Vous êtes sur la page 1sur 28

TXM1221D

LE SYSTÈME NERVEUX
NOTES DE COURS
Marie-Claude Morissette
TABLE DES MATIÈRES

Objectifs de la séance ...................................................................................................................................................................................................................................................................... 3


2.0 Introduction ............................................................................................................................................................................................................................................................................... 4
2.1 Le système nerveux ................................................................................................................................................................................................................................................................... 4
2.1.0 Le système nerveux ............................................................................................................................................................................................................................................................ 4
Le système nerveux central (SNC) ........................................................................................................................................................................................................................................... 4
Le système nerveux périphérique (SNP) ................................................................................................................................................................................................................................. 5
Les systèmes sympathique et parasympathique .................................................................................................................................................................................................................... 5
2.1.1 Le cerveau........................................................................................................................................................................................................................................................................... 7
2.1.2 Le neurone ............................................................................................................................................................................................................................................................................ 11
Le neurone : l’influx nerveux ................................................................................................................................................................................................................................................. 11
2.1.3 La communication interneuronale ................................................................................................................................................................................................................................... 12
La synapse.............................................................................................................................................................................................................................................................................. 12
2.1.4 Les neurotransmetteurs ................................................................................................................................................................................................................................................... 14
Les caractéristiques et fonctions du neurotransmetteur ...................................................................................................................................................................................................... 14
La bonne clé pour la bonne serrure ...................................................................................................................................................................................................................................... 15
Les trois types de neurotransmetteurs ................................................................................................................................................................................................................................. 16
2.2 Sites d’action des substances psychotropes ........................................................................................................................................................................................................................... 17
2.2.1 Neurotransmetteurs et psychotropes .............................................................................................................................................................................................................................. 20
La dopamine .......................................................................................................................................................................................................................................................................... 20
Le glutamate .......................................................................................................................................................................................................................................................................... 21
Le GABA ................................................................................................................................................................................................................................................................................. 22
La noradrénaline.................................................................................................................................................................................................................................................................... 23
Les antidépresseurs tricycliques et la cocaïne ...................................................................................................................................................................................................................... 24
La sérotonine ......................................................................................................................................................................................................................................................................... 24
Le mécanisme d’action des psychotropes ............................................................................................................................................................................................................................. 24
2.3 Cheminement d’une substance psychotrope.......................................................................................................................................................................................................................... 26
2.4 Conclusion ............................................................................................................................................................................................................................................................................... 26
2.5 Références ............................................................................................................................................................................................................................................................................... 27

TXM1221D Notes de cours


Page 2 sur 28
OBJECTIFS DE LA SEANCE
À la fin de cette séance, vous devriez être en mesure de :

 Identifier les éléments principaux de l’organisation du système nerveux


 Décrire le système de protection et la composition du cerveau
 Déterminer les cibles sur lesquelles les substances psychotropes agissent
 Décrire l’influence des substances psychotropes sur le processus de communication
 Énumérer les événements engendrés par l’administration d’un psychotrope

TXM1221D Notes de cours


Page 3 sur 28
2.0 INTRODUCTION

Dans la première séance, nous nous sommes familiarisés avec les substances dites psychotropes et nous avons analysé divers types de classification de ces substances. À l’aide de
différents exemples, nous avons vu que toutes ces substances agissent sur le système nerveux central, et plus spécifiquement au niveau du cerveau.

Dans cette séance, divisée en trois grandes parties, nous approfondirons nos connaissances en analysant ce qui se passe à partir du moment où une substance psychotrope est
administrée jusqu’à son action dans l’organisme. Pour ce faire, nous analyserons l’organisation et le fonctionnement du système nerveux qui, comme nous l’avons vu à la séance
précédente, est au cœur de l’action des substances psychotropes (section 2.1), puis nous verrons de façon sommaire quelles sont les cibles sur lesquelles les substances psychotropes
agissent (section 2.2). Enfin, nous suivrons, à titre d’exemple, le cheminement d’une substance psychotrope dans l’organisme (section 2.3).

2.1 LE SYSTEME NERVEUX

2.1.0 LE SYSTEME NERVEUX

Le système nerveux permet à notre organisme de percevoir des sensations, de penser et d’effectuer tous les mouvements, qu’ils soient volontaires ou involontaires. Il est composé de
l’encéphale, de la moelle épinière et des nerfs. Le fonctionnement de cet ensemble repose principalement sur les neurones, des cellules spécialisées capables de communiquer entre
elles par un langage chimique et électrique. Sur le plan anatomique, le système nerveux est formé du système nerveux central (SNC) et du système nerveux périphérique (SNP). Nous
pouvons comparer le système nerveux à un centre de contrôle aérien. Le contrôleur aérien reçoit du pilote les informations concernant sa position en vol, la quantité d’essence
restante, un problème technique, s’il y a lieu, etc. Le contrôleur aérien interprète et analyse l’information reçue et prend une décision qu’il pourra retransmettre au pilote. Le pilote
exécutera la directive reçue. Détaillons un peu plus le rôle du SNC et du SNP afin de nous aider à mieux comprendre cette analogie.

Le système nerveux central (SNC)


Le système nerveux central (SNC) comprend l’encéphale (cerveau, cervelet et tronc cérébral) et la moelle épinière. C’est principalement à ce niveau qu’agissent les substances
psychotropes. L’encéphale est composé de matière grise qui comprend les corps cellulaires des neurones (responsable du traitement de l’information) et de matière blanche qui est
principalement constituée des axones des neurones (responsable de la transmission de l’information). Il est protégé par de multiples couches : le crâne, le liquide céphalorachidien, la
barrière hématoencéphalique, etc. L’encéphale intègre l’information et élabore une réponse motrice qui sera redirigée vers le SNP. Il a également la responsabilité de coordonner les
différents systèmes du corps. La moelle épinière a pour principale fonction de transmettre l’influx des nerfs sensitifs à l’encéphale, et de transmettre l’influx de l’encéphale aux nerfs
moteurs.

TXM1221D Notes de cours


Page 4 sur 28
Le système nerveux périphérique (SNP)
Le système nerveux périphérique est constitué des fibres nerveuses qui ne font pas partie de l’encéphale et de la moelle épinière. Il comprend deux voies principales : la voie sensitive et
la voie motrice. Les nerfs sensitifs permettent le passage de l’influx des organes des sens vers la moelle épinière puis vers l’encéphale.

Des nerfs moteurs acheminent l’influx nerveux du SNC aux muscles et aux glandes. Parfois, des nerfs sensitifs et moteurs sont regroupés dans de plus gros nerfs que l’on appelle nerfs
mixtes. Les voies efférentes se divisent en deux parties : les voies efférentes somatiques et autonomes. Les voies efférentes autonomes se divisent elles-mêmes en deux catégories : les
efférences sympathiques et les efférences parasympathiques.

Le cheminement de l’information comporte trois étapes :


1. l’entrée (la perception) ;
2. le traitement de l’information ;
3. la sortie (la réponse élaborée).

Les systèmes sympathique et parasympathique


« Le système sympathique : Son activation prépare l’organisme à l’activité physique ou intellectuelle. Devant un stress important, c’est lui qui orchestre la réponse de fuite ou de lutte. Il
dilate les bronches, accélère l’activité cardiaque et respiratoire, dilate les pupilles, augmente la sécrétion de la sueur et la tension artérielle, mais diminue l’activité digestive. Il est
associé à l’activité de deux neurotransmetteurs : la noradrénaline et l’adrénaline. » Le cerveau à tous les niveaux (2015) Le système nerveux. Repéré à
http://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a_01/a_01_cr/a_01_cr_ana/a_01_cr_ana.html

« Le système parasympathique : Son activation amène un ralentissement général des fonctions de l’organisme afin de conserver l’énergie. Ce qui était augmenté, dilaté ou accéléré par
le système sympathique est ici diminué, contracté ou ralenti. Il n’y a que la fonction digestive et l’appétit sexuel qui sont favorisés par le système parasympathique. Ce dernier est
associé à un neurotransmetteur : l’acétylcholine. » Le cerveau à tous les niveaux (2015) Le système nerveux. Repéré à
http://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a_01/a_01_cr/a_01_cr_ana/a_01_cr_ana.html

La plupart du temps, les systèmes sympathique et parasympathique ont des actions antagonistes, c’est-à-dire opposées l’une à l’autre.

TXM1221D Notes de cours


Page 5 sur 28
Il est important de savoir que l’effet principal des psychotropes se situe au
niveau du SNC. Par contre, les effets secondaires observés sont
principalement liés au système nerveux autonome : sympathique et
parasympathique.

Par exemple, la cocaïne produira l’euphorie recherchée, mais entraînera


également une accélération du rythme cardiaque et de la respiration et une
dilatation des pupilles, des effets qui sont produits suivant l’activation du
système sympathique.

Tout comme la cocaïne, l’héroïne produira l’euphorie recherchée grâce à


l’activation du SNC, mais l’activation du système parasympathique
provoquera une constriction de la pupille, un ralentissement du rythme
respiratoire et de la constipation.

Organes
reproducteurs

TXM1221D Notes de cours


Page 6 sur 28
2.1.1 LE CERVEAU

Le cerveau comprend essentiellement le tronc cérébral et les deux hémisphères. Il est le principal organe du système nerveux. Il est grisâtre, composé de sillons, et de texture plutôt
gélatineuse.

Le cerveau est l’organe le plus sensible. Trois niveaux de protection assurent la préservation de son intégrité :

 La boîte crânienne, qui protège le cerveau.

 La barrière hématoencéphalique (BHE), qui est composée de cellules


endothéliales, reliées entre elles par des jonctions serrées ; elle constitue un filtre
extrêmement sélectif qui laisse passer uniquement les très petites particules
(petits acides aminés) et les molécules liposolubles (barrière composée de lipides).
Les psychotropes capables d’atteindre le SNC doivent être très petits ou
liposolubles.

 Le liquide céphalo-rachidien, qui circule librement de l’intérieur vers l’extérieur du


SNC. Son rôle consiste à absorber et amortir les mouvements ou les chocs qui
risqueraient d’endommager le cerveau, à éliminer les déchets provenant du
cerveau, et à fournir les nutriments servant au maintien de l’homéostasie du
cerveau. Il joue également un rôle de protection immunologique.

© Dr Michel Royon Image modifiée

TXM1221D Notes de cours


Page 7 sur 28
Le cerveau est composé de plus de 100 milliards de cellules. Les cellules spécifiques au SNC sont les neurones et les cellules gliales. Le neurone est composé de dendrites, d’un corps
cellulaire qui est la matière grise du cerveau, d’un axone qui est la matière blanche du cerveau, et de terminaisons synaptiques.

(Brazier et Schneeberger, 2004, p. 2.15)

TXM1221D Notes de cours


Page 8 sur 28
Un neurone seul ne sert à rien. Il doit être accompagné d’un autre neurone pour générer son action.

©LadyOfHats Image modifiée

Il s’agit donc d’un réseau de communication qui utilise un langage chimique (les neurotransmetteurs) et électrique (influx nerveux).

TXM1221D Notes de cours


Page 9 sur 28
De plus, tout autour des neurones se trouvent les cellules gliales. Elles participent au contrôle de l’environnement chimique et électrique du neurone en fournissant des nutriments et
en éliminant les déchets.

©wpclipart.com Image modifiée

TXM1221D Notes de cours


Page 10 sur 28
2.1.2 LE NEURONE

Les dendrites sont responsables de recevoir l’information provenant d’un neurone voisin. On considère que l’information voyage dans un seul sens : des dendrites vers l’axone en
passant par le corps cellulaire.

Les dendrites de la cellule réceptrice établissent des contacts étroits avec les axones provenant d’autres cellules. Un minuscule espace de 20 millionièmes de mètre les sépare. Chaque
dendrite peut recevoir des contacts d’un, d’une poignée, ou de milliers d’autres neurones. Ces points de jonction sont nommés synapses.

Le corps cellulaire est la composante la plus importante du neurone. Comme dans l’ensemble des cellules, le corps cellulaire contient le cytoplasme et le noyau. Il reçoit et traite le signal
reçu par les dendrites. C’est le centre d’intégration de l’information. C’est également dans le corps cellulaire que sont produits les neurotransmetteurs (NT). Les mitochondries et les
microtubules assurent le transport des NT du corps cellulaire jusqu’au bout de l’axone.

L’axone est un long prolongement qui émerge du corps cellulaire du neurone et qui permet la transmission rapide de l’influx nerveux reçu par les dendrites et intégré par le corps
cellulaire. Certains axones sont protégés par une gaine de myéline (cellules de Schwann) qui permet une amélioration de la vitesse de conduction du signal électrique comme pour un
câble électrique. L’axone possède des terminaisons axonales qui assurent la communication entre les neurones ; ces terminaisons axonales contiennent les boutons terminaux qui
renferment un messager chimique, le neurotransmetteur.

Le neurone : l’influx nerveux


L’influx nerveux est un message électrique unidirectionnel des dendrites au corps cellulaire et du corps cellulaire à l’axone. Il produit la libération de neurotransmetteurs au niveau des
terminaisons axonales.

Le potentiel d’action est le résultat de l’échange d’ions (Na+ et K+) entre l’intérieur du neurone, chargé négativement, et l’extérieur du neurone, chargé positivement.

Nous savons maintenant que les neurones comportent un corps cellulaire, des dendrites et un axone. Ces cellules présentent une excitabilité électrique. À cause de l’inégale
répartition des charges positives et négatives de part et d’autre de la membrane des axones, il existe un potentiel électrique que l’on appelle le potentiel de membrane. Des canaux
ioniques permettent en outre le passage des ions à travers la membrane. Le passage des ions entraîne une modification des concentrations ioniques de part et d’autre de la
membrane, et donc une modification du potentiel électrique. Si certains canaux ioniques sont toujours ouverts, d’autres s’ouvrent et se ferment en réponse à divers événements
comme une variation du potentiel de membrane ou l’accrochage d’un ligand.

TXM1221D Notes de cours


Page 11 sur 28
2.1.3 LA COMMUNICATION INTERNEURONALE

La synapse
On appelle transmission synaptique la communication entre les neurones. La synapse est constituée d’une terminaison axonale du neurone présynaptique, l’émetteur, et d’une
dendrite du neurone postsynaptique, le récepteur.

Le messager chimique, le neurotransmetteur, est libéré dans la fente synaptique et permet aux neurones de communiquer entre eux. Ce sont sur ces processus de transmission de
l’information par des messages chimiques qu’agissent les drogues ou substances psychoactives. Dans la synapse chimique, le signal électrique qui arrive au bout de l’axone permet la
libération d’un neurotransmetteur dans la fente synaptique. Il peut alors se lier au récepteur qui se trouve sur les dendrites du neurone postsynaptique. Lors de la liaison du messager
chimique, le neurotransmetteur, un potentiel gradué postsynaptique est déclenché. Si la sommation des potentiels gradués au niveau des dendrites et du corps cellulaire atteint un
voltage suffisant, le potentiel d’action sera déclenché et transmis tout au long de l’axone.

1. Les vésicules synaptiques qui se trouvent dans le bouton terminal de l’axone


(neurone présynaptique) contiennent les neurotransmetteurs.
2. L’influx nerveux arrive à l’extrémité du neurone.
3. Des canaux calciques volages dépendants s’ouvrent et du calcium entre dans la
cellule. La présence de calcium entraîne l’exocytose (fusion des membranes de la
vésicule et du neurone présynaptique) de vésicules synaptiques remplies de
neurotransmetteurs dans la fente synaptique.
4. La vésicule, une fois vidée de son contenu, retourne par le processus inverse
(endocytose) dans l’attente de nouveaux neurotransmetteurs.
5. Les molécules du neurotransmetteur sont capturées par des récepteurs
postsynaptiques (neurone 2).
6. Cette fixation au récepteur entraîne l’ouverture de certains canaux ioniques et
engendre un potentiel électrique dans le deuxième neurone.
7. Des molécules du neurotransmetteur restent dans la fente synaptique.
8. Il y a recapture du neurotransmetteur dans le neurone 1.

(Brazier et Schneeberger, 2004, p. 2.20)

TXM1221D Notes de cours


Page 12 sur 28
Après sa libération, le neurotransmetteur doit être éliminé très rapidement afin de réduire
sa concentration dans la fente synaptique.

Trois mécanismes sont à l’œuvre :


1. La diffusion simple, soit le passage de petites molécules au travers des
membranes ;
2. La destruction des neurotransmetteurs dans la fente synaptique par des enzymes
(exemple : l’Achestérase) ;
3. La recapture (ou recaptage) par le neurone présynaptique est effectuée par des
transporteurs se trouvant sur la membrane du neurone (stockage dans les
vésicules ou dégradation).

(Brazier et Schneeberger, 2004, p. 2.21)

TXM1221D Notes de cours


Page 13 sur 28
2.1.4 LES NEUROTRANSMETTEURS

Les caractéristiques et fonctions du neurotransmetteur


Un neurotransmetteur (neuromédiateur) est un messager chimique qui assure la communication d’un neurone à l’autre, au niveau des synapses. Les neurotransmetteurs sont
emmagasinés dans des vésicules synaptiques qui se trouvent dans les boutons terminaux de l’axone (neurone présynaptique).

Les différents types de neurotransmetteurs sont :


– La dopamine (DA)
– La sérotonine (5-HT)
– L’acide gamma-amino-butyrique (GABA)
– Le glutamate
– L’adrénaline (ou épinéphrine)
– La noradrénaline (NA) (ou norépinéphrine)
– L’acétylcholine

Selon la nature du neurotransmetteur qui activera le récepteur, un signal postsynaptique inhibiteur ou excitateur sera généré.

Il est important de retenir qu'un neurone peut produire plus d'un type de neurotransmetteur. Chaque récepteur se trouvant sur les dendrites du neurone postsynaptique est
en mesure de se lier à un seul type de neurotransmetteur.

TXM1221D Notes de cours


Page 14 sur 28
La bonne clé pour la bonne serrure
L’analogie de la clé dans la serrure illustre bien ce concept. Pour être en mesure d’entrer dans une maison, la bonne clé est nécessaire. Le même concept s’applique à la communication
neuronale.

Pour déclencher l’activation d’un récepteur, il est essentiel que le neurotransmetteur qui s’y lie ait la bonne structure chimique. C’est ce qu’on appelle la spécificité ligand-récepteur.

L’image ci-contre explique le schéma général d’un système émetteur-récepteur


biologique.

Nous y voyons une cellule qui joue le rôle d’émetteur et qui transmet un signal constitué
de molécules du neurotransmetteur de forme hexagonale.

La cellule A possède à sa surface un récepteur capable de recevoir cette molécule. À son


arrivée, celle-ci se fixe au récepteur, qui décode le message : il se produit un effet. La
cellule B possède aussi à sa surface un récepteur.

Mais observez sa forme. Vous constaterez que ce récepteur est capable de fixer une
molécule de forme ronde plutôt qu’hexagonale. Ainsi, quand la molécule hexagonale
arrive, elle ne peut se fixer au récepteur et, par conséquent, aucun effet ne se produit. Les
récepteurs présentent ainsi une certaine spécificité pour un neurotransmetteur donné.

TXM1221D Notes de cours


Page 15 sur 28
Les trois types de neurotransmetteurs
Il existe trois types de neurotransmetteurs. Cliquez sur chacun pour en découvrir les propriétés.

1. Les acides aminés 2. Les amines 3. Les neuropeptides


– Le glutamate est le neurotransmetteur excitateur le Les amines sont l’adrénaline, la noradrénaline, la dopamine et la Les neuropeptides se retrouvent dans le SNC et le SNP. Il
plus répandu dans le SNC. sérotonine. y a les peptides opioïdes (effets antalgiques supérieurs à
la morphine), les enképhalines et les endorphines.
– L’acide gamma-amino-butyrique (GABA) est le Ces amines peuvent être soit inhibitrices, soit excitatrices.
neurotransmetteur inhibiteur le plus répandu dans le Quelques-uns de leurs rôles respectifs sont présentés dans le
SNC. tableau ci-dessous.

– L’acétylcholine est un neurotransmetteur qui se


retrouve principalement dans le SNP et qui agit comme
inhibiteur dans certaines synapses et comme excitateur
dans d’autres synapses (système nerveux périphérique
autonome parasympathique)

Les acides aminés et les amines sont de petites molécules emmagasinées dans les vésicules synaptiques, tandis que les neuropeptides sont de plus grande taille et sont emmagasinés
dans les granules de sécrétion. Nous savons maintenant que lorsqu’un influx nerveux s’est transporté jusqu’à l’extrémité de l’axone, il arrive à la synapse, où il existe une discontinuité
entre les deux neurones que l’on appelle la fente synaptique. Pour assurer la transmission du message, l’influx permet l’entrée de calcium dans la cellule nerveuse. Cette entrée de
calcium provoque l’exocytose de vésicules synaptiques bourrées de molécules de neurotransmetteurs, lesquels migrent dans la fente synaptique jusqu’à un récepteur. La fixation à ce
récepteur de la substance psychotrope entraîne la formation d’un potentiel électrique dans le deuxième neurone. La continuité électrique a été assurée par un neurotransmetteur.
Celui-ci peut appartenir à différentes classes chimiques. Ce médiateur est ensuite éliminé de la fente synaptique par diffusion simple, par métabolisme ou par recaptage par le premier
neurone.

TXM1221D Notes de cours


Page 16 sur 28
2.2 SITES D’ACTION DES SUBSTANCES PSYCHOTROPES
Les substances psychotropes agissent principalement au niveau du messager chimique libéré dans la fente synaptique. « Une drogue dont la structure moléculaire ressemble à celle d’un
neuromédiateur produit naturellement par l’organisme peut, du fait de cette ressemblance, agir sur le système de transmission de l’information au niveau de la synapse. » Mission
interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (2014). COMMENT LES SUBSTANCES PSYCHOACTIVES AGISSENT-ELLES SUR LE CERVEAU ? Repéré à
http://www.drogues.gouv.fr/comprendre/l-essentiel-sur-les-addictions/que-nous-dit-la-science-des-addictions

Comme décrit précédemment, le récepteur va reconnaître un seul neurotransmetteur. Par


contre, les substances chimiques exogènes (psychotropes) peuvent avoir des structures
similaires à celle de la molécule endogène (neurotransmetteur) ; par conséquent, elles
arrivent à se lier au récepteur. Si la liaison de la substance exogène au récepteur produit le
même effet que le neurotransmetteur, on parlera d’une substance agoniste au récepteur.

(Brazier et Schneeberger, 2004, p. 2.6)

TXM1221D Notes de cours


Page 17 sur 28
L’animation qui suit reprend le circuit de communication vu précédemment. Nous y
retrouvons la cellule qui transmet un neurotransmetteur de forme hexagonale
(molécule A), lequel peut être capté par le récepteur. Cependant, on remarque cette fois
une molécule étrangère qui présente une forme lui permettant aussi d’être « reconnue »
par le récepteur et de s’y fixer (molécule B). Elle peut donc entrer en compétition avec la
molécule de forme hexagonale, prendre sa place et tromper le récepteur. Si, en se fixant
au récepteur, elle produit un effet, celui-ci sera identique à celui produit par la molécule
de forme hexagonale. Cette nouvelle molécule concourt à l’effet recherché. Voilà pourquoi
nous l’appelons un agoniste du récepteur. Nous pouvons donc conclure qu’il existe en
effet des failles dans la spécificité des récepteurs (à ne pas confondre avec des failles dans
les récepteurs).

Par opposition, si une molécule exogène ayant une structure chimique similaire à celle de
la molécule endogène se lie au récepteur et ne produit aucun effet, on parlera d’une
substance antagoniste. La résultante sera une inhibition de l’effet recherché, car le
neurotransmetteur n’est plus en mesure de se lier à son récepteur pour générer son effet.

Dans cette animation, nous retrouvons la cellule qui transmet un neurotransmetteur de


forme hexagonale, lequel peut être reçu par le récepteur. Nous voyons aussi une molécule
étrangère qui présente une forme lui permettant d’être « reconnue » par le récepteur et
de s’y fixer. Elle peut donc entrer en compétition avec la molécule hexagonale, prendre sa
(Brazier et Schneeberger, 2004, p. 2.6) place et tromper le récepteur. Cette fois-ci, par contre, nous constatons que, bien que la
molécule étrangère se soit fixée au récepteur, aucun effet ne s’est produit. Si la molécule
de neurotransmetteur de forme hexagonale veut se fixer, elle trouve la place occupée.
Parce qu’il n’y a pas eu d’effet, nous disons qu’il y a eu inhibition (empêchement) de
fixation du neurotransmetteur.

Dans les deux cas, les substances endogène et exogène seront en compétition l’une contre l’autre.

TXM1221D Notes de cours


Page 18 sur 28
« Les drogues ou substances psychoactives peuvent agir sur le neuromédiateur produit naturellement par l’organisme (substance endogène) selon trois modes d’action :
 certaines substances imitent les neuromédiateurs naturels et se substituent à eux dans les récepteurs : la morphine, par exemple, s’installe dans les récepteurs à endorphine, et
la nicotine, dans les récepteurs à acétylcholine ;
 certaines augmentent la sécrétion d’un neuromédiateur naturel ; la cocaïne, par exemple, augmente la présence de dopamine dans la synapse, et l’ecstasy, celle de la
sérotonine et de la dopamine ;
 certaines bloquent la liaison d’un neuromédiateur naturel ; par exemple, l’alcool bloque les récepteurs nommés NMDA. »
Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (2014). COMMENT LES SUBSTANCES PSYCHOACTIVES AGISSENT-ELLES SUR LE CERVEAU ? Repéré à
http://www.drogues.gouv.fr/comprendre/l-essentiel-sur-les-addictions/que-nous-dit-la-science-des-addictions

« Certaines substances psychotropes agissent au niveau des récepteurs responsables de la recapture du neurotransmetteur dans le neurone présynaptique. En agissant comme des
antagonistes du transporteur, elles entraînent une augmentation de la concentration du neurotransmetteur à l’extérieur du neurone, dans la synapse, ce qui produit une augmentation
du neurotransmetteur disponible pour assurer la liaison au récepteur (augmentation de l’effet recherché). » Brazier, J-L. et Schneeberger, P. (2004) Effets des substances psychotropes.
Montréal: Faculté de l’éducation permanente. P2.7-2.9

« Dans le cas de la dépression, la sérotonine est en concentration insuffisante dans la fente synaptique, ce qui crée un désordre chez l’individu. Certains antidépresseurs, par exemple le
Prozac®, inhibent le recaptage de la sérotonine, ce qui produit une augmentation de la concentration du neurotransmetteur disponible dans la fente synaptique pour lier le récepteur
associé. La résultante est un retour à l’état normal du système. » Brazier, J-L. et Schneeberger, P. (2004) Effets des substances psychotropes. Montréal: Faculté de l’éducation
permanente. P2.7-2.9

TXM1221D Notes de cours


Page 19 sur 28
En agissant comme des antagonistes du transporteur, certaines substances psychotropes
entraînent une augmentation de la concentration du neurotransmetteur à l’extérieur du
neurone, dans la synapse, ce qui produit une augmentation du neurotransmetteur
disponible pour assurer la liaison au récepteur (augmentation de l’effet recherché).

2.2.1 NEUROTRANSMETTEURS ET PSYCHOTROPES

La dopamine
Récepteurs de la dopamine (DA) :
 La dopamine est le neurotransmetteur associé au plaisir (renforcement positif).
 Il existe deux types de récepteurs capables de se lier à ce neurotransmetteur, soit les récepteurs D1 et D2.
 Un déséquilibre au niveau de ce neurotransmetteur peut induire un désordre observable sous forme d’une condition pathologique. Par exemple, une déplétion en dopamine est
responsable de la maladie de Parkinson, tandis que la schizophrénie serait causée par une surstimulation des récepteurs D2.

Psychotropes et dopamine :
 La cocaïne : Le mécanisme d’action de la cocaïne est le blocage du recaptage des amines après leur libération au niveau synaptique. Il s’ensuit une augmentation de dopamine,
de sérotonine et de noradrénaline.
 L’amphétamine : Comme la cocaïne, les amphétamines bloquent le recaptage des amines par l’inhibition des transporteurs des monoamines. Toutefois, à la différence de la
cocaïne, l’amphétamine provoque en plus une libération accrue de DA, de NA et de 5-HT.

TXM1221D Notes de cours


Page 20 sur 28
 Certains antipsychotiques (ex. : l’halopéridol) : Utilisés pour traiter la schizophrénie, ils bloquent les récepteurs postsynaptiques dopaminergiques (antagonistes). Il en résulte
une diminution de la stimulation des récepteurs D2, donc une stabilisation du désordre.

Le glutamate
Récepteurs du glutamate :
 Les récepteurs du glutamate de type N-méthyl-D-aspartate (NMDA) sont la cible de plusieurs substances psychotropes.
 C’est le neurotransmetteur excitateur le plus présent dans le système nerveux.
 Ils se présentent sous forme de canal.
 Le glutamate est principalement associé à l’apprentissage et à la mémoire.
 Certaines études laissent croire que l’activation des récepteurs du glutamate par la consommation de psychotropes serait l’une des principales causes de dépendance. Le
glutamate serait en mesure d’« apprendre » au cerveau à devenir dépendant

Psychotropes et glutamate :
La phencyclidine (PCP) et la kétamine sont des antagonistes non compétitifs des récepteurs
au glutamate de type NMDA. Ils agissent en se fixant sur un site situé à l’intérieur du canal
qui n’est accessible que quand celui-ci est ouvert. Ce qui pourrait expliquer les
manifestations psychotiques observées lors de la consommation de cette substance.

(Brazier et Schneeberger, 2004, p. 2.23)

TXM1221D Notes de cours


Page 21 sur 28
Le GABA
Récepteurs du GABA :
 C’est probablement le récepteur le plus répandu dans le SNC.
 Il a pour fonction naturelle de réduire l’activité neuronale dans le système nerveux. Le GABA servirait entre autres à réduire l’anxiété et la peur, qui se manifestent par une
surexcitation neuronale.
 « Les récepteurs au GABA sont sous forme de canaux. C’est-à-dire que, lorsque le GABA s’y fixe, il change légèrement de forme et permet ainsi à des ions de traverser son canal
central. Celui-ci laisse surtout entrer dans le neurone des ions chlore chargés négativement, ce qui a pour effet de diminuer l’excitabilité du neurone. Il existe deux types de
récepteurs au GABA (GABA de type A et GABA de typeB). »
Le cerveau à tous les niveaux. Les neurotransmetteurs de l’anxiété. Repéré à http://lecerveau.mcgill.ca/flash/d/d_04/d_04_m/d_04_m_peu/d_04_m_peu.html

Psychotropes et GABA :
Les benzodiazépines et les barbituriques, utilisés dans le traitement de l’anxiété, se fixent au récepteur à des endroits différents du site de fixation du GABA. Ils contribuent à diminuer la
transmission du message nerveux. Il s’agit donc de substances agonistes.

TXM1221D Notes de cours


Page 22 sur 28
La noradrénaline
Récepteurs de la noradrénaline (NA) :
 La noradrénaline est principalement utilisée par le système nerveux périphérique sympathique (situation d’urgence). Elle permet par exemple la réduction du diamètre des
vaisseaux sanguins, l’augmentation de la pression artérielle et de la fréquence des battements cardiaques, etc.
 La structure chimique de la noradrénaline est très similaire à celle de l’adrénaline.
Psychotropes et noradrénaline (NA) : L’éphédrine et l’amphétamine ont une structure similaire (agoniste) à celle de la noradrénaline (NA). Elles ont une action α et β agoniste et agissent
en provoquant la libération de catécholamines endogènes (noradrénaline, adrénaline, dopamine) au niveau des fibres sympathiques postsynaptiques.

Le mécanisme d’action est le suivant :


« 1. Les amphétamines et l’éphédrine sont en mesure de se lier aux transporteurs
responsables de la recapture (ou recaptage) de la noradrénaline qui se trouve dans la
fente synaptique.
2. Une fois transportées à l’intérieur du bouton axonal présynaptique, les molécules
entrent dans la vésicule synaptique où elles sont échangées contre de la noradrénaline.
Une partie de la NA est dégradée par les enzymes se trouvant dans le bouton
présynaptique, la monoamine-oxydase (MAO), ou encore elle peut être déversée dans la
fente synaptique (ce qui produit une augmentation de la concentration du NT dans la
fente synaptique).
3. Les amphétamines sont en mesure de relâcher la dopamine et la sérotonine par le
même mécanisme. » Brazier, J-L. et Schneeberger, P. (2004) Effets des substances
psychotropes. Montréal: Faculté de l’éducation permanente. P2.24-2.25

« Certaines molécules de substances psychotropes, notamment les amphétamines, la


tyramine et l’éphédrine, ressemblent étrangement à la noradrénaline. Cette ressemblance
structurale fait qu’elles seront “reconnues” par les transporteurs de capture 1. Ces
molécules sont transportées à l’intérieur du neurone et entrent dans les vésicules
synaptiques où elles sont échangées contre de la noradrénaline. Une partie peut être
dégradée par la monoamine-oxydase (MAO), comme l’illustre cette animation. Le reste est
déversé dans la fente synaptique en étant échangé contre des molécules de l’amine
étrangère. Les amphétamines permettent aussi le relargage de la dopamine et de la
sérotonine par le même processus. » Brazier, J-L. et Schneeberger, P. (2004) Effets des (Brazier et Schneeberger, 2004, p. 2.24)
substances psychotropes. Montréal: Faculté de l’éducation permanente. P2.24-2.25

TXM1221D Notes de cours


Page 23 sur 28
Les antidépresseurs tricycliques et la cocaïne
Les antidépresseurs tricycliques et la cocaïne sont pour leur part en mesure de bloquer le transporteur se trouvant sur le bouton présynaptique et ainsi d’augmenter la concentration de
NA se trouvant dans la fente synaptique. Il en résulte une augmentation des effets sympathiques, une augmentation du rythme cardiaque, une dilatation des pupilles, etc. Ces effets
sont en général les effets secondaires de la consommation de ces substances psychotropes.

La sérotonine
Récepteurs de la sérotonine (5-HT) :
 La sérotonine est un neurotransmetteur inhibiteur et excitateur très important dans le SNC et le SNP.
 Elle est responsable de la régulation de l’humeur, de l’appétit et du sommeil, de la transmission sensorielle et de la régulation des fonctions sexuelles.
 L’effet généré dépend du type de récepteur qui est activé.
 La sérotonine peut être recapturée par un transporteur (SERT) se trouvant sur la membrane du neurone présynaptique. Ce transporteur est la cible de plusieurs psychotropes.

Psychotropes et sérotonine :
• Une famille d’antidépresseurs, les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), se fixent au transporteur SERT. La concentration de 5-HT dans la fente synaptique est
donc augmentée et la liaison au neurone postsynaptique est favorisée. Ces traitements sont utilisés pour soigner entre autres la dépression et les troubles anxieux.
• Le LSD utilise le même mécanisme d’action. La résultante est la mise en branle de l’activité hallucinogène de cette substance psychotrope.

Le mécanisme d’action des psychotropes


« Comme l’illustre la figure ci-contre, les substances psychotropes peuvent agir au niveau
des synapses et des neurotransmetteurs de la façon suivante :

1. en inhibant la synthèse du neurotransmetteur ;


2. en inhibant la dégradation métabolique du neurotransmetteur ;
3. en inhibant ou en favorisant la libération du neurotransmetteur ;
4. en inhibant la capture du neurotransmetteur ;
5. en bloquant un canal ionique associé à un récepteur ;
6. en bloquant un récepteur.

Ces différentes actions modifient la transmission de l’influx nerveux et, par conséquent, le
fonctionnement des récepteurs. »

(Brazier et Schneeberger, 2004, p. 2.28)

TXM1221D Notes de cours


Page 24 sur 28
RÉSUMÉ DES MÉCANISMES D’ACTION DE CERTAINES SUBSTANCES PSYCHOTROPES

SUBSTANCE EFFETS SUR LE CERVEAU

Il se lie à de nombreux récepteurs biologiques comme les récepteurs à glutamate, GABA, sérotonine et nicotine. L’alcool joue un rôle dans
Alcool
l’augmentation de la libération de dopamine dans le système mésocorticolimbique.

Comme l’ecstasy, ils provoquent des augmentations immédiates et importantes de sérotonine dans la synapse, mais aussi de dopamine, suivies d’un
Amphétamines
épuisement des stocks de ces neuromédiateurs. Un très grand nombre d’antidépresseurs agissent directement ou indirectement sur la libération de la
et leurs dérivés
dopamine.
Il entraîne une faible libération de dopamine selon un mécanisme encore étudié et discuté. Les récepteurs cannabinoïdes sont présents en forte densité
Cannabis
dans le système limbique (dans le noyau accumbens, le cervelet, l’hippocampe et le cortex).
Elle agit en empêchant la recapture de la dopamine au niveau des synapses. Ce faisant, elle augmente la présence et donc l’effet de la dopamine dans les
Cocaïne
synapses au niveau du cerveau des émotions (système limbique).
Elle augmente la présence de sérotonine dans les synapses en bloquant sa recapture. Dans une moindre mesure, elle augmente également la présence
Ecstasy
de dopamine.
Elle est transformée dans le cerveau en morphine. Celle-ci se lie aux récepteurs opioïdes naturels (récepteurs des endorphines). Elle stimule également le
Héroïne
système de la dopamine, mais par un mécanisme indirect, en diminuant le contrôle des neurones GABA sur les neurones à dopamine.
Comme toutes les autres substances psychoactives induisant une dépendance, elle accroît la libération de dopamine par certains neurones. La nicotine
Nicotine du tabac imite l’action d’un neuromédiateur naturel, l’acétylcholine. Elle se lie aux récepteurs nicotiniques dans le cerveau. La nicotine facilite également la
libération des endomorphines, ce qui expliquerait en partie son effet antalgique (contre la douleur).

TXM1221D Notes de cours


Page 25 sur 28
2.3 CHEMINEMENT D’UNE SUBSTANCE PSYCHOTROPE

Afin d’intégrer les concepts présentés dans ce chapitre, voici un schéma expliquant les étapes qu’un psychotrope doit franchir pour générer son effet. Dans cet exemple, l’héroïne sera
utilisée pour expliquer le cheminement d’une substance psychotrope.

1. Injection d’héroïne par voie intraveineuse.


2. Par la voie intraveineuse, la circulation sanguine est atteinte immédiatement. La circulation sanguine draine tous les organes en leur apportant du sang oxygéné. Cette voie
d’administration d’un psychotrope permet d’obtenir une action rapide au niveau du cerveau et d’utiliser 100 % de la dose pour générer l’effet attendu.
3. Le cerveau possède une barrière étanche qui permet de protéger cet organe si précieux. Il s’agit de la barrière hématoencéphalique (BHE). Par contre, ce système de protection
présente certaines failles. Les petites molécules liposolubles peuvent traverser la BHE, car cette dernière est constituée de lipides. Comme l’héroïne est une substance soluble
dans les graisses, elle peut traverser la BHE et atteindre son organe cible, le cerveau.
4. Aussitôt traversée la BHE, l’héroïne est transformée via des enzymes de métabolisme en une molécule de morphine (moins lipophile que l’héroïne). Pour générer son effet, la
molécule de morphine doit trouver sa cible (son récepteur).
5. La morphine (ligand) se lie à son récepteur (récepteurs opioïdes). À la suite de cette fixation, l’activité pharmacologique s’enclenche.
6. Le potentiel d’action se déclenche alors. Une cascade de messages chimiques et électriques produit l’effet recherché, c’est-à-dire l’euphorie.
7. Effet recherché : euphorie.
8. Finalement, la morphine est retransformée par les enzymes hépatiques en substances inactives qui seront éliminées dans les urines.

2.4 CONCLUSION

Veuillez consulter la capsule et l’information de la séance sur StudiUM pour effectuer vos lectures et visionner les vidéos suggérées.

TXM1221D Notes de cours


Page 26 sur 28
2.5 REFERENCES

 Auteur inconnu (s. d.). Communication entre neurones. [Vidéo en ligne]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=KAiLCX1_0EQ
 Allô Prof ! (2013). Sciences et technologies : le système nerveux central. Repéré à http://bv.alloprof.qc.ca/s1285.aspx
 Anatomie 3D Lyon (2012). Le neurone et la libération de neurotransmetteurs. [Vidéo en ligne]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=LrzWhuKYxew
 Bilimoria, P. (s. d.). Breaking into the autistic brain. Repéré à http://www.childrenshospital.org/news-and-events/research-and-innovation-features/breaking-into-the-autistic-
brain
 Bost, C. (s. d.). Q.I. or not Q.I.? L’identification du surdon (10 / 12) – Les autres variables qui peuvent influencer le QI – Les étapes de l’interaction avec l’environnement. [Billet de
blogue]. Repéré à http://www.talentdifferent.com/q-i-or-not-q-i-l%E2%80%99identification-du-surdon-10-a-determiner-%E2%80%93-les-autres-variables-qui-peuvent-
influencer-le-qi-1812.html
 Brazier, J.-L. (2009). Le cerveau. Conférence donnée à l’Université de Montréal, Les belles soirées et matinées, série Médecine pour tous. Montréal.
 Brazier, J.-L. et Schneeberger, P. (2004). Effets des substances psychotropes. Montréal : Faculté de l’éducation permanente.
 British Neuroscience Association et European Dana Alliance for the Brain (2003). Neurosciences : les sciences du cerveau – Une introduction pour le grand public. Repéré à
http://www.catherinefol.com/education/concours_brain_bee/documents/Les%20sciences%20du%20cerveau%20Fre.pdf. Lien mis à jour :
http://www.catherinefol.com/education/concours_brain_bee/documents_du_concours/Les%20sciences%20du%20cerveau%20Fre.pdf
 Chevalley, A.-F. (2002). Neurobiologie des effets de la cocaïne. Dépendances, 18 (14-17). Repéré à http://www.sfa-ispa.ch/DocUpload/dep_18_chevalley.pdf. Lien mis à jour :
http://shop.addictionsuisse.ch/fr/dependances/322-dependances-no-18-faut-il-avoir-peur-de-la-cocaine.html
 Démocritique. (s. d.). Cerveau : système nerveux autonome. Repéré à http://www.democritique.org/Cerveau/Système_nerveux_autonome.svg.xhtml
 Dupire, J. (s. d.). Neurosciences – III. — Bases cellulaires de la communication (2). Repéré à http://www2.univ-paris8.fr/ingenierie-cognition/master-
handi/etudiant/cours/sciences_et_technologie/Neurophysiologie/neuro_3_2.pdf
 Huffman, K. (2007). Introduction à la psychologie (3e éd.). Montréal : Modulo.

TXM1221D Notes de cours


Page 27 sur 28
 Le cerveau à tous les niveaux ! (2002). Les neurotransmetteurs affectés par les drogues. Repéré à
http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_03/i_03_m/i_03_m_par/i_03_m_par_alcool.html#drogues
 Le cerveau à tous les niveaux ! (2002). Le cerveau. Repéré à http://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a_01/a_01_cr/a_01_cr_ana/a_01_cr_ana.html
 Le cerveau à tous les niveaux ! (2002). La synapse. Repéré à http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_01/i_01_m/i_01_m_ana/i_01_m_ana.html
 Le cerveau à tous les niveaux ! (2002). Les neurotransmetteurs de l’anxiété. Repéré à http://lecerveau.mcgill.ca/flash/d/d_04/d_04_m/d_04_m_peu/d_04_m_peu.html
 Le dictionnaire visuel. La référence visuelle ! (2015). Le système nerveux : 150 000 km de sensations ! Repéré à
http://www.ikonet.com/fr/ledictionnairevisuel/static/qc/le_systeme_nerveux
 Lemieux, D., journaliste, et É. Lemyre, réalisateur (2014). Capsule olympique : système nerveux et ski alpin. [Vidéo en ligne]. Émission Découverte, Société Radio-Canada. Repéré
à http://ici.radio-canada.ca/emissions/decouverte/2013-2014/Reportage.asp?idDoc=326628
 Léonard, L. et Ben Amar, M. (2002). Les psychotropes. Pharmacologie et toxicomanie. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.
 Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (2014). COMMENT LES SUBSTANCES PSYCHOACTIVES AGISSENT-ELLES SUR LE CERVEAU ? Repéré
à http://www.drogues.gouv.fr/comprendre/l-essentiel-sur-les-addictions/que-nous-dit-la-science-des-addictions
 Neuromatiq (2010). Physiologie du système nerveux : Cellules gliales, gliocytes. [Vidéo en ligne]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=K9tS7vu-XGY
 Proulx, C. (2011). Synapse chimique ionotrope. [Vidéo en ligne]. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=nM_v114rjwo
 Wikipédia, l’encyclopédie libre (s. d.). Liquide cérébro-spinal. Repéré à http://fr.wikipedia.org/wiki/Liquide_cérébro-spinal

TXM1221D Notes de cours


Page 28 sur 28