Vous êtes sur la page 1sur 3

4- Notation complexe

Circuits linéaires en régine sinusoïdale


(Impédance et déphasage) On représente u par le nombre complexe U = [ U ; θu ].
On représente i par le nombre complexe I = [ I ; θi ].
On représente l'impédance par le nombre complexe Z = [ U/I ; θu - θi ] = [ U/I ; ϕ ].
On représente l'admittance par le nombre complexe Y = [ I/U ; θi - θu ] = [ I/U ; -ϕ ].

OBJECTIFS
II- RÉSISTANCE LINÉAIRE
Il s'agit d'étudier la relation courant-tension dans les dipôles linéaires élémentaires
(résistances , inductances et condensateurs). 1- Expérience
La relation courant-tension étudiée sera de deux types :
c Rapport des valeurs efficaces U / I = Z. Alimentons une résistance linéaire R avec une source de tension sinusoïdale d'amplitude et
d Déphasage ϕ de i par rapport à u. de fréquence réglable.
On étudiera aussi l'influence de la fréquence sur les deux paramètres Z et ϕ. Nous constatons les résultats suivants : u R (t)
iR (t) u R et iR en phase
c Variation de l'amplitude :
I- Rappels Le rapport des valeurs efficaces UR / IR t
est constant et égal à R. θu 0
Si un dipôle linéaire est soumis à une tension i(t) Le déphasage ϕ est constant et égal à
sinusoïdale u(t) = U 2 sin(ωt) ; il sera alors traversé Dipôle zéro. θi
ϕ = θ u-θ i = 0

par un courant sinusoïdal i(t) = I 2 sin(ωt − ϕ) . d Variation de la fréquence :


u(t) Le rapport des valeurs efficaces UR / IR est constant et égal à R.
1- Impédance et admittance Le déphasage ϕ est constant et égal à zéro.
⇒ La fréquence n'agit pas sur le comportement de la résistance.
On appelle Impédance du dipôle la grandeur Z = U / I ( en Ω ).
On appelle Admittance du dipôle la grandeur Y = I / U ( en S ou Ω-1 ). 2- Interprétation

2- Déphasage La résistance est soumise à la tension uR(t) = UR 2 sin(ωt) .


La relation courant-tension pour une résistance est uR(t) = RiR(t).
On appelle déphasage de i par rapport à u l’angle ϕ représentant le retard angulaire de i par
u (t) U
rapport à u ( en degrés ou radians ). On a iR(t) = IR 2 sin(ωt − ϕ) avec iR (t) = R = R 2 sin(ωt) .
R R
3- Représentation de Fresnel UR
Par identification, on a donc IR = et ϕ = 0.
R
On représente u par un vecteur de module U U x
et faisant un angle θu avec l’axe Ox 0 3- Représentation de Fresnel et notation complexe
ϕ
( θu = 0 dans notre exemple).
On représente i par un vecteur de module I et c Représentation de Fresnel :
I ϕ=0
faisant un angle θi avec l’axe Ox IR x
( θi = -ϕ dans notre exemple). uR et iR son en phase, il est donc
judicieux de les placer sur l'axe Ox en 0
UR
prenant arbitrairement θu = 0 ).

1/3
d Notation complexe : 3- Représentation de Fresnel et notation complexe

0 θu=0
UL
On a UR = ZR IR avec ZR = R + j0 ou ZR = [R;0] . c Représentation de Fresnel : x

[ ] iL est en quadrature retard sur uL, on θi


On a aussi IR = YR UR avec YR = 1 + j0 ou YR = 1 ;0 .
R R peut, par exemple, placer UL sur l'axe
Ox en prenant arbitrairement θu = 0 ). ϕ = θu-θi = π / 2 rad
IL

III- BOBINE PARFAITE d Notation complexe :

1- Expérience On a UL = ZL IL avec ZL = [Lω;+π / 2 ] ou ZL = jLω .

Alimentons une bobine parfaite d'inductance L avec une source de tension sinusoïdale
d'amplitude et de fréquence réglable. [ ]
On a aussi IL = YLUL avec YL = 1 ;−π / 2 ou YL = −j 1 .
Lω Lω
Nous constatons les résultats suivants :
iL(t)
u L(t)
c Variation de l'amplitude : IV- CONDENSATEUR PARFAIT
Le rapport des valeurs efficaces UL / IL
est constant et égal à Lω. θu t 1- Expérience
Le déphasage ϕ est constant et égal à 0
+π/2. θi
Alimentons un condensateur parfait de capacité C avec une source de tension sinusoïdale
d'amplitude et de fréquence réglable.
ϕ = θ u-θ i = π/ 2 rad Nous constatons les résultats suivants :
iC (t)
u C (t)
d Variation de la fréquence : c Variation de l'amplitude :
Le rapport des valeurs efficaces UL / IL est proportionnel à ω ( UL / IL = Lω ). Le rapport des valeurs efficaces UC / IC
Le déphasage ϕ est constant et égal à +π/2.
est constant et égal à 1 θi t
⇒ La fréquence n'agit pas sur le déphasage ϕ mais seulement sur l'impédance. Cω 0 θu
Le déphasage ϕ est constant et égal à -π/2.
⇒ Plus la fréquence est élevée, plus l'impédance ZL est grande.
ϕ = θ u-θ i = −π/ 2 rad

2- Interprétation d Variation de la fréquence :


Le rapport des valeurs efficaces UC / IC est inversement proportionnel à ω
La bobine ( inductance ) est soumise au courant iL(t) = IL 2 sin(ωt) . ( UC / IC = 1/(Cω) ).
di (t) Le déphasage ϕ est constant et égal à -π/2.
La relation courant-tension pour une inductance est u L(t) = L L . ⇒ La fréquence n'agit pas sur le déphasage ϕ mais seulement sur l'impédance.
dt
Ce qui donne u L(t) = LωIL 2 cos(ωt) ⇒ uL(t) = LωIL 2 sin(ωt + π / 2) ⇒ Plus la fréquence est élevée, plus l'impédance ZC est faible.
Par identification, on a donc UL = LωIL et ϕ = π/2.

2/3
2- Interprétation V- TABLEAU RÉCAPITULATIF

Le condensateur est soumis à la tension uC(t) = UC 2 sin(ωt) .


duC(t)
La relation courant-tension pour une résistance est iC(t) = C .
dt
Relation entre Impédance
Ce qui donne iC(t) = CωUC 2 cos(ωt) ⇒ iC(t) = CωUC 2 sin(ωt + π / 2) Relation Représentation
Dipôle U et I et admittance
u(t) ↔ i(t) de Fresnel
(valeurs efficaces) complexes
Par identification, on a donc UC = 1 IC et ϕ = - π/2.

ZR = R
3- Représentation de Fresnel et notation complexe Résistance
ZR = [R;0]
IC linéaire UR = RIR
IR UR x
c Représentation de Fresnel : 0 θi=0 x
uR = RiR
iR R 0
θu IR = 1 UR YR = 1 ϕ=0
iC est en quadrature avance sur uC, on R R
uR
peut, par exemple, placer IC sur l'axe Ox YR = [ 1 ;0]
en prenant arbitrairement θi = 0 ). ϕ = θu-θi = - π / 2 rad R
UC
ZL = jLω UL
d Notation complexe : Bobine
ZL = [Lω;+π / 2]
parfaite UL = LωIL
diL
On a UC = ZC IC avec ZC = [ 1 ;−π / 2] ou ZC =
−j
= 1 . uL = L ϕ = +π/2
Cω Cω jCω iL L dt IL = 1 UL YL = − j 1 x
Lω Lω 0
On a aussi IC = YCUC avec YC = [Cω;+π / 2] ou YC = jCω . uL YL = [ 1 ;−π / 2] IL

ZC = −j 1
Condensateur Cω IC x
parfait UC = 1 IC ZC = [ 1 ;−π / 2] 0
C du Cω Cω
iC iC = C C ϕ = -π/2
dt
uC
IC = CωUC YC = jCω
YC = [Cω;+π / 2] UC

3/3