Vous êtes sur la page 1sur 2

Je suis gynécologue obstétricien à la maternité de l'Hôpital Franco-Britannique à

Levallois, hôpital privé mais à but non lucratif, comme l'IMM ou La Croix saint Simon.

Je voulais vous dire comment l'ensemble des soignants vient travailler avec ce mélange
de peur et volonté de soigner, nous sommes dans cette crise au coeur de notre métier
mais nous avons peur d'être infecté et d'infecter notre famille.

Mais ce qui m'a le plus choqué, c'est de voir sur le chemin de l'hôpital de nombreuses
personnes avec des masques FFP2. J'habite Asnières-sur-Seine et j'ai vu trois employés
municipaux avec des masques FFP2, dont un qui balayait la rue seul en plein air, donc
avec un risque nul... J'ai vu plus de masque FFP 2 dans la rue que nous en avons à
l'hôpital !!!!
Dans mon hôpital, il nous reste des masques pour 4 jours, il semble que dans certaines
réanimations parisiennes, il n'y a plus de masque FFP2. 

Ces fameux masques FFP2 sont réservés à des soins sur des patients infectés, des soins
en rapport avec la sphère ORL ou les poumons. Nous les prenons en maternité pour des
prélèvements diagnostiques ou pour les accouchements de patientes infectées.

J'ai l'impression d'une profonde injustice lorsque que nous venons soigner et que l'on ne
peux assurer notre propre sécurité au travail.

J'ai écrit à la mairie d'Asnières. Il serait bon de vérifier que les mairies n'ont pas des
stocks de masques notamment FFP2 et de leur demander de les envoyer à l'hôpital.

Peut-être ces employés que j'ai vus se sont procuré par eux-mêmes ces masques FFP2
mais peut-être c'est la mairie qui leur donne...

Si les mairies souhaitent protéger leur personnel, ce qui est normal, de simples masques
chirurgicaux suffisent. 

De même, dans les bureaux de vote la semaine dernière, il y avait plein de solutions
hydro alcoolique alors que nous sommes rationnés à l'hôpital.

Si les mairies ont des stocks, qu'elles les partagent avec les soignants. Je pense que de
votre côté, en tant que journalistes, vous pouvez nous aider la dessus.

Il faut nous assurer le minimum de sécurité au travail à l'hôpital. C'est la base, c'est vital.
Lorsque les soignants tombent malade, il ne reste plus personnes pour soigner et les
gens mourront encore plus.

Nous sommes à l'orée d'une crise sanitaire énorme, l'hôpital se tend de plus en plus. 
La population doit se responsabiliser et cette responsabilité, elle, n'est pas personnelle,
elle est collective. Nous devons penser collectif pour nos aînés et nous confiner. 
L'idéal, mais nous en sommes loin, est que tout le monde puisse porter un masque
chirurgical comme en Chine ou en Corée. Plutôt que chacun pense à lui et se procure
comme il peut un masque FFP2 qui manque du coup au soignant, qui est cher et rare, il
faut "simplement" porter un masque chirurgical qui n'est pas cher, d'où l'intérêt des
masques en tissus que l'on peut faire.

Il faut révolutionner nos mentalités et faire comme en Asie mais nous assurer les moyens
de la faire. Ce qui va être compliqué dans les semaines qui viennent.

Il y a un réel effort pédagogique à faire pour expliquer et expliquer encore le mode de


propagation du virus et les mesures barrière notamment celle sur les masques et les
différents types de masques.

Que les gens comprennent qu'en privant les soignant de masques FFP 2, ils se mettent
en danger eux-mêmes. Car il n'y aura plus de soignant pour les soigner lorsque,
éventuellement, leur tour viendra d'être infecté.

Merci de ce que vous faites pour nous.


Dr Clément
Ps : je vous écris par mail mais vous pouvez me citer, l'anonymat m'importe peu