Vous êtes sur la page 1sur 16

REPUBLIQUE DU SENEGAL

COMPLEXE AGRO-AVICOLE TOUBA

PRESENTE :

LE PROJET D’EXPLOITATION MARAICHERE ET AVICOLE DANS LA COMMUNAUTE RURALE DE


NGUENIENE
SOMMAIRE

- Présentation générale du projet

- Investissements

- Chiffres d’affaires

- Financement du projet

- Le marché

- Compte d’exploitation prévisionnel

- Compte de trésorerie prévisionnel

- Conclusion
Présentation générale du projet

1- Le Projet

Il consiste en la création d’un complexe Agro-avicole pour la production de :

- Oignon

- Piment

- Tomate mongal

- Œufs

- Poulets de chair

2- La promotrice

Le complexe Agro-avicole Touba sera dirigé par Mademoiselle Ndèye Awa


Guissé qui totalise plusieurs années d’expérience dans ce domaine.

3- Le Site du projet

Le complexe est situé dans le Sud Est de Ndoffane, localité de la communauté


rurale de Nguéniène à quelques 120 km de Dakar sur la petite côte qui est une
zone touristique très prisée.

La superficie du terrain retenu est de 02 hectares et demi et dont le sol est très
fertile et accessible par une route goudronnée.

La nappe phréatique est peu profonde avec une abondante eau exploitable à
convenance avec puits ou forage.

4- Investissement

Il consiste à :

- L’acquisition du matériel pour le maraîchage

- L’acquisition du matériel pour l’aviculture

- La construction de deux (02) hangars de stockage

- Le fonds de roulement
5- Le financement

Le financement de cet investissement s’établit comme suit :

- Fonds propres 4.125.000 Francs CFA

- Emprunt privé 20.000.000 Francs CFA

6- Le marché

Le complexe Agro-avicole Touba évoluera dans un environnement propice à un


développement rapide de son activité :

- L’existence d’une clientèle à forte demande

- Une connaissance parfaite du marché

- Une bonne qualité des produits proposés

- Des prix attrayants

Le marché tient compte de la demande intérieure et extérieure (exportations).


Investissement

I- Investissement pour le maraîchage

1- Matériel d’exploitation

Quantité Désignation Prix unitaire Prix total


01 Semoir 2.000.000 2.000.000
04 Puits 100.000 400.000
01 Matériel d’arrosage complet 1.500.000 1.500.000
01 Longueur fil barbelé de clôture 500.000 500.000
01 Chambre d’habitation 500.000 500.000
01 Magasin de stockage 900.000 900.000
TOTAL 5.800.000

2- Charges d’exploitation

Quantité Désignation Prix unitaire Prix total


Oignon
04 Pots de semences 25.000 100.000
Engrais 200.000
Piment
10 Pots de semences 30.000 300.000
Produits 100.000
Engrais 100.000
Tomate mongal
08 Pots de semences 40.000 320.000
Produits 100.000
Engrais 100.000
04 Employés 720.000 2.880.000
Frais divers (2 exploitations) 800.000
15 Casiers 3.000 45.000
TOTAL 5.045.000
II- Investissement pour l’aviculture

1- Matériel d’exploitation

Quantité Désignation Prix unitaire Prix total

02 Hangars de 20m x 20 1.500.000 3.000.000

01 Système d’éclairage à l’énergie solaire 1.500.000 1.500.000

01 Chambre d’habitation 500.000 500.000

01 Magasin de stockage 900.000 900.000

TOTAL 5.900.000

2- Charges d’exploitation

Quantité Désignation Prix unitaire Prix total

3.000 Sujets (pondeuses) 500 1.500.000

Alimentation poussin (1 an) 1.200.000

2.400 Loges œufs (tablettes) 100 240.000

02 Employés 60.000 1.440.000

01 Salaire Gérant 250.000 3.000.000

TOTAL 7.380.000

Coût total du projet :


I- Investissement pour le maraîchage : 10.845.000 Francs CFA
1- Matériel d’exploitation : 5.800.000 Francs CFA
2- Charges d’exploitation : 5.045.000 Francs CFA
II- Investissement pour l’aviculture : 13.280.000 Francs CFA
1- Matériel d’exploitation : 5.900.000 Francs CFA
2- Charges d’exploitation : 7.380.000 Francs CFA

Coût total du projet : 24.125.000 Francs CFA


Chiffres d’affaires

I- Le maraîchage

1- Oignon : 4 mois (Novembre-Décembre-Janvier-Février)

La production est estimée à six (06) tonnes au prix unitaire de 400 Francs CFA le
Kg soit :

6.000 Kg x 400 Francs = 2.400.000 Francs CFA

2- Piment : 6 mois (Mars-Avril-Mai-Juin-Juillet)

La production est estimée à dix (10) tonnes au prix unitaire de 1.000 Francs CFA
le Kg soit :

10.000 Kg x 1.000 Francs = 10.000.000 Francs CFA

3- Tomate mongal : 3 mois (Août-Septembre-Octobre)

La production est estimée à quinze (15) tonnes au prix unitaire de 700 Francs
CFA le Kg soit :

15.000 Kg x 700 Francs = 10.500.000 Francs CFA

CA total maraîchage : 22.900.000 Francs CFA

II- L’aviculture

Avec 3.000 sujets (pondeuses) et en tenant compte d’un maximum de perte de


sujets, on pourrait arriver à une production de 2.000 œufs/jours. La durée
d’exploitation est de sept (07) mois, soit 210 jours.

Le prix de vente d’un œuf fixé à 40 francs CFA permet un écoulement facile du
produit

CA : 2.000 œufs x 40 Francs x 210 jours = 16.800.000 Francs

A la fin du cycle d’exploitation les sujets sont reformés et de nouveaux poussins


mis en place pour la continuité de l’exploitation trois (03) mois plus tard. Les
sujets reformés sont vendus au prix de 1.500 Francs CFA l’unité soit :

2.000 sujets x 1.500 Francs = 3.000.000 Francs CFA

CA total aviculture : 19.800.000 Francs CFA


Chiffres d’affaires des deux (02) exploitations

I- Maraîchage

Oignon 2.400.000 Francs CFA

Piment 10.000.000 Francs CFA

Tomate mongal 10.500.000 Francs CFA

Total 22.900.000 Francs CFA

II- Aviculture

Œufs vendus 16.800.000 Francs CFA

Sujets réformés 3.000.000 Francs CFA

Total 19.800.000 Francs CFA

CA I : 22.900.000 Francs CFA

CA II : 19.800.000 Francs CFA

CA total : 42.700.000 Francs CFA


Faisabilité du projet

Depuis 1984, le Sénégal a engagé un processus d’ajustement de son économie


à moyen terme.

Prenant la suite de programme de stabilisation et de redressement


économique et financier, l’ajustement vise à jeter les bases économiques et
financières d’une croissance équilibrée et durable de l’économie.

Dans ce cadre, l’Etat sénégalais a pris plusieurs mesures et a initié de nouvelles


visions du développement sectoriel de l’économie, notamment dans les
domaines de l’agriculture, de l’élevage et de l’industrie.

La mise en œuvre de nouvelles politiques agricoles (NPA) et d’industrie (NPI) se


sont traduites par le désengagement de l’Etat des secteurs productifs au niveau
desquels l’initiative privée a été encouragée.

C’est en vue de soutenir l’entreprenariat privé, désormais responsable, que la


réorganisation des institutions financières et la création d’agences d’appui ont
été envisagées et mise sur pied telles que l’ASEPEX.

Celles-ci devraient être mieux à même d’offrir tant aux producteurs ruraux
qu’aux entrepreneurs, les crédits et une assistance nécessaires à l’expansion de
leurs activités économiques.

C’est un projet qui s’inscrit parfaitement dans les objectifs des plans nationaux
et sectoriels.

En effet, la mise en place de ce projet permettra au promoteur de revenir avec


plus d’ambitions dans un secteur qu’il maîtrise parfaitement, pour y avoir
exercé pendant plusieurs années.

Ce secteur connaît une croissance très importante et pourra contribuer à un


meilleur approvisionnement du marché local et étranger grâce aux
exportations.
Financement du projet

Fonds propres : 4.125.000 Francs CFA

Emprunt privé : 20.000.000 Francs CFA

Aux conditions suivantes :

Durée : 5 ans

Différé : 1 an

Taux 12%

Tableau d’amortissement
Nominal : 20.000.000
Durée : 5 ans
Période de grâce : 1 an
Taux 12%

Période Dette début Taux Amortissement Intérêt de Annuité Dette fin de


période d’intérêt capital la période période

An 1 20.000.000 12% 0 2.400.000 2.400.000 20.000.000

An 2 20.000.000 12% 5.000.000 2.400.000 7.400.000 15.000.000

An 3 15.000.000 12% 5.000.000 1.800.000 6.800.000 10.000.000

An 4 10.000.000 12% 5.000.000 1.200.000 6.200.000 5.000.000

An 5 5.000.000 12% 5.000.000 600.000 5.600.000 0

20.000.000 8.400.000 28.400.000


Le marché

I- La demande

1- La demande extérieure

La restructuration de la filière horticole en vue de l’exploitation est engagée


depuis plusieurs années grâce à la création d’agences d’appui comme l’ASEPEX
et les accords bilatéraux entre le Sénégal et d’autres tels le Canada, le Maroc
etc... De plus, le Sénégal a décidé d’adopter un nouveau modèle de
développement pour accélérer sa marche vers l’émergence. Cette stratégie,
dénommée Plan Sénégal Émergent (PSE), constitue le référentiel de la politique
économique et sociale sur le moyen et le long terme.

Après la mise en œuvre de deux générations de Documents de Stratégie de


Réduction de la Pauvreté (DSRP) de 2003 à 2010, le Sénégal a opté pour une
Stratégie Nationale de Développement Economique et Social pour la période
2013-2017 (SNDES), qui constitue le cadre consensuel de coordination des
interventions publiques.

Avec ce soutien, on a noté une augmentation du volume global des


exportations qui dépasse de loin ce qui a été réalisés durant ces dix dernières
années.

Il est observé de même une diversification des produits et des pays


d’exportation.

Les exportations sénégalaises ont augmenté en volume pour cette filière de


l’ordre de 18,5% en Février 2016.

2- La demande intérieure

Le lieu d’implantation du projet est situé dans la petite côte, zone touristique
de grande envergure.

Le maraîchage y est bien pratiqué et la proximité avec les sites hôteliers facilite
l’écoulement des produits sans compter les nombreux revendeurs qui se
rendent jusque dans les lieux de production pour acheter les récoltes.
L’écoulement du produit maraîcher ne souffre alors aucunement.

Quant à l’aviculture, la demande est toujours supérieure à l’offre. Aussi bien


que les poulets que les œufs sont vendus facilement avec une marge
importante.
II- L’offre

Aussi bien dans le secteur du maraîchage que celui de l’aviculture, les


exploitants n’arrivent toujours pas à satisfaire une demande de plus en plus
importante pour diverses raisons.

Les raisons les plus évoquées sont :

- Une élasticité de plus en plus croissante du marché

- Le faible niveau d’investissement des exploitants pouvant leur permettre


de faire face à une demande industrielle

- Le caractère familial des exploitations.

Tous ces facteurs et bien d’autres font qu’un effort substantiel doit être fait par
les exploitants pour contenir la demande. Cela aura le double avantage de
proposer des produits de meilleure qualité et avoir un bon positionnement sur
les marchés internationaux avec des produits normés.

Synthèse des deux (02) exploitations

I- Investissement

Matériel d’exploitation :

5.800.000 Francs + 5.900.000 Francs = 11.700.00 Francs CFA

Charges d’exploitation :

5.045.000 Francs + 7.380.000 Francs = 12.425.000 Francs CFA

II- Chiffres d’affaires

CA I 22.900.000 Francs CFA

CA II 19.800.000 Francs CFA

CA Total 42.700.000 Francs CFA

Le chiffre d’affaires est à apprécier pour une capacité de production de 70%


alors que les charges sont prises à 100%. Ces précautions n’empêchent pas au
projet d’être très rentable sur les cinq (05) années étudiées.

Investissement initial : 24.125.000 francs CFA


Résultats nets

Année 1 Année 2 Année 3 Année 4 Année 5


18.275.000 18.275.000 18.675.000 20.481.750 22.860.087

Méthode de financement

Fonds propres Emprunt privé


4.125.000 20.000.000
Compte d’exploitation prévisionnel

Désignation An 1 An 2 An 3 An 4 An 5

Chiffre d’affaires 42.700.000 42.700.000 42.700.000 44.835.000 47.776.750

Charges d’exploitation v : 6.065.000 6.065.000 6.065.000 6.368.250 6.686.663

- Matières et fournitures 4.065.000 4.065.000 4.065.000 4.268.250 4.481.663


- Autres services 800.000 800.000 800.000 840.000 882.000
- Charges et pertes diverses 1.200.000 1.200.000 1.200.000 1.260.000 1.323.000

Valeur ajoutée 36.635.000 36.635.000 36.635.000 38.466.750 41.090.087

Charges de personnel 7.320.000 7.320.000 7.320.000 7.320.000 7.320.000

Impôt et taxes 300.000 300.000 300.000 325.000 370.000

Excédent brut d’exploitation 29.015.000 29.015.000 29.015.000 30.821.750 33.400.087

Charges fixes 4.740.000 4.740.000 4.140.000 3.540.000 2.940.000

- Amortissement 2.340.000 2.340.000 2.340.000 2.340.000 2.340.000

- Frais financiers 2.400.000 2.400.000 1.800.000 1.200.000 600.000

Résultat avant impôt 24.275.000 24.275.000 24.875.000 27.281.750 30.460.087

Impôt 6.000.000 6.000.000 6.200.000 6.800.000 7.600.000

Résultat d’exploitation 18.275.000 18.275.000 18.675.000 20.481.750 22.860.087

Cash-flow 20.615.000 20.615.000 21.015.000 22.821.750 25.200.087

Le chiffre d’affaires de même que les charges d’exploitation variables accusent


une hausse de 5% à partir de la 4ème année.
Plan de trésorerie prévisionnel

Désignation An 0 An 1 An 2 An 3 An 4 An 5

Ressource
Cash-flow - 20.615.000 20.615.000 21.015.000 22.821.750 25.200.087

Apport personnel 4.125.000

Emprunt 20.000.000
Total ressources 24.125.000 20.615.000 20.615.000 21.015.000 22.821.750 25.200.087

Emplois
Investissement 11.700.000

BFR 12.425.000

Remboursement 5.000.000 5.000.000 5.000.000 5.000.000


capital
Total emplois 24.125.000 - 5.000.000 5.000.000 5.000.000 5.000.000

Solde net de
trésorerie 0 20.615.000 15.615.000 16.015.000 17.821.750 20.200.087

Soldes cumulés 0 20.615.000 36.230.000 52.245.000 70.066.750 90.266.837

Contribution à la valeur ajoutée


Les valeurs ajoutées dégagées sont les suivantes
An 1 36.635.000 Francs CFA
An 2 36.635.000 Francs CFA
An 3 36.635.000 Francs CFA
An 4 38.466.750 Francs CFA
An 5 41.090.087 Francs CFA
189.461.837 Francs CFA
Indicateurs financiers
Chiffres d’affaires An 1 42.700.000 Francs CFA
Cash-flow 1er exercice 20.615.000 Francs CFA
Valeur ajoutée An 1 36.635.000 Francs CFA
Conclusions

L’importance de la demande et l’expérience de la promotrice dans ces deux


secteurs montrent qu’avec un financement les résultats ne pourront qu’être
satisfaisants.

Comme le démontre l’étude tous les indicateurs financiers sont favorables


même en appréciant les différents chiffres d’affaires à une capacité de
production de 70% alors que les charges sont prises à 100%, d’où l’intérêt
d’investir dans ce projet.

Ndèye Awa Guissé


PRESDI Solutions
Port : 776134813
Fixe : 338234182
Skype : yaye.awa1