Vous êtes sur la page 1sur 50

« Les virus sont les virus » André Lwoff

(1902-1994)
 Les maladies virales comme la rage, la
fièvre jaune, la variole, affectent les
humains depuis des siècles. Cependant,
la cause de ces maladies est restée
inconnue pendant longtemps.
 A la fin du XIXe siècle, la conception
d’agents infectieux qui n’étaient ni des
bactéries, ni des champignons, ni des
parasites était encore difficile.
 Entre 1887 et 1892: le botaniste russe
Dimitri Ivanovski étudia une maladie
végétale, la mosaïque du tabac, il
pensait qu’il s’agissait d’une toxine ou
bien d’une très petite bactérie.
 C’est le chimiste hollandais Martinus
Beijerinck qui approfondi ces travaux et
écarta l’hypothèse bactérienne, et
dénomma le phénomène Contagium
vivum fluidum.
 entre 1900 et 1902: Le virus de la fièvre
jaune est le premier virus pathogène de
l’Homme identifié (REED et al).

 pendant la Première Guerre mondiale:


le microbiologiste franco-canadien Félix
d'Hérelle baptisa le mot bactériophage
sur le phénomène de lyse transmissible
dû à un virus de bactéries
 Dans les années 1930: L’apparition de
la microscopie électronique permis
l’observation des virus, mais on ne savait
toujours pas à cette époque ce qu’ils
étaient réellement.

 en 1935-1936: Le biochimiste américain


Wendell Stanley cristallisa le virus de la
mosaïque du tabac sous forme de cristal
protéique contenant également de
l’ARN.
 A partir des années 1960: le
développement des cultures cellulaires,
de la microscopie électronique, puis de
la biologie moléculaire a permit aux
scientifiques de progresser dans la
compréhension des mécanismes de
réplication des virus, dans la réalisation
de diagnostics fiables et dans
l’élaboration de vaccin.
 Le mot virus est issu du latin virus, qui signifie
« poison ».
 Un virus est une entité biologique qui
nécessite une cellule hôte, dont il utilise les
constituants pour se multiplier.
 Les virus sont des agents infectieux
microscopiques possédant un seul type
d’acide nucléique (ADN ou ARN),
 La virologie est la science qui étudie les
virus. Elle est étudiée par des virologues ou
des virologistes.
 Les virus sont des parasites intracellulaires
obligatoires (ne peuvent se développer qu’en
parasitant les cellules vivantes, dont ils
détournent les synthèses à leur profit).
 Leur pénétration peut se faire de multiples
façons ; inhalation, contacte et inoculation par
des organismes vecteurs (insectes piqueurs,
blessures etc …). Il pénètrent ensuite à
l’intérieur des cellules où ils se multiplient.
 l’information apportée par l’acide nucléique
du virus provoque un dérèglement du noyau
de la cellule parasité, qui ne synthétise plus
son propre acide nucléique mais celui du virus.
 très grande diversité, estimée en 2007 à 10³¹,
qui est bien plus que la diversité des trois
domaines Bacteria, Archaea et Eukaryota
réunis.
 Le virus provoque des maladies graves,
contagieuses, qui prennent le nom de
viroses chez les végétaux.
 Les principales maladies humaines virales
relativement courante sont : Le rhume, la
grippe, la varicelle, la rougeole, la
mononucléose infectieuse, sont des
exemples de maladies.
 Des maladies plus sévères comme le SIDA,
la grippe aviaire, la variole, Ebola,
Coronavirus sont aussi causées par des virus.
 Un virus est constitué par un seul acide
nucléique ou génome viral (ARN ou
ADN) circulaire ou linéaire, simple brin
(monocaténaire) ou deux brins
(bicaténaire), contenu dans une coque
de protéine (capside) de forme variable.
 Chez certains virus, la capside est en
outre protégée par une enveloppe issue
de la membrane des cellules infectées.
 Les génomes des virus ne comportent que
de quelques gènes à 1 200 gènes. Le plus
petit virus connu est le virus delta. Il ne
comporte qu'un seul gène. Le plus gros
virus connu est le mimivirus, avec un
diamètre qui atteint 400 nanomètres et un
génome qui comporte 1 200 gènes.
 Un provirus est un rétrovirus qui s'est infiltré
dans l'ADN d'une cellule hôte, grâce à la
transcriptase inverse qui le transforme en
ADN. Par exemple, le virus du SIDA, le VIH
est un provirus
 Un Viroïde est un agent infectieux des
plantes et probablement des animaux,
de structure plus simple qu’un virus. Ces
particules, plus petites que les virus,
contiennent un seul ARN circulaire et
n'ont pas de capside ni enveloppe. .
 En 2008, des scientifiques on mis en
évidence une nouvelle entité
biologique. Ce virus, appelé virophage,
infecte les virus géants comme le
Mimivirus. Il permet de réaliser des
transferts de gènes d'un virus géant à un
autre.
 Une particule virale complète, appelé
virion, est composée d’un filament
d’acide nucléique, généralement
stabilisé par des nucléoprotéines
basiques, enfermé dans une coque
protéique protectrice appelée capside.
 La capside est constituée de sous-unités
protéiques appelées protomères.
L'ensemble capside et nucléoïde est
nommé nucléocapside.
 La structure de la capside entraîne la forme
du virus, on distinguer deux groupes
principaux de virus : les virus à symétrie
cubique et les virus à symétrie hélicoïdale.
 De nombreux virus sont entourés d'une
enveloppe (ou péplos) qui prend
naissance au cours de la traversée des
membranes cellulaires. Sa constitution
est complexe et présente un mélange
d'éléments cellulaires et d'éléments
d'origine virale. On y trouve des
protéines, des glucides et des lipides.
 Les virus possédant une enveloppe sont
les virus enveloppés. Les virus ne
possédant pas d'enveloppe sont les virus
nus.
 La classification actuelle
Basée sur l'ensemble des données
biochimiques et morphologiques, la
classification actuelle, proposée en 1962
par Lwoff (Prix Nobel), a été adoptée par
tous les virologistes. Dans l'ordre
décroissant des critères, on a
successivement :
Elle se réfère à la classification de Linné : R E C O F G
ERVI:
Règne, Embranchement, Classe, Ordre, Famille,
Genre, Espèce, Race, Variété, Individu
...mais en plus simple : R E C O F (s/F) G E R V I :
On répartit les virus en familles elles-mêmes
subdivisées en genres qui regroupent les espèces.
les familles sont désignées par un préfixe latin ou
grec suivi de viridae :
(Herpesviridae, et RNA.
les genres
sont désignés de la même manière. On
remplace simplement viridae par virus (les
Myxovirus, les Adenovirus).
les espèces
Au genre on ajoute un nom d'espèce :
Herpesvirus simplex
on utilise très souvent des abréviations :
Les virus de l'herpès = HSV 1 et 2 pur Herpes
simplex virus)
HHV (pour Human herpes viruses)
HIV (virus de l'immunodéficience humaine)
Le péplos n’est pas une cuirasse pour les
virus enveloppés, mais leur tendon
d’Achille.
 Les virus pénètrent dans l'organisme par différentes voies et
tantôt restent sur place, occasionnant des infections localisées
(grippe, coryza, verrues), ou tantôt se propagent à distance,
donnant lieu à des Infections généralisées (rougeole,
poliomyélite)

 Les principales portes d'entrée sont respiratoire (grippe),


digestive (poliomyélite), oculaire (HSV, adénovirus), cutanée
directement (verrues), après piqûre d'insecte (fièvre jaune),
après morsure (rage) ou après inoculation (hépatite B).
 Les muqueuses génitale, anale et parfois bucco-pharyngienne
sont des portes d'entrée pour les virus responsables de maladies
sexuellement transmises (HSV2, hépatite B, HIV).

 Le contact direct au cours de l'accouchement ou le placenta


sont causes de transmission "verticale" entre mère et enfant (HSV,
CMV)
 Toutefois les connaissances acquises depuis
vingt ans dans les mécanismes moléculaires
des cycles de multiplication des virus ont fait
apparaître des cibles plus spécifiques. Plusieurs
étapes du cycle peuvent être concernées : -
Fixation, pénétration, décapsidation
 La seule thérapeutique actuellement utilisée à
cette étape est la rimantadine, qui s'oppose à la
décapsidation du virus Influenza A : en
augmentant le pH de la vacuole d'endocytose,
elle empêche la fusion de l'enveloppe virale
avec la membrane cellulaire.
 Les inhibiteurs des protéases virales
empêchent l'assemblage et la
maturation des virions et la cellule
infectée ne produit plus que des virions
défectifs
 Les inhibiteurs des ADN polymérases
virales constituent à l'heure actuelle la
famille d'agents antiviraux la plus
importante.
 Certains virus sont dits latents, c'est la
grande particularité des virus de la
famille des Herpesviridae.
 Cette particularité repose sur le fait
qu'après une primo-infection, le virus
persiste indéfiniment dans l'organisme.
 Régulièrement, le virus présent chez la
personne porteuse peut se remettre à se
multiplier, on parle de réactivation virale.
Particule infectieuse à l’origine de dégénérescences du
système nerveux central ou d’encéphalopathies subaiguës
spongiformes transmissibles (E.S.S.T), maladies d’évolution
lente, mortelles.
Un prion est une protéine normale accumulée sous une
forme anormale dans les plaques amyloïdes infiltrant les
tissus nerveux
Ils se situent à part, au-delà des frontières de la virologie :
non décelées même au microscope électronique.