Vous êtes sur la page 1sur 16

Introduction :

La notion de l'économie circulaire provient de l'idée à laquelle un déchet, une fois


convenablement traité, redevient une source, concevant une boucle dans la chaine de
production et de consommation Figure 1 (Institut Montaigne, 2016).

Institut Montaigne, 2016. Économie circulaire, réconcilier croissance et environnement


http://www.institutmontaigne.org/ressources/pdfs/publications/rapport-economie-circulaire.pdf

Schéma de l’économie circulaire

Source : Ellen MacArthur Foundation, 2017

Source: https://www.ellenmacarthurfoundation.org/fr/economie-circulaire/ressources

Pour affluer à la définition adoptée dans cet essai, il est à noter que : « la transition vers une
économie circulaire se résume à l’ensemble des transformations qui permettent de poursuivre
la création de valeur pour les différents acteurs économiques (dont les consommateurs
finaux), en préservant le capital naturel et en utilisant de moins en moins des ressources
existant en quantité limitée » (Institut Montaigne, 2016).
Dans ce projet nous allons également se focaliser sur la stratégie de l'économie circulaire, en
ce sens, elle propose des solutions concrètes à travers des démarches opérationnelles telles
que le recyclage, le réemploi, la réutilisation, l'éco-conception, l'écologie industrielle et
territoriale, mais aussi une composante essentielle en faveur de création d'emplois. Parmi on
peut citer :

1- Economie de fonctionnalité : (ou économie de performance) « qui vise à découpler la


croissance économique de la consommation des ressources et des externalités
environnementales en créant des modèles d’affaires fondés sur la vente d’un service plutôt
que du produit fini » (Sauvé et al 2016).

2- Economie de partage: s'appuie sur la liaison de l'usage au détriment de la possession. À


titre d'exemples : les domaines d'activités les plus dominants de l'économie du partage sont les
sites d'hébergement entre particuliers, les sites de covoiturage ou de location entre particuliers
(bateau, camping-car).

3- Symbiose industrielle: vise donc à mettre en commun les ressources ou des infrastructures
des entreprises afin de partager les couts. À titre d’exemples : la complémentarité de partage
de besoins, qui va donc à échanger des matières premières, de l'eau, de l'énergie, ou encore
des services provenant de leur activité industrielle, le partage des éco-innovations, des
connaissances et des procédés techniques.

Le concept de l’économie circulaire s’inspire de la formulation et de la théorie cradle to cradle


(Du berceau au berceau) (Bonet et al., 2014), qui est une partie de l'éco-conception qui
consiste à intégrer l’environnement dès l’introduction d’un produit ou service, lors de toutes
les étapes de son cycle de vie (Levy et Aurez, 2014), et d'un concept d'éthique
environnementale  qui intègre, à tous les niveaux, de la production et de la réutilisation des
produits, le principe de zéro pollution et de 100 % réutilisé.

L’économie circulaire est un système plus respectueux de l’environnement qui s’oppose au


système économique linéaire basé sur l’idée d’une planète offrant des réserves de ressources
naturelles infinies. Pour cela, l’exploitation des matières résiduelles dessinera les contours
d’une véritable économie circulaire des déchets (D’Arras, 2008)

Au cours des dernières années, le Québec s’est résolument engagé dans la voie du
développement durable, la nouvelle Loi sur la qualité de l'environnement (LQE) qui est entré
en vigueur se base à doter le Québec d'un régime d'autorisation clair, prévisible, optimisé et
conforme aux plus hauts standards en matière de protection de l'environnement, qui
s’intègrent dans la Stratégie gouvernementale de développement durable 2008-2013
(Gouvernement du Québec, 2017). Et en faisant adopter proportionnellement le règlement sur
l'enfouissement et l'incinération de matières résiduelles (REIMR) dont plusieurs nouvelles
normes sont renfermées pour l'aménagement et l'exploitation des installations d'élimination
régies, offrant une meilleure sécurité pour les personnes et l'environnement.

Cet avisé juridique a conduit à l’émergence d’une économie verte fondée sur le respect de
l’environnement dans le processus du développement économique. " La Politique québécoise
de gestion des matières résiduelles devient un outil supplémentaire pour bâtir cette nouvelle
économie en permettant au Québec de tirer pleinement parti de ses ressources"
(Gouvernement du Québec, 2017).

Dans la même politique, le projet Économie circulaire-Capitale-Nationale, mené par le


Conseil régional de l'environnement de la Capitale Nationale vise à multiplier les échanges de
matières. Ainsi, le projet que propose le CRE-Capital-Nationale se réfère à la mise en relation
les entreprises afin que celles-ci "puissent utiliser les déchets des unes comme matière
première dans leurs procédés industriels. Cette démarche permettra une diminution
significative de la production de matières résiduelles générées par secteur industriel à Québec.

En effet, le secteur des industries, commerces et institutions de la communauté métropolitaine


de Québec (CMQ) génère annuellement 200 000 tonnes métriques de matières recyclables ou
valorisables ce qui représente le potentiel de l'économie circulaire (CRE,2018). « Cela
signifie d'une part une diminution des coûts d’approvisionnement et de gestion des matières
résiduelles des entreprises et d'autre part un désengorgement significatif de l’incinérateur de la
Ville de Québec et une prolongation certaine de la durée de vie du lieu d’enfouissement
technique » (CRE,2018).

On note que la CMQ dispose de deux installations d’élimination un incinérateur d’une


capacité annuelle de 280 000 tonnes et un lieu d’enfouissement technique, pour l’instant, ces
installations suffisent à traiter les 575 000 tonnes de matières générées sur le territoire, dans
les horizons de 2021 une quantité de 656 000 tonnes est estimée ce qui risque l’insuffisance
de ces installations à répondre aux besoins d’élimination de matières résiduelles.
En 2013, l'agglomération de Québec qui inclut les territoires de la ville du Québec, de la ville
de l'Ancienne-Lorette et de la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures, la Ville de Lévis ainsi
que les MRC de La Côte-de-Beaupré, de la Jacques-Cartier et de l'île d'Orléans ont généré
1 241 000 tonnes de matières résiduelles (MARTIN Stéphanie, 2014).

Le taux global de récupération (la quantité totale de matières résiduelles valorisées par rapport
à celles générées) pour l’ensemble de la communauté métropolitaine de Québec est de 43 %,
Figure 2, Selon le bilan 2013, le plan de gestion des matières résiduelles de la Communauté
Métropolitaine de Québec rive-nord (CMQ, 2014). Le tableau 1 présente les quantités de
matières résiduelles mises en valeur et éliminées sur l’ensemble de territoire de la CMQ.
En 2013, l’agglomération de Québec a générée 323909 tonnes de matières résiduelles (30%)
repartis dans le secteur résidentiel, 344921 tonnes (31%) dans les secteurs institutionnel,
commercial et industriel (ICI)et une quantité de 425059 tonnes (39%) dans les secteurs
constructions, rénovations et démolitions (CRD). Le tableau 1 suivant illustre le mode de
gestion de matières résiduelles générées selon le secteur et le mode de gestion. 53% de ces
matières sont récupérées, 524152 tonnes sont éliminées et 560738 tonnes mises en valeur.

Secteur Résidentiel ICI CRD

Mode de gestion
Élimination 71% 57% 21%
Valorisation 4% 24% 4%
Recyclage 16% 19% 75%

Pour ce qui de la Ville de Québec, « La quasi-totalité des matières résiduelles gérées par la
Ville de Québec est traitée à l’incinérateur. En 2012, alors que la Ville envoyait à
l’incinérateur 245 380 tonnes de matières résiduelles, elle n’envoyait directement à
l’enfouissement que 1 520 tonnes, soit moins de 1 % de l’ensemble des matières résiduelles à
gérer » (GAGNON François, 2014).

En 2016, 112946 tonnes de matières résiduelles de la Ville de Québec venaient des ordures
ménagères, 129041 tonnes des industriel, commercial et institutionnel (ICI), et 34642 tonnes
provenaient des constructions, rénovations et démolitions (CRD) (MDDELCC,2016).
Tu passes du concept de l’économie circulaire général à la gestion des matières résiduelles de la Ville
de Québec trop rapidement. Un paragraphe de sujet posé et sujet divisé serait nécessaire. Pour
faciliter la transition n’hésite pas mentionner le contexte de l’étude, soit le projet Économie circulaire
– Capitale-Nationale, une initiative parmi d’autres dans la communauté Synergie Québec.

Afin de se diriger vers une économie circulaire des matières résiduelles dans la Ville de
Québec, une introduction de ces derniers dans un nouveau cycle de vie est cruciale. Cet essai
sera un outil supplémentaire qui aidera au développement du projet Économie circulaire –
Capitale-Nationale, principalement pour identifier le potentiel de gisements de matière. Le
secteur à l’étude, sera.

Afin de se diriger vers une économie circulaire des matières résiduelles dans la Ville de
Québec, la conception d’une stratégie de gestion des matière résiduelles qui assure une
symbiose et un partage de matières résiduelles entre les industries, commerces et institutions
qui existent sur le territoire à étude est nécessaire, dans ce contexte, cet essai , vise
principalement à identifier le potentiel de gisements de matière qui servira par la suite à donner
une deuxième vie aux matières générées sur le territoire de parc industriel de Beauport, cela en
les introduire dans la boucle de production des entreprises. Cet essai sera un outil
supplémentaire qui aidera au développement du projet Économie circulaire – Capitale-
Nationale, principalement pour identifier le potentiel de gisements de matière

 Sujet posé = la symbiose industrielle comme stratégie de gestion des matières


résiduelles dans les industries, commerces et institutions (n'hésite pas à introduire
le projet Économie circulaire - Capitale-Nationale pour faciliter la transition et
bien encrer ton projet de recherche)
 Sujet divisé = énumération et explication des chapitres qui viennent
1.1 Objectif principal de l’essai

L’objectif principal de l’essai est d’identifier à partir des matières résiduelles générées sur le
territoire ciblé (Parc industriel de Beauport) les gisements potentiels et de produire une
analyse des priorités de « marché » des ressources dans un contexte d’économie circulaire.

1.2 Objectifs spécifiques

Dans le cadre de cet essai, les objectifs spécifiques identifiés sont les suivants:

1. Cartographier l’occupation du territoire à l’étude et les gisements potentiels sur le


territoire à l’étude;

2. Établir les volumes générés et le type de gestion actuel par type des matières
résiduelles;

3. Développer une grille d’indicateurs visant à évaluer les matières à introduire en


priorité dans une symbiose industrielle.

0 Méthodologie

3.1 Cartographie de l’occupation du territoire


L’occupation du territoire sera cartographiée à l’aide du logiciel ArcGIS. Les données
géospatiales seront récoltées sur le site web de la Ville de Québec et sur le site Géoindex. Les
principales données cartographiées comprendront l’occupation du territoire, le réseau routier,
les zones végétalisées, la localisation des différentes entreprises les lieux publics, les
arrondissements, l’utilisation du sol, les voies ferrées, etc.

La première étape de l’étude sera de localiser les entreprises sur le territoire et d’identifier leur
secteur d’activité. Par la suite, à partir d’analyses comparables, il sera possible d’estimer les
matières résiduelles générées (type et volume). Les gisements potentiels seront donc
cartographiés et classifiés selon la nature de la matière et des quantités générées.

3.2 Établir les volumes générés et le type de gestion actuel


par type des matières résiduelles

Les modes de gestion des matières résiduelles soit l’élimination, la valorisation ou le recyclage
sur le territoire à l’étude seront analysés. Une attention particulière sera accordée aux volumes
de matières résiduelles générés dans le secteur à l’étude et si il y’a lieu le type et la
composition de cette dernière.

3. 3 Évaluer les matières à introduire en priorité dans une


symbiose industrielle

À l’aide d’une grille de critères, les matières résiduelles qui offrent le plus grand potentiel
d’échange entre les entreprises situées sur le territoire d’étude seront ciblées. À cette fin, une
grille d’évaluation multi-critère sera élaborée à partir de critères retrouvés dans la revue de
littérature.

4.0 Résultats escomptés


Cette étude vise à identifier les matières résiduelles offrant le plus grand potentiel et qui
peuvent s’introduire dans la boucle de l’écologie industrielle. Et qui servira par la suite le
projet Économie circulaire-Capitale-Nationale dans l'identification des priorités d'actions en
fonction des gisements identifiés. De l'accueil réservé à cette action dépendra des articulations
qui assureront la réussite d'implantation de projets afin de présenter par la suite le meilleur
plan selon les données et les caractéristiques de la zone d'étude dans la ville de Québec.

5.0 Disciplines de l’essai


La géomatique et la géographie sont les deux disciplines prises en compte dans cet essai. La
réalisation des cartes du territoire permettra d’analyser le degré de proximité des principaux
acteurs et étudier les possibilités de jumelage par type des déchets produits.
6.0 Superviseur pressenti
À ce stade-ci du projet, aucun superviseur n’a encore été identifié. L’expertise externe en
économie circulaire sera assurée par le Conseil régional de l’environnement – Capitale-
Nationale, porteur du projet Économie circulaire – Capitale-Nationale, et ses conseillères en
économie circulaire, soit Audrey Roberge et Catherine Claveau Fortin. Un deuxième
superviseur sera identifié prochainement.

7.0 Échéancier proposé pour la réalisation de l’essai


Pour la réalisation de l’essai, un échéancier sommaire des principales activités menant au
dépôt final, est inscrit dans le Tableau 1. Le dépôt initial se fera d’ici le 25 Mai 2018 et le
dépôt final d’ici le 29 Juin 2018.

Tableau 1. Échéancier proposé pour la réalisation de l’essai.

Activités Date début Date de fin

Session d’inscription à l’essai 12 Janvier 2018 15 Janvier 2018

Analyse des données 01 Mars 2018 01 Avril 2018

Cartographie 01 Mars 2018 01 Mai 2018

Analyse des priorités… 01 Mai 2018 15 Mai 2018

Rédaction de l’essai 01 Mars 2018 15 Mai 2018

Dépôt initial 25 Mai 2018 29 Mai 2018

Corrections de l’essai 29 Mai 2018 25 Juin 2018

Dépôt final 25 Juin 2018 15 Juillet 2018


Bibliographie

Ellen MacArthur Foundation , 2017. Économie circulaire : pour en savoir plus sur l’économie circulaire.
Source: https://www.ellenmacarthurfoundation.org/fr/economie-circulaire/ressources

AECOM Tecsult Inc, 2010, Gestion des matières organiques - Ville de Québec. P9.

page consultée le 03 Mars 2018, repéré à:

https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/matieresresiduelles/matieres_organiques/docs/12_Tecsult_Gestion%20des%20MO.pdf

BONET Dominique, PETIT Isabelle, LANCICI Agnès, (2014). L’économie circulaire : quelles mesures de la performance économique,
environnementale et sociale, Revue française de gestion industrielle, Association française de gestion industrielle, 2 p.

CLEMENT Monique, (2008). Introduction à la gestion des matières résiduelles. [Version en fichier PDF]. 3 P.
CRE-capitale, (2018), Notre équipe et ses bénévoles. [En ligne]. Page consultée le 05 Février 2018, repéré à http://www.cre-
capitale.org/equipe-et-benevoles/

Communauté métropolitaine de Québec, 2014, Plan de gestion des matières résiduelles de la CMQ RIVE-NORD : Bilan 2013. P3. [En ligne]. Page
consultée le 03 Mars 2018, repéré à:

https://static1.squarespace.com/static/57f5a79e6a49633bcbec59be/t/5867e3f29f7456495137816e/1483203573554/Bilan_GMR_2013_web.p
df

D’ARRAS Diane, (2008). Les déchets, sur la voie de l'économie circulaire. Annales des Mines - Réalités industrielles. [Version en fichier PDF]. 44
P.

DOI : 10.3917/rindu.084.0042.

GAGNON François, 2014. Rapport annuel du vérificateur général de la ville de Québec, gestion des matières résiduelles à l’incinérateur. [En
ligne]. P75. Page consultée le 03 MARS 2018, repéré à:

https://www.ville.quebec.qc.ca/publications/docs_ville/VG_Rapport2014_t2.pdf
Gouvernement du Québec, (2017). Politique québécoise de gestion des matières résiduelles Loi sur la qualité de l’environnement. [En ligne].
Page consultée le 18 Février 2018, repéré à http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cr/Q-2,%20r.%2035.1

LEVY Jean-Claude, AUREZ Vincent, (2014). L’économie circulaire : un désir ardent des territoires. Paris, France : Presses des Ponts, 93 p.

MARTIN Stéphanie, 17 septembre 2014, « La récupération en recul à Québec », Le Soleil. [En ligne]. Page consultée le 03 Mars 2018, repéré à :

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/747660/gestion-dechet-incinerateur-2022-plan-metropolitain

MDDELCC,2016. Élimination par catégorie de matières résiduelles au Québec par municipalité - Année 2016. [En ligne]. Page consultée le 03
Mars 2018 repéré à:
http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/matieres/donnees-elimination/Tonnages-2016_MUNS.pdf

RECYC-Québec,2017. Lexique. [En ligne]. Page consultée le 18 Mars 2018 repéré à : https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/haut-de-
page/lexique

SAUVE Sébastien, NORMANDIN Daniel et MCDONALD Mélanie, (2016). L’économie circulaire : une transition incontournable. [Version en
fichier PDF]. 152 p.

Ville de Quebec,2017. Matières résiduelles : Une gestion proactive. [En ligne]. P1. Page consultée le 03 Mars 2018, repéré à:
https://www.ville.quebec.qc.ca/publications/bulletin_municipal/docs/20171120_special.pdf
Annexe : Carte conceptuelle de l’essai.

Carte conceptuelle de l’essai.


Auteur : Abderrahim Hamdad.
http://www.institutmontaigne.org/ressources/pdfs/publications/rapport-economie-circulaire.pdf

https://missionreduction.com/sites/missionreduction.com/files/styles/Bilan_GMR-2016.pdf

http://www.cre-capitale.org/economie-circulaire/