Vous êtes sur la page 1sur 47

RAPPORT DE STAGE DE FIN D’ETUDE

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE CINQ DOUARS


Dimensionnement
et Automatisation de
station de pompage

Réalisé par : EL KASMI ALAOUI Mohammed

Département : Génie électrique


Filière : LP-Ingénierie Electrique
Encadré par : Mr. Noureddine MABROUKI et
Mr. Abderrahim ANINI

Durée du stage : du 16/04/2018 au 16/06/2018

Année universitaire 2017-2018


1
Remerciements

Avant d’entamer le présent rapport sur mon stage que j’ai effectué à l’O.N.E.P
Nous tenons à remercier vivement M. le directeur de l’ONEP qui m’a accordé un stage au
sein de l’établissement de Meknès.
Je remercie aussi tout membre de la section service technique. Mes remerciements les plus
sincères à mes encadrent Mr. Noureddine MABROUKI et Mr ANINI Abderrahim pour
leurs conseils et leurs aides durant ce stage. Enfin, j’exprime également mes profondes
gratitudes à tout ce qui, de près ou de loin, m’ont aidé à mener à bien, ce rapport.

Je tiens à remercier aussi, toute l’équipe pédagogique de l’école supérieure de technologie


et les intervenants professionnels responsables de la formation génie électrique.

2
Sommaire

Remerciements ....................................................................................................................................... 2
Introduction générale.............................................................................................................................. 5
CHAPITRE I : Présentation de l’ONEP ...................................................................................................... 8
I. Historique .................................................................................................................................... 8
II. Organisation de l’ONEE-branche eau .......................................................................................... 9
1. Organisme générale ................................................................................................................ 9
2. Les directions régionales : ..................................................................................................... 10
3. Organigramme de la DR7 ...................................................................................................... 10
4. Rôle de l’agence mixte de l’ONEE-branche eau Meknès ...................................................... 11
III. Relation entre la branche d’eau et la branche d’électricité .................................................. 11
1. Les frais de la consommation : .............................................................................................. 12
2. Redevance de puissance ....................................................................................................... 12
3. Taxe comptage et branchement ........................................................................................... 12
CHAPITRE II : Etude des transferts d’eau .............................................................................................. 14
I. Définition et types ..................................................................................................................... 14
1. Adduction gravitaire .............................................................................................................. 14
a. Pertes charges linéaire ...................................................................................................... 14
b. Pertes charges singulière................................................................................................... 15
c. Détermination de diamètre de conduite .......................................................................... 16
II. Evaluation de population et Besoin en Eau............................................................................... 18
1. Evaluation de la population................................................................................................... 18
a. Taux d’accroissement ........................................................................................................ 18
b. Population future .............................................................................................................. 18
2. Besoin en eau ........................................................................................................................ 19
a. Rendement du réseau ....................................................................................................... 19
b. Débit moyen ...................................................................................................................... 19
c. Débit de pointe journalière ............................................................................................... 20
d. Débit de pointe horaire ..................................................................................................... 20
e. Résultat de calcul sous EXEL .............................................................................................. 20
III. Adduction par refoulement ................................................................................................... 21
1. Calcul de la hauteur manométrique totale HMT .................................................................. 21
2. Vérification de la vitesse d’écoulement ................................................................................ 21

3
3. Vérification du régime d’écoulement.................................................................................... 22
IV. Dimensionnement des réservoirs et pompes ....................................................................... 22
1. Les réservoirs ......................................................................................................................... 22
a. R2 ....................................................................................................................................... 22
b. Réservoir principale R1 ...................................................................................................... 23
2. Les pompes ............................................................................................................................ 23
a. Pompe principale de forage .............................................................................................. 23
b. Pompe 2 de prise ............................................................................................................... 29
c. Pompe doseuse ................................................................................................................. 29
Chapitre III : Electrification et de station de pompage ......................................................................... 31
I. Les moteurs d’entrainement des pompes et procédés de démarrage ..................................... 31
1. Moteur d’entrainement de la pompe immergée .................................................................. 31
a. Caractéristiques ................................................................................................................. 31
b. Procédé de démarrage du moteur .................................................................................... 32
2. Moteur de pompe 2 .............................................................................................................. 34
a. Caractéristiques ................................................................................................................. 34
b. Procédé de démarrage du moteur .................................................................................... 35
II. Bilan des puissances et compensation d’énergie réactive ........................................................ 36
1. Bilan de puissances................................................................................................................ 36
2. Compensation de l’énergie réactive...................................................................................... 37
III. Dimensionnement du transformateur .................................................................................. 38
IV. Automatisation de la station de pompage ............................................................................ 39
Conclusion ............................................................................................................................................. 41
Annexes ............................................................................................................. Erreur ! Signet non défini.

4
Introduction générale

L'eau est essentielle à la vie et au bien-être, elle a besoin d'être protégée, traitée et
économisée. Ses ressources sont précieuses et rares, sa qualité délicate et son cycle naturel
très long. Aujourd'hui, la qualité de l'eau et de l'environnement nous concerne tous. La qualité
de l'eau est prioritairement une exigence de santé, c'est pourquoi, il est nécessaire de la traiter
et de l'économiser.

Les eaux souterraines constituent la principale source pour l’alimentation en eau potable
au Maroc. Le processus de dégagement des ressources en eau passe par différentes étapes. On
procède, en premier lieu, à l’étude des ressources puis leur confrontation avec les besoins
prévus à l’horizon de planification.

Dans les stations de pompages ou les stations de reprise, l’eau est pompée de forages ou
des puits vers des réservoirs à l’aide des pompes qui sont entrainées par des moteurs AC. Pour
assurer le fonctionnement de ces pompes et ces moteurs, on mit en place tout une installation
hydro-électromécanique.

Mon sujet est basé sur l’alimentation en eau potable des cinq douars (A, B, C, D et E
« province El-Hajeb »).

Pendant la préparation de mon sujet j’ai découvert de près les pompes (permettant
d’aspirer et de refouler un fluide), les démarreurs électroniques (qui sont utilisés pour les
démarrages progressifs afin de diminuer les courants de démarrage ainsi améliorer le
rendement), les armoires électriques qui englobe le matériel nécessaire pour commander les
moteurs des pompes, arrivant au dimensionnement du transformateur qui va alimenter
l’ensemble de la station.

Ce travail est réparti sur trois chapitres fondamentaux, chacun traite une partie du sujet
comme suit :

Chapitre I : Ce chapitre est consacré à citer des informations à propos de l’Office


National de l’Eau Potable à Meknès et son fonctionnement ; organigramme, directions etc.

Chapitre II : Dans ce chapitre on va discuter la partie hydraulique du sujet qui comprend


le dimensionnement des conduites, calcul des pertes des charges et dimensionnement des
stations de pompage.

Chapitre III : Comme un dernier chapitre on va attaquer la partie électrique du sujet,


essentiellement, les moteurs d’entrainement et les démarrages qui leur concernent, ainsi que le
bilan de puissances pour aboutir au dimensionnement du transformateur assurant
l’électrification de station de pompage.

Et enfin une conclusion qui va clôturer mon sujet du rapport.

5
6
7
CHAPITRE I : Présentation de l’ONEP

I. Historique

L’office national de l’eau potable a été créé en 1972 suite à la régie d’exploitation industrielle
créée par le dahir du 19 Juillet 1929 qui avait une activité très diversifiée durant le protectorat.
Il est le 1er établissement public qui a régi un contrat plan avec l’état prévoyant les obligations
et droits de chaque partie.
Le statut de cet établissement est public, il vise l’intérêt général à caractère industriel et
commercial. Sa création a permis un meilleur rapport qualité prix et l’élargissement du champ
d’action au petit centre et au monde rural et la distribution de l’eau via les régies seulement
lorsque les communes sont dans l’incapacité de le faire (L’ONEE - BRANCHE EAU - a 200
centres en gérance) De plus, l’ONEE - BRANCHE EAU - est doté de l’autonomie financière
et de l’autonomie de gestion, placé sous la tutelle du ministère de l’équipement.
L’objectif de l’ONEE - BRANCHE EAU - est fixé par les missions principales dont elle est
investie telles qu’elles sont prescrites dans le dahir de sa création.
Ses missions principales vont de la planification à la distribution de l’eau potable en passant
par les phases de l’étude, la conception, la réalisation (travaux et prévisions financières) ,
gestion et exploitation des unités de production, de distribution et du contrôle de la qualité des
eaux, jusqu’à la protection des ressources et ces derniers temps l’assainissement également.
Sans oublier la direction de centre de formation aux techniques de l’eau interne à l’ONEE -
BRANCHE EAU - qui participe à la formation continue et aux diverses formations
programmées pour assurer aux agents de l’ONEE - BRANCHE EAU - les performances
requises.

8
II. Organisation de l’ONEE-branche eau
1. Organisme générale

Direction
Coopération et Direction de responsabilité
DIRECTION
Communication procédurale des projets

GENERALE
Direction Audit et Chargée de mission
Organisation

Direction
I. centrale Direction Direction centrale Direction centrale
pôle financier centrale pôle pôle développement pôle ressources

Direction Direction Direction des


Direction financière planification et ressources humaines
patrimoine
stratégie
II.
Direction contrôle de Direction
Direction
gestion et système Direction approvisionnement et
qualité
d’information technique et marchés
III. ingénierie
9 Direction Direction des moyens
Direction commerciale Régional Direction
IV. communs
et marketing généralisation
AEP
Direction centre de
formation aux
Direction
techniques de l’eau
assainissement et
environnement

9
2. Les directions régionales :

L’ONEE branche eau se compose d’une direction centrale située à Rabat et neuf
directions régionales à travers le royaume, à savoir :

 Direction Régionale du Sud AGADIR (DR1).


 Direction Régionale de TENSIFT (DR2).
 Direction Régionale du Centre de KHOURIBGA (DR3).
 Direction Régionale du Centre Nord-Ouest KENITRA (DR4).
 Direction Régionale du Centre FES (DR5).
 Direction Régionale du l’Orientale OUJDA (DR6).
 Direction Régionale du Centre Sud MEKNES (DR7).
 Direction des coordinations des Provinces sahariennes (DR8)
 Direction Régionale de l’Atlantique du nord (DR9).
 Direction Régionale de l’Atlantique RABAT (DRC).

3. Organigramme de la DR7

10
4. Rôle de l’agence mixte de Meknès El Hajeb Ifrane l’ONEE-branche eau
Meknès
L’agence mixte de Meknès El Hajeb Ifrane a pour rôle la production, bien entendu le
traitement des eaux et leur désinfection, le stockage de ces eaux dans des réservoirs, et la
distribution de ces eaux.

Agence Mixte de Meknès

Service Service Service de Gestion


Technique d’Exploitation et
Maintenance

III. Relation entre la branche d’eau et la branche d’électricité


L’ONEE-branche eau établit un contrat d’abonnement avec l’ONEE-branche électricité
pour avoir de l’énergie électrique qui est une source très coûteuse. En effet l’ONEE-branche
eau dépense environ 25 à 30% de son budget de fonctionnement pour couvrir la facture
d’énergie, ce qui représente une charge très lourde.
La bonne gestion de l’énergie électrique consiste à :

 Faire fonctionner les installations pendant les heures creuses, ensuite les heures
pleines et éviter si possible les heures de pointes.
 Eviter toute sorte de pénalité (dépassement de puissance souscrite, cosinus phi
inférieur à 0.8)
 Adaptation de la puissance souscrite en cas de remplacement des récepteurs.
 Fiabilité des appareils de comptage.

Tarification de l’énergie électrique :

La facture d’électricité a 4 composantes principales :


1. Les frais de la consommation d’énergie électrique (kWh).
2. Les redevances de puissance.
3. Les pénalités.
4. Les taxes.

11
1. Les frais de la consommation :
Les frais de l’énergie électrique consommée (kWh) sont basés sur l’existence de trois tarifs
correspondant à trois tranches horaires :

2. Redevance de puissance
La redevance de puissance souscrite dont le montant est fixé par les clauses particulières
du contrat est payable en 12 mois suivant le nombre de KVA.

3. Taxe comptage et branchement


Les taxes de comptage et branchement dépendent du mode de comptage.
En effet, on distingue trois types de comptage relatifs à la haute et moyenne tension :
a- Comptage monophasé effectué au niveau de la haute tension.
b- Comptage moyenne tension qui se fait en amont du transformateur. Il est exigé si le poste
contient au moins un transformateur de puissance supérieure à 630 KVA.
c- Comptage aval effectué au niveau de la basse tension en aval du transformateur.

Dans ce mode de comptage, les pertes joules et les pertes vides actives dissipées dans le
transformateur sont estimées.

12
 Actions pour réduire le coût d’énergie :

 Ajustement de la puissance souscrite : En vue de réduire les redevances


de puissance sans provoquer des pénalités de dépassement, la puissance
à souscrire doit être choisi de manière judicieuse. En effet une puissance
souscrite élevée est soumise à des redevances de puissance inutiles, et une
puissance souscrite basse engendre des pénalités de dépassement. Ainsi la
puissance optimale à souscrire doit être la plus proche possible de la puissance
appelée par l’installation.

 Installation de batteries de condensateurs : Le facteur de puissance (cosinus


phi) d’une installation donnée doit être au minimum égal à 0.8 sinon le
fournisseur d’énergie applique des pénalités, pour cela on installe des batteries
de condensateurs pour améliorer le cosinus phi.

 Bénéficier du tarif heures creuses.

 Contrôle de la fiabilité des appareils de comptage.

13
CHAPITRE II : Etude des transferts d’eau

I. Définition et types
1. Adduction gravitaire
a. Pertes charges linéaire
Les pertes de charge linéaire sont dues d’une part, au frottement des filets d'eau en
mouvements les uns sur les autres, et d’autre part, à leurs contacts avec les parois internes tout
au long de la conduite
Pour les évaluer, on a utilisé depuis un temps une multitude de formules plus ou
moins complexes. La plupart d’entre elles ont été abandonnées peu à peu à cause de la
difficulté de leur application. En revanche, d’autres auteurs ont essayé de les transformer
en tables pour faciliter leur utilisation, mais les plus connues restent les suivantes :

 Formule de WILLIAMS ET HAZEN :

C’est la plus utilisée aux Etats-Unis, et elle n’est applicable que pour les
écoulements d’eau. Son expression est la suivante :

10,674 ∗ 𝐿 ∗ 𝑄𝑉 1,852
𝐻𝐿 =
𝐶 1,852 ∗ 𝑑 4,875
HL : perte de charge en m
Qv : débit, en m3/s
L : longueur du tuyau, en m
d : diamètre intérieur du tuyau, en m
C : coefficient de rugosité de Hazen-Williams

 Formule de DARCY – WEIBACH :

La formule de Darcy-Weisbach est théoriquement la plus correcte et la plus


largement utilisée en Europe (Générale des eaux, 2009). Elle s'applique à tous les
régimes d'écoulement et à tous les liquides.

𝛾 ∗ 𝑉2
𝐽=
2𝑔𝐷
J : gradient de pertes de charges en m/km
V : vitesse de l'écoulement en m/s

g : accélération de la pesanteur g = 9.81 m/s²


D : diamètre intérieur en m

𝛾 : Coefficient de frottement.

14
1 𝐾 2,51
= −2log( + )
√𝛾 3,71 ∗ 𝐷 𝑅𝑒 ∗ √𝛾
𝑉∗𝐷
Avec 𝑅𝑒 = nombre de Reynolds
𝑣

𝑣 : La viscosité cinématique de l’eau 𝑣 =10 m /s.


-6 2

Après avoir calculé le gradient de pertes de charge il suffit de le multiplier par la


longueur de la conduite :

∆𝐻 = 𝐽 ∗ 𝐿
∆𝐻: Perte de charge en m

J : gradient de pertes de charge m/km

L : longueur de la conduite en km

 Formule de Chezy-Manning :

La formule de Chezy-Manning est généralement utilisée pour les écoulements


dans les canaux découverts (écoulement à surface libre) et pour les grands diamètres.

10,294 ∗ 𝑛2 ∗ 𝐿 ∗ 𝑄𝑉 2
𝐻𝐿 =
𝑑 5,33
HL = perte de charge, en m
Q = débit, en m3/s
L = longueur du tuyau, en m
d = diamètre du tuyau, en m
n = coefficient de rugosité de Manning

b. Pertes charges singulière


Tous les accessoires montés dans le réseau (coudes, vannes, tés, cône de
réduction, ...), les déviations et les changements de diamètre sont à l’origine des pertes de
charge singulière. Leur influence n’est plus comparée aux pertes de charge linéaire, et par
conséquent on les estime à 10% de celles-ci :

∆𝐻𝑆 = 10% ∗ ∆𝐻𝐿

∆𝐻𝑆 : Pertes de charge singulière

∆𝐻𝐿 : Pertes de charge linéaire

15
c. Détermination de diamètre de conduite
Les conduites de distribution sont celles qui assurent le transport de l’eau stockée
dans le réservoir vers les foyers. Elles doivent être conçues pour être aptes à véhiculer
le débit de pointe horaire au contraire de celles d’adduction qui ne doivent supporter
que le débit de pointe journalier.

 Nature de conduites
La gamme de tuyaux présente au marché est très large de point de vue nature de la matière de
fabrication, les plus utilisés sont :
 Plastique (PVC et PEHD).
 Métallique (tuyau en fonte, acier galvanisé).
 À base ciment (AC).
En revanche, cette diversité a vraiment son importance, qui réside dans les avantages
que peut offrir chacun de ces tuyaux, mais en général le choix du type convenable est lié à des
facteurs d’ordre technique et économique, comme à titre d’exemple : les conduites en
plastique sont reconnues pour leur légèreté, leur souplesse, leur résistance aux fluides
agressifs et à la corrosion, leur flexibilité (PEHD), leur raccordement sans soudure (PVC) et
par leur petits diamètres, mais le plus important c’est leur coût, contrairement aux conduites
métalliques et celles à base ciment dont les diamètres sont plus grands.
Dans mon cas, le choix de la conduite est imposé par les prescriptions de l’ONEP qui
recommandent des tuyaux en plastique si les diamètres de simulation sont petits, pour leurs
raisons susmentionnées, on utilisera alors le PVC pour le réseau et le PEHD pour le
branchement des abonnés.

débit Diamètre Diamètre


Diamètre
longueur dans la intérieur Extérieur
tronçons intérieur
(m) conduite normalisé normalisé
calculé (mm)
(l/s) (mm) (mm)
DA 2520 1,339 58,212 63,8 75
AA' 330 2,543 61,838 63,8 75
A'B' 1270 1,960 61,204 63,8 75
B'C 1200 0,901 38,564 42,6 50
DD' 180 17,064 112,584 150 160

D'E 2250 16,534 149,159 150 160

16
 Propriétés des conduites :

 Rugosité :

La rugosité définit l’état de la surface interne de la conduite. Elle décrit son degré
d’aspérité, et peut avoir ou non une unité selon les auteurs qui l’utilisent dans les formules de
calcul des pertes de charge. Elle diffère d’un tuyau à l’autre et dépend de la nature de la
matière de base et de l’ancienneté de la conduite.

e Darcy-
Matériel C Hazen-williams n Manning
weibach(mm)
Fonte revêtue 130 - 140 0,25 0,012 - 0,015
Béton 120 - 140 0,3 - 3,0 0,012 - 0,017
Fer galvanisé 120 0,15 0,015 - 0,017
plastic 140 - 150 0,0015 0,011 - 0,015
Acier 140 - 150 0,03 0,015 - 0,017
Tableau : Coefficients de rugosité pour les tuyaux neufs

 Diamètre nominal :

L’autre caractéristique est le diamètre nominal ou externe. Chaque type de tuyau


a une gamme de diamètre nominal bien précise, parmi lesquels on peut choisir le plus
convenable.

Par exemple :

Diamètre Nominal en mm Epaisseur en mm


25 3
32 3.6
40 4.5
50 5.6
63 7.1
75 8.4
Tableau : Dimensions PEHD PN 16

17
Diamètre externe (mm) Diamètre intérieure (mm)
50 42.6
63 53.6
75 63.6
90 76.8
110 93.8
125 102 .2
140 121.4
Tableau : Dimensions PVC PN 16

 Pression nominale :

C’est l’une des propriétés les plus importantes des tuyaux. Pour les canalisations
en plastique, elle correspond à la pression de service admissible, en bar, pour le
transport de l’eau à 20°C.
Le choix de la pression nominale convenable se fait en prenant une PN supérieure à la
plus haute pression déclarée dans un nœud du réseau.

II. Evaluation de population et Besoin en Eau


1. Evaluation de la population
a. Taux d’accroissement
Le taux d’accroissement de la population est l‘augmentation du nombre d‘habitants d’une
région au cours d’une période donnée. Il indique le nombre de naissance et de décès
enregistré pendant la période et le nombre de personne qui sont émigrés ou
immergés.

b. Population future
Le réseau d’alimentation en eau potable de la zone d’étude est conçu, tenant compte de la
croissance démographique et évaluation de la population dans le temps.
L’évaluation du nombre d’habitants se fait sur la base du taux d’accroissement de la
population selon la relation suivante.

n
Pn=P0 (1 +i )

Pn – population à l'horizon considéré.


Po – population de référence.
i – taux d'accroissement.
n – nombre d'années séparant deux horizons (n=40 dans mon cas).

18
Terrain habitations TDA% (taux
zone habitant
Niveau(m) future d’accroissement)
A 763 220 269 0,50%
B 745 400 488 0,50%
C 735 340 415 0,50%
D 748 200 244 0,50%
E 726 4200 7 619 1,50%
totale 5360 9 723

2. Besoin en eau
a. Rendement du réseau
Le rendement projeté est déterminé en considérant les taux enregistrés dans dix années
précédentes, et en espérant atteindre l’objectif de 72 % à l’horizon de la période de calcul.
Cet objectif peut être atteint moyennant le développement d’une stratégie de rénovation des
infrastructures et des programmes de recherche systématique des fuites dans les réseaux de
distribution d’eau et l’encouragement de l’emploi de tuyaux fabriqués en matériaux
permettant de limiter les fuites et les pertes (PEHD…).
Considérant les rendements du réseau suivant
Un rendement global de 72%
Un rendement de production de 95%
Un rendement de distribution de 84%
b. Débit moyen
Il exprime le débit moyen nécessaire pour un logement pour satisfaire ses besoins, son unité
est le : l/s, il se calcule comme suit :

𝑃𝑛 ∗ 𝑑𝑜𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
𝑄𝑚 =
24 ∗ 3600 ∗ 𝑅𝐺
𝑄𝑚 : Débit moyen en l/s
Pn : population à l'horizon considéré.

𝑅𝐺 : Rendement global de réseau


Pour la dotation considérant la valeur de 50l /j/h.

19
c. Débit de pointe journalière
Il reflète le débit satisfaisant les besoins d’un logement pendant le jour où la demande
est à son maximum. Pour calculer ce débit, on introduit la notion du coefficient de pointe
journalier, qui varie pour tenir en compte des gaspillages, des pertes, ainsi que des erreurs
d’estimations. Son unité est le : l/s, et sa formule est :

𝑄𝑚 ∗ 𝐾𝑝𝑗
𝑄𝑝𝑗 =
𝑅𝑝

𝑄𝑝𝑗 : Débit de pointe journalier en l/s


𝑄𝑚 : Débit moyen en l/s
𝐾𝑝𝑗 : Coefficient de pointe journalier, dans notre cas sera égal à 1,5.

𝑅𝑝 : Rendement de production.
d. Débit de pointe horaire
Il définit le débit contentant les besoins en eau d’un logement pendant l’heure la plus chargée,
il fait intervenir à son tour un coefficient de pointe horaire qui varie lui aussi pour les mêmes
raisons. Son unité est le : l/s, et on utilise la formule suivante pour l’évaluer.

𝑄𝑝ℎ = 𝑄𝑚 ∗ 𝐾𝑝ℎ
𝑄𝑝ℎ : Débit pointe horaire
𝑄𝑚 : Débit moyen en l/s
𝐾𝑝ℎ : Coefficient de pointe journalier, dans notre cas sera égal à 3.
e. Résultat de calcul sous EXEL
Habitations 𝑸𝒑𝒋 (l/s)
Douars Habitants TDA% 𝑸𝒎 (l/s) 𝑸𝒑𝒉 (l/s)
future
A 220 269 0,50% 0,194 0,307 0,583
B 400 488 0,50% 0,353 0,558 1,060
C 340 415 0,50% 0,300 0,474 0,901
D 200 244 0,50% 0,177 0,279 0,530
E 4200 7 619 1,50% 5,511 8,702 16,534
total 5360 9 723 6,536 10,320 19,607

20
III. Adduction par refoulement
1. Calcul de la hauteur manométrique totale HMT
La hauteur manométrique totale est la somme des pertes de charge et de la hauteur
géométrique.
HMT = Hg +∆Ha + ∆Hr ⇒ HMT= Hg + ∆Ht

Hg : la hauteur géométrique en (m)


ΔHa: pertes de charge à l'aspiration en (m)
ΔHr: pertes de charge au refoulement en (m)
∆Ht : la perte de charge totale en (m)

2. Vérification de la vitesse d’écoulement

Les vitesses admises dans les canalisations ne doivent pas être ni trop faibles face au risque de
sédimentation, ni trop élevées pour la bonne tenue des conduites et éviter le phénomène
d’érosions de la paroi des canalisations. D’une manière générale on constate que les vitesses
correspondantes aux diamètres optimums répondent à ces critères.

Plages des vitesses Diamètres


(m/s) (mm)
0.5 ≤ V ≤ 1.5 < 250
0.5 ≤ V ≤ 2.0 300 ≤ D ≤ 800

0.5 ≤ V ≤ 3 > 800


Tableau : Variation des vitesses en fonction des diamètres

𝑄
La vitesse est calculée comme suite : 𝑉=
𝑆

Avec :
Q : Le débit max horaire qui transite dans la conduite en (m3/s)

S : La section de la conduite en (m²)


La section est déterminée par la formule suivante en (m²) :

𝜋∗𝐷2
S=
4
D : le diamètre de la conduite en (m)

21
3. Vérification du régime d’écoulement
Pour chaque calcul, on vérifie le régime d’écoulement à l’aide de la formule suivante :

𝑉∗𝐷
𝑅𝑒 =
𝑣
Avec
V : Vitesse moyenne d’écoulement (m/s)
ν : Viscosité cinématique de l’eau ν=1,03×10−6 m2/s à une température de 20°C

D : diamètre de la conduite en m
Si Re < 2000 l’écoulement est laminaire

Si Re > 2000 l’écoulement est turbulent

- Lisse si 2000<Re<100000

- Rugueux si Re>100000

IV. Dimensionnement des réservoirs et pompes


1. Les réservoirs
a. R2
Le réservoir R2 alimente trois douars A, B et C. Le nombre total des habitants est 1172 et
avec une estimation au long d’un délai de 40 ans le nombre d’habitants devient 1431. Le débit
moyen de ce réservoir est donné comme suite :
1431∗50
𝑄𝑚𝑅2 = = 89 437 l /j
0.8

La capacité du réservoir R2 est donnée par la formule suivante :

3
𝐶𝑅2 = 𝑄𝑚𝑅2 (𝑚 ⁄𝑗) ∗ 0.5𝑗

𝐶𝑅2 = 89.5 ∗ 0.5

𝐶𝑅2 = 44.75 𝑚3
Remarque : On choisit une capacité réalisable de 50 m3

22
b. Réservoir principale R1
Le réservoir principal R1 alimente le réservoir de prise R2 ainsi que les deux douars D et E
comme représenté sous le schéma synoptique ci-dessus

D’après le tableau 2 dans les annexes le débit moyen du réservoir R1 est :

𝑄𝑚𝑅1 = 𝑄𝑚𝐷 + 𝑄𝑚𝐸

𝑄𝑚𝑅1 = 5.68 𝑙/𝑠


La capacité du réservoir R1 dépend de celle du réservoir R2 selon la relation suivante :

𝐶𝑅1 = 𝑄𝑚𝑅2 ∗ 2ℎ + 𝑄𝑚𝑅1 ∗ 12ℎ

𝐶𝑅1 = 0.84 ∗ 2 ∗ 3.6 + 5.68 ∗ 12 ∗ 3.6

𝐶𝑅1 = 250 𝑚3

2. Les pompes
a. Pompe immergée de forage
On cherche une pompe immergée dont les critères Débit et HMT donneront le rendement
maximum, c’est le débit nominal de la pompe. Le rendement reste bon dans une fourchette de
+/- 30% du débit nominal.

Le choix de la pompe se fait sur la base du plusieurs critères, qui sont :

Meilleur rendement
Assurer le débit appelé et le HMT correspondant
Charge nette d’aspiration requise minimale (NPSH)
Vitesse de rotation
Nombre d’étage
Puissance absorbé

Les catalogues des fournisseurs donnent les caractéristiques hydrauliques de chaque pompe
sous la forme des courbes ou de tableaux.

23
 Courbes caractéristiques de la pompe

Les courbes principales qui caractérisent une pompe centrifuge et qui expriment ses
performances pour une vitesse de rotation et un diamètre de la roue donnée sont :

 La courbe débit-hauteur [H-Q] qui expriment les


variations des différentes hauteurs relèvement en
fonction du débit

 Les puissances absorbées pour les différents débits [Pabs-


Q]

24
 La courbe du rendement en fonction des différents
débits [R-Q]

 La courbe des (NSPH) pour les différents débits


[NSPH-Q]

 Conduite de refoulement

Le niveau dynamique du forage est d’environ 60 m par rapport au sol, en plus le


réservoir principal est surélevé de 20m avec un linéaire de 20m donc la longueur de la
conduite est d’environ 106 m. Le diamètre de la conduite de refoulement a été calculé de
façon à avoir une vitesse de circulation proche de 0,7 m/s lors du pompage.

25
V=0,7 m /s valeur de la vitesse souvent recommandée
Débit de la pompe Qv=10,5 l/s

Q VPP ∗ 4 ∗ 10−3
DP = √
π∗V

10,5 ∗ 4 ∗ 10−3
DP = √
π ∗ 0,7

Dp=137 mm DN=150mm

 Perte charges linéaire

10,674 ∗ L ∗ Q V 1,852
HL =
C1,852 ∗ d4,875
HL : perte de charge en m
Q : débit, en m3/s
L : longueur du tuyau, en m
d : diamètre du tuyau, en m
C : coefficient de rugosité de Hazen-Williams

10,674 ∗ 106 ∗ (10,5 ∗ 10−3 )1,852


HL =
1201,852 ∗ 0,154,875

26
 Pertes charges singulières

On évalue les pertes de charges singulières à 10% des pertes de charges linéaires.

𝐻𝑠 = 𝐻𝐿 *10%=0,36*0,1
𝐻𝑠 =0,036m
Considérant une Perte charge au niveau de la crépine de 2m, ( 𝐻𝑠 =2m)

 Pertes charges totales

Les pertes charges totales est la somme des pertes charges linéaires, singulières et les pertes
charges au niveau de la crépine.

𝐻𝑡 = 𝐻𝐿 + 𝐻𝑠 + 𝐻𝑐
𝐻𝑡 =2,4m

 La hauteur Manométrique Totale HMT de la pompe

La hauteur manométrique totale est la somme des pertes de charge et de la hauteur


géométrique.
HMT1=𝐻𝑡 +𝐻𝑔 avec 𝐻𝑔 est la différence de hauteur

HMT1= 96+ 2, 4
HMT1= 98,4m HMT1= 100m
 Débit de la pompe

La pompe principale assure l’alimentation du réservoir R1 d’après le forage. Son débit


correspond au total des débits des pointes journalières des cinq douars.

D’après le tableau 2 dans les annexes le débit de la pompe est 𝑄𝑝𝑗1 = 11 𝑙/𝑠.

Remarque

Le groupe électropompe choisie est un groupe de pompage immergée de marque


GRUNDFOS de type, SP46-11 dont la courbe caractéristique est relatée comme suit :

27
28
b. Pompe 2 de la station de reprise
De la même manière qu’on a dimensionné la pompe principale on a abouti aux résultats
suivants :

HMT2= 47m HMT2= 50m

 Débit de la pompe

La pompe 2 assure l’alimentation du réservoir R2 qui, de son tour, alimente les trois
douars A, B et C.

D’après le tableau 2 dans les annexes le débit de la pompe est 𝑄𝑝𝑗2 = 1.5 𝑙/𝑠

Pour le choix de la pompe voir annexe 2.

c. Pompe doseuse
Pour un simple traitement d’eau on utilise une pompe doseuse pour injecter l’eau de
javel au niveau d’un piquage réalisé à la conduite de refoulement liant la pompe principale de
débit Qpj1 = 11.5l/s et le réservoir principal R1.

Le débit de la pompe doseuse dépend de celle de débit de la pompe principale selon la


relation suivante :

𝑄𝑝𝑗1 ∗ 𝐶𝑐𝑙
𝑄𝑃𝐷 =
3.17 ∗ 𝐶𝑗𝑎𝑣𝑒𝑙
𝑄𝑃𝐷 : Débit de la pompe doseuse en l/h

𝑄𝑝𝑗1 : Débit de la pompe principale m3/h

𝐶𝑐𝑙 : Concentration du clore en Eau potable en mg/l

𝐶𝑗𝑎𝑣𝑒𝑙 : Concentration d’eau de javel g/l

𝑄𝑝𝑗1 ∗ 𝐶𝑐𝑙
𝑄𝑃𝐷 =
3.17 ∗ 𝐶𝑗𝑎𝑣𝑒𝑙

𝑄𝑃𝐷 = 2 𝑙/ℎ

29
La pression au niveau de la conduite et de 7bar à peu près car le forage et de 70m de
profondeur (1bar correspond à 10 m).

Alors on fait le choix d’un pompe doseuse à membrane mécanique de la constructeur


JESCO répond aux exigences du cahier de charge avec un réglage de mois 10% de son débit
nominal.

Réglage manuel continu de la cylindrée de 0 à 100% et équipés d’un réglage manuel de la


cadence.

30
Chapitre III : Electrification et de station de pompage

I. Les moteurs d’entrainement des pompes et procédés de démarrage


1. Moteur d’entrainement de la pompe immergée
a. Caractéristiques
 Puissance Utile

C’est la puissance fournie par le moteur pour faire entrainer la pompe est calculé par la
formule suivante en (kW) :

𝑄𝑝𝑗 ∗ 𝐻𝑀𝑇1
𝑃𝑢 =
𝑅𝑝 ∗ 102

𝑅𝑝 : Rendement de la pompe (75%)

𝑄𝑝𝑗 : Débit refoulé par la pompe en l /s

𝐻𝑀𝑇1 : La hauteur manométrique totale de la pompe

10.5 ∗ 100
Pu =
0.75 ∗ 102
Pu =13.73KW
 Correction de la puissance

On ajoute 20% de la puissance pour les accessoires et les équipements de la pompe


(pompe doseuse, les appareillages de protection et les contacteurs) suivant le tableau suivant :

Puissance (KW) Pourcentage de correction


P<4 30%
4<P<20 20%
P>20 10%

Donc on calcule la nouvelle puissance utile :

𝑃𝑈𝑁 = Pu ∗ 1.2

𝑃𝑈𝑁 = 13.73 ∗ 1.2

𝑃𝑈𝑁 = 16.5 𝐾𝑊

Référent au catalogue des moteurs asynchrone de constructeur GRUNDFOS le moteur


convenable est un moteur asynchrone triphasé de puissance utile de 18.5Kw,

31
Cos (phi) 75%=0.73 et Rendement de 84.5%.

b. Procédé de démarrage du moteur


Pour beaucoup de raisons comme la protection des canalisations contre les coups de
bélier et le coût de l’installation on va choisir un démarrage progressif pour ce moteur

La réduction d’intensité peut être obtenue par des composants électroniques. On utilise
alors un démarreur progressif à base de gradateur.

 Principe

Le démarreur est constitué de deux thyristors montés en tête bêche sur chacune des
phases.
Le contrôle du démarrage peut être obtenu par contrôle de la tension d’alimentation
(augmentation progressive) soit par contrôle du courant absorbé soit en jouant sur les deux.
Le convertisseur est branché dans le circuit de puissance comme un contacteur .Il fonctionne
en boucle ouverte lorsqu’il contrôle uniquement l’augmentation progressive de la tension, en
boucle fermée lorsqu’il contrôle le courant.
Lorsque le moteur atteint sa vitesse nominale, il est possible de court-circuiter le démarreur
par un contacteur, ceci permet de réduire les pertes dans le convertisseur.

 Remarque
Cette possibilité permet le pilotage successif de plusieurs moteurs avec un
seul démarreur.
Ce type de démarrage permet :
Une grande souplesse de démarrage.
La maîtrise des caractéristiques de démarrage, généralement modifiables par l’utilisateur.
Exemple d’application :
Commande des pompes, ventilateurs, compresseurs.
Commande d’escaliers mécaniques, de convoyeurs (limitation des coups au
démarrage).
 Circuit de puissance

32
 Circuit de commande

Pour le câblage de ces démarreurs se reporter à la notice du constructeur (d’autres


éléments pouvant être pris en compte).

 Shuntage en fin de démarrage

Le gradateur de tension étant monté en série avec le moteur, il est possible


de la court-circuiter (by-pass) en fin de démarrage comme on le fait avec les résistances
statoriques.

Le moteur est alors alimenté sous pleine tension. Ceci permet de


limiter l’élévation de température pendant la phase de fonctionnement sous pleine tension.

Circuit de puissance.

33
Fonctionnement

* Fermeture de KM1, le gradateur est sous tension, le moteur démarre.


* Le gradateur délivre une information de fin de démarrage (contact SS 43-44), KM2 se ferme,
le moteur est couplé au réseau.
* KM1 s’ouvre, le gradateur est mis hors tension.
* RC circuit de protection.

Circuit de commande

2. Moteur de pompe 2
a. Caractéristiques
 Puissance utile

C’est la puissance fournie par le moteur pour faire entrainer la pompe est calculé par la
formule suivante en (kW):

𝑄𝑝𝑗 ∗ 𝐻𝑀𝑇2
𝑃𝑢 =
𝑅𝑝 ∗ 102

𝑅𝑝 : Rendement de la pompe (59%)

𝑄𝑝𝑗 : Débit refoulé par la pompe en l /s

𝐻𝑀𝑇2: La hauteur manométrique totale de la pompe

1.7 ∗ 50
Pu =
0.59 ∗ 102
Pu =1.41 KW
 Correction de puissance

D’après le tableau général de correction des puissances on ajoute 30% à la valeur calculée de
puissance utile du moteur de pompe 2.

34
PuN = Pu ∗ 1.3 = 1.81 𝐾𝑊 PuN = 2.2 𝐾𝑊
Référent au catalogue des moteurs asynchrone de constructeur GRUNDFOS le moteur
convenable est un moteur asynchrone triphasé de puissance utile de 2.2Kw,

Cos (phi) 75%=0.87 et Rendement de 84%.

b. Procédé de démarrage du moteur


Le démarrage choisi pour le moteur de pompe 2 est un démarrage direct et pour protéger la
conduite on installe des ballons anti-bélier.

 Principe

Les enroulements du stator sont couplés directement sur le réseau, le moteur


démarre et atteint sa vitesse nominale.

 Caractéristique
 Intensité
L'intensité Id de démarrage est très importante. Elle peut atteindre
suivant le type de moteur (simple ou double cage) et suivant sa puissance
nominale de 3,5 à 7 fois l'intensité nominale. Il en résulte des à-coups
importants sur le réseau de distribution.
 Couple
Le couple moteur de démarrage Cd est de 1,5 à 2 fois le couple
nominale.
 Circuit de puissance

 Circuit de commande

35
II. Bilan des puissances et compensation d’énergie réactive
1. Bilan de puissances
Dans l’étude des puissances dans la station de pompage on prend en considération la pompe 1
et la pompe 2 ainsi que la puissance consommée par l’éclairage et logement de gardien. Le
tableau ci-dessous englobe les différents calculs de puissances.

Pu(KW) Rendement Pa(KW) Cos(phi) Q(KVAR)


P1 18,5 84,50% 21,89 0,73 20,5
P2 2,2 84% 2,62 0,87 1,48
Eclairage+loge gardien 2 100% 2 1 0

 Puissance réactive de l’installation


𝑄 = 𝑃𝑎 ∗ tan(𝜑)
𝑄𝑇 = 𝑄𝑝1 + 𝑄𝑝2
𝑄𝑇 = 21.98 𝐾𝑉𝐴𝑅
 Puissance apparente de l’installation

𝑆 = √𝑃𝑎𝑇 ² + 𝑄𝑇 ²
𝑆 = 34.43 𝐾𝑉𝐴
 Facteur de puissance de l’installation
𝑃𝑎𝑇
𝐶𝑜𝑠(𝜑) =
𝑆
𝐶𝑜𝑠(𝜑) = 0.76
Remarque : Ce facteur de puissance est très faible, chose qui est mauvaise pour l’installation.
Alors, il faut chercher à l’améliorer.

 Inconvénients de mauvais cos(phi)

Comme nous venons de le dire précédemment, pour une même puissance utile fournie par un
appareil électrique, il faut transporter dans tous les circuits électriques une intensité d'autant
plus grande que le Cos Phi est faible, cela entraîne :

 Une augmentation du montant de la facture. (une consommation excessive d'énergie


réactive peut également entraîner une majoration sous forme de pénalité du montant
de votre facture:
 Une surcharge ou un surdimensionnement de l'installation. En effet, si le Cos Phi
diminue, It (courant réellement transporté) augmente, or, les facteurs qui limitent la
puissance maximale que peut transmettre une ligne sont, d'une part la chute de tension
(fonction de I), d'autre part la température maximale admissible par l'isolant : à peu
près 70° pour du PVC (fonction de I²).

36
2. Compensation de l’énergie réactive

Pour compenser l’énergie réactive on cherche à améliorer le facteur de puissance de


l’installation. L'amélioration du Cosinus Phi doit passer par l'installation d'un moyen de
compensation qui constitue la solution la plus efficace : très généralement une ou plusieurs
batteries de condensateurs (Véritable générateur d'énergie réactive : I en avance de 90° sur U
réseau)

𝑃𝑎 (tan(𝜑) − tan(𝜑 ′ ))
𝐶∆ =
3 ∗ 𝜔 ∗ 𝑈²
𝑄𝐶 = 3 ∗ 𝐶 ∗ 𝜔 ∗ 𝑈²𝐶
Notre calcul avait pour but à améliorer le facteur de puissance des deux pompes à 0,9.
Le tableau suivant résume les résultats.

Pa(KW) Cos(φ) φ tan(φ) Cos(φ') φ' C (µF) 𝑄𝑐 (KVAR)


P1 21,89 0,73 43,11 0,93 0,9 25,84 66,71 10,06
P2 2,62 0,87 29,54 0,57 0,9 25,84 1,43 0,22
Eclairage+loge gardien 2 1 1 0 0

Exemple de matériel

37
III. Dimensionnement du transformateur
Le choix du transformateur dépend de notre calcul précédent de la puissance apparente
de l’installation en ajoutant une valeur de 20% pour qu’il ne fonctionne pas en pleine charge.

𝑆𝑇 = 𝑆 ∗ 1.2

𝑆𝑇 = 34.43 ∗ 1.2

𝑆𝑇 = 41.32 𝐾𝑉𝐴 𝑆𝑇 = 50 KVA

En effet, notre transformateur est un transformateur sur poteau (type H61) de 50 KVA
dont les caractéristiques sont les suivantes :

 Type : Extérieur, immergé huile/ hermétique


 Tensions assignées : MT : 20, 22, 30, 33 KV / BT : 400, 410 V
 Spécification ONE : D60-P60
 Equipements :
3 traversées porcelaine HT
4 traversées porcelaine BT
Commutateur hors tension
Orifice de remplissage
Crochet normalisé sur face arrière
Anneaux de levage
Support équerre soudé sur fond de cuve
2 emplacements de mise à la terre
Plaque signalétique, plomb de garantie
Protection spéciale de la cuve contre la
corrosion.

 Couplage :

tension Yzn 11 Dyn11


KV KVA KVA
24 50 100-160
36 50-100 160

38
 Caractéristiques électriques :

IV. Automatisation de la station de pompage

1. Description du système
Le système comporte principalement deux réservoirs surélevé de 20m et deux
pompes centrifuges, la première est une pompe immergée qui assure le
remplissage du premier réservoir de son rôle est de alimenté les deux douars D
et E, la deuxième est une pompe de prise du R1 vers le R2 (distance entre
réservoirs est 2,5Km) assurant par conséquent le remplissage du deuxième
réservoir qui alimentent les trois douars A, B et C.

2. Schéma descriptif

39
3. Fonctionnement du système

A l’état initial :
- Les deux Réservoirs sont vides.
- Le niveau d’eau au forage est contrôlé par un capteur de Niveau
(ELECTRODE).
- La pompe immergé P1 démarre.
- Le réservoir R1 est au Niveau moyen détecté par un capteur de niveau .
- La pompe se démarrent P1 démarre.
- Le réservoir R2 est en mode remplissage
Lorsque le réservoir R2 est remplie la difficulté ici est comment transmis
l’information du R2 ver l’Automate Programmable (distance de 2 ,5 km), alors
on utilise un robinet flotteur qui va fermer la conduite lorsque le réservoir est
remplie, avec une Pressostat on Aval du Pompe.

Lors de la fermeture du Robinet flotteur une surpression est détectée par le


pressostat au niveau de la station, on exploite cette information par un
intermédiaire d’un automate programmable Zélio pour donner l’ordre d’arrêt à
la pompe.

Après un temps nécessaire à la vidange du 1/3 du réservoir la pompe redémarre.

40
4. FBD

On a résolu notre cahier de charge sous forme de grafcet réalisé sur le logiciel
Zélio:
Référence de L’Automate programmable SR2B201JD.

Symboles variable Commentaires

MA1 I1 Bouton March P1

NF I2 Capteur niveau du forage

NH I3 Capteur niveau haut

NB I4 Capteur de bas

MA2 I5 Bouton March P2

NM I6 Capteur niveau moyen

Pr IB Pressostat

P1 Q1 Moteur de pompe 1

P2 Q6 Moteur de pompe 2

L1 Q3 Lampe Témoin de P1

L2 Q8 Lampe Témoin de P2

41
a. Pompe 1

b. Pompe 2

42
c. Schéma électrique

43
Conclusion

Cette étude a porté sur la conception et le dimensionnement du système d’AEP dans le


but de prévoir un ensemble d’action visant à améliorer la situation actuelle des 5 douars et
survenir aux besoins de la population en eau potable jusqu’à l’horizon 2058.

Pour l’élaboration de ce projet j’ai :

Localisé les douars à desservir et le forage à exploiter sur une carte.

Estimé le nombre de population à l’horizon de 40 ans.

Estimé les besoins en eau potable de la population à l’horizon de 40 ans.

Déterminé le bilan besoins-ressources.

Conçu et dimensionné un système d’AEP afin d’alimenter les 5 douars de province d’EL-
Hajeb.

44
Bibliographie

- Dupont A, 1979, Hydraulique urbaine, Tome 2 : ouvrage de transport –


Elévation et distribution des eaux, Edition Eyrolles.
- Catalogue Eau Froid 2005 (GRUNDFOS-CATALOGUE).
- Site web www.grudfos.com.
- « Notions de mécanique des fluides » de, Mr Rida BEN HAMOUDA,
Enseignant agrégé en mécanique et technologue diplômé de l’Ecole
Nationale de l’Aéronautique et de l’Espace ENSAE – SUP’AERO de
Toulouse.
- Catalogue transformateur à Poteaux du constructeur NEXANS.
- J. M. Hirtz ‘’Les station de pompage D’eau ‘’, Lavoisier TEC and DOC
1991.

45
Annexe

46