur air-sol

 Fonctionnement en hiver :

En hiver, la température extérieure est inférieure à la température de sol, l’air est


réchauffé en traversant l’échangeur géothermique. Grâce à la chaleur du sous-sol cet air
chaud permet de réaliser des économies d’énergie.

 Fonctionnement en été :

En été, la température du sous-sol est basse. L’air extérieur est rafraîchi en


traversant l’échangeur géothermique, puis il est diffusé dans l’habitation, entraînant une
réduction de la température ambiante pour un meilleur confort.

Figure 15 : Mode de fonctionnement de l’échangeur [15]

I.5.1.c) Les avantages et inconvénients du puits canadien

 Avantage :

- Apporte de l’air frais pur

- Consomme peu d’énergie

- Coût du matériel très faible

- Evite la climatisation

 Inconvénients

- Inutile à la mi- saison

-Peut apporter des micro-organismes et du radon dans la maison

- Technique de pose et entretien délicat

12
- Coût de terrassement important [5]

I.5.2 La Pompe à chaleur géothermique

Tout comme l’échangeur air-sol, la pompe à chaleur géothermique permet, à l’aide


de capteurs, d’exploiter les calories du sol et de les transformer en chaleur ou en froid. Ce
transfert se fait via un fluide caloporteur et ne peut se réaliser que s’il y a apport d’énergie
sous forme de travail.

I.5.2.a) Principe de fonctionnement

Le circuit du système de captage de la pompe à chaleur est parcouru par un fluide


caloporteur (généralement composé d’eau glycolée). Ce fluide récupère l’énergie thermique
du sol pour la transférer à la pompe à chaleur. Cette dernière est composée de plusieurs
éléments dont les quatre principaux sont : l’évaporateur, le compresseur, le condensateur et
le détendeur. Quatre phases thermodynamiques vont se dérouler dans ces quatre éléments.
Au court de ces phases, la pompe à chaleur utilise un fluide frigorigène pour transmettre les
calories récupérées dans le sol au réseau de chauffage ou de climatisation, ou pour produire
de l’eau chaude sanitaire.

Figure 16 : Principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur [22]

13
I.5.2.b) Les différents types de PAC géothermiques

Bien qu’il existe plusieurs conceptions et technologies, les pompes peuvent être
regroupées dans deux principales catégories : les systèmes à boucle ouverte et ceux à
boucle fermée :

Les systèmes à boucle ouverte pompent l’eau d’un puits, font passer cette eau à
travers une pompe à chaleur pour faire un transfert de chaleur, puis la rejette dans un puits
de retour. Ce type de système nécessite en général deux puits, le premier pour
l’approvisionnement en eau, et le second pour le rejet de l’eau.

Figure 17 : Exemple d’une PAC à boucle ouverte [23]

Dans un système à boucle fermée, des tuyaux en serpentin sont placés sous terre
ou installés dans un puits. Un liquide antigel circule dans ces tuyaux; celui-ci est enfermé
hermétiquement et ne peut donc pas entrer en contact direct avec le sol. Dans ce type de
système, aucun pompage d’eau n’est effectué. Les systèmes à boucle fermée installés dans
une tranchée peu profonde sont dits horizontaux, et les systèmes installés dans un puits sont
dits verticaux. [6]

Figure 18 : Exemple d’un système à boucle Figure 19 : Exemple d’un système à boucle
fermée horizontal [24] fermée vertical [24]

14
I.6 Synthèse bibliographique

Différentes études théoriques et expérimentales ont été menées au sujet des


échangeurs air-sol. En effet, un travail de recherches a été consacré à l’utilisation des
échangeurs air-sol pour le chauffage et le rafraîchissement des bâtiments. L'analyse a été
basée sur des mesures récoltées et des simulations effectuées avec un modèle numérique
développé à cet effet. La modélisation analytique a permis de mettre en lumière les
phénomènes physiques de base et de dégager quelques règles de dimensionnement
simplifiées .[7]

Par ailleurs Amitrano [8] a proposé des critères objectifs pour le choix de
différentes caractéristiques basées sur des simulations numériques d’échange thermique par
convection forcée dans un tube enterré. Ceci permet de mettre en évidence l’effet du
diamètre, de la longueur, du débit volumétrique, de la différence de température entre le sol
et l’air entrant sur le flux thermique fourni par le puits canadien.

En outre, un autre travail a été réalisé, ayant pour but de calculer la température du
sol ‘non perturbé’ à partir du bilan énergétique à la surface du sol, de l’influence d’un
bâtiment proche et de la puissance géothermique à partir d’un modèle thermique de sol. La
température du sol calculée est par la suite utilisée pour déterminer la température de l’air
en sortie d’échangeur. Ce modèle a été intégré à un outil de simulation thermique du
bâtiment à partir d’un modèle d’échangeur [9].

Nebbar et ses collaborateurs [10] ont consacré une étude sur l’évaluation du
potentiel de l’utilisation de la géothermie de surface et la technologie appropriée pour son
exploitation par la détermination des variations de la température du sol à différentes
profondeurs, en considérant l’écoulement permanent d’un fluide newtonien et
incompressible dans un tube de section circulaire. Au terme de cette étude, il a été montré
la variation de la température de l’air à la sortie de l’échangeur en fonction des paramètres
de l’échangeur géométrique, thermique et des paramètres du site, des caractéristiques du
milieu, de la géométrie de passage et des paramètres d’entrée et de sortie de l’échangeur.

15
Chapitre II : MODELISATIONS MATHEMATIQUES

Dans ce chapitre, nous allons présenter la modélisation de la température du sol


ainsi que la modélisation de la température de l’air dans l’échangeur.

II.1 Modélisation thermique du sol

On considère ici le sol comme un milieu homogène et invariant, caractérisé par


une conductivité thermique λ sol, une masse volumique ρ sol et une capacité calorifique
massiqueC sol. La variation temporelle du taux d’humidité du sol due à l’infiltration d’eau
est négligée et aucune nappe phréatique n’est prise en compte sous la zone d’implantation
de l’échangeur. Le sol s’apparente donc à un massif semi-infini. On suppose que
l’évolution de la température se fait à une dimension.

Compte tenu des hypothèses retenues, l’équation de conduction de la chaleur dans le sol

∂T ∂2 T
s’écrit : =α 2 (4)
∂t ∂z

λsol
Avec α=
ρsol . C p ,sol

Tels que :

t: Le temps [s]

𝑧 : La profondeur du sol [m]

𝛼 : La diffusivité du sol [m2/s]

λ sol : Conductivité thermique [𝑊/ (𝑚. °C)]

ρ sol : La masse volumique [kg/m3]

C p ,sol : Capacité thermique massique du sol [J/kg. °C]

Pour plus de simplicité, nous considérerons ici que la température de l’air à la


surface du sol varie de manière sinusoïdale :

16
T air ( t )=T moy + A sin ⁡(ωt−τ) (5)

T moy: Température moyenne annuelle du sol

A : Amplitude des variations de température

ω: Pulsation temporelle

τ: Déphasage, correspondant au jour le plus froid de l’année

La résolution analytique de l’équation de la chaleur en régime transitoire pour un


milieu semi infini a été présentée par Amitrano [21]. La solution donne la température en
fonction de la profondeur et du temps :

ω
√ ( ω
√ )
−z
T sol ( z ,t )=T moy + A e 2α
sin ωt−τ −z (6)

II.2 Modélisation thermique de l’air dans l’échangeur

L’échange thermique entre le sol et l’air circulant dans les tubes dépend de la
structure de l’échangeur, de la température d’entrée de l’air et de la température du sol à
proximité du tube. On suppose que la température au loin du tube est constante, ce qui
revient à considérer que l’inertie thermique du sol est grande devant les quantités de chaleur
échangée. Nous considérons de plus que l’échange thermique se fait en régime stationnaire,
c’est à dire que les températures restent constantes dans le sol et à la paroi du tube.
L’échange de chaleur à l’intérieur d’un tube enterré où circule un fluide se fait par
convection forcée. Le coefficient d’échange convectif global est supposé constant tout au
long de l’échangeur.

La quantité d’énergie échangée entre l’air dans les tubes et le sol au niveau de
l’entrée et de la sortie de l’échangeur s’écrit :

φ=ṁ air C p ,air (T air ,sortie – T air,entrée


= h S ∆ T m(7)
¿
¿

17

ṁair : Débit massique de l’air[kg/s]

C p ,air : Chaleur massique de l’air [J/(kg.°C)]

T air ,sortie : ¿ Température de l’air à la sortie [°C]


¿

T air ,entrée : Température de l’air à l’entrée [°C]

h : Coefficient global d’échange convective [W/ (m 2. °C)]

S :Surface d’échange thermique [m2]

∆ T m : Moyenne logarithmique [°C]

∆T e −∆T s (T ¿ ¿ air , entr é−T sol )−(T air , sortie−T sol )


ΔT m= ¿
Avec ∆Te = T air, entr é −T sol
ln ⁡( ) ln ⁡( )
∆Ts T air, sortie−T sol

Sachant que T sol ≈ T à la surfacede l ' é changeur

T air ,entr é −T air, sortie


⟹ ṁair C p ,air ( T air , entr é e −T air, sortie ) =h S
(7) T air ,entr é −T sol
ln
( T air ,sortie −T sol )
T air ,entr é −T sol hS
⟹ ln ( ) =
T air ,sortie −T sol ṁ air C p , air

hS
T −T sol ṁ C p, air
⟹ air ,entr é =e air

T air ,sortie −T sol

T air ,sortie −T sol ṁ −hC S


⟹ =e air p, air

T air ,entr é −T sol

−h S
⟹(8) :T air ,sortie =T sol +¿ (T ṁ C p ,air
air ,entr é −T sol ¿ e
air

En supposant qu’il n’y a pas de résistance thermique due à l’encrassement,

18
−1
r r
h est définie par:
(
h=
( )
r e ln sol
re
+
( )
r e ln e
ri
+
re
) (9)
λ sol λtube r i hi

hi c’est le coefficient d’échange intérieur s’effectuant entre l’air et la paroi interne du tube.
Elle est déterminée à la suite d’une série de calcul incluant des nombres adimensionnels :

Nu λair
hi = (10)
D

D : Diamètre hydraulique [m]

Nu : Nombre de Nusselt. Dans notre cas, il est obtenu par la corrélation de
Gnielinski [1] :

(ℜ−1000) Pr
8 (0.79 lnRe−1.64)2
Nu= 2 (11)
12.7(Pr 3 −1)
1+
(0.79 lnRe−1.64) √ 8

ρair u D
Re  : Nombre de Reynolds donné par la formule ℜ= (12)
μ

C p , air μ
Pr : Nombre de Prandlt donné par Pr= (13)
λair

On obtient ainsi la valeur du coefficient d’échange convectif intérieur hi . Ce qui va nous


permettre de déterminer la valeur du coefficient global dont on a besoin pour le calcul de la
température de l’air à la sortie de l’échangeur.

19
20
Chapitre III : RESULTATS, DISCUSSIONS, VALIDATION

Dans ce chapitre, nous présentons et interprétons les résultats des modèles obtenus
par les codes MATLAB que nous avons développé. Ces résultats sont obtenus en
appliquant aux modèles mathématiques établis au chapitre précédent, des données thermo
physiques de Moroni, principalement prélevées dans la base de données d’un logiciel de
gestion d’énergies propres RETScreen. Dans ce logiciel, les données météorologiques sont
celles de la NASA. Nous présenterons et discuterons dans un premier temps sur la variation
de la température du sol en fonction du temps et de la profondeur ; puis dans un deuxième
temps, sur l’évolution de la température de l’air à la sortie de l’échangeur. On terminera ce
chapitre sur la validité de nos résultats par une comparaison avec des résultats trouvés dans
des articles scientifiques.

III.1 Cas de la température du sol

III.1.1 Température du sol en fonction du temps

L’évolution annuelle de la température du sol à différentes profondeurs est telle


que représentée à la figure 20. La température moyenne annuelle T 0du sol est estimée à
27.4°C, l’amplitude des variations de température A est de 2°C et une diffusivité 𝛼 du sol
(sol volcanique, roches basaltiques) estimée à 0,0511 m2/jour.

Figure 20 : Courbes des variations temporelles de la température du sol pour différentes profondeur

21
Les courbes montrent que plus la profondeur est grande, plus l’amplitude de la
température diminue. Cette dernière se stabilise autour de la température moyenne du sol
(27.4°C) pour des profondeurs supérieures ou égales à 5 m.

On remarque également que dans la première moitié de l’année, période dans


laquelle les températures de l’air à Moroni sont les plus élevées, d’après les données, les
températures à la surface décroissent ; Et plus la profondeur augmente, plus les
températures du sol augmentent.

Dans la seconde moitié de l’année, où il fait moins chaud, les températures à la


surface croissent ; Et plus la profondeur augmente, plus les températures du sol diminuent.

Ceci traduit bien l’effet contraire du comportement thermique du sol par rapport à
celle de l’air extérieur.

III.1.2 Température du sol en fonction de la profondeur

Figure 21 : Courbes des variations spatiales de la température du sol pour différents mois de l’année

Les courbes de la figure 21 montrent le profil de pénétration de la température


dans le sol en fonction de la profondeur pour différent mois de l’année. On remarque bien
que cette température se stabilise effectivement autour de 27,4° au-delà de 5 m de
profondeur.

22
III.2 Cas de la température de l’air à la sortie de l’échangeur

III.2.1 Température de l’air en fonction du temps

Pour un tube en PVC, de longueur L=40 m, un débit d’air ṁde 4.5 kg/s à une
température d’entrée de 26.3°C, avec un coefficient global h calculé dans les normes de
dimensionnement (h =2.115 𝑊/ (m2. °C)), on obtient l’allure suivante.

Figure 22 : Courbes de la température de l’air à la sortie en fonction du temps pour certains valeurs
de profondeurs

La figure 22 montre le comportement de la température de l’air à la sortie de


l’échangeur tout au long de l’année, et pour différentes profondeurs d’enfouissement. On
constate que durant toute l’année, et quel que soit la profondeur d’enfouissement, la
température de l’air à la sortie du puits canadien est inférieure à la température de l’air
ambiante à Moroni (26.4°C). Ceci permet d’affirmer que le puits canadien réduit dans
l’ensemble la température ambiante.

Dans la période de janvier à mai (jusqu’au 151èmejour) où il fait très chaud ici à la
capitale (température de l’ordre de 27°C), l’échangeur fournit un air rafraichi allant aux
alentours de 26.1°C (pour une profondeur de 5m). De juin à octobre (vers le 304 èmejour), les
températures moyennes sont comprises entre 24,7 et 25,9°C. A la sortie du puits, l’air est

23
toujours entre 26,1 et 26,2 (pour 5m de profondeur). L’air est ainsi chauffé. Pour un besoin
de rafraichissement, l’échangeur peut être mis à l’arrêt en cette période de l’année.

III.2.2 Température de l’air en fonction de la profondeur

Figure 23 : Courbes de la température de l’air à la sortie en fonction de la profondeur pour certains
mois.

La figure 23 représente l’évolution de la température de l’air à la sortie de


l’échangeur en fonction de la profondeur, pour différents mois de l’année. On réalise bien
qu’, au-delà de 5 m, les températures obtenues sont insensibles à l’augmentation de la
profondeur. Il n’est donc pas nécessaire d’enfouir l’échangeur dans des grandes
profondeurs.

24
III.3 Validation du code

a b

Figure 24 : Comparaison des variations temporelles de la température du sol

La figure 24.a correspond à la « Variation spatio-temporelle de la température du


sol » présenté par DALHOUM dans son mémoire de master [11] On constate que les
allures des courbes sont similaires avec celles de la figure 24.b obtenu avec notre
algorithme.

a b

Figure 25 : Comparaison des variations spatiales de la température du sol

La figure 25.a montre bien que les résultats obtenus par DALHOUM [11] sont en
accord avec les résultats que nous avons obtenus (figure 25.b).

Bien évidemment, on relève des différences sur les valeurs de températures. Cela
est dû au fait que nous avons effectué les simulations avec nos données puisqu’on n’a pas
eu accès aux données de l’auteur. Toutefois, on constate bien que les esquisses de ces
courbes sont les mêmes. Ce qui nous laisse confiant quant à la fiabilité de notre modèle et
de notre code Matlab.

25
CONCLUSION

Dans ce travail, la modélisation d’un échangeur air-sol a été faite en tenant compte
du type de sol et des conditions météorologiques de Moroni. De ce fait, un modèle
thermique du sol a été établi suivi d’un modèle thermique de l’échangeur. Ces
modélisations ont été faites sous certaines hypothèses simplificatrices.

Les résultats obtenus sur le comportement thermique de l’air à la sortie de


l’échangeur sont assez satisfaisants : les températures à la sortie de l’échangeur sont
moindres par rapport à la température ambiante de Moroni, dans un écart moyen d’un degré
Celsius.

Il en découle de ces résultats qu’en période de chaleur, l’air à la sortie de


l’échangeur est beaucoup plus frais que l’air ambiant. Ce qui contribue à la fraicheur dans
l’habitation. Vu l’intérêt du dispositif, une optimisation du model permettra de mieux
comprendre le fonctionnement du système ; et ainsi, le rendre beaucoup plus efficace.

Cette étude ayant été réalisée sur une durée très limitée, cette contrainte temporelle
a nécessité de faire des choix sur certains paramètres qui peuvent plus ou moins influer sur
le comportement de l’échangeur.

Nous envisageons donc par la suite étendre ce travail en essayant de comprendre


l’influence du diamètre et de la longueur du tube ; Ce qui nous permettra d’optimiser la
surface d’échange. Il serait aussi intéressant de voir le comportement du système vis-à-vis
de l’hétérogénéité du sol, et surtout voir son comportement en période de pluie où le sol est
mouillé et qu’une partie de la chaleur sera transférée par convection.

26
Références bibliographique

[1] Y. Jannot , (2011). « Transferts thermiques ». Cours de 2ème année. Ecole des
Mines Nancy.

[2] B. Bourret, (1996). « Les échangeurs de chaleur ». Département de Génie civil.


INSA Toulouse.

[3] O. Salima, (2006). « Etude géothermique du sud de l’Algérie ». Mémoire de


Magister En géophysique. Université de Boumerdès.

[4] A. Soumail , (2015). « Méthodes exploratoires pour la géothermie : cas des


Comores ». Faculté des Sciences et Techniques. Université des Comores.

[5] E. Satara et A. Mabrouki, (2016). « Etude d’un échangeur de chaleur air/sol ».


Mémoire de master de Génie Energétique. Universite Kasdi Merbah Ouargla

[6] B. Yousef, (2012). « Modélisation d’un échangeur air/sol dont le but de


rafraichissement des locaux ». Mémoire de master de Génie Mécanique.
Université Mohamed Khider Biskra.

[7] P. Hollmuller, (2002). « Utilisation des Echangeurs Air/Sol pour le Chauffage et le


Rafraîchissement des Bâtiments », Thèse de Doctorat, Université de Genève, 125
p.

[8] D. Amitrano, (2006). Eléments de dimensionnement d’un échangeur air/sol, dit


«puits canadien». Université J. Fourier, Grenoble. Version du 28-04-2006.

[9] S. Thiers et B. Peuportier, (2007). « Modélisation Thermique d’un Echangeur Air-


Sol pour le Rafraîchissement de Bâtiments », Journée thématique SFT-IBPSA,
Froid Solaire et Confort d’Eté, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris,
Aix-les-Bains, France, 8 p.

[10] H. Nebbar, O. Hamdi, N. Moummi et A. Brima, (2014). « Etude de comportement


thermique d’un échangeur enterré air/sol Expérimentation de Biskra (Algérie) ».
Revue des Energies Renouvelables Vol. 14 N°3, pp. 199 – 204.

[11] A. Dalhoum, (2016). « Développement d’une nouvelle solution analytique pour la


modélisation d’un échangeur géothermique hélicoïdal à boucle horizontale »,

27
Mémoire de maitrise en génie, concentration énergies renouvelables et efficacité
énergétique, École de Technologie Supérieure- Montréal.

WEBOGRAPHIE

[12] :< https://jeretiens.net/les-3-transferts-thermiques/>

[13] :<https://www.visualizepicture.com/c/conduction_jhAurGepCRcwyKwNhBqPGalR
VnEbvwSUaIKt3qw4zHA/>

[14] :<https://lookfordiagnosis.com/mesh_info.php?term=convection&lang=1>
[15] :<https://www.visualizepicture.com/r/rayonnement_jhAurGepCRcwyKwNhBqPGalRV
nEbvwSUaIKt3qw4zHA/>
[16] :<https://www.abcclim.net/geothermie-introduction.html>

[17]:<https://www.weltderphysik.de/gebiet/technik/energie/geothermie/>

[18]:<https://www.opera-cesson.fr/chauffage-energie-solaire-chauffage-pas-cher-et-
efficace-502/>

[19] :<http://bcecolo.blogspot.com/2017/05/puits-canadien-ou-provencal.html>

[20] A la Une (2014) : Développement de la géothermie en Union des Comores. En ligne


<http://km.one.org/content/unct/comoros/fr/home/centre-de-presse/communiques-
de-presse/géothermie_premiere_phase.html>. Consulté le 03 mai 2019.

[21]:<https://www.habitatpresto.com/economie-energie/pompe-chaleur/108-puits-canadien-
avis >

[22] :<https://www.heliotherm.com/fr/pompes-a-chaleur/principe-de-fonctionnement-dune-
pompe-a-chaleur/>

[23]:<https://www.cshq.ca/chroniques/une-source-d-rsquo-energie-gratuite-constante-et-
inepuisable-geothermie-56197.html>

[24]:<http://www.yvelinesplombier.com/index.php/infos-pratiques/pompes-a-chaleur>

28
Résumé 

Cette étude s’intéresse à la modélisation d’un système utilisant la géothermie de basse


énergie : l’échangeur air-sol. Le but a été d’observer le comportement de la température de
l’air à la sortie de l’échangeur dans le cas de la ville de Moroni. Une modélisation thermique
du sol a été effectuée. Celle-ci a permis d’établir le modèle de température de l’air à la sortie
de l’échangeur via un bilan énergétique entre le sol et l’air circulant dans le tube. Des
simulations sur une période de un an ont été réalisées avec les données du sol et les conditions
météorologiques de Moroni. Les résultats de simulations ont montré que ce système peut bien
contribuer au rafraichissement de l’habitation à Moroni.

Mots clés : Energie renouvelable – Géothermie – Echangeur air-sol – Température –


Modélisation.

Abstract
This study is interested to the modelling of a system using low energy geothermal:
earth -air heat exchanger. The aim was to observe the behavior of the air temperature at the
exit of the exchanger in the case of the city of Moroni. Thus, a thermal modelling of soil was
carried out. This allowed the air temperature model to be established at the exit of the
exchanger via an energy balance between the ground and the air circulating in the tube.
Simulations over one-year period were carried out with the soil data and the weather
conditions of Moroni. The results of simulations have shown that this system may well
contribute to the refreshment of the dwelling in Moroni.

Key words: Renewable energy – Geothermal – Earth -air heat exchanger – Temperature –
Modelling.