Vous êtes sur la page 1sur 62

RAPPORT DEFINITIF

CUSSON Thomas
Solutions technologiques pour
DECAZES Léonard
HARGUIL Soufiane
l'Internet des Objets
Thème : Miniaturisation et Puissance

MAJEURE CSEI
Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 2


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION .................................................................................................................................. 5
1 PRESENTATION D’UN OBJET CONNECTE ET CONTRAINTES .............................................. 6
2 DEMARCHE DE L’ETUDE................................................................................................................. 9
2.1 DEFINITION DU PERIMETRE SECTORIEL DE L’ETUDE ............................................................................................................. 9
2.2 DEFINITION DU PERIMETRE DE LA MINIATURISATION....................................................................................................... 10
2.3 DEFINITION DU PERIMETRE DE LA PUISSANCE ................................................................................................................... 10
2.4 METHODOLOGIE DE L’ETUDE .............................................................................................................................................. 10
3 SECTEUR INDUSTRIEL .................................................................................................................. 12
3.1 PRESENTATION DU SECTEUR ............................................................................................................................................... 12
3.1.1 Besoins ................................................................................................................................................................................................. 12
3.1.2 Les contraintes de l’IoT industriel ................................................................................................................................................ 13
3.2 ENJEUX ................................................................................................................................................................................... 13
3.3 PERIMETRE .............................................................................................................................................................................. 14
3.4 THEMATIQUES ....................................................................................................................................................................... 14
3.4.1 Architecture des capteurs industriels ......................................................................................................................................... 14
3.4.2 Focus sur deux familles d’objets .................................................................................................................................................. 16
3.5 APPLICATIONS ....................................................................................................................................................................... 17
3.5.1 Le secteur ferroviaire ....................................................................................................................................................................... 17
3.5.2 Le secteur Transport & Logistique.............................................................................................................................................. 21
3.5.3 Perspectives ........................................................................................................................................................................................ 25
3.6 CONCLUSION........................................................................................................................................................................ 26
4 SECTEUR AUTOMOBILE ............................................................................................................... 27
4.1 PRESENTATION DU SECTEUR ............................................................................................................................................... 27
4.2 ENJEUX ................................................................................................................................................................................... 27
4.2.1 Architecture de la voiture de demain......................................................................................................................................... 27
4.2.2 Enjeux pour l’IoT automobile ....................................................................................................................................................... 28
4.3 PERIMETRE .............................................................................................................................................................................. 29
4.4 THEMATIQUES ....................................................................................................................................................................... 30
4.4.1 Communication avec les devices ................................................................................................................................................. 30
4.4.2 Communication avec le réseau .................................................................................................................................................... 30
4.4.3 Monitoring de l’état du véhicule .................................................................................................................................................. 30
4.5 APPLICATIONS ....................................................................................................................................................................... 30
4.5.1 Pneumatiques .................................................................................................................................................................................... 31
4.5.2 Pare-chocs ........................................................................................................................................................................................... 32
4.5.3 Contrôle du niveau de charge des batteries ............................................................................................................................ 33
4.6 CONCLUSION........................................................................................................................................................................ 34
5 SECTEUR DES OBJETS A HAUTE VALEUR AJOUTEE ............................................................. 35
5.1 PRESENTATION DU SECTEUR ET RESTRICTION A LA SANTE CONNECTEE ...................................................................... 35
5.2 ENJEUX ................................................................................................................................................................................... 35
5.3 DOMAINES D’APPLICATION ................................................................................................................................................. 36
5.3.1 Biomédical intra vivo........................................................................................................................................................................ 36
5.3.2 Biomédical extra vivo ...................................................................................................................................................................... 36
5.4 APPLICATIONS ....................................................................................................................................................................... 37
5.4.1 Capteurs de température interne ............................................................................................................................................... 37
5.4.2 Capteurs de température et d’activité ...................................................................................................................................... 38
5.4.3 Pacemaker connecté ....................................................................................................................................................................... 39

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 3


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

5.4.4 Implant céphalique connecté........................................................................................................................................................ 41


5.4.5 Pilulier connecté ................................................................................................................................................................................ 43
5.4.6 Montre connectée spéciale grand âge ...................................................................................................................................... 45
5.4.7 Lutter contre les maux chroniques ............................................................................................................................................. 47
5.4.8 Applications au stade R&D ........................................................................................................................................................... 48
5.5 CONCLUSION........................................................................................................................................................................ 52
6 LIMITES D’INTEGRATION DE L’IOT ........................................................................................... 53
6.1 CLASSEMENT DES PREOCCUPATIONS IOT ......................................................................................................................... 53
6.2 SECURITE DES TRANSMISSIONS ............................................................................................................................................ 54
6.3 DISPONIBILITE DE L’INFORMATION ..................................................................................................................................... 54
6.4 INTEGRITE DES DONNEES ..................................................................................................................................................... 55
6.5 CONCLUSION........................................................................................................................................................................ 55
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................................... 57
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................................. 59

Dans cette étude, l’ensemble des termes suivis d’un astérisque sont définis dans le glossaire en fin de rapport. Ce rapport
a valeur d’information générale et ne saurait se substituer à un conseil professionnel en matière de performances
technologiques. Il ne reflète que notre avis à la suite d'une démarche d'analyse précise mais toutefois personnelle.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 4


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

INTRODUCTION

Le terme “Internet des Objets” (abrégé dans cette étude IoT, pour Internet of Things) est pour la
première fois utilisé par Peter T. Lewis en 1985 lors d’une session de l’U.S. Federal Communications Commission.
L’IoT est alors défini comme la mise en lien de personnes, de processus et de la technologie avec des dispositifs
et capteurs connectés pour permettre la surveillance à distance, la manipulation et l'évaluation de l’état de ces
dispositifs.

Aujourd’hui l’Internet des Objets est présenté par l’Union Internationale des Télécommunications comme une
“infrastructure mondiale pour la société de l’information, qui permet de disposer de services évolués en
interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l’information et de la communication
interopérable existantes ou en évolution”. Cette définition souligne déjà plusieurs problématiques :

- Un déploiement à l’échelle mondiale implique une couverture de tous les territoires concernés via des
réseaux complexes d’antennes et autres infrastructures.
- Les objets connectés doivent pouvoir communiquer entre eux de manière fiable, sécurisée et en
continue. Il est donc nécessaire de définir des normes et standards de communication reconnus au
niveau national voir international.

Pierre-Jean Benghozi et Sylvain Bureau (Pôle recherche en Economie et Gestion de l’Ecole Polytechnique) et
Françoise Massit-Folléa (programme Vox Internet II) précisent cette définition et décrivent l’Internet des Objets
comme un “un réseau de réseaux qui permet, via des systèmes d’identification électronique normalisés et unifiés,
et des dispositifs mobiles sans fil, d’identifier directement et sans ambiguïté des entités numériques et des objets
physiques et ainsi de pouvoir récupérer, stocker, transférer et traiter, sans discontinuité entre les mondes
physiques et virtuels, les données s’y rattachant”.

Il apparaît clairement l’importance primordiale de l’électronique dans le monde de l’IoT. Les produits issus de
l’IoT apparaissent au grand public d’une simplicité toujours plus remarquable (principe du plug-and-play).
Cependant, l’électronique est la base même de ces produits, et fait face à des problèmes et des limites de plus
en plus complexes, imposés par les demandes en performance des consommateurs. En conséquence, une partie
importante de cette étude sera dédiée à ces limites et aux solutions envisagées pour y remédier. Ces solutions
sont le plus souvent le fruit de collaborations d’entreprises, de syndicats, de groupes, d’alliances, et même des
états. Ces acteurs jouent eux aussi un rôle primordial en investissant massivement dans la recherche de nouvelles
solutions et technologies, technologies qui définiront l’Internet des Objets de demain.

Dans ce contexte de recherche de nouvelles solutions, deux enjeux majeurs prennent une place prépondérante :
la recherche de produits de plus en plus petits et toujours plus performants pose des problèmes de
miniaturisation et de puissance, que ce soit en terme d’autonomie, de consommation, de technologie et de
composants. Ces deux thèmes sont une ligne directrice centrale de notre étude. Peut-on vraiment continuer de
miniaturiser ces systèmes tout en augmentant la puissance ? Comment ? Jusqu’où ? Quelles sont les ressentis des
professionnels du secteur pour répondre aux demandes toujours plus exigeantes des consommateurs qu’ils
soient particuliers ou professionnels ? Dans quelle mesure l’électronique peut-elle répondre à ces exigences ?
Quels sont enfin les acteurs français – constructeurs, intégrateurs, développeurs, fondeurs, etc. – positionnés sur
ce secteur porteur de l’Internet des Objets ? Voilà quelques-unes des questions qui ont motivé cette étude.

Dans une première partie, nous rappellerons les principales briques technologiques qui caractérisent un objet
connecté et quels composants subissent les contraintes de miniaturisation et puissance. Nous détaillerons
ensuite dans une seconde partie la démarche de l’étude, à savoir comme nous nous sommes concentrés sur
trois secteurs économiques particuliers. Ces trois secteurs – Industrie, Automobile et IoT à haute valeur
ajoutée – seront ensuite étudiés en détails dans les trois parties suivantes. Enfin nous conclurons cette étude en
étudiant les limites d’intégration de l’Internet of Things, apparues au cours de l’analyse des trois principaux
secteurs précédents impliqués.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 5


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

1 PRESENTATION D’UN OBJET CONNECTE ET CONTRAINTES

Dans cette présentation sont détaillés les différents composants d’un objet connecté. Nous prenons
comme exemple un capteur de température connecté similaire à ceux utilisés communément dans un smart
home ou un smart building, cependant l’architecture est commune à la plupart des objets connectés. Dans un
réseau de ce type on a deux parties principales. D’une part les composants qui mesurent la température et
d’autre part ceux qui envoient l’information. L’objet connecté est composé du capteur de température lui-même,
d'une mémoire, d'une batterie et d'un émetteur de radiofréquence, composé lui d'un processeur, d’un
modulateur et d'une antenne.

Dans la partie réception du système on trouve le gateway, la même antenne que dans l'émission (nous la décrivons
par la suite) et un démodulateur, dont le fonctionnement est similaire au modulateur que nous décrivons aussi
un peu plus loin. Le seul composant que nous n’allons pas détailler est le gateway qui réalise la connexion entre
le réseau local et un autre réseau (internet par exemple). Le gateway peut aussi réaliser la fonction suivante :
connecter le réseau avec un centre de contrôle qui analyse les données et qui peut agir en conséquence. Cette
partie du réseau ne sera pas analysée car ses fonctions et composants dépendront des applications voulues qui
sont infinies.

Figure 1 - Schéma de principe d'un IoT [1]

En dehors du gateway déjà décrit, on peut différencier deux parties dans le dispositif : la partie de mesure et la
partie de transmission. On trouve les éléments suivants dans un objet IoT classique.

Le capteur est la partie centrale, réalisant la fonction de base du composant : la mesure de la température.
Généralement un capteur est un dispositif très simple composé d’une résistance et d'une thermistance, une
résistance qui varie avec la température. Le fonctionnement d’un capteur de température est bien connu, donc
on ne le détaillera pas. L'optimisation de ce capteur passe par sa miniaturisation, et la maîtrise de sa
consommation électrique. Ces problématiques sont communes à tout capteur du monde des objets connectés.

La batterie est l’un des éléments les plus importants du capteur. La taille et la capacité de stockage d'énergie
sont le plus souvent proportionnelles. On ne peut se passer d'une quantité suffisante d'énergie pour alimenter le
système de manière durable mais la problématique de taille de la batterie est à prendre en compte dans ce type
de système. Il y a donc recherche d'un compromis entre taille et consommation, entre miniaturisation et
autonomie. Il faut prendre en compte qu’une fréquence de travail plus élevée nécessite plus d'énergie donc une
batterie plus grande.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 6


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

La mémoire est responsable de la sauvegarde des données qui ne sont pas envoyées directement. Comme
dans le cas de la batterie, la capacité de mémoire et sa taille sont directement liées. La recherche d'un bon
compromis entre la taille des composants et le besoin en capacité de mémoire est donc ici essentielle.

Les composants responsables de la communication des informations obtenus par les capteurs sont décrits dans
les paragraphes suivants :

L’antenne, qui est responsable de l’envoi de l’information captée, est généralement un élément passif. On ne
doit prendre en compte que la taille de l’antenne augmente avec la fréquence de l’onde radio qu’on veut
transmettre. A l’inverse, l’antenne est un frein à la miniaturisation, puisqu’elle doit mesurer au minimum avec

f la fréquence de la porteuse. Ainsi, les fréquences faibles limitent la miniaturisation de l’objet dans sa globalité.
De plus, on doit considérer qu'une fréquence plus élevée engendre une baisse de la portée, donc la puissance
nécessaire pour arriver à une même distance est plus grande que pour une fréquence plus faible.

Le modulateur (similaire au démodulateur) est le composant qui prépare l’information envoyée par l’antenne.
La modulation est l’ensemble des techniques et méthodes utilisées pour transporter l’information sur une onde
porteuse. La modulation est réalisée en faisant varier les différentes caractéristiques de l’onde porteuse
(amplitude, fréquence, phase, etc.) en fonction de l’information du signal qui veut être transmise. L’information
du signal transmis doit soit être fixe, comme dans la modulation d'amplitude ou de phase, soit varier entre deux
valeurs de fréquences fixées, comme dans le cas de la modulation de fréquence. La modulation doit donc
transformer le signal original et sa fréquence en un nouveau signal à la fréquence désirée de transmission, et ce
sans perte d’information. La modulation est déterminante car elle permet de s’adapter aux particularités du canal
de fréquences et d'éliminer les bruits. La qualité et la puissance de la modulation ont une influence significative
sur le débit, la portée et l'imperméabilité du signal à l'environnement électromagnétique. Les mixers sont
généralement les systèmes électroniques qui réalisent la modulation. Ils utilisent une technique appelée
“heterodyning” et qui permet de combiner ou séparer deux signaux. De cette manière les mixers permettent de
moduler et démoduler un signal et de changer sa fréquence pour tirer bénéfice du canal de transmission. Grâce
à ce type d'élément il est possible de transmettre différents messages en même temps et sur le même espace de
fréquences.

Dans ces composants on doit considérer que la complexité des modulateurs et démodulateurs augmente avec la
fréquence de l’onde radio utilisé pour la transmission de l’information. Comme la taille du modulateur augmente
avec la complexité, il faut encore une fois trouver le meilleur compromis entre fréquence et taille du composant.

De cette description, il convient de retenir les 3 aspects suivants qui sont fondamentales dans la suite de l’étude
sur la caractérisation de ce qui relève de l’IoT ou non :

1. Mesurer puis traiter une information


2. Communiquer sans fil cette information
3. Travailler de manière autonome d’un point de vue énergétique

Si l’un des trois points précédents n’est pas respecté par une application, celle-ci ne pourra pas être caractérisée
d’IoT et ne sera pas pris en compte dans cette étude. Ce point est fondamental car de nombreuses applications
ont dû être retirées faute de respect de l’un des trois points précédents.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 7


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Cette première description succincte d’un objet connecté souligne fortement la complexité des contraintes
exigées en termes de performances. Chaque composant a son importance et est soumis à de nombreuses
contraintes, en particulier des contraintes de taille, de consommation et de puissance d’émission. Pour autant si
pour certains secteurs tels que le secteur des « wearables » (objets connectés portés) les contraintes de
miniaturisation sont un enjeu évident. Pour d’autres secteurs tels que l’industrie ou l’automobile, ces contraintes
ne sont pas les mêmes et portent majoritairement sur la puissance, par exemple la taille des objets du type
capteur dans une usine n’est pas une priorité. De plus ces contraintes se voient encore plus précises pour une
application spécifique : dans le secteur médical par exemple, nous n’attendrons pas le même cahier des charges
pour un cœur ou un foie artificiel, éléments vitaux, que pour une balance connectée. Nous avons donc pris le
parti de raisonner en termes de secteurs pour développer ces contraintes, secteurs que nous allons définir dans
la partie suivante qui établit le périmètre de l’étude.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 8


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

2 DEMARCHE DE L’ETUDE

2.1 DEFINITION DU PERIMETRE SECTORIEL DE L’ETUDE

Lorsque le terme Internet des Objets est employé, il fait référence à un très large ensemble de solutions
portées par une multitude de secteurs. Ainsi selon l’étude « The Internet of Things Market » publiée en 2017 par
DigiWorld, un cabinet de conseil spécialiste de la veille de marchés, plus d’une trentaine de secteurs sont
concernés à court et moyen terme par les innovations permises par l’IoT. [2]

Figure 2 – Parc d'objets connectés (hors smartphones, tablettes, TV) par marché

Nous avons ainsi souhaité cibler cette étude sur les secteurs susceptibles d’être les plus prometteurs en termes
d’Internet des Objets. Il ressort d’un certain nombre d’études que le secteur de l’automobile est l’un des premiers
marchés à destination du grand public à chercher à intégrer des objets connectés et devrait représenter à long
terme l’un des plus gros marchés en termes de volume et de valeur pour l’IoT.

Ensuite les secteurs de la santé, de la sécurité et du bien-être que l’on peut regrouper sous l’appellation IoT à
haute valeur ajoutée représentent un marché important principalement en termes de volume (nombre d’objets
connectés). Nous verrons dans la partie 5 dédiée à ce secteur que nous avons pris le parti de nous concentrer
sur le domaine de la santé connectée qui représente le marché principal (avec plusieurs centaines de milliards de
dollars en jeu à moyen terme).

Enfin le secteur industriel qui représente moins d’objets connectés en nombre est un domaine qui intègre depuis
de nombreuses années des appareils de mesure et de suivi, non labélisés jusque-là comme objets connectés.
Celui-ci représente un marché important en termes de valeur car un objet connecté industriel ne coûte pas le
même prix, ne représente pas le même développement, ni la même maintenance et ni non plus les mêmes
contraintes de fiabilité et de sécurité qu’un objet connecté grand public.

Nous nous sommes donc concentrés au cours de cette étude sur l’examen de ces trois secteurs décisifs pour
l’Internet des Objets à savoir :

1. Automobile / Automotive
2. Industrie
3. IoT à haute valeur ajoutée / Santé connectée

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 9


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

2.2 DEFINITION DU PERIMETRE DE LA MINIATURISATION

Concernant les aspects de miniaturisation, nous avons considérés dans notre périmètre d’étude les aspects listés
ci-dessous et classés dans cet ordre :

1. Diminution des tailles de l’ensemble des composants constituants des objets IoT : processeurs,
mémoires, antennes
2. Diminution des tailles des batteries par l’augmentation de la densité énergétique des systèmes ou
l’utilisation de nouveaux systèmes de stockages plus compacts
3. Diminution des tailles de la partie capteur de l’objet avec des solutions innovantes et compactes
4. Diminution des tailles des boitiers contenant les composants

Nous porterons en effet une attention particulière à la diminution des tailles des batteries et systèmes de
stockages en général en raison du lien étroit qu’il y a avec l’autre aspect de l’étude à savoir la puissance.

2.3 DEFINITION DU PERIMETRE DE LA PUISSANCE

Concernant les aspects de puissance, nous avons pris dans notre périmètre d’étude les aspects suivants classés
dans cet ordre :

1. Puissance stockée dans le système de batterie ce qui inclut les systèmes de récupération d’énergie dans
l’environnement (Energy harvesting)
2. Puissance consommée par les composants constituants de l’objet IoT
3. Puissance d’émission de l’objet IoT que ce soit au niveau des capacités de l’antenne ou de la batterie à
alimenter le système pour produire les ondes

Nous portons une importance prédominante au point n°1 car c’est principalement celui-là qui ressort dans les
rares études IoT ou bien dans les conférences qui traitent du sujet. Cela est d’autant plus évident que les autres
informations ne sont pas ou très peu communiquées par les entreprises aussi bien clientes que vendeuses de
solutions IoT. Les aspects liés à l’Energy harvesting seront également traités dans cette étude car cette technologie
se développe de plus en plus dans les applications IoT que ce soit pour des raisons de longévité ou de
miniaturisation des solutions en comparaison des architectures avec une batterie.

2.4 METHODOLOGIE DE L’ETUDE

Afin de balayer au mieux l’ensemble des contraintes de miniaturisation et de puissance des secteurs retenus,
nous avons établi un protocole d’analyse des objets connectés. Pour chacun des trois secteurs que sont
l’automobile, l’industrie et les objets connectés à forte valeur ajoutée, nous avons cherché à :

 Réaliser un état des lieux des objets connectés par secteur


 Identifier les applications propres à chaque secteur
 Contacter les entreprises réalisant ces technologies et leurs clients potentiels

Ensuite nous avons cherché à compléter ces informations par les ressentis des acteurs de l’IoT en :

 Associant à chacune de ces applications ses contraintes particulières


 Étudiant les avancées possibles et les défis de ces applications et des objets qui leur sont associés

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 10


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Le travail que nous avons réalisé se voit structuré de la façon suivante pour chaque domaine dans la suite de
l’étude :

1. Présentation du secteur : éléments généraux sur le secteur


2. Enjeux : listing des grands enjeux de l’IoT pour le secteur considéré
3. Périmètre : délimitation du périmètre de l’étude sur le secteur considéré
4. Thématiques : répartition des objets existants et à venir dans des grandes catégories en lien avec les
enjeux
5. Applications : listing d’applications pour illustrer les thématiques dans la mesure des résultats obtenus
lors de nos recherches

Nous avons par ailleurs cherché tout au long de cette étude à obtenir un maximum de renseignements de la part
des entreprises et des industriels, fabricants ou clients, sur ce thème de la miniaturisation et de la puissance afin
de pouvoir établir par secteur les principaux enjeux des objets connectés et chercher à dégager une tendance
générale que nous verrons dans la dernière partie de cette étude.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 11


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

3 SECTEUR INDUSTRIEL

3.1 PRESENTATION DU SECTEUR

Le secteur industriel tel que pris en compte dans cette étude est très vaste et intègre de nombreux domaines et
problématiques associées. Nous entendons par industrie l’ensemble des activités socioéconomiques qui visent la
production de biens et de services. L’industrie au sens large englobe le secteur primaire (énergie, matériaux,
etc.), le secteur secondaire (tout ce qui est transformation de matières premières hors agriculture) et le secteur
tertiaire (transport, logistique, etc.).

L’IoT fait l’objet d’une attention particulière de la part des industriels depuis quelques années. Le déploiement
des capteurs dans les usines associé au développement de la data science – analyse et traitement de données –
encourage la création de nouvelles applications et services et l’optimisation des processus ainsi que la réduction
de coûts. Au point qu’on parle aujourd’hui d’IIOT (Industrial Internet of Things), un des piliers de l’industrie 4.0.

De nombreux projets médiatisés voient le jour, comme le renouvellement des compteurs électriques et de gaz.
En France, d’importants acteurs comme la SNCF ont pris le virage des objets connectés. La SNCF espère une
réduction des coûts de maintenance de 10 à 30 % grâce à l’IoT.

Nous allons présenter dans cette partie les avancées de l’industrie en matière d’intégration des objets connectés.
Pour cela, nous allons d’abord comprendre les besoins, les contraintes et les enjeux des clients industriels en
matière d’objets connectés. Ensuite nous verrons les différents types de solutions utilisées dans l’industrie. Enfin,
nous aborderons quelques exemples d’applications concrètes de l’IoT dans l’industrie pour faire émerger les
grandes tendances, notamment en termes de miniaturisation et puissance.

3.1.1 BESOINS

L’IoT est utilisé dans l’industrie pour répondre à des besoins divers, répertoriés ci-dessous. [3]

 Besoin de données : Les données sont indispensables pour le suivi des opérations industrielles, des
équipements et peuvent être collectées à tous les niveaux de la chaîne de valeur d’un industriel. Ces
données peuvent être des niveaux de température, des taux d’humidité, la localisation d’équipements,
etc. Ces données vont être traitées et analysées pour en tirer des informations utiles à la prise de
décision. Obtenir la donnée sans avoir à aller la chercher et à intervalles de temps constants et réguliers
permet de mieux maitriser les différentes étapes de la chaîne de valeur d’une usine et prévoir tout
dysfonctionnement.
 Améliorer l’efficience : L’efficience en industrie est définie comme la production des résultats désirés
en utilisant le moins de ressources possibles. Les objets connectés permettent d’obtenir une meilleure
efficience dans la mesure où ils permettent de remplir des tâches qui auraient nécessité des ressources
humaines ou des ressources matérielles plus importantes.
 Mieux gérer les coûts : Ce besoin est évident et concerne toutes les industries. Les objets connectés
permettent de réduire les coûts dans la mesure où ils se substituent à des ressources dont le coût est
beaucoup plus élevé, la principale d’entre elles étant la ressource humaine. Les objets connectés peuvent
accomplir des tâches simples, réalisées habituellement par des employés, telles que la collecte de
données. Ils permettent par conséquent d’utiliser ces ressources pour d’autres tâches plus complexes.
 Anticiper la maintenance : Anticiper la maintenance peut permettre d’éviter des pannes de
matériels, des interruptions d’opérations, des interruptions de productions qui souvent sont très
coûteuses pour les entreprises. La maintenance est un point très critique dans le fonctionnement d’une
entreprise. Les objets connectés vont permettre de simplifier la surveillance de certaines informations
et données. Ainsi la maintenance est anticipée en réduisant de façon considérable le risque de défaillance
et de panne des équipements industriels.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 12


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Ces besoins industriels sont soumis à des contraintes qui doivent être prises en compte lors du développement
de solutions reposant sur les objets connectés.

3.1.2 LES CONTRAINTES DE L’IOT INDUSTRIEL

Face à ces besoins, les industriels formalisent cinq principales contraintes. [3]

 Contrainte financière : Le déploiement des objets connectés est un investissement. Les industriels
ont un budget limité pour tout investissement. Et tout investissement doit idéalement être rentable.
Tout industriel va donc évaluer le coût d’utilisation des objets connectés et le comparer aux gains qu’il
va en tirer pour voir s’il est judicieux d’investir. Plus ces objets auront un coût faible, plus ils auront de
succès auprès des industriels.
 Autonomie : Tout objet électronique consomme de l’énergie. C’est le cas des objets connectés qui
utilisent pour la plupart des batteries qui ont des durées de vie limitées. En effet les acteurs industriels
ne souhaitent pas changer ces batteries très fréquemment ou racheter de nouveaux objets pour
remplacer les anciens. Ainsi les industriels souhaitent que leurs objets connectés soient autonomes
pendant quelques années, en général entre 2 et 5 ans en fonction de l’utilisation et de l’application.
 Résistance aux environnements industriels : Certains environnements difficiles (par exemple les
hautes températures ou les fortes vibrations) peuvent endommager les systèmes électroniques s’ils ne
sont pas assez résistants. C’est pour cela que les industriels ont besoin d’objets connectés compatibles
avec ce type d’environnement.
 Puissance d’émission : Les objets connectés en industrie peuvent être répartis sur des distances assez
conséquentes (par exemple sur une ligne de train faisant quelques centaines de km). Or ces objets
doivent pouvoir collecter des données et communiquer avec des plateformes qui peuvent être situés à
des distances assez conséquentes. Pour cela, en fonction de l’utilisation des objets connectés, il faut
disposer d’une puissance suffisante pour pouvoir émettre vers le destinataire de l’information.
 Miniaturisation : La taille des objets connectés est un critère important. Ils doivent être suffisamment
petits pour être implantés sur des équipements et ne pas être encombrants. Nous verrons par la suite
quelles sont les avancées en matière de miniaturisation dans le secteur industriel et si ces avancées sont
satisfaisantes pour les clients.

3.2 ENJEUX

Malgré les quelques projets en phase d’industrialisation, la plupart des industriels sont toujours dans une phase
d’exploration et de tests. En effet de nombreux enjeux persistent et freinent le développement de l’IoT dans
l’industrie :

 Les questions de cybersécurité et de la sécurisation des données


 Le changement des métiers et des organisations pour s’adapter aux nouveaux cas d’usages de l’IoT
 Les contraintes réglementaires (ex : bandes de fréquences réservées aux objets connectés)

La question de la cybersécurité est un sujet à part qui mérite sa propre étude et les contraintes réglementaires
ne sont pas encore totalement définies. Nous avons choisi de nous concentrer dans cette partie sur l’enjeu de la
conduite du changement dans l’industrie pour développer les solutions d’IoT. Nous avons dans ce cadre pu
échanger avec des acteurs industriels, notamment des managers de la Fab IoT de la SNCF pour faire ressortir les
grandes tendances.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 13


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Pour le déploiement de solutions IoT, les entreprises choisissent dans leur majorité de collaborer avec des start-
ups. Le déploiement des solutions basées sur des objets connectés demande la mise en place en interne de
bonnes pratiques :

 Une stratégie et une feuille de route pour l’IoT


 Un laboratoire dédié au prototypage et aux tests
 L’identification de cas d’usages
 Un socle technique (capteurs, connectivité, plateforme de gestion des données)
 La prise en compte des problématiques liées à la cybersécurité
 Un réseau de partenaires incluant des start-ups pour développer les solutions techniques

La première étape pour une entreprise est la définition d’une stratégie IoT, c’est-à-dire de fixer les priorités vis-
à-vis des objets connectés : Seront-ils utilisés pour réduire les coûts de maintenance ou bien pour améliorer le
service client ? La priorité est-elle d’optimiser les délais ou les coûts de logistique ?

Une fois la stratégie IoT définie, la seconde étape consiste à définir des cas d’usages, à faire émerger des idées au
sein de l’entreprise en impliquant les différents métiers. Il faut aussi s’ouvrir à tout l’écosystème IoT et notamment
les start-ups et PME qui innovent dans ce domaine. Une fois les cas d’usages identifiés, le but est de transformer
les idées en concepts. Cela va permettre de valider non seulement la faisabilité technologique mais aussi la
faisabilité économique et notamment le retour sur investissement. S’ensuit une phase de test pour s’assurer du
fonctionnement du produit dans des conditions réelles et identifier les problèmes qui peuvent survenir. Une fois
les tests satisfaisants, le saut peut être fait de la phase d’expérimentation à la phase d’industrialisation, c’est-à-
dire au déploiement de la solution à grande échelle. [4]

3.3 PERIMETRE

Les trois secteurs industriels les plus avancés dans l’intégration des solutions IoT sont l’Energie, le Transport &
Logistique ou T&L et le Ferroviaire. Pour cela, nous avons choisi dans notre étude de nous focaliser sur deux de
ces trois principaux secteurs : le Ferroviaire et le Transport & Logistique. Nous aborderons dans un premier
temps les solutions disponibles (état de l’art). Une fois que nous aurons vu leurs spécificités, nous évoquerons
quelques applications concrètes dans le ferroviaire et dans le T&L. Nous avons fait le choix d’aborder les
applications qui sont en phase d’industrialisation pour avoir accès aux informations pertinentes. Les applications
en phase de recherche et développement sont confidentielles et les entreprises contactées ne souhaitent pas
communiquer dessus.

3.4 THEMATIQUES

3.4.1 ARCHITECTURE DES CAPTEURS INDUSTRIELS

Les objets connectés sont autonomes pour l’exécution de leurs tâches et autonomes en énergie. Une fois installés
et prêts à l’emploi, ces objets peuvent remplir leur(s) fonction(s) pendant plusieurs années. Les objets connectés
émettent généralement à intervalles de temps constants des informations via un protocole (Sigfox et Lora en
général en France). Ces données sont envoyées à des bases et ensuite traitées pour être transmises sur des
interfaces où l’utilisateur peut recueillir l’information voulue. Ci-dessous un schéma résumant l’architecture des
systèmes d’objets connectés.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 14


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Figure 3 - Architecture des systèmes d’objets connectés[3]

Cette architecture est courante pour les systèmes d’objets connectés conçus pour l’industrie. De nombreux
fabricants d’objets connectés fournissent non seulement l’objet mais aussi les plateformes adaptées permettant
de récupérer les données, les traiter et les interpréter. Le but de notre étude étant d’aborder la partie hardware
de l’IoT, nous ne nous attarderons pas sur la partie software.

Dans cette architecture, l’élément central qui concentre l’électronique et sur lequel nous allons porter notre
attention est le capteur. Toutes les applications d’objets connectés dans l’industrie reposent sur un capteur. La
figure 4 détaille l’ensemble des composants d’un capteur. Les principaux éléments sont :

 Le module RF et l’antenne qui permettent la communication longue distance via un protocole choisi
 Un processeur qui permet d’exécuter les instructions
 La batterie qui fournit l’énergie
 Les capteurs qui détectent les paramètres physiques recherchés

Figure 4 - Architecture des capteurs[4]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 15


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

3.4.2 FOCUS SUR DEUX FAMILLES D’OBJETS

Deux familles de capteurs sont utilisées dans les applications industrielles reposants sur les objets connectés :

1. Les capteurs de maintenance : Ce sont des capteurs détectant des grandeurs physiques et les
transmettant à une base de données. Ces grandeurs physiques sont ensuite traitées et interprétées pour
en tirer une information quant au fonctionnement des équipements industriels. Ceci permet de suivre
en continu l’état de ces équipements et d’intervenir en amont si besoin pour éviter toute panne.
2. Les capteurs dit d’asset tracking : L’asset tracking est la gestion et le suivi de biens physiques. Les
assets trackers sont une famille de produits permettant le suivi et la localisation de tous les équipements
et les produits industriels. Leur utilisation est très pertinente dans l’industrie des transports et de la
logistique puisqu’ils permettent de localiser des équipements, gérer des flottes et obtenir plusieurs
informations recherchées.

3.4.2.1 CAPTEURS DE MAINTENANCE

Les capteurs de maintenance forment la principale famille d’objets connectés utilisée dans l’industrie. Ce sont des
capteurs qui vont permettre de collecter des données physiques. Ces données fournissent une information quant
au fonctionnement des équipements industriels. Cela afin d’être informé en continu de l’état des équipements et
d’intervenir si besoin dans les plus brefs délais.

Ci-dessous sont listés les principaux types de capteurs que l’on retrouve dans l’industrie.

 Capteur de température :

Les capteurs de température permettent de surveiller la température des équipements et des infrastructures.
Des seuils de température peuvent être paramétrés et une alerte est envoyée en cas de franchissement de ces
seuils. Ils servent au suivi à distance de l’évolution de la température et permettent de détecter toute surchauffe
d’équipement le plus rapidement possible. Ces capteurs sont souvent disponibles en format sonde immergée ou
sonde de contact. Ils sont souvent utilisés pour la surveillance de climatisation, ventilation, chauffage, locaux
sensibles ou locaux de stockage, opérations logistiques (chaîne de froid), pour la surveillance de processus
industriels, etc.

 Capteur d’humidité :

Les capteurs d’humidité permettent de réaliser des mesures à intervalles réguliers configurables et de mesurer
le taux d’humidité de machines et de locaux industriels. Des seuils d’humidité peuvent être paramétrés, et des
alertes sont reçues en cas de franchissement du seuil d’humidité défini. Ces capteurs sont généralement utilisés
pour surveiller la climatisation, la ventilation, le chauffage (CVC), les locaux sensibles ou de stockage et les
opérations de logistiques.

 Capteurs de défaut d’alimentation :

Ce sont des capteurs qui permettent de connaitre l’état des alimentations de secours et qui envoient des
notifications si des défauts sont constatés. Ces solutions sont utilisées pour des équipements critiques qui peuvent
s’arrêter en cas de défaut d’alimentation. L’analyse des données collectées peut également renseigner sur les
points vitaux de la batterie, la détection de ses décharges profondes et de sa fin de vie. Cette surveillance à
distance permet d’augmenter la disponibilité des équipements, d’optimiser les opérations des équipes de
maintenance et de prolonger la durée de vie des batteries de secours, pour des gains tant opérationnels que
financiers.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 16


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

 Capteurs de consommation électrique :

Ces capteurs permettent de surveiller la consommation électrique des équipements industriels. Ils permettent
de détecter les anomalies de fonctionnement, d’optimiser l’utilisation des machines et de réduire la
consommation électrique. Ces équipements servent en outre à surveiller les moteurs électriques, la climatisation,
la ventilation, le chauffage, les pompes et compresseurs, et les autres équipements de ce type.

3.4.2.2 CAPTEURS D’ASSET TRACKING

Les capteurs utilisés dans l’asset tracking permettent de répondre aux besoins de localisation des équipements.
Ces capteurs peuvent être intégrés à tout type d’équipement pour donner la position de ces derniers. Cette
information est très précieuse pour les entreprises et leurs clients qui peuvent avoir accès en temps réel à la
position de leurs biens et de leurs marchandises. Cela permet d’éviter des pertes et d’optimiser la chaine
logistique. Ils servent ainsi à connaitre exactement le nombre d’équipements que l’on a et à éviter tout sur-
stockage qui peut s’avérer couteux.

De nombreux grands acteurs industriels français (Total, SNCF, CMA et CGM) font appel aux solutions d’asset
tracking. Le secteur industriel utilisant le plus ces capteurs est le Transport & Logistique. Nous allons voir dans
les parties suivantes comment ces capteurs sont utilisés à travers des exemples d’applications.

3.5 APPLICATIONS

Nous abordons dans cette partie des exemples d’applications concrètes en phase d’industrialisation, c’est-à-dire
déployées à grande échelle. Comme dit précédemment, nous avons choisi de citer des applications dans deux
des trois secteurs industriels dans lequel l’IoT est le plus développé en France : le Ferroviaire et le Transport &
Logistique. Pour chaque application, nous verrons les fiches techniques des capteurs, principaux composants
électronique au cœur des solutions IoT. Une attention particulière sera donnée aux aspects de miniaturisation
et de puissance.

3.5.1 LE SECTEUR FERROVIAIRE

Le secteur ferroviaire est l’un des domaines les plus avancés dans l’intégration de l’IoT. [49] Face à l’ouverture du
réseau ferré à la concurrence qui aura lieu à l’horizon 2020, la SNCF a accéléré sa digitalisation pour offrir de
nouveaux services et produits à ses clients mais aussi pour améliorer sa performance opérationnelle. Dans ce
sens, la deuxième compagnie ferroviaire européenne a créé une direction digitale qui intègre la Fab IoT
responsable du développement des solutions reposant sur les objets connectés au sein de la SNCF. [12]

L’intégration des objets connectés concerne le réseau ferré, le matériel roulant et les propriétés foncières de la
SNCF. Ces objets connectés ont pour but l’amélioration de la sécurité du matériel et du réseau, des conditions
de travail des agents et de la satisfaction client. [13]

Ci-dessous, nous présentons les fiches techniques de certaines applications de l’IoT dans le ferroviaire rendues
publiques. Le but est de voir les caractéristiques techniques des capteurs, notamment en termes de
miniaturisation et puissance. Une comparaison de ces caractéristiques entre les différentes applications va nous
permettre de faire émerger les grandes tendances en matière de miniaturisation et puissance. [6]

 Le capteur de niveau d’eau :

Le capteur de niveau d’eau est utilisé dans le matériel roulant. Il permet de donner l’information quant au niveau
d’eau dans les réservoirs des WC des rames de TGV. Lorsque le niveau d’eau est assez bas et nécessite un
remplissage du réservoir, une alerte est envoyée aux agents concernés. Cela va permettre d’optimiser les
interventions pour le remplissage des réservoirs d’eau. [5]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 17


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Capteur de niveau d’eau


 Suivi des niveaux d’eau claire sanitaire dans les TGV
Usage  Mesure d’une colonne d’eau (pression)
 Module STIMIO NAMOR
Dispositif  Sonde JUMO-MIDAS S06
 Compatibles Lora et Sigfox
 5 ans
Autonomie  Batterie Lithium
 Mode de veille consommant très peu d’énergie
 Sonde : 6cm
Taille  Câble 120 cm
 Boitier : 8 x 12 X 3 cm

Photos

 Le coupon connecté :

Le coupon connecté est installé sur le réseau, au niveau des rails. Il permet de prélever la température des rails
et de notifier les agents de maintenance en cas de température élevée, spécialement en été. Cela permet d’éviter
les surchauffes de rails et donc de minimiser les incidents qui peuvent survenir.[7]

Coupon connecté
 Suivi de la température des rails
Usage
 Notification en cas de température locale élevée
 Module INTESENS
Dispositif
 Sonde de mesure
Autonomie  3 ans
 Coupon et boîtier : 12 x 20 x 40 cm
Taille
 Boîtier (L x L x e) : 4 x 6 X 12 cm

Photos

 La télérelève des compteurs :

La SNCF est le deuxième plus gros propriétaire foncier en France, derrière l’État et devant l’Église. L’entreprise
totalise 8,5 millions de m2 répartis sur 25 000 sites. La gestion de ces sites représente un poste de coûts
importants pour la SNCF. La télérelève des compteurs sert à suivre la consommation d’eau dans les sites de la
SNCF pour pouvoir gérer et optimiser cette consommation. Ils ont aussi pour objectif de diminuer la
consommation d’eau et d’éviter les utilisations excessives de cette ressource. [5]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 18


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Télérelève des compteurs


Usage  Relever à distance les compteurs de consommation d’eau
Dispositif  Capteur SBOX
Autonomie  2 ans
 Sonde : 5cm
Taille  Cable : 60 cm
 Boîtier (L x L x e) : 10 x 13 X 3 cm

Photos

 Le capteur de stock de sable :

Comme pour les capteurs de niveau d’eau, les capteurs de stocks de sable permettent d’envoyer une alerte
lorsque le réservoir de sable d’un train est insuffisant pour sabler les rails. Cet objet connecté permet d’optimiser
le remplissage des cuves de sable. [8]

Capteur stock de sable


 Relever à distance le niveau de sable des cuves, afin que les trains soient toujours
Usage
réapprovisionnés et puissent sabler les rails
Dispositif  Capteur ATIM
Autonomie  5 ans
Taille  100 x 70 X 115 cm

Photos

Pour compléter la liste des quatre capteurs que nous venons d’évoquer, d’autres applications du secteur
ferroviaire sont listées ci-dessous.

 Tonnage des trains :

Pour organiser un cycle de maintenance optimal des voies, la SNCF a besoin de connaître le tonnage précis qui
y circule. Or avec l’ouverture du réseau ferroviaire à la concurrence, il est impossible d’obtenir ces informations
car plusieurs entreprises de transport ferroviaire pourront emprunter le réseau ferré.

La SNCF utilise ainsi une éclisse connectée qui mesure les déformations du rail au passage du train. Le système
déduit alors de cette mesure le poids du train. L’agent est automatiquement notifié lorsque le tonnage cumulé
cible est atteint. Les contraintes pour l’exploitant et les usagers sont ainsi réduites. Le retour à la normale après
une période de maintenance est optimisé pour la satisfaction des usagers. On peut voir sur la figure 5 un exemple
d’éclisse connectée. [5]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 19


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Figure 5 - Éclisse connectée[5]

 Tension caténaire :

La caténaire est un élément important du trafic ferroviaire puisqu’elle alimente le train en électricité. Des
incidents caténaires se produisent régulièrement pouvant interrompre le trafic pendant plusieurs heures. Ces
incidents sont principalement dus à une tension mécanique insuffisante. Les intempéries, notamment le givre et
les fortes chaleurs, sont à l’origine de ces défauts de tension. Des interventions sont régulièrement programmées
pour retendre la caténaire.

Il existe une solution basée sur un capteur de tension mécanique pour les caténaires. Les capteurs sont déployés
sur plusieurs kilomètres et transmettent la mesure au superviseur de chantier qui visualise en temps réel les
actions de son équipe sur la tension mécanique de la caténaire. Le pilotage de l’opération est facilité et la durée
d’intervention considérablement réduite. Une fois l’opération terminée, une partie des modules reste à leur
position pour transmettre les mesures par internet. Cela permet au superviseur de suivre l’évolution de la tension
à plus long terme et à distance. Sur la figure 6, nous pouvons voir une photo de capteur de tension caténaire. [5]

Figure 6 - Capteur de tension caténaire[5]

 Surveillance des ascenseurs et des escalators :

Les gares disposent d’ascenseurs et d’escalators qui permettent un accès facilité et une fluidité des flux de
passagers. L’objectif est de minimiser voire d’éviter l’interruption du service. Les objets connectés offrent une
solution basée sur un capteur qui détecte le non fonctionnement de l’ascenseur et le cas échéant, envoie une
alerte. Les bénéfices sont multiples : renforcement du service pour les personnes à mobilité réduite et
renforcement de la sécurité. La réalisation se fait en trois étapes : caractérisation du fonctionnement de
l’ascenseur, configuration des alertes et pose du capteur (non intrusif pour l’électronique). Les alertes en cas de
non-fonctionnement de l’appareil sont envoyées par mail et / ou sms au service de maintenance concerné. Sur la
figure 7, on voit un exemple d’ascenseur de voie intégrant ce type d’objets connectés. [5]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 20


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Figure 7 - Ascenseur de voie[5]

Bilan du secteur ferroviaire :

Le champ d’application de l’IoT dans le secteur ferroviaire est essentiellement la maintenance prédictive. En effet,
les objets connectés permettent aux grands acteurs industriels du ferroviaire d’optimiser et d’anticiper la
maintenance. Cela permet de réduire les pannes et donc d’améliorer l’accessibilité aux équipements. Par
conséquent, la satisfaction client est meilleure, et les coûts de maintenance moindres. [14]

Comme nous avons pu le voir à travers les fiches techniques, les capteurs utilisés dans les applications ferroviaires
ont des dimensions de quelques centimètres. Cela est aujourd’hui suffisant pour répondre aux exigences des
applications abordées. Les capteurs ne doivent pas être trop petits pour pouvoir être repérés et éviter leur perte
Ils ne doivent pas être très grands pour ne pas être encombrants. Une taille de l’ordre de quelques centimètres
répond parfaitement à ces contraintes. En ce qui concerne l’autonomie, elle est en moyenne de 5 ans. Cela peut
varier plus ou moins en fonction de la fréquence d’émission et des données remontées. Là aussi, cela est
satisfaisant et permet de garder la même batterie sur plusieurs années. C’est aussi un bon compromis entre coût
de la batterie et durée d’autonomie. Des batteries avec des durées de vie plus longues sont plus chères et peuvent
faire grimper le prix des composants très rapidement ce qui peut impacter le retour sur investissement des
solutions IoT. [15]

3.5.2 LE SECTEUR TRANSPORT & LOGISTIQUE

Parmi les industries faisant appel aux solutions IoT, on retrouve le secteur des Transports et Logistique (T&L)
qui fait appel aux capteurs dits d’asset tracking définis précédemment. Les T&L ont souvent le besoin de suivre la
marchandise transportée en temps réel. Cette information est précieuse pour plusieurs raisons :

 Cela permet au transporteur d’avoir l’information relative à la marchandise transportée (expéditeur,


destinataire, nature de la marchandise). L’avantage est la possibilité d’adapter le chemin, le moyen de
transport et les mesures de sécurité.
 La plupart du temps, l’expéditeur ou le destinataire n’ont pas de visibilité sur le trajet ce qui crée des
incertitudes. En effet, nombreuses sont les entreprises contraintes d’avoir plus de stocks car elles ne
peuvent pas anticiper l’arrivée de leur marchandise avec précision. Or le stock dit de « secours » est un
coût supplémentaire.
 Bon nombre d’entreprises essayent de s’informer à propos de leur marchandise lorsque celle-ci est en
cours de livraison. Cette demande d’information nécessite du temps et de l’argent et peut s’avérer
longue et compliquée.
 Des problèmes peuvent survenir lors du transport de marchandises comme les accidents et les retards.
Par conséquent, il est important d’avoir l’information le plus rapidement possible afin d’agir en
conséquence.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 21


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Face à ces besoins, de nombreuses entreprises ont développé des solutions permettant le suivi soit des
marchandises soit des conteneurs les transportant. Ces capteurs sont utilisés dans le fret maritime et ferroviaire
pour suivre les conteneurs et fournir plusieurs types d’informations selon les besoins du client.

De la même manière que le secteur ferroviaire, nous verrons différentes applications et les spécificités techniques
des capteurs utilisés pour faire émerger les grandes tendances en matière de miniaturisation et puissance.

3.5.2.1 CAPTEURS DE POSITION POUR LE FRET

Un capteur de position est un boîtier qui peut être posé sur toute surface métallique, essentiellement des
conteneurs utilisés dans le fret maritime et le fret ferroviaire. Les capteurs de position permettent de remonter
plusieurs types de données physiques (cf. la fiche technique ci-dessous). Ils communiquent avec l’antenne
principale du porte conteneur qui transmet l’information à un cloud via communication satellitaire. Cela permet
d’émettre ces données partout dans le monde. La figure 8 résume ce fonctionnement. [9]

Figure 8 - Schéma du fonctionnement de la solution

Le fonctionnement de ce système IoT repose sur trois technologies :

 Le boîtier : Placé à l’extérieur du conteneur, il peut mesurer différents paramètres (température,


mouvement, position, etc.). D’autres capteurs peuvent être intégrés à l’intérieur des conteneurs pour
mesurer des paramètres à l’intérieur de ces derniers (température, humidité, pression, etc.). L’ensemble
de ces boîtiers sont reliés entre eux grâce à un réseau local détaillé ci-dessous.
 Le réseau local : Crée par l’ensemble des boîtiers, il permet d’optimiser le ratio performance/puissance
consommée. Chaque boîtier fonctionne comme un relais, permettant d’atteindre les boîtiers les plus
éloignés de la cargaison et transmettre leurs signaux à l’antenne principale du bateau sans consommer
une énergie importante comme on peut le voir sur la figure 9. [9]

Figure 9 - Principe du réseau local

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 22


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

 Le cloud : Plateforme de collecte et de stockage des données, le cloud permet de les transmettre aux
clients grâce à son interface utilisateur. L’accès aux données peut se faire sur internet, via une application,
des messages et notifications mobiles, etc.

Ci-dessous un exemple de capteurs développé par Traxens, une société française basée à Marseille. [9]

Boîtier Traxens
 Capteur métallique que l’on colle sur tout support métallique – essentiellement
Application
les conteneurs pour le fret maritime/ferroviaire
 Dispose de plusieurs capteurs selon le besoin du client :
 Position (lieux, provenance, destination)
 Température
 Taux d’humidité
Fonctions
 Présence de gaz
 Luminosité
 Si le conteneur a été ouvert (où et quand)
 Si le conteneur a été endommagé (où et quand)
 3 à 10 ans suivant la fréquence d’émissions et les capteurs inclus
Autonomie
 Batterie lithium-ion
Taille  30 cm x 10 cm x 5 cm (L x l x e)
 Traxens NET : Technologie qui crée un réseau entre tous les conteneurs d’un
Communication
même porte conteneur qui ensuite vont transmettre à Traxens Hub (cloud)

Boîtier

Clients

Considérations économiques :

En location, un conteneur coûte 50 centimes par jour et 3€ par jour pour les conteneurs frigorifiés. Le coût
journalier d’un capteur intégré à un conteneur doit donc être inférieur à cela. Selon la société ce premier défi a
été relevé. Traxens ne communique cependant pas sur les prix de ses capteurs. [9]

La taille potentielle du marché des capteurs pour conteneurs est importante. Aujourd’hui, plus de 35 millions de
conteneurs maritimes circulent dans le monde. Le marché est évalué à environ 1 milliard d’euros. Le business
model s’appuie avant tout sur la commercialisation des données sous forme d’abonnement ou à l’unité pour
suivre un voyage.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 23


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

3.5.2.2 GESTION DE LA CHAINE LOGISTIQUE

Dans la même famille des asset trackers, on retrouve les capteurs développés pour déterminer la position de
chariots utilisés par les entreprises de grande distribution pour transporter leur marchandise des dépôts aux
magasins de proximité. Ces capteurs ont pu être développés grâce à l’émergence de protocoles comme Lora et
Sigfox. Ils permettent de gérer les équipements et de suivre la flotte de chariots.

Carrefour a choisi d’utiliser ces capteurs pour optimiser sa chaine logistique. En effet, les chariots grâce auxquels
la marchandise est transportée sont souvent perdus. Ils sont donc rapidement remplacés et cela génère des coûts
pour l’entreprise. Avec les capteurs de position, Carrefour peut suivre l’ensemble de sa flotte de chariots sur
une carte. Ceci afin d’éviter les pertes de chariots, l’accumulation des stocks de chariots de « secours » et toute
incertitude sur les livraisons puisque tout est suivi à distance. [10]

Ci-dessous, une fiche technique récapitulant les spécificités de capteurs développés par la start-up française
Invoxia pour Carrefour

Capteur Invoxia
Application  Suivi des chariots pour les entreprise de grande distribution
Protocole  Sigfox / Lora (principalement)
Autonomie  6 ans
Taille  10 cm x 10 cm x 5 cm (L x l x e)
Modules de  Module GPS et Wifi
communication  Module Lora/Sigfox

La figure 10 présente un chariot Carrefour équipé d’une puce Invoxia ainsi que son montage.

Figure 10 - Chariot carrefour équipé d’un capteur Invoxia[10]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 24


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Bilan du secteur Transport & Logistique :

Les capteurs utilisés dans le Transport & Logistique sont des capteurs de position. Ils peuvent aussi être
accompagnés de capteurs de paramètres physiques (température, pression, humidité, etc.), l’ensemble étant placé
dans un boîtier de quelques centimètres. Ces objets connectés ont, comme pour le secteur du ferroviaire, une
batterie d’une durée de vie de 2 à 6 ans en moyenne. Là aussi, les progrès en matière de miniaturisation et
puissance sont satisfaisants pour les cas d’usages identifiés.

Aujourd’hui, ces capteurs sont utilisés sur un nombre limité d’équipements (par exemple, Carrefour n’équipe
pour l’instant que 10 000 des 150 000 chariots dont elle dispose, soit un peu moins de 7%). Cela montre que les
objets connectés ne sont pas encore déployés à grande échelle et que les grands acteurs industriels sont encore
en phases de tests et d’exploration. Les déploiements à grande échelle sont prévus dans un horizon de 2 à 5 ans.

3.5.3 PERSPECTIVES

Nous avons souhaité dans cette dernière partie évoquer les perspectives de l’IoT dans le domaine industriel.
Aujourd’hui, d’un point de vue technologique, les solutions proposées sont largement suffisantes pour répondre
aux besoins et aux contraintes des différents secteurs industriels. En termes de miniaturisation et puissance, les
solutions proposées sont généralement des boîtiers de quelques centimètres voire quelques dizaines de
centimètres en fonction des applications. En ce qui concerne l’autonomie, les batteries Lithium-Ion utilisées dans
la plupart des cas permettent une autonomie moyenne de 5 ans selon la fréquence d’émission. Les progrès
réalisés en matière de miniaturisation et puissance répondent donc aux cahiers des charges actuels.

Néanmoins, certaines start-ups continuent de chercher à réduire la taille des capteurs et leur consommation
d’énergie afin de diminuer leurs coûts et de créer de nouveaux usages. Cela nous amène naturellement à évoquer
Disruptive Technologies, une start-up Norvégienne qui a développé les plus petits capteurs connectés à usage
industriel. Ces capteurs font la taille d’une pièce de Scrabble et peuvent être tenus entre deux doigts. Selon le
PDG de Disruptive-Technologies, si nous réussissons à diminuer la taille des capteurs et améliorer leur
autonomie énergétique, cela permettrait de créer de nouveaux usages. A titre d’exemple, placer plusieurs
capteurs de température de petite taille dans un local industriel servirait à établir une cartographie thermique de
l’usine. D’autres applications sont envisageables comme la localisation des équipements en surchauffe ou bien
l’adaptation des systèmes de climatisation et de ventilation. [11]

Capteur Disruptive-Technologies

 Capteur de température
Fonctions  Détection d’objets
 Détection de touches

Portée  1000 mètres


Autonomie  15 ans
Taille  19 mm x 19 mm x 2 mm (L x l x e)
Communications  100 transactions données par jour via message radio
 Wifi
Protocoles  Sigfox/Lora
 GPS

Boîtier

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 25


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Ce capteur peut être utilisé dans l’industrie pour différentes fonctions : [11]

 Suivi de température
 Détection d’ouverture ou fermeture de porte, valves et tout autre équipement de ce type
 Présence d’équipement
 Suivi de l’utilisation d’équipement

La question se pose de savoir si les spécifications promises par cette entreprise sont effectivement réalisables. La
société norvégienne promet un capteur de 2 centimètres (largeur et longueur), autonome pendant 15 ans et
capable d’émettre sur 1000 m. Cela nous semble très ambitieux compte tenu des spécifications des objets
connectés que l’on a pu voir précédemment Nous n’avons malheureusement pas pu avoir de retour d’expérience
pour confirmer cela.

3.6 CONCLUSION

Les acteurs industriels sont en pleine adoption de l’IoT. Les capteurs qui regorgent d’électronique sont le point
de départ de l’IoT industriel. Or force est de constater qu’aujourd’hui, les DSI n’ont pas les compétences en
matière de capteurs qui nécessitent des connaissances en électronique. Ces compétences sont indispensables
pour pouvoir intégrer de manière efficace l’IoT dans les opérations industriels. Les entreprises se font
accompagner très souvent de start-ups et de PME pour le développement de solutions IoT. Comme nous avons
pu le voir, les champs d’application de l’IoT industriel sont larges : l’exploitation industriel, la maintenance, la
logistique, l’accompagnement des agents industriels et la relation client.

Les bénéfices associés au déploiement de l’IoT sont très nombreux : une meilleure performance opérationnelle,
une optimisation des coûts de maintenance, une amélioration de la sécurité du matériel et du réseau et enfin une
meilleure satisfaction client. Concernant l’aspect miniaturisation et puissance, les progrès technologiques réalisés
aujourd’hui sont satisfaisants pour la plupart des applications. Les capteurs électroniques tiennent dans des
boitiers de quelques centimètres et disposent d’une batterie autonome avec une durée de vie de 5 ans en
moyenne.

Aujourd’hui, le principal frein de développement de l’IoT dans l’industrie n’est pas technologique mais bien
organisationnel. La plupart des entreprises industrielles sont encore à un stade d’expérimentation et
appréhendent le passage à la phase d’industrialisation. Nous avons évoqué dans la partie « enjeux » les bonnes
pratiques à adopter pour permettre de surmonter ces difficultés.

Le défi auquel font face aujourd’hui les entreprises industrielles est d’adapter leurs organisations et de mettre en
place des best practices pour pouvoir faciliter l’intégration des solutions IoT dans les processus industriels. Cela
passe par la mise en place d’une stratégie pour l’IoT, par des équipes dédiées au prototypage et aux tests, par le
développement d’un socle technique et par l’émergence de cas d’usages couvrant une majorité des métiers de
l’entreprise.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 26


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

4 SECTEUR AUTOMOBILE

4.1 PRESENTATION DU SECTEUR

L’automobile est un secteur en pleine mutation qui cherche à intégrer des solutions IoT au sein des voitures et
de la chaîne de production. La présence de l’IoT dans la voiture est en train de révolutionner la vision que nous
avons de la mobilité ainsi que l’expérience que nous avons de la conduite. Que ce soit avec les systèmes d’aide à
la conduite ou bien les prototypes de véhicules autonomes qui sont en train d’être développés et pour certains
déjà en circulation comme l’Audi A8 qui fait déjà un grand pas vers la voiture autonome ou la Concept Car
fonctionnel de Renault appelée « Symbioz ».

Cette partie suivra un plan relativement différent des autres parties car comme nous allons le voir, l’IoT dans
l’automobile en tant que produit n’est pas au même stade que les autres secteurs abordés dans cette étude. Dans
cette partie du rapport, nous allons beaucoup parler des perspectives futures d’intégration de l’IoT dans
l’automobile et assez peu des produits IoT car ils sont très peu présents dans l’automobile actuellement.

4.2 ENJEUX

4.2.1 ARCHITECTURE DE LA VOITURE DE DEMAIN

La mobilité du futur est en train d’être conçue par les différents acteurs de la mobilité tels que les constructeurs
automobiles, les équipementiers et les acteurs publiques (villes et pays). On voit dès aujourd’hui plusieurs
modèles qui émergent des différentes études et conférences :

1. Architecture Centralisée : Des voitures avec une intelligence très limitée qui se contentent de
communiquer avec des serveurs qui envoient les informations en continu et qui leur retourne des
consignes. On voit les voitures comme de simples actionneurs mis en réseaux avec une intelligence
centralisée qui gère tout.

2. Architecture Ad Hoc : Des voitures avec une intelligence modérée qui leur permet de prendre des
décisions dans un périmètre plus étendu et de communiquer entre elles pour prendre des décisions ou
bien échanger des informations. Les voitures communiquent aussi avec le réseau mais de manière plus
modérée. Les voitures sont comme des petits robots qui doivent travailler en équipe pour réaliser des
missions avec une intelligence externe qui leur donne des grandes directives.

3. Architecture Indépendante : Des voitures avec une intelligence élevée qui leur permet de se placer
de façon complètement autonome sans connexion réseau sauf pour déterminer l’itinéraire avant de
démarrer la navigation mais de nombreuses connexions avec des devices ponctuellement disposés qui
sont présents pour récupérer et transmettre de l’information sans nécessairement la renvoyer vers le
réseau.

On voit que selon l’architecture qui est retenue, les fonctionnalités et donc les technologies à mettre en œuvre
ne sont pas les mêmes selon le niveau d’intelligence embarqué dans la voiture et ses besoins de connexion avec
le réseau. Dès lors l’électronique et donc notamment les IoT embarqués et présents pour mettre en œuvre cette
mobilité du futur seront plus ou moins répandus et avec des besoins de connectivité différents.

En effet, dans le cas n°1, l’IoT risque de ne pas être mis en œuvre outre mesure car les devices présents le long
des routes seront éventuellement connectés par des moyens filaires. La voiture se résumera à quelques capteurs
qui devront être connectés à un calculateur dont la seule mission sera d’envoyer les informations au serveur. La
voiture pourra être vue comme un objet IoT qui remonte des données nombreuses mais uniquement vers un
point.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 27


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Dans l’architecture n°2, l’IoT est mis en jeu avec des connexions mixtes avec à la fois le réseau centralisé et des
devices locaux avec lesquelles la voiture pourra communiquer pour recevoir ou envoyer de l’information. Par
exemple dans le cas d’un bouchon, des balises positionnées à proximité de la route, pourront remonter le
ralentissement de proche en proche aux voitures en amont qui vont ralentir bien en avance pour prendre en
compte cette information.

Enfin, dans l’architecture n°3, la voiture va avoir besoin d’assez peu des services 5G, mais plutôt des connexions
courtes portées pour échanger avec les devices présents le long de la route. Dans ce scénario l’IoT sera très
fortement mis en jeu pour communiquer avec les voitures.

Les missions de l’IoT sur le sujet de l’automobile dépendent donc des choix d’architectures dominantes qui
ressortiront dans les années à venir dû aux choix réalisés par les différents constructeurs et les acteurs publics
sur les aspects législatifs.

L’un des enjeux principaux de l’IoT est donc d’être en mesure de proposer des solutions technologiques pour
l’ensemble des 3 architectures selon les choix qui vont être réalisés par les constructeurs. On peut envisager que
l’architecture n°2 sera surement retenue, mais le curseur qui déterminera le niveau d’intelligence embarqué dans
la voiture et donc le niveau de connectivité avec le monde environnement et le réseau est encore inconnu. Il est
donc impératif que l’industrie du semi-conducteur soit en mesure de proposer des solutions à la fois pour
répondre aux besoins des calculateurs mais aussi aux besoins des capteurs connectés et des besoins des
constructeurs d’équiper les voitures de système de communication avec ces devices.

4.2.2 ENJEUX POUR L’IOT AUTOMOBILE

Un autre enjeu est celui du langage de communication. On peut envisager, comme pour la SNCF, que les voitures
doivent communiquer avec 5 balises qui ont chacune un protocole et langage de communication différents. Ces
balises sont le résultat de normes superposées des différents pays frontaliers dans lesquels les TGV sont amenés
à se déplacer, des normes européennes successives et enfin des normes françaises qui se rajoutent
progressivement au fur et à mesure que la technologie permet des améliorations des moyens de contrôle de
sureté. Un besoin d’adaptabilité des solutions sera donc requis pour pouvoir proposer des solutions soit avec un
réglage dynamique du langage soit avec un langage au choix dans une liste catalogue mais facilement
reprogrammable selon les besoins des applications. Des standards universels sont aussi susceptibles de s’imposer
du fait de l’internationalisation grandissante des constructeurs, mais l’exemple de la SNCF permet de se projeter
assez bien sur ce que pourra être le futur de l’automobile en Europe tout du moins. [21]

Enfin, un dernier enjeu est celui de la communication avec toutes les autres devices qui ne sont pas nécessaires à
la conduite mais qui vont devenir progressivement partie intégrante de l’expérience conducteur et de
l’expérience mobilité. Ces devices non-réglementés et très variés tels que la maison connectée (i.e. domotique)
et tous les gadgets qui pourront aller avec auront besoin aussi de communiquer avec la voiture. On appelle cette
communication entre le véhicule et les objets extérieurs le V2X. On voit là encore le besoin d’avoir une
adaptabilité et une flexibilité dans les protocoles de communication. Mais à la différence du cas précédent, les
technologies pourront évoluer beaucoup plus vite et le besoin de modularité et de mise-à-jour des voitures
devrait se faire assez vite sentir afin de pouvoir communiquer entre son smartphone ou sa montre et son véhicule.
Sur la figure 11 ci-dessous, on peut voir les prévisions réalisées par le groupe Movimento sur les dates de
déploiement des différentes technologies V2X. On y identifie clairement les besoins à venir mais également les
acteurs très diversifiés qui vont progressivement rentrer dans le marché.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 28


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Figure 11 - Prévision d'apparition des connexions IoT[16]

4.3 PERIMETRE

L’IoT du secteur automobile est un domaine très large comme nous avons pu le voir dans la partie précédente,
ainsi nous allons nous intéresser ici uniquement à l’IoT dans la voiture une fois qu’elle est sortie de l’usine et
livrée au client. La définition de l’IoT étant assez vaste, nous allons uniquement considérer les dispositifs (devices)
présents le long de la route (plutôt courte portée), les systèmes présents dans la voiture pour communiquer en
V2X et enfin les systèmes nécessaires à la communication avec le réseau (plutôt longue portée). Pour rappel,
pour être qualifié d’IoT, un système doit répondre à 3 critères :

1. Mesurer puis traiter une information


2. Communiquer sans fil cette information
3. Travailler de manière autonome d’un point de vue énergétique

Il convient ici de repréciser ce qui relève de l’IoT dans le cas de l’automobile. Certes, les voitures présentes
actuellement dans le marché sont pleines d’électronique, de calculateurs et de capteurs. Mais il manque une
fonctionnalité fondamentale pour pouvoir parler d’IoT : la connectivité. En effet, bien que la voiture possède
presque toutes les briques élémentaires des IoT comme définis dans la première partie de cette étude, les
différentes briques technologiques sont connectées par des réseaux filaires. La composition d’une voiture étant
en grande partie du métal, on peut raisonnablement anticiper l’ensemble des problèmes de CEM et
d’interférences entre les devices si on devait connecter par un quelconque protocole l’ensemble des capteurs aux
calculateurs sans parler des problèmes de sécurité, d’alimentation et de fiabilité d’une telle architecture
« wireless ». Ainsi, au sein de la voiture, l’intégration d’objets connectés devant communiquer entre eux au sein
même de la voiture est assez peu probable. C’est pour cela que les perspectives pour le secteur de l’IoT dans
l’automobile ne seront pas visibles avant un certain nombre d’années car elles dépendent d’acteurs externes du
secteur de l’automobile. [23]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 29


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

4.4 THEMATIQUES

Comme on a pu le voir au niveau des enjeux, les thématiques sont assez variées. Cependant, elles dépendront
toutes des décisions des constructeurs sur le choix du niveau d’intelligence et du taux de communication avec
des devices externes. On peut néanmoins identifier les grandes thématiques suivantes qui devraient émerger
quelque soient les choix des constructeurs. [17]

4.4.1 COMMUNICATION AVEC LES DEVICES

Il faudra développer des solutions qui permettront de communiquer avec de nombreux autres devices, en même
temps et avec des langages multiples. On peut envisager plusieurs solutions techniques pour répondre à cette
demande dans le cas où les langages et les protocoles ne convergeraient pas vers une solution unique ce qui est
fort probable quand on regarde des applications similaires (ex : Wifi, Bluetooth, NFC pour la communication
inter-devices actuellement). On peut envisager 3 à 4 protocoles de communication dont le Wifi et le Bluetooth
4.0 seront certainement encore partie intégrante pour les années à venir.

La question est de savoir s’il vaut mieux proposer une carte capable de communiquer avec tous ces langages
quitte à devoir faire un upgrade complet en cas de l’évolution des technologies ou bien proposer un slot de
plusieurs cartes permettant un protocole pour chacune. Compte tenu des lois et règles qui entourent
l’automobile, on pourrait retenir uniquement la première solution car elle propose un système entièrement
intégré. Cependant, l’aspect modulaire et les très nombreux choix catalogues des constructeurs peut aussi faire
tendre vers la deuxième solution. Le modèle ultra-consumériste et la volonté d’avoir un produit équipé des
dernières technologies peut également orienter les choix des constructeurs vers cette seconde solution.

4.4.2 COMMUNICATION AVEC LE RESEAU

Une autre gamme de solution qu’il faudra développer sont les composants permettant de communiquer avec le
réseau ; on entend ici le réseau 5G et ses versions supérieures. De la même manière que les communications
avec les devices, les communications avec le réseau devront s’adapter aux améliorations graduelles des
technologies et permettre un upgrading. A la différence des communications avec les devices, on peut estimer
que les communications avec le réseau seront d’un débit beaucoup plus important notamment en raison du
téléchargement de contenu multimédia ou du travail à distance au sein de la voiture.

4.4.3 MONITORING DE L’ETAT DU VEHICULE

Cette gamme de solution vise à monitorer l’état du véhicule que ce soit l’état des pièces qui le composent (fissure,
détérioration, etc.), des organes de motorisation (température, vitesse, etc.) ou bien de l’habitacle (température,
humidité, etc.). Les modes de connexions pourront être filaires ou wireless selon le nombre de capteurs au sein
des pièces et l’homogénéisation des protocoles de communication. Cette dernière gamme sera celle qui devrait
voir le jour en premier car « bas niveau » et nécessitant des interactions entre des organes / des organisations
qui dialoguent déjà ensembles.

4.5 APPLICATIONS

Comme nous l’avons vu, il semblerait que l’IoT au sens où nous l’avons défini dans la partie 2, principalement
sous l’aspect de connectivité, n’est pas très présent dans les véhicules actuels et ne devrait pas commencer à
apparaître avant quelques années. Cela dit, certaines entreprises du secteur automobiles commencent à se
positionner sur ce segment en proposant quelques applications IoT. En particulier les acteurs de la catégorie du
monitoring de l’état du véhicule commencent à produire des solutions pour le secteur automobile. Nous allons
détailler ces solutions ci-dessous :

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 30


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

4.5.1 PNEUMATIQUES

De nombreux équipementiers (Good Year, Michelin, Continental, etc.) travaillent sur l’intégration d’IoT au sein
de leurs pneumatiques afin d’apporter des informations sur l’état de leur produit. C’est ainsi que l’on a pu voir
émerger la technologie « Chip in Tire » de la société DunLop – filiale de Good Year – avec la collaboration de
la société Huf qui intègre un objet IoT directement dans le pneu comme on peut le voir sur la figure 12. [18]

Figure 12 - Schéma de la technologie "Chip in Tire"

Le chip permet de retourner des informations telles que la pression, la température et l’identifiant du pneu ce
qui permet de consulter ses données en temps réel mais également de détecter l’usure du pneu ainsi que
d’adapter le fonctionnement de l’ABS et l’ESP en fonction de ces nouvelles données. Les TPMS (Tire Pressure
Monitoring System) existent déjà depuis plusieurs années, mais le changement avec ce chip est que les
informations sont utilisées par les calculateurs pour adapter les comportements du véhicule alors qu’ils ne
servaient que d’organes de contrôle avant fonctionnant indépendamment du reste du véhicule. Le produit est
uniquement disponible pour la gamme Sport de Good Year. On voit ici la nécessité que le calculateur du véhicule
puisse recevoir les informations des puces et qu’elles puissent être utilisées pour les calculs. Cela nécessite de la
part des constructeurs de travailler avec les équipementiers pour récupérer et utiliser ces informations au-delà
des simples informations binaires ou des mesures d’une seule valeur (pression) des TPMS.

D’autres équipementiers, tels que Michelin, sont également à l’étude d’une telle technologie. A l’heure actuelle,
la technologie est utilisée pour les pneus des camions avec une puce RFID qui transmet les informations à un
cloud qui va ensuite rendre l’information disponible pour le gestionnaire de flotte et l’équipementier. Cette
technologie permet à la fois de surveiller l’état des pneus que d’envoyer les pneus suffisamment usagers en
rechapage. En effet, Michelin a constaté que la plupart des pneus qui arrivaient en usine possédaient encore 4,8
mm de gomme en moyenne alors que la réglementation impose entre 1 à 2 mm. [23]

Michelin va également lancer prochainement une technologie similaire à celle de Good Year mais cette fois-ci
avec un composant fixé à l’extérieur du pneu. Dans ce cas de figure, la pastille doit supporter des conditions
d’utilisations plus drastiques que la solution de Good Year car à l’extérieur du pneu. Pour autant, les dimensions
(taille d’une pièce de 2€) du système sont comparables à la solution interne au pneu. Là encore, l’application est
pour la course automobile et destinée à un marché de niche. Les données sont collectées et récupérées sur
smartphone. Elles peuvent être ensuite traitées à part pour augmenter les performances des coureurs.

La nouveauté avec ce système est qu’il intègre un accéléromètre 3 axes qui permet d’accéder à de nouvelles
informations permettant de déterminer le comportement véhicule durant la course. Le système intègre une
batterie d’une durée de vie de 10 ans qui est donc supérieure à la durée de vie du pneu (5 à 7 ans). Cependant,
la taille du système est principalement conditionnée par cette batterie qui est assez importante. Des systèmes

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 31


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

intégrant de l’energy harvesting (récupération d’énergie) sont actuellement à l’étude par Michelin afin de diminuer
la taille de la batterie et ainsi arriver à un système plus petit et moins cher.

Selon Emmanuel Théry, Connected Innovation Leader chez Michelin, les applications sont encore destinées à des
marchés de niches avec des coûts élevés à savoir entre 20 et 50 € pour une capacité de production de l’ordre
du millier d’unité. A l’heure actuelle, Michelin étudie autant les aspects techniques (réduction des coûts et
production en grande série) que les aspects marketing de la technologie pour viser le mass-market. En effet, il
faudra arriver à un coût inférieur à 5€ pour le composant avec une capacité de production de l’ordre d’un million
d’unité. Cela passera nécessairement par une miniaturisation plus poussée du système actuel pour arriver à tenir
les capacités de production et arriver à des coûts unitaires plus faibles que ceux disponibles actuellement. La
miniaturisation ne vient pas répondre à des problématiques d’encombrement, les pneus sont bien assez large
pour en accueillir plusieurs si besoin, mais bien pour répondre à une problématique économique et industrielle.

Selon Emmanuel Théry, on devrait voir arriver de telles technologies sur des véhicules haut de gamme au début
puis progressivement descendre en gamme pour finalement voir ces systèmes arriver dès la première monte à
horizon de 10 ans pour ce dernier cas de figure. [23]

4.5.2 PARE-CHOCS

Plastic Omnium a récemment dévoilé son « intelligent bumper » qui intègre de nouvelles fonctionnalités dont
notamment des mini-capteurs couplés à des puces RFID. La figure 13 présente les autres améliorations du
dispositif. [20]

Figure 13 - Schéma de l’intelligent bumper

Ces objets IoT sont intégrés au sein de leurs produits au cours du processus de fabrication afin de proposer des
produits à plus grande valeur ajoutée à leur clients (notamment les constructeurs automobiles). Cela prend la
forme souvent de puces RFID que l’on intègre au cours du processus de fabrication des pare-chocs, tableaux de
bords, pièces de phares, sièges de voiture, etc. Ces objets IoT ont pour principale fonction de faire du tracking
de pièce mais également d’accéder très rapidement aux données d’un produit ne respectant par la qualité requise
à l’opposé d’actuellement où il faut que le constructeur contacte le fournisseur et que celui-ci fasse des
recherches dans ses bases de données pour renvoyer les informations nécessaires au constructeur. Cependant,
ce type d’utilisation ne se limite pas à l’automobile mais à l’ensemble des produits fabriqués par ces entreprises

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 32


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

et toutes les entreprises qui travaillent des pièces avec des technologies et des matériaux similaires. Ces IoT
doivent supporter les contraintes élevées selon les applications et les process. On pourra notamment citer :

 Résister à une température supérieure à 110 °C


 Résister à une pression supérieure à 10 bars ou 100 bars
 Supporter le contact de l’eau

Au-delà de l’usine, ces capteurs peuvent servir à faire de la surveillance de rupture ou détérioration de pièces au
sein de la voiture. Là encore, les implantations ne se limitent pas au secteur de l’automobile et il faut intégrer le
composant dans la pièce afin de mesurer au cœur de la pièce et aux endroits de rupture potentiels. Les systèmes,
à la différence de la première application, devront intégrer davantage de composants pour permettre la mesure,
le stockage de l’information ainsi que l’alimentation pour l’envoi des informations. Les challenges associés au
développement de tels systèmes pour cette seconde application seront dont plus grand que pour la première qui
peut consister en un premier pas dans cette gamme d’application qu’est l’intégration de l’IoT dans les process de
fabrication. [24]

Cependant, les équipementiers ne savent pas encore à qui vont aller les données récoltées par de tels IoT. [24] Si
elles vont aux constructeurs, les équipementiers seront plus réticents à développer et intégrer de telles
technologies car les données ne leur reviendront pas et ils ne pourront pas les revaloriser. Si elles leur reviennent,
dans ce cas, ils seront d’avantage enclin à développer ce genre d’applications. Ces données ont 2 objectifs :

1. Permettre de faire de la maintenance préventive sur des pièces fragiles. Les données sont remontées au
constructeur qui va détecter les défaillances de la pièce et proposer au conducteur de venir en atelier
pour changer la pièce avant qu’elle ne casse et ainsi éviter une immobilisation prolongée du véhicule.
2. Faire du rétro-engineering et revoir les dimensionnements des pièces souvent à la baisse grâce aux
mesures d’efforts et de déformations des pièces au cours du cycle de vie. Dans ce cas l’équipementier
va collecter les données et proposer au constructeur des pièces plus légères, moins chères et avec des
preuves quantifiées expérimentalement que le nouveau design est suffisant pour résister aux situations
du cycle de vie de la pièce.

On voit qu’au niveau des équipementiers, les solutions proposées dépendent fortement des choix et des volontés
des constructeurs d’intégrer ces nouvelles technologies au sein de leurs véhicules sachant que ces technologies
ont un coût ; coût qu’il sera répercuté sur le client. La question est donc de savoir si le client est prêt à payer
pour des applications permettant de garantir une meilleure sécurité et une meilleure qualité de service.

4.5.3 CONTROLE DU NIVEAU DE CHARGE DES BATTERIES

Une dernière application mettant en avant une architecture plus proche de celle des objets IoT que l’on peut
voir dans les usages domestiques est celle du contrôle du niveau de charge des batteries. Le contrôle du niveau
de charge des batteries dans les véhicules est une fonction importante car elle permet de réguler la consommation
et la charge des batteries des VE (Véhicules électriques). Les batteries étant composées de cellules, il faut mesurer
la tension de chaque cellule ce qui peut engendrer un volume conséquent de câbles pour relier l’ensemble.

C’est pour cela que des superviseurs wireless sont à l’étude afin de réduire cette masse de câbles. Les
concentrateurs récupèrent les mesures des capteurs d’un ensemble de cellules puis traitent ces informations
pour communiquer les valeurs à un récepteur qui rassemble les informations de l’ensemble des superviseurs. Les
superviseurs intègrent des processeurs spéciaux capables de prétraitements simples de l’information et
d’anonymisation des données pour les aspects sécuritaires. Cette architecture repose sur une nécessité d’avoir
une information disponible en permanence d’où le recours à des superviseurs qui vont concentrer l’information
et éviter que le récepteur doive interroger plusieurs centaines de cellules. Le principal objet du processus de
R&D de cette solution est d’assurer une disponibilité certifiée de l’information avec une technologie wireless.
Comme nous le verrons dans la partie 6 de cette étude, cet aspect est l’un des points critiques actuellement de
l’adoption de l’IoT pour gérer des fonctions potentiellement sécuritaires.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 33


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

4.6 CONCLUSION

Cette partie permet de conclure les points suivants sur l’IoT dans l’automobile en tant que produit :

1. Les perspectives d’intégration d’objets IoT sont en train d’apparaître dans les véhicules mais en
commençant par les segments de niches / haut de gamme ; on ne pourra espérer voir ces systèmes
généralisés au mass-market dès la première monte avant une dizaine d’année selon l’ensemble des
experts interrogés
2. L’IoT dans l’automobile vise à l’heure actuelle principalement à augmenter l’offre de service des
clients et à assurer une meilleure sécurité des passagers et du véhicule

En conclusion, l’IoT est encore au stade de la recherche pour les acteurs majeurs de l’automobile (constructeurs
et équipementiers) et très peu dans les esprits des pouvoirs publics qui vont pourtant devoir œuvrer pour les
intégrer dans les infrastructures.

Pour ce qui est des aspects de miniaturisation, on retiendra que la miniaturisation actuelle est suffisante pour les
applications actuelles mais qu’il faudrait la pousser plus loin pour les applications futures à la fois pour les
questions de diminution de coûts, de production de masse et d’industrialisation à moindre coût.

Pour ce qui est des aspects de puissance, les technologies et performances actuelles sont suffisantes pour les
besoins de l’automobile. On pourra noter que les technologies d’energy harvesting représentent une solution
intéressante qui commence à être étudié par le secteur notamment pour son intérêt dans la diminution des tailles
de batteries et donc de coûts associés ; toujours dans une optique de diminution du coût unitaire et de mass-
market.

Pour ce qui est de l’IoT pour la voiture autonome, la question centrale est la suivante : « Qui va payer pour
l’installation des devices nécessaires pour la voiture du futur ? » De la même manière que l’on voit actuellement
les stations de rechargement pour les voitures électriques faire peu à peu leur apparition dans les communes et
le long des routes, la question première a été là-aussi qui doit s’occuper de payer un tel déploiement. Au début,
on a vu des acteurs privés (constructeurs et entreprises sur des secteurs de niche) lancer le déploiement mais
assez vite des acteurs publiques (communes) se sont engagés dans ce projet pour encourager l’initiative. Ensuite,
les autres acteurs du secteur privé se sont engagés dans le projet et peu à peu les acteurs publics ont pris une
part grandissante dans le projet. Cependant, on se rend compte de manière rétrospective qu’un déploiement
massif et rapide aurait été profitable à l’expansion et l’adoption des voitures électriques dont les parts de marchés
ne cessent d’augmenter et dont il ne fait plus de doute que la voiture du futur sera en partie électrique.

Pour faire un parallèle, on peut envisager que pour le déploiement des IoT dans les infrastructures, ce sont des
acteurs privés qui vont lancer l’initiative à savoir des constructeurs et des acteurs de la télécommunication qui
vont avoir un rôle majeur à jouer sur le business de l’IoT. Assez vite, des villes développées vont vouloir intégrer
des devices IoT le long de la route et vont encourager de telles initiatives mais on risque de voir là encore des
actions très isolées au début et devoir attendre plusieurs années voire dizaines d’années avant d’avoir un
déploiement massif des dispositifs IoT dans le paysage et l’environnement pour faciliter la conduite autonome
des véhicules.

On souligne cependant qu’un déploiement rapide, coordonné et uniformisé permettrait de grandes économies
car cela évitera le cas de la SNCF que nous avions évoqué dans cette partie qui se retrouve avec jusqu’à 5
systèmes qui fonctionnement en parallèle pour réaliser des tâches similaires. Malheureusement, cela ne pourra
se faire qu’au prix d’une volonté centrale de la part de l’ensemble des acteurs et notamment des pouvoirs publics
qui devront subventionner massivement un tel investissement. Pour terminer, rappelons que s’il fallait repayer
aujourd’hui pour la reconstruction de l’ensemble des routes en France, le coût serait de plusieurs milliers de
milliards d’euros.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 34


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

5 SECTEUR DES OBJETS A HAUTE VALEUR AJOUTEE

5.1 PRESENTATION DU SECTEUR ET RESTRICTION A LA SANTE CONNECTEE

L’internet des objets à haute valeur ajoutée regroupe une multitude de secteurs hétérogènes tels que la santé, la
sécurité, le bien-être, la domotique, le sport, la distribution, la mode, le domaine des wearables.

Dans le domaine du bien-être, de nombreuses solutions utilisant les technologies de l’IoT existent, depuis le soin
du visage jusqu’aux ongles connectés. Dans le domaine de la mode, les vêtements connectés permettent de
réguler la température corporelle, de détecter des troubles respiratoires ou encore de géo-localiser en
permanence son enfant, un joggeur seul ou encore une personne âgée.

Dans le domaine de la santé, la recherche de la personnalisation des soins pour les patients prenant en compte
leurs morphologies à un instant précis conduit un certain nombre d’entreprises à développer des solutions
dédiées au suivi permanent de la santé des patients. Ainsi, que ce soient par les médecins, les patients ou les
hôpitaux, l’internet des objets fournit un nombre important de solutions technologiques dédiées soit au
traitement d’une maladie particulière, soit au suivi général de l’état de santé du patient. Au-delà du simple bracelet
connecté grand public, ces objets sont principalement tous mono-application : détecter, soigner, accompagner,
prévoir.

L’ensemble de ces applications et la multitude de secteurs impactés par un Internet des Objets dit de « haute
valeur ajoutée » nous ont poussé à concentrer nos recherches sur le domaine de la santé connectée, aussi
appelées les biotechnologies. En effet, c’est dans ce domaine que l’on observe la plus grande croissance et les
meilleures perspectives d’évolution en termes de valeur ajoutée et de technologies. C’est également là que se
retrouvent les plus grands challenges sur les problématiques de miniaturisation et de puissance.

5.2 ENJEUX

Le secteur de la santé connectée ou e-santé est un des secteurs les plus concurrentiels dans le domaine des
nouvelles technologies. Le marché mondial de l’IoT médical représentait plus de 157 milliards de dollars en 2016
(Etude Data Bridge Market 2017) et devrait progresser de 30 % par an jusqu’en 2024. Le domaine de la santé
connectée est ainsi estimé à 400 milliards de dollars pour 2022 (Etude Grand View Research 2016). En France le
marché de la santé connectée était estimé entre 2,2 et 3 milliards d’euros en 2016 dont 1,5 milliard d’euros pour
les logiciels e-santé (Etude Research 2 Guidance). En 2015, 7 millions de Français avaient déjà téléchargé une
application santé sur leurs smartphones. On estime aujourd’hui ce chiffre supérieur à 1,5 milliard dans le monde.
En outre le nombre d’applications médicales était de 259 000 en 2016, contre 100 000 en 2015, soit une
augmentation de 160%.

En fait, la santé connectée recoupe un grand nombre d’enjeux autant économiques, que sociaux, culturels et
sociétaux. Nous listons pour cela ci-dessous les facteurs déterminants pour la croissance du secteur de l’IoT
Santé :

 Le vieillissement de la population mondiale et l’allongement de la durée de la vie


 Le coût croissant de l’assurance maladie dans les pays développés
 L’augmentation des décès liés à la pollution
 L’augmentation des allergies
 La montée de l’obésité en Europe
 Une recherche d’alimentation plus saine et plus sûre
 L’accès aux soins à distance par les avancées de la télé médecine

D’autre part il faut prendre en considération que si l’objet reste essentiel dans le domaine de la santé connectée,
il n’en reste pas moins un simple support de la donnée qui représente une valeur commerciale supérieure au
produit. Les enjeux de l’IoT recoupent ainsi ceux du Big Data : une donnée – et donc le produit la mesurant –

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 35


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

n’a d’intérêt que si elle peut être analysée et exploitée. De sorte que face à une offre de plus en plus importante,
la qualité du hardware et de la technologie ne font sens pour le consommateur que si le software est adapté à
l’utilisateur. Pour autant avec un raisonnement inverse, le hardware ne doit pas être négligé, en effet c’est l’objet
qui fournit une donnée, transmise à une plateforme. Cette dernière l’analyse et la transmet à un médecin qui
l’utilise pour réaliser des soins. Ainsi sans électronique, pas de données et donc pas de soins.

5.3 DOMAINES D’APPLICATION

Le domaine de la santé connectée peut être scindé en deux domaines distincts porteurs d’enjeux totalement
différents :

 Le biomédical intra vivo


 Le biomédical extra vivo

En effet, selon si l’application est intra ou extra vivo, les contraintes et les caractéristiques ne sont pas du tout
les mêmes. Dans le cas intra vivo, il y a toutes les problématiques de résistance des composants au corps humain
et la non perturbation du fonctionnement du corps en dehors de l’application de l’objet. Il faut également que le
système intra vivo puisse fonctionner suffisamment longtemps contrairement aux systèmes extra vivo que l’on
peut recharger. De plus les systèmes intra vivo doivent être suffisamment petits pour s’insérer dans l’organisme
sans le perturber en raison de son encombrement propre (bouchage d’artère, tube digestif, etc.). [21]

5.3.1 BIOMEDICAL INTRA VIVO

Le secteur du biomédical intra vivo constitue un domaine de pointe de la santé connectée. Il regroupe l’ensemble
des produits et des applications qui se greffent dans le corps du patient ou qui nécessitent l’ingestion d’un objet.
Il s’agit de solutions invasives (comme les pacemakers connectés) et non invasives (comme les pilules connectées)
parfaitement adaptées à l’évolution de la médecine générale et de ses spécialités vers des techniques beaucoup
plus douces en évitant par exemple de mesurer des températures corporelles par des sondes gastriques ou de
délivrer un médicament en surdose.

Les spécifications pour ce secteur découlent ainsi naturellement et sont de trois types :

 Consommation : la plus faible possible afin de maximiser l’autonomie


 Miniaturisation : la taille des composants s’oriente vers des dimensions de l’ordre du µm comme nous
pourrons le voir pour les applications au stade de Recherche & Développement
 Fiabilité : très importante

La fiabilité doit être excellente pour ce type de dispositifs et pour une application médicale ce sont les entreprises
développant ces produits qui fiabilisent tout le circuit électronique. Ainsi même si un certain nombre
d’entreprises ne font que de l’intégration de briques technologiques existantes, elles assurent elles-mêmes et
avec leurs propres cahiers des charges la fiabilité du produit : le fabricant de carte, de puce ou de capteur ne
peut pas être mise en cause. Un dernier aspect des applications intra vivo est la notion de rejet. Par exemple au
niveau des contacts entre le corps humain et des objets métalliques. Si au début de l’implantation, le contact
réalisé est efficace, conjuguant faible résistance électrique et bonne qualité de la transmission de l’information. [21]

5.3.2 BIOMEDICAL EXTRA VIVO

Pour ce qui est des applications extra vivo, on retrouve non seulement des appareils grands publics comme les
bracelets Withings mais aussi des appareils qui, malgré le manque d’innovations technologiques dans leurs
composants, témoignent pour autant d’une grande valeur ajoutée pour l’application qui en est faite, avec les
montres connectés grand âge par exemple. [21]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 36


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

L’enjeu pour ces applications n’est pas forcément médical. Il s’agit principalement de minimiser le temps de prise
en charge des patients, que ce soit pour des contrôles de routine à l’hôpital mais aussi la prise en charge des
personnes âgées en les accompagnant le plus longtemps chez eux.

5.4 APPLICATIONS

A propos des applications, un flou important règne du fait de l’importance stratégique de ce secteur et il y a, en
France tout particulièrement, un manque de communication des entreprises concernées. Selon le témoignage de
Pascal Ribot, Directeur stratégique et marketing chez ST Microelectronics, nous assistons aux premières
applications médicales intra vivo en France et en Europe et pour l’heure la majorité des applications participent
davantage de la Recherche & Développement. Cela relève notamment de la récente apparition du marché et que
son développement, bien que prometteur, peine encore à trouver un marché suffisamment porteur pour justifier
une démarche R&D à grande échelle. [21]

Cependant nous avons pu cerner un certain nombre d’applications relevant du biomédical intra vivo et extra
vivo.

5.4.1 CAPTEURS DE TEMPERATURE INTERNE

Une des premières applications de la santé connectée a été la simplification de procédures médicales lourdes
pour obtenir des informations basiques telles que la température interne. Ainsi l’obtention de la température
interne gastroentérologique nécessitait jusqu’à récemment des opérations lourdes avec l’introduction de sondes
anales. Désormais de nombreux capteurs sous formes de pilules à avaler permettent d’obtenir de telles
informations. Une solution d’objet connecté a été développée par Bodycap, une entreprise française basée à
Caen. Dédiée au développement d’objets connectés, les produits conçus sont utilisés pour des applications
médicales, de recherche et sportives. Les enjeux de miniaturisation, de communication RF, de développement
de logiciels embarqués, d’algorithmes et d’optimisation de la consommation énergétique sont au cœur de la
recherche de solutions pour le suivi fiable et précis de l’état de santé des personnes.

Mesure en continu de la température centrale par pilule

 Permet une mesure fiable de la température gastro-intestinale sans intervention du


Usage personnel soignant
 Permet une mesure précise et continue de la température par télémétrie

 Capsule électronique e-Celsius ou e-Celsius Performance pour les sportifs


Dispositif
 Boitier d’activation de la capsule (en photo à droite de la pilule)

 Stockage : 1 an sur étagère


 Durée de vie : 20 jours
 Echantillonnage : 30s
Données  Précision : 0,2°C
techniques  Calibration : 25°C à 45°C
 Stocke jusqu’à 2000 mesures dans la mémoire interne
 Envoi des données par télémétrie (433 MHz)
 Distance d’émission : 1 m

 Poids : 1,7g
Taille
 Taille : 17,7mm x 8,9 mm

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 37


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Illustrations

La capsule est livrée stérilisée et désactivée. Un boitier d’activation permet d’associer la capsule e-Celsius avec
le moniteur pour la réception des données ou leur récupération dans la mémoire interne de la capsule sans perte
d’information. Une interface dédiée récupère les données sur un PC/MAC pour archivage ou exploitation
clinique.

Moniteur du capteur

 Permet de récupérer les mesures de la température effectuées par la pilule


Usage  Enregistrer les données et déclencher des alertes en cas de dépassement de seuil

Dispositif  Moniteur e-Viewer

 Stockage : 80 000 données par capsule


Données  Autonomie en charge : 24 heures
techniques  3 gélules maximum par moniteur
 Fonctionnement en multicanal : 7 moniteurs possibles en parallèle

Taille  Taille : 120mm x 70mm x 15mm

Illustrations

D’autres sociétés commercialisent ce type de dispositifs connectés d’aide au suivi de l’état de santé du patient.
Par exemple la société VeriChip développe des cyberpillules munies de microprocesseurs, qui, une fois ingérées,
permettent de mesurer des paramètres biophysiques et d’envoyer ces informations au médecin. D’autres
cyberpillules sont aussi capables de délivrer à des patients leurs doses quotidiennes de médicaments mais ne sont
pas encore commercialisées.

5.4.2 CAPTEURS DE TEMPERATURE ET D’ACTIVITE

Pour des applications similaires, un autre dispositif sous forme de patch aussi développé par Bodycap mesure la
température corporelle mais sans utilisation de moniteur.

Mesure en continu de la température cutanée et de l’activité

 Permet une mesure fiable et continue du nombre de mouvements, de la température


Usage
cutanée et de l’inclinaison du corps

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 38


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Dispositif  Patch e-Tact

 Échantillonnage de l’activité : 50Hz


 Stocke 3 jours de données
Données  Communication par BLE (Bluetooth 4.0)
techniques  Distance d’émission : 8 m
 Autonomie : 1 semaine
 Temps de charge : 2 heures

 Poids : 10g
Taille
 Taille : 41mm x 37mm x 7mm

Illustrations

Le patch est fixé sur le corps par un pansement. Il envoie ses données sur un appareil sur lequel est téléchargé
l’application de récupération associée. Si l’utilisateur veut s’affranchir du port d’un appareil portable, un bouton
permet de commuter le patch e-Tact en mode enregistrement, pour une récupération différée des données. Le
dispositif e-Tact ® est livré avec son chargeur dédié. Les informations issues du patch, sont mises à la disposition
exclusive de l’utilisateur et des encadrants ou du personnel médical pour des fins de traitement.

Ce patch permet le suivi de maladies chroniques tels que l’obésité ou les insuffisances cardiaques ainsi que l’étude
de la chronobiologie et du sommeil pour des malades ou par la recherche clinique. Il peut aussi être utilisé en
médecine du travail. Si le patch présenté est de composition dure, d’autres entreprises comme IBS réalisent des
patchs dotés de circuits électroniques souples qui se collent sur la peau et surveillent la santé de l'utilisateur, via
son smartphone.

5.4.3 PACEMAKER CONNECTE

Le stimulateur cardiaque, ou pacemaker, est un dispositif implanté dans l’organisme fournissant des impulsions
électriques destinées à stimuler les muscles cardiaques en permettant ainsi, par exemple, d’accélérer la pulsation
du cœur lorsqu’il est trop lent. La stimulation cardiaque peut être provisoire, pour faire face à une situation
transitoire ou définitive. Depuis 2009, plus d’un million de pacemakers sont implantés annuellement dans le
monde dont 75% de première implantation. Avant 2010 l’ensemble des pacemakers comportait une sonde avec
un boitier externe, désormais de nombreux modèles sont équipés de dispositifs totalement intégrés sous la peau
du patient et permettent une télésurveillance. Ainsi, le boitier et ses sondes sont munis de capteurs et dialoguent
quotidiennement avec un coffret externe à proximité immédiate du lit du patient.

La miniaturisation des boîtiers permet de les loger directement dans le ventricule droit, autorisant ainsi une
stimulation mono-chambre sans sonde. Ils sont asservis sur la température corporelle : quand la température
augmente ou si des mouvements sont détectés avec les accéléromètres, la fréquence cardiaque est augmentée
en conséquence. La durée de vie théorique de ces dispositifs excède une dizaine d'années. Leur extraction est
possible mais l'expérience de ce type d'opération est faible et les entreprises ne disposent que de peu de recul
quant au long terme. D’autre part, il semble qu'en cas de nécessité de remplacement, par exemple lors d'un
épuisement de la batterie, le plus simple serait de remettre un autre stimulateur de ce type sans retirer le
précédent.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 39


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Nombreuses sont les entreprises qui se spécialisent dans ce type d’applications de la santé connectée entre les
développeurs de logiciels tels que Implicity et les fabricants de pacemakers ou de cœurs artificiels comme Carmat.
Certaines entreprises comme Biotronik développent tout un écosystème depuis la sonde cardiaque du
stimulateur posée à la surface du cœur jusqu’au logiciel CRM de récupération des données par le médecin via de
la télémédecine en temps réel.

En particulier Biotronik développe deux pacemakers connectés : un pacemaker simple chambre et un pacemaker
double chambre qui permet un suivi plus complet grâce surtout à une deuxième stimulation.

Stimulateur cardiaque simple chambre

 Stimuler le cœur lors de périodes de stress ou d’activité physique


 Détecter les épisodes critiques et répondre aux défaillances du cœur par des impulsions
d’amplitude adaptée
Usage  Réaliser de la télé-cardiologie et transmettre les informations par télémétrie RF
 Détecter précocement l’évolution de l’insuffisance cardiaque et solliciter une
hospitalisation d’urgence
 Accéder rapidement aux données de suivi (en 10 minutes) en cas de problèmes

Dispositif  Stimulateur Eluna 8 SR-T de Biotronik

 Durée de vie : + de 15 ans


 Pile Li-MnO2 avec tension à vide de 3.1V
 Stimulation en boucle fermée (capteur d’asservissement physiologique)
 12 modes de fonctionnement de la stimulation adaptés aux différentes sollicitations du
Données
cœur du patient
techniques
 Amplitude d’impulsion électrique : 0.2 à 7.5V avec une précision de 0.2V
 Durée d’impulsion électrique : 0.1 à 1.5 ms avec une précision de 0.1ms
 Seuil de déclenchement du remplacement de l’appareil : lorsque 89% de la batterie a été
utilisée, déclenchement de l’alerte (seuil de 11%)

 Poids : 24g
Taille  Taille : 53mm × 39mm × 6,5mm
 Surface conductrice : 33 cm3

Illustrations

Stimulateur cardiaque double chambre

 Stimuler le cœur lors de périodes de stress ou d’activité physique


 Détecter les épisodes critiques et répondre aux défaillances du cœur par des impulsions
d’amplitude adaptée
Usage  Réaliser de la télé-cardiologie et transmettre les informations par télémétrie RF
 Détecter précocement l’évolution de l’insuffisance cardiaque et solliciter une
hospitalisation d’urgence
 Accéder rapidement aux données de suivi (en 10 minutes) en cas de problèmes

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 40


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Dispositif  Stimulateur Eluna 8 SR-T de Biotronik

 Durée de vie : + de 15 ans


 Pile Li-MnO2 avec tension à vide de 3.1V
 Stimulation en boucle fermée (capteur d’asservissement physiologique)
 12 modes de fonctionnement de la stimulation adaptés aux différentes sollicitations du
Données
cœur du patient
techniques
 Amplitude d’impulsion électrique : 0.2 à 7.5V avec une précision de 0.2V
 Durée d’impulsion électrique : 0.1 à 1.5 ms avec une précision de 0.1ms
 Seuil de déclenchement du remplacement de l’appareil : lorsque 89% de la batterie a été
utilisée, déclenchement de l’alerte (seuil de 11%)

 Poids : 25g
Taille  Taille : 53mm × 43mm × 6,5mm
 Surface conductrice : 33 cm3

Illustrations

Ces dispositifs ont la particularité intéressante de délivrer trois types de message en fonction de plusieurs types
d’événements. Le tableau ci-dessous présente les niveaux d’alerte, le message associé et les évènements associés.

Niveau Types d’événements associés et


Types de message
d’importance Données transmises

Message test : Déclenché manuellement à Prothèse : État de la pile ; Message


1
l'aide du programmateur déclenché par le programmateur reçu

Sondes : Impédance de stimulation,


Message de tendance : déclenché Contrôle de la sonde, Amplitude de
2
automatiquement toutes les 24 heures détection, Seuil de stimulation, État de
contrôle de capture

Arythmies : Envoi du nombre de


Message événementiel : déclenché fréquences élevées
3 automatiquement après certains
événements cardiaques Heart Failure Monitor : Envoi de la
fréquence cardiaque moyenne

Figure 14 – Tableau de criticité

Sources :

- https://www.biotronik.com/en-us/products/crm/bradycardia

5.4.4 IMPLANT CEPHALIQUE CONNECTE

Les implants céphaliques connectés ou cerveau connecté constituent un domaine de pointe dans les nouvelles
technologies. Par le biais d’une interface neuronale directe, les signaux neurologiques peuvent être décodés en
temps réel par un système périphérique externe. La société australienne Emotiv Systems commercialise d’ores

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 41


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

et déjà un nouveau type de périphérique informatique principalement destiné aux jeux vidéo permettant au
joueur de contrôler l'action dans le jeu par la pensée. Ces machines se posent sur la tête afin de capter
l'électroencéphalogramme (EEG) de la personne qui le porte. Elles ne permettent pas d'analyser de manière
complexe les signaux EEG, mais permettent de faire des actions simples comme déplacer un curseur par
l'activation de la concentration. Concrètement, dans le cadre de jeux vidéo, le joueur peut se déplacer dans un
environnement 3D, bouger des objets à distance et d'autres actions contrôlables par la pensée selon le
programme utilisé. Le casque a la capacité de faire davantage que les périphériques traditionnels tels souris et
claviers, toutefois, cette technologie n'en est qu'à ses débuts, et le contrôle est a priori à améliorer.

Ces dispositifs ont comme autres applications : la gestion du stress et des performances (par exemple pour les
athlètes, en ciblant les zones du cerveau sollicitées lors d’un effort), la recherche sur les EEG en laboratoire(grâce
à la récupération simplifiée des données), la compréhension d’une campagne marketing ou d’un produit sur le
cerveau des consommateurs (on peut ainsi associer une image avec une zone du cerveau caractéristique de la
peur, du bonheur, du plaisir, etc.).

Capteur d’EEG 5 canaux

 Capter l’électroencéphalogramme du cerveau et le mesurer en haute résolution


Usage  Traduire les ondes EEG en commandes d’ordinateur
 Mesurer les ondes avec une précision sur 5 canaux + 2 références

Dispositif  Casque Emotiv Insight

 5 canaux : AF3, AF4, T7, T8, Pz


 2 références : Dans la configuration d'annulation de bruit CMS / DRL
 Autonomie de la batterie : 4 heures minimum
 Batterie Lithium Polymère interne de 480mAh
 Capteur de mouvement : Polymère demi-sec longue durée
 Connectivité sans fil en Bluetooth 4.0 avec un téléphone, une tablette ou un PC
Données
 Taux de transmission de données : 128 échantillons par seconde par canal
techniques
 Résolution : 14 bit par canal
 Résolution de tension minimale : 0,51μV@14 bit
 Réponse en fréquence : 0.5-43Hz
 Capteurs de mouvement à 9 axes pour la mesure précise de la position et du mouvement
de la tête (3 gyroscope, 3 accéléromètres, 3 magnétomètres)
 Compatible Windows, OSX, Linux, Android et iOS

 Poids : environ 200g


Taille
 Taille : environ 25cm x 25 cm

Illustrations

Capteur d’EEG 14 canaux

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 42


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

 Capter l’électroencéphalogramme du cerveau et le mesurer en haute résolution


Usage  Traduire les ondes EEG en commandes d’ordinateur
 Mesurer les ondes avec une précision sur 14 canaux + 2 références

Dispositif  Casque Emotiv Epoc+

 5 canaux : AF3, AF4, F3, F4, FC5, FC6, F7, F8, T7, T8, P7, P8, O1, O2
 2 références : Dans la configuration d'annulation de bruit CMS / DRL et Alt P3-P4
 Autonomie de la batterie : 6 heures minimum
 Batterie Lithium Polymère interne de 680mAh
 Capteur de mouvement : Saline soaked felt pads
 Connectivité sans fil en Bluetooth 4.0 avec un téléphone, une tablette ou un PC
Données
 Taux de transmission de données : 128 ou 256 échantillons par seconde par canal
techniques
 Résolution : 14 bit ou 16 bit par canal
 Résolution de tension minimale : 0,51μV@14 bit / 0,13μV@16 bit
 Réponse en fréquence : 0.16-43Hz
 Capteurs de mouvement à 9 axes pour la mesure précise de la position et du mouvement
de la tête (3 gyroscope, 3 accéléromètres, 3 magnétomètres)
 Compatible Windows, OSX, Linux, Android et iOS

 Poids : environ 200g


Taille
 Taille : environ 25cm x 25 cm

Illustrations

Le domaine du cerveau connecté est source de multiples innovations technologiques dans un futur proche. Par
l’utilisation d’implants neuronaux non plus externes mais intracérébraux, certaines entreprises telles
que Neuralink, fondée par Elon Musk, promettent de pouvoir guérir un grand nombre de maladies cérébrales
comme l’épilepsie ou la maladie de Parkinson grâce à des stimulations électriques ciblées sur des zones précises
du cerveau. D’ici une quinzaine d’années sont même attendues des interfaces telles que des puces greffées dans
le cerveau et susceptibles de pouvoir connecter tout un chacun à Internet, créant ainsi un véritable cerveau
connecté. Cependant si les promesses sont multiples, les défis ne relèvent pas tant du domaine des composants
que du domaine des neurosciences et de la compréhension du fonctionnement cérébral ainsi que de la
réglementation et de la cyber sécurité, une trop forte impulsion étant susceptible de blesser irrémédiablement
voire de façon létale le client.

5.4.5 PILULIER CONNECTE

Si dans le domaine de la santé connectée, l’importance de la valeur ajoutée est souvent principalement
technologique, nombre d’entreprises utilisent des technologies déjà existantes sur le marché pour concevoir des
produits dont la valeur ajoutée tient surtout de l’intérêt économique pour la société et la sécurité sociale. Ainsi
les prochaines applications relèvent de la capacité des entreprises à intégrer des technologies existantes pour
proposer à leurs clients des produits simples mais utiles et originaux.

La première de ces applications est le pilulier connecté. S’il n’apporte aucune brique technologique
supplémentaire, son enjeu économique et social est central. Il permet en effet à des personnes âgées, des
handicapés semi autonomes ou des personnes nécessitant un traitement médicamenteux régulier, de bénéficier

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 43


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

d’un pilulier simple, facile d’utilisation et munis de signaux sonores de rappel de prise de médicaments. Cela
permet en outre d’éviter l’oubli ou le surdosage des médicaments. D’après le Ministère de la Santé, chaque année,
la non-observance est à l’origine de 12 000 décès et plus d’un million de journées d’hospitalisation. Ce coût lié à
la non-observance de 9 milliards d’euros pourrait être réduit chaque année si tous les patients étaient observants.

En particulier le pilulier iMedipac développé par la société Medissimo permet la traçabilité totale du traitement,
et la préparation simple et sécurisé des pilules par le pharmacien ou l’aide-soignant. Par le biais de notifications
sonores et lumineuses, le pilulier rappelle au patient les prises de ses médicaments à intervalles réguliers. Avec
un entonnoir spécialisé permettant une prise sécurisée du médicament, les comprimés ne peuvent tomber et
sont faciles à avaler. Ce pilulier prévient aussi le patient s’il se trompe de compartiment de médicaments. En
outre le système est couplé à une plateforme communicante avec l’aide-soignant et permet de constater
l’observance du traitement et de partager voire d’intervenir en cas d’oubli régulier. Les données personnelles
sont par ailleurs hébergées en toute confidentialité par un Hébergeur Agréé de Données (HAD) de santé certifié
par le Ministère de la Santé. Le système fonctionne sous forme de recharges hebdomadaires à remplir par le
pharmacien ou l’aide-soignant.[25]

Pilulier connecté

 Stocker les comprimés de médicaments pour une semaine de prise


Usage  Lutter contre l’oubli en rappelant les prises de médicaments
 Prévenir les aides-soignants de la bonne ou mauvaise prise des médicaments

Dispositif  Pilulier iMedipac

 Autonomie : 7 jours minimum


 Batterie Lithium Ion
 Communication en NFC avec le pharmacien pour la programmation des prises et le
remplissage
Données
 Réseau GPRS sécurisé pour communiquer avec la plateforme (fonctionne ainsi dans 34
techniques
pays : Europe et Amérique du Nord)
 Diodes et capteurs de prise intégrés
 Intégration au cœur d’une plateforme de santé avec des algortithmes de détectiond e
prises de médicaments

 Poids : 600g
Taille
 Taille : 30cm x 18cm x 3cm

Illustrations

Dans le même esprit, la société Pharmagest commercialise le pilulier connecté DoPill qui intègre les mêmes
fonctionnalités que l’iMedipac avec un design plus épuré et intégrant un écran LCD indiquant le nom du patient
(pour le pharmacien) le jour actuel et l’heure. Il utilise aussi des cartouches ou blisters jetables permettant au
pharmacien de préparer à l’avance des semaines de traitement. [26]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 44


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

5.4.6 MONTRE CONNECTEE SPECIALE GRAND AGE

Face au vieillissement de la population dans les pays occidentaux, il semble de plus en plus important de réussir
à maintenir le plus longtemps possible l’indépendance des personnes âgées. Pour ces enjeux socio-économiques
les objets connectés montrent tout leur intérêt. En sortant du périmètre de simples solutions de confort pour
devenir des solutions d’accompagnement médical et de prévention des risques, les objets connectés dédiés aux
seniors promettent d’accompagner les personnes âgées au jour le jour tout en prévenant la famille ou les secours
en cas d’urgence. [27]

La montre représente pour les objets connectés la solution la plus simple pour la surveillance et
l’accompagnement des personnes âgées. Avec des capteurs communs à la plupart des montres connectées grand
public (pédomètre, distance parcourue, calories brûlées), ce type de montre permet aux médecins, aux aides-
soignants et à la famille de suivre la forme physique de la personne âgée. Mais la valeur ajoutée de ce type de
montre provient de la combinaison de différents protocoles de communication à savoir Bluetooth, Wifi, 3G, qui
permettent de surveiller une personne dépendante, en temps réel où qu’elle se trouve. L’utilisateur en situation
de détresse peut ainsi passer des appels vers des numéros préenregistrés (proches, médecins, etc.). Ce type de
montre est en général équipé d’un capteur de chute. De cette façon, en cas de détection d’un accident ou d’une
chute, un message SOS sera automatiquement envoyé aux proches indiquant la position GPS de la personne qui
en est victime. En retour, ses proches peuvent la contacter directement via sa montre connectée. Enfin celle-ci
peut servir de pilulier virtuel, et vibrer pour rappeller la prise d’un médicament. [28]

Parmi les nombreux acteurs du secteur se distingue Linkoo, spécialiste du marché des objets connectés pour la
famille avec des solutions tout-en-un de montres ou de bracelets connectés pour enfants, pour animaux
domestiques et pour personnes âgées :

Montre connecté pour Seniors

 Indiquer la date et l’heure


 Fournir des mesures d’activités (nombre de pas effectué, calories brulées, etc.)
 Localiser en temps réel le porteur de montre
 Appeler les proches via des numéros préenregistrés
Usages
 Alerter volontairement par un bouton ou automatiquement par un capteur de chute ou
si la montre sort d’une zone géographique définie
 Stocker l’ensemble des données historiques en ligne
 Rappeler les prises de médicaments (pilulier virtuel)

Dispositif  Montre Linkoo Seniors

 Autonomie : 2 à 6 jours
 Batterie Lithium Ion 450 mAh
 Communication : GSM 2G / UMTS 3G - 850 – 900 – 1800 – 1900 / 2100
 Bluetooth 4.0
Données
 Ecran LCD tactile
techniques
 Capteur cardiaque
 Capteur de chute
 Capteur d'activité
 DAS : 0.5W/kg

 Poids : 50g
Taille
 Taille : 20.5cm (longueur du bracelet) x 4.5cm (diamètre de la montre)

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 45


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Illustrations

Ce type de montre intègre une carte SIM dédiée et fournie sous forme d’abonnement par la société qui la produit.
Cela permet d’avoir accès à l’ensemble des services de la plateforme et des applications du fabricant. Elle permet
en outre d’avoir les appels, SMS et data illimités via la montre et l’application.

De nombreux autres fournisseurs de solutions de montres et bracelets pour seniors existent dans un marché
relativement concurrentiel, on peut ainsi citer la montre Doro Secure 480, commercialisée par l’anglais Doro,
spécialiste des téléphones et smartphones pour seniors. Si la majorité des acteurs du marché commercialise leurs
montres pour une centaine d’euros auxquels il faut rajouter un abonnement complémentaire d’une dizaine
d’euros mensuel, le belge Zembro ou Libr’Alerte, la filiale de télésurveillance pour Senior du français Vitaris,
proposent de bénéficier de l’ensemble sous forme d’un abonnement unique pour une trentaine d’euros. [30]

Si les montres sont le premier dispositif connecté pour l’accompagnement et la surveillance des personnes âgées,
force est de constater que de plus en plus d’objets arrivent sur le marché. Dans le marché de la domotique,
nombreux sont les objets connectés qui pourront dans les prochaines années détecter des chutes ou des
accidents domestiques à condition bien sûr d’accepter la présence de caméras et d’une intelligence artificielle
dans la maison pour accompagner la personne âgée au quotidien. Nous pouvons aussi citer le programme Senior
Care du lunettier français Atol qui développe depuis 2016 une paire de lunettes connectée et intelligente
commercialisée dès septembre 2018. Ces lunettes connectées conçues en partenariat avec des spécialistes de
l’assistance aux personnes âgées seront entre autres susceptibles de détecter les chutes de personnes âgées, qui
sont la première cause d’accidents chez les plus de 65 ans, dues à 70 % à une mauvaise vision et à l’origine de
presque 12 000 décès par an. Ces chutes sont la première cause de mortalité chez les plus de 65 ans avec près
de 400 000 personnes âgées victimes chaque année d’une chute accidentelle. [29]

Un dernier aspect non négligeable de ces objets connectés est l’acceptation par le senior de les porter. Pour une
personne âgée refusant d’être pistée au jour le jour par ses aides-soignants ou ses enfants, une résistance apparaît
inévitable. En effet ces montres fournissent un nombre important de données parmi les plus personnelles à savoir
l’état de santé et toute dérive est imaginable en cas de perte ou de vol de ces données. Pour autant si c’est le
médecin qui prescrit ce type de dispositif, on peut imaginer que les seniors concernés se prêteront volontiers au
jeu. La communication pour ces objets connectés est donc autant à faire au niveau des familles et des personnes
âgées que des professionnels de la santé, qu’ils soient médecins, aides-soignants, mutuelles, assurances ou
organismes de sécurité sociale dont on peut imaginer les bénéfices en dépenses de santé en cas d’intervention
rapide et de prévention des risques. Pour montrer l’intérêt des acteurs traditionnels de la santé et de l’assurance
pour les objets connectés et leurs bénéfices à tout niveau, nous pouvons aussi citer le rapprochement entre
l’assureur français Generali et la start-up niçoise Ellcie Healthy réalisant des lunettes connectées dédiées à la
sécurité routière évaluant le niveau de risque et alertant l’utilisateur en cas de danger.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 46


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

5.4.7 LUTTER CONTRE LES MAUX CHRONIQUES

Parmi les dispositifs médicaux ou paramédicaux destinés à améliorer le bien-être des utilisateurs, on compte de
nombreuses avancées susceptibles de vaincre les maux provoquant une faible pénibilité et qui se font ressentir
autant sur le travail que sur l’état de santé général. Dans une société où l’on travaille à toute échelle sur des
écrans, ordinateurs ou tablettes, sont répertoriés de multiples problèmes liés à des maux de têtes. Ces migraines
touchent plus de 6 millions de Français et ont un impact significatif sur de multiples aspects de leurs vies d’après
un sondage réalisé par la société pharmaceutique Zambon en 2012.[31] Ainsi si l'impact de la migraine sur leurs
vies professionnelles est paradoxalement considéré comme mineur (21% des sondés), leurs vies personnelles
semblent être plus affectées : les migraineux peuvent s'énerver rapidement, selon 88% des personnes interrogées,
supportent mal leurs enfants (87%) ou encore leur conjoint (63%). Parmi ces migraines, la majorité des céphalées
sont passagères mais plus de 20% sont provoquées par des abus médicamenteux, c’est-à-dire proviennent de la
surdose des médicaments anti-migraines eux-mêmes. Ces troubles sont le résultat de prises excessives et
régulières d'antalgiques et/ou d'antimigraineux spécifiques qui conduisent à l'induction et à l'entretien d'une
céphalée chronique quotidienne. [32]

Pour contrer cela, des dispositifs incluant des soins par ondes électromagnétiques se développent. Parmi ces
objets connectés, on compte le système connecté Cefaly, un petit dispositif se plaçant sur le front certifié par la
FDA (Food & Drug Administration, l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments).
Dans la pratique, la personne va premièrement appliquer une électrode adhésive sur son front puis y placer le
dispositif. Le boitier Cefaly viendra alors se connecter à l’électrode par l’intermédiaire d’aimants. L’appareil
enverra alors des micro-impulsions sur le nerf trijumeau spécifiquement impliqué dans le processus de la migraine.
Ces stimulations permettent non seulement de réduire la douleur en cas de crise mais aussi, utilisées en préventif,
contribuent à la réduction de la fréquence d’apparition des migraines chez le patient. [33]

Boitier Cefaly contre les migraines

 Soigner les maux de têtes par neurostimulation


 Adapter l’intensité de la charge magnétique des électrodes
Usages
 Suivre via une application l’historique des maux de têtes, les améliorations et l’évolution
du traitement

Dispositif  Boitier Cefaly 2 de Cefaly Technology

 Autonomie : 30 jours pour une utilisation quotidienne


Données  Temps de charge : 3h
techniques  Batterie rechargeable
 Chant électromagnétique au contact de la peau : 0.2µT

 Poids : 50g
Taille
 Taille : 20cm x 10cm x 5cm

Illustrations

Nous observons de nombreuses autres initiatives dans ce domaine avec par exemple le bracelet connecté
Reliefband Neurowave, qui envoie des impulsions d’une fréquence et d’une intensité spécifique sur un nerf ciblé

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 47


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

du poignet afin de diminuer des sensations de nausées ou de vomissements. Approuvé par la FDA, il altère
l’activité neuronale en empêchant le cerveau de recevoir les signaux de l’estomac selon dix niveaux d’intensité
d’impulsions électriques. [34]

Ces nouveaux dispositifs entendent améliorer le quotidien de leurs usagers. S’ils relèvent pour certains aspects
du secteur du bien-être plus que de la médecine, ils n’en sont pas moins fortement utiles pour le traitement de
maux chroniques aux impacts parfois significatifs sur la santé des utilisateurs et sur leur productivité au travail.

5.4.8 APPLICATIONS AU STADE R&D

Nous avons présenté dans les sous-parties précédentes des objets qui ont dépassé le stade de la R&D et sont
actuellement produits de manière industrielle et commercialisés. Cependant, comme évoqué précédemment, la
plupart des applications IoT dans le domaine de la santé restent soit classées confidentielles soit aux premiers
stades de la R&D. Les applications listées ci-dessous relèvent de ces deux catégories.

 Implant contraceptif commandé :

Ce nouveau type de contraception est susceptible d’arriver à court terme sur le marché et l'oubli de la pilule
pourrait bien disparaître d'ici quelques années. Fabriquée par la start-up Micro Chips affiliée au MIT, une
contraception d’un nouveau genre sous la forme de puce sous-cutanée pourra être conservée par la patiente
jusqu'à 16 ans sous la peau. Cette petite plaque carrée de 20 millimètres sur 7 a été conçue pour être implantée
sous la peau de la fesse, de l'avant-bras, ou de l'abdomen. [35]

Elle délivrera quotidiennement une dose de 30 microgrammes de lévonogestrel, une hormone progestative de la
même famille que celles utilisées dans de nombreuses pilules de deuxième génération. Les hormones, en quantité
suffisante pour 16 ans d'utilisation, seront stockées dans de minuscules compartiments placés sur une puce de
1,5 cm à l'intérieur de l'appareil. Pour délivrer une dose d'hormone contenue dans un compartiment, une petite
décharge électrique sera délivrée via une batterie interne qui viendra faire fondre un joint placé autour du
lévonorgestrel, libérant ainsi 30 microgrammes dans le corps. Contrairement aux implants contraceptifs
classiques, il n’est pas besoin de le retirer pour concevoir un enfant : il suffit de le désactiver pour le temps requis.
Il sera ensuite réactivé facilement grâce à une télécommande. [36]

Figure 15 – Photo de la puce sous cutanée Micro Chips Biotech

 Inhalateurs connectés :
L’avènement des objets connectés révolutionne l’approche et le suivi des pathologies chroniques. Les données
générées par ces objets, sous couvert d’une validité métrologique suffisante et d’une validation scientifique
adéquate, permettent aux professionnels de santé d’adapter et personnaliser le suivi patient. Les inhalateurs
connectés sont ainsi à rapprocher des piluliers connectés décrits précédemment. Ils cherchent en effet à
permettre un meilleur contrôle de l’asthme et de maladies respiratoires nécessitant un traitement par inhalateur.
De la simple fonction du rappel de prise de médicaments par inhalation au suivi des symptômes en cas
d’aggravation des crises respiratoires, ces objets connectés sont une aide autant pour le patient que pour la
famille et le médecin – et donc la Sécurité Sociale.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 48


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Quelques initiatives encore au stade de la pré-commercialisation ou de la Recherche & Développement existent


en France et en Europe. Parmi celles-ci, l’inhalateur connecté Respimat, conçu par Propeller Health, a la capacité
d’enregistrer les prises du médicament, par heure et par endroit. [38] De cette manière les médecins peuvent avoir
une vue d’ensemble de l’état de santé et de la consommation des médicaments par les patients entre chaque
rendez-vous. Cet inhalateur connecté se compose d’un capteur qui vient se greffer à l’inhalateur original utilisé
par les patients, une application associée accompagnant les utilisateurs. Un autre acteur de ce marché, l’inhalateur
Connect’Inh développé par Kap Code promet de suivre l’état de santé du patient de manière encore plus précise
en intégrant toutes les informations liées à l’utilisation des inhalateurs : nombre de prises de traitement,
coordonnées GPS de localisation croisées avec les données environnementales (pollution et pollinisation), afin
de les restituer sous forme de statistiques via l’application smartphone et le site web. [37]

Figure 16 – Illustrations des inhalateurs connecteurs Respimat (à gauche) et Connect’Inh (à droite)

 Soutiens-Gorge connectés :
Le cancer du sein est le cancer le plus fréquemment observé chez les femmes en France et dans les pays
occidentaux. Première cause de mortalité par cancer chez les femmes, son taux de survie à 5 ans est pourtant
de 99% s’il est détecté précocement. Les nouvelles technologies et les objets connectés promettent de faciliter
le dépistage de ce cancer grâce à des solutions utiles. Le soutien-gorge se présente donc comme le moyen le plus
approprié pour permettre aux femmes de détecter ce cancer, mais aussi pour suivre l’état de santé d’une
utilisatrice au jour le jour. [39]

Parmi ces soutiens-gorge connectés, nous pouvons distinguer ceux déjà commercialisés permettant le suivi de
l’activité physique, comme le modèle Incredible développé par Victoria Secret, et ceux destinés à la détection
précoce de problèmes respiratoires, cardiologiques ou cancérologiques. [40] Les premiers utilisent des briques
technologiques déjà existantes au sein d’un vêtement et intègrent différents capteurs pour les sportives
permettant d’avoir accès aux statistiques de l’activité sportive. Outre le modèle de Victoria Secret, on peut citer
le soutien-gorge connecté de Microsoft qui intègre un capteur de conductivité et un électrocardiogramme. Pour
les seconds, ce sont encore des initiatives portées par des petits acteurs tels que iTBra ou le soutien-gorge Eva
qui dominent un marché encore au stade de la R&D. Le soutien-gorge connecté type pour détecter le cancer du
sein intègre généralement plusieurs centaines de capteurs sensoriels. Il est nécessaire de le porter de 60 à 90
minutes chaque semaine, les données étant ensuite transmises à une application. Celle-ci envoie un diagnostic qui
peut ensuite être partagé avec un médecin. Ce test n’étant pas censé remplacer une mammographie mais permet
d’augmenter la capacité de détection. [41]

Figure 17 – Illustrations des soutien-gorge connectés Incredible (à gauche), iTBra (au milieu) et Eva (à droite)

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 49


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

 E-skin :
L’e-skin ou peau connectée est une des nombreuses applications de la santé connectée. Il s’agit de multiplier les
capteurs dans les vêtements et d’utiliser les données (mouvement, température locale, etc.) pour suivre
quotidiennement l’état de santé d’un utilisateur. La version la plus simple de cette technologie est le tatouage
électronique. En 2004, des chercheurs américains et japonais ont réalisé un circuit de capteurs de pression.
Construit de fines lamelles de silicium préalablement étirées, il pouvait être appliqué sur l’avant-bras. Mais des
matériaux non organiques comme le silicium sont rigides alors que la peau est flexible et élastique. Les
scientifiques sont donc à la recherche, pour cette e-skin, de circuits électroniques que l’on fabriquerait à partir
de matériaux organiques (comme des plastiques spéciaux ou des formes de carbone comme le graphène, bon
conducteur d’électricité). [42]

Les domaines d’application potentiels de l’e-skin sont variés : les jeux vidéo, le sport, le domaine médical. Pour
l’instant, ces objets connectés se sont qu’aux prémices de leur développement mais on observe d’ores et déjà
quelques start-ups cherchant à développer des t-shirts connectés, parmi lesquelles Xenoma. Grâce à 14 capteurs
placés stratégiquement sur l’ensemble du corps, la tenue peut détecter et analyser tous les mouvements du corps.
Ces informations sont ensuite transmises à un logiciel installé sur un PC, une tablette ou un smartphone en
Bluetooth. La tenue peut être lavée en machine et ses capteurs ne craignent pas la sueur ou l’humidité. Les
mouvements de l’utilisateur peuvent ainsi être transmis à l’écran pour un joueur cherchant une immersion totale.
Cette technologie attire aussi l’attention du milieu médical pour les patients souffrant d’une maladie
neurodégénérative. Grâce aux capteurs situés sur le torse, la hanche et les jambes, les mouvements et l’activité
du patient peuvent être bien suivis et contrôlés pour détecter des stress ou réflexes. [43]

Figure 18 – Illustrations de la tenue eSkin de Xenoma

 Pancréas artificiel :

Dans la catégorie des maladies chroniques quotidiennes se trouve le diabète, qui touche plusieurs dizaines de
millions de personnes dans le monde. Dans le même esprit que le cœur artificiel Carmat développé en France,
de nombreux chercheurs cherchent à modifier la prise en charge médicale actuelle des diabétiques en arrêtant
les piqûres quotidiennes d’insuline ou les pompes à insuline et en les remplaçant par un pancréas artificiel. Celui-
ci sera susceptible de délivrer lui-même et aux moments adéquats les doses nécessaires d’insuline et de
médicaments nécessaires à la bonne santé du patient.

Parmi les projets visant à améliorer la qualité de vie des diabétiques, on trouve le projet Diabeloop. Le dispositif
est composé de trois parties afin de reproduire les fonctions du pancréas. Un capteur de glycémie envoie les
données à un terminal qui contient un algorithme déterminant la meilleure dose d’insuline à envoyer à la pompe
connectée. Les données sont envoyées en parallèle à un service de suivi afin d’améliorer le traitement sur le long
terme.[44] Un autre objet développé par des équipes de Harvard et dit pancréas bionique bi-hormonal est composé
de 2 boîtiers pilotés par un smartphone. Le premier boîtier est capable de mesurer le taux de sucre dans le sang
(glycémie) toutes les 5 minutes et le second boîtier envoie une hormone hyperglycémiante lorsque l’utilisateur
se trouve en hypoglycémie. [45] Ce couplage efficace permet aux diabétiques de retrouver une réelle autonomie

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 50


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

face à la maladie. [46] Ces projets sont susceptibles d’arriver à court terme sur le marché, ainsi le projet Diabeloop
conduit depuis mai 2017 une étude sur le fonctionnement en conditions réelles sur des patients humains de leurs
pancréas artificiels. [44]

Figure 19 – Comparaison du taux de glucose dans le sang entre un patient soigné traditionnellement (à gauche) et un patient
soigné par le dispositif Diabeloop (à droite)

Les applications que nous allons maintenant présenter sont certes déjà en cours d’étude, elles relèvent pour
l’instant davantage de la science-fiction surtout à court et moyen terme. Les technologies n’existant pas encore
pour réaliser de telles dispositifs connectés, cela montre pourtant que le thème de la miniaturisation a vocation
à rester une préoccupation pour la médecine. Trois technologies actuellement à l’étude ont particulièrement
retenu notre attention :

 Nanorobot chirurgien :

L’enjeu d’un tel dispositif est de créer un robot capable de travailler dans des veines et des artères pour soigner
localement des plaies, des déchirures musculaires, des fractures, des AVC, des caillots de sang et des hémorragies
internes. En somme l’ensemble des opérations chirurgicales sont susceptibles d’être un jour soignées par le biais
de ces petits robots. Un nanorobot est actuellement à l’étude par des chercheurs australiens de la Monash
University. Il possède 15 modules qui sont avalés par le patient avant de s’assembler dans l’intestin et d’effectuer
des opérations chirurgicales complexes. D’autre part des chercheurs américains et chinois ont développé un
nanorobot qui est en mesure de couper le système d’oxygénation d’une tumeur et donc d’en rétrécir sa taille.

 Poussière intelligente :

Figure de la science-fiction il y a encore quelques années, cette technologie à l’étude par GE Healthcare est un
composé de nano-ordinateurs munis d’antennes qui sont organisés en réseau. De la taille d’un grain de sable, ils
permettraient de gérer à terme des processus complexes, comme déceler et combattre un cancer débutant, ou
encore soulager la douleur d’une blessure. Cette voie est envisagée comme une sérieuse alternative à l’opération
chirurgicale. A l’arrivée, les bienfaits d’une opération sans incision, une douleur amoindrie pour le patient, et une
récupération plus rapide.

 Bracelet contre les cellules cancéreuses :


Etudié par Google X Labs, le laboratoire de nouvelles technologies du géant américain Google, le bracelet
connecté serait d’ici quelques années destinées à détruire les cellules cancéreuses. L’utilisateur devrait au
préalable ingérer des nanoparticules qui, une fois accrochées aux cellules cancéreuses repérées dans le corps du
patient, émettraient de la lumière. Puis ces nanoparticules parvenues au poignet car attirées par un aimant
spécifique situé dans le bracelet connecté seront ensuite éliminées et le cancer guéri.

Nombre d’applications pourraient être encore développées sur d’autres exemples. Ce qu’il faut retenir c’est
qu’une grande partie des applications dans le domaine de la santé sont encore à des stades de R&D plus ou moins
avancés. La commercialisation de ces technologies dépend notamment des évolutions réglementaires pour
autoriser les tests sur les corps humains. [48]

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 51


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

5.5 CONCLUSION

Si le domaine de l’IoT à haute valeur ajoutée porte un nom particulièrement vendeur, il concerne une multitude
de secteurs au premier rang desquels la santé connectée. La santé connectée promet un nombre conséquent de
solutions de soin afin de répondre aux exigences de bien-être du consommateur. Force est de constater que ce
secteur fortement concurrentiel est avare de communication technique. Pour autant nous avons eu l’occasion
de rencontrer certains industriels ravis d’échanger sur leur vision de l’IoT en particulier sur les deux sous-thèmes
de notre étude à savoir la miniaturisation et la puissance. [21]

Miniaturisation et puissance sont deux contraintes principales – et mêmes évidentes - pour le secteur de la santé
connectée. Ces contraintes n’ont pas de règle générale pour le secteur médical car elles sont propres à chaque
objet, application et technologie et donnent lieu à des spécifications particulières. [48]

La multitude de ces applications est de bon augure pour le soin et la prévention des maladies à l’aube de l’ère
des objets connectés. Cependant si chacune des entreprises ou des universités listées précédemment prétendent
d’ores et déjà disposer de technologies fonctionnelles, l’intégration de ces objets connectés dans le quotidien des
usagers prendra beaucoup plus de temps. On peut citer qu’un grand nombre de start-ups de l’e-santé sont issues
de groupes de recherche universitaires. Non seulement les patients doivent être formés, mais surtout et avant
toute chose les médecins et les professionnels du monde médical qui font preuve de scepticisme à l’égard de
technologies et d’entreprises, parfois prétentieuses et tablant sur les effets d’annonce, quant à leur capacité à
pouvoir de temps en temps remplacer telle ou telle médecine. [49]

Nous pouvons résumer l’ensemble de ces considérations avec le tableau suivant :

Figure 20 – Conclusion de la partie Santé connectée

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 52


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

6 LIMITES D’INTEGRATION DE L’IOT

Dans cette partie, nous montrons les limites et les freins de l’intégration de l’IoT dans les secteurs de l’étude. En
effet, bien que les aspects de miniaturisation et de puissance aient été mis en avant dans cette étude, d’autres
préoccupations sont mises en avant par les professionnels des différents secteurs. Nous présentons ici le
classement des préoccupations des secteurs étudiés et nous détaillons les freins à l’adoption massive de l’IoT.

6.1 CLASSEMENT DES PREOCCUPATIONS IOT

Les interviews réalisées nous ont permis d’établir (cf. la figure 21) le classement des préoccupations des
entreprises interviewées sur les questions d’IoT. Nous avons surtout regroupé les avis des entreprises des
domaines industriel et automobile en raison de leur convergence sur les questions de miniaturisation et puissance.
Cependant ces préoccupations sont aussi – en partie seulement – celles des industriels du secteur médical.

1. Cybersécurité

2. Coûts

3. Protocoles de communication

4. Disponibilité

5. Autonomie

6. Miniaturisation

Figure 21 – Classement des priorités sur le domaine IoT

On retrouve en première place la cybersécurité et tous les aspects liés à la sécurité en général, que ce soit au
niveau de la transmission des données, ou du traitement des données aussi bien en local qu’à distance. En seconde
place, les aspects liés aux coûts unitaires des objets IoT notamment pour le secteur automobile qui a besoin de
voir les coûts diminuer pour l’intégration mass-market. Puis viennent les protocoles de communication avec tous
les aspects d’uniformisation des protocoles, de développement de standards de communication et de personnel
qualifié pour travailler sur les protocoles existants pour réaliser les fonctionnalités nécessaires aux besoins des
entreprises. Ensuite viennent les aspects de disponibilité de l’information. En effet, les solutions IoT ne
garantissent pas la disponibilité permanente de l’information et par conséquent ne peuvent prétendre au
remplacement de solutions câblées pour toutes les fonctions de sécurité, de commande ou toute autre fonction
qui nécessite de l’information en continu.

Nous allons maintenant nous attacher à détailler 3 points spécifiques évoqués précédemment à savoir la sécurité,
la disponibilité et l’intégrité des données dans le cadre des solutions IoT.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 53


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

6.2 SECURITE DES TRANSMISSIONS

Les aspects de cybersécurité et de sécurité de manière générale sont revenus souvent dans les discussions que
nous avons eues avec les entreprises. En effet, le sujet est pris au sérieux par la plupart des entreprises.
Cependant, au-delà de dire qu’il faut sécuriser les données et les informations, il semblerait que sécurité soit une
boite noire à laquelle tout le monde porte de l’attention sans pour autant rentrer dedans. On arrive donc à des
solutions qui sont produites mais dont la sécurité n’est pas assurée faute d’experts et qui ne sont pas achetées
par les clients car cet aspect n’est pas garanti. Autre cas de figure, la solution est produite et vient avec une
garantie de sécurité, mais la sécurité vient avec un coût annuel quasi-égal au coût initial du produit. Dans ce
second cas, le coût s’explique par les coûts de maintenance des systèmes informatiques pour maintenir les bases
de données, infrastructures et systèmes afin de garantir la sécurité de l’ensemble. La sécurité est très souvent
traitée au niveau software uniquement, ainsi, il faut des personnes qualifiées pour assurer un maintien du niveau
des solutions.

Des recherches sont en cours pour proposer des processeurs qui réalisent des opérations d’encryptage et une
anonymisation des données avant envoi. Cependant, bien que ce type de solutions soit intéressant, il reste assez
peu déployé car la sécurisation passe majoritairement par des algorithmes implémentés dans le logiciel et non
pas par des puces dédiées ou par des processeurs qui intègrent directement ces aspects dans leur
fonctionnement.

Il est alors question de savoir quel coût attribuer à la sécurité des données qui sont captées et transmises. La
solution des puces dédiées à l’encryptage semble être intéressante à ce niveau-là, en effet les coûts sont intégrés
directement dans le produit initial et les coûts de maintenance liés à la sécurité diminuent fortement grâce à une
sécurité gérée par des solutions hardware en amont de la transmission des informations.

6.3 DISPONIBILITE DE L’INFORMATION

Un autre aspect très important, est celui de la disponibilité des données. Par exemple, bien que
technologiquement faisable, les robots dans les usines sont encore équipés de capteurs câblés et il n’est pas
encore à l’ordre du jour de remplacer ces câbles par des objets IoT qui permettraient de réaliser ces mesures.
L’une des raisons, avec les aspects d’intégrité que nous allons traiter dans la sous-partie suivante, est la
disponibilité des données. En effet, si vous pilotez le robot avec un capteur, vous avez besoin en permanence de
l’information captée et ne pouvez souffrir la perte de l’information sous peine de donner des commandes
erronées au robot ou bien d’interrompre le cycle de production.

Or, à l’heure actuelle, aucune solution IoT ne garantit la disponibilité des données captées par l’objet. On se
retrouve donc avec toutes les briques technologiques nécessaires pour réaliser la fonction, mais faute de garantie
sur la disponibilité de l’information, les solutions IoT ne sont pas utilisées pour de nouvelles applications. C’est
ainsi que la SNCF, bien que pionnier sur les sujets IoT, n’est à l’heure actuelle qu’aux débuts des études pour
l’intégration d’objets IoT dans les trames de trains pour remplacer à terme les réseaux câblés qui représentent
une masse conséquente. A l’heure actuelle, les IoT ne respectent que le niveau SIL 1 dont le détail est donné en
figure 22.

Faible sollicitation Forte sollicitation


SIL Probabilité moyenne de défaillance de la Probabilité de défaillance dangereuse
fonction (sur demande) (par heure)

1 ≥ 10−2 à < 10−1 ≥ 10−6 à < 10−5

2 ≥ 10−3 à < 10−2 ≥ 10−7 à < 10−6

3 ≥ 10−4 à < 10−3 ≥ 10−8 à < 10−7

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 54


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

4 ≥ 10−5 à < 10−4 ≥ 10−9 à < 10−8

Figure 22 – Niveau de sécurité SIL

La plupart des applications dans les trains sont de niveau SIL 2 voire SIL 3. On voit donc qu’il y a un gap de fiabilité
à franchir pour pouvoir déployer de l’IoT massivement pour remplacer les réseaux câblés.

Un autre aspect lié à la disponibilité des données est la prise en compte du débit. Dans le domaine du ferroviaire,
tout comme dans l’automobile, les entreprises réfléchissent au déploiement de réseaux fibrés pour être en
mesure de tenir des débits de données. Il est donc nécessaire que les solutions IoT prennent également cet
aspect de débit et de bande passante pour espérer pouvoir rivaliser avec les solutions câblées.

Des travaux sont donc nécessaires par les entreprises spécialistes des solutions IoT pour proposer des solutions
qui garantissent cette disponibilité des données pour s’assurer une chance de rentrer dans le marché de l’IoT
pour l’industrie, le ferroviaire ou l’automobile. Une solution hardware capable de garantir la disponibilité des
données devrait se déployer rapidement pour le remplacement des réseaux câblés qui est un véritable enjeu à la
fois d’un point de vue économique et du point de vue de la maintenance pour les secteurs automobile et
ferroviaire.

6.4 INTEGRITE DES DONNEES

Un dernier aspect plus rarement évoqué est celui de l’intégrité des données. De la même manière que la
disponibilité, les données transmises doivent être intègres, c’est à dire non-altérées par la transmission wireless.
Là encore, on ne voit presque aucune solution qui garantisse ce point-là. Pourtant, c’est un point central pour
toutes les applications industrielles, ferroviaires et automobiles. On peut reprendre l’exemple du robot industriel
pour se rendre compte du besoin. Supposons que l’un des capteurs soit un objet connecté mais qui n’est pas
intègre : la commande du robot sera faussée au moins autant que les données sont altérées par la transmission.

Là encore, la solution ne viendra pas du software pur mais bien aussi du hardware en proposant des protocoles
de communication ou bien des antennes qui garantiront cet aspect crucial pour que les solutions IoT puissent
être adoptées plus largement qu’elles ne le sont actuellement. Cependant, encore une fois pour garantir ce point
dans une solution, il faut en maitriser les aspects techniques au lieu d’aller prendre des briques technologiques
sur étagère et les intégrer uniquement pour que la solution fonctionne pour une application dédiée.

6.5 CONCLUSION

La plupart des systèmes IoT vus dans cette étude ne répond à aucun de ces 3 critères ou bien uniquement à un
seul (très souvent celui de la sécurité). On a donc un foisonnement d’objets IoT qui se développent mais
uniquement dans un but, celui de venir proposer un service supplémentaire mais non-critique et se rajouter sur
de l’existant. La quasi-totalité des solutions présentées dans cette étude n’est pas un système critique. Le dispositif
peut être retiré à tout instant sans que le système qu’il mesure, assiste, complète ne s’en trouve perturbé. Un
des rares exemples est la solution de Good Year, Chip in Tire, qui communique avec le calculateur des véhicules
et qui fournit donc des informations nécessaires pour les calculs ABS et ESP. Le retrait brutal ou l’interruption
de la communication entre les chips et le calculateur aura une influence sur les performances de ce dernier car
il manquera une donnée nécessaire à l’achèvement optimal des calculs.

Ce manque de certification ou de garantie sur les 3 aspects traités dans cette partie s’explique par les
préoccupations des entreprises conceptrices de solutions IoT. La tendance générale est de se focaliser sur le
capteur et sur le software que ce soit pour le stockage des données (base de données) ou leur exploitation (Big
Data, Machine Learning, etc.). Pour le reste des briques de la solution IoT (processeur, antenne, protocole de
communication, batterie), les entreprises vont aller prendre des composants sur étagères pour correspondre
aux besoins de l’application traitée et uniquement cette application. C’est ainsi qu’on peut voir que l’immense

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 55


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

majorité des solutions IoT vantent les mérites des capteurs et des solutions software associées mais très peu des
autres briques technologiques qui sont pourtant présentes dans leurs solutions.

Cependant, la maîtrise et la garantie de la sécurité, de la disponibilité et de l’intégrité des données sont bien les
3 freins qui empêchent l’IoT de passer de solutions « support », présentes pour acquérir de la donnée mais en
aucun cas l’interfacer avec le reste des systèmes, à des solutions qui permettent d’assurer les fonctions principales
des chaines industrielles, des voitures ou des trains. C’est seulement au prix d’une meilleure maîtrise et de
garanties sur les 3 aspects de cette partie que l’on pourra voir des objets IoT progressivement remplacer les
capteurs connectés par câbles dans les industries et ainsi s’imposer comme une solution intégrée directement
dans le produit vendu et non pas seulement comme un add-on qu’on rajoute en plus pour récolter plus de
données. On aura alors des robots avec des capteurs connectés à la fois à l’automate de pilotage du robot, mais
aussi à un serveur pour l’optimisation énergétique de l’usine. On pourra alors parler d’usines connectées car les
capteurs recueilleront et diffuseront des données non pas pour une application unique, mais bien pour toutes les
applications qui en ont besoin.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 56


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

CONCLUSION GENERALE

Cette étude a permis de mettre en lumière la place prépondérante de l’électronique dans les solutions
technologiques dédiées à l’internet des objets ainsi que de leurs évolutions.

Dans le secteur industriel, l’IoT est d’ores et déjà un élément central pour la conception de l’usine de demain et
apporte dès maintenant des solutions efficaces aux industriels osant tirer parti de cette technologie. On y observe
que les objets connectés ne sont pas sujets à de fortes contraintes de taille ou de consommation d’énergie. La
taille d’un objet est de l’ordre de la dizaine de centimètres et convient tout à fait. Les recherches du secteur
industriel portent plus sur l’intégration d’objets déjà existants que sur la conception de nouveaux objets.

Dans le secteur automobile, si les objets connectés paraissaient une évidence à première vue, les composants
présents dans une voiture ne sauraient être qualifiés à l’heure actuelle d’objets connectés car il leur manque cette
qualité de connectivité wireless indispensable à leur qualification en tant qu’objets IoT. Force est de constater
que le délai de leur intégration est non négligeable en raison du manque de positionnement sur ces sujets-là de
la part des États et des services publics. Cependant si ces objets ne sont pas encore vraiment existants dans
l’écosystème de l’habitacle de la voiture, ils ont déjà trouvé leur place en amont de la voiture dans la chaîne de
fabrication des pièces automobiles et sur des applications haut de gamme pour l’instant.

Finalement le secteur qui montre le plus un foisonnement d’objets connectés de toutes sortes et qui cherche à
développer le maximum de solutions technologiques innovantes est le secteur de la santé connectée. Ce secteur
témoigne d’une multitude de contraintes de miniaturisation et de puissance, propres chacune aux applications,
aux objets et aux maladies que les chercheurs essaient d’éradiquer.

Cependant, comme on a pu le voir dans la dernière partie de l’étude, l’adoption massive de l’IoT, non plus comme
solution complémentaire mais comme solution principale pour remplacer des fonctions remplies actuellement
par des systèmes non-IoT, ne pourra avoir lieu tant que les freins suivants n’auront pas été dépassés :

 Sécurisation des transmissions


 Disponibilité de l’information
 Intégrité des données

Sans des avancées et des garanties solides sur ces points-là de la part des fournisseurs de solutions, les clients
professionnels (B2B) ne s’aventureront pas dans l’IoT pour remplacer des fonctions potentiellement sécuritaires
par des objets IoT. Il y a donc un marché conséquent pour les entreprises qui réussiront à développer des
technologies qui répondent au moins à 2 des 3 freins.

Cette étude permet de conclure que l’IoT, selon le prisme miniaturisation et puissance, représente les challenges
suivants :

 Miniaturisation : mis à part pour la santé, la miniaturisation n’est pas recherchée pour une diminution
de l’encombrement mais uniquement dans une perspective d’industrialisation à moindre coût des
composants, le passage à des capacités de productions plus élevées (millions d’unités) et bien sûr la
diminution du prix unitaire des pièces
 Puissance : il y a un réel sujet dans tous les secteurs traités mais avec des besoins différents selon
l’approche qui a été prise.
o Dans la santé, il faut à la fois travailler sur les batteries pour qu’elles augmentent leur densité
énergétique et sur les harvesting systems pour les applications intra vivo
o Dans l’industrie, les batteries possèdent des autonomies convenables bien qu’une capacité de
stockage plus importante pourrait être utile à certaines applications
o Dans l’automobile, selon les applications, les harvesting systems pourraient être un marché
intéressant à explorer car ils résoudraient les problèmes de batteries qui commencent à se
poser aux constructeurs et équipementiers et qui empêchent actuellement de passer au mass-
market

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 57


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Le tableau ci-dessous résume les enjeux de miniaturisation et puissance pour les 3 secteurs étudiés.

Industrie Automobile Santé

Miniaturisation  Présent : suffisant  Extra vitro : suffisant


 Présent : suffisant
 Futur : insuffisant  < cm  Intra vitro : insuffisant 
 Futur : suffisant
pour nouvelles perspectives < mm voire μm

Puissance  Présent : suffisant  Extra vitro : suffisant


 Présent : suffisant
 Futur : suffisant + étudier  Intra vitro : insuffisant 
 Futur : suffisant
energy harvesting étudier energy harvesting

Figure 21 – Tableau synthèse

De manière général, la problématique de la miniaturisation et de la puissance existe bel et bien dans les secteurs
que nous avons pu explorer, mais à l’exception de la santé, les problématiques principales des clients d’objets
IoT sont plutôt tournées vers les enjeux de la communication, de la cybersécurité et bien sûr du prix. Ce sont
les premiers freins à l’acceptation et au développement à grand échelle.

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 58


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

BIBLIOGRAPHIE

[1] Solutions technologiques pour l’Internet des Objets – Etude ACSIEL CentraleSupélec 2016/2017
Jean-François Auplat, Santiago Olalde, Alexandre Roy
Avril 2017

[2] The Internet of Things Market


Digiworld
2017

[3] L’internet des objets 2018


La Revue de l’Electricité et de l’Electronique (REE)
Novembre 2017

[4] L’IoT industriel – Du PoC à l’industrialisation


Wavestone
Décembre 2017

[5]
https://www.digital.sncf.com

[6]
http://objenious.com

[7]
https://www.intesens.com

[8]
http://www.atim.com

[9]
http://www.traxens.com

[10]
https://www.invoxia.com

[11]
https://www.disruptive-technologies.com

[12] Entretien Fab IoT


Emmanuel Cox – IoT Program Manager – SNCF

[13] Entretien Fab IoT


Kadiatou Traoré - Digital Innovation Consultant – SNCF

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 59


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

[14] Entretien Fédération des Industries Ferroviaires


Cédric Giraud - Conseiller technique – FIF

[15] Entretien Fédération des Industries Ferroviaires


Luc Aliadière - Conseiller pour les Affaires Européennes - FIF

[16]
https://www2.deloitte.com/content/dam/Deloitte/tr/Documents/technology-media-telecommunications/iot-
whoownstheroad.pdf

[17]
http://eecatalog.com/automotive/2016/05/19/vehicle-to-everything-v2x-technology-will-be-a-literal-life-saver-
but-what-is-it/

[18]
https://www.lesnumeriques.com/voiture/pneu-connecte-manufacturiers-caoutchouc-ne-manquent-pas-d-air-
a3151.html

[19] https://www.goodyear.eu/corporate_emea/news-press/articles/goodyear-dunlop-reveals-intelligent-tire-
concept-at-geneva-motor-show-_156593

[20]
https://www.plasticomnium.com/images/pdf/press-releases/DP_PO_NAIAS_01_2018_V4_WEB_BD.pdf

[21] Entretien STM


Pascal Ribot, Strategic Marketing & Market development

[22] Entretien STM


Jochen Langheim, VP Advanced Systems R&D Programs

[23] Entretien Michelin


Emmanuel Théry, Connected Innovation Leader

[24] Entretien Plastic Omnium


Jean-François LAVIGNE, Innovation Manager

[25]
https://www.medissimo.fr/boutique-medissimo/offre-dachat-imedipac

[26]
https://pharmagest.com/solutions/dopill-pilulier-connecte

[27]
http://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/accident/chutes-personnes-agees/quels-chiffres

[28]
http://www.teleassistance-directe.fr/montremoi-une-montre-connectee-de-teleassistance-au-service-des-seniors

[29]
http://www.frequenceoptic.fr/actualites/a-las-vegas-atol-se-fait-bien-voir-avec-ses-lunettes-senior-care.html

[30]
https://www.zembro.com

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 60


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

[31]
http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/migraine/articles/8384-migraine-chiffres.htm

[32]
https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/la-migraine-un-mal-mysterieux-pour-83-des-
francais_1192253.html

[33]
http://www.cefaly.com

[34]
https://www.reliefband.com/collections/reliefband/products/reliefband%C2%AE-2-0

[35]
http://microchipsbiotech.com/technology.php

[36]
https://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-un-implant-contraceptif-telecommande-et-efficace-pendant-
ans_13885.html

[37]
https://www.kapcode.fr/connectinh

[38]
https://support.propellerhealth.com

[39]
https://lemoncurve.com/blog/2016/01/04/soutien-gorge-connecte

[40]
http://www.lbti.com/first-warning-system

[41]
http://sciencepost.fr/2017/05/eva-soutien-gorge-detecter-symptomes-cancer-sein

[42]
http://www.sudouest.fr/2016/07/26/e-skin-bientot-c-est-votre-peau-qui-sera-connectee-2447691-3.php

[43]
https://xenoma.com

[44]
http://www.diabeloop.fr

[45]
https://www.univadis.fr/viewarticle/le-pancreas-bionique-bi-hormonal-plus-efficace-que-la-pompe-a-insuline

[46]
https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2014/12/18/le-pancreas-bionique-bi-hormonal-une-
revolution-pour-les-diabetiques_719696

[48] Entretient Passive Integrated Solutions


Franck Murray – CEO

[49] Entretien Smith Interconnect


Michel Ramez – Sales Director

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 61


Solutions technologiques pour l’Internet des Objets

Auteurs : Thomas CUSSON, Léonard DECAZES, Soufiane HARGUIL 62